Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Première partie. Les péages en questions

Chapitre IV. Un droit impopulaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On resserre d’impôt le trafic des rivières.
Le sang des gros vaisseaux et celui des artères :
C’est fait du corps auquel on tranche tous les jours
Des veines et rameaux les ordinaires cours. »

Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, « Misères »,
vers 625-628, éd. de la Pléiade, Gallimard, 1969,
pp. 35-36.

En matière de circulation marchande sous l’Ancien Régime, la question des péages réapparaît immanquablement. Imprégnée de l’idéologie libérale, l’historiographie a largement souscrit au procès qui fut fait au péage au xviiie siècle et l’a parfois amplifié, au point d’élever ce droit au rang de symbole de tous les archaïsmes et blocages du commerce d’Ancien Régime. La difficulté à laquelle on se trouve donc confronté lorsqu’on tente de réexaminer les péages, c’est précisément de se déprendre de ce contenu polémique et d’un a priori idéologique, pour reconsidérer cette question avec un regard simplement critique.

D’autre part, il faut veiller à ne pas se laisser obnubiler par les seuls conflits,...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540