Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le péage en France au XVIIIe siècle

 | 
Anne Conchon

Première partie. Les péages en questions

Chapitre premier. Une définition problématique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La seule nomenclature de ces droits est une science épineuse. »

Pierre-Samuel Dupont de Nemours,
Procès-verbal de l’assemblée baillivale de
Nemours pour la convocation des États généraux,
avec les cahiers des trois ordres, Paris, 1789, t. II, pp. 259-260.

Définir le péage, c’est d’abord interroger les mots qui servaient à le désigner et les usages qu’en faisaient les différents acteurs. Bien souvent en effet le terme de péage n’apparaît pas en tant que tel. La réalité institutionnelle du droit se perdait dans une multitude de dénominations, qui inscrivaient dans la langue la diversité de ses origines et marquaient la singularité du privilège. Une telle pluralité terminologique autorisait en effet toutes les incertitudes fiscales et les risques de confusion avec d’autres droits approchants. Il s’agira non seulement de voir comment les mots dessinent l’institution du péage et mais aussi de comprendre les significations qui apparaissent derrière ces multiples désignations.

I. CONTOURS DU P...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540