Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Conclusion générale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi s’achève cette étude consacrée au Bureau des finances de Lyon. Comme les autres institutions de l’Ancien Régime, il est né, a grandi, a vieilli, et s’est éteint. À la différence d’une Sénéchaussée ou d’un Présidial, sa fin a commencé avant la Révolution, même avant le Siècle des Lumières. Dès la fin de la Fronde, il était condamné à disparaître, dépassé par des institutions plus performantes, moins lourdes, moins coûteuses. Son nom même est une condamnation. Comme le reconnaît J. Thomas-Colignon, qui dit « cour », dit compagnie brillante et majestueuse ; qui dit « bureau », dit collège effacé. Le Bureau des finances tient, au xviie siècle, le rôle social naguère attribué au Bailliage. Au xvie siècle, toute famille ambitieuse d’accéder aux plus hautes charges du Palais passe par le Bailliage ; un siècle plus tard, elle passe par le Bureau ! Trésorier général et bailli connaissent la même fortune : tous deux agents du pouvoir central passés de l’état ambulant à l’état sédentaire...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540