Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Troisième partie. Le péage entre suppression et refondation(1759-1797)

Chapitre XII. La révolution : suppression et redéfinition du péage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Aujourd’hui le sang des nobles est tellement refroidi qu’ils ne regardaient plus eux-mêmes la noblesse que comme un droit de péage ».
Louis-Léon Saint-Just, Esprit de la Révolution et de la Constitution de France, Paris, Beuvin, 1791, pp. 302-303.

La Révolution française éclate après une quarantaine d’années de réformes avortées dans les domaines aussi variés que l’agriculture, le commerce, la fiscalité, etc. L’Ancien Régime était apparu paralysé par des institutions ankylosées que l’État se révélait incapable de moderniser. Il avait bien tenté de supprimer les péages mais, prisonnier de la logique du privilège sur laquelle reposaient ses prétentions à l’autorité absolue, il s’était engagé à les rembourser. Autant dire qu’étant donné la situation désastreuse des finances royales, c’était surseoir sine die à l’exécution de ce projet. La monarchie n’était donc pas parvenue à répondre à la demande pressante de réformes dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. La conjonction du car...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540