Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

Avant-propos

Raymond Poidevin

Texte intégral

1L’histoire des relations économiques et financières internationales fait figure de spécialité particulièrement ardue. Elle exige la compréhension de mécanismes techniques complexes et l’interprétation du rôle de responsables soucieux de défendre des intérêts nationaux tout en cherchant à promouvoir les coopérations entre États. Elle nécessite la prise en compte d’archives variées et dispersées, celles des différents pays comme celles des organisations internationales. Il est donc particulièrement réjouissant de voir un jeune historien publier, à quelques années d’intervalle, deux livres qui se placent dans la lignée des grands travaux de recherche de l’école française d’histoire des relations internationales. Après sa thèse sur Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939, Sylvain Schirmann nous donne maintenant une étude sur les difficiles coopérations économiques à l’époque de la grande crise qui met en évidence le rôle essentiel de la France dans les relations économiques entre États européens de l’entre-deux-guerres.

2Le présent ouvrage étudie en fait une série d’échecs de la coopération économique et financière en Europe, entre 1929 et 1932. Il analyse méticuleusement les longues et nombreuses négociations intergouvernementales qui se déroulent sous l’égide de la SDN. Elles conduisent à de grandes désillusions qui témoignent des rivalités entre intérêts nationaux, de la dure confrontation franco-allemande et des réticences britanniques face à la coopération européenne. Mais elles mettent en lumière les efforts de la SDN dont le rôle est revalorisé ainsi que l’émergence de sous-ensembles économiques régionaux. Elles montrent aussi à quel point les problématiques qui sous-tendent la construction européenne après 1945 sont déjà au cœur des réflexions de l’entre-deux-guerres. Les années de la grande crise apparaissent bien comme une phase de maturation, un véritable tournant dans l’histoire du XXe siècle européen. Dans ce panorama, la dimension financière, souvent négligée est particulièrement mise en valeur.

3En s’appuyant sur les archives françaises, celles du ministère des Affaires étrangères et celles du ministère des Finances, mais aussi sur les archives allemandes et sur les archives de la Société des Nations encore peu exploitées par les historiens français, Sylvain Schirmann présente une synthèse de grande qualité, claire, précise, passionnante, même pour les non-spécialistes. Les analyses fouillées sur une période relativement courte prennent leur intérêt dans une perspective à long terme. Les problèmes évoqués restent aujourd’hui d’une grande actualité.

4Mars 2000

Auteur

Professeur émérite, Université Robert-Schuman, Strasbourg

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540