Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Chapitre IV. Pierre Mendès France, un accélérateur pour le SEEF ?

Texte intégral

  • 1 Voir Michel Margairaz (dir.), Pierre Mendès France et l’économie, Paris, Odile Jacob, 1989. Rappelo (...)

1Pour asseoir son projet, l’innovateur peut se brancher sur les réseaux influents du moment ; c’est ce que fait Claude Gruson, notamment en embauchant Simon Nora, jeune figure brillante de sa génération, introduit dans les milieux « progressistes » de gauche. Il peut également séduire un bon porte-parole susceptible de brandir l’étendard de l’innovation. Ce sera Pierre Mendès France grâce à l’entremise de Simon Nora. L’efficacité de ce porte-parole dépend de la place qu’il occupe au sein de l’organisation et du prestige dont il bénéficie à un moment donné, pour faire valoir l’innovation qu’il soutient. L’innovation lie son sort à son porte-parole. Pierre Mendès France1 est en 1952-1953 l’homme politique qui incarne le courage, la rigueur et la modernité et il semble donc être le porte-parole idéal pour le SEEF dans les années cinquante.

2Il est courant de lire quand on fait l’histoire du SEEF que l’expérience Mendès France a été décisive, et qu’elle aurait servi de diffuseur et d’accélérateur à ses travaux. Tous les témoins présentent Pierre Mendès France comme la figure emblématique du début des années cinquante. Il semble qu’il faille nuancer cet épisode qui comportait des effets pervers pour l’innovation que nous étudions.

3Toutefois, le réexamen de l’expérience mendésiste pour le SEEF se fonde sur l’étude des deux points principaux : le statut ambigu de la commission des comptes de la Nation présidée par Pierre Mendès France ; le bilan mitigé pour le SEEF du passage au pouvoir de Pierre Mendès France.

I. La commission des comptes de la Nation

  • 2 Décret nº 52-164 du 18 février 1952, Journal officiel, 19 février 1952, p. 2049.

4De l’avis de tous les témoins, la création de la commission des comptes de la Nation2 a été le tournant décisif de l’histoire du SEEF pour l’ancrage de ses travaux.

5L’homme clé est Simon Nora. Né en 1921, engagé dans le maquis dès 1941, il est issu de la même promotion de l’ENA que Jean Sérisé avec lequel il s’entend à l’époque très bien, fait sa tournée d’inspecteur des Finances en 1947-1948 et rejoint, nous l’avons vu, l’équipe de Claude Gruson fin 1949.

  • 3 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF. Simon Nora insiste sur ce point : selon lui, (...)

6Simon Nora a rencontré Pierre Mendès France fin 1951 grâce à son père qui connaissait bien la famille Mendès France dont il était le médecin. Il se souvient avoir fait la connaissance de Pierre Mendès France de manière tout à fait informelle dans l’appartement des parents de Mendès un dimanche après-midi autour d’une tasse de café qui se prolonge jusque tard dans la soirée. À l’issue de cette longue conversation, Simon Nora est adopté et entre dans l’entourage proche de Pierre Mendès France ; il lui sert de « nègre » pour rédiger des discours et des articles de politique économique et le tient au courant de la conjoncture économique française en lui apportant des documents du SEEF3.

  • 4 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

7Claude Gruson savait en embauchant Simon Nora que celui-ci était bien introduit dans les milieux politiques, et il a laissé faire Nora qu’il considérait comme une forte personnalité en pensant en tirer un profit pour son innovation4. Claude Gruson fait preuve là encore d’un talent réel dans la mesure où, sans stratégie prédéterminée, il a compris l’importance du réseau dans le processus d’innovation et il tisse le sien au fur et à mesure.

8Simon Nora, de son côté, décide à la fois de miser sur Pierre Mendès France et d’opérer un rapprochement avec le SEEF pour lui donner les moyens de sa stratégie. Son objectif est alors :

  • 5 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« […] de faire progresser un certain nombre d’idées modernistes pour contrer les inerties et les scléroses, […] de constituer un commando de modernistes : il s’agissait de créer autour de Mendès un noyau technocratique qui lui donne l’épaisseur et la crédibilité, qui faisait avancer ses propres idées et à l’inverse pour ces technocrates qui croyaient à ses idées d’avoir un porte-drapeau »5.

9Nora, mettant à profit ses introductions au cabinet du ministre des Finances, conçoit et propose la création d’une commission des comptes de la Nation présidée par Pierre Mendès France et dont les travaux seraient effectués par le SEEF.

  • 6 Edgar Faure est président du Conseil et ministre des Finances du 20 janvier au 8 mars 1952. Parti r (...)
  • 7 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF. Edgar Faure, dans ses Mémoires, Paris, Plon, (...)

10Simon Nora est en effet introduit au cabinet d’Edgar Faure6, ministre des Finances, grâce à son ami Jacques Duhamel, nouvellement nommé directeur du cabinet du ministre. Simon Nora insiste auprès de Jacques Duhamel pour créer une commission des comptes de la Nation qui présenterait les travaux novateurs du SEEF et serait confiée à Pierre Mendès France. Il vante l’avantage politique que cette nomination constituerait pour Edgar Faure en favorisant un rapprochement tactique avec son rival et néanmoins ami du parti radical. La création de cette commission dont le principe est acquis et dont les projets de décret sont rédigés est cependant menacée par la chute du cabinet Edgar Faure qui n’a pas le temps de signer le décret de création. Tenace, Simon Nora se souvient non sans amusement avoir rejoint, accompagné de Jacques Duhamel, Edgar Faure à Megève afin que celui-ci signe en l’antidatant le décret de création de la commission des comptes de la Nation7. Outre la saveur de l’anecdote, cette histoire révèle le fonctionnement à l’époque de l’administration qui bénéficie d’un champ potentiel d’innovation si elle réussit à contourner les inconvénients de l’instabilité politique de la IVe République en faisant jouer les relations intuitu personae.

  • 8 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, (...)
  • 9 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF ; Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terra (...)
  • 10 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF ; Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1989, CHEFF ; Je (...)

11Claude Gruson, de son côté, est formel, il est certain de n’avoir entrepris aucune démarche pour obtenir la création de la commission des comptes de la Nation8. Pour lui et pour d’autres témoins, seul Simon Nora en est à l’origine9. Cette stratégie personnelle ne semble pas avoir heurté le reste de l’équipe qui suit de bon gré cette aventure politique car le prestige de Pierre Mendès France est grand auprès des intellectuels et des hauts fonctionnaires du SEEF10. Celui-ci bénéficie de l’image d’un keynésien averti dès les années trente, d’un ministre de l’Économie ayant prôné la rigueur, et d’un homme politique moderne intègre et honnête se plaçant au-delà des intérêts particuliers. Un prestige qui perdure et qui peut être assimilé à un mythe au regard des réponses au questionnaire lancé à tous les cadres ayant travaillé au SEEF et à la direction de la Prévision de 1961 à 1967 : à la question « Un homme politique a-t-il marqué vos années de formation ? » le tiers des réponses cite Pierre Mendès France. Ce prestige a permis à Simon Nora d’entraîner le SEEF dans le sillage de Pierre Mendès France sans crispation.

  • 11 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

12Cet enthousiasme relaté rétrospectivement ne saurait dissimuler une question cruciale qui a dû se poser aux innovateurs : savoir si les outils élaborés étaient suffisamment au point pour être ainsi exposés sur la scène publique et utilisés. Louis-Pierre Blanc se souvient à ce propos s’être opposé à Simon Nora parce qu’il estimait à l’époque plus important pour le SEEF de perfectionner ses outils plutôt que de se lancer dans l’action politique11. Le point de vue inverse l’emporte au nom d’un pari sur les outils. Ils sont vierges dans la mesure où ils n’ont pas encore été utilisés par qui que ce soit, ils peuvent donc servir les intérêts du porte-parole qui s’y intéresse, et d’autre part ils peuvent bénéficier d’une image a priori positive car non tributaire d’une référence. Ils sont en cours de perfectionnement, ils peuvent donc s’adapter aux besoins réels avec lesquels ils vont être confrontés et ils pourront tirer profit d’une nouvelle expérience qui les amènera à se perfectionner.

A. Le décret de création de la commission des comptes de la nation renforce le SEEF

13La commission des comptes de la Nation est composée de soixante-cinq personnes, vingt-quatre parlementaires, vingt-trois hauts fonctionnaires (y compris le commissaire général au Plan et le gouverneur de la Banque de France) et quinze personnalités considérées comme les économistes experts en matière de comptabilité nationale.

14Elle constitue une novation limitée dans la mesure où elle reprend sans modification les missions anciennement dévolues au comité d’Experts qui est supprimé. En effet elle doit recevoir communication de trois séries de comptes : les comptes économiques pour l’année antérieure, les comptes provisoires de la Nation pour l’année en cours, et les comptes prévisionnels pour l’année suivante. Comme dans le cadre du comité d’Experts, ces comptes sont synthétisés et analysés dans un rapport annuel destiné au gouvernement qui les présente au Parlement.

15Elle renforce néanmoins la position du SEEF par rapport au comité d’Experts pour plusieurs raisons. Premièrement, le décret de création de la commission peut être considéré comme l’acte de naissance du Service des Études Économiques et Financières (SEEF) puisque c’est la première fois que son nom apparaît dans un texte réglementaire.

16En outre, la commission confirme la prééminence du SEEF dans le domaine de la comptabilité nationale et des budgets économiques. Le SEEF est chargé réglementairement de sa tâche essentielle en devant fournir les comptes de l’année en cours et les comptes prévisionnels (budgets économiques). Dans les faits, il se charge également d’établir les comptes de l’année passée pourtant attribués à l’INSEE car celui-ci s’est déclaré dans l’incapacité de les fournir. C’est donc le SEEF qui effectue tous les travaux de la commission.

  • 12 Francis-Louis Closon est directeur général de l’INSEE jusqu’en septembre 1961.
  • 13 Alfred Sauvy est directeur de l’Institut National d’Études Démographiques (INED). Voir ses mémoires (...)
  • 14 Pierre Ricard est membre du Conseil économique, vice-président du Conseil National du Patronat Fran (...)

17Enfin, le SEEF exerce un contrôle officiel sur la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation. Simon Nora qui a été l’artisan de la commission en est nommé secrétaire général. Il est donc chargé de la rédaction du rapport interprétatif des comptes. Les secrétaires de toutes les sous-commissions sont issus du SEEF : Louis-Pierre Blanc est le secrétaire de la sous-commission des méthodes présidée par François Perroux ; Jean Sérisé est secrétaire de la sous-commission de la statistique présidée par Francis-Louis Closon12 ; René Froment est secrétaire de la sous-commission de la conjoncture présidée par Alfred Sauvy13 ; René Mercier est secrétaire de la sous-commission des échanges interindustriels dont le président est Pierre Ricard14.

18Ces sous-commissions résultent de la volonté tactique du SEEF de ne pas froisser les susceptibilités de ceux qui avaient pris part aux premiers travaux sur le revenu national et la comptabilité nationale et qui ne sont pourtant pas associés aux récents travaux du service. Elles constituent également le moyen de neutraliser divergences de conception et critiques, mais aussi d’impliquer les personnes dont les compétences peuvent s’avérer utiles pour l’élaboration des travaux : c’est le cas de Pierre Ricard détenteur de chiffres indispensables au Tableau des Échanges Interindustriels (TEI).

19Ces sous-commissions ne déboucheront que sur des grands discours de leurs présidents respectifs lors des séances officielles de la commission ; le témoignage de Louis-Pierre Blanc est éloquent :

  • 15 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Un horrible souvenir ! Il y a eu cette commission pour donner un peu satisfaction à Perroux qui dans les réunions plénières de la commission des comptes se lançait dans de grandes considérations et rien ne l’arrêtait. À la commission des méthodes, je me souviens de réunions où il a parlé près de quatre heures sans s’arrêter et il n’y avait pas moyen d’avoir un débat ! Les conclusions de cette commission des méthodes n’ont eu aucun caractère opératoire ! Cette commission s’est très peu réunie, cela a découragé tout le monde, enfin il a dit ce qu’il avait à dire »15.

20C’est en associant les autres, en se déclarant ouvert et intéressé par les critiques éventuelles, en les écoutant ou en faisant mine de les écouter que le SEEF réussit à faire admettre sa novation.

B. Quel bilan ?

  • 16 Jacques Wolff, « Pierre Mendès France et John Maynard Keynes : un premier repérage », in Michel Mar (...)

21Pierre Mendès France est en effet l’homme politique qui semble à l’époque le plus ouvert aux questions économiques, car il est initié au keynésianisme dès les années trente16, ancien administrateur au FMI et donc familiarisé aux raisonnements macroéconomiques et aux comptes nationaux. Son discours rejoint les préoccupations de l’équipe du SEEF : réformer et moderniser la société. Il est relayé par Le Monde et L’Express.

  • 17 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

22Quant à Pierre Mendès France, les travaux du SEEF enrichissent sa propre réflexion, et lui permettent d’appuyer son message politique sur des outils techniques ; il peut tirer profit de sa nouvelle fonction qui lui donne l’aura moderne d’un homme politique compétent dans le domaine économique et exerçant un magistère officiellement impartial à la tête de la commission. Il s’avère être un président actif qui s’implique dans les travaux, il se rend une ou deux fois par semaine rue de Rivoli où il dispose d’un bureau pour suivre les activités du SEEF et préparer le premier rapport de la commission des comptes de la Nation17.

23Le prestige de Pierre Mendès France fait monter la cote du SEEF rue de Rivoli. Les hauts fonctionnaires qui étaient jusque-là réservés devant les travaux novateurs du SEEF vont se prêter de bonne grâce aux demandes d’informations qui émanent de Pierre Mendès France. D’autant qu’il s’agit d’un président du Conseil potentiel ! Claude Gruson raconte à propos de la préparation du premier rapport de 1953 :

  • 18 Guillaume Guinde y est directeur des Finances extérieures de 1946 à 1952. Voir, à propos de Guillau (...)
  • 19 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« Je me rappelle, il y avait des séances dans le bureau de Pierre Mendès France auxquelles participaient son ami Georges Boris et puis Nora, et puis moi. Il convoquait aussi des directeurs du ministère des Finances. La commission des comptes nous a assis en raison du prestige personnel de Pierre Mendès France : il convoquait Guillaume Guindey18 à des séances de travail de la commission des comptes, ce que Guindey n’aurait pas accepté tout seul parce que Guindey était imbu de la hiérarchie ; si c’était moi qui lui avais demandé, il ne serait pas venu. Il considérait que les novations que nous essayions d’introduire, c’était peut-être assez intéressant mais qu’il n’avait pas le temps d’aller y voir, alors il se méfiait. Tandis qu’à partir du moment où Mendès lui demandait de venir ! »19.

1. Le rapport 1953 : un rapport mendésiste

  • 20 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu des travaux de la commission des comptes et des budgets économiques d (...)

24Le premier rapport communiqué à la commission des comptes de la Nation en mars 195320 est rédigé par Simon Nora et relu de très près puis cautionné par Pierre Mendès France qui le présente officiellement en tant que président de la commission au cours de sa première session en mars 1953.

25Ce rapport s’appuie sur le nouveau langage de la comptabilité nationale pour dresser un bilan très critique de l’économie française. Ce texte est offensif et politique : il dénonce les dangers de l’inflation, le déficit permanent des finances publiques qui est jugé inefficace pour stimuler l’économie, et les effets pervers d’une trop grande dépendance à l’égard de l’aide étrangère. Ce rapport est aussi alarmant, il affirme que l’année 1953 risque de voir s’aggraver simultanément la récession et l’inflation. Il dénonce la rigidité des structures de l’économie française dont les tendances sont malthusiennes et entretenues par des aides nombreuses, des protections et des subventions ; il conclut sur la nécessité impérieuse de faire des choix entre les dépenses militaires et les dépenses de modernisation. Il souligne les méfaits d’un dirigisme désordonné non guidé par une vision économique globale qui, notamment avec le jeu des subventions, entretient une économie non compétitive alors que s’ouvrent les perspectives de la libéralisation des échanges.

26On voit bien que ce rapport critique la politique économique menée sous la IVe République, et notamment celle d’Antoine Pinay dont il dresse un bilan négatif. Il ne se contente pas de condamner les politiques économiques récentes, il insiste sur la nécessité impérieuse de changer en profondeur les structures et les mentalités propres à l’économie française. C’est également un rapport mendésiste qui reprend en s’appuyant sur des bases chiffrées l’analyse de la situation économique que développe depuis plusieurs mois Pierre Mendès France en insistant sur la nécessité de la modernisation par la rationalisation des dépenses publiques.

  • 21 Interview de Pierre Mendès France, L’Express, nº 1, 16 mai 1953.

27Ce rapport va bénéficier d’articles dans Le Monde, et dans L’Express dès le lancement de l’hebdomadaire en mai 1953. Pierre Mendès France en tire argument pour faire à nouveau entendre son discours centré sur la nécessité de faire des choix et justifier ainsi la fin de l’engagement militaire de la France en Indochine, les dépenses militaires devant être utilisées pour la modernisation économique21.

  • 22 Simon Nora, Débats de la commission des comptes économiques de la Nation, session de mars 1953, Par (...)

28Il n’y a plus aucune référence à l’étatisme ni au dirigisme et Simon Nora n’hésite pas à présenter son rapport en affirmant : « La comptabilité nationale et le budget économique ont pour ambition […] de contribuer à définir plus clairement les termes de cette politique globale mais différenciée ; de cette politique qui, en posant mieux les vrais problèmes, permettrait d’alléger les interventions en les cantonnant à l’essentiel »22. L’heure est à un nouveau discours recentré sur le thème de la rationalisation des dépenses publiques et de la modernisation. Cette volonté émergente au SEEF constitue une des origines de la Rationalisation des Choix Budgétaires (RCB) qui se développer a quelques années plus tard.

2. Les incertitudes…

29Mais toute médaille a son revers. Il y a d’abord une ambiguïté sur le statut de la commission des comptes de la Nation. En effet, celle-ci sert de tribune à Pierre Mendès France pour critiquer la politique économique et financière menée par les ministres des Finances de la IVe République.

30Le SEEF est donc dans une situation délicate, le témoignage de Jean Sérisé est très explicite à cet égard :

  • 23 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« Cela nous met dans une position institutionnelle impossible parce que nous avons maintenant deux patrons, le ministre des Finances et le président de la commission des comptes de la Nation qui ne tarde pas à critiquer l’action gouvernementale. Avec Edgar Faure, cela va à peu près, mais ensuite avec ses successeurs cela ira de mal en pis. Du point de vue institutionnel, c’est vraiment une sottise d’avoir créé cette commission, mais pour ce qui nous concerne, cela nous aide de manière extraordinaire parce que cela nous fait acquérir une notoriété que nous n’avions pas du tout avant »23.

  • 24 Pierre Pflimlin est ministre des Finances et des Affaires économiques du 23 février 1955 au 1er fév (...)

31Un incident éclate en 1955 : Pierre Pflimlin, ministre des Finances, refuse de soumettre à la commission des comptes de la Nation le rapport prévisionnel relatif à l’année 1956 qu’il juge beaucoup trop pessimiste24.

32Les rapports de la commission des comptes de la Nation sont donc à la fois publiés par l’État et sont cautionnés par une personnalité politique. Le SEEF est donc un service du ministère des Finances qui fournit des rapports politiques. Cette première expérience médiatisée fait apparaître la nouvelle ambiguïté institutionnelle du SEEF.

33Le rôle de Pierre Mendès France à la commission comporte le danger de politiser le SEEF aux yeux de ses adversaires. Ce risque s’accroît après le passage de Pierre Mendès France à la présidence du Conseil, et le reproche de politisation de la commission des comptes de la Nation et du SEEF sera explicitement développé à partir de 1958.

34Contrepartie de la diffusion médiatisée des travaux du SEEF, le risque de favoriser une méfiance et une mise à l’écart de la part des autres directions du ministère, plus traditionnelles, qui peuvent se sentir visées par les critiques formulées dans les rapports de la commission et peuvent considérer que le SEEF soutient trop ouvertement Pierre Mendès France. Mais l’état-major de la rue de Rivoli peut aussi et paradoxalement trouver utile que les rapports du SEEF publiés à la commission des comptes de la Nation disent ce qu’il n’ose pas ou ne peut pas dire (notamment les directions du Trésor et du Budget au sujet des dépenses publiques).

35Les rapports de la commission bénéficient d’un certain écho dans la presse et contribuent à former les mentalités à la macroéconomie, mais ils n’ont pas selon nos témoins d’impact réel sur la politique économique :

  • 25 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« L’impact de ces rapports sur la politique économique était faible pour toutes sortes de raisons et parce que nous-mêmes, nous n’étions pas rodés. C’était assez facile de faire un rapport critique sur la situation d’une économie nationale. En revanche, c’était plus difficile de donner des conseils raisonnables de politique économique. Nous faisions cela parce que nous avions du tempérament et que l’on était bouillonnant d’idées, mais l’impact n’était pas décisif »25.

36Un avis partagé par l’ensemble des témoins, certains qui ne souhaitent pas être cités nommément n’hésitent pas à parler de commission bidon. C’est le paradoxe de cette commission, elle aurait été une étape mythique, un accélérateur grâce à Pierre Mendès France, mais les témoins qui contribuent à alimenter le mythe n’arrivent pas à expliquer avec précision à quoi elle aurait servi !

37Quant aux débats qui se déroulent au cours de la session annuelle de la commission durant deux jours, ils étaient selon Claude Gruson :

  • 26 Claude Gruson, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

« […] des débats très académiques et qui, en eux-mêmes, n’avaient pas un intérêt considérable »26.

  • 27 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation, (...)
  • 28 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation, (...)

38Ces propos sont confirmés par la lecture des comptes rendus des sessions27 ; les débats ont surtout l’avantage de donner la parole aux personnalités mises de côté par le SEEF : Francis-Louis Closon justifie les lacunes statistiques en rappelant le manque de moyens de l’INSEE, François Perroux donne de longs conseils méthodologiques. Quant aux discours introductifs des ministres, en rappelant le retard français en matière d’informations économiques par rapport aux pays anglo-saxons et nordiques et en ne manquant pas de louer le travail novateur du SEEF et les efforts de l’INSEE, ils ne sont que des propos de circonstance ! Les bonnes paroles de Maurice Bourgès-Maunoury, ministre des Finances qui se déclare à la session de mars 1953 : « Disposé à procurer au service de monsieur Gruson tous les moyens en personnel et en matériel nécessaires à l’extension des travaux »28 ne seront pas suivis d’actes.

II. Le SEEF sur la scène politique

A. L’aventure de L’Express29

  • 29 Voir Serge Siritzky et Françoise Roth, Le roman de L’Express : 1953-1978, Paris, Jullien, 1979 et M (...)
  • 30 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 31 Jean-Jacques Servan-Schreiber, polytechnicien, journaliste au Monde 1948-1953. Directeur de L’Expre (...)

39Une autre ambiguïté apparaît avec l’aventure de L’Express qui pose la question du devoir de réserve des cadres du SEEF. C’est Simon Nora qui sert d’entremetteur30 et qui entraîne une grande partie des membres du SEEF à collaborer au nouvel hebdomadaire. Le 16 mai 1953, sort le premier numéro. Lancé par Jean-Jacques Servan-Schreiber31 et Simon Nora pour soutenir Pierre Mendès France, L’Express va servir de diffuseur privilégié aux travaux du SEEF en lui offrant une publicité ciblée auprès d’un public informé et réceptif aux débats de politique économique.

  • 32 Selon Simon Nora, c’était la ligne éditoriale de Françoise Giroud et de Jean-Jacques Servan-Schreib (...)

40Simon Nora attire à L’Express ses camarades du SEEF qui écrivent des articles non signés32. Jean Sérisé se souvient :

  • 33 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« Il y a la grande aventure de L’Express que j’ai connue par l’intermédiaire de Simon Nora, qui connaissait très bien Jean-Jacques Servan-Schreiber. Je me rappelle que, une fois par semaine, nous allions à quatre ou à cinq à L’Express, on y passait la soirée et c’est là que l’on décidait des articles économiques, et, tout en cassant la croûte, on parlait un petit peu de politique. J’ai rédigé beaucoup d’articles économiques pour L’Express. Nous nous répartissions la besogne. Il y avait Denizet, Simon Nora et Jean Saint-Geours »33.

41Il est indéniable que cette collaboration donne une image politique au SEEF. Pourtant, selon Jean Sérisé et Claude Gruson, interrogés longuement sur le sujet, soutenir Pierre Mendès France ce n’était pas faire de la politique ! Ils déclarent qu’ils avaient le sentiment de faire leur devoir :

  • 34 Ibid.
  • 35 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« On avait très bonne conscience, nous avions l’impression que c’est nous qui disions le vrai et que c’est nous qui défendions les intérêts du pays. On pensait que les autres ne savaient pas, et que nous étions les meilleurs et puis Mendès aussi était le meilleur »34. « Il faut se dire qu’à cette époque la question du “que faire ?” était tout de même une question ouverte, et le sentiment de novation nécessaire était assez répandu dans les milieux politiques et dans les milieux administratifs, alors nous jouions ce rôle de réflexion »35.

  • 36 Les hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli ne pouvaient manquer d’être sensibles au discours « me (...)
  • 37 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

42Peut-on qualifier cette attitude d’impunité politique ? Ses tenants affirment qu’en dehors du SEEF nombreux étaient les hauts fonctionnaires rue de Rivoli qui étaient favorables à Pierre Mendès France36. Sans doute, mais on ne peut manquer de souligner qu’il y a un pas entre avoir des idées politiques et soutenir ouvertement un homme politique. Pierre Mendès France a réussi à s’attacher à lui des technocrates. Simon Nora, qui semblait avoir à l’époque la vision la plus claire de la stratégie à mener, explique sans ambages que l’action administrative et l’action politique sont indissociables, et que la question de la politisation ne se posait pas. Il estime que, pour lui-même et également pour la petite équipe du SEEF, entrer dans l’administration, c’était se donner les moyens d’agir, de transformer la société et de la moderniser ; leur action administrative était sous-tendue par la visée politique. Selon lui, la tâche quotidienne de l’administration ne prenait de sens que si elle s’insérait dans un mouvement du type de l’aventure mendésiste37.

43Claude Gruson a-t-il craint que Simon Nora n’entraîne trop loin le SEEF en soutenant si activement Pierre Mendès France ? Cette pensée est en tout cas présente dans ses souvenirs :

  • 38 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« J’en étais effrayé dans un sens, il faut avouer que son action même si elle agaçait avait quand même des résultats positifs tout à fait clairs. Simon Nora a joué un rôle décisif dans la diffusion de notre réflexion »38.

44La solidarité l’emporte pour des motifs d’intérêt mutuel :

  • 39 Ibid.

« La stratégie dans le domaine de la diffusion était essentiellement la stratégie de Simon Nora qui, homme de grande ambition, avait lié sa carrière personnelle au SEEF »39.

45Devenir à la mode et lier son sort à un homme politique dont l’image est très forte est une stratégie payante à court terme mais qui comporte à plus long terme plusieurs risques : être démodé, classé politiquement, susciter les critiques voire l’aversion.

B. Pierre Mendès France président du Conseil et la mission Gruson (juillet 1954)

  • 40 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 11, Paris, 1989, CHEF (...)
  • 41 Pierre Mendès France, « Déclaration d’investiture », 16 juin 1954, in Œuvres complètes, Gouverner c (...)

46Les témoignages sont unanimes pour relater l’enthousiasme au SEEF à l’annonce de l’investiture de Pierre Mendès France. L’homme politique sur lequel les cadres du SEEF avaient misé par l’entremise de Simon Nora est au pouvoir, et ils entendent bien remplir la mission qu’ils ont assignée à leur service : conseiller au plus haut niveau politico-administratif dans le domaine économique et financier. Simon Nora est nommé conseiller technique chargé des Affaires économiques au cabinet de Pierre Mendès France. Là encore, il joue un rôle essentiel40 en appelant Jean Sérisé à ses côtés et en contribuant à faire nommer Claude Gruson à la tête d’une mission chargée d’élaborer avant le 20 juillet 1954 « un programme cohérent de redressement et d’expansion économique41 ».

  • 42 François Bloch-Lainé est alors directeur général de la Caisse des Dépôts et consignations (1952-196 (...)
  • 43 Valéry Giscard d’Estaing est alors conseiller technique au cabinet du ministre des Finances Edgar F (...)
  • 44 Gabriel Ardant est commissaire général de la Productivité. Sur Gabriel Ardant, voir Richard F. Kuis (...)
  • 45 Étienne Hirsch est commissaire au Plan.

47Placé sous l’autorité d’Edgar Faure, ministre des Finances, le groupe réunit plusieurs hauts fonctionnaires dont François Bloch-Lainé42, Valéry Giscard d’Estaing43, Gabriel Ardant44 et Étienne Hirsch45. Ce groupe se réunit durant un mois ; les équipes du SEEF sont mobilisées et travaillent d’arrache-pied pour fournir les documents de base et préparer le rapport final.

48Un premier rapport est soumis à la mission. C’est un document rédigé par Claude Gruson ; il est présenté le 5 juillet 1954 et il se compose d’une quarantaine de pages ; sa particularité est d’être entièrement centré sur la nécessité de renforcer et de repenser le Plan et la planification. Ce rapport est rejeté par les membres de la mission, notamment par Étienne Hirsch (commissaire au Plan) et par Gabriel Ardant (commissaire général à la Productivité et ami de Pierre Mendès France) qui le jugent beaucoup trop planificateur.

1. Le rapport planificateur de Claude Gruson

  • 46 Voir infra, chapitre VI.

49Ce premier rapport est néanmoins intéressant à étudier parce qu’il éclaire la pensée de Claude Gruson à propos du Plan. En avril 1953, Claude Gruson est nommé président du groupe de l’Équilibre au Commissariat général du Plan, groupe dont la mission est d’étudier les problèmes que pose, du point de vue de l’équilibre économique, la cohérence des objectifs retenus par les diverses commissions de modernisation46. Et à partir de 1953-1954, la préoccupation centrale de Claude Gruson est le Plan en qui il voit le destinataire privilégié de ses outils, notamment du Tableau des Échanges Interindustriels (TEI) en cours d’élaboration. Ces outils, espère-t-il, serviront à rendre le Plan plus fort.

50Comme il avait été indiqué dans le discours d’investiture de Pierre Mendès France qui annonce la création de cette mission, Claude Gruson inscrit son rapport dans la lignée du plan de dix-huit mois et se réfère également au premier rapport de la commission des comptes de la Nation de 1953, rédigé sous la houlette attentive de Pierre Mendès France, qui dénonçait les dysfonctionnements structurels de l’économie française. Ces rappels sont de pure forme puisque quelques lignes plus loin Claude Gruson développe sa conception personnelle du Plan, très éloignée de ces deux références : le Plan est une nécessité impérieuse pour faire face à l’ouverture des frontières et à la reconversion des structures économiques. La libération des échanges est présentée comme une menace pour les entreprises françaises inadaptées, et c’est le Plan et non le libre jeu de la concurrence qui est capable d’organiser l’assainissement de l’économie en fixant à chaque acteur économique des objectifs précis. Ce texte vise clairement une planification globale de l’économie française.

  • 47 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le groupe de travail », 5 juillet 1954, 42 p., p. 4.

51Claude Gruson retourne dès les premières pages à ses idées de la Libération : « La discipline spontanée de l’ensemble de la production, celle-ci étant correctement et complètement informée, serait-elle suffisante pour que l’on puisse, en faisant fond sur elle, échapper au risque de s’engager dans une évolution incohérente ? Ou faudrait-il au contraire imposer cette discipline par voie de contrainte ? On ne peut préjuger de la réponse à cette question »47. Les lecteurs de ce rapport ne peuvent manquer d’interpréter cette question comme une prise de position implicite de Claude Gruson en faveur d’un État planificateur, centralisateur et dirigiste. Autant d’options qui sont à contre-courant des options françaises de l’époque en matière de politique économique.

  • 48 Ibid., p. 7.

52Claude Gruson dans la première partie de son rapport vise d’abord le Commissariat général au Plan dont il dresse un bilan critique ; il estime que le travail effectué par le Plan comporte « des lacunes essentielles, dues à l’insuffisance des informations »48, notamment pour les secteurs de base (énergie, transport) mais également dans le domaine de la production agricole et des industries de transformation. Il reproche au Plan de se borner à fixer globalement l’expansion et la répartition du revenu national entre salaires et profits, méthode qu’il estime inadaptée au secteur de l’agriculture et aux industries de transformation. Pour Claude Gruson, il faut combler les lacunes du Plan et lui fixer des objectifs beaucoup plus ambitieux, notamment en intégrant le poids des échanges extérieurs et en redonnant toute leur importance aux secteurs de base, replacés dans une perspective globale, c’est-à-dire interindustrielle.

  • 49 Ibid., p. 13.

53Puis il dénonce le manque de compétitivité des firmes françaises par rapport à leurs homologues étrangères. Pour Claude Gruson ce ne sont ni la fiscalité ni les charges sociales et salariales qui expliquent ce retard français mais bien plutôt une « organisation défectueuse qui résulte parfois de la seule routine »49. Selon lui, les entreprises françaises manquent d’initiative et d’esprit d’anticipation, d’informations et de moyens financiers. Il en conclut qu’elles ne peuvent pas se passer de l’État dont l’action doit, à son avis, être fondée sur des critères de sélection déterminant les entreprises à aider prioritairement pour réussir la libération des échanges. Le Plan doit être responsable de cette aide d’amont en aval en visant la réorganisation complète de chaque secteur (fusions d’entreprises, convention de partage de travail entre entreprises, modifications des techniques d’exploitation).

  • 50 Ibid., p. 17.

54Pour Claude Gruson, c’est l’outil qu’il est en train d’élaborer non sans de grandes difficultés au SEEF, le TEI, qui permettra au futur Plan de remplir sa mission de réorganisation complète de l’économie, et il n’hésite pas à écrire : « Un travail beaucoup plus satisfaisant pourra sans doute être mené à bien dans quelques mois, lorsque le Tableau Économique détaillé qui est en cours d’élaboration sera achevé […] et permettra de mettre en œuvre les techniques fondamentales de la planification »50. Il présente ensuite le Tableau Économique d’Ensemble (TEE) et le TEI comme les moyens privilégiés et nécessaires qui fourniront au futur Plan des comptes économiques prévisionnels adaptés à ses missions. On ne peut s’empêcher de relever la foi de Claude Gruson en ses outils et en leurs implications, ni manquer de percevoir l’espoir impérialiste de mettre la main sur le Plan. Claude Gruson envisage peut-être même de remplacer Étienne Hirsch en 1954 ou tout au moins d’investir le Plan pour l’infléchir et voir les outils du SEEF appliqués.

  • 51 Ibid., p. 23.

55Claude Gruson expose ensuite les principes directeurs de sa conception de la libération des échanges : la libération progressive et sectorielle des échanges, l’abaissement des prix de revient de l’agriculture et du coût de la distribution, la définition d’efforts d’exportation ciblés et adaptés à l’état des marchés extérieurs. Il en appelle à une coopération et à des négociations commerciales privilégiées avec les pays qui pratiquent une planification et il estime nécessaire d’inciter les autres pays à adopter la planification afin de déterminer le choix des produits à exporter et de fixer les objectifs d’exportation : « Les pays qui accepteraient d’établir par des méthodes comparables, pour les rapprocher ensuite, leurs hypothèses sur l’évolution de la production et de la consommation arriveraient à jeter les bases rationnelles de cette division internationale du travail qui a cessé aujourd’hui de s’imposer spontanément »51. Cette coopération et cette division internationales organisées par la planification, préconisées pour la première fois dans ce rapport, Claude Gruson les appellera de ses vœux tout au long de sa carrière.

56Claude Gruson aborde ensuite la question du contrôle par le Plan, et il se déclare favorable à des moyens importants : les secteurs et entreprises qui se verraient bénéficier d’une aide financière du Plan seraient étroitement contrôlés et surveillés.

  • 52 Ibid., p. 5.

57Le responsable du SEEF ne cache pas qu’au moins dix-huit mois seront nécessaires avant que le Plan tel qu’il l’ambitionne ne commence à fonctionner. Il s’appuierait sur le TEE dont l’élaboration demande beaucoup de temps et de gros moyens matériels. Plus loin, Claude Gruson joue les Cassandre en se déclarant très pessimiste sur l’année 1955 telle qu’elle se présente au regard de la balance des échanges et du Budget. Enfin, il déclare que l’on peut néanmoins élaborer un Plan complet mais « non sans de grands risques d’erreur »52.

2. La déception de Claude Gruson

  • 53 Voir Richard T. Griffiths (dir.), À la découverte de l’OECE, op. cit.

58Claude Gruson en rédigeant ce rapport prend le risque de ne pas être suivi : en se déclarant pour un Plan fort et contraignant, il pose une alternative politique qui semble dépassée dans le contexte politico-administratif de 1954, et il explique ensuite que le Plan fort qu’il souhaite ne peut pas être opérationnel avant un long délai, ce qui ne peut manquer de décourager les décideurs politiques préoccupés du court terme et de l’échéance posée par l’OECE sur l’ouverture des frontières53 ; de plus, il n’exclut pas les risques d’erreur de ce Plan, dus au manque d’informations de base. Autant d’arguments qui peuvent jouer en sa défaveur.

59Cette note, que l’on peut qualifier de typiquement « grusonienne » par son volontarisme et son ardeur, – en insistant sur l’importance et sur la lourdeur des travaux à entreprendre, sur les aléas des résultats à escompter, en remettant en question la libéralisation économique amorcée en France depuis 1949, enjouant les Cassandre avec un ton alarmiste lorsqu’il évoque une ouverture des frontières subie et dangereuse pour l’économie française si elle est n’est pas organisée de haut en bas par le Plan, en manifestant une foi sans faille à l’égard de ses outils, en critiquant le patronat jugé incompétent et routinier –, semble décalée, démesurée et irréalisable dans le contexte économique et politique de l’époque. Claude Gruson ne trouvera aucun soutien, ni au cabinet d’Edgar Faure auprès de Valéry Giscard d’Estaing ni au cabinet de Pierre Mendès France auprès de Simon Nora.

60En écrivant ce rapport, Claude Gruson semble avoir choisi de passer pour un utopiste. C’est alors le début de son repositionnement voire de sa marginalisation au sein du complexe politico-administratif. Il devient progressivement la figure respectée et estimable que tous les interviewés s’accordent à reconnaître, mais commence à passer pour un expert idéaliste dont les avis ne seront pas suivis. Au cours de cet épisode, l’homme de conviction, aux visions messianiques a pris le pas sur l’innovateur adaptable et conscient des marges de manœuvre que lui laisse son environnement. Cette erreur d’appréciation et de jugement se solde par un échec personnel pour Claude Gruson.

  • 54 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF.

61En effet, Claude Gruson garde un souvenir amer de cette expérience, sa déception est grande de ne pas avoir pu faire passer sa conception du Plan. On peut même parler d’un sentiment de malentendu entre ses convictions et ce qu’il croyait être les aspirations de Pierre Mendès France. Il conserve l’impression que celui-ci ne s’est pas intéressé aux travaux de la mission. Il le raconte très bien au cours de ses entretiens, alors qu’il est beaucoup moins clair sur ce point dans des déclarations officielles et publiées54.

62Pierre Mendès France n’a pourtant pas laissé planer l’équivoque. Ses discours publics ne font jamais référence au Plan, non seulement lors des deux déclarations d’investiture de juin 1953 et de juin 1954 mais encore de toutes les interventions du président du Conseil de juin 1954 à février 1955. En revanche, le choix pour la libération de l’économie et des échanges est clairement défini par Pierre Mendès France dès sa déclaration d’investiture du 16 juin 1954. Plus tard, dans l’exposé des motifs de la loi de pleins pouvoirs d’août 1954, Pierre Mendès est sans équivoque, il se réfère au plan de dix-huit mois pour l’« amplifier » en posant le principe d’une libération de l’économie et d’une disparition des protections et ententes qui sont autant d’obstacles au libre fonctionnement des mécanismes du marché.

  • 55 Claude Gruson, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

63Autre décision de Pierre Mendès France, le rattachement du Plan aux Finances décrété le 12 juillet 1954. Cette mesure contraire aux souhaits initiaux de Jean Monnet peut paraître être une menace pour le Plan qui perd son indépendance et passe sous la coupe de la rue de Rivoli. Cette question n’émeut pourtant aucun des membres du SEEF. Certains se déclarent même favorables à cette décision qui favorise le rapprochement technique et intellectuel du Plan et du SEEF55. Il paraît clair à la lecture du rapport de juillet 1954 que les visées de Claude Gruson sont axées sur le Plan et qu’il voit certainement dans ce rattachement la possibilité de renforcer son influence sur le Plan.

  • 56 Paris, Unesco, 1954
  • 57 Olivier Feiertag, « Pierre Mendès France acteur et témoin de la planification française 1943-1962 » (...)

64Dans l’ouvrage économique que Pierre Mendès France rédige avec la collaboration de Gabriel Ardant sur La Science économique et l’action56 et qui paraît en octobre 1954, la planification est totalement absente. Il est vrai que le Plan connaît à l’époque une certaine désaffection. Le nouveau Plan n’est adopté par les députés que le 25 mai 1955 et par les sénateurs le 22 mars 1956, soit deux ans après le dépôt du projet de loi, le 1er juin 1954. Pierre Mendès France ne fait pas déposer les projets de loi de programme nécessaires à l’application du Plan, alors que le projet portant approbation du Plan prévoyait que ce serait le cas avant le 1er octobre 195457.

  • 58 Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 463.

65Claude Gruson a-t-il cru qu’il serait soutenu et que ses conceptions rejoindraient celles de Pierre Mendès France ? Et peut-on parler d’un retournement de Pierre Mendès France qui lorsqu’il était ministre de l’Économie à la Libération s’était prononcé en faveur d’un Plan fort ? Plusieurs hypothèses sont à avancer. Pierre Mendès France est avant tout un homme politique qui doit faire attention à son électorat de base du parti radical, composé en grande partie de commerçants et de professions libérales, et de dirigeants de petites et moyennes entreprises qui ne verraient pas d’un bon œil en 1954 l’éclosion d’un Plan fort au service d’une politique dirigiste. Il lui adresse un message sans ambiguïté dans une interview à L’Entreprise le 15 novembre 1954 : « Nous voulons restituer à la libre concurrence son rôle moteur »58.

  • 59 Voir Pierre Mendès France et l’économie, op. cit., p. 394-395.
  • 60 Pierre Mendès France le dit explicitement dans la note du 18 juillet 1954 qu’il adresse à son minis (...)

66D’autre part, comme le souligne Simon Nora59, Pierre Mendès France est un homme de dossiers, plus préoccupé en juillet de la question de l’Indochine et qui ne souhaite pas prendre une décision de l’importance que lui propose Claude Gruson. Troisièmement, Pierre Mendès France est conscient du contexte politique et administratif qui n’incite pas à réorganiser l’État autour d’un Plan fort et centralisateur60. Quatrièmement, si Pierre Mendès France a plaidé pour un Plan fort en 1944-1945 en économie de pénurie, ses convictions ont sans doute évolué et intégré les conditions nouvelles de la modernisation et de l’expansion sous-tendue par la libéralisation des échanges impulsée par les Américains et ratifiée à l’OECE avec la perspective d’un traité européen.

  • 61 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 62 Archives privées Simon Nora, sous-pochette juillet-novembre 1954. Voir également Gérard Bossuat, «  (...)
  • 63 Archives privées Simon Nora, sous-pochette juillet-novembre 1954. Toutes les notes économiques de S (...)

67Selon Simon Nora, c’est dans le domaine de la libération des échanges que Pierre Mendès France s’avéra être le plus courageux face à un électorat résistant. Simon Nora affirme avoir joué un rôle essentiel dans la conversion de Pierre Mendès France à la libération des échanges61. Dans une note qu’il lui adresse à la mi-juillet 1954 à Genève62, et au cours de longues discussions, Simon Nora plaide en faveur de la libération rapide des échanges qui amènerait l’économie française à se débarrasser de ses canards boiteux, de ses inerties et de ses blocages et donc à se moderniser et à devenir compétitive. C’est la libération des échanges et de l’économie qui conduirait l’économie à se moderniser. Le triptyque économique que développe à l’époque Simon Nora est : libéralisation de l’économie et des échanges, aide à la reconversion des hommes et des entreprises qui seraient sacrifiés par l’ouverture des frontières, développement de la politique régionale (la reconversion doit s’effectuer à l’échelon régional)63.

  • 64 Pierre Mendès France, « Directives générales du Plan économique », 18 juillet 1954, in Œuvres compl (...)
  • 65 Pierre Mendès France décide la libération des échanges à 75 % en décembre 1954.
  • 66 Pierre Mendès France, « Exposé des motifs de la loi » nº 9034, Œuvres complètes, op. cit., t. III, (...)

68Quelques jours après avoir reçu cette note, Pierre Mendès France envoie une note de politique économique à son ministre des Finances Edgar Faure le 18 juillet qui n’a pu manquer d’être transmise à Claude Gruson qui travaille sous la responsabilité d’Edgar Faure. Pierre Mendès France explique que la rénovation de l’économie ne doit s’effectuer ni par un libéralisme forcené qui entraînerait chômage et « souffrances sociales intolérables » ni par « un planisme rigoureux » qui suppose « un contexte politique et administratif qui n’existe pas »64. Il préconise une adaptation progressive à la libération des échanges65 et à la liberté du marché. L’heure n’est plus à la planification mais à la libéralisation. L’État est là pour accompagner et amortir les évolutions du marché en aidant la reconversion et la réadaptation des entreprises et des travailleurs : « La véritable révolution » est « de ne plus contrarier l’évolution »66. On est loin de la conception de Claude Gruson qui défend l’idée d’un Plan, chargé de restructurer l’ensemble de l’économie française avant de la conduire à la fatidique libéralisation des échanges.

  • 67 Archives privées Jean Saint-Geours, « Dossier New Deal ». Jean Saint-Geours rédige des morceaux du (...)
  • 68 SAEF, 1 A 390, « Note sur les mesures proposées par le groupe de travail », 22 juillet 1954, 44 p.

69Après le rejet du premier rapport, la mission Gruson, dont les travaux sont suivis de près par Jean Saint-Geours, nommé en août 1954 au cabinet de Pierre Mendès France67, propose un second rapport apuré de toute conception planificatrice qui préconise une politique de désarmement douanier programmé et la création d’un Fonds d’adaptation et de reconversion financé par la direction du Trésor. L’État accompagne le mouvement de libéralisation et d’ouverture des marchés, mais il ne le conduit pas d’amont en aval comme l’aurait souhaité Claude Gruson. Ce second rapport intègre les directives de Pierre Mendès France qui poursuit la libéralisation de l’économie amorcée depuis 1949 en proposant d’allier une meilleure gestion des finances publiques avec une volonté d’investissements productifs. L’introduction du second rapport précise que les mesures préconisées doivent être complétées et accompagnées dans « la préparation du prochain Budget qui doit être l’occasion d’une vigoureuse action de compression des charges improductives et d’accélération du programme d’investissement »68.

  • 69 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF. Confirmé par Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aud (...)

70Ce second rapport se présente comme une batterie de mesures déclinées en onze têtes de chapitre : la politique agricole ; l’adaptation de l’industrie et le reclassement de la main-d’œuvre ; l’assainissement de la distribution ; le logement ; la recherche scientifique et technique ; la politique de productivité ; mesures d’ordre financier et bancaire ; l’équilibre des échanges extérieurs ; la tarification de l’énergie ; la coordination des transports ; la fiscalité. Ces têtes de chapitre sont suivies de listes de mesures très ponctuelles. On a là le répertoire typique des thèmes mendésistes, mais on est bien loin du vaste Plan d’économie générale que préconisait Claude Gruson. Ce rapport servira, à la surprise désappointée de Claude Gruson, à rédiger en une nuit dans l’urgence avec Simon Nora l’exposé des motifs de la loi du 10 août 1954 qui accorde au gouvernement les pouvoirs spéciaux en matière économique69.

  • 70 Louis-Pierre Blanc, cité dans François Fourquet, op. cit., p. 213.
  • 71 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les problèmes administratifs », non datée, non signée et (...)

71Peut-on parler d’une déception dans les rangs du SEEF ? Le plus désappointé semble être Claude Gruson qui n’a pas pu faire passer sa conception du Plan ; la désillusion est peut-être moins grande mais tout aussi réelle pour Louis-Pierre Blanc : « Tout cela a débouché sur un rapport que je serais curieux de relire, je ne sais pas ce qu’il est devenu car il n’a pas été publié. Il y a eu à la fin un comité interministériel, j’en ai encore le triste souvenir. La discussion a été du niveau du café du commerce ; Mendès n’avait pas le temps de s’en occuper et je suppose qu’Edgar Faure ne devait pas pousser très fort »70. Une note du SEEF révèle le désappointement qui touche certains membres du SEEF inquiets de la tournure des travaux de la mission Gruson ; cette note dénonce « l’interprétation qui est donnée […], dans le sens d’une concentration capitaliste, [ce qui] ne peut qu’inciter à la prudence » et souligne les dangers « d’une politique préconisée qui serait en effet la plus typiquement réactionnaire que le pays a connu depuis longtemps »71.

  • 72 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 11, Paris, 1989, CHEF (...)

72De leur côté, Simon Nora, Jean Sérisé et Jean Saint-Geours émettent des réserves, mais plus nuancées, sur le bilan économique de Pierre Mendès France. Ils estiment notamment que l’exposé des motifs marque une avancée réelle en faveur de la libération des échanges et de l’Europe72. Ce point de vue tient certainement à leur position de jeunes hauts fonctionnaires réalistes au cœur des dossiers et se définissant comme étant des modernistes ouverts sur l’Europe.

C. Le SEEF obtient grâce à Pierre Mendès France de nouveaux moyens

73Malgré tout, cette expérience s’accompagne néanmoins d’un aspect très positif en faveur du développement en personnel du SEEF. Claude Gruson demande au cours d’un entretien à Pierre Mendès France, quelques jours avant la chute de son gouvernement, de l’aider :

  • 73 Voir Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902 (...)
  • 74 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Au moment où Pierre Mendès France est venu au pouvoir, comme nous avions avec lui de très bonnes relations, nous avions la possibilité de formuler devant lui des revendications aberrantes. Je lui ai dit qu’une aide de la Banque de France, qui est une source de ressources quasi infinies, était souhaitable pour développer le SEEF. Et comme Pierre Mendès France avait une autorité morale incontestable, Baumgartner73 a accepté »74.

  • 75 Ibid.

74Si Wilfrid Baumgarner a accepté de financer le SEEF, ce n’est pas par goût de la novation ni par conviction de l’utilité de ses travaux mais pour deux raisons : la première, qui selon Claude Gruson a son importance, tient au fait que Baumgartner est inspecteur des Finances et protestant comme Gruson ; la deuxième raison est le prestige de Pierre Mendès France dont le retour à la présidence du Conseil est alors envisageable75.

75Une promesse tenue non sans hésitation raconte Claude Gruson qui suivait ces négociations par l’intermédiaire d’un ami proche, Pierre Besse, directeur de cabinet de Pierre Pflimlin en 1955 et sous-gouverneur à la Banque de France :

  • 76 Ibid.

« La réalisation de sa promesse a été longue, Baumgartner a hésité, il en a parlé au ministre des Finances de l’époque, Pierre Pflimlin, il lui a dit que cela l’ennuyait »76.

  • 77 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p., p. 2.

76Claude Gruson propose des solutions originales pour utiliser l’aide de la Banque de France, notamment en essayant « de constituer un organisme para-administratif, soit sous la forme d’une association de droit privé, soit même sous la forme d’une société commerciale ; cet organisme ayant pour mission de recruter et de payer le personnel non administratif nécessaire à l’accomplissement des travaux de comptabilité économique »77. Claude Gruson fait preuve à nouveau d’adaptation et d’imagination, talents indispensables à tout innovateur et propose un système tout à fait original pour un service administratif, mais qui ne sera finalement pas retenu ; c’est un autre mode de financement du SEEF par la Banque de France, non moins atypique au sein de l’administration, qui se met en place à partir de 1956.

  • 78 Claude Gruson, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.
  • 79 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

77Le système qui s’élabore en 1956 a le mérite d’être expéditif et efficace : Claude Gruson dispose en son nom propre d’une ligne dans la comptabilité de la Banque de France lui attribuant à partir de 1955 cinquante millions d’anciens francs78. Un budget fixé par Claude Gruson par téléphone avec Wilfrid Baumgartner79 :

  • 80 Henri Bizot, né en 1901. Inspecteur des Finances, promotion 1925. Directeur du Comptoir national d’ (...)
  • 81 Yves Thomazeau, né en 1908. Polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1931. Secrétaire gén (...)
  • 82 Jacques de Fouchier, inspecteur des Finances et ami de Claude Gruson, est président de la Compagnie (...)
  • 83 Avec l’aide de Pierre Dreyfus, vice-président de la régie Renault, puis PDG à partir d’avril 1955, (...)
  • 84 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« La subvention nous était versée à un compte ouvert sous mon nom au Comptoir national d’escompte. J’avais de bons rapports avec le Comptoir national d’escompte à cause de Bizot80 et de Thomazeau81 que je connaissais bien. J’avais là un compte de chèques et alors, dans un premier temps, je versais moi-même les chèques de mes collaborateurs, une douzaine, une quinzaine par mois. Et puis alors sont apparues des difficultés successives : première difficulté, on pouvait payer comme cela des collaborateurs, mais la Sécurité sociale ? Alors nous avions mis en place un système extrêmement complexe qui consistait à demander à des amis qui avaient des entreprises d’embaucher nos collaborateurs, c’étaient eux qui les payaient et nous les remboursions, y compris les charges sociales. Alors la Compagnie bancaire82, la régie Renault83 et toute une série d’entreprises de ce genre ont embauché ceux qui étaient en fait les contractuels du SEEF, ils les payaient et je les remboursais par un chèque »84.

78Cette solution hétérodoxe éclaire sur les qualités qui sont exigées d’un innovateur pour asseoir et développer son innovation : imagination, adaptation et capacité à prendre des risques ; il faut également disposer d’un réseau et d’appuis bien placés tout en faisant preuve de discrétion, et en sachant saisir les opportunités au coup par coup et avec ténacité. Il est intéressant de souligner qu’au sein même d’une administration à la réputation classique, des cadres sont amenés à concevoir et à recourir à des moyens latéraux leur permettant de contourner les rigidités administratives.

79Le SEEF sait aussi utiliser l’influence de Pierre Mendès France pour renforcer son assise administrative en se faisant attribuer au Journal officiel du 2 mai 1955 un poste de sous-directeur et un poste de chef de service. D’une part, Simon Nora est nommé sous-directeur au SEEF. D’autre part, le poste de chef de service est créé à la direction du Trésor, destiné au SEEF. Il n’est pourtant pas occupé administrativement par Claude Gruson, qui préfère percevoir le traitement d’un commissaire du gouvernement, supérieur à celui d’un chef de service. Il sera ultérieurement attribué au successeur de Claude Gruson et il a donc surtout le mérite de donner une assise administrative au SEEF :

  • 85 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« À l’égard de l’ensemble du service et de mes collaborateurs, le fait qu’il y ait eu un chef de service même si ce n’était pas en fait, cela donnait tout de même une certaine sécurité, cela donnait une existence administrative à ce SEEF qui n’existait pas autrement »85.

80Ce point révèle les subtilités administratives où convergent, même pour un service atypique, les soucis d’intérêt particulier et le besoin de reconnaissance administrative. Claude Gruson fait preuve là encore de souplesse pour lui et pour son service.

Notes

1 Voir Michel Margairaz (dir.), Pierre Mendès France et l’économie, Paris, Odile Jacob, 1989. Rappelons la biographie de Jean Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Le Seuil, 1981 et le t. II des Œuvres complètes de PMF, Paris, Gallimard, 1985.

2 Décret nº 52-164 du 18 février 1952, Journal officiel, 19 février 1952, p. 2049.

3 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF. Simon Nora insiste sur ce point : selon lui, ces documents n’étaient pas des documents confidentiels et en les transmettant à Pierre Mendès France, il ne dérogeait nullement à la règle du devoir de réserve.

4 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

5 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

6 Edgar Faure est président du Conseil et ministre des Finances du 20 janvier au 8 mars 1952. Parti radical.

7 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF. Edgar Faure, dans ses Mémoires, Paris, Plon, 1982, t. I, évoque sa stratégie d’alliance avec Pierre Mendès France en 1952 mais ne relate pas la création de la commission des comptes de la Nation.

8 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

9 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF ; Louis-Pierre Blanc, 6 février 1995, Paris, Aude Terray, CHEFF.

10 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF ; Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1989, CHEFF ; Jean Ripert, cassette 8, Paris, 1989, CHEFF ; Jacques Mayer, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF ; Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

11 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

12 Francis-Louis Closon est directeur général de l’INSEE jusqu’en septembre 1961.

13 Alfred Sauvy est directeur de l’Institut National d’Études Démographiques (INED). Voir ses mémoires, La vie en plus. Souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1981 et Michel-Louis Lévy, Alfred Sauvy : compagnon du siècle, Paris, La Manufacture, 1990.

14 Pierre Ricard est membre du Conseil économique, vice-président du Conseil National du Patronat Français (CNPF). Voir Henry W. Ehrmann, La politique du patronat français : 1936-1955, Paris, Armand Colin, 1959, et Béatrice Touchelay, art. cit. in Le Mouvement social, 2000.

15 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

16 Jacques Wolff, « Pierre Mendès France et John Maynard Keynes : un premier repérage », in Michel Margairaz (dir.), Pierre Mendès France et l’économie, op. cit., p. 57-73.

17 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

18 Guillaume Guinde y est directeur des Finances extérieures de 1946 à 1952. Voir, à propos de Guillaume Guindey et de son action, Solène Lepage, La direction des Finances extérieures 1946-1953. Les années fondatrices ou le magistère Guindey, thèse, D. Barjot (dir.), École des chartes, 1996.

19 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

20 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu des travaux de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation. Session de mars 1953 », Paris, Imprimerie nationale, 1953, supplément Finances françaises, Statistiques et Études financières, nº 17, 1953, p. 179-249.

21 Interview de Pierre Mendès France, L’Express, nº 1, 16 mai 1953.

22 Simon Nora, Débats de la commission des comptes économiques de la Nation, session de mars 1953, Paris, Imprimerie nationale, 1953, p. 217.

23 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

24 Pierre Pflimlin est ministre des Finances et des Affaires économiques du 23 février 1955 au 1er février 1956. Il justifie sa décision au cours d’une interview à Carrefour du 21 décembre 1955, nº 588, p. 1 : « Ces documents (les rapports de la commission), souvent difficiles à interpréter, peuvent donner lieu à des conclusions erronées ou à des exploitations tendancieuses. Il appartient donc au ministre responsable d’apprécier s’il est opportun à un moment donner de les livrer au public. La communication à la commission des comptes de la Nation qui comprend 70 membres, parmi lesquels se trouve un représentant de la CGT, équivaut pratiquement à une publication ». En raison des critiques que suscite cette décision, Pierre Pflimlin accepte que le rapport soit reproduit en janvier 1956 dans Statistiques et Études financières. Pierre Pflimlin ne fait pas mention de cet épisode dans Jean-Louis English et Daniel Rot, Entretiens avec Pierre Pflimlin, itinéraires d’un Européen, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1989.

25 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

26 Claude Gruson, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF.

27 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation, séances de mars 1953, mai 1954, et mars 1956 », Paris, Imprimerie nationale, 1953, 1954 et 1956.

28 SAEF, Z 74 29, « Compte rendu de la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation, mars 1953 », Paris, Imprimerie nationale, 1953, p. 1.

29 Voir Serge Siritzky et Françoise Roth, Le roman de L’Express : 1953-1978, Paris, Jullien, 1979 et Michel Jamet, Les défis de L’Express, Paris, éd. du Cerf, 1981.

30 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

31 Jean-Jacques Servan-Schreiber, polytechnicien, journaliste au Monde 1948-1953. Directeur de L’Express à partir de mai 1953.

32 Selon Simon Nora, c’était la ligne éditoriale de Françoise Giroud et de Jean-Jacques Servan-Schreiber qui ne désiraient pas que les articles soient signés.

33 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

34 Ibid.

35 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

36 Les hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli ne pouvaient manquer d’être sensibles au discours « mendésiste » favorable à la rigueur budgétaire. Ils apportent leur soutien à Pierre Mendès France lorsque celui-ci les invite à collaborer aux travaux de la commission des comptes de la Nation. Il ne faut pas non plus oublier le contexte politique de l’époque et le pragmatisme de ces hauts fonctionnaires vis-à-vis d’une personnalité politique à l’avenir prometteur.

37 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

38 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

39 Ibid.

40 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF.

41 Pierre Mendès France, « Déclaration d’investiture », 16 juin 1954, in Œuvres complètes, Gouverner c’est choisir, 1954-1955, Paris, Gallimard, 1986, t. III, p. 53.

42 François Bloch-Lainé est alors directeur général de la Caisse des Dépôts et consignations (1952-1967).

43 Valéry Giscard d’Estaing est alors conseiller technique au cabinet du ministre des Finances Edgar Faure.

44 Gabriel Ardant est commissaire général de la Productivité. Sur Gabriel Ardant, voir Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, op. cit. et Antoine Weexsteen, Le conseil aux entreprises et à l’État. Le rôle de Jean Milhaud (1898-1991) dans la CEGOS et l’ITAP, thèse de doctorat, EHESS, 1999.

45 Étienne Hirsch est commissaire au Plan.

46 Voir infra, chapitre VI.

47 Archives privées Claude Gruson, « Note pour le groupe de travail », 5 juillet 1954, 42 p., p. 4.

48 Ibid., p. 7.

49 Ibid., p. 13.

50 Ibid., p. 17.

51 Ibid., p. 23.

52 Ibid., p. 5.

53 Voir Richard T. Griffiths (dir.), À la découverte de l’OECE, op. cit.

54 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF.

55 Claude Gruson, cassette 12, Paris, 1989, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

56 Paris, Unesco, 1954

57 Olivier Feiertag, « Pierre Mendès France acteur et témoin de la planification française 1943-1962 » in Pierre Mendès France et l’économie, op. cit., p. 365-402.

58 Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 463.

59 Voir Pierre Mendès France et l’économie, op. cit., p. 394-395.

60 Pierre Mendès France le dit explicitement dans la note du 18 juillet 1954 qu’il adresse à son ministre des Finances Edgar Faure intitulée « Directives générales du Plan économique », cette note est reproduite dans les Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 765-768.

61 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

62 Archives privées Simon Nora, sous-pochette juillet-novembre 1954. Voir également Gérard Bossuat, « Pierre Mendès France, une volonté pour l’Europe 1944-1974 », in Pierre Mendès France et l’économie, op. cit., p. 168-208.

63 Archives privées Simon Nora, sous-pochette juillet-novembre 1954. Toutes les notes économiques de Simon Nora tournent autour de ces trois thèmes.

64 Pierre Mendès France, « Directives générales du Plan économique », 18 juillet 1954, in Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 765.

65 Pierre Mendès France décide la libération des échanges à 75 % en décembre 1954.

66 Pierre Mendès France, « Exposé des motifs de la loi » nº 9034, Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 770.

67 Archives privées Jean Saint-Geours, « Dossier New Deal ». Jean Saint-Geours rédige des morceaux du rapport final de la mission Gruson, il en corrige d’autres. Les trois thèmes centraux qu’il développe sont libéralisation, reconversion industrielle et politique régionale.

68 SAEF, 1 A 390, « Note sur les mesures proposées par le groupe de travail », 22 juillet 1954, 44 p.

69 Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF. Confirmé par Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF.

70 Louis-Pierre Blanc, cité dans François Fourquet, op. cit., p. 213.

71 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les problèmes administratifs », non datée, non signée et classée dans le Dossier « Pierre Mendès France 1954 », 5 p., p. 3. Cette note paraît émaner des membres les plus engagés politiquement du SEEF.

72 Simon Nora, 2 février 1999, Paris, Aude Terray, CHEFF ; Jean Sérisé, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF ; Jean Saint-Geours, cassette 3, Paris, 1993, CHEFF.

73 Voir Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la Nation (1902-1978). Un grand commis à la croisée des pouvoirs, thèse de doctorat d’État, Alain Plessis (dir.), Université de Paris X-Nanterre, 1994.

74 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

75 Ibid.

76 Ibid.

77 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note pour monsieur Plescoff », 22 octobre 1956, 4 p., p. 2.

78 Claude Gruson, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

79 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

80 Henri Bizot, né en 1901. Inspecteur des Finances, promotion 1925. Directeur du Comptoir national d’escompte de Paris puis directeur général, 1940-1962.

81 Yves Thomazeau, né en 1908. Polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1931. Secrétaire général puis directeur du Comptoir national d’escompte de Paris, 1942-1964.

82 Jacques de Fouchier, inspecteur des Finances et ami de Claude Gruson, est président de la Compagnie bancaire.

83 Avec l’aide de Pierre Dreyfus, vice-président de la régie Renault, puis PDG à partir d’avril 1955, et ami de Claude Gruson.

84 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

85 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540