Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évaluer les politiques publiques pour améliorer l’action publique

 | 
Sylvie Trosa

Qu’est-ce que l’évaluation des politiques publiques ?

L’Évaluation des politiques publiques. Concepts et enjeux

Annie Fouquet

Texte intégral

1Évaluer une politique publique, c’est porter une appréciation sur sa valeur, au regard d’un certain nombre de critères tels que sa pertinence, son efficacité, son efficience, sa cohérence, sa capacité à répondre aux besoins qui l’ont fait naître… Cette appréciation dépend du point de vue de celui qui l’observe : d’où l’importance des regards croisés, celui des décideurs, des opérateurs, des bénéficiaires, voire des non bénéficiaires ou des citoyens. C’est une activité proche d’autres formes d’observation, telles que le contrôle, le contrôle de gestion ou l’audit.

2Ces activités qui se distinguent essentiellement par leur objet et leur référentiel, sont complémentaires et s’enrichissent les unes les autres.

3En France, la culture de l’évaluation est peu développée. Des initiatives législatives récentes devraient lui redonner de l’ampleur, dans un contexte de relative incertitude quant à son positionnement institutionnel et ses méthodes.

ÉVALUER : DE QUOI PARLE-T-ON ?

4« L’évaluation est une activité qui vise à produire des connaissances sur les actions publiques, notamment quant à leurs effets, dans le double but : de permettre aux citoyens d’en apprécier la valeur, et d’aider les décideurs à en améliorer la pertinence, l’efficacité, l’efficience, la cohérence et les impacts » (Charte de la SFE).

5L’évaluation de l’action publique a trois objectifs : elle permet d’éclairer la décision, de rendre compte au citoyen de l’usage des fonds publics (article 15 de la Constitution) et d’alimenter la réflexion et le débat public.

Les faux amis.

6Le mot évaluation est un mot-valise qui englobe de nombreuses acceptions et dont l’usage prête de ce fait à confusions. Tout d’abord l’évaluation dont il est question ici est une évaluation d’actions collectives (dispositif, projet, programme, politiques publiques), et non des évaluations individuelles, comme la « notation » de la copie de l’élève (abusivement appelé évaluation), ou encore les entretiens d’évaluation où se discutent les objectifs à atteindre, les résultats obtenus et les moyens d’améliorer la situation.

7Évaluer est parfois aussi utilisé par les ingénieurs en lieu et place du mot « estimer ». Un économètre qui cherche la valeur des paramètres d’un modèle les estime par des méthodes de calcul qui approximent la valeur recherchée. « Estimer la valeur », c’est bien « évaluer ». Mais un raccourci est vite opéré : quand ce modèle économétrique cherche à « estimer la valeur du coût du chômeur évité par un dispositif public », l’économètre va parfois (souvent) dire, par abus de langage, qu’il a « évalué le dispositif ». Or il n’en a estimé qu’une seule dimension, le coût. Il n’a pas considéré d’autres aspects qui pourraient être aussi importants selon d’autres points de vue : le maintien du revenu ou de la dignité pour le bénéficiaire par exemple, ou le point de vue de l’entreprise qui l’a embauché, ou le point de vue du politique qui a l’œil sur le nombre de chômeurs, etc. Parler alors d’évaluation du dispositif est un abus de langage. L’évaluation du dispositif devrait prendre en compte tous ces aspects, laissant ensuite au décideur le soin de trancher en toute connaissance de cause.

8Évaluer une action publique, ce n’est pas seulement faire une étude ; l’évaluation, c’est le résultat d’un processus permettant de comprendre les phénomènes dans leur complexité, et de les juger depuis différents points de vue, pour éclairer la décision publique. En effet pour éclairer les décisions à venir, il faut tenter d’approcher les enchaînements de cause à effet qui ne sont jamais simples pour imputer les résultats à certains facteurs. Or comment savoir ce qui se serait passé en l’absence de la politique menée ?(les analyses contrefactuelles ont aussi leurs limites) ;et comment ce que l’on a cru comprendre éclaire-t-il ce qui se passera demain ?La complexité des phénomènes sociaux, d’une part, la diversité des points de vue sur ces phénomènes, d’autre part, justifient la démarche d’évaluation.

9Évaluer une action publique, c’est en apprécier la valeur du point de vue des parties prenantes que sont tant les décideurs, que les opérateurs qui la mettent en place ou les bénéficiaires, ou encore les non bénéficiaires ou les citoyens.

Pourquoi évaluer l’action publique ?

10Dans la sphère marchande, nul besoin d’évaluer : le marché s’y emploie. L’entreprise en déduit la pertinence de ses investissements au prix offert. Les choix des consommateurs rétroagissent directement sur la fonction de production de l’entreprise. Et cette interaction va optimiser les avantages pour la société (quel produit ou service au meilleur coût).

11Dans la sphère publique, il est rare que l’usager-citoyen influe directement sur l’affectation des fonds publics. Même dans le cas de services fractionnables (écoles, transports, crèches…), l’usager a peu l’occasion d’exprimer un choix, que le service offert soit en situation de monopole ou n’ait pas d’équivalent marchand. Cette absence de rétroaction de la société rend nécessaire une évaluation de la dépense publique, à la fois dans son usage (le service est-il rendu, à quel coût ?) et dans son affectation : le service est-il pertinent, répond-il aux besoins de la société ? Exprimée dans le vocabulaire de l’analyse économique, l’évaluation permet d’apprécier la fonction de production de l’opérateur pour savoir si l’action publique est efficace et efficiente, et également la fonction de satisfaction de la société pour savoir si l’action publique est pertinente et répond aux besoins.

12La démarche d’évaluation apporte une connaissance qui n’est pas immédiate sur la satisfaction des besoins sociaux et sur la façon dont l’action publique y répond. En cela elle se distingue d’autres formes d’observation que sont le contrôle, l’audit ou le contrôle de gestion.

L’ÉVALUATION ET LES ACTIVITÉS VOISINES

13De façon schématique, on peut comparer l’évaluation, le contrôle, le contrôle de gestion et l’audit selon trois aspects : l’objet observé, les normes de référence auxquelles comparer ce que l’on observe, et les conséquences qui en découlent.

14L’objet d’un contrôle est de vérifier la conformité à la réglementation ; le référentiel (la norme de référence) est donc les textes réglementaires ; et la conséquence en est, le cas échéant, une amende ou une poursuite judiciaire.

15Le contrôle de gestion (pilotage) a pour objet de suivre la mise en œuvre, la réalisation des actions programmées ; le référentiel en est alors le programme établi en début de période ; et la conséquence se traduit dans le dialogue de gestion par une rectification de la trajectoire.

16L’audit, selon l’IFACI, a pour objet de réduire les risques d’une organisation, en référence à ce qui se fait dans la profession ; la référence est la norme professionnelle, les standards que la profession s’est donnée comme meilleure pratique ;les conséquences d’un audit sont des recommandations, des rappels à l’ordre (la norme) que le responsable peut suivre ou ne pas suivre s’il considère que les avantages qu’il recherche valent les risques qu’il encourt et qu’il est prêt à assumer.

17L’évaluation, quant à elle, a pour objectif d’optimiser une politique en analysant les écarts entre les résultats attendus (espérés) et les résultats obtenus. Le référentiel n’est pas fixé à l’avance (contrairement aux standards d’une profession comme dans l’audit) : il dépend des objectifs poursuivis par l’action publique. Les conséquences d’une évaluation sont d’éclairer la décision par la connaissance des impacts de l’action et de la façon dont ils ont été obtenus (la recherche des causalités).

18Prenons par exemple l’allocation personnalisée d’autonomie, dont l’objectif est d’encourager le maintien à domicile des personnes âgées ; c’est une allocation nationale mise en œuvre par les départements (conseils généraux).

19Le contrôleur (interne au département, ou externe comme l’Inspection générale des Affaires sociales, ou la chambre régionale des comptes) va vérifier que la procédure suivie est conforme aux textes : règles d’attribution, délais légaux, composition et tenue de la commission de proposition, notifications, mandatements, etc.

20L’audit d’organisation va analyser le circuit d’un dossier pour réduire les délais, supprimer les allers-retours inutiles, préconiser l’usage de logiciels adaptés, etc.

21Le département peut installer un contrôle de gestion pour suivre le nombre de dossiers traités, les délais de procédure, les montants versés, pour chaque période au fil du temps.

22L’évaluation de la politique, quant à elle, s’interrogera sur la pertinence et l’efficacité de cette allocation pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées : son montant est-il suffisant pour le permettre ? Selon le mandat d’évaluation que lui donne le décideur, elle pourra aussi aller plus avant et s’interroger sur la pertinence de l’objectif même de la politique : le maintien à domicile des personnes âgées est-il une réponse pertinente, efficace, efficiente aux besoins des personnes âgées dépendantes ?

Tableau 1. Comparer contrôle, contrôle de gestion, audit, et évaluation

Tableau 1. Comparer contrôle, contrôle de gestion, audit, et évaluation

23Le tableau 1 présente les différentes postures que sous-tend chacune des activités voisines. Bien entendu, cette présentation schématique fige les postures. Pilotage opérationnel (contrôle de gestion) et pilotage stratégique (qui se rapproche de l’évaluation) vont de plus en plus souvent de pair. Une évaluation de politique a besoin d’éléments de suivi que lui donne le contrôle de gestion. De plus en plus d’acteurs publics tendent à mettre en place des dispositifs dits de « suivi évaluation ».

24Il y a aussi différents types d’audit ; l’audit comptable ou financier a des aspects de contrôle ; l’audit organisationnel se rapproche d’une évaluation de la mise en œuvre d’une politique, comme peut le faire une évaluation en continu, ou une évaluation de processus. Si en plus elle tient compte de l’ensemble des points de vue, elle s’en rapproche encore.

Le temps de l’évaluation ?

25L’évaluation peut se faire « ex ante » pour préparer une décision. Elle peut se faire en continu (« in itinere ») ou de façon concomitante, pour comprendre le processus de mise en œuvre : comment les agents de la mise en œuvre se sont-ils organisés ? En quoi cette organisation a favorisé ou gêné l’atteinte des objectifs ? C’est une évaluation de processus.

26L’évaluation se fait aussi « ex post ». Si on la fait immédiatement à l’issue d’un programme pour préparer le programme suivant (ce qui est un cas fréquent dans les programmes européens), on en mesure alors les résultats mais pas les impacts (de moyen terme) sur la société qui n’ont pas encore eu lieu. L’évaluation d’impact cherche à apprécier le plus objectivement possible les effets du programme sur la société : quels sont les résultats mesurables ? Quels sont les effets directs ou indirects ? L’évaluation aide les commanditaires à porter un jugement de valeur sur la politique : la politique choisie a-t-elle permis d’apporter une réponse aux problèmes à l’origine de son lancement ?

27Une différence avec d’autres activités voisines est l’apprentissage collectif que permet une évaluation bien menée. Si l’évaluation permet au décideur de mieux cibler son action, elle permet aussi de former et mobiliser les acteurs en les confrontant aux résultats de leur action, en leur permettant de mieux comprendre les processus auxquels ils participent et en les aidant à réfléchir aux objectifs des politiques et à se les approprier.

28Par rapport aux activités voisines, l’évaluation a un spectre plus large : elle va plus en aval observer les conséquences de l’action publique (analyser les impacts sur la société) et remonte plus en amont vers la décision politique (pertinence des objectifs de la politique, et réorientation) ; elle cherche à établir les chaînes de causalités (imputabilité).

DES DIFFICULTÉS PARTICULIÈRES

29L’évaluation doit investir de manière spécifique dans la connaissance pour retrouver quels étaient les objectifs de l’action, puis découvrir l’enchaînement des causes (l’imputabilité). Ces deux spécificités rendent parfois difficile la pratique de l’évaluation. Enfin la question de l’appréciation de la valeur pose la question de « la valeur pour qui ? ».

30Une des difficultés de l’évaluation a longtemps été l’opacité des objectifs poursuivis, qui rendait nécessaire une archéologie administrative pour en repérer des éléments à travers les débats parlementaires, les circulaires et l’empilement des dispositifs et de micro décisions opérationnelles tenant lieu de politiques dans un univers public truffé de contradictions. La mise en œuvre de la LOLF devrait favoriser l’évaluation, puisque désormais le budget de l’État présente les dépenses publiques par missions, déclinées en programmes et en actions, assorties d’objectifs et d’indicateurs. Plus ne devrait être besoin de cette archéologie administrative. Cette démarche vertueuse n’a été que partielle jusqu’à présent, limitée à des rapports d’activité (dits de performance). On y reviendra.

31Une autre difficulté est de retracer les enchaînements de causalité et de pouvoir imputer les résultats à tel ou tel facteur. C’est un des points majeurs qui différencie l’évaluation des activités voisines. Elle nécessite souvent des investigations spécifiques.

La question de l’imputabilité ou comment apprécier l’enchaînement des causes ?

  • 1 IGAS, Les politiques sociales décentralisées. Rapport annuel 2007-2008, La Documentation française (...)

32La société est un système complexe où les interactions multiples entre acteurs rendent difficiles de retracer l’enchaînement des causes1. À quoi est imputable le résultat obtenu ? Devant cette difficulté, diverses techniques tentent d’apporter des solutions, qui ne peuvent être que partielles. L’appréciation de la valeur dépend toujours du point de vue où l’on se place. Prendre en compte divers points de vue est aussi une façon utile d’éclairer la décision.

33Devant un résultat observé, il est souvent difficile de démêler ce qui vient directement de la mise en œuvre d’une action publique et ce qui est dû au mouvement général de l’économie ou de la société. Comment apprécier l’efficacité d’une aide aux PME innovantes ou d’un dispositif de retour à l’emploi dans une économie en mouvement ? Le meilleur résultat des bénéficiaires d’une aide est-il dû à cette aide ou bien à l’embellie économique concomitante ? Que se serait-il passé si l’aide n’avait pas eu lieu ? Les sciences sociales ne sont pas des sciences expérimentales : les humains interagissent avec l’opérateur. La société n’est pas un ensemble d’objets où des expérimentations à la Claude Bernard permettent de reproduire des expériences contrôlées, toutes choses égales par ailleurs.

34Certaines techniques statistiques tentent de simuler une expérimentation, en comparant « ex post » des populations statistiquement comparables, comme des entreprises de même taille de même secteur, et de même trend de croissance, certaines ayant été aidées, d’autres non ; ou comme des demandeurs d’emploi de même âge, qualification, parcours antérieur, bassin d’emploi… Ces analyses laissent toujours une marge d’incertitude car il y a toujours des critères inobservables, qui sont parfois majeurs, comme la motivation, ou le charisme, qu’il soit celui du chef d’entreprise ou du demandeur d’emploi.

35L’analyse contrefactuelle par échantillon aléatoire (randomisé) construit « ex ante », au lancement de l’aide, est satisfaisante pour l’esprit car on construit à l’avance la situation de référence ; en théorie, elle devrait permettre de répondre de façon nette (oui ou non) si la mesure a eu les résultats attendus, en comparant ce qu’il advient de ceux qui ont bénéficié de la mesure à ceux qui n’en n’ont pas bénéficié. Mais elle ne réduit pas la complexité du réel, elle l’ignore. Elle ne s’applique qu’à des cas très spécifiques (un dispositif réduit à une mesure et non une politique ; un contexte de rareté qui justifie que la mesure soit réservée à certains ; une causalité simple ou sans intérêt pour l’action et la décision…).

36Dans l’exemple français récent d’évaluation du recours à des opérateurs privés pour placer les chômeurs, comparés à un accompagnement renforcé de l’ANPE (et à un traitement normal de l’ANPE), si dans tous les cas les chômeurs accompagnés retrouvent plus vite un emploi, la comparaison de l’efficacité des opérateurs privés et de l’ANPE a donné des résultats contre-intuitifs : selon les résultats de l’expérimentation, la démarche d’accompagnement renforcé de l’ANPE aurait eu de meilleurs résultats que le placement fait par les opérateurs privés. Pour aller plus loin et en tirer des leçons utiles pour l’action future, il faudrait comprendre les raisons de ces écarts entre les deux formes d’accompagnement.

Du constat au jugement : la valeur pour qui ?

37Évaluer, ce n’est pas seulement faire une étude, c’est apprécier la valeur de l’action publique. Or les jugements de valeur dépendent des valeurs que l’on porte et de leur hiérarchie. C’est pourquoi une évaluation bien menée commence par s’interroger sur les questions que se posent les diverses parties prenantes à l’action sous revue, et tenter d’y répondre au mieux par des apports nouveaux de connaissance.

38Les étapes successives de la démarche d’évaluation sont d’abord de définir les questions évaluatives (celles auxquelles il convient de répondre pour éclairer la décision et le débat, public ou non), puis de collecter les données et les analyser ; ensuite de présenter ces résultats au débat entre parties prenantes, et une fois ces constats établis et partagés de les transformer en recommandations. Un même constat, le coût du retour à l’emploi par exemple, peut être apprécié différemment selon le point de vue où l’on se place.

39Cette étape caractérise l’évaluation et la différencie de l’étude ou de la recherche en sciences sociales, dont elle emprunte les méthodes dans la phase d’investigation. La démarche d’évaluation sert à produire de la connaissance qui est analysée et débattue entre divers points de vue : les recommandations qui serviront à éclairer la décision en découlent. La rigueur des investigations ne conduit pas nécessairement aux mêmes recommandations car ces dernières intègrent des jugements de valeurs divers.

40La décision, qui reste l’apanage du politique, sera d’autant mieux « éclairée » que les divers points de vue se seront exprimés et auront été confrontés aux constats devenus partagés ou en désaccord, mais un désaccord fructueux car construit sur des bases objectives (« sortir le désaccord de la gangue du malentendu »). La politique ensuite est l’art du compromis.

41Cette posture d’écoute des divers points de vue est peu naturelle dans la haute administration publique française, pour des raisons historiques et culturelles. Mais les temps changent vite…

LES ENJEUX DE L’ÉVALUATION EN FRANCE

42La France, qui avait pris du retard sur ses homologues européens, met les bouchées doubles pour le rattraper à travers des lois successives récentes.

Le retard français.

  • 2 Rosanvallon P., Le modèle politique français : La société civile contre le jacobinisme de 1789 à n (...)
  • 3 L’usage extensif et non contrôlé du mot évaluation contribue à cette mauvaise image. L’évaluation (...)

43La France a mis du temps à accepter l’idée positive de l’évaluation de l’action publique. Évaluer c’est laisser la place à du débat et à du doute. Or plusieurs raisons convergent : les institutions républicaines ont pris la suite de la monarchie par-delà la Révolution ;la souveraineté nationale, exprimée par les représentants du peuple, est le décalque de la souveraineté monarchique ;la volonté du peuple a remplacé la volonté du roi2. Dans cette culture, l’intérêt général se décrète ; ce n’est pas une construction collective comme dans la notion anglo-saxonne de bien commun. Les grands commis de l’État incarnent l’intérêt général et ne sauraient faillir : leur action n’a pas à être évaluée. Si on y ajoute une culture papiste du péché où échec et erreur sont synonymes, la peur d’être jugé individuellement l’emporte sur la construction collective d’un jugement avec les parties prenantes3. Les élus de leur côté craignent un usage politicien de l’évaluation, où les éléments mis au jour pourraient être utilisés contre eux dans une campagne électorale : l’élection est leur évaluation une fois pour toutes.

  • 4 MEANS, Méthodologie d’Évaluation de l’Aide Extérieure de la Commission Européenne, Bruxelles. Nouv (...)

44La première expérience d’évaluation en vraie grandeur qu’a été le comité interministériel de l’évaluation, assortie d’un conseil scientifique, a pu contribuer à cette image négative de l’évaluation, considérée comme une démarche complexe, « usine à gaz », trop lente par rapport à la prise de décision. La critique faite à ces premières instances est autant à mettre sur le compte de l’interministérialité qui dysfonctionne en France, que sur le manque de culture élémentaire d’évaluation des cercles du pouvoir de l’époque. Inversement, ces expériences ont contribué à distiller les concepts de base de l’évaluation (qu’entend-on par efficacité, efficience, pertinence ?) et lancé les germes d’une culture de l’évaluation, que la Commission européenne et autres bailleurs de fonds internationaux imposaient de leur côté pour valider l’usage de leurs fonds4.

45En l’absence d’une évaluation intégrée de façon normale aux pratiques administratives, ces craintes persistantes empêchent un apprentissage collectif permettant une adaptation progressive et un meilleur usage des fonds publics.

Les initiatives récentes.

46En France, la culture de l’évaluation est peu développée. Des initiatives législatives récentes devraient lui redonner de l’ampleur, dans un contexte de relative incertitude quant à son positionnement institutionnel et ses méthodes.

47Après la mise en sommeil du Comité national de l’évaluation en 2002 et l’abandon de l’évaluation interministérielle, cette préoccupation est revenue par le législatif : la loi organique de 2001 sur la présentation des lois de finances a pour objectif de rendre l’action publique évaluable par le Parlement en inscrivant les dépenses publiques dans des missions, programmes et actions assorties d’objectifs et d’indicateurs de moyens, de résultats et de qualité de service.

48Cette obligation légale a introduit une nouvelle culture dans l’administration française, celle du contrôle de gestion et du pilotage, premiers pas vers une culture de l’évaluation. Ces premiers pas sont nécessaires et les ministères commencent à se mettre en ordre de marche, mais ils ne sont pas suffisants pour mener des évaluations : l’annualité budgétaire est trop courte pour observer des impacts ; toutes les actions n’ont pas à faire l’objet d’évaluations systématiques ; il manque un programme pluriannuel d’évaluations périodiques ; par ailleurs par construction, les programmes de la LOLF sont ministériels et certaines interactions invisibles.

49Jusqu’à présent, le Parlement s’est peu saisi de l’opportunité qui lui est offerte d’évaluer l’action publique à partir des rapports annuels de performance fournis à l’appui de la certification des comptes de l’État. Pour obliger les parlementaires à s’en saisir, plusieurs textes de lois inscrivent l’évaluation dans les attributions et le travail concret du Parlement.

  • 5 La « petite loi » organique n° 230 adoptée par l’Assemblée nationale le 27 janvier 2009 relative à (...)

50Après la loi constitutionnelle de 2006 qui a inscrit l’évaluation à son article 47 dans les attributions du Parlement (« Il en contrôle l’application et en évalue les résultats dans les conditions prévues par les règlements des deux assemblées »), la loi votée en janvier 20095 généralise l’étude d’impact préalable et prévoit que le calendrier parlementaire consacre une semaine par mois à l’initiative parlementaire (qui pourrait l’employer à de nouveaux projets de loi, mais aussi au contrôle et à l’évaluation). Désormais également tous les projets de lois devront être assortis d’analyse préalable des impacts par catégories de population et dans diverses dimensions (développement durable, emploi public, etc.).

51Cette législation renforce le rôle du Parlement en matière d’évaluation, après la LOLF. Elle n’attribue pas de moyens spécifiques excepté le recours aux travaux de la Cour des comptes qui voit son périmètre d’action s’élargir, du contrôle à la certification avec la LOLF, puis à l’évaluation. Ce qui suppose d’autres métiers et d’autres compétences que celui de magistrat. À l’image du NAO britannique où les deux fonctions, celle de contrôle et celle d’évaluation, sont nettement séparées.

52La Cour, le Parlement, les ministères, tous ces organes nationaux se mettent en ordre de marche pour remplir cette ardente obligation que devient l’évaluation. Cette révolution copernicienne pourrait utilement s’appuyer sur l’expérience des collectivités locales qui n’ont pas attendu ces lois nationales pour évaluer leurs actions. Elles y étaient certes poussées par la Commission européenne qui assortit l’usage de ses fonds structurels (FEDER, FSE, FEOGA…) d’une obligation d’évaluation ; elles en ont fait leur miel. Les collectivités locales, ainsi acculturées, se sont approprié la démarche d’évaluation pour leur compte propre et leurs actions. La France, qui est désormais une république décentralisée, a encore du mal à savoir tirer parti de la richesse de ses innovations locales.

Notes

1 IGAS, Les politiques sociales décentralisées. Rapport annuel 2007-2008, La Documentation française, Paris, 2008.

2 Rosanvallon P., Le modèle politique français : La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, (Points Poche), 2006.

3 L’usage extensif et non contrôlé du mot évaluation contribue à cette mauvaise image. L’évaluation individuelle vécue comme une notation/sanction, issue du monde scolaire, persiste.

4 MEANS, Méthodologie d’Évaluation de l’Aide Extérieure de la Commission Européenne, Bruxelles. Nouvelle édition 2006.

5 La « petite loi » organique n° 230 adoptée par l’Assemblée nationale le 27 janvier 2009 relative à l’application des articles 34-1, 39 et 44 de la Constitution, suite à la réforme constitutionnelle de 2008.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Comparer contrôle, contrôle de gestion, audit, et évaluation
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Annie Fouquet est présidente de la Société française de l’évaluation. Inspectrice générale des affaires sociales, administrateure de l’Insee et administratrice du Cercle de la réforme de l’État. Elle a dirigé la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques) au ministère du Travail de 2000 à 2005, le Centre d’Études de l’Emploi (CEE) de 1993 à 2000, la division Études sociales à l’INSEE de 1987 à 1990. Elle a commencé sa carrière par des travaux de prospective pour le Commissariat général au Plan et réalisé un travail pionnier sur la quantification du travail domestique (1981). Elle a participé à de très nombreuses évaluations des politiques publiques. Elle préside en 2009 le Conseil scientifique de l’évaluation des Programmes opérationnels du Fonds Social Européen (FSE) pour la France. Elle a récemment publié : « L’évaluation des politiques publiques, indispensable outil de gouvernance dans une société complexe », in Yves Cannac et Sylvie Trosa, La réforme dont l’État a besoin, Dunod (Mangement public) ; « L’usage des statistiques : de l’aide à la décision à l’évaluation des politiques publiques », Revue française des affaires sociales ; Le citoyen, l’élu, l’expert (2007) ; L’évaluation des politiques publiques en Europe (2009).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540