Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Première partie. Les péages en questions

Chapitre II. Péage et économie du privilège

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La multiplicité des droits et la pluralité des mots, mais aussi le nombre des propriétaires et la diversité des tarifs, témoignaient encore au xviiie siècle du caractère féodal des péages. De la sorte, les péages nous informent aussi sur la société de rangs et l’économie du privilège qui caractérisent l’Ancien Régime, où l’économique n’est pas conçu comme séparé de la vie sociale. On sait en effet qu’ « une des fonctions majeures du fait économique dans le monde préindustriel est d’être un vecteur de significations hyper économiques et d’être porteur de messages sociaux et idéologiques »1. Autant qu’un simple revenu, le péage est le lieu d’expression et de satisfaction de sollicitations qui débordent la sphère strictement économique. Parce que les péages étaient, pour reprendre l’expression de Karl Polanyi, embedded (enchâssés) dans la société qui les avait produits et au sein de laquelle ils fonctionnaient2, ils condensent et concrétisent à la fois des représentations dans une soci...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable