Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Troisième partie. Le péage entre suppression et refondation(1759-1797)

Chapitre X. Un essai de rénovation du péage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout au long du xviiie siècle, et comme on l’a vu, le péage se trouve au cœur d’une vaste réflexion qui remet en cause, au nom de valeurs nouvelles, son rôle et sa fonction traditionnels. On voit se développer un discours critique qui donne l’image d’un péage inutile pour l’économie nationale et parasite de la circulation marchande. Toutefois, le principe même du péage n’avait jamais été complètement disqualifié. Quelques intendants s’étaient parfois prononcés pour la confirmation d’un droit qui, quoique contestable au plan juridique, avait une indéniable utilité publique. Des communautés s’étaient également mobilisées pour faire maintenir la perception d’un droit indispensable aux communications locales. L’État avait d’ailleurs continué à concéder des péages à des entrepreneurs privés qui se remboursaient ainsi des avances consenties pour la construction d’infrastructures de transport.

À l’extrême fin de l’Ancien Régime émerge même un discours, certes minoritaire, favorable à une re...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540