Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Deuxième partie. Le déclin des compétences

Conclusion de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’attitude du pouvoir central face au Bureau témoigne du peu de considération dont jouissent les trésoriers. Ces officiers voient leurs pouvoirs se restreindre tout en conservant leur honorabilité. Leur influence pèse encore sur la destinée de la généralité, qu’il s’agisse du poids d’impositions qu’elle aura à supporter, des revenus qu’elle peut procurer au Trésor par le domaine qu’elle renferme, ou de la voirie qui favorise ou non les échanges commerciaux. L’action des trésoriers de Lyon, à l’échelle de leur ressort, influe sur la vie économique du royaume. Tout édifice se construit pierre par pierre, et celle que constitue la généralité de la seconde ville de France ne peut qu’être un poids lourd dans la masse générale. Les trésoriers ne sont pas les artisans exclusifs de ce résultat puisque d’autres autorités les supplantent, mais ils y contribuent. Leur attitude à l’égard des corps qui les entourent peut être teintée de morgue et de magnanimité. Elle peut être aussi d’une extrêm...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540