Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques

 | 
Anne-Françoise Garçon
, 
Bruno Belhoste

Innovation et industrialisation

Discussion. Le corps des Mines face à son histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

André Grelon1

Merci Thierry. Eh bien, nous avons du temps maintenant pour continuer cette réflexion commune, lancée notamment par la dernière intervention, celle de Thierry. Mais Claude Riveline avait l’intention de dire un petit mot. Je lui laisse donc la parole.

Claude Riveline2

Oui, je voudrais m’accrocher au remarquable exposé d’Hervé Joly sur les ingénieurs des Mines dans les entreprises pour combler un trou béant dans ce qui s’est dit aujourd’hui, y compris ce matin sur le corps des Mines. Dans cette affaire, je suis à la fois l’indigène et l’ethnologue. Comme je dis souvent, je suis un Jivaro qui a fait une licence de sociologie et je m’accrocherai, pour ça, sur un trou dans l’exposé d’Hervé Joly. Il y a eu, entre l’avant-1974 et l’après-1974, une rupture considérable dans la psychologie collective du corps des Mines. Je m’explique : avant 1974, il y avait la botte et la pantoufle. Ce vocabulaire pesait d’un poids considérable dans les échanges entre les ingénieurs des Mines. La...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540