Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Troisième partie. Le péage entre suppression et refondation(1759-1797)

Conclusion générale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du péage au xviiie siècle ne peut se résumer aux aléas et aux contradictions politiques d’un État sans cesse tiraillé entre le souci de ne pas brider les intérêts du commerce, et un pragmatisme déterminé par la situation de ses finances. La monarchie ne s’était-elle pas engagée à supprimer les péages tout en continuant à en concéder ? Abolis dans les convulsions révolutionnaires, ils renaissent d’ailleurs avec le Directoire sur les routes, et sur les rivières sous le Consulat. Après presque un an de débats suivant la lecture du rapport Defermont, le principe d’une taxe d’entretien fut définitivement acquis par un vote du 10 septembre 1797. Pour pourvoir à l’entretien courant des voies navigables autant que pour garantir une concurrence équilibrée avec les transports routiers, la loi du 30 floréal An X instaura un octroi de navigation. La taxe d’entretien, perçue jusqu’en 1806, sera à son tour supprimée pour être remplacée par un impôt sur le sel. De même, les péages concé...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540