Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Chapitre III. Quels sont les moyens dont Claude Gruson dispose jusqu’en 1952 ?

Texte intégral

1Il faut attendre 1952 pour qu’apparaisse dans le Bottin administratif une équipe de comptabilité nationale rattachée au service central de la direction du Trésor et composée de Claude Gruson chef de service, de Simon Nora, inspecteur des Finances chargé de mission et de deux administrateurs civils, Jean Sérisé et Charles Prou. Ne figurent dans ce volume que les administratifs du ministère des Finances, et les chercheurs de l’équipe de comptabilité nationale recrutés en dehors du ministère sont de véritables clandestins.

2Pourquoi l’équipe de Claude Gruson est-elle contrainte d’adopter une stratégie de prudence ? Comment Claude Gruson parvient-il à constituer une équipe de comptabilité nationale ? Comment celle-ci réussit-elle progressivement sa greffe au sein du ministère des Finances ?

I. Pourquoi l’équipe de Claude Gruson n’est-elle pas officialisée administrativement ?

A. Une stratégie délibérée de prudence

  • 1 Dès 1950, Louis-Pierre Blanc, polytechnicien, administrateur de l’INSEE, rejoint l’équipe de Claude (...)

3Une stratégie de prudence s’impose d’abord au sein du ministère des Finances. La discrétion est de mise vis-à-vis du secrétariat d’État aux Affaires économiques, et notamment vis-à-vis de l’INSEE dont le nouveau directeur général, Francis-Louis Closon voit d’un très mauvais œil se développer les travaux de comptabilité nationale de l’équipe de Claude Gruson pour plusieurs raisons : il estime que ces travaux empiètent sur ses attributions ; il a du mal à recevoir les injonctions de réforme que lui adresse l’équipe de Claude Gruson et il déplore que certains de ses bons éléments s’intéressent de trop près, à son goût, aux travaux de cette équipe1 ! Jean Sérisé relate une violente altercation qu’il date du début des années cinquante avec Francis-Louis Closon :

  • 2 Jean Sérisé, 31 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Il faut que je m’interpose entre Closon et Gruson, parce que Closon dit que l’on fait le travail que doit faire l’INSEE. Je lui explique que nous rassemblons les statistiques parce que l’INSEE ne le fait pas. Il comprend qu’on ne veut pas lui confisquer sa statistique et que, au contraire, on voudrait plutôt lui céder »2.

4Ces propos font ressortir toute l’ambiguïté des rapports entre l’INSEE et l’équipe de Claude Gruson et à quel point leur sort respectif est lié.

5La discrétion est volontaire de la part de la direction du Trésor vis-à-vis de la direction du Personnel du ministère des Finances car, selon François Bloch-Lainé :

  • 3 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Ce que le Personnel ne voulait pas, c’était avoir un service qui se développe et qui lui boulotte ses crédits au détriment des autres services déjà existants »3.

  • 4 Ibid.

6Il en va de même à l’égard des autres directions du ministère afin d’éviter de donner l’image d’un Trésor tentaculaire et impérieux. De plus, François Bloch-Lainé déclare se méfier du « réformisme péremptoire »4 qui est selon lui voué à l’échec :

  • 5 Ibid.

« Pour être toléré, il fallait d’abord exercer la dictature du service rendu. Il fallait être discret pour inspirer confiance et sympathie »5.

7Cette discrétion s’explique aussi par le fait que la petite équipe de Claude Gruson est en cours de constitution et qu’elle élabore ses outils dans l’ombre et à l’abri de la direction du Trésor, sans souci immédiat de rentabilité. Elle passe par une période de tâtonnements et de recherche. Celle-ci n’est pas propice aux revendications administratives puisque les membres de l’équipe n’ont pas encore fait la preuve de l’utilité de leurs outils et que, bénéficiant d’une couverture à la direction du Trésor, ils ont les moyens de subvenir à leurs besoins.

8D’autre part, le contexte de restrictions budgétaires accentué par le plan Mayer de janvier 1948 rend très difficile toute création officielle de structure administrative. Il impose à François Bloch-Lainé de contourner les rigidités administratives et budgétaires en trouvant des moyens latéraux pour développer sa direction, et l’a conduit à nommer Claude Gruson chef de la mission de contrôle des activités financières pour lui assurer un traitement.

  • 6 Ibid. Voir aussi Jean Saint-Geours, Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 48-49.

91948, c’est également le retour d’un certain libéralisme et des modérés au pouvoir. Des réticences aux travaux de Claude Gruson se manifestent. Jean Saint-Geours et François Bloch-Lainé se souviennent de l’accueil glacial que réservent les inspecteurs des Finances à un exposé de Claude Gruson en 19506 ; la plupart de ces inspecteurs des Finances, formés à l’école libérale des années trente, se déclarent méfiants à l’égard des travaux de comptabilité nationale et des budgets économiques qui passent à leurs yeux pour des instruments d’étatisation excessive.

  • 7 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 75.
  • 8 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 9 Jacques Plassard dans son entretien du 11 décembre 1997 est très virulent sur ce point.
  • 10 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

10Ces réticences s’expliquent aussi par l’engagement politique quasi un anime de l’équipe à gauche, dont certains membres se réclament du parti communiste (Claude Alphandéry, Jacques Mayer, Jacques Le Noane, Jean Bénard). Comme le déclare Claude Gruson dans son livre Programmer l’espérance7, son équipe initiale était essentiellement composée de gens ayant une sensibilité de gauche qui aspirent à des changements profonds de structure et de mentalités. Selon François Bloch-Lainé, un début de « chasse aux sorcières »8 a lieu à partir de 1950 au sein de l’administration, ce qui l’amène à nommer ses jeunes administrateurs communistes dans l’équipe de Claude Gruson, moins exposée. Cette présence importante de communistes a certainement nui à l’image de l’équipe de Claude Gruson, non seulement auprès des milieux patronaux9 mais également auprès des hauts fonctionnaires plus traditionalistes du ministère des Finances. Claude Gruson est conscient de ces critiques et doit donc adopter au moment où ses outils commencent à être connus une attitude prudente pour les justifier et les installer10.

11Claude Gruson est donc amené à ne plus déclarer ouvertement comme en 1949 dans son livre Esquisse d’une Théorie générale de l’équilibre économique qu’il est favorable à un régime collectiviste. Ses proches collaborateurs font eux aussi preuve de prudence et présentent leur novation comme un outil moderne de rationalisation, approprié à une politique économique néo-libérale.

  • 11 SAEF, B 34 091, Charles Prou, « Vers un budget économique français », 20 p., p. 2.
  • 12 Ibid.

12Charles Prou dans une note pour promouvoir les travaux du comité d’Experts joue profil bas. Révélatrice est son annotation manuscrite à l’intention de Claude Gruson qui fait allusion à son autocensure en cours de rédaction ! Après avoir évoqué « les railleries » et « les réactions d’hostilité », qui viennent selon lui essentiellement des milieux d’affaires qui craignent une mainmise étatique sur le secteur privé, Charles Prou déclare que « les travaux actuels ne supposent aucunement un surcroît de dirigisme » et il va même jusqu’à affirmer qu’ils « représentent peut-être la dernière chance de survie d’un secteur libre »11. Une telle affirmation montre que l’équipe de Claude Gruson est consciente du milieu dans lequel elle évolue, et que, pour faire accepter sa novation, elle ne la présente pas comme une remise en cause de l’ordre établi mais comme une chance de survie par la modernisation, voire une possibilité de se conforter en s’améliorant. Pourtant, quelques lignes plus loin, Charles Prou ne peut s’empêcher d’utiliser des arguments aux accents plus lyriques et plus politiques en affirmant que la comptabilité nationale est devenue indispensable depuis « la prise de conscience par les classes travailleuses de leur dignité et de leur force […], du refus du chômage comme moyen normal d’adaptation » et de « l’aspiration légitime à la sécurité matérielle »12.

  • 13 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration (...)

13Claude Gruson tient également compte du contexte néo-libéral dans lequel émergent ses nouveaux outils ; il présente ceux-ci comme destinés à l’organisation (en l’occurrence l’État) au sein de laquelle et pour laquelle ils ont été conçus pour conduire une politique économique rationnelle et pragmatique quel que soit le contexte économique : « le poids du Budget, l’importance des interventions de la puissance publique contraignent l’État moderne à connaître les répercussions de sa gestion et le milieu qu’elle influence. L’information claire que seul peut apporter un Budget national est la condition préjudicielle de tout libéralisme constructif. Il est évident que si les circonstances amènent le retour à des pratiques de contrôle et de direction de l’économie, le budget économique constituera le guide nécessaire de toute politique cohérente »13. Claude Gruson en mettant en avant les incertitudes liées à la guerre de Corée, en présentant comme irréversible le retour au libéralisme, rassure délibérément ses interlocuteurs tout en maintenant sa volonté de rupture avec le passé puisque le « libéralisme constructif » suggère qu’il y en ait un autre, différent de celui pratiqué en France depuis le xixe et qu’il a dénoncé dans l’introduction de son livre !

14Le climat dans lequel l’innovation apparaît en public est donc assez difficile pour Gruson et ses collaborateurs. Il faut prouver aux destinataires de leurs travaux, c’est-à-dire aux hommes politiques mais également aux hauts fonctionnaires des Finances, qu’ils ont avantage à l’innovation parce qu’elle peut renforcer leur pouvoir. Claude Gruson et son équipe sont conscients que pour réussir ils doivent dire et redire que leurs travaux ne remettent pas en cause le système mais que, en l’améliorant et en le modernisant, ils sont susceptibles de le conforter. La stratégie consiste à rassurer et à associer leurs interlocuteurs. Leur prudence prouve qu’ils comprennent la nature des contraintes à laquelle ils sont soumis ainsi que leur marge de manœuvre. Pour promouvoir l’innovation il leur faut désormais agir avec le système et non contre le système.

B. Claude Gruson manifeste pourtant sa volonté de créer un service

  • 14 SAEF, B 34 091, « Esquisse d’une note relative à l’organisation éventuelle d’un service de la Compt (...)

15Une « Esquisse d’une note relative à l’organisation éventuelle d’un service de la Comptabilité économique nationale »14 non datée mais dont le contenu, parce qu’il n’y est pas fait allusion au comité d’Experts, permet de dire qu’elle a été rédigée avant mars 1950 prouve que Claude Gruson a la volonté de créer un service de la comptabilité nationale avant même d’obtenir le transfert des travaux de comptabilité nationale du Plan à la direction du Trésor. Cette note prévoit la création d’un service de la comptabilité nationale qui serait composé d’un état-major et d’un bureau. L’état-major se verrait attribuer les tâches de conception et de réflexion et il disposerait d’une section mathématique pour établir le futur modèle ; il serait également chargé de toutes les relations avec les organismes qui font de la comptabilité nationale : le Plan et l’ISEA, mais aussi l’ONU et l’OECE. Il devrait diffuser les travaux novateurs auprès « des instances supérieures gouvernementales » et auprès des milieux industriels. En outre, cet état-major serait secondé par un bureau dont la fonction principale serait la collecte des informations chiffrées disponibles au ministère des Finances mais également dans le secteur public et dans les banques. La note conclut que le besoin en personnel s’élève à trente personnes. Claude Gruson sera contraint de revoir cet objectif à la baisse : son équipe n’est composée en 1952 que de quinze personnes !

  • 15 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration (...)
  • 16 Ibid., p. 6.

16Une autre note, postérieure à la création et aux travaux du comité d’Experts prouve que Claude Gruson, fort de la publication de son modèle, avance dans la définition des liens entre l’INSEE et le futur SEEF15. Claude Gruson déplore le manque d’unité organique entre le ministère des Finances et le secrétariat d’État aux Affaires économiques et insiste sur la nécessaire collaboration de l’INSEE. Il dresse ensuite les tâches auxquelles selon lui l’INSEE doit s’atteler en priorité : élaborer les comptes du passé et renoncer à des travaux jugés sans intérêt afin de se concentrer sur ceux qui sont indispensables à l’élaboration de la comptabilité nationale (études des propensions à consommer ; structure être venus de la production agricole, de la production industrielle et du commerce ; études de l’emploi par secteurs économiques et régions géographiques). Quant au futur service de comptabilité nationale placé sous sa houlette, il serait selon Claude Gruson « chargé de faire passer cet ensemble d’informations à l’état de “comptes liés” grâce à l’emploi du modèle, permettant le passage rapide à la prévision du présent et du futur »16.

17Cette note annonce les rapports délicats du SEEF et de l’INSEE et porte en germe la crise aiguë de 1958 : l’équipe de Gruson critique les travaux de l’INSEE et voudrait en faire un sous-traitant adapté à ses besoins qu’elle juge prioritaires. L’INSEE considérera que l’équipe de Claude Gruson se réserve la partie noble du travail et qu’elle est favorisée parce qu’elle est implantée rue de Rivoli près du centre de pouvoir, le cabinet du ministre. Signalons enfin que Claude Gruson dans cette note préconise le partage des tâches entre le SEEF et l’INSEE qui va inspirer le décret de création de la commission des comptes de la Nation quelques mois plus tard, en 1952.

II. L’équipe de Claude Gruson

A. Une équipe de comptabilité nationale se constitue17

  • 17 Voir tableau infra, annexe 2.
  • 18 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

18Le BSEF dont Claude Gruson a dans les faits la responsabilité et qui est rattaché à la quatrième sous-direction de la direction du Trésor par commodité administrative18, est une structure qui évolue jusqu’en 1952.

  • 19 SAEF, fiches d’état-civil.

19Les départs sont nombreux et sont rendus possibles grâce aux débouchés de carrière traditionnels qu’offre le ministère des Finances à ses anciens rédacteurs âgés d’une quarantaine d’années non utilisables pour les travaux de comptabilité nationale. Maxime Rougemont, ancien chef du bureau du BSEF, est nommé contrôleur d’État en 1949 : ce départ permet le passage effectif du BSEF sous la houlette de Claude Gruson. Charles Garrigues est nommé receveur des Finances en 1949. En 1950 Gilbert Gros démange et en 1953 Pierre Barre et Pierre Limouzineau passent sous l’autorité directe de la direction du Trésor19.

20Le BSEF, vidé d’une partie de son personnel, va néanmoins fournir ses meilleurs éléments à Claude Gruson : Jean Sérisé, Charles Prou, bientôt rejoints par Pierre Lequéret. Deux inspecteurs des Impôts, Louis Glangeaud et Jean Lamare, dont les compétences pour l’interprétation des sources fiscales vont s’avérer précieuses, rejoignent à leur tour l’équipe de comptabilité nationale.

  • 20 Malgré une enquête réalisée au SAEF, au Centre de Recherches Documentaires (CRD) du ministère des F (...)

21L’autre atout du BSEF est la revue Études et Statistiques financières, rénovée en 1949 par la nouvelle équipe qui veut en faire une revue plus économique que juridique20. Cette revue permet à l’équipe de faire connaître ses travaux de comptabilité nationale et de présenter ses premiers modèles. Les anciennes attributions et les locaux du BSEF ne sont pas modifiés. Le BSEF, tout en étant placé sous la responsabilité de Claude Gruson, est une structure adjacente à la petite équipe de comptabilité nationale qui se constitue.

  • 21 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

22Claude Gruson dispose de peu de moyens pour obtenir le personnel qualifié dont il a besoin pour lancer et développer ses travaux. Ses recours immédiats sont donc le BSEF mais aussi la direction du Trésor. La direction du Trésor fournit des cadres dont la plupart s’avéreront, selon les propos de Claude Gruson et de Jean Sérisé, « inexploitables » pour des travaux de comptabilité nationale. Ils seront donc affectés aux besognes plus classiques, les tâches administratives. La direction du Trésor fournit de 1948 à 1952 néanmoins trois éléments qui seront les véritables pionniers de la comptabilité nationale : Jean Denizet, Jacques Le Noane et Claude Alphandéry. Jean Denizet, administrateur civil, ancien chef du bureau de la Trésorerie à la direction du Trésor, réputé pour sa connaissance du keynésianisme, qui a fréquenté les réunions de l’ISEA demande à être intégré dans l’équipe de Claude Gruson. Jacques Le Noane et Claude Alphandéry sont deux jeunes énarques qui affichent leurs convictions communistes et François Bloch-Lainé estime que sur fond de plan Marshall il ne peut pas les « garder vis-à-vis des Américains »21 dans des postes en vue à la direction du Trésor.

23Des volontaires qui ne sont pas issus du Trésor mais qui se déclarent intéressés par des travaux novateurs en économie demandent à être nommés auprès de Claude Gruson : Michel Courcier, jeune énarque affecté à sa sortie de l’ENA à la direction des Assurances, après un tour du monde d’un an, demande à être affecté auprès de Claude Gruson ; Simon Nora, jeune inspecteur des Finances, adepte de Keynes, demande au service de l’Inspection des finances de le nommer chargé de mission auprès de Claude Gruson. Cette affectation de Simon Nora présente un double intérêt pour Claude Gruson : elle donne du prestige à sa petite équipe qui a alors en son sein deux inspecteurs des Finances, et elle permet un recrutement sans création de poste budgétaire puisque les chargés de mission sont rémunérés par l’Inspection des finances.

24Claude Gruson attire également à lui des personnes extérieures au ministère des Finances dont les compétences en économie, en mathématiques et en statistiques sont indispensables à l’élaboration de la comptabilité nationale. René Mercier, 34 ans, normalien et agrégé de mathématiques, chercheur en économie mathématique au CNRS, rejoint en 1952 l’équipe pour un stage de quinze jours avant d’être recruté définitivement quelques mois plus tard grâce à un poste de contractuel obtenu auprès de la direction du Personnel. René Froment, 31 ans, est, nous l’avons vu, détaché du Plan pour devenir le secrétaire du comité d’Experts ; il travaille quotidiennement avec Claude Gruson et il joue un rôle décisif au sein de la petite équipe grâce à ses talents d’interprétation des statistiques. Cette équipe initiale bénéficie également de la présence de Louis-Pierre Blanc, 28 ans, polytechnicien, administrateur de l’INSEE, qui s’est fait repérer par Claude Gruson pour ses qualités intellectuelles en accompagnant André Piatier aux réunions du comité d’Experts. Louis-Pierre Blanc raconte qu’il s’ennuyait à l’INSEE et qu’il a été attiré par l’équipe qui se constituait au BSEF :

  • 22 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« En fait, j’étais théoriquement encore à l’INSEE, mais j’ai été progressivement intégré dans l’équipe de Claude Gruson, finalement j’étais un clandestin »22.

  • 23 Cette reconstitution de la composition de l’équipe se fonde sur le croisement de plusieurs sources  (...)

25Claude Gruson réussit donc en disposant de peu de moyens à constituer au coup par coup une petite équipe aux talents complémentaires23.

B. L’époque des pionniers

26La petite équipe de Claude Gruson peut être assimilée à un laboratoire de recherche : le travail est intense, et s’appuie sur des discussions et des critiques collectives, sans spécialisation des tâches et sans hiérarchie. Ses effectifs sont limités, ses cadres sont jeunes, très motivés et très diplômés. Le rôle de Claude Gruson est celui d’un fédérateur et d’un éveilleur de concepts. Le travail s’élabore, sans volonté immédiate de rentabilité et en l’absence de concurrence. La direction du Trésor permet à ce groupe de travailler à l’abri des critiques directes tout en lui assurant son appui ainsi que les moyens élémentaires (personnel et locaux) indispensables.

271949-1952, c’est la période de romantisme de l’équipe initiale, marquée par un intense et dur travail de conception. Aujourd’hui tout concorde dans les souvenirs exaltants que conservent les acteurs de cette période. À lire leurs notes et à écouter leurs témoignages quasi lyriques on peut dire qu’il y a eu effervescence créatrice entre 1949 et 1952. Le travail de création de ces années-là est effectué en une sorte de symbiose au sein de l’équipe, fondée sur le sentiment d’innover, d’aller dans le sens du progrès et du meilleur, de travailler pour « l’intérêt général » et de faire français en rejetant le modèle anglo-saxon de comptabilité nationale.

  • 24 Sur cette période romantique des pionniers et sur leur méthode de travail à assimiler à un laborato (...)

28La phase 1949-1952 est celle de l’invention et de la construction d’un savoir et d’un langage24. Les notes retrouvées au SAEF en témoignent, l’année 1951 est consacrée aux travaux méthodologiques : équations, définition des concepts, établissement de comptes par secteur et ébauches d’un tableau économique, transpositions des sources dans le cadre de la comptabilité nationale, etc. C’est une période malgré tout difficile car l’équipe pratique l’autocritique fondée sur de longues et parfois âpres discussions collectives. Il s’agit bien d’une équipe de chercheurs qui procèdent par tâtonnements, par échanges et critiques internes, par intuition, par essais et par erreurs. Il y a apprentissage, c’est-à-dire découverte et acquisition par les acteurs concernés de nouveaux modèles relationnels, de nouveaux modes de raisonnements.

29Ce travail de recherches qui est effectué de 1949 à 1952 présente quatre étapes essentielles. La première consiste à appliquer le principe de la table rase avec le refus de se référer au système normalisé anglo-saxon de comptabilité nationale et l’interdiction formulée par Claude Gruson à ses chercheurs de lire les ouvrages des économistes anglo-saxons. Il justifie cette attitude inhabituelle par la volonté de faire abstraction des travaux antérieurs pour faire mieux, neuf et différent. La deuxième comporte l’établissement d’une division méthodique et d’un classement des éléments visant à simplifier la complexité de la réalité et la définition des paramètres ou des grandeurs mesurables variables dont dépend le système complexe à représenter. La troisième étape est fondée sur le questionnement à propos des relations entre les paramètres et les grandeurs définis. Et la dernière étape repose sur la formulation d’hypothèses qui prennent forme avec le modèle que présente Claude Gruson en juillet 1950 dans la revue Études et Statistiques financières.

  • 25 Sur la nature du débat entre « le statisticien pur » et « l’interprète de la statistique », se réfé (...)

30L’outil est « bricolé » en s’appuyant notamment sur des statistiques peu adaptées ; il est conçu comme un prototype avant de connaître un jour une formalisation la plus proche possible de la rigueur scientifique. L’idée des comptables nationaux est de faire avec ce qu’ils ont et d’améliorer le système ensuite. C’est ce que dit Claude Gruson en présentant le premier rapport du comité d’Experts ; selon lui, il fallait fournir cet effort de conceptualisation, de définition des cadres, d’établissement des liens et de réalisation d’un modèle sans attendre que les statistiques soient plus fiables. C’est bien le reproche que feront les statisticiens de l’INSEE et c’est le débat qui oppose les comptables nationaux aux statisticiens25.

31Cette période de conceptualisation au sein d’une structure qui s’apparente à celle d’un laboratoire de recherches va servir de référence identitaire au SEEF puis à la direction de la Prévision.

C. Les travaux : spécificités et limites

32La novation dépend en partie du système au sein duquel elle est élaborée. Ni l’élaboration ni la mise en œuvre d’un changement ne peuvent se concevoir en dehors du système d’action qui est l’objet du changement et dont les caractéristiques et les modes de régulation en conditionnent profondément le déroulement. L’équipe de Gruson dépend du ministère des Finances pour l’obtention des chiffres et des améliorations statistiques ; elle doit donc composer avec l’existant forcément limité, imparfait et surtout pas directement exploitable.

33Malgré son enthousiasme, l’équipe a conscience des limites de ses travaux. Claude Gruson raconte à propos de l’établissement des comptes économiques de la Nation pour l’année 1949 :

  • 26 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’était une opération très hardie pour les statisticiens, on tirait au maximum l’interprétation des sources disponibles […]. C’était un travail de recherche au sens où c’était un travail de tâtonnements »26.

Jean Sérisé explique :

  • 27 Jean Sérisé, 8 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Nous-mêmes, nous avons eu beaucoup de difficultés à concevoir notre comptabilité nationale. Nous en avons discuté des jours et des nuits, cela nous a donné beaucoup de mal. Nous connaissions mieux que d’autres le caractère conventionnel parfois très discutable de nos définitions, de nos choix »27.

Louis-Pierre Blanc ajoute :

  • 28 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Compte tenu de l’époque (allusion aux carences statistiques), il fallait parfois improviser, faire de la pseudoscience »28.

34Pour ces pionniers, la comptabilité nationale n’est pas une fin en soi.

35Jean Sérisé explique :

  • 29 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1990, CHEFF.

« Pour quelqu’un comme Gruson ou comme moi, la comptabilité nationale n’était qu’un moyen, un instrument qui allait nous permettre de faire de la politique économique […]. La majorité d’entre nous faisait de la comptabilité nationale parce qu’on ne pouvait pas faire autrement, mais ce n’était pas du tout cela qui nous intéressait, ce que nous voulions faire, c’était les budgets économiques »29.

36La comptabilité nationale doit, notamment pour les « administratifs » du SEEF conscients des carences et des besoins de l’administration comme Claude Gruson, Simon Nora, Jean Sérisé, Jean Denizet, être utilisée rapidement par l’appareil administratif et par les politiques. La spécificité de la comptabilité nationale française réside à la fois dans son origine et sa finalité politico-administrative.

37La consigne prioritaire de Claude Gruson est l’originalité. Jacques Le Noane se souvient à ce propos :

  • 30 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

« Claude Gruson recommandait fortement de ne rien lire de ce qui s’était fait à l’étranger en matière de comptabilité nationale, même en Angleterre. Le but de Claude Gruson, c’était de faire une comptabilité nationale française avec des concepts français et c’est ce que nous avons fait. Je crois que l’on a tout trouvé par nous-mêmes. On s’est aperçu après que l’on rejoignait les autres bien sûr, mais avec quelques différences dont un certain nombre de différences positives »30.

38Le premier modèle que présente Claude Gruson dans la note de juillet 1950 publiée par Études et Statistiques financières est, bien que d’inspiration keynésienne dans la mesure où il fait apparaître l’interdépendance des agrégats, très différent des modèles anglo-saxons développés à l’époque. Robert Boyer l’explique en termes de dépendance par le cheminement :

  • 31 Robert Boyer, « Les modèles macro-économiques globaux et la comptabilité nationale (1950-1980) », i (...)

« ils (les premiers modèles français) sont élaborés au sein de l’administration économique – et non à l’université – et mettent donc l’accent sur les variables de la politique économique ; ils ont une taille relativement importante, recourent à des chiffrements ad hoc des paramètres et non à leur estimation économétrique »31.

  • 32 Charles Prou, Louis-Pierre Blanc, René Mercier, « Les principes d’établissement d’une comptabilité (...)
  • 33 Ibid, p. 794.
  • 34 Ibid.
  • 35 Sur le TEI voir infra, chapitre V.

39Cette volonté de se différencier se manifeste à nouveau lors de la publication en 1952 d’un article de référence, « Les principes d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un tableau économique »32, rédigé collégialement par Charles Prou, Louis-Pierre Blanc et René Mercier. Cet article fait part des phases de tâtonnements et de réflexion qui ont marqué leurs travaux depuis la publication de la note de Claude Gruson en juillet 1950. Les discussions ont mis en lumière les défauts du cadre comptable traditionnel qui se borne à décrire de façon globale le secteur productif, et qui en regroupant les opérations en grandes catégories ne tient pas compte de la diversité des comportements des acteurs économiques. Ce système normalisé de comptabilité nationale instauré à partir de 1950 à l’ONU puis à l’OECE par Richard Stone soulève, selon les auteurs de l’article, « de sérieuses difficultés lors de l’établissement du budget économique, les unes liées à l’insuffisance du secteur productif, les autres au caractère essentiellement fonctionnel du cadre utilisé »33. L’objectif du nouveau système préconisé par l’équipe Gruson est d’analyser les relations entre secteurs d’activité et d’effectuer « le rattachement des comptes à des groupes d’unités comptables concrètement déterminés »34. La synthèse du système des comptes en forme de tableau carré, c’est le Tableau Économique d’Ensemble (TEE) qui est présenté pour la première fois dans cet article. Les postes d’opérations et d’agents figurent sur les colonnes « débit » et sur les lignes « crédit », et sont regroupés en cinq grands ensembles : exploitation, transactions, affectation, transferts et capital. Les opérations financières sont étudiées à part et elles deviendront plus tard avec Jean Denizet le Tableau des Opérations Financières (TOF). Mais la caractéristique de ce Tableau Économique d’Ensemble (TEE), c’est qu’il intègre dans une partie les échanges interindustriels en croisant les comptes d’exploitation et les comptes de transaction35. Cette note qui servira de référence scientifique pendant de longues années à l’équipe de Claude Gruson marque la distance qu’elle veut établir à l’égard des Anglo-saxons et expose les objectifs et les travaux qui l’occuperont jusqu’à la fin des années cinquante.

III. Quelle intégration administrative ?

A. Une équipe autonome qui bénéficie de la protection de la direction du Trésor

40L’équipe Gruson est très autonome au sein de la direction du Trésor. François Bloch-Lainé n’assigne ni mission ni échéance à son camarade de promotion. L’ancien directeur du Trésor se souvient :

  • 36 François Bloch-Lainé, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je n’ai jamais participé, d’abord parce que je n’avais pas le temps, et ensuite parce que je faisais confiance à Claude Gruson pour cela. Et enfin parce que j’avais beaucoup de peine à comprendre. Je n’ai jamais participé à ces interminables conciliabules dans lesquels ils élaboraient leurs formules, et qui font la joie de Sérisé et des autres »36.

41François Bloch-Lainé revendique son rôle de défenseur du SEEF :

  • 37 Ibid.

« Je l’ai vendu au ministère, je l’ai couvert de mon autorité »37.

  • 38 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

42Il plaide en faveur du SEEF auprès des ministres des Finances qui se succèdent mais aussi auprès des autres directeurs du ministère et de l’Inspection des finances. Il explique que le SEEF n’élabore pas un instrument d’étatisme ni de planification, mais un outil scientifique et moderne destiné à une connaissance rationnelle des phénomènes économiques afin d’éclairer la prise de décision de politique économique et d’améliorer la gestion des finances publiques38. Le prestige de la direction du Trésor est utilisé à bon escient ; Claude Gruson explique sans ambiguïté :

  • 39 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Être rattaché à la direction du Trésor était un avantage considérable, parce que la direction du Trésor était la grande direction du ministère des Finances. Cela rassurait les gens. Et j’étais inspecteur des Finances ! »39.

B. Un scepticisme difficilement vaincu au ministère des Finances

43De 1948 à 1952, l’équipe de Claude Gruson affronte pourtant l’incompréhension d’une partie du ministère des Finances. Jean Sérisé se souvient :

  • 40 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1990, CHEFF.

« Les gens convenables du ministère des Finances ne comprenaient pas grand-chose à ce que nous faisions et ne cherchaient pas à comprendre. Ils nous prenaient pour des illuminés ! »40.

44Ce scepticisme s’explique par différents facteurs : les hauts fonctionnaires du ministère des Finances ont été formés à l’école libérale et se méfient des travaux du SEEF, ils adhèrent beaucoup plus facilement aux théories libérales que prône Jacques Rueff, l’autre économiste de l’Inspection des finances. Ils se heurtent au jargon macroéconomique auquel ils ne sont pas initiés. En sens inverse, l’équipe du SEEF rédige parfois des papiers difficilement compréhensibles par le monde extérieur :

  • 41 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

« Cela tenait à leur formation, à leur tournure d’esprit, à leur méthode de travail, au jargon qu’ils utilisaient et qui était d’ailleurs justifié dans la mesure où le jargon permet de raccourcir les développements entre initiés, mais ce jargon devient un mur, un obstacle, une opacité vis-à-vis du monde extérieur si on n’est pas capable d’expliciter »41.

45Néanmoins la greffe de l’équipe de Claude Gruson prend au sein du ministère des Finances. Les témoins décrivent ces relations de coopération qui s’instaurent progressivement, les archives écrites étant très lacunaires sur ce point jusqu’en 1952.

46La plus importante source d’informations statistiques provient de la direction générale des Impôts. Une bonne collaboration est indispensable avec cette direction pour les comptables nationaux et elle est favorisée par la présence de Paul Delouvrier, ami personnel de Claude Gruson et de François Bloch-Lainé, qui est nommé en 1948 directeur général adjoint de la DGI. Elle est facilitée par l’origine du BSEF, qui est issu des administrations fiscales. En outre, le BSEF dispose de deux inspecteurs des Impôts qui connaissent bien leur administration d’origine et qui vont contribuer précieusement à l’interprétation des sources fiscales. Jean Sérisé, lui aussi est passé par les régies fiscales et il a beaucoup travaillé sur les sources fiscales dans l’équipe de Claude Gruson, il raconte :

  • 42 Jean Sérisé, cassette 9, Paris 1989, CHEFF.

« Pour nous, la DGI devait être une source extraordinaire d’informations. Nous allions construire une partie du système statistique français à partir des sources fiscales. Et je vais être en relations suivies avec les gens de la DGI parce qu’il s’agit tout d’abord de monter une statistique du chiffre d’affaires par secteur. Et il faut avoir l’accord de la DGI, non seulement au sommet, mais aussi à la base parce que si on vous remplit mal les bulletins de base vous n’aurez aucune statistique valable. Nous avons créé des commissions permanentes de travail avec la DGI […]. J’étais en relations constantes avec les gens des Impôts pour préparer le travail concret de terrain »42.

47À propos des relations avec la direction de la Comptabilité publique, elle aussi détentrice d’un important capital d’informations chiffrées, Jacques Le Noane relate :

  • 43 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

« J’ai consacré un certain temps à la codification des dépenses publiques en liaison avec la Comptabilité publique. On ne peut pas dire qu’elle était réticente, elle s’est prêtée de bonne grâce à nos expériences »43.

  • 44 SAEF, B 33 456, « Le ministère des Finances et des Affaires économiques à messieurs les secrétaires (...)

48Une circulaire du 29 décembre 1950 préparée par l’équipe de Claude Gruson et adressée aux ministres et aux secrétaires d’État indique la nouvelle codification à respecter en matière des dépenses de l’État et des ministères44.

49Pour réussir sa greffe, l’équipe de Claude Gruson dispose en son sein de médiateurs qui vont jouer un rôle essentiel de diffusion. Ces médiateurs sont les « administratifs » issus du ministère des Finances. Il s’agit de Jean Sérisé :

  • 45 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« C’est moi qui avais les contacts les plus fréquents avec les autres services du ministère, et j’avais le souci d’être clair »45.

50Il s’agit également de Jean Denizet qui reste très proche de la direction du Trésor lors de l’élaboration du Tableau des Opérations Financières (TOF). Sans oublier Simon Nora, très introduit dans les milieux politiques et dont l’influence jouera au cabinet du ministre des Finances auprès d’Edgar Faure en 1952.

  • 46 Ibid.

51Considérons les relations ambiguës avec la direction du Budget qui illustrent la délicate et progressive intégration administrative de l’équipe de Claude Gruson. Ces relations sont quasi inexistantes jusqu’à l’arrivée de Roger Goetze au poste de directeur du Budget en 1949. Le concours de la direction du Budget est sollicité au cours des réunions du comité de Statistiques mais il faut attendre la création du comité d’Experts pour qu’une collaboration s’engage. En effet, la direction du Budget est alors régulièrement contactée soit par un simple coup de téléphone, soit à l’occasion de petites réunions informelles dont se souvient Jean Sérisé qui s’est beaucoup occupé au SEEF de ces précieuses relations inter-directionnelles46.

  • 47 Sur les relations entre la direction du Budget et la direction du Trésor, voir Laure Quennouëlle, o (...)

52Lorsque Roger Goetze est nommé à la tête de la direction du Budget, François Bloch-Lainé a déjà entrepris la rénovation de la direction du Trésor en élargissant ses missions. Roger Goetze doit donc composer avec une direction du Trésor conquérante. Du point de vue de la stratégie inter-directionnelle, les relations entre les deux directions se situent entre la complémentarité et la concurrence ; elles ont intérêt à collaborer. De la part de la direction du Budget, on peut supposer que la comptabilité nationale, qui en est encore au stade de l’élaboration, est un dossier moins crucial que d’autres à propos desquels elle s’oppose à la direction du Trésor47. C’est ainsi que Roger Goetze apportera une aide précieuse à Claude Gruson en lui attribuant en 1953 quatre postes de contractuels afin de lui permettre de recruter des éléments extérieurs au ministère des Finances, dont les compétences en économie et en mathématiques sont indispensables aux travaux de recherche. Claude Gruson recrute grâce au directeur du Budget deux normaliens agrégés de mathématiques (André Nataf et René Mercier), un polytechnicien (Louis-Pierre Blanc) et un agrégé de sciences économiques (Jean Bénard). Cette aide, qui peut paraître limitée en nombre, est en réalité essentielle car elle permet de recruter un personnel au profil de chercheur de qualité, indispensable et très précieux pour élaborer une novation intellectuelle.

  • 48 Roger Goetze, témoignage biographique transcrit, Paris, 1989, CHEFF, p. 25.
  • 49 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

53Roger Goetze, nouvellement nommé, reprend à son tour en main sa direction. Il crée notamment en 1950 le premier bureau de la première sous-direction, appelé le bureau d’Études budgétaires animé par Jacques Delmas, inspecteur des Finances, Jean Gallois et Jean Rossard, administrateurs civils, et Jean Viala, ingénieur des Ponts et Chaussées. Ce bureau d’Études budgétaires est chargé de deux types de missions : faire des études sur des investissements ponctuels comme la création de l’usine marémotrice de la Rance ou la construction du France, élaborer les évaluations des recettes fiscales en tenant compte de la conjoncture économique et non pas uniquement de la fiscalité proprement dite. Les missions de ce bureau répondent bien aux préoccupations novatrices de l’époque pour deux raisons : les études doivent tenir compte du contexte économique dans son ensemble et du nouveau concept de l’équilibre économique ; les études de rentabilité, en alliant technique et finance, peuvent être considérées comme les précurseurs de la RCB. Ces préoccupations nouvelles sont en adéquation avec celles qui animent le SEEF. Pourquoi et dans quel esprit Roger Goetze a-t-il créé au sein de sa direction ce bureau des Études budgétaires ? Voulait-il avoir son propre organe de conception et de réflexion économique ? Désirait-il compléter les travaux lancés par Claude Gruson ou bien en faire la contre-expertise ? Selon Roger Goetze48, ce bureau n’est pas en situation de rivalité avec l’équipe de Claude Gruson, car il doit répondre avant tout à des préoccupations de trésorerie alors que le SEEF se lançait dans des sujets d’études financières beaucoup plus générales et étendues. De fait, ce bureau ne semble pas avoir été ressenti comme un rival au SEEF. Les témoins interrogés sur leurs relations restent évasifs et s’en tiennent à faire l’éloge courtois de Jean Rossard49.

  • 50 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 51 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration (...)
  • 52 Ibid., p. 8.

54Mais les relations sont plus ambiguës qu’il n’y paraît. Selon Claude Gruson, quelques susceptibilités se sont alors manifestées50. Ses objectifs peuvent paraître bien démesurés dans les couloirs de la direction du Budget. Dans une note du 23 janvier 1951, il n’hésite pas à dénommer son futur service de service du Budget national chargé d’élaborer les budgets économiques qui constituent « le guide de toute politique cohérente »51. Claude Gruson écrit que les budgets économiques sont destinés au gouvernement et pas seulement au ministère des Finances dont il dépend : « Le modèle élaboré par monsieur Claude Gruson doit permettre la prévision du système d’équilibre à des niveaux divers […]. Les options offertes au gouvernement pourraient lui servir de guide pour la politique des dépenses publiques, du crédit, de la fiscalité et éventuellement pour le contrôle des importations, des matières premières et des prix »52. Ainsi, l’élaboration du Budget national doit s’appuyer sur les budgets économiques. Une conception macroéconomique et une ambition affichée de cet ordre peuvent agacer la direction du Budget qui se considère comme la gardienne de l’orthodoxie financière.

  • 53 René Magniez, cassette 7, Paris, 1990, CHEFF.

55De fait, des réserves ne tardent pas à se manifester. René Magniez, administrateur civil à la direction du Budget, déclare lors de son entretien53 que, à cette époque, la direction du Budget, volontairement, ne tenait pas au courant l’équipe de Claude Gruson de l’élaboration du Budget. Ce manque d’informations ne pouvait que la gêner pour élaborer ses budgets économiques. Cette attitude reflète l’importance des logiques locales au sein des organisations publiques (et même privées) : cloisonnement, poids des coutumes et des habitudes et volonté délibérée de garder ses chiffres, attribut d’un pouvoir potentiel.

  • 54 SAEF, B 33 456, « Note pour le directeur. Objet : matériel de la comptabilité nationale », 8 décemb (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 SAEF, B 33 457, « Comptabilité économique et théorie économique », non datée et non signée. On peut (...)

56D’autres réticences sont apparues que quelques notes éparses révèlent. Par exemple, celle du 8 décembre 195054 adressée au directeur du Budget expose une requête formulée par Claude Gruson dans laquelle il rappelle avec insistance qu’il est membre du comité d’Experts et qu’à ce titre il demande que la direction de la Comptabilité publique s’équipe de nouvelles machines comptables afin de lui permettre de réaliser les récents travaux que requiert la comptabilité nationale sans heures supplémentaires. La réponse de la direction du Budget est négative, sèche et sans appel55. Autre cas de réserves, une note de la direction du Budget de dix-sept pages critique ouvertement les travaux de comptabilité nationale réalisés par Claude Gruson : elle en conteste le caractère novateur en rappelant que des travaux similaires avaient déjà été amorcés du temps des Physiocrates et plus récemment par les Anglo-saxons, et elle met en cause la fiabilité du système d’équations sur lequel repose l’établissement des comptes prévisionnels puis tente de démontrer que la comptabilité nationale n’est pas en mesure d’interpréter les phénomènes monétaires56.

  • 57 On s’en rend compte à la lecture des témoignages oraux, notamment de Jean Rossard, entretien biogra (...)
  • 58 SAEF, B 33 456, « Note pour le directeur », 14 décembre 1950, p. 2.
  • 59 Jean Rossard, entretien biographique transcrit, Paris, 1988, CHEFF.
  • 60 Jean-Claude Martinez et Pierre di Malta, Droit budgétaire, Paris, LITEC, 1982. Jean Rivoli, Le Budg (...)

57La réforme de la nomenclature budgétaire engagée par Roger Goetze suscite également des divergences de vues57. Claude Gruson et son équipe sont partisans d’un véritable changement en prônant l’adoption d’un budget fonctionnel qu’ils estiment facilement exploitable pour les travaux de comptabilité nationale, tandis que la direction du Budget opte pour une simplification et une rationalisation des chapitres et des articles, et pour la présentation d’un tableau à double entrée du Budget. Il en résulte une nouvelle nomenclature à laquelle selon une annotation écrite à la main de la direction du Budget, « il [C. Gruson] a opposé des critiques assez vives »58. Cette réforme, selon Jean Rossard59, facilite les travaux de comptabilité nationale, davantage que si la direction du Budget avait opté pour un budget fonctionnel. On peut toutefois noter que cette nouvelle nomenclature a été influencée par les travaux du SEEF puisque les dépenses sont présentées avec un code relié aux grandes catégories d’opération de la comptabilité nationale60.

C. L’équipe de Claude Gruson interlocutrice des Américains

58À la question de savoir si l’équipe de Claude Gruson a été utile à la conduite de la politique économique de 1949 à 1952, les réponses sont sans ambiguïté : le SEEF, préoccupé d’élaborer ses outils, n’est pas encore opérationnel, notamment pour ce qui concerne le conseil au cabinet du ministre. Les pionniers de la comptabilité nationale expliquent :

  • 61 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.
  • 62 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.
  • 63 Ibid.

« Nous avons travaillé au départ essentiellement en circuit fermé »61, « nous étions encore les théoriciens »62. « Le dialogue ne se faisait pas très bien. Et nous-mêmes nous n’étions pas rodés et ceux qui nous écoutaient n’étaient pas tout à fait prêts à nous entendre »63.

  • 64 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

59Le premier service que l’équipe de Claude Gruson a rendu à l’administration française a été la fourniture d’informations économiques chiffrées aux responsables américains de l’aide Marshall. La direction des Programmes du secrétariat d’État aux Affaires économiques était pourtant censée initialement fournir ces chiffres. Pierre-Paul Schweitzer, inspecteur des Finances, nommé en 1948 secrétaire général du comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne (SGCI), organisme nouvellement créé pour négocier au nom de l’administration française avec les Américains de l’aide Marshall, considère que les chiffres transmis par la direction des Programmes sont très insuffisants. Il demande donc à Claude Gruson, qu’il connaît personnellement, de se charger de les fournir64. Ceux-ci sont alors présentés en termes de comptabilité nationale et sont appréciés des Américains :

  • 65 Ibid.

« À partir de l’instant où nous, artisans malhabiles des comptes nationaux mais ayant réalisé un effort méthodologique, nous fournissions ces chiffres, nous étions capables de nous défendre quand les Américains faisaient des critiques […]. La caution que nous a apportée Schweitzer en faisant remarquer que nous donnions toutes les apparences d’être sérieux ou en tout cas de vouloir l’être, sa caution a été un fait très important dans le développement de notre travail »65.

  • 66 SAEF, Z 10 060 et Z 10 061.
  • 67 Selon le compte rendu de la réunion du 17 décembre 1953 établi par le FMI. SAEF, Z 10 060, « Agreed (...)

60Le SEEF est régulièrement appelé lors de consultations annuelles du FMI. À partir de 1953, Claude Gruson participe à plusieurs réunions, parfois accompagné de quelques collaborateurs66. Et en 1953, il est envoyé seul par la direction du Trésor pour expliquer aux représentants du Fonds les techniques et le développement du revenu national en France67. L’objectif est de comparer les méthodes utilisées dans les rapports du SEEF avec celles de la division Statistiques du Fonds. Sont traitées au cours de cette rencontre les relations entre l’épargne et la stabilité des prix en 1952-1953, et les prévisions en matière de relance de l’économie. Nous avons ici un bon exemple de l’influence de l’équipe de Claude Gruson consultée sur ses travaux de comptabilité comme de prévision ; la lecture du compte rendu met pourtant en évidence les limites d’un système qui est encore en cours d’élaboration et qui, parce qu’il a voulu se démarquer des méthodes anglo-saxonnes, ne fonctionne pas en symbiose avec le système de comptabilité nationale du FMI.

Notes

1 Dès 1950, Louis-Pierre Blanc, polytechnicien, administrateur de l’INSEE, rejoint l’équipe de Claude Gruson.

2 Jean Sérisé, 31 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

3 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid. Voir aussi Jean Saint-Geours, Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 48-49.

7 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 75.

8 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

9 Jacques Plassard dans son entretien du 11 décembre 1997 est très virulent sur ce point.

10 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

11 SAEF, B 34 091, Charles Prou, « Vers un budget économique français », 20 p., p. 2.

12 Ibid.

13 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration d’une comptabilité nationale et d’un budget national », 23 janvier 1951, 10 p., p. 7.

14 SAEF, B 34 091, « Esquisse d’une note relative à l’organisation éventuelle d’un service de la Comptabilité économique nationale », non datée, attribuée à Claude Gruson, 8 p.

15 Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration d’une comptabilité nationale et d’un budget national », 23 janvier 1951, 10 p.

16 Ibid., p. 6.

17 Voir tableau infra, annexe 2.

18 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

19 SAEF, fiches d’état-civil.

20 Malgré une enquête réalisée au SAEF, au Centre de Recherches Documentaires (CRD) du ministère des Finances, à l’Imprimerie nationale, à la Bibliothèque historique du ministère des Finances, il est impossible à ce jour de connaître le tirage et les destinataires ou abonnés à cette revue.

21 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

22 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

23 Cette reconstitution de la composition de l’équipe se fonde sur le croisement de plusieurs sources : les témoignages de Claude Gruson, Jacques Le Noane, Jean Sérisé, Louis-Pierre Blanc, François Bloch-Lainé ; les fiches d’état-civil concernant le personnel administratif du ministère des Finances consultables au SAEF ; le Who’s who in France 1984-1985 ; l’Annuaire du ministère des Finances 1954. Voir tableau du personnel, annexe 2.

24 Sur cette période romantique des pionniers et sur leur méthode de travail à assimiler à un laboratoire de recherches, je me suis appuyée sur les témoignages oraux rassemblés dans François Fourquet, op. cit., sur les témoignages oraux recueillis auprès des témoins et conservés au CHEFF (voir liste en annexe), ainsi que sur les notes et les articles méthodologiques qui y font référence (SAEF, B 34 091).

25 Sur la nature du débat entre « le statisticien pur » et « l’interprète de la statistique », se référer aux « Souvenirs de la période 1960-1970 » de Jacques Vacher, in Pour une histoire de la statistique, Paris, Economica, 1977, t. I, p. 565-571.

26 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

27 Jean Sérisé, 8 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

28 Louis-Pierre Blanc, 17 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

29 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1990, CHEFF.

30 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF.

31 Robert Boyer, « Les modèles macro-économiques globaux et la comptabilité nationale (1950-1980) », in Pour une histoire de la statistique, t. II, op. cit., p. 635-644.

32 Charles Prou, Louis-Pierre Blanc, René Mercier, « Les principes d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un tableau économique », Statistiques et Études financières, nº 45, septembre 1952, p. 791-819.

33 Ibid, p. 794.

34 Ibid.

35 Sur le TEI voir infra, chapitre V.

36 François Bloch-Lainé, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

37 Ibid.

38 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

39 Claude Gruson, 27 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

40 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1990, CHEFF.

41 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

42 Jean Sérisé, cassette 9, Paris 1989, CHEFF.

43 Jacques Le Noane, cassette 3, Paris, 1990, CHEFF.

44 SAEF, B 33 456, « Le ministère des Finances et des Affaires économiques à messieurs les secrétaires d’État. Objet : codification de certaines dépenses de l’État et des départements ». 3 p. et annexe de 2 p.

45 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

46 Ibid.

47 Sur les relations entre la direction du Budget et la direction du Trésor, voir Laure Quennouëlle, op. cit., p. 125 et suivantes.

48 Roger Goetze, témoignage biographique transcrit, Paris, 1989, CHEFF, p. 25.

49 Claude Gruson, 10 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

50 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

51 SAEF, B 34 091, Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration d’une comptabilité nationale et d’un budget national », 23 janvier 1951, 10 p., p. 7.

52 Ibid., p. 8.

53 René Magniez, cassette 7, Paris, 1990, CHEFF.

54 SAEF, B 33 456, « Note pour le directeur. Objet : matériel de la comptabilité nationale », 8 décembre 1950.

55 Ibid.

56 SAEF, B 33 457, « Comptabilité économique et théorie économique », non datée et non signée. On peut néanmoins supposer qu’elle émane de la direction du Budget et qu’elle a sans doute été rédigée à la suite de la publication de la « Note sur les conditions d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un Budget économique national » dans laquelle Claude Gruson expose ses objectifs, parue dans Statistiques et Études financières, nº 19, juillet 1950.

57 On s’en rend compte à la lecture des témoignages oraux, notamment de Jean Rossard, entretien biographique transcrit, Paris, 1988, CHEFF et de Claude Gruson, cassette 11, Paris, 1989, CHEFF, et cette question est régulièrement portée à l’ordre du jour des réunions du comité de Statistiques en 1950.

58 SAEF, B 33 456, « Note pour le directeur », 14 décembre 1950, p. 2.

59 Jean Rossard, entretien biographique transcrit, Paris, 1988, CHEFF.

60 Jean-Claude Martinez et Pierre di Malta, Droit budgétaire, Paris, LITEC, 1982. Jean Rivoli, Le Budget de l’État, Paris, Le Seuil, 1969, chapitre 3 : « Le budget de l’État et le budget économique », p. 45-58.

61 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

62 Jean Sérisé, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

63 Ibid.

64 Claude Gruson, 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

65 Ibid.

66 SAEF, Z 10 060 et Z 10 061.

67 Selon le compte rendu de la réunion du 17 décembre 1953 établi par le FMI. SAEF, Z 10 060, « Agreed Minutes, 1953, Consultations with France ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540