Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Securité et environnement‎

Du service à l’autorité : les ingénieurs des Mines et la sûreté nucléaire

Cyrille Foasso

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’énergie nucléaire est sans doute aujourd’hui l’une des activités industrielles dont la sécurité est la plus contrôlée, même si ce n’est pas toujours perçu par le grand public. Il est un fait qu’au cours des trente premières années du développement de l’énergie nucléaire en France, de 1945 à 1973, l’administration n’avait pas jugé nécessaire de s’immiscer dans un domaine qui restait géré de façon interne par ses promoteurs1. C’est la genèse et le processus de construction de ce contrôle par l’Administration des mines depuis quarante ans que nous voulons relater ici.

I. L’État, arbitre des différents intérêts industriels du nucléaire

Un décret en date du 13 mars 1973 instaure en effet un nouvel acteur en matière de sûreté nucléaire, le Service central de sûreté des installations nucléaires (SCSIN). De nombreuses raisons semblent avoir motivé la mise en place par les pouvoirs publics d’un échelon administratif chargé du contrôle en la matière.

Trois mois après sa nomination, le premier ...

Auteur

Cyrille Foasso est ingénieur diplômé de l’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Lyon en Génie physique matériaux (spécialité : Matériaux et dispositifs semi-conducteurs) ; il obtient, en 2003, un doctorat d’histoire moderne et contemporaine à l’université Lumière-Lyon-II pour sa thèse intitulée : « Histoire de la sûreté de l’énergie nucléaire civile en France (1945-2000) : Technique d’ingénieur, processus d’expertise, question de société », (3 vol., 1 003 p.). Sa thèse a été récompensée d’une « mention spéciale » du jury du sixième prix d’histoire de l’Académie François-Bourdon – Fondation Arts et métiers. Par ailleurs, il a été « International Scholar » 2005-2007, pour la France, de la Société américaine d’histoire des techniques (Society for the History of Technology – SHOT), qui publie Technology and Culture. Depuis 2005, il est ingénieur de recherche, responsable de la collection des instruments scientifiques post-1850 au musée des Arts et métiers (Conservatoire national des arts et métiers) à Paris.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable