Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Annexe 1. M. Allemand, Traité des péages, dans lequel, après avoir démontré les avantages qui résulteroient de la suppression de ce droit, on donne un plan de liquidation et d’indemnité, Paris, Cellot et Jombert, 17791.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La multitude des péages, et leur suppression presque toujours arbitraire, sont autant d’obstacles qui gênent le commerce, et s’opposent au progrès de la navigation intérieure. Le négociant et le navigateur, rebutés par des exacteurs rigides, sont forcés d’abandonner une voie simple, indiquée par la nature, pour recourir à celle des grands chemins, qui, quoique très-dispendieuse, les affranchissent d’une grande partie de ces exactions ; mais il en résulte beaucoup d’inconvénients : les voitures multipliées et chargées de poids énormes détruisent les grandes routes, dont l’entretien et les réparations occasionnent au Roi des dépenses exorbitantes, indépendamment du nombre prodigieux d’hommes et d’animaux qu’elles enlèvent à l’agriculture.

Les Romains furent les premiers qui établirent des péages pour récompenser les services militaires des chevaliers ; mais ce droit, qui ne fut d’abord que momentané, comme le dit Cicéron dans ses lettres à Atticus, s’étendit ensuite sur presque toutes ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540