Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Deuxième partie. Le déclin des compétences

Chapitre IV. Les impôts, une fonction importante peu à peu restreinte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le nom seul de l’institution renseigne sur la teneur de ses attributions : à « Bureau des finances », correspondent « attributions financières » et « fiscales », les trésoriers connaissent de toutes les finances du roi, de toutes les impositions pécuniaires établies par le souverain ou accordées par le peuple sur les biens de ses sujets ou sur leurs personnes lui appartenant en vertu de sa souveraineté et notamment les tailles, aides, gabelles, traites foraines, étapes, décimes et octrois des villes1.

Les frontières ont été de tout temps mouvantes, pour cerner l’exacte signification de ces mots de « financiers », « finances ». Ils empruntent un sens étroit lorsqu’ils concernent les paiements et le numéraire et ceux qui s’occupent des impôts de manière technique – vérifient l’assiette, la liquidation… Ils deviennent politiques quand ils ont trait à la marche de l’État2 : participer, par l’utilisation des finances, à la politique générale de l’État.

Si, au début de leur histoire, les tr...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable