Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995). Volume II

 | 
Bernard Cassagnou

Lexique

Texte intégral

1Acconage : Service de manutention et de déchargement des marchandises au moyen de barges.

2Affrètement : Location d’un navire pour le transport d’une cargaison entre deux ou plusieurs ports ou pour une durée définie. Donne lieu à 4 types de charte-partie : au voyage (voyage charter), à temps (time charter), coque nue (bare-boat charter) et trip charter (voir annexe 1).

3Affrètement spot : Affrètement à court terme.

4ATIC : Association Technique de l’Importation Charbonnière, groupement obligatoire d’importateurs.

5Bigue : Gros mât de charge. Dès 1950, on trouve sur les cargos des bigues de 50 tonnes permettant par exemple de charger une locomotive électrique par les moyens du bord.

6CAF : (Vente Coût Assurance et Fret) (en anglais, CIF Cost Insurance Freight) : selon cet incoterm* le prix de vente comprend le coût du fret et de l’assurance jusqu’au port de destination. Le terme CAF est suivi d’un lieu de débarquement : celui où s’effectue entre le vendeur et l’acheteur, le transfert de responsabilité et de propriété.

7Capitaine d’armement : ancien capitaine qui exerce pour le compte de l’armateur les fonctions de directeur des relations humaines.

8Carrier haulage : (acheminement par le transporteur maritime). Ce terme signifie que le transporteur a la responsabilité de la mise sous palan. C’est le contraire de Merchant haulage (acheminement par le chargeur) qui désigne le chargeur comme responsable de la mise à quai.

9Cellule (anglais : slot) : emplacement occupé par un conteneur dans la cale du navire.

10Charte-partie : Preuve du contrat d’affrètement signé entre un fréteur (armateur, propriétaire) et un affréteur (chargeur ou preneur). Bien que les régimes juridiques du contrat d’affrètement et du contrat de transport maritime (voir connaissement) soient radicalement incompatibles, l’affréteur peut demander au fréteur (pour des raisons de vente, de négociation de la marchandise ou de crédit documentaire) d’émettre un connaissement. S’il y a émission d’un connaissement issu de charte-partie, cette charte comporte des clauses particulières.

11CNUCED (anglais : UNCTAD) : Conférence des Nations unies pour le Commerce et le Développement.

12Coqueron (anglais : Peak) : Compartiment exigu situé à l’extrême avant ou à l’extrême arrière du navire.

13Consortium : Groupement d’entreprises mettant en commun les recettes, les horaires (lignes régulières), les espaces navires et les dépenses d’exploitation de plusieurs navires affectés à une même ligne (lignes régulières) ou à un même trafic de vrac (tramping).

14Conférence maritime : entente conclue entre des armateurs en vue d’assurer un bon service sur une ligne régulière, à des tarifs communs et selon une fréquence déterminée entre eux.

15Connaissement (en anglais, Bill of Lading B/L) : Preuve écrite de la réception des marchandises par le transporteur ; le connaissement est un titre négociable représentant la marchandise. Il est en outre la preuve du Contrat de transport passé entre le chargeur et le transporteur maritime de marchandises.

16Creux : Distance du pont supérieur à la carlingue (pièce de quille).

17Élasticité : Coefficient obtenu par comparaison de la variation simultanée de deux grandeurs. Ex. : élasticité du fret à la variation de la capacité moyenne des navires.

18ENIM : Établissement National des Invalides de la Marine : établissement public ayant en charge le régime de sécurité sociale et de retraite des gens de mer : marins français du commerce, de la pêche, de la plaisance, et leur famille.

19Equivalent Time Charter : Taux, exprimé en dollars par mois, auquel l’armateur devrait fréter son navire en time-charter pour obtenir les mêmes recettes que par l’affrètement au voyage.

20EVP (équivalent vingt pieds) (en anglais, TEU Twenty feet Equivalent Unit) : mesure de capacité nominale employée pour caractériser le volume utile des navires porte-conteneurs. Ainsi, quelle que soit la taille des conteneurs transportés, 20, 30 ou 40 pieds, l’ensemble de la capacité de chargement du navire est traduit en unités de vingt pieds (un conteneur de 20 pieds mesure 30 m3). Un navire de 1 200 EVP a un volume utile maximum pour les marchandises de 1 200 × 30 m3 = 36 000 m3.

21Feeder : Navire de faible ou moyen tonnage desservant des ports secondaires après éclatement dans un port principal du chargement d’un porte-conteneur.

22Fret : Prix de transport maritime de marchandises (ou de la location de navire pour l’affrètement à temps ou coque nue). À ne pas confondre avec la marchandise elle-même comme on a l’habitude de le faire dans le transport aérien.

23FIO (Free in and out) : Ce terme signifie que tous les frais de manutention de la marchandise, à terre et à bord (embarquement, arrimage), sont aux frais de l’affréteur (chargeur). Ils sont décomptés à part, en sus du fret.

24FOB (Free on board) : Selon cet incoterm, le vendeur s’engage à livrer la marchandise dans un port désigné par l’acheteur, port où s’effectue le transfert de responsabilité. C’est donc l’acheteur qui doit payer le transport et l’assurance.

25Fréteur : Personne qui fournit en location un navire et qui, en contrepartie, en perçoit un fret.

26Incoterms : Termes du commerce international établis par la Chambre de Commerce internationale qui déterminent, avec 14 variantes possibles selon la version 1990, les responsabilités de l’acheteur et du vendeur, notamment en matière de transport de la marchandise objet du contrat.

27Jauge des navires : Évaluant leur volume intérieur, elle s’exprimait jusqu’en juillet 1994 en tonneau de jauge qui correspondait à 100 pieds cubes anglais, soit 2,83 m3. On distinguait les tonneaux de jauge brute (tjb – gross registred tonnage) qui mesuraient le volume de la coque et celui des superstructures et les tonneaux de jauge nette (net registred tonnage) qui mesuraient les espaces intérieurs commerciaux (réservés au transport). Depuis 1982, par application de la Convention UMS de 1969, la capacité commerciale des nouveaux navires est exprimée en unités UMS (Universal Measurement System, unité peu différente de 100 pieds cubes) qui tient compte du type du navire. Depuis 1994, la capacité de tous les navires, même anciens, est mesurée en unités UMS.

28Landing craft : Chaland de débarquement.

29Marge brute d’autofinancement (cash flow) : bénéfice net comptable (distribué et non distribué), augmenté des dotations aux amortissements et aux provisions.

30Merchant haulage : voir carrier haulage.

31NST : Nomenclature statistique des transports.

32OMI (ex. OMCI) : Organisation Maritime Internationale.

33ONIC : Office National Interprofessionnel des Céréales : groupement obligatoire d’importateurs.

34Open-deck : Navire dont les panneaux de cale glissent sur le coté, offrant la possibilité de charger partout en cale sans manutention horizontale.

35Option zéro : Disparition de toute entreprise de droit français exploitant des cargos de ligne régulière sous pavillon français sur des lignes couvrant les principales dessertes du commerce mondial.

36Outsider : Armateur non membre d’une conférence.

37Panamax : Navire dont les dimensions lui permettent au maximum de franchir le Canal de Panamá soit environ 4 400 EVP pour un porte-conteneurs, et 70 000 tpl pour un vraquier.

38Port en lourd (anglais : Deadweight Tonnage) : Poids maximum que le navire peut transporter : cargaison, soutes, vivres, eau, matériel, approvisionnements, le navire étant à son tirant d’eau maximum autorisé par les règles de franc-bord. Il s’exprime en tonnes de 1 000 kgs ou en tons, tonnes anglaises de 1 016 Kgs (DWT, Deadweight tons).

39Quirat : Système de financement des navires par appel à des capitaux extérieurs à la profession convertis en parts de propriété.

40Roll on - Roll off (Ro-Ro) : Roulage. Technique de manutention horizontale des marchandises acheminées par camions. Ceux-ci entrent et sortent par leur propre moyen dans les entrepots-garages des navires en empruntant une rampe située à l’arrière.

41Taux de couverture : Part du commerce maritime extérieur d’un pays acheminée par la flotte de ce pays. Ce taux, longtemps mesuré par les Douanes, ne prenait au numérateur que l’activité du pavillon passant par les ports du pays. C’était donc un taux apparent. Si on ajoutait à ce numérateur le trafic effectué entreports étrangers (trafic tiers), le taux devenait taux de couverture global ou réel. À partir de 1972, ce système de mesure est remplacé par le rapport du chiffre d’affaires de l’armement français à la dépense nationale des usagers du transport maritime (DNTM), cette dernière prenant en compte « la totalité des flux de fret afférant à l’activité de l’armement français (à l’importation, à l’exportation et pour le trafic tiers) et à l’activité des armateurs étrangers (à l’importation et à l’exportation) ». Si CA/DNTM = 0,5, le taux de couverture est de 50 %. On estime que le taux est satisfaisant si CA – DNTM/2 > 0 (P. Léonard, Les indicateurs de la politique maritime, 1989, p.89).

42Cette mesure n’est plus suivie depuis 1995 : du fait de l’application du grand marché unique européen, les informations au niveau national ne sont plus suffisamment fiables.

43TEP : Tonne d’équivalent pétrole.

44Tonneau de jauge : Voir jauge.

45Tonneau de jauge compensé (ou pondéré) : unité nominale qui tient compte du nombre d’heures de travail dépensées pour construire un navire ; ce nombre varie considérablement selon le type et la taille du navire.

46Tonne de port en lourd (tpl) : voir port en lourd.

47Tramping : Mise à disposition par un fréteur (armateur propriétaire), moyennant rémunération, d’une capacité de transport pour un trajet particulier ou pour une durée définie au profit d’un affréteur.

48ULCC (Ultra Large Crude Carrier) : Type de pétrolier défini par une capacité de transport supérieure à 300 000 tpl.

49VLCC (Very Large Crude Carrier) : Type de pétrolier défini par une capacité de transport comprise entre 160 000 tpl et 300 000 tpl.

50Worldscale : Barème revêtant une forme d’indice et utilisé depuis 1969 pour caractériser le marché pétrolier de l’affrètement au voyage. Worldscale 100 est le barème de transport du pétrole en 1969 sur les diverses relations mondiales, calculé pour un navire théorique. Ex. : un contrat d’affrètement se conclut à W 60.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable