Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Chapitre II. Pourquoi et comment le ministère des Finances va récupérer les travaux de comptabilité nationale ?

Texte intégral

1Les objectifs de Claude Gruson sont fondés sur un bilan paradoxal : d’une part un constat de carences qui vise essentiellement l’état des statistiques françaises et une critique des premiers travaux de comptabilité nationale réalisés en France, et d’autre part la prise de conscience dans la foulée de l’inventaire Schuman et de la création du comité de Statistiques du formidable potentiel de sources chiffrées qui existe au ministère des Finances. Ce capital important de chiffres susceptibles d’être mis en ordre aux fins de la comptabilité nationale, les directions du ministère des Finances, traditionnellement cloisonnées et habituées au secret, ne sont pas prêtes à les divulguer à l’extérieur du ministère. L’exploitation ne pouvait en être réalisée qu’à l’initiative et au sein même du ministère des Finances, elle ne pouvait aboutir que si elle était réalisée et pilotée de l’intérieur, de surcroît par une des directions les plus prestigieuses du ministère comme la direction du Trésor avec à sa tête un directeur influent disposant d’un réseau d’appuis efficaces auprès des directeurs du ministère de sa génération, qu’il connaît bien et auprès desquels il bénéficie d’un capital de confiance. Claude Gruson, parce qu’il est soutenu par François Bloch-Lainé et parce qu’il connaît bien les rouages du ministère, peut obtenir la confiance et l’appui indispensables auprès des responsables du ministère des Finances pour réussir.

2Ce constat de carences statistiques, conjugué avec la prise de conscience du potentiel d’informations chiffrées du ministère des Finances et la bonne connaissance de son réseau humain, amène Claude Gruson à définir sa stratégie et à reprendre les travaux de comptabilité nationale amorcés au Plan. La création du comité d’Experts officialise et institutionnalise le glissement élaboré depuis 1947 (notamment au moment du plan Mayer) des travaux novateurs de la rue de Martignac à la rue de Rivoli.

I. Les objectifs de Claude Gruson sont fondés sur un constat de carences

A. Premier visé : l’INSEE

3Le jugement que porte Claude Gruson mais également son équipe est très sévère à l’égard de l’INSEE. Nous étudierons plus loin la position de l’INSEE à l’égard des travaux de comptabilité nationale, mais nous pensons qu’il est éclairant de donner la parole dans un premier temps à ceux qui ont fait la comptabilité nationale. Leurs critiques formulées au cours des entretiens oraux visent d’abord le personnel de l’INSEE qui à leurs yeux manque cruellement d’économistes, et qui est composé selon eux de militaires à la retraite et de cadres de niveau moyen non performants ; quant à Claude Gruson, son jugement sur Francis-Louis Closon est dur et sans appel :

  • 1 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Closon avait fait de la résistance […]. Il avait un passé dont il pouvait tirer orgueil, mais enfin on lui avait confié une mission d’un type très particulier : diriger l’INSEE. Il savait que l’économie politique existait mais enfin il n’avait pas de culture économique. Le goût d’apprendre qu’il aurait dû avoir pour transformer sa mission en une mission vraiment constructive, je crois qu’il ne l’avait pas »1.

4Les critiques des membres de l’équipe Gruson visent également les travaux de l’INSEE qu’ils jugent inadaptés et désuets par rapport au besoin impératif d’informations économiques de l’époque : ils contestent l’utilité du calcul de l’indice des prix ainsi que la validité de l’indice de la production industrielle ; ils prennent un ton condescendant en parlant des études de conjoncture que l’INSEE publie :

  • 2 André Piatier, né en 1914. Agrégé d’économie politique. Directeur de la Conjoncture et des Études é (...)
  • 3 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« des revues d’économies générales qui n’étaient pas particulièrement statistiques […]. Piatier2 était un homme qui avait au fond un esprit de journaliste »3.

5Et pourtant les attributions telles qu’elles sont définies par le décret du 14 juin 1946 auraient pu conduire l’INSEE à l’établissement des comptes nationaux, ce que souligne unanimement l’équipe de Claude Gruson :

  • 4 Jean Sérisé, cassette 7, Paris, 1989, CHEFF.

« Ce n’était pas notre métier [de faire la comptabilité nationale], mais l’INSEE n’avait aucun pouvoir à l’époque, les gens de l’INSEE étaient considérés comme à part [au ministère des Finances] et comme très spécialisés »4.

  • 5 Pierre Delain, « L’évolution des moyens de l’INSEE de 1946 à 1981 », in Pour une histoire de la sta (...)
  • 6 Francis-Louis Closon, 21 septembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

6Ce procès est-il justifié ? Nous donnerons la parole à des responsables de l’INSEE plus loin mais nous devons dès maintenant souligner quelques points. À la fin des années quarante, l’INSEE n’avait sans doute pas les moyens de lancer cette innovation. Non seulement cette administration est victime de coupes budgétaires (elle a des difficultés à lancer de nouveaux travaux et voit son personnel passer de 7 000 personnes en 1945 à 3 300 en 19505) mais sa tâche essentielle, comme le rappelle au cours de ses entretiens Francis-Louis Closon6, est sa construction en réussissant la difficile fusion des anciennes structures intégrées au sein du nouvel Institut. Autre problème auquel est confronté très tôt l’INSEE, son éloignement non seulement géographique mais également hiérarchique et psychologique. L’INSEE n’est pas considéré rue de Rivoli comme appartenant au ministère des Finances ni comme étant une direction prestigieuse. Cet éloignement ne lui aurait pas permis d’avoir accès facilement aux informations chiffrées que détiennent les directions de la rue de Rivoli ; celles-ci, s’estimant plus anciennes et plus prestigieuses, auraient été réticentes à confier leurs statistiques à un jeune Institut qu’elles ne connaissent pas bien, au recrutement très différent du leur, éloigné géographiquement et avec à leur tête un directeur non inspecteur des Finances, non issu du sérail Finances.

  • 7 Ce point paraît très clairement à la lecture des témoignages oraux transcrits mais également à la l (...)
  • 8 Sur les difficultés de l’INSEE dès sa création, voir Béatrice Touchelay, op. cit., chapitre V : « L (...)

7Les témoignages de Claude Gruson et de son équipe éclairent les critiques qu’ils formulent à l’égard de l’INSEE. Tout d’abord, ils sont déçus par l’état des statistiques disponibles qu’ils jugent lacunaires et inadaptées à l’élaboration de la comptabilité nationale. En outre, tout en affirmant qu’ils font le travail à la place de l’INSEE, ils reconnaissent qu’ils estimaient à l’époque être les plus compétents et les plus capables de se lancer dans un travail d’innovation et de conceptualisation. Troisième point : au moment du lancement de la comptabilité nationale, la petite équipe de Claude Gruson souhaite, une fois la phase de conceptualisation de la comptabilité nationale achevée, confier à l’INSEE l’exécution des comptes du passé. L’INSEE se verrait ainsi chargé de remplir les cadres de la comptabilité nationale élaborés par l’équipe de Claude Gruson qui, quant à elle, se concentrerait sur les comptes prévisionnels7. Ce partage, souhaité et défini dès 1951, n’aboutira pas et il faudra attendre le départ de Claude Gruson pour l’INSEE pour que des décisions claires soient prises en ce sens. Au moment où l’équipe de Claude Gruson reprend les travaux de comptabilité nationale qui ont été amorcés au Plan, les textes fondateurs de l’INSEE sont toujours aussi incomplets et flous, son auteur André Philip socialiste est éloigné de la scène politique et, selon Béatrice Touchelay, « la France boude encore la statistique »8. Mais nous verrons bientôt que les représentants de l’INSEE tiennent des propos tout aussi critiques à l’égard de leurs détracteurs de la rue de Rivoli.

B. La critique des statistiques disponibles à l’époque

  • 9 Sur les statistiques industrielles, voir Michel Volle « Naissance de la statistique industrielle en (...)
  • 10 André Hamaide, « Les statistiques tirées des déclarations fiscales sur les bénéfices industriels et (...)

8Le ministère de l’Industrie hérite de Vichy un bureau de Statistiques industrielles qui reçoit les informations chiffrées des organismes patronaux. Ces informations sont parcellaires car la réponse aux enquêtes statistiques n’est pas obligatoire jusqu’à la loi du 7 juin 1951. Elles parviennent à l’INSEE en n’ayant subi aucun contrôle, et sont utilisées pour calculer l’indice de production industrielle9. L’équipe de Claude Gruson préférera exploiter les déclarations que souscrivent les entreprises assujetties à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu, au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), déclarations que les entreprises sont tenues de remplir et qui sont destinées à la direction générale des Impôts10.

  • 11 SAEF, B 11 547, François Bloch-Lainé, « Sous-commission fiscale du comité de Statistiques », 9 janv (...)

9Constatant la carence en matière de statistiques sur les salaires, le ministère des Finances à l’initiative du comité de Statistiques prend la décision dès 1948 de réaliser une exploitation statistique des déclarations annuelles des salaires des employeurs qui existent depuis 1927 et qui sont centralisées à la direction générale des Impôts ; des ordres du jour signalent comme sujet d’étude pour les prochaines réunions les statistiques de salaires et prouvent que la sous-commission fiscale du comité de Statistiques y travaille pendant l’hiver 194811.

  • 12 Gérard Théodore et Michel Volle, « Les statistiques agricoles », in Pour une histoire de la statist (...)

10Concernant les statistiques agricoles, secteur économique qui occupe pourtant à l’époque presque le tiers de la population active, il faut attendre 1954 pour qu’un recensement agricole soit enfin réalisé, et 1961 pour qu’un système de statistiques soit réellement mis en place12.

11Claude Gruson déplore avec son équipe le retard statistique français et, conscient de disposer d’un important potentiel d’informations chiffrées existant rue de Rivoli, décide de l’exploiter pour élaborer la comptabilité nationale à partir de 1949.

II. Claude Gruson définit sa stratégie à partir de 1949

A. La doctrine de Claude Gruson

12Pour comprendre la doctrine de Claude Gruson, il faut se référer à son livre Esquisse d’une Théorie générale de l’équilibre économique qu’il a écrit en 1945-1946 à Leysin et publié en 1949. Dans son introduction, l’auteur expose sa problématique. Tout d’abord, il fait la constatation que l’économie livrée à ses réactions propres est fondamentalement instable. Il dénonce cette instabilité économique qui selon lui caractérise l’économie depuis « l’apparition du machinisme » et qui provoque des périodes de fort chômage dont la plus marquante est celle des années trente. Chômage qui, souligne-t-il avec vigueur, est un fléau qui aliène l’individu dont le sort dépend de l’aide publique et des associations charitables. Il semble guidé dans son analyse par la synthèse très personnelle qu’il a tirée de ses lectures en sanatorium, synthèse fondée sur le lien indissociable qu’il établit entre les préoccupations économiques et ses convictions religieuses. Selon Claude Gruson, tout doit être mis en œuvre pour obtenir l’équilibre économique qu’il nomme « la stabilité économique » et dont les moyens et la finalité sont la stabilité des prix et le plein emploi. Il s’agit d’un impératif selon lui pour permettre à chaque individu de travailler pour accéder à la liberté et à la dignité.

1. Le modèle allemand

13Le plus étonnant dans cette introduction, c’est que Claude Gruson pour asseoir sa démonstration présente la politique économique du régime hitlérien comme un modèle. Une telle référence peut paraître osée en 1949 et ce d’autant plus que, à cette époque, c’est le modèle anglo-américain qui est prédominant chez les économistes ! Claude Gruson n’hésite pas à faire l’apologie de l’Allemagne en rappelant qu’au début du régime hitlérien le pays était dans une situation de crise aiguë et qu’il est parvenu à une situation d’équilibre économique avec un chômage nul et des prix stables.

14Il explique que cela a été possible grâce au rôle prédominant de l’État qui a lancé et organisé une politique de réarmement intensif en utilisant des moyens efficaces : répartition administrative et rationnement de la production, réglementation de l’offre d’emploi, contrôle des prix. Tout en reconnaissant qu’il s’agit « d’une caricature d’équilibre », il conclut néanmoins que les méthodes allemandes ont fait leurs preuves et que l’on pourrait s’en inspirer et les appliquer à d’autres fins dans un contexte pacifique.

  • 13 Claude Gruson, Esquisse…, op. cit., p. 5-6.

15Le passage dans lequel Claude Gruson expose comment utiliser les méthodes d’économie dirigée du régime hitlérien dans un contexte de paix est particulièrement éclairant sur sa philosophie. Claude Gruson assigne à l’État un rôle central et très ambitieux : celui-ci doit assurer à toute la population le bien-être matériel et intellectuel. Suit une liste des domaines où l’État doit agir : « amélioration générale de l’habitat, perfectionnement de l’assistance, distribution périodique de vêtements et de chaussures, développement des moyens de transport individuels et publics, fourniture gratuite ou à très bas prix de récepteurs radiophoniques, extension de l’instruction obligatoire et généralisation de l’orientation professionnelle, multiplication des bibliothèques publiques, équipement sportif… »13. Ainsi toutes les demandes pressantes seraient satisfaites et la stabilité des prix serait réalisée.

16À la fin de son introduction, Claude Gruson pose la question cruciale : ces méthodes de contrôle et d’intervention forte de l’État pour garantir le plein emploi et la stabilité des prix qui sont concevables dans un régime collectiviste (Claude Gruson emploie ce terme dans le sens d’un État fort, privilégiant le bien-être du plus grand nombre) le sont-elles également dans un cadre plus libéral caractérisé par la liberté d’entreprise ? Il répond que l’on ne peut pas, au nom de l’individualisme, repousser le collectivisme qui peut seul garantir l’équilibre économique. Il faut également noter que si le modèle collectiviste est celui que Claude Gruson appelle de ses vœux en 1949, c’est finalement vers le Plan que ses espoirs se déplaceront pour en faire son cheval de bataille tout au long de sa carrière en souhaitant lui voir jouer un rôle prédominant au sein du complexe politico-étatique.

2. Une influence keynésienne à nuancer

  • 14 Ibid., p. 8.

17Claude Gruson ne cite pas une seule fois Keynes dans son introduction. Tout au plus se réfère-t-il dans les dernières lignes à la doctrine keynésienne. Une fois encore, l’influence de l’économiste anglais doit être nuancée. Gruson est intéressé par Keynes et s’en inspire pour appréhender les mécanismes économiques mais il veut aller plus loin en rédigeant son livre ; il n’hésite pas à qualifier les travaux de Keynes d’« intuitions »14 et il explique que son livre tente de leur donner plus de rigueur. La grande interrogation de Claude Gruson porte sur la définition précise de l’égalité I = S et le rôle de la monnaie. L’auteur démontre ensuite dans la première partie de son livre que l’équilibre économique impose que les autorités publiques détiennent les instruments voulus pour régler l’intensité du flux d’investissements désiré. Et il établit dans une seconde partie que les systèmes monétaires qui sont ou ont été effectivement utilisés ne sont pas compatibles avec les conditions de l’équilibre, depuis les systèmes exclusivement métalliques jusqu’à la monnaie actuellement utilisée en France, monnaie purement fiduciaire et caractérisée par la pluralité des banques.

18Alors que Keynes se situait dans une économie libérale et ouverte, Gruson appuie sa réflexion économique sur Keynes en souhaitant explicitement dans son introduction l’institution d’une économie tendant vers le collectivisme et le dirigisme. Contrairement à ce que pourrait faire penser le titre de son livre, Gruson ne fait pas l’apologie de Keynes ; il le réécrit, le repense à la lumière de ses convictions. Il utilise la formulation du système explicatif des phénomènes économiques de l’économiste anglais comme un matériau de travail pour appuyer sa doctrine.

19Autre point important à souligner, même s’il n’est pas clairement explicité dans son livre, les réflexions que sa rédaction a suscitées : selon Claude Gruson, c’est en rédigeant ce livre qu’il a pleinement pris conscience du lien entre les mécanismes macroéconomiques et la nécessité de leur donner une forme comptable :

  • 15 Claude Gruson, cassette 13, Paris, 1989, CHEFF.

« Je n’avais pas d’idée précise à ce moment-là de la comptabilité nationale mais en fait les principes de la comptabilité nationale sont dans ce livre. J’avais l’intuition, qui je crois finalement était une intuition juste, que tant que l’on n’avait pas une intelligence profonde des mécanismes économiques, on pouvait faire des projets, c’était des projets en l’air »15.

B. Claude Gruson critique les premiers travaux de comptabilité nationale

20Claude Gruson se montre très critique à l’égard des premiers travaux de comptabilité nationale, notamment ceux de la commission du Bilan national, et du modèle prédominant de l’époque élaboré par Richard Stone.

  • 16 Sur le climat passionnel qui entoure une innovation, cf. Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Lat (...)

21L’INSEE n’est donc pas seul visé. Tout un climat passionnel ressort des archives orales et écrites : les critiques sont virulentes et les reproches sont légion de la part de Claude Gruson et de son équipe. Ce discours paraît a posteriori constituer le fondement nécessaire sur lequel ils structurent et assoient leur innovation16.

1. François Perroux et l’ISEA

  • 17 François Perroux, Les Comptes de la Nation, Paris, PUF, 1949.

22François Perroux publie en 1949 un livre intitulé Les Comptes de la Nation17 qui marque Claude Gruson :

  • 18 Lionel de Tinguy du Pouët, sous-secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques du 29 oc (...)
  • 19 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« À ce moment-là, François Perroux a publié un livre, Les Comptes de la Nation, que j’ai lu avec beaucoup d’attention. Tinguy du Pouët18 devenant sous-secrétaire d’État avait immédiatement convoqué Perroux. Après cette visite on ne l’a plus consulté et il en a été absolument furieux »19.

  • 20 Henri Aujac, né en 1919. Ingénieur civil des Mines. Chargé de recherche à l’ISEA, 1949-1952.
  • 21 Jacques Mayer, né en 1917. École Normale Supérieure (mathématiques). Chargé de mission à l’ISEA, 19 (...)
  • 22 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

23De fait, le ministère des Finances reprend à partir de 1950 l’initiative sous la houlette de Claude Gruson en matière de conception et d’élaboration de la comptabilité nationale. François Perroux n’y participera pas directement, mais essaimera au SEEF ses chargés de recherche comme Henri Aujac20 et Jacques Mayer21. En outre, l’ISEA continuera à percevoir des subventions du ministère des Finances. François Perroux, dont le caractère était fort ombrageux de l’avis de tous les témoins interrogés, se serait alors drapé dans une sorte « d’attitude de père offensé »22.

  • 23 Le retard des Français par rapport aux économistes anglais et américains est criant à la Libération (...)
  • 24 François Fourquet, op. cit., p. 67-72.

24Cette attitude paraît légitime a posteriori : en effet, c’est bien François Perroux qui a lancé les premiers travaux de comptabilité nationale, qui a éveillé l’esprit des fonctionnaires de la rue de Rivoli avec ses réunions, et c’est lui quia publié dans la collection qu’il dirigeait le livre de Claude Gruson ! Il est le Français qui est en relation avec les Anglais et Américains dont le modèle est dominant à l’époque23. Il suffit de se référer aux cahiers de l’ISEA dont plusieurs numéros sont consacrés dès 1946 à la comptabilité nationale, signés en majorité par un chargé de recherche de l’ISEA, Jan Marczewski, pour s’en rendre compte. François Perroux est le seul Français à siéger parmi de nombreux experts auprès de Kuznets, qu’il connaît bien, au comité international de l’International association of Research on Income and Wealth qui fut fondé en 1947 à l’occasion du Congrès international de statistiques à Washington ; il accompagne René Pleven à Londres en juillet-août 1945 et il y rencontre Richard Stone chez qui il est reçu un mois pour découvrir les nouvelles méthodes britanniques. Il se rend aux États-Unis en octobre-novembre 1946 pour se familiariser auprès des Départements avec les travaux de quantification économique24.

  • 25 Jean Denizet in François Fourquet, op. cit., p. 69.
  • 26 Claude Gruson cassette 8, Paris, 1989, CHEFF.

25À Paris, François Perroux anime de nombreuses réunions auxquelles il convie les praticiens de la rue de Rivoli. Il commande à Jean Denizet25 et à Claude Gruson26 des articles et des exposés sur leur sujet de prédilection – la monnaie et le crédit – dans une perspective keynésienne. D’autre part, et comme on l’a vu plus haut, c’est auprès de l’ISEA, la seule institution à pouvoir lui fournir en France à cette époque des réflexions novatrices, que le Plan passe commande d’un rapport, Le Revenu National. François Perroux a servi de diffuseur et d’éveilleur d’idées, il a cherché à sortir du petit cercle des initiés, notamment en contactant les hauts fonctionnaires du ministère des Finances.

26Comment comprendre alors les réticences de Claude Gruson ? En dehors de questions de personnes (les relations sont difficiles entre les deux hommes), il semble que Gruson ait à l’égard de Perroux des réserves de fond. À ses yeux, François Perroux est le diffuseur de méthodes anglo-américaines qu’il critique parce que, selon lui, elles ne sont que des évaluations qui ne cherchent pas à expliquer les phénomènes économiques et qui ne donnent pas les moyens d’influer sur la vie économique. Au contraire, la comptabilité nationale doit être utilisée pour la conduite de l’économie afin, espère-t-il, d’améliorer le sort de l’individu dans la société.

27Autre divergence, Gruson est un praticien et Perroux un théoricien. Gruson n’a pu manquer d’être agacé par le passage dans lequel Perroux explique que la comptabilité nationale n’est qu’une technique dont il souligne les limites, notamment en remettant en question la fiabilité des sources statistiques sur lesquelles elle s’appuie. Perroux considère également dans son livre que la comptabilité nationale ne fait qu’enregistrer des flux et des masses inertes et qu’elle est incapable d’expliquer le comportement des acteurs économiques réels. Ce constat rejoint celui de Claude Gruson. Il est intéressant de noter que, partant du même point de vue, le manque de fiabilité des statistiques françaises et les limites de la comptabilité nationale anglo-saxonne, les conclusions des deux hommes divergent. Claude Gruson est un praticien qui veut agir : il veut élaborer une comptabilité nationale originale qui tient compte des comportements des acteurs économiques afin de peser sur la prise de décision de politique économique, et il veut exploiter les statistiques qui existent et les améliorer progressivement. Quant à François Perroux, il opte dans son livre pour une attitude d’observateur sceptique et il ne sera pas associé aux travaux de Claude Gruson.

2. La commission du Bilan national

  • 27 René Froment in François Fourquet, op. cit., p. 84.
  • 28 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

28Tout en reconnaissant au Plan le mérite d’avoir initié la première expérience française de comptabilité nationale dans le cadre des travaux effectués pour la commission du Bilan animée par Pierre Uri, Claude Gruson en critique néanmoins les fondements scientifiques. Il souligne d’une part la rareté et le manque de fiabilité des informations chiffrées disponibles à l’époque, ce dont René Froment, statisticien du Bilan, a d’ailleurs tout à fait conscience27, et d’autre part l’absence de bases méthodologiques rigoureuses. Claude Gruson dénonce les conditions d’improvisation qui ont selon lui marqué les travaux de la commission du Bilan28.

  • 29 SAEF, B 34 091, René Froment, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économi (...)
  • 30 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 33. Pierre Uri ne rend pas compte dans ses mémo (...)

29Dans une note du 20 avril 1950 adressée au secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques, Lionel de Tinguy du Pouët, René Froment, qui vient de passer avec l’accord de Jean Monnet dans la petite équipe de Claude Gruson, dresse une critique des travaux de la commission du Bilan. Elle s’articule autour de trois points principaux : l’objectif de propagande du travail de la commission a conduit à interpréter les données de façon trompeuse pour présenter la situation de l’économie française comme plus favorable qu’elle ne l’est en réalité ; le caractère douteux de certains chiffres dû aux statistiques lacunaires et au manque d’explication sur les modes de calcul ; et l’absence de sources citées qui rend impossible le contrôle du travail. René Froment en conclut que les travaux de la commission du Bilan ne sont pas utilisables et il n’hésite pas à qualifier son rapport « d’abus de la statistique »29 puisque, en donnant des chiffres, il laisse croire qu’il existe des statistiques fiables. Une critique qui amène à justifier la reprise en main de ses travaux sur des bases rigoureuses et méthodiques. D’autre part, Claude Gruson estime que Pierre Uri s’est trop laissé influencer par les travaux anglo-saxons et par le système normalisé de l’ONU qui permettait de standardiser les éléments d’informations chiffrées disparates que l’organisation rassemblait mais qui ne renseignait pas sur le fonctionnement réel des économies étudiées30.

3. Le modèle anglo-saxon et la notion de revenu national

  • 31 SAEF, B 34 091, exposé du comité d’Experts, 21 avril 1950, p. 3.

30La caractéristique de la pensée de Claude Gruson, par rapport aux premières réflexions et aux premiers travaux de comptabilité nationale en France, est la distance qu’il prend vis-à-vis du modèle anglo-saxon. Il estime par exemple que le terme « comptabilité nationale » tel qu’il est utilisé à l’époque « n’est pas l’application d’un cadre comptable rigoureux » mais qu’il se résume « à de simples indications chiffrées de tendance qui constituent l’essentiel du budget économique de l’Angleterre ou des États-Unis »31. Tout en reconnaissant que la notion de revenu national facilite les comparaisons internationales et permet d’étudier l’économie d’un pays donné, il estime qu’elle est incomplète : en constituant une simple totalisation, elle laisse échapper les relations essentielles à l’intérieur de l’économie nationale elle-même qui ne peuvent apparaître que si un certain nombre de secteurs sont distingués et si les transactions et les liens qui les unissent sont mis séparément en évidence.

31Pour Claude Gruson, la comptabilité nationale doit diviser l’économie en un certain nombre de secteurs dont les relations sont mises en évidence dans le jeu de comptes liés en partie double. La comptabilité nationale doit traduire l’évolution d’une économie au cours de périodes données et elle doit permettre l’élaboration de budgets économiques capables de donner les grandes tendances de l’économie et les changements qui se dessinent. Ces budgets économiques apportent les renseignements indispensables pour donner un sens à l’action budgétaire mais également à toutes les décisions de politique économique (prix, salaires, commerce extérieur…).

  • 32 Les principes de Claude Gruson et son modèle sont publiés pour la première fois en juillet 1950, il (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.

32Claude Gruson critique les travaux amorcés à la commission du Bilan mais également le système normatif imposé par les Anglo-saxons, parce qu’il poursuit un objectif clair : la comptabilité nationale qui n’a pas pu se réaliser à l’extérieur du ministère des Finances doit être réalisée en son sein afin d’élaborer des comptes économiques prévisionnels destinés à rationaliser et à guider la prise de décision de politique économique. La mission que Claude Gruson assigne à sa petite équipe est donc l’établissement d’une comptabilité nationale qui permette de préparer « un budget économique national »32 ; celui-ci servira de cadre au budget annuel de l’État, en étant fondé « sur une prévision des principaux éléments de l’activité générale »33. Cette prévision est réalisée à partir d’un système d’équations entre les divers éléments du circuit économique34.

33Cet objectif d’établissement de comptes économiques prévisionnels oriente nécessairement l’établissement de la comptabilité nationale qui n’est donc pas une fin en soi et amène Claude Gruson à affirmer dès l’époque sa divergence de vues avec les comptes normalisés de Richard Stone qui ont été repris à l’ONU et dont Pierre Uri s’est servi pour les travaux de la commission du Bilan. Claude Gruson explique dans un entretien son objectif :

  • 35 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF. Pierre Uri ne fait pas allusion dans ses mémoires à (...)

« Il y a eu une divergence de vues entre Uri et moi. À cette époque les comptes nationaux ont été mis en place dans l’ensemble du monde, dans tous les pays développés et même partout, et c’est à ce moment-là qu’avait été conçu le système des comptes normalisés de Stone et le dit Stone avait fait des comptes qui visaient de façon très directe la mesure de grandeur globale. On définissait donc des notions de grandeur globale et puis on cherchait à adapter le système de mesure de manière en effet à obtenir ces synthèses que constituaient les grandeurs globales. Alors que mon approche était différente parce que je pensais qu’il fallait s’efforcer d’établir un pont entre les activités et les acteurs et puis les grandeurs globales en question. Il fallait insérer l’acteur de base dans cette vue d’ensemble. C’était une idée qui tenait au fait que les comptabilités des acteurs de base, on pouvait les saisir par voie fiscale et pour expliquer les évolutions des grandeurs globales et les phénomènes globaux dans leur ensemble, il faut essayer de relier les phénomènes globaux aux phénomènes microéconomiques dont ils sont constitués. Alors sur ce plan, c’est une grande controverse parmi les économistes qui posent la fameuse évidence de ce que l’on appelle le “no-bridge” : il n’y a pas de pont entre le comportement de l’acteur individuel et le comportement global. N’empêche que si l’on veut expliquer, rendre intelligible, il faut incontestablement jeter ce pont, plus ou moins a droitement, mais il faut le jeter, et c’est là-dessus que j’ai insisté dès le départ »35.

  • 36 Jean-Claude Moisdon (dir.), Du mode d’existence des outils de gestion, Paris, Seli Arslan, 1997.

34Claude Gruson estime donc nécessaire pour établir des comptes prévisionnels opérationnels et utilisables, destinés à constituer des outils de gestion de l’État, de bâtir une comptabilité nationale originale, dynamique et explicative des phénomènes économiques. Nous utilisons le terme « outil de gestion » dans le sens de Jean-Claude Moisdon36 pour qui les outils sont constitués d’un ensemble de raisonnements et de connaissances reliant de façon formelle un certain nombre de variables issues de l’organisation, et destinés à une trilogie classique : prévoir, décider, contrôler. C’est bien ce à quoi va s’employer Claude Gruson à partir de 1950 pour l’État.

35Pour faire prévaloir sa conception de la comptabilité nationale, Claude Gruson doit susciter le besoin. Il existe bien à la fin des années quarante un besoin et un désir chez une partie des hauts fonctionnaires et des hommes politiques de quantifier et d’appréhender de manière différente le rôle de l’État dont l’importance n’a cessé de grandir. Claude Gruson anticipe sur cette demande en la dépassant pour faire de la comptabilité nationale la base à partir de laquelle seront élaborés les budgets économiques. Cet objectif amène Claude Gruson à provoquer la création du comité d’Experts.

III. Le comité d’Experts légitime le passage de la comptabilité nationale au ministère des Finances

36La création du comité d’Experts est un moment important dans l’histoire de la comptabilité nationale au ministère des Finances parce qu’elle illustre le passage de la stratégie émergente à la stratégie délibérée chez Claude Gruson et François Bloch-Lainé : lorsque Claude Gruson entre à la direction du Trésor, ce n’est pas pour lancer la comptabilité nationale, c’est petit à petit que, fort de ses convictions religieuses et économiques, conscient du potentiel exploitable au ministère des Finances, il élabore sa doctrine. En 1950, Claude Gruson passe à la phase de stratégie délibérée : il est désormais convaincu qu’il faut pour suivre et améliorer les travaux de comptabilité nationale amorcés au Plan et exploiter le potentiel disponible au ministère des Finances afin d’établir une comptabilité nationale éclairant la prise de décision de politique économique. Il veut donc récupérer les travaux de comptabilité nationale amorcés au Plan, et, avec l’appui précieux de François Bloch-Lainé, l’offensive est lancée auprès de Jean Monnet qui se déclare disposé à transférer ces travaux du Plan au ministère des Finances.

37En 1950, Claude Gruson est le mieux placé parce qu’il dispose de trois atouts : un accès privilégié aux sources chiffrées du ministère des Finances avec le comité de Statistiques dont il est responsable et des relations faciles avec les directeurs du ministère des Finances qu’il connaît bien ; une structure administrative, le BSEF, qui lui fournit ses meilleurs éléments pour travailler sur la comptabilité nationale ; le prestige et la protection de la direction du Trésor qui lui laisse une totale autonomie pour lancer ses travaux. Toutes ces conditions amènent Claude Gruson à faire à partir de 1950, grâce au comité d’Experts, la synthèse française des travaux novateurs en y ajoutant une forte valeur ajoutée qui résulte de sa volonté de se démarquer de la comptabilité nationale anglo-saxonne.

A. Des négociations faciles avec Jean Monnet

38Les archives écrites ne fournissent pas d’explications claires sur l’origine du comité d’Experts mais il découle des témoignages recueillis des concordances : Claude Gruson fait part à François Bloch-Lainé de son désir de poursuivre pour les améliorer les travaux amorcés au Plan afin de les axer vers la fabrication de comptes prévisionnels économiques ; le directeur du Trésor pressent l’intérêt de tels instruments pour le ministère des Finances :

  • 37 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Je voulais mettre la pensée du côté de l’équilibre économique plutôt que de la dépense […]. Il fallait que l’argumentation de la sagesse soit de mon côté plutôt que du côté des demandeurs […]. Il me fallait de bons arguments pour arriver à un budget d’investissement qui ne soit pas mortel »37.

39On retrouve bien là le souci constant du jeune directeur du Trésor : contrôler et gérer la dépense publique en alliant avec pragmatisme et rationalité les préoccupations financières aux impératifs économiques.

  • 38 Cité dans François Fourquet, op. cit., p. 53-76 et 84-89.

40D’autre part, le contexte est favorable. Au moment des négociations entre la direction du Trésor et Jean Monnet, René Froment est chargé de mission auprès du secrétaire d’État aux Finances (Lionel de Tinguy du Pouët) et il ne peut manquer d’être sensible à cette initiative38. Claude Gruson et François Bloch-Lainé bénéficient d’une écoute bienveillante dans les cabinets des ministres de la rue de Rivoli : Lionel de Tinguy du Pouët, réformiste et polytechnicien, connaît bien Claude Gruson et manifeste son intérêt pour les travaux de comptabilité nationale, et Maurice Petsche est un ministre au cabinet duquel François Bloch-Lainé a ses entrées fréquentes et informelles.

  • 39 Claude Gruson, 12 et 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF ; François Bloch-Lainé, 13 décembr (...)
  • 40 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

41Les négociations s’engagent avec Jean Monnet pour le convaincre de transférer la comptabilité nationale au ministère des Finances. L’accord est réalisé facilement au cours d’un déjeuner où sont présents François Bloch-Lainé, Jean Monnet et Claude Gruson39. François Bloch-Lainé40 explique à Jean Monnet qu’il est dans l’intérêt du Plan de se décharger de la comptabilité nationale, opération laborieuse et permanente qui ne peut être réalisée qu’au sein d’une solide organisation administrative comme le ministère des Finances et en l’occurrence la direction du Trésor. Cette argumentation veut engager Monnet dans la voie d’un recentrage sur l’objectif qu’il a fixé lui-même pour le Plan : un lieu d’éveil, de conceptualisation et de concertation mais en aucun cas une structure administrative lourde. Afin de ménager les susceptibilités, notamment celles de l’initiateur et de l’animateur de la commission du Bilan, Pierre Uri, François Bloch-Lainé propose la création d’un comité d’Experts réunissant Pierre Uri et Claude Gruson.

  • 41 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».

42Sont mis à l’écart de cette négociation l’INSEE et l’ISEA. Un projet de décret41 nomme Claude Gruson et Pierre Uri membres du futur comité et René Froment secrétaire du comité. Personne d’autre n’y est désigné. Deux cadres issus de l’INSEE seront nommés plus tard, une fois que l’accord sera conclu définitivement entre le Plan et la direction du Trésor.

B. Un comité qui officialise et légitime les objectifs de Claude Gruson

1. Le décret

  • 42 Journal officiel, décret nº 50-410 du 31 mars 1950, 6 avril 1950, p. 3731.

43Ce décret a été préparé par Claude Gruson et illustre sa stratégie42. Outre Claude Gruson, Pierre Uri et René Froment, le comité comprend finalement Jacques Dumontier et André Piatier qui représentent l’INSEE. On peut avancer deux raisons à cette nomination tardive. Le ministre des Finances qui a signé ce décret a sans doute jugé qu’il était logique de nommer des représentants d’un service dont il a la charge et de ménager ainsi les susceptibilités du nouvel Institut. Cette nomination peut également s’expliquer à la lumière des notes que Claude Gruson rédige à propos des relations qu’il entend instaurer avec l’INSEE : les statistiques que l’INSEE fournit ne sont pas suffisantes et exploitables pour élaborer la comptabilité nationale, mais la coopération et la bonne entente sont indispensables afin d’orienter la réforme de ses statistiques.

  • 43 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », p. 6.

44La première des trois missions de ce comité est effectivement de faire des propositions pour améliorer l’appareil statistique afin de le rendre utilisable pour la comptabilité nationale. Claude Gruson semble étonnamment optimiste et dans une note on peut lire qu’il sera « facile et simple »43 de réaliser les réformes comptables et statistiques qui s’imposent. C’est pourtant bien le point qui s’avérera dans la pratique le plus difficile et le plus long à réaliser !

45Ce comité est également chargé de deux autres missions : d’une part, établir trois séries de comptes, les comptes économiques de l’année passée, les comptes économiques de l’année en cours et les comptes prévisionnels pour l’année suivante et d’autre part présenter un rapport interprétatif des résultats obtenus. La répartition entre l’équipe de Claude Gruson et l’INSEE est la suivante : le BSEF et l’INSEE sont officiellement chargés de centraliser les éléments statistiques nécessaires au travail du comité ; le BSEF a en outre la responsabilité d’élaborer ce que Claude Gruson estime être le plus important, c’est-à-dire les comptes économiques prévisionnels qui, fondés sur la comptabilité nationale, doivent constituer des outils opérationnels d’aide à la décision de politique économique.

  • 44 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».
  • 45 SAEF, B 34 091, René Froment, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économi (...)

46Les comptes et le rapport interprétatif doivent être transmis et soumis aux administrations concernées rassemblées au sein d’une commission de la Comptabilité nationale dont le président est Lionel de Tinguy du Pouët, secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques. Ces travaux sont destinés au gouvernement et sont ensuite présentés au Parlement. Ils servent « de document sur la base duquel le gouvernement responsable puisse se prononcer et expliquer aux Assemblées et au pays les raisons de sa politique »44. L’objectif clairement exprimé par René Froment dans une note adressée à Lionel de Tinguy du Pouët est de fournir des instruments qui permettront de définir les conditions d’une politique de stabilisation économique et de placer le problème des finances publiques dans le cadre de cette politique de stabilisation, la réflexion centrale devant porter notamment sur les investissements publics45.

  • 46 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », 20 avril 1950, 7 p. Attribué à Claude Gruson.
  • 47 Voir à ce propos La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante : acteur… o (...)

47Un autre aspect très important mérite d’être souligné : dans les notes qui exposent les missions et les travaux du comité d’Experts, Claude Gruson établit pour la première fois le lien entre les comptes prévisionnels et le Budget de l’État. Il écrit ainsi : « Dans l’immédiat, présenter, dès 1950 et en liaison avec la préparation du budget, des données statistiques et une interprétation qui puissent servir de guide à la formulation de la politique gouvernementale »46. En effet la grande nouveauté qu’introduit Claude Gruson, c’est l’intégration du Budget de l’État dans une perspective d’équilibre économique général. Dès 1950, il indique que les comptes du passé, les comptes de l’année et les comptes prévisionnels ainsi qu’un rapport interprétatif doivent constituer les documents introductifs à la loi de Finances. Il anticipe sur des besoins qui ne seront formulés que quelques années plus tard par la direction du Budget à travers le décret du 19 juin 1956 qui réglemente la présentation du Budget et instaure un rapport économique en introduction à la loi de Finances47.

  • 48 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », 20 avril 1950, 7 p.
  • 49 Ibid.

48L’exposé des missions et des travaux du comité d’Experts qui est présenté lors de la première réunion de la commission de la Comptabilité nationale du 21 avril 195048 illustre bien les objectifs ambitieux qui dépassent le simple cadre de la rue de Rivoli. Les travaux du comité qui seront réalisés par l’équipe de Claude Gruson s’adressent à l’ensemble du gouvernement, aux assemblées qui pourront voter le Budget avec des éléments de visibilité sur l’économie et également aux entreprises privées et aux dirigeants syndicaux en leur permettant « d’orienter leur action en fonction des facteurs stratégiques qui sont en jeu et des possibilités de changement que recèle une situation donnée »49.

49Le décret de création du comité marque donc un tournant pour la petite équipe de Claude Gruson. Obtenu sans difficulté, il légitime la récupération par cette équipe des travaux de comptabilité nationale amorcés au Plan. Il consacre la conception de Claude Gruson qui assigne comme finalité à la comptabilité nationale l’élaboration des comptes prévisionnels économiques. Il lui délègue tout pouvoir en confiant à son équipe la responsabilité de leur élaboration. Il leur donne une dimension nationale. Ce point ne peut que satisfaire Claude Gruson dont l’espoir est de créer des outils rationnels et modernes susceptibles de favoriser la stabilité économique et par là même de faire progresser la société dans le sens du bien-être pour le plus grand nombre.

2. Les réunions

  • 50 SAEF, B 34 091, sous-dossier « comité d’Experts ».
  • 51 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 67.

50Les archives du SAEF conservent les procès-verbaux des 11 réunions qui se sont déroulées entre le 21 avril et le 19 juin 195050. À leur lecture, il apparaît que le poids de Claude Gruson s’affirme vis-à-vis des autres experts. Nous savons que Claude Gruson n’a pas beaucoup d’estime pour les deux représentants qui siègent au nom de l’INSEE et quant à Pierre Uri il trouve ses « improvisations »51 brillantes mais il met en doute sa capacité à les mettre en forme et à les faire appliquer avec rigueur. De son côté Pierre Uri poursuit son rôle de concepteur en donnant de longues leçons théoriques aux autres experts. Quant à André Piatier et Jacques Dumontier, ils jouent des rôles secondaires en ayant à centraliser les statistiques du secrétariat d’État à l’Économie nationale et tout en se faisant expliquer par Claude Gruson que de toute façon ces statistiques sont insuffisantes et très difficilement exploitables dans le cadre de la comptabilité nationale.

  • 52 Pierre Uri ne relate pas sa participation au comité d’Experts dans ses mémoires.

51La lecture des procès-verbaux montre que le travail de centralisation statistique fourni par les représentants de l’INSEE s’avère décevant. Quant à Pierre Uri52, il se rend moins régulièrement aux réunions du comité d’Experts. Tout ceci confirme les propos de Claude Gruson à propos de ce comité :

  • 53 Claude Gruson fait allusion aux préoccupations européennes de Pierre Uri. Claude Gruson, cassette 1 (...)

« Je crois que je peux dire sans forfanterie que c’était moi qui jouais le rôle central ; Pierre Uri qui aurait pu jouer ce rôle central avec beaucoup plus de compétence que moi se retirait parce qu’il pensait à autre chose53. Quant aux deux autres : Dumontier a toujours été un homme paresseux, c’était un bon esprit mais ce n’était pas un homme à s’engager dans des travaux très lourds ; c’était la même chose pour Piatier qui avait un tempérament un peu sautillant ».

  • 54 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».

52Ce sont donc Claude Gruson et son équipe embryonnaire qui vont prendre en charge les travaux du comité. La note de préparation à sa création avait donné le portrait idéal de ses futurs experts : « Les personnes désignées devraient répondre à une triple condition : posséder une compétence indiscutée et une spécialisation certaine dans les méthodes de la comptabilité nationale ; être en position de diriger directement les travaux nécessaires dans les services qui ont avec ces problèmes les liaisons les plus étroites ; enfin, être placées à un poste où elles soient en mesure d’avoir sur les principaux problèmes qui se posent au pays une information constante et une vue très générale »54. Seul Claude Gruson remplit ces trois conditions : il a écrit un livre qui souligne la nécessité de donner aux phénomènes économiques une forme comptable et il aune idée précise de la finalité de la comptabilité nationale ; il a accès aux statistiques du ministère des Finances parce qu’il connaît bien les directeurs du ministère des Finances, inspecteurs des Finances de sa génération, et par ce qu’il est soutenu par François Bloch-Lainé ; enfin, ses propres réflexions économiques et le fait d’avoir un poste à la direction du Trésor l’amènent à appréhender l’économie de manière générale et interdépendante.

  • 55 SAEF, B 34 091, comptes rendus du comité de Statistiques du 9 mai 1950 et du 19 juin 1950.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.

53En retour, le comité d’Experts renforce le poids de Claude Gruson au sein du ministère des Finances en légitimant la collecte et la centralisation des sources statistiques du ministère. Claude Gruson s’appuie sur la mission du comité pour justifier sa campagne active dans ce domaine lors de deux réunions du comité de Statistiques au cours desquelles il formule des directives aux directions55. Celles-ci doivent non seulement fournir leurs statistiques mais encore faire l’effort de les améliorer en vue de leur exploitation pour la comptabilité nationale. Claude Gruson souhaite que la direction de la Comptabilité publique fasse l’effort « de distinguer de façon précise les rapports entre l’État et le secteur de production, les rapports entre l’État et les particuliers, et ceci en paiements et en créances »56. François Bloch-Lainé, qui préside le comité de Statistiques, n’hésite pas à conseiller à la puissante direction du Budget qui « étudie actuellement une réforme de la nomenclature budgétaire […] de l’adapter aux cadres de la comptabilité nationale »57.

  • 58 SAEF, B 34 091, « Réunion des Experts du 28 avril 1950 », 3 p.
  • 59 Ibid.

54Claude Gruson qui a su utiliser son réseau professionnel, peut faire part de l’avancement de ses travaux à la réunion des Experts du 28 avril 195058. Gilbert Devaux, directeur de la Comptabilité publique, lui a communiqué l’établissement des situations financières des collectivités publiques pour 1949, la Caisse des Dépôts lui a fourni le résultat de ses opérations pour 1949. Dans le secteur bancaire la Banque de France a transmis son compte d’exploitation et son bilan pour 1949 ; François Bloch-Lainé a écrit aux quatre grandes banques nationalisées afin qu’elles procurent au comité d’Experts leurs informations chiffrées ; la SEITA s’est déclarée prête à renseigner précisément Claude Gruson. Celui-ci se déclare optimiste, il estime que, hormis les problèmes de présentation comptable, il n’y aura pas de difficulté à obtenir les renseignements auprès des PTT, des assurances, du secteur nationalisé et de la Sécurité sociale59. Il ajoute plus loin que les données concernant les statistiques fiscales, celles de l’Office des changes et celles des Douanes seront collectées facilement. C’est bien Claude Gruson qui détient le plus d’informations chiffrées et qui, parce qu’il a des objectifs précis, saura les utiliser pour les intégrer dans le cadre de la comptabilité nationale qu’il a défini.

  • 60 SAEF, B 34 091, « Notes éparses ».
  • 61 Ibid.
  • 62 SAEF, B 34 091, sous-dossier « Direction générale du Crédit ».

55L’effort de collecte se réalise également à l’extérieur du ministère des Finances. Claude Gruson bénéficie de l’aide de son corps d’origine, l’Inspection des finances, qui lui délègue Jacques Sagne et Robert Wirth. Ces deux inspecteurs des Finances, sont chargés au nom du comité de mener des enquêtes auprès des organismes professionnels comme le syndicat du Pneumatique, le syndicat des Textiles artificiels, le syndicat de la Construction électrique mais aussi auprès d’organismes comme le commissariat à l’Énergie atomique60. Claude Gruson envoie également des questionnaires à des établissements bancaires : le Crédit national, la Société générale. Des enquêtes sont menées auprès des agents de change, auprès des compagnies d’assurances61. La direction générale du Crédit de la Banque de France collabore à cette campagne de collecte en fournissant les nombreuses informations chiffrées qu’elle détient et rédige des notes théoriques sur la notion d’épargne62.

3. Les résultats

  • 63 SAEF, B 34 091, note des trois Experts : « Le rapport sur les comptes économiques de la Nation » et (...)

56Les travaux qui ont été réalisés par l’équipe Gruson constituent une première étape décisive. Le premier rapport sur les comptes économiques de la Nation est présenté au Parlement le 23 janvier 1951 par les ministres Maurice Petsche, Edgar Faure et Robert Buron. Il donne les comptes de l’année 1950 et un budget économique, c’est-à-dire un compte prévisionnel pour 195163.

  • 64 SAEF, B 34 091, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques », 20 avr (...)
  • 65 SAEF, « Les comptes économiques de la Nation pour l’année 1949 », Statistiques et Études financière (...)
  • 66 « Les comptes économiques… », art. cit.

57Ce budget économique est analysé par Claude Gruson avec beaucoup de prudence dans une note du 20 avril 1950 adressée au secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques, qui souligne que « les réformes comptables et statistiques permettant d’établir la comptabilité nationale sur des bases sûres n’ont pas encore été réalisées, ce qui rend l’établissement d’un budget économique très difficile »64. En effet, Claude Gruson et son équipe ont dû se résoudre, pressés par le temps, à utiliser des chiffres dont ils contestaient pourtant la fiabilité en extrapolant le compte donné pour l’année 1949 par le Plan pour établir les comptes de l’année 1950 et de l’année 195165 ! Cependant un gros effort de centralisation statistique a été réalisé sous la houlette de Claude Gruson, ce qui permettra d’établir ultérieurement les comptes de l’année 1949 qui seront présentés de manière décisive et officielle en 195266.

  • 67 SAEF, B 34 091, « Le rapport sur les comptes économiques de la Nation », 12 p.

58Quelles sont les conclusions du rapport67 interprétatif sur la situation économique de la France pour l’année 1950 ? Il est court et il souligne les conséquences inflationnistes de la guerre de Corée ; son message est que la France doit choisir entre le réarmement et l’investissement. Ces thèmes préfigurent l’aventure mendésiste du SEEF quelques mois plus tard. Ce rapport qui ne semble pas avoir eu un grand retentissement marque pourtant bien une étape décisive dans l’histoire des travaux de l’équipe Gruson.

  • 68 Claude Gruson, « Note sur les conditions d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un budge (...)

59Le comité d’Experts a donc légitimé les travaux de Claude Gruson et de son équipe embryonnaire composée de Jean Sérisé, Charles Prou, Simon Nora, Louis-Pierre Blanc et René Froment. Ceux-ci ont ainsi engagé un lourd travail de centralisation statistique, de conceptualisation et de définition des cadres de la comptabilité nationale, d’élaboration des tableaux en partie double et d’un modèle de compte prévisionnel qui aboutira à une étude, publiée dans la revue Statistiques et Études financières en juillet 195068.

60Signé de Claude Gruson, il s’agit d’un article de référence car il expose l’état et les objectifs de ses travaux. En introduction, l’auteur justifie les budgets économiques qu’il veut élaborer en démontrant qu’ils doivent servir de cadre au Budget national pour trois raisons essentielles : l’évaluation des recettes publiques dépend des hypothèses relatives à l’activité économique générale ; l’équilibre économique garantissant l’emploi et la stabilité des prix ne peut être géré efficacement que par les pouvoirs publics ; la politique financière de l’État constitue l’instrument privilégié de pilotage de l’activité économique.

61Quelques lignes plus loin, il explique que les budgets économiques ne se limitent pas à faire prendre conscience au ministère des Finances des répercussions économiques de son programme financier mais qu’ils constituent également un outil de prévision pour déterminer les choix à faire, notamment en matière de politique fiscale, de programme des dépenses de personnel, de matériel et d’investissements, et de programme d’opérations de trésorerie…

  • 69 C’est ainsi que Claude Gruson présente l’intérêt de son modèle dans son article. Voir aussi Archive (...)

62Claude Gruson explique dans son article que les budgets économiques doivent s’appuyer sur des modèles mathématiques. Il constate que de l’observation empirique et a posteriori des relations entre les données économiques se dégagent des constantes qui autorisent une formulation mathématique dans un modèle. Il rappelle que l’état de l’appareil statistique ne permet pas d’établir un modèle exhaustif de prévision, mais qu’il dispose néanmoins d’une source privilégiée dont la connaissance peut être quasi immédiate, les données financières de l’État : les chiffres de la comptabilité publique au sens large qui sont issus de la comptabilité de l’État, des Postes, des collectivités locales, de la Sécurité sociale, du secteur nationalisé ; les renseignements d’origine fiscale sur les salaires payés par les entreprises et sur leurs chiffres d’affaires ; les renseignements fournis par la Banque de France sur les opérations bancaires ; les mouvements des prix ; et enfin tous les renseignements que peuvent fournir les organismes administratifs d’observation (notamment l’INSEE). Claude Gruson explique ensuite que ces sources financières de l’État sont primordiales parce qu’elles commandent le mouvement de toutes les autres données économiques et permettent ainsi de calculer a priori celles encore inobservables de l’activité économique. Prudent, l’auteur souligne que, au vu des travaux actuels, il n’est pas encore question d’écrire immédiatement un système d’équations avec ses coefficients numériques, mais qu’il est possible d’indiquer les principaux coefficients et leur ordre de grandeur. Et Claude Gruson présente son premier modèle composé de 88 inconnues, 77 équations représentant des relations économiques et 11 équations comptables. Ce modèle doit selon lui permettre la prévision de systèmes d’équilibre à des niveaux divers et ainsi servir de guide au gouvernement pour la politique des dépenses publiques69.

63Le comité d’Experts a donné à Claude Gruson les moyens de mettre à profit ses atouts : il a su mobiliser une équipe réduite mais très motivée et de qualité ; il a su faire jouer son réseau de relations professionnelles au sein et à l’extérieur du ministère des Finances pour collecter des informations chiffrées ; il a imposé sa vision de la comptabilité nationale au service des budgets économiques.

Notes

1 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

2 André Piatier, né en 1914. Agrégé d’économie politique. Directeur de la Conjoncture et des Études économiques à l’INSEE, 1946-1958.

3 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

4 Jean Sérisé, cassette 7, Paris, 1989, CHEFF.

5 Pierre Delain, « L’évolution des moyens de l’INSEE de 1946 à 1981 », in Pour une histoire de la statistique, Paris, Economica, 1987, t. II, p. 803-810.

6 Francis-Louis Closon, 21 septembre 1998, Paris, Aude Terray, CHEFF.

7 Ce point paraît très clairement à la lecture des témoignages oraux transcrits mais également à la lecture d’une note de Claude Gruson qui, dès janvier 1951, propose un partage des tâches entre l’INSEE et le SEEF en envisageant de transférer à l’INSEE une partie de la comptabilité nationale (voir Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration d’une comptabilité nationale et d’un budget national », 23 janvier 1951, 10 p.).

8 Sur les difficultés de l’INSEE dès sa création, voir Béatrice Touchelay, op. cit., chapitre V : « La création de l’INSEE : un projet ambitieux et ambigu », p. 204-244 et chapitre VI : « La France boude », p. 245-p. 291. Voir également du même auteur « L’INSEE et le CNPF de 1946 à 1961 : l’histoire d’une alliance modernisatrice », Le Mouvement social, avril-juin 2000, p. 25-47.

9 Sur les statistiques industrielles, voir Michel Volle « Naissance de la statistique industrielle en France (1930-1950) », in Pour une histoire de la statistique, Paris, Economica, 1987, t. I, p. 327-365 et Michel Volle, Histoire de la statistique industrielle, Paris, Economica, 1982.

10 André Hamaide, « Les statistiques tirées des déclarations fiscales sur les bénéfices industriels et commerciaux » in Pour une histoire de la statistique, t. II, op. cit., p. 443-459.

11 SAEF, B 11 547, François Bloch-Lainé, « Sous-commission fiscale du comité de Statistiques », 9 janvier 1948 et 15 janvier 1948.

12 Gérard Théodore et Michel Volle, « Les statistiques agricoles », in Pour une histoire de la statistique, op. cit., t. II, p. 501-531.

13 Claude Gruson, Esquisse…, op. cit., p. 5-6.

14 Ibid., p. 8.

15 Claude Gruson, cassette 13, Paris, 1989, CHEFF.

16 Sur le climat passionnel qui entoure une innovation, cf. Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour, « À quoi tient le succès des innovations. Deuxième épisode : l’art de choisir les bons porte-parole », Gérer et Comprendre, Annales des Mines, septembre 1988, p. 14-29.

17 François Perroux, Les Comptes de la Nation, Paris, PUF, 1949.

18 Lionel de Tinguy du Pouët, sous-secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques du 29 octobre 1949 au 2 juillet 1950. MRP.

19 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

20 Henri Aujac, né en 1919. Ingénieur civil des Mines. Chargé de recherche à l’ISEA, 1949-1952.

21 Jacques Mayer, né en 1917. École Normale Supérieure (mathématiques). Chargé de mission à l’ISEA, 1949-1955.

22 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

23 Le retard des Français par rapport aux économistes anglais et américains est criant à la Libération : aux États-Unis dès 1926, Kuznets est chargé du National Bureau of Economic Research (NBER) qui travaille à l’évaluation du revenu national américain à partir de statistiques longues. Quant aux Anglais, ils ont été les premiers dès 1941 à établir des comptes nationaux avec l’objectif opérationnel de faire le lien entre l’économie de guerre et l’équilibre général. En 1944, les Anglais Meade et Stone publient National Income and Independiture et en décembre 1945, les experts du sous-comité de Statistiques de l’ONU se réunissent à Princeton (New Jersey) pour mettre au point les principes d’une normalisation des méthodes de comptabilité nationale ; aucun Français n’y participe, et il sort de cette réunion présidée par Richard Stone un document « Mesure du revenu national et établissement d’une comptabilité nationale ». Voir à ce propos, François Fourquet, op. cit.

24 François Fourquet, op. cit., p. 67-72.

25 Jean Denizet in François Fourquet, op. cit., p. 69.

26 Claude Gruson cassette 8, Paris, 1989, CHEFF.

27 René Froment in François Fourquet, op. cit., p. 84.

28 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

29 SAEF, B 34 091, René Froment, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques », 20 avril 1950, p. 5.

30 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 33. Pierre Uri ne rend pas compte dans ses mémoires des limites de son travail à la commission du Bilan, ni des critiques qu’il a pu susciter.

31 SAEF, B 34 091, exposé du comité d’Experts, 21 avril 1950, p. 3.

32 Les principes de Claude Gruson et son modèle sont publiés pour la première fois en juillet 1950, il s’agit de la « Note sur les conditions d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un budget économique national », Statistiques et Études financières, nº 19, juillet 1950, p. 517-538.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF. Pierre Uri ne fait pas allusion dans ses mémoires à ces divergences de vue.

36 Jean-Claude Moisdon (dir.), Du mode d’existence des outils de gestion, Paris, Seli Arslan, 1997.

37 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

38 Cité dans François Fourquet, op. cit., p. 53-76 et 84-89.

39 Claude Gruson, 12 et 26 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF ; François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

40 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

41 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».

42 Journal officiel, décret nº 50-410 du 31 mars 1950, 6 avril 1950, p. 3731.

43 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », p. 6.

44 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».

45 SAEF, B 34 091, René Froment, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques », 20 avril 1950, 5 p.

46 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », 20 avril 1950, 7 p. Attribué à Claude Gruson.

47 Voir à ce propos La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante : acteur… ou témoin ?, Journées d’études tenues à Bercy le 10 janvier 1997, Paris, CHEFF, 1998.

48 SAEF, B 34 091, « Exposé du comité d’Experts », 20 avril 1950, 7 p.

49 Ibid.

50 SAEF, B 34 091, sous-dossier « comité d’Experts ».

51 Claude Gruson, Programmer l’espérance, op. cit., p. 67.

52 Pierre Uri ne relate pas sa participation au comité d’Experts dans ses mémoires.

53 Claude Gruson fait allusion aux préoccupations européennes de Pierre Uri. Claude Gruson, cassette 10, Paris, 1989, CHEFF.

54 SAEF, B 34 091, « Projet de création du comité d’Experts, rapport au président du Conseil ».

55 SAEF, B 34 091, comptes rendus du comité de Statistiques du 9 mai 1950 et du 19 juin 1950.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 SAEF, B 34 091, « Réunion des Experts du 28 avril 1950 », 3 p.

59 Ibid.

60 SAEF, B 34 091, « Notes éparses ».

61 Ibid.

62 SAEF, B 34 091, sous-dossier « Direction générale du Crédit ».

63 SAEF, B 34 091, note des trois Experts : « Le rapport sur les comptes économiques de la Nation » et « Perspectives 1951 ».

64 SAEF, B 34 091, « Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques », 20 avril 1950.

65 SAEF, « Les comptes économiques de la Nation pour l’année 1949 », Statistiques et Études financières, nº 40-41, avril-mai 1952, p. 250-462.

66 « Les comptes économiques… », art. cit.

67 SAEF, B 34 091, « Le rapport sur les comptes économiques de la Nation », 12 p.

68 Claude Gruson, « Note sur les conditions d’établissement d’une comptabilité nationale et d’un budget économique national », Statistiques et Études financières, nº 19, juillet 1950, p. 517-538.

69 C’est ainsi que Claude Gruson présente l’intérêt de son modèle dans son article. Voir aussi Archives privées Claude Gruson, « Note sur les institutions pouvant servir de cadre à l’élaboration d’une comptabilité nationale et d’un budget national », 23 janvier 1951, 10 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540