Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Troisième partie. Une jeune direction à la recherche d’une légitimité administrative et scientifique 1964-1968

Chapitre XVI. Quelle influence ?

Texte intégral

1La réforme des structures, le renouvellement des missions, le lancement des travaux s’accompagnent-ils d’un accroissement du champ d’action de la direction de la Prévision ? Pour répondre à cette question cruciale, il nous faut successivement mesurer l’évolution de ses relations avec son partenaire obligé l’INSEE, puis évaluer son intégration au sein du ministère des Finances non seulement auprès de ses consœurs mais également son influence auprès du ministre et de son cabinet et enfin analyser son repositionnement stratégique vis-à-vis du Plan.

I. Les relations avec l’INSEE

  • 1 Les difficultés rencontrées à l’occasion de ce recensement industriel conduisent l’INSEE et le mini (...)

2La direction de Claude Gruson est indéniablement marquée par de grands travaux (recensement de la population en 1962, lancement du premier recensement industriel depuis 1860 en 19631 ; réalisation du modèle Fifi destiné à la préparation du 6e Plan par Michel Aglietta, Raymond Courbis et Claude Seibel), mais nous ne développerons que les aspects prédominants et pertinents pour notre étude : l’obtention d’un nouveau statut pour les administrateurs de l’INSEE que Claude Gruson considère comme une réussite personnelle et d’une importance primordiale, l’étude des stratégies interactives des partenaires du triptyque dont le fonctionnement s’avère bien difficile, et enfin le départ de Claude Gruson qui marque la fin d’une époque.

A. Un nouveau statut pour les administrateurs de l’INSEE

  • 2 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 7 février 1966, 3 p.
  • 3 SAEF, B 55 440, « Note technique sur les statuts des personnels de l’INSEE », 7 mars 1966, 6 p., p. (...)
  • 4 René Verny, né en 1917, ENA est directeur du Personnel de 1963 à 1967.
  • 5 Michel Poniatowski est à l’époque chargé de mission au cabinet du ministre des Finances, Valéry Gis (...)
  • 6 Archives privées Claude Gruson, lettre à Jean Sérisé, 11 octobre 1965, 3 p.
  • 7 SAEF, B 55 440, lettre de Claude Gruson à M. Pic, sous-directeur du Personnel, 31 juillet 1965, 4 p
  • 8 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 7 février 1966, 3 p., p. 2.

3Francis-Louis Closon avait dénoncé le sort administratif qui était réservé aux administrateurs de l’INSEE, notamment sur le plan de leurs rémunérations et de leurs débouchés de carrière. À partir de 1963, Claude Gruson reprend le flambeau de son prédécesseur et engage des négociations avec la direction du Personnel2 afin de maintenir les administrateurs de l’INSEE en poste avec des rémunérations attrayantes et une meilleure intégration au sein du ministère grâce à un statut qui doit s’inspirer, selon lui, de celui dont bénéficient les administrateurs civils du ministère des Finances ; il considère qu’« une parité de rémunération et une certaine communauté d’intérêt sont des facteurs de bonne entente entre des fonctionnaires destinés à travailler ensemble »3. Mais Claude Gruson se heurte très vite aux inerties administratives et aux blocages bureaucratiques. Il fait appel au directeur de cabinet, Jean Sérisé, qu’il connaît bien pour tenter de faire accélérer le processus réformateur, et lui écrit : « Ce que je crains, c’est que Verny4 ne mesure pas exactement l’importance de l’appui qu’il peut attendre de vous et de Poniatowski5 à l’égard de la direction du Budget et que, dans cette incertitude, ses propositions ne soient trop prudentes et finalement inacceptables, du point de vue des intérêts légitimes des administrateurs de l’INSEE »6. Finalement, un accord est conclu avec la direction du Personnel et le projet de statut peut enfin être transmis à la direction du Budget7. Pourtant le dossier n’avance plus. Pire, il est remis en question par la direction du Budget qui avait pourtant suivi son élaboration depuis 1963 mais qui décide de le remettre à plat et de reprendre les négociations comme si rien n’avait été conclu auparavant. Claude Gruson s’offusque de cette situation, il se dit « choqué de cette désinvolture et de ce mépris apparent de toute efficacité »8 et il menace de démissionner si le ministre n’appuie pas lors de la prochaine session du Conseil supérieur de la Fonction publique le projet commun de l’INSEE et de la direction du Personnel.

  • 9 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Claude Gruson se plaint beauco (...)
  • 10 SAEF, B 55 440, « Note technique sur les statuts des personnels de l’INSEE », 7 mars 1966, 6 p., p. (...)
  • 11 Archives privées Claude Gruson, Note à Michel Debré, 7 mars 1966, 6 p., p. 1.
  • 12 Ibid, p. 2.
  • 13 SAEF, B 55 367, André Ficatier, président de l’association des administrateurs de l’INSEE, « Note à (...)

4Claude Gruson affronte une nouvelle contrariété : le changement de cabinet en janvier 1966 lui fait perdre un allié précieux en la personne de Jean Sérisé et le contraint à reprendre ses démarches auprès du nouveau directeur de cabinet, Antoine Dupont-Fauville, afin de régler le conflit qui oppose désormais l’INSEE à la direction du Budget. Ce dernier se garde bien de trancher et se déclare a posteriori agacé par l’attitude revendicative et insistante du directeur général de l’INSEE9. Devant le silence significatif du directeur de cabinet, Claude Gruson décide de s’adresser directement à Michel Debré pour se plaindre du dernier budget, car « les moyens de l’INSEE étaient restés cette fois en deçà du strict indispensable »10, et le presse de régler « les problèmes de l’INSEE »11 en profitant de la réunion prochaine du Conseil supérieur de la Fonction publique pour soumettre le projet de statut des administrateurs de l’INSEE ; il justifie ces demandes en rappelant ses convictions personnelles qui reposent sur « la nécessité d’accorder priorité absolue aux exigences de la planification et de l’information économique, dans les décisions budgétaires et même dans l’ensemble de l’action gouvernementale »12. André Ficatier, président de l’association des administrateurs de l’INSEE, prend également sa plume pour demander à Michel Debré de désavouer la direction du Budget en arbitrant en faveur du projet élaboré par l’INSEE et par la direction du Personnel et de le présenter rapidement en Conseil supérieur de la Fonction publique13.

  • 14 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le directeur de cabinet du ministre », 17 mars 1966, 2  (...)
  • 15 Archives privées Claude Gruson, « Note à A. Dupont-Fauville », 19 octobre 1966, 2 p.
  • 16 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le directeur de cabinet du ministre », 17 mars 1966, 2  (...)

5Mais la communication avec le cabinet Debré semble difficile à établir. L’isolement de l’INSEE rappelle celui des années Closon, et Claude Gruson se plaint de n’être ni écouté ni considéré. Il fait remarquer que le rendez-vous qu’il a enfin obtenu avec Michel Debré était irréalisable puisqu’il avait été fixé un jour où tout le monde savait pertinemment que le ministre serait absent14. Claude Gruson ironise : « Je veux bien n’être reçu par le ministre qu’aux calendes grecques »15. Il se plaint également auprès d’Antoine Dupont-Fauville que celui-ci n’ait pas remis à Michel Debré la note qu’il avait écrite à son attention le 7 mars, et il s’estime blessé en constatant que le directeur de cabinet ne lui accorde que dix minutes de rendez-vous avant une autre réunion : « Je commence à craindre que le directeur de cabinet n’exprime par les choix auxquels il est contraint lorsqu’il règle l’emploi de son temps l’ordre d’importance qu’il attache aux diverses parties du ministère des Finances »16. Il fait valoir son âge en rappelant qu’il est le plus vieux directeur du ministère et que sa situation est pourtant « médiocrement brillante ». Il exprime son inquiétude et ses doutes :

  • 17 Ibid.

« Le problème est aujourd’hui de savoir si je ne m’égare pas et si je ne vise pas des objectifs absurdes compte tenu des conceptions propres du ministre et de ses collaborateurs immédiats »17.

  • 18 Archives privées Claude Gruson, note à Francis-Louis Closon, 20 juillet 1966, 1 p.
  • 19 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, note à R. de La Genière, 1er octobre 1966, 2 p., p. 2.

6Au terme d’« un hiver très difficile, la discussion des statuts ayant exigé toute mon attention »18, le directeur général de l’INSEE obtient enfin l’arbitrage du cabinet en faveur du projet de réforme qu’il avait conclu avec la direction du Personnel. Mais Claude Gruson n’est pas au bout de ses peines car le projet de statut des administrateurs de l’INSEE doit franchir un ultime obstacle en octobre 1966 : être accepté par le Conseil d’État. Et là encore, les fonctionnaires de la direction du Personnel et du Budget n’arrivent pas à s’entendre sur le projet définitif qu’il faut pourtant rapidement soumettre. Claude Gruson s’inquiète : « Dans l’état actuel des choses, nous sommes partis pour des négociations qui peuvent durer des mois » et il insiste directement auprès du directeur du Budget pour que celui-ci enjoigne ses collaborateurs d’accélérer la procédure19.

  • 20 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Et cela, j’ose dire que sur le plan a (...)

7Finalement, le directeur général obtient gain de cause avec un statut administratif calqué sur celui des administrateurs civils. Le décret du 31 mars 1967 fixe le statut particulier des administrateurs de l’INSEE, lequel comporte notamment la création de la hors classe. Le principe de l’alignement sur le régime indemnitaire des administrateurs des Finances est ainsi acquis. Claude Gruson a toujours insisté sur le succès remporté : « En réalité, la chose positive que j’ai faite dans ma carrière, c’est d’obtenir que le corps des administrateurs de l’INSEE ait eu un statut vraiment préférentiel »20.

  • 21 Claude Gruson, 28 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Il y avait des oppositions conservatrice (...)
  • 22 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. L’ancien directeur de cabinet de (...)
  • 23 Ibid., Antoine Dupont-Fauville explique : « Au poste de directeur de cabinet, j’ai connu un Claude (...)
  • 24 Claude Gruson, 6 avril 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Le fait que j’ai été inspecteur des Fina (...)
  • 25 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, Note à R. de La Genière, 1er octobre 1966, 2 p. : « C’est absurde et (...)

8Comment expliquer les difficultés de Claude Gruson dans cette affaire ? Hormis les résistances traditionnelles au changement qui tiennent principalement aux relations ombrageuses de l’INSEE avec la direction du Budget que nous avons évoquées à plusieurs reprises21, mais également au cloisonnement des directions tentées de garder jalousement certains de leurs avantages, nous estimons que cet épisode révèle la position délicate de l’INSEE mais également de son directeur général : il prouve qu’en 1966, l’Institut n’a toujours pas réussi à faire accepter ses particularités au sein du ministère qui tiennent à ses origines historiques, à sa situation géographique et à son recrutement ; d’autre part, il illustre la difficile situation d’un directeur susceptible d’agacer à force de revendications et ce d’autant plus si, comme Claude Gruson, il a déjà obtenu gain de cause peu de temps auparavant (avec le rapatriement d’une partie des hommes et des missions du SEEF à l’INSEE) ; cet épisode révèle aussi que Claude Gruson n’est pas en cour au cabinet de Michel Debré en raison de ses opinions politiques au moment du retour du général de Gaulle22 et en raison de ses positions planificatrices soit jugées dogmatiques et irréalistes, soit ignorées23 qui le marginalisent définitivement au sein du complexe politico-adminstratif. A contrario, la réussite de Claude Gruson s’explique par son statut d’inspecteur des Finances24 et par son passé rue de Rivoli qui lui permettent de faire jouer ses réseaux (René Verny à la direction du Personnel, Renaud de La Genière à la direction du Budget, Jean Sérisé au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing). C’est parce que le dossier est suffisamment avancé grâce à ses appuis bien placés et parce qu’il sait faire preuve d’un véritable acharnement (il s’avoue dans ses notes épuisé par ce combat25) que Claude Gruson vient à bout du désintérêt du cabinet de Michel Debré et de la résistance de la direction du Budget. Une nouvelle ère s’ouvre pour l’INSEE qui grâce à l’obtention de ce statut acquiert la reconnaissance de son personnel. Il s’agit bien d’une révolution culturelle et administrative qui permet à l’INSEE d’entrevoir un avenir placé sous le signe d’une reconnaissance et d’une intégration au sein la rue de Rivoli. C’est également à cette époque que pour la première fois, l’INSEE introduit un des siens, Jean Daney de Marcillac, au cabinet du ministre et s’enrichit ainsi d’un attribut indispensable de respectabilité et d’honorabilité.

B. Le difficile positionnement de l’INSEE au sein du triptyque

  • 26 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Aménagement des structures de l’INSEE », 11 juillet 1966, 14 p., p (...)
  • 27 Ibid., p. 6.

9Claude Gruson ne cache pas que les relations de travail entre le Plan, l’INSEE et la direction de la Prévision « sont très étroites mais n’ont jamais été explicitement définies »26 et il fait part des « frictions »27 qui surgissent au cours de ce travail en commun.

  • 28 SAEF, B 55 367, « La situation actuelle de l’INSEE et ses perspectives. Compte rendu de la réunion (...)

10L’INSEE semble avoir du mal à digérer la réforme introduite par Claude Gruson avec le transfert de la comptabilité nationale et la nouvelle orientation de ses travaux vers le Plan. Un compte rendu de la réunion du 4 avril 1966 entre le directeur général de l’INSEE et les administrateurs de la dernière promotion de l’ENSAE illustre bien la persistance d’un malaise. Les nouveaux administrateurs s’interrogent sur la vocation et sur la mission de l’INSEE, notamment sur son rôle au sein du triptyque qui ne semble pas encore clairement défini : « Estimez-vous que nous sommes de simples producteurs de chiffres ou bien, étant donné notre connaissance de la statistique de base, que nous devons être associés aux équipes mixtes qui étudient certaines questions, par exemple à la direction de la Prévision ou au Plan, et si oui de quelle façon ? ». Claude Gruson réaffirme sa position sur le sujet en expliquant que l’INSEE doit à tout prix participer au travail de synthèse et de projections qu’il considère comme « l’activité de pointe » qui conditionne « sa mission fondamentale qui est de centraliser l’information statistique de base »28.

1. Le rééquilibrage avec la direction de la Prévision

11Le témoignage publié d’Yves Bernard et Pierre-Yves Cossé est particulièrement éclairant sur l’évolution des relations entre l’INSEE et la direction de la Prévision :

  • 29 Yves Bernard et Pierre-Yves Cossé, L’État…, op. cit., p. 193.

« Le problème d’une coexistence efficace de la direction de la Prévision et de l’INSEE se pose de plus en plus nettement au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’époque où toutes les cellules de comptabilité nationale étaient regroupées dans un seul service. Les liens personnels se sont distendus avec le renouvellement des équipes. Les rapports sont difficiles à équilibrer du fait de la prédominance de l’INSEE du point de vue de la maîtrise de l’information statistique et des moyens en personnels, de l’enquêteur jusqu’au chercheur ; indice significatif, les réunions de coordination qui groupaient tous les chefs de division ont pratiquement disparu. La portée relative des préoccupations, sinon elles-mêmes, sont différentes. La comptabilité nationale, qui dépend principalement de l’INSEE, ne représente pour celui-ci qu’une tâche parmi d’autres, et les comptables nationaux de la DP estiment que la place qui lui est faite n’est pas suffisante. Les centres d’intérêt de la DP sont jugés par leurs collègues de l’INSEE trop politiques et peu scientifiques, ce qui n’est pas surprenant puisque la pression des commandes officielles s’exerce plus fortement sur la DP. Enfin la règle du secret qui pèse lourdement sur la confection des prévisions à court terme n’a pas facilité un travail en commun entre les deux maisons ; ainsi certaines prestations sont demandées à l’INSEE sans qu’il ait toujours la possibilité de s’exprimer sur les conditions de leur utilisation »29.

  • 30 Les témoignages sont éloquents : « L’INSEE était purement constatatif, l’INSEE, c’était un photogra (...)

12Ces propos prouvent que les incompréhensions, les reproches et la coupure entre les deux structures ont perduré malgré le partage de 1962. De son côté, l’INSEE revendique pour ses travaux un statut de pureté et de scientificité, alors que la direction de la Prévision, comme autrefois le SEEF, privilégie l’efficacité et le conseil de politique économique, quitte à prendre le risque de se faire critiquer au nom de la rigueur scientifique30. Jean Saint-Geours se fait l’écho de ces récriminations :

« Petit à petit, la direction de la Prévision a été franchement ou souterrainement accusée par l’INSEE de se censurer ou plus exactement d’incorporer dans ses prévisions, dans ses budgets économiques, dans ses conseils, dans ses normes, d’incorporer trop de prises en compte de ce que pouvait souhaiter le ministre. Donc, on s’est fait accuser ou d’être trop réalistes ou trop opportunistes, ou trop sensibles à des considérations de politique politicienne et de ne pas suffisamment s’attarder à éclairer d’une manière objective, quelles que soient les circonstances politiques ».

13Pour Jean Saint-Geours ces accusations ne tiennent pas compte de la spécificité de la direction de la Prévision dont la mission est d’être proche du cabinet, dans la ligne des orientations qu’il a définies lors de sa note stratégique de l’été 1965, et il estime que ces reproches prouvent qu’il a rempli ses objectifs :

  • 31 Jean Saint-Geours, 13 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’est vrai que de plus en plus, entre 1965 et 1968, je tenais compte du face-à-face politique »31.

  • 32 Cette approche mathématique de l’économie a, nous l’avons vu, notamment été impulsée par un représe (...)
  • 33 SAEF, B 55 367 « La situation actuelle de l’INSEE et ses perspectives. Compte rendu de la réunion d (...)
  • 34 Et, rappelons-le, syndiquée à l’Union des Grandes Écoles, liée à l’UNEF.

14Ces critiques mettent le doigt sur l’ambiguïté institutionnelle et fonctionnelle de la direction de la Prévision, partagée entre sa vocation de recherche et sa volonté de constituer l’état-major du ministre, et elles sont très souvent évoquées par les membres de la direction de la Prévision. Malgré les arguments d’efficacité et d’intimité avec le cabinet qu’ils y opposent, ils n’en sont pas moins ébranlés. Les travaux de mathématisation de l’économie, présentés à l’époque comme les garants d’une scientifisation pure et neutre32 qui sont l’objet d’un véritable engouement au sein de la direction de la Prévision, peuvent aussi être considérés comme une tentative de réponse et un espoir de parer à ces critiques. La crainte de se fourvoyer, en participant de trop près à la préparation des budgets économiques, est perceptible dans les propos inquiets des jeunes recrues de l’INSEE qui n’hésitent pas à interpeller leur directeur sur ce sujet : « Actuellement la mission de l’INSEE et de ses membres nous paraît quelquefois osciller entre différentes orientations, et un grand désarroi en est la conséquence dans l’esprit des jeunes administrateurs et chargés de mission. Plus précisément, pensez-vous qu’il y ait un dilemme entre le désir d’un organisme indépendant à la disposition de tous et la nécessité de rapprocher la préparation des décisions de politique économique de la comptabilité nationale ? »33. La réforme introduite à l’INSEE par Claude Gruson n’est pas sans poser des problèmes aigus, et une partie de la jeune génération formée à l’ENSAE34, croyant en une économie scientifique, faisant de leur discipline la plus dure des sciences sociales, a bien du mal à accepter les orientations de 1962 qui comportent à ses yeux le risque de politiser et de dénaturer leurs travaux.

  • 35 SAEF, B 51 989, Jean-Louis Simonet, « Note pour J. Saint-Geours : quelques renseignements pour la r (...)
  • 36 SAEF, B 51 989, Jean-Louis Simonet, « Note pour J. Saint-Geours », 21 novembre 1966, 2 p., et anony (...)
  • 37 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967 – Division des Actions économiques publiques », décembr (...)
  • 38 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967 – Division de l’Extérieur », 9 décembre 1966, 3 p.
  • 39 SAEF, B 51 992, « Le programme de travail de la division des Études fiscales pour 1967 », 14 décemb (...)
  • 40 SAEF, B 52 005, Jean Ripert et Jean Saint-Geours, « Avis d’information : constitution d’un groupe d (...)
  • 41 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967, division des Budgets économiques », 6 p. La Dicopect e (...)

15La lecture des archives écrites révèle deux évolutions marquantes : au sommet, les contacts entre les deux structures se focalisent sur les questions de personnel, tandis qu’au niveau du personnel s’établit une collaboration technique qui aboutit notamment au modèle Zogol. L’objectif affirmé de la direction de la Prévision est d’obtenir le retour de ses chargés de mission, mais aussi de récupérer pour ses travaux de synthèse les meilleures recrues de l’INSEE qui sont passées par le CEPE35. Ces revendications offensives et répétées de la part de la direction de la Prévision font l’objet de missives et remplacent progressivement les réunions de coordination qui disparaissent en 196636. Faut-il y voir l’indice symptomatique de la distension des liens ou bien au contraire la preuve de la mise en place d’une routine efficace qui permet au niveau des hommes de terrain de s’engager dans une coordination ponctuelle pour effectuer des tâches précises ? Les programmes des divisions font en effet part des liens de travail réguliers qui s’instaurent avec l’INSEE à un niveau technique et qui remplacent progressivement les réunions générales au sommet : la division des Actions économiques publiques collabore étroitement avec la direction des Synthèses de l’INSEE mais aussi avec la division des Entreprises. Il est d’ailleurs précisé que dans le cadre d’une étude lancée sur les problèmes posés par l’évolution de la population active, la division des Entreprises est amenée à entretenir une « liaison étroite » avec la direction de la Prévision37. La division de l’Extérieur insiste sur son rôle de fournisseur de données à l’INSEE et sur sa contribution à la mise à jour des comptes 1963-1964-196538. La division des Études fiscales fait part du projet commun avec l’INSEE de toiletter et d’informatiser les données fiscales en lien avec la direction générale des Impôts39. En février 1967, un « groupe de liaison sur les problèmes d’informatique » est monté, rassemblant des membres de l’INSEE et de la direction de la Prévision (Gordon, Masson, Miribel et Raiman) dont la tâche consiste à centraliser et à analyser les expériences individuelles de plus en plus fréquentes de recours au matériel électronique afin d’harmoniser les efforts respectifs et rechercher les possibilités d’utilisation de programmes communs40. Quant à la division des Budgets économiques, elle suit les réunions qui ont trait à l’harmonisation comptable internationale et à l’élaboration de la nouvelle base 1962 ; elle a la responsabilité exclusive des budgets économiques mais elle établit en commun avec la Dicopect le modèle Zogol41. Nous ne ferons pas la liste exhaustive des preuves de la collaboration technicienne qui s’instaure progressivement et efficacement, mais qui à notre avis ne doit pas faire illusion sur la réalité des positions stratégiques respectives.

  • 42 SAEF, B 51 984, comptes rendus des comités de Liaison 1966.

16En effet, les archives écrites prouvent que les relations avec l’INSEE ne font pas partie des priorités stratégiques de Jean Saint-Geours et révèlent un déplacement du centre d’intérêt de la direction de la Prévision. Le directeur de la Prévision n’aborde pas la question des liens avec l’INSEE dans sa note de l’été 1965 qui fixe les grandes orientations de sa direction en axant son champ d’action vers le ministère des Finances, auprès du cabinet et des directions du ministère ; d’autre part, l’INSEE n’est pas associé au projet de lancement de la RCB qui est au cœur des préoccupations de Jean Saint-Geours ; il n’est que tardivement associé à la mise en place des groupes Finances-Plan qui marque la nouvelle stratégie du ministère des Finances à l’égard du Plan, insufflée par la direction de la Prévision ; de son côté Claude Gruson ne manifeste pas un grand intérêt pour les nouveaux travaux de la direction de la Prévision qui sont exposés lors des comités de Liaison auxquels il ne se rend pas, et où il se fait représenter par Jean Daney de Marcillac42. La stratégie de Jean Saint-Geours qui vise à faire de la DP, une direction opérationnelle d’état-major proche du cabinet, mais également à faire valoir sa vocation inter-directionnelle auprès de ses vénérables consœurs en la présentant comme un vecteur d’unité et de modernisation du ministère (notamment avec le programme informatique, avec les projets de modèle ou encore avec la RCB) et en s’appuyant sur de nouveaux outils branchés sur l’étude sectorielle, l’éloigne indéniablement du champ de l’INSEE, mais également des conceptions de Claude Gruson.

2. Les désillusions de Claude Gruson et sa marginalisation

  • 43 Archives privées Claude Gruson, note au ministre, 14 septembre 1965, 2 p., p. 1.
  • 44 Archives privées Claude Gruson, « Planification et politique extérieure », automne 1965, 21 p.
  • 45 Ibid., p. 1.

17Claude Gruson s’adresse avec solennité à Valéry Giscard d’Estaing en septembre 1965 pour lui exprimer son désappointement et son sentiment d’incompréhension. Il écrit : « L’affaire du Budget de 1966 m’a laissé fort triste. Sur le moment, elle m’avait heurté par bien de ses aspects. Le temps passant, subsiste surtout le sentiment qu’un profond malentendu s’est établi entre nous ». Il estime qu’il a toujours proclamé ses opinions planificatrices sans jamais les avoir argumentées ni démontrées, alors que « la construction du système d’information économique était une tâche d’importance fondamentale » car elle est indispensable au travail de planification qui est le seul moyen d’« éviter les crises économiques et sociales qui mettent en péril les sociétés en évolution rapide »43. Claude Gruson se propose donc avec une note intitulée « Planification et politique extérieure »44 d’exposer le fond de sa pensée aux décideurs politiques. Sa lecture est fastidieuse, car elle, prévient son auteur, demande une heure d’attention ! Elle repose sur deux axiomes : le monde dans son ensemble (Occident, Orient, Tiers-monde) est menacé d’une crise économique et sociale majeure dans les vingt années qui viennent, et seul le travail des planificateurs français peut élaborer les moyens de la combattre. Il estime que le Plan français est ainsi appelé à jouer un rôle capital au niveau national et international, et conclut de manière lyrique : « Dans cette obscurité, une petite étincelle peut éclairer le grand mouvement qu’il s’agit d’amorcer »45.

  • 46 Claude Gruson, Programmer…, op. cit., p. 181.
  • 47 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je formulais un objectif du très long (...)

18Cette longue note destinée d’abord au ministre des Finances est ensuite envoyée au cabinet du président de la République, mais également à Michel Debré à son arrivée rue de Rivoli. Elle est passionnée et pessimiste, et il semble peu probable que son contenu ait intéressé un décideur politique a priori peu réceptif aux arguments mondialistes d’une part et à la perspective de long terme d’autre part. Nous considérons cette lettre comme un dernier appel aux accents déchirants d’un homme qui se sent isolé et incompris. Claude Gruson obtient une audience avec le général de Gaulle qui le laisse amer : « Cette note a été remise au général de Gaulle. Il l’a lue, je le crois. Il m’a reçu avec l’extrême affabilité dont il était capable. Mais j’ai bien vu que pour un homme politique, ce que je ne disais n’avait pas grand intérêt. Les imbrications profondes des fins et des moyens, du politique et des techniques économiques, notamment d’une planification rigoureusement conçue, il ne les saisissait pas. Une audience d’une demi-heure était tout à fait insuffisante pour modifier à cet égard sa vue du monde »46. De cette expérience Claude Gruson sort marginalisé au sein du complexe politico-administratif47, étiqueté utopiste, voire doctrinaire dont les convictions sont inadéquates avec les aspirations sociétales du moment et avec les récentes orientations économiques libérales.

  • 48 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. « À dire vrai, ma déception principale m (...)
  • 49 Archives privées Claude Gruson, lettre à François Bloch-Lainé, 5 janvier 1966, 4 p., p. 1.
  • 50 Ibid., p. 2.
  • 51 Ibid., p. 4.

19L’autre grande désillusion de Claude Gruson concerne directement le sort du Plan. En janvier 1966, au départ de Pierre Massé, Claude Gruson rêve de le remplacer48 mais sa candidature n’est pas retenue et c’est François Bloch-Lainé qui est pressenti par le général de Gaulle. Constatant que son ami hésite, Claude Gruson lui écrit une lettre pour le convaincre d’accepter : « Je souhaite vraiment que tu ailles rue de Martignac »49. Le Plan estime-t-il, s’est limité aux problèmes d’équilibre, alors qu’il aurait dû concevoir une « véritable politique de développement »50. Mais Claude Gruson ne cache pas le véritable intérêt qu’il entrevoit à la nomination de son ami : « Dans l’hypothèse où le successeur serait un homme que n’intimident pas les problèmes administratifs et financiers, il placerait délibérément son action principale sur le terrain de la coordination administrative et remettrait à sa vraie place – qui est fondamentale mais qui est limitée – le rôle des économètres. Le problème de l’INSEE serait alors plus facile à résoudre […]. Je verrais avec une immense joie et un grand soulagement s’installer, rue de Martignac, un homme avec qui non seulement je n’aurai pas de problèmes personnels mais dont je saurai a priori qu’il est apte à concevoir son rôle de manière telle qu’il complète le mien propre sans empiéter sur lui »51. On perçoit à travers ses propos une critique du passage de Pierre Massé, et ses grandes réserves face au CERMAP dont il considère la création comme une manifestation de la volonté de contre-expertise et d’autonomie méthodologique de la part du Plan, donc une remise en cause du travail de la direction des Synthèses qui menace l’édifice du triptyque tel qu’il le conçoit. Cependant, malgré, et peut-être aussi à cause de cette note directive et insistante, faisant entrevoir l’imbroglio politico-administratif au sein duquel évolue le Plan, François Bloch-Lainé décline la proposition pour se diriger vers le Crédit lyonnais.

  • 52 François-Xavier Ortoli, cassette 5, Paris, 1990, CHEFF. Il explique qu’il avait fait part à Georges (...)
  • 53 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 54 Archives privées Claude Gruson, note à François-Xavier Ortoli, « Les problèmes posés par la partici (...)
  • 55 Ibid., p. 3.
  • 56 C’est le CERMAP qui est visé.
  • 57 Ibid., p. 6.
  • 58 Ibid., p. 5.

20Finalement, c’est François-Xavier Ortoli qui est nommé commissaire général au Plan52 à l’extrême déception de Claude Gruson qui voit en lui le responsable du rejet de son rapport sur la politique des revenus et l’archétype de l’homme de droite libéral et européen53. Il décide de prendre les devants et envoie au nouveau commissaire au Plan, à peine en poste, une note au titre évocateur : « Les problèmes posés par la participation de l’INSEE aux travaux de planification ». Après avoir rappelé le rôle de la direction des Synthèses économiques et son implication dans les travaux de planification (animation, coordination et synthèse des études statistiques liées à l’élaboration du Plan et travaux de projections à moyen terme), il avertit que « le Commissariat peut craindre de voir lui échapper la maîtrise de l’appareil de projection économique. D’autant que cet appareil est mis en œuvre par un organisme, de caractère technique certes, mais rattaché à un autre ministère »54, et il fait part des « tensions inévitables » et du sentiment des statisticiens qui « peuvent parfois s’inquiéter ou s’effrayer de la légèreté avec laquelle sont utilisés les travaux qu’ils ont effectués »55. Mais Claude Gruson ne se limite pas à ce développement défensif, il n’hésite pas à exposer sa conception du Plan, en soulignant comme dans sa lettre à François Bloch-Lainé que sa vocation est de définir une véritable politique de développement économique et social ; il met également en garde le nouveau commissaire au Plan contre l’utilisation trop importante des esquisses et des modèles56 en estimant indispensable de mener parallèlement à ces travaux un « travail d’analyse et d’imagination » afin de déboucher sur « des propositions de réforme en profondeur des mécanismes et des structures économiques »57. Après avoir évoqué les tensions qui ont prévalu avec Pierre Massé dans une critique implicite de son mandat, Claude Gruson aborde l’avenir de manière pessimiste : « c’est pour la préparation du 6e Plan que se poseront sans doute les problèmes de coordination entre l’INSEE et le Commissariat au Plan les plus délicats »58, et présente sa conception de la procédure à suivre.

  • 59 Ibid., p. 6.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., p. 8.
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid., p. 9.
  • 64 François-Xavier Ortoli qualifie les opinions de Claude Gruson d’« utopiques » et de « rigides » ; i (...)

21En utilisant le ton d’une personne expérimentée qui s’adresse à un néophyte, Claude Gruson explique que l’élaboration du Plan repose sur le fonctionnement du triptyque dont « le Commissariat forme le centre »59 ; il en fixe l’équilibre des pouvoirs en faisant valoir « la place essentielle » de la direction de la Prévision dans ce dispositif, la présentant comme un allié et l’intercesseur privilégié du Plan au ministère des Finances60, et définit lui-même la lettre de mission de l’INSEE. Il souhaite que soit davantage reconnu le travail de l’Institut et il revendique l’exclusivité des projections de base qui « seraient préparées conformément aux directives du Commissariat mais sous la responsabilité de l’INSEE »61. Il insiste pour que dans la phase de préparation du Plan, l’INSEE fournisse aux commissions les matériaux statistiques et soit chargé d’établir avec la direction de la Prévision et avec les services d’études des ministères les perspectives détaillées du Plan62. Cette note illustre non seulement la vision personnelle et ambitieuse du Plan de Claude Gruson, mais encore, sous le couvert d’une collaboration étroite, sa volonté de neutraliser le nouveau commissaire au Plan et de reprendre l’initiative sur le plan technique en limitant l’influence du CERMAP voulu par Pierre Massé pour développer les modèles. La fin de la lettre est marquée par des accents lyriques : « J’exprime le ferme espoir que nous tirerons tous, d’un travail mieux organisé, visant un ensemble plus complet d’objectifs, dans lequel la part de chacun sera à la fois bien délimitée et bien intégrée, les joies qu’apporte une grande œuvre effectuée en commun »63. Cette note dont le ton condescendant dissimule mal une défiance sous-jacente a dû être perçue par le nouveau commissaire au Plan comme une tentative d’ingérence, d’autant plus déplacée que les deux hommes ont des convictions politico-économiques opposées64.

  • 65 Le centre de Villemétrie est un organisme protestant d’étude et de recherche dont la création date (...)
  • 66 Archives privées Claude Gruson, lettre à Renaud de La Genière, 29 novembre 1966, 6 p.
  • 67 Ibid., p. 3.
  • 68 Archives privées Louis-Pierre Blanc, « Rapport de Villemétrie », 17-19 octobre 1966, 133 p.
  • 69 Ibid., Compte rendu des discussions, séance du lundi matin 17 octobre, p. 5.
  • 70 Ibid., p. 7.
  • 71 Ibid., p. 9.
  • 72 Ibid., p. 10.
  • 73 Ibid., compte rendu des discussions, 3e séance de la rencontre de Villemétrie, p. 5.
  • 74 Ibid.

22Claude Gruson, inquiet de la nouvelle configuration des rapports au sein du triptyque et des orientations que peut impulser le nouveau commissaire au Plan, prend l’initiative d’organiser un séminaire au centre de Villemétrie65 les 17, 18 et 19 octobre 1966 avec une vingtaine de représentants du triptyque autour de Jean Saint-Geours, François-Xavier Ortoli et lui-même. L’objectif est de réfléchir aux grandes orientations du 6e Plan afin de remédier aux critiques émanant du ministère des Finances à propos du 5e Plan, notamment de la part du directeur du Budget qui l’avait qualifié ouvertement de « mauvais »66 en le jugeant trop axé sur les équipements collectifs au détriment des équilibres financiers et des investissements productifs, mais également de la part de Jean Sérisé qui avait déclaré : « En attribuant à la politique des revenus un rôle important dans le corps d’hypothèses du 5e Plan, les planificateurs ont commis […] une imprudence quasi criminelle »67. Le rapport de ces journées de Villemétrie est resté confidentiel, et nous l’avons obtenu grâce à Louis-Pierre Blanc68. Claude Gruson joue le rôle de président de séance en animant les débats qui suivent les communications autour des thèmes suivants : à quels besoins devrait et pourrait répondre le 6e Plan ; les moyens d’exploitation de l’avenir ; les moyens de la concertation ; comment conformer au Plan la politique économique ? La lecture de ce compte rendu met en évidence les sentiments d’inquiétude et de doute ainsi que les interrogations qui assaillent certains intervenants : « L’idée de planification est tantôt en baisse (CNPF) tantôt en hausse (groupe Finances-Plan). Cette incertitude repose sur une ambiguïté sur ce qu’est la planification : ses fonctions, ses limites. Il faudrait prolonger les réflexions sur la distinction prévisions – objectifs, sur le statut du Plan, sur la nature de l’engagement gouvernemental, sur le lien entre programme gouvernemental et projet de Plan »69. Cette lecture révèle également les divergences de vues qui éclatent au grand jour entre Claude Gruson qui maintient ses positions : « Sur l’axiomatique et la stratégie du Plan : Nous ne pouvons répondre aux questions sans longues réflexions. Il n’y a Plan que s’il y a décision de longue portée »70 et François-Xavier Ortoli qui lui rétorque en soulignant : « la concurrence entre les travaux sur le moyen terme et le développement harmonisé et les travaux sur le long terme et les transformations de structure » avant de demander d’une manière impertinente car elle vise implicitement les convictions affichées du président de séance : « Il faut étudier les décisions sur lesquelles nous pouvons agir. Sommes-nous les portefaix des soucis de l’humanité ou les conseillers d’un gouvernement ? »71 et d’affirmer on ne peut plus clairement que le thème central des prochains Plans sera « la politique industrielle dans un cadre libéral »72. Ces journées de réflexion marquent également l’isolement de Claude Gruson dont les positions tranchées, – notamment lorsqu’il n’hésite pas à remettre en cause les principes de la démocratie en affirmant « qu’engager l’avenir à moyen terme dans un contexte général qui nécessite la continuité est contradictoire avec la prise de décisions à la simple majorité »73 – suscitent les réserves de Jean Ripert74. Le rôle et l’influence de Claude Gruson comme père spirituel du triptyque s’évanouissent. Il apparaît comme un homme d’une autre génération dont les convictions doctrinales semblent décalées par rapport à d’autres perspectives d’évolution de la société française.

3. La démission de Claude Gruson

  • 75 Archives privées Claude Gruson, note à Michel Debré, 12 décembre 1966, 5 p.
  • 76 François-Xavier Ortoli est né en 1925, il a donc quarante ans lorsqu’il est nommé commissaire au Pl (...)
  • 77 Archives privées Claude Gruson, note à Michel Debré, 12 décembre 1966, 5 p., p. 2. Plus encore que (...)
  • 78 Ibid., p. 3.
  • 79 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, note pour A. Dupont-Fauville, 9 janvier 1967, 2 p.

23Deux mois après ces réunions de Villemétrie, le 12 décembre 1966, Claude Gruson envoie sa lettre de démission à Michel Debré. Pour justifier sa décision, Claude Gruson invoque son âge, cinquante-six ans, qui fait de lui le plus vieux directeur de l’administration des Finances face à des hommes beaucoup plus jeunes, suscitant « des discordances d’âge » qui, affirme-t-il, compliquent « les rapports de service »75, notamment avec le commissaire général au Plan, François-Xavier Ortoli76 : « Il ne peut manquer d’arriver que nous soyons un jour en désaccord sur un partage des responsabilités ou sur une option technique. Dans cette hypothèse dont la réalisation est certaine à terme plus ou moins éloigné, je serais tenté, en mettant en avant mon expérience et l’ancienneté de mes réflexions, de faire prévaloir mes conclusions personnelles, alors que le partage des compétences administratives donnera incontestablement à monsieur Ortoli le droit de faire prévaloir les siennes »77. Il propose afin de mettre un terme « aux relations difficiles avec le Plan », de se faire remplacer par Jean Ripert et de nommer Louis-Pierre Blanc commissaire général adjoint au Plan : « Ce mouvement permettrait à chacun des partenaires de vivre de l’intérieur les problèmes de l’autre, ouvrirait une chance très sérieuse, inespérée de donner une forme stable et satisfaisante pendant la période de préparation du 6e Plan aux relations de travail de l’INSEE et du Commissariat général »78. Claude Gruson prépare lui-même le décret de nomination de Jean Ripert qu’il envoie au cabinet du ministre pour approbation en vue de la prochaine séance du Conseil des ministres79.

24Claude Gruson procède de la même manière que lors de son départ du SEEF en octobre 1961 en intronisant son successeur. Cette manière très personnelle de marquer de son empreinte les structures dont il a eu la responsabilité est sous-tendue par sa volonté de mettre en œuvre le triptyque DP-INSEE-Plan qu’il appelle de ses vœux depuis de longues années. D’autre part, en faisant nommer Louis-Pierre Blanc, un de ses proches, il agit en homme de réseau qui place les siens aux endroits qu’il estime stratégiques, espérant ainsi essaimer ses conceptions et faire perdurer envers et contre tout son influence. Claude Gruson est très clair sur cette ultime tentative de voir aboutir ses convictions planificatrices :

  • 80 Claude Gruson, 6 avril 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« J’avais une stratégie positive en nommant ces deux hommes. Ripert est un homme qui a de grandes capacités administratives, il connaissait tout de même ma conception de gestion de l’INSEE. Il pouvait la poursuivre mais en fait il ne l’a pas poursuivie. Quant à Blanc, c’était très important de mettre Blanc au Plan. Blanc est un grand esprit, il a une culture et une réflexion hors de pair. Alors le mettre à ce poste-là, c’était très important en faveur du Plan tel que je le concevais »80.

25Jean Ripert prend la tête de l’INSEE en janvier 1967. Né en 1922, ingénieur agronome, il a fait toute sa carrière au Plan où il est entré en 1948 ; il y occupe les fonctions de chef de service économique à partir de 1956, puis de commissaire adjoint à partir de 1963. Son objectif dès son arrivée est de réorganiser l’INSEE et il appelle la société Mc Kinsey, dont les consultants font leur entrée quai Branly en 1970, à la rescousse pour réaliser un audit visant la redéfinition des missions de l’Institut et la restructuration de son organigramme. Son action ne répond pas aux attentes de Claude Gruson :

  • 81 Jean Ripert, cassette 10, Paris, 1990, CHEFF.

« Je n’ai pas cherché contrairement à Gruson à trop m’infiltrer dans les travaux du Plan […]. Ce que j’ai cherché plus à faire parce que la direction de la Prévision et le Plan n’avaient pas besoin de moi pour avoir leurs idées, c’était d’établir un pont plus passant avec le patronat et avec les syndicats »81.

  • 82 Cinquante ans d’INSEE, op. cit., p. 94-119.

26Son passage à l’INSEE est marqué par la rénovation des directions régionales, l’essor de l’informatique, la refonte des publications, la naissance des comptes trimestriels, le rapprochement avec les fédérations professionnelles pour améliorer les statistiques industrielles82.

II. Quelle intégration au ministère des Finances ?

A. Rapprochement significatif avec les directions du ministère des Finances

27L’un des objectifs prioritaires fixés par Jean Saint-Geours au cours de l’été 1965 est de réussir l’introduction de la direction de la Prévision au sein du cercle fermé des directions de la rue de Rivoli. L’institutionnalisation mais également les relations personnelles de Jean Saint-Geours avec certains directeurs vont permettre à la direction d’intensifier les échanges d’informations et de développer dans un climat de confiance sa vocation inter-directionnelle comme l’avait préconisé Claude Gruson dans ses notes-testaments de 1961. Ces relations sont vitales pour la direction de la Prévision qui doit vaincre le réflexe bureaucratique de rétention ; il lui faut obtenir les informations dont dépendent la qualité et la pertinence de son expertise au moment même où elle veut acquérir une légitimité intellectuelle en faisant valoir sa compétence technique. D’autre part les nouvelles orientations de Jean Saint-Geours axées sur l’applicabilité des travaux de la direction conduisent nécessairement à se rapprocher des utilisateurs que sont les directions du ministère afin de mieux mesurer leurs besoins. Jean Saint-Geours ne se contente pas de vouloir développer des relations ponctuelles et bilatérales avec ses consœurs du ministère, il impose progressivement sa conception extensive et transversale du rôle de sa direction. Celle-ci constituerait un pôle opérationnel de coordination, notamment dans le domaine informatique en créant une cellule informatique chargée de centraliser et d’intégrer toutes les données chiffrées du ministère afin de réaliser des modèles de décision les plus complets possible, mais aussi dans le domaine budgétaire en initiant et en pilotant l’opération RCB.

  • 83 Au comité de Liaison du 4 novembre 1966, assistent en personne Maurice Pérouse, directeur du Trésor (...)
  • 84 SAEF, B 14 67, « Compte rendu de la réunion du comité de Liaison entre la direction de la Prévision (...)
  • 85 SAEF, B 51 992, Gérard Eldin, « Compte rendu du comité de Liaison du 4 novembre 1966 », 11 p.

28Cette intégration au sein du ministère des Finances est favorisée par l’établissement du comité de Liaison qui se réunit tout au long de l’année 1966. Institué par décision du ministre le 12 novembre 1965, il est destiné à impliquer les directions du ministère dans les travaux de la direction de la Prévision. La première réunion comme les suivantes sont présidées par Antoine Dupont-Fauville, directeur de cabinet du ministre, et se déroulent en présence de la plupart des grands directeurs qui y assistent en personne83. Cette présence de choix prouve que – sous le haut patronage et avec la bénédiction du cabinet, il est vrai – la jeune direction a réussi sa percée et suscite un intérêt certain. Nous avons vu plus haut le rôle important de ces réunions qui ont permis à la direction du Budget d’entrer dans l’opération RCB, de passer des commandes précises (une étude sur l’équipement hospitalier, une étude sur la pharmacie, l’élaboration d’un modèle prévisionnel, l’amélioration des nomenclatures budgétaires et le lancement des études ODP). Les comptes rendus font également part de la décision de lancer un programme d’amélioration de prévision des recettes fiscales en liaison avec la direction générale des Impôts et d’analyser les conséquences financières de la réforme des taxes sur le chiffre d’affaires en lien avec la direction générale du Commerce intérieur et des Prix84. Un autre projet concerne les prévisions en matière d’échanges extérieurs en lien avec la DREE et avec la direction du Trésor85.

  • 86 Louis Lacaille est né en 1931. X-Mines, il est chargé de mission à la division des Actions économiq (...)
  • 87 SAEF, B 51 992, « Avant-propos du programme de travail 1966 », 12 p., p. 7.

29La première avancée significative concerne la direction du Trésor puisque Jean Saint-Geours dont nous avons souligné plus haut l’intérêt pour la politique industrielle et la volonté de mener une politique sélective et efficace des investissements publics obtient de siéger au conseil de direction du FDES. Une fois encore, le directeur de la Prévision prouve sa volonté de garder un pied au sein de l’administration active ; il ne veut pas être cantonné à un rôle d’observateur au sein d’un bureau d’études non intégré au processus décisionnel. De plus, comme il veut impliquer sa direction dans des travaux microéconomiques et sectoriels il espère ainsi obtenir des informations sur les décisions d’investissements publics, et aussi se voir commander des études ponctuelles. La DP participe aux travaux du FDES dans les comités suivants : Pierre Lequéret est nommé au comité nº 2 bis chargé des programmes pluri-annuels d’équipement urbain collectif de la région parisienne et au comité nº 2 ter chargé de la coordination des équipements urbains en province et des programmes de grands ensembles de logements ; Louis Lacaille86, quant à lui, siège au comité nº 4 chargé des investissements dans le secteur de l’énergie, et au comité spécialisé nº 8 chargé des investissements dans le secteur des transports87.

  • 88 SAEF, B 51 992, « Compte rendu de la visite faite le 3 novembre 1966 à R. de La Genière, directeur (...)
  • 89 SAEF, B 51 992, « Modèle de prévision budgétaire. Compte rendu de réunion entre les membres du bure (...)
  • 90 Ibid., p. 4-5.
  • 91 Ibid., p. 2.
  • 92 Ibid.

30C’est surtout avec la direction du Budget que de nouvelles relations s’établissent, notamment au niveau des deux directeurs qui se rencontrent de plus en plus régulièrement. À l’occasion d’une réunion, le 3 novembre 1966, Renaud de La Genière demande le concours de la direction de la Prévision pour élaborer un modèle budgétaire : « La prévision budgétaire est actuellement faite selon des méthodes artisanales et parcellaires, de sorte qu’il est difficile, le moment venu, d’y voir clair et d’opérer des choix. Or tous les flux de recettes et de dépenses sont reliés soit entre eux, soit avec des flux économiques. Ce sont des relations qu’il faudrait faire apparaître de manière à disposer d’un modèle qui soit en même temps plus rigoureux et plus maniable que celui qui est implicitement utilisé à l’heure actuelle. L’étude sera menée par la direction du Budget en liaison avec la direction de la Prévision agissant comme conseiller technique »88. L’élaboration de ce modèle suscite de nombreuses rencontres officieuses entre les états-majors des deux directions qui se déroulent à la direction du Budget en présence notamment de Guy Vidal, Pierre Lequéret, et Jacques Raiman, au cours desquelles se révèle la complexité du rôle de conseil et d’assistance technique de la direction de la Prévision confrontée aux demandes exigeantes de sa consœur et à l’ampleur de la tâche89. Il est finalement décidé d’étudier quelques cas précis : calcul des salaires de l’Éducation nationale, détermination de l’augmentation générale des salaires, investissements routiers, quelques postes de recettes. La direction du Budget doit envoyer sur ces points ses méthodes de prévision ainsi que celles des ministères intéressés. La direction de la Prévision fera alors parvenir ses observations et la discussion pourra s’engager : « À partir de ces cas concrets, l’objectif envisagé est d’établir un programme de formalisation de la procédure de prévision utilisée effectivement par la direction du Budget. Ce travail qui pourrait durer un an implique une description minutieuse, à la charge des fonctionnaires du Budget, des règles de prévision qu’ils utilisent et la transcription de ces règles en langage compréhensible par l’ordinateur. Le résultat de ce modèle serait alors la possibilité de calculer très rapidement les conséquences d’un certain nombre d’options budgétaires »90. Parallèlement à ce projet de modèle budgétaire, il est convenu d’engager une révision des nomenclatures selon certains objectifs énoncés par le directeur du Budget : simplifier la gestion administrative, permettre une meilleure appréciation de l’efficacité des services, et effectuer des raccordements automatiques avec la comptabilité nationale et le Plan. Ce projet de révision des nomenclatures devra être effectué par la direction du Budget avec la collaboration de la direction de la Prévision et de la direction de la Comptabilité publique91. Par ailleurs Renaud de La Genière demande que soient réalisées par la direction de la Prévision des études approfondies sur la politique commune des transports et sur la politique énergétique européenne92.

  • 93 SAEF, B 51 992, « Note pour MM. les chefs de division : programme de travail de la direction pour 1 (...)

31La réalisation de ce modèle budgétaire fait partie de la liste des opérations prioritaires du programme de travail de la direction pour 1967, et les ambitions tactiques qui la sous-tendent ne sont pas dissimulées : « Il s’agit d’une opération test qui est susceptible de renforcer nos liens avec la direction du Budget en même temps qu’elle améliorera notre connaissance des problèmes de politique budgétaire »93. Cette période d’idylle est vécue des deux côtés comme une rupture volontariste avec le passé et répond aux aspirations profondes héritées du SEEF de se rapprocher de la citadelle Budget. Cependant, cette collaboration, fruit d’une entente personnelle et quasi amicale entre les deux directeurs, risque d’être plus difficilement comprise et poursuivie au niveau des échelons intermédiaires, notamment celui des cadres exécutants de la direction du Budget, habitués à des réflexes traditionnels de cloisonnement et de hiérarchie administrative, et dont la formation de généraliste est susceptible de nourrir des méfiances à l’égard des experts de la direction de la Prévision. D’autre part, ces années de coopération entre les directeurs et les états-majors des deux services ne sont pas sans risque pour la jeune direction en alourdissant ses tâches et en mettant en jeu sa crédibilité si elle ne réussit pas à répondre aux attentes.

  • 94 SAEF, B 52 005, « Réunion de coordination du 2 novembre 1966 », note manuscrite ; SAEF, B 51 992, « (...)

32Une fois encore, ce sont les relations personnelles qui vont favoriser de nouveaux rapprochements institutionnels. La nomination à la tête de la direction de la Comptabilité publique de Jean Sérisé, pionnier du SEEF, favorise les réunions au sommet entre les deux directeurs. Jean Sérisé accepte d’une part de fournir des éléments davantage précis que par le passé pour élaborer la comptabilité nationale et d’autre part d’aménager les nomenclatures de sa direction afin de permettre le passage entre le Budget, les comptes nationaux et la Comptabilité publique. En contrepartie, il demande à la direction de la Prévision de réfléchir à la manière d’aider les TPG qui sont amenés à donner des avis aux préfets de région concernant la régionalisation des investissements et leur rentabilité, en leur fournissant des notes de méthode et des circulaires adaptées. Pour réaliser ce projet, la direction de la Prévision envoie une mission auprès d’un TPG pour évaluer de manière concrète comment se pose le problème94.

  • 95 SAEF, B 51 992, « Programme 1967- Division des Études fiscales », 11 p., p. 2.

33Un rapprochement avec la direction générale des Impôts s’amorce à partir de juin 1965, impulsé par Claude Gruson qui souhaite ardemment à la tête de l’INSEE un toilettage et une homogénéisation des statistiques fiscales dont il connaît bien les failles puisqu’il les a largement utilisées pour la comptabilité nationale. Le 22 juin 1965, un comité permanent rassemblant les directeurs de la direction générale des Impôts, de la direction de la Prévision et de l’INSEE, assistés chacun d’un fonctionnaire chargé de la liaison entre les trois services, est créé. Hormis ce travail d’amélioration statistique, la division des Études fiscales, déchargée définitivement de la collecte et de l’élaboration des statistiques fiscales qui incombent désormais à la direction générale des Impôts et à la direction de la Comptabilité publique, concentre ses efforts sur la réalisation d’un modèle « Impôts indirects » exploité soit pour l’étude du passé récent, soit pour les projections à court ou moyen terme. Cette modélisation est guidée par la volonté d’élaborer des modèles semblables en matière d’impôt sur le revenu des personnes physiques et d’impôt sur les sociétés. En outre, cette division travaille en lien constant avec la direction générale des Impôts pour élaborer les prévisions de recettes fiscales destinées aux budgets économiques avant leur envoi à la direction du Budget95.

  • 96 SAEF, B 52 005, « Réunion de coordination du 2 novembre 1966 », note manuscrite, anonyme.
  • 97 SAEF, B 51 992, « Compte rendu de la liste faite le 27 octobre 1966 à M. de Montrémy, directeur gén (...)

34Quant à la direction des Douanes, elle est également concernée par la volonté de collaboration de la direction de la Prévision. Le 27 octobre 1966, au cours d’une réunion, Jean Saint-Geours et Philippe de Montrémy en précisent les conditions : la direction de la Prévision s’engage à établir une note trimestrielle de conjoncture à paraître dans le Bulletin des Douanes96, tandis que la direction des Douanes accepte de modifier ses nomenclatures afin de les adapter à celles de la comptabilité nationale en prêtant pendant cette recherche une machine électronique et en détachant un inspecteur des Douanes97. Un accord est conclu entre les deux directeurs visant à conserver et à stocker sur bandes magnétiques le maximum d’informations et à créer un groupe de liaison « Prévision – Douanes » destiné à se pencher sur ces questions de mécanographie.

35Les relations de la direction de la Prévision avec ses homologues posent la délicate question de la place des experts au sein d’une administration. La complexification des données économiques, notamment en raison de l’ouverture internationale, les progrès techniques en matière d’informatique, l’évolution rapide des aspirations sociétales conduisent les décideurs à recourir à l’assistance de spécialistes qui s’appuient sur leur compétence pour s’assurer un monopole d’expertise dans certains domaines. Cependant, l’intégration et la réussite de la direction de la Prévision, qui devient le service d’experts du ministère, dépendent en grande partie de l’attitude de ses consœurs : celles-ci passent les commandes d’expertise et d’assistance technique et restent maîtres du degré d’application des recommandations ; elles déterminent également la qualité de ses travaux par leur capacité à accepter de plus ou moins bon gré la vocation transversale de la jeune direction qui lui est vitale pour remplir les rôles qu’elle s’est assignée de coordination et de synthèse. Ces relations oscillent perpétuellement entre deux écueils : le risque pour les experts d’être cantonnés dans des organismes d’études sans prise directe avec la réalité des besoins et celui pour les directions d’une ingérence et d’un empiétement sur leur champ de conception au nom de la rationalité technique. Un équilibre des pouvoirs doit donc être constamment défini et renouvelé entre les deux parties qui repose beaucoup, nous l’avons sur les relations personnelles qu’entretiennent les directeurs et leur staff et également sur l’appui et l’impulsion que donne le cabinet.

B. Quelle influence sur le cabinet ?

  • 98 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. À la question : « Quelle était l’influence d (...)

36Constituer un état-major performant et opérationnel au service du cabinet capable de rationaliser et d’influencer la décision de politique économique, avait été l’ambition de Claude Gruson dès 1949, réaffirmée par Jean Saint-Geours lors de la création de la direction. Il nous faut souligner à quel point le foisonnement méthodologique et scientifique impulsé à partir de 1965 doit être compris dans cette perspective. Ce désir de faire partie de la garde rapprochée et influente du cabinet est la question cruciale qui taraude les esprits des cadres de la direction de la Prévision98. Ils ne cessent de se demander si leurs travaux « servent à quelque chose ». Mesurer les relations que le cabinet, avec à sa tête le ministre, entretient avec ses experts économiques est donc difficile et nécessite une approche nuancée. Néanmoins un constat s’impose sur la période considérée : témoignages oraux, réponses au questionnaire et archives écrites concordent et font état de meilleures relations avec Michel Debré qu’avec Valéry Giscard d’Estaing. Afin d’analyser ces dires, il nous semble indispensable de distinguer la production des tâches officielles, insérée dans les rouages administratifs qui légitiment l’existence de la structure et qui d’un ministre à l’autre semble présenter les mêmes caractéristiques, de la marge de manœuvre plus officieuse dont dispose le directeur de la Prévision pour « conseiller » son ministre, notamment lorsqu’il lui écrit de sa propre initiative. Nous nous interrogerons particulièrement sur ce dernier type de note avec un exemple qui nous semble révélateur des relations qui peuvent s’instaurer entre le décideur politique et ses experts.

1. La routine administrative ?

  • 99 Faut-il y voir l’alibi d’une ouverture d’esprit ? Michel Debré insiste sur la valeur des travaux de (...)
  • 100 SAEF, B 52 032, « Noms des membres de la commission des comptes et budgets écono- miques de la Nati (...)

37Deux types de travaux, – la rédaction du rapport économique et financier introductif à la loi de Finances et les deux séances annuelles de mai et d’octobre de la commission des comptes de la Nation –, ont le grand avantage de légitimer la direction de la Prévision d’un point de vue administratif, en l’obligeant à produire des documents à échéance fixe. Nous avons vu plus haut comment la commission des comptes de la Nation avait été mise au pas en 1960 avec la décision de la faire présider par le ministre des Finances et d’y nommer une écrasante majorité de hauts fonctionnaires (sur les quarante membres, seulement huit représentent des instances politiques). Cette commission n’a qu’une compétence consultative ; elle examine les rapports sur les comptes de l’année passée et les budgets économiques de l’année à venir. Ces travaux sont considérés de la même façon par les deux ministres. Valéry Giscard d’Estaing comme Michel Debré ne souhaitent aucune publicité des débats qui restent strictement confidentiels. La commission des comptes de la Nation peut donc être considérée comme une chambre d’enregistrement, qui fournit au ministre un moyen commode et sans risque de faire valoir sa volonté et son aptitude à engager une réflexion en fait menée en vase clos99 avec ses hauts fonctionnaires et quelques économistes ou sociologues triés sur le volet100. Quant aux secrétaires généraux chargés de la rédaction du rapport, ils sont issus de l’inspection des Finances : Simon Nora, Gérard Eldin, Michel Rocard, Yves Bernard. Leur statut facilite les introductions et les relations de confiance avec le cabinet et garantit la qualité du rapport administratif.

38Autre tâche insérée dans le calendrier administratif, la préparation de la loi de Finances. La direction de la Prévision établit au début du mois de mars une note sur l’état de la prévision de l’année en cours et les perspectives exploratoires de l’année suivante fondée sur les budgets de printemps qui vise à apporter des éléments d’appréciation sur l’orientation de la politique budgétaire, dans ses relations avec les conditions de la croissance et les équilibres économiques. Un nouveau document est rédigé au début de juillet pour préciser les perspectives de l’année suivante au moment où le gouvernement s’engage dans la dernière phase de la procédure des arbitrages budgétaires. Mais ce qui fait l’objet d’une attention toute particulière de la part du cabinet, c’est la rédaction du rapport économique et financier introductif à la loi de Finances.

39Jean Saint-Geours se souvient à ce propos :

  • 101 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le rapport économique introduisant la loi de Finances, c’était surtout “direction de la Prévision-cabinet”, mais enfin on tenait compte du Budget. Ce n’est pas nous qui faisions le Budget, le Budget était intégré dans un ensemble dont on avait discuté, les grands équilibres, etc. »101.

  • 102 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 103 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 104 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

40Pour Antoine Dupont-Fauville, directeur de cabinet de Michel Debré, il n’y a pas de doute, ce qui l’intéressait le plus, c’était la rédaction de ce rapport économique et financier102. Ce point est confirmé par les cadres de la direction de la Prévision. Ils font part des séries de réunions pas toujours faciles nécessitant des talents de diplomate103 afin d’obtenir du cabinet que soient retenues et publiées les projections et les analyses les plus proches de leurs travaux initiaux, alors que le ministre, estimant à travers ce rapport engager sa responsabilité, manifeste sa volonté de revoir à la baisse certains chiffres qui lui déplaisent et conteste certaines conclusions qu’il estime trop pessimistes104.

41Ces travaux qui correspondent aux tâches administratives et classiques de la direction posent la délicate question de son indépendance intellectuelle. Jean Saint-Geours se souvient de discussions dures.

42Il les explique de la manière suivante :

  • 105 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’est toujours la même dialectique, c’est un peu un dilemme. Si vous affichez la vérité absolue de vos prévisions, vous risquez de provoquer à coup sûr la réalisation de cette prévision. Alors qu’il y avait encore une marge d’incertitude que vous pouviez utiliser en n’affichant pas tout à fait la vérité. Il est clair que le chiffre affiché avait un caractère générateur »105.

43Dans un contexte encore marqué par les tendances inflationnistes et le poids des syndicats, annoncer une hausse des prix, c’est prendre le risque de la créer. Autre question que soulève la publication des comptes selon Jean Saint-Geours :

  • 106 Ibid.

« Il fallait doser ce qu’il y avait de probable et de constatatif et ce qu’il y avait de souhaitable et de volontaire, et cela, ce n’était pas commode »106.

  • 107 Ibid.

44Il est en effet difficile de distinguer une simple prévision d’une norme puisqu’un budget économique, conformément aux souhaits initiaux de Claude Gruson, n’est pas une simple prévision de ce qui va se passer d’après les tendances présentes mais doit intégrer l’effet d’une politique économique escomptée ou conseillée. Il en résulte des relations complexes entre un ministre et son service d’experts qu’il est parfois difficile à Jean Saint-Geours de faire accepter au sein de la direction de la Prévision et qui alimentent les critiques de l’INSEE taxant ses comptes d’impurs107.

45Nous estimons que ces réticences et ces accusations tiennent du mauvais procès. Faut-il rappeler que le statut de la direction de la Prévision fait d’elle une direction du ministère, et qu’elle n’a jamais aspiré à l’objectivité pure et dure mais elle a toujours revendiqué des relations proches et confidentielles avec le cabinet ? C’est au titre de ces liens privilégiés que le SEEF a été maintenu au sein du ministère des Finances et qu’il a conservé la haute main sur les budgets économiques. C’est encore l’objectif de Jean Saint-Geours en 1965 dont la stratégie est de se rapprocher du cabinet. Ce sont ce statut et cette volonté de proximité qui posent le problème de la publication des comptes ; ceux-ci sont effectués par les experts économiques du ministère et sont donc considérés à l’extérieur comme engageant la responsabilité du ministre. D’autre part, ces liens de confiance que souhaitent établir les responsables de la structure avec le cabinet visent objectivement à perfectionner les comptes par l’échange d’informations. En procédant ainsi, ils remplissent la mission fondatrice de leur structure. Les comptes qu’ils publient sont par essence politiques et résultent des négociations qu’ils ont menées avec le cabinet.

2. Comment mesurer et interpréter les relations entre Michel Debré et ses experts économiques ?

46Ce qui frappe quand on croise les témoignages oraux et écrits avec les archives écrites, c’est l’opposition entre les deux ministres Valéry Giscard d’Estaing et Michel Debré. Deux périodes se distinguent. La première dure six mois de la création en juillet 1965 au départ de Valéry Giscard d’Estaing en janvier 1966 et elle se caractérise par des relations bonnes, mais sans plus.

  • 108 Jean Saint-Geours, 22 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Les conseils de politique économique généraux, Giscard n’en voulait pas. Cela l’énervait ! […] Nous continuions à faire nos notes générales mais Giscard n’aimait pas cela […]. Giscard n’aimait pas du tout cela, et constamment, il me disait : “Vous n’êtes pas là pour me donner des conseils” »108.

  • 109 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Moi, j’ai senti chez cet homme le désir de ne pas se faire conseiller. Qu’on lui donne des éléments de la décision mais sans le conseiller. Que quelqu’un lui dise : “voilà la solution”, il me semble qu’il trouvait cela assez désobligeant »109.

  • 110 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 111 Ibid.
  • 112 Jean Saint-Geours, 23 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

47Jean Saint-Geours regrette notamment que Valéry Giscard d’Estaing n’ait pas tenu compte de ses conseils pour mettre fin au plan de stabilisation110, et il fait remarquer qu’aucune réunion n’avait été instituée de manière régulière entre le ministre et ses directeurs111. Ce tableau doit cependant être nuancé : la direction de la Prévision dispose alors de relais précieux au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing en les personnes de Jean Sérisé et de Gérard Eldin ; non seulement ces derniers ont favorisé et suivi de près sa création mais ils sont des interlocuteurs précieux lors des discussions sur l’interprétation politique des comptes du Budget, notamment au moment de la préparation des séances de la commission des comptes de la Nation et lors de la rédaction du rapport économique et financier112. Enfin, le départ du ministre au bout de quelques mois ne permet pas de véritablement porter un jugement sur le rôle qu’il réservait à ses experts économiques.

  • 113 Ibid., Jean Saint-Geours déclare : « Debré, ministre merveilleux, c’est-à-dire qu’on le voyait beau (...)
  • 114 SAEF, B 51 992, « Note sur les activités de la direction en 1967 », 10 p., p. 9.
  • 115 Cette division prépare les rapports destinés aux organisations internationales sur la situation fra (...)
  • 116 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je me souviens m’être trouvé deux ou troi (...)
  • 117 Yves Bernard, 7 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je n’aimais pas du tout Debré […] pour êt (...)
  • 118 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 119 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Nous l’avons vu plus haut, les occasion (...)
  • 120 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Jean Saint-Geours ne se souvient malheu (...)

48À cette période courte est couramment opposée celle quasi idyllique du ministère de Michel Debré dont les qualités d’homme réformateur et interventionniste sont unanimement vantées113. Les archives attestent une intensification des relations entre son cabinet et la direction de la Prévision. Nous avons vu plus haut que les premières études microéconomiques sur le RER et le Concorde sont présentées au comité de Liaison qui est présidé par Antoine Dupont-Fauville, directeur de cabinet, et que le projet de la RCB est suivi de près par Pierre Suard avant d’être récupéré par le ministre. Nous avons également pu constater que Michel Debré fait confiance à Jean Saint-Geours en accédant à ses requêtes par l’accroissement des crédits affectés à sa direction. D’autre part, la division de l’Actualité économique dont la vocation est d’être branchée sur les besoins quotidiens du cabinet fait part dans son programme de travail de l’accroissement récent de ses tâches : « Pour le cabinet du ministre, de nombreuses notes ont été établies sur les problèmes d’actualité : politique de l’emploi, de la recherche, de la promotion sociale, évolution de la structure du commerce extérieur, coordination des politiques conjoncturelles dans la CEE »114. Cette division est également chargée de la rédaction de la partie économique du rapport économique et financier annexé à la loi de Finances. Elle fournit régulièrement au cabinet des éléments statistiques et des notes brèves, notamment à l’occasion des réunions ministérielles ; elle centralise toutes les questions parlementaires et demandes diverses adressées par le cabinet à la direction de la Prévision115. Les relations des cadres prouvent également une intensification de ces liens. Ils sont nombreux à mentionner les réunions au cabinet de Michel Debré116 et ils font part du sentiment d’avoir été écoutés et considérés117. Jean Saint-Geours assiste aux réunions des directeurs du lundi118 et se rend trois ou quatre fois par semaine au cabinet119 ; il se souvient même d’avoir accompagné Michel Debré à certaines réunions du mardi chez Georges Pompidou120.

  • 121 Jean Saint-Geours, 23 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

49Comment mesurer la collaboration entre Michel Debré et la direction de la Prévision ? À côté des études de perspectives générales exploratoires que nous avons évoquées plus haut, certaines notes sont établies pour le ministre pour répondre à certains aléas (événements monétaires européens, crise sociale interne) ou peser les implications d’une mesure envisagée ou envisageable (réduction de la durée de temps de travail, préparation de dévaluation) ou encore les conséquences d’une mesure décidée. Elles peuvent être rédigées à la demande du ministre ou à l’initiative du directeur de la Prévision. Elles constituent un indicateur précieux de la nature des liens entre le décideur politique et l’expert économique. Ces notes sont particulièrement éclairantes car le directeur qui prend sa plume de manière confidentielle peut laisser libre cours à son analyse, il n’est pas contraint à l’autocensure ni au discours diplomatique imposés en cas de publication. Nous nous proposons d’étudier particulièrement une de ces notes, présentée par Jean Saint-Geours comme la plus importante et la plus significative au cours de la période étudiée et qui a fait l’objet d’une réponse de Michel Debré121.

  • 122 Archives privées Jean Saint-Geours, « Note de politique économique », 22 décembre 1967, 18 p., p. 6
  • 123 Ibid., p. 7.
  • 124 Ibid., p. 18.
  • 125 Archives privées Jean Saint-Geours, réponse de Michel Debré, 24 décembre 1967, 1 p.
  • 126 Ce qui confirme les témoignages de Jean Saint-Geours et d’Antoine Dupont-Fauville sur les méthodes (...)

50Jean Saint-Geours est très fier de cette note rédigée le 22 décembre 1967 qui annonce selon lui les événements de mai 1968. Il y indique qu’une révision pessimiste du budget économique de l’année 1967 présenté à la commission des comptes de la Nation en octobre s’impose, en raison des incertitudes liées à l’application de la réforme des taxes sur le chiffre d’affaires et de la récente dévaluation de la livre. Ces deux facteurs font craindre au directeur de la Prévision des hausses de prix, un affaiblissement de la consommation des ménages et une demande extérieure affectée par la dévaluation de la livre122. Il prévient le ministre que ces tendances inflationnistes peuvent avoir des conséquences dangereuses sur le plan social : « Les réactions aux hausses enregistrées depuis le mois d’octobre pourraient engendrer un processus cumulatif d’augmentation des prix et des salaires : on peut craindre en effet qu’une réduction trop vivement ressentie du pouvoir d’achat ne déclenche des mouvements revendicatifs, s’étendant par contagion à partir du secteur public. Celui-ci en effet n’a cessé de voir se creuser depuis quatre ans l’écart entre ses rémunérations et celles qui sont pratiquées dans le secteur privé »123. Il préconise trois mesures : pour désamorcer le risque de l’escalade prix-salaires, une augmentation des rémunérations de la fonction publique ; pour soutenir la demande, un décalage dans le recouvrement de l’impôt sur le revenu et son allégement, ou une augmentation de certaines prestations familiales ; pour lutter contre la hausse des prix, l’abaissement d’un point du taux intermédiaire de la TVA124. Cette note rompt avec le passé, elle est beaucoup plus courte, synthétique et propositionnelle que celles de Claude Gruson et elle semble donc davantage susceptible d’être lue par le ministre et de l’interpeller. Deux jours plus tard, Michel Debré fait part à son directeur de ses réactions et de ses observations : « J’ai lu avec intérêt votre note de politique économique »125. Il regrette cependant que son directeur n’ait pas abordé la question du logement qu’il estime primordiale et l’enjoint de ne pas se « borner » à la question de la relance de la consommation mais de réfléchir à « ce que nous pourrions faire d’un moindre effort de la TVA et d’un effort parallèle sur le logement ». Cette réaction à chaud du ministre prouve que les notes de Jean Saint-Geours sont lues directement par Michel Debré126, et qu’elles provoquent une réaction. Un dialogue s’est amorcé entre les deux hommes mais Michel Debré garde l’initiative en maintenant des positions guidées par des préoccupations politico-sociales et non par des considérations d’ordre macroéconomique. Comment mesurer l’impact de ces suggestions sur les décisions du ministre des Finances ? En Conseil des ministres du 24 janvier 1968, celui-ci annonce un plan de relance :

  • 127 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 181.

« accélération des dépenses publiques d’équipement et augmentation du volume des prêts aux HLM pour la construction de 10 000 logements supplémentaires, notamment pour supprimer bidonvilles et taudis ; incitation à des investissements qui seront appuyés par le crédit de l’État, essentiellement dans les régions défavorisées, les zones de reconversion industrielle et de rénovation rurale […]. Pour la consommation, la hausse de 4,5 % des allocations familiales projetée pour le 1er août est avancée au 1er février et l’allocation minimale aux personnes âgées est augmentée avec huit mois d’avance sur le calendrier fixé par le Budget. Enfin dans le domaine fiscal, le plan prévoit la réduction de 15 % du premier acompte provisionnel de l’impôt sur le revenu payable en principe au 15 février […]. D’autre part, il étend les dispositions de déductibilité au titre de la TVA et réduit la taxe de circulation des viandes »127.

51Même si rien ne permet objectivement de lier une décision à un conseil, ce plan comprend certaines mesures préconisées par Jean Saint-Geours : réduction de l’impôt sur le revenu, hausses de prestations familiales, assouplissement dans la mise en application de la TVA.

  • 128 Jean-Yves Haberer est un jeune inspecteur des Finances très influencé par une mission aux États-Uni (...)
  • 129 Laure Quennouëlle, op. cit., « La marche forcée vers la modernisation », p. 497-518.

52Il ne faudrait pourtant pas surestimer l’influence de la direction de la Prévision pour plusieurs raisons. Le fait marquant du passage de Michel Debré rue de Rivoli, c’est le train de réformes connues sous le nom Debré-Haberer128. Nous pouvons nous interroger sur le rôle de la direction de la Prévision lors de la préparation de ces mesures. A-t-elle participé à leur décision ? A-t-elle été consultée comme expert ? Ces mesures qui visent la réforme du crédit et des banques en vue de l’adapter à la nouvelle donne européenne rapprochent les banques de dépôts et les banques d’affaires afin d’unifier les conditions de collecte de dépôts et d’élargir leur capacité de crédit, et réorganisent les marchés financiers afin de développer le financement privé des investissements et d’ouvrir sur le plan international la place de Paris. Laure Quennouëlle démontre que ces réformes relèvent de l’initiative politique et qu’elles ont été plus ou moins subies par la direction du Trésor, alors même qu’elles concernent les secteurs bancaires et financiers qui sont pourtant de son ressort129. Quant à la direction de la Prévision, elle n’y a pas été associée.

  • 130 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 166.

53D’autre part, dans ses mémoires, Michel Debré ne rend pas hommage à ses experts de la direction de la Prévision et il ne cite pas le nom de Jean Saint-Geours. Il raconte par exemple que c’est à la suite de conversations avec Maurice Pérouse, Antoine Dupont-Fauville, René Larre, Jean Dromer et Jean-Yves Haberer qu’il revient sur ses positions concernant le retour à l’étalon or130. De plus, la direction de la Prévision ne dispose pas de représentants au sein du cabinet. En outre, le jugement du directeur de cabinet de Michel Debré, Antoine Dupont-Fauville est pour le moins réservé :

  • 131 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Ils affichaient leurs idées politiques. Mais ils ne décidaient rien. Debré était intellectuellement intéressé par la direction de la Prévision. Pour essayer de comprendre les choses. Debré et Saint-Geours, je crois qu’ils s’entendaient assez bien. Debré était un homme ouvert, contrairement à ce que l’on pense, presque trop intellectuel. Il était très intéressé par la compréhension des problèmes en général […]. Je sais que les travaux étaient pris en considération. Mais Saint-Geours a eu une influence limitée […]. Parce qu’ils se gauchissent. Il n’y a pas une vraie collaboration. Ils étaient corrects, mais je ne me souviens pas avoir été influencé par des notes de la direction de la Prévision […]. Elles ne m’ont pas marqué. Je ne crois pas qu’elles aient joué un très grand rôle »131.

54Par conséquent, la direction de la Prévision dispose d’une marge d’influence qui varie au gré des ministres. Son sort est lié à la personnalité et aux désirs du ministre qui fixe les règles du dialogue. La réponse de Michel Debré à la note de Jean Saint-Geours prouve que, tout en ayant une attitude ouverte et intéressée, il joue son rôle de ministre dont la mission dévolue par la démocratie est de trancher, de prendre la décision et qu’il n’est pas guidé uniquement par une vision technocratique des équilibres économiques mais il sait tenir compte des aspirations sociales de la société. La confiance qu’il peut accorder à ses experts économiques dépend en grande partie de la capacité du directeur de la Prévision à faire valoir la performance de ses outils tout en se gardant d’un aveuglement scientiste et à rédiger des notes claires, propositionnelles, dénuées de dogmatisme et applicables. La question de l’influence ne peut donc jamais être tranchée puisqu’elle varie d’un ministre à l’autre et d’un directeur à l’autre et qu’il s’agit d’établir à chaque fois les bases d’une nouvelle relation. Enfin, l’accusation de déformation politique semble injuste, notamment à la lecture des notes et des rapports de Jean Saint-Geours qui proposent des solutions non doctrinales, non sectaires, mais sous-tendues par une volonté d’intervention dans le domaine de la politique industrielle très « politiquement correcte » car parfaitement conforme aux desseins du général de Gaulle.

  • 132 Selon les propos d’un témoin qui souhaite rester anonyme.

55Sur la question de ses relations avec le cabinet, la direction de la Prévision est donc en porte-à-faux. D’une part, elle est accusée par l’INSEE d’être trop proche du cabinet, trop opportuniste et de sacrifier l’idéal scientifique sur l’autel politique, et d’autre part, au sein du ministère, elle risque de passer pour un repaire d’opposants en raison des appartenances politiques affichées par ses membres et ses analyses peuvent être considérées par le cabinet comme biaisées. Un équilibre doit être perpétuellement redéfini, fruit d’une alchimie délicate opérée par le directeur de la DP dont le rôle paraît primordial pour rassurer les uns, gagner la confiance des autres, mais également pour calmer les ardeurs de ses troupes et aboutir à des notes parfois édulcorées, « mâchées »132, contenant des analyses recevables et des propositions réalistes et applicables par le cabinet et par les directions. Cette marge de manœuvre étroite qui tient de l’exercice d’équilibrisme résulte de l’institutionnalisation de la structure. À partir de 1965, l’adhocratie est forcée de gérer de nouvelles contraintes qui la font se muer en un service à part entière du ministère des Finances.

  • 133 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1966 », 11 p., p. 9-10.

56En étant largement présente au sein des organismes internationaux133, la direction de la Prévision légitime administrativement son existence et sait se rendre indispensable au ministère des Finances. Nous avons vu plus haut que cette mission s’inscrit dans la tradition puisque dès 1949, Pierre-Paul Schweitzer, secrétaire général du SGCI, fait appel à Claude Gruson et à son équipe pour fournir les chiffres indispensables aux négociations avec les Américains du plan Marshall. En 1968, la direction de la Prévision siège à la Communauté Économique Européenne (CEE), à l’OCDE et dans certains organismes dépendant de l’ONU. Cette participation importante aux organismes internationaux est une spécificité par rapport aux autres directions et s’explique par plusieurs facteurs : la comptabilité nationale et les budgets économiques constituent un langage commun même s’ils se sont développés sous d’autres formes dans d’autres pays ; les interrogations voire les inquiétudes que suscite l’ouverture du Marché commun légitiment la participation des experts économiques qui doivent élargir leur champ d’information et les intégrer dans leurs projections et analyses ; le moindre intérêt que les autres directions du ministère, accaparées par le court terme et peu sensibilisées au travail réflexif, portent aux questions internationales permet à la direction de la Prévision de s’affirmer dans ce domaine. Enfin, ces postes au sein des organismes internationaux constituent à terme de précieux débouchés de carrière pour les chargés de mission de la direction.

  • 134 Archives privées Jean Saint-Geours, note à Michel Debré « Suggestions pour faire progresser l’intég (...)

57Au titre de ces compétences sur le front international, Jean Saint-Geours prend sa plume pour convaincre Michel Debré de « faire progresser l’intégration économique dans la Communauté européenne ». Conscient que son ministre est loin d’être acquis à la cause européenne, Jean Saint-Geours met en évidence six secteurs économiques sur lesquels les efforts européens devraient se concentrer : les transports, l’énergie, la coopération industrielle, la politique monétaire, la politique conjoncturelle, la programmation à moyen terme. Et il brandit habilement pour rassurer son ministre un argument anti-américain : « Ces suggestions pour faire progresser l’intégration économique européenne m’ont été dictées, non par une espèce de “foi européenne” ou de manie de l’intégration – j’ai toujours eu à l’égard de l’Europe des Six une attitude expérimentale et réaliste – mais par le souci de nous prémunir contre les déséquilibres économiques qu’engendre inévitablement une coopération trop limitée, et surtout par un réflexe angoissé de défense contre l’hégémonie des États-Unis »134.

58Dernier domaine qui permet à la direction de la Prévision de se faire valoir au cabinet et d’acquérir une assise administrative au sein du ministère des Finances : les relations avec le Plan.

III. Le repositionnement vis‑à‑vis du Plan

  • 135 Jean Saint-Geours, 13 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Moi, je suis passé assez facilem (...)

59Ce qui frappe à la lecture des archives écrites et orales, c’est la rupture avec l’ère grusonienne au cours de laquelle la doctrine de la structure et ses travaux étaient sous-tendus par un idéal planificateur. À partir de 1962, deux facteurs décisifs modifient profondément l’équilibre des pouvoirs : d’une part, le Plan est détaché du ministère des Finances et d’autre part, Claude Gruson, nommé à la tête de l’INSEE, emmène avec lui une grande partie des équipes travaillant sur la programmation à moyen terme pour créer la direction des Synthèses économiques sur laquelle repose la grande réforme de l’Institut. Jean Saint-Geours réagit à cette nouvelle donne en homme des Finances et avec pragmatisme135 en asseyant la rénovation du SEEF sur l’élargissement de ses missions (politique industrielle, rentabilité des investissements, études sectorielles) et sur l’appropriation d’outils initiés à l’extérieur (calcul économique, modélisation, RCB), mû par le souci primordial de fournir des conseils utilisables par le ministère des Finances (cabinet et directions), adaptés à ses besoins et susceptibles de renforcer son pouvoir. C’est dans cet esprit qu’il révise la position du SEEF dès 1964 vis-à-vis du Plan en impulsant la constitution de groupes Finances-Plan que nous avons relatée plus haut.

60L’année 1966 marque un tournant avec le départ de Pierre Massé, remplacé par François-Xavier Ortoli, et avec l’arrivée de Michel Debré rue de Rivoli. Il est admis que le passage rapide du gaulliste et libéral François-Xavier Ortoli coïncide avec l’amorce d’un lent déclin du Plan. Claude Gruson, déçu, estime que cette nomination prouve qu’il n’a pas su se faire entendre et il décide de démissionner. Son successeur, qu’il a pourtant lui-même désigné, Jean Ripert, ne suivra pas ses orientations planificatrices, et déclare s’être beaucoup moins mêlé des affaires du Plan. À partir de 1967, le Plan connaît une traversée du désert avec à sa tête René Montjoie, qui, gravement malade ne peut impulser l’institution dont il a la responsabilité. À la même époque, Jean Saint-Geours, qui avoue ne pas être aussi dogmatique que son prédécesseur à propos du Plan, le considère surtout comme le réceptacle approprié de ses préoccupations concernant la politique industrielle ; il s’investit avec enthousiasme dans la présidence du groupe de travail sur la Recherche industrielle en 1965 puis dans sa participation au comité de Développement industriel présidé par François-Xavier Ortoli en 1966.

  • 136 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 180 et 181 : « Je me sens quelque peu prisonnier du Plan et de se (...)
  • 137 Antoine Dupont-Fauville est entré au Plan en 1957 aux services financiers et il est nommé en 1962 c (...)

61Quant à Michel Debré, qui rebaptise le ministère « de l’Économie et des Finances » pour marquer la priorité du développement économique sur la gestion des finances publiques, il ne cache pas dans ses mémoires ses réserves à l’égard du Plan136 et il semble au regard des archives déléguer largement le dossier à son directeur de cabinet Antoine Dupont-Fauville en qui il voit un homme expérimenté car celui-ci a effectué une grande partie de son parcours professionnel rue de Martignac137. Dans ses notes, Antoine Dupont-Fauville souhaite explicitement que le ministère des Finances réinvestisse le Plan afin de permettre à ses directions de participer activement à sa préparation ; c’est ainsi qu’il décide de relancer les groupes Finances-Plan qui ne s’étaient plus réunis depuis 1965. Cette initiative politique du cabinet est en symbiose avec la mission que la direction de la Prévision s’est assignée vis-à-vis du Plan depuis 1965. En 1966-1968, la direction de la Prévision se range sans difficulté sur les positions du cabinet qui lui permettent de remplir sa mission de coordination au sein du ministère et d’interface vis-à-vis du Plan. Elle s’impose alors comme le rouage indispensable du rapprochement Plan-Finances. Tout en constituant un outil au service de la stratégie du cabinet des Finances, elle ne joue pas pour autant un rôle d’impulsion en faveur de la planification. Nous étudierons successivement la position de la direction de la Prévision au cœur du dispositif défini au cabinet du ministre des Finances à l’occasion de la préparation du 6e Plan, notamment lors de la constitution des groupes Finances-Plan, ses réactions lors de l’élaboration du modèle Fifi, puis les discussions autour des clignotants.

A. La doctrine de la direction de la prévision sert les intérêts du ministère des Finances

  • 138 Rapport de Villemétrie, op. cit., compte rendu des discussions, séance du lundi après-midi, 17 octo (...)
  • 139 Ibid., p. 10.

62Les critiques sur le 5e Plan fusent au sein du ministère des Finances. Lors des réunions de Villemétrie, Jean Saint-Geours ne mâche pas ses mots : « Le commissaire au Plan se trouvait dans une conjoncture politique difficile. Chose curieuse, deux services des Finances étaient des sous-traitants directs du Plan, et cependant le ministère des Finances était le moins au courant. Scandale intellectuel auquel il faut mettre fin […]. Il faut que d’une manière assez précoce, le ministère des Finances se trouve impliqué dans le repérage des problèmes que pose le Plan »138. François-Xavier Ortoli se rallie à cette position et plaide en faveur de relations apaisées : « Ne recommençons pas la bagarre entre les organes du Plan et le ministère des Finances. La direction de la Prévision peut jouer un rôle important dans ce domaine »139.

  • 140 SAEF, B 52 094, « Note pour le directeur. Objet : participation du département à l’élaboration du 6(...)

63De son côté, Antoine Dupont-Fauville déplore que l’étude du financement du 5e Plan n’ait pas été menée sérieusement à propos des collectivités locales et de l’équilibre de la Sécurité sociale ; il dénonce l’hétérogénéité des nomenclatures et des concepts et estime que la définition globale sur cinq ans ne permet pas d’apprécier les évolutions conjoncturelles ni les résultats du Plan chaque année. Il juge nécessaire de mener au sein du ministère des Finances, par direction, une étude critique « qui servirait de point de départ à une réflexion sur la définition d’un système plus clair de prévision et d’orientations dans le domaine des finances publiques. Un des aspects essentiels de cette réflexion concernerait le degré de souplesse qu’il convient de donner à un tel système, l’importance et la nature des marges de jeu qu’il devrait nécessairement comporter pour que les indications du Plan constituent des repères utilisables pour la politique économique et financière »140.

  • 141 SAEF, B 52 217, Serge Barthélémy, « Réflexions sur le Plan », décembre 1965, 10 p., p. 1.
  • 142 SAEF, B 52 215, division des Programmes financiers, « Quelques réflexions sur le Plan », 25 avril 1 (...)
  • 143 Rappelons le contexte à l’époque marqué par un « renouveau du jacobinisme public des années soixant (...)

64Serge Barthélémy, responsable de la division des Programmes financiers, fait part de ses réserves à l’égard du 5e Plan qu’il regroupe en sept points : « Une certaine faiblesse de diagnostic général touchant les problèmes du développement ; une prise en considération insuffisante des exigences de la compétitivité internationale ; l’absence d’une politique industrielle très définie ; une prise en compte trop tardive et trop partielle des contraintes et des objectifs financiers ; une connaissance trop vague de la liaison entre les objectifs et les moyens d’action à mettre en œuvre ; certains inconvénients dus au formalisme de la méthode des esquisses ; une recherche insuffisante sur les mutations susceptibles de s’opérer ou devant être préparées au cours de la période »141. Une autre note critique émane de la division des Programmes financiers. Destinée à Jean Saint-Geours, elle juge sévèrement le Plan qui se serait développé de manière bureaucratique en accroissant de manière injustifiée le nombre de ses membres et de ses commissions, et qui multiplierait de manière exagérée dans ses rapports des recommandations de politique économique inapplicables, alors qu’il n’est à l’origine d’aucune grande réforme structurelle et économique entreprise depuis quinze ans. Cependant, estime l’auteur, la nouvelle donne européenne peut faire « retrouver [au Plan] un rôle très important : il peut prévoir les secteurs et les régions qui pâtiront de l’ouverture des frontières, organiser éventuellement leur régression et leur reconversion, détecter les obstacles à la compétitivité, éviter les gaspillages dans le choix des investissements, étudier les marchés extérieurs, faire évoluer les programmes et l’organisation de l’enseignement, orienter la recherche scientifique »142. Nous retrouvons là les grandes idées-forces de Jean Saint-Geours fortement inspirées du mendésisme des années cinquante et préconisées par Simon Nora dans son « rapport 1953 » pour la commission des comptes de la Nation, à propos de la nécessaire ouverture des frontières et de la sélectivité des investissements publics qui doivent viser la modernisation de secteurs économiques. La nouveauté par rapport au mendésisme des années cinquante est l’approche régionale du développement économique143.

  • 144 SAEF, B 52 217, Serge Barthélémy, « Programme de travail de la division des Programmes financiers p (...)
  • 145 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la d (...)
  • 146 Ibid., p. 7. Serge Barthélémy demande notamment au ministère d’énoncer clairement sa doctrine sur l (...)
  • 147 Ibid., p. 8.

65Ces critiques renforcent la stratégie de repositionnement vis-à-vis du Plan que la direction de la Prévision a menée depuis 1964. C’est la division des Programmes financiers qui est chargée de suivre pour la DP l’ensemble des travaux de planification et de participer activement sur le plan technique à ceux qui concernent les aspects financiers de la vie économique. Elle doit également établir une liaison étroite avec les directions du ministère sur toutes les questions du moyen terme144. Serge Barthélémy, chef de cette division, énarque, âgé de trente-huit ans, en s’appuyant sur les orientations définies par Jean Saint-Geours au cours de l’été 1965, développe une conception extensive de son rôle en écrivant qu’elle doit donner les moyens au ministère d’« intervenir de façon plus active dans l’orientation des travaux »145 du Plan afin de lui permettre de faire connaître le plus tôt possible « ses souhaits » en ce qui concerne ses orientations, et il en appelle à la définition d’« une doctrine des Finances ». En effet Serge Barthélémy insiste sur la nécessité pour le ministère de présenter un front commun vis-à-vis du Plan et il demande au cabinet et aux directions de se prononcer unilatéralement sur certains problèmes à long terme en édictant clairement certaines normes de politique financière146. Ces propos qui en appellent à la constitution d’un bloc Finances soudé sont tempérés par d’autres qui illustrent la situation délicate et équivoque de la direction de la Prévision ; tout en se présentant comme l’outil d’un accroissement de pouvoir du ministère vis-à-vis du Plan, ses cadres estiment que sa vocation est bien de convertir les mentalités au moyen terme : « il faut arracher le ministère des Finances à ses préoccupations trop exclusivement à court terme »147. Rétrospectivement, Serge Barthélémy considère que sa conception n’avait rien d’ambiguë à l’égard du Plan :

  • 148 Serge Barthélémy, 30 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Moi, homme des Programmes financiers, c’est-à-dire de l’interface Plan-Finances, j’étais bien convaincu que le pouvoir était aux Finances et que donc un Plan ayant du pouvoir devait être un Plan impliquant les Finances. Si vous voulez faire un Plan efficace, il faut le faire avec les gens qui ont le pouvoir »148.

  • 149 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la d (...)
  • 150 SAEF, B 52 094, « Note sur les travaux des divisions de la direction de la Prévision relatifs à la (...)

66C’est dans cet esprit qu’il préconise de relancer en 1968 les groupes Finances-Plan et de créer un « groupe de synthèse Plan » propre au ministère des Finances au sein duquel sa direction jouerait « un rôle particulièrement actif », tout en précisant avec prudence : « Il apparaît aussi nécessaire que le Commissariat au Plan et l’INSEE soient associés à ce mécanisme afin d’éviter l’impression d’un repliement sur soi-même du ministère des Finances dont la crainte s’éveillerait rapidement dans le cas contraire »149. Mais le discours du responsable de la division des Programmes financiers exprime explicitement une stratégie Finances lorsqu’il affirme que la spécificité de sa direction est d’être « une direction de l’administration centrale du ministère de l’Économie et des Finances », et qu’il en déduit que sa division dont l’action est orientée vers « les centres d’intérêt du département » doit se voir attribuer la tâche « d’alimenter et de faire fonctionner dans les meilleures conditions possibles les groupes Finances vis-à-vis desquels nous avons une responsabilité toute particulière d’animateur »150. Ces arguments ambivalents séduisent Antoine Dupont-Fauville, conscient de la nécessité d’améliorer le fonctionnement de l’institution qu’il a servie durant des années et également sensible en raison de sa position de directeur de cabinet au renforcement du pouvoir du ministère dans un domaine dont il a été écarté en 1962. Antoine Dupont-Fauville reprend les grandes lignes de cette note pour s’adresser aux directeurs du ministère des Finances et les informer de sa décision de relancer les groupes Finances-Plan.

B. Les groupes Finances-Plan

  • 151 SAEF, B 52 094, Antoine Dupont-Fauville, « Note pour le directeur. Objet : Participation du Départe (...)

67En s’inspirant largement des notes de Serge Barthélémy, Antoine Dupont-Fauville définit la participation du ministère à l’élaboration du 6e Plan à l’adresse de ses directeurs. Il semble confiant en l’évolution des mentalités rue de Rivoli : « Dans toutes les directions, une conscience plus large a été prise de la vocation économique et non plus seulement financière de notre administration ; l’habitude en même temps a tendu à s’instaurer d’apprécier l’ensemble des problèmes dans la perspective à moyen terme tracée par le Plan et en tenant compte de leur interdépendance »151. Le directeur de cabinet établit ensuite la liste des thèmes d’études qu’il estime revenir de droit au ministère des Finances dans le cadre de la préparation du 6e Plan et sur lesquels il invite chacun des directeurs à se prononcer par écrit afin d’élaborer une doctrine : il s’agit des conséquences du Marché commun et de la libération des échanges sur les modes d’application des interventions financières de l’État, des orientations principales de la politique financière à court et moyen terme liées aux perspectives d’ensemble de l’économie (études sur le rythme de croissance des dépenses et des recettes, évaluation de l’ampleur des prélèvements possibles, politique du crédit) et enfin des conditions de financement des différentes catégories de budgets publics (État, collectivités locales, entreprises publiques, organismes de Sécurité sociale) et de choix des investissements publics.

  • 152 Ibid., p. 1.

68Il annonce l’entrée en fonctions des groupes Finances-Plan à partir de Pâques 1968, car « le lancement plus précoce des travaux de cette nature permettra au ministre de l’Économie et des Finances de tenir avec plus d’efficacité son rôle dans la planification. Ces groupes créés au sein du Département à la fin de 1964 avaient déjà marqué un pas important, mais qui n’a pas pu aboutir complètement en raison des délais trop brefs dont les groupes ont disposé »152. Antoine Dupont-Fauville reprend l’idée de Serge Barthélémy de créer un groupe central dont la mission serait de définir en lien avec le Plan l’organisation et le programme de travail des groupes Finances-Plan mais aussi de jouer un rôle de coordination interne et d’orientation de leurs travaux. Il attend les suggestions et les remarques de ses directeurs avant le 15 décembre. Cette note demandant aux directeurs de s’investir dans les travaux du Plan est une première rue de Rivoli, résultant de plusieurs facteurs croisés : la stratégie Finances de la direction de la Prévision qui séduit le cabinet ; la légitimité de son discours qui en préconisant une implication plus forte dans les travaux du Plan est conforme à l’orientation du ministre en faveur de la primauté de l’économique sur le financier ; le passé d’Antoine Dupont-Fauville qui le rend particulièrement réceptif à la question ; la méthode de travail énergiquement directive et délibérément réformatrice propre au cabinet de Michel Debré qui permet à ce dossier de progresser rapidement.

  • 153 SAEF, B 52 097, Serge Barthélémy, « Compte rendu d’une réunion chez M. de Marcillac sur le problème (...)
  • 154 SAEF, B 52 097, cabinet du ministre, « Propositions d’organisation des groupes “Finances-Plan” », 1 (...)
  • 155 Ibid., p. 1.

69En effet, cette note est rapidement suivie d’une réunion fin février réunissant les directeurs du ministère et destinée à lancer l’organisation des groupes153. Un groupe central est constitué, présidé par le directeur de cabinet, composé des directeurs et du commissaire général adjoint du Plan ; il est assisté d’un groupe de suppléants rassemblant les sous-directeurs et dont le secrétariat est confié à la division des Programmes financiers aidée d’un membre de la division des Programmes de l’INSEE. Ce groupe central a pour mission de s’informer du déroulement de l’ensemble des travaux du Plan pour définir en lien avec lui l’organisation des groupes Finances-Plan dont il fixe le programme de travail, et dont il coordonne et oriente les travaux. Il doit également assurer le dialogue avec le Plan sur les aspects les plus généraux des perspectives économiques. C’est pourquoi il examinera les premières esquisses chiffrées exploratoires du Plan pour 1975 tirées du modèle physico-financier d’ensemble154. Les observations et les informations en réaction à ces documents seront communiquées au Plan et seront suivies de la mise en place effective des groupes spécialisés fin avril qui examineront le détail des projections économiques dans leur domaine de compétence respectif155.

  • 156 Ibid., p. 3.

70Les douze groupes Finances-Plan sont créés autour de quatre thèmes : les problèmes relatifs à l’environnement extérieur, les problèmes budgétaires, les problèmes relatifs au financement, et les problèmes de prix. Leur secrétariat commun est placé sous la responsabilité du chef de la division des Programmes financiers de la direction de la Prévision assisté d’un membre de la division des Programmes de l’INSEE ; il doit fournir l’information de l’ensemble des groupes et recueillir à l’usage du groupe central la synthèse de leurs travaux. Au cours du mois d’avril, ces groupes spécialisés aidés des spécialistes de projections de l’INSEE et de la direction de la Prévision auront à critiquer les hypothèses qui concernent leur domaine, mais aussi à préciser leur programme d’études complémentaires et leur calendrier de travail. Et enfin, après le vote des options, ces groupes devront « affiner l’étude des moyens généraux de politique économique préconisés dans le rapport sur les options et en préciser les modalités pratiques d’application. Ils contribueront ainsi à l’élaboration définitive du 6e Plan, tandis que leurs membres seront à même de jouer un rôle important dans l’animation des diverses commissions du Plan »156.

  • 157 Archives privées Pierre-Yves Cossé, « Premier apprentissage », p. 6 et 7.
  • 158 Lucien Nizard avec Pierre Belanger, Jean-Paul Laurencin, Michel Longepierre, Claude Bouchet, Marie- (...)
  • 159 Ibid., p. 192.
  • 160 Ibid., p. 203.

71Pierre-Yves Cossé, secrétaire des groupes Finances-Plan, se souvient à propos de ces premières réunions qui ont été lancées au cours du troisième trimestre 1968 : « Un “compte de départ” élaboré grâce au modèle Fifi présentant les évolutions tendancielles de l’économie française fut présenté aux fonctionnaires des Finances. Il faisait apparaître des déséquilibres qu’il fallait corriger par des politiques économiques appropriées. Les modélisateurs de l’INSEE, avec l’appui du Plan, dont l’ambition apparaît rétrospectivement excessive, prétendaient simuler des politiques économiques. Les fonctionnaires des Finances, impressionnés par l’appareillage scientifique, sceptiques, mais disciplinés, assistaient stoïques le samedi matin à de longues réunions présidées par le directeur de cabinet de Michel Debré où les mystères du modèle et de ses variantes étaient dévoilés. La préparation du 6e Plan ne se remit ni de mai 1968 ni du départ de Rivoli de Michel Debré »157. Du côté du Plan, l’intérêt de ces groupes consistait à obtenir le maximum d’informations de la part du ministère des Finances afin de préciser les orientations du 6e Plan et tester le modèle Fifi. Ces groupes n’ont pas répondu aux espoirs des équipes de la rue de Martignac qui déplorent « l’effort des directions pour fragmenter et sectorialiser le débat »158 et leur attitude négative à l’égard des normes que comporte le modèle Fifi qu’elles considèrent comme des anticipations contestables de leur position159. Quant à la direction de la Prévision, elle aurait adopté une position Finances et non d’alliée. Au final, le bilan de cette expérience est en demi-teinte : si le fonctionnement des groupes a été décevant du point de vue de l’engagement des Finances, les concepteurs du modèle Fifi estiment que leur nouvel outil « a provoqué au sein des directions des changements techniques » porteurs de leur conversion aux perspectives de long terme160.

C. La direction de la Prévision est réservée face à deux initiatives du Plan : le modèle Fifi et les « clignotants »

  • 161 Pierre-Yves Cossé et Yves Bernard, L’État…, op. cit., p. 60.

72Une initiative du Plan occupe les équipes du triptyque pendant l’année 1967. Celui-ci a en effet demandé au service des Programmes de l’INSEE d’élaborer un modèle de projections et de variantes à moyen terme connu sous l’appellation physico-financier, dit Fifi. En disposant de mille cinq cents équations, Fifi correspond à une phase avancée de la formalisation puisqu’il est le premier modèle global et multisectoriel couvrant toute l’économie nationale. Il rompt avec l’approche keynésienne des modèles de prévision à court terme, et prend en compte l’ouverture des frontières et la compétitivité de l’offre en distinguant le secteur exposé à la concurrence extérieure et les secteurs « abrités ». L’autre grande nouveauté que traduit ce modèle est l’importance qu’il donne au rapport entre les ressources propres de l’entreprise et son investissement ; le taux d’autofinancement y est considéré comme indicateur des comportements fondamentaux de l’entreprise161. Il nous faut signaler que la terminologie de modèle physico-financier est équivoque. Elle peut en effet faire croire que l’ensemble des opérations financières est pris en compte, ce qui n’est pourtant pas le cas.

  • 162 Archives privées Gérard Eldin, « Conférence à la promotion 1966 de l’ENA : La direction de la Prévi (...)
  • 163 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la d (...)
  • 164 Ibid.
  • 165 Ibid., p. 3.
  • 166 Ibid.
  • 167 SAEF, B 52 094, « Note sur les travaux des divisions de la direction de la Prévision relatifs à la (...)
  • 168 Ibid., p. 6.
  • 169 Vu du Plan et de l’INSEE, la direction de la Prévision est restée en marge lors de l’élaboration du (...)

73La direction de la Prévision est associée à son élaboration aussi bien sur le plan de la conception générale que sur celui des travaux élémentaires dans les domaines qui lui sont propres : prévision des échanges extérieurs, fiscalité, collectivités locales162. Pourtant le chef de la division des Programmes financiers chargée de suivre ces travaux ne cache pas les réserves qu’ils lui inspirent car ils traduisent selon lui les volontés impérialistes de l’INSEE en matière de projections, sous-tendues par « une passion idéologique »163. Il estime que le futur emploi du modèle physico-financier ne résoudra pas la question de la répartition des tâches entre les trois organismes, et il considère que ces travaux techniques sont pour la direction de la Prévision « de peu d’intérêt »164. Il se prononce néanmoins en faveur d’une participation étroite qui constitue « un moyen de contrôle et de coordination » en arguant que « si nous n’avons pas une part suffisante de travail dans la conduite effective des tâches de planification, notre autorité en ce qui concerne leur orientation risque d’en être affectée »165. Il préconise d’adopter dans ce domaine technique une position « souple » afin de se concentrer sur le « rôle d’animateurs de la préparation du Plan au ministère des Finances et dans l’accroissement, aussi, de la part prise par le ministère à la préparation du Plan »166. Il rappelle que ce nouveau modèle physico-financier nécessite encore de nombreux perfectionnements, notamment dans le secteur des opérations financières qui incombe à la direction de la Prévision167, et que, conformément aux orientations du cabinet et dans le cadre du fonctionnement des groupes Finances-Plan, la direction doit « jouer un rôle actif dans la détermination de la liste des variantes à étudier ainsi que dans l’interprétation économique des résultats obtenus »168. Nous constatons une fois encore la rupture avec le passé qui se manifeste par un intérêt limité pour l’élaboration technique des projections, détourné au profit d’une ambition plus large visant la stratégie du ministère des Finances à l’égard du Plan169.

  • 170 SAEF, B 52 218, Jacques Le Noane, « Conclusions du groupe de travail sur les clignotants », juillet (...)
  • 171 Ibid., p. 2.
  • 172 Ibid., p. 3.
  • 173 Ibid., p. 5.
  • 174 Ibid., p. 4.
  • 175 Ibid.

74Un autre dossier est révélateur de la position réservée de la direction de la Prévision à l’égard des initiatives du Plan : il s’agit du débat sur l’établissement des clignotants voulus par Pierre Massé dans le rapport sur les options du 5e Plan qui a été adopté par le Parlement et qui est proposé par le Commissariat général au Plan lors du vote définitif du 5e Plan dont nous avons vu plus haut le lancement. Ce système d’alerte automatique et public répond à un double objectif : relier plus étroitement la programmation à moyen terme à la politique économique et financière et instituer un système de révision du Plan en cours d’exécution au moment où l’ouverture des frontières rend la prévision plus aléatoire. Les discussions se poursuivent, toujours marquées par les réticences de la direction de la Prévision. Jacques Le Noane estime que de tels indicateurs sont condamnés à constater plutôt qu’à prévoir : « Ni l’état de la science économique ni celui de notre information n’autorisent en effet à présenter comme simples et incontestables nos anticipations en matière de conjoncture »170 qui résultent d’analyses complexes contenues dans les budgets économiques. Il avertit qu’une alerte doit résulter d’un jeu de systèmes de relations constamment mises à jour et nullement de la constatation du dépassement d’une grandeur prise séparément dont le seuil serait défini une fois pour toutes. Il met en garde contre de tels clignotants qui « s’ils peuvent exister », une fois rendus publics peuvent amplifier des phénomènes qu’ils sont censés combattre. Une annonce publique de désordres économiques « complique alors la tâche des pouvoirs publics sans jouer vraiment le rôle d’un signal d’alarme puisque le caractère nécessairement tardif des clignotants fait que le gouvernement et sans doute l’opinion elle-même seront déjà prévenus depuis un certain temps du danger qu’ils signalent »171. Jacques Le Noane préconise alors d’instituer des avertisseurs : « Par avertisseur, il faut entendre des systèmes d’alerte non publics et, partant, plus complexes, plus avancés et sans doute plus efficaces que les clignotants »172, qui ne seraient connus qu’à l’intérieur de l’administration pour permettre de prendre les mesures qui s’imposent en temps voulu et ainsi éviter que les clignotants publics ne fonctionnent. Il insiste d’autre part pour que ces clignotants soient calculés de telle manière que les écarts tolérés par rapport aux prévisions soient assez souples et larges afin qu’ils ne soient pas trop fréquents et « pour que la politique économique et financière ne soit pas enserrée dans un carcan »173. Fin 1966, la question n’est toujours pas réglée et une réunion de travail INSEE-DP-Plan s’organise pour établir cinq indicateurs d’alerte (niveau général des prix ; équilibre des échanges extérieurs ; croissance de la production intérieure brute et de la production industrielle ; investissements productifs et situation de l’emploi). Le compte rendu de la réunion fait part de la difficulté à les définir sous une forme définitive174 avec des calculs simples et directs et de la nécessité de prévoir une phase expérimentale car « la mise au point des avertisseurs demandera donc encore du temps »175. Les comptes rendus d’activité des groupes Finances-Plan de 1968 font part des difficultés de l’avancement des travaux et envisagent le réexamen de l’ensemble du dispositif des clignotants en 1970.

75La direction de la Prévision, guidée par une stratégie Finances et privée d’une grande partie de ses activités orientées vers le moyen terme depuis le partage de 1962, ne peut plus prétendre jouer un rôle d’impulsion et d’innovation en faveur du Plan comme l’avait fait son ancêtre le SEEF.

Notes

1 Les difficultés rencontrées à l’occasion de ce recensement industriel conduisent l’INSEE et le ministère de l’Industrie à conclure un protocole d’accord mettant fin à des années de relations conflictuelles.

2 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 7 février 1966, 3 p.

3 SAEF, B 55 440, « Note technique sur les statuts des personnels de l’INSEE », 7 mars 1966, 6 p., p. 2.

4 René Verny, né en 1917, ENA est directeur du Personnel de 1963 à 1967.

5 Michel Poniatowski est à l’époque chargé de mission au cabinet du ministre des Finances, Valéry Giscard d’Estaing.

6 Archives privées Claude Gruson, lettre à Jean Sérisé, 11 octobre 1965, 3 p.

7 SAEF, B 55 440, lettre de Claude Gruson à M. Pic, sous-directeur du Personnel, 31 juillet 1965, 4 p.

8 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 7 février 1966, 3 p., p. 2.

9 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Claude Gruson se plaint beaucoup. C’est un peu triste. Manifestement Gruson ne voulait pas collaborer avec le ministre et il venait protester pour de petits problèmes budgétaires ».

10 SAEF, B 55 440, « Note technique sur les statuts des personnels de l’INSEE », 7 mars 1966, 6 p., p. 2.

11 Archives privées Claude Gruson, Note à Michel Debré, 7 mars 1966, 6 p., p. 1.

12 Ibid, p. 2.

13 SAEF, B 55 367, André Ficatier, président de l’association des administrateurs de l’INSEE, « Note à Michel Debré », 3 p.

14 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le directeur de cabinet du ministre », 17 mars 1966, 2 p.

15 Archives privées Claude Gruson, « Note à A. Dupont-Fauville », 19 octobre 1966, 2 p.

16 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le directeur de cabinet du ministre », 17 mars 1966, 2 p., p. 2.

17 Ibid.

18 Archives privées Claude Gruson, note à Francis-Louis Closon, 20 juillet 1966, 1 p.

19 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, note à R. de La Genière, 1er octobre 1966, 2 p., p. 2.

20 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Et cela, j’ose dire que sur le plan administratif la grande action que j’ai faite, c’est d’obtenir un statut des administrateurs de l’INSEE qui était un statut très favorable » et Claude Gruson, Paris, 28 mars 1995, Aude Terray, CHEFF : « C’est certain que quand j’ai obtenu ce statut, c’était d’ailleurs tout à la fin de mon passage à l’INSEE que je l’avais obtenu, je fais un mouvement de vanité en vous racontant cela, c’est certain que c’était pour moi un succès personnel tout à fait réel ».

21 Claude Gruson, 28 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Il y avait des oppositions conservatrices à la direction du Budget » et Claude Gruson, Paris, 6 avril 1995, Aude Terray, CHEFF : « C’était difficile parce que les relations de l’INSEE avec la direction du Budget étaient traditionnellement très difficiles ».

22 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. L’ancien directeur de cabinet de Michel Debré relate : « Claude Gruson n’était pas d’accord avec la politique générale du gouvernement, il était vraiment très à gauche et il considérait que la politique qui était menée n’était pas celle qu’il voulait, lui. Je me rappelle Gruson, j’ai un petit disque de 1958, accompagné de photos au moment de la présentation de la constitution de la Ve République, place de la République en septembre 1958. Il y a là tout le SEEF avec Claude Gruson en train de brandir le poing contre le général » et « Gruson s’est enfermé dans une attitude politique hostile au gouvernement et au ministre ».

23 Ibid., Antoine Dupont-Fauville explique : « Au poste de directeur de cabinet, j’ai connu un Claude Gruson qui m’a beaucoup déçu, dogmatique. »

24 Claude Gruson, 6 avril 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Le fait que j’ai été inspecteur des Finances, cela a beaucoup changé les choses, mais il n’empêche que ce n’était pas tellement facile à faire changer »

25 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, Note à R. de La Genière, 1er octobre 1966, 2 p. : « C’est absurde et exténuant ». Archives privées Claude Gruson, Note à Michel Debré, 12 décembre 1966, 5 p., p. 4, il écrit être : « profondément fatigué ».

26 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Aménagement des structures de l’INSEE », 11 juillet 1966, 14 p., p. 4.

27 Ibid., p. 6.

28 SAEF, B 55 367, « La situation actuelle de l’INSEE et ses perspectives. Compte rendu de la réunion du 4/4/1966 entre monsieur le directeur général, les administrateurs de la dernière promotion et quelques jeunes chargés de mission », 13 p., p. 7.

29 Yves Bernard et Pierre-Yves Cossé, L’État…, op. cit., p. 193.

30 Les témoignages sont éloquents : « L’INSEE était purement constatatif, l’INSEE, c’était un photographe, et, malgré les efforts de Gruson et de Blanc, ils n’avaient pas à mon avis, sauf peut-être avec la note de conjoncture, ils n’avaient pas d’impact », Jean Saint-Geours, 13 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

31 Jean Saint-Geours, 13 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

32 Cette approche mathématique de l’économie a, nous l’avons vu, notamment été impulsée par un représentant de l’INSEE, en la personne d’Edmond Malinvaud, directeur de l’ENSAE de 1962 à 1966.

33 SAEF, B 55 367 « La situation actuelle de l’INSEE et ses perspectives. Compte rendu de la réunion du 4/4/1966 entre monsieur le directeur général, les administrateurs de la dernière promotion et quelques jeunes chargés de mission », 13 p., p. 5.

34 Et, rappelons-le, syndiquée à l’Union des Grandes Écoles, liée à l’UNEF.

35 SAEF, B 51 989, Jean-Louis Simonet, « Note pour J. Saint-Geours : quelques renseignements pour la réunion de lundi 21. Comité de direction INSEE-DP », 21 novembre 1966, 2 p.

36 SAEF, B 51 989, Jean-Louis Simonet, « Note pour J. Saint-Geours », 21 novembre 1966, 2 p., et anonyme, « Note pour la gestion des contrats DP et INSEE », 1967, 3 p., et Jean-Louis Simonet, « Politique à suivre à l’égard des chargés de mission sur contrat DP en service à l’INSEE », 19 juillet 1967, 3 p.

37 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967 – Division des Actions économiques publiques », décembre 1966, 5 p.

38 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967 – Division de l’Extérieur », 9 décembre 1966, 3 p.

39 SAEF, B 51 992, « Le programme de travail de la division des Études fiscales pour 1967 », 14 décembre 1966, 2 p.

40 SAEF, B 52 005, Jean Ripert et Jean Saint-Geours, « Avis d’information : constitution d’un groupe de liaison INSEE-DP sur les problèmes d’informatique », 15 février 1967, 1 p.

41 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1967, division des Budgets économiques », 6 p. La Dicopect est la division de la Conjoncture et des Projections économiques à court terme, intégrée au sein de la direction des Synthèses.

42 SAEF, B 51 984, comptes rendus des comités de Liaison 1966.

43 Archives privées Claude Gruson, note au ministre, 14 septembre 1965, 2 p., p. 1.

44 Archives privées Claude Gruson, « Planification et politique extérieure », automne 1965, 21 p.

45 Ibid., p. 1.

46 Claude Gruson, Programmer…, op. cit., p. 181.

47 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je formulais un objectif du très long terme dont les implications immédiates sont peut-être difficiles à saisir, ou paraissent quand on les regarde une à une d’importance secondaire, et c’est en cela que je me suis progressivement détaché de mon environnement de l’époque ».

48 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. « À dire vrai, ma déception principale me concernait : j’avais posé ma candidature pour la succession de Pierre Massé et j’étais très mal avec Pompidou. On savait que ma candidature ne serait pas retenue ».

49 Archives privées Claude Gruson, lettre à François Bloch-Lainé, 5 janvier 1966, 4 p., p. 1.

50 Ibid., p. 2.

51 Ibid., p. 4.

52 François-Xavier Ortoli, cassette 5, Paris, 1990, CHEFF. Il explique qu’il avait fait part à Georges Pompidou dont il est le directeur de cabinet depuis 1962 de son désir de changer de poste sans explicitement réclamer celui de commissaire général au Plan.

53 Claude Gruson, 18 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

54 Archives privées Claude Gruson, note à François-Xavier Ortoli, « Les problèmes posés par la participation de l’INSEE aux travaux de planification », 2 février 1966, 9 p., p. 3.

55 Ibid., p. 3.

56 C’est le CERMAP qui est visé.

57 Ibid., p. 6.

58 Ibid., p. 5.

59 Ibid., p. 6.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 8.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 9.

64 François-Xavier Ortoli qualifie les opinions de Claude Gruson d’« utopiques » et de « rigides » ; il estime qu’il est victime d’un « raisonnement mécaniste » ; cassette 4 et 5, Paris, 1990, CHEFF.

65 Le centre de Villemétrie est un organisme protestant d’étude et de recherche dont la création date de 1954, résultat de la rencontre d’une famille de notables protestants, les Boissonnas (amis d’enfance de la femme de Claude Gruson), et d’un pasteur, André de Robert. Les premiers ont mis à la disposition d’André de Robert leur propriété familiale à Villemétrie. Le projet était de constituer une équipe et d’organiser des rencontres afin de réfléchir aux « exigences de la foi évangélique aux prises avec les conditions de vie et les structures du monde moderne ». Son implantation a été déplacée en 1959 de Villemétrie à Orgemont. Une petite équipe d’économistes, de sociologues, de philosophes, de théologiens s’est peu à peu rassemblée autour de Villemétrie. Après en avoir été le trésorier, Claude Gruson en devient en 1969 le président. Lors de la réunion d’octobre 1966 sur le Plan, Claude Gruson met à la disposition des participants les locaux du centre. Sont présents à ces journées de réflexion sur le Plan : Jacques Le Noane, Paul Dubois, Jean Ripert, François-Xavier Ortoli, Serge Barthélémy, Jean Saint-Geours, Claude Gruson, François-Xavier Ortoli, Louis-Pierre Blanc, Yves Ullmo, Jacques Mayer, Roger Leguay, Philippe Berthet, Jean de Marcillac, Georges Delange, Jacques Delors, Gérard Eldin, Hubert Prévot, Bernard Cazes, Pierre Viot, Claude Seibel, Gilles Brac de la Perrière, Paul Lemerle. Nous n’avons pas la liste exhaustive des intervenants. Les noms que nous citons correspondent aux personnes qui ont pris part au débat.

66 Archives privées Claude Gruson, lettre à Renaud de La Genière, 29 novembre 1966, 6 p.

67 Ibid., p. 3.

68 Archives privées Louis-Pierre Blanc, « Rapport de Villemétrie », 17-19 octobre 1966, 133 p.

69 Ibid., Compte rendu des discussions, séance du lundi matin 17 octobre, p. 5.

70 Ibid., p. 7.

71 Ibid., p. 9.

72 Ibid., p. 10.

73 Ibid., compte rendu des discussions, 3e séance de la rencontre de Villemétrie, p. 5.

74 Ibid.

75 Archives privées Claude Gruson, note à Michel Debré, 12 décembre 1966, 5 p.

76 François-Xavier Ortoli est né en 1925, il a donc quarante ans lorsqu’il est nommé commissaire au Plan, tandis que Claude Gruson est âgé de cinquante-six ans. La différence d’âge est en effet appréciable, mais n’est pas, à notre avis, un facteur objectif de mésentente.

77 Archives privées Claude Gruson, note à Michel Debré, 12 décembre 1966, 5 p., p. 2. Plus encore que la question de l’âge, c’est bien la personnalité de François-Xavier Ortoli qui conduit Claude Gruson à démissionner comme il l’explique de manière plus libre à son beau-frère Philippe de Seynes : « Le fait qui a été pour moi déterminant a été la nomination d’Ortoli à la succession de Massé, nomination qui rendait très difficile, en raison d’une grande différence d’âge et d’une discordance marquée de tempérament, des relations de travail qui sont constantes, très intenses et qui pour la bonne marche de l’INSEE doivent cependant se maintenir sans crise ». Archives privées Claude Gruson, lettre à Philippe de Seynes, 21 décembre 1966, 1 p.

78 Ibid., p. 3.

79 SAEF, B 55 440, Claude Gruson, note pour A. Dupont-Fauville, 9 janvier 1967, 2 p.

80 Claude Gruson, 6 avril 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

81 Jean Ripert, cassette 10, Paris, 1990, CHEFF.

82 Cinquante ans d’INSEE, op. cit., p. 94-119.

83 Au comité de Liaison du 4 novembre 1966, assistent en personne Maurice Pérouse, directeur du Trésor ; Renaud de La Genière, directeur du Budget ; Philippe de Montrémy directeur des Douanes, André Valls, directeur de la DREE, Bertrand Balaresque, directeur des Assurances, et Jean Sérisé, directeur de la Comptabilité publique.

84 SAEF, B 14 67, « Compte rendu de la réunion du comité de Liaison entre la direction de la Prévision et les autres directions du ministère », 15 mars 1966, 5 p.

85 SAEF, B 51 992, Gérard Eldin, « Compte rendu du comité de Liaison du 4 novembre 1966 », 11 p.

86 Louis Lacaille est né en 1931. X-Mines, il est chargé de mission à la division des Actions économiques publiques.

87 SAEF, B 51 992, « Avant-propos du programme de travail 1966 », 12 p., p. 7.

88 SAEF, B 51 992, « Compte rendu de la visite faite le 3 novembre 1966 à R. de La Genière, directeur du Budget », 2 p., p. 1.

89 SAEF, B 51 992, « Modèle de prévision budgétaire. Compte rendu de réunion entre les membres du bureau B2 de la direction du Budget et certains membres de la DP », 24 octobre 1966, 5 p., p. 4.

90 Ibid., p. 4-5.

91 Ibid., p. 2.

92 Ibid.

93 SAEF, B 51 992, « Note pour MM. les chefs de division : programme de travail de la direction pour 1967 », 4 p., p. 2.

94 SAEF, B 52 005, « Réunion de coordination du 2 novembre 1966 », note manuscrite ; SAEF, B 51 992, « Note pour MM. les chefs de division : programme de travail de la direction pour 1967 », 10 p., p. 9.

95 SAEF, B 51 992, « Programme 1967- Division des Études fiscales », 11 p., p. 2.

96 SAEF, B 52 005, « Réunion de coordination du 2 novembre 1966 », note manuscrite, anonyme.

97 SAEF, B 51 992, « Compte rendu de la liste faite le 27 octobre 1966 à M. de Montrémy, directeur général des Douanes », 2 p.

98 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. À la question : « Quelle était l’influence du SEEF et de la DP au cabinet ? » il répond : « Ce sont des questions très profondes et auxquelles on ne peut pas répondre sans beaucoup de nuances ! […] On pouvait dire ce que l’on pensait, il n’y avait pas vraiment d’autocensure mais cela ne veut pas du tout dire que l’on était suivi ». À la remarque : « L’idée initiale était pourtant de participer et d’influencer la prise de décision ? » il répond : « On aurait voulu bien sûr ! Je pensais cela tous les matins en me rasant » et Serge Barthélémy, 30 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF, à la question : « Quelle était l’influence de la direction de la Prévision au cabinet ? » répond : « Cela a toujours été la question ».

99 Faut-il y voir l’alibi d’une ouverture d’esprit ? Michel Debré insiste sur la valeur des travaux de la commission des comptes de la Nation sans citer une fois la direction de la Prévision mais en insistant sur les débats ouverts qui se déroulent en réalité à huis clos : « La commission des comptes de la Nation fait partie de ces organismes utiles, institués dans des temps où volontiers il est fait confiance à la raison pour orienter l’action politique ; y siègent de bons esprits et y travaillent d’excellents fonctionnaires. Je tiens à marquer l’estime du gouvernement pour les efforts et les conclusions de cette commission. J’assiste donc à l’une de ses séances : j’y retrouve quelques visages connus, y compris celui de Bertrand de Jouvenel : il est à des années-lumière du gaullisme ! Voilà qui éclaire les propos, riches en épines ! Le secrétaire général n’est pas un ami politique, il se nomme Michel Rocard ; à sa qualité d’inspecteur des Finances il ajoute alors le titre de secrétaire général du PSU. Il a été nommé à la commission des comptes de la Nation pour laquelle sa compétence est indiscutée afin de poursuivre tranquillement son travail politique. » Michel Debré, Mémoires. Gouverner autrement 1962-1964, t. IV, Paris, Albin Michel, 1993, p. 156.

100 SAEF, B 52 032, « Noms des membres de la commission des comptes et budgets écono- miques de la Nation ». Sont présentés comme « personnalités qualifiées pour leurs travaux et leur compétence économique et financière » : Raymond Aron (professeur à la Faculté des lettres de Paris), Jacques Dumontier (chef de service à l’INSEE), Louis Estrangin (directeur général d’Ouest France), Bertrand de Jouvenel (PDG de la SEDEIS), Emmanuel Lamy (président de la Banque Union Parisienne), François Perroux (professeur au Collège de France, directeur de l’ISEA), Jacques Rueff (membre de l’Académie française), Alfred Sauvy (professeur au Collège de France).

101 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

102 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

103 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

104 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

105 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

106 Ibid.

107 Ibid.

108 Jean Saint-Geours, 22 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

109 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

110 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

111 Ibid.

112 Jean Saint-Geours, 23 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

113 Ibid., Jean Saint-Geours déclare : « Debré, ministre merveilleux, c’est-à-dire qu’on le voyait beaucoup, on le voyait facilement. Quand on lui transmettait un papier un soir, vous aviez le lendemain matin sa réaction. Il travaillait comme une brute, il réagissait, il respectait les gens, et cela ne l’empêchait pas de gueuler de temps en temps […]. Il comprenait moins bien la comptabilité nationale que Giscard mais il était plus interventionniste de tempérament, par conséquent il comprenait mieux l’intérêt, me semble-t-il, il n’avait pas de prévention face à une intervention […]. Moi, j’ai eu de très bons rapports avec Michel Debré, et en tout cas la direction de la Prévision était très bien admise par Michel Debré ».

114 SAEF, B 51 992, « Note sur les activités de la direction en 1967 », 10 p., p. 9.

115 Cette division prépare les rapports destinés aux organisations internationales sur la situation française (rapport annuel de l’ONU sur la France ; mémorandum à l’OCDE ; rapport annuel de l’OTAN ; enquête annuelle du FMI). SAEF, B 51 992, division de l’Actualité économique, « Programme 1967 », 4 p.

116 Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je me souviens m’être trouvé deux ou trois fois au cabinet de Michel Debré, ce qui prouve que Debré intégrait bien la DP ».

117 Yves Bernard, 7 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je n’aimais pas du tout Debré […] pour être honnête, je le trouvais un peu ridicule dans son amour pour de Gaulle, mais moi, je l’ai plutôt apprécié au sens où lui aussi donnait de l’importance à la DP alors qu’il n’était pas du tout macroéconomique, mais il écoutait, on pouvait discuter avec lui ». Serge Barthélémy, 30 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Je garde une grande reconnaissance pour Michel Debré parce que c’était le seul ministre des Finances que j’ai connu qui essayait de travailler avec ses directeurs et pas avec le cabinet ».

118 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

119 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Nous l’avons vu plus haut, les occasions ne manquent pas : obtenir des moyens supplémentaires, faire passer une note ponctuelle sur un sujet précis, lancer la RCB, discuter les comptes à propos de la préparation de la commission des comptes de la Nation et de la rédaction du rapport économique et financier introductif à la loi de Finances.

120 Jean Saint-Geours, 21 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Jean Saint-Geours ne se souvient malheureusement pas à quel rythme ni sur quel sujet. « Lorsque le ministre m’emmenait au comité de Matignon, je servais de conseiller, en lui passant des documents ou des notes rédigées à la hâte. Je ne prenais pas la parole ».

121 Jean Saint-Geours, 23 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

122 Archives privées Jean Saint-Geours, « Note de politique économique », 22 décembre 1967, 18 p., p. 6.

123 Ibid., p. 7.

124 Ibid., p. 18.

125 Archives privées Jean Saint-Geours, réponse de Michel Debré, 24 décembre 1967, 1 p.

126 Ce qui confirme les témoignages de Jean Saint-Geours et d’Antoine Dupont-Fauville sur les méthodes de travail de Michel Debré.

127 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 181.

128 Jean-Yves Haberer est un jeune inspecteur des Finances très influencé par une mission aux États-Unis en 1963, chargé de mission à la direction du Trésor, affecté au FDES comme adjoint de Marc Viénot. Voir son portrait par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 505-506.

129 Laure Quennouëlle, op. cit., « La marche forcée vers la modernisation », p. 497-518.

130 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 166.

131 Antoine Dupont-Fauville, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

132 Selon les propos d’un témoin qui souhaite rester anonyme.

133 SAEF, B 51 992, « Programme de travail 1966 », 11 p., p. 9-10.

134 Archives privées Jean Saint-Geours, note à Michel Debré « Suggestions pour faire progresser l’intégration économique dans la Communauté Économique Européenne (CEE) », janvier 1967, 8 p., p. 8.

135 Jean Saint-Geours, 13 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF : « Moi, je suis passé assez facilement du Plan authentique, un peu à la Gruson, à un Plan beaucoup plus souple. Cela ne m’a pas beaucoup gêné ».

136 Michel Debré, op. cit., t. IV, p. 180 et 181 : « Je me sens quelque peu prisonnier du Plan et de ses exigences […]. Je me sens tenu d’envisager une nouvelle relance […]. Puisque l’expansion n’atteint pas les objectifs fixés par le 5e Plan […] je présente un plan de soutien au Conseil des ministres du 24 janvier 1968. »

137 Antoine Dupont-Fauville est entré au Plan en 1957 aux services financiers et il est nommé en 1962 chef du service du Financement du Plan. Il est directeur de cabinet de Michel Debré de 1966 à 1968.

138 Rapport de Villemétrie, op. cit., compte rendu des discussions, séance du lundi après-midi, 17 octobre 1966, p. 8.

139 Ibid., p. 10.

140 SAEF, B 52 094, « Note pour le directeur. Objet : participation du département à l’élaboration du 6e Plan », 8 p., p. 3.

141 SAEF, B 52 217, Serge Barthélémy, « Réflexions sur le Plan », décembre 1965, 10 p., p. 1.

142 SAEF, B 52 215, division des Programmes financiers, « Quelques réflexions sur le Plan », 25 avril 1966, 19 p., p. 19.

143 Rappelons le contexte à l’époque marqué par un « renouveau du jacobinisme public des années soixante », Laure Quennouëlle, op. cit., p. 457 et suivantes. L’auteur rappelle les temps forts de cette action en faveur des régions impulsée par l’Élysée et Matignon, qui suscite des résistances au ministère des Finances : rappelons notamment, la création de la délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, la DATAR, le 14 février 1963, confiée à un gaulliste, Olivier Guichard et la réforme régionale de 1964 qui donne aux préfets des pouvoirs économiques et financiers.

144 SAEF, B 52 217, Serge Barthélémy, « Programme de travail de la division des Programmes financiers pour 1966 », 8 décembre 1965, 10 p.

145 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la division des Programmes financiers », 13 p., p. 6.

146 Ibid., p. 7. Serge Barthélémy demande notamment au ministère d’énoncer clairement sa doctrine sur la signification économique de l’équilibre budgétaire, sur l’évolution à long terme de la part des dépenses publiques dans la vie internationale et les problèmes qui en découlent sur les structures du système financier français, sur la libération des échanges et la construction de l’Europe, sur la politique industrielle.

147 Ibid., p. 8.

148 Serge Barthélémy, 30 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

149 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la division des Programmes financiers », 13 p., p. 10.

150 SAEF, B 52 094, « Note sur les travaux des divisions de la direction de la Prévision relatifs à la préparation du 6e Plan », 20 p., p. 2.

151 SAEF, B 52 094, Antoine Dupont-Fauville, « Note pour le directeur. Objet : Participation du Département à l’élaboration du 6e Plan », 27 novembre 1967, 8 p., p. 1.

152 Ibid., p. 1.

153 SAEF, B 52 097, Serge Barthélémy, « Compte rendu d’une réunion chez M. de Marcillac sur le problème des groupes Finances », 23 janvier 1968, 4 p.

154 SAEF, B 52 097, cabinet du ministre, « Propositions d’organisation des groupes “Finances-Plan” », 15 mars 1968, 9 p.

155 Ibid., p. 1.

156 Ibid., p. 3.

157 Archives privées Pierre-Yves Cossé, « Premier apprentissage », p. 6 et 7.

158 Lucien Nizard avec Pierre Belanger, Jean-Paul Laurencin, Michel Longepierre, Claude Bouchet, Marie-Christine Monzies, Pierre Muller, Changement social et appareil d’État du 5e au 6e Plan, Grenoble, CERAT, 1974, p. 190.

159 Ibid., p. 192.

160 Ibid., p. 203.

161 Pierre-Yves Cossé et Yves Bernard, L’État…, op. cit., p. 60.

162 Archives privées Gérard Eldin, « Conférence à la promotion 1966 de l’ENA : La direction de la Prévision », 20 juin 1967, 20 p., p. 14-15.

163 SAEF, B 51 992, Serge Barthélémy, « Préalable à l’établissement d’un programme de travail pour la division des Programmes financiers », 13 p., p. 2.

164 Ibid.

165 Ibid., p. 3.

166 Ibid.

167 SAEF, B 52 094, « Note sur les travaux des divisions de la direction de la Prévision relatifs à la préparation du 6e Plan », 20 p., p. 5.

168 Ibid., p. 6.

169 Vu du Plan et de l’INSEE, la direction de la Prévision est restée en marge lors de l’élaboration du modèle Fifi. Elle aurait même adopté une position de réserve, voire de résistance en n’accédant pas à certaines demandes formulées par Michel Aglietta (chargé de Fifi au service des Programmes à l’INSEE). Voir à ce propos, Changement social et appareil d’État, op. cit., p. 138-184.

170 SAEF, B 52 218, Jacques Le Noane, « Conclusions du groupe de travail sur les clignotants », juillet 1965, 10 p., p. 1.

171 Ibid., p. 2.

172 Ibid., p. 3.

173 Ibid., p. 5.

174 Ibid., p. 4.

175 Ibid.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540