Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Première partie. Les péages en questions

Chapitre III. Le péage et son espace

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme de péage désignait non seulement le droit à acquitter, mais aussi – en un sens plus tardif – le lieu où il était perçu1. Repère spatial multiséculaire, il a marqué le territoire et certains toponymes ont conservé encore à l’heure actuelle le souvenir du péage : ainsi au Péage-de-Roussillon, aux lieux-dits « Le Péage » situé à mi-distance de Chartres et Dreux2, « Le Péage » (commune de Septème), etc. Cette mémoire du péage est d’autant plus étonnante qu’au xviiie siècle ce droit avait faiblement marqué l’espace cartographique. Alors même qu’une extraordinaire activité géographique s’était développée en parallèle de la politique routière, il n’existe à notre connaissance aucune carte de péages à cette époque3. Ces droits ne sont pas figurés sur les guides des itinéraires et les cartes des postes, réservés aux seuls trafics des nouvelles et des voyageurs qui échappaient au péage. On ne trouve que de rares mentions de péages sur les cartes de Cassini et les atlas Trudaine4. La ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540