Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Deuxième partie. L'ambassade en Algérie (juillet-décembre 1962)

Chapitre XVII. Les difficiles débuts de la coopération franco-algérienne

Texte intégral

1Durant le semestre de son ambassade en Algérie, Jean-Marcel Jeanneney tente de mettre sur les rails l’ambitieuse politique de coopération bilatérale que de nombreux milieux politiques, économiques et sociaux en France appellent de leurs vœux pour établir un dialogue riche et apaisé entre l’ancienne métropole et le nouvel État. Au fil des mois et des dossiers, le gouvernement algérien marque ostensiblement sa volonté de rompre avec les relations qui unissaient l’Algérie coloniale à la France. Pour le gouvernement de Ben Bella, il s’agit d’éviter toute forme de « néocolonialisme ». Pour les dirigeants algériens, « coopération » signifie, plus ou moins consciemment, « réparation » des humiliations subies lors de la période coloniale. Par voie de conséquence, ils estiment que le gouvernement français a des dettes envers le jeune État et qu’il doit les solder sans chercher à regarder plus avant l’utilisation des fonds ainsi « récupérés ». C’est à cette attitude difficile à admettre et à gérer que sont confrontés l’ambassadeur et les diplomates qui l’entourent, dans des domaines aussi variés que l’aide technique, administrative, financière ou culturelle.

I. L’ORDONNANCE SUR LES BIENS VACANTS ET L’ASSOCIATION DE SAUVEGARDE

2Le contenu de l’ordonnance sur les biens vacants est connu le 22 août sans qu’aucun texte ne soit publié. Ce flou juridique va être fort habilement entretenu, tant par le bureau politique que par l’exécutif provisoire, pour permettre de légaliser ultérieurement toutes les spoliations sauvages de biens, vacants ou non, appartenant à des Français. Bien qu’en complète violation avec les accords d’Évian, l’ordonnance ne va faire l’objet que de remontrances de principe de la part de l’ambassade de France ou du ministère d’État chargé des Affaires algériennes. La date de son annonce, qui coïncide fortuitement avec le début du paroxysme de la crise « wilayste », l’explique pour partie, mais en partie seulement. L’abandon des biens mobiliers et surtout immobiliers des Français d’Algérie paraît délibérément choisi par le gouvernement français car, de toute façon, aucune solution satisfaisante les concernant n’est envisageable. En effet, ces biens n’ont de valeur réelle que s’ils sont vendables à un prix juste. Ce n’est évidemment pas le cas puisque les pieds-noirs ont massivement quitté le pays et que l’étroite classe moyenne algérienne n’a pas les moyens de racheter ce patrimoine. N’étant plus monnayables, ces biens n’ont donc plus de valeur marchande. L’ordonnance aurait donc, au moins, le mérite de ne pas faire perdurer une situation inextricable. Hélas ! elle va couvrir les pires débordements car les colons encore implantés en Algérie vont être les victimes toutes désignées de cette politique voulue réaliste.

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 372-377 du 1er septembre 1962.

3Le scénario qui se met en place fin août prévoit qu’à la publication de l’ordonnance, les préfets feront procéder à l’ouverture et à l’exploitation de tout établissement à caractère industriel, commercial, artisanal, financier ou agricole, en état de cessation d’activité, nantis d’un avis favorable de la délégation aux affaires économiques. Après inventaire, ils nommeront un administrateur gérant chargé d’assurer la marche de l’affaire sous le contrôle des services départementaux, tandis qu’une redevance sera consignée sur un compte pour être éventuellement reversée au propriétaire s’il désirait reprendre l’exploitation. Trente jours après la publication de l’ordonnance, les préfets pourront procéder à la réquisition des locaux d’habitation vacants depuis plus de deux mois. Les réquisitions pourront être levées si le titulaire régulier occupe un emploi en Algérie et si le bénéficiaire de la réquisition peut être relogé. L’ordonnance, qui fera l’objet d’une large diffusion dans la presse, met en demeure les propriétaires de reprendre l’occupation de leurs biens dans un délai de trente jours1. À Tlemcen, le préfet ne s’embarrasse pas de cette procédure et enjoint tous les propriétaires absents de venir reprendre leur entreprise avant le 1er septembre.

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 537-543 du 8 septembre 1962.
  • 3 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1163-1164 du 7 septembre 1962.

4À la parution officielle de l’ordonnance, le 7 septembre, Jean-Marcel Jeanneney tente d’en évaluer les conséquences. D’un côté, il ne cache pas qu’elle « risque d’effrayer nos compatriotes », mais il « estime cependant que dans l’état actuel des choses, elle peut être un instrument de sauvegarde partiel des droits de nos ressortissants si les autorités algériennes en font une application loyale ». L’ambassadeur veut croire à l’application loyale de la procédure administrative de restitution pour les propriétaires revenant en Algérie2. Depuis Paris, Louis Joxe ne décolère pas et enjoint l’ambassadeur et haut-représentant de vivement protester car « nous ne saurions nous laisser dire qu’il s’agit de mesures destinées à encourager les européens à rentrer, alors que nous nous trouvons en présence de menaces et d’actes de spoliation contraires aux accords d’Évian »3.

  • 4 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 982-983 du 26 septembre 1962.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1578-1579 du 9 octobre 1962.

5Le matin même de la disparition de l’exécutif provisoire, Louis de Guiringaud tente d’infléchir Abderrahmane Farès afin qu’il proroge d’un mois le délai de trente jours prévu par l’ordonnance de manière à donner un répit aux chefs d’entreprise hésitant à revenir en Algérie, mais cette démarche demeure infructueuse4. Deux jours après l’expiration du délai fatidique, le ministère d’État communique à l’ambassade que l’ordonnance n’a paru dans la presse française que le 6 octobre, soit la veille du dernier jour de grâce. Louis Joxe se borne à laisser à Jean-Marcel Jeanneney « le soin de faire une observation au gouvernement algérien, s’il l’estime opportun »5.

  • 6 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1411-1416 du 17 octobre 1962.
  • 7 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1428-1429 du 18 octobre 1962.
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1445-1447 du 18 octobre 1962.
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1460-1462 du 19 octobre 1962.

6Cette première entreprise légale de spoliation est complétée, le 16 octobre, par une décision du Conseil des ministres algérien qui interdit les transactions sur les biens agricoles vacants, annule les contrats de vente intervenus après le 1er juillet 1962, et les actes conclus à l’étranger ayant pour objet la vente ou la location des biens mobiliers ou immobiliers. Par ce texte, le gouvernement algérien vise les locations à des Algériens de propriétés européennes et la possibilité de vente des propriétés à des étrangers comme des Saoudiens ou Marocains qui seraient sur les rangs. Cette mesure prouve, en outre, que le gouvernement est impuissant à résister à la pression des comités de gestion ruraux6. Après des contacts pris par Daniel Dommel, les autorités algériennes assurent que les entreprises industrielles remises en marche par gérance ne seront pas visées et que les projets de réquisition seront formulés à l’ambassade un mois à l’avance de manière à prévenir le propriétaire7. Dès le lendemain de cette décision, des équipes de policiers en civil apposent sur des immeubles de Philippeville habités par des locataires français des affiches portant la mention « État algérien. Défense d’entrer sous peine de poursuites judiciaires », tandis que, dans la campagne environnante, des paysans armés expulsent des exploitants européens8. Un peu partout à travers le pays, des spoliations arbitraires se produisent9.

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1987-2008 du 8 novembre 1962.
  • 11 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2053-2055 du 11 novembre 1962.
  • 12 Jean Herly, art. cit.
  • 13 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2720-2724 du 18 décembre 1962.
  • 14 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2771-2774 du 21 décembre 1962, décret du 23 novembre (...)

7Quant au texte sur les annulations de transactions de biens vacants, il ne paraît au Journal officiel que le 5 novembre. Devant le caractère confus de sa rédaction, l’ambassade est amenée à en demander une interprétation à Hervé Bourges qui résume les dispositions arrêtées à un pouvoir très libre des préfets dans son application10. Lorsque Jean-Marcel Jeanneney fait remontrance à Mohamed Khémisti de cette situation inique, le ministre des Affaires étrangères se contente de l’écouter en silence11. Jean-Marcel Jeanneney ne se fait plus aucune illusion et adresse le 12 novembre un télégramme établissant clairement la situation : « Il semble que rien ne sera fait par le gouvernement algérien pour inciter nos compatriotes à rester sur leurs terres, et que seuls ceux qui accepteraient de servir de conseiller technique à des comités de gestion pourront espérer se maintenir. Nous allons à nouveau protester. Mais vous ne pouvez pas ne pas tenir compte de cette attitude des autorités algériennes quand nos compatriotes agriculteurs vous demandent conseil »12. L’arbitraire auquel sont soumis les Français n’ira pas en déclinant. Mi-décembre, l’ambassade agit encore auprès de M. Houhou, directeur de cabinet de Mohamed Khémisti, pour s’indigner de la situation vécue par les derniers colons de l’arrondissement de Bouira. Le ministre des Affaires étrangères promet de faire convoquer prochainement les préfets, sous-préfets pour les informer des implications des accords d’Évian et des récents entretiens de Paris, mais l’ambassade sait que la réalité du pouvoir demeure entre les mains des militaires et des responsables locaux du parti13. À quelques jours du départ de Jean-Marcel Jeanneney d’Algérie, la législation sur les biens vacants est encore complétée par la publication au Journal officiel du décret créant des comités de gestion dans les entreprises industrielles, artisanales et minières vacantes14.

II. LA QUESTION DE LA SÉPARATION DES TRÉSORS

  • 15 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 558-560 du 10 septembre 1962.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 856-858 du 21 septembre 1962.

8Le 10 septembre, Daniel Dommel, le conseiller économique de l’ambassade, s’inquiète de l’ampleur du débit du Trésor algérien sur le Trésor français qui se monterait à 900 millions de nouveaux francs. Ce déficit est largement imputable à la chute des recettes fiscales tant en ce qui concerne les impôts directs que les taxes sur les affaires. Le trésorier-payeur général d’Algérie s’attend à un déficit d’environ 2 à 2,5 milliards de nouveaux francs à la fin 1962, ce qui porterait le déficit envers le Trésor français à 1,5 ou 2 milliards de nouveaux francs. Devant ce pronostic pessimiste, Jean-Marcel Jeanneney juge qu’il faut « entamer (…) rapidement des conversations destinées à régulariser la situation actuelle et à mettre un terme à l’hémorragie en cours »15. De surcroît, l’ambassade a également connaissance de l’utilisation frauduleuse des délégations données aux préfets français jusqu’au 1er juillet par les préfets algériens. Ceux-ci antidatent leurs tirages sur les chapitres concernant l’information et les frais de passage16.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1446-1450 du 29 septembre et n° 1549-1550 du 6 octo (...)
  • 18 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1551-1558 du 22 octobre 1962.
  • 19 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1934-1938 du 5 novembre 1962.
  • 20 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1939-1940 du 7 novembre 1962.
  • 21 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1941-1945 du 7 novembre 1962.

9Jean-Marcel Jeanneney aborde officiellement le problème le 29 septembre avec Ahmed Ben Bella, alors qu’il est venu le féliciter pour son investiture et celle de son gouvernement. L’ambassadeur est chargé d’expliquer au nouveau président du Conseil que le gouvernement français n’ira pas au-delà d’un déficit de 1,2 milliard de nouveaux francs et qu’il est temps de réfléchir à la mise sur pied de mécanismes de séparation des deux trésors17. Cette première invitation demeure sans effet. Presque un mois plus tard, le 22 octobre, alors que les relations franco-algériennes se sont détériorées, Jean-Marcel Jeanneney suggère à Louis Joxe de mettre un terme à cette situation. En effet, l’ambassadeur constate que « la position débitrice du Trésor algérien à l’égard de la France continue à s’accentuer à un rythme voisin de 60 à 70 millions de nouveaux francs par semaine et approche 1,6 milliard de nouveaux francs ». C’est pourquoi « un arrêt autoritaire et brutal des paiements pour le compte de l’Algérie devrait être apprécié dans ses conséquences politiques et aussi économiques. Des mesures pouvant être prises dans l’espace de quelques jours devraient (…), sans arrêter les paiements algériens, permettre de faire apparaître au grand jour l’aide financière française et d’en contrôler le débit ». Dans l’esprit de Jean-Marcel Jeanneney, la fin de la facilité de caisse n’est pas une sanction mais répond précisément au désir des Algériens de devenir réellement majeurs, ce qui signifie qu’ils doivent comprendre qu’on ne dépense pas des fonds publics comme le font les enfants avec leur argent de poche18. Néanmoins la concordance des dates entre cette prise de position et l’accumulation des griefs à l’encontre de la politique menée par l’équipe de Ben Bella laisse penser que le gouvernement et l’ambassade ont désiré trouver une réplique aux agissements des Algériens. La décision de couper le cordon ombilical reliant le Trésor algérien au Trésor français, à compter du 12 novembre, parvient à l’ambassade le 5 novembre, alors que l’ambassadeur est à Paris. Le ministère d’État annonce la décision du gouvernement français de « mettre un terme aux tirages illimités du Trésor algérien sur le Trésor public », mais elle n’est pas transmise aux autorités algériennes19. Le lendemain de son retour à Alger, Jean-Marcel Jeanneney croit utile de transmettre en « priorité absolue » que la décision française de ramener l’avance française au Trésor algérien de 200 à 100 millions de nouveaux francs mettra virtuellement le Trésor algérien en état de cessation de paiement. Il ajoute encore que « l’opération d’éclaircissement des relations de trésorerie change ainsi de caractère et prend l’aspect d’une mesure de rétorsion à l’égard du comportement récent des autorités algériennes. Elle risque de provoquer des réactions plus graves, allant jusqu’à l’établissement du contrôle des transferts et la mainmise sur la Banque de l’Algérie »20. Contrairement au souvenir actuel de l’ancien ambassadeur, il semble bien qu’il y ait eu un lien de cause à effet entre les affaires de la radio, de la cathédrale, de Rocher Noir et l’annonce de la séparation des Trésors, même si cette dernière devait se produire tôt ou tard. Le raidissement algérien a aussi entraîné en France une série d’articles virulents contre le gouvernement algérien, dans Le Monde, Le Figaro et Combat. Mohamed Khémisti se plaint à l’ambassadeur, après la remise des lettres de créance, d’une campagne de presse délibérée, ce qui n’est pas du goût de Jean-Marcel Jeanneney qui lui rétorque qu’« on ne peut empêcher que des journalistes cherchent à déceler les motifs de certaines décisions récentes des autorités algériennes »21.

  • 22 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2009 du 8 novembre 1962.

10C’est à Daniel Dommel qu’échoit la délicate annonce officielle de la limitation des concours du Trésor français auprès d’Ahmed Francis, l’après midi du 8 novembre. Le ministre des Finances algérien ne s’est, semble-t-il, pas tant montré surpris que gêné par la soudaineté de la mesure. Sa première réaction est de laisser entendre que le gouvernement algérien ne resterait pas inerte et qu’il comptait bien contre-attaquer en remettant en cause certaines dépenses imputées au budget de l’Algérie au cours des années passées22.

  • 23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2040-2043 du 10 novembre 1962.

11Dès le samedi 10 novembre, Ahmed Francis fait parvenir une demande de report de la date de séparation des Trésors, motivée par un mémorandum. Dans ce texte, le ministère des Finances algérien se réfère au protocole du 28 août 1962 sur les modalités d’exécution des opérations financières pour estimer qu’en l’absence de dénonciation en temps opportun, c’est ce document qui doit régir les relations entre les deux Trésors jusqu’au 31 décembre 1962. Or l’article 3 dudit protocole prévoit que les comptabilités seront distinctes selon les dispositions en vigueur au 30 juin 1962, sauf accord entre les deux gouvernements. La décision française de clôturer le compte intitulé « dépôt de fonds de la section spéciale du Trésor public », à compter du 12 novembre, et l’ouverture simultanée d’un nouveau compte destiné à retracer, à partir de cette date, le mouvement général des recettes et des dépenses du Trésor algérien constitue, aux yeux des Algériens, « une manifestation de la volonté unilatérale en contradiction avec les dispositions de l’article 3 ». Le mémorandum algérien fait mine de comprendre « le souci » du gouvernement français devant la situation, mais c’est pour insister sur le fait qu’elle résulte « des désordres graves qui ont suivi la signature des accords d’Évian »23.

12Jean-Marcel Jeanneney se charge personnellement de composer une réponse au mémorandum algérien en la soumettant à Paris. Il tient à dédramatiser la mesure, en rappelant qu’elle n’est en rien contradictoire avec le mémorandum et qu’elle ne vise qu’à clarifier la situation. Le seul changement intervenu est l’inscription du montant des encaissements et des décaissements à partir du 12 novembre, ce qui donne corps à l’existence d’un Trésor algérien. Dorénavant les avances ne seront plus automatiques et « noyées » dans le Trésor français, elles devront faire l’objet d’un agrément préalable du Trésor français.

13Une des raisons du déficit du Trésor algérien résulte des transferts de capitaux vers la France. Selon les données fragmentaires recueillies par la mission économique et financière de l’ambassade, la masse des capitaux privés transférés vers la France s’est élevée à 567 millions de nouveaux francs par mois sur les cinq premiers mois de 1962, alors qu’elle atteignait 513 millions de nouveaux francs par mois pour la même période de 1961. En dépit d’une hausse de 10 %, on ne peut, à première vue, parler d’évasion. En fait, le montant réel atteint 663 millions de nouveaux francs car la Caisse pour le développement économique de l’Algérie (CEDA) a procédé à un transfert de 315 millions de nouveaux francs en sens contraire. L’essentiel de l’accroissement des transferts est imputable à la voie bancaire dont la moyenne mensuelle pour les sept premiers mois de 1962 se monte à 221 millions de nouveaux francs contre 92 millions en 1961. En revanche, les transferts mensuels par voie postale n’ont été que de 289 millions de nouveaux francs en 1962 contre 302 millions en 1961. Enfin, les transferts mensuels par bons du Trésor se sont montés à 143 millions de nouveaux francs en 1962 contre 120 millions en 1961.

  • 24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 846-850 du 21 septembre 1962.
  • 25 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2268-2269 du 15 décembre 1962.

14Le solde du compte de la Banque de l’Algérie est tombé de 1 340 millions de nouveaux francs à 840 millions entre le début et la fin juin 1962. Après le transfert de la Caisse pour l’équipement et le développement de l’Algérie, le solde a rechuté fin juillet à 650 millions de francs. Au 18 septembre, il s’élevait à 672 millions de francs, ce qui tendrait à prouver une certaine stabilisation. Pour les experts de l’ambassade, le transfert à destination de la France paraît accompli. « L’interdiction officieuse par le FLN des achats d’immeubles ou de fonds de commerce par les musulmans à des Européens, l’assèchement des trésoreries, l’effondrement des échanges commerciaux et donc du déficit commercial, la baisse ou la disparition des profits, la paralysie persistante des services postaux et comptables, contribuent pour le moment à limiter les transferts »24. La cessation des avances consenties par le Trésor français mettrait l’Algérie en état de cessation de paiement. On ne trouve nulle trace de l’adoption éventuelle de ce scénario. La France est trop consciente de ses responsabilités et désireuse de voir l’Algérie se stabiliser pour envisager de la plonger dans le chaos. C’est pourquoi la confirmation faite par Jean-Marcel Jeanneney à Ahmed Ben Bella de l’octroi d’une nouvelle avance fin novembre permet de mettre un terme à la brouille commencée fin octobre. Paris entend également poursuivre son désengagement financier en transférant, au plus vite, à la Banque centrale d’Algérie le privilège d’émission monétaire détenu par la Banque de l’Algérie25.

15Le chapitre des relations financières entre l’Algérie et la France dans le second semestre 1962 présente une singularité certaine, à travers le maintien de l’unité des services du Trésor, par respect de la parole donnée par la France à Évian. Les accords ne prévoyaient pas un droit de tirage illimité de l’Algérie sur le Trésor français mais l’unité des deux services jusqu’au 31 décembre 1962. Dans les faits, l’Algérie a obtenu le privilège exorbitant d’un droit de tirage illimité sur le Trésor français jusqu’au 12 novembre 1962, date à laquelle le gouvernement français a décidé d’appliquer l’article 3 du protocole financier du 28 août qui n’envisage que des avances à court terme, négociées au cas par cas et donnant lieu à un accord préalable entre les deux gouvernements. La générosité française a placé l’Algérie dans une situation déficitaire qui peut être estimée au 12 novembre à 1,8 milliard de nouveaux francs. En fait, ce déficit colossal n’est pas uniquement imputable à la gestion de l’exécutif provisoire et du gouvernement d’Ahmed Ben Bella. En effet, dès le mois d’avril, le budget était déséquilibré à cause du coût des collectifs votés en 1961 par le Parlement pour faire face aux dépenses résultant de la faiblesse des récoltes due à la grande sécheresse. Si bien qu’au moment de l’indépendance, le déficit devait déjà atteindre 500 millions de nouveaux francs. Du fait des troubles de l’année 1962, aucun impôt direct n’a pu être perçu, soit une perte de 700 millions de nouveaux francs, alors même que les contribuables les plus aisés partaient pour la métropole. Enfin, la régression de l’activité économique a entraîné un rendement particulièrement faible des impôts sur les sociétés et des impôts directs. Seules les taxes sur les carburants et les tabacs paraissent entrer régulièrement. Sur 3 milliards de recettes prévues, seuls 1,95 milliard de nouveaux francs devraient entrer dans les caisses du Trésor algérien pour 1962.

16Concrètement, le compte n° 104 intitulé « Dépôts de fonds de la section algérienne du Trésor public » est clos et un nouveau compte, n° 105, est ouvert, doté d’une avance initiale de 100 millions de nouveaux francs pour permettre au système de fonctionner. À court terme, cette nouvelle situation contraint le gouvernement algérien à reprendre le plan d’économies de 300 millions de nouveaux francs d’ici la fin 1962 préconisé en août par l’exécutif provisoire. Compte tenu des besoins mensuels d’environ 120 millions de nouveaux francs pour régler les traitements des fonctionnaires, le gouvernement algérien aura certainement besoin d’une rallonge de 400 à 500 millions de nouveaux francs pour boucler l’exercice 1962. D’ores et déjà, Ahmed Francis, le ministre des Finances, élabore un budget d’austérité pour 1963, misant sur un équilibre à concurrence de 2,6 milliards de nouveaux francs de recettes, alors que le niveau de dépenses à la fin 1962 atteint 3,5 milliards et que le ministre algérien chargé d’indemniser les victimes de guerre estime que son futur budget se montera à 1,27 milliard. Pour les experts français, les prévisions algériennes sont, pour le moins, optimistes, même en estimant l’activité économique réduite à 70 % de son niveau de 1961 et la poursuite de l’aide française dans le cadre du programme d’équipement à la hauteur de 1 milliard de NF.

17La cure d’austérité préconisée par Daniel Dommel, chef de la mission financière de l’ambassade de France, n’est pas aussi draconienne qu’elle aurait pu l’être. Le financier français suggère en fait d’accorder la rallonge indispensable de 400 à 500 millions de nouveaux francs pour terminer l’exercice 1962, mais estime nécessaire de ne pas dépasser le milliard de nouveaux francs prévu pour la poursuite du programme d’infrastructures en 1963. L’analyse fine de la situation du compte arrêtée le 12 novembre permettra de réduire le poids de l’endettement de l’Algérie. Dans l’immédiat, le mot d’ordre est donc à l’apaisement tout en demeurant sur une position de principe, une attitude que les Algériens risquent fort de ne pas comprendre.

III. LA COOPÉRATION CULTURELLE, TECHNIQUE ET MILITAIRE ET LES PROBLÈMES ADMINISTRATIFS

18Tout au long des six mois de l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney à Alger vont se mettre en place les différents chantiers de la politique de coopération avec une rapidité assez remarquable, compte tenu des tensions politiques et de l’état de désorganisation ou d’improvisation de la nouvelle administration algérienne.

A. LA COOPÉRATION TECHNIQUE

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme à l’arrivée n° 1 du 17 juillet 1962.

19La première demande de coopération technique formulée par l’exécutif provisoire concerne un programme d’assistance entre EDF-GDF et EDAGDA. L’ambassadeur en instruit Louis Joxe dès le 9 juillet. Elle fait suite au contact pris par Daniel Dommel avec Belaïd Abdesselam. Malgré le « caractère très technique des problèmes soulevés », Jean-Marcel Jeanneney demande à être tenu informé des engagements pouvant être pris par EDFGDF. Jean-Marcel Jeanneney désire affirmer son autorité sur toutes les facettes des relations bilatérales et ne pas démentir l’image d’« ambassadeur de la coopération » que lui prêtent les journalistes. Il demeure, en outre, très attaché aux questions liées à son ancien ministère. Dès le 17 juillet, Louis Joxe donne son accord pour l’établissement de contacts directs entre les deux sociétés nationales françaises et leurs anciennes filiales algériennes26. Après un semestre de négociations, le protocole relatif à la situation des agents français en fonction auprès d’EGA sera signé le 17 décembre.

  • 27 À titre de comparaison, les chiffres pour 1962 étaient de 900 millions de nouveaux francs pour l’é (...)
  • 28 Les crédits ont été consommés de la manière suivante : 1,37 milliard de nouveaux francs pour l’équ (...)

20Il faut attendre la préparation des entretiens bilatéraux de décembre pour avoir un tableau assez complet de l’état d’avancement de la coopération technique entre la France et l’Algérie. Les chiffres projetés pour le budget algérien de 1963 mentionnent un crédit d’un milliard de nouveaux francs pour l’équipement, ce qui correspond au financement de la tranche des projets du plan de Constantine, auxquels il faut ajouter 50 millions pour l’aide technique, 30 millions pour la contribution de la France à l’organisme saharien de coopération, 30 millions pour la contribution de la France aux dépenses de l’organisme de gestion et de sécurité aéronautique. Au total, l’aide française en 1963 s’élèvera à 1,11 milliard de nouveaux francs27. Le plan de financement de la partie française ne semble pas négociable car si l’aide de 3 milliards de nouveaux francs sur trois ans promise à Évian couvre l’ensemble des projets prévus dans le plan de Constantine, elle a déjà été consommée pour 2,1 milliards de nouveaux francs à la fin 196228. En réalité, l’ambition des projets lancés entre 1959 et 1962 contraint l’Algérie indépendante à poursuivre cette politique en s’acquittant des dettes pour plusieurs années encore. Dans cette matière, le pouvoir algérien a tout intérêt à critiquer la France en l’accusant de néo-colonialisme car elle lui a imposé ses choix, toute rupture devant se traduire par un formidable gâchis financier.

B. LA COOPÉRATION ADMINISTRATIVE

  • 29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 68 du 31 juillet 1962.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1194-1198 du 6 octobre 1962. Les besoins sont les sui (...)

21En matière de coopération administrative aussi, on ne peut que constater la continuité ayant prévalu durant le second semestre 1962. Dès le 31 juillet, l’ambassade transmet une demande officielle de l’exécutif provisoire pour l’envoi d’une mission de l’inspection générale des Finances afin de remettre de l’ordre dans l’administration algérienne29. Cette volonté de restaurer les rouages de l’administration très perturbés par la fuite des fonctionnaires pieds-noirs n’est pas remise en cause par le nouveau gouvernement, bien au contraire. Le 6 octobre, les autorités algériennes demandent à l’ambassade de transmettre leurs besoins concernant différents corps30.

  • 31 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2735-2744 du 19 décembre 1962.

22Il ne faudrait pas croire que le règlement de ces questions administratives n’ait pas réclamé énormément de temps à l’ambassadeur. Sur toutes les questions techniques, Jean-Marcel Jeanneney, conservant les habitudes prises au ministère de l’Industrie, apportait sa touche personnelle. Aussi n’est-ce point là l’aspect le plus spectaculaire de son ambassade mais sans doute un de ceux qui lui ont demandé le plus d’énergie. Jusqu’au bout, il se préoccupera de questions administratives aussi ardues que la position des Algériens de statut civil de droit commun désireux de travailler en tant que fonctionnaires français dans le cadre de la coopération technique, ou bien du rattachement des fonctionnaires français à la Sécurité sociale française31. Un autre que lui, sachant qu’il allait prochainement quitter son poste, aurait peut-être laissé ces questions fastidieuses à son successeur.

  • 32 7 500 agents en fonction avant le 1er juillet 1962, 5 000 enseignants en fonction avant cette date (...)

23Fin 1962, 15 500 fonctionnaires français exercent leur métier comme agents de la fonction publique algérienne32. Plus que des fonctionnaires détachés, les autorités algériennes sont demandeuses de missions administratives chargées de pratiquer ce qu’on appellerait aujourd’hui des audits d’organisation et de comptabilité. De son côté, la France souhaite maintenir une partie de son personnel d’encadrement en Algérie, sans doute pour se donner un droit de regard sur les dossiers qui l’intéressent. L’influence française va pouvoir s’exercer dans le cadre de la déclaration des principes de l’aide technique des accords d’Évian par laquelle la France s’engage à fournir à l’Algérie son appui en matière de documentation technique, à mettre à la disposition de l’Algérie des services et des missions d’études, de recherches ou d’expérimentations, à ouvrir l’accès aux établissements français d’enseignement et à organiser des stages de perfectionnement, à mettre à la disposition des agents français. En somme, la France va tenter de faire dans l’Algérie indépendante ce qu’elle n’a pas su et surtout voulu faire durant la période coloniale, former les futures élites algériennes pour qu’elles ne lui soient pas hostiles. La mise à disposition de l’État algérien de fonctionnaires français fait l’objet de protocoles. Les deux premiers sont signés le 28 août, l’un pour les agents français en service en Algérie, ainsi qu’un protocole judiciaire. Deux autres sont paraphés le 24 septembre en ce qui concerne les médecins et biologistes ainsi que les agents français de la SNCFA. D’autres encore seront établis pour les agents français de l’EGA, pour la mise à disposition de médecins, pharmaciens et dentistes militaires, d’agents des collectivités locales et des organismes de sécurité sociale. Trois problèmes principaux expliquent les difficultés à mettre sur pied l’aide technique du côté français : tout d’abord, le manque de candidats pour travailler en Algérie compte tenu de la situation politique et de l’insécurité, ensuite la lenteur inéluctable pour la sélection de candidats expérimentés, enfin le retard apporté dans le versement des traitements et des primes. Mais les Algériens ne sont pas en reste pour provoquer des difficultés. Ils demeurent incapables de faire connaître leurs besoins réels et ne précédent pas à la restructuration administrative nécessaire pour créer des postes précis pour les agents français. D’autre part, les administrations algériennes n’ont pas de crédits affectés au paiement des Français. Certains actes donnent même à penser que les Algériens ne souhaitent pas former leurs cadres en France : une trentaine de stagiaires envoyés à l’ENA ont été rappelés deux semaines après leur arrivée à Paris.

C. LA COOPÉRATION SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE

  • 33 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 27 juillet 1962.
  • 34 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Rebeyrol du 1er juin 1992.
  • 35 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 93 du 4 août 1962.

24Le principal volet de la coopération concerne l’enseignement. L’ambassade va être aidée par les plus hautes instances de la FEN et du SNI qui font le voyage d’Alger dès la fin juillet à travers la délégation conduite par M. Aulong et James Marangé, respectivement secrétaire général adjoint de la FEN et responsable des Affaires algériennes au SNI33. À cette date, rien ne permet à Philippe Rebeyrol, qui a la charge de l’enseignement et des affaires culturelles à l’ambassade, de garantir avec certitude une rentrée scolaire et universitaire à l’automne34. De tous les corps d’enseignants, c’est celui des instituteurs qui a le mieux résisté au vent de panique ayant soufflé depuis le printemps avec un taux de 40 % de postes pourvus pour la rentrée. La situation est, en revanche, nettement moins brillante dans le secondaire et dans le supérieur où, par exemple, tout le corps enseignant des facultés de médecine et de pharmacie est parti en France. Une première solution de fortune est trouvée début août, quand l’ambassade obtient du ministère des Armées le principe de la mise à disposition de l’Algérie d’instituteurs et de professeurs du contingent35.

  • 36 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 115 du 7 août 1962.
  • 37 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 121 du 8 août 1962.

25Le 6 août se tient la première réunion de la commission chargée de la répartition des établissements scolaires entre l’office universitaire et culturel et le futur ministère algérien de l’Éducation nationale. Les Algériens craignent que l’office ne draine la majorité des professeurs et des élèves. Les deux délégations s’entendent pour procéder à une répartition provisoire pour l’année 1962-1963 compte tenu de l’inconnue du nombre d’Européens qui continueront à vivre en Algérie. Concernant l’enseignement supérieur, la France est prête à assurer la gestion des établissements les plus prestigieux et les Algériens prêts à l’accepter en échange de leur droit de patronage36. Le 8 août, Jean-Marcel Jeanneney se met à la recherche d’un directeur français pour l’office, il pense à M. Théron, inspecteur général de mathématiques et membre du cabinet de Louis Joxe. Le poste de secrétaire général administratif pourrait être confié à M. Grandsimon, sous-directeur au ministère de l’Éducation nationale37.

26L’office universitaire et culturel est officiellement créé le 14 août. Il s’agit d’un établissement public français, dont le conseil d’administration siège à Paris, et qui est chargé d’administrer les établissements scolaires et universitaires français d’Algérie ainsi que le personnel qui y exerce. La mission culturelle parallèlement instaurée est, quant à elle, chargée de la coopération avec les autorités algériennes dans les domaines de l’enseignement et de la diffusion culturelle, et de détacher des enseignants français dans les établissements relevant du ministère algérien de l’Éducation nationale. La formation des maîtres, l’action culturelle française, ainsi que toutes les questions comportant une incidence sur les rapports universitaires ou culturels franco-algériens sont du ressort de la mission culturelle. Cette dissociation des compétences entre l’office universitaire et culturel et la mission culturelle résulte des négociations d’Évian et Jean-Marcel Jeanneney n’est en rien intervenu dans leur création. Toutefois, en tant qu’ambassadeur de France chargé de mettre en route les missions de l’ambassade, il devra défendre à l’automne la mission culturelle contre la Rue de Rivoli. Dans une lettre du 16 octobre à Louis Joxe, mais qui a dû être modifiée dans la forme en dernier ressort, il critique la position du ministère des Finances qui refuse de créer un budget propre à la mission culturelle pour 1963, sous le prétexte que l’office n’aura pas la possibilité de dépenser l’intégralité de son enveloppe. Selon les fonctionnaires de la Rue de Rivoli, les dépenses de la mission culturelle pourront très bien être imputées au budget de l’office. C’est ce raisonnement que Jean-Marcel Jeanneney avoue ne pas comprendre car il est contraire à l’esprit même de l’autonomie de gestion d’un établissement public, et en infraction par rapport aux règles de la bonne utilisation des fonds telle qu’un contrôleur financier les apprécie. En plus de cette raison réglementaire pour l’obtention d’un budget véritable pour la mission culturelle, l’ambassadeur en ajoute une seconde, politique cette fois : la non-dissociation des budgets serait contraire aux accords d’Évian qui prévoyaient explicitement la séparation entre la gestion des établissements scolaires et universitaires et la politique culturelle en général. En conséquence, Jean-Marcel Jeanneney demande à Louis Joxe de faire revenir le ministère des Finances sur sa décision et de faire entériner l’attribution d’un budget de 13 millions de nouveaux francs à la Mission culturelle pour1963. À la rentrée 1962, l’office universitaire gère pour l’enseignement du 1er degré 178 écoles, 2 183 classes, 87 340 élèves.

  • 38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 525 du 8 septembre 1962.

27Les difficultés pour Philippe Rebeyrol ne viendront donc pas d’un manque de soutien de l’ambassade mais plutôt du retard pris pour la constitution du ministère algérien de l’Éducation. Les soubresauts politiques de l’été l’expliquent naturellement. Il faudra attendre le 8 septembre pour que Mohamed Saïd, membre du bureau politique chargé des affaires culturelles, commence à prendre les premières mesures pour créer le ministère. À ce moment, il envisage d’attribuer la direction de l’Enseignement supérieur au recteur d’Alger, M. Gauthier, et la direction de l’Enseignement secondaire et technique à M. Bouchadji, inspecteur d’académie dans l’Ariège38.

  • 39 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 590-591 du 12 septembre 1962.
  • 40 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1272-1275 du 14 septembre 1962.
  • 41 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2655-2661 du 13 décembre 1962.
  • 42 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1209-1210 du 8 octobre 1962.

28Devant les difficultés des Algériens à maîtriser la situation, l’ambassade s’organise pour parvenir à assurer une rentrée scolaire. Sur le plan symbolique d’une restauration de l’ordre public et d’une autorité politique, la rentrée est capitale. Le 12 septembre, Jean-Marcel Jeanneney réclame d’urgence que les intendants des lycées d’Alger placés sous la tutelle de l’office universitaire rejoignent leur poste comme l’ordonnance du 30 mai 1962 les y enjoint, mais en précisant qu’en aucun cas ils ne seront obligés de demeurer en Algérie au-delà du 31 décembre39. À Paris, 1 200 enseignants se pressent, le 13 septembre, devant les portes du ministère de l’Éducation nationale pour partir en Algérie40. La sociologie de ce personnel volontaire mériterait d’être étudiée. Philippe Rebeyrol évoque encore avec chaleur l’esprit missionnaire et quelque peu idéaliste de ces militants du SNI, de ces maîtres auxiliaires qui partaient aider à construire l’Algérie nouvelle. En échange de leur enthousiasme, on ne fut pas très regardant sur les titres universitaires détenus, ce qui permettait aux instituteurs d’accéder au collège voire au lycée ! Début décembre, ces volontaires n’auront toujours pas perçu un centime et l’ambassadeur devra personnellement monter en premier ligne pour que le ministère de l’Éducation nationale obtienne des Finances qu’on leur alloue une avance forfaitaire de 2 000 nouveaux francs. Jean-Marcel Jeanneney notera pour appuyer sa demande que « l’agitation actuelle du personnel enseignant français en Algérie ne peut surprendre. Il vit dans des conditions morales et matérielles pénibles. (…) Il a le sentiment d’une sorte d’abandon » et il conclut son télégramme en avertissant Paris que « toute notre politique de coopération culturelle risque de se trouver compromise par la lenteur et la complication de nos procédures administratives »41. En six mois de présence, Jean-Marcel Jeanneney et Philippe Rebeyrol peuvent s’enorgueillir d’avoir réussi à assurer une rentrée scolaire à peu près normale, ce qui était loin d’être évident début juillet, et d’avoir permis que l’enseignement français en Algérie ne connaisse aucune solution de continuité. L’objectif symbolique majeur de la coopération, le maintien de l’influence culturelle, semble atteint. En revanche, la coopération culturelle proprement dite ne connaît aucun développement. Jean-Marcel Jeanneney doit, au contraire, se préoccuper de régler la question de la disparition d’environ deux cents tableaux du musée des Beaux-Arts d’Alger, en avril ou en mai, parmi lesquels des Courbet, Ingres, Sisley, Pissarro et Renoir42.

IV. LA COOPÉRATION MILITAIRE

  • 43 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 556-557 du 10 septembre 1962.
  • 44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 566-568 du 11 septembre 1962.

29Confiées au colonel de Réals, les questions afférentes à la coopération militaire demeurent au point mort durant la période de l’exécutif provisoire, l’ambassade se bornant à transmettre au ministère d’État une demande d’Abderrahamane Farès pour équiper la force locale d’un millier de tenues de type GMS-CRS43. Avec la stabilisation opérée en septembre et avant même la tenue des élections, l’attaché militaire de l’ambassade commence à réfléchir sérieusement au principe d’une aide matérielle et technique dans le domaine militaire44. Dans une note secrète du 17 octobre, le colonel de Réals prescrit de « ne pas fournir de l’armement ou des matériels de combat : ceux-ci existent en abondance ou sont attendus en exécution des marchés passés avant la fin des hostilités avec les pays qui soutenaient la rébellion ». Le souci de la France en matière militaire doit être uniquement guidé par la volonté « de stabiliser l’armée algérienne en l’installant dans des conditions de confort suffisant ». Pour l’attaché militaire, la France ne doit pas chercher à lier l’armée algérienne dans un accord de défense rigide et global, mais au contraire lui donner le sentiment qu’elle agit à sa guise. Pour cela, il suggère de laisser « les Algériens assimiler le matériel tchèque ou égyptien qu’ils ont déjà ; il sera temps de chercher à renverser la tendance quand ce matériel sera usé ou cassé ». Dans un premier temps, il convient d’accéder à la demande algérienne d’un don de 30 000 lits : « Retarder cette aide en la liant à un protocole de fourniture de matériel technique ou d’instructeurs revient à la refuser et risque de ne rien nous rapporter du tout. »

  • 45 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1258 du 13 septembre 1962.
  • 46 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 607-609 du 12 septembre 1962.
  • 47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 661 du 14 septembre 1962.
  • 48 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 607-609 du 12 septembre 1962.

30En fait, le colonel de Réals ne fait que reprendre à son compte, la doctrine énoncée par le général de Brébisson suivant laquelle il convient de favoriser toutes les mesures susceptibles d’accélérer la réorganisation de l’armée algérienne, ce qui ne pourra qu’être bénéfique pour la sécurité des ressortissants français. En revanche, l’aide à long terme doit être reportée à l’instauration d’un pouvoir politique réellement décisionnel. Cette stratégie est, semble-t-il, partagée par Louis Joxe qui n’autorise, dans un premier temps, que la fourniture de sept Jeeps et de mille cinq cents tenues destinées à équiper la garde nationale45. De son côté, l’ambassadeur se montre satisfait et soulagé de voir que le président du Conseil lui réclame la mise à disposition d’un intendant militaire afin de mettre sur pied les procédures régulières pour payer les officiers, assurer le ravitaillement et le paiement des soldes46. C’est là le meilleur moyen pour ne pas prolonger les ponctions sans justification opérées sur le budget de l’Algérie. Mais la coopération peut prendre aussi des aspects plus insolites, comme l’accueil de mutilés de guerre de l’ANL dans le centre pour invalides de Kouba, à la tête duquel pourrait être nommé un médecin militaire français47, ou encore la mise à disposition d’une cinquantaine d’instituteurs du contingent pour apprendre le français aux officiers car c’est « la seule langue utile » selon le président Ben Bella48.

  • 49 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général de Réals du 6 juin 1995. Celui-ci rappelle qu’avant (...)

31L’autre grande tâche du colonel de Réals, à partir de la mi-novembre, consiste dans l’évocation des problèmes avec le colonel Boumedienne pour faire le tour des questions militaires entre la France et l’Algérie. Au menu de ces entretiens, on peut citer le cas intéressant des officiers musulmans engagés dans l’armée française que le colonel Boumedienne aimerait voir intégrés dans l’ANP, autant pour un motif de réconciliation nationale que pour bénéficier de cadres formés. Cette demande est naturellement surprenante compte tenu du traitement réservé à certains harkis. Néanmoins le chef de l’ANP ne cache pas que si les officiers musulmans de l’armée française pourront être intégrés dans l’ANP à leur grade, ils n’auront pas les mêmes prérogatives que les officiers issus de l’ALN. Le général de Réals souligne qu’à titre personnel ses relations étaient correctes avec Houari Boumedienne et plus généralement avec les cadres terrestres de l’ALN. Cela ne sera pas vrai avec l’embryon de marine algérienne constitué à partir de deux vieux patrouilleurs égyptiens de conception américaine ancienne offerts par Nasser à l’occasion du 1er novembre 1962, ni avec l’ALNA (armée de l’air), immédiatement équipée par les Soviétiques. Historiquement, cette situation s’explique par le fait que seule l’armée de terre française avait permis à des musulmans d’accéder au rang d’officier49. En revanche, en raison de la personnalité du colonel placé à sa tête, la France refusera d’assurer la formation de la gendarmerie nationale algérienne.

32La question domaniale est encore une fois celle qui a le plus envenimé la situation entre les deux parties. Le chef d’état-major de l’ALN ne supporte pas « la différence entre l’étalement des unités françaises et la précarité de ce dont disposaient ses troupes ». Pour le colonel Boumedienne, l’ANP ne pourra supporter cette situation très longtemps, surtout en ce qui concerne Rocher Noir. Le colonel de Réals réaffirme, comme il l’avait fait dans sa note un mois auparavant, que les Algériens s’indignent des lenteurs mises à leur céder de l’équipement comme la literie alors que l’hiver approche et que l’ANP reste logée dans des campements de fortune. Le conseiller militaire estime qu’il est possible de calmer l’ire du colonel Boumedienne à peu de frais, en lui remettant les quartiers Bugeaud et Rignot sans négociation et immédiatement, faute de quoi la France s’expose à une action de force de l’ALN sur le Rocher Noir.

V. L’ORGANISME SAHARIEN ET LA « POLITIQUE RÉSERVÉE » AU SAHARA

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie, 16 septembre 1962. Les représentants algériens sont Abderra (...)
  • 51 Claude Cheysson fit cette déclaration à Ahmed Ben Bella le 14 septembre, alors qu’il se trouvait à (...)
  • 52 À l’issue du tour de table lancé par le général de Gaulle pour demander aux ministres ce qu’ils pe (...)
  • 53 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Claude Cheysson du 20 février 1996.
  • 54 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Yves Rolland-Billecart du 28 juin 1995.

33Les archives conservées par Jean-Marcel Jeanneney et les témoignages recueillis ne permettent pas de comprendre pourquoi l’ambassade est demeurée en retrait vis-à-vis des questions afférent au Sahara. Cette lacune traduit en fait un découplement entre la mission confiée à Jean-Marcel Jeanneney et celle très tôt dévolue, pour partie, à Claude Cheysson, directeur général de l’organisme saharien (OS) chargé de remplacer l’OCRS. La recréation de l’office sous une nouvelle appellation est prévue dans les accords d’Évian et officialisée le 14 septembre. À cette occasion, Jean-Marcel Jeanneney, le président Farès et Belaïd Abdesselam, délégué aux affaires économiques, procèdent, à Rocher Noir, à l’installation dans leur fonction des membres du conseil d’administration de « l’organisme technique franco-algérien de la mise en valeur du sous-sol saharien »50. L’élection à la tête de l’organisme paritaire d’Abderrahmane Khene, ancien chef de la wilaya III et ancien secrétaire d’État du GPRA, particulièrement hostile à la France, n’est pas le fruit du hasard. En portant son choix sur un homme dont la proche famille a souffert des méthodes d’interrogatoire des parachutistes, l’organisme acquiert, d’emblée, une crédibilité politique certaine. Ce souci est celui du directeur général de l’organisme, Claude Cheysson, en qui le général de Gaulle a placé sa confiance. Ancien directeur de cabinet adjoint d’Alain Savary en 1956, Claude Cheysson sort d’une traversée du désert où l’avaient conduit sa démission à la suite de l’arraisonnement de l’avion des leaders du FLN et la signature d’un pamphlet en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Contacté par le chef de l’État, début 1962, pour prendre la succession d’Olivier Guichard à la présidence de l’OCRS, Claude Cheysson a prudemment réfléchi sur les moyens de ressusciter l’office sous une nouvelle mouture, une fois l’indépendance proclamée. C’est chose faite en septembre. Jean-Marcel Jeanneney ne va, finalement, avoir que des rapports très limités avec l’OS. Tout au plus peut-on mentionner, pour la forme, son invitation à déjeuner à la villa des Oliviers de l’ensemble du conseil d’administration le lendemain de l’élection de son président. En revanche, il est instructif de voir, avec le recul, que Claude Cheysson va jouer un rôle diplomatique important auprès d’Ahmed Ben Bella dans le domaine saharien, sans en référer à l’ambassade. L’élément le plus important à verser au dossier est certainement l’offre faite, via Claude Cheysson, par le général de Gaulle au président du Conseil algérien d’une abrogation sans condition, dans les trois mois, de tous les points figurant dans les accords d’Évian qu’il jugerait insupportables51. Ahmed Ben Bella fut tellement surpris de cette proposition qu’il se la fit répéter deux fois dans la mesure où la guerre avait perduré à cause du Sahara. Plus que jamais, la phrase prêtée à André Malraux lors du Conseil des ministres ayant suivi la signature des accords d’Évian se révélait exacte52. S’il y a donc eu une politique spécifique en matière de coopération pétrolière qu’il n’y a pas lieu de développer plus avant car elle ne concerne pas l’ambassade, il faut encore ajouter qu’il a existé une seconde politique spécifique au Sahara, celle des militaires. Claude Cheysson se souvient qu’il prit toujours un grand soin à ne jamais se rendre auprès des militaires du centre d’expérimentation nucléaire, pour ne pas donner l’impression d’une confusion des genres53. Ce cloisonnement des enjeux sahariens par rapport à l’ambassade n’est pas le chapitre le moins étonnant à écrire sur les relations franco-algériennes en 1962. Mais tout porte à croire que la clé de voûte de l’édifice est centralisée à l’Élysée. Un autre acteur capital des négociations d’Évian puis de la politique de coopération franco-algérienne, Yves Rolland-Billecart, confirme cette analyse. Selon lui, les objectifs fondamentaux de la politique gaullienne en Algérie étaient de pouvoir récupérer la mise en matière pétrolière et de pouvoir expérimenter autant de bombes qu’on le désirerait tant que Mururoa ne serait pas achevé54. Tout le reste du contenu des accords d’Évian importait peu et ce serait un contresens que de penser que le général de Gaulle aurait pu s’offusquer des manquements à la parole donnée à Évian. Le véritable enjeu était bien de permettre à la France de continuer à progresser dans la voie de la maîtrise de l’atome militaire, la coopération n’était que la ligne de crédit officielle en guise de remerciement.

VI. LA MONTÉE EN PUISSANCE DES RÉSEAUX CONSULAIRE ET DIPLOMATIQUE

  • 55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2495 (numérotation gouvernement général) du 8 juillet (...)

34Les télégrammes et la presse font peu état des relations existant entre l’ambassade de France et les autres représentations diplomatiques en Algérie. Tout au plus peut-on dire que, dans un premier temps, l’ambassade va freiner le mouvement de transformation des postes consulaires en ambassades. C’est le message que délivre Louis de Guiringaud au consul général du Royaume-Uni lors de son arrivée, position réitérée quelques jours plus tard au consul d’Italie55. À tous deux, le ministre délégué répète que la France ne reconnaît que l’exécutif provisoire et non le ministre des Affaires étrangères du GPRA, Saad Dahlab.

  • 56 Jean Herly, « Été 1962 : l’ouverture des consulats généraux de France à Oran et à Alger », Académi (...)
  • 57 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, op. cit., tome 1, p 175.
  • 58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2510 (numérotation gouvernement général) du 11 juillet (...)
  • 59 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Richer du 24 avril 1995.

35Jean Herly rappelle que la mise sur pied du réseau consulaire résulte « d’une tournée de quelques jours effectuée [à la fin juin 1962] par M. Martin, conseiller des Affaires étrangères »56. Sur les trente-quatre consulats prévus, une vingtaine vont être ouverts durant le second semestre 1962. Alger, Bône et Oran disposent de consulats généraux. Alain Peyrefitte mentionne cette création du réseau consulaire dans le rapport de Louis Joxe au Conseil des ministres du 11 juillet57. À cette date, six consulats dont les trois consulats généraux sont déjà ouverts ou sur le point de l’être ainsi que huit postes consulaires58. Pour les consulats généraux, Jean-Marcel Jeanneney va pouvoir s’appuyer sur des diplomates de grande valeur comme Jean Herly à Oran puis à Alger à partir d’août, Claude Chayet qui le remplace à Oran et M. Feuillotey à Bône. En revanche, il va pâtir de la qualité très inégale des consuls subalternes désignés par le ministère d’État aux Affaires algériennes. Philippe Richer confirme ce sentiment car il fut le seul à régulièrement visiter la trentaine de postes consulaires, escorté par des gendarmes afin de prévenir un enlèvement59.

  • 60 Précisions de Jean-Marcel Jeanneney et de Jean Herly in art. cit.

36S’agissant du poste de consul général d’Alger, Jean-Marcel Jeanneney va imposer Jean Herly après les deux mauvaises surprises que lui auront réservées les membres du corps préfectoral adressés par Paris pour prendre la direction du consulat général durant une période transitoire. Le premier d’entre eux, le préfet du Tarn, Malvy, repartira pour Paris sans même attendre le retour de l’ambassadeur parti en déplacement, au motif « que le poste ne correspondait pas à ses attentes ». Cette attitude cavalière donnant à penser qu’il cherchait une sinécure vaudra à Louis Joxe une lettre sévère de l’ambassadeur. Le ministère d’État porte alors son choix sur le préfet et ancien consul général à Barcelone Jacques Juillet, à la longue expérience algérienne, frère de Pierre Juillet, conseiller de Georges Pompidou. Début juillet, après quelques jours de présence dans les locaux de la Xe Région militaire, celui-ci réclame des fonds secrets à l’ambassade, formule l’intention de s’installer à la villa Malglaive et congédie le personnel administratif militaire mis à sa disposition60. Toutes ces raisons laissent à penser au ministère d’État que l’équipe de l’ambassade s’acquitte mal de sa mission depuis son arrivée au début du mois. Les premiers rapports du consul général inquiètent tant l’ambassade que le cabinet de Louis Joxe. Le consul général estime les exactions commises dans l’Algérois comme des faits s’inscrivant dans un plan concerté et alerte Paris sur les conditions de l’évacuation des malades français hospitalisés à l’hôpital Mustapha d’Alger qui se serait effectuée sous la menace. Jean-Marcel Jeanneney décide de rentrer précipitamment à Paris pour demander le départ immédiat de cette encombrante personnalité, mettant sa démission dans la balance. Louis Joxe s’incline devant la détermination du haut-représentant. Hubert Argod rectifiera les nouvelles catastrophistes lancées par le consul général en expliquant que l’évacuation des malades français de l’hôpital Mustapha était due à l’impossibilité d’assurer leurs soins postopératoires et non à l’existence de menaces.

37Le départ de Jacques Juillet conduit Jean-Marcel Jeanneney à faire nommer Jean Herly au consulat général d’Alger à la fin juillet. La première résidence du consul général et de son épouse est la villa Joly, ancienne résidence du directeur des Finances d’Algérie. Toutefois, l’immeuble la jouxtant étant occupé par un détachement de djounouds, l’ambassade décide de faire déménager le consul à Dar Es Saada, face à l’hôtel Saint-Georges. En trois heures, madame Herly, aidée de gendarmes mobiles, emporte le mobilier dans la nouvelle villa qui a été vidée sur ordre de Ferhat Abbas. Le 3 août, les bureaux du consulat général rouvrent, répartis entre la villa Malglaive et la Xe Région militaire. À la villa, se trouvent le service de dépôt de plaintes pour spoliations et occupations illicites employant deux personnes ainsi que le service d’établissement des cartes nationales d’identité et les passeports comprenant sept gendarmes et quelques civils. À la Région militaire, trois pièces sont mises à disposition du consul général pour recevoir les Français menacés, Jean Herly s’installant dans l’ancien bureau de Raoul Salan dont un mur était encore noirci par l’impact du tir de bazooka de l’attentat de 1957 ! Début août, aucun des deux bâtiments n’est réellement en état de fonctionnement. À la Région militaire, Jean Herly est contraint d’user d’un escabeau pour atteindre son bureau ; la villa est en triste état. L’ouverture du consulat n’est rendue possible que grâce à l’aide de l’armée. Les premières dactylos employées pour traiter les demandes de rapatriement sont des volontaires ou des bénévoles, eux-mêmes en attente de rapatriement. L’installation définitive du consulat général et la décision de lancer des travaux importants pose le problème de droit de propriété car le ministère des Affaires étrangères n’entend pas prendre à sa charge la réfection d’un bâtiment susceptible d’être rétrocédé aux autorités algériennes. Or, il est évident que le pouvoir algérien entend récupérer l’immeuble de la Région militaire pour des raisons symboliques évidentes. De ce fait, c’est à la villa Malglaive que le consulat général définitif sera établi, en annexant l’immeuble « Méditerranée-Niger » adjacent. Cet ensemble comprendra une centaine de pièces. Dans le courant du mois d’août, les derniers éléments du génie quittent l’immeuble et le corps de garde franco-musulman est remplacé par un peloton de gendarmes mobiles. En bonne entente avec Jean Herly, les questions matérielles du consulat relèvent de la compétence de Pierre Dessaux, consul général adjoint issu du corps des contrôleurs civils du Maroc précédemment en poste à Madrid. Le consulat général est organisé en quatre sections comprenant la gestion (personnel, matériel, comptabilité), les affaires générales (liaison avec les autorités et la police), les affaires sociales (protection des biens et des personnes, secours divers), la chancellerie (passeports, cartes d’identité, état civil). À la mi-août 1962, l’effectif est de trente-trois fonctionnaires civils et militaires mais les besoins de fonctionnement sont déjà estimés à cinquante-huit emplois et Jean Herly regrette le manque de prévoyance du Quai d’Orsay qui n’a pas su gérer la question du personnel. Du coup bon nombre de volontaires motivés ont dû repartir en France, faute de poste en temps voulu. La même légèreté a présidé dans les questions financières, les traitements n’ayant été régularisés qu’au début 1963, durant six mois les fonctionnaires n’ont vécu que grâce à des avances de l’ambassade. La régie d’avances du consulat s’avérant très insuffisante, Jean Herly a pu tirer « au rouge » sur certains établissements bancaires qui acceptèrent de faire preuve de largesse afin de se faire pardonner d’avoir abrité des dépôts d’armes clandestins de l’OAS dans leurs caves … Lors de ces semaines difficiles, aucune aide matérielle ne fut proposée par Paris et le seul interlocuteur que le Quai d’Orsay dépêcha à Alger fut M. Leduc, inspecteur général des postes diplomatiques, pour régler une question d’attribution de cartes d’identité aux numéros identiques dans deux bureaux.

  • 61 Ces registres sont désormais entreposés au centre des archives du ministère des Affaires étrangère (...)
  • 62 Jean Herly, art. cit.

38Ces arrangements incessants montrent avec quelles difficultés était effectué le travail de la chancellerie du consulat tenue par Marcel Ollivier, ancien des FFL, qui récupéra courageusement presque l’intégralité des registres d’état civil de l’Algérois61. Jean Herly rend aussi un hommage appuyé à l’armée de terre pour son concours lors de l’installation du consulat général. Sur intervention des généraux Capodanno et de Massignac, sept sous-lieutenants dont deux élèves de l’ENA furent mis à disposition du consul et les militaires donnèrent la majeure partie du matériel de bureau, le génie repeignit les murs,… Dans les sous-sols de la villa Malglaive, Pierre Dessaux fit aménager un « centre d’accueil » destiné à héberger temporairement des Français menacés, surtout des épouses françaises d’Algériens. Ces personnes étaient évacuées au matin dans le camion qui servait à la relève des gendarmes mobiles chargés de la garde du consulat. Cette filière était connue d’Ahmed Ben Bella qui déclara en substance au consul général que « moins il restera d’OAS en Algérie, mieux cela vaudra »62.

  • 63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 116 du 7 août 1962.

39Mis à part la visite d’urgence à Oran à la mi-juillet, le premier déplacement régional de l’ambassadeur s’effectue à Ouargla et Laghouat, le7 août. À Ouargla, l’ambassadeur s’est trouvé confronté à une totale absence d’autorité algérienne. Les Français sont directement en première ligne face à une ALN arrogante qui « pressure et lève la taxe ». L’état-major de la wilaya VI ne semble guère avoir de pouvoir. Parmi la cinquantaine de membres de la communauté française présente autour du consul, « seuls les pétroliers ont du mal à faire la nécessaire reconversion, mais s’y résignent ». À Laghouat, la situation paraît meilleure, le capitaine de l’ALN entretenant des relations « assez courtoises » avec le colonel français. L’ambassadeur a expliqué aux petites colonies françaises qui s’interrogent sur leur avenir qu’elles devaient attendre l’établissement d’un pouvoir administratif algérien réel avant de décider si elles devaient quitter le pays ou non63.

  • 64 Arch. CHEVS JMJ 35. La dépêche de l’Est du 11 août 1962.

40Le 10 août, l’ambassadeur rend visite au consul général Feuillotey à Bône.À nouveau, il rencontre les principales notabilités de la région et recueille leurs impressions et témoignages. Dans l’article paru le lendemain dans La Dépêche de l’Est, aucun commentaire n’est fait sur le contenu des conversations, mais on insiste au contraire sur le caractère « impeccable » du ballet des voitures officielles et sur le « cadre féerique » entourant la villa consulaire, parfaite illustration de la censure régnant sur la presse64.

  • 65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 136 du 10 août 1962.

41Le 10 août, l’ambassadeur se rend à Bône pour y rencontrer les Français. Une fois encore, il doit écouter la longue litanie des agressions, vols, taxations effectués par le FLN. Les commerçants et petits entrepreneurs semblent s’être résignés à partir tout comme un certain nombre d’agriculteurs et de fonctionnaires. Seuls les cadres des deux grandes sociétés locales, la Société bônoise de sidérurgie et les mines de l’Ouenza, envisagent des perspectives. De son côté, le préfet algérien compte sur les professeurs français pour la prochaine rentrée, même s’il est encore prématuré de savoir à qui ils feront cours65.

  • 66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 242 du 25 août 1962. JMJ 35. L’Écho d’Oran, 25 août, L (...)

42Le 24 août, en dépit des troubles régnant à Alger, Jean-Marcel Jeanneney effectue une journée marathon dans les différents postes consulaires de l’Ouest algérien ; à Sidi Bel-Abbés chez le consul Lambroschini, à Tlemcen chez le consul général Huré et à Oran chez le consul général Chayet. Dans cette région contrôlée par les amis de Ben Bella, la sécurité physique des Français est relativement assurée, bien que Jean-Marcel Jeanneney rencontre les épouses de deux disparus, le docteur Bénoliel et M. Chasteau, directeur du service pénitentiaire disparu avec ses deux enfants. En revanche, la protection des anciens harkis et Moghzanis, ainsi que celle des biens, n’est toujours pas assurée. Chez les Français qu’il a pu rencontrer dans les consulats, le sentiment le plus partagé est celui de la volonté de demeurer. Les difficultés sont avant tout matérielles. En revanche, la situation est nettement plus anarchique dans un périmètre délimité par les villes de Mostaganem, Mascara, Rélizane et Aïn Témouchent66.

  • 67 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1259-1262 du 11 octobre 1962.

43Compte tenu des témoignages recueillis auprès de Jean-Marcel Jeanneney lui-même, de Claude Cheysson ou du général de Réals, il n’est guère étonnant que l’ambassadeur ait attendu le 10 octobre pour se rendre à Colomb-Béchar où, selon les termes du télégramme expédié au ministère d’État, « aucune exaction notable n’a, depuis l’indépendance, troublé les relations entre les deux communautés ». L’implantation proche du Centre d’expérimentation des engins spéciaux (CEES) explique le caractère particulier de la situation de cette zone67. On n’insistera pas davantage sur les raisons qui permettent d’expliquer que durant les six mois qu’aura duré son ambassade en Algérie, Jean-Marcel Jeanneney ne sera jamais tenu au courant des activités du centre ou même invité à s’y rendre.

  • 68 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1341-1345 du 13 octobre 1962.
  • 69 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1372-1374 du 15 octobre 1962.

44Après les tumultes de l’été et la formation d’un gouvernement légal, l’ambassadeur et son équipe goûtent le retour à un calme relatif qui leur permet de réfléchir sur les moyens à donner aux installations diplomatiques et consulaires afin qu’elles puissent mieux remplir leurs missions. Les consulats sont particulièrement soumis aux sollicitations de toutes natures des ressortissants français qui viennent y rechercher appui et réconfort. Ils sont, d’autre part, extrêmement encombrés par les déclarations de dommages ou les demandes d’indemnisation. La future commission mixte sur les biens vacants devrait encore alourdir la tâche des consuls. De même, la certification d’origine des vins algériens a amené certains postes consulaires à se doter d’une structure spécialisée à cet effet. Enfin, l’organisation du référendum, le renouvellement des passeports et des cartes d’identité, les futures élections législatives et l’ouverture de l’état civil consulaire constituent autant de sujets de préoccupation nouveaux et pesants en terme de travail pour les consuls et leurs collaborateurs. Jean-Marcel Jeanneney cite en exemple le cas du consulat général d’Alger, qui a vu passer ses effectifs entre juillet et octobre de vingt-cinq à soixante-dix personnes et qui devra bénéficier incessamment d’un renfort de trente personnes supplémentaires. En conséquence, l’ambassadeur demande que le ministère des Finances accepte de libérer la moitié des cent quatre-vingt-quatorze postes prévus pour l’Algérie, mais encore bloqués fin septembre. Devant la disparité de traitement entre les agents de la coopération et ceux des services consulaires, l’ambassadeur appelle, « avec la plus sérieuse attention », le ministère des Affaires étrangères pour qu’il envisage une amélioration du sort des agents contractuels des postes d’Algérie68. Étrangement, alors que le Quai d’Orsay aurait pu se douter que la création d’un réseau diplomatique en Algérie allait réclamer des moyens matériels considérables, l’équipe réunie autour de Jean-Marcel Jeanneney paraît avoir été envoyée à Alger dans un esprit de commando devant apprendre à vivre par lui-même. C’est ainsi que Jean-Claude Paye et François Scheer iront récupérer le parc auto de l’ambassade à la caserne de gendarmerie mobile des Tagarins parmi les véhicules saisis lors de contrôles routiers anti-OAS et ce n’est qu’à la fin de l’année que l’ambassade pensera à les assurer ! Seul l’exil massif des pieds-noirs aura permis, à la fin de l’année, de présenter un paysage consulaire satisfaisant car de nombreux postes n’auront pas été ouverts, faute de ressortissants. En revanche, l’ambassade n’a, semble-t-il, pas souffert de la disparition, à partir du 3 octobre, du réseau télégraphique algérien officiel (ex-préfectoral). La confidentialité de ses liaisons a pu être temporairement maintenue grâce aux moyens militaires69. L’image d’improvisation qui se dégage de la lecture des télégrammes et des témoignages était inévitable, mais on demeure circonspect, et d’autant plus admiratif, devant l’esprit de débrouillardise ayant animé le personnel diplomatique.

  • 70 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 825-829 du 20 septembre 1962. Alger (95 000 dont 80 0 (...)

45Incontestablement, les autorités françaises de métropole ont navigué à vue durant le second semestre 1962. Par exemple, leur seule référence concernant l’évolution démographique réelle de la communauté française d’Algérie a été une enquête de la gendarmerie transmise au ministère d’État le 20 septembre. Dans un premier temps, une dépêche du 27 août estime le nombre de Français demeurant en Algérie en déduisant du nombre de Français recensés en juin 1960 (1 024 000) celui des départs nets de Français de juillet 1960 au 1er août 1962. Par ce moyen, on obtient les chiffres de 857 000 Français au 1er janvier 1962, 312 000 au 1er août, 266 000 au 13 septembre. Mais une enquête de gendarmerie de septembre ramène ce chiffre à 188 000, grandeur confirmée par les consulats70.

  • 71 Jean Herly, art. cit.

46Jean Herly résume en quelques chiffres significatifs l’activité du consulat général d’Alger d’août à décembre 1962. En cinq mois d’existence, le consulat général doit traiter une correspondance générale et administrative de 30 000 lettres (16 000 courriers reçus et 14 000 courriers expédiés), instruit 239 cas de disparitions, 61 assassinats et 436 arrestations, procède à 1 888 rapatriements secrets, gère 2 812 cas d’occupations illégales de domiciles et enregistre 1 916 déclarations de pillage, procède à 159 mariages, délivre 27 666 cartes d’identité et 2 513 passeports71.

VII. LE PROBLÈME DE L’IMMIGRATION ALGÉRIENNE EN FRANCE

  • 72 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1833-1838 du 3 novembre 1962.
  • 73 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 2105 du 23 novembre 1962.
  • 74 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2383-2387 du 28 novembre 1962.

47Très tôt, l’ambassade et le ministère d’État aux Affaires algériennes vont prendre conscience du problème posé par le flux migratoire algérien vers la France, dans la mesure où il échappe à peu près totalement au contrôle des autorités algériennes ou de l’UGTA. L’arrivée massive de travailleurs algériens non qualifiés en France est directement liée au départ des Français d’Algérie, à l’appauvrissement des villes et au marasme économique. Dans un télégramme de septembre, Louis de Guiringaud remarque qu’« en ce moment, les bidonvilles d’Alger sont en voie de disparition : leurs anciens habitants se sont installés dans les logements des Européens. Les paysans menacés par la famine savent qu’ils ne trouveront plus à Alger les chances d’emploi et les possibilités de secours de naguère. Le bidonville tend donc à se créer en France »72. Cette subite augmentation de la main-d’œuvre algérienne en France inquiète également Louis Joxe qui annonce que des mesures vont être arrêtées par le gouvernement73. Pour sa part, Jean-Marcel Jeanneney n’a pu que constater l’attitude dilatoire de Bachir Boumaza, ministre du Travail, devant ses demandes pressantes d’élaboration d’une convention d’établissement, permettant un contrôle et une régularisation des mouvements de main-d’œuvre74.

  • 75 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1763-1770 du 22 octobre 1962.

48Ce qui n’était encore que des impressions paraît confirmé par l’envoi, le 22 octobre, d’une statistique réalisée par le ministère des Affaires algériennes sur le flux migratoire entre les deux pays depuis le début 1962. Au cours des années 1959, 1960 et 1961, le solde migratoire de la population musulmane vers la France s’était établi positivement à 23 000, 31 000 et 42 000. En revanche, au cours des huit premiers mois de 1962, 30 000 musulmans algériens ont quitté la France pour l’Algérie. Le courant semble s’être inversé depuis le 1er septembre car 10 000 Algériens ont émigré vers la France et on a tout lieu de penser qu’à la fin 1962, il y aura bien 15 000 nouveaux Algériens à vivre en France. D’autre part, si 20 000 femmes et 80 000 enfants algériens vivent déjà en France, la tendance au regroupement familial semble s’accélérer, encore que les statistiques ne soient pas suffisamment précises pour l’affirmer avec certitude. Selon les spécialistes, le nouvel afflux de travailleurs migrants est caractérisé par son très faible niveau de qualification, ce qui amène le ministère des Affaires algériennes à conclure qu’« il semble que nous nous trouvions devant une volonté bien arrêtée des autorités algériennes de retenir en Algérie les personnes les plus compétentes, donc d’envoyer en France, pour les former, les individus dépourvus de qualification ». Le rapport du ministère d’État aux Affaires algériennes souligne encore que parmi les points de chute de ces nouveaux venus, la région de Metz pose un problème particulier. En effet, on y note l’arrivée de familles entières, voire de moitiés de villages qui s’établissent dans le but d’échapper aux représailles politiques ou pour fuir la famine. Ces groupes viennent pour un établissement définitif et non pour travailler et envoyer des mandats à leurs familles75.

49Dans ces conditions, on comprend que le thème de l’immigration algérienne soit longuement abordé lors de la venue à Paris de Mohamed Khémisti, début décembre. Dès le retour de l’ambassadeur à Alger, le6 décembre, le ministère d’État lui rappelle qu’au cours des entretiens, il a été prévu que le ministre du Travail algérien vienne prochainement à Paris.

50Jean-Marcel Jeanneney est chargé de signifier aux autorités algériennes que tout retard dans ce domaine conduirait le gouvernement français à limiter l’accès du territoire français aux travailleurs algériens.

VIII. LA DOULOUREUSE QUESTION DES ATTEINTES AUX PERSONNES

51Ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler la « question des disparus » et le « drame des harkis » n’a pas été au centre des préoccupations de l’ambassade de France dans le second semestre 1962. Il ne s’agit pas d’une révélation, de nombreux témoignages et interrogations s’élèvent depuis plus de trente ans pour dénoncer ou comprendre le comportement des autorités civiles et militaires françaises vis-à-vis des ressortissants français ou des anciens membres des forces supplétives. Au-delà de la cruauté des actes et de la douleur ineffaçable des proches, il convient de s’interroger sur les motivations d’une attitude et de rétablir certaines données.

A. LES DISPARITIONS

  • 76 Anne-Marie Duranton-Crabol, Le temps de l’OAS, Bruxelles, éditions Complexe, 1995, p. 214-218.

52Tout d’abord, l’Algérie des premiers temps de l’indépendance n’est pas un pays étranger pour les Français de souche européenne qui continuent d’y vivre. Ils ne vont pas modifier leurs habitudes de vie, quitter leurs fermes isolées, ne plus se déplacer, ne plus aller à la plage parce que l’Algérie est indépendante. Pour eux, elle demeure leur pays et celui de leurs aïeux. Après huit années de guerre, ils ont pris l’habitude de vivre avec le danger, ou plus exactement de le frôler. Les Européens d’Oran, par exemple, n’auront jamais eu à souffrir de la violence avant les événements du début juillet 196276. Ce n’est qu’a posteriori et parce que l’Algérie d’aujourd’hui est devenue un pays étranger à une écrasante majorité de Français que, rétrospectivement, on est frappé par « l’imprudence » de bon nombre de pieds-noirs qui ne faisaient que continuer à vivre, presque, normalement. De plus, l’enlèvement, la disparition, ne sont pas directement associés à l’image d’une mort violente clairement identifiée mais créent d’abord un sentiment d’attente angoissée avant de déboucher sur la reconstitution d’un meurtre imaginaire particulièrement horrible. C’est parce que les familles ne pourront jamais faire leur deuil d’un « disparu » que le problème recèle un caractère aussi pathétique.

53Tant Jean-Marcel Jeanneney que les autres grands témoins insistent sur leur impuissance. L’enlèvement était, par nature, insaisissable, imparable du fait de l’état d’anarchie du pays. Madame Jeanneney et Madame Chavannes, elles-mêmes, furent arrêtées, à proximité de Rocher Noir, dans un véhicule de l’ambassade, et mises en joue par un élément isolé de la tristement fameuse wilaya IV, coupable de bien des disparitions. Elles ne durent, probablement, leur salut qu’à leur position officielle. Impuissance ne signifie pas pour autant indifférence et il convient de particulièrement insister sur le rôle qu’a joué l’ambassade, sur les recommandations du ministère d’État aux Affaires algériennes.

  • 77 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 122 du 8 août 1962. JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° (...)
  • 78 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 133 du 10 août 1962.
  • 79 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 135 du 10 août 1962.

54L’état d’insécurité et les disparitions survenues dans l’Algérois conduisent l’ambassadeur à commander le rapatriement d’urgence par avion d’environ 250 pieds-noirs particulièrement menacés dans les premiers jours d’août77. Puis le problème est abordé lors d’un premier contact officiel entre le consul général d’Alger, Jean Herly, et Ahmed Ben Bella, le 9 août. L’ancien consul général adjoint d’Oran demande au président du bureau politique d’y rétablir la situation comme il est parvenu à le faire en Oranie. Les enlèvements récents de trois personnages éminents du monde économique algérien, MM. Chollet, de Beaumont et Vidal, ont produit un effet désastreux sur la communauté française d’Alger. Ahmed Ben Bella paraît tout à fait disposé à agir, en proposant différentes mesures comme la diffusion d’un communiqué interdisant les rançons, perceptions de taxes et cotisations, la nomination d’un membre du cabinet du consul chargé d’avertir les autorités algériennes des arrestations, une information directe entre le consul général et le président du bureau politique en ce qui concerne les enlèvements78. Hélas ! en dépit de ce début de réaction politique, les incidents continuent de se produire. La nuit du 9 au 10 août est même marquée par la plus grave atteinte aux accords d’Évian survenue depuis l’arrivée de Jean-Marcel Jeanneney. En effet, un lieutenant et trois légionnaires sont tués dans la région de Laghouat par une patrouille de l’ALN. S’il est hors de question de mener une expédition punitive, l’ambassadeur demande à Abderrhamane Farès de tout mettre en œuvre pour retrouver et châtier les coupables, tandis que la commission mixte de cessez-le-feu, conduite par le général Navelet, part enquêter sur place. L’ambassadeur conclut que cet incident « est une nouvelle preuve de la discordance entre les déclarations d’intention rassurantes des leaders politiques et les agissements incontrôlés d’éléments armés toujours rebelles à toute autorité centralisée »79.

  • 80 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 214 du 14 août 1962.

55Le 14 août, Louis Joxe adresse une nouvelle recommandation à l’ambassadeur au sujet de « la situation des personnes, de toutes origines, dont la sécurité est menacée en Algérie ». Le ministre d’État exhorte Jean-Marcel Jeanneney à rappeler aux autorités algériennes qu’elles « doivent rendre explicites, dans les plus brefs délais, les mesures qu’elles comptent prendre pour assurer la liberté de circulation de toutes les personnes qui se sentent menacées »80.

  • 81 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 419-421 du 4 septembre 1962.

56Alors que la tension est à son maximum entre les wilayas insurgées et les forces loyales au bureau politique, les enlèvements d’Européens commis par des éléments de la wilaya IV redoublent à Alger. Jean Herly acquiert la certitude, sans doute sur la foi d’informateurs, que certains Français sont détenus dans la prison de Maison-Carrée. La négociation pour leur libération débute le 4 septembre entre l’ambassade, l’exécutif provisoire et le bureau politique81. Bientôt, l’exécutif provisoire est en mesure de communiquer à l’ambassade une liste de cinquante Européens incarcérés. Le plus étonnant est que vingt d’entre eux ne figurent pas dans les fichiers de disparus.

  • 82 Jean Herly, art. cit.
  • 83 Élément vérifié auprès du registre du commandement de la gendarmerie.

57Le 6 ou 7 septembre éclate « l’affaire du chemin Laperlier », relatée assez différemment par Jean Herly et les télégrammes ou coupures de presse figurant dans les archives de l’ambassadeur. L’ancien consul général explique que c’est lui qui fut averti de l’existence d’une prison clandestine pour Français dans une maison de la casbah, située chemin Laperlier. Tout en avertissant l’ambassade, il décide d’y envoyer immédiatement Marcel Ollivier en contactant Yacef Saadi, le « tueur de la Casbah », via un mystérieux intermédiaire M. Soyer qui fut de toutes les négociations difficiles sans que l’on sache qui il était réellement. À cette date, le consul général a déjà eu l’occasion d’approcher Saadi pour régler l’occupation illicite de la villa de Philippe Rebeyrol et le vol de véhicules de l’ambassade82. C’est grâce à cette intervention que les malheureux auraient été découverts. De son côté, Jean-Marcel Jeanneney avertit Farès qui contacte Ahmed Ben Bella. La version « officielle » donnée à la presse est que la libération des prisonniers résulte d’une opération militaire de l’ALN dirigée par Ahmed Ben Bella. On ne sait si le chef du FLN a été tenté par une opération de communication mais force est de constater que la libération ne peut être exploitée pour montrer la bonne volonté des autorités algériennes car les prisonniers ont subi des sévices et doivent être immédiatement conduits à l’hôpital militaire français d’Alger83. Ben Bella exige que les journalistes ne rencontrent pas ces Français avant leur départ d’Algérie.

  • 84 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 521-522 du 8 septembre 1962.
  • 85 Cet attentat de l’OAS à la voiture piégée a fait une soixantaine de victimes chez les dockers algé (...)
  • 86 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 511-514 du 8 septembre 1962.

58Sur les dix personnes libérées à la villa, huit ont été enlevées depuis le 1er septembre, une le 30 juillet et une était inconnue des fichiers84. Ces indications tendent à prouver que les chances de retrouver des disparus vivants ne concernent que des personnes enlevées depuis peu de temps. La situation est compliquée du fait de la présence parmi les détenus de la villa de quatre membres de l’OAS ayant participé à l’attentat sanglant contre les dockers d’Alger en juin85. Eux ne sont pas libérés, bien que torturés et en mauvaise condition physique, et sont transférés à la prison de Maison-Carrée où ils rejoignent deux autres membres du groupe. L’ambassade doit encore retrouver d’autres Européens portés disparus qui auraient été emmenés par la wilaya IV lorsqu’elle a replié son état-major sur Blida86. Ce dernier groupe ne sera jamais récupéré. À quelques heures de sa reddition, la wilaya IV tente de discréditer l’ambassade en alléguant qu’elle l’a toujours informée sur les arrestations de Français opérées depuis le 1er août. C’est naturellement un mensonge mais qui ne peut que contribuer à semer le doute chez les familles de disparus et accroître leur tourment.

  • 87 Jean Herly, art. cit.

59Preuve du caractère éminemment politique des libérations de la villa du chemin Laperlier, Ahmed Ben Bella se rend à la résidence privée de Jean Herly le samedi 9 septembre, accompagné d’un officier et du mystérieux Soyer. Le chef du FLN place cette visite sous le signe de « la reprise du dialogue » et promet au consul général de lui adresser la liste quotidienne des arrestations légales de ressortissants français en échange des déclarations pour exactions enregistrées par le consulat. Comme preuve supplémentaire de sa bonne volonté, Ahmed Ben Bella communique à Jean Herly le numéro de la ligne téléphonique installée au chevet de son lit afin qu’il puisse le joindre à tout moment, lui demandant de ne pas le communiquer à Jean-Marcel Jeanneney, consigne à laquelle Jean Herly n’obéit point. Ces gages de bonne volonté ont une contrepartie que Ben Bella finit par présenter après trois quarts d’heure d’entretien : il souhaite une intervention auprès du général de Brébisson pour obtenir une livraison de 100 000 treillis et chemises, des engins de terrassement du génie, des tentes et des camions87. Satisfaction lui sera donnée quelque temps après.

  • 88 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 591-594 du 12 septembre 1962.

60Le 12 septembre, les tractations pour libérer les Français encore détenus se poursuivent. Un homme de 34 ans, qui avait été « oublié » dans un cachot isolé de la villa du chemin Laperlier, est à son tour libéré. Une quarantaine de personnes retenues à la prison de Maison-Carrée devraient être remises très prochainement à Jean Herly. Devant l’insistance de Ben Bella pour que les personnes libérées ne séjournent pas plus longtemps en Algérie, l’ambassadeur envisage leur rapatriement par la voie aérienne militaire88.

  • 89 Arch. CHEVS JMJ 35. La Dépêche d’Algérie récapitule les professions de ces malheureux : 3 employés (...)
  • 90 Jean Herly, art. cit.

61En fin de compte, Jean Herly obtient le droit de rendre visite aux Français encore incarcérés à la prison de Maison-Carrée le 2 octobre. Après son passage, vingt-cinq personnes sont relâchées en quelques jours à la condition d’un départ immédiat d’Algérie89. Ne demeurent à Maison-Carrée que dix-sept Français accusés de crimes et délits de droit commun dont trois vont bénéficier d’une libération provisoire. Le consul général ne cache pas ses craintes pour ceux qui vont rester dans les geôles algériennes et en appelle à monseigneur Étienne Duval afin qu’il intercède auprès des autorités algériennes90. Le prélat refuse catégoriquement, sans doute pour préserver son crédit et tenter cette voie étroite du maintien d’une présence chrétienne en terre d’Islam.

  • 91 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1309-1314 du 12 octobre 1962.
  • 92 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney, aucune date ni lieu ne lui sont restés en mémoire.

62D’autre part, d’après divers renseignements « qui correspondent certainement pour une part à la réalité », plusieurs Français enlevés par la wilaya IV et emmenés par celle-ci dans sa retraite seraient retenus prisonniers dans des fermes de la Mitidja. Jean-Marcel Jeanneney sait que les retrouver sera « très difficile »91. L’ambassadeur ne désire plus monter d’opération « coup de poing » depuis une initiative malheureuse entreprise du temps de l’exécutif provisoire. Sur la foi d’un témoignage apparemment sûr, Jean-Marcel Jeanneney avait demandé au général de Brébisson de superviser une opération autour d’une ferme de l’Algérois dans laquelle des Français étaient, prétendait-on, séquestrés. La manœuvre avait tourné au drame car un militaire français s’était fait écraser par un blindé, la ferme était vide et il fallut que le commandant militaire aille présenter ses excuses à Farès92.

  • 93 « L’histoire cachée des disparus », article de Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Rec (...)
  • 94 Témoignage d’André Aussignac, Le Point, n° 1534, 8 février 2002, p. 58-59. L’intervention d’Étienn (...)

63Après quarante années d’un silence forcé, le témoignage d’André Aussignac, appelé du contingent enlevé le 21 juillet 1962 à Alger, renseigne de manière précise et terrible sur le sort réservé aux « disparus »93. Arrêté à un barrage tenu par des hommes en uniforme au soir du 21 juillet à sa sortie de la caserne de Maison-Carrée, André Aussignac est conduit avec plusieurs civils européens à une ancienne briquetterie où il est jeté nu dans un four encore tiède avec ses compagnons d’infortune. Ce premier groupe est rejoint par d’autres Européens dans la nuit. Les dix-sept hommes demeurent 48 heures dans le four sans manger ni boire avant d’être acheminés par camion dans le djebel où ils sont contraints d’effectuer une marche forcée de plusieurs semaines jusqu’à la mine de fer de Miliana. Les captifs sont forcés de creuser le sol avec de petites pioches. Selon l’ancien militaire, son groupe comptait une soixantaine d’Européens, le nombre total de prisonniers était plus élevé car il existait plusieurs puits. La privation d’eau et de nourriture constitue une véritable torture, les prisonniers ne disposant que d’un petit verre d’eau et d’un bol de semoule par jour. Pour ne pas mourrir de soif, les prisonniers étendent leurs slips sur les parois humides pour en sucer les gouttes d’eau. Les repas donnent lieu à des rixes, certains prisonniers se suicident en s’empalant sur leur pioche ou meurent d’épuisement. André Aussignac insiste sur le fait qu’il aurait refusé de saluer un ministre algérien effectuant une visite de la mine et que ce dernier lui aurait asséné un violent coup de pied au visage dont il porte encore la cicatrice. Deux premières tentatives d’évasion se soldent par des punitions cruelles. À l’issue du premier échec, il est frappé aux chevilles. À sa deuxième tentative, ses geôliers lui arrachent les ongles d’orteils avec une pince. Il parvient à s’évader à sa troisième tentative mais ses deux camarades sont abattus. Épuisé, il est découvert nu et inconscient dans un fossé par des pieds-noirs qui le soignent et lui permettent de gagner la France en s’embarquant à bord d’un chalutier qui le conduit à Marseille. De retour à Bordeaux dans sa famille, ses parents et sa fiancée ne le reconnaissent pas, il ne pèse plus que 40 kg contre 70 kg un an plus tôt. Les malheurs d’André Aussignac ne s’arrêtent pas là. Il est arrêté le 22 juillet 1963 par les gendarmes de Villeneuve-sur-Lot pour « désertion en temps de paix » et est interné au fort du Hâ où il est soumis à des interrogatoires serrés afin qu’il livre les noms des responsable de la filière qui lui a permis de revenir en France. Conduit à l’hôpital Robert-Piquet, il est mis à l’isolement. Jugé par le tribunal militaire de Bordeaux, il est finalement acquitté mais est fermement invité par la Sécurité militaire à ne pas ébruiter son affaire qui est, toutefois, évoquée au Sénat par Étienne Dailly en novembre 196394.

  • 95 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1627-1630 du 25 octobre 1962.
  • 96 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1764-1765 du 31 octobre 1962.

64Le 25 octobre, Jean-Marcel Jeanneney avertit Paris que les arrestations de ressortissants français relatées de temps à autre dans la presse algérienne ne peuvent absolument pas être vérifiées et l’ambassadeur ajoute qu’il y a « tout lieu de penser qu’elles font partie d’une manœuvre pour masquer l’impuissance ou la carence des autorités locales et donner, à l’étranger notamment, l’impression que les efforts du gouvernement pour rétablir la sécurité ont atteint leur but ». Dans les faits, l’identification des corps est souvent difficile et les consuls ne peuvent y procéder dans des conditions satisfaisantes. Alger républicain est même allé plus loin sur la voie de la désinformation en imputant à un ancien harki le meurtre de deux pères blancs des Attafs. L’ambassadeur conclut en disant qu’« on cherche évidemment à faire croire que la vie est redevenue normale et que l’Algérie retrouve progressivement la paix et la sécurité intérieures »95. En dépit du retour au calme observé à l’automne, certains meurtres continuent de se produire. Ainsi, dans la nuit du 30 au 31 octobre un couple d’agriculteurs français est assassiné dans l’Algérois. Cet incident isolé fait craindre à Louis de Guiringaud une reprise des exactions antifrançaises96.

  • 97 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1953-58 du 7 novembre 1962, 19 h 15 (MAA n˚ 816/Z).

65Après plusieurs mois d’un relatif attentisme, la dégradation des relations avec le gouvernement algérien conduit Paris à monter au créneau sur le dossier des atteintes aux personnes. Le 7 novembre, Louis Joxe adresse à l’ambassade un télégramme important qui fait le point sur les enlèvements et séquestrations de Français et sur les violences commises à l’encontre des anciens supplétifs97. Le chiffre cité par le ministère d’État aux Affaires algériennes est de 7 000 anciens supplétifs incarcérés. À ce moment, le gouvernement algérien ne nie plus l’existence de camps d’internement. Se fondant sur la foi des chiffres transmis par l’« ambassade, le ministère préfère penser que les disparus sont encore vivants, il en veut pour preuve la cinquantaine de libérations intervenues depuis septembre. Louis Joxe demande à Jean-Marcel Jeanneney d’insister auprès du gouvernement algérien pour lui rappeler « que de tels abus sont contraires à sa dignité ».

  • 98 Télégramme cité par Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis en 1962 », Vingtième siècle, revu (...)
  • 99 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2037 du 10 novembre 1962.

66Il ajoute en guise de conclusion : « Les démarches que vous ferez dans l’intérêt des Européens et des harkis revêtent pour nous une importance essentielle (…). Nous ne saurions consentir d’efforts que notre opinion ne comprendrait pas en faveur d’une Algérie qui dénierait aux Européens et aux harkis la justice la plus élémentaire. »98 Dans sa réponse, l’ambassade propose de constituer des équipes de recherche mixtes, avec participation du personnel des consulats et emploi de moyens modernes mis à disposition par les forces françaises99. Cette idée demeura sans réponse.

  • 100 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2099-2102 du 20 novembre 1962.

67La pression diplomatique française se traduit aussi par un entretien, le 11 novembre, entre l’ambassadeur et Mohamed Khémisti, exclusivement consacré aux Français disparus et aux harkis. Le ministre algérien des Affaires étrangères, tout en assurant l’ambassadeur que le gouvernement a donné des instructions précises aux préfets, se refuse à mettre sur pied les équipes mixtes suggérées par l’ambassadeur. S’agissant des harkis, l’attitude algérienne n’est guère plus ouverte car le ministre des Affaires étrangères se borne à rappeler que le gouvernement est officiellement hostile aux sévices exercés contre les anciens auxiliaires de l’armée française et qu’il a pu en soustraire certains à la vindicte populaire. L’ambassadeur se montre quelque peu désabusé en concluant son télégramme, indiquant que son « interlocuteur ne [lui] en a pas dit davantage et [qu’il n’a] pu obtenir de lui de promesses concrètes »100.

  • 101 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2070-71 du 20 novembre 1962, 17 h 15 (MAA n° 844/Z)
  • 102 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 2108 du 24 novembre 1962 (MAA n˚ 856/Z).

68On peut trouver une autre indication de l’intérêt nouveau que le ministère d’État nourrit envers le sort des Européens disparus avec le télégramme adressé le 19 novembre par Bruno de Leusse, conseiller de Louis Joxe. Celui-ci fait état de l’incarcération de 47 Européens en juillet dans un camp tenu par la wilaya VI, à M’Doukal, petite localité du département de Sétif, arrondissement de Barika101. Le ministère d’État commence, peut-être, à redouter d’avoir trop longtemps pris le problème à la légère. Il doit, d’une part, répondre à l’émotion suscitée par les déclarations à la presse d’anciens détenus de la prison de Maison-Carrée qui affirment, à leur retour en France qu’« il existerait une chambre de torture à l’école Maille et des charniers dans l’oued Harrach »102.

69La note préparatoire aux entretiens franco-algériens établie par l’ambassade à la fin novembre ne conserve plus d’espoir de retrouver de survivants parmi les disparus, en dehors de 47 personnes détenues dans le camp M’Doukal dans le département de Sétif. Le diplomate de l’ambassade, auteur du télégramme, crédite les officiels algériens d’une réelle bonne volonté pour résoudre les cas d’enlèvements ou d’assassinats mais pense qu’ils sont totalement dépassés par des éléments incontrôlés relevant du droit commun. L’ambassade postule, à juste titre, que l’opinion française est « persuadée que des camps d’internement existent où sont encore arbitrairement détenus et maltraités de nombreux Européens ». Cette certitude devrait conduire les autorités algériennes à admettre l’existence d’actes de violation des accords d’Évian, ce qui permettrait aussi de ne pas amplifier certaines rumeurs.

70L’autre raison brouillant les pistes réside dans le chantage à la libération exercé par le gouvernement algérien. Certains officiels algériens sous-entendent, en effet, que des libérations de Français pourraient intervenir si le gouvernement français procédait à la libération des Algériens et des Français ayant aidé le FLN. Du côté français, on ne peut que faire état des 5 451 libérations de détenus algériens pour des motifs politiques en application du décret d’amnistie du 22 mars 1962. S’il reste 3 000 Algériens dans les prisons françaises, c’est au titre de peines de droit commun. Néanmoins le gouvernement français serait prêt à envisager la promulgation d’un décret collectif de grâce pour ces derniers si les Algériens acceptaient la visite de délégués consulaires français dans les prisons algériennes. Il est vraisemblable que l’amalgame entre « disparus » et affaires de droit commun est recherché par les Algériens et que ces insinuations ne soient qu’un bluff de mauvais goût.

  • 103 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 32-33 du 3 janvier 1963.

71À quelques jours de son départ, en janvier 1963, Jean-Marcel Jeanneney dresse le bilan des disparitions survenues entre le 19 mars et le 31 décembre 1962. Entre le 19 mars et le 30 juin 1962, 1 151 disparitions enregistrées, 115 personnes reconnues mortes, 178 libérées, 858 personnes toujours disparues. Entre le 1er juillet et le 31 décembre, 1 936 disparitions enregistrées, sans beaucoup d’espoir de retrouver des survivants103.

  • 104 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 492 du 7 septembre 1962.
  • 105 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 742-744 du 17 septembre 1962.

72Précédemment à ce décompte, d’autres statistiques intermédiaires avaient été envoyées à Paris. Au 24 novembre le bilan était légèrement différent, il faisait état de 1 136 déclarations de disparition, 74 morts avérées et 173 libérations pour la période du 19 mars au 30 juin, auxquelles il convenait d’ajouter 1 750 déclarations de disparition, 133 morts avérées, 533 libérations pour la période allant du 1er juillet au 24 novembre. Ce qui faisait un total de 2 886 déclarations de disparition, 207 morts avérées, 706 libérations et 1 973 personnes encore portées disparues. Seule une statistique du 5 septembre permet de mieux connaître la répartition des disparitions par wilayas. À cette date, sur les 1 115 disparitions officiellement enregistrées à l’ambassade, 4 s’étaient produites sur le territoire de la wilaya I, 14 sur celui de la wilaya II, 9 sur celui de la wilaya III, 506 sur celui de la wilaya IV et de la zone autonome, 558 sur celui de la wilaya V et 24 sur celui de la wilaya VI. Rien qu’à Oran, on avait dénombré 300 disparitions lors des événements de début juillet104. Entre le 1er et le 17 septembre, période particulièrement tendue, on enregistrera encore 81 disparitions, dont 20 libérations et 11 assassinats prouvés (dont ceux de 5 femmes) et 4 viols105. La confrontation de ces chiffres permet de voir qu’avec le temps, le nombre de disparitions s’est stabilisé, ce qui laisse supposer qu’il s’agit là d’un ordre de grandeur plausible.

  • 106 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Richer du 24 avril 1995.
  • 107 Jean Herly, art. cit.
  • 108 Jean Herly, art. cit. (souligné par l’auteur, en italique)

73Philippe Richer, qui a participé à des opérations de recherche et d’identification de dépouilles d’Européens aux côtés des gendarmes français, précise qu’il a entendu toutes sortes de détails sur les sévices subis par des Européens, mais sans pouvoir jamais en obtenir la certitude106. Le témoignage de Jean Herly est concordant. L’ancien consul général mentionne le cas de la disparition de M. Des Garets, président du yacht-club d’Alger, dont l’épouse prétendait connaître le lieu exact de sa détention. Le consul général relate s’y être rendu par hélicoptère, rejoint sur place par une escorte d’irréguliers de la willaya IV « avec l’état d’âme du cow-boy dans une vallée surveillée sur les hauteurs par des Cheyennes »107. Cette expédition demeura sans résultat. Jean Herly résume ses souvenirs sur les disparitions en citant une annotation manuscrite de Louis Joxe dans l’un de ses courriers d’octobre 1962. Le ministre d’État chargé des Affaires algériennes avouait son impuissance en ces termes : « La difficulté est, pour moi, que je ne connais plus aucune autorité algérienne auprès de qui je puisse agir directement. »108

B. LA QUESTION DES HARKIS

  • 109 Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis, mémoire ou histoire ? », Vingtième siècle, revue d’h (...)
  • 110 Cité par Charles-Robert Ageron, art. cit., d’après 1 R 336 SHAT.

74Les télégrammes de l’ambassade permettent aussi de mieux cerner la manière dont l’ambassade et le ministère d’État ont traité la question du sort des harkis, un problème douloureux dont la prise en compte a débuté avant l’arrivée de Jean-Marcel Jeanneney à Alger. Charles-Robert Ageron rappelle que le commandement français s’est tout d’abord inquiété de leur attitude dans la perspective d’une paix négociée dès la fin de 1961. En étudiant les chiffres des désertions de supplétifs, on constate qu’elles progressent de mois en mois, ce qui conduit l’état-major à ordonner un désarmement progressif des harkas, du moins de celles jugées les moins sûres109. Toutefois les cadres s’inquiètent surtout du sort qui sera réservé aux futurs ex-supplétifs. À quelques jours du cessez-le-feu, le général Ducourneau évoque le risque « d’un véritable génocide des supplétifs »110. Contrairement à ce qui a été longtemps prétendu, le ministère des Armées s’est préoccupé de l’avenir des supplétifs dès cette époque. Le 20 mars 1962, le lendemain même de la signature des accords d’Évian, deux décrets offrent aux supplétifs le choix entre l’engagement dans l’armée française et le retour à la vie civile accompagné de l’octroi d’une prime de licenciement et d’un recasement. Cette dernière solution est choisie par 81,2 % des harkis encore en service, soit 21 000. Lors d’un recensement effectué en avril, seuls 1 334 harkis chefs de famille ont opté pour l’installation en France, soit 7 006 personnes en comptant les familles. Un second compte du 10 mai indique qu’un tiers d’entre eux ont renoncé à ce déracinement qui leur fait peur. Redoutant des représailles à leur encontre, certains officiers des Sections administratives spécialisées (SAS) exercent des pressions sur leurs moghaznis afin qu’ils gagnent la France.

  • 111 Le Point, n˚ 1534, 8 février 2002, p. 52. Dossier : « La vérité sur la tragédie des harkis », Jean (...)
  • 112 Le Point, art. cit. p 52.

75Selon Charles-Robert Ageron, c’est ce contexte de pressions psychologiques exercées par certains cadres qui permettrait de comprendre l’attitude intransigeante de Louis Joxe à l’égard des harkis. Pourtant, dans un premier temps, le ministre d’État chargé des Affaires algériennes paraît s’inquiéter du sort des supplétifs. Le 11 avril, il demande au haut commissaire de recenser les supplétifs menacés souhaitant venir en France et de procéder à leur regroupement111. Louis Joxe précise que « les problèmes d’hébergement et de recasement font l’objet d’études poursuivies par une commission interministérielle ». Cette commission est présidée par Michel Massenet qui vient de remettre le 10 avril un rapport au ministre d’État préconisant d’importants transferts. La commission est dissoute quelques jours plus tard112.

  • 113 Cité par Charles-Robert Ageron, art. cit., p. 9. Il s’agit vraisemblablement du télégramme n˚125 / (...)
  • 114 Télégramme cité par Le Point, n° 1534, 8 février 2002, p. 52. Dossier : « La vérité sur la tragédi (...)

76Charles-Robert Ageron rappelle que dès le 23 mai 1962, la presse de droite pro-Algérie française mentionne un télégramme du ministre d’État « donnant l’ordre de renvoyer en Algérie les supplétifs débarqués en métropole en dehors du plan général de rapatriement ». Louis Joxe précise qu’il « n’ignore pas que ce renvoi sera interprété par les propagandistes de la sédition comme un refus d’assurer l’avenir de ceux qui nous sont demeurés fidèles. Il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure »113. Si le contenu du télégramme de Louis Joxe est connu depuis 1962, Le Point a révélé en février 2002 un message secret inédit du ministre des Armées Pierre Messmer daté du 12 mai 1962 qui prouve l’identité de vues au sujet des harkis au sein du gouvernement après les premières hésitations ayant suivi l’instauration du cessez-le-feu. S’adressant au commandant en chef de l’Armée en Algérie (« Genesuper Rehaïa »), Pierre Messmer écrit : « Il me revient que plusieurs groupes d’anciens harkis seraient récemment arrivés en métropole. Je vous communiquerai dès qu’ils seront en ma possession [les] renseignements précis sur [l’]importance et [l’]origine ces groupes ainsi que, si possible, sur [les] responsables [de] leur mise en route. Dès maintenant, toutefois, je vous prie : Primo - D’effectuer sans délai [une] enquête en vue [de la] détermination [des] conditions [du] départ d’Algérie de ces groupes incontrôlés et [de] sanctionner [les] officiers qui pourraient en être à l’origine »114.

  • 115 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, op. cit., tome 1, p. 137.
  • 116 Précision donnée par Charles-Robert Ageron, art.cit., note 2 p. 4.

77Lors du Conseil des ministres du 30 mai, Robert Boulin, ministre des Rapatriés, table sur le rapatriement d’un millier de harkis, soit 5 000 personnes avec les familles. Pierre Messmer précise au général de Gaulle qui s’étonne de la faiblesse du chiffre que « ce sont là les prévisions actuelles »115. Au Conseil du 13 juin, le ministre des Armées répète que seuls 1 100 harkis et 300 moghaznis et leurs familles ont demandé à venir en France116.

  • 117 Cité par Charles-Robert Ageron, cote 1 H 1788/2 (SHAT).

78Algériens de toujours, musulmans, le plus souvent d’origine modeste, les supplétifs de l’armée française n’ont aucune attirance particulière pour venir s’établir dans une France qu’ils ne connaissent pas. Dans une écrasante proportion, ils ont servi l’armée et l’administration par esprit de loyauté vis-à-vis d’institutions qu’ils ont toujours connues et tout simplement pour faire vivre leurs familles. Rares sont ceux qui pouvent prétendre posséder un réel sens de l’attachement aux valeurs de la France. Aussi, même si beaucoup craignent confusément de « devoir rendre des comptes » au moment de l’indépendance, bien peu imaginent que cela puisse dépasser le cadre d’une « explication entre frères ». Comme le souligne Charles-Robert Ageron, l’attitude des chefs de l’ALN durant le premier semestre 1962 a été marquée par la modération. Au moment de la signature des accords d’Évian, le commandant de la wilaya I invite les goumiers et harkis à rendre leurs effets militaires à l’armée française et à reprendre la vie civile en veillant à dénoncer les agissements de l’OAS. Ces propos apaisants ne sont pas ceux de la wilaya V qui annonce, dans une circulaire du 10 avril, que « le jugement final des traîtres se déroulera dans une Algérie indépendante devant Dieu et devant le peuple »117.

  • 118 Deux témoignages récents sur le calvaire enduré par les harkis figurent dans le dossier du Point, (...)
  • 119 Le Point, art. cit., p. 54.
  • 120 1 200 pour le corps d’armée d’Alger, 1 000 pour le corps d’armée de Philippeville, 100 pour le cor (...)

79Même si d’anciens harkis témoignent de leur calvaire en rappelant qu’ils ont été arrêtés en mai ou en juin 1962, Charles-Robert Ageron situe le démarrage des violences massives après la proclamation de l’indépendance, à partir de la mi-juillet118. Les scènes de violence collective provoquent l’afflux d’anciens harkis et de leurs familles dans les postes tenus par l’armée française. Il semble que Pierre Messmer ait réagi dès le 19 juillet en demandant à Louis Joxe que cesse l’accueil des réfugiés dans les camps militaires en « raison de la somme de charges et d’efforts considérables » supportés car « l’armée est ainsi arrivée à la limite du concours qu’elle peut apporter »119. La première mention du phénomène est enregistrée à l’ambassade le 4 août. Il s’agit d’un message émanant du commandement supérieur français de la base de la Réghaïa en date du 24 juillet. Il fait état de la violence de l’épuration menée par la population et l’ALN contre les ex-supplétifs sur les territoires des wilayas II et IV. À cette date, 2 300 personnes ont demandé asile aux forces françaises et ont été recueillies120.

  • 121 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 119 du 7 août 1962.

80Le général de Brébisson demande leur transfert immédiat pour la métropole étant donné « la situation pitoyable des anciens compagnons d’armes menacés dans leur vie par la population algérienne, ce qui émeut à juste titre les cadres et la troupe »121.

  • 122 Selon Charles-Robert Ageron, ce sont 3 300 harkis qui sont hébergés par les militaires français en (...)
  • 123 Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis, mémoire ou histoire ? », Vingtième siècle revue d’Hi (...)
  • 124 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 123 du 8 août 1962.
  • 125 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 188 du 11 août 1962, 23 h 05 (Génésuper Réghaia n° 1 (...)

81Le 8 août, lorsqu’il prend connaissance de la présence de 2 500 anciens supplétifs avec leurs familles parmi les troupes françaises, l’ambassadeur réclame leur évacuation vers la métropole car il juge que leur maintien en Algérie, dans des conditions précaires, « est de nature à affecter le moral de notre armée »122. Jean-Marcel Jeanneney ajoute : « Je crois que nous ne pouvons nous soustraire à l’obligation morale de transférer ces musulmans en métropole », rappelant que « sur les centaines de milliers de supplétifs qui se sont engagés à nos côtés seulement 2 000 environ ont jusqu’ici trouvé refuge en France ». Ce chiffre est inférieur à celui avancé par Charles-Robert Ageron pour qui, à la fin juin 1962, « on estimait, à Paris, à environ 10 000 personnes le nombre des Français musulmans qui avaient été évacués officiellement : harkis, moghaznis et civils engagés aux côtés de l’armée et qui se savaient menacés »123. Jean-Marcel Jeanneney laisse transparaître son inquiétude devant l’inertie du gouvernement à autoriser le rapatriement de ceux qui se sont exposés pour elle124. Ce premier appel demeure, semble-t-il, sans réponse puisque le 11 août, le commandement presse le ministère des Armées d’activer le rapatriement car l’exécutif provisoire a demandé à des officiers de police algériens de visiter le camp de Tefeschoun qui abrite d’anciens supplétifs. Ce camp ne relevant pas du domaine militaire, il y a donc urgence à les évacuer pour éviter un incident sérieux125.

  • 126 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 271 du 28 août citant en référence le télégramme à l’a (...)

82Depuis Paris, Louis Joxe enjoint Jean-Marcel Jeanneney d’adresser une vive protestation à Abderrhamane Farès au sujet des mauvais traitements dont sont victimes les anciens supplétifs et auxiliaires des SAS126. Dans le contexte politique que connaît l’Algérie à l’été 1962, cette démarche est vaine. Charles-Robert Ageron cite quelques prises de position non équivoques concernant les harkis de la part de dirigeants de l’ALN durant l’été 1962. C’est ainsi que, fin juillet, le colonel Chaâbani, chef de la wilaya VI, annonce la mise à mort des anciens harkis. Le 10 août, c’est au tour du colonel Zbiri, commandant de la wilaya I, de déclarer publiquement : « Les anciens supplétifs et collaborateurs seront impitoyablement punis : on ne fait pas une révolution sans quelques égorgements ». Fin août, le colonel Mohand ou el-Hadj conseille de temporiser un peu en différant le massacre des harkis après le départ de l’armée française. Un autre officier supérieur de l’ALN se montre plus direct : « Les harkis étaient 200 000. Nous sommes 8 millions d’Algériens, nous pouvons nous permettre de les faire tous disparaître ».

  • 127 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 271 du 28 août 1962.
  • 128 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 309 du 30 août 1962.
  • 129 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 327 du 31 août 1962.
  • 130 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 465 du 5 septembre 1962.
  • 131 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1326-1327 du 19 septembre 1962 (MAA n° 685/Z). Dura (...)

83Le président de l’exécutif provisoire, pourtant d’ordinaire coopératif, se montre fuyant, « donnant à entendre que, dans certains cas, les harkis avaient provoqué, par leur comportement, des réactions populaires qu’il serait difficile d’apaiser avant un certain temps »127. Le refus de coopération de l’autorité algérienne explique que l’ambassade ait tout fait pour favoriser certains rapatriements. Il semble que Louis de Guiringaud, lorsqu’il s’est retrouvé seul aux commandes de l’ambassade, entre la fin août et les premiers jours de septembre, ait tout mis en œuvre pour obtenir des rapatriements. On peut ainsi citer sa demande du 30 août au sujet de 242 ex-GMS réfugiés au camp de Téféchoun, « sans préjuger du problème plus général des harkis et de leurs familles », prend-il le soin d’ajouter, comme pour s’excuser d’enfreindre un ordre tacite128. Le lendemain, le ministre délégué demande encore le rapatriement par voie aérienne militaire du député de Mascara Cheikh Benssedik et du conseiller général Mohamed Farès avec des membres de leurs familles. Selon lui, « les exécutions d’anciens supplétifs ont continué. Au minimum vexations et brimades souvent féroces restent nombreuses sur presque toute l’étendue du territoire »129. Enfin, le 5 septembre, il demande une évacuation aérienne pour 200 ex-supplétifs menacés et réfugiés dans le camp de Labat130. Cette attitude volontaire a eu des effets puisque, le 19 septembre, le ministre d’État aux Affaires algériennes confirme que les GMS réfugiés au camp de Tefeschoun seront accueillis en France au camp de Saint-Maurice l’Ardoise131.

  • 132 Depuis quelques années, de nouveaux témoignages sont venus s’ajouter, voir dans Boussad Azni, Hark (...)

84D’autre part, le ministère d’État doit, à l’automne, répondre à la campagne organisée par le Comité national de solidarité pour les Français musulmans réfugiés animé par le colonel Schoen. Le 23 octobre, Jean-Marcel Jeanneney a reçu, par l’entremise de sa belle-mère madame Octave Monod, un épais cahier dudit comité répertoriant tous les témoignages d’exactions commises à l’encontre des anciens supplétifs et de certains Européens. Sa lecture provoque un véritable malaise. Parmi toute une série de témoignages abominables, on peut citer en exemple celui d’un ancien sergent d’un commando de chasse, particulièrement précis. Il sait que ses anciens hommes sont incarcérés « au camp de Taourtatsine dans l’Atlas blidéen. À notre connaissance, c’est le camp le plus important de la région. Il y a peut-être plusieurs centaines de prisonniers. Parmi eux, des Européens, femmes et enfants compris. Les rebelles [sic] les torturent peu à peu : on coupe un bras, le nez, on fait des plaies qu’on sale, etc. On s’en sert aussi, comme ils disent, de « filles de joie », notamment les Européens [sic]. Quand leur état est trop lamentable et qu’ils ne peuvent plus servir à rien, on les tue. Il n’est pas question d’émettre l’idée d’aller les délivrer, ce qui serait pourtant bien simple. Les cadres sont dégoûtés d’eux-mêmes et de ce qu’on les oblige à accepter ». Force est de constater que la plupart des descriptions de sévices infligés aux harkis relatés dans les quelques ouvrages consacrés au sujet sont puisées dans ce cahier qui localise environ vingt-cinq sites de détention à la mi-octobre, période qui correspond à la seconde vague de massacres d’anciens supplétifs. Aussi doit-on être particulièrement vigilant à ne pas répandre des informations erronées, manipulées ou grossies. Le cahier du colonel Schoen répertorie peut-être la plus grande partie des exactions commises ou bien au contraire une infime proportion, nul ne peut l’affirmer132.

  • 133 Cité par Charles-Robert Ageron.
  • 134 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général Valentin du 6 juin 1995. Le général Valentin profère (...)
  • 135 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général François Valentin du 6 juin 1996.
  • 136 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général de Réals du 8 juin 1995. La mort la plus fréquente p (...)

85Ce faisceau d’éléments concordants conduit Jean-Marcel Jeanneney à interroger directement le président du Conseil sur la situation des harkis au moment où des sources diverses font état d’une nouvelle flambée de violence à leur encontre dans le Constantinois, l’Orléansvillois et en Grande Kabylie. L’ANP y est directement associée. Sur les ondes de Radio-Constantine, le 23 novembre, le commandant Si Larbi de la wilaya II dénonce « les traîtres qui ont combattu les moudjahidin et qui continuent à espionner au profit de l’ennemi. Nous les connaissons »133. Devant l’ambassadeur, Ahmed Ben Bella se borne à employer le doux euphémisme de « dépassements » pour qualifier ces exactions et en rejette la responsabilité sur d’anciens éléments des wilaya III et IV. Cette présentation des faits est vivement contestée aujourd’hui par le général Valentin qui explique que le commandement supérieur de La Réghaïa a eu connaissance d’encouragements formels de l’entourage très proche d’Ahmed Ben Bella visant à brimer les harkis134. Toutefois le général Valentin, ancien membre de l’état-major du général de Brébisson, insiste aussi sur le fait qu’on avait eu tendance, durant les opérations, à gonfler le nombre de harkis, car les unités percevaient de l’argent pour les rémunérer et cela leur permettaient d’améliorer l’ordinaire. Cela lui donne à penser que le nombre de harkis pouvant être pourchassés était plus faible qu’on l’a longtemps cru135. Pour sa part, le général de Réals rappelle que dans le rapport qu’il rédigera à l’occasion de son départ, à l’été 1963, il avait estimé à 20 000 harkis tués le bilan des réglements de comptes au sein de la population algérienne. Mais il précise aussi que beaucoup périrent du fait de mauvais traitements infligés par l’ensemble de la population et non d’une entreprise systématique d’élimination136.

  • 137 La note rappelle qu’entre 1956 et 1962, ce sont 400 000 supplétifs qui ont revêtu à un moment ou à (...)

86Concernant les harkis, la note préparatoire aux entretiens franco-algériens du 4 décembre 1962 emploie le conditionnel pour décrire une situation faisant état de 10 000 morts et 7 000 détenus soumis à des traitements inhumains et menacés d’un texte en projet créant une indignité nationale137. À cette date, l’existence de camps de détention et de travail forcé est admise par Houari Boumedienne et Ferhat Abbas. Pourtant, en dépit des éclaircissements réclamés, à plusieurs reprises, par l’intermédiaire de l’ambassadeur de France et la proposition de constitution d’enquêtes sur les camps d’internement et de travail, l’autorisation de visite aux membres de la Croix-Rouge a constamment été refusée.

87À la veille de la rencontre avec la délégation algérienne, les officiels français ne cachent pas que les problèmes posés par la protection et le reclassement de ces hommes sont complexes. Il faut d’abord considérer la question sur un plan métropolitain, en faisant tout pour protéger les harkis de représailles car le FLN tente de les recenser en France. Le gouvernement français désire aussi les éloigner de toute activité politique susceptible d’envenimer les relations avec le pouvoir d’Alger, et il doit aussi se préoccuper de leur formation et de leur logement. Fin novembre 1962, on compte 26 900 supplétifs rapatriés dont 12 300 hébergés dans des camps, 7 200 reclassés, 3 200 engagés dans l’armée française, 3 200 en cours de transfert dans des camps et 1 000 reclassés par des initiatives individuelles, il s’agit là de la demi-brigade de fusiliers-marins de Nemours qui a rapatrié un millier de ses harkis dans l’Ardèche. Parmi les reclassés, 80 % le sont dans le secteur industriel et 20 % dans le secteur agricole. Par ailleurs, 1 250 hommes sont en cours de reclassement dans des chantiers de forestage dans les départements du sud de la France sous la protection de militaires français. Parmi les études pour faciliter l’insertion des anciens supplétifs, le gouvernement travaille à un projet de rénovation de la forêt provençale, envisage la construction de 2 000 logements financés par le SONACOTRAL, désire améliorer leur formation car seulement 1 % des harkis a le niveau pour entrer en école professionnelle. Il projette également d’intervenir auprès du patronat pour qu’il embauche en priorité des harkis. Toutes ces mesures, qui restent d’ailleurs au stade des intentions, ne proposent rien de réellement concret pour tous ceux qui sont demeurés en Algérie, ni un éventuel rapatriement massif.

  • 138 Charles-Robert Ageron récapitule les estimations fournies par les diverses « sources » et auteurs.
  • 139 Charles-Robert Ageron explique que la fourchette de 100 à 150 000 victimes est reprise par le bach (...)

88En se livrant à une récapitulation des estimations sur le nombre de victimes de la chasse aux harkis, Charles-Robert Ageron a raison d’insister sur le caractère contestable des méthodes de calcul retenues. Ainsi, le comité du colonel Schoen se contente-t-il de multiplier le bilan de 550 victimes « relativement sûres » observées pour 8 anciennes communes mixtes sur 78 et 10 communes de plein exercice sur 350 pour en conclure à une estimation de 25 000 à 30 000 victimes, mais uniquement pour les massacres de l’été 1962. Ce premier bilan va même être doublé de façon totalement arbitraire par une autre association d’anciens officiers et sous-officiers des SAS dirigée par Nicolas d’Andoque qui entend prendre en considération la seconde vague d’assassinats. En janvier 1963, le rapport Vernejoul adressé au Conseil économique et social conclue à 25 000 morts de l’indépendance à octobre 1962. En mai 1963, l’ancien sous-préfet d’Akbou, M. Robert se livre à une nouvelle évaluation des massacres de harkis pour le compte de l’Association nationale des familles et amis des parachutistes coloniaux dirigée par le contrôleur général Salvy138. Reprenant le bilan des victimes de son arrondissement (545 morts du 27 juillet au 15 septembre et 200 nouvelles victimes du 15 octobre à la fin décembre 1962), l’ancien sous-préfet en déduit un nombre moyen de morts allant de 1 000 à 1 500 par arrondissement, soit 72 000 à 108 000 pour les 72 arrondissements d’Algérie. Le chiffre est porté à 150 000 victimes dans un second état du rapport de l’Association et va être constamment repris par l’historiographie dénonçant le sort réservé aux anciens supplétifs jusqu’à une révision à la baisse depuis quelques années qui semble tout aussi arbitraire139. La réelle dimension du problème ne réside pas dans la comptabilité macabre mais dans le fait que le pari des accords d’Évian, celui d’une Algérie indépendante au sein de laquelle cohabiteraient différentes communautés raciales et religieuses a été cruellement démenti dès la période transitoire du cessez-le-feu et les premiers jours de l’indépendance. Dans cette perspective, les massacres d’anciens supplétifs, de musulmans pro-français et les meurtres de pieds noirs n’ont pas seulement été ceux de victimes expiatoires livrées à la vindicte populaire après cent trente-deux années de frustrations dues au colonialisme. Ces morts révélaient l’incapacité des hommes du nouveau pouvoir FLN à fonder un État démocratique, capable d’assumer et de faire fructifier l’héritage de la période française, seule solution pour réconcilier les Algériens avec eux-mêmes. Il est étonnant et sans doute significatif qu’aucun télégramme émanant de l’ambassade ou du ministère d’État aux Affaires algériennes ne s’inquiète en termes politiques de la portée à long terme de cette violence constitutive du nouvel État algérien. En justifiant et en laissant faire le massacre des harkis, le FLN a délibérément choisi de continuer à exacerber le sentiment anti-français dans l’Algérie indépendante afin d’en faire le ciment de l’unité nationale entre les différentes composantes ethniques de la population algérienne.

IX. L’AFFAIRE DE LA RTF-RTA

89Durant les six mois de l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney en Algérie, la question du devenir de la RTF-Algérie a revêtu progressivement un caractère épineux qui a failli déboucher sur une crise ouverte majeure entre l’ancienne métropole et le nouvel État algérien. L’attitude constante de l’ambassadeur aura consisté à faire prendre conscience au ministère d’État et à Robert Bordaz, le directeur général de la RTF à Paris, qu’il n’est pas possible en matière de radiodiffusion d’adopter une attitude dilatoire, respectant scrupuleusement les principes du droit, quand on traite avec un État accédant à l’indépendance. Las, en dépit de tous ses efforts, l’ambassadeur ne parviendra pas à empêcher la crise ouverte fin octobre 1962.

  • 140 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 129 du 9 août 1962.
  • 141 Arch. CHEVS JMJ 35. L’Express du 16 août 1962.

90A priori, la situation semble pourtant simple. Les installations matérielles et immobilières de la RTF-Algérie ayant été financées sur le budget de la RTF, il est convenu que l’État français dédommagera l’établissement public lorsque celui-ci rétrocédera la radiotélévision au premier gouvernement algérien. Il est, d’autre part, prévu qu’une coopération se mettra en place entre la RTF et son homologue algérien. C’est dans cet ordre d’idées que le 9 août, l’ambassade adresse à l’exécutif provisoire un projet de lettre émanant de la RTF, proposant aux autorités algériennes, pour une durée maximale de six mois, la diffusion de ses émissions, le temps que soit signé l’accord de coopération en matière de radiodiffusion140. Un premier accrochage se produit à la mi-août, quand l’ambassadeur reçoit des instructions de Paris pour procéder au changement de direction à la tête de Radio-Alger avant le début de la campagne électorale. L’exécutif provisoire, s’appuyant sur les termes des accords d’Évian, refuse de se prononcer étant donné que les accords prévoient explicitement que le statut de la radio algérienne sera réglé après les élections à l’Assemblée constituante141.

  • 142 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1386-1402 du 24 septembre 1962 (MAA n° 702/Z).

91Le 24 septembre, le ministère d’État communique à l’ambassade de France les deux projets de protocoles relatifs à la radiotélévision en Algérie. Les conditions présentées par Paris sont incontestablement trop exigeantes pour ne pas irriter la susceptibilité d’un jeune État indépendant. Le juridisme est l’ennemi du bon sens politique. Qu’on en juge ! La RTF étant un établissement public, elle est indépendante de l’État français, aussi est-il prévu qu’elle ne donne pas mais qu’elle « met à la disposition de l’État algérien, pour une durée d’un an renouvelable », ses installations. De surcroît, « les dettes et créances contractées en Algérie avant le [date en blanc] par l’établissement public RTF sont transférées à l’État algérien, qui fera son affaire de leur règlement ». Le second projet de protocole prévoit qu’« en matière de radiodiffusion, la durée globale de ces émissions ne pourra être inférieure à celle constatée à la date du protocole » et qu’« en matière de télévision, les émissions en langue française seront au moins égales à la moitié de la durée globale des programmes »142. En l’absence de tout protocole relatif au transfert de la RTF à l’Algérie, la France devrait demeurer seule maîtresse de la radio.

  • 143 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1601-1605 du 24 octobre 1962.
  • 144 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1636-1640 du 25 octobre 1962.
  • 145 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1650-1653 du 26 octobre 1962.

92Ce manque total de réalisme est d’autant plus inexplicable que depuis l’occupation de Radio-Alger, fin août, par les hommes de la wilaya IV, le directeur français, M. Drouet, a dû accepter la présence de Khaled Safer comme « censeur » des émissions d’information. La réaction du gouvernement algérien se fait attendre un mois. Le 24 octobre, Philippe Labro, le directeur de l’information, et M. Drouet, le directeur général, voient arriver Khaled Safer muni d’un décret signé d’Ahmed Ben Bella nommant M. Messaoudi directeur-général de la RTA et de deux lettres du ministre de l’Information nommant Safer rédacteur en chef des informations et le chargeant d’assurer l’intérim en l’absence de Messaoudi. En réaction à cette révolution de palais, l’ambassadeur suggère au ministère d’État d’entériner ces nominations en mettant officiellement un certain nombre d’heures d’émission, correspondant aux bulletins d’information, à la disposition des Algériens. Ainsi, la RTF cessera de diffuser sous son nom des informations rendant compte des positions du gouvernement algérien143. Le lendemain, Hadj Hamou, ministre de l’Information, se rend à la RTF, en territoire conquis, sans en avertir M. Drouet. Celui-ci demande tout de même au ministre que les négociations sur la radio débutent le 30 octobre, mais l’impétueux ministre de l’Information ne daigne même pas lui répondre. En fait, les Algériens ont déjà pris le contrôle de la radio. Après cette visite, le directeur général téléphone à l’ambassadeur pour lui dire que lui-même ainsi que 80 % du personnel de la radio allaient quitter leur poste dans les jours prochains144. Immédiatement, l’ambassadeur adresse une lettre à Khémisti lui signifiant que la mainmise unilatérale sur la radio par les Algériens allait conduire au départ du personnel français145.

  • 146 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2299-2300 du 18 décembre 1962, 22 heures (MAA n° 91 (...)
  • 147 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2414-2415 du 29 décembre 1962, 17 heures (SEAA n° 9 (...)

93Prétextant que le personnel et les gendarmes chargés de la garde des installations de la radio dérobent du matériel et vident les caisses, une katiba prend le contrôle du bâtiment à l’aube du 28 octobre. La date de ce coup de force n’est pas fortuite, il intervient trois jours avant la fête de l’indépendance, signifiant simplement qu’un gouvernement légitime et indépendant ne peut être privé de l’information à quelques heures d’une journée symbolique pour laquelle de nombreuses délégations étrangères sont attendues. Lorsqu’il est prévenu au petit matin de cette crise, Jean-Marcel Jeanneney n’est pas surpris par la tournure des événements : il ne s’est pas privé d’avertir Robert Bordaz et Louis Joxe qu’il était urgent de revenir sur leurs positions, mais ils n’ont pas bougé. En attendant, c’est à lui qu’il revient de gérer la crise. Immédiatement, il dépêche sur les lieux le colonel de Réals afin qu’il demande au blindé français déjà positionné devant le bâtiment de se retirer. Il lui faut ensuite négocier la libération des gendarmes qui ont été désarmés et déployer des trésors de diplomatie pour obtenir que les militaires algériens leur rendent leurs armes et acceptent de ne pas leur infliger une humiliante fouille corporelle. Le soir même de cette prise de possession de la radio-télévision, le faisceau reliant Alger à Paris est coupé par les Algériens. Il y aura néanmoins un épilogue à cette tragi-comédie deux semaines avant le départ de Jean-Marcel Jeanneney. En effet, le 18 décembre, Jean de Broglie, devenu responsable des Affaires algériennes, relève que les autorités algériennes manifestent à nouveau de l’intérêt pour la coopération technique entre la RTF et la radio algérienne, plus particulièrement sous forme de relais de programmes146. Une date de réunion sera avancée pour le 7 janvier 1963, mais Jean-Marcel Jeanneney aura déjà quitté l’Algérie147.

X. CONTRÔLER LA PROVENANCE DU VIN D’ALGÉRIE

  • 148 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 597-600 du 12 septembre 1962.

94S’il est une question de caractère non dramatique à laquelle Jean-Marcel Jeanneney se souvient avoir consacré beaucoup de temps, c’est bien le dossier de l’exportation des vins d’Algérie. Pour autant, il ne s’agissait pas là d’une affaire sans importance car des intérêts économiques puissants étaient en jeu. Le dossier du vin algérien est un de ceux pour lesquels Jean-Marcel Jeanneney a le plus imposé ses vues au ministère d’État des Affaires algériennes. Au départ, le 6 septembre, les représentants français et algériens ne paraissent guère avoir de difficulté à convenir de l’entrée en franchise en France de 5 millions d’hectolitres de vin, au prix quantum, pourvu qu’un contrôle effectif de l’origine algérienne puisse être organisé. Cette mesure est très importante pour la restauration des finances algériennes. Or il s’avère bientôt qu’en de multiples endroits, les fruits de la vendange sont détournés par des comités locaux de l’ANP qui désirent les vendre pour leur profit. Certains propriétaires-exploitants viticoles, qui rentrent en Algérie pour faire la récolte, se voient interdire l’entrée de leur exploitation. Dans ces conditions, Jean-Marcel Jeanneney juge que la France a un excellent moyen de pression pour faire respecter les droits et les biens de ses ressortissants : il lui suffirait de publier dans la presse un communiqué indiquant que seul sera importé en franchise de droits de douane le vin pour lequel un certificat d’origine de la propriété pourra être apporté148.

  • 149 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 699-702 du 15 septembre 1962.

95Parallèlement à cette première difficulté, l’ambassadeur s’inquiète de la demande d’importation de vins espagnols formulée auprès de l’exécutif provisoire, à la mi-septembre. Cette demande a pu être refusée par le délégué aux Finances qui est Français, mais il n’est pas garanti que cela puisse être toujours le cas dans l’avenir. La tentation d’un commerce triangulaire risque d’être irrésistible également pour les agrumes et les céréales car la France offre des prix d’achat aux produits algériens nettement supérieurs aux cours mondiaux149.

  • 150 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 713-725 du 16 septembre 1962.
  • 151 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 713-725 du 16 septembre et n° 727-732 du 17 septembre (...)
  • 152 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 907-908 du 22 septembre 1962.
  • 153 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1036-1037 du 29 septembre 1962.

96À Paris, le cabinet de Louis Joxe paraît tergiverser face à la proposition de l’ambassadeur et s’oriente davantage vers la constitution de commissions paritaires locales pour déterminer la provenance du vin. Lorsqu’on lui communique cette décision, Jean-Marcel Jeanneney s’énerve quelque peu et fait remarquer que dans « les grandes régions de vignobles, les préfets sont le plus souvent les prisonniers sinon les créatures de ces bandes armées qui ont mis la main sur les propriétés de nos compatriotes. Il est donc illusoire de supposer qu’ils pourraient nommer des administrateurs de biens qui sauvegarderaient les intérêts des propriétaires. Pour ces mêmes raisons, il est difficile d’imaginer comment une commission locale (…) pourrait s’opposer aux exigences des bandes qui, l’arme à la main, ont fait la loi dans les campagnes depuis deux mois »150. Dans un télégramme, envoyé le 17 septembre, l’ambassadeur rappelle au sujet des vins que « le prix de quantum est l’instrument d’un transfert de revenus du consommateur au producteur agricole, consenti par la solidarité nationale. Dans l’état actuel de l’Algérie, ce n’est qu’au moyen de contrôles précaires (…) que nous pouvons tenter de canaliser ce transfert vers son destinataire légitime, et d’en exclure les pillards de l’ALN ou des fonctionnaires peu scrupuleux ». Jean-Marcel Jeanneney propose que l’origine du vin exporté soit confirmée par la signature du consul et des représentants locaux de la profession viticole. Il semble que sur ce dossier, comme sur d’autres d’ailleurs, Paris ne mesure pas correctement les difficultés réelles rencontrées sur place. Il est vrai aussi que la France a besoin de ces 5 millions d’hectolitres et qu’elle est prête à ne pas être très regardante sur leur provenance. À cela l’ambassade répond que rien qu’en Oranie, on peut trouver les 3 ou 4 millions d’hectolitres indispensables à la récolte 1962, en puisant dans la récolte faite chez les producteurs légitimes151. Jean-Marcel Jeanneney adresse à Paris son projet d’« avis aux importateurs » le 17 septembre, et l’état définitif de la circulaire est rédigé le 21 septembre, preuve d’une indéniable efficacité. L’avis prévoit une possibilité d’intervention de l’État algérien qui ne figurait pas dans le projet initial, il s’agit par là de transférer la pression des pillards du consulat vers la préfecture152. Une semaine plus tard, les premiers pinardiers en provenance d’Algérie arrivent dans les ports du sud de la France. Devant la panique que provoque l’avis paru au JO du 28 septembre sur l’obligation de fourniture d’un certificat consulaire attestant la propriété d’origine, il y a tout lieu de penser qu’une partie de ses livraisons provient de vins d’origine douteuse. L’ambassadeur demande la mise en entrepôt douanier de tous les vins sans certificat d’origine153.

  • 154 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1089-1092 du 30 septembre 1962.
  • 155 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1142-1144 du 4 octobre 1962.
  • 156 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2396-2398 du 28 novembre 1962.

97À Alger, la décision prise à l’initiative de l’ambassadeur suscite bien des remous. Une des premières maisons de négoce d’Alger a été contactée par le FLN pour lui vendre des vins provenant de vendanges faites par l’ALN ou de stocks spoliés. Si cette maison a pu refuser, d’autres n’auraient pas eu le même scrupule et demandent de retarder l’application de l’avis du 28 septembre au 3 octobre pour écouler leur stock frauduleux. Apprenant cette nouvelle, l’ambassadeur réclame l’imposition immédiate du contrôle154, mais il est toutefois obligé d’accorder un assouplissement de la mesure car les douanes sont dans l’impossibilité d’entreposer de telles quantités de vins. Il peut aussi se montrer moins intransigeant dans la mesure où les responsables de la profession viticole en Algérie l’assurent que les premières expéditions ont été réalisées avec des vins de l’ancienne récolte appartenant à des négociants ; par conséquent il sera toujours possible de procéder à des contrôles a posteriori155. Fort de ce succès, Jean-Marcel Jeanneney proposera d’établir également un certificat d’origine lors de la commercialisation de la récolte d’agrumes afin de limiter la spoliation des propriétaires et exploitants français, mais sa requête demeurera, apparemment, sans suite156.

XI. L’OPÉRATION LABOURS ET LA RÉFORME AGRAIRE

  • 157 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1315-1325 du 12 octobre 1962.
  • 158 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1330-1331 du 13 octobre 1962.

98Toujours dans le domaine agricole, l’opération labours, qui apparaît comme le grand projet politique prioritaire du gouvernement algérien à l’automne 1962, soulève un double problème pour la France. D’une part, la réforme agraire ne peut se faire sans léser les colons, d’autre part, la France ne peut éviter d’apporter son aide au projet, alors même que plusieurs pays promettent la leur. Plus que jamais, l’ambassade de France et le ministère d’État vont devoir opter pour une solution qui fera mal aux Français d’Algérie. Jean-Marcel Jeanneney ne se fait aucune illusion sur le sort des biens des absents, ni davantage sur ceux des présents : « Ils se trouvent dans leur isolement soumis à une pression accrue de leur entourage qui tendra naturellement à vouloir se comporter sur les terres des Français présents comme il [le fellah] le fera sur celles des absents ». Néanmoins l’ambassadeur propose dans sa réponse à la demande d’aide technique « d’exprimer le souci de ne pas voir une opération d’intérêt général incontestable aboutir, avec l’aide matérielle de la France, à une spoliation d’agriculteurs français », alchimie de la langue diplomatique qui sous-entend que l’aide se fera quand même !157 En vérité, de tous les biens agricoles des colons, seuls les porcs échappent à l’entreprise de mainmise des Algériens puisque l’ambassade est obligée de demander leur rapatriement d’urgence !158

  • 159 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1315-1325 du 12 octobre 1962.
  • 160 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1350-1360 du 15 octobre 1962.
  • 161 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1545-1548 du 22 octobre 1962.

99La demande d’aide massive pour l’opération labours réclamée par le ministère de l’Agriculture d’Amar Ouzegane est transmise au ministère d’État le 13 octobre159. Jean-Marcel Jeanneney, au regard de l’offre de 500 machines agricoles faite par la Yougoslavie, suggère un don pour un montant de 3 millions de nouveaux francs, soit 100 tracteurs à chenilles avec charrues, et 400 autres tracteurs payables à crédit. Il déconseille de prendre le montant du don sur le budget de la CEDA, et suggère de se servir du budget de la coopération récemment ouvert, afin de ne pas donner aux Algériens le sentiment d’être floués. En outre, la livraison de tracteurs à l’Algérie permettrait aux industriels français de ne pas perdre pied sur un marché qui représentait jusque-là entre 1 500 et 4 000 unités annuelles160. Lorsqu’il rencontre Ahmed Ben Bella, à son retour d’Amérique, une semaine plus tard, l’ambassadeur tente d’obtenir des garanties pour le respect des droits des agriculteurs français. Le président du Conseil se montre alors rassurant, affirmant que les colons pourraient disposer des fruits de leurs récoltes et que la seule urgence était de procéder à la mise en commun de l’exploitation des terres et non de toucher aux structures de la propriété161. Cette promesse verbale semble suffire à Louis Joxe qui donne son accord pour le principe de l’aide préconisée le 22 octobre.

  • 162 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2639-2645 du 13 décembre 1962.

100Vers la fin de son séjour, à la mi-décembre, Jean-Marcel Jeanneney dresse l’état de la situation des agriculteurs français en Algérie et envisage leurs perspectives d’avenir. Le ton est incontestablement pessimiste. La désorganisation du crédit agricole ne permet pas de fournir les 350 millions de nouveaux francs de crédits indispensables et obère sérieusement les chances de survie des exploitations françaises. L’ambassadeur constate que « les agriculteurs français, déjà éprouvés par les pillages de l’été et de l’automne, ne se décideront à reprendre leurs travaux qu’avec des crédits et non avec leurs ressources propres ». De leur côté, les banques sont très réticentes à l’idée de financer des exploitations menacées. Quant au gouvernement algérien, il concentre ses efforts sur l’opération labours et estime que les colons doivent investir leurs capitaux sur leurs terres. Afin de briser ce cercle vicieux, les organisations professionnelles ont proposé à Jean-Marcel Jeanneney un plan prévoyant que l’État français se porte garant des trois quarts des investissements engagés pour la prochaine récolte. L’ambassadeur, séduit par cette trouvaille, la reprend à son compte pour la défendre, mais elle n’apparaît pas économiquement défendable dans la mesure où la France a déjà choisi directement l’entreprise de collectivisation162. Les quelques colons encore en Algérie seront donc sacrifiés sur l’autel de la politique de coopération qui contredit leur maintien sur place.

XII. L’ÉTAT DE L’ÉCONOMIE ALGÉRIENNE À LA VEILLE DU DÉPART DE JEAN-MARCEL JEANNENEY

101À quelques jours de la fin de l’année et du départ de Jean-Marcel Jeanneney, Daniel Dommel, le conseiller économique et financier de l’ambassade, rédige une synthèse sur l’état de l’économie algérienne après six mois d’indépendance. D’une certaine façon, il s’agit là du bilan économique et social du pays tel que l’ambassadeur le lègue à Georges Gorse.

102Dans le département de Bône, la population européenne est passée entre juin et fin décembre de 80 000 à 9 000 membres dont 7 000 à Bône même. Les neuf dixièmes des fonctionnaires, la quasi-totalité des salariés sont partis, tandis qu’est demeurée environ la moitié des commerçants et des chefs d’entreprise. Dans la campagne, seule une centaine d’agriculteurs s’accrochent à leurs exploitations. Les pillages de récoltes, les réquisitions abusives de matériel agricole, l’absence de crédits de campagne expliquent que sur une surface agricole de 352 000 hectares seuls 75 000 aient pu être ensemencés. La moitié des tracteurs seraient inutilisables faute de pièces de rechange, le rendement céréalier aurait chuté de moitié (4 qx/ha contre 8 qx/ ha). La récolte de céréales ne devrait pas dépasser le huitième d’une année normale. Les labours indispensables pour les cultures industrielles n’ayant pas été réalisés, ce sont les récoltes de raisin, tabac, coton, tomates qui risquent d’être compromises.

103Dans le commerce, la petite et moyenne distribution ont presque totalement disparu, le commerce de gros est passé entre les mains d’Algériens, la grande distribution fonctionne au ralenti.

104Dans l’industrie, les mines de fer de l’Ouenza continuent de fonctionner normalement en dépit du départ d’une partie de l’encadrement européen. À Bône même, la construction du complexe sidérurgique prévu par le plan de Constantine se poursuit, mais les projets connexes d’industries de transformation sont au point mort. Les PME-PMI connaissent de grosses difficultés du fait de la chute des commandes et des oukases de l’UGTA qui n’admet pas la contraction des effectifs.

105Dans le secteur libéral, plus de la moitié des médecins et des dentistes sont partis, de même qu’une partie des pharmaciens.

106Les prévisions pour le début 1963 ne sont guère optimistes. La population européenne devrait encore diminuer de plus de moitié d’ici à juin 1963 pour ne plus atteindre que 4 000 personnes. Le repli de l’armée française devrait entraîner la disparition des petites colonies françaises de La Calle, Souk-Ahras et Guelma. Sur la centaine d’agriculteurs encore présents la quasi-totalité devrait partir, de même que 60 % des salariés européens des mines de l’Ouenza après la perception du 13e mois en janvier. Même chez les fonctionnaires et chez les instituteurs du bled, des départs sont prévus. Dans le commerce et l’industrie, seuls les mieux établis devraient tenter de demeurer sur place.

107Quant au bilan des deux grandes opérations lancées par le gouvernement algérien, les opérations labours et reconstruction, leurs résultats sont minces. La désorganisation dans l’acheminement des semences, dans l’organisation des labours à proprement parler, les réticences d’une certaine partie de la population paysanne à l’initiative communautaire sont autant d’indices qui laissent penser que l’opération sera un échec. Quant au plan de reconstruction, il ne devrait déboucher que sur la construction certaine de 300 maisons de type « castor », sans eau courante ni électricité, dans chaque arrondissement, soit nettement moins qu’il n’en faudrait pour répondre aux besoins.

108Dans le département de Tlemcen, la situation est peut-être un peu moins mauvaise qu’ailleurs dans la mesure où seulement 10 000 hectares sur 97 000 exploités par les Européens sont déclarés vacants et où la récolte de vin a atteint 90 % de celle de 1961 (570 000 contre 635 000 hectolitres). Mais comme partout ailleurs, les agriculteurs sont victimes d’exactions de toutes sortes, vols de matériels, de matériaux, de voitures, de récoltes. Dans l’industrie, le port de Nemours maintient son activité du fait de sa situation de port d’exportation des produits miniers marocains en provenance de Djerda. Le secteur de la pêche et de la conserverie est en plein marasme du fait de la disparition des consommateurs européens, la flotte de chalutiers est passée de 45 à 20 bateaux, les Algériens ne consommant que la sardine.

109Concernant les perspectives au seuil de l’année 1963, c’est tout d’abord l’encadrement sanitaire qui semble poser problème puisque à Tlemcen, il n’y a plus de clinique, peu de médecins spécialistes, plus de laboratoire d’analyses et seulement deux pharmaciens européens sur six. La petite communauté européenne de 3 000 membres devrait régresser sensiblement dans le premier semestre 1963, les Français se plaignant du manque d’intérêt du gouvernement français.

110L’opération labours n’a pas rencontré le succès escompté. Dans la région de Marnia, les fellahs ont même consommé les semences avant la venue des tracteurs de la SAP. Le directeur départemental du centre d’orientation et de reclassement note que « le moral des Européens est assez bas : la population urbaine est privée des rares spectacles qui lui étaient offerts (cinéma, ciné-club “arts et sciences”). La mission culturelle française en voie de création intéresse vivement nos ressortissants ». L’UGTA va jusqu’à convoquer des agriculteurs européens pour leur faire des remontrances, leur faire augmenter les salaires ouvriers ou même signer une déclaration de « biens vacants » sous la menace.

111Dans le département d’Oran, la situation à la fin de l’année 1962 est sensiblement identique à ce qu’elle était les mois antérieurs, à savoir incertaine. Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, la crise est très profonde et l’opération reconstruction ne trouve pas le même écho que dans le département de Tlemcen. Dans le secteur industriel, les effectifs européens sont revenus à 20 % de leur niveau de février 1962, le double de septembre : le patronat européen souhaite, en effet, reprendre la situation en main. La meilleure part de la main-d’œuvre musulmane n’a pas réintégré ses anciens emplois, la sidérurgie stagne à 20-30 % de sa capacité normale. Alors que le potentiel industriel oranais n’avait cessé d’augmenter jusqu’à la fin de 1961, l’année 1962 a été marquée par une véritable rupture. Les montants élevés des frais généraux : 400 millions pour ACILOR et 150 millions pour EVERITUBE risquent de conduire les sociétés mères à retirer leurs filiales du marché algérien. De plus, certaines entreprises locales voient d’un mauvais œil la concurrence des entreprises métropolitaines, ainsi la CAMEL d’Arzew est revenue sur un contrat passé avec la SOC d’Oran pour la fourniture de charpentes métalliques au profit d’une société française.

112La situation commerciale n’est pas si mauvaise, surtout dans la branche du vêtement masculin car « le jeune Algérien semble comprendre combien le problème vestimentaire est important dans les rapports sociaux et professionnels ». En revanche, la vente et la réparation automobiles sont en panne complète en raison des départs d’Européens et des vols massifs de véhicules. Parmi les industries agro-alimentaires, la brasserie d’Oran est sur le point de fermer du fait de l’interdiction faite par le gouvernement algérien de vendre des boissons alcoolisées au public, tandis que le négoce viticole connaît une activité fébrile. Quant à l’activité portuaire à Oran, elle n’est pas en régression sur le plan « export » à cause de l’émigration, des exportations de vin et d’agrumes, mais les importations de France sont inférieures de 55 % à leur moyenne habituelle.

113Dans les campagnes de l’Oranie, l’opération labours achoppe sur la faiblesse en moyens matériels, l’entretien du parc ne pouvant être assuré. Parmi les dons en matériel agricole, le directeur départemental relève l’envoi de 500 tracteurs par la Yougoslavie et de 300 par la Pologne. S’il semble impossible de donner une évaluation réaliste de la production céréalière attendue de l’opération labours, on peut affirmer que celle-ci sera en forte régression car une entreprise d’engrais d’Oran n’a distribué que 5 % de son volume habituel. Le climat de peur dans lequel vivent les derniers agriculteurs européens laisse craindre que les volontés les plus fermes se laissent impressionner par les menaces : « Dans certaines régions de Tlemcen, l’élément européen a complètement disparu et dans les riches plaines inférieures du Bélabsien, il ne reste plus que 18 agriculteurs européens sur 400 ». En dépit de la désorganisation, « le volume commercialisable de la production agricole pour l’année 1962 ne semble pas déficitaire ». La récolte viticole a bien eu lieu mais avec trois semaines de retard. Ce constat semble réaliste. Il ne faut pas oublier que cette région d’Algérie était particulièrement riche avant la guerre et que, même désorganisée, l’agriculture peut continuer à produire. Le monde agricole est toutefois aussi soumis à la surenchère du syndicat UGTA qui va jusqu’à revendiquer des augmentations salariales de 40 % pour les ouvriers agricoles.

114Quant aux perspectives pour 1963, elles sont avant tout conditionnées par le nécessaire retour de la confiance et la restauration d’un climat politique apte à sécuriser les investisseurs. Le patronat européen se refuse à procéder à tout investissement avant d’avoir obtenu des garanties sur le versement des impayés par l’État algérien. Mais les entreprises doivent aussi s’acquitter de leurs impôts et des cotisations sociales, ce qui a conduit certains chefs d’entreprise français à repartir pour la métropole en emportant la caisse, en abandonnant les actifs bâtis immobiliers et les machines. Les déclarations du président Ben Bella à Sétif font redouter aux derniers entrepreneurs privés que des comités de gestion dans les entreprises ne soient introduits comme c’est le cas dans l’agriculture. Dans le BTP, la relance attendue du plan reconstruction a fait long feu, l’office d’HLM est en voie de dissolution et seules des habitations « castor » vont pouvoir être érigées.

115Autre fait significatif du malaise persistant, la SNCFA d’Oran n’a reçu que la candidature d’un lampiste pour les postes à concourir offerts en métropole. Enfin, sur les 390 médecins servant en Oranie avant l’indépendance ne resteront en janvier 1963 que 30 médecins européens, 10 médecins musulmans et 16 pharmaciens européens sur 67.

116La description de la campagne dans le département d’Orléansville n’est en rien différente de celle des autres régions. Là encore, l’opération labours se déroule dans un climat d’insécurité et de surenchères révolutionnaires pour les Européens, en utilisant un matériel agricole disparate ou archaïque. Les parcelles ensemencées servent, quelques jours plus tard, de pacages pour les troupeaux ovins. Quant au vignoble, laissé à l’abandon par ses anciens exploitants, il fait l’objet d’une récolte sauvage.

117Le monde du petit commerce européen a pratiquement disparu d’Orléansville, ainsi que les médecins et pharmaciens. L’industrie régionale du bâtiment, qui avait connu un certain essor après le tremblement de terre de 1954, est stoppée à cause de l’exode massif des ouvriers spécialisés ; sur 700 entreprises industrielles, seules 140 fonctionnent encore. Quant aux mines de fer de Rouina, elles font l’objet de l’attention d’un géologue bulgare. Sur le plan démographique, la petite colonie française de 1 200 personnes devrait encore fortement baisser au cours de 1963. Les graves incidents du 8 décembre 1962, qui ont vu la mort de cinq militaires français, n’ont fait que hâter le mouvement d’exode déjà fortement avancé. Peu d’éléments favorables permettent de laisser penser que les Européens pourront continuer à vivre dans un milieu hostile.

118À Médéa, le commerce local européen a vu son chiffre d’affaires diminuer de 65 % ; même les petits commerçants algériens envisagent de partir s’établir en métropole. L’opération labours dans le département devait initialement porter sur 180 000 hectares dont 30 000 de « biens vacants ». Finalement l’objectif a été dépassé avec 190 000 hectares ensemencés. Les fellahs ont fini par se montrer convaincus du bien-fondé de l’objectif. Le problème majeur réside dans l’utilisation très abusive de la terminologie de « biens vacants ». Sur le plateau du Titteri, 60 000 des 105 000 hectares précédemment exploités par les Européens ont été classés dans les terres à prendre. Environ 96 % des céréaliculteurs européens ont quitté le département et les arrondissements de Tablat et Bou-Saada ne comptent pratiquement plus d’Européens et même plus du tout dans celui de Paul-Cazelles. Dans ce département faiblement industrialisé, la seule entreprise industrielle de quelque importance, la plâtrerie de Médéa, a cessé toute activité après le meurtre de sa propriétaire en novembre, ce qui a conduit au chômage ses 70 ouvriers. Les rares Européens encore présents ne peuvent plus quitter leur domicile, même pour quelques heures, étant donné la menace de se voir déclarés « absents ». Les anciens éléments de la wilaya IV, qui contrôlaient le département de Médéa, pratiquent une politique du fait accompli et violent impunément les textes déjà sévères pour les Européens pris à Alger en humiliant littéralement le préfet et les sous-préfets du pouvoir central. Les réquisitions de matériel et de récolte peuvent s’assimiler directement à du grand banditisme qui serait passible sous d’autres cieux des tribunaux. Si le représentant local du ministère des Rapatriés croit volontiers à la bonne volonté des autorités locales, il estime que la situation les dépasse complètement. Il semble surtout mettre en cause la jeunesse algérienne qui a grandi durant les années de guerre et qui rejette la France en bloc, sans s’arrêter une seconde sur les milliards du plan de Constantine.

119Le dernier compte rendu économique concerne les arrondissements de Philippeville et de Collo. Dans cette dernière bourgade, réduite à 203 habitants, le seul commerce florissant tenu par un Européen est « une maison de tolérance dont la clientèle est fournie par l’ANP ». À Sidi Kamber, des individus se sont fait remettre par le directeur de la mine les 15 000 nouveaux francs contenus dans le coffre-fort. À Philippeville, l’ordonnance sur les biens vacants a été le prétexte pour les officiers de l’ANP et les membres locaux du FLN de s’emparer de logements appartenant à des Européens. L’élan des réquisitions a été tel que certaines restitutions ont été acceptées mais le sous-préfet « est éclipsé par l’ANP qui prend le pas sur l’administration ».

120La production agricole sera naturellement en diminution, sauf pour les agrumes. Les comités de gestion reprennent systématiquement les fermes abandonnées par les Européens. Les entreprises industrielles de Philippeville connaissent, comme partout, de grosses difficultés financières et un effondrement de leurs carnets de commandes. Sur le plan de l’encadrement médical, la moitié des médecins de ville ont quitté Philippeville (10 sur 21).

XIII. LES ENTRETIENS FRANCO-ALGÉRIENS DU DÉBUT DÉCEMBRE 1962

  • 163 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2611-2616 du 11 décembre 1962.

121L’apaisement des relations franco-algériennes à la fin de l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney se traduit par le climat serein prévalant lors des entretiens du début décembre à Paris. Rentré à Alger, Mohamed Khémisti fait, le 11 décembre, un compte rendu des entretiens qu’il a eus avec le gouvernement français. Il insiste d’entrée de jeu sur la volonté du gouvernement algérien de faire respecter l’ordre afin de garantir la sécurité des Français. Il promet que les consuls français auront le droit de visiter leurs compatriotes, à chaque fois que certains d’entre eux seront arrêtés. Il annonce aussi la création de commissions mixtes chargées d’enquêter sur les ressortissants de chacun des deux pays emprisonnés tant en France qu’en Algérie. Concernant le problème des travailleurs algériens, il a répété vouloir qu’ils soient traités de la même façon que les ressortissants des pays du Marché commun venant travailler en France. Par ailleurs, il a annoncé sa décision de créer un office de la main-d’œuvre algérienne chargé de « discipliner » et « valoriser » la main-d’œuvre expédiée sur l’autre rive de la Méditerranée. Sur les autres thèmes abordés lors des conversations avec ses interlocuteurs français, il demeure extrêmement bref. C’est ainsi qu’il se borne à constater que la coopération « marche » et que le gouvernement algérien s’est engagé à faire un gros effort en matière de rigueur financière et budgétaire163.

XIV. LE DÉPART

  • 164 Arch. CHEVS JMJ 35. La dépêche d’Algérie, Alger républicain, Paris-Presse l’Intransigeant des 2 et (...)

122Les 2 et 3 décembre 1962, plusieurs quotidiens font état de la rumeur de la possible nomination de Georges Gorse comme ambassadeur de France en Algérie. L’intéressé aurait même déjà été reçu dans l’après-midi du vendredi 30 novembre par le général de Gaulle164. L’annonce de cette information dans la presse surprend désagréablement Jean-Marcel Jeanneney. En effet, au moment de sa désignation en juin, il s’est entendu avec le chef de l’État pour décider de la date de son retour. Jamais il n’a envisagé d’embrasser définitivement la carrière diplomatique, s’imaginant mal devoir attendre les ministres sur le tarmac alors qu’il a été en charge des responsabilités gouvernementales. Pour lui, son ambassade prendra fin lorsqu’il estimera sa tâche de mise en route des relations franco-algériennes achevée. Aussi n’apprécie-t-il pas que cette liberté de manœuvre soit remise en cause au moment précis où se négocie à Paris l’avenir de la coopération.

  • 165 Arch. CHEVS JMJ 35. La Quotidienne du 4 décembre 1962.

123En visite chez le général de Gaulle et Georges Pompidou, Jean-Marcel Jeanneney obtient les éclaircissements qu’il était en droit d’attendre165. À la suite du récent remaniement ministériel consécutif aux élections législatives, Georges Gorse n’a pas été renouvelé dans ses fonctions de ministre de la Coopération. À titre de lot de consolation, le général de Gaulle a pensé à lui pour l’ambassade d’Alger mais sans s’engager sur une date. Manifestement soucieux de ne pas voir son départ de la rue Oudinot interprété comme un limogeage, Georges Gorse a immédiatement prévenu certains de ses amis journalistes afin qu’ils fassent état de sa future promotion. Jean-Marcel Jeanneney apprend ces faits de Georges Pompidou qui lui affirme les tenir de source sûre, grâce aux écoutes téléphoniques…

124Il ne fait guère de doute que cet événement imprévu va contribuer à écourter la mission de Jean-Marcel Jeanneney, mais seulement de quelques mois. En effet, le premier ambassadeur et haut-représentant de la France en Algérie estime avoir globalement atteint les objectifs définis en juin. L’anarchie a cédé la place à un gouvernement stable, la coopération est lancée et la communauté française ne vit plus sous la terreur. Avant son départ, Jean-Marcel Jeanneney tient à organiser un dernier dîner, auquel il convie Ahmed Ben Bella, Houari Boumedienne et le général de Brébisson. Ce repas est une réussite, le courant passe entre les trois hommes. Le samedi 29 décembre, l’ambassadeur se rend à Oran, accompagné de son fils Jean-Noël, pour présenter ses adieux au consul général Chayet ainsi qu’aux consuls de l’ouest algérien. Le lendemain, dimanche 30 décembre, la famille Jeanneney pique-nique à proximité des installations de la SN REPAL près de Touggourt.

  • 166 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 2 janvier 1963.
  • 167 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 4 janvier 1963.

125Le 1er janvier 1963, Jean-Marcel Jeanneney présente ses vœux à la communauté française à l’occasion de la nouvelle année. L’ambassadeur en profite pour prononcer une courte allocution qui fait figure de testament politique à quelques heures de son départ d’Afrique du Nord. Pour lui, « les déchirements [de l’année 1962] étaient inévitables, ils ont atteint leur paroxysme à la fin du premier semestre », c’est-à-dire avant son arrivée. En ce début d’année, bien que de graves incertitudes subsistent, « il devient possible, dans une certaine mesure, de faire des projets ». Si au cours de l’été 1962, les Français d’Algérie avaient souffert, les autorités consulaires avaient également souffert, « surtout de leur relative impuissance ». Jean-Marcel Jeanneney s’efforce de rassurer la communauté française en espérant que « le bonheur des Français » soit à nouveau rendu possible, et leur demande de ne pas accorder de crédit à ceux qui affirment que ceux qui sont restés en Algérie l’ont fait pour des raisons matérielles166. Le 2 janvier, l’ambassadeur se rend à Bône pour dire adieu aux consuls du Constantinois. Enfin, le 3 janvier, Jean-Marcel Jeanneney donne une dernière réception à la villa des Oliviers. Sur la liste des invités, on remarque la présence d’Hervé Bourges, membre du cabinet d’Ahmed Ben Bella, et d’Abdellatif Rahal, prochain ambassadeur d’Algérie à Paris167.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 372-377 du 1er septembre 1962.

2 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 537-543 du 8 septembre 1962.

3 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1163-1164 du 7 septembre 1962.

4 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 982-983 du 26 septembre 1962.

5 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1578-1579 du 9 octobre 1962.

6 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1411-1416 du 17 octobre 1962.

7 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1428-1429 du 18 octobre 1962.

8 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1445-1447 du 18 octobre 1962.

9 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1460-1462 du 19 octobre 1962.

10 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1987-2008 du 8 novembre 1962.

11 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2053-2055 du 11 novembre 1962.

12 Jean Herly, art. cit.

13 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2720-2724 du 18 décembre 1962.

14 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2771-2774 du 21 décembre 1962, décret du 23 novembre 1962.

15 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 558-560 du 10 septembre 1962.

16 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 856-858 du 21 septembre 1962.

17 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1446-1450 du 29 septembre et n° 1549-1550 du 6 octobre 1962.

18 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1551-1558 du 22 octobre 1962.

19 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1934-1938 du 5 novembre 1962.

20 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1939-1940 du 7 novembre 1962.

21 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1941-1945 du 7 novembre 1962.

22 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2009 du 8 novembre 1962.

23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2040-2043 du 10 novembre 1962.

24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 846-850 du 21 septembre 1962.

25 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2268-2269 du 15 décembre 1962.

26 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme à l’arrivée n° 1 du 17 juillet 1962.

27 À titre de comparaison, les chiffres pour 1962 étaient de 900 millions de nouveaux francs pour l’équipement, 110 millions pour la construction d’HLM, 128 millions à l’OCRS, 30 millions aux aérodromes nationaux soit 1,168 milliard de nouveaux francs.

28 Les crédits ont été consommés de la manière suivante : 1,37 milliard de nouveaux francs pour l’équipement public, 600 millions pour l’habitat, l’industrie et les collectivités locales, 200 millions pour les établissements publics et les PTT.

29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 68 du 31 juillet 1962.

30 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1194-1198 du 6 octobre 1962. Les besoins sont les suivants : pour la réorganisation du ministère des Finances 20 inspecteurs du Trésor, 300 agents pour le service général et les services techniques ; pour le ministère des Postes et Télécommunications 1 chef de division, 4 inspecteurs centraux, 15 surveillants des chèques postaux, 170 agents techniques et comptables ; pour l’EGA 16 agents cadres de direction, 68 agents de maîtrise ; pour l’ordre public 1 commissaire divisionnaire, 4 fonctionnaires de la Sûreté nationale pour la formation d’agents, 5 conseillers techniques auprès de la direction générale de la Sûreté nationale ; pour la Fonction publique 6 experts pour les bureaux d’études juridiques et financiers de la direction générale de la Fonction publique, 6 experts conseillers du service de la législation de la présidence du Conseil algérienne, une mission « organisation et méthode » pour étudier la structure interne des ministères algériens, pour la direction du Travail et de la main-d’œuvre, 3 directeurs départementaux, 10 inspecteurs du travail, une mission d’instructeurs ; pour la Défense et la restauration des sols, 17 ingénieurs, 23 ingénieurs de travaux ; pour le port autonome d’Alger, 1 ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, 2 ingénieurs des Ponts, 8 ingénieurs des Travaux publics de l’État, 4 assistants techniques, 1 capitaine de port, 5 lieutenants et sous-lieutenants de port ; pour la SNCFA, 391 agents ; pour la magistrature, 1 magistrat conseiller du directeur de la Justice, 4 magistrats de premier ordre, conseillers techniques des directeurs de l’Administration générale des affaires judiciaires et de la législation et de l’Administration pénitentiaire.

31 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2735-2744 du 19 décembre 1962.

32 7 500 agents en fonction avant le 1er juillet 1962, 5 000 enseignants en fonction avant cette date, 2 500 nouveaux enseignants, 130 nouveaux fonctionnaires, 250 fonctionnaires en mission.

33 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 27 juillet 1962.

34 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Rebeyrol du 1er juin 1992.

35 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 93 du 4 août 1962.

36 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 115 du 7 août 1962.

37 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 121 du 8 août 1962.

38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 525 du 8 septembre 1962.

39 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 590-591 du 12 septembre 1962.

40 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1272-1275 du 14 septembre 1962.

41 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2655-2661 du 13 décembre 1962.

42 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1209-1210 du 8 octobre 1962.

43 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 556-557 du 10 septembre 1962.

44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 566-568 du 11 septembre 1962.

45 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1258 du 13 septembre 1962.

46 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 607-609 du 12 septembre 1962.

47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 661 du 14 septembre 1962.

48 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 607-609 du 12 septembre 1962.

49 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général de Réals du 6 juin 1995. Celui-ci rappelle qu’avant la guerre, on interdisait aux soldats musulmans de monter à bicyclette car on prétendait qu’un Arabe n’avait pas le sens de l’équilibre.

50 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie, 16 septembre 1962. Les représentants algériens sont Abderrahmane Khene, Mohamed Liassine (ingénieur des Ponts et Chaussées), Abdelmalek Lakhdari (ingénieur des Mines), Joseph Fixou (ingénieur de l’Aéronautique, chargé de mission au cabinet du délégué aux Affaires économiques), Sid Ahmed Ghozali (ingénieur des Ponts et Chaussées), Kamel Abdallah Khodja (économiste, chef de cabinet du délégué aux affaires économiques à l’exécutif provisoire). Du côté français, on notera, Yves Rolland-Billecart (administrateur général de la Caisse d’équipement de l’Algérie), Renaud de la Genière (directeur adjoint au Budget), Guichard (délégué général à l’OCRS), Jordan (directeur au ministère des Affaires étrangères), Leblond (DICA), Marcin (conseiller d’État). Le président Khene était étudiant en médecine lorsqu’il entra au PPA en 1946 avant de militer au MTLD. Officier de l’ALN, il était le responsable médical de la Wilaya II (Nord Constantinois) et commissaire politique. Secrétaire d’État dans le premier GPRA, il devient contrôleur général de l’organisation du FLN auprès de Ben Tobbal, ministre de l’Intérieur du GPRA. Depuis septembre 1961, il était le directeur de cabinet du ministre des Finances du GPRA. Quant à Claude Cheysson, ancien élève de l’École polytechnique et de l’ENA, il est conseiller des Affaires étrangères. Après avoir été en poste en Allemagne et conseiller du ministre du Viêt-Nam à Saïgon, il devient le chef de cabinet de Pierre Mendès France, puis conseiller technique d’Alain Savary, ministre des Affaires tunisiennes et marocaines. Claude Cheysson était depuis cinq ans le secrétaire général de la commission de coopération technique en Afrique, organisation dont le siège est à Lagos.

51 Claude Cheysson fit cette déclaration à Ahmed Ben Bella le 14 septembre, alors qu’il se trouvait à côté du président du Conseil dans le DC 3 les conduisant à la cérémonie de la pose de la première pierre de l’usine d’Arzew en compagnie de Jean-Marcel Jeanneney.

52 À l’issue du tour de table lancé par le général de Gaulle pour demander aux ministres ce qu’ils pensaient des accords, André Malraux aurait déclaré : « Tout cela, c’est du passé ! », alors que la plupart des ministres avaient au contraire évoqué l’avenir. Le général de Gaulle aurait alors lâché : « Vous avez raison ! » Cette anecdote a été rapportée par Philippe Richer qui se souvient l’avoir apprise de Jean-Marcel Jeanneney en Algérie.

53 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Claude Cheysson du 20 février 1996.

54 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Yves Rolland-Billecart du 28 juin 1995.

55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2495 (numérotation gouvernement général) du 8 juillet 1962 et n˚2520 (numérotation gouvernement général) du 12 juillet 1962.

56 Jean Herly, « Été 1962 : l’ouverture des consulats généraux de France à Oran et à Alger », Académie des sciences d’outre-mer, 4 octobre 1996.

57 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, op. cit., tome 1, p 175.

58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2510 (numérotation gouvernement général) du 11 juillet 1962.

59 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Richer du 24 avril 1995.

60 Précisions de Jean-Marcel Jeanneney et de Jean Herly in art. cit.

61 Ces registres sont désormais entreposés au centre des archives du ministère des Affaires étrangères de Nantes.

62 Jean Herly, art. cit.

63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 116 du 7 août 1962.

64 Arch. CHEVS JMJ 35. La dépêche de l’Est du 11 août 1962.

65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 136 du 10 août 1962.

66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 242 du 25 août 1962. JMJ 35. L’Écho d’Oran, 25 août, La dépêche d’Algérie, 25 août 1962.

67 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1259-1262 du 11 octobre 1962.

68 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1341-1345 du 13 octobre 1962.

69 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1372-1374 du 15 octobre 1962.

70 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 825-829 du 20 septembre 1962. Alger (95 000 dont 80 000 dans la ville), Oran (36 000), Constantine (16 000), Bône (13 000), Sétif (5 000), Mostaganem (5 000), Oasis (4 500), Tlemcen (3 100), Saoura (2 400), Saïda (2 000), Orléansville (2 000), Tizi-Ouzou (2 000), Médéa (800), Tiaret (700), Batna (500).

71 Jean Herly, art. cit.

72 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1833-1838 du 3 novembre 1962.

73 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 2105 du 23 novembre 1962.

74 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2383-2387 du 28 novembre 1962.

75 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1763-1770 du 22 octobre 1962.

76 Anne-Marie Duranton-Crabol, Le temps de l’OAS, Bruxelles, éditions Complexe, 1995, p. 214-218.

77 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 122 du 8 août 1962. JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 154 du 9 août 1962.

78 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 133 du 10 août 1962.

79 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 135 du 10 août 1962.

80 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 214 du 14 août 1962.

81 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 419-421 du 4 septembre 1962.

82 Jean Herly, art. cit.

83 Élément vérifié auprès du registre du commandement de la gendarmerie.

84 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 521-522 du 8 septembre 1962.

85 Cet attentat de l’OAS à la voiture piégée a fait une soixantaine de victimes chez les dockers algériens.

86 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 511-514 du 8 septembre 1962.

87 Jean Herly, art. cit.

88 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 591-594 du 12 septembre 1962.

89 Arch. CHEVS JMJ 35. La Dépêche d’Algérie récapitule les professions de ces malheureux : 3 employés de la SNCFA, un chauffeur, un maçon, un régisseur, deux cafetiers, un inspecteur pétrolier, un dessinateur industriel, un tourneur, deux mécaniciens, un pêcheur, un comptable, un industriel, un cadre, un employé de mairie, un employé des PTT, un plombier, un laborantin, un gardien, deux sans profession. Cette diversité montre que les arrestations et enlèvements frappaient la population européenne sans distinction.

90 Jean Herly, art. cit.

91 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1309-1314 du 12 octobre 1962.

92 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney, aucune date ni lieu ne lui sont restés en mémoire.

93 « L’histoire cachée des disparus », article de Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens, Le Point, n° 1534, 8 février 2002, p. 58.

94 Témoignage d’André Aussignac, Le Point, n° 1534, 8 février 2002, p. 58-59. L’intervention d’Étienne Dailly figure au Journal officiel, Sénat, 24 novembre 1963, p. 2572. Les archives de cette affaire sont au dépôt de la Justice militaire à le Blanc (Indre) mais ne sont pas communicables.

95 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1627-1630 du 25 octobre 1962.

96 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1764-1765 du 31 octobre 1962.

97 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1953-58 du 7 novembre 1962, 19 h 15 (MAA n˚ 816/Z).

98 Télégramme cité par Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis en 1962 », Vingtième siècle, revue d’histoire, avril-juin 1994, n° 42, p. 3-6.

99 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2037 du 10 novembre 1962.

100 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2099-2102 du 20 novembre 1962.

101 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2070-71 du 20 novembre 1962, 17 h 15 (MAA n° 844/Z).

102 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 2108 du 24 novembre 1962 (MAA n˚ 856/Z).

103 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 32-33 du 3 janvier 1963.

104 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 492 du 7 septembre 1962.

105 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 742-744 du 17 septembre 1962.

106 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Philippe Richer du 24 avril 1995.

107 Jean Herly, art. cit.

108 Jean Herly, art. cit. (souligné par l’auteur, en italique)

109 Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis, mémoire ou histoire ? », Vingtième siècle, revue d’histoire, octobre-décembre 2000, n° 68, p. 3-4. Les supplétifs de l’armée française (harkis, moghaznis, groupes mobiles de sécurité ou GMS, groupes d’autodéfense ou GAD, ‘assas ou gardiens) sont passés de 120 000 à 87 ou 95 000 hommes entre le 1er janvier 1961 et le 1er janvier 1962. Au 1er janvier 1962, les effectifs moyens soldés sont de 46 000 harkis, 18 900 moghaznis, 15 à 20 000 GAD, 8 400 GMS et 1 900 ‘assas. À la fin mars 1962, le total aurait été de 97 991. La comptabilité des désertions est la suivante : 265 pour le 3e trimestre 1961 et 872 pour le 1er trimestre 1962 (dont 413 harkis). Officiellement 58 600 armes furent retirées aux harkis, moghaznis et GAD. Fin avril 1962, 2 325 armes individuelles étaient portées manquantes.

110 Cité par Charles-Robert Ageron, art. cit., d’après 1 R 336 SHAT.

111 Le Point, n˚ 1534, 8 février 2002, p. 52. Dossier : « La vérité sur la tragédie des harkis », Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé, Olivia Recasens.

112 Le Point, art. cit. p 52.

113 Cité par Charles-Robert Ageron, art. cit., p. 9. Il s’agit vraisemblablement du télégramme n˚125 /IGAA du 16 mai 1962 Ultra secret / strict. Confidentiel. « Le ministre d’État demande au haut-commissaire rappeler que toutes initiatives individuelles tendant à installer métropole Français-musulmans sont strictement interdites. En aviser urgence SAS et commandants d’unité. » Cité par Aziz Méliani, Le drame des harkis, Paris, Perrin, 1993, p.70, éd. 2001

114 Télégramme cité par Le Point, n° 1534, 8 février 2002, p. 52. Dossier : « La vérité sur la tragédie des harkis », Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé, Olivia Recasens.

115 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, op. cit., tome 1, p. 137.

116 Précision donnée par Charles-Robert Ageron, art.cit., note 2 p. 4.

117 Cité par Charles-Robert Ageron, cote 1 H 1788/2 (SHAT).

118 Deux témoignages récents sur le calvaire enduré par les harkis figurent dans le dossier du Point, art. cit, p. 54. Témoignages d’Ali Laidaoui, ancien de la SAS de Deux-Bassins rattachée au 152e RI de Tablat et de Mohamed Hamzi, sergent dans la SAS d’Afir (département de Dellys), rattachée au 1er bataillon.

119 Le Point, art. cit., p. 54.

120 1 200 pour le corps d’armée d’Alger, 1 000 pour le corps d’armée de Philippeville, 100 pour le corps d’armée d’Oran.

121 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 119 du 7 août 1962.

122 Selon Charles-Robert Ageron, ce sont 3 300 harkis qui sont hébergés par les militaires français entre le 14 juillet et le 10 août 1962. Le ministère des Armées a accepté 950 demandes de transfert pour juillet 1962, soit davantage que les prévisions.

123 Charles-Robert Ageron, « Le drame des harkis, mémoire ou histoire ? », Vingtième siècle revue d’Histoire, octobre-décembre 2000, n° 68, p. 4.

124 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 123 du 8 août 1962.

125 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 188 du 11 août 1962, 23 h 05 (Génésuper Réghaia n° 1866).

126 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 271 du 28 août citant en référence le télégramme à l’arrivée n˚541 du 23 août 1962 qui est manquant dans le jeu conservé par Jean-Marcel Jeanneney.

127 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 271 du 28 août 1962.

128 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 309 du 30 août 1962.

129 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 327 du 31 août 1962.

130 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 465 du 5 septembre 1962.

131 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1326-1327 du 19 septembre 1962 (MAA n° 685/Z). Durant l’été 1962, 5 592 anciens supplétifs furent accueillis au camp du Larzac et 5 894 à celui de Bourg-Lastic d’après Charles-Robert Ageron.

132 Depuis quelques années, de nouveaux témoignages sont venus s’ajouter, voir dans Boussad Azni, Harkis, crime d’État, Paris, Ramsay, 2002, p. 69-91, Chapitre 4 « Histoires écrites avec le sang ».

133 Cité par Charles-Robert Ageron.

134 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général Valentin du 6 juin 1995. Le général Valentin profère des paroles nettement plus graves concernant les agissements personnels d’Ahmed Ben Bella vis-à-vis d’anciens supplétifs.

135 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général François Valentin du 6 juin 1996.

136 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général de Réals du 8 juin 1995. La mort la plus fréquente prenait la forme d’un lynchage collectif à dose « homéopathique » qui se prolongeait durant des jours.

137 La note rappelle qu’entre 1956 et 1962, ce sont 400 000 supplétifs qui ont revêtu à un moment ou à un autre l’uniforme de l’armée française, parfois pour très peu de temps ; certains ont rallié le FLN. Au 1er janvier 1962, il y avait 80 000 Algériens dans le dispositif français de maintien de l’ordre (50 000 harkis, 12 000 GMS, 18 000 moghaznis). Charles-Robert Ageron mentionne que ce chiffre de 10 000 morts est celui recueilli par Jean Lacouture, envoyé du Monde en Algérie, auprès d’un ami officier à l’état-major. Le même chiffre est repris par l’Année politique 1962.

138 Charles-Robert Ageron récapitule les estimations fournies par les diverses « sources » et auteurs.

139 Charles-Robert Ageron explique que la fourchette de 100 à 150 000 victimes est reprise par le bachagha Boualam, Mohand Hamoumou, Abdelaziz Méliani, les généraux Le Mire et Jacquin. En revanche, Remy Leveau se limite à 70 000 morts, Alain-Gérard Slama à un chiffre compris entre 30 et 60 000 victimes, En janvier 1994, le ministre des Rapatriés évoque 80 à 90 000 harkis tués et le nouveau parti pied-noir reprend le chiffre de 150 000 harkis et 50 000 Européens victimes de l’indépendance (le chiffre concernant les Européens est en contradiction avec une source « neutre » comme les rapports de la gendarmerie.)

140 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 129 du 9 août 1962.

141 Arch. CHEVS JMJ 35. L’Express du 16 août 1962.

142 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1386-1402 du 24 septembre 1962 (MAA n° 702/Z).

143 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1601-1605 du 24 octobre 1962.

144 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1636-1640 du 25 octobre 1962.

145 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1650-1653 du 26 octobre 1962.

146 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2299-2300 du 18 décembre 1962, 22 heures (MAA n° 913/Z).

147 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 2414-2415 du 29 décembre 1962, 17 heures (SEAA n° 939/Z).

148 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 597-600 du 12 septembre 1962.

149 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 699-702 du 15 septembre 1962.

150 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 713-725 du 16 septembre 1962.

151 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 713-725 du 16 septembre et n° 727-732 du 17 septembre 1962.

152 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 907-908 du 22 septembre 1962.

153 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1036-1037 du 29 septembre 1962.

154 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1089-1092 du 30 septembre 1962.

155 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1142-1144 du 4 octobre 1962.

156 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2396-2398 du 28 novembre 1962.

157 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1315-1325 du 12 octobre 1962.

158 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1330-1331 du 13 octobre 1962.

159 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1315-1325 du 12 octobre 1962.

160 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1350-1360 du 15 octobre 1962.

161 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1545-1548 du 22 octobre 1962.

162 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2639-2645 du 13 décembre 1962.

163 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2611-2616 du 11 décembre 1962.

164 Arch. CHEVS JMJ 35. La dépêche d’Algérie, Alger républicain, Paris-Presse l’Intransigeant des 2 et 3 décembre 1962.

165 Arch. CHEVS JMJ 35. La Quotidienne du 4 décembre 1962.

166 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 2 janvier 1963.

167 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 4 janvier 1963.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540