Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Deuxième partie. Le déclin des compétences

Chapitre VII. Le Bureau des finances dans la tourmente la fin de l’Ancien Régime

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du xviiie siècle, l’Ancien Régime est en crise. Un malaise structurel gangrène toutes les couches de la société. C’est un véritable débat de fonds.

Les « abus » sont stigmatisés dans tous les domaines. En matière de droit public, les philosophes critiquent les incohérences des systèmes gouvernementaux et judiciaires. C’est surtout le maintien des organes anciens, sans avoir gardé de réelles fonctions, qui fait l’objet des plus vives atteintes. Les auteurs pensent souvent aux baillis, sénéchaux, aux gouverneurs et leurs lieutenants généraux… D’autres organismes ont été maintenus parce que la monarchie n’a pas voulu ou pu les supprimer. Les bureaux des finances se sentent concernés, maintenus parce que leur suppression coûterait trop cher… Cette question du remboursement des offices se posait déjà à Sully et Colbert. Le problème des offices n’est pas nouveau : leur multiplication gêne le service public et fait retomber sur les sujets leur coût de fonctionnement1. L’organisatio...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540