Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Introduction

Texte intégral

1La conférence économique mondiale organisée en 1927 par la Société des Nations (SDN) est entièrement placée sous le signe du libéralisme, même si, présence de l’URSS oblige, elle admet la coexistence de deux systèmes économiques. Les résolutions adoptées à Genève en 1927 tentent de jeter, à l’échelle planétaire, les bases de la coopération économique et financière. Parmi les projets lancés à ce moment, figure en bonne place la création d’un comité consultatif chargé de donner vie à « une action économique concertée ». Cette action s’inscrit dans les nécessités de l’heure, car les séquelles de la Première Guerre mondiale se sont en partie effacées et la relance est au rendez-vous. Les niveaux de production de 1913 sont atteints et dépassés et les monnaies ont été stabilisées. Cette action concertée se veut également le pendant économique d’un mouvement en faveur de la coopération politique entre États, et plus particulièrement entre États européens. Elle repose sur un principe simple : pas de collaboration sans libre-échangisme. L’action économique ne se conçoit que comme douanière, dans la mesure où on tente de généraliser la clause de la nation la plus favorisée et où, à terme, il s’agit d’obtenir la réduction progressive de toutes les formes de restrictions commerciales (contingentements, taxe à l’importation...). Pour la SDN, maître d’œuvre de la manifestation de 1927, cela passe par la mise en place d’une nouvelle nomenclature douanière unifiée, d’un marché mondial ou, pour rester dans le contexte européen, d’une union douanière européenne : objectif de l’association qui porte le même nom ou du mouvement paneuropéen.

2La coopération peut aussi être une arme, un remède efficace contre la crise économique qui touche le continent européen à la fin des années Vingt. Elle est la condition de la paix et de la stabilité de ce Vieux-Monde, comme le rappellent Hymans et Briand dans leurs interventions à l’Assemblée de la SDN en septembre 1929. Ils tracent, l’un et l’autre, des perspectives complémentaires. Le ministre belge envisage la dimension économique, alors que le Président du Conseil français évoque, quant à lui, le contenu politique d’un rapprochement entre États européens. Mais que de difficultés à surmonter !

3Cet ouvrage débute avec le récit de ces événements. Il vise à décrire la place que les États européens accordent à la coopération économique et financière dans leurs rapports. Les pays sont-ils capables de « penser européen », comme les deux discours de septembre 1929 les y invitent ? La conférence de Londres de juillet 1933 apporte une réponse, définitive pour l’entre-deux guerres. C’est la raison pour laquelle elle clôt cette étude. La réunion de Londres est l’antithèse de celle de 1927. Elle apparaît comme la négation des discours de Briand et d’Hymans. C’est l’histoire de l’échec – momentané – d’une tentative de coopération économique et financière que retracent ces pages.

  • 1 Pietri Nicole, La reconstruction financière de l’Autriche, 1921-1926, Centre Européen de la Dotatio (...)
  • 2 Artaud Denise, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929), th (...)
  • 3 Chabot Jean-Luc, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, thèse Grenoble, 1978, 614 p.
  • 4 Gerbet Pierre, Mouton Marie-Renée, Ghebali Victor-Yves, Le rêve d’un ordre mondial. De la SDN à l’O (...)
  • 5 Signalons le périodique « Revue d’histoire de l’intégration européenne » édité par le Groupe de lia (...)
  • 6 Dumoulin Michel et Stelandre Yves, L’idée européenne dans l’entre-deux-guerres, Academia, Louvain l (...)
  • 7 Bussière Éric, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe 1918-1935, Comité po (...)
  • 8 Frank Robert, La hantise du déclin. La France, 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, (...)
  • 9 Badel Laurence, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français (1925-1948), thèse Paris (...)

4La réflexion proposée sur ce thème et sur cette période n’est pas de loin s’en faut pionnière. Que l’on permette à l’auteur de ces lignes de mentionner les travaux de Nicole Pietri sur la reconstruction financière de l’Autriche dans les années Vingt1 ou ceux de Denise Artaud sur les dettes interalliées2, travaux qui tous deux mettaient en évidence l’importance de la coopération entre pays ; et dans le cas autrichien, de la coopération européenne. Ce chantier « européen » a été fort abordé depuis une vingtaine d’années. La thèse de J.-L. Chabot, consacrée à l’idée européenne de 1919 à 1939, a ouvert des voies3. Le poids de la SDN dans ce processus a été mis en valeur par M.-R. Mouton ou encore Y.-V. Ghebali et P. Gerbet4. Avec le Groupe de Liaison des Professeurs d’Histoire Contemporaine auprès de la Commission Européenne, les études européennes ont pris une autre dimension. Certains des travaux effectués dans ces chantiers ont porté sur la phase de gestation qu’a souvent été la période 1919-1939. Dans le lancement de ces recherches, les Professeurs Poidevin et Girault ont souvent eu un rôle décisif5. Plus proche du thème traité par cette étude, d’intéressantes pers-pectives ont été ouvertes par les études de M. Dumoulin6, d’É. Bussière7, de P. Mioche, voire de R. Frank sur les attachés financiers ou le déclin français8. Parmi les thèses récentes, signalons enfin celle de L. Badel, qui s’intéresse au milieu du grand commerce international pendant ces années trente9. La liste est loin d’être exhaustive.

5La lecture de ces travaux et mes propres recherches ont conduit à cette synthèse. L’analyse des relations économiques et financières franco-allemandes dans les années trente mène nécessairement à une réflexion sur l’architecture de l’Europe, tant les deux pays sont incontournables dès qu’il s’agit de penser l’organisation de ce continent. Au cœur de cette étude se trouvent les États, et les organisations internationales auxquelles ils ont donné vie (SDN, BRI, BIT...). Quelle est la part de la préoccupation européenne des différents gouvernements, des organismes internationaux ? Supplante-t-elle l’intérêt national ? Les rapports entre le politique et l’économique sont omniprésents dans l’approche de ces questions. Pour rendre compte de leur évolution pendant les quatre années de crise abordées par cette étude, la démarche chronologique paraît la mieux indiquée. De 1929 à 1931, le débat européen est en effet dominé par les préoccupations économiques. Comment organiser les échanges, quelles actions lancer, quelles organisations régionales instituer ? Avec l’échec de l’Union douanière austro-allemande en mars 1931, ces préoccupations passent au second plan. La scène est alors dominée par les questions financières. Une réorganisation des mécanismes du crédit et de la stabilisation monétaire est nécessaire pour sauver à la fois l’Europe danubienne du marasme et le Reich allemand de ses difficultés de paiement. Aucun projet d’ensemble n’aboutit. La suppression des réparations et les conférences internationales convoquées pour l’automne 1932 et l’été 1933 constituent alors la dernière chance de la coopération. Cette démarche chronologique rend le mieux compte des liens entre politique et économie et permet de présenter dans le détail des négociations âpres et quasi-permanentes.

6Cette étude repose exclusivement sur la consultation de fonds d’archives publiques : deux fonds diplomatiques, d’abord, ceux du Quai d’Orsay et ceux de l’Auswätiges Amt à Bonn. Les séries des Archives Économiques et Financières alors Rue de Bercy, au Ministère de l’Économie et des Finances, consacrées à la conférence économique de Londres et à sa préparation (à partir de 1931) ont également retenu mon attention. Un séjour au Bundesarchiv de Berlin m’a permis de voir les dossiers que la Reichsbank consacrait aux conférences internationales. J’ai utilisé des fonds du Reichswirtschaftsministerium et du Reichsfinanzministerium. J’ai enfin exploité les fonds disponibles de la SDN au Palais des Nations de Genève, plus particulièrement les archives et rapports des Comités économique et financier, les comptes rendus et rapports des conférences internationales. Cette recherche de sources primaires a été complétée par l’étude de celles qui sont éditées : Documents Diplomatiques Français, Belges, Suisses, Allemands et Britanniques. Le handicap de la langue m’a empêché de voir des archives des pays de l’Europe Centrale et Orientale qui auraient été fort utiles. La même remarque vaut pour les pays scandinaves. Dès lors l’analyse de la réaction de ces gouvernements repose exclusivement sur des sources étrangères. Je n’ai pas eu recours à des archives privées – banques, entreprises – qui auraient probablement été d’un grand apport pour certains points évoqués dans cette analyse. Une nouvelle étude d’ensemble des rapports entre les groupements privés et les États à cette période pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une autre synthèse.

7Comment ne pas remercier M. le Professeur Raymond Poidevin d’avoir avec beaucoup de générosité accepté de diriger ce travail ? Il suit depuis de nombreuses années mes recherches et son soutien n’a jamais été pris en défaut durant tout ce temps. Sa modestie dut-elle en souffrir, qu’il me permette d’exprimer ici mon profond attachement à sa personnalité hors du commun. Toute pléthore de compliments traduirait mal la chance qui m’a été donnée de croiser sa route un jour.

8J’ai également trouvé beaucoup de compréhension auprès de mes collègues de l’IHEE qui m’ont toujours encouragé à aller au terme de cette étude, et je tiens tout particulièrement à relever le rôle du Centre de Recherches en Histoire des Relations Internationales (CRHRI) de l’Université R. SCHUMAN, dirigé conjointement par R. Poidevin et M.-T. Bitsch, pour le soutien apporté.

9Les services des Archives Diplomatiques du Quai d’Orsay ; des Archives Économiques et Financières, notamment Mme Dijoux, ont toujours répondu favorablement et avec beaucoup de disponibilité à mes sollicitations. Qu’ils en soient remerciés. Les mêmes remerciements s’adressent aussi au personnel du Politisches Archiv des Auswärtiges Amtes à Bonn et du Bundesarchiv de Berlin qui ont grandement soutenu mes recherches. Mon séjour en Allemagne a été favorisé par le DAAD qui a eu l’amabilité de prendre en charge une partie de la période que j’ai passée en RFA. Je n’oublie pas que sans l’invitation de M. le Professeur Rainer Hudemann, de l’Université de Saarbrücken, je n’aurais pu effectuer dans d’aussi bonnes dispositions ces travaux. À Genève, j’ai trouvé beaucoup de bienveillance auprès des responsables des archives du Palais des Nations, notamment Mme Pejovic et M. Giundi. Cette « vie genevoise » m’a été facilitée par deux collègues de l’Université de Genève : le Professeur Antoine Fleury et Lubor Jilek, qui non seulement m’ont aidé à avoir des conditions de travail optimales, mais qui ont également pris sur leur temps le soin de m’accueillir si chaleureusement au bord du Lac.

10Un remerciement tout particulier à mon ami Karl Mayer, avec lequel j’ai passé des heures à discuter de l’entre-deux guerres et qui a mis à ma disposition le fruit de ses recherches à Washington. Il a permis à cette étude de se faire, comme y ont contribué mes amis et ma famille, par leurs encouragements répétés.

11Enfin, ce travail doit beaucoup à l’indéfectible soutien de mon épouse, Daniela Battiston.

Notes

1 Pietri Nicole, La reconstruction financière de l’Autriche, 1921-1926, Centre Européen de la Dotation Carnegie, Genève, 1970, 203 p.

2 Artaud Denise, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929), thèse 2 tomes, Lille, 1978, 999 p.

3 Chabot Jean-Luc, L’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, thèse Grenoble, 1978, 614 p.

4 Gerbet Pierre, Mouton Marie-Renée, Ghebali Victor-Yves, Le rêve d’un ordre mondial. De la SDN à l’ONU, Imprimerie Nationale, Paris, 1996, 492 p., réédition d’un ouvrage de 1973 aux Éditions Richelieu, Les Palais de la Paix, 414 p. Voir également Mouton Marie-Renée, La SDN et les intérêts de la France (1920-1924), Peter Lang, Berne, 1995, 597 p.

5 Signalons le périodique « Revue d’histoire de l’intégration européenne » édité par le Groupe de liaison des Professeurs d’Histoire Contemporaine auprès de la Commission européenne, Poidevin Raymond (éd.) Histoire des débuts de la construction européenne, Bruylant-Bruxelles 1986 ou plus récemment Bitsch M.-T., Loth W., Poidevin R. (direct.), Institutions européennes et identités européennes, Bruylant, 1998 ; ou encore Girault René (direct.), Identités et conscience européennes au XXe siècle, Hachette, 1994, 234 p.

6 Dumoulin Michel et Stelandre Yves, L’idée européenne dans l’entre-deux-guerres, Academia, Louvain la Neuve, 1992.

7 Bussière Éric, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe 1918-1935, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1992, 521 p. et Dumoulin Michel, Bussière Éric, Les cercles économiques et l’Europe au XXe siècle, Louvain la Neuve, 1992, 260 p.

8 Frank Robert, La hantise du déclin. La France, 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, Paris, Belin, 1994, 316 p.

9 Badel Laurence, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français (1925-1948), thèse Paris I, 1996, publiée en 1999 par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable