Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bureau des finances de la généralité de Lyon. XVIe-XVIIIe siècle

 | 
Karine Deharbe

Première partie. Un Bureau bien organisé

Chapitre II. La composition du Bureau : l’éthique d’une Compagnie d’officiers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sans revenir sur la définition de l’office, il est nécessaire de rappeler certains points : le roi ne pouvant gérer seul le royaume, il délègue à ses officiers : « La puissance des officiers vient du souverain, auquel Dieu a confié la puissance temporelle de son royaume. Comme la puissance souveraine du prince est un éclat de la toute-puissance de Dieu, aussi la puissance des officiers est un éclat de la puissance du prince »1 : les officiers représentent le roi. À Lyon, ce rôle des membres du Bureau est important : en l’absence de cour souveraine, ils forment la juridiction la plus élevée.

L’office constitue le pouvoir de remplir au nom du roi certaines attributions. L’édit du 23 mai 1771 le rappelle : « En vertu de l’universalité de son pouvoir, le roi fait exercer par ses officiers une portion de l’autorité qui lui appartient ». L’autorité appartient au roi et non aux officiers2. Pour comprendre la subtilité de la vénalité des offices, il faut différencier la « finance », créance ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540