Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Première partie. Un Bureau bien organisé

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Bureau a mis du temps avant de trouver sa place. Il a eu plus de difficulté que son homologue parisien logé près de ses confrères, Châtelet ou Parlement. Paris est une ville de justice ; les officiers y bénéficient d’un prestigieux passé. Dans la généralité lyonnaise, rien de tel : hormis les élections, il n’y a rien d’aussi ancien ou glorieux. Le Bureau, en outre juridiction d’exception, doit construire sa réputation, concurremment aux juridictions présentes. Les trésoriers de France qui, à la fin du xvie siècle, arrivent dans la ville, font déjà figure d’officiers locaux, alors que leurs collègues de la capitale sont encore auréolés du prestige de l’ancienne fonction des trésoriers. Malgré tout, aidé par le statut avantageux de ses membres, son règlement qui encadre son activité d’un véritable protocole, son caractère de juridiction collégiale, le Bureau parvient à s’imposer comme l’un des rouages essentiels de l’appareil juridictionnel de la généralité. Au début du xviie siècl...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable