Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995). Volume I

 | 
Bernard Cassagnou

Préface

Alain Plessis

Texte intégral

1L’œuvre de Bernard Cassagnou porte sur un grand sujet, resté trop longtemps négligé par les historiens français. L’industrie des transports maritimes, et plus particulièrement la Marine marchande, constituent en effet un ensemble d’activités d’une importance indiscutable, qui a des incidences aussi bien sur l’emploi que sur l’équilibre de la balance des paiements, et qui apparaît comme une des conditions de notre indépendance nationale. L’évolution de ce secteur depuis la fin de la seconde guerre mondiale passe par trois phases successives qui correspondent à première vue à peu près aux grandes périodes de toute notre histoire économique : c’est d’abord, coïncidant avec la reconstruction du potentiel économique français, la reconstitution de notre flotte de commerce de 1945 à 1950, puis la longue expansion des « trente glorieuses » qui est marquée par la modernisation puis le développement de la flotte, et enfin, depuis la fin des années 1970 et le second choc pétrolier, des temps plus difficiles et plus incertains pour l’économie tandis que la Marine marchande, frappée par une grave récession, réalise une véritable mutation. Mais l’histoire de la Marine marchande ne s’inscrit dans ce cadre chronologique général que de façon approximative, et elle a bien des traits originaux, qu’il fallait mettre en lumière et expliquer. La réalisation d’une telle histoire était une tâche délicate, car il fallait comprendre et faire comprendre jusque dans leurs caractères techniques les spécificités de ce secteur, et il fallait se garder aussi des jugements passionnés que suscite l’étude d’une situation de crise pour laquelle on veut toujours trouver des coupables, surtout quand le chercheur pousse son étude jusqu’en 1995, soit quasiment jusqu’au temps présent.

2Bernard Cassagnou a réussi à faire cette histoire parce qu’il pouvait allier à son expérience personnelle du monde de la mer, des qualités, plus tardivement acquises, de chercheur. Il doit en effet à sa première carrière maritime, comme capitaine au long cours et officier navigant à bord de navires, une expérience vécue des activités maritimes et une connaissance intime de la Marine marchande, qui lui permet d’avoir de toute évidence une excellente connaissance des données techniques des problèmes. C’est de là que lui est venue aussi cette véritable passion pour son sujet, qui l’a soutenu et constamment poussé à aller jusqu’au bout de sa longue recherche.

3Ayant entrepris plus récemment des études d’histoire, Bernard Cassagnou a su assimiler parfaitement les qualités qu’on exige d’un chercheur. Cet ouvrage en effet est issu d’une thèse universitaire, un peu remaniée en vue de sa publication, qui est elle-même le fruit d’un gros travail de recherche historique, reposant sur l’exploitation méthodique et rigoureuse de sources considérables, dispersées et de diverses origines : archives déposées dans des fonds publics et privés, sources imprimées souvent volumineuses, témoignages oraux heureusement utilisés. L’auteur sait exploiter toutes ces sources, les croiser comme il se doit. Il s’appuie toujours sur elles, il en tire d’excellentes citations, des tableaux et des documents iconographiques éclairants. De là la très grande richesse d’informations de cet ouvrage.

4Bernard Cassagnou ne se contente pas de décrire et de mesurer les évolutions, il tente toujours de les expliquer, et il en propose donc des explications personnelles. Il sait prendre en compte l’influence de tout l’environnement, notamment de la transformation internationale des transports maritimes et de la concurrence des autres moyens de transport, ou la décolonisation. Il présente de façon dynamique les différents acteurs, privés et publics, des mutations intervenues. Il s’interroge tout au long de ce livre sur le rôle des principaux acteurs : les navigants, et plus encore les entreprises, avec lesstratégies des armateurs, et aussi l’État. C’est pour montrer la diversité de ces entreprises qu’il a fort heureusement consacré la quatrième partie de son travail à des études de « cas » particulièrement intéressantes (CETRAMAR, CETRAGPA et Delmas-Vieljeux). Enfin il apporte des éléments de réponse nombreux et nuancés sur le rôle de l’État et sur le sens et l’effet de ses interventions tout au long de cette histoire de la Marine marchande. Il ne nous fait donc pas seulement découvrir ce secteur, sur lequel ce livre constitue désormais une référence obligée, il apporte une contribution à prendre en compte pour donner des réponses aux questions fondamentales que soulève l’histoire économique de la France contemporaine.

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Paris X – Nanterre

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540