Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Deuxième partie. De la fragilisation à la rénovation 1957-1964

Chapitre XI. Le SEEF et l’INSEE : vers une redéfinition de leurs missions

Texte intégral

1De 1962 à 1964, le SEEF et l’INSEE abordent une période de mutation : celle de l’INSEE résulte d’une stratégie délibérée de Claude Gruson qui non sans mal axe les travaux de l’Institut vers la planification, tandis que la mutation du SEEF s’amorce de manière émergente, guidée par un Jean Saint-Geours pragmatique, conscient de la précarité du SEEF et porteur d’un projet de rénovation.

I. La réorganisation de l’INSEE

2La réforme que Claude Gruson impose à l’INSEE, axée sur la planification, suscite des remous et des résistances en interne mais elle modifie également la géographie des pouvoirs vis-à-vis du Plan et du SEEF.

A. L’INSEE à l’ère grusonienne

1. La planification

  • 1 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 89.
  • 2 Alain Desrosières, Jacques Mairesse, Michel Volle, art. cit., p. 509-518.

3En 1961, Claude Gruson est conforté dans ses convictions planificatrices : « À ce moment, j’ai cru qu’une percée décisive allait être réalisée »1. Trois facteurs concourent à cet optimisme nouveau : le 4e Plan s’est largement appuyé sur les cadres de la comptabilité nationale pour réaliser ses projections ; Étienne Hirsch est remplacé par Pierre Massé ; le discours du général de Gaulle du 8 mai 1961 est favorable au renouvellement du Plan qu’il définit comme une « ardente obligation ». C’est donc dans un contexte jugé favorable que Claude Gruson conçoit une réorganisation de l’INSEE axée sur la comptabilité nationale et les travaux de projections à moyen terme2.

4Comme au SEEF, Claude Gruson souhaite à l’INSEE établir un lien entre la comptabilité nationale et la planification. À ses yeux, la réforme des bases statistiques de l’INSEE est une phase indispensable pour établir une comptabilité nationale fiable constituant l’assise scientifique sur laquelle les travaux de projections destinés au Plan pourront s’appuyer. La grande idée de Claude Gruson, c’est de rapprocher la statistique de son utilisation, la planification. Pour lui, la statistique et la comptabilité nationale ne constituent pas des fins en soi ; elles ont pour but essentiel d’aider aux prévisions et aux décisions de la politique économique à moyen terme.

  • 3 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9  (...)

5Claude Gruson dans une note aux responsables de l’INSEE justifie les réformes récemment entreprises en les présentant comme imposées par les modifications qui ont récemment touché les partenaires principaux de l’INSEE : le SEEF dont une partie des hommes et des missions est transférée à l’INSEE et le Plan dont « l’importance est croissante dans la conception et l’exécution de la politique économique »3.

6Cette note appelle plusieurs réflexions. Premier point : Claude Gruson présente comme allant de soi ce qui constitue en fait une rupture avec le passé pour l’INSEE quand il le présente comme participant à un ensemble soudé aux objectifs communs avec le SEEF et avec le Plan qui s’apparente à un triptyque. Deuxième point : Claude Gruson présente le nouvel INSEE comme étant le fournisseur et le sous-traitant de ses partenaires privilégiés le SEEF et le Plan en insistant sur le fait que « la responsabilité fondamentale devant le gouvernement des travaux prospectifs continue d’appartenir exclusivement, suivant le cas, soit au SEEF, soit au Commissariat général au Plan. Mais l’INSEE devra effectuer les synthèses et calculer les projections correspondant aux hypothèses centrales retenues par le maître d’œuvre ».

7Ces deux points relevés, certaines questions se posent : comment interpréter cette volonté de retenue qui consiste à présenter l’INSEE comme un exécutant ? S’agit-il pour Claude Gruson de faire preuve de diplomatie afin de ne pas effaroucher ses partenaires ? Pense-t-il réellement que le partage des tâches qu’il propose est viable et que l’entente et le sens du partenariat entre ces trois services ne font pas de doute ? De quel pouvoir d’influence le sous-traitant INSEE pourra-t-il bénéficier avec cette nouvelle distribution du pouvoir ? Étant donné la force des convictions de Claude Gruson, on peut imaginer qu’il espère faire jouer à l’INSEE un rôle qui ne se limitera pas à celui de simple sous-traitant et que son action tendra à optimiser la marge de manœuvre dont dispose le technicien avec ses outils. On peut également percevoir à travers cette présentation du nouvel INSEE par Claude Gruson sa foi scientiste ; sans doute pense-t-il que les chiffres et les outils fiables et scientifiques qu’il compte bien mettre sur pied à l’INSEE imposeront à tous des choix évidents qui serviront ses convictions.

8Claude Gruson rappelle ensuite quelles sont les adjonctions du SEEF : la section Entreprises, la section Ménages et une partie de deux divisions de synthèses du SEEF, la division des Comptes et des Projections économiques qui travaillera en liaison étroite avec la division des Budgets économiques du SEEF, et la division des Programmes qui travaillera directement avec le Plan mais aussi avec le SEEF, chargé des études financières liées à l’élaboration des Plans.

9C’est dans cette perspective que Claude Gruson définit la réorganisation de l’INSEE en créant quatre groupes de services centraux rattachés à la direction générale. Premier pôle, le cabinet du directeur général de l’INSEE dont dépendent le cabinet chargé de superviser et de coordonner l’ensemble de l’INSEE (organisation, administratif, financier) mais également, l’inspection des directions générales avec le service de l’Inspection générale, l’ENSAE et le service de documentation et de publications.

2. La coordination

  • 4 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

10La grande nouveauté par rapport à l’époque de Francis-Louis Closon est la création d’un service chargé de la coordination de l’INSEE, directement rattaché au cabinet du directeur général. Elle sera vécue à l’INSEE par beaucoup d’administrateurs comme une reprise en main et une perte d’autonomie, à tel point que certains directeurs en ressentiront un certain malaise, estimant qu’ils sont court-circuités4.

  • 5 Archives privées Louis-Pierre Blanc, « Problèmes posés par la réorganisation du SEEF et de l’INSEE  (...)
  • 6 Ibid., p. 1.

11La coordination est bien la préoccupation centrale de l’équipe de Claude Gruson en arrivant à l’INSEE. Louis-Pierre Blanc, qui travaille à mi-temps au SEEF et à l’INSEE et qui reste un membre de la garde rapprochée de Claude Gruson, écrit une note au titre évocateur : « Problèmes de coordination posés par la réorganisation du SEEF et de l’INSEE »5. Cette note fait part des inquiétudes de l’équipe de Claude Gruson concernant la coordination interne de l’INSEE « qui pose des problèmes complexes »6. Louis-Pierre Blanc souhaite réorganiser l’INSEE autour d’un axiome, la coordination, notion qu’il a déjà largement développée au SEEF alors qu’il était coordonnateur. Celle-ci doit se réaliser à chaque échelon de l’INSEE, au sein de chaque direction avec la création d’un bureau de coordination, entre les bureaux de coordination de chaque direction et au niveau du cabinet du directeur général. Le but est de décloisonner les directions de l’INSEE, de les associer à la réforme et d’intégrer la comptabilité nationale et les travaux pour le Plan aux travaux de l’INSEE.

  • 7 Il s’agira de Jean Daney de Marcillac.
  • 8 SAEF, B 55 367, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9 pages, p. 7.
  • 9 Ibid.

12Dans ses notes de présentation de la réorganisation des services centraux de l’INSEE, Claude Gruson insiste sur la nécessité d’organiser la coordination. Raymond Lévy-Bruhl est chargé de la superviser pour l’ensemble de l’INSEE, il est assisté de Pierre Delain pour la direction de la Statistique générale et d’un coordonnateur qui sera plus tard nommé pour la direction des Synthèses économiques7. Ces coordonnateurs sont placés sous l’autorité directe du directeur général et du directeur auquel ils sont adjoints, leur tâche consiste à élaborer les programmes de travail à long et à court terme de chaque division. Leur mission est très étendue puisqu’« ils préparent les décisions relatives à l’ordre de priorité dans l’exécution des travaux. Pour tout travail impliquant la collaboration de plusieurs divisions, ils fixent à chaque division des échéances compatibles avec l’exécution ordonnée de l’ensemble »8. Des réunions de coordination pour l’ensemble de l’INSEE sont fixées à un rythme d’une tous les deux mois9.

3. La création de la direction des Synthèses économiques

  • 10 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation de l’INSEE », mai 1962, 14 p. ; et organigramme de l’ (...)
  • 11 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF. Claude Gruson reconnaît qu’il y nomme l (...)

13L’autre grande nouveauté de Claude Gruson est la création de la direction des Synthèses économiques qui fusionne les travaux de comptabilité nationale et de planification venus du SEEF avec le service de la Conjoncture ; cette direction est confiée à Louis-Pierre Blanc10. Cette innovation lui tient particulièrement à cœur. Il y nomme les hommes qu’il estime être ses proches et les plus compétents et il la place directement sous son autorité à la direction générale11.

14Cette direction des Synthèses est constituée de trois divisions : la division des Programmes chargée des projections à moyen et long terme pour le compte du Plan ; la division des Comptes économiques et des Projections à court terme, chargée d’élaborer la comptabilité nationale et les travaux de projections qui lui seront demandés par le SEEF lorsque celui-ci élabore ses budgets économiques ; la division de la Conjoncture qui correspond à l’équipe de Jacques Méraud. Claude Gruson dans ses notes de présentation de sa réforme de l’INSEE souhaite que cette nouvelle direction s’étoffe de deux divisions à créer : une division des Études régionales pour étudier les techniques de comptabilité économique régionale et coopérer à l’élaboration de plans de développement régionaux et une division des Études théoriques afin d’élaborer des modèles économétriques à utiliser pour les projections à court et à moyen terme.

15La direction des Synthèses est donc le cœur du nouvel INSEE. Comme son nom l’indique, elle synthétise de manière verticale en faisant remonter à elle les informations chiffrées qui émanent des autres directions de l’Institut mais également de certaines divisions du SEEF ; elle est en relation directe avec les deux interlocuteurs privilégiés : le SEEF et le Plan. Elle se situe ainsi au centre du triptyque que Claude Gruson appelle de ses vœux ; elle accueille la garde rapprochée de Claude Gruson (Jacques Mayer, André Vanoli, Geneviève Vibert, Louis-Pierre Blanc, Henri Charrière, Philippe Sentis) ; elle détient le service de recherche. C’est la direction noble du nouvel INSEE.

16Les deux autres directions reprennent leurs anciennes attributions : la direction des Travaux régionaux et de la Coopération qui chapeaute les dix-huit directions régionales, et la direction de la Statistique générale qui regroupe les statistiques démographiques, les statistiques sanitaires, la consommation, les statistiques de production et d’échanges, les fichiers industriels et commerciaux, les études des entreprises, les prix et revenus, et qui se voit adjoindre les enquêtes par sondage mais surtout l’équipe d’André Hamaide avec seize membres du SEEF chargée du compte des entreprises. Ces deux directions seront mises à contribution pour réaliser le recensement industriel portant sur l’année 1963, le premier depuis 1861. Elles sont chargées d’améliorer les statistiques qu’elles élaborent, de les adapter aux besoins de la comptabilité nationale et de fournir leurs travaux à la direction des Synthèses.

17Comment cette réorganisation est-elle vécue par le personnel de l’INSEE ? Difficilement. L’arrivée de Claude Gruson, l’infléchissement des missions et des travaux, la confrontation entre le statisticien et le comptable national provoquent quelques grincements de dents. Et là encore, les témoignages oraux sont irremplaçables dans la mesure où ils reconstruisent l’ambiance et font resurgir les jugements de valeur. Nous nous proposons de les ordonner autour de cinq thèmes : le jugement sur les orientations de Claude Gruson, l’accueil réservé à l’INSEE, la coordination, la mise à l’écart de Jacques Méraud, la délicate question des comptes et budgets économiques.

B. Les réactions à la réforme de Claude Gruson

1. Jugement sur les orientations

  • 12 Edmond Malinvaud dirige l’ENSAE jusqu’en 1966.

18Pour Edmond Malinvaud12, l’arrivée de Claude Gruson marque un tournant dans l’histoire de l’INSEE :

  • 13 Edmond Malinvaud, cassette 2, Paris, 1989, CHEFF.

« Gruson et Closon, ce n’était pas la même personnalité ! Gruson était quelqu’un qui avait sa propre conception du monde, et il a accordé une grande importance à la planification à laquelle il attribuait des vertus morales. C’était un homme qui avait cette vision, qui pensait à la faire passer et qui avait développé au SEEF toute cette activité. Au moment où il est arrivé à l’INSEE, il a amené une partie importante de cette équipe et il a donc étendu le domaine de compétences de l’INSEE. Quand Gruson est arrivé, les choses ont changé. Gruson était l’homme du systématisme de la comptabilité nationale, un systématisme d’ailleurs exagéré mais qui a permis de faire un certain nombre de choses »13.

19On perçoit chez Edmond Malinvaud une certaine réticence à l’égard de Claude Gruson et de ses convictions planificatrices qu’il ne semble pas partager. À l’époque Edmond Malinvaud est directeur de l’ENSAE, il n’est donc pas concerné directement par les réformes de 1962. Il accueillera quelques mois plus tard auprès de lui, un de ses amis éjecté par l’équipe de Claude Gruson, Jacques Méraud, et nous pouvons imaginer sans mal leurs conversations alimentées par cette réorganisation et sans doute assorties de quelques réserves.

  • 14 Raymond Lévy-Bruhl, né en 1922, diplôme d’études supérieures de droit public, d’économie politique (...)

20Raymond Lévy-Bruhl est un jeune administrateur de l’INSEE14, il est séduit par Claude Gruson et intégré dans la garde rapprochée du nouveau directeur général. Il sera chargé de la coordination générale de l’INSEE. Il se souvient :

  • 15 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 3, Paris, 1991, CHEFF.

« Le style Gruson, c’est évidemment l’intérêt aux problèmes économiques et à la planification. Cela a été un peu ressenti comme un intérêt moindre à l’élaboration des statistiques de base et aux travaux des directions régionales. Les directions régionales n’ont pas eu l’impression que Gruson était passionné par les travaux de base de la statistique ; […] ce qui l’intéressait au premier chef, c’était de fournir une information économique de grande valeur, permettant des projections valables et par conséquent des choix économiques éclairés »15.

  • 16 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

« Ce que souhaitait donc Claude Gruson, c’était de développer les statistiques nécessaires à une connaissance globale de l’économie dans le but d’éclairer les décisions politiques. Et non pas de faire de la statistique pour des annuaires […]. Et à partir de l’arrivée de Gruson, les travaux pour le Plan ont pris à l’INSEE une importance considérable »16.

21Jacques Mayer, quant à lui, estime que Claude Gruson n’était pas uniquement animé par des préoccupations macroéconomiques et par les travaux destinés au Plan, mais que son souci permanent était l’amélioration des informations de base sans lesquelles ces projections macroéconomiques ne tenaient pas ; il déclare à ce propos :

  • 17 Jacques Mayer, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

« Un des premiers actes de Gruson à l’INSEE a été de lancer le recensement industriel, le premier depuis le milieu du xixe siècle. On a souvent reproché à Gruson de s’intéresser plus aux idées de macroéconomie et pas à la statistique, on dit cela souvent. C’est une ânerie. Il a considérablement développé l’information statistique de base »17.

2. L’accueil réservé à l’INSEE

22De l’avis de tous, l’accueil a été mitigé. Les cadres du SEEF qui arrivent à l’INSEE n’en conservent pas un bon souvenir. Quant aux administrateurs de l’INSEE, ils se sentent envahis, voire humiliés.

23André Vanoli, jeune cadre du SEEF, recruté par Claude Gruson en 1957 et qui se joint à la nouvelle équipe de la direction des Synthèses, se souvient :

  • 18 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. André Vanoli est né en 1930, il est diplô (...)

« Les gens du SEEF n’ont pas toujours été considérés à l’INSEE d’un bon œil. Pour ceux qui étaient à la direction des Synthèses, qui étaient essentiellement du SEEF, ce n’était pas grave, mais ceux comme Hamaide, qui étaient en terrain de mission au sein de l’INSEE, étaient confrontés à ce qui n’était pas à la pointe de la convivialité ! »18.

24Louis-Pierre Blanc, quant à lui, en garde un très mauvais souvenir :

  • 19 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’est peut-être la période de ma vie la plus pénible. Parce que pour implanter la comptabilité nationale à l’INSEE avec très peu de moyens au départ, et sinon de l’hostilité, la méfiance des statisticiens classiques pour qui la comptabilité nationale était teintée d’idéologie planificatrice »19.

25Jean Sérisé, qui souhaitait ardemment retrouver sa maison, le ministère des Finances, jette un regard rétrospectif critique sur l’INSEE :

  • 20 Jean Sérisé, cassette 14, Paris, 1989, CHEFF.

« À l’INSEE, en nous voyant arriver, on nous regardait d’un drôle d’air, parce qu’ils se disaient qu’on allait leur mettre la main dessus. Mais je crois qu’ils ont très vite compris que je ne voulais pas faire ma carrière à l’INSEE et que je repartirais après ces quelques mois d’observation et de réflexion sur l’INSEE qui était une maison tout à fait sclérosée. Mais heureusement une nouvelle génération arrivait »20.

  • 21 Jean Sérisé, 12 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Il faut bien comprendre que, lorsque nous sommes arrivés à l’INSEE, j’ai passé deux ou trois mois avec Gruson, à observer une vieille maison. On regardait les toiles d’araignées. Et il y en avait vraiment partout. C’était une maison qui fonctionnait très correctement pour ce qui concernait les tâches traditionnelles comme le calcul des indices, mais qui pour le reste était complètement endormie »21.

26Claude Gruson, lui, se souvient avoir eu du mal à faire passer à l’INSEE le transfert de la comptabilité nationale ; il en conserve un souvenir éprouvant :

  • 22 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF et Claude Gruson, Programmer l’espérance (...)

« Je n’osais pas tellement le dire devant ces visages revêches à l’INSEE »22.

27Laissons la parole à Jacques Méraud qui peut être considéré comme une « victime » de la réorganisation de l’INSEE alors que, nous l’avons vu plus haut, il a lancé à l’INSEE au milieu des années cinquante les études conjoncturelles. Jacques Méraud ne mâche pas ses mots :

  • 23 Jacques Méraud, 30 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je dois dire que nous n’avons pas beaucoup goûté “l’invasion”, et je n’étais pas le seul ! D’aucuns auraient aimé que monsieur Gruson tempère la dureté de la potion que l’on faisait avaler aux meilleurs éléments de l’INSEE […]. La réaction à l’arrivée du SEEF a été très collective. On a dit : “Qu’est-ce que c’est que cette invasion ?”. Il faut bien dire que très vite, Dumontier qui était notre patron a été “viré” et remplacé par Louis-Pierre Blanc »23.

28Le transfert à l’INSEE d’une partie des activités du SEEF remet en cause un équilibre qui convenait très bien à Jacques Méraud et justifiait son activité à l’INSEE parce qu’il se démarquait des méthodes utilisées au SEEF :

« Avant, on nous disait que les comptes nationaux, cela ne nous regardait pas, que c’étaient les autres qui faisaient cela et qu’ils le faisaient pour le Plan, pour le moyen et le long terme, tandis que nous, nous faisions de la conjoncture. En quelque sorte, il y avait une répartition des tâches. Et puis, tout d’un coup, le SEEF envahit l’INSEE et on fait des comptes nationaux ».

29Plus loin, Jacques Méraud évoque les problèmes de personnel que suscite la fusion des équipes :

  • 24 Ibid.

« En même temps, pour les postes importants de la maison, on n’a pris que des gens venant du SEEF. Alors, cela n’a pas été très bien vu. Des gens de l’INSEE qui aspiraient légitimement à remplir certaines fonctions dans un avenir assez proche, ont vu arriver Blanc, Mayer, Hamaide. Brusquement, Louis-Pierre Blanc est devenu mon patron ! »24.

30Jacques Mayer qui dans un premier temps partage son temps entre le SEEF et l’INSEE pour assurer la mise en route du partage des comptes économiques et budgets économiques relate :

  • 25 Jacques Mayer, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

« Cette direction des Synthèses avait d’abord été ressentie au sein de l’INSEE comme un corps étranger. Il a fallu assez longtemps pour que l’équipe des comptables nationaux que Gruson avait emmenée avec lui soit tout à fait intégrée »25.

31Il précise plus loin :

  • 26 Ibid.

« Le fait que Gruson était à l’INSEE faisait que toutes les tensions qui pouvaient exister autrefois et toutes les jalousies entre le SEEF et l’INSEE n’existaient plus. Les tensions étaient reportées à l’intérieur de l’INSEE entre l’équipe Gruson, c’est-à-dire la direction des Synthèses, qu’il avait amenée avec lui et le reste de l’INSEE »26.

3. La coordination

32Raymond Lévy-Bruhl est l’homme chargé par Claude Gruson de la coordination générale de l’INSEE. Il se souvient des conditions de sa nomination à ce poste de confiance :

  • 27 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

« Gruson, je le connaissais personnellement. Il avait des liens d’amitié très grands avec ma belle-famille. Gruson a été nommé directeur général de l’INSEE et il a essayé à la fin 61 de constituer une équipe avec laquelle il irait à l’INSEE. Avant de prendre en main la maison, il a voulu préparer un organigramme, prévoir quels seraient les services de son organisme qui seraient transférés à l’INSEE, et quels seraient ceux qui resteraient au ministère des Finances. Il a fait appel à moi pour l’aider dans cette préparation […]. Gruson a pris ensuite complètement la direction de l’INSEE, fait un nouvel organigramme et m’a demandé de venir auprès de lui en organisant ce que l’on a appelé la Coordination générale. C’est-à-dire que j’étais directement chargé d’un rôle de cabinet technique qui préparait le programme de travail de la maison et en surveillait l’exécution grâce à des relais constitués par des coordonnateurs désignés dans chacune des directions ou des divisions ou grands départements de l’INSEE […]. Je crois que c’est comme cela que l’on peut caractériser cette structure, qui s’est révélée fort utile, mais qui a un petit peu court-circuité les directeurs et chefs de départements puisque la responsabilité du programme de travail et du suivi des travaux était confiée à un réseau parallèle »27.

4. La mise à l’écart de Jacques Méraud

33C’est au sein de la direction des Synthèses qu’un conflit a éclaté, résultant de la confrontation de deux méthodes de travail, de deux philosophies de politique économique, la comptabilité nationale et les études conjoncturelles, et de deux tempéraments : Louis-Pierre Blanc et Jacques Méraud. À ce propos, André Vanoli se souvient :

  • 28 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Il y a eu de très grosses tensions à l’intérieur de la direction des Synthèses entre la Conjoncture et les Budgets économiques, là il y a eu des tensions »28.

34Hubert Coste, jeune administrateur INSEE, qui travaille depuis 1959 au service de la Conjoncture prend la défense de son patron :

  • 29 Hubert Coste, 18 décembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Hubert Coste est né en 1932. Il est admi (...)

« Jacques Méraud, par sa personnalité, sa réussite, et je dois le dire l’évanescence progressive de l’action de ses supérieurs directs, exerçait à l’INSEE un rôle qui débordait largement celui qui lui avait été officiellement confié, ce qui d’ailleurs ne plaisait pas à tout le monde. En arrivant en 1962, Gruson et son équipe ne connaissaient vraisemblablement pas l’exacte position de Jacques Méraud dans la hiérarchie officieuse de l’INSEE. Méraud s’était par ailleurs fréquemment fait connaître par certains cadres du SEEF par ses divergences de vues, en général justifiées, sur le bien-fondé de certaines estimations des comptes et budgets prévisionnels. La prise en mains de l’INSEE par la nouvelle équipe impliquait bien sûr une certaine autorité, mais la brutalité avec laquelle elle a traité Jacques Méraud a dépassé la mesure et son entourage immédiat l’a très mal ressentie. En devant supporter l’insupportable, toute l’équipe ne pouvait dès lors que disparaître, ce qui s’est fait en deux ans dans une atmosphère extrêmement pénible. Ce fut bien dommage »29.

35Louis-Pierre Blanc raconte :

  • 30 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« J’ai eu beaucoup de difficultés avec les conjoncturistes de Méraud qui avaient une hostilité théorique vis-à-vis de la comptabilité nationale […]. On a passé beaucoup de temps à essayer de réconcilier l’équipe Mayer et l’équipe Méraud pour les faire dialoguer. Parce que les comptables nationaux étaient très ignorants et avaient des a priori sur les conjoncturistes. Alors cela a été très pénible »30.

36Claude Gruson estime rétrospectivement que :

  • 31 Louis-Pierre Blanc réfute l’affirmation de son patron affirmant qu’il était « un bon communiste » e (...)
  • 32 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Blanc et Méraud étaient à peu près du même âge, ils étaient de promotions de l’X voisines, ils se connaissaient très bien, ils ne s’entendaient pas parfaitement. C’était deux hommes de philosophie différente. Méraud était un bon catholique d’une famille sans doute bourgeoise, Blanc était un bon communiste à l’époque31 et d’une famille très modeste de Toulouse. Ce n’était pas du tout le même genre d’homme ! »32.

37Nous avons recueilli le témoignage du principal intéressé Jacques Méraud :

  • 33 Jacques Méraud, 30 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Louis-Pierre Blanc confirme que les rel (...)

« Il faut dire que celui-ci [Louis-Pierre Blanc] avait souhaité tout de suite que nous prolongions les notes de conjoncture par une prévision en termes annuels. Et là le débat est devenu de plus en plus nerveux entre nous parce qu’il voulait que je mette non pas ce que je prévoyais mais ce qu’il fallait dire. Ce qu’il fallait dire parce que c’était la vérité que donnait l’équipe du SEEF. Et alors quand je voyais telle évolution conjoncturelle et que j’en déduisais que les comptes normalement devraient dire une perspective à 4 % alors qu’ils annonçaient une perspective à 5,5 % je disais que cela n’allait pas. Et il y a eu des bagarres très sérieuses au cours desquelles on m’a dit, ce qui me choquait beaucoup, il m’a été dit par Louis-Pierre Blanc : “Tu n’as pas à te poser de questions, tu n’as qu’à obéir aux ordres” et je lui ai répondu : “Je ne marcherai pas comme cela” et ceci a fini par ma demande à Claude Gruson de quitter le service de la Conjoncture au milieu de l’année 1964. C’est au cours de l’été que s’est fait mon départ. J’avais préparé une note de conjoncture pour la rentrée et j’y avais mis certaines perspectives puis j’ai pris mes vacances ayant tout terminé ; pendant que j’étais absent, j’avais laissé deux de mes collaborateurs en charge de tout ce qui pourrait arriver de neuf. Or Louis-Pierre Blanc a fait changer les chiffres de prévision globale que j’avais mis. Les deux camarades, quand ils ont vu arriver le texte, ont dit que ce n’était pas les chiffres qui figuraient avant. Ils ont reçu l’ordre de se taire. Moi, je ne l’ai pas su sur le moment, je ne l’ai su qu’après […]. J’ai un peu regretté que le poids de la comptabilité nationale ait été aussi brusquement envahissant à l’INSEE. L’un des avantages, c’est que j’ai mieux compris comment on faisait la comptabilité nationale. Mais je ne peux pas dire que cela m’ait donné pour elle beaucoup plus d’estime qu’avant ! Parce que j’ai vu que quelquefois c’était une horrible cuisine ! Oui, pour combler les trous de l’information, on inventait des chiffres ou on les estimait un peu légèrement ! […] Je suis allé voir Gruson et je lui ai dit que je souhaitais quitter mes fonctions à la tête du service de la Conjoncture et faire quelque chose d’autre. Du coup, monsieur Gruson m’a nommé directeur adjoint de l’ENSAE dont le directeur était Malinvaud et j’ai passé une année extrêmement agréable avec Malinvaud »33.

5. La délicate question des comptes et budgets économiques

38André Vanoli issu du SEEF qui suit Claude Gruson à l’INSEE, pour dépendre de la division des Comptes économiques à l’INSEE déclare à propos du sujet sensible concernant le partage des comptes économiques et des budgets économiques :

  • 34 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Cela a été un peu compliqué. Je crois que Gruson et Blanc auraient souhaité que l’INSEE prenne la totalité des budgets […]. Il y a eu une période de transition de quelques années au cours desquelles est apparu assez vite que ce n’était pas extraordinaire quand Mayer a cessé de coiffer les deux parties. Finalement l’INSEE ne s’est pas accroché et la DP a fait les projections à court terme »34.

39Jacques Mayer, responsable des comptes et budgets à l’INSEE et au SEEF, raconte :

  • 35 Michel Rocard, né en 1930. ENA, inspecteur des Finances, promotion 1958. Au SEEF puis à la directio (...)
  • 36 François Fourquet, op. cit., p. 263.

« J’avais deux adjoints : l’un à l’INSEE était Vanoli qui s’occupait de la préparation et de la synthèse des comptes ; l’autre au SEEF était Michel Rocard35 qui s’occupait des budgets économiques. Mais le chevauchement entre le SEEF et l’INSEE était insatisfaisant. On a donc créé deux divisions, et j’étais le chef de chacune d’elles : l’une au SEEF, la division des Budgets économiques, l’autre à l’INSEE, la division des Comptes et Projections économiques à court terme, la Dicopect. Plus tard en 1965, je suis devenu conseiller scientifique de Saint-Geours, Rocard est devenu chef de la division des Budgets économiques et Vanoli chef de la Dicopect »36.

40Quelles conclusions tirer de ces témoignages ? On relèvera plusieurs aspects saillants : le changement ne se fait pas dans l’harmonie, de lui-même, ni progressivement. Au contraire, il s’effectue parce qu’il est provoqué, il modifie brutalement un ordre établi et des ordres de pouvoir dans une ambiance souvent dramatique. L’équipe de Claude Gruson se positionne en innovateurs conquérants qui jouent des hommes contre d’autres hommes, provoquant des réflexes claniques.

  • 37 SAEF, B 51 984, Serge Barthélémy, « Le problème des contractuels du SEEF employés par l’INSEE », 22 (...)

41Un dernier point mérite d’être souligné : l’invasion que dénonce Jacques Méraud est en fait quantitativement limitée puisqu’à l’intérieur de l’INSEE, huit chargés de mission du SEEF sont affectés à la direction des Synthèses économiques, et seize à la direction de la Statistique générale dont quatorze à la division des Entreprises37. Ce sont donc le poids des personnalités et la rupture qu’amorce la réforme de Claude Gruson fondée sur la comptabilité nationale et la planification qui sont dénoncés par Jacques Méraud. C’est la révolution idéologique plutôt que l’injection de cadres qui est mal ressentie par les anciens de l’INSEE.

C. Les réunions de coordination INSEE-SEEF

42L’accord de mars 1962 prévoit non seulement le transfert de plus de la moitié des cadres du SEEF à l’INSEE (vingt-quatre sur quarante-quatre) mais une imbrication complexe des tâches : l’INSEE est responsable de l’établissement de la comptabilité nationale mais le SEEF en fournit des éléments très importants (Administrations, Extérieur). Le SEEF élabore les budgets économiques mais c’est l’INSEE qui effectue les études techniques préparatoires sur lesquels ils reposent. L’INSEE assure la préparation des programmes à moyen terme mais le SEEF est chargé de l’aspect financier de ces programmes. Il faut donc trouver des formes de gestion qui préservent la cohésion technique. La définition d’une coordination rigoureuse et efficace s’impose.

  • 38 SAEF, B 51 984, Jacques Le Noane, « Coordination des travaux », 20 mars 1962, 2 p.
  • 39 SAEF, B 51 984, Jacques Le Noane, « Organigramme du nouveau Service des Études Économiques et Finan (...)

43Au SEEF, la coordination est un thème sensible. Les cadres semblent s’inquiéter de cette nouvelle dépendance à l’égard de l’INSEE. Jacques Le Noane insiste sur la nécessité d’établir un planning précis des tâches avec la fixation au mois de septembre d’un programme de travail annuel qui doit être régulièrement mis à jour au cours de réunions bimensuelles de membres du SEEF et de l’INSEE38. L’appréhension du SEEF est perceptible chez Jacques Le Noane qui écrit : « Le SEEF devra participer à l’élaboration du planning de l’INSEE. Il devra veiller à tout moment à ce que les commandes qu’il aura passées à l’INSEE soient exécutées dans les délais »39. La coordination doit donc permettre au SEEF de contrôler la réalisation des tâches qu’il sous-traite désormais à l’INSEE.

  • 40 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9  (...)

44Pour Claude Gruson également, une bonne coordination entre le SEEF et l’INSEE est indispensable « pour être capables de coopérer sans désordre à des travaux de synthèse complexes »40. La direction des Synthèses économiques dépend en grande partie du SEEF, détenteur des informations dont elle a besoin pour élaborer la comptabilité nationale mais également des commandes du SEEF pour réaliser les projections des budgets économiques. Claude Gruson prend l’initiative d’instituer une commission de coordination spéciale qui comprend les cadres du SEEF et de l’INSEE et qui se réunira tous les quinze jours.

  • 41 Ibid., p. 8.
  • 42 Ibid.

45À cette commission de coordination, qui sera supervisée conjointement par Raymond Lévy-Bruhl et par Jacques Le Noane, il est prévu de faire assister les coordonnateurs de l’INSEE, les membres de la direction du SEEF, les chefs des divisions de l’INSEE, les chefs des divisions et des sections du SEEF pour « prendre part aux travaux de comptabilité nationale et de conjoncture, soit pour apporter des éléments d’information, soit pour participer à la synthèse »41. Mais Claude Gruson ne s’arrête pas là, puisqu’il envisage la présence d’un membre du SEEF aux réunions de coordination propres à l’INSEE qui se tiennent une fois tous les deux mois, ainsi que la présence de Jean Saint-Geours aux comités de direction de l’INSEE chargés de délibérer du programme de travail annuel de l’Institut42.

46Le SAEF dispose d’un volumineux dossier comprenant les comptes rendus de ces réunions de coordination qui se déroulent entre 1961 et 1964. Au-delà de la description minutieuse du partage des tâches entre les deux services et de l’avancement respectif des travaux, difficilement exploitable par l’historien, ces comptes rendus font apparaître quelques points qui méritent d’être signalés.

1. L’évolution des rapports de force entre le SEEF et l’INSEE

47D’abord ces comptes rendus confirment l’évolution des rapports de force entre le SEEF et l’INSEE. La première réunion se déroule le 13 décembre 1961 sous la direction exclusive de Claude Gruson qui aborde de manière scrupuleuse l’état des travaux des sections censées alors être transférées prochainement à l’INSEE (section des Entreprises, section des Ménages, section des Administrations, section Extérieur, division des Programmes et division des Études théoriques). Au cours de ces premières réunions, Claude Gruson, qui chapeaute encore les deux services, régente le travail des divisions respectives qui semblent alors constituer un ensemble cohérent.

  • 43 SAEF, B 52 005, Jacques Le Noane, « Principales informations recueillies et décisions prises au cou (...)
  • 44 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)
  • 45 SAEF, B 52 005, Jacques Le Noane, « Principales informations recueillies et décisions prises au cou (...)

48Un changement apparaît à la réunion du 1er février 1962 avec l’annonce de la récente nomination de Jean Saint-Geours que Claude Gruson justifie ainsi : « Monsieur Gruson précise qu’il attend des nouvelles fonctions exercées par monsieur Saint-Geours une meilleure insertion à l’activité du service dans la vie administrative quotidienne du ministère des Finances »43. Claude Gruson paraît encore omniprésent dans la manière qu’il a de présenter son héritier. Cependant la reprise en main par Jean Saint-Geours ne tarde pas : dès le 15 février, le sort du SEEF est défendu par son nouveau chef qui d’emblée fixe des bornes : « La tentation a donc été vive d’utiliser au maximum les ressources du SEEF actuel. Il reste maintenant à vérifier que ces prélèvements sont compatibles avec l’organigramme du nouveau SEEF et, notamment avec l’exécution des nouvelles tâches qui lui seront dévolues »44. Les conclusions de l’accord de mars 1962 sont rappelées, et il est signifié que la section Extérieur restera au SEEF45.

  • 46 SAEF, B 52 005 « Principales informations recueillies et décisions prises au cours des réunions de (...)
  • 47 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)

49À partir du moment où Jean Saint-Geours est nommé, ces réunions peuvent être qualifiées de séances de coordination entre les deux services. L’organisation de la coordination se précise46, et la première réunion effective entre les deux services se déroule le 6 juin 1962 : les responsables des sections du SEEF y assistent au côté des coordonnateurs de l’INSEE et des responsables à l’INSEE des sections de comptabilité nationale. Le temps de parole des orateurs est fixé à dix minutes, l’ordre du jour de ces réunions est consacré en priorité à l’application du planning. Les échanges de courrier entre les deux services sont institués avec l’institution d’une navette qui passera tous les matins dans les deux services47.

2. Des réunions utiles ?

  • 48 SAEF, B 52 005, Louis-Pierre Blanc, « Propositions pour l’organisation des réunions de coordination (...)
  • 49 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)
  • 50 Ibid., p. 3.

50Ces réunions dont le fonctionnement est depuis peu fixé d’un commun accord entre le SEEF et l’INSEE ne semblent pourtant pas tout à fait satisfaisantes, et Louis-Pierre Blanc demande de nouveaux principes d’organisation. Il dénonce « le procédé utilisé (qui) donne une impression de morcellement. Les tâches qui mettent en cause plusieurs divisions sont examinées un grand nombre de fois et chaque fois sous une forme parcellaire inintelligible pour la plupart des participants et mal commode pour les responsables de synthèse »48. Il propose pour remédier à ce désordre un ordre du jour non plus par division mais par matière « afin d’éviter le morcellement des sujets »49. Louis-Pierre Blanc, pour améliorer le fonctionnement de ces réunions propose de les organiser autour de quatre grandes rubriques qui « devront être liquidées en cinq minutes »50 : les problèmes d’organisation générale, la comptabilité économique et la statistique, les projections économiques à court terme, le plan et les études de développement.

  • 51 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)

51Finalement Louis-Pierre Blanc ne sera pas entendu et désire que son désaccord avec l’organisation décidée soit porté au procès-verbal de la réunion du 9 janvier 196351. Le procédé retenu pour ces réunions de coordination est le suivant : examen par division de l’état d’avancement des travaux dont les échéances figurent dans le programme commun SEEF-INSEE. Il est également prévu d’introduire un compte rendu de la conjoncture économique par Jacques Méraud en alternance avec un exposé par Louis-Pierre Blanc sur les perspectives à moyen terme.

52La coordination est donc difficile à organiser car, en donnant la parole à chaque division, les responsables de la coordination font primer sur l’efficacité un point qui leur semble prioritaire à cette période de transition délicate et qui consiste à faire s’exprimer le maximum de personnes. L’objectif est de donner la parole afin de ménager les susceptibilités, (c’est le cas avec Jacques Méraud dont les exposés sur la conjoncture se feront de manière quasi systématique) mais également d’impliquer le plus grand nombre dans les réformes entreprises. Il comporte un danger évident : devenir une grand-messe, tendre à la super-bureaucratie, faire perdre du temps aux responsables qui se feront petit à petit représenter. Tout l’art des réunions de coordination est donc de maintenir un équilibre entre la recherche de l’efficacité et le maintien, voire le resserrement, des liens entre les deux services.

3. Un recrutement difficile

  • 52 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)

53D’autres points plus marginaux mais intéressants apparaissent dans ces comptes rendus. Ceux-ci font apparaître un problème qui paraît crucial aux yeux des cadres du SEEF et de l’INSEE : le manque de personnel et la difficulté à embaucher. Le compte rendu du 12 juin fait part de la concurrence préjudiciable qu’exercent les organismes publics et parapublics pour embaucher du personnel adéquat et insiste sur la nécessité pour le SEEF et l’INSEE d’harmoniser leur politique de recrutement. La réunion du 26 juin rappelle qu’il existe au SEEF et à l’INSEE des contrats disponibles et qu’il est urgent de prospecter auprès de ses connaissances pour faire jouer la cooptation mais également de contacter des associations d’anciens élèves et de lancer des petites annonces. La difficulté à embaucher perdure et la déception est perceptible après les annonces parues dans Le Monde et Le Figaro : « Si aucune candidature n’est à première vue entièrement satisfaisante, plusieurs pourront sans doute être retenues »52. Quelque temps plus tard, il est indiqué :

  • 53 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)

« Une note sur les emplois offerts et les qualifications requises a été envoyée aux quatre cents élèves de l’ISUP, il y a une dizaine de jours, sans éveiller jusqu’à présent le moindre écho »53.

54Comment expliquer cette difficulté à recruter ? On peut s’en étonner, surtout après quatre ans d’existence du CEPE dont l’objectif était justement de combler les besoins de personnel du SEEF. Le problème n’est pas d’ordre budgétaire puisqu’il reste des postes à pourvoir. On ne peut qu’y déceler une désaffection de la part des jeunes diplômés qui préfèrent se faire recruter dans des services d’études privés ou parapublics pour deux raisons : d’une part le SEEF paraît précaire, d’autre part l’INSEE donne l’image d’une concentration d’administrateurs dont la carrière est échelonnée d’avance et n’est pas ouvert aux autres formations économiques.

55Il semble que ces réunions aient eu une certaine utilité pour assurer la transition nécessaire et délicate du partage des tâches. L’écueil de la grand-messe n’a pas été évité. Ces réunions prennent beaucoup de temps, et il semble que leur utilité soit remise en question à partir de 1964 et ce au fur et à mesure que la reprise en main du SEEF par Jean Saint-Geours se confirme. La symbiose désirée par Claude Gruson est remise en cause dès le moment où le nouveau chef du SEEF en définissant de nouvelles grandes orientations le rend de plus en plus autonome vis-à-vis de l’INSEE. Jean Saint-Geours en diversifiant les activités du SEEF, notamment vers le microsectoriel, et en l’insérant davantage dans les rouages du ministère des Finances s’éloigne petit à petit du champ d’action de l’INSEE.

II. Le SEEF est-il dans une situation précaire de 1962 à 1964 ?

A. Jean Saint-Geours est porteur d’un projet

  • 54 Archives privées, Jean Saint-Geours, conférence à l’IHEDN, « Rôle du FDES », 23 novembre 1959, 15 p (...)
  • 55 Ibid., p. 3. Voir Michel Margairaz, op. cit., et Laure Quennouëlle, op. cit.

56Jean Saint-Geours a trente-sept ans lorsqu’il accepte de diriger le SEEF, et il a déjà forgé sa doctrine économique, fondée sur son expérience professionnelle à la direction du Trésor et sur ses convictions personnelles. Énarque, inspecteur des Finances, il entre en 1953 à la direction du Trésor pour occuper le poste de secrétaire de la commission des Investissements du Fonds de Modernisation et de l’Équipement (FME), qui devient en 1954 le Fonds de Développement Économique et Social (FDES). Créée en 1948, cette commission, que Jean Saint-Geours n’hésite pas à qualifier d’« organe essentiel d’intervention de l’État dans le financement des investissements »54 et d’« instrument essentiel de l’exécution du Plan »55, joue le rôle d’une banque de crédit à long terme en accordant des prêts aux entreprises nationales et privées et en gérant les investissements publics conformément aux grandes orientations définies par le Plan.

57Cette commission des Investissements, qui a été obtenue par François Bloch-Lainé en 1948 à l’issue d’une bataille qui l’a opposé à Jean Monnet, va donner à la direction du Trésor les moyens de sa stratégie en lui permettant de contrôler et de coordonner les investissements publics. En effet, cette commission est le carrefour des informations et des décisions concernant les investissements publics. Jean Saint-Geours y joue un rôle clé : non seulement, il est chargé de préparer ses réunions en lien constant avec le chef du service financier du Plan, Jean-Pierre Delcourt, qui fait le tri des demandes de financement à l’intérieur des commissions de modernisation, mais il assure son fonctionnement, contrôle l’ordre du jour, oriente les débats et pèse sur les décisions.

1. Jean Saint-Geours, un homme rodé aux enjeux industriels

  • 56 Exemple cité par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 199. Et Jean Saint-Geours, cassette 4, Paris, 1993 (...)

58Jean Saint-Geours, fort de ses convictions interventionnistes et mendésistes, ne limite pas le rôle de la commission au contrôle et à la coordination des investissements publics, il entend mettre à profit son activité pour orienter le financement public vers de nouveaux secteurs, notamment le développement des projets industriels nationaux sur le pétrole, le nucléaire, l’aéronautique. Par exemple, Jean Saint-Geours prend l’initiative en 1956 de proposer au ministre des Finances le financement de la Caravelle en minimisant volontairement les risques financiers, « acte de foi un peu technicien » qui aboutit à l’établissement d’une convention entre l’État et Sud-Aviation en octobre 195856.

  • 57 Philippe Dargenton, ENA, promotion 1949, inspecteur des Finances, conseiller technique au cabinet d (...)

59Autre exemple de l’influence de Jean Saint-Geours, son appui au développement d’EDF qui lance dans les années cinquante un programme d’électrification intensif et la construction de nouvelles centrales ; son rôle s’avère déterminant dans ce domaine et permet à son successeur, Philippe Dargenton57, d’affirmer en 1956 :

  • 58 Philippe Dargenton, cassette 1, Paris, 1993, CHEFF. Voir Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électri (...)

« Le nombre de centrales que l’on construisait en une année, cela dépendait uniquement de moi pratiquement [...]. Je rends hommage à Saint-Geours qui avait rôdé la mécanique, c’est-à-dire : un, le secrétaire du FDES était tout puissant, deuxièmement le directeur du Trésor ne s’en occupait absolument pas, et troisièmement les ministres s’en occupaient très peu. Donc on avait beaucoup de pouvoir »58.

2. Jean Saint-Geours, un mendésiste convaincu

  • 59 Archives privées Jean Saint-Geours, recueil de souvenirs. Voir Michel Margairaz (dir.), Mendès Fran (...)

60Autre facette de la personnalité de Jean Saint-Geours, son attachement à Pierre Mendès France et à son projet politique. Il envoie tout au long de sa carrière régulièrement des notes à Pierre Mendès France ; ces notes sont destinées à lui préparer ses discours mais également à l’informer sur des questions de politique économique59.

  • 60 Archives privées Jean Saint-Geours, recueil de souvenirs, volume 3, « Gouvernement Pierre Mendès Fr (...)

61Jean Saint-Geours participe activement aux cabinets du gouvernement de Pierre Mendès France, dans un premier temps comme conseiller technique de Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de l’Industrie (juin-août 1954) avant de rejoindre le cabinet de Pierre Mendès France (août 1954-février 1955). À ces postes, il suit de près les travaux de la mission Gruson à qui il propose une série de mesures sectorielles de conversion industrielle. Il s’intéresse particulièrement à la reconversion de l’agriculture alcooligène en établissant des contingents d’alcool de betteraves et de pommes60.

  • 61 Ibid., p. 85-87.

62Au cabinet de Pierre Mendès France, Jean Saint-Geours se penche plus particulièrement sur la politique de conversion industrielle, et il écrit de nombreuses notes sur la difficulté à déterminer « les productions françaises qu’il convient d’encourager » et sur la nécessité d’élaborer une méthode permettant de sélectionner les projets d’investissement : « Il serait souhaitable que les ministères techniques opèrent des études approfondies pour déterminer dans quelles branches l’apparition de nouvelles entreprises serait utile et possible et dans quelle branche une réorganisation s’avère nécessaire »61. Le thème central de réflexion qui anime Jean Saint-Geours à son poste de secrétaire de la commission des Investissements et au cours de la présidence du Conseil de Pierre Mendès France, et qui explique en partie les orientations qu’il impulsera plus tard au SEEF, c’est la modernisation de l’économie française sans saupoudrage des investissements publics.

  • 62 Créé en septembre 1954 par Pierre Mendès France.
  • 63 Cf., Laure Quennouëlle, op. cit., p. 192.

63À la chute du gouvernement Mendès France, les premières actions en faveur de l’aménagement du territoire et de la reconversion industrielle sont décidées et lancées ; Jean Saint-Geours à la commission des Investissements en devient le principal artisan à la suite de la transformation du FME en FDES décidée le 30 juin 1955 par Pierre Pflimlin qui lui adjoint le Fonds de Conversion industrielle62 et une partie du Fonds national d’Aménagement du Territoire. Le Fonds qui est désormais chargé de financer des actions spécifiques dans le domaine des investissements dans trois domaines nouveaux – la conversion de l’industrie, l’aide à la productivité et l’aide à la décentralisation – se voit rattacher une quinzaine de sociétés de développement régional qui jouent le rôle de banques d’affaires régionales. Jean Saint-Geours occupe donc à partir de 1955 un poste clé pour orienter la politique industrielle au niveau national et régional63.

3. Jean Saint-Geours, un technocrate centralisateur

64Au cours d’une conférence à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), en 1966, Jean Saint-Geours expose sa conception de la politique régionale ! Il aborde la question du développement régional par l’entrée des choix d’investissements industriels à partir d’exemples contemporains :

  • 64 Archives privées Jean Saint-Geours, Conférence à l’IHEDN, « Rôle du FDES » 23 novembre 1959, 15 p., (...)

« Est-il souhaitable de faire de l’automobile à l’Ouest ? De l’électronique à Grenoble ? Est-ce que la région bordelaise est une région où l’on peut dans de bonnes conditions implanter une industrie chimique ? »64.

  • 65 Ibid., p. 11-12.

65Jean Saint-Geours met en garde contre ce qu’il estime être les travers de « la tentation de l’industrialisation […]. Ceux qui s’occupent du développement régional en province, il est difficile généralement de les faire sortir de l’industrialisation, comme moyen de développement de leur région. Il semble à les entendre que toute petite ville, tout petit bourg du Lot-et-Garonne ou de Bretagne a une vocation à s’industrialiser. C’est certainement faux. S’il y a des entreprises, cela dépend des secteurs […], l’industrialisation doit être conduite, pour avoir les meilleures conditions de rendement, autour de pôles relativement importants […]. Il apparaît clairement que l’un des principes du développement français est, dans un très grand nombre de régions, non pas l’industrialisation, mais la réforme de l’agriculture, la réforme des structures agricoles […]. Mais c’est une voie qui est difficile et qui semble moins noble, moins à la mode que l’industrialisation, et chaque maire de village a tendance à réclamer, lorsqu’il n’est pas arrêté par des considérations électorales, l’implantation d’une usine dans sa commune »65.

  • 66 Ibid.

66Fortes de ce constat où l’on retrouve sans doute les « pôles de développement » chers à François Perroux, les conclusions de Jean Saint-Geours sont claires : d’une part l’information doit remonter des régions mais la décision doit se prendre au niveau central rationnellement et indépendamment de considérations politiques et électorales, d’autre part il est urgent et indispensable pour mener une politique industrielle au niveau régional de lancer des méthodes de calcul de la rentabilité des investissements66.

67Et Jean Saint-Geours affiche ses convictions centralisatrices en déclarant :

  • 67 Ibid., p. 15.

« J’assume une certaine forme de centralisme […]. Je crois qu’il ne faut pas avoir honte, encore une fois, d’affirmer que s’il doit y avoir une optique régionale dans le développement de la France, cela ne doit être qu’une optique et d’affirmer donc que les principales décisions ont à être prises au centre, par ce que seul le centre a les moyens d’information, les moyens financiers, les moyens d’exécution, qui permettent d’assurer un développement harmonieux du pays »67.

68Jean Saint-Geours se présente donc comme un haut fonctionnaire dirigiste et centralisateur ; il invoque le souci de l’intérêt général. La méfiance est grande à l’égard des collectivités locales. La crainte des dépenses démagogiques et l’absence de compétences au niveau local sont les motifs donnés pour expliquer, donc justifier a posteriori, cette attitude.

69Nous pouvons considérer que les outils de calcul que souhaite mettre en place Jean Saint-Geours en 1959 sont envisagés comme un moyen d’améliorer la coordination et le contrôle des investissements en fournissant des armes irrécusables sur lesquelles appuyer des refus aux demandes d’investissements et a contrario légitimer et imposer des plans d’investissements. Les nouveaux outils que Jean Saint-Geours souhaite voir se mettre en place sont donc porteurs d’un renforcement du pouvoir technocratique.

70À cet égard, Jean Saint-Geours peut être considéré comme un homme de la direction du Trésor soucieux, dans la lignée de François Bloch-Lainé, de préserver les prérogatives du ministère des Finances qui doit à ses yeux être le responsable de la centralisation, de la coordination et de la décision d’investissement. Enfin il met à profit l’essor des techniques de choix d’investissement (issues en partie des progrès de la recherche opérationnelle) pour rendre encore plus forte sa position.

4. Jean Saint-Geours prône la rentabilité des investissements

71Le souci constant de Jean Saint-Geours est de rendre plus rationnels les choix d’investissement tant au niveau régional qu’au niveau national. L’exemple du financement du barrage de la Rance montre que, comme les hommes d’EDF, il s’appuie sur le marginalisme pour forger ses outils de gestion :

  • 68 Jean Saint-Geours, cassette 3, Paris, 1993, CHEFF.

« C’est à ce moment-là qu’on a commencé à travailler avec Pierre Massé et Christian Beullac sur la notion de centrale thermique de référence, pour ordonner par rapport à cette centrale thermique de référence l’équipement hydroélectrique des barrages, et puis éventuellement les investissements pétroliers, l’énergie nucléaire […]. Cela passait par une évaluation des coûts, une production “rentalisable” à un prix donné et un taux d’actualisation »68.

  • 69 Sur le financement du barrage de la Rance, voir Laure Quennouëlle, op. cit., p. 199 et Henri Morsel (...)

72Par deux fois, Jean Saint-Geours recale ainsi le projet de barrage de la Rance pour rentabilité insuffisante ; lorsqu’enfin le ministère de l’Industrie propose des turbines-bulbes fonctionnant dans les deux sens, la rentabilité du projet lui paraît acceptable et il le propose au ministre69.

  • 70 Archives privées Jean Saint-Geours, « Note sur le Marché commun » destinée à Pierre Mendès France, (...)

73Le même souci doit selon lui s’imposer au niveau européen : dans une note qu’il envoie à Pierre Mendès France le 18 juillet 1961 sur le Marché commun, Jean Saint-Geours insiste sur le rôle que doit jouer l’État par des interventions financières et industrielles sélectives afin d’encourager et guider la croissance. Il en appelle à une harmonisation des politiques économiques des pays du Marché commun, notamment « sur la coordination des investissements indispensables pour assurer une croissance maximum, au moindre coût et diminuer les risques d’accidents conjoncturels »70.

  • 71 SAEF, B 11 632, note de Pierre-Paul Schweitzer du 14 août 1954. Exemple cité par Laure Quennouëlle, (...)

74Le besoin et la nécessité d’établir et de définir des critères objectifs de choix d’investissements fondés sur des calculs de rentabilité sont une préoccupation croissante chez Jean Saint-Geours dans la seconde moitié des années cinquante. Cette préoccupation trouve un écho et émerge à la direction du Trésor et au ministère des Finances à la même époque. Nous en donnerons deux exemples : dans une note du 18 août 1954, signée conjointement par Jean Sadrin, le directeur des Finances extérieures, et par Pierre-Paul Schweitzer, directeur du Trésor, les deux directeurs exposent au ministre leurs réserves sur les aspects économiques et financiers du projet du tunnel sous la Manche. Devant la difficulté d’évaluer le coût et la rentabilité du projet, les auteurs préconisent de mettre la question « en relation avec d’autres grands projets d’investissements dans la zone franc pour définir la priorité »71.

  • 72 SAEF, B 11 651, 27 juin 1956. Exemple cité par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 101.

75De même, Pierre-Paul Schweitzer adresse au ministre une note concernant la réduction des dépenses d’investissements pour 1957 ; il s’interroge sur l’utilité de certains financements publics : « La Caisse des dépôts a par exemple toute liberté pour financer des projets d’utilité douteuse parmi lesquelles certaines réalisations des collectivités locales. Il ne serait pas heureux de compromettre les chances de la France en matière atomique en continuant à favoriser ou parce que l’on a favorisé la construction d’adductions d’eau ou de salles de fêtes » et il propose de comparer l’utilité des investissements « afin de supprimer en priorité les opérations les moins nécessaires, soit parce qu’elles n’ont pas d’influence sur la capacité ou les conditions de production, soit par ce qu’elles ne sont pas socialement inéluctables »72. On ne saurait être plus clair quant à la nécessité de définir des priorités.

  • 73 SAEF, 1 A 408, Fonds Petsche, « Projet d’investissement hydroélectrique en Guinée », mars 1956. Voi (...)

76Le projet Konkouilou-Konkouré en Guinée est également révélateur de ses nouvelles préoccupations qui émergent au ministère des Finances. Ce projet d’envergure qui naît en 1956 a pour objectif de développer la fabrication d’aluminium nécessaire à la France73. Dans une note conjointe, le directeur du Trésor, le directeur du Budget et celui des Finances extérieures conseillent au ministre de réserver son engagement effectif sur l’opération, notamment en raison du coût exact de l’opération qui ne peut pas être chiffré rapidement.

  • 74 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre. Objet : répartition des tâches entre l’INSE (...)
  • 75 Ibid., p. 8.

77Claude Gruson, dans sa note du 30 novembre 1961 qui expose au ministre la répartition des tâches entre l’INSEE et le SEEF74, va dans le même sens et y voit, comme nous l’avons déjà signalé, une lacune à combler par le futur SEEF. « À diverses reprises, j’ai pu constater que le cabinet du ministre, le directeur du Budget ou le directeur du Trésor regrettaient de ne pas trouver auprès d’eux un service destiné à l’aider dans la solution de problèmes économiques précis »75. Ce besoin que Jean Saint-Geours a, lui, ressenti au poste de secrétaire de la commission des Investissements va le guider dans la définition des nouvelles missions qu’il assigne au SEEF à partir de 1962.

5. L’objectif de Jean Saint-Geours : la modernisation et l’expansion économique

  • 76 La lutte contre le malthusianisme économique en faveur de l’expansion économique est un thème récur (...)
  • 77 Archives privées Jean Saint-Geours, Conférence à l’IHEDN, « Le rôle du FDES », 23 novembre 1959, 15 (...)

78Dans le sillage de Pierre Mendès France, les maîtres mots de Jean Saint-Geours sont la lutte contre « l’esprit malthusien » qui doit être menée par une politique gouvernementale dont l’objectif prioritaire est « l’expansion économique »76. Ses thèmes de prédilection sont la modernisation économique qui passe par la conversion industrielle au niveau régional et national (il ne prononce pas encore le mot croissance). Et dès 1959, Jean Saint-Geours en appelle clairement à la mise en place de nouveaux outils de calcul capables de chiffrer la rentabilité des investissements et d’établir des critères de sélection des secteurs économiques porteurs77.

  • 78 Ibid., p. 13.

79Un point démarque nettement Jean Saint-Geours de Claude Gruson. Il est clair que Jean Saint-Geours ne partage pas l’approche planificatrice de Claude Gruson lorsqu’il écrit : « Dans le régime économique français, s’il y a des entreprises nationales, l’initiative en matière de développement de la plus grande partie des acteurs est de caractère privé. Or l’initiative privée ne se planifie pas aisément et l’on ne peut pas dire à un entrepreneur : « Vous irez faire des chaussures à Landerneau. C’est là qu’il faut faire des chaussures »78. Très attaché à son administration, il est moins favorable que Claude Gruson à un déplacement de pouvoir en faveur du Plan.

80Jean Saint-Geours apparaît à travers ses propos et ses écrits comme un homme d’action pragmatique dont l’objectif est d’agir dans le sens de « l’expansion » en mettant en œuvre une politique d’investissement sectorielle et ciblée, rentable et efficace. Il affirme dans tous ses entretiens que ses préoccupations du moment étaient d’ordre « mésoéconomique » :

  • 79 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Moi, je faisais de la politique économique ou je participais à la politique économique depuis 1951 […]. À l’intérieur de la direction du Trésor, j’avais été pendant longtemps sous-directeur des Interventions économiques, et secrétaire de la commission des Investissements. Par conséquent, j’étais complètement engagé dans la politique économique semi-macro »79.

81Les nouveaux outils que Jean Saint-Geours souhaite voir mettre en place devront évaluer les effets directs sur les investissements de certaines catégories de mesures, puis les incidences indirectes de ces investissements sur l’ensemble de l’économie.

  • 80 Nous entendons par administration active l’administration qui est amenée à prendre part au processu (...)

82En se prononçant en faveur de la création d’outils pour calculer le coût et le rendement des projets d’investissement, Jean Saint-Geours peut être considéré comme un élément porteur d’innovation. Il dispose de solides atouts : par son expérience professionnelle, il a pu évaluer le besoin émergent au sein de l’administration active80 et il a su préciser ses attentes. Il connaît bien l’organisation et il pense que l’outil à mettre sur pied est susceptible de renforcer son pouvoir.

83Choisi par Claude Gruson à l’extérieur du SEEF, Jean Saint-Geours par son expérience apporte un regard nouveau au SEEF. Lorsqu’il choisit son successeur, Claude Gruson a certainement l’idée que Jean Saint-Geours, en étant conscient des besoins du ministère, est mieux à même d’adapter le SEEF aux besoins du ministère qu’un cadre issu de ses rangs. De son côté, Jean Saint-Geours en mettant l’accent dès 1959 sur le calcul de rentabilité des investissements fait figure d’innovateur potentiel. Le défi qui se présente à Jean Saint-Geours, porteur d’une innovation adaptée aux besoins émergents de l’administration, est de fédérer autour de lui une équipe.

B. Le jugement sévère de Jean Saint-Geours sur le SEEF

84En 1956, Jean Saint-Geours est nommé sous-directeur des Interventions économiques dont dépend administrativement la commission des Investissements, poste qu’il décide de conserver jusqu’en janvier 1964 lorsqu’il accepte la responsabilité du SEEF :

  • 81 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je dirigeais la sous-direction des Interventions économiques et je supervisais le SEEF. Je travaillais ainsi sans mesure. Cela a été très dur »81.

1. Le SEEF : un sacerdoce pour Jean Saint-Geours

85Il explique ainsi son maintien à la tête de la sous-direction des Interventions économiques :

  • 82 Ibid.

« J’ai accepté de superviser le SEEF mais c’était, pour ainsi dire, une terre de mission par rapport à une carrière classique. J’avais le sentiment que lâcher la sous-direction classique des Interventions économiques, c’était peut-être me lancer dans une aventure risquée si je voulais continuer à aspirer à devenir directeur du Trésor un jour. Comme je pensais avoir la capacité de faire les deux, j’ai mis comme condition que je voulais bien m’occuper du SEEF mais que je conserverais les Interventions économiques pour le moment. Le SEEF était un peu à part, son financement, la moitié de son personnel était dans une situation douteuse. Je voulais conserver les Interventions économiques parce que cela me plaisait – je ne suis pas d’un tempérament tellement méditatif – et par conséquent, je tenais à avoir une zone d’action opérationnelle »82.

  • 83 Nous analyserons dans la troisième partie les dissensions qui opposent Jean Saint-Geours à Valéry G (...)

86Ce témoignage est riche d’enseignements. Premièrement, il éclaire la psychosociologie du haut fonctionnaire dont les considérations de carrière constituent un souci constant, alimenté par des espoirs et des rêves porteurs à terme de rancœurs et de frustrations (les postes prestigieux et prisés sont restreints et les élus rares). Jean Saint-Geours nourrit des aspirations classiques chez un inspecteur des Finances proche de la quarantaine, pour qui il est légitime de briguer un poste de direction ; il affiche des objectifs ambitieux en rêvant de celui prestigieux et particulièrement recherché de directeur du Trésor. Cependant Jean Saint-Geours paraît être en 1961 en situation de blocage de carrière, de plafonnement : il rêve d’être nommé directeur du Trésor alors même que ses relations compliquées voire difficiles avec le nouveau ministre des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, compromettent ses ambitions83 et que Maurice Pérouse désigné depuis peu ne risque pas de laisser sa place de sitôt.

87Le deuxième type d’information concerne le SEEF : Jean Saint-Geours présente une fois encore son acceptation de superviser le SEEF comme dénuée de préoccupations personnelles ; il entend remplir une obligation morale et consent à un sacrifice en termes de carrière et de charge de travail. Jean Saint-Geours ne dresse pas une image flatteuse du SEEF en 1961 quand il parle d’un financement et d’un personnel « dans une situation douteuse ». En termes de prestige, Jean Saint-Geours estime qu’il ne gagne rien à superviser le SEEF.

88Troisième information, Jean Saint-Geours se définit comme un homme d’action soucieux de participer au processus de décision et il considère le SEEF comme situé hors du champ ordinaire de l’administration. Il entend le rappeler.

2. Le SEEF traverse une crise de personnel

89Dès son arrivée au SEEF, Jean Saint-Geours est confronté à des problèmes de gestion de personnel car :

  • 84 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Claude Gruson avait fait un certain nombre de promesses à des gens qui me paraissaient un peu trop engager ses successeurs. Il y a eu alors quelques grincements. »84.

  • 85 Font part de ces inquiétudes, les témoins suivants : André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Ter (...)

90Les pionniers du SEEF ont vieilli et après le romantisme de la création, certains cadres se posent inéluctablement des questions de carrière et aspirent à une certaine reconnaissance. Des inquiétudes s’expriment, favorisées par la crise de confiance inhérente à la scission mais également par l’ancienneté des cadres, que Claude Gruson a tenté de calmer lors de son départ avec des engagements qui constituent un héritage délicat pour Jean Saint-Geours85.

91Les craintes de Claude Gruson concernant les réactions du service à l’annonce de la nomination de Jean Saint-Geours étaient-elles justifiées ? Ce dernier se souvient d’avoir été assez bien accueilli :

  • 86 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Moi, je n’ai senti aucune difficulté. Je n’étais pas un inspecteur des Finances comme les autres. Les hommes clés m’avaient aperçu plus de dix ans avant ; je les ai fréquentés. Ils connaissaient mes affinités. Je les connaissais mal, mais enfin il m’était arrivé de les voir. Gruson a fait une bonne propagande »86.

92On peut penser que malgré les premiers ressentiments, notamment de Jean Sérisé ou de Jacques Le Noane, qui auraient pu considérer comme légitime de prendre la succession de Claude Gruson, l’équipe du SEEF déstabilisée se rallie assez vite à Jean Saint-Geours qui représente un (timide ?) espoir et redonne confiance dans l’avenir. Le fait que, comme nous l’avons vu, Jean Saint-Geour sait obtenu dès son arrivée de la part du cabinet des restrictions substantielles aux revendications initiales de Claude Gruson à l’égard de son ancien service relève leur moral.

3. Le SEEF n’est pas opérationnel

93Premier diagnostic de Jean Saint-Geours sur le service dont il a accepté la responsabilité :

  • 87 Ibid.

« Je voulais rendre le SEEF plus pratique. Cette nécessité, je l’apercevais de l’extérieur beaucoup plus encore que Claude Gruson. Je ne dis pas que j’ai sauvé le SEEF mais quand même ! Gruson le sentait bien et Sérisé encore davantage. Ils sentaient qu’ils étaient au bout de leurs possibilités – trop d’“introversion” si vous voulez – et que par conséquent il fallait ouvrir les perspectives et les méthodes, et aussi être plus pratique. C’est-à-dire être plus utilisable pour la préparation de la politique économique et traduire davantage en termes d’action pour les ministres ce qui sortait de leurs comptes. À l’extérieur, il y avait une certaine crise, non pas de la crédibilité intrinsèque du SEEF, mais on disait : “Bon, c’est très bien, mais, pratiquement, il reste maintenant à inventer les actions”. Le hiatus n’était pas franchi entre les savants raisonnements du SEEF et leur traduction en termes de politique économique, d’action économique »87.

94Le jugement est sévère : Jean Saint-Geours estime que l’objectif des pionniers du SEEF qui était pourtant de guider la prise de décision de politique économique n’est pas atteint, et que ses travaux ne répondent pas assez aux besoins du ministère des Finances :

  • 88 Ibid.

« C’était très artisanal et perfectionniste. Artisanal, perfectionniste et collectif. Ils passaient des nuits à confronter leurs points de vue pour améliorer une phrase. Et les travaux qu’ils faisaient, c’étaient des travaux finis, mais quelquefois un peu trop finis et le temps de l’action était passé. Cela apparaissait de l’extérieur où j’étais bien placé tout en leur étant sympathique. Leurs travaux apparaissaient souvent acadé-miques, détachés du réel. Ils fignolaient, ils étaient très rigoureux, pleins de scrupules, ils ne voulaient pas avancer quelque chose qui ne fût pas absolument validé et par conséquent ils étaient souvent en termes opérationnels courts »88.

95Toujours soucieux de rentabilité, Jean Saint-Geours porte un regard critique sur le SEEF et sur les méthodes de travail de ses chercheurs. Il souhaite en faire un service d’aide à la décision performant, rapide, répondant à des besoins précis. Il souligne le hiatus entre le potentiel intellectuel du SEEF et ses résultats :

  • 89 Ibid.

« Dans l’ensemble, c’étaient des gens tout à fait remarquables […]. Ils étaient plutôt jeunes, tous de très bonne qualité, à quelques exceptions près, bien entendu. Mais, bien sûr, chacun avait son tempérament ou sa formation. Il y avait des conseillers de très haut niveau méditatif, de grands chirurgiens que l’on appelait sur des cas de problèmes mathématiques particulièrement difficiles pour déboucler une équation ou un modèle. Ils ne participaient pas beaucoup à la vie courante […]. C’étaient des gens qui étaient par nos critères tout à fait sous-employés parce qu’ils étaient là, ils écoutaient, ils suivaient mais ils auraient pu ne pas venir, personne ne s’en serait aperçu sauf qu’ils perdaient de l’information. C’étaient de grands spécialistes […]. Et dans l’ensemble, un personnel de très grande qualité et très motivé parce que c’était quelque chose de nouveau. Introduire la comptabilité nationale, la rationalité économique dans la politique économique, c’était pour nous essentiel, à proprement parler »89.

96Jean Saint-Geours porte un jugement d’homme d’état-major, sévère et rétrospectif, qui peut s’expliquer par la situation du fils « parricide » mais ne peut dissimuler le sentiment de haute estime de soi d’un haut fonctionnaire qui se sent investi d’une mission et personnalise sa fonction. Jean Saint-Geours se présente comme l’homme qui a sauvé le SEEF.

97C’est sans doute ce regard extérieur au SEEF d’un homme rompu au fonctionnement et aux décisions du ministère qui a séduit Claude Gruson, si soucieux dans ses notes-testaments d’intégrer davantage le SEEF dans les activités quotidiennes du ministère.

98Le caractère critique des propos de Jean Saint-Geours s’explique sans doute aussi par sa situation délicate en arrivant au SEEF. Il doit pour s’affirmer « tuer » le père spirituel en étant capable de développer une évaluation aboutissant sur des réformes constructives. Son message a toutes les chances d’être bien reçu parce qu’il ne remet pas en cause l’identité fondamentale du SEEF. Jean Saint-Geours se présente donc comme un rénovateur qui n’impose pas de rupture brutale à la structure dont il hérite mais qui veut l’adapter aux nouveaux besoins.

C. 1962-1964 : une période de statu quo et d’interrogations

1. Continuité structurelle

  • 90 Annuaire des Finances, Paris, Imprimerie nationale, 1965, p. 146-147.

99En 1964, le SEEF est divisé en huit divisions : la division des Études économiques appliquées qui est censée être le fer de lance du nouveau SEEF en étant consacrée notamment aux « méthodes modernes de préparation des décisions »90 et à la recherche opérationnelle ; la division des Programmes financiers, chargée des études et projections financières relatives au Plan ; la division des Budgets économiques qui effectue aussi la préparation des rapports destinés à la commission des comptes de la Nation ; la division des Opérations financières qui, avec le concours technique de la Banque de France (le SESOF), établit les tableaux d’opérations financières ; la division des Administrations qui réalise les comptes des administrations ; la division des Études d’actualité qui se charge des relations avec les organismes internationaux sur les questions de conjoncture et de politique économique ; la division de l’Extérieur qui effectue les comptes de l’extérieur, la division des Études fiscales qui est chargée de réfléchir aux problèmes que pose l’utilisation des statistiques fiscales par la comptabilité nationale, et enfin le bureau de documentation et de traduction. Le SEEF est donc composé de quatre divisions d’analyse chargées d’établir les comptes d’agents ou d’opérations (les divisions de l’Extérieur, des Administrations, de la Fiscalité et des Opérations financières) et de quatre divisions de synthèse (Budgets économiques, Programmes financiers, Recherches économiques appliquées et Études d’actualité). La grande différence avec l’ancien SEEF tient à la réduction du personnel, à la disparition des coordonnateurs et à l’institution d’un brain-trust auprès de Jean Saint-Geours.

100Le SEEF est en effet désormais chapeauté par le cabinet du chef de service qui se compose de deux sous-directeurs, Jean Sérisé et Jean Aubry ; d’un responsable des études économiques, Jacques Le Noane, et d’un responsable des travaux de comptabilité nationale, Jacques Mayer. Jean Saint-Geours crée également des postes de conseillers techniques qui lui sont directement rattachés : René Froment et Jacques Sentis. Il s’entoure ainsi d’une garde rapprochée formée par les anciens ténors du SEEF sans doute pour deux raisons : premièrement, son temps est partagé avec la sous-direction des Interventions économiques, ce qui ne lui permet pas de s’investir complètement dans la gestion du SEEF et deuxièmement, il ne fait pas subir au SEEF de changements brutaux et assure ainsi une transition en douceur.

  • 91 Archives privées Jean Saint-Geours, « La formation des hommes et le développement économique », Mad (...)

101En présentant le SEEF à l’occasion d’une conférence à Madrid en octobre 1964, Jean Saint-Geours expose ses trois principales missions : l’établissement des budgets économiques destinés à déterminer les conditions de l’équilibre économique d’ensemble ; la mise au point d’un ensemble de techniques modernes de préparation des décisions capables de détecter les problèmes particuliers susceptibles de remettre en cause l’équilibre économique ; l’étude exclusive des questions concernant les finances publiques, les opérations financières et les relations avec l’extérieur91.

  • 92 Ibid., p. 7.

102Jean Saint-Geours insiste sur la particularité du SEEF qui d’une part « joue à l’égard de l’administration active le rôle classique d’un bureau d’études » et qui d’autre part remplit une mission essentielle : « Il exerce une influence plus diffuse et non moins importante par la transmission des informations qu’il assure au sein des administrations et par les progrès qu’il a assurés dans la connaissance des méthodes modernes d’approche des problèmes de politique économique »92. L’accent est désormais mis sur l’émergence d’un nouveau SEEF dont les thèmes de prédilection sont devenus l’administration active et les méthodes modernes d’aide à la décision de politique économique.

103Jusqu’en mars 1964, Jean Saint-Geours ne transforme pas le service. Se partageant entre le SEEF et la sous-direction des Investissements économiques, il précise néanmoins sa conception du futur SEEF axé sur de nouveaux outils d’aide à la décision. Le SEEF dans l’immédiat est aux prises avec deux dossiers : un règlement difficile du transfert avec l’INSEE et les incertitudes sur son avenir.

2. Le règlement du transfert avec l’INSEE

a. Le problème de la division des Entreprises

  • 93 SAEF, B 51 984, Serge Barthélémy, « Le problème des contractuels du SEEF employés par l’INSEE », 22 (...)
  • 94 Ibid., p. 2.

104Très vite, la division des Entreprises dirigée par André Hamaide vit mal son affectation à la direction de la Statistique générale de l’INSEE. Une note fait le point sur ce problème : « Ce sont les chargés de mission de la division des Entreprises qui se sentent le moins intégrés à l’INSEE et parmi lesquels l’aspiration au retour est la plus forte. On peut estimer à neuf le nombre des contractuels de cette division qui souhaitent dès maintenant leur transfert, sans compter deux cadres ayant un statut différent »93, et la note conclut sur la nécessité de prévoir « un transfert échelonné et organisé ; un accord devrait être obtenu à l’avance de la direction de l’INSEE et des solutions de remplacement recherchées par celle-ci »94. Cette note montre non seulement que l’équilibre entre le SEEF et l’INSEE est bancal, et que les deux organismes constituent bien des entités distinctes aux intérêts particuliers, mais encore que la rationalisation administrative par le transfert de 1962 se heurte vite aux questions de personnes qui ne se laissent pas manipuler comme des pions sur un échiquier. Cette note est la première d’une série de documents qui envisagent le retour au SEEF d’une partie du personnel transféré à l’INSEE.

b. La question des budgets économiques

105Autre point d’achoppement avec l’INSEE, la question des comptes et des budgets économiques. Après l’intervention de Jean Saint-Geours dès son arrivée en 1962, celui-ci obtient, on l’a vu, que le SEEF conserve la responsabilité des budgets économiques tandis que l’INSEE effectuerait les comptes économiques à partir desquels s’élaborent les budgets économiques. L’INSEE se charge de la partie synthèse, et le SEEF de la partie analyse.

  • 95 SAEF, B 51 984, Jean Saint-Geours, « Note de service », 16 décembre 1963, 2 p.

106Mais, dans les faits, ce partage s’avère difficilement réalisable et il est explicitement dénoncé par le SEEF dans une note : « En fait, l’insuffisance des effectifs empêche que ces deux divisions aient dès maintenant une existence indépendante […]. Le problème de la localisation de l’ensemble dirigé par M. Mayer s’est posé. Chargé des comptes, il doit être quai Branly. Responsable des budgets, sa place est avenue de l’Opéra. Il a été décidé que M. Mayer et une partie de ses collaborateurs auraient le centre de leurs activités alternativement dans l’un et l’autre service, à l’INSEE les mois au cours desquels les comptes économiques sont l’objet essentiel des travaux ; au SEEF lors de l’élaboration des budgets économiques »95. Jean Saint-Geours souligne que ces « dispositions ne sont pas sans inconvénients », et envisage de revenir sur les principes de cette organisation dans un avenir proche dès que les effectifs seront renforcés.

3. Les interrogations et la définition d’un nouveau SEEF

  • 96 Gérard Eldin, né en 1927, inspecteur des Finances, secrétaire général de la commission des comptes (...)
  • 97 SAEF, B 51 984, Gérard Eldin, « Note sur la place du secrétaire de la commission des comptes de la (...)
  • 98 Ibid., p. 2.
  • 99 Ibid., p. 2.

107Le SEEF de 1962 à 1964 passe par une période d’interrogation et de redéfinition de ses missions. Les interrogations concernent notamment le rôle que doit jouer le secrétaire de la commission des comptes économiques de la Nation, confronté à l’éclatement de l’ancienne division des Comptes et Budgets économiques entre le SEEF et l’INSEE. Gérard Eldin96, récemment nommé secrétaire de la commission déplore dans une note97 l’éparpillement des travaux de conception de la politique économique à court terme entre l’INSEE et le SEEF mais également au sein de chaque service. Ils sont répartis d’une part au sein de l’INSEE entre la division de la Conjoncture et la division des Comptes économiques ; et d’autre part au sein du SEEF entre la division des Études d’actualité, la division des Études économiques appliquées, et la division des Budgets économiques. « De ce fait, le rattachement du secrétariat de la commission des comptes de la Nation à la division des Budgets économiques du SEEF n’apparaît satisfaisant ni en théorie ni en pratique »98 estime Gérard Eldin. Cette dispersion ne fait plus, selon lui, du secrétaire de la commission le point de passage obligé des travaux de politique économique mais un « point de destination accessoire »99. Le nouveau secrétaire demande donc à la direction du service que le secrétariat de la commission lui soit directement rattaché afin de centraliser avec plus de poids institutionnel les informations dont il a besoin pour effectuer sa mission.

4. Le SEEF propose la création d’un bureau des Investissements

108Une autre note est révélatrice de la stratégie de Jean Saint-Geours et de ses ambitions pour le SEEF. Cette note non signée est classée dans le dossier consacré à l’organisation du SEEF. Elle a donc été écrite par les personnes qui ont réfléchi aux missions du futur SEEF. Elle expose la nécessité de créer au ministère des Finances un bureau d’étude des Investissements qui serait rattaché au SEEF.

  • 100 SAEF, B 51 984, « Création d’un bureau d’étude des Investissements au ministère des Finances », 17  (...)

109La note rappelle que la direction du Budget et la direction du Trésor sont amenées à se prononcer sur des projets d’investissements qui leur sont présentés par les ministères techniques et par des entreprises nationales et privées. Ces demandeurs appuient de plus en plus fréquemment leurs projets sur des études réalisées par leurs propres services économiques : les investissements dans les réseaux routiers sont étudiés au ministère des Travaux publics et des Transports par le Service des Affaires Économiques et Internationales (SAEI) qui « tente d’introduire un minimum de cohérence et de comparabilité dans les méthodes de calcul des diverses directions »100 ; d’autres ministères ont créé des services analogues (les ministères de l’Agriculture, de la Santé publique, et de l’Éducation nationale) ; et les grandes entreprises nationales disposent de services d’études économiques chargés notamment de comparer les rentabilités des programmes d’investissements.

110Quant aux administrations qui ne possèdent pas de service d’études propre, elles font, expliquent les auteurs de la note, de plus en plus souvent appel aux services d’études spécialisés dans la recherche opérationnelle (Délégation à l’Aménagement du territoire, ministère de la Construction).

111Les cadres du SEEF mettent en garde le ministère des Finances contre ce nouveau phénomène :

  • 101 Ibid., p. 3.

« Les méthodes d’analyse économique et de recherche opérationnelle sont en cours de création. Elles reposent sur des données quantitatives dont les règles d’estimation ne sont pas toujours claires, et qui doivent donc être critiquées. Enfin, dans la mesure où ces méthodes sont appliquées à des problèmes limités, elles utilisent pour rechercher les solutions optimales, des critères de choix qui, parce qu’ils sont adaptés à la nature propre de ces problèmes, peuvent être dans l’ensemble très disparates, voire contradictoires »101.

  • 102 Ibid., p. 4.
  • 103 Ibid., p. 6.

112Dans ces conditions, ils proposent la création d’un bureau des Investissements propre au ministère des Finances. Il serait chargé d’effectuer une contre-expertise des études présentées à l’appui des projets d’investissement mais il devrait également en accumulant les connaissances propres au croisement de toutes ces études formuler « une doctrine d’ensemble qui d’une part définirait les opérations dont la rentabilité pourrait être systématiquement étudiée par des méthodes éprouvées et bien codifiées ; d’autre part formuler des critères de choix qui tendraient peu à peu à s’harmoniser »102. L’auteur de la note prévoit que ce bureau travaille étroitement avec les centres de décision du ministère, mais également avec les services d’études des ministères techniques « dont l’intérêt serait évidemment de ne pas perdre l’occasion d’entretenir avec le ministère des Finances un dialogue duquel pourrait sortir une compréhension plus précise de l’urgence relative des investissements »103.

  • 104 Ibid.

113La note prévoit que la tâche de ce bureau ne doit pas se limiter aux calculs de rentabilité des investissements, mais qu’il doit étendre ces nouvelles formes de calcul à l’étude de l’organisation de l’administration en collaboration avec le bureau d’Organisation et de Méthode de la direction du Budget et la commission d’Enquête du coût et du rendement des services publics104. Cette note prouve donc que dès 1964, Jean Saint-Geours et son équipe souhaitent engager le SEEF vers des travaux novateurs qui s’épanouiront avec l’aventure de la RCB.

114L’argument fondamental pour créer un bureau des Investissements est donc toujours le contrôle et la centralisation des investissements publics. Ce bureau répond aux aspirations de Jean Saint-Geours et il est présenté comme une innovation susceptible de renforcer le pouvoir du ministère des Finances.

115Un autre point mérite d’être souligné, la similitude avec la comptabilité nationale, innovation amorcée à l’extérieur du ministère des Finances mais que le ministère souhaite s’approprier afin d’étendre son pouvoir.

D. Le plan de stabilisation : la crédibilité du SEEF en question

1. Le général de Gaulle impose le plan de stabilisation

  • 105 Serge Berstein, La France de l’expansion. La République gaullienne. 1958-1959, Paris, Le Seuil, 198 (...)

116Après la pause due aux effets du plan de redressement de 1958, une reprise de l’inflation s’amorce en 1961-1962 dont les facteurs marquants sont la pression exercée sur la demande de biens d’équipement et de biens de consommation par les 700 000 rapatriés d’Algérie, la décision en décembre 1962 de la régie Renault d’accorder aux salariés une quatrième semaine de congés payés déclenchant des revendications générales sur le même thème et la grève des mineurs de janvier 1963105.

  • 106 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994, t. I, p. 532-533.
  • 107 Ibid., p. 514, 516, 525.
  • 108 Ibid., p. 513-519.

117Tous les témoignages oraux ainsi que les biographies et les autobiographies concordent sur un point : l’initiative et la décision du plan de stabilisation reviennent au général de Gaulle influencé par deux conseillers proches, Jacques Rueff et Jean-Maxime Lévêque. Selon Alain Peyrefitte, dès février 1963, le général de Gaulle reproche à son Premier ministre et à son ministre des Finances de ne pas lutter efficacement et prioritairement contre la hausse des prix qui s’élève à 4,5 % en 1962106. Il semble agacé par Valéry Giscard d’Estaing qui manifeste un certain optimisme quant aux perspectives économiques107 et il le somme régulièrement de prendre des mesures énergiques afin de mettre fin aux pressions inflationnistes108 et de rétablir l’équilibre budgétaire.

  • 109 Ibid., p. 526.
  • 110 Alain Prate, Les batailles économiques du général de Gaulle, Paris, Plon, 1978, p. 145.
  • 111 Ibid., p. 21.

118Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ne semblent pas se rallier facilement aux vues du général, et Georges Pompidou s’élève contre l’influence de Jacques Rueff et Jean-Maxime Lévêque en faveur d’un plan d’austérité109. Cet épisode illustre la nouvelle répartition du pouvoir au sein de l’État et le poids récent et croissant des conseillers à l’Élysée qui fait écrire à Alain Prate, lui-même ancien conseiller du général de Gaulle, que toutes les décisions de politique économique sont prises depuis 1958 à l’Élysée110 : « Comme on le verra, les décisions essentielles de ces dix années : choix de la compétition européenne, développement de la politique agricole commune, plan de stabilisation de 1963, options du 5e Plan, positions de la France dans les négociations monétaires internationales, participation aux résultats de l’entreprise, refus de la dévaluation en novembre 1968, furent prises à l’Élysée, le plus souvent en conseil restreint »111. Cette nouvelle géographie des pouvoirs qui amoindrit le rôle du ministère des Finances ne joue pas en faveur du SEEF, récemment fragilisé structurellement et en voie de rénovation.

  • 112 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, t. 2, p. 212.

119Inquiet devant les indices de prix de 1 % pour les deux mois de juillet et août 1963, le général de Gaulle s’émeut : « Puis, au mois d’août, constatant que les résolutions ont l’air de s’émousser, je fais brusquer et renforcer les choses »112. Le ministre des Finances, les membres de son cabinet ainsi que les directeurs d’administration centrale sont rappelés de vacances. Jean Sérisé se souvient :

  • 113 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Ce témoignage est corroboré par celui de Franç (...)

« Le plan de stabilisation a été imposé à Giscard et à Pompidou. Je me trouvais en vacances quand j’ai été rappelé par les gendarmes qui sont venus me chercher »113.

  • 114 Le plan de stabilisation vise la réduction de la croissance monétaire par l’émission d’un emprunt d (...)

120Le plan est annoncé au public le 12 septembre 1963114. Sa préparation a pris moins de quinze jours.

2. La responsabilité du SEEF est mise en cause

  • 115 Jean-Maxime Lévêque, En première ligne, Paris, Albin Michel, 1986, p. 93.

121Jean-Maxime Lévêque vise le SEEF quand il dénonce « les services (qui) fournissaient à Valéry Giscard d’Estaing des prévisions optimistes qui le conduisaient à affirmer publiquement que les hausses de prix arrivaient à leur terme et que la situation allait très vite se stabiliser. De mois en mois, ses déclarations étaient démenties par les faits »115.

122Cette assertion doit être rapprochée du témoignage de Bertrand Balares que, ancien conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing, chargé du SEEF et de l’INSEE. Selon lui, Valéry Giscard d’Estaing aurait reproché en septembre 1963 aux membres de son cabinet de s’être laissés influencer par les « prévisions optimistes » du SEEF et de lui avoir synthétisé des notes de politique économique concluant que l’inflation ne posait pas de problème et allait se résorber d’elle-même. Il s’explique rétrospectivement sur ce point :

  • 116 Bertrand Balaresque, 9 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le SEEF était un peu optimiste, il voulait chauffer l’économie, il n’était pas du tout monétariste. Il fixait un taux de croissance au maximum possible, c’est-à-dire un peu au-delà de ce qui était raisonnable du point de vue du contrôle de l’inflation »116.

  • 117 SAEF, fonds Trésor, B 51 018, note du SEEF datée de 1964 sur le débat relatif aux origines de l’inf (...)

123Les causes de l’inflation sont difficiles à déterminer à l’époque : les experts du SEEF réfutent l’analyse de Jacques Rueff qui insiste sur les origines financières de la hausse des prix117. Pour Claude Gruson, la responsabilité du SEEF doit être partagée avec son proche collaborateur, l’INSEE, dont les travaux sont à cette période très imbriqués. Claude Gruson se souvient à ce propos :

  • 118 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Au moment des événements inflationnistes des années 1963-1964 nous n’avons pas été très perspicaces […]. En 1959-1960-1962, à partir du moment où les Français d’Algérie ont senti que leur cause était perdue, il y a eu des discordances majeures, un écart inexpliqué entre le solde de la balance commerciale et les soldes détenus par les instituts d’émission, par la Banque de l’Algérie notamment. Cette différence énorme tenait au fait que, pendant ces années-là, la Banque de l’Algérie avait eu une attitude relativement laxiste dans l’octroi des crédits aux entreprises algériennes et que les liquidités ainsi constituées refluaient sur la France. Sur le moment, nous avions été surpris et nous n’avions pas su l’interpréter […]. Au SEEF, comme à l’INSEE, la réalité de la percée inflationniste était tout de même perçue de mille façons, mais nous n’avions pas perçu la cause. Nous avons manqué de discernement à l’époque »118.

  • 119 Jacques Méraud, 5 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

124Jacques Méraud se souvient également de ce débat sur l’inflation et des difficultés d’appréciation et d’interprétation qui ont alors dominé les discussions119. Une note au ministre signée de Maurice Pérouse montre à quel point les prévisions sont difficiles à réaliser en raison des incertitudes qui pèsent sur le retour des rapatriés et à quel point les experts du SEEF sont prudents :

  • 120 SAEF, B 52 207, Maurice Pérouse, « Note pour le ministre », 21 février 1962, 2 p., p. 2.

« Sur la base de ces hypothèses qui, faute de données suffisamment précises, ne tiennent compte, il convient de le souligner, que d’une manière partielle des charges du rapatriement d’Afrique du Nord, les études ci-jointes maintiennent comme objectif pour 1962 par rapport à 1961 le taux moyen annuel d’expansion de 5,5 % »120.

3. Le SEEF n’est pas associé à la préparation du plan de stabilisation

125Le témoignage de Jean Sérisé, devenu conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing, permet d’appréhender la manière dont se prépare un plan d’austérité. Présenté par Bertrand Balares que comme l’un des principaux artisans de la mise sur pied du plan de stabilisation au sein du cabinet de Valéry Giscard d’Estaing, Jean Sérisé raconte sa version :

  • 121 Jean Sérisé, 12 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Pour Jean Sérisé, les directions qui ont part (...)

« C’était en pleines vacances. Le général dit qu’il faut faire un plan de stabilisation. Tout le monde revient, et en quinze jours, on fait le plan de stabilisation. On le fait avec les moyens du bord, les idées du moment […]. Pour cela, on met en marche la direction du Budget qui a toujours dans ses tiroirs un plan d’économies ; chaque responsable du Budget sait qu’il peut y avoir du gras à tel endroit ; à tout moment, d’ailleurs, il a sur le cœur le dernier arbitrage budgétaire qui lui a donné tort parce que si cela n’avait tenu qu’à lui, il aurait réduit de 20 % les dépenses ! Et, donc il est facile d’avoir en huit jours un plan d’économies budgétaires ! Le problème n’est pas là. Il est de l’imposer politiquement aux ministres concernés. De même, en ce qui concerne la fiscalité, si on demande à la DGI de préparer un projet dans lequel il y aura plus d’impôts que par le passé, ils sont très heureux. En quelques heures, les propositions sont disponibles »121.

  • 122 Jean-Maxime Lévêque, op. cit., p. 95.

126Au cours de cet entretien, Jean Sérisé aborde la question du blocage des prix. Jean-Maxime Lévêque relate dans son autobiographie sa fureur lorsqu’il apprend que Valéry Giscard d’Estaing prévoit d’instituer un blocage des prix. Ilse déclare alors clairement en opposition avec le ministre des Finances en estimant qu’une telle décision constitue « l’abandon de la politique de vérité des prix de 1958 »122.

127Jean Sérisé raconte les conditions qui, selon lui, ont conduit Valéry Giscard d’Estaing à opter pour cette mesure :

  • 123 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je me rappelle très bien les réunions tenues par Giscard avec ses directeurs : il s’adresse à Philippe Huet qui était directeur des Prix et lui demande ce qui peut se passer si on libère les prix. Huet lui fait une démonstration argumentée produit par produit au terme de laquelle il en résulterait une hausse immédiate des prix de 4 à 6 %. Le ministre se dit naturellement qu’une telle hausse est en contradiction avec ce qui lui est demandé et il en déduit qu’il ne peut pas résoudre le problème par la liberté des prix, et donc qu’il faut continuer de les contrôler »123.

128Il semble à la lecture d’Alain Peyreffite qu’effectivement Valéry Giscard d’Estaing ait voulu faire preuve de zèle en proposant le blocage des prix pour contrer les réactions déçues du général de Gaulle devant les premières propositions de son ministre des Finances début septembre.

129Quelle a été la participation du SEEF à la mise sur pied du plan de stabilisation ? Pour Jean Sérisé, il n’a pas été consulté, parce que ses outils et ses études trop macroéconomiques ne sont pas utilisables pour bâtir un tel plan d’austérité. On peut considérer que c’est une grave lacune car la mission fondatrice du SEEF est l’aide à la prise de décision de politique économique.

  • 124 Les témoins souhaitent rester anonymes.

130D’autre part, selon certains de ses proches, Valéry Giscard d’Estaing, s’est montré rancunier envers ses experts économiques du SEEF : il estime avoir été trompé par leurs prévisions et il les tient délibérément à l’écart de la préparation du plan de stabilisation qui mobilise pourtant le ministère124.

  • 125 SAEF, B 52 205, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion d (...)

131Ces propos paraissent confirmés par le silence des archives écrites au SAEF : aucune note n’a été retrouvée qui permette d’affirmer que le SEEF ait été consulté à la fin août et au début septembre 1963 sur l’opportunité ou sur les mesures d’un plan de stabilisation. La lecture des procès-verbaux des réunions de coordination réunissant le SEEF et l’INSEE prouve que les perspectives économiques des experts économiques sont à l’été 1963 optimistes notamment sur le taux de croissance125, et que le SEEF et l’INSEE ne sont pas consultés au cours de la préparation du plan de stabilisation, aucun travail particulier n’étant signalé à ce propos.

4. Le point sur l’influence du SEEF

a. Avant le plan de stabilisation

  • 126 SAEF, B 52 207, Gérard Eldin, « Note sur la conjoncture économique à la fin du mois de février », 2 (...)
  • 127 SAEF, B 52 207, SEEF « Note d’orientation pour les travaux du 1er trimestre 1962. Comptes préparato (...)

132Jusqu’en 1962, les notes du SEEF font part du climat psychologique inflationniste qui leur paraît injustifié et les experts du SEEF se prononcent contre toute mesure de ralentissement. En février 1960, Gérard Eldin rédige une note sur la conjoncture économique dans laquelle il écrit : « La psychose inflationniste qui se développe à l’heure actuelle n’est fondée dans les faits sur aucun déséquilibre grave. Les hausses de salaires privés et publics accordées récemment peuvent être absorbées sans forte augmentation des prix. Il ne paraît pas opportun de recourir dès à présent à des mesures anti-inflationnistes globales qui auraient pour effet de stopper une reprise encore hésitante »126. Le 29 décembre 1961, le SEEF se déclare hostile à tout plan d’austérité : « On peut se demander si une action de freinage, destinée à maintenir quoi qu’il en coûte la stabilité des prix en 1962, ne conduirait pas à brève échéance soit à abandonner les objectifs du Plan, soit à accepter dans l’avenir une hausse de prix encore plus forte »127. Les objectifs du SEEF sont clairs : favoriser la croissance et suivre les orientations du plan en matière d’investissements publics.

  • 128 SAEF, B 52 207, Jean Sérisé, « Note au ministre : évolution des salaires en 1961 », 5 février 1962, (...)
  • 129 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note sur les dangers d’une politique d’augmentation générale d (...)

133En 1962, émerge néanmoins une inquiétude au sujet de l’inflation et il paraît tout à fait exagéré d’affirmer que le SEEF ne manifeste pas des préoccupations sur ce sujet. En février 1962, Jean Sérisé écrit deux courtes notes destinées au cabinet du ministre des Finances en estimant que la conjoncture économique est dans l’ensemble favorable mais il attire l’attention sur le fait que le plein emploi crée un climat propice à l’expansion des revenus et à la hausse des prix qui justifieraient de prévoir des actions spécifiques pour y remédier128. Le 30 juillet 1962, Jean Saint-Geours à son tour attire l’attention « sur les dangers d’une politique d’augmentation générale des salaires et des transferts sociaux » qui risque d’engendrer à terme « simultanément des germes d’inflation et de dépression », ce qui l’amène à préconiser l’établissement d’une politique des revenus associant salariés et patrons et des mesures de réduction de temps de travail129.

  • 130 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note pour le ministre », 8 avril 1963, 6 p., p. 2.

134Neuf mois plus tard, Jean Saint-Geours réitère ses propositions d’instauration d’une politique des revenus qui s’impose à ses yeux à l’issue des conflits sociaux qui ont marqué les premiers mois de 1963. Il écrit : « Il est clair que le nœud du problème se trouve dans le mouvement des salaires et des profits ; c’est pourquoi la politique des revenus constitue l’intervention la plus souhaitable et la plus urgente. En limitant la croissance des rémunérations, donc celle des prix, elle garantit l’expansion »130. Les mesures que préconise Jean Saint-Geours ne sont donc pas à base de restriction budgétaire ni de blocage des prix, mais destinées à permettre un taux élevé d’investissements publics et privés.

  • 131 SAEF, B 52 087, SEEF, « Note au ministre : Les décisions de politique économique à prendre après le (...)

135En avril 1963, le SEEF alerte le ministre sur les dangers inflationnistes, et préconise « un choc psychologique », soulignant la nécessité afin de lutter contre l’inflation « de présenter d’une manière assez retentissante un ensemble substantiel de mesures coordonnées et sans attendre trop longtemps après la période d’incertitude économique, financière et sociale que la nation vient de vivre »131. La position du SEEF ne saurait être plus claire, ce qui montre que les mises en cause le visant sur le thème de l’inflation tiennent du mauvais procès.

b. Après l’annonce du plan de stabilisation

  • 132 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1997, t. II, p. 328.
  • 133 Ibid., p. 334.
  • 134 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 135 Pour Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF, « le plan de stabilisation devi (...)

136À l’extérieur rien ne transpire. Ce qui ressort au contraire, c’est l’appropriation par Valéry Giscard d’Estaing de ce plan pourtant imposé, dès son lancement132 et jusqu’en 1965, que ce soit au cours d’annonces à la presse ou au sein des conseils des ministres133. Pour certains, comme Jean Sérisé134 et Jean Saint-Geours135, Valéry Giscard d’Estaing s’est enlisé dans le plan, guidé par le désir de plaire au général de Gaulle et de conserver son poste de ministre des Finances alors que ses convictions personnelles sont orientées vers des options plus libérales. Certains, comme Jean Saint-Geours, s’inquiètent de la poursuite de ce plan responsable selon ce dernier du freinage de l’économie, d’une baisse des investissements privés, et d’une croissance ralentie en 1964-1966. Certes, la lutte contre l’inflation était bien une priorité et pour Jean Saint-Geours :

  • 136 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le plan de stabilisation a été tout à fait utile. Mais il fallait en sortir au plus vite. Cela voulait dire qu’il ne fallait pas s’attarder au risque de sacrifier les investissements »136.

  • 137 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note pour le ministre », 31 décembre 1963, 13 p., p. 4.
  • 138 Ibid., p. 7.
  • 139 Ibid., p. 13.
  • 140 Ibid., p. 9.

137Ses réserves, le nouveau responsable du SEEF les exprime clairement au ministre de l’époque. Dans une note du 31 décembre 1963 destinée à faire le point sur les quatre premiers mois du plan de stabilisation, Jean Saint-Geours s’inquiète clairement de ses conséquences, notamment sur le secteur industriel. Il relève le ralentissement de la croissance et la progression faible, voire le recul de certains indices industriels. Il met en garde avec force contre « le risque de l’insuffisance de l’investissement »137. Donc, il estime urgent de lever le blocage des prix industriels car certains secteurs ont de graves difficultés financières à un moment où « ils se trouvent ou vont se trouver confrontés à une concurrence chaque jour plus vive qui pose ou posera des problèmes de structure, obligera à des modernisations, à des concentrations, qui exigeront à leur tour la réunion de moyens financiers importants »138. Jean Saint-Geours propose en échange d’un retour progressif à la liberté des prix, l’institution « d’un prélèvement progressif sur les entreprises qui augmentent exagérément leurs prix »139. Il met en garde contre toute nouvelle mesure restrictive dans le cadre du plan de stabilisation qui causerait selon lui « une franche récession »140.

  • 141 Archives privées Claude Gruson, « Monsieur le ministre et cher ami », 5 septembre 1963, 4 p., p. 2.
  • 142 Ibid., p. 2.

138Jean Saint-Geours n’est pas le seul à s’inquiéter des conséquences du plan de stabilisation. Claude Gruson s’y oppose, et il prend sa plume pour s’adresser à Valéry Giscard d’Estaing et exprimer son désaccord. Le directeur général de l’INSEE dénonce la politique annoncée récemment qui « soigne les symptômes et rassure l’opinion par quelques mesures déflationnistes »141, alors qu’il préconise « une action résolue sur les revenus, menée avec des instruments convenables d’information, de contrôle, de formation accélérée des qualifications rares »142. Jean Daney de Marcillac, qui travaillait à la division de la Conjoncture en 1963, se souvient des divergences qui ont éclaté entre le ministre des Finances Valéry Giscard d’Estaing et Claude Gruson au sujet du plan de stabilisation, à tel point que selon lui :

  • 143 Jean Daney de Marcillac, cassette 1, Paris, 1998, Association Georges Pompidou. Au départ, le cabin (...)

« Le cabinet a interdit à l’INSEE de commenter les résultats des enquêtes de conjoncture »143.

139On le constate, les relations entre Valéry Giscard d’Estaing et ses experts économiques sont tendues à l’occasion du plan de stabilisation. On note aussi que Gruson et Saint-Geours convergent sur le remède : la politique des revenus.

140Cet épisode nous amène à nous interroger : pourquoi cette légende d’un SEEF qui n’aurait pas alerté son ministre sur les tendances inflationnistes et qui n’aurait pas su proposer de mesures ? Les archives écrites prouvent bien que la mise en cause du SEEF sur la question inflationniste des années 1962-1963 tient du mythe. En effet, dès 1962 le SEEF dans ses notes au ministre s’inquiète de la pression inflationniste et préconise comme mesure de lutte contre l’inflation la politique des revenus.

141Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour trouver une explication au fondement de ce mythe : la culture des conseillers techniques du cabinet du ministre des Finances, non formés à la macroéconomie et peu réceptifs aux longues notes rédigées par les experts du SEEF dont ils sont chargés de rédiger une synthèse ; le fonctionnement même du cabinet (tel que le conçoit Valéry Giscard d’Estaing) comme un filtre et un barrage, qui empêche les services d’être directement entendus par le ministre et donc d’avoir éventuellement une influence sur lui ; le rôle intériorisé du conseiller technique qui n’ose pas contrer son ministre peu réceptif aux tensions inflationnistes malgré les injonctions du général de Gaulle.

142On peut aussi se demander quelles raisons ont amené le cabinet à ne pas prendre en compte la politique des revenus comme moyen de lutte contre l’inflation. Bertrand Balares que déclare ouvertement au cours de ses entretiens que le SEEF a l’image au cabinet d’un service de gauche, ce qui peut rendre suspectes a priori les mesures qu’il préconise. L’ampleur et les conséquences sociétales de la politique des revenus ont dû être jugées hors des compétences du ministère. On peut également interpréter ce rejet par la configuration des pouvoirs de l’époque : la politique des revenus est un thème que Pierre Massé s’est approprié récemment dans le cadre du 4e Plan, alors que le ministre des Finances s’est vu retirer depuis peu le Plan ; un tel projet n’est donc pas mobilisateur pour le ministère des Finances car il n’est pas susceptible de renforcer son pouvoir. D’autre part, la politique des revenus est alors un concept flou à propos duquel ses partisans ébauchent des conceptions très éloignées les unes des autres, voire divergentes et qui suscite une incompréhension et une méfiance dans les rangs syndicaux. Dernière hypothèse : le SEEF est-il dans une situation structurelle si précaire qu’il n’est pas considéré comme crédible pendant cette période et qu’il n’est pas entendu au cabinet ?

143Le SEEF traverse de 1962 à 1964 une crise structurelle qui résulte du transfert d’une grande partie de ses travaux et de ses cadres à l’INSEE et du départ de son père fondateur vers l’INSEE. Sous la houlette de Jean Saint-Geours, le SEEF a su résister aux exigences de Claude Gruson et il est sur la voie de sa rénovation. Sa position s’avère néanmoins délicate vis-à-vis du cabinet du ministre des Finances, notamment lors du plan de stabilisation, mais également à l’égard du Plan et de l’INSEE. La reconquête par le SEEF de sa légitimité au sein du complexe politico-étatique s’avère difficile.

Notes

1 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 89.

2 Alain Desrosières, Jacques Mairesse, Michel Volle, art. cit., p. 509-518.

3 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9 p., p. 1.

4 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

5 Archives privées Louis-Pierre Blanc, « Problèmes posés par la réorganisation du SEEF et de l’INSEE », 12 décembre 1961, 2 p.

6 Ibid., p. 1.

7 Il s’agira de Jean Daney de Marcillac.

8 SAEF, B 55 367, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9 pages, p. 7.

9 Ibid.

10 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation de l’INSEE », mai 1962, 14 p. ; et organigramme de l’INSEE daté de 1962, 17 p.

11 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF. Claude Gruson reconnaît qu’il y nomme les meilleurs de ses collaborateurs venus du SEEF.

12 Edmond Malinvaud dirige l’ENSAE jusqu’en 1966.

13 Edmond Malinvaud, cassette 2, Paris, 1989, CHEFF.

14 Raymond Lévy-Bruhl, né en 1922, diplôme d’études supérieures de droit public, d’économie politique et de sciences économiques. Entre à l’INSEE en 1946. En 1947, passe six mois à l’Université de Columbia (États-Unis). En 1948, affecté à l’INSEE à la section des Sondages. 1951-1961 : mis à la disposition du ministère du Travail pour diriger la division de Statistiques. Chargé de la coordination générale de l’INSEE de 1962 à 1966.

15 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 3, Paris, 1991, CHEFF.

16 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

17 Jacques Mayer, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

18 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. André Vanoli est né en 1930, il est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris ; DES d’économie politique, de sciences économiques et de droit public.

19 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

20 Jean Sérisé, cassette 14, Paris, 1989, CHEFF.

21 Jean Sérisé, 12 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

22 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF et Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., chapitre 7 : « Éloignement du service public », p. 111-119.

23 Jacques Méraud, 30 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

24 Ibid.

25 Jacques Mayer, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

26 Ibid.

27 Raymond Lévy-Bruhl, cassette 2, Paris, 1991, CHEFF.

28 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

29 Hubert Coste, 18 décembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Hubert Coste est né en 1932. Il est administrateur de l’INSEE, promotion 1955 ; il entre à la division des Statistiques financières de 1957 à 1959 puis au service de la Conjoncture de 1959 à 1963.

30 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

31 Louis-Pierre Blanc réfute l’affirmation de son patron affirmant qu’il était « un bon communiste » et il écrit à ce propos : « Contrairement à de nombreux camarades du SEEF, je n’ai jamais adhéré au parti communiste. Je naviguais entre Maurice Allais, mon maître et Karl Marx ! »

32 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

33 Jacques Méraud, 30 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Louis-Pierre Blanc confirme que les relations entre la comptabilité nationale et la conjoncture sont difficiles au sein du nouvel INSEE. Voir Fourquet, op. cit., p. 268 et suivantes.

34 André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

35 Michel Rocard, né en 1930. ENA, inspecteur des Finances, promotion 1958. Au SEEF puis à la direction de la Prévision de 1963 à 1967 ; secrétaire général de la commission des comptes de la Nation de 1965 à 1966.

36 François Fourquet, op. cit., p. 263.

37 SAEF, B 51 984, Serge Barthélémy, « Le problème des contractuels du SEEF employés par l’INSEE », 22 mars 1965, 2 p.

38 SAEF, B 51 984, Jacques Le Noane, « Coordination des travaux », 20 mars 1962, 2 p.

39 SAEF, B 51 984, Jacques Le Noane, « Organigramme du nouveau Service des Études Économiques et Financières », 20 février 1962, 7 p., p. 6.

40 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Réorganisation des services centraux de l’INSEE », 11 mai 1962, 9 p., p. 2.

41 Ibid., p. 8.

42 Ibid.

43 SAEF, B 52 005, Jacques Le Noane, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 1er février 1962 », 8 p., p. 1.

44 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 14 février », 9 p., p. 1.

45 SAEF, B 52 005, Jacques Le Noane, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 14 mars 1962 », 6 p., p. 1.

46 SAEF, B 52 005 « Principales informations recueillies et décisions prises au cours des réunions de coordination du 28 mars et du 18 avril 1962 », 6 p. et 7 p. Il est fait part du projet commun d’organisation de la coordination.

47 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 6 juin 1962 », 9 p.

48 SAEF, B 52 005, Louis-Pierre Blanc, « Propositions pour l’organisation des réunions de coordination SEEF-INSEE », 26 novembre 1962, 3 p.

49 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 28 novembre 1962 », 9 p., p. 1.

50 Ibid., p. 3.

51 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 9 janvier 1963 », 8 p., p. 1.

52 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 3 octobre 1962 », 7 p., p. 1.

53 SAEF, B 52 005, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 24 octobre 1962 », 7 p., p. 1.

54 Archives privées, Jean Saint-Geours, conférence à l’IHEDN, « Rôle du FDES », 23 novembre 1959, 15 p., p. 1.

55 Ibid., p. 3. Voir Michel Margairaz, op. cit., et Laure Quennouëlle, op. cit.

56 Exemple cité par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 199. Et Jean Saint-Geours, cassette 4, Paris, 1993, CHEFF.

57 Philippe Dargenton, ENA, promotion 1949, inspecteur des Finances, conseiller technique au cabinet de Pierre Abelin, secrétaire d’État aux Affaires économiques (1955), secrétaire de la commission des Investissements (1956-1962) puis sous-directeur des Interventions économiques (1962-1967).

58 Philippe Dargenton, cassette 1, Paris, 1993, CHEFF. Voir Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France, t. III, Paris, Fayard, 1996.

59 Archives privées Jean Saint-Geours, recueil de souvenirs. Voir Michel Margairaz (dir.), Mendès France et l’économie, Paris, Odile Jacob, 1989.

60 Archives privées Jean Saint-Geours, recueil de souvenirs, volume 3, « Gouvernement Pierre Mendès France », 160 p.

61 Ibid., p. 85-87.

62 Créé en septembre 1954 par Pierre Mendès France.

63 Cf., Laure Quennouëlle, op. cit., p. 192.

64 Archives privées Jean Saint-Geours, Conférence à l’IHEDN, « Rôle du FDES » 23 novembre 1959, 15 p., p. 9.

65 Ibid., p. 11-12.

66 Ibid.

67 Ibid., p. 15.

68 Jean Saint-Geours, cassette 3, Paris, 1993, CHEFF.

69 Sur le financement du barrage de la Rance, voir Laure Quennouëlle, op. cit., p. 199 et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité, t. III, op. cit.

70 Archives privées Jean Saint-Geours, « Note sur le Marché commun » destinée à Pierre Mendès France, 18 juillet 1961, 3 p., p. 2.

71 SAEF, B 11 632, note de Pierre-Paul Schweitzer du 14 août 1954. Exemple cité par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 101.

72 SAEF, B 11 651, 27 juin 1956. Exemple cité par Laure Quennouëlle, op. cit., p. 101.

73 SAEF, 1 A 408, Fonds Petsche, « Projet d’investissement hydroélectrique en Guinée », mars 1956. Voir René Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium. Les choix stratégiques de Péchiney, 1892-1992, Paris, Presses de l’École des Mines, 1999, p. 166, 168-172. Voir également Laure Quennouëlle, op. cit., p. 371.

74 SAEF, B 55 367, Claude Gruson, « Note pour le ministre. Objet : répartition des tâches entre l’INSEE et le SEEF », 30 novembre 1961, 12 p.

75 Ibid., p. 8.

76 La lutte contre le malthusianisme économique en faveur de l’expansion économique est un thème récurrent tout au long des notes que contient le volume 3 des archives privées de Jean Saint-Geours. Ce thème est aussi défendu par Alfred Sauvy.

77 Archives privées Jean Saint-Geours, Conférence à l’IHEDN, « Le rôle du FDES », 23 novembre 1959, 15 pages, p. 11-12.

78 Ibid., p. 13.

79 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

80 Nous entendons par administration active l’administration qui est amenée à prendre part au processus décisionnel (direction du Trésor, direction du Budget, direction des Finances extérieures) et qui est en contact avec l’extérieur, contrairement à l’administration d’exécution qui travaille en circuit fermé (la Comptabilité publique, direction des Douanes) ou bien aux services d’études (SEEF, Service de Législation Fiscale (SLF), bureau d’Études budgétaires).

81 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

82 Ibid.

83 Nous analyserons dans la troisième partie les dissensions qui opposent Jean Saint-Geours à Valéry Giscard d’Estaing.

84 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

85 Font part de ces inquiétudes, les témoins suivants : André Vanoli, 5 novembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Serge Barthélémy, 30 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Gérard Eldin, 2 avril 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

86 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF.

87 Ibid.

88 Ibid.

89 Ibid.

90 Annuaire des Finances, Paris, Imprimerie nationale, 1965, p. 146-147.

91 Archives privées Jean Saint-Geours, « La formation des hommes et le développement économique », Madrid, 26-31 octobre 1964, rencontre internationale organisée par le centre de Sociologie européenne de l’École des Hautes Études, 10 p., p. 5.

92 Ibid., p. 7.

93 SAEF, B 51 984, Serge Barthélémy, « Le problème des contractuels du SEEF employés par l’INSEE », 22 mars 1965, 2 p.

94 Ibid., p. 2.

95 SAEF, B 51 984, Jean Saint-Geours, « Note de service », 16 décembre 1963, 2 p.

96 Gérard Eldin, né en 1927, inspecteur des Finances, secrétaire général de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation (1961-1965), conseiller technique au cabinet du ministre des Finances (1963-1966).

97 SAEF, B 51 984, Gérard Eldin, « Note sur la place du secrétaire de la commission des comptes de la Nation dans l’ensemble SEEF », 7 janvier 1963, 3 p.

98 Ibid., p. 2.

99 Ibid., p. 2.

100 SAEF, B 51 984, « Création d’un bureau d’étude des Investissements au ministère des Finances », 17 juin 1964, 8 p., p. 1-2.

101 Ibid., p. 3.

102 Ibid., p. 4.

103 Ibid., p. 6.

104 Ibid.

105 Serge Berstein, La France de l’expansion. La République gaullienne. 1958-1959, Paris, Le Seuil, 1989, t. I, p. 170-173.

106 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1994, t. I, p. 532-533.

107 Ibid., p. 514, 516, 525.

108 Ibid., p. 513-519.

109 Ibid., p. 526.

110 Alain Prate, Les batailles économiques du général de Gaulle, Paris, Plon, 1978, p. 145.

111 Ibid., p. 21.

112 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir, t. 2, p. 212.

113 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Ce témoignage est corroboré par celui de François-Xavier Ortoli, alors directeur de cabinet du Premier ministre Georges Pompidou, cassette 4, Paris, 1990, CHEFF ; et par celui de Jean Daney de Marcillac, chargé de mission au cabinet du ministre des Finances, cassette 1, 1998, association Georges Pompidou.

114 Le plan de stabilisation vise la réduction de la croissance monétaire par l’émission d’un emprunt de deux milliards, par l’établissement du contrôle des capitaux étrangers, dont l’afflux dans la période 1959-1962 avait été l’une des causes de l’accroissement excessif de la masse monétaire, par un encadrement beaucoup plus sévère du crédit et enfin par des mesures destinées à renforcer l’épargne. La politique budgétaire fut fortement restrictive en étant fondée sur un accroissement de la pression fiscale. Mais la décision la plus spectaculaire fut le retour au blocage des prix, associé à une baisse des droits de douane sur certains produits industriels afin de soumettre l’économie française à la pression de la concurrence étrangère et à une politique favorisant le développement des formes modernes de distribution. Les investissements publics furent maintenus. Cette politique déflationniste est consolidée par le 5e Plan, qui est préparé dans les années 1963-1964 et qui pour atteindre l’objectif majeur d’industrialisation du pays prévoit une modération des revenus. Dès 1964, l’inflation recule et jusqu’en 1968 la hausse des prix ne sera en moyenne que de 3 %. Cette politique fut maintenue jusqu’au milieu de 1965. L’encadrement fut levé le 1er juillet 1965. En même temps, le blocage des prix commença à être relâché, mais de façon assez formelle : en mars 1965, le ministre signa le premier « contrat de stabilité » qui prévoyait que dans le secteur concerné, l’électroménager, les industriels devaient compenser les hausses par des baisses équivalentes. Voir François Caron et Jean Bouvier, « Les agents : l’État », in Fernand Braudel, Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 4, vol. 3, Paris, PUF, 1982, p. 1112-1113, et Jacques Wolff, « Le plan de stabilisation du 12 septembre 1963, remarques à propos d’une esquisse chronologique », Revue de science financière, janvier-mars 1966, p. 69-137.

115 Jean-Maxime Lévêque, En première ligne, Paris, Albin Michel, 1986, p. 93.

116 Bertrand Balaresque, 9 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

117 SAEF, fonds Trésor, B 51 018, note du SEEF datée de 1964 sur le débat relatif aux origines de l’inflation en France. Pour Laure Quennouëlle, op. cit., le groupe de décideurs élyséen et rueffien s’en prend à l’ensemble du ministère des Finances, grands directeurs, cabinet et ministre.

118 Claude Gruson, 28 novembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

119 Jacques Méraud, 5 janvier 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

120 SAEF, B 52 207, Maurice Pérouse, « Note pour le ministre », 21 février 1962, 2 p., p. 2.

121 Jean Sérisé, 12 juin 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF. Pour Jean Sérisé, les directions qui ont participé de près à la mise sur pied du plan de stabilisation sont la direction du Budget, la direction générale des Impôts, et la direction des Prix. D’après lui, la direction du Trésor « qui vient avec une ou deux propositions » n’a pas joué pas dans ce cas-là un rôle de premier plan.

122 Jean-Maxime Lévêque, op. cit., p. 95.

123 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

124 Les témoins souhaitent rester anonymes.

125 SAEF, B 52 205, « Principales informations recueillies et décisions prises au cours de la réunion de coordination du 8 mai 1963 », 7 p., p. 6-7 : « conjoncture nationale ».

126 SAEF, B 52 207, Gérard Eldin, « Note sur la conjoncture économique à la fin du mois de février », 26 février 1960, 2 p., p. 2.

127 SAEF, B 52 207, SEEF « Note d’orientation pour les travaux du 1er trimestre 1962. Comptes préparatoires 1961-1962-1963 », 13 p., p. 13.

128 SAEF, B 52 207, Jean Sérisé, « Note au ministre : évolution des salaires en 1961 », 5 février 1962, 1 p., et « La conjoncture économique en France au début de 1962 », 7 février 1962, 1 p.

129 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note sur les dangers d’une politique d’augmentation générale des salaires et des transferts sociaux », 30 juillet 1962, 4 p.

130 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note pour le ministre », 8 avril 1963, 6 p., p. 2.

131 SAEF, B 52 087, SEEF, « Note au ministre : Les décisions de politique économique à prendre après les conflits sociaux », avril 1963, 7 p., p. 6-7.

132 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Fayard, 1997, t. II, p. 328.

133 Ibid., p. 334.

134 Jean Sérisé, 29 mai 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

135 Pour Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF, « le plan de stabilisation devient un brin longuet à partir de 1964-1965 ».

136 Jean Saint-Geours, 24 janvier 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

137 SAEF, B 52 207, Jean Saint-Geours, « Note pour le ministre », 31 décembre 1963, 13 p., p. 4.

138 Ibid., p. 7.

139 Ibid., p. 13.

140 Ibid., p. 9.

141 Archives privées Claude Gruson, « Monsieur le ministre et cher ami », 5 septembre 1963, 4 p., p. 2.

142 Ibid., p. 2.

143 Jean Daney de Marcillac, cassette 1, Paris, 1998, Association Georges Pompidou. Au départ, le cabinet s’est opposé à toute publication de l’INSEE. Finalement, un compromis a été défini qui permettait à l’INSEE de publier les résultats bruts de ses enquêtes mais expurgés de ses commentaires et analyses initiaux.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540