Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Première partie. Greffe discrète mais efficace de la comptabilité nationale au ministère des Finances (1948-1956)

Chapitre premier. Un contexte économique favorable à l’innovation dans le domaine de l’information chiffrée

Texte intégral

  • 1 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 243.
  • 2 Ibid., p. 243.
  • 3 Ibid, p. 246. Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, tome I : L’ardeur et la néce (...)

1« 1945-1946 : en deux ans, le rôle économique de l’État s’accroît de manière considérable. L’État devient le principal investisseur du pays ; il se fait à la fois banquier et industriel, met en place un système de planification »1. Le bilan de la guerre est lourd, plus du quart de la fortune nationale a été détruit, la tâche de reconstruction sans précédent dans l’histoire économique de la France implique l’engagement de l’État comme acteur économique2. Cet engagement se manifeste avec la vague de nationalisations de 1944-1946 qui font de l’État le principal acteur économique du pays ; les entreprises nationalisées emploient 1 200 000 salariés et réalisent le quart des investissements industriels du pays dès 19463. L’État dispose grâce à ces nationalisations de puissants instruments de politique économique : politique des prix, politique des crédits, choix des investissements. Ces nouveaux outils de rationalisation économique vont être utilisés dans la perspective de la reconstruction et de la modernisation de la France.

  • 4 Pierre Mendès France, né en 1907, délégué aux Finances d’Alger en 1943-1944. Ministre de l’Économie (...)
  • 5 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 253 et Béatrice Touchelay, L’INSEE des origines à 1961 : évolution (...)
  • 6 Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, « La France se modernise », p. 275-311.

2La nécessité d’une meilleure information économique indispensable à l’État devenu acteur économique en période de reconstruction et la prise de conscience du retard français dans ce domaine par rapport aux Anglo-saxons s’imposent progressivement à la Libération aux décideurs politiques et économiques. Pierre Mendès France4, ministre de l’Économie nationale de septembre 1944 à avril 1945, engage les premiers projets de modernisation et de développement de l’appareil statistique français5. Jean Monnet ne cesse de plaider pour l’amélioration des renseignements chiffrés sur l’économie française, chiffres indispensables pour lancer les travaux du 1er Plan et pour négocier avec les Américains les conditions d’une aide à la France6.

  • 7 Sur le rôle précurseur de l’ISEA et de François Perroux, voir François Fourquet, Les Comptes de la (...)

3François Perroux, fondateur sous Vichy en janvier 1944 de l’Institut Supérieur d’Économie Appliquée (ISEA), contribue activement à diffuser les méthodes de comptabilité économique des Anglo-saxons et insiste auprès des politiques et des administratifs sur la nécessité de les appliquer en France7.

4Ces nouveaux besoins, liés à des circonstances historiques exceptionnelles et prenant en partie la suite de l’accumulation statistique déjà engagée sous Vichy, conduisent le ministère de l’Économie nationale, le Commissariat général au Plan et le ministère des Finances à prendre des mesures significatives dans le domaine de l’information chiffrée. Petit à petit le ministère des Finances, qui s’approprie une nouvelle conception de l’économie et dont le poids est renforcé à partir de 1948, met en place le dispositif qui lui permettra de reprendre et de poursuivre les premiers travaux de comptabilité nationale.

I. Des initiatives dispersées mais significatives

A. Au ministère de l’Économie nationale

1. La création de l’INSEE

  • 8 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xixe siècle, P (...)

5Le nouveau ministère de l’Économie nationale prend précocement des initiatives dans le domaine de l’information chiffrée. La création de l’INSEE illustre bien la prise de conscience de la nécessité de créer un nouvel appareil de connaissance de l’économie. Elle s’inscrit également dans le contexte politique de la Libération : André Philip, ministre SFIO qui succède à Pierre Mendès France à l’Économie nationale en avril 1945, est favorable à une réforme en profondeur des structures de l’État en édifiant un puissant ministère de l’Économie nationale, dégagé de la tutelle et de l’orthodoxie financière du ministère des Finances, et chapeautant les nationalisations et la planification8. Il souhaite doter son nouveau ministère d’une grande direction, l’INSEE, créé le 27 avril 1946 en fusionnant le Service national de la Statistique avec l’Institut de Conjoncture pour centraliser et coordonner les informations statistiques du pays.

  • 9 Sur les travaux de l’Institut de Conjoncture sous l’Occupation, lire François Fourquet, op. cit., « (...)
  • 10 Jacques Dumontier, né en 1914, polytechnicien. 1942-1946 : administrateur au Service national de la (...)
  • 11 René Froment, né en 1917, diplômé de l’Institut de Statistique de l’Université de Paris (ISUP) – 19 (...)

6Le Service national de la Statistique, dont la création date de décembre 1941 avec l’absorption par le service de la Démographie de la vieille Statistique générale de la France, avait été placé sous la houlette énergique de René Carmille jusqu’à son arrestation par la Gestapo en 1944. Quant à l’Institut de Conjoncture qui a été créé et dirigé par Alfred Sauvy à partir de 1938, il a abrité et favorisé sous l’Occupation les premières évaluations du revenu national et le chiffrage du coût du prélèvement allemand par une petite équipe performante dont certains membres participeront activement aux travaux de comptabilité nationale à la Libération9 : Jacques Dumontier10 et René Froment11 notamment.

  • 12 Cinquante ans d’INSEE ou la conquête du chiffre, Paris, INSEE, 1996.
  • 13 Béatrice Touchelay, op. cit., « La création de l’INSEE : un projet ambitieux et ambigu », p. 204-24 (...)
  • 14 Décret nº 46-1432 du 14 juin 1946, Journal officiel du 15 juin 1946, p. 5273.

7À sa création en avril 1946, l’INSEE est doté d’un personnel nombreux et varié qui s’élève à 5 400 personnes réparties dans dix-huit directions régionales12. Ses attributions, qui sont fixées par un décret du 14 juin 1946, sont jugées par Béatrice Touchelay13 ambiguës et incomplètes car elles ne donnent pas à l’INSEE les moyens de remplir ses missions et de combler le retard français des statistiques publiques. En dépit du rôle de coordonnateur et de celui de centre de recherches prévus dans les textes fondateurs qui attribuent à l’INSEE la tâche « de coordonner les méthodes, les moyens et les travaux statistiques des administrations publiques […], de centraliser leur documentation statistique et économique […], de réaliser l’unification des nomenclatures et des codes statistiques » et d’autre part la mission « de favoriser le développement des sciences statistiques et les recherches économiques relevant de sa compétence »14, l’Institut ne centralise ni les travaux de comptabilité nationale ni la planification qui se développent au Commissariat général au Plan à partir de 1946. L’INSEE qui n’a pas les moyens de lancer des travaux novateurs mettra néanmoins à la disposition du Plan quelques-uns de ses meilleurs statisticiens pour y effectuer les premiers travaux de comptabilité nationale.

2. Le comité du Revenu national

  • 15 SAEF, Fonds « Administration générale », contreseing nº 1466, arrêté du 18 janvier 1946 portant cré (...)
  • 16 Jacques Certeux, né en 1909. Inspecteur des Finances, promotion 1933. Chef du Service de la Coordin (...)
  • 17 Alfred Sauvy, né en 1898. Polytechnicien, directeur de l’Institut National d’Études Démographiques (...)
  • 18 François Perroux, né en 1903. Agrégé de sciences économiques. Fondateur et président depuis 1944 de (...)

8Autre initiative du ministère de l’Économie nationale significative de sa volonté de quantifier l’économie française à la Libération, bien que d’une ampleur moins grande que la création de l’INSEE, la création d’un comité du Revenu national le 18 janvier 1946. Ce comité qui dépend du ministère de l’Économie nationale a été créé à l’initiative du ministre André Philip. Il « est chargé d’effectuer tous les travaux préalables à l’élaboration et à l’interprétation des statistiques relatives au revenu national : il définira les termes et il fixera les méthodes à suivre en cette matière »15. Il rassemble quatre personnalités qualifiées : Jacques Certeux16, inspecteur des Finances et chef du Service de Coordination des Administrations Financières (le SCAF) qui centralise les statistiques du ministère des Finances ; Alfred Sauvy17, directeur de l’INED et qui a été sous l’Occupation à l’Institut de Conjoncture à l’initiative des premiers travaux d’évaluation du revenu national ; François Perroux18, directeur de l’ISEA et qui a largement contribué à l’introduction des méthodes anglo-saxonnes de comptabilité nationale en France à la Libération ; et François Divisia, professeur à l’École polytechnique, disciple de l’économiste Clément Colson ; ce comité est présidé par monsieur Gilbert Hervé-Gruyer, directeur du Plan et de la Documentation au ministère de l’Économie nationale.

  • 19 Béatrice Touchelay, op. cit., p. 435. René Froment confirme ce point in François Fourquet, op. cit. (...)

9Cette initiative a pourtant échoué en s’enlisant dans d’interminables discussions contradictoires. Francis-Louis Closon dénonce en 1946 « les discussions passionnées entre François Divisia, François Perroux et Alfred Sauvy au sein du comité (qui) portent surtout sur des points théoriques et n’aboutissent à aucune décision »19. Pour Claude Gruson, qui n’a pas participé aux travaux de ce comité, les raisons de son échec sont a posteriori évidentes :

  • 20 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Les gens qui y siégeaient étaient incompatibles les uns avec les autres […]. Entre Perroux, Divisia et Sauvy ce n’étaient pas des gens à s’entretuer mais ce n’étaient pas des gens à s’entendre ni à faire des choses ensemble. Hervé-Gruyer était un homme aimable qui était de la Cour des comptes, qui avait une certaine curiosité d’économiste mais ce n’était pas du tout un technicien ».20

  • 21 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

10Claude Gruson, qui quelques mois plus tard fera une synthèse de ces premiers travaux en y ajoutant une forte valeur ajoutée, déclare aujourd’hui qu’il jugeait dès 1946 que la notion de revenu national qui prévalait à l’époque était insuffisante, figée et limitative car elle ne mesurait que les grandeurs globales en additionnant les agrégats sans tenir compte de leurs composantes21. Selon lui :

  • 22 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Le premier travail réel qui partait d’une analyse d’économie globale, cela a été le travail de la commission du Bilan au Plan. Dans l’idée de bilan, il y avait une idée relativement claire, c’était qu’il fallait mettre en face des charges d’une part, des ressources d’autre part et puis la comparaison entre les deux, d’où l’idée du bilan ».22

11Nous verrons plus loin à quel point les travaux de cette commission, placée sous la houlette de Pierre Uri et rattachée au Commissariat général au Plan ont marqué le coup d’envoi de la comptabilité nationale en France.

12Le ministère de l’Économie nationale, qui a pris des initiatives dans le domaine de l’information chiffrée, ne pourra donc finalement qu’assister le Plan lorsque celui-ci se lance dans les premiers travaux de comptabilité nationale dès 1946.

B. Le Plan lance la comptabilité nationale

  • 23 Pierre Gavanier, né en 1911. École nationale supérieure des Arts et Métiers.
  • 24 Documents relatifs à la première session du conseil du Plan (16 au 16 mars 1946), Paris, Commissari (...)

13En 1946, Jean Monnet insiste sur la nécessité impérieuse en période de reconstruction et de négociations avec les Américains de développer les travaux statistiques pour évaluer l’économie française, chiffrer ses besoins et définir les priorités de reconstruction. Jean Monnet a obtenu du nouvel INSEE le détachement au Plan de trois statisticiens : Jacques Dumontier, René Froment et Pierre Gavanier23. Ce trio élabore un certain nombre de documents dont Les données statistiques sur la situation de la France au début de 194624 qui vont servir à Jean Monnet lors de la mission Blum à Washington en mars-avril 1946 pour négocier avec les Américains :

  • 25 Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 295.

« Cette fois-ci, la France avait bien fait ses comptes et elle ne se dissimulait pas que son déficit en devises, quels que fussent ses efforts, se prolongerait plusieurs années et ne prendrait fin d’ailleurs qu’au prix d’une aide extérieure considérablement et judicieusement utilisée »25.

  • 26 François Perroux, Jan Marczewski, Pierre Uri, Le Revenu national, cahier ronéoté, octobre 1946 puis (...)
  • 27 Jan Marczewski, né en 1908. Agrégé d’économie politique. Directeur de recherches à l’ISEA, 1946-195 (...)

14Une autre initiative du Plan doit être signalée, il s’agit d’Une évaluation du Revenu national commandée à l’ISEA26. Ce rapport, bien que sommaire et théorique, se compose de trois parties et peut être considéré comme le premier essai français de comptabilité nationale : la première partie, signée par François Perroux, est largement théorique et rappelle les exemples étrangers ; la seconde partie, de Pierre Uri, traite des données statistiques et de la manière de les utiliser dans un cadre comptable ; quant à la troisième et dernière partie, elle est rédigée par Jan Marczewski27 qui y présente des tableaux chiffrés théoriques et esquisse leur application pour des prévisions à court terme dans le cadre de budgets nationaux.

  • 28 Paul Ramadier, président du Conseil du 22 janvier au 21 octobre 1947, SFIO.
  • 29 Robert Schuman, ministre des Finances du 22 janvier au 23 novembre 1947, MRP.
  • 30 Sur la création de la commission du Bilan, voir Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économi (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

15Nouvelle initiative de Jean Monnet, la création le 1er octobre 1947 de la commission du Bilan national en réponse à l’annonce en juin 1947 par le général Marshall du plan d’aide américain. C’est en effet Jean Monnet qui convainc alors le pouvoir politique, Paul Ramadier28 et Robert Schuman29 en tête, de créer une commission « chargée d’établir avant le 1er novembre 1947 le bilan des ressources et des besoins de l’économie française en 1948 »30. Cette commission doit prouver à l’opinion publique française que c’est la France qui prend l’initiative de sa stabilisation financière et économique et qu’elle ne subit pas d’ingérence américaine31. Le sujet de préoccupation est l’inflation qui s’élève à 60 % en 194632 et qui est considérée comme le facteur le plus inquiétant et le plus compromettant pour l’investissement et la modernisation de la France.

  • 33 Pierre Uri, né en 1911. École Normale Supérieure (ENS). Agrégé de philosophie, chargé de mission à (...)

16La commission du Bilan national rattachée au Commissariat général au Plan, est placée sous la houlette de Pierre Uri33 qui vient de l’ISEA où il a suivi François Perroux lors de ses déplacements à Londres pour rencontrer les économistes anglo-saxons et se familiariser avec leurs méthodes. Parmi les sept membres de la commission du Bilan, on notera la présence du directeur du Trésor, François Bloch-Lainé, du directeur des Prix, Louis Rosenstock-Frank, et d’un sous-gouverneur de la Banque de France, Jean Saltes. Cette commission du Bilan national implique la création de sous-commissions et de groupes de travail ad hoc chargés de centraliser les statistiques par secteur d’activité, et la contribution des administrations dont le ministère des Finances. Jean Sérisé, jeune stagiaire au BSEF, le bureau chargé de centraliser les statistiques du ministère des Finances, se souvient à ce propos :

  • 34 Jean-Pierre Delcourt est chef du service financier du Plan.
  • 35 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF. Né en 1920. ENA, promotion 1947. Au BSEF puis au SEEF (...)

« L’équipe du Plan a besoin pour son Bilan national de données détenues par le ministère des Finances, et on m’envoie Delcourt34, qui deviendra un ami, avec qui en une après-midi nous faisons les comptes de l’administration. Je vais à la direction du Budget ou à la direction du Trésor pour leur demander des chiffres et où je sers d’interprète […]. Le Plan est pionnier, en pointe et parle un langage inconnu rue de Rivoli »35.

  • 36 Pierre Uri, op. cit., p. 59-60.

17La commission du Bilan national a lancé les premiers travaux français de comptabilité nationale. C’est le premier effort de centralisation statistique et comptable avec une présentation en partie double qui, selon Pierre Uri36, offre un double avantage par rapport aux tentatives précédentes d’estimation de revenu national : une meilleure fiabilité en offrant la possibilité de vérifications et de recoupements, et une meilleure appréhension de la réalité économique, ce qui permet d’évaluer pour la première fois les ressources et les besoins pour l’année suivante.

  • 37 René Mayer, ministre des Finances du 24 novembre 1947 au 26 juillet 1948, parti radical.

18Jean Monnet donne un grand retentissement aux travaux de cette commission en convoquant une conférence de presse en décembre 1947 ; il annonce que l’écart inflationniste (le « gap » inflationniste), c’est-à-dire l’excès prévisible des demandes sur les ressources, est estimé pour l’année 1948 à 365 milliards de francs. Cette annonce-choc sera utilisée à bon escient par René Mayer37 pour justifier en 1948 un prélèvement exceptionnel sur les non-salariés. Les travaux de la commission du Bilan national auront eu aussi le mérite de faire prendre conscience aux décideurs de l’époque de l’importance que présentaient une quantification et une évaluation de l’équilibre économique global. Les travaux de comptabilité nationale ne sont plus uniquement destinés à des experts éclairés, ils sont rendus publics.

C. Les initiatives du ministère des Finances

1. L’inventaire Schuman

  • 38 François Bloch-Lainé, né en 1912, inspecteur des Finances, promotion 1936.
  • 39 François Bloch-Lainé, cassette 4, Paris, 1989, CHEFF.
  • 40 Didier Gregh, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1930. Directeur des services Budget et (...)
  • 41 Guillaume Guindey, né en 1909. École Normale Supérieure, inspecteur des Finances, promotion 1932. C (...)
  • 42 Ludovic Tron, né en 1904. Polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1931. Directeur du Cré (...)

19En juin 1946, Robert Schuman, MRP, est nommé ministre des Finances au sein du gouvernement Bidault. Il appelle auprès de lui François Bloch-Lainé38 pour être son directeur de cabinet. Robert Schuman annonce quelques semaines après son arrivée l’élaboration pour la fin de l’année d’un inventaire de la situation financière de la France en 1946. Cette initiative prouve que les décideurs politiques et les hauts fonctionnaires du ministère des Finances estiment eux aussi qu’il est impératif d’établir un bilan chiffré de l’état financier de la France dans l’immédiat après-guerre. François Bloch-Lainé juge que l’inventaire Schuman, dont il a coordonné les travaux d’élaboration39, a pu être réalisé grâce à la nouvelle génération de directeurs du ministère des Finances : l’idée revient à Didier Gregh40, directeur du Budget depuis 1944, très vite rallié par Guillaume Guindey41, directeur des Finances extérieures depuis 1946, et par Ludovic Tron42, directeur du Trésor depuis 1946.

  • 43 SAEF, Inventaire Schuman, Paris, Imprimerie nationale, 1946.

20Publié le 1er décembre 1946, l’inventaire Schuman43 fait le bilan comparé des finances publiques de 1913 et de 1946. Il fait découvrir la réalité financière de la France. Il met en évidence l’accroissement considérable des dépenses publiques depuis 1913 et le désordre des finances publiques. L’inventaire Schuman conclut à la nécessité impérieuse d’une rigueur financière et budgétaire. Son apport pour les progrès en matière d’informations chiffrées est très important : c’est la première fois que les chiffres détenus au ministère des Finances sont centralisés et publiés. Il fait ainsi prendre conscience à quel point le ministère des Finances détient une importante source de renseignements chiffrés jusque-là non exploitée.

2. Le comité de Statistiques

  • 44 SAEF, 2 E 81.
  • 45 Ibid.

21Le 13 octobre 1947, un comité de Statistiques44 est créé à l’initiative de François Bloch-Lainé au ministère des Finances. Ce comité se situe dans la lignée de l’inventaire Schuman puisqu’il est chargé « de mettre à jour de façon permanente l’inventaire de la situation financière publié au mois de décembre 1946 » et « d’étudier les améliorations à apporter aux centralisations comptables et statistiques qui permettent de suivre l’évolution de la trésorerie générale et les mouvements de capitaux intéressant le Trésor ». Sa troisième et dernière mission est destinée à faciliter les travaux de la commission du Bilan au Plan. François Bloch-Lainé, membre de cette commission, incite en effet le comité de Statistiques « à publier et à communiquer aux services étrangers au ministère toutes les informations chiffrées concernant les finances publiques »45.

  • 46 Il s’agit de Henri Montet, né en 1907. Rédacteur au ministère des Finances. Sous-directeur en 1946 (...)
  • 47 Claude Gruson, né en 1910. Polytechnicien, promotion 1929 ; Inspecteur des Finances, promotion 1936 (...)
  • 48 La direction générale des Contributions indirectes et la direction générale des Contributions direc (...)
  • 49 Paul Delouvrier, né en 1914. Inspecteur des Finances, promotion 1941. Chef de la section financière (...)
  • 50 Pierre Besse, né en 1914. Inspecteur des Finances, promotion 1942. Secrétaire général du Conseil na (...)

22Ce comité est présidé par son initiateur François Bloch-Lainé, nouvellement nommé au poste de directeur du Trésor. Il réunit pour la première fois officiellement les futurs acteurs de la comptabilité nationale au ministère des Finances : le directeur du Trésor, François Bloch-Lainé ; le sous-directeur du BSEF46, bureau qui sera rattaché quelques mois plus tard à la direction du Trésor et qui servira d’ossature administrative aux futurs pionniers de la comptabilité nationale ; Claude Gruson47, grand ami de François Bloch-Lainé, réputé pour l’intérêt qu’il porte aux questions économiques. D’autre part, ce comité rassemble pour la première fois les représentants des directions du ministère des Finances dont les sources chiffrées sont les plus importantes et qui s’avéreront indispensables à l’élaboration de la future comptabilité nationale : la direction du Budget, la direction de la Comptabilité publique, la direction générale des Contributions indirectes et la direction générale des Contributions directes48 ainsi que la direction des Douanes. Ce comité est également ouvert à deux membres extérieurs au ministère des Finances qui sont des proches de François Bloch-Lainé et qui, parce qu’ils sont tous les deux inspecteurs des Finances, suscitent la confiance du ministère : Paul Delouvrier49, chargé de mission au Plan et Pierre Besse50, récemment nommé à la tête du Conseil national du Crédit.

  • 51 SAEF, B 11 546, François Bloch-Lainé, « Note pour monsieur le directeur général des Contributions d (...)

23Ce comité a eu le mérite, semble-t-il, de mettre en évidence l’importance des statistiques fiscales et d’avoir impliqué la future direction générale des Impôts dans la fourniture de ses informations chiffrées ; en janvier et en février 1948, le directeur du Trésor, en tant que président du comité de Statistiques, adresse des avis de réunions concernant la création d’une sous-commission fiscale chargée d’étudier et de faire le point sur les statistiques des bénéfices industriels et commerciaux et sur celles concernant les salaires et les chiffres d’affaires51.

24La direction du Trésor en chapeautant ce comité de Statistiques prend donc l’initiative, dans la continuité de l’inventaire Schuman, de centraliser les statistiques du ministère des Finances. Ce comité, qui n’a pas été créé avec une stratégie délibérée de lancer la comptabilité nationale, réunit néanmoins pour la première fois les futurs acteurs de la comptabilité nationale, aussi bien les acteurs institutionnels que les acteurs humains.

II. Le ministère des Finances s’adjoint sans stratégie délibérée les futurs acteurs de la comptabilité nationale

25À la Libération, les hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli, poussés par des besoins structurels et conjoncturels (la Reconstruction et la modernisation) mais également influencés par la doctrine keynésienne et par les pratiques anglo-saxonnes de quantification de l’économie auxquelles ils sont confrontés au cours de leurs négociations avec les Américains et dans les organismes internationaux (FMI, ONU, OECE, BIRD) vont définir une nouvelle approche du rôle de l’État dans l’économie. Cette nouvelle appréhension de l’économie explique en partie l’éclosion quelque temps plus tard dans un relatif consensus de nouveaux travaux comme la comptabilité nationale.

26L’arrivée des modérés avec le gouvernement Schuman à partir de 1947 renforce le poids du ministère des Finances qui absorbe les Affaires économiques, et le plan Mayer de 1948 marque l’entrée dans une ère néo-libérale, synthèse pragmatique d’économie de marché et d’interventionnisme prônée parles hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli.

27Officiellement présenté comme la figure de proue des modernistes de sa génération, proche des modérés néo-libéraux, François Bloch-Lainé fait preuve d’un réformisme pragmatique à la tête de la direction du Trésor, notamment en s’adjoignant sans stratégie délibérée le BSEF et Claude Gruson.

A. Une nouvelle approche de l’économie

  • 52 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 420.
  • 53 Richard T. Griffiths (dir.), À la découverte de l’OECE, Paris, OCDE, 1997.

28« Ce fut l’élargissement des responsabilités économiques de l’État qui imposa à ses plus hauts serviteurs la pratique de l’intervention et les obligea à modifier leurs conceptions ». Cette phrase de Richard Kuisel52 résume et éclaire parfaitement la conversion d’une bonne partie des hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli à la Libération : cette nouvelle réalité économique les amène à être réceptifs aux théories keynésiennes et aux travaux novateurs anglo-américains d’économie quantifiée, notamment diffusés par le biais des nouveaux organismes internationaux (FMI, BIRD, OECE53). Les hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli vont ainsi petit à petit élaborer, de manière pragmatique une synthèse entre économie dirigée et économie de marché, un néo-libéralisme à la française.

1. Une lente diffusion des idées keynésiennes

  • 54 Pierre Rosanvallon, « Histoire des idées keynésiennes en France », Revue française d’économie, auto (...)
  • 55 Lucette Le Van-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse de doct (...)
  • 56 Olivier Dard, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynés (...)
  • 57 Charles Rist est né en 1874. Il est chargé d’une chaire à la Faculté de Paris et il est rédacteur e (...)
  • 58 Jacques Rueff, né en 1896, polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1923. Sous-directeur (...)
  • 59 Marc Nouschi, « Georges Boris, analyste de la crise économique : le réformisme et sa pratique dans (...)
  • 60 Georges Boris est directeur de l’hebdomadaire de gauche La Lumière. En mars 1938, il devient chef d (...)

29Les idées keynésiennes ont commencé à pénétrer en France dans les années trente mais il faut attendre la Libération pour qu’elles connaissent un réel retentissement. Pierre Rosanvallon explique cet impact tardif en avançant trois raisons54 : premièrement, les économistes français des années trente estiment, contrairement à Keynes, que la crise ne fait que révéler un déséquilibre passager ; deuxièmement, les débats et les préoccupations qui animent les esprits à l’époque sont focalisés sur l’application de la loi de 40 heures et sur l’opportunité d’une dévaluation ; et enfin, les Français ont du mal à percevoir le caractère novateur des travaux de Keynes, car ils considèrent que leur État est par tradition entrepreneur en ayant engagé dès le xixe siècle des grands travaux perçus comme un moyen de lutter contre le chômage. Pour Lucette Le Van-Lemesle55 et Olivier Dard56, loin d’être méconnues ou ignorées, les théories keynésiennes ont été en fait critiquées et rejetées par les ténors de l’économie politique à la fin des années trente, notamment par Charles Rist57 et Jacques Rueff58. Cette mise à l’écart prouve selon eux les dysfonctionnements de l’enseignement de l’économie à l’Université qui la rendent incapable de s’ouvrir à des concepts novateurs et à les diffuser. Cet ostracisme anti-keynésienne doit pourtant pas faire oublier quelques initiatives isolées mais significatives ; Marc Nouschi59 rappelle le rôle important que Georges Boris60 a joué dans ces années en faveur de l’acclimatation progressive du keynésianisme, notamment auprès de Pierre Mendès France, mais aussi en inspirant le projet de loi présenté par Léon Blum le 5 avril 1938 devant la Chambre des députés, – projet qui comporte indéniablement des éléments de la théorie de l’économiste anglais –.

  • 61 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France…, op. cit.

30Quant à la floraison des cercles économiques extérieurs aux universités qui émergent dans les années trente, elle prouve bien la quête de compréhension, de réflexion et de redéfinition de la politique économique. Pour ces cercles, la question centrale que pose la crise de 1929 est bien celle du rôle de l’État dans l’économie et dans la société. Richard Kuisel61 décrit ces mouvements, notamment les deux principaux : X-Crise, dont est issu un planisme néo-libéral qui s’appuie sur des revues, Ordre Nouveau et Les Nouveaux Cahiers d’Auguste Detoeuf, mais également le courant planiste qui débouche en 1934 sur l’adoption d’un plan de la CGT et qui propose une nouvelle organisation économique fondée sur des principes d’économie dirigée. Les hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli qui arrivent en poste à partir de 1945, interrogés à propos de ces cercles de réflexion disent ne pas avoir participé directement mais s’être tenus au courant de leurs travaux en lisant Les Nouveaux Cahiers (c’est le cas de Claude Gruson et de Guy de Carmoy). Toutes ces réflexions, même si elles ne dépassent pas un cercle d’initiés, commencent dès la fin des années trente à élargir progressivement leur champ d’influence, et sont connues des jeunes hauts fonctionnaires de la rue de Rivoli, d’autant plus réceptifs qu’ils déclarent unanimement au cours de leurs interviews avoir été extrêmement marqués par l’incapacité des hommes politiques et des praticiens de l’époque à gérer la crise de 1929. La crise a été vécue par cette génération d’hommes comme un révélateur qui pose la question du rôle de l’État.

  • 62 Ibid.
  • 63 Sur le rôle de François Perroux à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains, se rep (...)
  • 64 Aux éditions Payot, Paris, 1942.

31C’est sous l’Occupation, comme le démontre Richard F. Kuisel62, qu’à Vichy comme dans la Résistance et la France libre, s’imposent les idées de planification et d’intervention de l’État. Rappelons notamment qu’à cette époque, François Perroux63, à son poste de secrétaire général de la Fondation française pour l’étude des problèmes humains (septembre 1942-décembre 1943) encourage le développement de travaux destinés à diffuser et à analyser les théories keynésiennes et à réfléchir sur leur éventuelle application en France. À la même époque, les idées keynésiennes percent au ministère des Finances. Un inspecteur des Finances, Jean de Largentaye, aidé de Gabriel Ardant, inspecteur des Finances également, traduit en 1938 La Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie de J.-M. Keynes, deux ans après sa parution en Angleterre. Cette traduction est diffusée en France à partir de 194264 ; elle circule alors grâce au bouche-à-oreille notamment au sein d’un petit cercle d’initiés de l’Inspection des finances. C’est ainsi que certains de ses membres vont découvrir Keynes : Claude Gruson en sanatorium à Leysin en Suisse lit La Théorie… qui lui avait été conseillée par un camarade de l’Inspection, Jacques de Fouchier ; Guy de Carmoy, inspecteur des Finances, raconte dans son journal de captivité avoir découvert Keynes en 1944 en Autriche et en avoir discuté avec ses camarades de captivité, notamment Wilfrid Baumgartner et Jean Saltes. D’autres inspecteurs des Finances, par les fonctions qu’ils exercent dans les milieux résistants, sont en contact avec les nouveaux concepts keynésiens diffusés à l’époque par la presse anglo-saxonne et sont confrontés à l’influence de J.-M. Keynes sur les questions monétaires internationales dans l’immédiat après-guerre : c’est le cas notamment de Didier Gregh, de Guillaume Guindey, et de Roger Goetze. Et à la Libération, les théories keynésiennes peuvent se développer dans un milieu nettement plus favorable que dans les années trente car elles permettent à une génération de hauts fonctionnaires de puiser une nouvelle définition du rôle de l’État dans l’économie et dans la société.

Gabriel Ardant, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1929, directeur de cabinet du ministre des Travaux publics, Ludovic-Oscar Frossard (SFIO) en 1938.

Wilfrid Baumgartner, né en 1902. Inspecteur des Finances, promotion 1925. Président directeur général du Crédit national depuis 1936. Gouverneur de la Banque de France de 1949 à 1961.

Guy de Carmoy, né en 1907. Inspecteur des Finances, promotion 1930. Otages à Plansee (Tyrol) – Journal de captivité 1943-1945, dactylographié, 1986.

Jacques de Fouchier, né en 1911. Inspecteur des Finances, promotion 1934. Directeur de cabinet de Pierre Cathala, ministre de l’Économie et des Finances de 1942 à 1944.

Roger Goetze, né en 1912. Inspecteur des Finances, promotion 1937. Directeur général des Finances du Gouvernement Général de l’Algérie (1942-1944). Voir ses mémoires, Rivoli-Alger-Rivoli, 1947-1958, Paris, CHEFF, 1997.

Didier Gregh, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1930. Directeur des services Budget et Trésor au commissariat aux Finances du Comité Français de la Libération Nationale à Alger (1943-1944).

Guillaume Guindey, né en 1909. École Normale Supérieure, inspecteur des Finances, promotion 1932. Chargé des Finances extérieures au commissariat aux Finances du Comité Français de la Libération Nationale à Alger (1943-1944).

Jean de Largentaye, né en 1903. Polytechnicien. Inspecteur des Finances, promotion 1931. Chargé de mission à la direction du Mouvement général des Fonds depuis 1936.

Jean Saltes, né en 1906. Polytechnicien. Inspecteur des Finances, promotion 1930. Ancien chef du cabinet du ministre des Finances, Vincent Auriol (SFIO) en 1937.

2. Une nouvelle appréhension de l’économie

32Les théories keynésiennes émergent à la Libération dans un contexte très différent de celui des années trente : le poids de l’État dans l’économie a augmenté pendant la guerre et l’Occupation et s’accroît encore à la Libération, mais son rôle reste à définir. La Théorie générale suscite une réflexion qui aide à préciser ce que pourrait être son action car elle implique la notion de volontarisme économique : l’économie devient perçue comme un système de variables et de flux à optimiser. Une partie des hauts fonctionnaires du ministère des Finances qui se sentent investis de la mission de reconstruction et de modernisation de la France, marqués par la crise de 1929 et par la défaite et l’Occupation, se déclare en rupture à l’égard des doctrines économiques de leurs pairs, et ils vont donc puiser dans le keynésianisme une nouvelle définition de l’État comme acteur et comme régulateur de l’économie.

  • 65 Jacques Rueff, « Les erreurs de la Théorie Générale de Lord Keynes », Revue d’économie politique, n (...)
  • 66 Nous rappelons que Gabriel Ardant a aidé son camarade de l’inspection des Finances Jean de Largenta (...)
  • 67 Aux Presses Universitaires de France, dans la collection Théoria dirigée par François Perroux. Une (...)
  • 68 Jean Denizet, né en 1914. Rédacteur au ministère des Finances. Chef de bureau de la Trésorerie à la (...)

33Au ministère des Finances, les colonnes du Crayon vert, bulletin de l’Inspection des finances dont la réputation est pourtant d’être le bastion du libéralisme traditionnel, se font l’écho des controverses autour de Keynes. Le numéro de janvier 1948 expose notamment le débat soutenu et argumenté qui oppose Jacques Rueff, inspecteur des Finances auteur d’un article sur « Les erreurs de la Théorie générale de Lord Keynes »65, à Gabriel Ardant, inspecteur des Finances66, qui lui, incite dans son article les lecteurs à ne pas s’épargner l’effort de lire La Théorie générale de J.-M. Keynes qu’il qualifie d’essentielle pour le développement de la connaissance économique. D’autre part, la première génération de hauts fonctionnaires formée à l’ENA va bénéficier d’un cours sur Keynes dès 1946, professé par Jean Ullmo et Jean Marchal. Sans oublier Claude Gruson, inspecteur des Finances qui publie en 1949 l’Esquisse d’une Théorie générale de l’équilibre économique, réflexions sur la Théorie générale de Lord Keynes67. C’est également à cette époque que certains praticiens de la rue de Rivoli participent aux réunions de l’Institut de Sciences Économiques Appliquées (ISEA), lancé par François Perroux en 1944 et qui devient le principal diffuseur des travaux anglo-saxons d’économie : c’est le cas notamment de Jean Denizet68, de Claude Gruson et de François Bloch-Lainé qui s’y familiarisent avec Keynes et avec les premières expériences de comptabilité nationale.

34Certains hauts fonctionnaires interrogés récemment se déclarent extrêmement critiques à l’égard de l’enseignement économique qu’ils ont reçu, le jugeant désuétement libéral, inadapté et inefficace. Ils se souviennent avoir découvert et approfondi la lecture de Keynes de manière autodidacte et ils s’en réclament sans réserve :

  • 69 Jean Saint-Geours, Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 47.

« Je fus heureux quelques années plus tard de trouver dans la comptabilité nationale un instrument de connaissance, de cohésion et d’action propre à vérifier et à mettre en œuvre les thèses et les hypothèses de Keynes »69.

  • 70 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

« Les économistes successeurs de Keynes ont tous vu la nécessité de donner forme quantitative aux grandes masses économiques dont Keynes avait montré l’importance »70.

  • 71 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

« Je voulais appliquer Keynes, c’est la macroéconomie qui va permettre à l’État de jouer un grand rôle dans l’économie. Il faut donc que j’aie les instruments de La Théorie générale, le revenu national, la masse des salaires, la préférence pour les liquidités, je cherche les variables de Keynes et cela passe par la macroéconomie et donc par la comptabilité nationale »71.

  • 72 Cité par François Fourquet, op. cit., p. 21.

35Jean Denizet, qui participera lui aussi au lancement de la comptabilité nationale, ira jusqu’à déclarer : « La comptabilité nationale, c’est tout de même essentiellement Keynes »72.

  • 73 Claude Alphandéry, né en 1922. ENA, promotion 1947. Au SEEF de 1950 à 1958.
  • 74 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF. Né en 1924, ENA, promotion 1947. Au SEEF puis à l (...)

36Pierre Rosanvallon souligne un point qui s’avère très intéressant à la lumière du lancement des travaux de comptabilité nationale rue de Rivoli : il explique que le keynésianisme, dont les implications sont analysées à l’époque comme porteuses de réformisme, de rationalisme et de progrès scientifique, constitue à partir de 1945 un facteur de rassemblement des différentes tendances politiques vers un idéal de gouvernement rationnel. Le keynésianisme à la Libération sert de ciment commun aux courants réformateurs, des néo-libéraux aux communistes en passant par les socialistes. Cette caractérisation éclaire en effet à deux niveaux l’histoire du lancement de la comptabilité nationale. Premièrement, au sein de l’équipe de la comptabilité nationale où se côtoient des sensibilités politiques différentes et marquées, – certains sont engagés au parti communiste ou sympathisants comme Claude Alphandéry73 et Jacques Le Noane74 et aspirent à des changements profonds de structure et de mentalités à la Libération – le keynésianisme sert de référence commune en constituant le fondement d’une politique définie par des critères scientifiques qui prendront forme avec la comptabilité nationale qu’ils élaborent. D’autre part, au sein même du ministère des Finances, cette nouvelle appréhension de l’économie d’inspiration keynésienne légitime les nouveaux travaux de comptabilité nationale présentés comme des outils de rationalisation économique, des outils de gestion de l’État. Pour piloter l’économie rationnellement, il faut disposer d’outils scientifiques et modernes, et c’est bien ainsi que seront présentés et expliqués les premiers travaux de comptabilité nationale.

3. Une influence keynésienne à nuancer

  • 75 Gérard-Marie Henry, Keynes, Paris, Armand Colin, 1997.

37Quand on les interroge sur l’influence de Keynes, on se rend compte qu’effectivement comme le développent Pierre Rosanvallon et Gérard-MarieHenry75, les hauts fonctionnaires du ministère des Finances – hormis l’équipe de Claude Gruson – sont avant tout des praticiens qui se sont inspirés des théories keynésiennes sans pour autant chercher à les appliquer en France. Ils reconnaissent sans mal, à propos des travaux de Keynes, qu’ils ne les ont pas lus de manière approfondie ni, pour beaucoup, compris. Jacques Le Noane n’hésite pas à avancer :

  • 76 Jacques Le Noane, cassette 1, Paris, 1990, CHEFF. Ces propos n’engagent que leur auteur, il est san (...)

« Personne ne savait qui était Keynes. […] Keynes était complètement opaque pour les gens de cette époque, même son traducteur ne paraît pas avoir tout compris »76.

  • 77 Roger Goetze est directeur du Budget de 1949 à 1956. Voir à propos de l’influence des idées keynési (...)

38Ceux du ministère des Finances qui exercent des responsabilités dans les années cinquante se disent intéressés voire séduits par les idées de Keynes, mais ont-ils été réellement influencés ? Le cas de Roger Goetze est éclairant : il déclare au cours de ses entretiens avoir été attiré par les idées de l’économiste anglais avec lesquelles il s’est familiarisé comme directeur de cabinet de Pierre Mendès France, mais il reconnaît ne pas avoir cherché à les appliquer à son poste de directeur du Budget77 ! D’autre part, Claude Gruson ne se présente pas comme un adepte de Keynes : il est très intéressé par son œuvre mais il déclare vouloir en souligner les limites et désire en tirer des conclusions plus ambitieuses sur le rôle de l’État. Et pourtant ses réserves ne l’empêcheront pas de mettre en avant de nombreuses références à l’économiste anglais pour justifier ses travaux dans les notes administratives qu’il rédigera dans les années cinquante.

  • 78 Gérard-Marie Henry, op. cit., p. 199.
  • 79 Ibid.

39Gérard-Marie Henry et Pierre Rosanvallon insistent sur l’hybridation à laquelle donne lieu le transfert de la pensée de Keynes en France : les technocrates du ministère des Finances inscrivent leur action dans un cadre nettement plus interventionniste que celui dans lequel l’économiste anglais s’était situé ; la politique économique française de la fin des années quarante englobe à la fois des interventions conjoncturelles et des actions structurelles, et « ce “keynésianisme” à la française n’a malgré les apparences que peu de rapport avec les idées de Keynes : il s’agit de mesures directes de contrôle de l’économie […] et non d’un encadrement de l’économie de marché par les instruments monétaires et budgétaires »78. Gérard-Marie Henry se demande si le keynésianisme en France « ne serait pas une façon commode de baptiser la vieille tradition interventionniste […] et que la “révolution keynésienne” serait dans ce cas plutôt une modernisation du discours qu’un changement du comportement social »79 !

  • 80 Lucette Le Van-Lemesle, op. cit. ; et « La perception de l’innovation chez les économistes français (...)

40Pour les membres de la petite équipe de Claude Gruson, Keynes est, en revanche, la référence essentielle et fondamentale car sa lecture a servi de déclencheur à leur réflexion économique. Ils l’ont pour la plupart découvert de manière autodidacte et ils se déclarent éclairés par cette découverte qui est pour eux en rupture totale avec l’enseignement classique. Pour eux, la science économique naît avec La Théorie générale… et il critique l’enseignement économique qu’ils ont reçu. Des propos que la lecture des travaux de Lucette Le Van-Lemesle80 amène à nuancer, notamment parce qu’elle démontre qu’il existe en France depuis le xixe siècle une pensée économique originale et novatrice. Comment expliquer ce jugement ? Leurs critiques fondamentales reposent en fait sur le libéralisme et ils dénient au courant libéral le statut de pensée économique et de science économique ; pour eux, la science économique est celle qui étudie les conditions de l’action efficace de l’État au sein de l’économie. Dans la pratique, ils s’appuieront sur la réflexion keynésienne qui leur sert de ciment commun mais également de base de travail.

B. Le retour en force du ministère des Finances

1. Une victoire sur le ministère de l’Économie nationale

41Le ministère de l’Économie nationale a lancé dès sa création à la Libération les premiers travaux de quantification de l’économie avec notamment la création de l’INSEE et la création du comité du Revenu national, mais ses initiatives ne l’amèneront pourtant pas à lancer les travaux de comptabilité nationale qui s’effectueront dans un premier temps au Plan lors de la préparation de la commission du Bilan et seront ensuite récupérés par le ministère des Finances. Cette mise à l’écart du ministère de l’Économie nationale dans un domaine où pourtant il avait fait preuve d’initiative illustre la perte progressive de son pouvoir au profit d’un ministère des Finances qui retrouve dès 1947 toutes ses prérogatives et qui saura s’adapter en intégrant à ses préoccupations financières traditionnelles les nouvelles préoccupations économiques qui s’imposent en pleine Reconstruction.

  • 81 Le CGE se réunit pour préparer la Libération, et édite en 1943 un rapport, dit rapport Courtin, du (...)

42La création d’un ministère de l’Économie nationale autonome à la Libération s’inscrit dans l’évolution des conceptions économiques depuis les années trente en France. Des préoccupations nouvelles qui se traduisent par la création en mars 1930 d’un secrétariat d’État aux Affaires économiques dont le rôle s’avère avant tout symbolique. Sous l’Occupation, alors que Yves Bouthillier, ministre des Finances de 1940 à 1942, met en place des services économiques au ministère des Finances, le rapport Philip et le rapport du Comité Général d’Études81 (CGE) préconisent la création d’un ministère de l’Économie nationale autonome.

  • 82 Sur la création d’un ministère de l’Économie nationale autonome, se reporter à Michel Margairaz, L’ (...)
  • 83 François Le Douarec, Félix Gaillard, 1919-1970, un destin inachevé, Paris, Economica, 1991.

43Cependant au-delà de la nécessaire intervention de l’État à la Libération, les deux courants issus de la Résistance, l’un néo-libéral, l’autre socialiste divergent sur les attributions du futur ministère ; les socialistes se prononcent en faveur d’un ministère de l’Économie nationale puissant et fort, regroupant les leviers de l’économie afin de marquer le début d’une ère de dirigisme économique face à un ministère des Finances qu’ils présentent comme le garant de l’orthodoxie libérale82. Malgré cette forte volonté politique socialiste qui est écoutée à la Libération, le ministère de l’Économie nationale est très rapidement victime d’un affaiblissement progressif marqué par quelques étapes décisives : le départ de Pierre Mendès France qui n’a pas été soutenu par le général de Gaulle face à René Pleven, ministre des Finances en avril 1945 ; l’essor du Commissariat au Plan à partir de 1946 ; l’échec d’André Philip en 1947 ; la fin des grandes pénuries et le retour progressif à un régime de liberté économique ; l’avènement du gouvernement Schuman au sein duquel René Mayer, nommé au ministère des Finances de novembre 1947 à juillet 1948, sonne le glas du ministère de l’Économie nationale. René Mayer relègue en effet le ministère de l’Économie nationale au rang de secrétariat d’État qu’il confie à un protégé, Félix Gaillard83, inspecteur des Finances de 28 ans, ancien chef de cabinet de Jean Monnet au Commissariat général au Plan, député au parti radical et qui passe alors pour être un des éléments les plus brillants et les plus prometteurs de sa génération.

  • 84 Sur les relations entre le ministère des Finances et le ministère de l’Économie nationale, voir Mic (...)
  • 85 Michel Margairaz, op. cit., p. 1067-1068.

44Cette décision ne fait en réalité qu’entériner une situation de fait : la direction du Programme n’a pu remplir ses objectifs en matière d’investissements et de crédits qui sont passés dans le champ de la direction du Trésor au sein de la commission des Investissements ; la direction des Participations publiques a vu ses pouvoirs rognés par la création de la commission des Entreprises publiques qui est confiée à la direction du Trésor84. La direction du Plan a été rendue caduque par la création du Commissariat général au Plan et les tentatives amorcées de quantification de l’économie n’ont pas abouti et ont été reprises par le Commissariat général au Plan. Dès son entrée en fonction, Félix Gaillard demande à la commission de la Réforme administrative (commission instituée afin d’opérer des coupes budgétaires de 10 %) de rédiger un rapport sur ses services. Le constat dressé est sévère : le ministère des Affaires économiques n’a pas rempli les missions qui lui ont été confiées à sa création et le retour progressif à un régime de semi-liberté ou de liberté en matière économique doit conduire à le réorganiser85.

2. Le plan Mayer renforce le poids du ministère des Finances

  • 86 François Caron, « Le plan Mayer, le retour aux réalités », Histoire, Économie et Société, troisième (...)
  • 87 Ibid., p. 423.
  • 88 Le néo-libéralisme est une synthèse nouvelle entre économie dirigée et forces du marché dans le but (...)

45Au-delà du coup porté institutionnellement au ministère de l’Économie nationale, le cabinet Mayer marque bien un tournant dans l’histoire du ministère des Finances avec l’élaboration du plan Mayer86 qui a été « dans l’histoire économique de la IVe République un tournant majeur, non seulement par ce qu’il fut une première tentative de retour à la rigueur dans la gestion économique et financière de la nation, mais aussi parce qu’il ouvrit l’ère “libérale” de la politique économique française »87. Ce plan, qui marque un retour progressif à une économie de marché dans un souci de rigueur, est conçu par une équipe composée de jeunes inspecteurs des Finances modérés politiquement, que l’on pourrait qualifier de néo-libéraux au sens de Richard Kuisel88 ; ils ont le souci d’introduire rigueur et rationalité dans le domaine économique et financier et on les retrouvera quelque temps plus tard pour soutenir les travaux de Claude Gruson : François Bloch-Lainé, directeur du Trésor, Paul Delouvrier, directeur de cabinet de René Mayer, et Félix Gaillard.

46Autre point à souligner, l’influence alors très importante du Plan lors de l’élaboration du plan Mayer. Celui-ci s’inspire directement des conclusions de la commission du Bilan national, notamment de son évaluation du gap inflationniste, pour justifier une hausse de la ponction fiscale et des mesures de lutte contre l’inflation, mais il est également conçu par des hommes très proches ou issus du Plan : René Mayer est un ami de Jean Monnet, Paul Delouvrier vient du Plan au sein duquel il était chargé de la division financière (février 1946 novembre 1947), Félix Gaillard est, nous l’avons dit, l’ancien chef de cabinet de Jean Monnet au Commissariat général au Plan, François Bloch-Lainé est membre de la commission du Bilan national. Le plan Mayer illustre l’influence et le rôle fondamental du Commissariat général au Plan qui a initié, éveillé et exporté hommes, travaux et concepts novateurs au ministère des Finances. Et de son côté, le ministère des Finances a su de manière pragmatique optimiser cette influence pour légitimer et renforcer son action et son champ de pouvoir, au détriment – il faut bien le dire –, à terme du Plan.

47Le plan Mayer marque donc un triple tournant : en rétablissant l’économie de marché dans des conditions rigoureuses, il est le coup d’envoi d’un néo-libéralisme façon « Finances » qui allie préoccupations financières et économiques ; il réduit l’Économie nationale à un secrétariat d’État rattaché au ministère des Finances ; et, il illustre l’acclimatation et l’appropriation progressive par le ministère des Finances des concepts novateurs jusque-là développés au Plan. Le plan Mayer illustre bien la nouvelle stratégie néo-libérale du ministère des Finances qui, sans rupture et dans un souci de rigueur et de rationalité, choisit de concilier les traditionnelles préoccupations financières avec les nouvelles exigences économiques. C’est dans ce contexte, au sein d’un ministère des Finances renforcé, que vont être lancés et légitimés les travaux de Claude Gruson et de son équipe.

C. François Bloch-Lainé : un jeune et entreprenant directeur du Trésor

  • 89 François Bloch-Lainé, cassette 3, Paris, 1989, CHEFF.
  • 90 Emmanuel Mönick, né le 10 janvier 1893. Inspecteur des Finances, promotion 1920. Secrétaire général (...)

48Le 2 mai 1947, François Bloch-Lainé, directeur du cabinet de Robert Schuman depuis le 2 juillet 1946 est nommé directeur d’une prestigieuse direction du ministère des Finances, la direction du Trésor. Jeune inspecteur des Finances de 34 ans, François Bloch-Lainé a déjà un cursus conséquent : inspecteur des Finances de la promotion 1936, marqué par la crise de 1929, il s’intéresse aux mouvements planistes des années trente et participe aux Nouveaux Cahiers d’Auguste Detoeuf89. Dès 1941, alors qu’il est chargé de mission à la direction du Trésor, il a des contacts avec des réseaux de renseignements de Londres et il est ensuite chargé de centraliser les opérations financières de la Délégation générale du Gouvernement provisoire en zone occupée. Ce passé de résistant le conduit à être responsable de l’épuration administrative du ministère des Finances tout en étant chef adjoint du cabinet du secrétaire général provisoire aux Finances, Emmanuel Mönick90. En 1947, il est proche d’un des partis au pouvoir, le MRP, et il est nommé directeur de cabinet du ministre des Finances Robert Schuman (MRP) ; il est ensuite associé de près à l’élaboration du plan de redressement de janvier 1948 au cabinet de René Mayer.

  • 91 François Bloch-Lainé, Profession…, op. cit., p. 103.
  • 92 Sur la transformation de la direction du Trésor en acteur économique, voir François Bloch-Lainé et (...)

49C’est avec une conception favorable à l’expansion économique que François Bloch-Lainé prend la tête de la direction du Trésor en mai 1947. Il estime que le ministère des Finances ne doit plus se cantonner à un rôle de garant de l’orthodoxie budgétaire et financière mais qu’il doit prendre en main la reconstruction et la modernisation du pays ; il explique : « J’avais en y arrivant une sorte d’idée fixe. Je souhaitais que le ministère des Finances sortît de son attitude traditionnelle à l’égard de l’économie, attitude consistant à agir contre ce qui paraît inopportun ou nocif plutôt qu’à agir pour ce qui peut être bénéfique. Je souhaitais que le ministère des Finances jouât un rôle délibérément positif dans la modernisation et l’équipement du pays »91. Le ministère des Finances doit accepter et maîtriser la dépense d’investissement qui s’impose en période de reconstruction en étant guidé par une vision expansionniste de l’économie92.

  • 93 François Bloch-Lainé, Profession…, op. cit., p. 104.

50Cette conception réformiste l’amène à rénover dès son entrée en fonction la direction du Trésor. Il rajeunit son organigramme et accroît ses missions afin de la transformer en « banquier de l’économie »93. En 1948, il lui rattache deux structures : la commission des Investissements qui centralise et qui contrôle l’investissement public rendu possible grâce à l’emploi de la contre-valeur de l’aide américaine ; et le Bureau de Statistiques et d’Études Financières (BSEF) qui est issu du Service de Coordination des Administrations Financières (le SCAF) dissous lors de la création de la direction générale des Impôts.

1. Le rattachement du BSEF à la direction du Trésor (mai 1948)

  • 94 Sur l’historique du BSEF et du SCAF, SAEF B 48 375 « L’organisation du ministère des Finances en 19 (...)

51Le BSEF créé en 1877 pour centraliser les statistiques du ministère et pour publier la revue du ministère Statistiques et Législation comparée est rattaché depuis 1942 au Service de Coordination des Administrations Financières (le SCAF)94.

  • 95 Journal officiel, 20 avril 1948, décret nº 48-689 du 16 avril 1948.

52Le SCAF en 1948 est placé sous l’autorité d’un chef de service, Jacques Certeux, inspecteur des Finances ; la vocation de ce service est de chapeauter et de coordonner les différentes régies financières. Le 16 avril 1948, les anciennes régies fiscales sont fusionnées au sein d’une direction générale des Impôts créée par René Mayer, ministre des Finances et placée sous l’autorité d’un directeur général unique. Ce décret rend caduque la mission du SCAF qui est supprimé95.

53Le 24 mai 1948, François Bloch-Lainé obtient le rattachement du BSEF à la direction du Trésor. Pourquoi ce rattachement ? François Bloch-Lainé répond :

  • 96 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’était peut-être simplement un esprit de conquête, il y avait un bien en déshérence dont je me suis emparé pensant que je n’étais pas le moins qualifié pour être son pôle de rattachement »96.

54Une annexion dont les motifs en mai 1948 ne sont liés selon François Bloch-Lainé ni à d’éventuels travaux de comptabilité nationale ni à une éventuelle collaboration de Claude Gruson. Rien en effet dans les documents de l’époque ne fait allusion à la comptabilité nationale et rien ne permet de prêter à François Bloch-Lainé l’intention délibérée de vouloir lancer de tels travaux en rattachant le BSEF à la direction du Trésor. Qu’est-ce qui a donc motivé François Bloch-Lainé ? Il apparaît clairement qu’il avait :

  • 97 Ibid.

« été sur la piste d’un perfectionnement nécessaire des statistiques depuis l’avant-guerre »97

et d’autre part qu’il s’agissait pour lui d’ :

  • 98 Ibid.

« une vieille démangeaison d’avoir tout de même un appareil de statistiques et de réflexion propre au ministère des Finances »98.

55François Bloch-Lainé a déjà prouvé son intérêt pour ces questions en initiant l’inventaire Schuman et en créant un comité de Statistiques au ministère des Finances. D’autre part, membre de la commission du Bilan au Plan, il est en première ligne pour constater les difficultés auxquelles cette commission se heurte en raison du retard français en matière d’informations chiffrées.

  • 99 Voir au sujet de la commission des Investissements : Michel Margairaz, op. cit., p. 1043 et suivant (...)
  • 100 Laure Quennouëlle, Ibid.

56Outre ces préoccupations d’ordre statistique, on peut également prêter à François Bloch-Lainé d’autres intentions qui ont été mises en lumière notamment au moment du rattachement de la commission des Investissements99. La stratégie qu’il développe est, comme le démontre Laure Quennouëlle100 double : il a pour objectif de contrôler et de coordonner l’information et la prise de décision rue de Rivoli dans le but d’allier une certaine rigueur financière à une nouvelle logique économique sous-tendue par les investissements publics. On peut supposer que le rattachement du BSEF s’inscrit dans la ligne de cette stratégie pour au moins deux raisons essentielles : d’une part, il donne à la direction du Trésor les moyens de centraliser, de coordonner et de contrôler les informations chiffrées de la rue de Rivoli ; et d’autre part, par une meilleure connaissance de la réalité que fournit l’information chiffrée, il peut permettre d’améliorer la gestion des finances publiques et la prise de décision dans le domaine d’action économique récemment dévolu au ministère des Finances et particulièrement à la direction du Trésor.

57François Bloch-Lainé en prenant cette initiative de rattachement est en avant-garde au ministère des Finances ; il perçoit à l’époque que centraliser les statistiques du ministère est un accroissement du champ de pouvoir de la direction du Trésor. Contrôler, centraliser et améliorer l’information chiffrée, c’est bien se donner les moyens de sa stratégie : chiffrer la réalité financière pour intervenir à bon escient sur le plan économique.

  • 101 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.
  • 102 Voir tableau du BSEF infra, annexe 1.

58C’est sans aucune difficulté – il est le seul à se manifester intéressé par ce bureau – qu’il obtient un arrêté rapidement et discrètement « sur un coin de table »101 dans le cabinet de René Mayer, ministre des Finances qu’il connaît bien et dans le cabinet duquel il se rend souvent. Cet arrêté modifie également le comité de Statistiques qui passe sous la tutelle exclusive de la direction du Trésor et dont le secrétariat échoit au BSEF. François Bloch-Lainé prend donc sans difficulté en 1948, avec le rattachement du BSEF et avec la direction du comité de Statistiques, l’initiative de centraliser et de réformer les sources statistiques du ministère des Finances. Quelle est la composition et quelles sont les missions du BSEF en 1948 ? Il est composé de dix-huit cadres, dont seize rédacteurs et deux jeunes énarques102. C’est un bureau jeune, la moyenne d’âge est de 31 ans en 1948, et la formation de son personnel est de bon niveau. Il est chargé de centraliser les statistiques du ministère, d’étudier certains problèmes financiers à la demande du cabinet du ministre, de gérer la bibliothèque centrale qui comprend cent mille ouvrages, d’assurer les fonctions de centre de documentation, et de publier la revue du ministère Statistiques et Études financières.

  • 103 Jean Sérisé, né en 1920. Énarque, il a choisi d’être affecté au BSEF en 1947.

59Les archives écrites sur le BSEF sont très lacunaires, et le témoignage de Jean Sérisé103, jeune énarque qui y est entré par choix, est très précieux :

  • 104 Jean Sérisé, 31 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« Au BSEF il y a deux sections, une section étrangère et une section française. La section étrangère est chargée de suivre les législations financières et fiscales des pays étrangers, elle est chargée d’assurer un certain nombre de traductions, y compris les traductions officielles, et d’écrire des articles qui se rapportent à l’étranger pour la revue du BSEF ; cette section est composée de Mon ange et de Boniface qui sont les plus anciens ; et puis il y a des jeunes […] : Vincent qui a fait ses études à la London School et qui est pour moi quelqu’un de très intéressant parce qu’il en sait un petit peu plus sur l’économie que nous ; il y avait aussi Prou et Lequéret qui ont passé le concours de rédacteurs avant la création de l’ENA et qui sont là parce qu’ils préparent l’agrégation d’économie politique […]. Il arrivait que l’on vienne au BSEF parce que l’on voulait préparer l’agrégation d’économie politique, on disposait d’une large documentation, de la bibliothèque, on avait des contacts avec les professeurs […]. Il y avait aussi un corps de traducteurs qui savent sept ou huit langues […]. Que fait la section française ? Elle est là essentiellement pour répondre aux demandes du cabinet du ministre, nous étions situés juste au-dessus du cabinet. Les cabinets changent souvent, ont constamment besoin de documentation et c’est tout à fait commode pour eux de presser un bouton et de demander le dernier indice des prix […]. Nous faisons aussi quelques études de plus longue haleine selon les besoins du moment : je me rappelle qu’Orand, qui avait fait pas mal de mathématiques, avait établi une magnifique courbe exponentielle qui permettait de prévoir le montant des billets en circulation. C’était une période d’inflation. Il pouvait dire au ministre que la semaine prochaine on en serait à tel ou tel indice […]. Il y avait aussi des gens de l’extérieur qui nous sollicitaient, notamment des professeurs qui venaient pour faire leurs livres. Ils demandaient des chiffres mais aussi les quelques pages de commentaires pour les accompagner »104.

60Le BSEF est donc une petite structure composée d’un personnel jeune et d’un bon niveau d’études et qui est en contact régulier avec le cabinet ; autant de particularités qui seront développées par le SEEF quelques années plus tard. Le BSEF dispose donc d’un potentiel prometteur en hommes et en missions.

2. La nomination de Claude Gruson à la direction du Trésor le 30 septembre 1948

  • 105 Claude Gruson, Origine et espoirs de la planification française, Paris, Dunod, 1968, p. 3 et 4.
  • 106 Claude Gruson, cassette 1, Paris, 1989, CHEFF.

61Né le 12 août 1910 dans une famille protestante modeste, Claude Gruson entre à Polytechnique en 1929 et en sort dans la botte, ingénieur du corps des Mines. Très marqué par la crise de 1929, et par l’incapacité des décideurs économiques et politiques à agir, il décide de se consacrer à la compréhension des phénomènes économiques. Il se déclare très critique vis-à-vis de l’enseignement économique dispensé à Polytechnique. Il écrit à ce propos : « Clément Colson a été professeur d’économie politique à l’École polytechnique. Mais il fut en outre un fonctionnaire […]. On voit dans cet ouvrage (le Traité de Colson) quelles pouvaient être les conceptions d’un haut fonctionnaire de cette époque : elles étaient strictement libérales. L’idée que l’État puisse intervenir avec utilité dans la vie économique était rejetée avec force »105. Il ne participe ni à X-Crise ni au mouvement planiste des années trente. Il tombe malade quelques mois après sa sortie de l’X et doit se soigner trois ans à Briançon. Au cours de ces années de repos forcé, il décide de préparer le concours de l’Inspection pour devenir un « praticien de l’économie »106. Il entre à l’Inspection des finances en 1936 et se lie très vite d’amitié avec un de ses camarades de promotion, François Bloch-Lainé.

  • 107 C’est le parcours réussi d’un jeune inspecteur des Finances qui doit « sortir » le plus rapidement (...)
  • 108 Jean Bichelonne, né en 1904. Polytechnicien, il est secrétaire à l’Industrie en juillet 1940 ; il d (...)
  • 109 François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, (...)
  • 110 Claude Gruson revient à Paris fin 1943 jusqu’en octobre 1944. Il est chargé de diriger la « grande (...)
  • 111 Claude Gruson, Programmer l’espérance, Paris, Stock, 1976, p. 51 et suivantes.
  • 112 Ce point sera développé ultérieurement dans la partie « Les objectifs de Claude Gruson se précisent (...)

62En 1939, Claude Gruson sort de la tournée de l’Inspection des finances pour « faire du cabinet »107 : il entre comme chargé de mission en août 1939 au cabinet de Paul Reynaud, ministre des Finances, puis en septembre 1940 au cabinet de Jean Bichelonne108, polytechnicien à la réputation de technocrate ultra-brillant qui vient d’être nommé secrétaire général au ministère de la Production industrielle. Séduit pendant quelques mois comme son ami François Bloch-Lainé109, Claude Gruson participe à l’élaboration des instruments de l’économie dirigée, dont notamment les comités d’organisation et l’Office central de répartition des produits industriels. À partir de juin 1941, il rechute et il sera malade jusqu’en 1946110. Au cours de ses longs séjours en sanatorium, il fait deux découvertes essentielles à sa construction personnelle tant sur le plan spirituel que sur le plan intellectuel. Il lit pour la première fois certains volumes traduits de la Dogmatique de Karl Barth à propos desquels il déclare : « Cette lecture a complètement éclairé pour moi la Bible […]. Grâce à Barth, j’ai progressivement vu, derrière cet ensemble, une conception précise et rigoureuse de l’homme et de son histoire […]. C’est comme cela que je suis entré dans une réflexion théologique »111. Par ailleurs, il lit La Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie de J.-M. Keynes qui fut pour lui « une grande découverte » et qui l’amène à peaufiner sa réflexion économique et à rédiger son premier livre L’Esquisse d’une Théorie générale de la vie économique, qui paraîtra en 1949 aux PUF. Il puise chez Keynes une référence riche qui lui permet de développer et d’affiner sa propre réflexion économique ; il réécrit et repense La Théorie générale…112. Les réflexions théologiques et économiques de Claude Gruson ont donc mûri en une synthèse très personnelle qui l’éclairera tout au long de sa vie, et il revient à Paris en 1946 avec la conviction qu’il est impératif de multiplier les informations économiques et de les organiser dans un système cohérent et rationnel afin de guider la décision de politique économique pour faire progresser la société dans un sens plus fraternel et plus juste.

  • 113 Claude Gruson, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

63De santé encore fragile, il occupe des postes qui ne le satisfont pas : adjoint au chef de service de l’Inspection de 1946 à 1948 puis directeur de cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury, secrétaire d’État au Budget de juin à septembre 1948. C’est son ami François Bloch-Lainé qui le suit et le conseille sur sa carrière : il le nomme au comité de Statistiques en octobre 1947, puis il lui conseille d’accepter le poste de directeur de cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury en lui promettant de l’aider professionnellement à la chute du cabinet113.

  • 114 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

64C’est au cours de déjeuners informels et amicaux au mois de septembre 1948 à la suite de la chute de Maurice Bourgès-Maunoury que François Bloch-Lainé propose à Claude Gruson un poste à la direction du Trésor dont ils discutent ensemble les attributions. François Bloch-Lainé, estimant que les compétences de son camarade de promotion ne sont pas employées à leur juste mesure et ressentant le besoin d’avoir un économiste auprès de lui114, va lui donner les moyens de poursuivre sa réflexion économique sans objectif précis et dans une grande liberté en lui fournissant les deux outils dont il dispose : le comité de Statistiques et le BSEF.

  • 115 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.

65Le 30 septembre 1948, un arrêté115 signé du président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, Henri Queuille annonce que Claude Gruson est affecté à la direction du Trésor. Les attributions prévues sont floues et ne présentent pas un intérêt de première importance au sein de la direction du Trésor. Elles ont surtout le mérite de donner une assise administrative à Claude Gruson et de lui assurer une rémunération en le nommant responsable des commissaires du gouvernement placés sous la tutelle de la direction du Trésor. Cette mission permet d’assurer un traitement décent à Claude Gruson sans créer de poste budgétaire supplémentaire à la direction du Trésor, car ce sont les banques contrôlées qui versent des cotisations sur un compte spécial destiné à rémunérer les commissaires du gouvernement. Ce poste de coordinateur a surtout été selon François Bloch-Lainé :

  • 116 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« une invention pour trouver une assise à Gruson […]. Cela ne se coordonnait pas tellement, les commissaires du gouvernement ! Chacun d’eux communiquait avec moi quand ils avaient quelque chose à dire, et ils avaient très peu de choses à me dire »116.

  • 117 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.

66Davantage significative, la mission confiée à Claude Gruson « de diriger les travaux du comité de Statistiques créé par l’arrêté du 13 octobre 1947 »117. En effet, l’arrêté le nomme ainsi implicitement responsable du BSEF qui assure le secrétariat de ce comité. Alors pourquoi ne pas avoir fait apparaître clairement cette attribution dans les textes ? La réponse de Claude Gruson témoigne des pratiques hiérarchiques administratives :

  • 118 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

« C’était une question de dignité de ma part, j’étais au-dessus du grade de chef de bureau ! »118.

  • 119 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

67D’emblée, une remarque s’impose : il n’est pas question dans ces attributions de comptabilité nationale. Claude Gruson explique ce silence par le fait que l’entrée dans le travail de comptabilité nationale date d’un an après son arrivée119. Il parle :

  • 120 Ibid.

« d’intuition vague : il y avait là une source de statistiques importantes, il était assez naturel qu’on les mette en forme et que pour les mettre en forme les disciplines de comptabilité nationale étaient utiles »120.

68De fait, Claude Gruson ne définira d’objectifs de comptabilité nationale avec précision qu’à partir de 1949.

  • 121 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.
  • 122 On trouve ce rapport dans les papiers privés de Claude Gruson. Pochette : « Archives personnelles »
  • 123 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

69C’est le second point de l’arrêté qui justifie sa nomination à la direction du Trésor et qui l’occupe réellement jusqu’en 1949. Ce second point stipule que Claude Gruson « est chargé de suivre pour le compte du département auprès du secrétariat général du Conseil national du Crédit et des services de la Banque de France, l’élaboration et l’exécution de la politique du crédit »121. Objectif ambitieux mal perçu par la Banque de France qui y voit une ingérence de la direction du Trésor et qui se solde par un travail d’enquête et de réflexion aboutissant à un rapport122 rédigé par Claude Gruson mais rejeté par le sous-gouverneur Jean Saltes123.

70La comptabilité nationale résulte donc d’initiatives dispersées et de trajectoires individuelles diversifiées que les nouvelles structures de la direction du Trésor vont permettre de rendre cohérentes. Nous allons étudier dans un second temps pourquoi et comment le ministère des Finances va assimiler, s’approprier et poursuivre les travaux novateurs élaborés à l’extérieur, notamment au Plan.

Notes

1 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 243.

2 Ibid., p. 243.

3 Ibid, p. 246. Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, tome I : L’ardeur et la nécessité 1944-1952, Paris, Le Seuil, 1980.

4 Pierre Mendès France, né en 1907, délégué aux Finances d’Alger en 1943-1944. Ministre de l’Économie nationale de septembre 1944 à avril 1945. Parti radical. Converti au keynésianisme par son ami Georges Boris ; voir sur ce point Michel Margairaz (dir.), Pierre Mendès France et l’économie, Paris, éd. Odile Jacob, 1989.

5 Pierre Rosanvallon, op. cit., p. 253 et Béatrice Touchelay, L’INSEE des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris XII, 1993, p. 210.

6 Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, « La France se modernise », p. 275-311.

7 Sur le rôle précurseur de l’ISEA et de François Perroux, voir François Fourquet, Les Comptes de la puissance, Encres, 1980 (chapitres 2 et 3, p. 30-74). Plus généralement sur l’ISEA, Pierre Uri, Penser pour l’action. Un fondateur pour l’Europe, éd. Odile Jacob, Paris, 1991, « Périls et rivages », p. 29-53.

8 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xixe siècle, Paris, Gallimard, 1984, « Le tournant : la Libération et les premières années d’après-guerre, 1944-1949 », p. 315-361.

9 Sur les travaux de l’Institut de Conjoncture sous l’Occupation, lire François Fourquet, op. cit., « La guerre », p. 30-48 et Alain Desrosières, Jacques Mairesse et Michel Volle, « Les temps forts de la statistique française depuis un siècle », p. 509-518, in Pour une histoire de la statistique, tome I, Paris, Économica, 1977.

10 Jacques Dumontier, né en 1914, polytechnicien. 1942-1946 : administrateur au Service national de la Statistique.

11 René Froment, né en 1917, diplômé de l’Institut de Statistique de l’Université de Paris (ISUP) – 1940-1946 : attaché à l’Institut de Conjoncture.

12 Cinquante ans d’INSEE ou la conquête du chiffre, Paris, INSEE, 1996.

13 Béatrice Touchelay, op. cit., « La création de l’INSEE : un projet ambitieux et ambigu », p. 204-244.

14 Décret nº 46-1432 du 14 juin 1946, Journal officiel du 15 juin 1946, p. 5273.

15 SAEF, Fonds « Administration générale », contreseing nº 1466, arrêté du 18 janvier 1946 portant création d’un comité supérieur du Revenu national au ministère de l’Économie nationale.

16 Jacques Certeux, né en 1909. Inspecteur des Finances, promotion 1933. Chef du Service de la Coordination des Administrations Financières (SCAF), 1941-1947.

17 Alfred Sauvy, né en 1898. Polytechnicien, directeur de l’Institut National d’Études Démographiques (INED) depuis 1946. Voir ses mémoires, La vie en plus. Souvenirs, Paris, Calmann Lévy, 1981 et Michel Lévy, Alfred Sauvy : compagnon du siècle, Paris, Manufacture, 1990.

18 François Perroux, né en 1903. Agrégé de sciences économiques. Fondateur et président depuis 1944 de l’Institut de Science Économique Appliquée (ISEA).

19 Béatrice Touchelay, op. cit., p. 435. René Froment confirme ce point in François Fourquet, op. cit., p. 65.

20 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

21 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

22 Claude Gruson, 22 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

23 Pierre Gavanier, né en 1911. École nationale supérieure des Arts et Métiers.

24 Documents relatifs à la première session du conseil du Plan (16 au 16 mars 1946), Paris, Commissariat au Plan, 1946.

25 Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 295.

26 François Perroux, Jan Marczewski, Pierre Uri, Le Revenu national, cahier ronéoté, octobre 1946 puis imprimé aux PUF, collection Pragma, 1947.

27 Jan Marczewski, né en 1908. Agrégé d’économie politique. Directeur de recherches à l’ISEA, 1946-1950.

28 Paul Ramadier, président du Conseil du 22 janvier au 21 octobre 1947, SFIO.

29 Robert Schuman, ministre des Finances du 22 janvier au 23 novembre 1947, MRP.

30 Sur la création de la commission du Bilan, voir Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., Paris, CHEFF, 1991, p. 943.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Pierre Uri, né en 1911. École Normale Supérieure (ENS). Agrégé de philosophie, chargé de mission à l’ISEA de 1944 à 1947. Sur son rôle à la commission du Bilan, voir Pierre Uri, Penser pour l’action, op. cit., p. 55-78, et également Jean Monnet, op. cit., p. 309-310.

34 Jean-Pierre Delcourt est chef du service financier du Plan.

35 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF. Né en 1920. ENA, promotion 1947. Au BSEF puis au SEEF de 1947 à 1962. Directeur de la Prévision, 1968-1972.

36 Pierre Uri, op. cit., p. 59-60.

37 René Mayer, ministre des Finances du 24 novembre 1947 au 26 juillet 1948, parti radical.

38 François Bloch-Lainé, né en 1912, inspecteur des Finances, promotion 1936.

39 François Bloch-Lainé, cassette 4, Paris, 1989, CHEFF.

40 Didier Gregh, né en 1906. Inspecteur des Finances, promotion 1930. Directeur des services Budget et Trésor au commissariat aux Finances du Comité Français de la Libération Nationale (CFLN) à Alger (1943-1944).

41 Guillaume Guindey, né en 1909. École Normale Supérieure, inspecteur des Finances, promotion 1932. Chargé des Finances extérieures au commissariat aux Finances du CFLN à Alger (1943-1944).

42 Ludovic Tron, né en 1904. Polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1931. Directeur du Crédit 1946-1947.

43 SAEF, Inventaire Schuman, Paris, Imprimerie nationale, 1946.

44 SAEF, 2 E 81.

45 Ibid.

46 Il s’agit de Henri Montet, né en 1907. Rédacteur au ministère des Finances. Sous-directeur en 1946 chargé du BSEF.

47 Claude Gruson, né en 1910. Polytechnicien, promotion 1929 ; Inspecteur des Finances, promotion 1936. Il est adjoint au chef de service de l’Inspection générale des finances 1946-1948.

48 La direction générale des Contributions indirectes et la direction générale des Contributions directes fusionneront en avril 1948 au sein de la direction générale des Impôts.

49 Paul Delouvrier, né en 1914. Inspecteur des Finances, promotion 1941. Chef de la section financière du Commissariat général au Plan 1946-1948. Voir Roselyne Chenu, Paul Delouvrier et la passion d’agir, Paris, Le Seuil, 1994.

50 Pierre Besse, né en 1914. Inspecteur des Finances, promotion 1942. Secrétaire général du Conseil national du Crédit 1946-1956.

51 SAEF, B 11 546, François Bloch-Lainé, « Note pour monsieur le directeur général des Contributions directes », 9 janvier 1948 et 15 janvier 1948 ; et B 11 547, François Bloch-Lainé, « Avis de réunion de la sous-commission fiscale du comité des Statistiques », 11 février 1948.

52 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 420.

53 Richard T. Griffiths (dir.), À la découverte de l’OECE, Paris, OCDE, 1997.

54 Pierre Rosanvallon, « Histoire des idées keynésiennes en France », Revue française d’économie, automne 1987, p. 23-55.

55 Lucette Le Van-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), thèse de doctorat d’État, Antoine Prost (dir.), Paris I, 1997, 3 volumes, à paraître au CHEFF.

56 Olivier Dard, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynésien », Historiens et géographes, nº 361, mars-avril 1998, p. 173-195.

57 Charles Rist est né en 1874. Il est chargé d’une chaire à la Faculté de Paris et il est rédacteur en chef de la Revue d’économie politique. Il porte des jugements sévères sur Keynes dans ses cours de doctorat, dans son Histoire des doctrines économiques et dans son Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie. Voir à ce propos Olivier Dard, op. cit., p. 267.

58 Jacques Rueff, né en 1896, polytechnicien, inspecteur des Finances, promotion 1923. Sous-directeur puis directeur du Mouvement général des Fonds de 1934 à 1939. Libéral, il s’oppose avec vigueur à Keynes dans des articles parus à la Revue d’économie politique et dans son cours d’économie politique professé à l’École Libre des Sciences Politiques (ELSP). Voir à ce propos Olivier Dard, op. cit., p. 267.

59 Marc Nouschi, « Georges Boris, analyste de la crise économique : le réformisme et sa pratique dans les années 1930 en France », Le Mouvement social, janvier-mars 1981, nº 114, p. 51-75.

60 Georges Boris est directeur de l’hebdomadaire de gauche La Lumière. En mars 1938, il devient chef de cabinet de Léon Blum, président du Conseil.

61 Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France…, op. cit.

62 Ibid.

63 Sur le rôle de François Perroux à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains, se reporter à Alain Drouard, Une inconnue des sciences sociales : la Fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1992, p. 154-165.

64 Aux éditions Payot, Paris, 1942.

65 Jacques Rueff, « Les erreurs de la Théorie Générale de Lord Keynes », Revue d’économie politique, novembre-décembre 1947.

66 Nous rappelons que Gabriel Ardant a aidé son camarade de l’inspection des Finances Jean de Largentaye à traduire en 1938 La Théorie générale…

67 Aux Presses Universitaires de France, dans la collection Théoria dirigée par François Perroux. Une analyse de cet ouvrage sera proposée plus loin.

68 Jean Denizet, né en 1914. Rédacteur au ministère des Finances. Chef de bureau de la Trésorerie à la direction du Trésor.

69 Jean Saint-Geours, Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 47.

70 Claude Gruson, cassette 9, Paris, 1989, CHEFF.

71 Jean Sérisé, cassette 6, Paris, 1989, CHEFF.

72 Cité par François Fourquet, op. cit., p. 21.

73 Claude Alphandéry, né en 1922. ENA, promotion 1947. Au SEEF de 1950 à 1958.

74 Jacques Le Noane, cassette 2, Paris, 1990, CHEFF. Né en 1924, ENA, promotion 1947. Au SEEF puis à la direction de la Prévision jusqu’en 1972.

75 Gérard-Marie Henry, Keynes, Paris, Armand Colin, 1997.

76 Jacques Le Noane, cassette 1, Paris, 1990, CHEFF. Ces propos n’engagent que leur auteur, il est sans doute exagéré d’avancer que Jean de Largentaye n’avait pas bien compris l’œuvre qu’il traduisait !

77 Roger Goetze est directeur du Budget de 1949 à 1956. Voir à propos de l’influence des idées keynésiennes, Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, Paris, CHEFF, 1997, p. 262.

78 Gérard-Marie Henry, op. cit., p. 199.

79 Ibid.

80 Lucette Le Van-Lemesle, op. cit. ; et « La perception de l’innovation chez les économistes français », Revue historique, nº 2, 1984, p. 369-376 ; et « L’institutionnalisation de l’économie politique en France », in Yves Breton, Michel Luftala (dir.), L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Economica, 1991, p. 355-388.

81 Le CGE se réunit pour préparer la Libération, et édite en 1943 un rapport, dit rapport Courtin, du nom de son auteur, d’inspiration néo-libérale. À ce propos, voir Diane de Bellescize, Les neuf sages de la Résistance, Paris, Plon, 1979. D’autres plans d’inspiration socialiste, donnent naissance au rapport Philip. Voir Richard F. Kuisel, op. cit., et Philippe Mioche, Le Plan Monnet : genèse et élaboration, 1941-1947, Paris, Publication de la Sorbonne, 1987.

82 Sur la création d’un ministère de l’Économie nationale autonome, se reporter à Michel Margairaz, L’État, les finances…, op. cit., t. II, chapitre XXII.

83 François Le Douarec, Félix Gaillard, 1919-1970, un destin inachevé, Paris, Economica, 1991.

84 Sur les relations entre le ministère des Finances et le ministère de l’Économie nationale, voir Michel Margairaz, op. cit., p. 1062-1088.

85 Michel Margairaz, op. cit., p. 1067-1068.

86 François Caron, « Le plan Mayer, le retour aux réalités », Histoire, Économie et Société, troisième trimestre 1992, nº 3, p. 423-437.

87 Ibid., p. 423.

88 Le néo-libéralisme est une synthèse nouvelle entre économie dirigée et forces du marché dans le but de moderniser l’économie française. L’État est porteur de progrès, il doit encourager les forces d’expansion économique.

89 François Bloch-Lainé, cassette 3, Paris, 1989, CHEFF.

90 Emmanuel Mönick, né le 10 janvier 1893. Inspecteur des Finances, promotion 1920. Secrétaire général du ministère des Finances du 25 août au 4 septembre 1944. Gouverneur de la Banque de France 1944-1949. Voir ses mémoires : Pour mémoire, édité à compte d’auteurs, 1970.

91 François Bloch-Lainé, Profession…, op. cit., p. 103.

92 Sur la transformation de la direction du Trésor en acteur économique, voir François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée 1944-1954, Paris, Fayard, 1986. Voir également les travaux de Michel Margairaz et de Laure Quennouëlle op. cit.

93 François Bloch-Lainé, Profession…, op. cit., p. 104.

94 Sur l’historique du BSEF et du SCAF, SAEF B 48 375 « L’organisation du ministère des Finances en 1944 » ; B 28 215, note d’information sur le SCAF du 13 juin 1946 ; B 28 219 « Rapport de M. Rastel, conseiller d’État, présenté à la commission de la Fonction publique le 14 avril 1948 au sujet de la réorganisation de l’administration centrale du ministère des Finances ».

95 Journal officiel, 20 avril 1948, décret nº 48-689 du 16 avril 1948.

96 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

97 Ibid.

98 Ibid.

99 Voir au sujet de la commission des Investissements : Michel Margairaz, op. cit., p. 1043 et suivantes et Laure Quennouëlle, op. cit., p. 98-120.

100 Laure Quennouëlle, Ibid.

101 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

102 Voir tableau du BSEF infra, annexe 1.

103 Jean Sérisé, né en 1920. Énarque, il a choisi d’être affecté au BSEF en 1947.

104 Jean Sérisé, 31 janvier 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

105 Claude Gruson, Origine et espoirs de la planification française, Paris, Dunod, 1968, p. 3 et 4.

106 Claude Gruson, cassette 1, Paris, 1989, CHEFF.

107 C’est le parcours réussi d’un jeune inspecteur des Finances qui doit « sortir » le plus rapidement de sa tournée d’inspection pour entrer dans une administration centrale prestigieuse comme la direction du Budget ou bien la direction du Mouvement général des Fonds, ou pour entrer dans un cabinet qui sert ensuite de tremplin pour gagner des échelons administratifs.

108 Jean Bichelonne, né en 1904. Polytechnicien, il est secrétaire à l’Industrie en juillet 1940 ; il devient ministre de la Production Industrielle en avril 1942, poste qu’il occupera jusqu’en août 1944. Voir Guy Sabin, Jean Bichelonne, 1940-1944, ministre sous l’Occupation, 1942-1944, Paris, éd. France-Empire, 1991.

109 François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996.

110 Claude Gruson revient à Paris fin 1943 jusqu’en octobre 1944. Il est chargé de diriger la « grande écurie » et il écrit à l’intention du comité Courtin quelques notes sur les mesures économiques à engager à la Libération. Claude Gruson n’a malheureusement pas conservé ces notes.

111 Claude Gruson, Programmer l’espérance, Paris, Stock, 1976, p. 51 et suivantes.

112 Ce point sera développé ultérieurement dans la partie « Les objectifs de Claude Gruson se précisent à partir de 1949. »

113 Claude Gruson, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

114 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

115 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.

116 François Bloch-Lainé, 13 décembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

117 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.

118 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

119 Claude Gruson, 28 mars 1994, Paris, Aude Terray, CHEFF.

120 Ibid.

121 SAEF, 2 E 88, arrêté du 30 septembre 1948.

122 On trouve ce rapport dans les papiers privés de Claude Gruson. Pochette : « Archives personnelles ».

123 Claude Gruson, 12 novembre 1993, Paris, Aude Terray, CHEFF.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable