Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Deuxième partie. Le déclin des compétences

Chapitre VI. La voirie, une compétence croissante des trésoriers de France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La voirie est l’illustration d’une évolution selon laquelle, depuis le xie, mais surtout au cours du xviie et du xviiie siècles, la fonction royale passe d’un caractère judiciaire à un caractère administratif, comme le rappelle Lacretelle au xviiie siècle1.

Si le roi est d’abord un justicier, l’idée apparaît vite qu’il vaut mieux, plutôt qu’avoir à réprimer les délits, tenter de les prévenir, notamment en satisfaisant les besoins du public : veiller aux approvisionnements, aux prix…, et aux routes.

Le roi doit devenir lui-même producteur, constructeur. Cet aspect du pouvoir royal frappe en matière de voirie. Si apparaît surtout l’insistance sur le maintien de la sécurité par le roi, qui borne au début son action à la répression2, on entend dire dès 1622 : « C’est aux rois et souverains seigneurs qu’appartient la garde principale d’iceux (les chemins), non comme étant de leur domaine, mais eux étant les gardiens légitimes des choses publiques ». Dans cette optique, le roi devient le ga...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540