Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Première partie. Un Bureau bien organisé

Chapitre III. Le fonctionnement du Bureau : l’étiquette d’une Compagnie d’officiers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le travail judiciaire se place dans un cadre matériel, temporel et disciplinaire. Pour que la justice soit bien rendue, les conditions de travail doivent être satisfaisantes : on ne peut bien dire son fait au justiciable, ni gérer correctement les affaires du roi sur le coin d’une table ou dans un lieu de passage. De même, les affaires traitées par le Bureau supposent souvent des dossiers volumineux, à stocker en attendant les séances en matinées ou les audiences « de relevée »… Il va donc de la qualité de la justice et de l’administration que dirigent les trésoriers de France qu’ils bénéficient d’un certain cadre de travail. En réalité, l’idée va plus loin : les trésoriers de France représentent la justice du roi et son administration puisqu’ils administrent le domaine et assoient ses impôts – au moins la taille. Pour cela, ils doivent exposer aux yeux de tous leur qualité d’officiers et de « commensaux du roi ». Comment y parvenir, si le cadre de leur activité n’est pas à la haute...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540