Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995). Volume II

 | 
Bernard Cassagnou

Chronologie sommaire des événements

Texte intégral

11944 (21 septembre) Premier Conseil des ministres du Gouvernement provisoire de la République française à Paris.
(11 décembre) Conférence interministérielle lançant la reconstitution de la flotte de commerce et de pêche.

21945 (Janvier) Nationalisation des usines Renault.
(Avril) Nationalisation de Gnome et Rhône et d’Air France.
(Décembre) Nationalisation de la Banque de France et des grandes banques de dépôt, création du Commissariat au Plan, dévaluation du franc (26 décembre).

31946 (Janvier) Démission du général de Gaulle, formation du gouvernement Félix Gouin ; André Philip, ministre de l’Économie nationale et des Finances.
(2 mars) Les Alliés mettent fin au régime de la réquisition des navires marchands et de leur personnel.
(Avril) Nationalisation du Gaz et de l’Électricité, et des grandes compagnies d’assurances.
(10 mai) Promulgation de la loi prévoyant la fin de la réquisition de la flotte de commerce française au 1er mars 1947. Cette date ne sera pas respectée pour des raisons politiques.
(Juin) Gouvernement Georges Bidault ; Robert Schumann, ministre des Finances.
(13 octobre) Vote de la Constitution de la IVe République.
(Novembre) Bombardement de Haiphong par les Français ; déclenchement de la guerre d’Indochine.
(Décembre) Gouvernement Léon Blum ; André Philip, ministre des Finances et de l’Économie nationale.

41947 (Janvier) Approbation par le gouvernement du Plan de modernisation et d’équipement (Plan Monnet) ; (28 janvier) gouvernement Paul Ramadier ; Robert Schumann, ministre des Finances.
(Mars à octobre) Vagues de grèves dans le pays, s’amplifiant en novembre.
(6 juillet) George Marshall, secrétaire d’État des États-Unis, propose le programme de reconstruction européenne (European Recovery Program).
(Novembre) Gouvernement Schumann ; René Mayer, ministre des Finances et de l’Économie nationale ; Maurice Bourguès Maunoury, secrétaire d’État au Budget.

51948 (Janvier) Dévaluation du franc.
(28 février) Promulgation de la loi portant organisation de la Marine marchande, créant le Conseil supérieur de la Marine marchande et mettant fin au régime de réquisition pour les navires marchands français.
(Avril) Mise en route du Plan Marshall ; nouvelle vague de grèves : elle s’amplifieront en novembre.
(26 juillet) Gouvernement Marie, (5 septembre) gouvernement Schumann ;
(11 septembre) gouvernement Queuille.

61949 (Janvier) Fin du rationnement en France ; deuxième gouvernement Queuille ; Maurice Petsche, ministre des Finances.
(Avril) Signature du Pacte atlantique. Dévaluation du franc.
(Septembre) Nouvelle dévaluation.
(Octobre) Gouvernement Bidault ; Maurice Petsche, ministre des Finances et des Affaires économiques.

71950 à 1953 Guerre de Corée.

81950 Plan Schumann.
(3 avril) Promulgation de la loi sur les transports maritimes d’intérêt national et sur les affrètements des navires : cette loi maintient au gouvernement la possibilité de contrôler l’activité de la flotte de commerce.
(Juillet) Gouvernement Queuille ; Maurice Petsche, ministre des Finances ; Edgar Faure, ministre du Budget.
(Juillet) Gouvernement Pleven, les ministres précédents sont reconduits.

91951 (Mars) Gouvernement Queuille, les ministres des Finances et du Budget sont reconduits.
(Avril) Traité de Paris, créant la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier. Lancement du pétrolier français Bérénice de 31 600 tpl, le plus grand du monde (il sera mis en service en 1952).
(Août) Gouvernement Pleven, René Mayer, ministre des Finances et des Affaires économiques ; Pierre Courant, ministre du Budget.
(24 mai) Loi d’aide à la construction navale visant à rendre les prix des chantiers français compétitifs par rapport à ceux du marché international.
(14 décembre) Institution du Crédit naval, né d’une initiative privée pour le financement de la modernisation de la flotte.

101952 (Janvier) Gouvernement Faure (dit des 40 ministres et des 40 jours).
(Mars) Gouvernement d’Antoine Pinay, président du Conseil et ministre des Finances et des Affaires économiques.
(Juin) Fin du plan Marshall.

111953 (Janvier) Gouvernement Mayer ; Maurice Bourguès-Maunoury, ministre des Finances ; Jean Moreau, ministre du Budget.
(Avril) Grèves dans les transports, chez Renault et à la Poste.
(Juin) Gouvernement Laniel ; Edgar Faure, ministre des Finances et des Affaires économiques.
(Août) Grève générale des services publics. Adoption par la commission des Transports et communications (section des transports maritimes) du rapport en vue de l’établissement du IIe Plan de modernisation et d’équipement de la Marine marchande. Rapporteur : IGGM Théry.

121954 (6 janvier) Promulgation de la loi sur la Sécurité de la navigation.
(18 mars) Décret instituant des dispositions légales permettant de réduire – comme pour la métallurgie et les charbonnages – l’intérêt des emprunts contractés par les armateurs pour le renouvellement et la modernisation de l’outillage de l’industrie des Transports maritimes.
(7 mai) Chute de Dien Bien Phu.
(Juin) Gouvernement Mendès France, Edgar Faure, ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan.
(Juillet) Accords de Genève mettant fin à la guerre d’Indochine.
(22 octobre) Décret-loi confirmant le régime de la semaine des 48 heures et celui des congés.

131955 (Janvier) Décret-loi instituant une aide au petit cabotage.
(20 janvier) Deuxième gouvernement Mendès France (jusqu’au 6 février) ; Robert Buron, ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan.
(Février) Gouvernement Edgar Faure ; Pierre Pfimlin, ministre des Finances et des Affaires économiques.
(Juin à août) Grèves à Nantes et à Saint-Nazaire.
(29 novembre) Chute du gouvernement Faure, (2 décembre). Dissolution de l’Assemblée nationale.

141956 (Février) Gouvernement Guy Mollet ; Robert Lacoste puis Paul Ramadier, ministre des Affaires économiques et financières.
(7 mars) Indépendance du Maroc.
(12 mars) Vote de l’Assemblée accordant au gouvernement les pouvoirs spéciaux en Algérie.
(20 mars) Indépendance de la Tunisie.
(23 mars) Promulgation de la loi-cadre (dite loi Deferre) sur les Territoires d’outre-mer.
(Juillet) 1re fermeture du Canal de Suez. La reprise du trafic aura lieu en 1958.
Le « pétrolier géant » de plus de 80 000 tpl, Universe Leader, est construit avec la contrainte d’effectuer les voyages en charge par la route du Cap.
(5 au 7 novembre) Expédition de Suez.

151957 (25 mars) Signature du traité de Rome créant la Communauté économique européenne. La définition d’une politique maritime commune reste réservée en vertu d’une clause spéciale.
(Juin) Gouvernement Bourguès-Maunoury ; Félix Gaillard, ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan.
(11 juillet) Adoption par la Commission des transports et communications (section des transports maritimes) du rapport en vue de l’établissement du IIIe Plan de modernisation et d’équipement de la Marine marchande. Rapporteur : l’administrateur civil Pierre Léonard.
(Août) Dévaluation déguisée du franc (20 %).
(Novembre) Gouvernement Félix Gaillard ; Pierre Pfimlin, ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan.

16Fin 1957 à 1963 « Crise mondiale de l’indice des frets dû au développement excédentaire du tonnage et à sa conséquence : excès de l’offre par rapport à la demande. Les pavillons de complaisance représentent déjà 13 % de la flotte mondiale. Menace d’asphyxie progressive de l’armement français entre les frets internationaux déprimés et un coût d’exploitation supérieur à celui de ses concurrents » (CCAF).

171958 (1er janvier) Entrée en vigueur du Marché commun.
(Janvier) Vote de la loi-cadre sur l’Algérie.
(Avril) Réouverture du canal de Suez.
(13 mai) Investiture du gouvernement Pfimlin ; investissement du palais du gouverneur général d’Algérie ; formation d’un comité de Salut public à Alger.
(1er juin) Gouvernement Charles de Gaulle ; Antoine Pinay, ministre des Finances et des Affaires économiques.
(28 septembre) Adoption par référendum de la Constitution de la Ve République.
(21 décembre) Charles de Gaulle élu président de la République et de la Communauté.
(28 décembre) Nouvelle dévaluation du franc (17,5 %). « Conséquences désastreuses car il faut du temps pour que les frets s’alignent sur les nouvelles parités monétaires alors que les dépenses d’exploitation s’ajustent rapidement. En particulier le coût des navires augmente de 20 %. L’armement ne dispose pas de moyens de financement comparables à ceux dont bénéficient ses concurrents étrangers, en particulier l’accès aux crédits à long terme. » (CCAF).

181959 « La part que prend le pavillon français au trafic national se compare avantageusement à celle que prennent les principaux pavillons au trafic de leur pays : 63 % dans les importations, 58 % dans les exportations (GB : 63-52 ; All. : 38-34 ; Italie : 30-49). » (CCAF).
(Janvier) Gouvernement Michel Debré ; Antoine Pinay, ministre des Finances ; Valéry Giscard d’Estaing, secrétaire d’État aux Finances.
(30 avril) La CEE décide que les dispositions de la Communauté européenne relatives à l’organisation des transports ne sont pas applicables aux Transports maritimes.
(Décembre) Grève des fonctionnaires.

191960 (Mai) Grève des cheminots.
(Juillet à décembre) Indépendance de l’Afrique francophone et de Madagascar.

201961 Tandis que le tonnage mondial progresse entre 1939 et 1961 de 70 millions de tx de jb à 136 millions, la France garde le même rang mondial : 8e (avec4,5 millions de tx), derrière les É.-U., la G.-B., le Liberia, la Grèce, la Norvège, le Japon et l’URSS. Premières mesures de discrimination du pavillon prises par des PVD, suivant en cela l’exemple des États-Unis (Bonner Act) (CCAF).
(22 au 25 avril) Putsch des généraux à Alger.
(13 novembre) Adoption par la commission des Transports du IVe Plan (section des transports maritimes) du rapport particulier sur la Marine marchande ; rapporteur : Pierre Léonard.
(21 décembre) Vote de l’article 73 de la loi de Finances qui fixe dans ses grandes lignes l’aide à l’armement, première aide directe générale (= aide à l’exploitation) de l’après-guerre.

211962 (Janvier) Entrée en vigueur de la politique agricole commune.
(Mars) Cessez-le-feu en Algérie après les accords d’Évian.
(Avril) Gouvernement Georges Pompidou.

221963 (Mars-avril) Grève des mineurs.
(Juillet) Loi réglementant le droit de grève dans la fonction publique.

231964 Transporteurs de vrac : 21 unités en service et 24 navires en commande dépassent 50 000 t de port en lourd. Apparition du premier OBO (Ore, bulk, oil) d’où accroissement des tonnages unitaires à 150 000 t de port en lourd (réf. : Transports maritimes, Albert Boyer).

241965 Le Tokyo Maru, pétrolier de 132 000 tonnes de port en lourd, est mis en service. Élaboration en France du plan « Morin » visant à améliorer le taux de couverture par le pavillon national du transport des marchandises diverses (prime à l’investissement) (CCAF).
(Décembre) Réélection de Charles de Gaulle à la présidence de la République.

251966 Guerre du Vietnam. Famine en Inde. Grève des marins anglais. Fermeture des pipe-lines de Banias et de Tripoli. Et malgré cela, effritement des frets maritimes (CCAF).
Adhésion de la Cie générale transatlantique à l’Atlantic Container Line.

261967 (1er janvier) 60 navires de plus de 150 000 tpl figurent dans le carnet de commandes mondial, tandis que les premiers bâtiments sont mis en service (Albert Boyer p. 25).
(Juin) Seconde fermeture du canal de Suez. Dévaluation de la livre sterling. Accident du pétrolier Torrey Canyon. Adoption par la commission des Transports du Ve Plan (section des transports maritimes) du rapport particulier sur la Marine marchande. Rapporteur : le sous-directeur de la Flotte et de l’Équipement naval, Pierre Léonard.

271968 (Mai) Négociations et accords de Grenelle.
(Mai) La Commission maritime brésilienne réclame le droit d’assurer sous pavillon national 50 % du trafic brésilien. En octobre, la même commission cesse de reconnaître la Continental Brazil Outward Conference et la Brazil Europe freight Conference, et retire les navires brésiliens de ces conférences (réf. : CCAF).
(Juillet) Nouvelle expérience suédoise d’automatisation avec un pétrolier de 215 000 tpl dont l’équipage sera réduit à une quinzaine d’hommes (réf. : CCAF).
(9 août) Mise en service du pétrolier de 215 780 tpl Magdala de la Société maritime Shell en France. Chez Esso France, mise en service du Blois (240 000 tpl) et du Jade (260 000 tpl). On les appelle VLCC (very large carrier) [réf. Albert Boyer p. 26]. Record détenu par le libérien Universe Ireland, premier d’une série de 6 navires identiques de 326 000 tpl. Il appartient à la Bantry Transportation Co des Bermudes, filiale de la National Bulk Carriers.
(17 septembre) Premier chargement sur un navire soviétique de laine d’Australie destinée à l’Europe occidentale à un taux de fret inférieur de 15 % à celui de la Conférence (réf. : CCAF).
(Octobre)Voyage inaugural du premier cargo atomique allemand Otto Hahn (réf. : CCAF).

281969 Commande pour un armateur suédois d’un pétrolier/minéralier de 210 000 t de port en lourd au chantier japonais NKK (Albert Boyer). Le consortium anglais « Associated Container Transportation Ltd » met en service des porte-conteneurs ayant une vitesse de 23 nds : chaque navire assure cinq rotations par an sur la liaison Royaume-Uni/Australie au lieu de 2 à 2 1/2 avec des navires classiques (Albert Boyer p. 32).

291970 Mise en service du premier minéralier OSO (Ore, slury, oil) : minerai boue pétrole (Albert Boyer p. 29).
Mise en place du plan de relance français des investissements maritimes visant à rattraper le retard de la Marine marchande de notre pays en particulier dans le domaine des porte-conteneurs. Celle-ci se situe au 10e rang mondial. Le rapport du tonnage du carnet de commandes au tonnage de la flotte en service au 1.01.71 est de 74 % (1er rang mondial) (réf. : CCAF).
Grèves perlées des dockers paralysant l’activité des ports français. Elles durent de septembre 70 à mai 71.

301971 (Février) Signature du contrat Somalgaz- Gaz de France pour l’approvisionnement de la France en gaz portant sur 35 milliards de thermies/an pendant 15 ans (CCAF).
(Mars) Les armateurs nippons sont autorisés par leur gouvernement à opérer sous pavillon de complaisance (CCAF).
(Mai) Le port de Fos reçoit le pétrolier Paul L. Fahrney de 268 000 tpl, premier navire de cette taille accueilli à pleine charge dans un port d’Europe continentale.
(Mai à novembre) Grève du personnel navigant.
(Août) suspension de la convertibilité du dollar. Blocage pendant 90 jours des salaires, des prix et, donc, des frets maritimes).
(Septembre) Voyage inaugural du Niseki-Maru, le plus grand pétrolier du monde (372 400 tpl). (Décembre) Mise en service de la plus grande écluse maritime du monde au Havre permettant le passage des navires de la classe des 250 000 tonnes pleine charge.

311972 (Janvier) Mise en service du pétrolier-minéralier « Cetra-Centaurus » (Cetramar).
(Mai) Les pays membres de l’organisation des Pays Arabes Exportateurs de Pétrole (OPAEP) signent l’accord portant création d’une flotte pétrolière arabe.
(Juillet) Le Conseil des ministres des Communautés européennes adopte une nouvelle directive concernant les aides à la construction navale.
(Août) La Shell française annonce la commande de deux pétroliers de 540 000 tpl aux chantiers de l’Atlantique.
(Décembre) Le méthanier Hassi-R’Mel enlève à Skikda son premier chargement de GNL destiné au terminal de Fos-sur-Mer pour Gaz de France.

321973 (1er janvier) Entrée en vigueur du traité d’élargissement de la Communauté européenne à la Grande-Bretagne, le Danemark et l’Irlande.
(Janvier) Signature de l’accord de Paris pour la cessation de la guerre au Vietnam.
(Février) Dévaluation du dollar entraînant la flottaison du yen et de la lire.
(Mars) Les mesures discriminatoires de pavillon annoncées par le nouveau gouvernement australien provoquent de vives réactions à l’étranger.
(6 octobre) Déclenchement des hostilités entre Israël, l’Égypte et la Syrie.
(16 octobre) Les pays du golfe Persique majorent unilatéralement le prix du pétrole brut. Le 4 novembre, les pays de l’OPAEP décident de réduire de 25 % leur production par rapport au niveau du mois de septembre. Ils dressent la liste des pays amis, neutres et ennemis.
(5 novembre) Prise en charge par Buries Markes Ltd, filiale du groupe Louis Dreyfus, du Norman-Lady, premier méthanier de la technique Moss et, à l’époque, le plus grand méthanier du monde (87 600 m3).
(Octobre/novembre) 4 grèves générales des dockers sur le plan national.
(29 décembre) Constitution de la Compagnie générale maritime par rapprochement de la GGT et des Messageries maritimes.

331974 La Flotte de commerce française reste la 10e du monde. Moyenne d’âge 6 ans. Première année charnière pour la Marine marchande française : pari de supporter, dans une conjoncture de crise internationale aiguë, les conséquences de la croissance. Début de la stagflation. Juin 74 : plan de refroidissement. Majoration de 18 % de l’impôt sur les sociétés.
(Janvier) Décision de laisser flotter le franc français ; renforcement du contrôle des changes ; les possibilités de couverture à terme sont supprimées pour les affrètements et restreintes pour les achats de navires. Mise en service successive des vraquiers autochargeants Louis, Jean, Alain, Gérard LD. Les syndicats maritimes australiens bloquent l’Alain LD à la suite de la reprise par la France des essais nucléaires.
(Mai) « Pour la première fois peut-être dans son histoire économique, notre pays se trouve dans une situation exceptionnellement favorable au développement de sa flotte de commerce » écrit Valéry Giscard d’Estaing au Journal de la Marine marchande dans le cadre de la campagne présidentielle.
(Octobre) Le conseil des ministres approuve le plan de développement de la Marine marchande, dit « plan de croissance ».

341975 Début de la récession. Crainte d’une nouvelle crise de 1929.
(Mars) Le groupe Louis Dreyfus et le groupe Vlasov/Dene créent une Cie commune de transporteurs de produits chimiques : Interchem shipping Ltd.
(Juin) Réouverture du canal de Suez, après huit ans d’interruption du trafic.
Entrée en service de porte-conteneurs japonais de 60 000 t de port en lourd, 35 nœuds, puissance motrice 200 000 cv. Étude commune Japon/Allemagne pour porte-containers de 20 000 t de port en lourd, puissance 80 000 cv, vitesse 23 nœuds.
(Juillet) Rentrée du franc dans le serpent monétaire européen.
(Septembre) La Côte-d’Ivoire prend des décisions unilatérales réservant prioritairement à son pavillon 40 % de son commerce extérieur. Le Cameroun prend une décision analogue en novembre.
(Septembre) Publication des textes d’application des mesures gouvernementales relatives au plan de croissance de la flotte de commerce.

351976 (Janvier) Le pétrolier Olympic Bravery s’échoue sur des rochers devant Ouesant.
(Mars) Le port d’Antifer reçoit son premier navire. L’inauguration officielle et le baptême du pétrolier Batillus (554 000 tpl) de la Sté Shell ont lieu le 25 juin.
(Juin) La Commission de la CEE propose au Conseil d’approuver les lignes directrices d’une action communautaire face aux difficultés d’ordre politique rencontrées dans les relations maritimes extérieures – qu’il s’agisse de la règle des 40-40-20 du Code de conduite ou du dumping des flottes de l’Est. Le Conseil n’a pas suivi (novembre).
(Juillet) La Chambre des communes adopte le projet de loi sur la nationalisation des chantiers navals britanniques.
(Octobre) Mise en service du transport de vrac Cetra-Norma (Cetramar).
(Novembre) Pierre Fourcade, ministre de l’Environnement, déclare attendre de l’armement « qu’il fasse dans les mois à venir la démonstration pratique de sa solidarité avec la construction navale française ».

361977 (Mars) Grève des dockers à Dunkerque, au sujet de la clause de l’accord de 1975 relative à la manutention à bord des minéraliers ; reconduit de 24 h en 24 h, le mouvement devient illimité le 21 mars et durera 52 jours.
(Avril) L’aide à l’armement allemand passe de 12,5 % à 17,5 % du coût contractuel du navire.
(Juin) Promulgation par le gouvernement japonais d’une loi contre les navires portant le pavillon des nations qui contreviennent aux intérêts maritimes du Japon. Le président Carter, de son coté, propose de réserver au pavillon américain 9,5 % des importations américaines de pétrole. Il ne sera pas suivi par la Chambre des représentants.
(Août) Le Consortium suédois Brostrôm vend 28 navires, licencie 600 personnes et annonce son retrait du transport pétrolier. En octobre, une des plus importantes Cies de navigation de la RFA, Schulte & Bruns, demande sa mise en faillite. En janvier, février et mars 78, ce sera le tour de Perl Shipping (suédois), Daiwa Navigation Co (japonais), Meredith and Boreham (britannique).
(Novembre) Le ministre suédois des Communications se déclare favorable aux transferts de pavillons.
(31 décembre) Entrée en flotte du méthanier Édouard LD de 129 000 m3.

371978 (17 mars) Le pétrolier libérien Amoco-Cadiz s’échoue sur les rochers de Portsall, déversant sa cargaison sur 350 km de côtes bretonnes.
(Mai) Au Conseil de l’OMCI, le gouvernement français met en accusation, au regard de la sécurité maritime, les pavillons de complaisance.
(Août) Le gouvernement suédois accorde une aide 300 millions de couronnes sous forme de garantie de crédit et de prêts à 5 armements en vue de faciliter des commandes dans les chantiers suédois.
(Octobre) La Fédération nationale des syndicats maritimes CGT appelle tous les marins de tous les genres de navigation à la grève générale et illimitée pour protester contre l’embarquement sur les navires de croisière de la Nouvelle Compagnie de Paquebots de personnel hôtelier indonésien.
(Décembre) M. Joël Le Theule, ministre des Transports, annonce un programme complémentaire d’aide pour les années 1979 et 1980.

381979 Les vitesses et les tonnages des navires, au plan mondial, passent par leur apogée. Deuxième année charnière pour la Marine marchande française : relever le défi de réaliser, dans une conjoncture instable, les mutations indispensables pour maintenir l’influence française en matière de transport maritime. L’année 1979 voit, pour la première fois depuis la guerre, une diminution du tonnage de la flotte et la suppression de 5 000 à 6 000 emplois dans la marine marchande.
M. Joël Le Theule affirme, en mars, que la politique menée a pour objectif de sauvegarder l’essentiel des instruments modernes de transport et de production dont le pays s’est doté en matière maritime.
(Mai) « La situation portuaire relève du scandale, du sabotage, de l’inconscience et du suicide » déclare un communiqué du CCAF à la suite des arrêts répétés et systématiques du travail portuaire, consécutif aux mots d’ordre de la Fédération CGT des ports et docks.
(Juin) Le paquebot France prend le nom de Norway après son rachat par l’armateur norvégien M. Klosters.
(Octobre) Conseil des ministres au cours duquel sont définies les nouvelles orientations de la politique maritime française : plus grande liberté de l’armement et réduction de sa dépendance à l’égard de l’État. Le secrétaire général de l’Association des armateurs libériens déclare : Nous voulons supprimer les navires inférieurs aux normes et nous ferons pour cela tout ce qui est en notre pouvoir.

391980 Signature d’un protocole d’accord relatif à la mise en place d’un système de revenu de remplacement au bénéfice des officiers et marins privés d’emploi entre 52 ans et demi et 55 ans. Signature d’un protocole d’accord entre le CCAF et les syndicats d’officiers relatif aux conditions d’embarquement des élèves de l’enseignement maritime en cours de formation.
(Avril) reprise des travaux du groupe de contact et de confrontation « Commerce extérieur/Marine marchande ».
(Juillet) Création d’un registre maritime dans l’île de Man.
(Juillet) Les Compagnies Sea-Land et Seatrain font opposition à un projet de transport combiné de la Cie Incotrans et de la CGM entre l’Europe et les portsde la côte Est et du Golfe des États-Unis.
(Août) Les chalutiers de la pêche industrielle bloquent progressivement tous les ports français, à partir du 4 août. Le trafic sera rétabli le 30 août après intervention de la Marine nationale.
(17 septembre) Le président irakien dénonce l’accord irako-iranien de 1975 sur le Chott-el-Arab. Le 23, il donne l’ordre aux forces irakiennes d’envahir le territoire iranien.
(Octobre) Le président de la République assigne au port de Dunkerque l’ambition de « rattraper en dix ans le niveau de trafic et de services d’un de ses concurrents du nord-ouest de l’Europe ». La Compagnie maritime des Chargeurs réunis propose à son personnel navigant et aux organisations syndicales une expérience de réduction d’effectifs à 18 hommes sur deux navires.

401981 (1er janvier) La Grèce devient le dixième pays membre de la CEE.
(Janvier) 340 navires allemands pour 3 900 000 tjb sont exploités sous pavillon étranger, au lieu de 60 navires pour 400 000 tjb il y a 10 ans. Le programme d’aide à la Marine marchande allemande prévoit 170 millions de marks de crédit pour 1981. En octobre, le ministre fédéral des Transports propose de nouvelles mesures pour aider l’armement et notamment une diminution des effectifs des équipages, la prolongation de l’aide financière, des dégrèvements fiscaux.
(30 avril) La flotte sous pavillon grec a augmenté de 2 513 890 tjb depuis le 30 avril 1980.
(Mai) Élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Démission de Raymond Barre et présentation du gouvernement de Pierre Mauroy. Assemblée générale de l’Union des armateurs belges. Pour l’armement belge, » il est du ressort des États de préciser la notion et l’application du concept de ligne nationale et de décider s’ils désirent ou non maintenir leur indépendance en matière maritime ».
(20 mai) Nouvelle augmentation du tirant d’eau autorisé pour les navires transitant par le canal de Suez, permettant le passage de navires de 150 000 tpl à pleine charge et de 370 000 tpl sur lest.
(Juin) Réunion à Hambourg regroupant des armements français, britannique, belge, allemand et hollandais et des représentants de l’Administration maritime de ces pays. But : échanges de vues sur la concurrence exercée sur certains trafics par les Soviétiques opérant en trafic tiers.
Proposition de la Commission de la CEE en vue de l’institution d’un nouveau système d’aide à la construction navale européenne.
Le président du Conseil des Associations nationales d’armateurs d’Europe et du Japon (CENSA) estime que « l’unité maritime occidentale » serait menacée si les États-Unis adoptaient une politique d’accords bilatéraux de partage de trafic.
Le plus grand charbonnier du monde, le Shin-Ogishima-Maru, décharge à Fos la plus importante cargaison de charbon chargée jusqu’ici sur un cargo : 165 000 t en une seule fois.
(Août) Selon la statistique du Conseil général de l’armement britannique, la flotte britannique a diminué de 90 navires pour plus de 3 millions de tpl par rapport au 1er janvier 1981 et de plus d’un tiers en cinq ans et demi.
(Décembre) Le ministre de la Mer, Louis Le Pensec, fait approuver par le Conseil des ministres un ensemble de mesures tendant au renforcement des positions maritimes de la France dans trois de ses composantes qui sont, la flotte de commerce, les ports et les chantiers. Louis Le Pensec définira, par ailleurs, le plan de consolidation de la flotte de commerce comme « contractuel dans son principe, pragmatique dans son élaboration, et réellement incitatif dans ses mécanismes ». L’année 1981 verra 6 réunions syndicats-armateurs sur les pensions et trois mouvements de grève, sans aboutir. En outre, les ports enregistrent 6 arrêts de travail de 24 heures des dockers.

411982 (Février) La Fédération des syndicats maritimes CGT annonce son intention « d’appeler tous les marins à des grèves à l’appareillage pour porter la durée des congés à vingt jours par mois d’embarquement ». « Les retards à l’appareillage ne fourniront pas à l’armement français les moyens d’affronter la concurrence internationale ni de défendre l’emploi dans la marine marchande » répond le CCAF.
Un chantier japonais livre à l’armement Chilvary Carriers le minéralier Hitachi-Venture (267 889 tpl) qui est le plus grand du monde dans la catégorie des minéraliers purs.
(Mars) L’Union soviétique annonce le développement de sa flotte marchande par la mise en service de 250 navires pour 3 200 000 tjb d’ici à 1985. La flotte pourrait atteindre 19,2 millions de tjb à cette échéance. Le terminal méthanier du port autonome de Nantes-Saint-Nazaire reçoit, par un navire algérien de 125 000 m3, sa première cargaison de caractère commercial.
(Avril) Les troupes argentines débarquent sur l’archipel des Malouines que la Grande-Bretagne considère comme le sien sous le nom de Falkland. Les forces britanniques débarquent le 21 mai. Les hostilités cesseront le 1er juin. Une soixantaine de navires de la flotte de commerce seront requis ou affrétés pour appuyer la mission de la Navy. Le rapport annuel du Conseil général de l’armement britannique relève que « la crise des Malouines a montré que la marine marchande était la quatrième arme de la défense nationale ».
(Juin) Dévaluation de 5,75 % du franc, accompagné d’un blocage des prix et des salaires.
Adoption, en Suède, du projet de loi sur la marine marchande comportant, notamment, une aide de 250 millions de couronnes en 1983 et des dégrèvements fiscaux pour les marins.
(Juillet) La Chine adopte une nouvelle politique de la construction navale dont un des objectifs serait de porter la flotte, en 1985, à un niveau en augmentation de 25 % par rapport à son tonnage actuel.
Le Département américain de la Défense accélère son projet de flotte de transport permanente.
(Août) L’Irak décrète le blocus du principal terminal pétrolier de l’Iran, dans l’île de Kharg. (Septembre) Début des négociations paritaires sectorielles sur la durée et l’organisation du travail du personnel navigant (pour le vrac sec au long cours, elles sont animées par Philippe Poirier d’Angé d’Orsay).
Près de 2 200 officiers de la Marine marchande britannique ont perdu leur emploi pendant les huit premiers mois de l’année.
(Octobre) Les quatre rouliers porte-conteneurs construits en France pour la Pologne assurent un service hebdomadaire entre Le Havre et New York.
(Octobre) Accord entre la CGM et le norvégien Jebsen pour la constitution d’une flotte de petits vraquiers sous pavillon français.
Les principales sociétés françaises de négoce ont obtenu des contrats pour l’exportation de céréales en URSS, annonce la presse spécialisée.
(Décembre) Les services Europe-Atlantique Sud (SEAS) rejoignent le service conteneurisé combiné CMB (Anvers)-HSBG (Hambourg), entre L’Europe, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay.
Septième arrêt de travail de 24 heures des dockers depuis le 26 octobre, à l’appel de la Fédération nationale de ports et docks CGT. Le 18 décembre nouvelle paralysie, pendant 3 jours, de tous les ports français.
Le groupe Hapag-Lloyd annonce l’arrêt de ses activités d’armement de pétroliers et de vraquiers.

421983 (Mars) Les États-Unis instituent une zone économique exclusive de 200 milles au large de leurs côtes.
(Avril) Communication du secrétaire d’État à la mer, Guy Lengagne au Conseil des ministres : le principe du maintien après le 31 décembre 1983 des systèmes d’aide à l’investissement en faveur de l’armement est entériné.
(Avril) Arrêt de travail dans l’ensemble des ports français à l’appel de la Fédération des ports et docks CGT.
(Mai) Début du mouvement des retards de 48 heures à l’appareillage des marins CGT et CFDT pour appuyer leurs revendications en matière de congés, de retraite et de salaires. Un nouveau mot d’ordre sera lancé à compter du 6 juin portant la durée des retards à 72 heures.
(Juin) Sous le titre « Inconscience ou préméditation », le CCAF diffuse un communiqué de presse à la suite de la prolongation des désordres portuaires et des retards à l’appareillage de 48 heures puis de 72 heures.
La Fédération des ports et docks CGT appelle à un arrêt de travail les 11, 12 et 13 juin, ce qui porte à douze le nombre de jours de grève observés par les dockers depuis le début du conflit, en avril. Un accord interviendra en matière de salaires entre la Fédération et l’UNIM le 17 juin, mais, à nouveau le 5 octobre, pour appuyer leurs revendications en matière de salaires, et à l’appel de la Fédération des ports et docks de la CGT, les dockers cessent d’effectuer les travaux du dimanche, heures supplémentaires, heures de nuit et travaux exceptionnels dans les ports français ; cette situation perdurera pendant trois mois et demi, indépendamment de mouvements déclenchés au plan national ou local.
Quant aux organisations syndicales des marins CGT et CFDT, « devant l’incapacité du CCAF à conclure un accord national », elles appellent à la poursuite des mouvements de retard à l’appareillage, au niveau des entreprises. C’est à ce niveau, que seront arrêtées dans un grand nombre d’entreprises, fin juin et début juillet, des décisions, en matière salariale et, assez souvent, de congés.
(Juin) Le Parlement grec approuve le projet de loi destiné à conforter la capacité de la concurrence de la flotte de commerce en autorisant l’armement à conclure des accords bilatéraux avec les syndicats maritimes des pays du tiers-monde pour l’embarquement de marins de ces pays. Pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, la flotte mondiale est entrée dans une phase de contraction.
(Juillet) La Sanko-steamship a arrêté son programme de commandes de navires neufs à cent onze navires.
(Août) L’accès du port de Rotterdam est rendu possible aux navires ayant 72 pieds de tirant d’eau (20 mètres).
Vente à la démolition du pétrolier français de la classe des 550 000 tonnes Pierre Guillaumat.
(Octobre) Evergreen redéfinit son service autour du monde dont l’ouverture est reportée à juillet 1984.
(Décembre) Les armateurs néerlandais demandent à être autorisés à recourir provisoirement aux pavillons étrangers.

431984 (Janvier) Publication au JO de la loi du 22 décembre 1983 permettant à la France, en accord avec le Conseil des Communautés européennes de prendre des contre-mesures en cas de pratiques commerciales déloyales allant contre ses intérêts. Ceci constitue, avec l’adoption du memorundum de Paris relatif au contrôle dans l’État du port des navires sous-normes, un ensemble de « règles minimales » de lutte contre les excès des pavillons de complaisance.
(Janvier) Le secrétaire d’État à la Mer refuse les licences d’importation demandées par la SNCDV pour construire quatre grumiers en Yougoslavie. La Compagnie optera pour une solution médiane : deux navires construits en France, deux en Yougoslavie.
(Février) Les US Lines retiennent Rotterdam et non Le Havre comme port de base en Europe du Nord pour leur service « Tour du Monde ». Ce choix est justifié par le caractère particulier de cette escale dont le trafic, essentiellement à l’importation, est concentré sur l’axe Rhénan, de la Ruhr à Francfort. Le service tour du monde, assuré par des porte-conteneurs de 2 000 EVP, se fait dans le sens Ouest-Est avec transit par Panama.
En juin de cette année, les US Lines prennent livraison d’un porte-conteneur, premier d’une série de douze : l’American New York : son port en lourd est de 57 800 tonnes, sa longueur de 289,5 mètres, sa capacité de 4 258 EVP. Il peut effectuer 30 000 milles sans escale à une vitesse de 18 nœuds.
Juin) Le groupe Hapag Lloyd a ramené ses effectifs à 9 300 personnes après avoir licencié en 1982 et 1983 plus de 1 300 personnes.
(Mars) L’Atlantic Container Line a annoncé la mise en service avant la fin de l’année de cinq navires porte-conteneurs de 37 000 tpl, de 250 mètres de long, d’une capacité totale de 2 130 EVP et 600 voitures.
(Mars) Le Charming est le premier navire britannique à avoir été touché par un missile depuis le début du conflit Iran-Irak.
(Mars) Selon le directeur de la division « Réparations navales » de Mitsubishi Heavy Industries, 3 800 navires de plus de 2 000 tx de jauge brute auront besoin de réparations en 1986. Le Japon est équipé depuis 1973 de 200 cales de réparation.
(Mars) Le président Reagan a signé le Shipping Act de 1984 qui remplace le précédent de 1936. Ce texte rend la législation américaine plus proche des législations européenne et japonaise. Il pose un certain nombre de principes dont la non-discrimination entre armateurs américains et étrangers dans le cadre du transport du commerce extérieur des États-Unis.
(17 juillet) Laurent Fabius remplace Pierre Mauroy comme Premier ministre.
(25 juillet) À son tour, l’Armement de Taïwan, Evergreen, a lancé son service autour du monde avec un départ simultané du port de Kaosiung de deux porte-conteneurs de 2 728 EVP, l’un vers l’Est, l’autre vers l’Ouest. Une flotte de 16 porte- conteneurs permettra à l’armement de proposer dans chaque sens, un départ tous les 10 jours, le service devant être hebdomadaire à partir de 1986. Dix-huit escales seront desservies. D’ici mi-86, Evergreen aura construit 49 porte-conteneurs de ce type. Le service autour du monde d’Evergreen représente un investissement d’environ un milliard de dollars dont près de la moitié seront fournis par l’Exim Bank du Japon.
(Octobre) Le port autonome de Marseille accueille au terminal de Fos l’American New York des US Lines. Marseille, qui était en compétition avec Valence, Barcelone et Gènes, attend de cette nouvelle liaison une augmentation de trafic d’environ 80 000 EVP par an.
(Novembre) Ébauche d’une politique maritime par le secrétaire d’État à la Mer devant le Conseil supérieur de la Marine marchande et après 18 mois de vide politique complet. Parmi les mesures annoncées, le souhait que soit réalisée la polyvalence de fonction à bord des navires.

441985 (Janvier) Une nouvelle ère du transport cellulaire s’est ouverte avec une capacité de transport qui va affecter tous les grands trafics mondiaux. En effet, les potentiels réunis par Evergreen et US Lines sont estimés équivalents au cours de l’année à 25 % du total de la capacité de la flotte mondiale de porte-conteneurs, soit 70 700 EVP pour Evergreen et, pour l’instant, 53 400 EVP pour les US Lines.
(Janvier) L’avenir de la Marine marchande française a fait l’objet de plusieurs exposés dont celui du délégué général du CCAF à Paris et celui du vice-président du CCAF à l’École nationale de la Marine marchande de Marseille.
(Mars) Le CCAF explique que, à la différence du système mis en place en 1980, puis renouvelé et amélioré en 1982-83, les mécanismes instaurés en novembre 1984 risquent de demeurer sans effet car il y manque des dispositions financières efficaces d’incitation aux investissements.
(Mars) La recherche constante de solutions extérieures prônée par l’armement français s’illustre par le prochain passage sous pavillon des Bahamas de deux unités de la SFTP.
(Juillet) La troisième conférence de Genève sur les conditions d’immatriculation des navires a débouché sur un compromis.
(Juillet) Envoi par le président du Conseil supérieur de la Marine marchande au Premier ministre d’un aide-mémoire dénonçant l’absence de politique maritime. Désignation fin septembre de Bernard Lathière pour établir un diagnostic et des propositions en vue de renforcer le dynamisme de la Flotte française. Le rapport de Bernard Lathière est déposé en janvier mais l’autorisation de publication ne sera donnée que le 6 mars 1986 (au plus mauvais moment soit à 10 jours des élections législatives).
(Juillet) Nouvelle-Zélande : explosion dans le port d’Auckland du Rainbow Warrior, navire du mouvement écologiste et anti-nucléaire Greenpeace.
(15 août) Le terminal pétrolier iranien de Kharg est largement détruit par l’aviation irakienne.
(Août) Gearbulk lance deux services réguliers vrac/conteneurs : l’un sur le Pacifique Nord, l’autre entre l’Europe et la côte américaine.
(Août) L’État japonais refuse son aide à l’armement Sanko Steamship qui avait surpris les milieux maritimes en 1972 en commandant 55 pétroliers (ce qui lui valût les premières pertes d’exploitation) puis, en 1973, 125 vraquiers (alors que le tonnage mondial inemployé atteignait 12 Mtpl). Selon diverses sources, les dettes de Sanko dépasseraient 1 000 milliards de yens.
(Octobre) Un commando palestinien s’empare du paquebot italien Achille Lauro au large des côtes israéliennes. Dénonciation de l’accord maritime franco-soviétique.
(Décembre) Le Conseil européen de Luxembourg a entériné l’accord des Douze sur l’Acte unique. Les Douze doivent parvenir à la fin 1992 à l’établissement d’un grand marché intérieur où les personnes, les marchandises, les services et les capitaux pourront circuler librement. La règle de l’unanimité est remplacée par la règle de la majorité qualifiée.

451986 (1er janvier) Entrée de l’Espagne et du Portugal dans la CEE qui comprend désormais 12 membres.
(20 janvier) Margaret Thatcher et François Mitterrand annoncent à Lille qu’un double tunnel ferroviaire sous la Manche sera mis en service en 1993.
(20 janvier) Pour la première fois depuis 1979, le prix du pétrole est au dessous de 20 dollars le baril. Il descend au dessous de 15 dollars le 18 février ; il est autour de 10 dollars le baril le 1er avril.
(Janvier) Signature de la convention de Genève sur l’immatriculation des navires : introduction du concept du lien administratif entre le navire et l’État du pavillon (uniquement pour les navires affrétés coque nue).
(Janvier) Mise sous surveillance de la concurrence soviétique dans le trafic tiers par les cinq gouvernements de Belgique, France, Pays-Bas, RFA, et Royaume-Uni.
(Janvier) Pour la première fois, des navires français sont victimes d’attaques aériennes dans le conflit qui oppose l’Irak à l’Iran.
(16 mars) Jacques Chirac forme le nouveau gouvernement inaugurant une période de cohabitation entre un Premier ministre et un président de partis opposés.
(16 mars) Cession par la Compagnie des Chargeurs réunis des lignes Europe/Extrême-Orient à l’armement danois Maersk.
(20 septembre) Fin de la Conférence ministérielle du GATT à Punta del Este (Uruguay). Décision de l’ouverture d’un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales sur l’agriculture et les services.
(2 octobre) Présentation par le Premier ministre Jacques Chirac au Conseil supérieur de la Marine marchand0e, du « Plan Marine marchande » (ou « Plan Guellec »). En dehors de certaines dispositions d’ordre social, ce plan comporte trois mesures incitatives au développement de la flotte : Possibilité d’immatriculation dans les TAAF pour les navires de vrac sec et liquide, hors pétrole brut à partir du 1er janvier 1988 ; aide à l’investissement ; remboursement de la taxe professionnelle à hauteur de 66 %.
(19 novembre) Instruction de la direction des Gens de Mer levant les obstacles d’ordre administratif à la mise en oeuvre effective de la polyvalence de fonction des officiers ayant reçu une formation polyvalente. Les effectifs totaux des navigants du commerce sont, début 1987, de 15 000. Ils étaient en 1982 : 21 500 et en 1977 : 27 700.
(22 décembre) La première phase d’une politique communautaire des Transports maritimes a été inaugurée par l’affirmation de la nécessité de restaurer la compétitivité des armements européens, puis, par l’adoption de 4 règlements : application de la libre prestation de services pour le transport maritime, sauf le cabotage ; mesures de protection contre les pratiques tarifaires déloyales ; action coordonnée en vue de sauvegarder le libre accès au trafic transocéanique (contre les mesures protectionnistes des pays tiers) ; définition plus précise des règles du jeu en matière de concurrence pour les Conférences de lignes régulières.

461987 Année de la mise en place du Plan Guellec.
En outre, la conjoncture, durablement détériorée depuis le deuxième choc pétrolier a marqué en 1987 un redressement (contrasté cependant selon les secteurs).
(1er janvier) Entrée en vigueur de l’Acte unique européen.
(Mars) Mise en place, dans le cadre du Plan Guellec, d’une « aide structurelle » visant à susciter de la part des armateurs des initiatives de redéploiement. Ainsi, l’année 87 verra :

  • dans le secteur du vrac, le rachat par l’armement Louis Dreyfus de la participation des Chargeurs réunis dans Cétramar, la restructuration en conséquence du consortium Cétragpa et le transfert du management de ce consortium dans les locaux de SA Louis Dreyfus.
  • dans le secteur des lignes régulières, la reprise par la SNCDV de l’ensemble des activités de transport maritime des Chargeurs réunis.

47(Août) Les autorités algériennes dénoncent l’accord maritime intergouvernemental du 10 juillet 1967 : cet accord reconnaissait le droit pour chaque pavillon (français et algérien) d’effectuer une part égale du trafic déterminé sur la base de la valeur totale du fret.
(19 octobre) États-Unis : Wall Street connaît un « lundi noir ». En perdant 22,6 %, la bourse new-yorkaise subit la plus forte baisse jamais enregistrée. L’agitation qui dure tout le mois sur les marchés boursiers est due à un fort déficit budgétaire américain et à la hausse consécutive des taux d’intérêt.

481988 Année exceptionnelle : fermeté de la demande dans tous les secteurs du marché des transports maritimes ; Hausse du prix des navires.
Année de la fin du Plan Guellec : le Gouvernement doit à nouveau définir une politique maritime en avril 1989.
Les restructurations se poursuivent : la SCAC rachète la SNC ; les filiales de la CNN spécialisées dans le transport pétrolier fusionnent sous le nom de SFTP.
(1er janvier) Définition des conditions d’immatriculation des navires dans les TAAF.
(8 mai) François Mitterrand est réélu président de la République. Michel Rocard forme le nouveau gouvernement (12 mai).
(Juillet) Le ministre délégué chargé de la Mer confie au député-maire de Lorient, Jean-Yves Le Dréan, une mission de réflexion sur le devenir de la flotte nationale de commerce.
(Juillet) Le ministre de la Marine marchande italien annonce un plan triennal d’aide de 3 700 milliards de lires dont 450 milliards pour alléger les coûts salariaux. En outre, il autorise les armements à engager à l’avenir des équipages étrangers.
Des mesures d’aide à la flotte de commerce sont également prises en Grande-Bretagne. Elles représentent un budget équivalent à 270 millions de F. Un partie est destinée à prendre en charge les conséquences de l’exonération fiscale des navigants.
(Août) La CGM prend livraison du CGM La Pérouse (2 713 EVP), qui sera exploité entre l’Europe, l’Australie et la Nouvelle-Zélande : « the most advanced ship of her type » indique le Lloyd’s List à cette occasion.
(Août) Ouverture au Danemark d’un deuxième registre maritime (DIS) pour la flotte internationale. Une semaine plus tard, 82 % de la flotte y sera enregistrée.
(Septembre) L’Association des armateurs norvégiens indique que 295 navires pour 15 Mtpl ont été immatriculés au registre international norvégien NIS. Le registre traditionnel compte 330 navires pour 1,8 Mtpl.
(Décembre) Le Bundestag adopte le projet de loi créant un pavillon bis en RFA. Ce projet sera approuvé par le Bundesrat en février et mis en place au printemps 1989.
Ainsi, en une année, la plupart des gouvernements européens auront réagi devant le mouvement de délocalisation, pour conserver sur le territoire national les centres de décision de l’industrie du Transport maritime.

491989 (Janvier) La Belgique autorise le transfert de sa flotte marchande sous le pavillon de Luxembourg qui est en train de se mettre en place.
(Février) Création par la SNCDV d’une nouvelle filiale pour l’exploitation des lignes régulières entre l’Europe et la COA : Navale Delmas.
(Mars) Prise de contact entre Tristan Vieljeux et Vincent Bolloré. En avril, le président de la Compagnie financière Demas-Vieljeux dénonce « une opération financière préméditée de longue date ».
(Mai-juin) Le « printemps de Pékin » est écrasé dans le sang : l’armée est intervenue les 3 et 4 juin sur la place Tienanmen faisant des milliers de victimes.
(5 juin) Jean-Yves Le Drian remet au Premier ministre Michel Rocard ses « propositions pour une politique de la Marine marchande ». Le rapport sera commenté à la presse le 8 juin par Jacques Mellick, ministre délégué chargé de la Mer.
(5, 6, 13, 22 juin) Grève des dockers français paralysant l’ensemble des ports de l’Hexagone. Elles sont provoquées par leur « inquiétude face aux menaces qui pèsent sur leur statut ».
(Juillet) La Compagnie maritime d’affrètement (CMA) annonce que son chiffre d’affaires a dépassé un milliard de Francs en 1988. (Juillet) Baptême à Roscoff du Bretagne, cargo-ferry géant de la Compagnie bretonne BAI.
(Juillet) Les armateurs européens (grecs et danois exceptés) manifestent leur déception au vu des conditions prévues par un éventuel registre européen.
Le CAACE, leur syndicat, demande à la CEE une plus grande sévérité à l’égard des pratiques déloyales des pays tiers et l’urgence de l’établissement d’un traitement favorable pour les consortiums, véritable vecteur de la compétitivité.
(Août) Frédérik de Klerk est élu président de la République d’Afrique du Sud.
(28 août) Publication du Plan Marine marchande pour 5 ans. Les dispositions d’application seront arrêtées par le gouvernement en fin d’année : elles comportent les règles du jeu applicables aux activités des entreprises maritimes, sous pavillon national et sous immatriculation TAAF. Dès cette publication, le CCAF dénonce les orientations générales : les ressources dégagées sont en effet très en dessous de ce que le rapport Le Drian considérait comme un strict minimum.
(Août) Evergreen a l’intention d’armer ses porte-conteneurs de la prochaine génération avec des équipages de douze hommes.
(Octobre) Le groupe suédois Bilspedition, par sa filiale transatlantique, prend la majorité du consortium Atlantic Container Lines (ACL) en rachetant les parts détenues précédemment par Wallénius Lines et CGM.
(Novembre) Le ministre délégué chargé de la Mer confirme à l’intersyndicale « Marine marchande » que l’attribution des aides à l’armement est liée à des engagements sur l’emploi tant du personnel d’exécution que des officiers (le rythme des réductions d’effectif a été de 14 % en 1986 et de 12 % en 1987).
(9 novembre) Le nouveau gouvernement de la RDA annonce l’ouverture de la frontière interallemande et du mur de Berlin.
(Décembre) La CGM annonce la commande au chantier coréen Samsung d’un porte-conteneurs « over-panamax » de 4 425 EVP, d’une vitesse de 24 nœuds et livrable en mars 1992.
(Décembre) La CEE décide de réduire à 20 % du montant des contrats les subventions que les pays de la CEE seront autorisés à accorder à leurs chantiers navals en 1990 (ces pourcentages étaient 28 % en 1988 et 26 % en 1989).

501990 (Janvier) Un accord entre syndicat de marins et NYK Lines permet à cette compagnie d’avoir le premier navire battant pavillon japonais armé avec un équipage mixte. Un nouvel accord sera signé en mai avec les armateurs étendant la possibilité d’armer avec équipages mixtes la totalité de la flotte au long cours battant pavillon national.
(Janvier) Stena (Suède) rachète la majorité des actifs de Sealink British Ferries.
(Janvier) P & O containers envisage de commander quatre porte-conteneurs de 4 000 EVP pour un coût compris entre 320 et 425 millions de dollars.
(Janvier) Le goupe Delmas-Vieljeux annonce une prise de participation de 75 % dans le capital de l’armement allemand AAEL Amerika-Afrika-Europe Line. Annonce le 20 janvier de la création du « Joint Service Africa » entre l’armement norvégien Hoegh, la Compagnie suédoise Transatlantic et Sofical (groupe Bolloré).
(12 février) Accord de principe entre Delmas-Vieljeux et Joint Service Africa en vertu duquel ces deux sociétés procéderont à un échange, avec une soulte, de certains de leurs actifs.
(Février) Le registre bis américain créé en 1989 aux îles Marshall compte plus de 2 millions de tpl. (Février à novembre) Dislocation de l’URSS. La Russie affirme sa souveraineté le 8 juin. Elle est suivie par la Géorgie, l’Ouzbékistan, la Moldavie, l’Ukraine, la Biélorussie, l’Arménie, la Turkménie, le Tadjikistan et le Kazakhstan.
(Mars) Nedlloyd Lines et Navale Delmas décident de mettre en commun leurs capacités de transport respectives entre l’Europe et l’Afrique tout en gardant stratégie de marketing et ventes séparées.
(Mars) Cinquante navires soviétiques sont passés récemment sous pavillon chypriote.
(Avril) Le bénéfice net de la SNCDV pour l’exercice 1989 s’est élevé à 536 millions de francs contre 79 millions en 1988. La CGM annonce un bénéfice de 60 millions de francs pour 80 en 1988, malgré un volume d’activités en hausse. Hapag Lloyd a réalisé en 1989 un bénéfice de 41 millions de DM bien que le transport maritime ait enregistré une perte de 20 millions de DM à cause des lignes régulières.
(Mai) Brittany Ferries qui a reçu des lecteurs du journal L’Observer le prix de « Favorite Ferry Company of the year » annonce la commande d’un super-ferry (2 120 passagers, 620 voitures).
(Mai) Le Joint Service Africa (Bilspedition, Hoegh, Sofical/groupe Bolloré) prend une participation de 34 % dans la Europe Africa Line (EAL) dont le siège est à Brême.
(12 juin) Algérie : Aux élections locales, premières élections libres depuis l’indépendance, le FIS obtient la majorité des suffrages.
(Juin) La CMA renforce sa ligne sur l’Extrême-Orient en s’associant avec l’armement national polonais Polish Ocean Lines (POL).
(24 juillet) La société pétrolière AMOCO est condamnée, à Chicago, à verser l’équivalent de 693 millions de francs au plaignants français, en réparation des préjudices causés par la marée noire sur les côtes bretonnes en 1978.
(2 août) L’Irak envahit le Koweit.
(9 août) La France décide de renforcer ses moyens navals et aériens dans la zone du Golfe. Onze navires marchands (rouliers et cars-ferries) représentant 70 000 tjb sont mis à la disposition du ministère de la Défense pour l’opération Daguet, dans le cadre de la loi du 20 mai 1969 sur le transport maritime d’intérêt national.
Aux États-Unis, plus de 40 navires marchands sur les 96 de la « Ready Reserve Force » (RRF) ont été remis en service pour assurer la logistique américaine vers le golfe Persique. Le gouvernement britannique a affrété 25 navires marchands dans neuf pays différents.
Le dispositif sera renforcé en novembre par les Anglais qui utiliseront 70 navires dont 7 britanniques, et par les Américains qui auront réarmé 80 navires. La France prendra des dispositions analogues le 8 décembre et le 31 du même mois, le nombre des navires marchands affrétés dans le cadre de l’opération Daguet sera de 23.
(14 août) Hoverspeed Great Britain, qui a remporté le « ruban bleu » en juin en battant le record de vitesse de traversée de l’Atlantique détenu en 1952 par le United States, effectue sa première traversée commerciale entre Cherbourg et Portsmouth. Il peut transporter 400 passagers et 80 voitures.
(15 août) Fin de la guerre Iran-Irak. Sadam Hussein, isolé diplomatiquement à la suite de l’invasion du Koweit, accepte les conditions posées par l’Iran pour signer la paix.
(18 août) Le président américain Georges Bush signe l’« US Oil Pollution Act 1990 » qui, notamment, contient l’obligation -à terme- pour tous les pétroliers opérant dans les eaux territoriales d’être équipés de double-coques et relève les plafonds de responsabilité en cas de marée noire.
(31 août) Signature à Berlin-Est du traité d’unification des deux Allemagne.
(Août) Une étude du Lloyd’s Register sur les flottes marchandes des pays de la CEE fait apparaître que les navires battant pavillon national ne représentent que 15 % du tonnage mondial alors que les armements européens contrôlent ou possèdent en fait le quart de la flotte mondiale en 89/90.
(Octobre) Nedlloyd prévoit une perte nette pour 1990 et une réduction de 420 emplois (270 dans la flotte et 120 à terre).
(29 octobre) Les dockers de Dunkerque reprennent le travail après 33 jours de grève.
(Novembre) La Chine transfère un certain nombre de navires vers le registre chypriote.
Le nouveau registre maritime de Hong-Kong sera ouvert le 3 décembre.
(Novembre) Pour 1990, l’aide à la consolidation et à la modernisation des entreprises de lignes régulières (ACOMO) concernera six compagnies : CGM, Delmas, BAI, Delom, Emeraude Lines et Sanara.
(28 décembre) La CMA affrète à temps à la CGM, le CGM Pasteur inauguré le 22 novembre au Havre. Rebaptisé Ville de Virgo, il sera mis en service dans le pool CMA/POL sur la liaison Europe/Moyen- et Extrême- Orient.

511991 (17 janvier au 28 février) Guerre du Golfe entre l’Irak et l’ONU.
(26 mars) Signature d’un accord de libre-échange entre l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay qui préfigure le Mercosur, futur marché du sous-continent. Le Chili et le Mexique concluront un accord similaire le 22 septembre.
(15 mai) Édith Cresson est nommée Premier ministre en remplacement de Michel Rocard.
(22 août) Gorbatchev est renversé par un éphémère putsch conservateur. L’échec du putsch bénéficie à Boris Eltsine.
(8 décembre) La signature des accords de Minsk par la Fédération de Russie, la Biélorussie et l’Ukraine institue la Communauté des États Indépendants.
(9-10 décembre) Signature à Maastricht par les membres de la CEE d’un traité instituant l’Union économique et monétaire (UEM). Au plus tard, en 1999, la Communauté devra être dotée d’une monnaie unique et d’une banque centrale.

521992 (15 janvier) Début de la crise yougoslave avec la reconnaissance par la CEE de l’indépendance de la Croatie et de la Slovénie, et le 6 avril de celle de la Bosnie.
(7 février) Signature par la France du traité sur l’Union européenne.
(2 avril) Pierre Bérégovoy succède à Édith Cresson comme Premier ministre.

531993 (Février) Le CCAF constate qu’en dépit des déclarations du secrétaire d’État à la Mer du 27.10.92, aucune mesure nouvelle n’est annoncée par le gouvernement français en faveur de la flotte de commerce.
(Mars) L’armement de Hong Kong Overseas Container Line (OOCL), qui exploitait en propre un service conteneurisé sur l’Atlantique Nord rejoint le consortium VSA dans lequel il occupe auprès de Nedlloyd, P & OCL et Sealand la place laissée vacante par la CGM. Formation du gouvernement Édouard Balladur : Bernard Bosson est nommé ministre de l’Équipement, des Transports et du Tourisme.
(Avril) Éric Giuily, président depuis 1992 de la CGM, présente à la presse le plan de filialisation de la Compagnie. Les Compagnies Les Croisières Paquet et Costa Crociere fusionnent.
(Juin) Bernard Bosson présente un nouveau plan gouvernemental d’aide à l’amélioration de la compétitivité de la flotte de commerce (ouverture du registre des TAAF pour les lignes régulières et allègement des charges sociales ENIM).
(Août) Le Conseil national des usagers des transports (CNUT) recommande aux chargeurs de « rechercher le passage dans les ports français fonctionnant normalement ou des ports étrangers voisins tant que les conditions d’opérations sont aussi mauvaises à Marseille et au Havre ».
(Octobre) BP France cède ses deux pétroliers Once et Chaumont à la CNN.
(Décembre) André Ferras, directeur général de SDV présente à la presse le contenu du plan de reconquête de 3 ans (1994-1996).

541994 (Mars) Total Maritime apporte à la CNN ses pétroliers Antan et Borée.
(Avril) Édouard Balladur, Premier ministre, préside un Comité interministériel de la Mer.
(Mai) Le 1er transbordeur monocoque français à grande vitesse Émeraude est baptisé à Saint-Malo.
(Novembre) Le gouvernement français annonce la vente à Nedlloyd (qui, comme Hapag Lloyd, est sorti de sa période noire) du fonds de commerce Europe-Extrême-Orient de la CGM.

551995 C’est la fin d’une période pour l’armement français :

  • la CGM a terminé sa période de repli ; fin 1996, ce sera un armement Nord-Sud privatisé ;
  • les lignes régulières se développent avec CMA et Marfret ;
  • la période de trouble de Delmas s’est terminée fin 1994 ; Vincent Bolloré annonce que la Compagnie a retrouvé l’équilibre ;
  • c’est la période des nouvelles alliances entre les petits armements et avec les étrangers ;
  • c’est la fin de la digestion du choc pétrolier : le paysage est moins sombre que dans les années 1980 ; les gros armateurs pétroliers se sont regroupés ;
  • c’est la consolidation autour des pôles :
  • Cetragpa
  • CNN
  • Finistérienne + NTV Leduc + Cie Méridionale de Navigation + CGM + LDA dans Eurotramp ;
  • c’est enfin la consolidation avec les groupes étrangers : fusion de la CNN avec Euronav.

56Une nouvelle époque s’ouvre alors mais on ne sait où elle conduit : une première incertitude provient de l’ouverture du tunnel sous la Manche en 1995 et de la désorganisation possible du trafic Transmanche.

57Source : Archives du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Annexes aux rapports annuels du CCAF et articles sélectionnés par le CCAF pour la revue de Presse.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540