Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1De l’étude historique du lancement de la comptabilité nationale et de ses premiers développements au ministère des Finances nous pouvons dégager sept caractéristiques qui, tout en lui étant spécifiques, apportent néanmoins des enseignements sur le lancement d’une innovation en milieu administratif.

Des circonstances historiques exceptionnelles favorables à l’innovation

2L’accroissement récent du poids et de l’intervention de l’État dans l’économie, la nécessité d’améliorer l’information économique en période de reconstruction, la critique de l’orthodoxie libérale par une nouvelle génération de technocrates imprégnés de l’analyse économique keynésienne, sont autant de facteurs qui concourent à l’émergence de nouveaux outils à partir de 1945. La Libération offre des circonstances historiques exceptionnelles favorables au désir de faire table rase et donc d’innover. L’heure est à la reconstruction et il s’agit d’une période de percée où la créativité individuelle est susceptible de déboucher. La volonté de changement des « incitateurs » et des fondateurs de la comptabilité nationale est selon leurs propos une réaction à la crise de 1929 et à la défaite. Les fondateurs de la comptabilité nationale aspirent au changement, ils veulent qu’un nouveau système d’action de l’État s’instaure, ils veulent voir mettre en pratique de nouveaux rapports humains et de nouvelles formes de contrôle économico-social.

Une innovation discrète et informelle

3Pour autant, la comptabilité nationale n’est pas une innovation décidée du haut, elle n’a pas été décrétée par le cabinet du ministre des Finances, ni par Matignon, ni par l’Élysée. Elle a été incitée par François Bloch-Lainé qui offre à son ami Claude Gruson un poste flou sans attribution précise à la direction du Trésor.

  • 1 Nous utilisons les concepts « stratégie émergente » et « stratégie délibérée » dans le sens défini (...)

4La comptabilité nationale n’est pas le fruit d’une stratégie délibérée mais bien d’une stratégie émergente1. C’est petit à petit que l’objectif de Claude Gruson et de son équipe se précise ; ils s’appuient sur cette « ouverture » de la direction du Trésor pour définir leur innovation. Celle-ci a été possible parce qu’elle s’est réalisée dans un premier temps dans l’ombre, sans statut officiel, tout en bénéficiant de sa localisation au sein d’une grande direction. Ces conditions réunies ont été optimisées en grande partie grâce aux réseaux informels : amitié entre Claude Gruson et François Bloch-Lainé, entente privilégiée de François Bloch-lainé avec certains directeurs du ministère, amitié au sein même de l’équipe Gruson.

Une idée dans le vent

5La comptabilité nationale n’émerge pas d’un coup : elle est d’abord une novation anglo-saxonne que certains Français (une poignée d’économistes et de praticiens) appréhendent à la Libération de manière progressive, dispersée et rudimentaire (discussions avec les Américains, commission du Bilan national, comité du Revenu national, réunions à l’ISEA). Claude Gruson en 1949 fera la synthèse française de ces travaux novateurs en y ajoutant une forte valeur ajoutée qui résulte de sa volonté de se démarquer des méthodes préconisées par Richard Stone. On peut donc dire qu’en 1949, lorsque Claude Gruson commence à s’approprier la comptabilité nationale, celle-ci est une idée « dans le vent » susceptible de prendre.

De nouveaux besoins

6Autre condition nécessaire, l’émergence de nouveaux besoins. Il existe au sein d’un ministère des Finances, dont le pouvoir est renforcé à partir de 1948 (le ministère de l’Économie nationale est relégué au rang de secrétariat d’État, et la conception néo-libérale des Finances prévaut à partir du plan Mayer) le besoin de quantifier (dans le cadre du plan Marshall et de la Reconstruction) et d’appréhender de manière différente le rôle de l’État dans l’économie. Ce contexte permet à Claude Gruson d’obtenir la création du comité d’Experts. Mais Claude Gruson ira plus loin. Il utilisera ce comité pour susciter un nouveau besoin, en plaidant l’opportunité d’utiliser la comptabilité nationale afin d’élaborer un outil de prévision, les budgets économiques. Il saura faire prévaloir cette finalité.

Un laboratoire de recherche ?

7Ce qui caractérise la période 1949-1952, c’est l’aspect « travail de recherche » inhérent à l’innovation. L’équipe est réduite, sans formalisation hiérarchique, les heures de travail ne se comptent pas et le travail se réalise avec enthousiasme dans une quasi-clandestinité. Il aboutit à un outil « bricolé » (il s’appuie notamment sur des statistiques peu adaptées) comme un prototype avant de connaître un jour une formalisation la plus proche possible de la rigueur scientifique (l’objectif est de faire avec l’existant et d’améliorer ensuite l’outil au furet à mesure). Le rôle de Claude Gruson est fondamental : non seulement, il garantit à ses chercheurs la liberté et l’indépendance nécessaires à l’innovation, mais il parvient à canaliser la diversité des profils et des sensibilités dans la création d’une dynamique intellectuelle collective et la pratique d’un langage commun.

  • 2 Voir, à propos des expériences anglo-saxonnes, Mary O. Furner and Barry Supple (eds), The state and (...)

8À partir de 1955, le rôle des irréguliers est patent. Dans cette modélisation mise en marche par le SEEF, le rôle des économistes, des scientifiques, des ingénieurs extérieurs au ministère des Finances et rétribués avec des méthodes latérales et expéditives ne doit pas être sous-estimé. C’est grâce à leur appoint que le SEEF passe d’une raison statistique de type administratif à une économie statistique éclairant le politique. L’innovation a besoin de ces irréguliers. On les trouve au même moment dans d’autres pays comme la Grande-Bretagne2.

Il y a mathématiques et mathématiques

  • 3 Nous verrons les réactions de Maurice Allais infra, chapitre XV.
  • 4 Sur le rôle d’Henri Guitton en faveur de l’économétrie, voir Olivier Favereau, « Des secrets et des (...)

9Aujourd’hui il y a une controverse sur le rôle des mathématiques dans les sciences économiques, jugé souvent excessif (nous le verrons plus loin avec la réaction de Maurice Allais3) et instrumentalisé par les néo-classiques. Ce qui apparaît au contraire dans notre période, ce sont les mathématiques d’une science économique keynésienne et planificatrice, en lutte contre les néo-classiques. Ce sont les mathématiques statistiques utilisées par l’INSEE, elles aussi éloignées du libéralisme. Les universités vont moins vite et moins loin mais commencent de leur côté à cheminer vers l’économétrie, à l’initiative d’Henri Guitton4. Mais notre recherche montre que c’est une illusion rétrospective que de croire, comme certains auteurs, à la signification idéologique univoque et éternelle des mathématiques pour l’économie.

Une internationalisation est en marche

10Le nationalisme de l’équipe du SEEF est évident. Mais il aboutit, nous l’avons montré, à une impasse. L’outil de Leontief s’impose. Les réunions au FMI, à la Banque mondiale, à l’OECE jouent dans le même sens. La comptabilité nationale n’est pas une école d’uniformisation des économistes à l’échelle mondiale mais elle fraye la voie à des rapprochements et à des convergences partielles entre des écoles nationales qui restent encore différentes mais qui se découvrent davantage de terrains communs. Le degré d’internationalisation des sciences économiques s’accroît ainsi.

11Les avancées n’effacent pourtant pas la précarité. On ne peut qu’être frappé par la succession d’improvisations audacieuses, de coups de dés et d’affirmations têtues sur lesquelles se sont bâties les avancées intellectuelles, organisationnelles et financières du SEEF. La prévision économique a gagné en puissance mais les prévisionnistes ont construit un édifice qui a certains traits, du moins en apparence, d’un château de cartes. Les concurrents ou les adversaires du SEEF peuvent donc nourrir l’espoir que cette précarité leur permettra d’amoindrir ou d’absorber la construction des comptables nationaux.

Notes

1 Nous utilisons les concepts « stratégie émergente » et « stratégie délibérée » dans le sens défini par Henry Mintzberg, chercheur canadien en gestion qui classe la stratégie des acteurs en trois types : la stratégie délibérée qui est la stratégie intentionnelle clairement définie par son acteur ; la stratégie irréalisée qui est la stratégie intentionnelle qui a échoué (en raison d’une mauvaise appréciation de l’environnement, objectifs irréalistes, modifications et adaptations insuffisantes en cours d’élaboration) ; la stratégie émergente dont le développement n’a fait l’objet de formulation explicite ni consciente ni rationnelle dès le départ.

2 Voir, à propos des expériences anglo-saxonnes, Mary O. Furner and Barry Supple (eds), The state and economic knowledge. The American and British experiences, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

3 Nous verrons les réactions de Maurice Allais infra, chapitre XV.

4 Sur le rôle d’Henri Guitton en faveur de l’économétrie, voir Olivier Favereau, « Des secrets et des rencontres. Contributions des années 1950 à redécouvrir dans les années 2000 », André Lapidus (dir.), La Revue économique 1950-2000, un demi-siècle en perspective, volume 51, nº 5, septembre 2000, p. 1079-1094.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540