Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Chapitre V. La constitution d’un service 1952-1956

Texte intégral

1De 1952-1956, l’ancienne équipe quasi clandestine de Claude Gruson se transforme en un service aux missions officialisées, dont les effectifs croissent et dont les travaux se diversifient. Jusqu’en 1954, Claude Gruson, qui ne bénéficie toujours pas de moyens administratifs officiels pour développer son service, contourne les obstacles administratifs en faisant appel à son réseau amical et professionnel et le SEEF qui atteint cent personnes, fait l’objet en 1954 pour la première fois d’une formalisation de son organisation. En 1956, le recrutement de nouveaux personnels de formation scientifique amène le SEEF à définir une organisation originale de type adhocratique. Le SEEF devient alors un service de plus en plus actif au sein du complexe politico-administratif.

I. Le service avant 1955

A. Comment Claude Gruson contourne-t-il les obstacles administratifs ?

2Malgré la reconnaissance officielle des travaux et de l’équipe du SEEF parla commission des comptes et des budgets économiques de la Nation, Claude Gruson ne dispose pas de moyens administratifs officiels pour développer les travaux de comptabilité nationale. Le SEEF n’a toujours pas bénéficié d’un acte de création au Journal officiel et, Claude Gruson se heurte à la difficulté d’innover dans l’administration :

  • 1 Claude Gruson, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

« La rigidité administrative, ce n’est pas un vain mot. C’était une mesure exorbitante de droit commun de créer d’un coup vingt postes de contractuels au ministère des Finances, c’était impensable ! »1.

3Cette contrainte incite Claude Gruson à imaginer des moyens latéraux pour développer son équipe, en utilisant son réseau professionnel. Il s’adresse directement et sans l’intervention du directeur du Trésor aux directeurs du ministère des Finances qu’il connaît bien parce qu’ils sont inspecteurs des Finances de sa génération. Il obtient ainsi dix-neuf personnes mises par leur direction d’origine gratuitement au SEEF ; cette solution, outre son avantage budgétaire indéniable, favorise l’apport d’un personnel dont les connaissances pointues s’avéreront très utiles lors de l’élaboration des cadres de la comptabilité nationale.

  • 2 Maurice Lauré, né en 1917. Inspecteur des Finances, promotion 1945. Directeur-adjoint à la directio (...)
  • 3 Gilbert Devaux, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1932. Directeur de la Comptabilité p (...)

4Ces personnes sont issues en majorité de la direction générale des Impôts et de la direction de la Comptabilité publique. Claude Gruson a bénéficié du soutien de Maurice Lauré2, inspecteur des Finances, directeur adjoint à la direction générale des Impôts, qui lui fournit dix personnes parmi lesquelles trois inspecteurs des Impôts qui seront affectés à l’exploitation des sources fiscales. Gilbert Devaux3, inspecteur des Finances, directeur de la Comptabilité publique, quant à lui fournit cinq agents dont la formation comptable est utilisée pour transposer les comptes du Trésor et du Budget dans les termes de la comptabilité nationale.

5En outre, grâce à l’appui de Roger Goetze, inspecteur des Finances, directeur du Budget, Claude Gruson obtient quatre postes de contractuels qui lui permettent de recruter des éléments extérieurs au ministère des Finances, dont les compétences en économie et en mathématiques sont indispensables aux travaux de recherches du SEEF. Il recrute ainsi deux normaliens agrégés de mathématiques (André Nataf et René Mercier), un polytechnicien administrateur de l’INSEE (Louis-Pierre Blanc) et un agrégé de sciences économiques (Jean Bénard).

  • 4 Georges Plescoff, né en 1918. ENA, inspecteur des Finances, promotion 1947.

6L’Inspection des finances nomme un nouveau chargé de mission au SEEF, Georges Plescoff4. Le SEEF dispose donc avec Claude Gruson et Simon Nora de trois inspecteurs des Finances. Il s’agit d’une dotation unique pour un service au ministère des Finances.

  • 5 Archives privées Claude Gruson, dossier « Évolution du personnel du SEEF au cours des cinq dernière (...)

7Claude Gruson a su ainsi composer avec l’organisation, le ministère des Finances, dont il dépend et s’adapter en concevant pas à pas des moyens latéraux pour développer son service. Il est un innovateur qui utilise son réseau d’alliances et qui optimise les conditions qui lui sont imposées. Ce recrutement bigarré et original imposé par le manque de moyens officiels s’avère finalement tout à fait approprié aux travaux du service, et le SEEF est constitué de cent personnes en 19555.

B. La première formalisation date de 1954

  • 6 SAEF, en cours de classement, « Ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p.

8Un document officiel au titre éloquent Ce que vous devez savoir sur le SEEF6 destiné aux nouveaux arrivants présente la première formalisation de l’organisation. Celle-ci est étonnamment conforme au modèle administratif en répartissant les cadres par bureaux. Quatre bureaux sont créés qui correspondent aux tâches essentielles en 1954. Ils sont placés sous la houlette des « administratifs », c’est-à-dire des membres issus du ministère des Finances et qui peuvent de ce fait porter le titre de chef de bureau : Jean Sérisé, énarque, est responsable du bureau du Revenu national chargé d’établir les comptes et les budgets économiques et de préparer les rapports destinés à la commission des comptes ; Claude Alphandéry, énarque, chapeaute le bureau du Tableau économique spécialisé dans l’établissement des tableaux économiques détaillés et dans l’analyse des relations interindustrielles ; Jean Monange, administrateur civil, est chargé d’un bureau de Statistiques et d’Études financières qui conserve les attributions de l’ancien BSEF (documentation, revue, bibliothèque, traduction) ; Jean Orand, administrateur civil, est chargé du bureau du Compte public économique qui doit intégrer dans la comptabilité nationale les comptes des administrations publiques.

9Quant aux douze chercheurs recrutés à l’extérieur du ministère des Finances et aux deux inspecteurs des Finances (Simon Nora et Georges Plescoff), qui représentent les grosses têtes du service, ils apparaissent dans ce premier organigramme officiel sans attribution précise, rattachés au chef du service, et ils semblent constituer le brain-trust de Claude Gruson.

10Ce document ne correspond pas à la réalité du fonctionnement ni de l’organisation du SEEF. Ces douze chercheurs sont affectés à des tâches précises et ils sont rattachés dans les faits aux quatre bureaux qui eux aussi ne rendent pas compte de la diversification des travaux et des missions du SEEF. Comment expliquer cette discordance ? Sans doute les organisateurs du SEEF n’ont-ils pas réussi à transposer la réalité de leur organisation, le SEEF étant encore une jeune structure en évolution dont il est difficile de formaliser le fonctionnement sur un organigramme. D’autre part, ce document est aussi sans doute volontairement conventionnel pour rassurer les nouveaux venus auxquels il est principalement destiné et qui risquent de se sentir perdus dans cette structure au fonctionnement atypique ; il prouve également que le SEEF est en quête d’honorabilité et adopte le moule classique pour ne pas détonner.

  • 7 Ibid., p. 8.

11Ce document insiste pourtant sur trois points originaux qui seront développés quelques mois plus tard comme étant essentiels et fondateurs de l’identité du SEEF : le respect du calendrier et des échéances, la circulation de l’information (organisation des réunions, entraide et formation mutuelle afin d’accroître les connaissances et les compétences de chacun), l’accomplissement d’un travail en équipe et d’une tâche collective en chaîne de travail7. Ces trois points juste cités constituent pourtant les fondements sur lesquels l’organisation sera définie à partir de 1956 et permettent de considérer que le SEEF est une structure innovante de type adhocratique.

  • 8 Ibid., p. 7.

12Ce document est également intéressant dans la mesure où il illustre la perception que le SEEF a de ses travaux. Ceux présentés comme étant les plus lourds sont réalisés pour la commission des comptes de la Nation qui est considérée comme le destinataire principal et « le juge des travaux du SEEF »8. La mission du SEEF apparaît comme directement liée à son existence.

  • 9 Nous rappelons que ce document est destiné aux nouveaux arrivants du SEEF.

13Comment expliquer cette focalisation sur la commission des comptes de la Nation alors que les activités du SEEF sont beaucoup plus diversifiées à l’époque ? Il est vrai que ce document date de janvier 1955, peu de temps après la création de la commission, l’enthousiasme est alors grand et les travaux préparatoires effectivement assez lourds pour le jeune service. Le document insiste sur la commission sans doute également parce que son rapport, en étant destiné au gouvernement et au Parlement, dépasse le simple cadre de la rue de Rivoli (un point ostensiblement mis en valeur) et donc donne une image séduisante du SEEF vis-à-vis des nouveaux chercheurs recrutés à l’extérieur du ministère des Finances9.

II. La mise en place d’une organisation originale de type adhocratique

A. Un nouveau SEEF s’élabore à partir de 1956

1. La question des administrateurs civils

  • 10 Voir tableaux et organigrammes infra, annexes 3 et 4 ; ces documents montrent les conséquences de l (...)

14À partir de 1955, le recrutement du personnel administratif10 pose un problème au SEEF : les administrateurs civils (énarques et anciens rédacteurs), qui constituent plus de la moitié des « cadres », arrivent en trop petit nombre et n’ont pas la formation requise pour les travaux de recherche en économie et en mathématiques. Claude Gruson souligne avec diplomatie dans une note :

  • 11 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p.

« Il faut bien admettre que l’équipe administrative qui constitue la cellule centrale du service doit être prolongée et appuyée par des économistes et des statisticiens recrutés à l’extérieur »11.

15La direction du Personnel affecte au SEEF par l’intermédiaire de la direction du Trésor en moyenne un énarque chaque année. Jean Sérisé explique :

  • 12 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

« Nous avions un énorme problème de recrutement parce que l’ENA ne nous fournissait pas le nombre de gens qui nous était nécessaire, et la formation des gens qu’elle nous fournissait n’était pas adaptée à nos travaux »12.

16La direction du Personnel ne pouvant affecter que du personnel administratif issu du ministère des Finances et ne donnant pas au SEEF de contrats nécessaires pour recruter à l’extérieur du ministère, le service est amené, nous l’avons vu, à utiliser des moyens latéraux comme l’aide de la Banque de France.

2. L’aide de la Banque de France

17Les fonds obtenus à partir de 1955 auprès de la Banque de France vont permettre au SEEF de recruter les ingénieurs et les scientifiques dont il a tant besoin pour améliorer et développer ses outils. Vingt et une personnes seront recrutées de 1955 à 1958 qui seront toutes affectées aux travaux de comptabilité nationale.

  • 13 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

18Le SEEF passe des petites annonces d’offres d’emplois dans Le Monde13, mais il s’avère que c’est le bouche-à-oreille qui est le plus efficace grâce à la filière des polytechniciens et des normaliens du SEEF. Le service bénéficie d’un prestige certain auprès de ces scientifiques et de ces ingénieurs séduits parla novation intellectuelle et par la recherche. Ces nouveaux recrutés acceptent d’être financés par la Banque de France et ils savent qu’ils n’ont aucun débouché de carrière au sein du ministère des Finances. À ce propos, Louis-Pierre Blanc se souvient d’un épisode révélateur à la signature de son contrat :

  • 14 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je m’étais engagé en tant que contractuel à ne pas postuler à un poste de débouché au ministère des Finances »14.

19Le SEEF attire en 1955 un petit groupe de chercheurs de l’ISEA qui souffrent de relations difficiles avec François Perroux : Jacques Mayer, Henri Aujac, Éliane Mossé. C’est l’aide de la Banque de France qui permet de les rémunérer.

20Claude Gruson a également recours à l’INSEE pour bénéficier de spécialistes dont il a besoin pour les travaux de comptabilité nationale. L’INSEE met gratuitement à la disposition du SEEF afin d’aider à la réalisation de ces scomptes du passé quatre administrateurs dont un polytechnicien (Pierre Échard) et un normalien agrégé de mathématiques (Pierre Thionet).

  • 15 René Mercier dirige à partir de 1957 le Centre de Recherches Économiques Appliquées (CREA) ; Charle (...)

21À partir de 1955, grâce aux recrutements rendus possibles par l’aide de la Banque de France, un nouveau SEEF se met en place. La période du romantisme initial qui s’achève est symbolisée par le départ de trois pionniers : René Mercier, Charles Prou et Claude Alphandéry15.

22La nouvelle génération qui arrive à partir de 1955 grâce à l’aide de la Banque de France impose des transformations. La proportion des énarques diminue à partir de 1955, et un nouveau partage des tâches s’élabore avec le personnel issu des grandes écoles scientifiques. Les énarques sont affectés à la rédaction des notes et des rapports, et aux relations avec l’extérieur. Ils servent notamment de médiateurs vis-à-vis de l’administration qu’ils connaissent bien (en particulier auprès de ceux de leur promotion qui travaillent au sein de toutes les directions du ministère des Finances), ils maîtrisent le style administratif des notes et savent se faire comprendre au sein de l’administration dite classique.

23De leur côté, les ingénieurs et les scientifiques sont chargés de l’élaboration et du perfectionnement des outils. La spécialisation de ce personnel de scientifiques et d’ingénieurs s’accroît nettement à partir de 1955, notamment en raison de l’élaboration du TEI. Jean Sérisé qui dit s’être inquiété à l’époque de ce gonflement des effectifs car il désirait que le SEEF restât un service léger et performant, se souvient non sans humour des rendez-vous de recrutement dont il avait la charge avec Louis-Pierre Blanc :

  • 16 Jean Sérisé, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

« Quand je recevais un jeune polytechnicien qui allait entrer chez nous, je lui disais : voilà au début, on va vous confier une grosse responsabilité, on va vous donner le zinc, dans trois ans si vous réussissez bien, on vous donnera les métaux non ferreux et trois ans plus tard, vous aurez peut-être la métallurgie »16.

  • 17 Ces informations ont été obtenues en s’appuyant sur :
    Les bottins administratifs, annuaires du minis (...)

24Ce second SEEF qui se structure à partir de 1955 présente trois caractéristiques essentielles qui posent des problèmes d’organisation. Le gros du bataillon en nombre et en qualité n’est pas issu du ministère des Finances. Le SEEF concentre un taux impressionnant de « grosses têtes », sans doute le plus important du ministère des Finances. Le service est très lourd avec quarante-quatre chercheurs et administrateurs civils, et cinquante-quatre personnes d’exécution des catégories C et D qui servent de petites mains à une époque sans informatique17.

B. Les problèmes d’organisation

  • 18 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 6 p., p. 1.

25Tout ceci provoque une première crise de croissance. Une note de Claude Gruson dresse un bilan des problèmes d’organisation qui se posent à l’époque au SEEF : surpeuplement des bureaux et éparpillement géographique des personnes sans rapport avec leurs travaux, répartition imprécise des tâches, manque de coordination des travaux, échéances difficiles à tenir, réunions trop nombreuses et mauvaise circulation de l’information18. Avec un point commun : le désordre des recherches individuelles mal coordonnées. Les cadres prennent conscience qu’ils doivent définir une organisation atypique au sein de l’administration dont il n’existe pas de modèle et dont l’objectif primordial doit être de préserver et de favoriser l’esprit de recherche.

26De nombreuses notes organisationnelles sont rédigées à partir de 1956. Au SAEF, des dossiers entiers sont consacrés à l’organisation qui devient une préoccupation majeure des responsables à partir de 1956 et jusqu’en 1968. Les grands thèmes prédominants, récurrents et spécifiques au SEEF puis à la direction de la Prévision sont développés dès 1956 : respect des délais, fonctionnement de la chaîne de travail, circulation de l’information, rentabilité des recherches.

27Première préoccupation dont il est question dans toutes les notes qui ont trait à l’organisation du SEEF : tenir ses échéances. En effet, les tâches se diversifiant, les échéances sont nécessairement plus nombreuses. Elles doivent être respectées par le SEEF afin de prouver sa crédibilité, son intégration dans les travaux du ministère et ainsi faire la preuve de l’utilité de ses outils et conquérir sa légitimité administrative.

  • 19 SAEF, en cours de classement « Ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p., p. 18.

28Mais tenir ses échéances n’est pas facile pour le SEEF en raison de la nature même de ses travaux. Sa particularité est de former pour chaque type de travaux qu’il effectue une chaîne de travail, un ensemble d’ateliers interdépendants mais très difficiles à coordonner. Le document remis aux nouveaux arrivants souligne ce problème dans une rubrique particulière : « Tenez vos échéances : Vous ne comprendrez pas tout de suite que nous formons une chaîne de travail ; pourtant il en est bien ainsi et nos comptes prennent forme dans un long cheminement, d’atelier en atelier. Si l’on vous a admis à participer à cette tâche collective, mettez votre honneur à accomplir en temps voulu la part qui vous a été confiée »19. Ces méthodes de travail sont particulières au SEEF et elles sont atypiques dans le milieu administratif classique cloisonné et hiérarchisé.

  • 20 SAEF, B 51 984, « Organisation du SEEF », Claude Gruson, 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.
  • 21 Voir Pierre Le Masson et Benoît Weil, « Nature de l’innovation et pilotage de la recherche industri (...)

29La nature du travail mais également le gonflement des effectifs et sa composition posent des problèmes de cohésion. Le SEEF concentre un nombre important d’experts aux profils et aux compétences très différents qu’il faut souder autour d’un projet commun. Ces chercheurs doivent produire et être rentables car le SEEF se définit comme « un service de recherche appliquée au sein de l’administration »20. C’est toute la difficulté : favoriser la recherche, l’innovation mais tenir ses échéances et avoir le souci de la rentabilité. Ce souci qui guide l’équipe dirigeante du SEEF dès son lancement (la comptabilité nationale devait déboucher sur des comptes prévisionnels destinés à guider la prise de décision de politique économique) s’avère difficile à faire partager parce que certains chercheurs pourtant réputés pour leurs grandes qualités intellectuelles sont du mal à être opérationnels. On retrouve ici des contradictions effectivement analogues à celles de la recherche industrielle dans les entreprises21.

  • 22 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, 21 mars 1994, Paris, Aude Ter (...)
  • 23 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 1.

30Les témoins chargés du recrutement s’accordent à dire en lisant les organigrammes de l’époque que certains recrutés étaient « des pannes » qui se sont montrés incapables de sortir de la théorie pour déboucher sur des notes de synthèse22. La note sur l’organisation du SEEF fait allusion à ce problème : « Ces résultats [de l’année précédente] n’ont été atteints qu’au prix d’efforts excessifs d’une partie du service, qu’un meilleur rendement d’ensemble aurait certainement évité »23. Il est également très délicat de faire accepter un encadrement à des chercheurs au tempérament souvent individualiste, et qui sont des spécialistes dans leur domaine. Jean Sérisé se souvient :

  • 24 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’est difficile de faire travailler des gens qui sont tous des vedettes. Expliquer à Thionet ou à Sentis, tous deux mathématiciens éminents, qu’il a à faire en huit jours une note sur un sujet peu attrayant mais utile à l’équipe, ce n’est pas commode »24.

C’est Louis-Pierre Blanc qui prend l’initiative de la réorganisation du service :

  • 25 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« J’étais l’homme qui faisait constamment des papiers pour faire le point des organigrammes […]. J’ai souffert du désordre. Avec Gruson, nous avons toujours eu des relations affectueuses et tendues parce que moi, j’étais porté vers l’ordre et lui vers l’imagination »25.

Ce témoignage est confirmé par Claude Gruson :

  • 26 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF. Jean Sérisé confirme ces propos, 28 mars (...)

« L’homme qui avait l’esprit d’organisation, c’est Blanc. Et il me trouvait désespérément “in organisateur”. Et c’est vrai que je n’avais pas le goût des organigrammes. C’est lui qui souffrait beaucoup de cette absence d’organisation et qui l’a vraiment conçue »26.

31Si les notes de réorganisation sont signées de Claude Gruson, elles sont en réalité conçues et rédigées par Louis-Pierre Blanc.

  • 27 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.

32D’emblée, Louis-Pierre Blanc se place en rupture avec les routines administratives classiques. Il affirme en introduction à sa note d’organisation qu’il faut rejeter « la sclérose dans un cadre administratif trop formel »27. L’organisation innovatrice ne peut donc s’appuyer sur aucune forme de standardisation pour coordonner ses activités. Elle doit éviter les pièges de la structure bureaucratique porteuse de routine incompatible avec l’esprit de recherche et qui se caractérise notamment par la division poussée du travail, la différenciation marquée entre les unités, les comportements formalisés et l’utilisation intensive des systèmes de contrôle.

  • 28 Ibid.

33Le modèle défini par Louis-Pierre Blanc émerge comme étant une solution à la première crise de croissance du SEEF. Il repose sur l’acquisition d’une connaissance approfondie des problèmes propres à l’organisation. Louis-Pierre Blanc n’entreprend pas une révolution organisationnelle, il sait qu’un changement inapproprié peut être fatal à la structure ; au contraire, il fait une analyse de l’organisation, il définit son identité, il détermine les problèmes et il met ensuite au point une structure qui est le prolongement organisé de la structure précédente. Les principes qui sous-tendent la définition de l’organisation en 1956 ont été, selon les termes de Louis-Pierre Blanc, « après des tâtonnements, dégagés peu à peu de l’expérience »28. Là encore, les responsables du SEEF adoptent une stratégie émergente fondée sur l’apprentissage.

  • 29 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 2.
  • 30 Patrick Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, novembre-décembre 1989, nº  (...)
  • 31 SAEF B 51 984 « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.

34Louis-Pierre Blanc définit le travail en équipe axé sur la recherche comme étant l’identité fondatrice du SEEF ; cette identité devient le premier principe de la nouvelle organisation et elle est confirmée comme étant « la loi fondamentale »29. Le second principe est d’organiser le service pour qu’il soit opérationnel tout en évitant la sclérose dans une hiérarchie administrative qui risque de tuer l’esprit d’initiative et de recherche. Le SEEF doit rester souple et attirant pour recruter les meilleurs experts. L’objectif est de devenir un laboratoire de recherche performant. À l’instar de la recherche opérationnelle qui est née à la fin des années trente dans l’armée de l’air britannique en intégrant des chercheurs scientifiques civils à une équipe chargée du radar et qui s’est développée au cours de la guerre (durant laquelle elle s’est aussi épanouie dans l’armée américaine)30, le SEEF affirme dans ces notes que la réorganisation du service doit lui donner les moyens de devenir pleinement opérationnel31. Les productions de ses experts doivent s’intégrer dans la vie administrative pour en devenir partie prenante.

C. La définition d’une organisation atypique au sein de l’administration

35Un équilibre subtil doit être trouvé entre le désir de conserver une non-formalisation nécessaire à l’innovation et une formalisation indispensable au bon fonctionnement d’une organisation qui doit « produire ». Les défis à résoudre par le SEEF à l’époque sont : comment concilier les impératifs administratifs et la recherche ? comment coordonner la recherche ? comment obtenir des chercheurs un travail rentable et exploitable ?

  • 32 Les dossiers sur l’organisation sont nombreux : au SAEF B 51 984, B 51 992, B 51 986, B 51 989.

36La recherche en gestion et en sociologie des organisations s’avère très précieuse pour l’historien qui doit décrypter les très nombreuses notes que le SEEF rédige sur son organisation. Un aspect étonnant de notre enquête a été la découverte d’une production pléthorique de notes par les cadres du SEEF sur l’organisation de leur structure. C’est une préoccupation centrale, qui prend beaucoup de temps et qui fait couler beaucoup d’encre jusqu’à la fin de la période étudiée32.

  • 33 Voir Antoine Weexsteen, op. cit., et Denis Saint-Martin, « Énarchie contre “consultocratie” : les c (...)

37Cette quête d’un fonctionnement plus efficace se retrouve au même moment dans de nombreux services de l’État. Une minorité choisit d’avoir recours à des cabinets de conseil. La majorité fait comme le SEEF : elle opère par ses propres moyens33. Si de ce point de vue le SEEF se situe dans la norme, en revanche les structures auxquelles il aboutit sont fort différentes des autres initiatives de réforme. Comment interpréter ce particularisme organisationnel ?

38Il est évidemment délicat de transférer en histoire les théories, concepts, modèles et méthodes des sciences de l’organisation. L’historien doit se méfier de certains travers dangereusement réducteurs pour sa réflexion : le caractère classificateur et typologisant des recherches dans ces disciplines peut s’il n’est pas assorti d’une démarche explicative donner une vue statique et donc trompeuse des organisations ; la tentation de reprendre les propos des acteurs de l’organisation peut réduire le travail de l’historien à un simple enregistrement parce qu’ils peuvent correspondre au modèle (ce risque est réel pour l’histoire du SEEF en raison de la production pléthorique de notes « organisationnelles » de l’époque et des nombreux témoignages recueillis rétrospectivement sur le sujet) ; le volontarisme excessif de classification peut entraîner l’historien à des simplifications l’empêchant de percevoir les spécificités de l’organisation qu’il étudie.

39Cependant l’historien bénéficie d’un atout propre à sa discipline qui le préserve du risque de strabisme consistant à n’étudier une structure que de l’intérieur. L’historien se doit en effet de conceptualiser son sujet d’étude en prenant en compte trois aspects fondamentaux : les évolutions macro-sociales, les phénomènes interactifs et la chronologie qui participent largement à la vie d’une structure.

  • 34 Henry Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, op. cit., « L’adhocratie », chapitre 21, (...)

40Dans le cas précis de l’histoire du SEEF, l’approche typologique de Henry Mintzberg s’est révélée pertinente34. Tout d’abord, elle donne à l’historien un cadre des types de phénomènes à étudier qui facilite la lecture critique et l’exploitation des archives écrites et orales sur l’organisation du SEEF.

41En second lieu, la classification des formes d’organisation établie par ce professeur canadien de gestion favorise une observation comparée dans le temps ; elle permet d’observer les modifications inhérentes à l’évolution de la structure.

42En troisième lieu, Mintzberg repère parmi les organisations celles qui se donnent des structures permettant la production d’innovations sophistiquées. Il les appelle des adhocraties. Selon nous, le SEEF devient en 1956 une structure de type adhocratique favorisant par son organisation l’innovation et se plaçant délibérément en rupture avec la typologie bureaucratique propre à l’administration. Cette assertion posée pour l’année 1956, nous nous interrogerons ensuite sur les caractéristiques du SEEF dix ans plus tard pour savoir s’il est toujours une adhocratie porteuse d’innovation. Cette comparaison permettra de mesurer le chemin parcouru et de voir s’il y a eu un repositionnement.

1. Les caractéristiques adhocratiques du SEEF

43Les notes d’organisation du SEEF affirment d’emblée la volonté de se démarquer des procédures administratives courantes, en mettant en valeur sa différence qui se structure autour de quatre pôles : la spécialisation des tâches, la responsabilisation individuelle, la circulation de l’information et la coordination du service.

  • 35 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p. et B 51 (...)

44La spécialisation des tâches, qui apparaît à travers les organigrammes de 1956-1957 et qui est exposée en détail dans les notes de réorganisation de janvier 195735, se fonde sur une répartition du service en neuf équipes, quatre divisions et cinq sections. Les divisions correspondent aux tâches principales du service et au travail de synthèse : notes d’actualité sur les questions économiques (division de la Conjoncture), comptes provisoires et budgets économiques (division des Comptes et Budgets économiques), projections à moyen ou à long terme (division du Plan), études et recherches diverses (division des Études et Recherches). Les travaux synthétiques des divisions sont réalisés à partir des éléments chiffrés et des notes que fournissent les sections ; les sections correspondent aux grands secteurs de l’économie qu’elles sont chargées d’étudier et dont elles ont à élaborer les comptes : entreprises, ménages, administrations, extérieur, institutions financières.

45Les responsables du SEEF ont donc opté pour le croisement entre une spécialisation horizontale au niveau des divisions et une spécialisation verticale au niveau des sections ; ils ont choisi de nommer au sein de ces sections et de ces divisions un assortiment de cadres hiérarchiques et d’experts opérationnels. La spécialisation des tâches est fondée sur la formation des experts. Cette organisation croisée a été définie par Louis-Pierre Blanc pour assurer la fluidité au sein des équipes et entre celles-ci. Cette répartition du travail est considérée par Henry Mintzberg comme une caractéristique de l’adhocratie. Avec ce type d’organisation, les cadres de l’adhocratie sont incités à combiner leurs efforts, à joindre leurs forces au sein d’équipes multidisciplinaires créées chacune pour un projet ou une innovation spécifique. Cette décentralisation verticale et horizontale rend indispensable le travail fécond pour l’innovation qui est l’ajustement mutuel et la fluidité de l’information au sein même des équipes et également entre elles.

  • 36 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 1.

46Autre point mis en exergue, la responsabilisation qui est présentée dans les notes de réorganisation de janvier 1957 comme un impératif : Louis-Pierre Blanc en appelle à « la discipline individuelle »36. La difficulté est de gérer et de contrôler le travail d’un nombre croissant d’experts en les sensibilisant à leur rôle dans la performance globale du SEEF tout en leur faisant admettre qu’ils ne peuvent pas vu leur nombre important être directement responsables auprès du chef de service Claude Gruson. Louis-Pierre Blanc pour pallier le risque de désordre inhérent à la structure innovante présente comme un phénomène inéluctable la responsabilisation ; il propose la création d’un poste de « leader » placé à la tête de chaque équipe et directement responsable auprès de Claude Gruson. On notera le terme « leader » volontairement moderniste et anglo-saxon qui illustre la volonté de se démarquer de la hiérarchie administrative traditionnelle. Le choix de ces « leaders » peut sembler a priori délicat à imposer dans un service composé d’experts, et la note fait allusion à ce point sensible en déclarant :

  • 37 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.

« Il arrive nécessairement, pour des raisons numériques qui n’ont rien à voir avec les capacités individuelles, qu’un certain nombre de ces spécialistes ne puissent être placés à la tête d’une équipe »37.

47Si l’on en croit le témoignage de Louis-Pierre Blanc, le choix et la nomination de ces « leaders » n’ont pourtant pas provoqué de remous au sein du service :

  • 38 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Une personnalité s’imposait soit parce qu’elle était plus compétente en la matière, soit parce qu’elle avait plus de disponibilité dans le travail […]. Comme on n’était pas dans une structure figée administrative, il n’y avait pas d’histoire d’ancienneté, et donc il y avait une logique qui atout emporté »38.

  • 39 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.

48La définition de la tâche qui incombe à ces responsables d’équipe est édifiante : ils doivent faire fonctionner leur équipe et faire respecter le programme de travail mis au point en commun au sein de l’équipe, ils doivent veiller à la bonne circulation de l’information parmi ses membres car ils sont les garants de la cohésion39. Autant dire qu’il s’agit là d’une tâche délicate que bon nombre de chercheurs, plus intéressés par leurs travaux de recherche que par la gestion des tâches et du personnel, ne souhaitent pas forcément assumer. Et sur ce point, la lecture de Henry Mintzberg éclaire sur la réalité de la répartition du pouvoir qui au sein d’une adhocratie se mesure en fonction du degré d’expertise du chercheur. Les relations de travail sont fondées sur la compétence et non sur l’autorité. Cette difficulté à nommer au sein d’une adhocratie des responsables est soulignée par Henry Mintzberg. D’un côté, l’adhocratie doit recruter des experts et des professionnels dont les connaissances et les aptitudes ont été hautement développées dans leur période de formation, et il faut savoir leur donner du pouvoir. Mais, d’un autre côté, l’adhocratie ne peut pas s’appuyer sur les qualifications standardisées de ces experts pour assurer la coordination de ses activités sous peine d’aboutir à la standardisation et non à l’innovation. Au sein d’une adhocratie personne ne monopolise le pouvoir d’innover, et le vrai pouvoir ne réside pas dans le fait d’être responsable d’une équipe mais dans le fait d’être considéré comme un expert de premier plan dans son domaine. Ce point développé par Henry Mintzberg permet d’expliquer une des caractéristiques du SEEF : les témoins affichent fièrement l’idée que les notions de pouvoir et de hiérarchie étaient ressenties différemment que dans une administration classique. C’est sans doute un facteur explicatif du fait que l’institution de chefs d’équipe n’ait pas provoqué de remous.

49Au sein d’une adhocratie, et le SEEF nous semble en être un exemple, les experts deviennent des membres à part entière des groupes de projets où ils travaillent, ils sont investis d’une responsabilité spéciale de coordination. Leur influence vient plus de leur expertise et de leurs capacités de relations interpersonnelles que de leur position hiérarchique. Tout le monde dans l’organisation, par le biais de divers groupes de projets et de nombreuses réunions, a une chance d’influencer la stratégie qui est formée. Le comportement n’y est pas formalisé comme dans l’administration classique. L’adhocratie est donc l’organisation qui respecte le moins les principes classiques de gestion, et spécialement l’unité de commandement.

  • 40 SAEF, B 51 984, Jean Monange, « Note et fonctionnement des services généraux », 6 avril 1957, 7 p., (...)

50Troisième axe essentiel : la coordination. Ce mot revient dans toutes les notes et le SEEF est conscient dès le début des années cinquante que son bon fonctionnement dépend avant tout de la coordination. Il s’agit d’optimiser les deux spécificités du SEEF : la déconcentration des responsabilités et l’interdépendance des travaux. Un bureau de coordination est donc créé qui doit assurer la cohérence des travaux des neuf équipes du service en élaborant un programme de travail annuel qui est complété trimestriellement par un calendrier détaillé des charges pour chaque division et pour chaque section et par un compte rendu des travaux effectués au cours du trimestre précédent. Le bureau de coordination doit être saisi de tout lancement de nouveaux travaux pour donner son accord et pour établir le planning adéquat40. Il est chargé de l’évaluation des besoins humains et du recrutement. Le bureau de coordination dispose donc de pouvoirs importants : il centralise, il décide, il planifie et il contrôle. Louis-Pierre Blanc et Jean Sérisé sont les deux premiers coordonnateurs du SEEF et ils sont affectés à cette tâche en binôme et à plein temps. Ils ont été nommés à ce poste parce qu’ils disposent des quatre atouts indispensables pour mener à bien cette mission : l’ancienneté dans le service, la compétence technique, une bonne connaissance du personnel mais aussi du milieu administratif extérieur.

51Selon Henry Mintzberg, la coordination est le mécanisme principal, la clé de voûte et le point névralgique d’une structure de type adhocratique. Souvent le besoin de structurer les efforts des spécialistes suggère aussi le recours à la planification des actions. Une telle planification pose cependant un problème, selon Mintzberg, car même si les fins et les buts de l’organisation sont clairement définis, les moyens pour les atteindre ne le sont pas : ils doivent être développés au fur et à mesure, par essais et erreurs. Il ne peut donc y avoir qu’une planification de nature générale, qui définit les lignes directrices larges et flexibles à l’intérieur desquelles les constellations peuvent prendre leurs décisions spécifiques. La coordination est donc une tâche délicate, elle doit viser l’ajustement mutuel et adopter une planification forcément limitée des actions. Les coordonnateurs doivent faire preuve de talents en relations humaines, ils doivent persuader et non imposer afin de faire converger les travaux des experts individuels.

  • 41 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.
  • 42 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 4-5
  • 43 Ibid.

52La circulation de l’information est considérée comme un souci majeur par Louis-Pierre Blanc qui déplore plusieurs faiblesses : « Malgré les premiers efforts, la plupart des membres du service n’étaient pas au courant des travaux des équipes voisines. Des inconvénients en résultaient : absence d’une doctrine commune, formation théorique insuffisante, doubles emplois dans les liaisons »41. Pour les auteurs de ces notes, l’amélioration de la circulation de l’information passe par une meilleure qualité des réunions qui « devront être limitées au strict minimum »42, être soigneusement préparées avec un ordre du jour précis et être inscrites dans le calendrier du bureau de coordination. Des réunions périodiques sont également instaurées et formalisées : une réunion toutes les deux semaines rassemblant les chefs de file avec la direction, une réunion toutes les deux semaines interne à chaque division et à chaque section, une réunion mensuelle d’informations et de discussions pour l’ensemble du service43. Ces réunions formalisées ne doivent en aucun cas exclure la circulation flexible, informelle et interpersonnelle (bureau à bureau, camaraderies, repas…) de l’information indispensable pour favoriser un climat novateur.

  • 44 SAEF, B 51 984, Louis-Pierre Blanc, « Diffusion des documents préparés par le service », 18 février (...)
  • 45 SAEF, B 51 984, Louis-Pierre Blanc, « Liaisons extérieures assurées par le SEEF », 18 mars 1957, 9  (...)
  • 46 SAEF, B 51 984, Jean Monange, « Note sur le fonctionnement des services généraux », 6 avril 1957, 7 (...)

53Cette réorganisation, décidée et mise en place par Louis-Pierre Blanc aidé de Jean Sérisé, est assortie de notes ponctuelles régentant l’organisation du travail dans ses moindres détails. Ces notes concernent : la diffusion au sein du SEEF et à l’extérieur des documents préparés par le service44 ; la répartition nominative par membre du service des liaisons avec les organismes extérieurs45 ; le fonctionnement des services généraux du SEEF (personnel, matériel, documentation, traduction, calculs, graphiques, sténographie, photocopies)46 ; le rappel des règles et des usages administratifs concernant la rédaction des notes et du courrier. Autant de notes qui par leur nature pointilleuse prouvent d’une part à quel point le fonctionnement du service semblait désorganisé aux yeux de leurs auteurs et d’autre part la difficulté de gérer et de faire appliquer par des chercheurs une discipline. Elles peuvent être considérées comme des rappels à l’ordre dont on peut se demander s’ils ont été suivis d’effets.

54Le SEEF s’est donc doté d’une organisation originale imposée par la nature de ses travaux, mais aussi par son personnel composé de chercheurs réfractaires à une hiérarchie administrative formalisée. La lecture rétrospective de ces notes est étonnante car les principes fondamentaux définissant la réorganisation de 1956 correspondent à la typologie adhocratique établie par Henry Mintzbergune vingtaine d’années plus tard. Les responsables du SEEF sont bien des innovateurs qui, par tâtonnements et en s’adaptant aux conditions externes et internes, réussissent à définir une organisation qui doit favoriser la novation. L’organisation de 1956-1957 a été gérée habilement en préservant l’identité du service tout en cadrant son développement.

2. Le rôle de Claude Gruson

55Pour restituer le rôle de Claude Gruson, les témoignages oraux des membres du SEEF sont fort précieux. En effet les organigrammes et les notes officielles, se révèlent insuffisants pour décrire l’action des hommes.

56Les interviewés s’accordent à reconnaître à Claude Gruson le rôle du fédérateur qui sait rassembler ses troupes autour de son projet. Jacques Le Noane résume bien les propos de ses collègues :

  • 47 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

« Claude Gruson était un homme d’une qualité morale très au-dessus de la moyenne […]. J’ai suivi cet homme autant à cause de ses qualités morales que de ses qualités intellectuelles. C’est un homme extrêmement gentil par dessus le marché et attentif aux personnes, donc un patron qui avait une aura que je n’ai jamais vue chez d’autres par la suite. Cela a beaucoup joué dans la constitution de l’équipe. Il a joué un rôle tout à fait central et sans lui rien de tout cela ne se serait fait […]. L’un des miracles, c’est que l’on ait pu constituer une équipe pour réaliser un projet auquel seul finalement Gruson croyait vraiment »47.

57Claude Gruson est amené à garantir la cohésion de son service lorsque des dissensions apparaissent. Il se souvient d’un cas révélateur :

  • 48 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Il y avait des moments où ce qui comptait, c’était les problèmes de cohésion interne. Il y a eu des problèmes entre des gens qui étaient communistes et ceux qui ne l’étaient pas. Je me souviens d’un cas qui se place à l’automne 1956 : je me suis absenté cinq semaines pour faire un voyage aux États-Unis, et le service s’est dirigé à ce moment-là tout seul, plus ou moins bien. Il y a eu un clash entre Bénard qui était un bon communiste et Maillet qui était un homme de droite […]. Cela aurait pu faire un incident plus grave, mais au moment où je suis revenu, j’ai apaisé »48.

  • 49 Henry Mintzberg, Structure et dynamique, op. cit., p. 388.

58Ce rôle est très important, ainsi que le souligne Henry Mintzberg49 ; la structure de type adhocratique par sa fluidité et son absence de hiérarchie et de formalisme est porteuse de conflits. Claude Gruson a donc comme responsabilité d’aplanir ces conflits, voire de les canaliser à des fins productives. L’adhocratie exige des spécialistes qu’ils fassent passer les besoins du groupe avant leurs objectifs individuels.

59Autre tâche essentielle, la définition de la stratégie du SEEF. C’est Claude Gruson qui est le concepteur de la comptabilité nationale telle qu’elle a été réalisée au SEEF. Jacques Le Noane insiste sur ce point :

  • 50 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

« C’était le seul qui avait une idée de ce que pourrait être la comptabilité nationale, et de l’extrapolation de la comptabilité nationale sous forme de budgets économiques »50.

60C’est encore Claude Gruson qui définit la diversification des tâches du SEEF et qui favorise le rapprochement avec le Plan.

  • 51 Henry Mintzberg, Structure et dynamique, op. cit., p. 389.
  • 52 SAEF, B 34 091, « Compte rendu d’un exposé de Claude Gruson au CNPF le 19 décembre 1955 », 28 p.
  • 53 Archives privées Claude Gruson, envoi de courrier du 18 octobre 1955 : MM. Saulgeot, directeur de l (...)

61Mais Claude Gruson exerce aussi lui-même une autre activité essentielle pour un responsable de l’organisation innovatrice, tel que le décrit Henry Mintzberg : « Le rôle le plus important de la direction générale dans l’adho- cratie consiste peut-être à assurer la liaison avec l’environnement externe »51. Claude Gruson est en contact régulier et facile avec les inspecteurs des Finances de sa génération qui occupent à l’époque les postes stratégiques de l’État et les postes clés dans le secteur privé ; un réseau professionnel qui facilite l’intégration et qui assure la protection du SEEF. Il rédige lui-même les notes destinées au ministre des Finances. Il expose les travaux du SEEF en dehors du ministère des Finances, par exemple au Conseil National du Patronat Français (CNPF)52, et il est en relations régulières et étroites avec les directeurs d’administration centrale du ministère de l’Industrie qu’il connaît parce qu’il les rencontre au Plan et qu’ils sont pour beaucoup polytechniciens de sa génération : il leur envoie des notes confidentielles en leur faisant parvenir des budgets prévisionnels et en leur demandant des informations chiffrées53. Il voyage aux États-Unis en 1956, en URSS en 1958. Il participe souvent à des réunions de travail à l’OCDE et avec les représentants du FMI, et il participe également régulièrement et assidûment aux réunions du Plan de la commission du Financement.

  • 54 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris (...)

62En revanche, Claude Gruson ne se préoccupe pas des questions d’organisation. Ce n’est pas lui qui se charge de la gestion courante ni qui élabore l’organisation du service en 1956. Il ne s’occupe pas du recrutement hormis celui des inspecteurs des Finances. Sur ce point les témoignages concordent54 :

  • 55 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

« Gruson n’était pas un homme d’organisation »55.

  • 56 Jean Sérisé, cassette 15, Paris, 1990, CHEFF.

« Claude Gruson n’avait aucun esprit administratif, ni hiérarchique. D’ailleurs c’est à cause de cela qu’il a réussi. Nous le déchargions. Il ne s’occupait pas du tout de la gestion »56.

  • 57 Henry Mintzberg, Le Management…, op. cit., p. 298 et suivantes.
  • 58 SAEF, « Voici ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p., p. 9.

63En cela aussi, Claude Gruson correspond bien au manager de l’adhocratie vu par Henry Mintzberg57. Il est d’ailleurs recommandé aux nouveaux arrivants en grosses lettres et en encadré dans la brochure de 1955 : « ÉVITEZ, PAR PRINCIPE, DE VOUS ADRESSER À M. GRUSON »58 !

64Claude Gruson en fédérant son équipe lorsque le besoin s’en fait sentir, en assurant les relations avec l’extérieur, en définissant une finalité aux travaux du SEEF sans stratégie délimitée et sans avoir recours à l’autorité, et en se déchargeant de sa gestion quotidienne, est donc bien le responsable d’une adhocratie.

3. Un service qui revendique son identité

65Ce qui frappe l’historien qui se penche sur l’histoire du SEEF, c’est le fort sentiment d’identité que revendiquent les témoins interviewés. Nous entendons par identité un système de croyances et de valeurs à propos de l’organisation auquel ses membres adhèrent ; ce sentiment d’identité constitue pour l’organisation un levier mobilisateur et unificateur, il lie l’individu à l’organisation en insufflant l’esprit de groupe, le sens d’une mission.

66Ce sentiment d’identité semble très fort chez les anciens du SEEF et on peut dégager à la lecture critique de leurs propos trois phases de développement de ce sentiment.

67Il prend racine dès l’origine de l’équipe du SEEF avec le rassemblement de ceux qui se considèrent comme des pionniers autour de Claude Gruson, portés par le sentiment d’accomplir une mission pour créer quelque chose de nouveau et de passionnant. Cette phase de fondement originel de l’identité du SEEF couvre les années 1948-1952 et elle se caractérise par l’aspect « laboratoire de recherche » auquel se référeront le SEEF puis la direction de la Prévision tout au long de la période étudiée. La deuxième phase s’appuie sur l’aventure politique du SEEF avec Pierre Mendès France. Le premier rapport de Simon Norade mars 1953 pour la commission des comptes de la Nation, les collaborations à L’Express et la participation à la présidence du Conseil de juin 1954 à février 1955 sont des temps forts de l’histoire du SEEF, ils constituent ses premiers faits d’armes ; ils alimentent la saga du SEEF. Ce soutien à Pierre Mendès France est justifié et présenté par les témoins du SEEF comme un combat au service d’une nouvelle politique économique moderne, rationnelle et courageuse. Cette alliance avec Pierre Mendès France et le SEEF prend vite les dimensions d’un mythe et renforce la cohésion du SEEF. Les réponses au questionnaire écrit envoyé aux cadres ayant travaillé au SEEF et à la direction de la Prévision de 1961 à 1967 sont éloquentes : à la question « Un homme politique a-t-il marqué vos années de formation ? » le tiers des réponses cite Pierre Mendès France. L’aventure mendésiste a bien laissé une trace qui perdure sur toute la période étudiée.

68La troisième phase est celle du renforcement du sentiment d’identité à l’occasion de la venue de nouveaux membres à partir de 1955. Le recrutement qui se réalise à partir de 1955 en s’appuyant en large partie sur la cooptation aurait pu provoquer une rupture. Ce n’est pas le cas. Les candidats ne sont pas sélectionnés uniquement en fonction de leur capacité à effectuer un travail donné mais aussi parce que leur système de valeurs est compatible avec l’identité du service. Ils sont jugés notamment en fonction de leur aptitude à adhérer au projet commun. Les nouveaux membres sont des volontaires, ils sont attirés par le SEEF, ils sont séduits. Ils savent qu’ils doivent travailler sans compter, sans esprit de carrière. Ils ont le sentiment d’appartenir à un service atypique au sein de l’administration dont les éléments jeunes et brillants constituent la marque de fabrique.

  • 59 SAEF, B 34 091, lettre manuscrite de Charles Prou et de Louis-Pierre Blanc, adressée à Claude Gruso (...)

69Un document écrit doit être cité car il est le seul à illustrer explicitement ce fort sentiment d’identité ; il s’agit d’une lettre de Louis-Pierre Blanc et de Charles Prou en mission pour quelques jours en Égypte afin d’établir les nomenclatures de la comptabilité égyptienne en janvier 195659. Cette lettre est adressée à Claude Gruson et elle s’achève par « Nous vous prions de saluer de notre part toute l’équipe des brillants planificateurs de l’immobilisme français ». Cette petite phrase dont on ne doit pas omettre de mentionner la pointe d’humour est pourtant bien éloquente sur le sentiment d’identité du service à l’époque : la conscience d’être brillant ; la finalité planificatrice des travaux qui est clairement assumée dans cette phrase ; le sentiment sans doute teinté de mendésisme d’être des réformistes, des modernistes luttant contre les inerties françaises.

70La source orale, quant à elle, doit être maniée avec prudence car même si elle est unique pour restituer ce qui appartient au domaine psychoaffectif, au vécu des hommes, elle comporte des limites qui lui sont propres, notamment la tendance rétrospective des témoins à aplanir les dissensions et à mettre en exergue les sentiments exaltants.

71Les propos lyriques et romantiques des témoins qui illustrent ce fort sentiment d’identité sont axés autour de trois thèmes récurrents : le désintérêt revendiqué pour les considérations carriéristes ; la lourdeur de la tâche effectuée ; l’esprit d’équipe.

72L’appartenance politique d’une grande partie des membres du SEEF est un autre point qui ne peut manquer d’être étudié même si les témoins restent discrets à ce sujet. Et pourtant les options politiques marquées d’une grande partie des membres du SEEF peuvent être considérées comme un facteur structurant au sein du service et même à l’extérieur.

a. Les valeurs revendiquées au SEEF

73Les témoins sont unanimes à proclamer leur sentiment de différence à l’égard de l’administration classique hiérarchisée, cloisonnée et formalisée. Le personnel du SEEF refuse la hiérarchie administrative et déclare ne pas être carriériste. Ainsi Jacques Le Noane :

  • 60 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

« Le service a pu se constituer dans un climat tel que les problèmes administratifs traditionnels qui auraient dû empêcher la constitution de cette équipe ne se sont pas manifestés. Par exemple, dans un service quelconque, il est extrêmement difficile d’intégrer quelqu’un qui est plus gradé que les gens qui s’y trouvent déjà, et cela a été accepté dans le service. Moi, qui étais parmi les tous premiers, j’ai vu passer devant moi des quantités de gens sans broncher. On a pu faire venir un nombre élevé de gens de l’extérieur et les faire travailler avec nous en harmonie […]. Cela était très lié à la confiance que l’on avait dans Gruson, au fait que la noblesse de la tâche nous semblait suffisante pour ne pas s’attarder à ces sordides détails matériels de carrière »60.

74Ce témoignage est confirmé par celui de Jean Sérisé :

  • 61 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

« Nous nous moquions complètement des affaires de carrière, c’était quelque chose à quoi nous ne pensions pas. Les huit dixièmes d’entre nous étaient étrangers au ministère des Finances, et ils savaient très bien qu’ils ne feraient vraisemblablement pas leur carrière au ministère des Finances. Ils étaient payés je ne sais trop comment. Ceux qui appartenaient à l’administration des Finances savaient qu’ils s’étaient lancés dans une aventure qui normalement devait les exclure d’une carrière normale au ministère des Finances »61.

75On peut noter le lyrisme à afficher son désintérêt pour la réussite personnelle au profit de la cause supérieure de l’innovation. C’est un sentiment qui soude l’équipe tout au long des années cinquante mais il va s’éroder avec l’institutionnalisation progressive du SEEF qui devra affronter la montée progressive des revendications pour obtenir des hausses de rémunération et une meilleure intégration administrative.

76Le personnel est motivé par le sentiment de l’utilité de ses travaux pour moderniser la France. Jacques Le Noane se souvient :

  • 62 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

« L’amalgame s’est fait très bien avec des gens qui étaient de la même génération historique, c’est-à-dire des gens qui avaient connu la guerre, qui l’avaient vécue plus ou moins bien et qui étaient tous dans la même disposition d’esprit vis-à-vis du travail, c’est-à-dire que la France devait sortir de l’ornière dans laquelle elle s’était trouvée, et que pour cela il ne fallait pas compter sa peine »62.

  • 63 Voir François Fourquet, op. cit., les témoignages de Charles Prou, Louis-Pierre Blanc, et Jean Béna (...)

77Se présentant comme désintéressés et comme convaincus d’élaborer des outils indispensables à la modernisation du pays, ils se souviennent d’avoir beaucoup travaillé63 :

  • 64 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« On ne se doute pas de la somme de travail qui a été accomplie. On n’en a aucune idée, on n’avait ni samedi ni dimanche. Je travaillais tous les dimanches, je grattais les notes, je revoyais les épreuves »64.

78Ils donnent l’image d’acteurs soudés par la production de savoirs et alignés dans le même sens :

  • 65 Jean Aubry, cassette 6, Paris, 1990, CHEFF. Jean Aubry est né en 1920. Rédacteur au ministère des F (...)

« Les gens étaient très passionnés par ce qu’ils faisaient, ils étaient très proches de Gruson intellectuellement »65.

  • 66 Voir dans François Fourquet, op. cit., les témoignages de Jean Denizet, Jean Sérisé, Simon Nora, et (...)

79Autre point mis en avant, l’ambiance amicale malgré la diversité des profils et des origines66. Jean Sérisé et Jacques Mayer se souviennent :

  • 67 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

« On est tous copains finalement. C’est fantastique entre nous. On a l’impression d’être une petite cohorte, on vit entre nous. L’union chez nous est très forte »67.

  • 68 Jacques Mayer, cassette 1, Paris, 1989, CHEFF. Jacques Mayer est né en 1917. École Normale Supérieu (...)

« Cela marchait bien, nous étions des gens très différents quant à leur origine, leurs opinions politiques, leur formation avec des polytechniciens, des normaliens, des énarques, des anciens rédacteurs. Tout cela donnait un ensemble extrêmement amical »68.

80Autre particularité fondatrice du groupe SEEF, le sentiment d’appliquer des méthodes de travail non hiérarchisées et atypiques au sein de l’administration fondées sur le travail en équipe, l’apprentissage, l’exigence et la rigueur et sur des réunions de discussions collectives :

  • 69 Jean Sérisé, 21 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« L’ambiance de travail était dure, la critique très sévère. On travaillait en groupe. On se connaissait très vite. On voyait très vite si quelqu’un allait réussir ou pas. Et ceci était indépendant des titres obtenus précédemment. Une personne sur deux n’était pas rentable »69.

  • 70 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, Paris, CHEFF.

« Il y avait des discussions collectives très poussées. C’était très dur pour certains nouveaux, lorsqu’ils présentaient leurs travaux ou lorsqu’ils rédigeaient un texte parce qu’il ne restait pas grand-chose de ce qu’ils avaient fait. Par nature, l’élaboration des budgets économiques, est un travail en équipe parce que par la nature des travaux, tout se tient. Chacun apporte un élément, qui est remis en cause ou bien remet en cause. Mais on voit ainsi apparaître le budget économique. Cela, c’est très intéressant pour celui qui en fait partie, car il n’est pas isolé dans son coin »70.

81Le sentiment est fort d’être entré dans un réseau et de former une élite éclairée.

  • 71 Voir tableaux et organigrammes du SEEF en 1955 et 1959, infra, annexes 3 et 4.

82En 1959, à la fin de la période de Claude Gruson, le fondement constitutif de ce fort sentiment d’identité et de différence à l’égard du reste de l’administration tient à quatre caractéristiques principales : la jeunesse de ses cadres71 ; les origines extérieures à l’administration classique et au ministère des Finances puisque le gros du bataillon en nombre et en qualité n’est pas issu du ministère des Finances ; la concentration de grosses têtes avec notamment sept énarques dont deux inspecteurs des Finances, quatre polytechniciens, quatre normaliens, deux ingénieurs civils des Mines, deux ingénieurs civils des Ponts et Chaussées, quatre agrégés de mathématiques ou d’économie politique, deux diplômés de l’Institut d’Études Politiques de Paris (IEP) ; et la lourdeur du service avec cent quarante personnes qui s’explique par la présence de soixante-dix membres des catégories C et D qui servent de petites mains à une époque sans informatique. Mais il tient aussi à la prédominance d’une activité de création de connaissances orientée vers l’action.

b. La délicate question des appartenances politiques

  • 72 Pierre Millet, cassette 5, Paris, 1998, CHEFF. Pierre Millet est né en 1922. ENA, il entre à la dir (...)

83Une autre composante d’origine peut être considérée comme participant au sentiment d’identité du SEEF : le poids en nombre des hommes de gauche et particulièrement des communistes. Un point délicat sur lequel les témoins se déclarent réservés et réticents, citant au cours de leurs entretiens avec une décontraction affichée, voire un certain amusement rétrospectif, des noms lors des entretiens mais refusant de les voir écrits et publiés. Le jugement de Pierre Millet qui arrive au SEEF en 1955 est éclairant sur ce point ; il ne cache pas son étonnement devant les opinions politiques « à gauche, très à gauche »72 affichées par une grande majorité de l’équipe et avec une vigueur inconnue selon lui dans le reste de l’administration à l’époque.

  • 73 Nous développerons particulièrement ce point en nous appuyant sur l’analyse d’un questionnaire envo (...)

84Ce point reste aujourd’hui sensible pour deux raisons principales : les témoins du SEEF refusent de prêter le flanc aux critiques de leurs détracteurs de l’époque qui mettent en cause la fiabilité de leurs outils soupçonnés d’avoir été conçus sur une base de réflexion marxisante, et d’autre part, cette question de la « politisation » du SEEF est souvent présentée à l’extérieur comme le facteur expliquant en partie la difficulté à s’intégrer dans les rouages politico-administratifs73 et notamment à exercer une réelle influence sur le cabinet du ministre des Finances. Cette question délicate a certainement contribué à faire du SEEF un service considéré à l’extérieur comme différent.

85Il est en réalité malaisé de se rendre compte du poids en nombre et en influence intellectuelle des affiliations politiques au SEEF. Il est également très difficile de pouvoir déterminer qui est encarté, qui milite ou qui est simplement sympathisant. Et il faut bien distinguer trois échelons d’engagement politique : les gens qui ont des idées politiques, les gens qui jouent un jeu politique, les gens qui font des choix stratégiques en fonction de leurs opinions politiques.

86Cette attirance d’un personnel de sensibilité politique marquée à gauche et particulièrement au parti communiste au SEEF peut s’expliquer par le recrutement qui s’effectue grâce au bouche-à-oreille, donc par un fonctionnement en réseau, mais aussi par une dynamique proprement intellectuelle soulignée par Claude Gruson :

  • 74 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« L’idée d’une réflexion prenant forme quantitative sur la vie économique globale, c’était une idée de gauche, c’était une idée apparentée au marxisme […]. Pour Jean Bénard, communiste, l’idée que l’on pouvait aller vers une intelligence quantitative de l’évolution économique, c’était une idée de base »74.

87Quant à Louis-Pierre Blanc, il explique le nombre important de communistes au SEEF par la position du service :

  • 75 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Parce que les gens qui n’étaient pas marxisants faisaient carrière ! Et puis les marxisants se posaient des questions. Ils étaient tournés vers l’interventionnisme économique, vers un système globalisant »75.

  • 76 Claude Alphandéry raconte qu’au cours de l’été 1949, il s’est retrouvé le 15 août de garde à la dir (...)
  • 77 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

88Ces deux témoignages affirment que la réflexion quantitative et globale comporte des analogies avec la réflexion marxiste. On peut d’autre part remarquer que le détachement pour beaucoup de ces hommes de gauche à l’égard des questions de carrière est parfois imposé par les circonstances politico-administratives de l’époque, puisqu’il était de toute façon extrêmement difficile de faire carrière jusqu’à des postes élevés et décisionnels pour ceux qui affichaient leurs convictions communistes ; c’est la raison pour laquelle François Bloch-Lainé raconte s’être senti obligé de se défaire de Jacques Le Noane et de Claude Alphandéry76 qui revendiquent en pleine période de plan Marshall leur affiliation au parti communiste77. Le SEEF est donc un refuge pour les administratifs du ministère des Finances qui affichent leur appartenance au parti communiste car il est considéré comme un service d’études moins exposé aux critiques extérieures et moins impliqué dans le processus décisionnel. Le SEEF qui est à la recherche d’un personnel qualifié trouve on compte dans ces affectations. Et les travaux novateurs, quantitatifs et globalisants sont aussi attractifs pour les chercheurs extérieurs au ministère de sensibilité de gauche ou marxistes que pour les administratifs du ministère des Finances partageant les mêmes idées politiques.

89Sur la place des communistes au SEEF, Jean Sérisé expose son point de vue :

  • 78 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

« Quand ils travaillaient sur leur modèle ou leur compte, ils n’étaient pas marxistes. Ce n’était pas le même ordre de pensée. Leur problème était technique. Il était de savoir, par exemple, si dans la France qu’ils décrivaient, tel comportement de consommation ou d’épargne était stable ou non. Là où les conceptions pouvaient apparaître davantage, c’était quand il fallait interpréter les chiffres pour déboucher sur des conseils de politique économique. Mais les communistes restaient en retrait dans ces discussions. Qu’auraient-ils pu dire ? “Collectivisons les moyens de production” ? Ils voyaient bien que ce n’était pas le moment. Ils n’étaient pas fous. C’étaient des gens de très bon niveau, très pragmatiques dans leur travail ! »78.

  • 79 Jean Sérisé sera directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing de mai 1964 à janvier 1966.
  • 80 Nous retrouverons cette attitude restrictives chez d’autres témoins : Bertrand Balares que au cabin (...)

90À travers ce témoignage, Jean Sérisé défend les outils qu’il a contribué à lancer dont il nie rétrospectivement qu’ils aient subi l’influence marxiste et il suggère qu’il adopte en homme de cabinet d’un ministre de droite79 une attitude restrictive à l’égard de l’utilisation éventuelle de ces outils en distinguant bien la production de chiffres qu’il considère comme neutre et l’analyse qui l’accompagne80. On ne peut manquer de noter avec un certain amusement le portrait que fait Jean Sérisé de ces communistes du SEEF qui étaient « de très bon niveau », – sous-entendu –, à l’image du reste du service et qui donc par là même se gardaient bien d’émettre des hypothèses et des réflexions irréalistes pour l’époque.

91Néanmoins les chiffres sont incontestables et lorsque l’on regarde un organigramme de 1956, on est aussitôt frappé par la concentration de personnalités qui affichent clairement leur appartenance au parti communiste à la tête des équipes de chercheurs : Claude Alphandéry, communiste, est responsable de la division Conjoncture ; Jacques Mayer, communiste, est responsable de la division des Budgets économiques ; Jean Bénard, communiste, est responsable de la division du Plan ; André Nataf, communiste, est chargé de la section des Ménages, et Jacques Le Noane, communiste, est chargé de la division des Études (avec, il est vrai, René Froment qui n’est pas communiste). Il est donc indéniable que sur neuf équipes, cinq sont effectivement placées sous la responsabilité de personnes se déclarant ouvertement communistes.

  • 81 André Vanoli, Une histoire de la comptabilité nationale, Paris, La Découverte, 2002, p. 543.

92Tout en reconnaissant le poids en nombre des communistes au SEEF, la plupart des cadres veulent, chacun à leur manière, minimiser l’influence éventuelle de la théorie marxiste dans leurs travaux. Pour certains, la questionne mérite même pas que l’on s’y attarde. Par exemple, André Vanoli, ancien acteur (entré au SEEF en 1957) et auteur d’une histoire de la comptabilité nationale, soutient que les travaux du SEEF des années cinquante n’ont été en aucune façon influencés par la théorie marxiste dominante en Union soviétique81. D’autres au contraire, s’avancent sur le sujet. Jean Saint-Geours qui est nommé à la tête du service en 1962, relate sans ambages à propos de la place des communistes au SEEF :

  • 82 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF. De son côté, Claude Alphandéry dans son (...)

« Jacques Mayer a beaucoup contribué à l’établissement des premiers cadres de la comptabilité nationale. Il est vrai que certains cadres méthodologiques ou théoriques ont été influencés par des marxistes. Par exemple, au début, ceux-ci avaient tendance à considérer les services et la production des services avec moins d’attention que la production des biens matériels comme en Russie soviétique. Ainsi l’aspect production des services était mal traité »82.

  • 83 Voir François Fourquet, op. cit., p. 129.

93Quant aux propos de Louis-Pierre Blanc qui se souvient d’avoir été très tenté par le marxisme, ils sont particulièrement éclairants : « J’étais suffisamment nourri de tous les bons auteurs marxistes pour pouvoir discuter avec mes camarades communistes ; je connaissais le langage et j’adhérais à pas mal de concepts, par exemple l’importance des rapports de force sociaux »83. Ces propos induisent en effet que la culture et le raisonnement marxistes étaient appréhendés de manière courante et spontanée au SEEF. On est alors fondé à se demander si la théorie marxiste n’a pas constitué consciemment ou non une base conceptuelle intériorisée à ses travaux de comptabilité nationale.

  • 84 Claude Alphandéry quitte le PCF en 1955.
  • 85 « Après trois mois de recherches, nous ne pouvions de bonne foi que mettre en évidence la “paupéris (...)

94Évaluer rétrospectivement l’influence des communistes sur les travaux du SEEF est une entreprise d’autant plus délicate et périlleuse que les parcours individuels sont variés et non linéaires : Claude Alphandéry84, Jacques Le Noane et Jean Bénard quittent en 1955 le comité de rédaction de la revue du parti communiste Économie et Politique parce qu’ils refusent de se plier à la ligne dure imposée par Maurice Thorez qui souhaite des articles sur les grandes causes de la paupérisation absolue85 ; ce seront ensuite le rapport de Khrouchtchev et les évènements de Budapest qui provoqueront une désaffection progressive parmi les rangs communistes du SEEF. Ces expériences individuelles erratiques prouvent que les communistes du SEEF sont avant tout, et comme le reste de l’équipe, des francs-tireurs dotés d’une forte personnalité et d’un esprit critique développé. Ils ne doivent donc pas être considérés comme les chevaux de Troie de la ligne marxiste officielle au sein du ministère des Finances mais bien plutôt comme des électrons libres dont il ne faudrait pas surestimer l’influence directe sur les travaux.

95Dernier point à souligner, le service n’est pas communiste dans son ensemble et toutes les tendances politiques y sont présentes, bien que les membres du SEEF se situent dans leur majorité à gauche, ce qui constitue bien une spécificité du service par rapport au reste de l’administration de l’époque.

  • 86 François Perroux a su attirer à lui des personnalités d’origines et de convictions très diverses, d (...)
  • 87 André Marchall insiste sur le sentiment de crise de l’économie classique qui gagne à la Libération (...)
  • 88 Selon Claude Alphandéry, la plupart des communistes du SEEF de l’époque reprochent à Keynes d’être (...)
  • 89 Charles Bettelheim dans deux ouvrages La planification soviétique en 1945 puis Problèmes théoriques (...)

96Ce qui peut paraître rétrospectivement étonnant c’est l’agrégation réussie des communistes et des non communistes au sein du SEEF. Elle résulte de plusieurs facteurs : le rôle fédérateur de Claude Gruson qui en exerçant un magistère intellectuel tempère les tensions et les clivages politiques qui peuvent surgir au sein de son équipe ; la pratique répandue chez les cadres du SEEF et donc acceptée par tous de l’engagement politique, religieux ou syndical, qu’il soit par exemple chrétien (Gruson, Prou, Froment, Denizet), syndical (Sérisé) ou politique (les communistes mais aussi les mendésistes comme Nora) ; l’influence du PCF sur la vie politique et intellectuelle française au début des années cinquante. Les trajectoires individuelles antérieures au SEEF présentent des traits communs qui pèsent aussi de tout leur poids et constituent un ciment à l’équipe : nombreux sont ceux, communistes ou non qui partagent un passé de résistant, beaucoup ont gravité autour de François Perroux86 et ont au cours des réunions de l’ISEA noué des relations sur le mode interpersonnel, tous ont remis en cause à la Libération l’économie classique et sont à la recherche de nouveau modèles à élaborer87. Communistes et non communistes partagent une vision commune du monde qui constitue la doctrine du SEEF et qui repose sur : la nécessaire modernisation de la société et de l’État par l’État, la référence aux travaux de Keynes88, et à partir de 1953 l’adhésion à l’inflexion stratégique du service décidée par Gruson en faveur de la planification89.

III. La production des travaux et leur diffusion

A. Le Tableau des Échanges Interindustriels (TEI)

97Nous n’établirons pas un précis détaillé des travaux du SEEF qui n’entrerait pas dans le cadre de notre recherche telle que nous l’avons définie en introduction. Néanmoins nous nous proposons d’étudier l’histoire particulière du TEI ; les chercheurs du SEEF ont en effet voulu réaliser un tableau original, différent de celui de Leontief, mais ils ont finalement dû renoncer à leur projet initial et se rallier au tableau de Leontief. L’histoire du TEI mérite un traitement à part parce que l’élaboration de ce tableau par la lourdeur de ses travaux a marqué la vie du SEEF dans la seconde partie des années cinquante, mais également parce qu’elle comporte des éléments éclairants sur le processus de l’innovation au SEEF.

1. Un précédent peu connu : X‑Crise90

  • 90 Sur X-Crise, voir Michel Margairaz, « Les autodidactes et les experts : X-Crise, réseaux et par cou (...)
  • 91 Bernard Brunhes, Présentation de la comptabilité nationale française, Paris, Dunod, 1981, p. 1.

98Le grand précurseur dont se réclament les comptables nationaux91 est François Quesnay. Inspirateur de l’école des Physiocrates, il élabore en 1758 un tableau économique qui fournit une évaluation globale des richesses et qui tente d’analyser pour la première fois le circuit économique. Quelques années plus tard, Antoine-Laurent de Lavoisier fournit, avec De la richesse territoriale du royaume de France (1791), le premier compte de l’agriculture française.

99Il faut attendre X-Crise, réceptacle d’idées non conformistes des années trente pour que de tels travaux soient relancés. Créée en 1931, à l’initiative de deux polytechniciens, Gérard Bardet et André Loizillon, qui lancent un appel pour réagir à l’échec des politiques économiques à la crise et pour proposer des solutions alternatives, X-Crise compte 500 membres en 1933 et publie un bulletin mensuel qui paraît jusqu’en août 1939 (1 200 exemplaires en 1934 ; 2 500 en 1937). La lecture de ces bulletins qui rendent compte des réunions, des textes des conférences et des débats du groupe prouve qu’une ligne majoritaire se dégage qui souhaite rompre avec la pratique du libéralisme au profit d’une économie dirigée par des experts et des ingénieurs. Le souci d’une approche rationnelle et la nécessité de définir les moyens d’une nouvelle politique économique volontariste placent au cœur des réflexions la question des outils.

  • 92 Michel Armatte, art. cit., p. 120.

100C’est dans cette perspective que certains polytechniciens de X-Crise souhaitent réhabiliter et rénover l’utilisation des mathématiques pour soutenir les raisonnements économiques (ils déplorent la stagnation et le déclin des approches scientifiques amorcés depuis la fin du xixe siècle). Le débat s’ouvre sur la mathématisation de l’économie et suscite discussions et controverses au sein du groupe. Les Bulletins ouvrent leurs colonnes au courant d’économique rationnelle représenté par les frères Guillaume ; ces derniers exposent régulièrement leurs travaux qui débouchent sur un modèle complet puis, avec l’aide de Jean Ullmo sur les premiers travaux d’échanges interindustriels. « Ces nouvelles approches mettent en œuvre pour la première fois en économie cette catégorie si importante du modèle comme intermédiaire nécessaire entre théorie et données d’observation »92 et s’imposent à la nouvelle discipline de l’économétrie dont les travaux sont régulièrement exposés dans le Bulletin.

101Ces innovations sont indéniablement les précurseurs du TEI élaboré par le SEEF à partir de 1952. Il serait néanmoins tout à fait exagéré d’établir rétrospectivement une filiation directe. Les grandes figures qui, à partir de 1945, seront à l’initiative des outils permettant le pilotage de l’économie et une planification à la française comme la comptabilité nationale et les projections macro-économiques ne se réclament pas d’X-Crise ; Claude Gruson, notamment n’a pas adhéré au mouvement et estime ne pas avoir été influencé par ses travaux.

102Comme le rappelle Michel Margairaz, ce groupe doit être considéré avant tout comme un laboratoire d’idées, un pôle de diffusion, un lieu d’échanges.

  • 93 Michel Margairaz, art. cit., p. 181.

« Il faut donc admettre que bien des réflexions échangées à X-Crise étaient dans l’air du temps et que l’héritage a été recueilli par ceux qui n’étaient pas de la famille ! »93.

2. Le rejet du modèle américain

  • 94 Wassili Leontief, La structure de l’économie américaine 1919-1939, Paris, Librairie de Médicis, 195 (...)

103Wassili Leontief publie le premier TEI en 1941 dans son ouvrage qui est traduit bien plus tard sous le titre La structure de l’économie américaine 1919-193994. La construction de ce tableau repose sur une division de l’économie par branches ne produisant qu’un seul bien ou service. Ce tableau carré croise les branches de production homogène (en colonne verticale) et les produits de ces branches (en ligne horizontale). La lecture d’une ligne permet de lire à quelles branches un produit a été vendu, celle d’une colonne verticale permet de calculer les consommations intermédiaires nécessaires à la production. Le tableau complet des interrelations au sein du système productif permettait donc à l’auteur de calculer des coefficients techniques par branche et de déduire ainsi l’effet direct et indirect de toute variation de la demande sur la production de chaque bien. Ce tableau peut de ce fait constituer un instrument de fixation de la production en volume. En fixant des objectifs de production à quelques branches considérées comme prioritaires, on peut en effet déduire la production relative des autres branches sous réserve que le coefficient technique reste stable ou qu’on puisse prévoir son évolution.

  • 95 Voir les témoignages de Louis-Pierre Blanc et de Charles Prou in François Fourquet op. cit., p. 162

104Au début des années cinquante, c’est le modèle de Leontief qui est prédominant aux États-Unis. Louis-Pierre Blanc et Charles Prou qui s’y rendent en 1953 dans le cadre des missions de productivité pour trois semaines rencontrent les ingénieurs et les hauts fonctionnaires américains du Department of Labor qui viennent de sortir avec une équipe de cent cinquante personnes le premier grand TEI occidental s’inspirant du modèle de Leontief. Ce tableau devait permettre aux Américains de repérer et de gérer les goulots d’étranglement provoqués par la guerre de Corée95. Pourtant ce voyage n’altère en rien les objectifs que l’équipe du SEEF s’est défini quelques mois auparavant quant à l’élaboration d’un TEI à la française.

  • 96 Louis-Pierre Blanc, René Mercier, Charles Prou, « Principes d’établissement d’une comptabilité nati (...)

105Une fois encore, l’équipe du SEEF prouve sa volonté de se démarquer du modèle américain. Dans l’article collectif de référence « Principes d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un Tableau économique » de septembre 195296, le SEEF annonce le lancement de son TEI et affirme sa différence : les responsables du SEEF décident d’écarter le modèle de Leontief qui croise les branches et les produits car ils veulent raisonner en partant des entreprises qu’ils considèrent comme les unités de décision ; les chercheurs du SEEF optent donc pour un tableau croisant les secteurs, c’est-à-dire les groupes d’entreprises caractérisées par leur activité principale, et les produits. Ce tableau doit dans l’esprit de ses initiateurs permettre une prévision fine sur le comportement des entreprises.

  • 97 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 s (...)
  • 98 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le groupe de travail », 5 juillet 1954, 44 p., p. 21.
  • 99 François Fourquet op. cit., p. 162-163.

106Dans une note de juillet 195797, Claude Gruson rappelle les objectifs initiaux qui inspirent le lancement du TEI à la française : ce tableau doit être utilisé par les entreprises du privé comme du public et, à la différence du tableau de Leontief, il vise l’analyse des conditions d’évolution de la production à court et à moyen terme dont il étudie la compatibilité et l’insertion au sein de l’équilibre économique général. Ce tableau doit, selon les vœux que Claude Gruson a déjà exprimés lors du premier rapport qu’il a remis à la mission de juillet 1954, devenir l’outil privilégié de la planification en permettant de fixer aux entreprises des objectifs de production, des objectifs d’exportation et en permettant de calculer les prix à appliquer par secteur98. L’élaboration du TEI s’inscrit dans la stratégie grusonienne de rapprochement avec le Plan avec lequel il souhaite collaborer davantage et à qui il destine les outils du SEEF. Louis-Pierre Blanc et Charles Prou conservent clairement ce souvenir ; pour eux le lien était clair à l’époque pour les cadres du SEEF entre l’établissement d’un TEI et la planification99.

107À partir de 1953, toute l’équipe du SEEF est mobilisée (chaque cadre a la responsabilité de quatre ou cinq secteurs d’activités industrielles) sur cet objectif : sortir un TEI croisant non pas branches et produits mais secteurs et produits. Cette tentative aboutira à un tableau des achats et à un tableau des ventes des secteurs de production de l’année 1951 qui seront publiés en 1957. Cette aventure a reçu le nom « d’opération boucherie » et les chercheurs du SEEF en conservent un souvenir mitigé. Elle provoque en effet la première crise de l’équipe.

3. Un projet titanesque

  • 100 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux de service à long terme », 3 s (...)

108Ce projet ambitieux va se heurter à un problème crucial d’informations sur les entreprises. Les renseignements fournis par le ministère de l’Industrie et parle Plan s’avèrent insuffisants ou inexploitables100, et le personnel du SEEF en s’aidant des statistiques fiscales se lance dans une enquête titanesque auprès des organismes professionnels. Jean Sérisé qui a beaucoup travaillé sur l’élaboration du TEI se souvient :

  • 101 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le premier TEI est un coup de folie. C’est-à-dire qu’un statisticien digne de ce nom ne se serait jamais lancé à l’époque dans cette aventure compte tenu des informations dont on disposait […]. Nous avons dégagé plusieurs bureaux, rempli plusieurs armoires de toute la documentation existante, constitué des dossiers par secteurs (il y avait quatre-vingt-dix-neuf secteurs). J’ai centralisé toutes les statistiques venant des Impôts. Tout ce qui existait, je le faisais mettre dans les dossiers. Et puis nous nous sommes réparti la besogne entre sept ou huit. Et on s’est enseveli dans cette affaire. Je suis parti à Matignon. Quand je suis rentré, Mercier et Blanc m’ont dit qu’ils étaient inquiets de ce qui arrivait au TEI, et que l’on risquait de s’y embourber complètement »101.

Louis-Pierre Blanc déclare :

  • 102 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« On a failli sombrer en 1956 avec le TEI, on n’arrivait pas à déboucher, c’était une période pénible »102.

Claude Gruson insiste sur le découragement qui a alors gagné l’équipe :

  • 103 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Sérisé a été découragé […], je me souviens d’un jour où il est arrivé en me disant qu’il avait cessé d’être un fonctionnaire de choc »103.

  • 104 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 s (...)
  • 105 Ibid., p. 1.

109Une note de Claude Gruson104 classée « strictement confidentielle » révèle les doutes qui assaillent le service à l’occasion des travaux de réalisation d’un TEI à la française ; Claude Gruson y affirme que « les travaux actuellement engagés vont à une impasse »105, et explique que la méthode retenue d’un tableau mettant en évidence les productions liées dans un même secteur s’avère dans l’application très difficile. Cette note malgré les doutes qu’elle exprime ne remet pas en question les objectifs initiaux qui ont été fixés en 1952 pour élaborer un TEI à la française destiné à la planification, mais elle propose des solutions pour remédier au problème d’information.

  • 106 Ibid., p. 6.
  • 107 Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 septembre 1957, 22 (...)

110Claude Gruson estime en effet que ces informations qui sont pour l’essentiel fournies par les directions techniques des ministères et les commissions de modernisation du Plan sont lacunaires, « partielles » et « intuitives »106. Dans ces conditions le SEEF ne peut aboutir à des conclusions par produit et par secteur exploitables pour réaliser des projections par marché déterminé. Pour Claude Gruson, il faut obtenir des entreprises les informations indispensables à l’élaboration d’un TEI ; celles-ci portent notamment sur deux points : d’une part « l’évolution technique » qu’il définit comme l’introduction des innovations et l’amélioration de la productivité et d’autre part les mécanismes de prix107. On retrouve ici l’écho des grandes discussions lancées à l’époque par des personnalités extérieures au SEEF : Fourastié, Sauvy, Ardant… et des progrès de la recherche opérationnelle, ainsi que des négociations entre l’INSEE et le CNPF. Mais sans qu’on sache si le SEEF en a été partie prenante ou s’il s’agit d’une autocritique déguisée.

  • 108 Ibid. Claude Gruson cite les exemples récents de la Banque de l’Indochine et de la Banque de Paris (...)
  • 109 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 s (...)
  • 110 Ibid., p. 12.

111Pour obtenir ces informations, Claude Gruson préconise une batterie de mesures à conjuguer : la création d’organismes d’informations économiques auprès des établissements bancaires108, notamment les établissements de crédit qui sont détenteurs de précieux renseignements sur les entreprises109 ; un recensement industriel qui devrait être renouvelé tous les cinq ans110 ; l’élaboration d’un classement des entreprises en sous-secteurs tenant compte de leur comportement sur le plan technique et sur le plan financier en s’appuyant sur l’établissement d’un échantillon d’entreprises représentatif de chacun de ces secteurs et sous-secteurs. Un organisme de synthèse dépendant de l’État serait chargé d’effectuer des modèles économétriques à court et moyen terme en s’appuyant sur toutes les informations qui seront remontées ; ces modèles devraient mettre en évidence les interrelations entre l’évolution technique, le niveau de production par catégorie de produits, les comportements financiers et l’évolution des prix.

  • 111 Ibid., p. 16.

112Ce serait ensuite, selon Claude Gruson, « au Commissariat général du Plan qu’il appartiendrait, en faisant connaître ses objectifs, et les moyens qu’il se dispose à mettre en œuvre, de susciter une modification des anticipations spontanées des entreprises, jusqu’à obtenir une cohérence parfaite entre ces anticipations et les objectifs fixés »111.

  • 112 Ibid., p. 22.
  • 113 Claude Gruson écrit sa note en pleine crise de poujadisme ; depuis janvier 1957, cinquante-deux dép (...)

113Claude Gruson enfonce le clou : le TEI doit être l’outil d’un Plan fort. Comme dans le rapport de juillet 1954, il insiste sur la lourdeur des moyens à mettre en œuvre pour réaliser le TEI. Et les derniers mots de sa note sont : « l’ampleur du travail est telle qu’elle rend nécessaire une autorisation gouverne mentale préalable »112. Claude Gruson, sous le gouvernement de Maurice Bourgès-Maunoury, en appelle clairement au plus haut niveau de l’État mais comme en juillet 1954, ses ambitions se heurtent à la réalité politique et administrative de l’époque, ainsi qu’à la mentalité des chefs d’entreprises français113 de l’époque, certes s’ouvrant peu à peu à l’INSEE mais sans doute non disposés à collaborer à un projet étatique de cette envergure.

  • 114 « Le Tableau économique de l’année 1951 », Statistiques et Études financières, supplément série ble (...)
  • 115 Sur l’analyse à apporter sur le tableau de 1951, je me suis appuyée sur André Hamaide, Antoine Jant (...)

114Le Tableau de 1951114 qui est la première et dernière tentative de TEI à la française est achevé en 1955, il donne une description simple et directe de la réalité économique mais il provoque une certaine déception dans les rangs du SEEF. Il présente en effet un certain nombre de défauts dont nous ne citerons que les plus saillants115 : en décrivant les transactions et non les consommations et les productions, il ne rend pas bien compte des conditions techniques de la production (les coefficients techniques que l’on pouvait en tirer étaient encore plus éloignés d’une réalité physique que dans le TEI classique) ; n’ayant pu disposer de suffisamment d’informations, ces tableaux comportent de trop nombreux postes de « non-ventilés » (dont on ne connaît ni l’origine ni la destination) pour permettre l’élaboration des projections globales appuyées sur des perspectives détaillées par activités qu’avaient conçues initialement les chercheurs du SEEF ; par ailleurs, le concept de secteur retenu par les chercheurs du SEEF pose un problème de taille : que peut bien signifier le coefficient technique dans un secteur qui sort des produits hétérogènes ? En effet les coefficients techniques ne veulent pas dire grand-chose lorsqu’il y a plusieurs productions dans un même secteur.

115En voulant analyser dans le détail les entreprises, les chercheurs du SEEF ont donc perdu l’avantage principal que fournit le Tableau de Leontief, à savoir l’analyse technique de la production et le calcul de la productivité par branches, et en étant cruellement limités par les informations ils ne peuvent prétendre fournir un cadre sur lequel élaborer des projections détaillées et fiables.

  • 116 Ibid., p. 604.
  • 117 Ibid., p. 605.
  • 118 Statistiques et Études financières, 1960, série bleue, supplément nº 140-141, TEI de 1956, p. 1 499 (...)

116Les requêtes de Claude Gruson pour améliorer l’information disponible n’aboutissant pas, et les besoins pressants pour la préparation du 3e Plan conduisent le SEEF à changer de stratégie. Sous l’impulsion d’Henri Aujac et André Hamaide, le SEEF de façon cette fois pragmatique se rallie progressivement au tableau de Leontief par branches-produits. Les chercheurs du SEEF à partir de 1956 se lancent dans une nouvelle étape de l’histoire du TEI : ils taillent, amputent les secteurs de leurs productions secondaires pour les regrouper dans la branche correspondante et éliminent les postes non-ventilés116. André Hamaide se souvient : « Progressivement les nécessités opérationnelles prenant le pas sur la précision des résultats et au prix d’hypothèses parfois simplistes (la règle de trois fut selon André Hamaide très utilisée à l’époque) car on disposait de peu d’informations nouvelles, on transforma les secteurs en branches par transfert des productions secondaires et des achats correspondants, on fit disparaître les transactions intra-sectorielles et on élimina les rubriques “non-ventilés” dont l’existence compliquait singulièrement l’utilisation de l’instrument »117. On aboutit ainsi vers 1958-1959 à un TEI du type Leontief dont les principales caractéristiques se retrouvent dans le TEI de l’année 1956118, seul tableau publié depuis les tableaux d’achat-vente de 1951.

4. Les enseignements du TEI pour une réflexion sur l’innovation

117Cette aventure du TEI est riche d’enseignements. Comme lors du lancement de la comptabilité nationale et des comptes économiques prévisionnels, les cadres du SEEF se positionnent comme des chercheurs, des novateurs qui rejettent le modèle dominant en faisant table rase et en affichant des objectifs ambitieux non seulement quant à leur niveau intellectuel, mais surtout quant à la finalité envisagée du projet, à savoir une planification poussée de la vie économique, et quant aux nécessaires moyens avec une prétention à tout saisir, à tout enregistrer.

118Un tel projet comporte néanmoins des dangers qui pourraient s’avérer fatals au SEEF : danger d’une trop grande spécialisation et d’un alourdissement exagéré des effectifs avec le risque de le transformer en bureaucratie lourde et inopérationnelle ; risque de divergences entre les chercheurs qui doutent et ceux qui « s’accrochent » ; risque à terme d’une crise de confiance généralisée au sein de l’équipe et génératrice d’une anxiété non productive ; risque d’enlisement et de non-aboutissement des travaux ; risque d’isolement et de repli sur soi à cause de l’écrasement des tâches ; risque de décoller de la réalité et de négliger l’émergence de nouveaux besoins au sein de la sphère publique (le complexe politico-administratif et notamment le ministère des Finances, le Plan) et de fournir à terme un outil qui ne répond pas aux besoins de l’organisation à laquelle elle est destinée ; risque également d’être incompris et marginalisé par l’organisation qui n’adhère pas aux objectifs initiaux du projet.

119Tous ces risques, les cadres du SEEF semblent en avoir petit à petit pris conscience et une période de crise et de doutes débouche finalement sur la reconnaissance d’un fiasco et l’abandon des projets initiaux qui se révèlent irréalisables. Le SEEF fait la preuve en abandonnant ces projets pharaoniques de sa volonté de rester un service opérationnel et de la conscience qu’il a de trouver une adéquation entre ses recherches et l’environnement dont il dépend à la fois pour l’obtention des informations et à qui il destine ses recherches. Les cadres du SEEF ont abandonné la notion de secteur pour l’étude de la production, pour des raisons pratiques liées aux besoins de la projection et à la disponibilité d’informations dans des délais raisonnables. Ils ont fait l’amère expérience de l’importance de ce que l’on appelle aujourd’hui la phase amont des projets innovants :

  • 119 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 32.

« Le postulat implicite que les connaissances sont en abondance et qu’il suffit de les mobiliser avec pertinence montre ses limites quand on cherche non pas une innovation rapide mais une innovation originale »119.

120L’histoire du TEI apporte un ultime enseignement d’importance. Cet épisode révèle en effet le positionnement de Claude Gruson au sein du complexe politico-étatique, marqué par une relative marginalisation si l’on considère que les mesures qu’il préconise dans sa note de 1957 ne sont pas suivies. Claude Gruson ne réussit pas à convaincre ni à susciter le besoin et les mesures qu’il préconise paraissent peu réalisables dans l’environnement économique, politique et administratif de l’époque. Au fur et à mesure des années, il semble que plus les objectifs de Claude Gruson s’affirment et se précisent, moins il est suivi. Il s’engage de plus en plus clairement dans une position de planificateur avec la volonté d’entreprendre des réformes de structures lourdes destinées à bâtir un vaste système d’informations cohérent et centralisé au service d’une économie planifiée. L’abandon du TEI peut être considéré comme un échec pour Claude Gruson qui voulait en faire l’outil privilégié de la planification : ses propositions de réforme de structure qu’il préconise pour l’élaborer ne sont pas davantage prises en compte en 1957 qu’elles ne l’avaient été en juillet 1954. Cet épisode confirme l’échec de juillet 1954 et l’isolement progressif de Claude Gruson.

B. La diffusion des travaux

1. La revue Statistiques et Études financières

121Le SEEF gagne sa réputation scientifique et administrative et sa crédibilité en publiant ses travaux. Outre la publication annuelle des comptes économiques de la Nation et le rapport économique de la loi de Finances qui sont le résultat de ses travaux, le SEEF expose par le canal de la revue Statistiques et Études financières les méthodes qu’il a définies et qu’il utilise.

  • 120 « Méthodes d’établissement des comptes provisoires de la Nation et des budgets économiques », Stati (...)
  • 121 « Méthodes de Comptabilité nationale », Statistiques et Études financières, nº 85-86, janvier-févri (...)

122En 1953, le SEEF présente le modèle économique qu’il pratique pour élaborer les budgets économiques120. En 1955, paraît le volume des Méthodes de la Comptabilité nationale121, texte méthodologique qui en reprenant les Principes de 1952, expose dans le détail la série de nomenclatures définies parle SEEF. Il s’agit d’afficher sa transparence.

  • 122 « Tableau des Opérations Financières », Statistiques et Études financières, nº 69, septembre 1954.

123Autre grande avancée, notamment vis-à-vis du ministère des Finances que cela intéresse particulièrement, la publication en 1954 du premier TOF réalisé par Jean Denizet122. Ce tableau décidé par Claude Gruson est caractéristique de la comptabilité nationale française ; son but est d’analyser les flux entre les intermédiaires financiers qui conduisent de l’épargne à l’investissement.

  • 123 Statistiques et Études financières, 1960, série bleue, supplément nº 140-141, TEI de 1956, p. 1499- (...)

124En 1957 paraît le Tableau économique de l’année 1951 qui en 476 pages dont 250 de tableaux présente les comptes des entreprises par secteur, c’est-à-dire par groupe d’entreprises ayant la même activité principale. Ce système croisé secteur-produit, retenu par les comptables nationaux français, a demandé, on l’a vu plus haut, un travail considérable d’investigation et se heurte à l’insuffisance statistique. À partir de 1957, en raison de ces difficultés, le SEEF est contraint, on le sait, de se rallier au tableau de Leontief qui croise les branches avec les produits ; cette seconde version sera publiée en 1960123.

2. L’enseignement

125La reconnaissance de l’innovation intellectuelle du SEEF passe nécessairement par l’enseignement. C’est la formation des jeunes générations qui permettra à la novation d’être utilisée dans l’avenir par les décideurs et donc d’assurer ainsi sa pérennité. Les cadres du SEEF sont donc très conscients de la nécessité de familiariser les jeunes générations à leur novation intellectuelle.

  • 124 SAEF, B 28 220, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 30 juillet 1958, 7 p., p. 5.
  • 125 Archives privées Claude Gruson, « Groupe d’études de mathématiques sociales et de statistiques », 2 (...)
  • 126 Charles Prou, Méthodes de la comptabilité nationale française, Paris, Armand Colin, 1956.

126Gruson, qui déclare dans une note de présentation du SEEF destinée au ministre que « les études menées au SEEF l’amènent à servir de charnière entre l’Administration et l’Université »124, va s’investir personnellement en faveur de l’enseignement et de la recherche fondamentale en se faisant élire en 1957 directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) à la VIe section où il est chargé « d’un groupe d’études de mathématiques sociales et de statistiques » afin de « promouvoir un ensemble de recherches empiriques et théoriques sur l’application de certaines méthodes mathématiques et statistiques à l’étude des phénomènes sociaux et de contribuer à la diffusion de ces méthodes et à la formation de techniciens susceptibles de les appliquer dans le cadre d’organismes publics et d’entreprises privées »125. Charles Prou, quant à lui, dispense un cours en 1953 à l’Institut de Préparation Scientifique aux Études Économiques (IPSEE) de la Faculté de droit de Paris qui devient un livre trois ans plus tard126.

127La formation des futurs hauts fonctionnaires à la macroéconomie est une préoccupation constante des cadres du SEEF. Il s’agit d’expliquer aux futurs décideurs l’utilité des comptes nationaux pour la politique économique dont ils auront un jour la responsabilité ; dans cette perspective, conformément à une pratique traditionnelle au ministère des Finances, des cours sont dispensés à Sciences Po et à l’ENA, notamment grâce au soutien de François Bloch-Lainé. À l’ENA, Claude Gruson et Simon Nora donnent un cours en 1954-1955 intitulé Les comptes économiques de la Nation (300 pages), et en 1956 Élaboration et utilisation des comptes économiques (70 pages).

3. Les stages au SEEF

  • 127 Archives privées Claude Gruson, « Le SEEF », 14 février 1959, 20 p., p. 12.

128Autre moyen de diffusion efficace, les stages. En 1959, le SEEF a accueilli plus de trois cents stagiaires127. Ces stagiaires sont en majorité issus de l’administration des Finances, mais on compte aussi parmi eux des stagiaires étrangers boursiers des Nations unies. Tous sont considérés au SEEF comme un placement à long terme. Particulièrement choyés sont les jeunes inspecteurs des Finances :

  • 128 Valéry Giscard d’Estaing a fait un stage au SEEF en 1952.
  • 129 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« Étant donné que petit à petit on prenait de l’importance, plus peut-être dans le domaine des idées que dans les faits, l’Inspection des finances a pris l’habitude de nous envoyer tous les ans de jeunes inspecteurs qui n’étaient pas encore dans les directions, elle nous les envoyait en stage. On ne recevait pas toute la promotion, mais une bonne partie, la moitié. Ils restaient deux à trois mois. On ne leur faisait pas faire n’importe quoi, on leur donnait un sujet d’étude. Je me rappelle que pour Valéry Giscard d’Estaing128, on lui avait donné une étude sur le TOF. Pour nous, c’était un placement à long terme parce que certains de ceux-là, dix ans plus tard, occuperaient des fonctions importantes […]. C’était un investissement, et comme nous avions des difficultés de compréhension avec les gens du pouvoir, nous pensions que quelques années plus tard, eux nous comprendraient sans effort, et qu’il y aurait un dialogue »129.

129Il convient de noter que, en accueillant un aussi grand nombre de stagiaires, et en leur accordant autant de temps et en les associant à ses travaux, le SEEF fait preuve là encore de méthodes atypiques au sein de l’administration ; il prouve également son pragmatisme car ces stagiaires peuvent s’avérer utiles aux travaux auxquels ils sont invités à participer activement, et enfin le SEEF affine sa stratégie délibérée d’ouverture sur l’extérieur et sa volonté d’accroître son réseau futur d’alliés.

4. La création du Centre d’Études des Programmes Économiques (le CEPE)

130La stratégie du SEEF consiste également à former des futurs concepteurs et chercheurs qui essaimeront, poursuivront et approfondiront les méthodes du SEEF et à accroître leur nombre.

131Le SEEF a, en effet, du mal à recruter le personnel dont il a besoin : les énarques comme les ingénieurs des corps techniques n’ont pas de formation économique assez pointue pour être rentables rapidement dans un service d’études économiques ; l’école d’application de l’INSEE fournit un trop petit contingent, de surcroît destiné à l’INSEE, et son enseignement n’a pas encore connu la mue qui interviendra quelques années plus tard avec l’ENSAE ; les facultés de droit n’ont pas encore renouvelé leur corps professoral malgré la réforme de l’enseignement de la science économique de 1954.

  • 130 Charles Prou, « Note sommaire sur l’enseignement économique et les négociations à mener avec le dir (...)
  • 131 Ibid., p. 2. Un jugement sévère que partage rétrospectivement Richard Arena en rappelant la prédomi (...)

132Les responsables du SEEF, confrontés à cette difficulté, ne cessent de déplorer le niveau de l’enseignement de l’économie en France, qu’ils jugent très médiocre. Dans une note qu’il rédige sur ce point en novembre 1954, Charles Prou ne mâche pas ses mots : « Les facultés de droit se sont spécialisées dans un verbiage qui se voudrait didactique »130 et quelques lignes plus loin il n’hésite pas à déclarer qu’il souhaiterait voir aboutir des réformes permettant « d’éliminer du corps enseignant un certain nombre de personnages falots et de leur substituer progressivement des personnalités joignant à une solide culture théorique une expérience acquise dans l’action sous ses diverses formes »131.

  • 132 Ibid., p. 2.

133Cette note de Charles Prou prouve que dès 1954, le SEEF ne se contente pas de critiquer mais qu’il souhaite prendre des initiatives dans ce domaine. Dans un premier temps, il recommande « d’axer l’effort sur l’École d’application de l’INSEE, encore malléable »132 qui fournit huit à dix statisticiens par promotion. Il estime en effet que ce chiffre est dérisoire par rapport aux besoins croissants en personnel qualifié, notamment au SEEF, et il préconise deux réformes : d’une part, élargir le recrutement de l’École en l’ouvrant aux énarques et d’autre part, améliorer son enseignement avec deux mesures drastiques.

  • 133 Ibid., p. 4.

« Il suffira d’éliminer radicalement tout le personnel enseignant directement issu des facultés de droit ou des sciences politiques et ne maintenir qu’un corps enseignant de statisticiens d’excellente qualité, doublé par un corps de très bons techniciens de la comptabilité, de la banque, de la trésorerie publique »133.

134Cette note exprime les besoins du SEEF à l’époque qui parce qu’il se donne une finalité opérationnelle, cherche à créer un enseignement de praticiens destinés à former des jeunes générations d’économistes branchés sur l’action, des « professionnels » et non pas des théoriciens ou des chercheurs. Charles Prou est très explicite :

  • 134 Ibid., p. 4. On peut voir dans la dernière phrase une allusion, non seulement à François Perroux ma (...)

« Au lieu de construire des théories, on partirait des techniques bancaires, commerciales […], de l’établissement des nomenclatures, et on montrerait comment surgissent les problèmes théoriques. On négligerait systématiquement ce qu’ont dit M. X, Y, et Z, célèbres économistes sur la question, et on demanderait comment les choses se passent »134.

  • 135 Charles Prou, « La petite histoire du CEPE, hier », CHEFF, dossier CEPE, CEPE Informations, nº 1, m (...)
  • 136 Alain Desrosières, « De l’École de l’INSEE à l’ENSAE et l’ENSAI : 1942-1994- Éléments d’histoire d’ (...)

135Des négociations s’engagent avec l’INSEE qui risque d’être agacé par l’impérialisme dont fait preuve le SEEF en voulant réformer son École d’application. Charles Prou qui propose d’enseigner « une économie “opérationnelle” à des ingénieurs »135 afin de former des économistes professionnels s’oppose à Francis-Louis Closon qui souhaite que l’École d’application de l’INSEE forme avant tout des statisticiens136. Ce premier projet n’aboutit pas.

  • 137 Charles Prou, « Note sommaire sur l’enseignement statistique et les négociations à mener avec le di (...)

136Charles Prou ne s’avoue pas vaincu à l’issue du rejet par l’INSEE de son projet et décide de prendre en main la définition du futur CEPE. Sa biographie le rend pleinement légitime en la matière. Né en 1919 dans une famille d’ingénieurs, il achève des études de droit et de philosophie à l’université d’Aix, puis il entre comme rédacteur au ministère des Finances en 1945 au BSEF et il rejoint Claude Gruson dès son arrivée à la direction du Trésor en 1948. Quelques années plus tard, en 1954 Charles Prou se présente avec succès à l’agrégation d’économie politique. C’est lui qui prend l’initiative de créer un centre de formation économique ad hoc, destiné à répondre dans un premier temps aux besoins urgents de recrutement du SEEF à la recherche d’ingénieurs économistes, mais également aux besoins en économistes qu’il pressent comme croissants au sein des organismes internationaux et des entreprises137. Pour pallier les carences des universités, on a donc recours à une solution éprouvée en France depuis le xvie siècle : créer une institution marginale financée sur fonds publics échappant aux cadres traditionnels de l’enseignement supérieur.

  • 138 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 98-99.

137Le SEEF fait la preuve de sa capacité à avancer sur le mode de l’innovation répétée, en construisant une véritable lignée d’innovations138. Le rejet de l’enseignement classique et sa volonté de former des praticiens ne sont pas la seule originalité de Charles Prou ; l’autre aspect fort de son projet tient dans sa volonté de rapprocher les deux courants de la pensée économique qui ont émergé en France depuis 1945 : la macroéconomie développée autour de Claude Gruson avec la comptabilité nationale et la microéconomie développée autour de Maurice Allais qui a abouti à EDF à la théorie du coût marginal (Marcel Boiteux) qui oriente une nouvelle et décisive approche des décisions d’investissement et de tarification des entreprises.

  • 139 Charles Prou, art. cit., p. 2. Sur le rôle favorable à l’innovation de Gaston Berger, voir Marie Ch (...)
  • 140 Edmond Malinvaud, né le 25 avril 1923. Polytechnicien, administrateur de l’INSEE 1948. 1950-1951 : (...)
  • 141 Charles Prou, « Rétrospective », CHEFF, dossier CEPE, 27 mai 1977, 9 p., p. 2.
  • 142 Ibid., p. 4.
  • 143 Les économistes du SEEF passés par le CEPE sont nombreux : en 1977, ils sont 41 à avoir suivi la fo (...)

138Charles Prou rappelle à l’occasion des 25 ans du CEPE ce point important : « Il fallait visiblement juxtaposer ce que l’on savait par Maurice Allais, principalement, en microéconomie et en calcul économique, et ce que l’on commençait à savoir en matière de macroéconomie : les premières vulgarisations du modèle keynésien, un peu de croissance, un peu de cycle »139. Cette analyse l’amène à demander à Edmond Malinvaud140 de codiriger le futur CEPE : « Edmond Malinvaud qui était alors le seul économiste français à pouvoir faire le “pont” entre l’enseignement que dispensait Maurice Allais (à l’École des Mines de Paris et à l’École de Statistiques) et les préoccupations apparemment très éloignées des jeunes comptables nationaux de Claude Gruson accepta d’organiser l’enseignement projeté »141. Les futurs économistes du SEEF seront donc formés à la fois à la microéconomie et à la macroéconomie142, un enseignement dont les retombées seront directes quelques années plus tard avec le développement de la microéconomie et de la RCB à la direction de la Prévision143.

  • 144 Ibid., p. 2.
  • 145 Edmond Malinvaud, cassette 2, Paris, 1989, CHEFF : « Closon était tout à fait partisan que je m’y i (...)
  • 146 François Bloch-Lainé, 27 octobre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 147 Charles Prou, dans une lettre adressée à François Bloch-Lainé, (13 juillet 1961, dossier CEPE, CHEF (...)

139Charles Prou, qui a obtenu l’accord d’Edmond Malinvaud pour faire le lien entre la microéconomie et la macroéconomie, mais également entre le SEEF et l’INSEE, est conscient qu’une innovation ne peut voir le jour dans un environnement hostile. Il construit donc un réseau d’alliés à qui il demande de parrainer le futur CEPE. Charles Prou associe ainsi à son projet Gaston Berger, directeur général de l’Enseignement supérieur, qui aurait pu voir d’un mauvais œil l’éclosion du CEPE en dehors de l’Université, et Francis-Louis Closon qui « pouvait craindre un essai des “Finances” pour prendre de court l’École de Statistique »144. Francis-Louis Closon accepte de parrainer le CEPE, rassuré par le rôle que Edmond Malinvaud s’est engagé à jouer dans le lancement du centre145. Charles Prou obtient également le soutien de René Verny, directeur du Personnel du ministère des Finances, qui accepte de prêter des locaux et de mettre à la disposition du centre des facilités pour constituer son secrétariat. François Bloch-Lainé, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, soucieux du développement des études économiques146 et songeant à l’époque à créer des services d’études économiques (la SEDES et le BIPE), prend également une part active au lancement du CEPE en acceptant d’assurer une grande partie de son financement147.

140Quant à Claude Gruson, il se souvient au cours de ses entretiens biographiques avoir été réservé devant ce projet :

  • 148 Claude Gruson, cassette 13, Paris, 1989, CHEFF.

« Dans cette affaire-là je m’étais laissé traîner, c’étaient mes collaborateurs qui avaient insisté pour que l’on fasse cela »148.

  • 149 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Ce n’est pas moi qui ai eu l’idée du CEPE, parce que, au contraire, j’ai mis un certain temps à me rallier »149.

  • 150 Voir dans François Fourquet, op. cit., le témoignage de Charles Prou, p. 254 : « Gruson était irrit (...)

141Une attitude que Claude Gruson ne justifie pas au cours de ses entretiens mais que l’on peut attribuer à une méfiance du macro-économiste aux conceptions planificatrices vis-à-vis du courant microéconomiste150. On peut également noter à propos du retournement de Claude Gruson que la structure adhocratique du SEEF permet à ses collaborateurs de prendre des initiatives et de les mener à leur terme : Claude Gruson, comme avec Simon Nora pour l’action politique, avec Louis-Pierre Blanc pour la définition de l’organisation du SEEF, fait preuve avec Charles Prou et le lancement du CEPE d’une souplesse dont le SEEF saura à terme tirer parti.

  • 151 CHEFF, dossier CEPE, « Décision ministérielle du 14 février 1957 », 2 p.
  • 152 CHEFF, dossier CEPE, Charles Prou, « Rétrospective », 27 mai 1977, 9 p., p. 2.

142Une décision ministérielle aboutit le 14 février 1957 à la création du Centre d’Études des Programmes Économiques (CEPE)151. Il est stipulé que le CEPE s’adresse aux ingénieurs auxquels il assure en une année une formation économique minimum. Ces ingénieurs sont rémunérés par leur employeur qui les libère de toute obligation pendant le temps de la formation. En réalité, en 1958 Charles Prou constate dans son bilan de première année que le CEPE a finalement recruté en grande majorité des étudiants en fin de cycle et non pas, comme il était prévu initialement, des ingénieurs en fonction. La première promotion, composée de dix élèves, entame sa scolarité le 12 novembre 1957 au 6e étage de la rue Saint-Honoré. Sur ces dix élèves quatre ont été sélectionnés par le SEEF (Charles Achach, Francis Bessière, Léonidas Stavridis et Geneviève Vibert), les autres ont été recrutés par petite annonce dans Le Monde152. Dès la seconde année, à la demande de François Bloch-Lainé, le centre s’ouvre à des jeunes gens de formation littéraire issus de Sciences Po et la promotion 1958-1959 compte vingt-deux élèves. Par la suite, les effectifs fluctueront entre vingt et quarante élèves.

  • 153 Edmond Malinvaud, « Charles Prou, père du CEPE », Programmes économiques, Bulletin d’association de (...)

143Charles Prou et Edmond Malinvaud définissent un enseignement et une pédagogie centrés sur l’application des techniques économiques ayant pour objectif la formation d’économistes professionnels et opérationnels, n’appliquant pas des méthodes et des recettes toutes faites mais à même de « considérer l’aval et apprendre à juger de la pertinence de telle démarche pour la solution de tel problème »153. Conçu dans la perspective d’une école d’application, l’enseignement du CEPE donne une place privilégiée aux méthodes et aux instruments effectivement appliqués en France voire à l’étranger avec le souci d’extraire la théorie contenue dans la pratique du calcul économique.

  • 154 Première brochure du CEPE, 1957.

144L’originalité tient également aux méthodes : les praticiens sont préférés aux universitaires pour l’enseignement. Les professeurs sont Marcel Boiteux pour la microéconomie et le calcul économique, André Nataf pour la théorie des choix, Edmond Malinvaud pour les modèles macro-économiques, et Armand Guilbaud pour la technique de recherche opérationnelle. La majorité des professeurs de la première année est issue du SEEF : Mercier, Blanc, Nataf, Mayer, Bénard, Prou. Les cours ne sont pas formalisés et doivent susciter un travail collectif et « des débats sur un ensemble de questions importantes »154. Les élèves devant prendre une part active à leur scolarité, il est demandé à chaque promotion à l’issue du cycle de formation de formuler une critique du programme et des enseignants. Autre particularité du CEPE à ses débuts : voulant pratiquer une pédagogie d’adultes, il rejette le principe de toute sanction et ne dispense pas de diplôme.

  • 155 Charles Prou, « Note sur l’orientation du CEPE », CHEFF, dossier CEPE, 22 janvier 1958, 6 p., p. 3. (...)

145Ces méthodes ne sont pas sans rappeler celles pratiquées au SEEF : refus de la formalisation, discussions collectives, et principe de la critique constructive. Charles Prou manifeste dans ses notes de 1957-1958 sa volonté de préserver au CEPE un caractère libre, informel et expérimental ; il se défend avec ardeur contre la volonté d’institutionnalisation formulée par les « parrains » du CEPE à l’été 1958 et écrit : « La seule justification du CEPE réside dans sa position incertaine, dans l’absence de règles précises de recrutement des élèves, dans l’arbitraire possible quant aux choix des enseignants… tous avantages que ferait perdre une intégration bien définie dans la structure administrative »155. Ce refus de l’institutionnalisation favorise la souplesse inhérente à l’innovation en lui permettant de se développer à titre expérimental et de s’adapter à l’évolution rapide des techniques à enseigner.

  • 156 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 80.

146Le lancement du CEPE participe donc d’un processus de stabilisation des nouveaux concepts du SEEF, mais dans une perspective dynamique156. Il repose sur une stratégie d’alliance définie par Charles Prou qui associe à son projet les personnes susceptibles de s’y opposer (Gaston Berger et Francis-Louis Closon). Le CEPE est une novation qui, en rapprochant la macroéconomie de la microéconomie, élargit le champ de connaissances économiques potentielles de l’époque. Un dernier point mérite d’être souligné car il rappelle le fonctionnement du SEEF, le financement latéral par la Caisse des dépôts et consignations. Comme le SEEF, le CEPE se construit en marge des circuits administratifs traditionnels en sachant utiliser des moyens latéraux.

Notes

1 Claude Gruson, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

2 Maurice Lauré, né en 1917. Inspecteur des Finances, promotion 1945. Directeur-adjoint à la direction générale des Impôts, 1953-1955.

3 Gilbert Devaux, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1932. Directeur de la Comptabilité publique, 1949-1956.

4 Georges Plescoff, né en 1918. ENA, inspecteur des Finances, promotion 1947.

5 Archives privées Claude Gruson, dossier « Évolution du personnel du SEEF au cours des cinq dernières années 1955-1959 », 10 avril 1959.

6 SAEF, en cours de classement, « Ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p.

7 Ibid., p. 8.

8 Ibid., p. 7.

9 Nous rappelons que ce document est destiné aux nouveaux arrivants du SEEF.

10 Voir tableaux et organigrammes infra, annexes 3 et 4 ; ces documents montrent les conséquences de la réorganisation opérée à partir de 1956 et des recrutements « Banque de France » ; ils correspondent à la grande période du SEEF comme organisation adhocratique.

11 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p.

12 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

13 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

14 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

15 René Mercier dirige à partir de 1957 le Centre de Recherches Économiques Appliquées (CREA) ; Charles Prou est nommé en 1957 directeur du Centre d’Études des Programmes Économiques (CEPE) ; Claude Alphandéry est nommé en 1958 expert à l’ONU.

16 Jean Sérisé, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

17 Ces informations ont été obtenues en s’appuyant sur :
Les bottins administratifs, annuaires du ministère des Finances et fiches d’état-civil pour le personnel issu du ministère des Finances.
Les Who’s Who 1955, 1975, 1982 pour le personnel recruté à l’extérieur du ministère des Finances, et les commentaires croisés d’organigrammes réalisés auprès des deux personnes chargées du recrutement, Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF et Jean Sérisé, 21 mars 1994, Aude Terray, CHEFF.
Les Archives privées Gruson, « Emploi du personnel actuel du SEEF », 10 avril 1959, 1 p.

18 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 6 p., p. 1.

19 SAEF, en cours de classement « Ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p., p. 18.

20 SAEF, B 51 984, « Organisation du SEEF », Claude Gruson, 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.

21 Voir Pierre Le Masson et Benoît Weil, « Nature de l’innovation et pilotage de la recherche industrielle », Cahiers de recherche du Centre de gestion scientifique, décembre 1999, p. 1-83.

22 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, 21 mars 1994, Paris, Aude Terray ; Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

23 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 1.

24 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

25 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

26 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF. Jean Sérisé confirme ces propos, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

27 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.

28 Ibid.

29 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 2.

30 Patrick Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, novembre-décembre 1989, nº 6, p. 1 461-1 477. Et « Le changement par le calcul économique : le cas de Renault 1956-1980 », Revue française de Gestion, septembre-octobre 1998, p. 60-69.

31 SAEF B 51 984 « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 1.

32 Les dossiers sur l’organisation sont nombreux : au SAEF B 51 984, B 51 992, B 51 986, B 51 989.

33 Voir Antoine Weexsteen, op. cit., et Denis Saint-Martin, « Énarchie contre “consultocratie” : les consultants et la réforme administrative en France depuis les années 1980 », Entreprises et Histoire, nº 25, octobre 2000, p. 82-92.

34 Henry Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, op. cit., « L’adhocratie », chapitre 21, p. 375-405, et Le Management, voyage au centre des organisations, op. cit., « L’organisation innovatrice », chapitre 11, p. 285-317.

35 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p. et B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p.

36 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 1.

37 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.

38 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

39 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.

40 SAEF, B 51 984, Jean Monange, « Note et fonctionnement des services généraux », 6 avril 1957, 7 p., p. 6.

41 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Organisation du SEEF », 11 janvier 1957, 11 p., p. 3.

42 SAEF, B 51 984, Claude Gruson, « Note sur l’organisation du service », 4 janvier 1957, 6 p., p. 4-5.

43 Ibid.

44 SAEF, B 51 984, Louis-Pierre Blanc, « Diffusion des documents préparés par le service », 18 février 1957, 5 p.

45 SAEF, B 51 984, Louis-Pierre Blanc, « Liaisons extérieures assurées par le SEEF », 18 mars 1957, 9 p.

46 SAEF, B 51 984, Jean Monange, « Note sur le fonctionnement des services généraux », 6 avril 1957, 7 p.

47 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

48 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

49 Henry Mintzberg, Structure et dynamique, op. cit., p. 388.

50 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

51 Henry Mintzberg, Structure et dynamique, op. cit., p. 389.

52 SAEF, B 34 091, « Compte rendu d’un exposé de Claude Gruson au CNPF le 19 décembre 1955 », 28 p.

53 Archives privées Claude Gruson, envoi de courrier du 18 octobre 1955 : MM. Saulgeot, directeur de l’Électricité ; Blancard, directeur des Carburants ; Des rousseaux, directeur des Mines ; Noiret, directeur de cabinet du ministre de l’Industrie ; Échard, directeur des Industries chimiques ; Jean-Pierre Lévy, directeur des Industries textiles ; Denis, directeur de la Sidérurgie.

54 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 15, Paris, 1989, CHEFF.

55 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

56 Jean Sérisé, cassette 15, Paris, 1990, CHEFF.

57 Henry Mintzberg, Le Management…, op. cit., p. 298 et suivantes.

58 SAEF, « Voici ce que vous devez savoir sur le SEEF », janvier 1955, 32 p., p. 9.

59 SAEF, B 34 091, lettre manuscrite de Charles Prou et de Louis-Pierre Blanc, adressée à Claude Gruson, écrite au Caire le 7 janvier 1956, 7 p., p. 6. Voir annexe 9.

60 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

61 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

62 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

63 Voir François Fourquet, op. cit., les témoignages de Charles Prou, Louis-Pierre Blanc, et Jean Bénard, p. 123-124.

64 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

65 Jean Aubry, cassette 6, Paris, 1990, CHEFF. Jean Aubry est né en 1920. Rédacteur au ministère des Finances en 1943. Au SEEF de 1956 à 1965. Sur l’alignement et l’intéressement dans la recherche, voir Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 29.

66 Voir dans François Fourquet, op. cit., les témoignages de Jean Denizet, Jean Sérisé, Simon Nora, et René Mercier, p. 124 ; Jacques Mayer, Jean Bénard et Charles Prou p. 125 ; Jean Sérisé, Jacques Mayer et Louis-Pierre Blanc p. 126.

67 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

68 Jacques Mayer, cassette 1, Paris, 1989, CHEFF. Jacques Mayer est né en 1917. École Normale Supérieure. Chargé de mission à l’ISEA, 1947-1955. Au SEEF, puis à la direction de la Prévision de 1955 à 1967.

69 Jean Sérisé, 21 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

70 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, Paris, CHEFF.

71 Voir tableaux et organigrammes du SEEF en 1955 et 1959, infra, annexes 3 et 4.

72 Pierre Millet, cassette 5, Paris, 1998, CHEFF. Pierre Millet est né en 1922. ENA, il entre à la direction du Budget en 1948 avant d’intégrer le SEEF de 1955 à 1957.

73 Nous développerons particulièrement ce point en nous appuyant sur l’analyse d’un questionnaire envoyé aux cadres du SEEF et de la direction de la Prévision de 1961 à 1967 dont les réponses anonymes nous ont permis de mieux nous rendre compte de l’affiliation politique des membres du SEEF. Nous avons également interviewé les principaux utilisateurs des travaux du SEEF sur leur avis à l’époque sur la question de la politisation du SEEF. Nous tenterons donc de faire le point sur cette question de manière plus approfondie tout au long de notre recherche.

74 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

75 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

76 Claude Alphandéry raconte qu’au cours de l’été 1949, il s’est retrouvé le 15 août de garde à la direction du Trésor, seul à faire face à des représentants américains de l’administration Marshall exigeant des documents chiffrés. Claude Alphandéry au nom de la souveraineté française refuse de les fournir. L’incident fait grand bruit, les Américains dénoncent la présence de communistes au sein de l’administration française, et François Bloch-Lainé décide d’affecter Claude Alphandéry au SEEF. Voir Claude Alphandéry, Vivre et résister, Paris, 1999, Descartes & Cie, p. 46.

77 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

78 Jean Sérisé, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

79 Jean Sérisé sera directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing de mai 1964 à janvier 1966.

80 Nous retrouverons cette attitude restrictives chez d’autres témoins : Bertrand Balares que au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing, et Antoine Dupont-Fauville au cabinet de Michel Debré, disent se fier aux chiffres et aux tableaux que leur fournit le SEEF mais préférer se faire une idée eux-mêmes de l’analyse à en tirer ! Cette attitude vient justement d’une certaine réticence à l’égard de la composition du service dont la majorité du personnel déclare ouvertement ses opinions politiques de gauche. Nous reviendrons sur ce point, infra, chapitre VII.

81 André Vanoli, Une histoire de la comptabilité nationale, Paris, La Découverte, 2002, p. 543.

82 Jean Saint-Geours, 23 juin 1992, Paris, Aude Terray, CHEFF. De son côté, Claude Alphandéry dans son entretien du 28 mai, ent. cit., se souvient de discussions parfois difficiles autour de la notion des services productifs, les marxistes de l’équipe défendaient une conception étroite, estimant par exemple que les transports ne devaient pas être considérés comme des services productifs alors que Claude Gruson plaidait en faveur d’une conception extensive des services, appliquée aux services de l’État.

83 Voir François Fourquet, op. cit., p. 129.

84 Claude Alphandéry quitte le PCF en 1955.

85 « Après trois mois de recherches, nous ne pouvions de bonne foi que mettre en évidence la “paupérisation relative”, c’est-à-dire une affectation plus large de la plus-value aux classes possédantes. Mais il n’était pas vrai que la classe ouvrière vivait plus mal qu’au temps de Marx ». Claude Alphandéry, op. cit., p. 49.

86 François Perroux a su attirer à lui des personnalités d’origines et de convictions très diverses, dont certains communistes comme Claude Alphandéry et Jean Bénard, futurs cadres du SEEF mais aussi Henri Denis, qui ont assisté aux séminaires de l’ISEA. Sur le parcours d’Henri Denis, voir Thierry Pouch, Les économistes français et le marxisme. Apogée et déclin d’un discours critique (1950-2000), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001. Notons que Henri Denis est un économiste marxiste, professeur agrégé à la faculté de droit de Rennes, il est membre du comité de rédaction de la revue Economie et Politique en même temps que Claude Alphandéry. Mais il est vite considéré par les jeunes communistes du SEEF comme un sectaire, représentant la ligne dure du parti. Voir à ce propos, Claude Alphandéry, 28 mai 2002, Paris, Aude Terray, CHEFF.

87 André Marchall insiste sur le sentiment de crise de l’économie classique qui gagne à la Libération les économistes français de tous horizons et qui suscite et légitime le renouvellement des écoles de pensée économique mais aussi la recherche de nouveaux modèles. La pensée économique en France depuis 1945, PUF, 1953.

88 Selon Claude Alphandéry, la plupart des communistes du SEEF de l’époque reprochent à Keynes d’être trop monétariste, mais ils apprécient sa dimension de modernité et son apport à la science économique.

89 Charles Bettelheim dans deux ouvrages La planification soviétique en 1945 puis Problèmes théoriques et pratiques de la planification en 1946 plaide en faveur de l’économie planifiée qui a selon lui démontré à travers l’exemple soviétique sa capacité à construire une grande industrie moderne. L’attractivité forte du modèle soviétique dépasse le cercle des économistes marxistes à l’époque et peut expliquer en partie l’adhésion de l’équipe du SEEF à l’orientation planificatrice des travaux du service au début des années cinquante. Pour Thierry Pouch, op. cit., Charles Bettelheim a joué un rôle déterminant dans la diffusion du marxisme chez les jeunes économistes français ; il est directeur d’études dès 1948 à l’EPHE, et ses conférences bénéficient d’un auditoire important. Pourtant, il semble que les spéculations de Charles Bettelheim n’aient pas bénéficié à l’époque d’un large écho au SEEF ; en effet les anciens membres de l’équipe Gruson ne font jamais allusion à l’intellectuel ni par écrit, ni par oral et Claude Alphandéry interrogé sur ce point estime ne pas avoir été particulièrement réceptif au discours de Bettelheim.

90 Sur X-Crise, voir Michel Margairaz, « Les autodidactes et les experts : X-Crise, réseaux et par cours dans les années 30 », in Bruno Belhoste (dir.), La France des X : deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995, p. 169-184. Michel Armatte, « Les mathématiques sauraient-elles nous sortir de la crise économique ? X-Crise au fondement de la technocratie » in Thierry Martin (dir.), Mathématiques et action politique, Paris, INED, 2000, p. 113-130. Marianne Fishman et Émeric Lendjeh : « X-Crise et le modèle des frères Guillaume », in Pierre Dockès et alii, Les traditions économiques françaises : 1848-1939, Paris, CNRS éditions, 2000, p. 369-382 ; « Le regard des ingénieurs français sur la machine sociale : X-Crise et la construction des premiers modèles macro-économiques dans les années 30 », à paraître in Yves Breton et Pierre Le Gall (dir.), L’émergence d’une tradition économétrique française (1838-1939) ; « La contribution d’X-Crise à l’émergence de l’économétrie en France dans les années 1930 », Revue européenne des Sciences sociales, 2000, t. XXXVIII, p. 115-134.

91 Bernard Brunhes, Présentation de la comptabilité nationale française, Paris, Dunod, 1981, p. 1.

92 Michel Armatte, art. cit., p. 120.

93 Michel Margairaz, art. cit., p. 181.

94 Wassili Leontief, La structure de l’économie américaine 1919-1939, Paris, Librairie de Médicis, 1958.

95 Voir les témoignages de Louis-Pierre Blanc et de Charles Prou in François Fourquet op. cit., p. 162.

96 Louis-Pierre Blanc, René Mercier, Charles Prou, « Principes d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un Tableau économique », Statistiques et Études financières, nº 45, septembre 1952, p. 791-819.

97 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 septembre 1957, 22 p.

98 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le groupe de travail », 5 juillet 1954, 44 p., p. 21.

99 François Fourquet op. cit., p. 162-163.

100 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux de service à long terme », 3 septembre 1957, 22 p., p. 8.

101 Jean Sérisé, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

102 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

103 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

104 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 septembre 1957, 22 p.

105 Ibid., p. 1.

106 Ibid., p. 6.

107 Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 septembre 1957, 22 p., p. 4-6.

108 Ibid. Claude Gruson cite les exemples récents de la Banque de l’Indochine et de la Banque de Paris qui viennent de créer des organismes de recherche opérationnelle dans le domaine de l’information économique. Claude Gruson souhaite le développement de ces centres de recueil d’information tout en redoutant l’éparpillement des méthodes et des informations. Il demande la création d’un organisme de synthèse dépendant de l’État et chapeautant toutes ces initiatives.

109 Archives privées Claude Gruson, « Note sur l’orientation des travaux du service à long terme », 3 septembre 1957, 22 p., p. 11.

110 Ibid., p. 12.

111 Ibid., p. 16.

112 Ibid., p. 22.

113 Claude Gruson écrit sa note en pleine crise de poujadisme ; depuis janvier 1957, cinquante-deux députés poujadistes siègent au Parlement. Pour l’évolution des mentalités patronales, voir Béatrice Touchelay, art. cit., in Le Mouvement social, 2000.

114 « Le Tableau économique de l’année 1951 », Statistiques et Études financières, supplément série bleue, nº 98-99, 1957, Paris, Imprimerie nationale.

115 Sur l’analyse à apporter sur le tableau de 1951, je me suis appuyée sur André Hamaide, Antoine Jantet, Jacques Garagnon, « Les tableaux de biens et services » in Pour une histoire de la statistique, op. cit., t. II, p. 599-619.

116 Ibid., p. 604.

117 Ibid., p. 605.

118 Statistiques et Études financières, 1960, série bleue, supplément nº 140-141, TEI de 1956, p. 1 499-1 509.

119 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 32.

120 « Méthodes d’établissement des comptes provisoires de la Nation et des budgets économiques », Statistiques et Études financières, nº 53, mai 1953.

121 « Méthodes de Comptabilité nationale », Statistiques et Études financières, nº 85-86, janvier-février 1956.

122 « Tableau des Opérations Financières », Statistiques et Études financières, nº 69, septembre 1954.

123 Statistiques et Études financières, 1960, série bleue, supplément nº 140-141, TEI de 1956, p. 1499-1509. Sur les travaux de comptabilité nationale, voir Georges Consolo, « Les grandes étapes de la comptabilité nationale », in Pour une histoire de la statistique, op. cit., t. II, p. 575-635.

124 SAEF, B 28 220, Claude Gruson, « Note pour le ministre », 30 juillet 1958, 7 p., p. 5.

125 Archives privées Claude Gruson, « Groupe d’études de mathématiques sociales et de statistiques », 21 novembre 1957, 5 p., p. 1. Voir également Jacques Revel et Nathan Wachtel (dir.), Une École pour les sciences sociales, Paris, éditions du Cerf, 1996 et Giulana Gemelli, Fernand Braudel, Paris, Odile Jacob, 1990, p. 287-315 sur la création et les difficiles développements du Centre d’études économiques de la VIe section.

126 Charles Prou, Méthodes de la comptabilité nationale française, Paris, Armand Colin, 1956.

127 Archives privées Claude Gruson, « Le SEEF », 14 février 1959, 20 p., p. 12.

128 Valéry Giscard d’Estaing a fait un stage au SEEF en 1952.

129 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

130 Charles Prou, « Note sommaire sur l’enseignement économique et les négociations à mener avec le directeur de l’INSEE au sujet de l’école de statistique », CHEFF, dossier CEPE, novembre 1954, 5 p., p. 1.

131 Ibid., p. 2. Un jugement sévère que partage rétrospectivement Richard Arena en rappelant la prédominance, tout au long des années cinquante, au sein de l’Université, des économistes soit libéraux soit réalistes ou sociologistes « ignorants, réticents, voire critiques à l’égard des courants émergents, le néo-marginalisme et le keynésianisme ». Ces deux nouvelles approches théoriques se sont alors épanouies dans les grands Écoles qui formaient des ingénieurs-économistes (le néo-marginalisme aux Mines, Ponts, etc.) et des hauts fonctionnaires (le keynésianisme à l’ENA). Richard Arena dénonce le tour souvent hexagonal des débats engagés au sein de l’Université ; il déplore que « la place accordée à l’enseignement supérieur en économie restait encore trop limitée au sein du cursus universitaire économique fondé pour l’essentiel sur les disciplines juridiques » et qu’il ait fallu attendre le milieu des années soixante pour que l’Université s’ouvre enfin aux innovations théoriques développées en dehors de son champ et entame un mouvement de spécialisation et d’internationalisation des sciences économiques françaises. Richard Arena, « Les économistes français en 1950 », André Lapidus (dir.), La Revue économique 1950-2000, un demi-siècle en perspective, volume 51, nº 5, septembre 2000, p. 969-1007.

132 Ibid., p. 2.

133 Ibid., p. 4.

134 Ibid., p. 4. On peut voir dans la dernière phrase une allusion, non seulement à François Perroux mais encore à l’Université de Paris.

135 Charles Prou, « La petite histoire du CEPE, hier », CHEFF, dossier CEPE, CEPE Informations, nº 1, mars 1982, 8 p., p. 2.

136 Alain Desrosières, « De l’École de l’INSEE à l’ENSAE et l’ENSAI : 1942-1994- Éléments d’histoire d’une école de statistique et d’économie », Communication à la 4e conférence internationale sur l’enseignement de la statistique (ICOTS 4), Marrakech, juillet 1994, Centre de Recherche en Économie et Statistique, INSEE-CREST.

137 Charles Prou, « Note sommaire sur l’enseignement statistique et les négociations à mener avec le directeur de l’INSEE au sujet de l’école de statistiques », CHEFF, dossier CEPE, novembre 1954, 5 p., p. 5.

138 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 98-99.

139 Charles Prou, art. cit., p. 2. Sur le rôle favorable à l’innovation de Gaston Berger, voir Marie Chessel et Fabienne Pavis, Le patron, le technocrate et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001, p. 25-44.

140 Edmond Malinvaud, né le 25 avril 1923. Polytechnicien, administrateur de l’INSEE 1948. 1950-1951 : chercheur à la Cowles Foundation for Research in Economics à Chicago. Chef de section des comptes nationaux à l’INSEE depuis 1951 et professeur à l’École. Voir également Marc Augé et Jacques Revel (dir.), op. cit.

141 Charles Prou, « Rétrospective », CHEFF, dossier CEPE, 27 mai 1977, 9 p., p. 2.

142 Ibid., p. 4.

143 Les économistes du SEEF passés par le CEPE sont nombreux : en 1977, ils sont 41 à avoir suivi la formation du CEPE.

144 Ibid., p. 2.

145 Edmond Malinvaud, cassette 2, Paris, 1989, CHEFF : « Closon était tout à fait partisan que je m’y intéresse car au nom de l’INSEE j’étais un élément de contrôle, si je puis dire »

146 François Bloch-Lainé, 27 octobre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

147 Charles Prou, dans une lettre adressée à François Bloch-Lainé, (13 juillet 1961, dossier CEPE, CHEFF) accuse réception de la subvention de 20 000 F que verse la Caisse des dépôts et consignations au CEPE. Dans une autre lettre du 24 janvier 1963 adressée à François Bloch-Lainé, Charles Prou établit les comptes du CEPE : il apparaît clairement que la Caisse des dépôts et consignations est le principal financeur du CEPE puisque sur 65 925 F de recettes, les subventions de la Caisse des dépôts et consignations s’élèvent à 55 925 F pour l’année universitaire 1961-1962. Une subvention qui s’accroît l’année suivante puisque les subventions de la Caisse des dépôts et consignations s’élèvent à 61 572 F sur un total des recettes de 71 572 F pour l’année 1962-1963.

148 Claude Gruson, cassette 13, Paris, 1989, CHEFF.

149 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

150 Voir dans François Fourquet, op. cit., le témoignage de Charles Prou, p. 254 : « Gruson était irrité par l’économie mathématique et le marginalisme d’Allais qui était une défense du libéralisme », et de Jean Bénard, p. 255 : « À part Nataf et Mercier, la plupart non seulement se méfiaient mais étaient assez violemment anti-microéconomie. On daubait volontiers sur les travaux d’Allais, de Boiteux […]. »

151 CHEFF, dossier CEPE, « Décision ministérielle du 14 février 1957 », 2 p.

152 CHEFF, dossier CEPE, Charles Prou, « Rétrospective », 27 mai 1977, 9 p., p. 2.

153 Edmond Malinvaud, « Charles Prou, père du CEPE », Programmes économiques, Bulletin d’association des anciens élèves du CEPE, juin 1992, p. 1-3.

154 Première brochure du CEPE, 1957.

155 Charles Prou, « Note sur l’orientation du CEPE », CHEFF, dossier CEPE, 22 janvier 1958, 6 p., p. 3. Sur les problèmes posés par l’institutionnalisation des innovations dans le domaine des formations supérieures au même moment, voir Marie Chessel et Fabienne Pavis, op. cit.

156 Pierre Le Masson et Benoît Weil, art. cit., p. 80.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540