Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Deuxième partie. L'ambassade en Algérie (juillet-décembre 1962)

Chapitre XVI. L’établissement des liens d’État à État

Texte intégral

I. LA CRÉATION DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE ALGÉRIENNE

A. LA STABILISATION

1Désireux de comprendre ce qui est en train de se tramer à Alger, Jean-Marcel Jeanneney est reçu par Abderrahmane Farès l’après-midi du 11 septembre pour une conversation à bâtons rompus sur les problèmes en suspens. Il semble qu’au cours de son séjour à Paris, qui a coïncidé avec le plus fort de la crise, ce qui a laissé Louis de Guiringaud en première ligne, Jean-Marcel Jeanneney ait dû justifier certains aspects de sa diplomatie. C’est du moins la présentation du voyage à Paris de l’ambassadeur et haut-représentant que fait Le Canard enchaîné. L’hebdomadaire satirique écrit que « le Jeanneney d’Alger s’est entendu expliquer la semaine dernière à Paris par Mongénéral et Monpompidou que ça ne pouvait plus durer comme ça, qu’il urgeait de montrer à l’univers que la France ne se faisait plus bafouer en Algérie, qu’à l’occasion il urgeait de taper sur la table ». Sans aller jusque-là, il faut bien admettre que l’ambassadeur se fait plus incisif au cours de cette entrevue.

2Alors que le président de l’exécutif provisoire tient à rassurer Jean-Marcel Jeanneney sur le dénouement de la crise, celui-ci ne se contente pas de paroles lénifiantes. Farès a beau faire grand cas de la reprise en main de la préfecture de police d’Alger par un de ses anciens codétenus de Fresnes, l’ambassadeur lui rétorque qu’il sait que la wilaya IV continue de contrôler la région d’Orléansville et de Miliana et que des Français sont encore détenus dans les montagnes entre Orléansville et Cherchell. Se rengorgeant, Farès confirme que cela est effectivement le cas, mais que Ben Bella fait tout son possible pour les libérer et que la victoire du bureau politique s’explique avant tout par la découverte de charniers « des victimes de la wilaya IV » qui ont permis de faire basculer l’opinion. Étant donné ce que l’histoire a réservé comme surprise en matière de charniers, il est impossible de dire s’il agissait bien de victimes de la wilaya plutôt que d’ex-supplétifs, de victimes plus anciennes de l’armée française ou du FLN ou encore d’Européens. Reste que le processus d’attribution des charniers a fonctionné et que c’est la wilaya IV qui en a payé le prix politique.

3Le second point sur lequel Jean-Marcel Jeanneney donne le sentiment de passer à l’offensive concerne l’aggravation du déficit du Trésor algérien. Une réforme fiscale est plus urgente que jamais et rien ne semble être préparé dans ce sens. À l’issue de l’entretien, Jean-Marcel Jeanneney reste persuadé que Farès a obtenu des garanties suffisantes de la part de Ben Bella pour pouvoir parler en futur ministre des Finances. Le président de l’exécutif provisoire nourrit effectivement ce sentiment en évoquant l’indispensable refonte de la carte administrative de l’Algérie indépendante, qui ne pourra se permettre d’entretenir treize préfectures et de trouver le personnel qualifié en nombre suffisant. C’est pourquoi il envisage la constitution de six ou sept grandes régions, ayant à leur tête des gouverneurs dotés de larges attributions, y compris en matière de travaux publics et d’investissements. De son côté, le gouvernement se concentrerait sur les grandes orientations.

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 37.Télégrammes au départ n° 578-584 du 11 septembre 1962.

4Sur le plan politique aussi, le chef de l’exécutif provisoire laisse entendre qu’il est bien informé et il distille ses annonces, révélant à l’ambassadeur qu’en tout état de choses, Belkacem Krim devrait être vice-président du gouvernement, ce qui est en complète contradiction avec ce que Louis de Guiringaud avait transmis à Louis Joxe trois jours plus tôt. Comprenant peut-être que l’ambassadeur et haut-représentant a reçu des consignes de fermeté, le président de l’exécutif provisoire assure Jean-Marcel Jeanneney qu’une fois que les dirigeants algériens seront confrontés aux difficultés inhérentes à l’exercice du pouvoir, ils ne manqueront pas de faire appel massivement à l’aide française à travers des missions de conseil du type de celle conduite par M. la Tour Dejean. À l’issue de leur entretien, les deux hommes évoquent la destination finale de Rocher Noir, que l’ambassade et l’exécutif provisoire sont sur le point de quitter pour Alger. Jean-Marcel Jeanneney désirerait y voir repliés les services de l’armée française évacués d’Alger, tandis que le président de l’exécutif incline plutôt pour une installation des ministères techniques, en dépit du relatif éloignement du site. Quant à l’ambassade d’Algérie à Paris, le président Farès désirerait vivement qu’elle s’établisse dans le bâtiment de l’ancienne banque d’Algérie. Le fait d’aborder les questions domaniales est le signe tangible que la situation politique est sur le point de se stabiliser1.

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 601-606 du 12 septembre 1962.

5Avec le retour au calme, les dirigeants algériens essaient de définir la place qu’ils entendent réserver aux Français d’Algérie. C’est le cas du nouveau préfet de police d’Alger, Mustapha Fettal, qui affirme avec force sa volonté de rétablir la sécurité pour tous les Algérois « sans distinction d’origine, de langue ou de confession ». C’est aussi une préoccupation de Ben Bella qui, tout en reconnaissant devant des journalistes d’Europe n˚1 « que le retour de la majorité des Européens ayant quitté l’Algérie était improbable et même, à ses yeux, peu souhaitable », n’en promet pas moins de « garantir la sécurité à ceux d’entre eux qui accepteraient loyalement les conditions de vie de l’Algérie nouvelle, ainsi qu’aux Français de France (“nos amis français”) disposés à venir dispenser ici une assistance technique utile »2.

  • 3 Il semble que la Shell eut aussi à déplorer les assassinats de deux employés au pied du Chenoua, s (...)
  • 4 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 742-744 du 17 septembre et n° 610-611 du 12 septembre (...)

6L’accalmie relative après le 5 septembre n’est pas exempte d’exactions graves. La plus notable est celle de l’enlèvement dans un quartier résidentiel d’Alger de Jacques Follot, sous-directeur de la Compagnie des pétroles d’Algérie (CPA du groupe Shell), alors qu’il rejoignait son domicile, le 11 septembre3. L’ingénieur est découvert assassiné le lendemain, malgré les moyens massifs mis sur l’enquête par Ahmed Ben Bella et une visite de Jean Herly à Yacef Saadi dans la Casbah4.

7À une semaine de la date prévue pour la tenue des élections, soit le 13 septembre, l’ambassade est en mesure d’adresser la nouvelle liste des candidats aux élections à Paris.

  • 5 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 685-686 du 15 septembre 1962.

8La cérémonie organisée autour de la pose de la première pierre de l’usine de liquéfaction de gaz de la Camel à Arzew, le 14 septembre, se fait en présence du président Farès et du consul général des États-Unis5. Ayant suivi avec intérêt le projet à l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney a tenu à assister à la cérémonie, « la première de ce genre depuis l’indépendance, qui a pris dans les circonstances actuelles, la valeur d’un symbole ».

9À l’issue de sa deuxième rencontre avec Ahmed Ben Bella, Jean-Marcel Jeanneney se risque à brosser un portrait, somme toute assez littéraire, du leader algérien : « Une haute stature, un grand front, des yeux très noirs, le désignent à l’attention. Une certaine mollesse des traits du visage et des hésitations dans la parole font au premier abord douter de ses qualités de chef. Mais l’homme a des aptitudes évidentes qui expliquent qu’il se soit imposé. Elles donnent à penser qu’il peut réussir à consolider son pouvoir.

10Il s’exprime lentement et paraît soucieux de trouver les mots correspondant exactement à sa pensée, qui est nuancée. Jamais il ne m’a paru réciter de formule de propagande empruntée à un quelconque catéchisme politique ou économique ».

11Cette étude morpho-psychologique est complétée par quelques apartés qui permettent de mieux connaître le caractère d’Ahmed Ben Bella. Ainsi l’ambassadeur comprend-il pourquoi les jeunes fonctionnaires du ministère des Affaires extérieures se sont trouvés exclus des listes de candidats officiels. Le chef du bureau politique justifie sa décision en expliquant que « certains jeunes ont trop longtemps discuté entre eux dans des cercles fermés et y ont conçu des ambitions trop impatientes et exclusives. Il faut qu’ils se confrontent avec les réalités ». Jean-Marcel Jeanneney interprète ces propos comme « une certaine crainte de l’intellectualisme révolutionnaire », mais Ahmed Ben Bella a sans doute raison de vouloir s’appuyer sur une administration dirigée par l’élite intellectuelle.

  • 6 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 703-712 du 16 septembre 1962.

12Attachant peu d’importance au faste, l’ambassadeur se montre sensible au fait que le chef du bureau politique n’a fait organiser aucune cérémonie particulière à son arrivée comme à son départ : « Cette simplicité semble correspondre non seulement à son tempérament, mais aussi à une attitude politique », relève-t-il. Quand il le fait remarquer au chef du bureau politique, celui-ci lui répond qu’effectivement l’Algérie doit « éviter les erreurs de certains pays de l’Afrique noire, qui ont sacrifié le meilleur de leurs ressources pour construire des palais ou réaliser des investissements spectaculaires ». La mise en chantier de l’usine d’Arzew permet encore à Ahmed Ben Bella de préciser ses choix en matière de politique économique. Contrairement à ce qui se passera à partir de 1965, le leader de l’indépendance algérienne incline vers la « mise en œuvre d’un grand nombre de petits travaux répartis dans toute l’Algérie pour améliorer le sort de tous et ralentir ainsi la croissance des villes et la concentration de la population sur la côte ». À l’hôtel de ville d’Arzew, l’ambassadeur a été frappé de voir que « d’assez nombreux Européens se trouvaient mêlés aux musulmans, sans gêne apparente, ni contrainte. Quiconque n’aurait connu l’anxiété qui pèse encore sur nos compatriotes aurait pu croire que le problème de la cohabitation des communautés était résolu ». Jean-Marcel Jeanneney ayant eu, pour la première fois, l’occasion d’entendre Ben Bella prononcer un discours, il paraît assez surpris de constater que « l’ascendant incontestable que Ben Bella a sur la population algérienne ne résulte pas de dons oratoires, le discours qu’il a fait en français à la mairie d’Arzew valait mieux par son sérieux et son absence de démagogie que par sa forme, assez lourde et peu propre à déchaîner l’enthousiasme »6. À la fin de l’été 1962, Ahmed Ben Bella ne se hasarde pas encore à suivre les pas de Nasser en adoptant une rhétorique propre à captiver les masses, mais il recourra à cette facilité dès que l’occasion s’en présentera.

  • 7 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 687-695 du 15 septembre 1962.

13Parallèlement à ces festivités, l’ANP continue de progresser en entrant dans Bougie, jusque-là tenue par la wilaya III. Néanmoins cette reprise en main ne se fait pas sans difficulté et Houari Boumedienne doit se rendre sur le terrain une nouvelle fois dans un hélicoptère militaire français pour aplanir un différend entre les deux éléments armés7.

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1286-1289 du 12 octobre 1962. JMJ 35 Le Monde du 25 s (...)

14Le 15 septembre, Louis Joxe annonce qu’un conseil des Affaires algériennes se tiendra le 24 septembre. La priorité de l’ordre du jour portera sur les difficultés économiques et la trésorerie. Le ministère d’état chargé des Affaires algériennes escompte toujours la nomination de Farès comme ministre des Finances du premier gouvernement algérien8.

B. LE CLIMAT DURANT LA PÉRIODE PRÉ ET POSTÉLECTORALE

  • 9 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 745-748 du 17 septembre 1962.

15La campagne électorale débute vraiment le 17 septembre ; l’ambassade constate qu’elle « s’annonce peu passionnée ». Avec une liste unique, on le comprend aisément. La reprise de l’insécurité due à d’anciens membres de la wilaya IV commence à inquiéter, d’autant qu’ils « se transforment en bandits de grands chemins pour opérer en civil et qu’ils n’en sont que plus insaisissables »9.

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 778-787 du 19 septembre 1962.

16Le 19 septembre, Jean-Marcel Jeanneney voit Abderrhamane Farès avant de s’envoler pour Paris. Selon le président de l’exécutif provisoire, l’agitation visible depuis quelques jours dans l’Algérois est volontairement suscitée par le bureau politique afin de convaincre la population de demander l’intervention de l’ANP pour lutter contre les hommes de l’ex-wilaya IV. Le bureau politique mise sur une forte abstention sur le territoire de l’ex-wilaya IV. N’ayant pu empêcher la présentation de plusieurs candidats, « responsables des pires exactions commises dans la région » de Boghari, les autorités ont l’intention « de la faire invalider, puis juger et condamner pour leurs forfaits ». Pour Farès, « l’activité anarchique par laquelle la wilaya IV fait obstruction à l’établissement d’un pouvoir central à Alger a été inspirée par des agents communistes. L’agressivité, de plus en plus perfide, d’Alger-Républicain semble d’ailleurs confirmer cette thèse ». Le président de l’exécutif provisoire juge que s’il a été difficile d’agir avant les élections car le PCA appelle à voter pour les listes officielles, « Ben Bella et ses amis sont décidés à passer à l’attaque aussitôt que ce sera possible ». En attendant, Le Peuple (Al Chaab) a pour mission d’éliminer Alger-Républicain ; les autorités l’y aideront si nécessaire, ajoute-t-il. En revanche, la Kabylie paraît totalement ralliée. Le bureau politique entretient d’excellentes relations avec le colonel Mohand ou El-Hadj, les futurs députés kabyles effectueront une tournée dans tout le pays pour expliquer qu’il n’y a pas de particularisme kabyle10.

  • 11 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 801-806 du 19 septembre 1962.

17Le 18 septembre se tient le seul meeting de la campagne électorale à Oran, hors de la présence d’Ahmed Ben Bella. L’action des comités de vigilance, relais du bureau politique, vise de plus en plus clairement l’ex-wilaya IV dans l’Algérois. Certains comités réclament l’aide de l’ANP, tandis que le contrôle policier s’organise rapidement. À Alger, le commandement de la nouvelle garde nationale de sécurité a été confié à Yacef Saadi. Montrant toute sa diligence quand elle s’en donne les moyens, la police judiciaire procède à l’arrestation des assassins de Jacques Follot, qui seront jugés et punis de manière expéditive aux dires de Farès. Enfin, une gendarmerie est instituée et confiée au sévère colonel Benchérif, ancien officier de l’armée française, passé au FLN en 1958 après avoir fait massacrer sa section. Bien qu’ancien officier de la wilaya IV, il doit sa promotion à son précoce ralliement au bureau politique11.

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 816 du 20 septembre 1962.
  • 13 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 871-876 du 21 septembre 1962.

18Le 20 septembre, jour du scrutin, des incidents émaillent les opérations électorales. À Souk-Ahras, en Petite Kabylie, des manifestants brisent les urnes ; l’intervention de la police se solde par vingt blessés dont la moitié chez les forces de l’ordre. À Djidjelli, toujours sur le territoire de la wilaya II, les habitants de cinq communes refusent de prendre part au vote. Enfin, à Ouargla, les opérations de vote ont dû être suspendues après que des Djoundi se sont emparés des archives d’El-Abiod (sud Ghardaia)12. L’assassinat, le jour des élections, d’un couple de ressortissants belges par des membres de la wilaya IV fournit au bureau politique le prétexte pour déclencher l’offensive devant conduire à la désagrégation de cette résistance. Mohamed Khider en profite pour demander à l’ANP d’intervenir dans trois localités de la grande banlieue algéroise, et on annonce l’instauration de tribunaux populaires dans les départements d’Alger, Médéa et Orléansville, chargés de juger les responsables du désordre et de procéder à l’épuration de l’administration. En outre, une direction centrale des comités de vigilance est créée afin de mieux canaliser les initiatives un peu tumultueuses et spontanées de ces comités, en « éliminant les éléments douteux ». Pour Louis de Guiringaud, le bureau politique veut impérativement éviter toute surenchère démagogique13.

  • 14 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 886-892 du 22 septembre 1962.
  • 15 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 896-898 du 22 septembre 1962.

19Le scrutin enregistre un taux de participation de 81 %, avec 99 % de « Oui » au référendum et à la liste officielle. Sitôt les résultats connus, le bureau politique décide d’établir une ceinture de sécurité autour d’Alger, en faisant appel à l’ANP pour contrôler une zone entre quarante et cinquante kilomètres autour de la capitale. Partout, les unités de la wilaya IV devront être rassemblées et consignées. L’ordre de Mohamed Khider est formel : « Tout Djoundi circulant en uniforme et en armes sera arrêté ». De son côté, l’exécutif provisoire entérine, le 21 septembre, la création d’un « tribunal répressif d’État », qui aura compétence pour juger « dans des conditions exceptionnelles de célérité » tous les crimes et délits de droit commun14. À l’énoncé de ces mesures, l’ambassade de France s’attend à être saisie d’une demande d’aide émanant du délégué à l’ordre public, en vu de renforcer en moyens et en formation la sûreté générale d’Alger15.

  • 16 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 940-945 du 24 septembre 1962.
  • 17 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 929 du 24 septembre 1962.
  • 18 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 958-960 du 25 septembre 1962.

20Les opérations de police menées dans le grand Alger se poursuivent les jours suivants. Elles ne peuvent toutefois empêcher les assassinats, sans motif apparent, le 23 septembre, du docteur vétérinaire Rufino et de son épouse dans les environs de Philippeville. Ce double meurtre suscite une vive émotion dans la communauté française de la ville. Le consul Foville pense qu’il s’agit là d’une volonté purement terroriste pour déstabiliser une région calme16. La reprise en main semble s’étendre à la presse car Al Chaab attaque La dépêche d’Algérie, ce qui, compte tenu des liens entre le journal et le bureau politique, laisse présager que l’existence même des journaux français d’Algérie est menacée17. Louis de Guiringaud, souvent plus dur envers les Algériens que Jean-Marcel Jeanneney, remarque qu’au moment où le climat politique s’éclaircit et où les effets de la politique sécuritaire se font sentir à Alger, la situation ne s’améliore pas dans le reste du pays. Le ministre délégué ajoute qu’« au brigandage et au terrorisme crapuleux succèdent apparemment des actes d’hostilité concertés contre les Français, visant purement et simplement à provoquer leur départ ». C’est, par exemple, le cas de la Mitidja, où les colons font l’objet de marques d’hostilité de la part de leurs ouvriers, ces derniers espérant participer à la réforme agraire spontanée qui s’accomplit partout en Algérie18. Il semble qu’une course de vitesse soit engagée par l’UGTA sur le terrain de la réforme agraire. La centrale syndicale tente de s’appuyer sur les revendications de « la base » pour constituer un contre-pouvoir local face aux représentants du pouvoir politique central que sont les préfets dont une des missions sera de mettre en œuvre la réforme agraire désirée par Ben Bella.

C. LA RÉUNION DE L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE ALGÉRIENNE ET L’ÉLECTION D’AHMED BEN BELLA À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE

21Lors de la première séance de l’Assemblée algérienne, qui s’ouvre le mardi 25 septembre 1962 à 16 heures, les députés se regroupent par affinités électives : les élus de l’Algérois (wilaya IV) autour de l’ancien colonel Si Hassan, les Kabyles autour de Belkacem Krim, les députés d’Oranie autour de Ben Bella. Les travaux de l’Assemblée débutent par un discours du doyen d’âge Ferhat Abbas sur le devenir de l’Algérie, puis ont lieu la passation de pouvoir de l’exécutif provisoire et la lecture de deux lettres, l’une de Ben Khedda, s’effaçant devant l’Assemblée, l’autre d’encouragement d’Hassan

  • 19 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 838-841 du 20 septembre 1962. Le docteur Ben M’Barek (...)

22II. La nouvelle Assemblée va devoir procéder rapidement à la désignation d’un chef de gouvernement car Ahmed Ben Bella doit s’envoler pour New York où il doit rejoindre la délégation conduite par le docteur Ben M’Barek afin de présenter officiellement la demande d’adhésion de l’Algérie à l’ONU19.

  • 20 Jean-Noël Jeanneney, présent à Alger à cette période, prendra des notes sur les premiers travaux d (...)

23Spectateur attentif des travaux de l’Assemblée, l’ambassadeur argue des multiples incidents de procédure pour souligner que la chambre est loin d’être monolithique20. Tant les amis du député de Sétif Aït Ahmed que les commandants Slimane et Mendjali, anciens adjoints de Boumedienne, commencent à le prouver. L’élection au « perchoir » de Ferhat Abbas, seul candidat en lice, est l’occasion pour Aït Ahmed de déclencher les hostilités en affirmant qu’il est « souhaitable que tous ceux qui désirent être candidats puissent l’être ». Le fait que certains députés ne sachent pas comment voter et que le candidat unique à la présidence de l’assemblée leur dise : « Inscrivez mon nom sur une feuille de papier et placez-la dans l’urne ! » ajoute un petit côté burlesque à la scène. Le discours de remerciement du nouveau président de l’Assemblée n’est pas du goût de tout le monde car il prend soin de préciser que « cette République algérienne que nous édifions ensemble sera à eux (les Français d’Algérie) autant qu’à nous et personne ne sera sur notre terre un citoyen diminué ».

24La proclamation officielle de la République populaire et démocratique algérienne, « instant le plus solennel de toute la séance », est elle-même émaillée par un incident car un député réclame qu’elle soit qualifiée d’« islamique », requête à laquelle le président répond que « cette proclamation n’est pas la Constitution et que celle-ci fera, certainement, en temps voulu à l’Islam la place qui convient ».

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 35 France-Soir, 27 septembre 1962.

25Jean-Marcel Jeanneney s’emploie à souligner le caractère redoutable de l’opposition d’Aït Ahmed, aux yeux de qui « tout motif était bon pour discuter systématiquement, au nom de la liberté d’expression des parlementaires, les propositions du président ». L’élection de Ferhat Abbas à la présidence de l’Assemblée n’a été obtenue que par 155 voix sur 195 votants, après un long débat de procédure initié par Aït Ahmed. L’élection du bureau a été « plus laborieuse encore », aux dires de l’ambassadeur, car le commandant Mendjeli a déposé une autre liste que celle composée par Bachir Boumaza, député de Bône, pour le compte du bureau politique. La liste Mendjeli d’anciens de l’ALN du Maroc a été retirée et remplacée par une autre sur laquelle figuraient d’anciens membres de l’ALN de Tunisie. En vérité, il faut interpréter cette gesticulation comme la volonté de la tendance dure de l’ANP d’éliminer du bureau de l’Assemblée le chef des chefs des Touaregs, l’aménokal Bey Ag Akhammouk, et le seul Européen, Roger Roth, ancien vice-président de l’exécutif provisoire21.

  • 22 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 968-980 du 26 septembre 1962.

26Les escarmouches ont continué lorsque Ferhat Abbas a voulu faire voter une résolution prévoyant le mode d’élection du chef de gouvernement et l’exercice provisoire du pouvoir législatif. Aït Ahmed et le commandant Slimane se sont élevés contre une procédure qu’ils ont qualifiée d’antiparlementaire car ne mentionnant pas l’auteur de la résolution. Complètement pris au dépourvu par cette réaction, le président est resté coi, ce qui « a fait la joie de l’Assemblée », avant que Bachir Boumaza, porte-parole de Ben Bella, ne finisse par reconnaître qu’il en était l’auteur. Selon Jean-Marcel Jeanneney, « l’attitude des anciens adjoints du colonel Boumedienne, les commandants Slimane et Mendjali, paraît plus préoccupante que celle de M. Aït Ahmed ». L’ambassadeur laisse ainsi transparaître son inquiétude quand il explique : « Le bureau politique avait cru (…) neutraliser certaines tendances inquiétantes de l’état-major de l’armée en détournant vers les travaux de l’Assemblée l’activité de certains de ses membres. Il faut se demander aujourd’hui si les deux commandants (qui pourraient n’être pas en accord sur ce point avec leur ancien chef) n’ont pas désiré eux-mêmes abandonner une armée en voie de reconversion pour se consacrer à la politique où ils penseraient jouer un rôle plus important »22.

  • 23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1001-1011 du 27 septembre 1962.
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1035 du 29 septembre 1962.

27Le lendemain de cette séance inaugurale, Bachir Boumaza, conseillé par Ferhat Abbas, modifie sa proposition de résolution en substituant le terme de « désignation » à celui d’« investiture » pour la procédure d’élection du chef du gouvernement. Néanmoins le schéma demeure très proche de la pratique de la double investiture sous la IVe République en France. Cette proposition est critiquée par Belkacem Krim au nom du principe de collégialité qui a toujours guidé les instances provisoires algériennes. Sentant que l’argument peut faire mouche chez les parlementaires, le commandant Slimane vole au secours de Boumaza en rappelant qu’« une application trop stricte du principe de la collégialité avait conduit dans le passé à une dilution des responsabilités ». Cet argument permet à Belkacem Krim de renforcer sa position en lançant à la représentation que « si l’on veut abandonner le principe de la collégialité, qui est un principe sacré de la révolution, pour en venir au pouvoir personnel, qu’on le dise ». Renchérissant sur le sujet, Aït Ahmed met aussi « en garde l’Assemblée contre les dangers d’une investiture accordée à un homme et non à une équipe ayant fait connaître son programme ». Finalement, Ahmed Ben Bella est investi, le 26 septembre, par 141 voix sur 189 votants (31 votes nuls, 13 contre, 4 divers), ce qui illustre l’existence d’une fragile opposition au sein de cette assemblée élue sur une liste unique. Après avoir suivi attentivement les deux premiers jours de débats, Jean-Marcel Jeanneney semble dubitatif et conclut sa synthèse pour Paris en écrivant qu’« outre les divergences de vues présentes, le souvenir des ressentiments anciens pèse sur cette assemblée. Il risque de rendre précaires certaines alliances tactiques du moment »23. Deux jours plus tard, profitant d’une suspension de séance de l’Assemblée nationale constituante, l’ambassadeur va saluer le président Ferhat Abbas qui lui dit : « Si nous sommes avant tout Algériens, nous ne pouvons oublier que nous avons été nourris du suc de la culture française », éternel écartèlement de l’identité algérienne24.

  • 25 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1040-1043 du 29 septembre 1962.
  • 26 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1060-1073 du 29 septembre 1962.

28Quant au cabinet Ben Bella, il est investi à 4 heures du matin, le 29 septembre 1962, par 159 voix contre 1, et 19 abstentions. Le seul opposant est le député kabyle Ahcéne Mahious. À côté des amis de Ben Bella (Khémisti, Boumaza), des personnalités proches du bureau politique (Bitat, Mohammedi, Ouzegane, Francis, Boumedjel, El-Madani), l’ambassadeur souligne la présence d’un groupe de jeunes militaires à la tête desquels on trouve Boumedienne et il ajoute : « On est frappé par le nombre de ces derniers, dont on sait dans l’ensemble peu de choses. Plusieurs députés ont d’ailleurs fait remarquer qu’il leur était difficile de se prononcer sur des gens qu’ils ignoraient totalement ». Le cas algérien ne s’écarte en rien d’un phénomène bien connu qui veut que ceux qui empochent les fruits d’une entreprise politique sont rarement ceux qui ont pris les risques au départ. Quant à la composition du cabinet, contrairement à ce que certaines rumeurs laissaient entendre, aucun ministère de la Coopération ou du Plan ne figure sur la liste officielle. En revanche, Ben Bella a tenu à ressusciter un ministère des Habous qu’il a confié à un personnage proche des milieux islamiques, Tewfik el-Madani, ce qui peut apparaître comme une concession à cette mouvance25. Jean-Marcel Jeanneney remarque aussi que « les adversaires du chef du gouvernement [ont] (…) renoncé à livrer une bataille perdue d’avance » et que Aït Ahmed a précisé qu’il soutiendrait le gouvernement quand il se trouverait sur la bonne voie et s’est même écrié : « Si mes opinions devaient cristalliser une opposition, je cesserais d’appartenir à cette Assemblée »26.

  • 27 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1074-1082 du 29 septembre 1962.
  • 28 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1060-1073 du 29 septembre 1962.
  • 29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1074-1082 du 29 septembre 1962.

29Lors de son discours d’investiture, Ahmed Ben Bella n’a offert le flanc à aucune critique car ses propos sont demeurés dans l’étroite ligne du programme de Tripoli, mais dans une version « démarquée et adoucie »27. Néanmoins le chef du gouvernement a évoqué la question de la réforme agraire, dont il est conscient qu’elle réclame une sérieuse préparation, et celle des nationalisations pour en différer l’application car « ce n’est pas au moment où deux millions de chômeurs réclament du travail qu’il faut lancer des postulats ». Jean-Marcel Jeanneney se montre, une fois encore, frappé par le sérieux et la modération des propos du président du Conseil, sauf peut-être sur l’arabisation de l’enseignement. Cette qualité contraste avec la médiocrité ou la prétention des autres orateurs et l’ambassadeur conclut, rassuré : « Le chef politique d’hier donna l’impression de se transformer sans effort en chef de gouvernement »28. Mais, surtout, le nouveau chef de gouvernement n’a eu aucune parole envers la communauté française d’Algérie, contrairement à Ferhat Abbas qui avait insisté sur la place qui lui revenait. L’ambassadeur se demande s’il ne considère pas le problème comme d’ores et déjà réglé29. Sa seule allusion aux Français a consisté à regretter le dégagement massif des fonctionnaires, ce qui confirme qu’il n’envisage la présence française qu’en terme d’utilitarisme et non en terme affectif.

  • 30 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1441 du 29 septembre 1962.
  • 31 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1085 du 30 septembre 1962.

30Le 29 septembre en soirée, Jean-Marcel Jeanneney se rend chez Ben Bella pour lui présenter les félicitations du gouvernement français30. À cette occasion, l’ambassadeur transmet le désir de Maurice Couve de Murville de se rendre à New York à l’occasion de l’admission de l’Algérie à l’ONU. Les deux hommes se quittent en s’accordant pour différer la cérémonie de remise des lettres de créance au retour de voyage aux États-Unis du président du Conseil31.

II. LE TEMPS DES NUAGES

A. LES FÂCHEUSES CONSÉQUENCES DU VOYAGE DE BEN BELLA

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1718-1722 du 18 octobre 1962.

31Parti presque immédiatement après l’investiture de son gouvernement pour New York afin de procéder à l’admission de l’Algérie à l’ONU, Ahmed Ben Bella fait une entrée remarquée parmi les dirigeants des pays du tiers monde. Reçu par le président Kennedy le 16 octobre pour évoquer les modalités d’une aide américaine, il s’envole ensuite pour Cuba, en pleine « crise des fusées », avec, entre autres, Mohamed Khémisti et l’abbé Bérenguer. Multipliant les gestes irritants aux yeux des Américains, comme la remise à Fidel Castro de la première médaille d’honneur algérienne, « encore jamais octroyée jusqu’à ce jour à un Algérien », il ne rencontre pas le succès escompté aux yeux de l’ambassade de France à Washington dont les télégrammes parviennent à Alger32.

  • 33 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1388-1389 du 16 octobre 1962.
  • 34 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1463-1468 du 19 octobre 1962.

32En Algérie, l’absence d’une quinzaine de jours du chef du gouvernement a de fâcheuses répercussions sur la stabilisation du pays. C’est l’opinion de Jean Herly, à l’issue de conversations avec des responsables algériens. Les enlèvements de trois Français à Crescia semblent lui donner raison33. Le 19 octobre, Louis de Guiringaud télégraphie au ministère d’État « qu’il est grand temps que le chef du gouvernement algérien vienne reprendre en main la conduite des affaires publiques. En partant pour New York au lendemain de son investiture, M. Ben Bella a prolongé dangereusement la vacance du pouvoir (…). Des dossiers urgents sont restés en instance, personne en son absence n’osant prendre de décision, des échéances difficiles se sont rapprochées et rien de sérieux n’a été fait depuis quinze jours, pour les préparer »34.

  • 35 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1607-1612 du 24 octobre 1962.

33Dans l’après-midi du 23 octobre, Jean-Marcel Jeanneney rend visite à Ferhat Abbas à l’Assemblée nationale pour recueillir son opinion sur la situation politique. Le vieux leader nationaliste justifie son soutien à l’équipe Ben Bella au nom du succès de la politique de coopération avec la France. Selon le président de l’Assemblée, la victoire du trio Belkacem Krim, Ben Khedda et Boudiaf aurait « conduit à des drames ». Ferhat Abbas confie, en outre, à l’ambassadeur qu’il aurait avoué aux dirigeants communistes chinois, qui avaient pourtant donné 500 millions de nouveaux francs au FLN, « qu’il n’était point et ne serait jamais marxiste car, formé par l’islam, il entendait demeurer fidèle à la religion de ses ancêtres qui apporte des réponses commodes aux questions que tout homme se pose sur l’au-delà ». Face au vent de réformes qui souffle sur l’Assemblée, le président s’érige en rempart contre toute tentation démagogique, expliquant que « si l’on voulait rapidement accomplir une réforme agraire trop étendue, on n’échapperait pas à la distribution individuelle de lots de terre aux paysans, ce qui serait généraliser des formes périmées d’exploitation ». Quant aux menaces de collectivisation pesant sur l’industrie et qui inquiètent tant les industriels français, Ferhat Abbas n’a pas caché à Jean-Marcel Jeanneney « qu’[il estimait que] les ministres parlaient beaucoup trop et qu’il en avait fait la remarque au président du Conseil ». Le président de l’Assemblée se montre favorable à la planification et au financement des entreprises industrielles par le biais d’une banque de développement, autant d’éléments qui ne devraient rencontrer que l’approbation de l’ambassadeur de France. Pourtant Jean-Marcel Jeanneney, s’il approuve la mise sur pied d’un plan, insiste d’emblée sur la nécessité de maintenir un secteur capitaliste pour les entreprises étrangères. Il craint avant tout que les Algériens ne maintiennent artificiellement en vie des entreprises à l’activité absurde comme les houillères du sud-Oranais qu’il désirait déjà fermer quand il était ministre de l’Industrie35.

B. ROCHER NOIR ET LES QUESTIONS DOMANIALES

  • 36 Jean Marcel-Jeanneney habite désormais la villa des Oliviers. Les services de l’ambassade ont emmé (...)
  • 37 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1535-1544 du 22 octobre 1962.

34À son retour d’Amérique, Ahmed Ben Bella a la désagréable surprise de trouver Rocher Noir occupé par l’armée française. Depuis la mi-septembre, l’ambassade a en effet rejoint Alger36. La présence inopportune des militaires contrarie le chef de l’État qui désire s’installer dans la villa laissée vacante par Abderrhamane Farès et emménager plusieurs services et ministères dans la cité administrative. Vis-à-vis de son opinion publique, le président du Conseil ne peut prendre le risque d’accepter de céder une nouvelle base à la France. Pressé de se rendre à la présidence du Conseil afin de s’expliquer sur cette présence inopportune, l’ambassadeur comprend très vite que son interlocuteur n’est pas au fait des détails du dossier et qu’il a complètement oublié de se prononcer sur la nouvelle localisation des services de l’armée française partis d’Alger. Or, en dépit des promesses de Mohamed Khémisti, jamais les autorités algériennes n’ont été en mesure de réunir une commission pour trouver une solution au problème. Visiblement « trahi » par le manque de professionnalisme de ses subordonnés, le visage du président du Conseil se décompose devant Jean-Marcel Jeanneney car il pensait que des contacts avaient déjà été pris. Ahmed Ben Bella n’est pas au bout de ses désillusions car Jean-Marcel Jeanneney lui apprend, par ailleurs, que la propriété de l’Algérie sur Rocher Noir n’est pas avérée. Si le centre administratif a bien été construit sur le budget de la CEDA, il l’a été sur des fonds provenant du budget français, et l’État français est en possession d’un acte formel de transfert de propriété opéré depuis la Caisse, antérieurement à l’indépendance. Sans pouvoir parler au nom d’Ahmed Ben Bella, on ne peut qu’imaginer la position humiliante qu’est la sienne. Comment ne pas apparaître ridicule d’avoir eu un accès de colère devant un tiers quand la faute incombe à vos subordonnés ? Comment surmonter sa frustration quand ce tiers n’est autre que le représentant de la puissance coloniale qui démontre qu’elle détient encore des droits sur vous ? Ahmed Ben Bella va sortir instinctivement de la logique de l’enfermement en fuyant le terrain du droit positif pour en inventer un nouveau qui ne devra plus rien au passé37.

35L’effet immédiat de cette entrevue est le lancement des négociations. Dès le lendemain de la visite au président Ben Bella, Jean-Marcel Jeanneney, accompagné de Louis de Guiringaud et du général Navelet, rencontre la délégation désignée par le gouvernement algérien pour ouvrir les négociations domaniales. Présidée par M. Rahal, directeur de cabinet du président Ben Bella, la délégation algérienne adopte, du moins en apparence, une position tranchée qui postule que « le domaine immobilier de l’État français en Algérie avait été intégralement et automatiquement transféré à l’État algérien dès le jour de l’indépendance en vertu des termes de l’article 19, premier alinéa, de la déclaration de principe relative à la coopération économique et financière ». Selon les représentants algériens, l’Algérie est devenue propriétaire de l’ensemble immobilier le 1er juillet et c’est désormais à elle seule de décider quels immeubles seront remis à la France, soit à titre provisoire, soit à titre définitif.

  • 38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1579-1591 du 24 octobre 1962.

36Fort de son bon droit, la délégation française tient un raisonnement différent. Louis de Guiringaud met l’accent sur les déductions des immeubles nécessaires au fonctionnement de la représentation diplomatique française en précisant d’emblée que le reste du patrimoine immobilier sera donné à l’Algérie même s’il a été payé par le budget français. C’est à partir de ces positions que la négociation s’engage. Il apparaît bientôt que les Algériens entendent mettre à la disposition des Français des locaux à la hauteur de ceux que les Français accepteront de leur accorder en France pour la constitution de leur réseau diplomatique et consulaire. Cette « réciprocité » ne figure nullement dans l’article 19 invoqué par la délégation algérienne. Dans le télégramme qu’il envoie à Louis Joxe à l’issue de la réunion, Jean-Marcel Jeanneney, comme il l’avait déjà fait dans l’affaire de la RTF se plaint, qu’une fois encore, la France ait trop tardé. L’ambassadeur regrette de n’avoir pu procéder au partage domanial durant la période intérimaire, de façon à se retrouver dans une situation claire dès le jour de l’indépendance. Il prête aux Algériens l’intention de réquisitionner des immeubles, ce qui déboucherait sur une crise majeure. Aussi demande-t-il à Paris de pouvoir traiter la question de manière pragmatique, sans trop s’attacher à défendre des principes38. En vérité, Jean-Marcel Jeanneney redoute que le gouvernement français ne tente de « finasser » avec les Algériens. Fort de trois mois d’ancienneté dans le pays, l’ambassadeur a compris qu’il ne servait à rien de donner aux Algériens le sentiment que la France leur fait la charité avec son domaine immobilier car il y a tout lieu de redouter leur réaction en retour.

  • 39 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1845-1852 du 27 octobre 1962.
  • 40 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2345-2346 du 26 novembre 1962.
  • 41 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2685-2688 du 15 décembre 1962.

37En réponse à la position préconisée par Jean-Marcel Jeanneney, Louis Joxe avance d’autres arguments pour décrire les intentions réelles des Algériens dans la négociation domaniale : « Par leur tactique actuelle, nos interlocuteurs cherchent à évoquer des questions de détail et à provoquer des conflits limités afin de mettre à l’épreuve notre fermeté, de profiter de l’effet de harcèlement et de tirer parti d’éventuels arrangements locaux pour imposer, sur le plan général, une solution conforme à leurs prétentions ». Pour Louis Joxe, la priorité des Algériens consiste à prendre prétexte de la question domaniale pour s’assurer « des succès de prestige » et en premier lieu « mettre notre commandement en difficulté, en expulsant nos troupes de leurs cantonnements ou de leurs bureaux, en les réduisant à camper ».Devant cette manœuvre, le ministre d’État refuse de se laisser enfermer dans le « saucissonnage » des demandes algériennes et rejette toute idée d’arrangement au coup par coup, il n’est donc pas sur la même longueur d’onde que l’ambassadeur39. Jean-Marcel Jeanneney serait tenté de borner la discussion à la dévolution de « son » patrimoine, sans se préoccuper des casernes militaires. En tout et pour tout, l’ambassade ne désire que deux immeubles dans Alger, l’un pour y installer les services culturels, l’autre pour loger le personnel subalterne, huit villas de fonction pour les diplomates de haut rang (dont la villa des Oliviers, qui appartient à l’Algérie et qui sera louée pour cinquante ans à la France, et la villa Arthur), une réserve foncière, le camp Peltzer et une villa pour des extensions ultérieures. Enfin, les services consulaires nécessitent plusieurs immeubles en province40. Le dossier ne trouvera un règlement qu’après le départ de Jean-Marcel Jeanneney, mais c’est en grande partie parce que la délégation française aura suivi sa ligne de conduite que le dialogue se nouera vite pour déboucher sur la meilleure solution possible comprenant la rétrocession de la cité administrative de Rocher Noir41.

C. L’AFFAIRE DE LA CATHÉDRALE D’ALGER

  • 42 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1401-1410 du 17 octobre 1962.
  • 43 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1723 du 18 octobre 1962.
  • 44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1441-1442 du 18 octobre 1962.

38Bien que devant être rattaché à la question domaniale, le cas de la cathédrale d’Alger a posé un problème particulier. Le 17 octobre, Louis de Guiringaud manifeste à Louis Joxe sa mauvaise humeur contre l’archevêque d’Alger, monseigneur Étienne Duval. Le prélat a, en effet, accepté de céder son archevêché au gouvernement algérien afin qu’il y installe ses services du tourisme et une commission mixte devant statuer sur le sort des habous affectés au culte catholique. Surtout, les autorités algériennes désirent récupérer la cathédrale avant le 1er novembre dans la perspective d’y organiser un rassemblement patriotique le jour de la fête nationale. Le problème de la cathédrale n’est pas nouveau : jamais les nationalistes algériens n’ont accepté l’affectation au culte catholique d’un édifice construit sur l’emplacement d’une mosquée détruite par les Français. Depuis l’indépendance, la pression de la population de la Casbah, au milieu de laquelle la cathédrale est érigée, s’est fait sentir deux fois. Une première « invasion » de la cathédrale a eu lieu le 3 juillet, dans la liesse des fêtes de l’indépendance. A priori l’attitude de monseigneur Duval est raisonnable car les fidèles ne se rendent plus à la cathédrale, située dans un quartier peu sûr, mais elle est aussi, et surtout, un geste politique envers le nouveau régime algérien pour lequel l’archevêque nourrit une indéniable affection. Pour des raisons identiques, monseigneur Duval envisage la rétrocession des églises Sainte-Croix et Notre-Dame-des-Victoires. S’appuyant sur la loi de séparation de l’Église et de l’État qui a dévolu à l’État la propriété des cathédrales, Louis de Guiringaud s’indigne de la position de l’archevêque d’Alger. Louis de Guiringaud en fait une question de principe. Il faut que la cathédrale fasse partie intégrante de la négociation domaniale, mais étant donné qu’elle ne peut servir de monnaie d’échange contre d’autres bâtiments dans la ville, on peut en laisser la libre jouissance à l’État algérien, à partir du moment où elle est désaffectée. La seule crainte du ministre délégué porte sur la nature de la cérémonie qui pourrait se dérouler dans la cathédrale le jour anniversaire de l’insurrection de 195442. De son côté, Louis Joxe désire également empêcher toute manifestation officielle dans l’ancien sanctuaire catholique43. En dépit d’approches divergentes, les préoccupations de l’ambassade et de l’archevêché semblent fondées car dans la nuit du 17 au 18 octobre, l’église Saint-Augustin est profanée, acte qui rappelle la vulnérabilité des biens catholiques et l’hostilité de la population musulmane à l’encontre d’un patrimoine assimilé à la puissance coloniale44.

  • 45 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1773-1780 du 22 octobre et n˚ 1785-1786 du 22 octob (...)
  • 46 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1820-1822 (sans date, sans doute 24 octobre 1962).

39À plusieurs reprises dans la seconde quinzaine d’octobre, le cabinet de Louis Joxe insiste auprès de l’ambassade pour qu’aucun rassemblement n’ait lieu dans la cathédrale45. Le ministère d’État désire même que monseigneur Giroud, le vicaire général d’Alger, n’aborde pas la question de la dévolution de la cathédrale au cours de ses entretiens avec le gouvernement algérien46.

D. LA BROUILLE FRANCO-ALGÉRIENNE LORS DES FÊTES DE L’INDÉPENDANCE.

  • 47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1631-1634 du 25 octobre 1962.
  • 48 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée Amb Fr USA n° 5990-5994 (sans date, numérotation amb F (...)

40Le 25 octobre, à quelques jours seulement des cérémonies de la fête nationale, le gouvernement algérien annonce la suspension sine die des pourparlers sur les modalités de l’aide technique américaine. Dans un autre communiqué, le bureau politique justifie la rupture au nom des « mesures agressives » prises par les États-Unis à l’encontre de Cuba47. En réponse à ces déclarations véhémentes, le département d’État se contente de faire savoir qu’il ne peut y avoir suspension de négociations qui n’existaient pas48. Cette annonce, bien que liée aux développements inquiétants de la « crise des fusées », révèle également la volonté algérienne d’affirmer son détachement du modèle occidental, à quelques jours de la venue en Algérie de nombreuses délégations étrangères.

41Les préparatifs de la fête nationale sont très attentivement suivis par l’ambassade. Le colonel de Réals s’intéresse de près à l’annonce du don de deux navires de guerre par l’Égypte, et à la venue de six Migs et d’hélicoptères soviétiques destinés à former un embryon d’armée de l’air. D’autre part, en dépit des pressions françaises, il devient de plus en plus évident que la cathédrale d’Alger servira bien de lieu de rassemblement lors des festivités, ce qui inquiète monseigneur Giroud.

  • 49 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1654-1659 du 26 octobre 1962.
  • 50 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ du 28 octobre 1962 (sans numéro).

42L’accumulation des questions en suspens pousse Jean-Marcel Jeanneney à dépêcher un de ses collaborateurs auprès d’Hervé Bourges, conseiller au cabinet du président du Conseil, afin de solliciter une audience auprès de Ben Bella49. L’entrevue se déroule le jour même, le 28 octobre. Pour l’ambassadeur c’est l’occasion de revenir sur les trois grosses divergences du moment, le partage domanial : l’occupation de la RTF et la restitution de la cathédrale d’Alger. L’entrevue se passe, semble-t-il, assez mal. Tel qu’on peut l’imaginer, Jean-Marcel Jeanneney n’a pas dû s’embarrasser des formules indirectes du langage diplomatique traditionnel pour exposer à Ahmed Ben Bella que le gouvernement français n’acceptera pas de se voir imposer une politique du fait accompli minant la confiance indispensable à la réussite de la coopération alors même qu’il apporte dix millions de nouveaux francs par jour à l’Algérie. En réponse à ce langage ferme et argumenté, Ahmed Ben Bella s’est retranché sur des arguments de nature politique et symbolique, inconciliables avec la position française. C’est ainsi que la question du partage domanial est passée du terrain du droit à celui du sentiment de la fierté nationale d’une jeune nation. C’est pour un motif de dignité vis-à-vis des délégations invitées aux fêtes de l’indépendance que le gouvernement algérien a choisi d’occuper des casernes de l’armée française afin de présenter une armée logée dans des conditions décentes. S’agissant du statut de la cathédrale, Ahmed Ben Bella rappelle à l’ambassadeur qu’il a prié instamment le gouvernement français de ne pas se mêler d’un dossier qui a commencé à faire l’objet d’un règlement avec monseigneur Duval durant sa détention en France. Enfin, dans le dossier de la RTF, Ahmed Ben Bella n’a aucune peine à arguer de la mauvaise foi française, étant donné le retard avec lequel ses services ont été renseignés. Pris à contre-pied et sentant qu’il lui faut désamorcer une crise larvée, Jean-Marcel Jeanneney rétorque que cette accumulation de malentendus est avant tout due à la longue absence du président et de son ministre des Affaires étrangères, qui avaient laissé les choses s’envenimer50. En signe d’apaisement, le président du Conseil consent à retirer la katiba présente devant l’immeuble de la RTF depuis le matin même, mais ce sera sa seule concession, de pure forme, aux récriminations du représentant de la France.

  • 51 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1711 du 29 octobre 1962.

43Le processus de construction d’une identité nationale connaît une accélération à l’occasion de la fête nationale et c’est ce climat particulier d’une jeune nation qui cherche à s’affirmer qui explique la recrudescence des frictions avec l’ancienne métropole. Parmi les décisions symboliques prises à la veille des cérémonies, le déboulonnage des plaques de rues et de places auquel procèdent les municipalités de toutes les grandes villes du pays est particulièrement révélateur. Comprenant qu’il y a un risque à voir subir « un sort indigne » aux grandes gloires de la France, Louis de Guiringaud a la présence d’esprit de demander aux services consulaires de récupérer ces marques de la présence française51.

  • 52 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1713-1720 du 29 octobre 1962.
  • 53 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1756-1761 du 31 octobre 1962.
  • 54 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1753-1755 du 31 octobre 1962.

44En même temps, comme s’il s’agissait de perpétuellement souffler le chaud et le froid, Mohamed Khémisti annonce à Louis de Guiringaud que le président Ben Bella a décidé de conférer à Jean-Marcel Jeanneney le décanat du corps diplomatique52. Le ministre algérien des Affaires étrangères profite de son entrevue avec le numéro deux de l’ambassade de France pour se féliciter du succès remporté par le général de Gaulle au référendum instituant l’élection du président de la République au suffrage universel53, et lui révéler qu’il est à l’origine de la convocation des cinquante délégations des Nations unies ayant adressé un appel aux Américains et aux Soviétiques. Désireux de donner à l’Algérie une position réellement non alignée, le chef de la diplomatie algérienne affirme avoir clairement indiqué aux Soviétiques que les pays du tiers-monde, s’ils ne pouvaient admettre un débarquement américain à Cuba, ne pouvaient pas, non plus, accepter l’installation de missiles soviétiques dans l’île54.

E. L’INFLEXION DE LA POLITIQUE BEN BELLISTE À PARTIR DE LA PREMIÈRE FÊTE NATIONALE

  • 55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1808-1820 du 3 novembre 1962.

45En raison de la « bouderie » des festivités de la fête nationale algérienne par Jean-Marcel Jeanneney, c’est à Louis de Guiringaud que revient le soin de la couverture des cérémonies. Comme à l’accoutumée, le ministre délégué déploie ses talents littéraires pour retranscrire les impressions que lui procure ce spectacle inédit qu’il résume en une formule certes élégante mais où pointe la condescendance : « Un nouveau prolétariat du tiers-monde cherche encore ses chefs et sa voie dans les structures trop riches et trop complexes que lui a léguées un Occident dynamique et prospère »55.

  • 56 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Hervé Bourges du 11 mars 1996.

46La journée du 1er novembre restera ancrée dans les mémoires comme celle du premier dérapage verbal d’Ahmed Ben Bella. S’adressant à la foule depuis le balcon du siège des Oulémas réformistes, le président du Conseil improvise un discours en arabe. Immédiatement, les membres de son cabinet comprennent qu’il a choisi de s’éloigner du texte préparé. Hervé Bourges, alors en charge de la « communication » du président du Conseil, fait remonter à ce jour la lente dérive vers le pouvoir personnel du chef de la révolution algérienne56. Le retentissement des propos du président du Conseil est immédiat. Louis de Guiringaud répercute au ministère d’État qu’Ahmed Ben Bella « s’est abandonné à l’éloquence et aux promesses démagogiques ». En vérité, il a voulu suivre les traces de Gamal Abdel Nasser, mais en oubliant ou en gommant les spécificités de l’Algérie. Ainsi, dès le début de son exposé, Ahmed Ben Bella choisit-il d’heurter délibérément la sensibilité kabyle en lançant : « Nous voulons édifier une société arabe, socialiste et musulmane ». Démagogue, il l’a été en promettant la distribution de terres à un million de familles, en envisageant d’étendre l’annulation des ventes et locations de terres passées après le 19 mars, en promettant de faire du Sahara un paradis en quelques années, de développer les transports et l’industrie. En revanche, Ahmed Ben Bella ne reprend pas les passages préparés par le cabinet concernant la nécessaire coopération avec la France, mais rend hommage aux Français ayant aidé le FLN.

  • 57 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1821-1832 du 3 novembre 1962.

47C’est à Hervé Bourges que reviendra la tâche, bien délicate, de procéder à l’exégèse de la parole du chef du gouvernement face aux représentants de la presse internationale décontenancés. Le conseiller à l’information justifiera l’instauration d’une coopération industrielle avec la Tchécoslovaquie, la Pologne et la Bulgarie par l’état catastrophique de l’économie. Quant au problème de l’arabisation de l’enseignement, le conseiller du président se contentera de le présenter comme un objectif à atteindre tout en précisant que la coopération scientifique avec la France demeurerait encore longtemps nécessaire57.

  • 58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1906-1908 du 6 novembre 1962. Télégrammes au départ n (...)
  • 59 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1918-1922 du 6 novembre 1962.

48Des conditions météorologiques défavorables pour le DC 3 de l’ambassadeur et une volonté réelle de marquer le mécontentement de la France expliquent que Jean-Marcel Jeanneney ne regagne Alger que le 6 novembre, retardant d’autant la présentation de ses lettres de créance au président Ben Bella58. L’absence de l’ambassadeur le 1er novembre lui vaut, à son retour, un article au vitriol d’Alger républicain. Le quotidien communiste écrit, en effet : « Après avoir pompé toutes les richesses de notre pays, après avoir permis et encouragé les destructions de l’OAS, après avoir durant sept ans brûlé et pillé, les impérialistes osent parler d’incurie, de marasme croissant et rendent responsables les Algériens. Nous voilà tout de même prévenus de leurs véritables intentions. Raison de plus pour que nous leur présentions le front uni de nos énergies révolutionnaires vers le même but : la construction d’une Algérie réellement et totalement indépendante »59.

  • 60 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2182-2186 du 19 novembre 1962.
  • 61 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2274-2275 du 23 novembre 1962.
  • 62 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2279-2284 du 24 novembre 1962.

49La mauvaise impression que Ben Bella a donnée de lui-même semble se confirmer lors de la conférence de presse qu’il tient six mois après le cessez-le-feu, le 19 novembre 1962. Le président du Conseil apparaît à Jean-Marcel Jeanneney fatigué, hésitant, donnant le sentiment d’improviser et peu convaincant dans son démenti des rumeurs de dissensions franco-algériennes ou de celles faisant état d’un projet de nationalisations massives60. L’a priori favorable de l’ambassadeur semble s’être évanoui. Le climat ne se réchauffe d’ailleurs guère fin novembre, surtout du fait des initiatives intempestives d’Hadj Hamou, ministre de l’Information. Ce dernier brandit la censure préalable sur Le Figaro et France-Soir, et mène une politique restrictive sur le plan des libertés publiques en interdisant L’ouvrier algérien, organe de l’UGTA, en faisant retirer de la diffusion des films qualifiés de contraires à la morale, et un documentaire sur Israël, en empêchant une troupe française présentant des chants et danses russes de se produire, sans doute à l’initiative de l’ambassade d’URSS. Tous ces petits agissements commencent « à susciter des inquiétudes », souligne l’ambassadeur61. Enfin, les menaces d’étatisation du secteur industriel proférées par le président du Conseil sont bientôt suivies d’effet dans deux entreprises : la société des filatures et tissages de Fort-de-l’Eau, la plus importante société textile d’Algérie (chiffre d’affaires de 3,75 millions nouveaux francs) avec 200 employés, et la société de parachutes de Blida, devenue une coopérative chargée de confectionner des bleus de travail62.

  • 63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2291-2296 du 24 novembre 1962.

50C’est dans ce contexte que, le 23 novembre, Jean-Marcel Jeanneney convie Mohamed Khémisti à dîner à la villa des Oliviers. L’ambassadeur de France souhaite, sans doute, connaître par avance quelques éléments du discours que le ministre des Affaires étrangères doit prononcer le lendemain à l’Assemblée nationale au sujet des orientations extérieures de la nouvelle République. Pensant pouvoir influer sur un membre du gouvernement qu’il trouve plus intelligent que la moyenne, Jean-Marcel Jeanneney adopte son ton professoral afin de répéter à son invité que la séparation des trésors est une nécessité pour un jeune État indépendant, afin qu’il ait « une vue précise de la balance de ses dépenses et de ses recettes » et qu’il puisse prendre « les mesures nécessaires pour parer au déséquilibre ». Sans véritablement acquiescer, le ministre des Affaires étrangères algérien réitère à l’ambassadeur ses plaintes concernant la tonalité de la presse française à l’égard de l’Algérie, paraissant « croire que nous pouvions exercer une action pour corriger ces appréciations »63. Même pour un homme comme Mohamed Khémisti, la liberté d’expression est une notion décidément trop abstraite.

  • 64 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2297-2305 du 24 novembre 1962.
  • 65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2306-2314 du 24 novembre et n° 2379-2380 du 28 novemb (...)

51Le discours du chef de la diplomatie algérienne devant l’Assemblée déçoit énormément Jean-Marcel Jeanneney qui lui reproche « une impression de flou et d’imprécision », mais surtout des paroles désobligeantes64. C’est ainsi que Mohamed Khémisti fait grand cas du néo-colonialisme ou réaffirme l’opposition de l’Algérie au « maintien des bases stratégiques et des installations nucléaires ». Jean-Marcel Jeanneney voit à travers ces allusions des attaques contre la France, mais il est détrompé par le président du Conseil qui tente de le rassurer en prétextant que le ministre des Affaires étrangères avait évoqué les vues générales de l’Algérie65. Ahmed Ben Bella n’est également plus en mesure de faire preuve de superbe car l’avance de 100 millions de nouveaux francs consentie au moment de la séparation des trésors est déjà presque épuisée et il lui faut en négocier une nouvelle. On perçoit que l’orage dans les relations entre les deux pays s’est éloigné car le président Ben Bella s’attache à répondre exactement aux souhaits des Français. Il s’engage à présenter un nouveau budget pour le début 1963 qui suivra les recommandations des experts français, diminuera les traitements des hauts fonctionnaires et démontrera que l’aide de la France ne sert pas à combler un déficit de fonctionnement mais qu’elle est consacrée à l’équipement et au développement.

F. L’INCIDENT D’ORLÉANSVILLE

  • 66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2581-2584 du 8 décembre 1962.
  • 67 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2597-2598 du 10 décembre 1962.
  • 68 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2628-2630 du 12 décembre 1962.

52Dans ce climat général globalement calme pour les Européens mais marqué par une recrudescence des agressions à l’encontre des anciens supplétifs, un grave incident se produit à Orléansville, le 8 décembre. Tout débute, dans la nuit, par une ouverture du feu mortelle d’une sentinelle française contre un individu suspect. Le midi, trois gendarmes français venus chercher des enfants à la sortie d’une école sont assassinés à bout portant et sans aucune forme de mise en garde par un élément de l’ANP anciennement rattaché à la wilaya IV. Deux enfants du groupe sont également blessés par balle. Dans l’après-midi, deux militaires français sont encore tués en se présentant à un barrage alors qu’ils circulent en Jeep. Conformément aux ordres, les autorités militaires françaises consignent les troupes et choisissent de ne pas répondre à l’agression. D’ailleurs, le préfet algérien présente ses regrets au colonel, tandis que l’ANP a beaucoup de peine à faire réintégrer dans leurs quartiers les éléments de la wilaya IV. De son côté, l’ambassade proteste vivement auprès du gouvernement algérien et lui demande d’exprimer clairement sa condamnation. En réponse, Ben Bella promet qu’un membre du gouvernement se rendra sur place pour enquêter66. La communauté française de la ville ne semble pas trop émue par cet « incident » car elle considère qu’il va hâter le départ de la wilaya IV pour le sud67. Quatre jours après les faits, l’ambassade reçoit un rapport établissant la responsabilité de la sentinelle qui a tiré et tué sous l’effet de la peur, sans être attaquée. En revanche, les meurtres des gendarmes et des deux militaires de l’infanterie sont bel et bien « de véritables raids de représailles lancés par les hommes de la wilaya IV dans des conditions inadmissibles ». Le colonel local de l’ANP ne cache pas qu’il est confronté à un problème insoluble. Soit il intègre ces hommes dans l’armée en sachant qu’ils sont « réfractaires à toute discipline », soit il les rend à la vie civile en les transformant en « aventuriers uniquement soucieux de vols et pillages ». Au-delà de cette affaire, se pose le problème du retour au calme dans toute la région allant de la vallée du Chéliff à la Mitidja68.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 37.Télégrammes au départ n° 578-584 du 11 septembre 1962.

2 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 601-606 du 12 septembre 1962.

3 Il semble que la Shell eut aussi à déplorer les assassinats de deux employés au pied du Chenoua, sur la route de Tipasa. Selon le souvenir de Jean Herly, le PDG de la Shell française, M. Kaplan, prit sur lui de venir à Alger et de rencontrer Ben Bella et Boumedienne à la villa Joly (immeuble jouxtant la villa du même nom). Les archives ne mentionnent pas cette affaire. Jean Herly, art. cit.

4 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 742-744 du 17 septembre et n° 610-611 du 12 septembre 1962. Sans doute a-t-il payé, comme bien d’autres, le fait d’avoir possédé une Peugeot 403, véhicule très recherché car anonyme. Philippe Richer a insisté sur ce point, ayant lui-même « perdu » un cousin qui circulait à bord d’un véhicule de ce type.

5 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 685-686 du 15 septembre 1962.

6 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 703-712 du 16 septembre 1962.

7 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 687-695 du 15 septembre 1962.

8 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1286-1289 du 12 octobre 1962. JMJ 35 Le Monde du 25 septembre 1962.

9 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 745-748 du 17 septembre 1962.

10 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 778-787 du 19 septembre 1962.

11 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 801-806 du 19 septembre 1962.

12 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 816 du 20 septembre 1962.

13 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 871-876 du 21 septembre 1962.

14 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 886-892 du 22 septembre 1962.

15 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 896-898 du 22 septembre 1962.

16 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 940-945 du 24 septembre 1962.

17 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 929 du 24 septembre 1962.

18 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 958-960 du 25 septembre 1962.

19 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 838-841 du 20 septembre 1962. Le docteur Ben M’Barek est un ancien assistant de l’hôpital Saint-Louis de l’Assistance publique. La délégation préparatoire est partie le 20 septembre, jour des élections.

20 Jean-Noël Jeanneney, présent à Alger à cette période, prendra des notes sur les premiers travaux de l’Assemblée algérienne.

21 Arch. CHEVS JMJ 35 France-Soir, 27 septembre 1962.

22 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 968-980 du 26 septembre 1962.

23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1001-1011 du 27 septembre 1962.

24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1035 du 29 septembre 1962.

25 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1040-1043 du 29 septembre 1962.

26 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1060-1073 du 29 septembre 1962.

27 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1074-1082 du 29 septembre 1962.

28 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1060-1073 du 29 septembre 1962.

29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1074-1082 du 29 septembre 1962.

30 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1441 du 29 septembre 1962.

31 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1085 du 30 septembre 1962.

32 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1718-1722 du 18 octobre 1962.

33 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1388-1389 du 16 octobre 1962.

34 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1463-1468 du 19 octobre 1962.

35 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1607-1612 du 24 octobre 1962.

36 Jean Marcel-Jeanneney habite désormais la villa des Oliviers. Les services de l’ambassade ont emménagé dans les locaux modernes de la C.F.P., loués par Victor de Metz.

37 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1535-1544 du 22 octobre 1962.

38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1579-1591 du 24 octobre 1962.

39 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1845-1852 du 27 octobre 1962.

40 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2345-2346 du 26 novembre 1962.

41 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2685-2688 du 15 décembre 1962.

42 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1401-1410 du 17 octobre 1962.

43 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 1723 du 18 octobre 1962.

44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1441-1442 du 18 octobre 1962.

45 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1773-1780 du 22 octobre et n˚ 1785-1786 du 22 octobre 1962.

46 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée n° 1820-1822 (sans date, sans doute 24 octobre 1962).

47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1631-1634 du 25 octobre 1962.

48 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégrammes à l’arrivée Amb Fr USA n° 5990-5994 (sans date, numérotation amb Fr USA).

49 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1654-1659 du 26 octobre 1962.

50 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ du 28 octobre 1962 (sans numéro).

51 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 1711 du 29 octobre 1962.

52 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1713-1720 du 29 octobre 1962.

53 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1756-1761 du 31 octobre 1962.

54 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1753-1755 du 31 octobre 1962.

55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1808-1820 du 3 novembre 1962.

56 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Hervé Bourges du 11 mars 1996.

57 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1821-1832 du 3 novembre 1962.

58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1906-1908 du 6 novembre 1962. Télégrammes au départ n˚ 1909-1913 du 6 novembre 1962 : allocution de Jean-Marcel Jeanneney. Télégrammes n˚ 1914-1917 du 6 novembre 1962 : allocution d’Ahmed Ben Bella.

59 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 1918-1922 du 6 novembre 1962.

60 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2182-2186 du 19 novembre 1962.

61 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2274-2275 du 23 novembre 1962.

62 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2279-2284 du 24 novembre 1962.

63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2291-2296 du 24 novembre 1962.

64 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2297-2305 du 24 novembre 1962.

65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2306-2314 du 24 novembre et n° 2379-2380 du 28 novembre 1962.

66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2581-2584 du 8 décembre 1962.

67 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2597-2598 du 10 décembre 1962.

68 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 2628-2630 du 12 décembre 1962.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable