Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Deuxième partie. De la fragilisation à la rénovation 1957-1964

Chapitre IX. Quelle issue à la crise ?

Texte intégral

1Une fois l’attaque de l’INSEE déclarée, commence une course aux appuis les mieux placés : Claude Gruson élabore sa défense et fait appel au cabinet du ministre des Finances, à la direction du Personnel, à l’Élysée tandis que Francis-Louis Closon lutte avec difficulté contre l’enlisement progressif du dossier et sa mise en sourdine, avant de se résigner à baisser les armes. Loin de constituer une victoire pour le SEEF, l’issue de la crise ouvre une nouvelle ère marquée par sa rentrée dans le rang notamment avec la mise au pas de la commission des comptes de la Nation.

I. L’enlisement de la crise

A. Le cabinet du ministre des Finances est saisi dès l’été 1958

  • 1 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF. SAEF, B 55 366, Francis-Louis Closon, « Note pour m (...)

2La menace est prise au sérieux par Claude Gruson qui apprend qu’Antoine Pinay a donné son accord au projet de fusion du SEEF et de l’INSEE1.

  • 2 Jacques Le Noane, cassettes 3 et 5, Paris, 1990, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 13, Paris, 1989, CHE (...)

3Plusieurs mois de bataille pour la défense du SEEF débutent à l’été 1958 et ne s’achèveront qu’au cours de l’année 1960. Cette période dont Claude Gruson conserve un souvenir éprouvant a été vécue par le personnel du SEEF2, comme une période de grande inquiétude.

1. La défense de Claude Gruson en juillet 1958

4Si Claude Gruson a adopté une attitude ambiguë en avril 1958 en semblant accepter les propositions de Francis-Louis Closon, sa volte-face est claire à l’été 1958. Sans doute parce qu’il est conscient du danger et de la position réservée d’Antoine Pinay à l’égard du SEEF. D’autre part, Claude Gruson qui n’a pas d’appui au cabinet du ministre sait que ses espoirs de nomination à un autre poste sont momentanément compromis et il n’a pas d’autre choix que de défendre le service qu’il a créé et dont il a encore la responsabilité pour une durée qui lui semble alors indéterminée.

  • 3 Antoine Partrat, né en 1910, ancien rédacteur-receveur, directeur du cabinet d’Antoine Pinay.
  • 4 SAEF, B 48 376, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 30 juillet 1958, 7 p., p. 1.

5Le 30 juillet 1958, Claude Gruson défend son service dans une note à Antoine Partrat, directeur adjoint de cabinet d’Antoine Pinay : « Conformément aux instructions qui m’ont été données ces jours derniers par Monsieur Partrat3, j’ai l’honneur de rendre compte ci-après au ministre des réflexions que me suggèrent les propositions de monsieur Closon »4. Cette commande du cabinet prouve bien l’attention avec laquelle est cette fois examiné le projet de fusion émanant de l’INSEE ; Claude Gruson est consulté et il est invité à présenter sa position.

  • 5 SAEF, B 55 436, dans une note adressée à Émile Hugues, secrétaire d’État aux Affaires économiques, (...)

6Ce qui frappe à la lecture de cette note, c’est le style administratif neutre et l’argumentation structurée qu’utilise Claude Gruson pour monter au créneau. Tout tranche avec celui de Francis-Louis Closon qui avoue lui-même son peu de goût pour le style administratif5 et qui emploie abondamment des mots et des expressions du langage parlé dans ses notes tout en assénant des arguments sans les hiérarchiser clairement, laissant ainsi au lecteur une impression de revendication non structurée. Les notes de Claude Gruson sont sans doute mieux perçues au cabinet d’Antoine Pinay, composé de hauts fonctionnaires plus réceptifs à un style lissé et à un développement construit qui autorisent une lecture facile et une compréhension apparente du problème exposé.

  • 6 SAEF, B 28 220, Claude Gruson, « Note pour le ministre à l’intention de M. Partrat », 30 juillet 19 (...)

7La démonstration est claire et efficace. Claude Gruson déclare dans un premier temps se rallier à la description que dresse Francis-Louis Closon du mauvais état de l’appareil statistique français en rappelant que la France est incapable de mesurer les conséquences de l’application du traité de Rome. Mais pour Claude Gruson, « la cause fondamentale »6 en est le défaut numérique des statisticiens ; il estime que les effectifs formés à l’École d’application de l’INSEE sont très insuffisants par rapport aux besoins qui se développent non seulement dans l’administration mais également dans le secteur privé.

  • 7 Ibid., p. 6.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 7.

8Pour Claude Gruson, le problème central auquel est confronté l’INSEE est celui du recrutement et de la formation de ses statisticiens7. Il insiste sur ce qu’il voit comme un rôle essentiel de l’INSEE : former en nombre suffisant des jeunes statisticiens destinés « à alimenter les services économiques »8 du service public. La solution qu’il préconise consiste à rendre attrayant le métier de statisticien en rémunérant davantage les jeunes administrateurs qui travaillent à l’INSEE et en favorisant leur sortie vers des débouchés valorisants sur le plan financier et sur le plan du travail ; les jeunes statisticiens formés à l’INSEE pourront ainsi après quelques années « s’évader de la statistique pure »9 grâce à des postes de détachement dans l’administration. Cette conception peut paraître restrictive à l’INSEE en le cantonnant à des tâches de formation et d’observation.

  • 10 Ibid., p. 4.

9Habilement, Claude Gruson n’aborde la question de la fusion qu’en seconde partie de sa démonstration10. Il présente le SEEF comme travaillant avec de nombreuses administrations bien davantage qu’avec l’INSEE, dépeint comme un partenaire ponctuel et non vital.

10La fusion dans l’INSEEF éloignerait donc le SEEF des centres décisionnels à la fois détenteurs d’informations indispensables et destinataires de ses travaux finaux. Claude Gruson insiste sur ce point :

  • 11 Ibid., p. 5.

« La nature même des problèmes étudiés, qui sont le plus souvent des problèmes de prévision d’ensemble, implique la coopération de tous les services économiques et notamment des grandes directions administratives : Trésor, Budget, Finances extérieures, Relations économiques extérieures […]. Une fusion avec l’INSEE présenterait l’inconvénient de couper le SEEF de cette administration centrale des Finances et des Affaires économiques dont il est déjà et dont il tend à être chaque jour davantage un organe intimement lié aux autres ; un organe qui doit être en dialogue quotidien et parfaitement confiant avec les autres parce qu’il les aide constamment à rassembler et à élaborer, non seulement les informations, mais aussi les prévisions sur la base desquelles les décisions sont prises »11.

  • 12 Ibid.

11Troisième argument développé par Claude Gruson, l’incompatibilité des missions du SEEF et de l’INSEE. Celle du SEEF consiste à interpréter les données statistiques, à élaborer des prévisions économiques dans lesquelles le choix des hypothèses peut revêtir un caractère politique, tandis que l’INSEE doit fournir « une observation neutre et impartiale »12 en toute indépendance du pouvoir politique.

2. La réponse de Francis-Louis Closon en septembre 1958

  • 13 SAEF, B 55 366, Francis-Louis Closon, « Note pour le secrétaire d’État aux Affaires économiques », (...)

12Francis-Louis Closon réagit dès son retour de vacances à cette note de Claude Gruson que lui a transmise Antoine Partrat en s’adressant au secrétaire d’État aux Affaires économiques13 ; il dénonce la vision restrictive de Claude Gruson qui consiste à cantonner l’INSEE dans des tâches strictement statistiques. Mais la façon dont Francis-Louis Closon s’élève contre les observations du responsable du SEEF n’est pas claire ; cette note illustre davantage le sentiment de dépit et de ressentiment qu’elle ne présente des arguments fondés.

13Par exemple, Francis-Louis Closon s’offusque au sujet de la question de l’indépendance politique de l’INSEE soulevée par Claude Gruson ; il reste néanmoins sur ce point flou et le limite à la liberté vis-à-vis du cabinet du ministre en affirmant que l’INSEE n’hésiterait pas dans le secret du cabinet à se sentir libre de son appréciation. Mais le lecteur ne peut manquer de s’interroger : n’y a-t-il pas contradiction entre le désir de publier davantage, de développer des études pour l’extérieur et de se rapprocher du cabinet du ministre ? L’INSEE ne risque-t-il pas de se mettre dans une position inconfortable et notamment de passer à l’extérieur pour une direction trop proche du pouvoir politique ? Autant de questions que Francis-Louis Closon laisse de côté.

  • 14 Ibid., p. 5.

14Le point développé par Claude Gruson selon lequel l’INSEE n’a pas vocation à réaliser des études confidentielles semble heurter tout particulièrement Francis-Louis Closon ; celui-ci balaie cet argument avec une rapidité qui étonne le lecteur en déclarant que le futur INSEEF constituerait « le tableau de bord de la Nation »14 consulté par les plus hautes instances politiques. Cet optimisme affiché n’est cependant pas étayé.

B. La course aux appuis

15Claude Gruson et Francis-Louis Closon vont désormais faire appel à leur réseau respectif. Dans un climat de suspicion, le conflit s’enlise progressivement et favorise un réflexe de « défense maison » de la part du ministère des Finances, entretenu discrètement mais efficacement par la direction du Personnel ; à l’arrivée de Wilfrid Baumgartner en janvier 1960, le règlement de la crise peut enfin être envisagé.

1. La stratégie défensive de Claude Gruson

  • 15 SAEF, B 48 376, René Verny, « Note pour le cabinet du ministre, à l’attention de M. Partrat », sept (...)

16Claude Gruson fait appel à son réseau et à ses appuis au ministère des Finances ; il se tourne d’abord vers la direction du Personnel, escomptant de sa part une protection contre le secrétariat d’État aux Affaires économiques. Il adresse de sa propre initiative à René Verny, directeur du Personnel avec lequel il s’entend bien, sa note du 30 juillet 1958 et lui demande d’intercéder en sa faveur auprès du ministre ; le directeur du Personnel prend alors sa plume pour alerter le ministre en s’inspirant largement de la note de Claude Gruson : il reprend son argumentaire, et il affirme que la proposition de Francis-Louis Closon ne présente qu’un intérêt limité « dès l’abord par le fait qu’elle laisse entier le problème le plus grave et le plus urgent : celui des effectifs des services statistiques »15. Il renvoie la balle à la direction du Budget dont dépend l’amélioration des rémunérations des administrateurs de l’INSEE, et il envisage l’élargissement du recrutement de l’INSEE (en modifiant les règles de carrière et de recrutement à des non-polytechniciens, notamment aux diplômés en science économique formés par les facultés de droit).

  • 16 René Brouillet, né en 1909. ENS, conseiller référendaire à la Cour des comptes 1943. Directeur de c (...)

17Claude Gruson, conscient de la détermination du ministre des Finances, fait appel à l’arbitrage de l’Élysée où il bénéficie d’un appui privilégié en la personne de René Brouillet16, ami de longue date et directeur de cabinet du général de Gaulle. Il adresse à celui-ci une note le 13 février 1959. Un double est destiné le même jour à Pierre-Paul Schweitzer, accompagné d’un petit mot manuscrit de Claude Gruson qui exprime combien la menace est alors ressentie avec acuité :

« Monsieur Schweitzer, voici la copie de ma lettre à Brouillet. Des indications recueillies ce matin, il résulte bien que la décision serait prise par Pinay et Valéry et que, dans l’esprit de ses auteurs, elle est irrévocable. Signé : Claude Gruson ».

  • 17 Archives privées Claude Gruson, « Note à René Brouillet », 13 février 1959, 4 p., p. 1.
  • 18 Ibid., p. 2.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

18La note à René Brouillet va droit au but. La première phrase est : « Au risque que vous cessiez de prendre au sérieux mes cris de détresse, j’appelle encore au secours »17. Claude Gruson s’oppose à la fusion en invoquant deux motifs. Premièrement, il refuse d’être placé au-dessous de Francis-Louis Closon : « J’estime Closon et j’ai pour lui de l’amitié. Mais il n’y aucune raison pour que je serve sous ses ordres ou même que je figure sur un organigramme à un échelon hiérarchique inférieur au sien »18. C’est l’inspecteur des Finances qui parle et qui refuse de dépendre hiérarchiquement d’un non inspecteur des Finances au sein d’une administration qui n’est pas considérée comme du sérail comme peut l’être la direction du Trésor. Deuxièmement, Claude Gruson refuse de quitter la rue de Rivoli car il ne veut pas diminuer ses contacts avec l’administration « active » : « L’efficacité de mon travail tient, pour de multiples raisons, au fait que je suis quotidiennement lié à la vie des grandes directions du ministère des Finances. Le relâchement de ce lien est inséparable d’une perte d’efficacité »19. Son départ, dit-il, « entraînera certainement la dislocation de l’équipe qui travaille autour de moi »20.

19Cette lettre révèle plusieurs aspects : le fort sentiment d’amour-propre d’un inspecteur des Finances face à quelqu’un qui n’est pas issu des grands corps quelle que soit l’exemplarité de son passé de résistant ; la conviction que l’INSEE n’est pas une grande direction ; la personnalisation de la fonction de la part de Claude Gruson qui rend l’existence de l’équipe du SEEF indissociable de sa personne. Autant d’arguments que Claude Gruson oubliera lorsque, à la tête de l’INSEE quelques mois plus tard, il disloquera lui-même l’équipe du SEEF pour s’adjoindre une importante partie de son équipe et de sa mission.

  • 21 Archives privées Claude Gruson, « Le Service des Études Économiques et Financières », 14 février 19 (...)
  • 22 Ibid., p. 15.

20Le 14 février 1959, Claude Gruson adresse un dossier de défense de vingt pages21 au cabinet du ministre des Finances. Cette note descriptive est assez fastidieuse à lire et se compose de trois parties : les tâches du SEEF, son organisation et sa place au sein de l’organisation économique. La troisième partie est de loin la plus intéressante car elle insiste sur le travail de collaboration que le SEEF entretient avec les directions du ministère22 et elle présente un argument qui sera développé plus tard pour justifier l’existence du SEEF au sein du ministère des Finances : sa vocation inter-directionnelle.

  • 23 Nous n’avons malheureusement pas retrouvé ce rapport.
  • 24 Ibid., p. 17.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 18.
  • 27 Ibid., p. 19.

21Dans sa troisième partie, Claude Gruson opte pour un nouvel angle d’attaque contre le projet de fusion de l’INSEE. Il classe en deux catégories les arguments de Francis-Louis Closon, les arguments rationnels et les arguments sentimentaux. On perçoit à cette différenciation que le ton de Claude Gruson n’est plus aussi neutre qu’en juillet 1958, et c’est là un indice de la montée de la tension. Février 1959 correspond au point culminant de la crise ressentie au SEEF. Dans la catégorie des arguments rationnels, Claude Gruson conteste notamment l’argument du double emploi en renvoyant à un rapport technique23 qu’il a rédigé prouvant qu’« il n’existe pas de double emploi »24. Il rappelle ensuite ce qui selon lui fait l’identité des deux services, et met en avant l’incompatibilité entre l’INSEE qui doit fournir des statistiques incontestables et le SEEF qui est « engagé »25 dans le processus de politique économique. Il met en garde le ministre en estimant que si le SEEF était rattaché à l’INSEE, un nouveau noyau d’économistes et de financiers se constituerait au cabinet du ministre « capables de penser et de défendre la politique gouvernementale »26, engendrant des doubles emplois avec un SEEF rattaché au quai Branly. Claude Gruson conclut avec force que l’INSEE est « en grave crise » et « en péril »27, mais que cette situation ne légitime nullement la fin de l’existence du SEEF.

2. Francis-Louis Closon lutte contre l’enlisement de la crise…

  • 28 SAEF, B 55 436, Note de Francis-Louis Closon à Georges Pompidou, directeur du cabinet du président (...)
  • 29 Ibid., p. 2.

22De son côté Francis-Louis Closon fait appel à son réseau de connaissances haut placées. Dès le 8 octobre 1958, il adresse à Georges Pompidou, directeur du cabinet du général de Gaulle, une note accompagnée du projet de loi créant l’INSEEF28. Cette note atteste que dès l’automne 1958, le directeur général de l’Institut est conscient que son projet, malgré les accords officiels obtenus, notamment auprès d’Antoine Pinay, n’aboutit pas et redoute un enlisement. Il dénonce la mauvaise organisation économique et financière caractéristique selon lui de la IVe République et propose « la suppression des lourds cabinets ministériels qui ne dirigeaient ni contrôlaient les services, s’acquittaient mal des synthèses mais exerçaient une forte action négative »29. Au-delà des allégations habituelles contre les pratiques de la IVe République qui ne pourraient manquer de conforter les nouvelles équipes arrivées au pouvoir en mai 1958, Francis-Louis Closon présente le SEEF comme un service non contrôlé par les cabinets. Il justifie ainsi une remise en ordre de la prévision économique.

  • 30 SAEF, B 55 436, Francis-Louis Closon, « Note pour monsieur Pérouse », 22 juin 1959, 3 p.
  • 31 Maurice Pérouse, né en 1914, inspecteur des Finances, promotion 1945, conseiller technique au cabin (...)
  • 32 SAEF, B 55 436, Francis-Louis Closon, « Note pour monsieur Pérouse », 22 juin 1959, 3 p., p. 2.
  • 33 Ibid.

23Quelques mois plus tard, Francis-Louis Closon s’adresse cette fois30 à Maurice Pérouse31 au cabinet de Michel Debré pour défendre son projet. Le directeur général de l’INSEE déplore : « Le projet de fusion accepté à l’origine par les Finances […] est aujourd’hui fort compromis »32, et il fait part de ses réserves à l’égard des nouveaux projets qui consisteraient à ne transférer à l’INSEE qu’une partie des travaux du SEEF. Il qualifie un tel transfert partiel de « désordre » et il appelle à l’unité de commandement, seule garante, selon lui, d’une coordination efficace du travail statistique et économique au sein del’INSEEF33.

  • 34 SAEF, B 55 366, note de Francis-Louis Closon à Joseph Fontanet, secrétaire d’État au Commerce intér (...)

24Les ministres passent et la situation s’enlise, Francis-Louis Closon se tourne vers Joseph Fontanet, secrétaire d’État au Commerce intérieur, il se plaint que « les choses demeurent en l’état » et qu’il ne lui « a jamais été possible d’obtenir au moins une discussion contradictoire conduisant à une conclusion »34.

25Un point frappe à la lecture des notes de Francis-Louis Closon : celui-ci se présente en victime sans proposer de solutions intermédiaires, précises et apparemment réalisables ; il semble figé dans sa démonstration initiale et il ne discute pas les propositions de transfert partiel des travaux du SEEF vers l’INSEE, solution qui semble s’amorcer dès la note de Claude Gruson d’avril 1959 à Valéry Giscard d’Estaing. Il balaie cette issue avec des jugements de valeur mais sans jamais la contester sur le fond.

  • 35 SAEF, B 48 376, cabinet du ministre, « Note pour Antoine Partrat », 16 octobre 1958, 2 p., p. 1.
  • 36 SAEF, 8 D 2, note de Claude Gruson pour Antoine Partrat, 17 février 1959, 2 p.
  • 37 Ibid.

26Deux notes illustrent l’enlisement : la première est rédigée au cabinet du ministre des Finances et fait part, de la volonté d’adopter une position réservée devant l’offensive de Francis-Louis Closon en estimant que « la fusion des deux services, peut-être souhaitable, ne semble pas cependant actuellement opportune »35 ; la seconde signée de Claude Gruson relate d’une part une récente rencontre avec le secrétaire d’État aux Affaires économiques, Max Fléchet, « qui a été très peu offensif »36, et d’autre part assure que pour Pierre-Paul Schweitzer le système de défense est désormais bien établi, et qu’il est préférable « d’attendre l’agression qui, selon lui, ne se perdurera pas »37. Une désescalade est prévisible.

C. La mise en sourdine du conflit

1. La position conciliatrice de Valéry Giscard d’Estaing

  • 38 Valéry Giscard d’Estaing, né en 1926. Polytechnicien, ENA, inspecteur des Finances, promotion 1951. (...)
  • 39 Archives privées Claude Gruson, note à Valéry Giscard d’Estaing, 6 avril 1959, 13 p.

27Valéry Giscard d’Estaing38 s’aligne dans un premier temps sur la position de son ministre Antoine Pinay dans sa volonté de supprimer le SEEF, puis il fait marche arrière et demande à Claude Gruson une note de proposition pour régler la crise39. En avril 1959, la note que Claude Gruson lui adresse tend à prouver qu’il est enclin à considérer d’un œil nouveau le conflit qui oppose l’INSEE au SEEF.

  • 40 Ibid., p. 1.
  • 41 Ibid.
  • 42 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF.

28Valéry Giscard d’Estaing est le prototype du technocrate qui accède à des fonctions politiques sous la Ve République. Par sa double formation, scientifique et administrative, datant de la fin des années quarante marquée par l’émergence des premiers cours de macroéconomie à l’ENA, il est sensibilisé aux travaux du SEEF. Claude Gruson fait immédiatement référence à une certaine intimité lorsqu’il l’appelle « monsieur le ministre et cher ami »40 et qu’il précise qu’il s’agit « d’une lettre personnelle »41. Ce ton s’explique d’abord par leur formation à l’École polytechnique et leur appartenance au corps de l’Inspection des finances mais surtout par le stage que Valéry Giscard d’Estaing a effectué au SEEF pendant six mois à l’issue duquel Claude Gruson, séduit par l’intelligence de son jeune stagiaire, lui a fait part de ses projets de le voir prendre sa succession à la tête du SEEF. La réponse de l’intéressé qui se destinait sans doute déjà à un avenir national fut poliment évasive42.

29Pour Claude Gruson, Valéry Giscard d’Estaing peut devenir un allié précieux. Le jeune secrétaire d’État au Budget n’est pas directement concerné par le SEEF dont il est amené néanmoins à appréhender les travaux lors de la rédaction du rapport économique en introduction à la loi de Finances et lors de la préparation aux séances de la commission des comptes de la Nation, mais il peut devenir un interlocuteur efficace pour débloquer des moyens financiers et budgétaires. La note de Claude Gruson prouve que la position de Valéry Giscard d’Estaing est désormais ouverte et qu’il souhaite se voir proposer des solutions pour régler la crise.

  • 43 Ibid., p. 8.

30Dans la note, Claude Gruson, tout en estimant que le SEEF doit constituer la cellule économique du ministère des Finances, définit pour la première fois les bases sur lesquelles devrait s’élaborer un partage des tâches entre le SEEF et l’INSEE. Il estime que si l’INSEE réussit à renforcer ses moyens financiers et à modifier sa politique de recrutement et la gestion de son personnel, il est envisageable de lui transférer l’établissement des comptes du passé, la transposition des comptes de la production dans les documents de comptabilité nationale, la réalisation du TEI, et l’élaboration de la balance des échanges économiques extérieurs43.

31Ce partage déchargerait le SEEF et lui permettrait d’axer ses tâches sur les travaux de synthèse inter-directionnelle et d’élaboration des comptes prévisionnels. La réforme qui paraît s’imposer à partir de 1959 ne consiste donc plus à fusionner le SEEF et l’INSEE mais à externaliser les tâches lourdes de comptabilité nationale du SEEF vers l’INSEE.

  • 44 Ibid.

32Toutefois, Claude Gruson ajoute une restriction. La réforme ne doit pas s’accompagner d’un transfert de personnel du SEEF à l’INSEE pour trois raisons : le SEEF a besoin de tous ses effectifs pour se consacrer aux tâches de prévision ; il existe au SEEF un fort esprit d’équipe incompatible avec une division du personnel ; les administrateurs des Finances refusent de migrer quai Branly et les contractuels préféreront accepter des postes dans le privé plutôt que d’aller à l’INSEE44.

33Claude Gruson se positionne encore comme le défenseur de son service. Sa contre-proposition paraît difficilement réalisable en 1959 mais on doit noter avec un amusement rétrospectif que les conditions qu’il avance seront vite oubliées lorsque quelques mois plus tard il sera nommé à la tête de l’INSEE et qu’il obtiendra le détachement d’une grande partie des travaux et des hommes du SEEF à l’INSEE. Néanmoins cette proposition prouve que la crise de 1958 laisse des traces et qu’un nouveau partage des tâches entre les deux organisations paraît s’imposer à tous. L’idée selon laquelle le transfert de certains travaux du SEEF à l’INSEE est souhaitable fait son chemin de part et d’autre.

2. Francis-Louis Closon baisse les armes

  • 45 SAEF, B 28 220, Francis-Louis Closon, deux notes datées du 4 et du 9 mai 1960 à Wilfrid Baumgartner (...)

34Les 4 et 9 mai 1960, Francis-Louis Closon semble avoir abandonné son projet de fusion et dans le dossier qu’il envoie au nouveau ministre des Finances Wilfrid Baumgartner, il ne revendique plus le rattachement du SEEF à l’INSEE, mais se contente de revenir à sa position initiale de 1957 en réclamant pour l’INSEE le statut d’établissement public45. Le lecteur de ces notes est pris d’un doute : la revendication à laquelle Francis-Louis Closon est le plus attaché ne serait-elle pas le statut d’établissement public et celle concernant le SEEF ne tiendrait-elle pas davantage de la tactique ?

  • 46 SAEF, B 55 366, note de Francis-Louis Closon à André de Lattre, « Situation difficile de l’INSEE », (...)

35Cette position de repli est confirmée par la note du 30 juin 1960 que Francis-Louis Closon envoie à André de Lattre, directeur de cabinet de Wilfrid Baumgartner46. Il se plaint de la mise à l’écart de l’INSEE par le ministère des Finances et il rappelle ses anciennes propositions de fusion avec le SEEF et de statut d’établissement public mais le ton de la note est moins offensif. Francis-Louis Closon paraît épuisé.

  • 47 SAEF, B 28 220, note de Francis-Louis Closon à Wilfrid Baumgartner, 14 décembre 1960, 5 p.
  • 48 Ibid., p. 1.
  • 49 Ibid., p. 3.
  • 50 Ibid., p. 4.
  • 51 Ibid., p. 5.

36La dernière note que Francis-Louis Closon adresse à Wilfrid Baumgartner le 14 décembre 1960 tient plus de la lettre par son accent sincère et parfois déchirant et elle prouve que le directeur général de l’INSEE capitule et a perdu tout espoir d’arriver à ses fins47. Il regrette le silence du ministre des Finances et déclare qu’il écrit pour la dernière fois à son ministre afin de l’alerter sur la situation de l’Institut48 ; il fait part de sa déception : « J’avais tout lieu de penser que la situation nouvelle du gouvernement de la France amènerait à l’INSEE de nouvelles voies, les faits ne confirment pas mon espoir »49 ; il dénonce le dernier refus qu’il a subi de la part du secrétaire d’État au Budget au sujet d’un crédit de deux millions de nouveaux francs, pourtant accordé par Wilfrid Baumgartner en personne le 1er juillet 1960. Le directeur général de l’INSEE fait part de sa « lassitude » et de son « découragement »50. L’heure n’est plus à la fusion, ni même au statut d’établissement public mais il demande simplement que les deux millions promis par le ministre soient débloqués « afin de parer à l’immédiat »51.

37L’échec de la tentative de Francis-Louis Closon amène plusieurs réflexions. Premièrement, l’enlisement du conflit qui a joué en faveur du SEEF prouve qu’une innovation administrative ne se supprime pas facilement et que si elle a réussi sa greffe, elle est vouée à grossir à terme et non pas à disparaître. Le gonflement bureaucratique semble être un fait inéluctable. D’autre part en ces mois de turbulence, le SEEF qui continue à produire a prouvé que ses travaux s’inséraient dans les rouages administratifs même s’ils intéressaient peu le ministre des Finances.

38Cet épisode prouve également à quel le point le « réflexe-maison » est déterminant : ce n’est pas tant le style iconoclaste de Francis-Louis Closon qui explique son échec que sa position institutionnelle et son apparente mauvaise connaissance du milieu dans lequel il évolue. La revendication du directeur général de l’INSEE a peu de chances d’être entendue au ministère des Finances qui n’est pas prêt de se défaire d’un de ses services, surtout si celui-ci est présenté par son détracteur comme exerçant des fonctions nobles considérées comme des attributs d’un pouvoir. La crise que déclenche Francis-Louis Closon joue en sa défaveur car elle a pour conséquence immédiate de faire resurgir de manière crue et brutale les rapports de force d’un système de pouvoir au sein duquel il est marginalisé.

39Cette tentative avortée s’explique en grande partie par la défense corporative du ministère des Finances et des inspecteurs des Finances face au quai Branly et aux administrateurs de l’INSEE. Même si Francis-Louis Closon soulève de vrais problèmes en dénonçant l’éparpillement des services et en réclamant le rapprochement de la statistique à la comptabilité nationale, il propose une solution avec l’absorption qui n’est pas recevable au cabinet du ministère des Finances, soucieux de ses prérogatives et peu enclin à être choqué par une situation qui lui est favorable en termes de pouvoir. La position de Closon est d’autant plus délicate à défendre que, depuis les débuts des travaux de la comptabilité nationale, les cadres du SEEF appellent à un rapprochement scientifique et intellectuel qu’ils estiment indispensable pour améliorer leurs comptes, mais également pour se décharger des tâches d’enregistrement de données afin de se concentrer sur la mission de conseil économique.

40Cette crise incite aussi à relativiser le poids d’Antoine Pinay à la tête du ministère des Finances. Ce dernier semble en effet ne pas avoir été soutenu par son administration. Son accord au rattachement du SEEF à l’INSEE déclenche un refus silencieux et courtois mais efficace de la part des hauts fonctionnaires du ministère qui explique en partie l’enlisement caractéristique de cette crise. Une réforme de structure qui vise la suppression ou la fusion d’un service a peu de chance d’aboutir, même sous la Ve République, si elle est imposée par un ministre qui n’est pas suivi par son administration.

41L’issue du conflit ne peut donc pas être considérée comme une victoire du SEEF mais bien plutôt comme un échec pour Francis-Louis Closon qui n’obtient aucun des points réclamés. La crise a pour conséquence immédiate une remise en ordre du SEEF au sein du ministère des Finances, mais elle est également porteuse à terme d’un rééquilibrage des pouvoirs entre les anciens adversaires et d’une redéfinition de leurs missions et stratégies respectives.

II. Le règlement de la crise : le SEEF rentre dans le rang

42André de Lattre, directeur de cabinet de Wilfrid Baumgartner, se souvient de son arrivée rue de Rivoli et de sa volonté de remettre de l’ordre au ministère après le passage d’Antoine Pinay :

  • 52 André de Lattre, 12 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Né en 1923, inspecteur des Finances, prom (...)

« Il faut voir quand nous sommes venus aux Finances, Baumgartner et moi, c’était après une longue période où un ministre prestigieux, aimable, M. Antoine Pinay, que l’opinion aimait bien, ne dirigeait pas le ministère. C’était la pagaille »52.

43Un des premiers points à régler par le nouveau cabinet est le dossier du SEEF. Le cabinet Wilfrid Baumgartner va mettre un terme au conflit en faisant rentrer le SEEF dans le rang avec trois mesures : la titularisation de ses chargés de mission, le règlement institutionnel de la commission des comptes de la Nation et la nomination de Claude Gruson à la direction générale de l’INSEE.

A. La régularisation des « clandestins » du SEEF

44Confirmé dans ses missions à l’issue de la crise, le SEEF bénéficie d’un contexte favorable en 1960 qu’il va mettre à profit.

  • 53 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

45Le contexte politique évolue en faveur du SEEF : Antoine Pinay est remplacé en janvier 1960 par un nouveau ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner, l’ancien gouverneur de la Banque de France qui avait accepté de financer le SEEF. Wilfrid Baumgartner décide de régulariser la situation du SEEF qu’il juge anormale et précaire, même si Jacques Brunet, son successeur à la Banque de France, avait accepté de poursuivre son financement53.

46Le financement par la Banque de France des chargés de mission recrutés parle SEEF à l’extérieur du ministère des Finances avait fait l’objet en 1955, nous l’avons vu, d’un accord oral entre le gouverneur de la Banque de France Wilfrid Baumgartner et le ministre des Finances Pierre Pflimlin.

  • 54 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p., p. 3.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.

47En octobre 1956, Claude Gruson envoie une note à Georges Plescoff, inspecteur des Finances, chargé de mission au SEEF et récemment nommé directeur du cabinet de Paul Ramadier, ministre des Finances. Claude Gruson lui demande d’attirer l’attention du ministre sur la nécessité de régulariser la situation des chargés de mission du SEEF. Ce mode de financement est présenté par Claude Gruson comme « un expédient »54 qui a été « la condition fondamentale de la vie du service »55 mais qui doit donner lieu à régularisation. Claude Gruson écrit : « Il va de soi qu’une réglementation doit intervenir à très bref délai, faute de quoi je me trouverais, et à l’égard de mes collaborateurs, et à l’égard de l’administration fiscale et du système de Sécurité sociale, dans une situation tout à fait aventurée »56. L’innovateur qui s’est mis personnellement dans une situation non réglementaire, parce que, issu de l’Inspection des finances, il estime sans doute qu’il est intouchable au sein du ministère de surcroît protégé par la direction du Trésor, tente très vite de revenir sur le droit chemin. En vain.

  • 57 SAEF, B 28 220, commission de Réforme administrative 1959, Groupe de travail nº 5 Finances et Affai (...)
  • 58 SAEF, B 28 220, Francis-Louis Closon, « Note sur l’appareil statistique français », juin 1958, 54 p (...)

48En 1960, le financement d’une partie du personnel du SEEF par la Banque de France est divulgué et dénoncé ; le rapport de la commission de l’article 76 vise clairement, quoiqu’implicitement le SEEF en dénonçant « les procédés de rémunération irréguliers, les avantages occultes et les mises à disposition de personnels non fonctionnaires »57 pratiqués dans certains services administratifs ; Francis-Louis Closon dans son exposé pour justifier la fusion du SEEF et de l’INSEE regrette que « les ingénieurs qui désirent encore travailler pour l’État ont émigré vers des services qui bénéficient pour des raisons diverses d’un utile assouplissement des règles financières »58. Le financement latéral du SEEF ayant été dénoncé et le SEEF ayant été confirmé dans ses missions, la régularisation administrative par le ministère s’impose en 1960.

49Claude Gruson bénéficie d’un nouvel appui à la direction du Budget qui valui permettre d’accélérer la procédure de régularisation des clandestins du SEEF. Le chef de service chargé par le ministre du dossier des chargés de mission du SEEF est Renaud de La Genière, inspecteur des Finances, protestant. Le chef de service du SEEF se souvient :

  • 59 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« L’homme qui avait négocié cette affaire, c’était le chef de service du Budget qui était à ce moment-là La Genière, qui était à cette époque-là un ami très proche… C’est lui qui avait été chargé de régler cette affaire, et il l’a fait dans un esprit tout à fait positif »59.

  • 60 Archives privées Claude Gruson, « Note pour Monsieur Mascard », 19 mai 1961, 4 p.
  • 61 Ibid.

50En effet, au vu des archives écrites, la direction du Budget prend en charge le dossier, et fait des propositions à Claude Gruson dès mars 196160. La négociation se déroule facilement et règle les questions administratives d’échelles indiciaires, de primes de rendement, d’indemnités de résidence et d’indemnités de fonction61.

  • 62 SAEF, B 8607, projet de loi de Finances pour 1962.

51La titularisation des trente-trois chargés de mission rémunérés jusqu’en 1961 par la Banque de France est inscrite dans la loi de Finances de 1962. Leurs traitements sont enfin au Budget des Finances et des Affaires économiques62.

52Cette intégration dans le Budget de l’État est une véritable reconnaissance administrative du SEEF qui devient ainsi un service à part entière du ministère des Finances. La pérennité du SEEF, structure novatrice et atypique, est enfin acquise et constitue une grande satisfaction pour son fondateur Claude Gruson.

B. Le règlement du statut de la commission des comptes de la Nation

53La commission des comptes de la Nation, dont le président Pierre Mendès France s’est opposé au retour du général de Gaulle en mai 1958, est ouvertement contestée. Dans une note destinée à défendre le SEEF, Claude Gruson fait allusion à ces critiques dont il attribue la paternité au ministère des Finances :

  • 63 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Pérouse », 17 septembre 1960, 19 p., p. 2.

« De plus ce milieu sévère (le ministère des Finances maison gardienne d’une orthodoxie peu accueillante aux étrangers) ne pouvait qu’être scandalisé par la commission des comptes de la Nation, par sa structure franchement contradictoire avec les principes de droit constitutionnel, par les rapports sans précédent qu’elle tendait à établir entre le SEEF et le pouvoir politique »63.

  • 64 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Pérouse », 1er septembre 1960, 19 p. À la dern (...)
  • 65 SAEF, B 11 697, note de Maurice Pérouse au ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner, 28 avril 196 (...)
  • 66 SAEF, B 55 437, note de Francis-Louis Closon à Maurice Pérouse, 24 mars 1960, 1 p.
  • 67 SAEF, 8 D 2, Francis-Louis Closon, « Décret relatif à l’organisation statistique et à l’information (...)
  • 68 SAEF, B 11 697, note de Maurice Pérouse au ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner, 28 avril 196 (...)

54Des pourparlers s’engagent, suivis de près par le cabinet Baumgartner. Il est clair à la lecture de la note que Claude Gruson rédige à l’intention du nouveau directeur du Trésor que la position institutionnelle de la commission des comptes de la Nation pose un vrai problème au directeur du Trésor, Maurice Pérouse64. Ce dernier est consulté par le ministre des Finances afin de proposer un projet de décret destiné à modifier les attributions et la composition de la commission. Dans sa note, le directeur du Trésor fait allusion à la volonté exprimée par Michel Debré de ne pas faire siéger de parlementaires dans la nouvelle commission « afin de ne plus voir se perpétuer à la fois sur le plan des principes une entorse sérieuse à la règle fondamentale de séparation des pouvoirs et plus encore sur le plan pratique une source de situations fausses et parfois délicates »65. Il fait également part du désir de Francis-Louis Closon qui souhaite que soit confié à l’INSEE le secrétariat de la commission, et qui réclame pour débattre du sujet une réunion de travail à la direction du Trésor en se plaignant d’être mis de côté : « Nous pourrions également nous entretenir des comptes et budgets économiques de la Nation. Ce n’est point parce que l’INSEE perd son meilleur personnel par la longue négligence de la rue de Rivoli qu’il n’a plus le droit de s’intéresser aux comptes nationaux »66. Francis-Louis Closon élabore de son côté un projet de décret prévoyant la suppression de la commission des comptes de la Nation et son remplacement par une commission dont le secrétariat permanent serait assuré par l’INSEE67. Cette proposition est rejetée par le directeur du Trésor qui affirme à son ministre que le SEEF est « à l’heure actuelle seul à même de procéder à des études sérieuses de comptabilité nationale »68. Une fois encore, face à la direction du Trésor et à un ministère des Finances qui ne souhaite pas se départir d’une de ses attributions, Francis-Louis Closon n’arrivera pas à faire valoir sa position.

  • 69 CHEFF, Archives privées André de Lattre, Liasse 5, Note de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner, 5 dé (...)

55Wilfrid Baumgarner est incité par le Premier ministre Michel Debré à faire aboutir les projets de réforme concernant divers dossiers économiques et financiers ; celui-ci s’informe de manière pressante et autoritaire auprès de son ministre des Finances sur l’avancement de la réforme de la commission des comptes de la Nation69.

  • 70 Journal officiel, décret nº 60 – 1185 du 9 novembre 1960, 13 novembre 1960, p. 10 161.

56Finalement, le décret du 9 novembre 196070 ne modifie pas les missions initiales de la commission mais il transforme radicalement sa composition. Pierre Mendès France est remplacé par le ministre des Finances lui-même. Il n’est donc plus question de faire présider la commission par un homme politique susceptible d’émettre des jugements critiques sur la conduite de la politique économique. Par ailleurs, le décret accentue le caractère administratif de la commission (sept directeurs du ministère des Finances sont nommés et quatre directeurs de ministères « économiques ») ; la représentation des instances extérieures à l’administration se limite à huit délégués du Conseil économique et social et aux présidents et rapporteurs des commissions des Finances des Chambres (uniquement présents à la session d’octobre). La méfiance à l’égard des parlementaires illustre le renversement des pouvoirs caractéristique de la Ve République.

57La commission des comptes de la Nation n’a qu’une compétence consultative, elle examine et discute les rapports sur les comptes de l’année antérieure et les budgets économiques. Les débats des séances sont confidentiels et ils font l’objet d’un procès-verbal réservé aux membres de la commission. Seul le ministre peut donner quelques indications après la session de mai aux journalistes sur les hypothèses et les résultats des projections. Les comptes de la session d’automne sont divulgués au grand public quelque temps après puisqu’ils sont annexés au projet de loi de Finances.

58Ce décret est-il une avancée pour le SEEF ? Il doit être interprété comme la volonté de reprise en main par le ministre des Finances (dont témoignait déjà l’épisode de Pierre Pflimlin en 1955) ; celui-ci ne veut plus voir rédiger ni publier un rapport comme celui de Simon Nora en mars 1953 critiquant ouvertement sa politique économique. En éliminant les parlementaires de la commission, en surreprésentant le personnel administratif et en garantissant le secret des débats, on peut considérer que le décret amoindrit la réputation d’indépendance de la commission et la réduit à devenir le porte-parole du ministre des Finances, mais il faut également noter que ce décret a le mérite de résoudre l’ambiguïté institutionnelle du SEEF vis-à-vis du ministère des Finances dont il dépend.

59Ce décret renforce l’insertion administrative du SEEF non seulement en lui imposant un calendrier précis qui l’oblige à consigner ses travaux dans des documents explicites, mais aussi en le nommant unique fournisseur des travaux et des rapports de la commission des comptes de la Nation. Le SEEF est considéré comme le service des experts économiques du ministère des Finances destiné à éclairer les membres de la commission des comptes de la Nation et éventuellement à susciter des « débats entre soi ». La commission a le mérite pour le ministre des Finances qui la préside de renforcer son image de compétence. Le décret du 9 novembre 1960 limite le rôle et l’influence de la commission des comptes de la Nation mais renforce l’assise administrative du SEEF et clarifie sa position au sein du ministère des Finances.

C. La nomination de Claude Gruson à la tête de l’INSEE

60Autre conséquence pour le SEEF de la crise de 1958 : la nomination de Claude Gruson à l’INSEE qui va permettre une nouvelle définition des tâches entre les deux organisations.

  • 71 SAEF, B 55 367, extrait du Journal officiel du 1er octobre 1961, décret du 30 septembre 1961 nomman (...)

61Le 1er octobre 1961, Claude Gruson est en effet nommé directeur général de l’INSEE par le ministre des Finances Wilfrid Baumgartner71. Deux questions se posent : Claude Gruson a-t-il désiré cette nomination à la tête de l’INSEE et peut-on interpréter cette nomination comme une revanche du SEEF et donc des comptables nationaux sur les statisticiens de l’INSEE ? Les réponses à ces questions ne se trouvent pas dans les archives écrites du SAEF au sein des quelles apparaît un abrupt décret de nomination, et la source orale s’avère très précieuse en donnant les clés qui permettent de mieux saisir la réalité et les enjeux propres à la vie administrative.

62Claude Gruson affirme sans ambages :

  • 72 Claude Gruson, 28 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le poste de l’INSEE ne me plaisait pas tellement au fond »72.

63Il aurait en effet souhaité devenir sous-gouverneur de la Banque de France ou bien directeur général des Impôts, poste qu’il a explicitement demandé à André de Lattre, directeur de cabinet de Wilfrid Baumgartner. Il se souvient de ses désillusions du moment :

  • 73 Ibid.

« Je me rappelle que quand j’ai posé ma candidature à la DGI, je suis allé voir de Lattre pour cela, et cela l’avait gêné parce qu’effectivement j’étais tout de même un inspecteur des Finances relativement ancien à l’époque par rapport aux autres qui se faisaient nommer directeur et on n’avait aucune raison de les faire passer avant moi »73.

64Pourquoi n’obtient-il pas alors le poste souhaité ? En ayant affiché des conceptions planificatrices et des réticences à l’égard du Marché commun contraires aux positions officielles, il a peu de chances d’accéder aux postes les plus prisés de l’administration des Finances.

65D’autre part, pourquoi est-il tenté par ces postes certes prestigieux mais plus traditionnels et donc très différents du SEEF ? Reconnaissant au cours de ses entretiens avec un amusement affiché ses préoccupations carriéristes de l’époque, Claude Gruson explique qu’il désirait quitter le SEEF afin d’occuper des fonctions dignes de son âge, cinquante et un ans, et de son rang, inspecteur des Finances ; après ces années éreintantes au SEEF, il aspirait à un poste plus tranquille, plus routinier et reconnu au sein de l’administration.

  • 74 Claude Gruson, 5 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

66Un autre aspect ne doit pas être négligé : la nomination en février 1960 de Maurice Pérouse à la tête de la direction du Trésor. En effet, Claude Gruson estime avoir été vexé de n’avoir même pas pu postuler au poste de directeur du Trésor car Antoine Pinay est encore ministre74 et de se voir ainsi chapeauté par un inspecteur des Finances plus jeune que lui, et qu’il considère de surcroît comme un classique des plus conformistes.

67Déçu par les « non-propositions » du cabinet, Claude Gruson finit par se résigner à devenir directeur général de l’INSEE. L’idée initiale de sa nomination à l’INSEE revient à Antoine Partrat, directeur de cabinet d’Antoine Pinay, qui, quelques jours avant le départ de son ministre, aurait déclaré à Claude Gruson que cette nomination serait la meilleure issue à la crise opposant l’INSEE au SEEF. L’idée fait son chemin et semble s’imposer d’elle-même lorsque Francis-Louis Closon obtient la direction d’Havas. La nomination de Claude Gruson à l’INSEE paraît alors constituer la solution porteuse d’une issue au conflit qui oppose le SEEF à l’INSEE.

68Claude Gruson interrogé, sur les raisons de sa déception lorsqu’il est nommé directeur général de l’INSEE, fournit des éléments d’appréciation éclairants sur la hiérarchie socio-administrative. Pour Claude Gruson, l’INSEE n’était pas une direction prestigieuse pour plusieurs raisons : c’est une direction d’origine récente ; elle n’est pas insérée dans la hiérarchie traditionnelle du ministère des Finances et son personnel ne bénéficie pas d’un statut de fonctionnaire valorisant ; elle est isolée géographiquement quai Branly ; elle est cantonnée dans des tâches d’exécution (collecte de statistiques et fourniture d’indices) ; elle ne participe pas à la vie du cabinet du ministre. Cette direction n’était pas pour toutes ces raisons dignes d’un inspecteur des Finances. D’autre part, outre le manque de prestige, Claude Gruson dit s’inquiéter à l’époque devant l’ampleur de la tâche à accomplir, c’est-à-dire en fait reprendre en main l’INSEE, car selon lui :

  • 75 Ibid.

« Closon n’intervenait que très peu, et l’INSEE fonctionnait comme cela un peu par sa propre inertie, je ne crois pas qu’il le dirigeât ! »75.

  • 76 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

69Petit à petit, à l’issue de nombreuses réunions avec ses proches collaborateurs76, Claude Gruson se fait une raison et voit dans cette nomination une sorte d’aboutissement des travaux lancés au SEEF en lui permettant d’adapter les sources statistiques à la comptabilité nationale. Il est amusant de constater qu’il se range progressivement aux arguments de Francis-Louis Closon tout en faisant preuve d’une haute idée de lui-même et de sa propre valeur :

  • 77 Claude Gruson, cassette 14, Paris, 1989, CHEFF.

« J’avais progressivement pris conscience du fait que, si je ne chapeautais pas l’INSEE, le projet du SEEF disparaîtrait peu à peu parce que la nécessité de s’assurer les sources statistiques du système de comptabilité nationale, cette nécessité apparaissait de façon claire. Or ces sources étaient contrôlées par Closon dans de mauvaises conditions, essentiellement parce qu’il n’avait pas de moyens d’ailleurs »77.

70Claude Gruson estime qu’il pourra mieux défendre l’INSEE devant la direction du Budget que son prédécesseur parce qu’il est inspecteur des Finances, issu du sérail de la rue de Rivoli, et qu’il appartient à la génération des inspecteurs des Finances au pouvoir, avantages qui lui confèrent :

  • 78 Ibid.

« [...] des pouvoirs considérables qu’un homme comme Closon qui n’était pas inspecteur des Finances ne pouvait pas avoir »78.

71La tâche s’avère difficile selon Claude Gruson :

  • 79 Ibid.

« La direction du Budget méprisait l’INSEE et lui infligeait un sort consternant : elle essayait de lui réduire ses effectifs et elle ne lui attribuait aucun crédit d’étude. La direction du Budget n’avait aucune idée de ce qu’était l’information économique. Tout ce qui touche à la modernité échappait complètement à la direction du Budget »79.

72Ces propos de Claude Gruson prouvent aussi à quel point les hauts fonctionnaires valorisent leur propre rôle en considérant qu’ils ont une influence déterminante à la tête d’une direction.

73Dernier point à noter, la rapidité avec laquelle Claude Gruson va finalement accepter puis organiser le partage des tâches et des hommes jusque-là revendiqué par Francis-Louis Closon. Cette conversion de Claude Gruson aux vues de son ancien rival éclaire sur la pratique administrative et permet d’affirmer que dans la haute administration, la fonction fait l’homme : en effet, pour justifier le transfert d’une partie des hommes et des travaux du SEEF à l’INSEE, Claude Gruson reprendra presque mot à mot les arguments de son prédécesseur !

74La relation par Claude Gruson de sa nomination au poste de directeur général de l’INSEE illustre les pratiques administratives propres à la Ve République, caractérisées par l’emprise croissante des ministres et de leur cabinet sur leur personnel administratif. Désormais les nominations aux postes les plus élevés de l’administration sont dépendantes des questions politiques : un ministre des Finances assisté de son cabinet nomme à la tête des directions prestigieuses d’état major avec lesquelles il est amené à travailler régulièrement les hauts fonctionnaires en qui il a « confiance » ; les hauts fonctionnaires qui sont moins appréciés politiquement sont nommés à des postes moins prestigieux et tenus éloignés du cabinet. À ces questions politiques prédominantes s’ajoutent les questions de personne – Claude Gruson refuse de dépendre de Maurice Pérouse –, mais également les questions de carrière – un haut fonctionnaire, de surcroît un inspecteur des Finances, a une vision linéaire du déroulement de sa carrière qui doit progresser selon des critères classiques de prestige –, et enfin des questions d’opportunité –un poste doit se libérer –. Une nomination au poste de directeur d’administration centrale résulte donc d’un compromis entre tous ces paramètres.

Notes

1 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF. SAEF, B 55 366, Francis-Louis Closon, « Note pour monsieur le secrétaire d’État aux Affaires économiques », automne 1958, 5 p. Il écrit p. 3 : « Le président Pinay, peu après sa prise de fonctions, m’avait donné son assentiment, l’avait confirmé à M. Yrissou et au gouverneur de la Banque de France ».

2 Jacques Le Noane, cassettes 3 et 5, Paris, 1990, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 13, Paris, 1989, CHEFF et 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Claude Gruson, 5 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF et cassettes 13 et 14, Paris, 1989, CHEFF ; Jacques Mayer cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

3 Antoine Partrat, né en 1910, ancien rédacteur-receveur, directeur du cabinet d’Antoine Pinay.

4 SAEF, B 48 376, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 30 juillet 1958, 7 p., p. 1.

5 SAEF, B 55 436, dans une note adressée à Émile Hugues, secrétaire d’État aux Affaires économiques, le 1er août 1957, 2 p., Francis-Louis Closon écrit à la p. 1 : « J’ai peu de goût pour la forme parfois solennelle des correspondances administratives ».

6 SAEF, B 28 220, Claude Gruson, « Note pour le ministre à l’intention de M. Partrat », 30 juillet 1958, 7 p., p. 2.

7 Ibid., p. 6.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 7.

10 Ibid., p. 4.

11 Ibid., p. 5.

12 Ibid.

13 SAEF, B 55 366, Francis-Louis Closon, « Note pour le secrétaire d’État aux Affaires économiques », automne 1958, 5 p.

14 Ibid., p. 5.

15 SAEF, B 48 376, René Verny, « Note pour le cabinet du ministre, à l’attention de M. Partrat », septembre 1958, 4 p., p. 2.

16 René Brouillet, né en 1909. ENS, conseiller référendaire à la Cour des comptes 1943. Directeur de cabinet du général de Gaulle, président de la République, 1959-1961.

17 Archives privées Claude Gruson, « Note à René Brouillet », 13 février 1959, 4 p., p. 1.

18 Ibid., p. 2.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Archives privées Claude Gruson, « Le Service des Études Économiques et Financières », 14 février 1959, 20 p.

22 Ibid., p. 15.

23 Nous n’avons malheureusement pas retrouvé ce rapport.

24 Ibid., p. 17.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 18.

27 Ibid., p. 19.

28 SAEF, B 55 436, Note de Francis-Louis Closon à Georges Pompidou, directeur du cabinet du président du Conseil, 8 octobre 1958, 2 p.

29 Ibid., p. 2.

30 SAEF, B 55 436, Francis-Louis Closon, « Note pour monsieur Pérouse », 22 juin 1959, 3 p.

31 Maurice Pérouse, né en 1914, inspecteur des Finances, promotion 1945, conseiller technique au cabinet de Michel Debré, Premier ministre, de janvier 1959 à février 1960. Voir Laure Quennouëlle, op. cit.

32 SAEF, B 55 436, Francis-Louis Closon, « Note pour monsieur Pérouse », 22 juin 1959, 3 p., p. 2.

33 Ibid.

34 SAEF, B 55 366, note de Francis-Louis Closon à Joseph Fontanet, secrétaire d’État au Commerce intérieur, 3 février 1960, 2 p., p. 2.

35 SAEF, B 48 376, cabinet du ministre, « Note pour Antoine Partrat », 16 octobre 1958, 2 p., p. 1.

36 SAEF, 8 D 2, note de Claude Gruson pour Antoine Partrat, 17 février 1959, 2 p.

37 Ibid.

38 Valéry Giscard d’Estaing, né en 1926. Polytechnicien, ENA, inspecteur des Finances, promotion 1951. Secrétaire d’État au Budget 1959-1962. Républicain indépendant.

39 Archives privées Claude Gruson, note à Valéry Giscard d’Estaing, 6 avril 1959, 13 p.

40 Ibid., p. 1.

41 Ibid.

42 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF.

43 Ibid., p. 8.

44 Ibid.

45 SAEF, B 28 220, Francis-Louis Closon, deux notes datées du 4 et du 9 mai 1960 à Wilfrid Baumgartner, 1 page chacune accompagnée du projet d’établissement public de trois pages.

46 SAEF, B 55 366, note de Francis-Louis Closon à André de Lattre, « Situation difficile de l’INSEE », 30 juin 1960, 4 p.

47 SAEF, B 28 220, note de Francis-Louis Closon à Wilfrid Baumgartner, 14 décembre 1960, 5 p.

48 Ibid., p. 1.

49 Ibid., p. 3.

50 Ibid., p. 4.

51 Ibid., p. 5.

52 André de Lattre, 12 mars 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF. Né en 1923, inspecteur des Finances, promotion 1946.

53 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

54 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p., p. 3.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 SAEF, B 28 220, commission de Réforme administrative 1959, Groupe de travail nº 5 Finances et Affaires économiques, fiche nº 18, 7 p., 1er juin 1959, p. 2 et 6.

58 SAEF, B 28 220, Francis-Louis Closon, « Note sur l’appareil statistique français », juin 1958, 54 p., p. 16.

59 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

60 Archives privées Claude Gruson, « Note pour Monsieur Mascard », 19 mai 1961, 4 p.

61 Ibid.

62 SAEF, B 8607, projet de loi de Finances pour 1962.

63 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Pérouse », 17 septembre 1960, 19 p., p. 2.

64 Archives privées Claude Gruson, « Note pour monsieur Pérouse », 1er septembre 1960, 19 p. À la dernière page, Claude Gruson fait allusion au « problème de la commission des comptes de la Nation ».

65 SAEF, B 11 697, note de Maurice Pérouse au ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner, 28 avril 1960, 2 p.

66 SAEF, B 55 437, note de Francis-Louis Closon à Maurice Pérouse, 24 mars 1960, 1 p.

67 SAEF, 8 D 2, Francis-Louis Closon, « Décret relatif à l’organisation statistique et à l’information économique », 4 p.

68 SAEF, B 11 697, note de Maurice Pérouse au ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner, 28 avril 1960, 2 p., p. 2.

69 CHEFF, Archives privées André de Lattre, Liasse 5, Note de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner, 5 décembre 1960, 1 p.

70 Journal officiel, décret nº 60 – 1185 du 9 novembre 1960, 13 novembre 1960, p. 10 161.

71 SAEF, B 55 367, extrait du Journal officiel du 1er octobre 1961, décret du 30 septembre 1961 nommant Claude Gruson directeur général de l’INSEE.

72 Claude Gruson, 28 mars 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

73 Ibid.

74 Claude Gruson, 5 décembre 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

75 Ibid.

76 Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

77 Claude Gruson, cassette 14, Paris, 1989, CHEFF.

78 Ibid.

79 Ibid.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540