Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Deuxième partie. L'ambassade en Algérie (juillet-décembre 1962)

Chapitre XV. À la recherche d’interlocuteurs

Texte intégral

I. LES CONDITIONS D’UNE NOMINATION, LA CONSTITUTION DE L’ÉQUIPE

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.
  • 2 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, p. 155.

1Vers la mi-juin 1962, Louis Joxe contacte discrètement Jean-Marcel Jeanneney afin qu’il ne se montre pas surpris d’une convocation le lendemain à l’Élysée par le président de la République, le général de Gaulle voulant faire appel à lui pour exercer la fonction de haut-représentant et de premier ambassadeur de France en Algérie. Cette nouvelle surprend l’ex ministre de l’Industrie qui se prépare déjà à reprendre, à l’automne, son enseignement à la faculté. À vrai dire, il n’attend plus de nouvelle proposition de la part du général de Gaulle depuis une conversation téléphonique avec le chef de l’État courant mai au cours de laquelle il a osé refuser de revenir au gouvernement afin de remplacer Robert Buron au ministère de l’Équipement. Si l’ancien ministre de l’Industrie a osé tenir tête au général de Gaulle, c’est qu’il estimait qu’après être parti par la grande porte en avril, il n’allait pas revenir par la fenêtre le mois suivant, il ne voulait pas donner le sentiment de se dédire à si peu de jours d’intervalle et les réserves vis-à-vis de l’orientation du nouveau gouvernement Pompidou demeuraient entières1. De surcroît, il ne voulait pas donner à son ancien collègue Robert Buron, qu’il estimait, le sentiment d’avoir sauté sur l’occasion pour lui ravir son portefeuille, même si la conduite des grands équipements publics l’intéressait. Enfin, il partageait l’esprit européen des ministres centristes démissionnaires après la fameuse conférence de presse du général de Gaulle au cours de laquelle le chef de l’État avait réduit les projets des partisans d’une union européenne par la formule ravageuse du rêve « d’une sorte de “ volapük ” intégré »2.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.

2En dépit de réticences fort compréhensibles devant le caractère périlleux de la mission envisagée, Jean-Marcel Jeanneney s’y prépare psychologiquement, non s’en s’être assuré de l’avis de madame Jeanneney qui lui avoue préférer être angoissée que d’avoir épousé un médiocre auquel on ne demanderait rien. À première vue, le choix du général de Gaulle peut apparaître étrange. Rien dans le passé de Jean-Marcel Jeanneney ne le prédispose particulièrement à sortir du rôle de technicien ou à embrasser la carrière diplomatique. Lors de son ministère à l’Industrie, il a pris un soin particulier à ne pas prendre part aux inévitables intrigues qui pimentent la vie politique. Toutefois, il a été le premier au gouvernement à prendre nettement position en faveur de l’indépendance de l’Algérie dès l’été 1959. Désireux d’en savoir davantage sur cette proposition éventuelle, Jean-Marcel Jeanneney rend visite à Maurice Couve de Murville et c’est dans le bureau du ministre des Affaires étrangères qu’il est invité, au téléphone, à se rendre sans délai à l’Élysée. Le général de Gaulle attend Jean-Marcel Jeanneney dans la demi-heure et le ministre des Affaires étrangères doit mettre à la disposition de son visiteur sa voiture personnelle car son ex-collègue s’était rendu au palais d’Orsay en autobus3.

  • 4 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995. Roger Belin, Lorsqu’u (...)

3Dès le début de l’audience, le chef de l’État adopte un style direct, quasi militaire, et déclare abruptement à l’ancien ministre : « Jeanneney, vous avez été le premier à dire qu’il fallait que l’Algérie soit indépendante, alors maintenant, il faut que vous alliez aider à le faire ! »4 Jean-Marcel Jeanneney a beau lui objecter qu’il est père de sept enfants et que la mission n’est pas sans risque, le général de Gaulle ne retient pas l’argument et lui rétorque : » Je sais, mais quand il s’agit du service de l’État, cela ne doit pas entrer en ligne de compte ». Comprenant qu’il s’agit, en définitive, d’un ordre, Jean-Marcel Jeanneney donne son accord tout en négociant pour obtenir un statut particulier. Pour lui, en effet, il n’est pas acceptable qu’un ministre qui vient de quitter le gouvernement puisse se muer en un « simple » ambassadeur. Aussi, citant en référence la correspondance de Paul Cambon à son épouse lorsqu’il était résident en Tunisie, Jean-Marcel Jeanneney se montre-t-il soucieux de ne pas dépendre conjointement du ministre des Affaires étrangères, de celui des Affaires algériennes et du Premier ministre. Manifestement ignorant des problèmes d’autorité qu’avait rencontrés Cambon en son temps, le général de Gaulle n’en accepte pas moins d’autoriser Jean-Marcel Jeanneney à le contacter personnellement au téléphone à chaque fois que le besoin s’en fera ressentir. En obtenant cette permission, rarissime, Jean-Marcel Jeanneney se place « hors hiérarchie », au sein du « domaine réservé ». De plus, Jean-Marcel Jeanneney ne sera pas simplement « ambassadeur de France », mais « haut représentant », c’est-à-dire qu’il sera l’héritier du gouverneur général. Des pouvoirs de ce dernier, il possédera l’autorité sur les débris de l’administration française et une lettre manuscrite de commande aux forces françaises stationnées en Algérie. Celle-ci lui permet de fixer des objectifs aux militaires, sans toutefois pouvoir intervenir dans le choix des moyens à employer pour les réaliser.

  • 5 Louis de Guiringaud sera ministre des Affaires étrangères lors de la présidence de Valéry Giscard (...)
  • 6 Jean-Claude Paye est le fils de Lucien Paye, un temps collègue de Jean-Marcel Jeanneney comme mini (...)

4Sitôt désigné par le chef de l’État, Jean-Marcel Jeanneney retourne chez le ministre des Affaires étrangères pour former son équipe. Maurice Couve de Murville se montre particulièrement prévenant pour le nouvel ambassadeur, choisissant lui-même dans l’annuaire du ministère des Affaires étrangères les noms des diplomates appelés à se rendre à Alger. Jean-Marcel Jeanneney, qui ne connaît pas le sérail du Quai d’Orsay, se borne à choisir pour directeur de cabinet Bernard Guitton, son ancien chef de cabinet au ministère de l’Industrie, diplomate de carrière, mais ne tarit pas d’éloges sur la qualité de l’équipe qui va l’entourer. La qualité de ministre délégué, numéro deux de l’ambassade, revient à Louis de Guiringaud, directeur des Affaires tunisiennes et marocaines au ministère5. La fonction de ministre conseiller, numéro trois, échoit à Hubert Argod, ancien sous-directeur des Affaires tunisiennes et marocaines et de l’Afrique-Levant, ancien ambassadeur au Tchad, placé en position de ministre plénipotentiaire. Viennent ensuite les conseillers. Parmi eux on trouve Jacques Dommel, inspecteur des Finances passé par la Direction des relations économiques extérieures (DREE) et ancien conseiller diplomatique pour le Proche et le Moyen-Orient, chargé des aspects économiques et monétaires ; Philippe Rebeyrol, normalien et ancien conseiller culturel en Égypte et au Liban, chef du service de l’enseignement et des œuvres au Quai d’Orsay qui prend en charge la coopération culturelle ; Jacques Fernand-Laurent qui s’occupe de monter le réseau consulaire ; Philippe Richer, cyrard et énarque, spécialiste de la question laotienne, qui s’occupera aussi de la création du réseau consulaire. Il faut encore mentionner Jean Ausseil, officiellement investi de la communication et des relations avec la presse mais qui va rapidement déborder ce domaine. Enfin, deux jeunes secrétaires d’ambassade fraîchement émoulus de l’ENA, François Scheer et Jean-Claude Paye, vont jouer les brillants « grouillots » et apprendre rapidement tous les rouages d’une représentation diplomatique6.

5La fonction d’attaché militaire revient à un officier de cavalerie connaissant bien le monde arabo-islamique, le colonel de Réals. Celui-ci, chef de corps d’un régiment stationné le long du barrage algéro-marocain au printemps 1962, a refusé l’offre qui lui a été faite de rejoindre le cabinet militaire du nouveau Premier ministre Georges Pompidou en avril pour ne pas abandonner ses officiers dans un moment pénible. Arabisant et possédant une expérience d’attaché militaire en Syrie et au Liban, il se présente comme l’un des rares officiers à avoir eu une expérience de « l’Arabe indépendant ».À l’ambassade, l’attaché militaire est chargé de suivre les débuts de la future armée algérienne, de s’occuper du caractère insolite de telle ou telle affaire. En revanche, il n’interfère pas avec le commandement supérieur des forces en Algérie assuré par le général de Brébisson qui demeure à la base de la Réghaïa à l’est d’Alger. Comme officier d’ordonnance, Jean-Marcel Jeanneney porte son choix sur le chef d’escadron Chavannes, cousin de madame Jeanneney. Celui-ci est un ancien élève de l’École de Saint-Cyr repliée en Algérie à Cherchell et du centre d’adaptation d’Arzew, où les officiers sont destinés à « apprendre l’Algérie ». Ayant une expérience en ambassade mais aussi de combattant en Algérie, le commandant Chavannes est plus particulièrement en charge de la protection des biens français que l’ambassadeur entend conserver comme monnaie d’échange. C’est lui qui coordonne l’envoi de petits détachements de gendarmes devant les édifices où continue de flotter le drapeau tricolore.

II. LES INTERPRÉTATIONS DU CHOIX DU GÉNÉRAL DE GAULLE ET LE BUT DE LA MISSION

  • 7 Aucun article de presse de la période du ministère de l’Industrie ne mentionne qu’un grand quotidi (...)
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 35. L’information-service de l’industriel, lettre n° 56, 5 juillet 1962.

6De tous les quotidiens qui annoncent la nomination de Jean-Marcel Jeanneney à Alger, le mercredi 4 juillet 1962, c’est sans doute le portrait brossé par le New York Times, par son caractère atypique, qui offre le plus grand intérêt. Pour la première fois, semble-t-il, un prestigieux quotidien de l’establishment américain évoque la biographie de Jean-Marcel Jeanneney, rappelant à la fois, son passé de professeur et de ministre, sa fierté pour sa grande famille, ses déboires face aux paysans aquitains, son départ épique d’Algérie au moment du putsch de 1961, et sa grande expérience des questions économiques et industrielles, plus particulièrement dans le domaine énergétique7. Pour le New York Times, le choix de Jean-Marcel Jeanneney ne laisse guère de doute sur les intentions profondes du général de Gaulle. Il signifie que le Président français accorde une grande importance aux questions économiques et aux projets de coopération entre la métropole et son ancienne colonie. Cette opinion est partagée par certains milieux économiques français en Algérie. On peut en trouver l’écho dans l’Information-service de l’industriel, une feuille confidentielle paraissant à Alger8.

7D’autres appréciations moins louangeuses sont également véhiculées par la presse. C’est le cas de l’hebdomadaire Candide, le 18 juillet, qui répand la rumeur suivant laquelle ce n’est pas Jean-Marcel Jeanneney qui aurait dû être nommé ambassadeur en Algérie mais Lucien Paye. Selon Candide, l’ancien ministre de l’Éducation Nationale aurait été récusé par Abderrahmane Farès au motif qu’il avait occupé le poste de directeur des Affaires politiques du temps du gouverneur général Robert Lacoste. De même, Alexandre Parodi, Bernard Tricot, Claude Hettier de Boislambert et Robert Buron auraient été à un moment sur les rangs, mais se seraient défilés. Le journal polémique de droite, qui n’a jamais ménagé ses critiques à l’encontre de Jean-Marcel Jeanneney lorsqu’il était à l’Industrie, estime que le choix de l’ancien ministre de l’Industrie n’est pas le meilleur possible dans un contexte politique délicat car il aurait fait preuve d’« une certaine myopie politique » dans ses précédentes fonctions. L’article conclut que cette nomination doit s’interpréter comme une marque d’attentisme de la part de la France, soucieuse de ne rien faire qui puisse interférer dans les affaires du FLN. À côté de ce jugement négatif, L’Observateur du Moyen-Orient et de l’Afrique fait preuve d’une plus grande finesse d’analyse en soulignant que « c’est moins un diplomate ou un négociateur que le général de Gaulle a voulu choisir en désignant [Jean-Marcel Jeanneney], qu’un praticien, et, en quelque sorte, un ambassadeur de la coopération ».

8La nomination de Jean-Marcel Jeanneney passe au Conseil des ministres du 4 juillet 1962, première réunion du gouvernement depuis la proclamation des résultats du scrutin d’autodétermination qui a recueilli 99,72 % de voix favorables à l’indépendance. Dans les quelques journées précédant son départ, Jean-Marcel Jeanneney s’entretient avec le ministre des Finances Valéry Giscard d’Estaing et avec le Premier ministre Georges Pompidou. En entrant dans le bureau de ce dernier à l’hôtel de Matignon, le nouvel ambassadeur s’est entendu dire : « Alors cette fois on vous a eu ! » Cette remarque, que madame Jeanneney interprétera comme un mot gentil, est, sur le moment, mal jugée par Jean-Marcel Jeanneney qui répond assez sèchement au chef du gouvernement : « Il est facile de m’avoir quand c’est un ordre du général de Gaulle ». Au demeurant, Georges Pompidou ne donne aucune instruction particulière au nouvel ambassadeur et haut représentant, montrant par là qu’il n’entend pas s’immiscer dans le domaine réservé du chef de l’État.

  • 9 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, op. cit., p. 128. Edgard Pisani avait pris la m (...)

9Le 5 juillet, Jean-Marcel Jeanneney assiste à l’Élysée à une séance du comité des Affaires algériennes, de manière à pouvoir s’envoler aussitôt pour l’Algérie afin de remplacer le haut commissaire Christian Fouchet. S’isolant dans son bureau avec le nouvel ambassadeur à l’issue de la réunion, le général de Gaulle laisse de côté le dossier d’instructions traditionnellement établi par le Quai d’Orsay et résume en quelques mots les buts de la mission : « Vous allez, là-bas, être sollicité de toutes parts. Vous resterez de glace. Ce que je peux vous souhaiter de mieux est d’avoir le plus tôt possible en face de vous un gouvernement, un vrai, quel qu’il soit ». À aucun moment, le général de Gaulle n’a, semble-t-il, mis l’accent sur le problème des rapatriés dans les consignes dispensées au nouveau haut représentant. Jean-Marcel Jeanneney va se trouver confronter à un drame humain qu’il avait été l’un des rares à anticiper. En effet, dès l’automne 1961, alors qu’il était encore ministre de l’Industrie, il avait plaidé en Conseil des ministres pour l’instauration d’un programme de réinstallation des pieds-noirs en France plutôt que de continuer à évoquer leur regroupement dans des « zones sûres »9.

  • 10 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, Paris, de Fallois-Fayard, p. 171.
  • 11 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit., p. 172.
  • 12 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.,, p. 172.
  • 13 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 173.
  • 14 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 173.
  • 15 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 174.

10Alain Peyrefitte rappelle que l’évolution des flux migratoires entre l’Algérie et la métropole a fait l’objet d’un examen attentif lors des Conseils des ministres de juin et de juillet 1962. Ainsi, au cours du Conseil du 13 juin, Robert Boulin, ministre chargé des rapatriés, s’inquiète de l’accélération des départs de pieds-noirs, de l’augmentation de « la proportion des vrais rapatriés, des pauvres gens qui ont tout abandonné et qui n’ont pas l’intention de revenir »10. Lors du conseil suivant, le 21 juin, le ministre des Affaires algériennes, Louis Joxe, se veut rassurant en insistant sur « la multiplication des signes d’un retour à la vie normale »11. Le général de Gaulle ne s’inquiète pas outre mesure de la traversée de la Méditerranée par des familles de « petits Blancs » n’ayant pas l’habitude de prendre leurs quartiers d’été dans le Midi. Le chef de l’État rappelle que l’effectif habituel de la migration estivale de la communauté française d’Algérie est de 400 000 personnes et que rien ne permet de conclure que le mouvement observé pour 1962 soit d’une ampleur exceptionnelle. Seules les consignes de l’OAS et la grève des services d’embarquement expliquent les perturbations dans les réservations pour les traversées aériennes et maritimes12. Le 27 juin, Robert Boulin confirme qu’avec 169 000 retours vers la métropole depuis le début du mois, « le rythme des passages correspond exactement à celui des départs de juillet 1961 »13. Il ajoute comme pour se rassurer : « Ce sont donc bien des vacanciers, jusqu’à ce que la preuve du contraire soit apportée »14. Prudent, Valéry Giscard d’Estaing présente un correctif au budget 1962. Profitant de l’arrêt des hostilités, il tient en réserve une enveloppe pouvant financer l’installation de 160 000 rapatriés au lieu des 70 000 initialement prévus. Alain Peyrefitte note que « Pompidou ajoute prudemment : si jamais ce chiffre de 160 000 devait être dépassé, il faudrait un nouveau texte. Ce serait alors un événement national exceptionnel, qui justifierait une procédure exceptionnelle »15. Au même moment, Jean-Marcel Jeanneney découvre l’ampleur du drame humain qui se déroule en Algérie.

III. LA SITUATION POLITIQUE DÉBUT JUILLET 1962

A. L’IMPROVISATION PRÉVALANT LORS DE L’ARRIVÉE À ALGER ET L’INSTALLATION À ROCHER NOIR

  • 16 Jean Herly, « Été 1962 : l’ouverture des consulats généraux de France à Oran et à Alger », académi (...)
  • 17 Jean Herly, art. cit

11Selon le témoignage de Jean Herly, qui va remplir les fonctions de consul général à Oran puis à Alger, l’accession à l’indépendance de l’Algérie le 1er juillet 1962 « semble avoir pris tout le monde par surprise »16. Il précise : « Personne n’était prêt. Du côté algérien, Ben Bella était au Maroc, Boumedienne en Tunisie et, au milieu, dans les wilayas, c’était à qui montrerait le plus d’autorité. Du côté français, l’improvisation fut totale : Paris ne s’était préoccupé que fin juin d’ouvrir des postes consulaires pour venir en aide à nos compatriotes »17.

  • 18 Jean-Claude Paye arrivera à Alger le 7 juillet non sans avoir eu une grosse frayeur car la Caravel (...)
  • 19 Aujourd’hui Rocher Noir a pris le nom de Boumerdès. La cité administrative existe toujours.

12Jean-Marcel Jeanneney s’envole depuis l’aéroport militaire de Villacoublay au matin du 6 juillet 1962 avec Louis de Guiringaud, Hubert Argod, Bernard Guitton, Philippe Rebeyrol, Daniel Dommel, Jean Ausseil, François Scheer, ceux que Jean-Claude Paye appelle les « pionniers du Mayflower » dont il ne faisait pas partie18. La petite équipe est accompagnée à l’avion par le haut commissaire partant, Christian Fouchet, par Jacques Legrand, directeur de cabinet de Louis Joxe et par Robert Gillet, directeur de cabinet de Maurice Couve de Murville. À sa descente d’avion sur le tarmac de l’aéroport de Maison-Blanche, proche de la Reghaïa, l’ambassadeur est accueilli par Bernard Tricot, délégué du haut commissaire. Son premier geste politique consiste en une brève déclaration à l’attention de Mohamed Khémisti et Roger Roth, respectivement chef de cabinet du président Farès et vice-président de l’exécutif provisoire. Jean-Marcel Jeanneney débute sa mission en adoptant le ton grave et solennel de rigueur : « Au moment où j’arrive sur le sol algérien, je tiens à dire que je mesure l’honneur que l’on m’a fait, et la grande responsabilité que l’on m’a conférée en me désignant pour représenter la France en Algérie. Je compte sur tous mes compatriotes auxquels j’adresse un salut affectueux pour m’aider dans cette tâche et développer une loyale coopération entre la France et l’Algérie indépendante ». Après avoir reçu les honneurs militaires et avoir été présenté aux officiers généraux commandant les forces françaises, le nouvel ambassadeur et haut représentant emprunte un hélicoptère militaire pour se rendre à la cité administrative du Rocher Noir qui lui servira d’ambassade dans un premier temps19.

  • 20 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général Gilbert Chavannes du 9 mai 1995.

13À l’été 1962, ce « Brasilia du pauvre », comme le surnomme aujourd’hui le général de Réals, vient d’être achevé. Sa construction sur la côte, à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Alger, a été décidée à la suite de la semaine des barricades de janvier 1960 et du putsch de mai 1961 pour mettre les autorités civiles hors de portée de la « populace algéroise » pour reprendre l’expression de Jean-Claude Paye. Sur le site, l’ambassade de France partage les bâtiments avec l’exécutif provisoire. L’ensemble est ceinturé par de hautes clôtures ornées de fils barbelés, de chemins de ronde où patrouillent CRS et gendarmes mobiles français. Sur la petite plage attenante, des canots pneumatiques sont perpétuellement prêts à procéder à l’évacuation du personnel diplomatique et à gagner le large. À l’entrée principale, deux automitrailleuses doivent dissuader toute intrusion malvenue. L’ambiance n’a rien à voir avec la faculté de droit ou avec l’hôtel de Charolais, mais Jean-Marcel Jeanneney va rapidement s’adapter aux contraintes des mesures de sécurité comme les déplacements sous l’escorte de blindés. Heureusement, l’ambassadeur est logé dans une confortable villa neuve et son caractère est suffisamment trempé pour ne pas sombrer dans un délire obsidional. Jean-Marcel Jeanneney et ses collaborateurs demeureront à Rocher Noir jusqu’à la mi-septembre 1962 environ. Dans les premiers temps, le commandant Chavannes se souvient avoir couché dans une pièce sans fenêtre par mesure de précaution car il entendait parfois des coups de fusil dans la nuit ou les aboiements d’un chien de garde20.

14Le samedi 6 juillet, à 18 heures, dans la résidence de Rocher Noir, se déroule la cérémonie de présentation des lettres de créance du nouvel ambassadeur de France au président de l’exécutif provisoire, Abderrahmane Farès. Jean-Marcel Jeanneney passe tout d’abord en revue un détachement de la force locale créée par les accords d’Évian, puis a lieu un bref échange de déclarations d’intentions qui demeurent très vagues, très conventionnelles. Une nouvelle fois, les propos du nouveau diplomate sont strictement pesés. Jean-Marcel Jeanneney rend d’abord hommage au peuple algérien dont « la maturité politique (…) est apparue notamment dans ces dernières journées où l’accession à l’indépendance s’est réalisée dans l’ordre et dans le calme ». Puis il invite une nouvelle fois au renforcement de la coopération entre le nouvel État et la France, en évoquant la mission des Français « fixés ici et décidés à prendre leur part dans la construction de l’Algérie nouvelle ». Quant à la mission même de l’ambassadeur, il la définit ainsi : « Pour ma part, monsieur le Président, c’est au renforcement de ces liens et à la réussite de l’œuvre de coopération que la France et l’Algérie ont décidé d’entreprendre ensemble que j’entends consacrer tous mes efforts au cours de la haute mission que m’a confiée mon gouvernement ». Les paroles de Jean-Marcel Jeanneney sont empreintes de bonne volonté. Le respect de la parole donnée étant sans aucun doute le sentiment qui l’anime le plus à ce moment.

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 35. Ce passage n’est repris que dans la presse algérienne d’expression française e (...)

15L’ambassadeur évoque les « liens individuels et familiaux tissés au cours de plus d’un siècle de vie commune », tournure adroite pour rappeler que la coupure des liens institutionnels est une chose, mais que la société en est une autre et qu’il n’est pas possible d’effacer d’un trait de plume cent trente-deux ans de vie commune ou plus exactement de coexistence21.

  • 22 Bernard Tricot, bras droit de Christian Fouchet, demeura à Rocher Noir la première semaine de l’am (...)
  • 23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2491 (numérotation du gouvernement général de l’Algéri (...)
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2494 du 7 juillet 1962.

16Dans sa réponse, Abderrahmane Farès se montre également bienveillant. Pour le président de l’exécutif provisoire, l’arrivée d’un ambassadeur de France en Algérie signifie d’abord que l’ancienne colonie est réellement devenue un État souverain et indépendant, mais il y voit aussi le début véritable du processus de coopération et d’amitié avec la France. Le président Farès ajoute : « Cette coopération doit constituer le lien le plus puissant qui garantisse un avenir d’amitié confiante et d’entente réciproque ». Il ne faut pas sous-estimer le contenu très fort que revêt à ce moment le terme de coopération. D’une certaine façon, « coopération » a remplacé « association », dans l’assemblage sémantique qui suit le substantif « indépendance ». La coopération, c’est la possibilité pour la France de maintenir en Algérie des liens économiques puissants et c’est permettre à une partie des pieds-noirs de continuer à vivre dans un pays devenu indépendant. Mais « coopération » signifie aussi que les liens sont relâchés par rapport à l’« association ». Entre deux partenaires, une simple coopération est beaucoup moins contraignante et liante qu’une association qui implique la notion de partage. Avec la coopération, l’Algérie semble avoir toutes les cartes en main. À l’issue de la cérémonie protocolaire, le chef de l’exécutif provisoire convie Jean-Marcel Jeanneney, Louis de Guiringaud, Bernard Tricot et Hubert Argod à dîner dans une atmosphère qualifiée « d’extrêmement détendue et cordiale »22. Le président Farès évoque encore la tenue des élections à l’Assemblée nationale constituante pour le 12 août et fait état de l’apaisement entre les factions rivales à la suite du référendum d’autodétermination23. Dès cette prise de contact, Jean-Marcel Jeanneney demande officiellement la réouverture des négociations sur les protocoles prévus par les accords d’Évian24.

B. LA TRAGIQUE SITUATION D’ORAN

  • 25 À Oran, les commandos de l’OAS s’appelaient les « collines ».
  • 26 Service historique de la gendarmerie nationale. Registre de correspondance confidentielle et secrè (...)
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2491 du 7 juillet 1962.

17Dans les heures qui suivent son arrivée, Jean-Marcel Jeanneney est plongé dans le bain de violence extrême que connaît l’Algérie depuis le printemps. La veille de son arrivée, le 5 juillet, « le chaudron d’Oran » a connu, une nouvelle fois, une éruption de violence, mais pour la première fois, les événements ont atteint une gravité exceptionnelle pour la population européenne. Face à une foule musulmane en liesse à la suite de la proclamation des résultats du référendum d’autodétermination, des Européens se seraient opposés à l’apposition de drapeaux algériens sur des bâtiments de la ville. Il semble qu’à la suite d’une ouverture du feu sur la foule algérienne, probablement imputable à d’anciens commandos de l’OAS25, une véritable folie meurtrière se soit emparée de la population musulmane. Après un après-midi de « chasse à l’Européen » durant lequel d’innombrables atteintes, de toutes natures, aux personnes et aux biens sont perpétrées, la morgue de l’hôpital d’Oran recueille les corps de treize Français de souche européenne. Définitivement terrorisée, la population européenne afflue sur le port d’Oran, déjà saturé par les candidats au départ bloqués par la grève des inscrits maritimes, et dans les stations balnéaires environnantes. Les jours suivants, les chiffres les plus contradictoires circulent. On parle de 2 000 Européens tués. Bientôt, la gendarmerie arrête une fourchette allant de 150 à 300 disparitions d’Européens, probablement enlevés puis tués par des groupes de musulmans26. Ces chiffres traduisent avec imprécision l’horreur de cette journée. À son arrivée en Algérie, l’écho de ce qui s’est passé à Oran a bien des difficultés à parvenir à Alger puisque dans son premier télégramme, l’ambassade évoque une soixantaine d’Européens disparus dans l’Oranie pour les journées des 5 et 6 juillet et six Européens blessés à Saint-Cloud à la suite du pillage d’une ferme par une centaine de personnes27. On sait que l’attitude du général Joseph Katz, commandant militaire d’Oran, sera mise en cause ultérieurement, car il a intimé l’ordre à l’armée de demeurer stationnée dans ses casernes alors que la ville européenne était en proie aux pires exactions. Seul un escadron de gendarmes mobiles sera déployé en début de soirée dans le centre-ville, à la demande expresse des autorités algériennes.

  • 28 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2496 du 8 juillet 1962.

18Le lendemain de ce qui restera dans les esprits comme la « saint-Barthélemy des pieds-noirs », la wilaya V désigne Laouarih Souiah comme nouveau préfet d’Oran, secondé par un préfet de police. Les préfets algériens peuvent compter sur le renfort de 700 hommes appartenant à des katibas de l’ALN du Maroc qui arrivent dans la nuit du 7 au 8 juillet28. On peut parler de la « tragédie d’Oran » car cette journée acquiert une dimension symbolique. Le bain de sang se produit au moment où l’Algérie accède à l’indépendance, il est en quelque sorte gratuit et semble montrer l’impossibilité pour les deux communautés à coexister. Il place les Européens dans une situation d’angoisse paroxystique. Bientôt, le pain commence à manquer et des rumeurs font état d’une épidémie de rage. La situation sanitaire de cette population entassée et bloquée dans les entrepôts surchauffés du port d’Oran risque d’empirer rapidement.

  • 29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2506 du 10 juillet 1962.

19Le consulat général de France d’Oran ouvre le 10 juillet. Il est dirigé provisoirement par Jean Herly, consul général adjoint qui attend la nomination d’un préfet qui devrait prendre la direction effective du consulat général. Il a en effet été prévu, qu’à titre transitoire, les trois consulats généraux d’Alger, Oran et Bône soient dirigés par des préfets assistés de diplomates destinés à leur succéder. Jean Herly, arrivé à Oran depuis Tokyo via Paris le 8 juillet, est provisoirement logé par le général Katz qui lui confie être en meilleure sécurité à Oran qu’en France où il serait menacé par l’OAS. Jean Herly s’installe dans l’ancienne direction des Travaux publics, square Cayla, face à l’immeuble plastiqué de la préfecture. Il est assisté d’une quinzaine d’agents et de quatre sous-lieutenants réservistes parmi lesquels Jean-Pierre Chevénement29. L’ancien consul se souvient que l’un de ces jeunes officiers est parvenu à détruire plusieurs meubles contenant des fichiers de harkis à la préfecture de police. Le dénuement de la nouvelle administration consulaire est tel que Jean Herly a conservé la liste des premiers articles de bureau nécessaires pour démarrer son travail. On y trouve la commande d’une dizaine de bureaux, d’armoires, de classeurs, de machines à écrire ou encore de crayons ! Le souci immédiat de Jean Herly est de rassurer la communauté française traumatisée et de restaurer des conditions de vie normale car il reste 100 000 Français de souche à Oran auxquels s’ajoutent 50 000 réfugiés. Le consul doit faire face à une situation administrative rendue complètement anarchique du fait de la désertion de leur poste par les fonctionnaires de la préfecture et la grève des agents des Télécommunications qui fait suite à l’enlèvement de leur directeur-adjoint. Les candidats au départ, environ 4 000 nouveaux venus par jour, s’agglutinent à l’aéroport et sur le port où ils butent sur la profonde désorganisation régnant chez Air France, qui ne tourne qu’à 15 % de ses effectifs et à la compagnie maritime Charles Ambrosino qui ne compte plus que 8 employés sur 150 !

  • 30 Jean Herly, art. cit.

20Lors de son premier contact avec Lahouari Souiah, le 9 ou le 10 juillet, Jean Herly trouve une autorité algérienne prête à reprendre les choses en mains. Le préfet algérien promet de rendre à la ville un visage plus avenant en faisant débarrasser les ordures amoncelées depuis des semaines et en accroissant les contrôles pour dissuader les bandes de pillards de revenir dans le centre-ville. Le lendemain de son arrivée à Tlemcen, Ben Bella, accompagné de Si Othmane, commandant de la wilaya V, se rend à la préfecture d’Oran où l’attendent le général Katz et Jean Herly. Il leur répète sa ferme intention de mettre un terme aux exactions des bandes de « nervis » qui sévissent dans l’Oranie. Jean Herly n’apprécie guère l’accolade donnée par Joseph Katz à Si Othmane ainsi que ses propos pour le moins ambigus : « Il y a si longtemps que nous vous attendions ! »30

  • 31 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.
  • 32 Jean Herly, art. cit.

21Cette visite va permettre à Jean-Marcel Jeanneney de surseoir à son déplacement jusqu’au 15 juillet. Initialement, la visite d’Ahmed Ben Bella à Oran devait intervenir le 14 juillet et Jean-Marcel Jeanneney se refuse à prendre le risque d’établir un premier contact de manière informelle. C’est pourquoi il choisit de temporiser. Cette attitude qui peut prêter le flanc à la critique d’un abandon des ressortissants français provoque l’incompréhension de Louis Joxe qui finit par perdre sa retenue en demandant à l’ambassadeur s’il n’a pas peur31. Jean-Marcel Jeanneney s’offusque de cette remarque et justifie son choix qui laisse Jean Herly seul aux prises avec la communauté française. Le premier contact avec les notables d’Oran se passe à Mers el-Kébir dans un climat glacial. Les dames de la « bonne société » d’Oran refusent de serrer la main du nouveau consul qui finit par se fâcher en leur disant sèchement : « Et puis renseignez-vous ! Au Tonkin, j’ai été de longs mois le directeur de cabinet du général Salan »32. C’est un sésame qui permet à Jean Herly d’accueillir une centaine de personnalités de la ville le 14 Juillet au consulat, en présence des deux préfets algériens.

  • 33 Selon Jean Herly, Jean-Marcel Jeanneney aurait demandé au général Katz d’appeler Pierre Messmer af (...)

22C’est en ayant emprunté un petit avion militaire depuis le Rocher Noir et accompagné de Jean-Claude Paye que Jean-Marcel Jeanneney fait son entrée dans Oran désertée de ses habitants européens. Tenu informé de la situation par le consul général, l’ambassadeur décide immédiatement de se rendre incognito en voiture sur le port pour juger de la situation des Européens bloqués. Son seul soulagement est de constater qu’ils ne sont pas entassés à même les quais mais abrités dans les hangars chauffés à blanc par le soleil, ce qui n’est guère mieux. À la suite de cette visite, l’ambassadeur se fait conduire auprès du commandant militaire, le général Katz. Ce dernier vit retranché dans les sous-sols d’un lycée et Jean-Marcel Jeanneney se souvient encore avoir dû franchir plusieurs portes gardées par des militaires avec un pistolet-mitrailleur en bandoulière avant de pouvoir accéder au PC du général. En revanche, Jean-Marcel Jeanneney n’a conservé aucun souvenir du contenu précis de sa conversation, si ce n’est la surprise visible du général lorsque l’ambassadeur lui dira vouloir rencontrer le préfet Algérien33.

  • 34 Jean Herly, art. cit.

23Joint par téléphone depuis le PC du général Katz, le préfet Lahouari Souiah accueille l’ambassadeur au bas de sa préfecture par une formule choc : « Un étudiant des universités françaises est heureux d’accueillir un professeur de l’université de Paris ! » Comme bon nombre des cadres émergents, le préfet est un jeune homme qui était encore sur les bancs de l’université française quelques mois auparavant. Jean-Marcel Jeanneney a le souvenir, un peu surréaliste, d’avoir emprunté les escaliers de la préfecture, un bâtiment moderne dont toutes les baies vitrées étaient soufflées du fait d’un attentat de l’OAS, pour atteindre au sommet une salle de réception où se tient un cocktail. Lors de l’échange de taosts, Jean Herly remarque que le nouveau préfet se montre beaucoup plus évasif que lors de son premier contact quand il affirme : « En notre qualité de militant de la “Révolution”, nous ferons notre possible pour stimuler le dynamisme nécessaire à une reprise de vie économique normale. Cette économie doit être organisée dans le seul intérêt du peuple »34. À plusieurs reprises, l’ambassadeur sera confronté à ce décalage entre la dureté, voire la cruauté du moment historique ressentie par les Français et le climat de mondanités imposé par les maîtres de la « Révolution », ainsi qu’à leur double langage.

  • 35 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.
  • 36 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie des 15 et 17 juillet 1962 et Écho d’Oran des 15 et 17 juille (...)
  • 37 Arch. CHEVS JMJ 35. Le Monde du 17 juillet 1962.

24À l’issue de la journée, Jean-Marcel Jeanneney se rend auprès de l’amiral Barthélémy, commandant la base de Mers el-Kébir, pour lui demander, conformément à sa lettre de commande aux forces militaires, de mettre en œuvre les moyens pour rapatrier vers la France les personnes réfugiées à Oran. L’amiral Barthélémy peut alors contacter l’amirauté de Toulon qui décide de faire immédiatement appareiller le porte-avions « La Fayette », capable d’embarquer 2 000 personnes à la fois. Seulement, il est hors de question de faire accoster le navire de guerre dans le port d’Oran et c’est donc par cars que les réfugiés devront rejoindre la base de Mers el-Kébir35. L’urgence de la situation justifie en tout cas que l’ambassadeur s’envole le soir même pour Paris afin de rendre compte au général de Gaulle, qu’il rencontre dès le 16 juillet36. L’OFED, le 17 juillet 1962, rapporte que l’ambassadeur aurait été « horrifié par le manque de dynamisme de ce qui reste d’autorités françaises à Oran vis-à-vis des réfugiés ». Selon la feuille confidentielle, l’ambassadeur entendrait faire valoir son point de vue au comité des Affaires algériennes et décider le gouvernement à adopter des mesures d’urgence. Envoyé en Algérie pour traiter de questions économiques, il aurait pris conscience de la gravité du drame humain qui se joue dans l’ex-colonie. Aujourd’hui, le témoignage de l’ancien ambassadeur n’évoque pas ce sentiment d’effroi. Jean-Marcel Jeanneney s’attache plutôt à montrer qu’il a su agir dans une situation dramatique et apparemment bloquée. L’article du Monde rapporte qu’à la mi-juillet, environ 20.000 Français d’Oran se sont réfugiés à l’ouest de la ville dans les stations balnéaires d’Aïn el-Turck, de Bouisseville, des Andalouses, du cap Falcon et que plus de 3000 personnes se sont regroupées sur les quais du port. Elles ont été prises en charge par l’armée qui a installé des lits de sangle dans le hall de la gare maritime déserte depuis la grève des inscrits maritimes de la Compagnie de Méditerranée. La population a rassemblé tous les biens qu’elle a pu emmener en les entassant sur des voitures, image qui rappelle les routes de l’exode ou Dunkerque37.

  • 38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 5 du 17 juillet 1962 et n° 6 du 18 juillet 1962.
  • 39 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 4 du 18 juillet 1962. JMJ 37. Télégramme au départ n (...)

25Le 18 juillet, après une première rotation du « La Fayette », il demeure encore 1 700 Européens sur les quais d’Oran, ainsi qu’un millier d’anciens GMS avec leurs familles. Louis de Guiringaud est contraint de demander à l’amirauté d’organiser une seconde rotation du porte-avions, programmée pour le 20 juillet38. Dans le but de faire revenir une partie des pieds-noirs qui ont fui la ville, les autorités algériennes et le ministère des Affaires algériennes souhaitent procéder au tournage d’une émission de télévision sur la ville. Tout en se montrant favorable au principe, Jean Herly souhaite néanmoins qu’on attende la tenue des prochaines élections afin d’éviter de montrer l’ébullition de la campagne électorale qui risquerait de provoquer un effet contraire39.

  • 40 Il existe un préfet de police et un préfet administratif.
  • 41 Pour ce déplacement, Jean Herly était accompagné de Jean-Pierre Chevènement.
  • 42 Jean Herly, art. cit.

26Une dizaine de jours après le voyage de l’ambassadeur et haut représentant, la situation s’est calmée en Oranie. La dépêche d’Algérie du 24 juillet retranscrit une déclaration du consul général Herly qui se montre optimiste en ce qui concerne la fermeté des intentions des deux préfets algériens d’Oran à rétablir l’ordre40. Deux rotations du « La Fayette », sur l’initiative de l’ambassadeur, ont permis d’évacuer les réfugiés de Mers el-Kébir. Le consul estime que l’impression de vide qui se dégage d’Oran s’explique avant tout par le départ pour la période estivale de nombreux Français qui reviendront en août. Il n’en demeure pas moins que plusieurs centaines de Français ont disparu depuis les événements du 5 juillet, sans que l’on sache s’ils sont séquestrés ou enterrés. Ayant rencontré le président Ben Bella, entouré du ministre Khider, du colonel Si Othmane et du commandant Boubekkeur, le consul général a demandé un geste d’humanité envers les familles des disparus, ce à quoi le président Ben Bella a répondu que « la page était tournée, que depuis dix jours il n’était plus procédé à des arrestations que pour des cas d’espèce et qu’aucune exécution ne pouvait se faire sans tribunal et sans que le chef de la Wilaya en fût saisi »41. Apparemment, les autorités algériennes veulent prouver leur bonne foi en installant des officiers de liaison dans chaque préfecture, chargés des renseignements sur les personnes disparues. Reste à savoir avec quel empressement et quels moyens ils pourront agir. Dans les jours qui suivent cette entrevue, seize disparus regagnent Oran sur les vingt promis par Ahmed Ben Bella. Jean Herly interroge alors Ben Bella sur le sort des quatre autres. Le chef du FLN lui répond « dès qu’il seront présentables », formule lourde de sous-entendu mais cette promesse sera honorée en toute discrétion peu de temps après42.

C. LE PREMIER 14 JUILLET DE L’ALGÉRIE INDÉPENDANTE

  • 43 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 15 juillet 1962.

27Le 14 Juillet, Jean-Marcel Jeanneney préside la première cérémonie de la fête nationale française dans l’Algérie indépendante. La célébration débute à 8 heures par une revue militaire sur le tarmac de la base aérienne de la Réghaïa en présence des plus hauts représentants du nouveau pouvoir algérien. La cérémonie militaire sera courte, elle ne durera qu’une demi-heure. Outre la présence de l’ambassadeur et de ses collaborateurs, il faut noter celle des généraux Fourquet et Gauthier, respectivement commandants des forces françaises en Algérie et de l’aviation, celles d’Abderrahmane Farès, de Roger Roth, vice-président de l’exécutif provisoire. D’autres prises d’armes auront lieu à Oran, en présence du général de corps d’armée Katz et des autorités algériennes, à Tlemcen, en présence des chefs de la wilaya V et du général Lennuyeux. Jean-Marcel Jeanneney délivre aux Français d’Algérie un message radiodiffusé assez peu conforme au langage traditionnel des diplomates, où transparaît une réelle émotion. On retiendra le caractère intimiste des propos de l’ambassadeur quand il dit : « Que chacun d’entre vous, Français d’Algérie, lui [au 14 juillet] donne aujourd’hui, dans le secret de son cœur, une signification personnelle, faite de ses sentiments les plus intimes, inexprimables par autrui ». Message d’espoir naturellement, mais aussi message de soutien à tous ceux qui sont en difficulté, et ils sont nombreux à ce moment, quand il affirme : « Quant à moi, ambassadeur haut représentant de la France, je veux simplement vous dire que mes collaborateurs et moi-même, et aussi les consuls de France, dès maintenant présents en Algérie, mettront tout en œuvre pour vous assister dans vos difficultés et vous soutenir dans vos efforts »43.

D. LE DÉBUT DE LA QUESTION DE TINDOUF

  • 44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2505 du 10 juillet 1962.
  • 45 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2507 du 11 juillet 1962.
  • 46 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2512 du 11 juillet 1962. À la même date, l’ALN de Tuni (...)
  • 47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 3 du 17 juillet 1962.

28La début de la crise de Tindouf coïncide avec celui de l’épreuve de force entre le bureau politique dirigé par Ben Bella et le GPRA de Ben Khedda. L’ambassade apprend le 10 juillet que depuis la veille le drapeau chérifien flotterait sur la ville de Tindouf, sans pouvoir le vérifier44. Le 11 juillet, 1 200 djoundi de l’ex-ALN du Maroc parviennent à Colomb-Béchar pour se répartir dans les postes séparant la ville de Tindouf, afin de barrer la route à d’éventuelles incursions marocaines, renversement de situation pour le moins paradoxal45. D’après une « source à protéger », les unités de l’ALN seraient démoralisées et conscientes de leur impuissance sans le soutien logistique de l’armée française46. Une semaine plus tard, l’ambassade confirme à Paris que la situation militaire aux confins algéro-marocains est calme. À Tindouf même, coexistent une compagnie saharienne française, une centaine de R’Guibat en armes, deux unités de la force locale algérienne, une trentaine d’hommes de l’ALN47.

IV. DES POUVOIRS ÉMIETTÉS

A. LE RETOUR D’AHMED BEN BELLA

  • 48 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2507 du 11 juillet 1962.
  • 49 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2513 du 12 juillet 1962.

29Au moment où Ahmed Ben Bella s’apprête à entrer à Tlemcen, l’ambassadeur autorise le consul Huré à se rendre à la cérémonie prévue en son honneur, tandis qu’il prie le préfet français qui s’y trouve encore de partir immédiatement afin de ne pas créer d’incident48. À la suite de cette journée, Jean-Marcel Jeanneney relate à Paris le contenu de la journée tel qu’il lui a été décrit au téléphone par Huré49. Ce dernier estime que la foule pressée le long de l’itinéraire du cortège n’a pas été aussi « dense qu’on aurait pu le penser ». Celui qui est encore le vice-président du GPRA est arrivé à Tlemcen en compagnie de Mohamed Khider, d’Ahmed Francis, de Boumedjel et du colonel Si Othmane, chef de la wilaya V. Lors de son allocution, Ben Bella a tenu des propos modérés, excluant tout esprit de vengeance et se déclarant soucieux de respecter les accords d’Évian. D’emblée, il a tenu à rassurer la population sur le rôle de l’ALN en insistant sur le fait qu’elle était « une armée de paysans et d’intellectuels qui ne demandait qu’à se dissoudre ». Le consul Huré juge que ces propos visaient sans aucun doute Ben Khedda qui, à Alger, avait précédemment dénoncé les « fascistes de tout poil » désireux de s’emparer du pouvoir. Le consul a pu, lors d’un aparté à la suite du dîner offert en l’honneur du chef du bureau politique, transmettre la liste des Européens enlevés depuis un trimestre dans la région de Tlemcen. Ben Bella aurait « souligné avec force que ces enlèvements devaient cesser et que l’action des éléments irréguliers, qui en étaient les auteurs, serait réprimée ». Après sa brève incursion à Oran, Ben Bella retourne à Tlemcen où il forme une sorte de quartier général avec le colonel Boumedienne, Ahmed Francis, des représentants des wilayas I et VI, en attendant le renfort imminent de Ferhat Abbas.

30L’événement politique majeur que constitue le retour de Ben Bella en Oranie amène Jean-Marcel Jeanneney à procéder à sa première analyse politique de la situation. Il assimile la stratégie de repli de Ben Bella sur son fief d’Oranie comme la volonté « de rassembler ses partisans de l’Ouest algérien et de s’assurer des positions sur le terrain ». À la vue des premières déclarations publiques du chef du bureau politique, l’ambassadeur pense que « par des paroles rassurantes, il s’efforce de se présenter comme un véritable homme d’État soucieux d’ordre et d’efficacité et de répondre aux désirs des masses algériennes éprises avant tout de paix et incapables de saisir les vrais motifs de la crise ».

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2524 du 13 juillet 1962.

31Parallèlement à ce ressourcement de Ben Bella, Ben Khedda, qui demeure le président du GPRA, ne reste pas inactif et méne une action semblable en cherchant à consolider ses positions dans le Constantinois et en Kabylie. Néanmoins, dès le début juillet, l’ambassade est en mesure de penser que la situation politique paraît évoluer en faveur de Ben Bella. Belkacem Krim aurait été, selon une source à protéger, chargé de l’autorité sur le FLN et l’ALN de l’intérieur. Une nouvelle tentative de conciliation entre partisans du bureau politique et du GPRA est prévue pour le 20 juillet, avec une réunion au ministère de l’Intérieur des représentants de toutes les wilayas50.

  • 51 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 7 du 18 juillet 1962.
  • 52 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 31 du 24 juillet 1962.

32L’effervescence politique continue de monter quand Mohamed Khider qualifie les dirigeants du GPRA d’« usurpateurs », lors d’une conférence de presse tenue à Tlemcen où il est assis à côté du colonel Boumedienne51. Le 28 juillet, l’ambassade informe Paris que des éléments benbellistes ont investi quelques points sensibles dans le périmètre de la zone autonome d’Alger, dirigée par le commandant Azzédine, qui aurait disparu. L’annonce de la démission du ministre des Affaires étrangères du GPRA, Saad Dahlab, et du départ pour Tlemcen de Mohamed Saïd rendent la situation politique extrêmement confuse. Ces événements s’interprètent comme autant d’indices d’un possible rapprochement entre le GPRA et le bureau politique52.

  • 53 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 42 du 25 juillet 1962.
  • 54 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 44 du 26 juillet 1962.
  • 55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 53 du 27 juillet 1962.

33Le 25 juillet, les communications par télex sont coupées, des informations fragmentaires donnent à penser que le GPRA a quitté la capitale alors que l’ALN continuerait de s’approcher d’Alger. D’ores et déjà, l’armée contrôle Constantine, Bône et Ténés53. Dans ce contexte grave, Jean-Marcel Jeanneney conserve un certain optimisme, relativisant l’appel à une lutte acharnée promise par Mohamed Boudiaf contre les éléments benbellistes en Kabylie. L’ambassadeur, qui s’appuie sur des renseignements émanant d’officiers, fait état de la grande popularité dont jouit le chef du bureau politique dans la jeunesse kabyle54. Le jour même de l’envoi de ce télégramme, le 26 juillet, vingt-huit enlèvements sont encore perpétrés dans Alger. Il y en avait eu cinquante la veille et l’atmosphère demeure particulièrement lourde à Blida, Orléansville et Cherchell55.

  • 56 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 60 du 29 juillet 1962.
  • 57 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 76 du 1er août 1962.

34Le 27 juillet, Mohamed Khider, émissaire de Ben Bella, entre en relation avec les différentes factions. La situation paraît suffisamment s’éclaircir pour que le chef du bureau politique annonce son entrée prochaine dans Alger. Jean-Marcel Jeanneney souligne que l’émissaire de Tlemcen est venu à Rocher Noir pour s’entretenir avec le président de l’exécutif provisoire, démontrant que « dans le désordre politique et administratif où se trouve actuellement l’Algérie, cet organisme constitue le seul rouage de l’État. Après l’avoir négligé, à l’occasion critiqué, les différents leaders algériens semblent en reconnaître les mérites ». Sur le plan militaire, la situation est marquée par l’entrée dans Alger d’éléments de la wilaya IV et par le ralliement à Ben Bella du colonel Saout el-Arab, chef de la wilaya II qui avait été arrêté à Constantine lors de l’arrivée dans la ville de la wilaya I56. Ces événements donnent à penser à Jean-Marcel Jeanneney que la situation se décante. Le dialogue est rétabli chez les politiques entre Mohamed Khider, Belkacem Krim et Mohamed Boudiaf qui a été libéré à Batna. L’intervention de la wilaya IV dans Alger est perçue avec un net soulagement par l’ambassadeur. Il espère qu’elle y assurera le retour à la sécurité57.

B. LES RELATIONS AVEC L’EXÉCUTIF PROVISOIRE DURANT LE MOIS DE JUILLET 1962

  • 58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2510 du 11 juillet 1962.
  • 59 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2508 du 11 juillet 1962.
  • 60 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2509 du 11 juillet 1962.

35Privilégiant l’établissement de liens avec l’exécutif provisoire, Jean-Marcel Jeanneney déjeune de nouveau avec son président le 10 juillet. Cette rencontre permet à l’ambassadeur de France d’expliquer que la France se hâte d’ouvrir ses postes consulaires pour « assurer l’encadrement de la colonie » française, avant même d’avoir obtenu le feu vert de l’exécutif provisoire. Cette entorse n’a pas paru offusquer Abderrahmane Farès. À ce moment, six consulats généraux ont déjà été ouverts ou sur le point de l’être, ainsi que huit postes consulaires58. En revanche, lorsque Jean-Marcel Jeanneney demande à son hôte la levée des interdictions de vente pesant sur Le Parisien libéré et L’Aurore, le président de l’exécutif provisoire se montre plus évasif, expliquant que les interdictions ne frappent « qu’une presse dont l’hostilité à l’indépendance algérienne était flagrante et dont la diffusion dans le pays retardait la réconciliation souhaitable des communautés ». Selon Abderrahmane Farès, L’Aurore, dont la diffusion quotidienne atteignait 30 000 exemplaires, entretenait « systématiquement une atmosphère d’inquiétude dans la colonie française ». Finalement, les Algériens auront préféré « dispenser » les Français de s’inquiéter inutilement, la liberté de la presse n’aurait rien à voir là-dedans59. Quelques heures après cette rencontre, l’exécutif provisoire fait état de son intention d’amnistier les crimes de droit commun commis avant le 3 juillet. L’ambassade ne sait pas ce que cette définition recouvre, ni quelles en seront les modalités d’application60.

  • 61 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2518 du 12 juillet 1962.

36Les conversations avec Abderrahamane Farès se poursuivent à un rythme soutenu. Le 12 juillet, c’est au tour de Bernard Tricot et de Louis de Guiringaud d’aborder les questions techniques. Le président de l’exécutif provisoire désire que le gouvernement français débloque les fonds saisis au cours d’opérations judiciaires, c’est-à-dire l’argent du FLN saisi par la France, la grâce ou des remises de peine pour les Français ayant aidé la cause algérienne, la fourniture d’armes à certaines formations militaires algériennes. Sur ce dernier point, le président de l’exécutif exprime sa volonté de constituer une nouvelle force de l’ordre ne comprenant plus de cadres européens61. Dès ce début de négociation, on comprend que le jeu de Farès est d’aplanir les difficultés pour le futur gouvernement algérien, certainement dans l’intention d’en retirer un bénéfice personnel et politique ultérieur.

  • 62 Arch. CHEVS JMJ 37. Les besoins sont de 150 millions de nouveaux francs pour l’armée, 50 millions (...)
  • 63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2519 du 12 juillet 1962.
  • 64 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2519 du 12 juillet 1962.

37En dehors d’Abderrahmane Farès, Bernard Tricot et Louis de Guiringaud rencontrent M. Roth pour faire le point sur les négociations concernant les protocoles figurant dans les accords d’Évian. Le projet de protocole sur la fonction publique a été adopté et transmis, les projets de protocole judiciaire et universitaire sont avancés, de même que les statuts de l’organisme franco-algérien de coopération saharienne. Mais le principal problème est abordé par le président Farès. Il ne cache pas ses préoccupations concernant l’évolution de la trésorerie algérienne. Il évalue à 220 millions de nouveaux francs les besoins supplémentaires de l’Algérie pour le second semestre 196262. Roger Roth s’est montré plus fuyant quant aux statuts municipaux d’Alger et d’Oran et sur la cour des garanties. Enfin, la négociation sur la question domaniale est amorcée à travers la dévolution des immeubles destinés aux services consulaires et à l’embryon d’administration algérienne63. Dès cette date, Jean-Marcel Jeanneney comprend qu’il faut avancer rapidement les pourparlers relatifs à la radio-télévision. Il écrit en effet que « l’installation du GPRA à Alger et les difficultés intérieures du FLN risquent de poser rapidement dans le domaine de la radiodiffusion des problèmes politiques auxquels le régime provisoire actuel ne permettra pas de faire face »64. Les installations techniques et immobilières de la RTF-Algérie ont été financées sur le budget de la RTF, établissement public, il n’est donc pas question de les aliéner sans compensation. Hélas, les dirigeants de la RTF ne vont pas comprendre qu’un jeune État a impérativement besoin, d’un point de vue symbolique, de disposer d’une radio et d’une télévision véritablement indépendantes et qu’on ne peut lui opposer des arguments juridiques aussi fondés soient-ils. Les négociations vont donc s’enliser dans la torpeur estivale jusqu’au rebondissement de l’automne.

  • 65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2523 du 13 juillet 1962.

38La confirmation, le jour de l’arrivée du nouvel ambassadeur, par le président de l’exécutif provisoire de la tenue des élections à la Constituante pour le 12 juillet n’était qu’une pieuse intention. La profondeur de la crise politique sévissant au sein du FLN depuis la rencontre de Tripoli est telle que les élections ne peuvent se dérouler à la date initialement prévue. Le 13 juillet, Jean-Marcel Jeanneney est en possession des projets de l’exécutif provisoire concernant la future Assemblée constituante. Celle-ci comprendrait deux cents membres dont vingt de statut civil de droit commun, c’est-à-dire des Européens ayant opté pour la nationalité algérienne. Le système électif serait majoritaire à un tour avec listes bloquées, soit le système de 1958. Les circonscriptions électorales se confondraient avec les limites départementales, ce qui minorerait le poids des Européens. « Une telle formule paraît présenter, de notre point de vue, plus d’avantages que d’inconvénients », note Jean-Marcel Jeanneney sans s’expliquer outre mesure. À côté de l’élection des députés, les électeurs auraient à se prononcer par référendum sur les grandes orientations de l’Assemblée. Cette dernière devra élire à la majorité absolue le président du gouvernement et investir le gouvernement. Elle élaborera la Constitution et la ratifiera, elle préparera le budget et l’adoptera, prendra toutes les mesures qui s’imposent pour « assurer la permanence et le fonctionnement des pouvoirs publics ». Les pouvoirs de l’assemblée cesseront le jour d’entrée en vigueur de la Constitution et au plus tard un an après sa première réunion65.

  • 66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 32 du 24 juillet 1962.
  • 67 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 3 du 18 juillet 1962.

39La reprise des pourparlers en vue de la signature du protocole sur la situation des fonctionnaires servant en Algérie se déroule dans de bonnes conditions le 20 juillet. MM. Sbih et Sator, de l’exécutif provisoire, chargés de ce dossier, acceptent de reconnaître, dans un texte spécifique, que toutes les cessations de contrat ne pourront prendre leur effet qu’au terme de l’année scolaire entamée. Ainsi, les enseignants français continueront de bénéficier des « libertés et franchises consacrées par les traditions universitaires », de l’avancement et de l’inspection académique du ministère français de l’Éducation nationale66. Ce type de garantie est fondamental pour obtenir le retour en Algérie des milliers de fonctionnaires ayant déserté leur poste depuis le printemps. Pour certains corps, le ministère des Affaires algériennes ne fait pas preuve de la même compréhension. Ainsi Louis Joxe rappelle-t-il aux fonctionnaires de police ayant fui en métropole qu’ils doivent demeurer en Algérie tant qu’une nouvelle nomination ne leur aura pas été notifiée67.

  • 68 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie, 22 juillet 1962.
  • 69 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 25 du 21 juillet 1962.

40Jean-Marcel Jeanneney retrouve Abderrahmane Farès le 21 juillet68. Revenant de Tlemcen, le président de l’exécutif provisoire se targue d’avoir obtenu le total appui de Ben Bella dans toutes les négociations en cours avec la France. La seule pomme de discorde entre les deux hommes concerne la tenue des élections, que le chef du bureau politique souhaite reporter et que le président de l’exécutif provisoire voudrait hâter. Farès avoue à l’ambassadeur ne craindre qu’une chose, le déficit budgétaire. En effet, les charges nouvelles prévues pour le second semestre de l’année se montent à 410 millions de nouveaux francs dont 220 millions rien que pour les soldes de la seule ALN, afin qu’elle ne continue pas à vivre sur le pays. Sans s’engager sur une nouvelle avance, Jean-Marcel Jeanneney tente de faire pression en liant l’aide à la restauration de la sécurité des personnes et des biens69.

  • 70 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2533 du 16 juillet 1962.
  • 71 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 395/Z ou n˚ 16 du 20 juillet 1962.

41Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’ambassade tente d’obtenir de l’exécutif provisoire qu’il joue de son influence pour limiter les atteintes aux personnes. Dès les 11 et 16 juillet, l’ambassadeur et le ministre délégué sont allés protester contre les disparitions de Français et les arrestations arbitraires opérées par la police algérienne. Le ministre délégué a eu beau en appeler au « respect des principes généraux de la personne humaine dans un État de droit », rien n’y fit70. À telle enseigne que le 20 juillet, Louis Joxe finit par demander personnellement à Jean-Marcel Jeanneney de presser l’exécutif provisoire pour que cesse cette situation dramatique. Le ministre d’État prescrit à l’ambassadeur et haut représentant de faire savoir que « le gouvernement français ne pourra assister sans réagir aux disparitions de ses ressortissants. L’opinion ne comprendrait pas que, disposant encore de moyens considérables de protection militaire, le gouvernement restât passif »71.

  • 72 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 39 du 25 juillet 1962.

42Cette mise en demeure reste, hélas, sans effet et par un hasard malheureux, ou par défi, Hubert Argod est contraint, dès le 25 juillet, d’aller réclamer à Mohamed Khémisti, directeur de cabinet de Farès, la libération d’Adrien Chollet, président de la Confédération du patronat en Algérie. Mais dans ce cas, comme dans les autres, l’exécutif provisoire se borne à constater son impuissance face aux agissements de bandes armées totalement incontrôlables. Hubert Argod n’a guère davantage de chance d’obtenir satisfaction lorsqu’il demande que cessent les réquisitions et perquisitions effectuées dans les domiciles et les entreprises ou commerces des Français ou quand il exige que les dockers de l’UGTA embarquent à bord des navires à destination de Marseille le matériel des rapatriés72. Mohamed Khémisti, qui revient de Tlemcen, ne cache pas son inquiétude au numéro trois de l’ambassade et lui indique qu’il a lui-même demandé à Ben Bella de tout faire pour que cesse l’anarchie.

  • 73 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 62 du 30 juillet 1962.

43Entre ses deux séjours à Paris, Jean-Marcel Jeanneney est convié une nouvelle fois à dîner le 29 juillet par Abderrahmane Farès. Le président de l’exécutif provisoire impute l’origine de la crise politique à la rivalité entre Mohamed Boudiaf et Ahmed Ben Bella, le premier n’ayant pas accepté d’être mis en minorité lors de la réunion de Tripoli en juin, ce qui lui a coûté sa place de secrétaire général du CNRA. L’installation prochaine du directoire du FLN à Alger devrait s’accompagner de changements à la tête de la wilaya IV, de la préfecture d’Alger et de la préfecture de police d’Alger. Farès juge que, de fait, le GPRA a pratiquement cessé d’exister et qu’il est désormais temps d’envisager de transporter l’exécutif provisoire à Alger. Le report annoncé des élections ne devrait pas aller au-delà du 9 septembre, date butoir pour présenter un gouvernement représentatif lors de la demande d’admission de l’Algérie à l’ONU73.

C. LE SENS DES RAPPELS EN CONSULTATION DE L’AMBASSADEUR À LA FIN JUILLET

  • 74 Arch. CHEVS JMJ 35. Le Monde, La Croix du 26 juillet 1962.

44L’accentuation du rythme des disparitions et la détérioration de la situation intérieure en Algérie finissent par avoir des répercussions en France. Louis Joxe est vivement attaqué au Palais-Bourbon par le député Indépendant de Seine-et-Oise Lefèvre d’Ormesson qui compare les accords d’Évian à « des chiffons de papier ». Celui-ci dénonce également le fait qu’à Mostaganem, l’armée française ne soit plus en position de force par rapport à l’ALN. Il reproche au gouvernement de ne prendre aucune mesure de réintégration des fonctionnaires et de ne pas apporter son soutien aux anciens auxiliaires musulmans. Placé dans une position inconfortable, Louis Joxe se borne à rappeler que le scrutin d’autodétermination a fondé un nouvel État et que l’aide apportée par la France fait partie intégrante des accords d’Évian. C’est à ce titre que le maintien des fonctionnaires français en Algérie est une nécessité et que le gouvernement a cru utile de leur rappeler leurs droits mais aussi leurs obligations. Cette dernière remarque provoque l’ire du député Indépendant Grasset-Morel qui lance au ministre d’État : « Protégez-les ! » Louis Joxe profite de cette question orale pour préciser que la situation des fonctionnaires ayant déserté leur poste a été régularisée. Par ailleurs, le gouvernement désire que les deux économies demeurent liées, que justice soit rendue à ceux qui ont été injustement spoliés de leurs biens. « La sécurité des Français d’Algérie demeure le premier souci du gouvernement », précise même Louis Joxe qui annonce qu’il va donner des instructions à Jean-Marcel Jeanneney afin qu’il obtienne le châtiment de ceux qui se sont rendus coupables d’exactions envers des ressortissants français. Ces paroles ne satisfont nullement les députés les plus à droite de l’hémicycle. Il est vrai que le ministre ne peut nullement prendre l’engagement de traduire dans les faits ces engagements74.

  • 75 Arch. CHEVS JMJ 35. La Nation du 26 juillet 1962.
  • 76 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 27 juillet 1962.
  • 77 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 31 juillet 1962.
  • 78 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 2 août 1962. Jean Foyer est le garde des Sceaux, Pierre S (...)

45L’ambassadeur Jeanneney se rend à Paris le 25 juillet, précisément pour évoquer le problème des disparitions75. Au retour de ce voyage-éclair, on apprend qu’il aurait rencontré Georges Pompidou, Louis Joxe et Valéry Giscard d’Estaing76. La seule mention du ministre des Finances permet de penser que Jean-Marcel Jeanneney a évoqué la question des avances du Trésor à l’Algérie pour le second semestre, à côté du cauchemar des enlèvements. Dès le lundi 30 juillet, Jean-Marcel Jeanneney est de retour à Paris pour une nouvelle audience à l’Élysée77. Aucune information ne filtre de l’entretien mais la presse apprend que l’ambassadeur a également fait le tour des problèmes posés par les relations franco-algériennes en rencontrant Georges Pompidou, Louis Joxe, Jean Foyer, Maurice Couve de Murville, Pierre Sudreau et Raymond Marcellin78. En faisant le tour des ministres concernés par les problèmes afférents à l’Algérie, Jean-Marcel Jeanneney renforce sa position d’interlocuteur unique des autorités algériennes quelles qu’elles soient. Dans sa livraison du 2 août Le télégramme économique de François Bruel se demande comment on peut, à bref délai, imaginer le retour des réfugiés en Algérie étant donné les difficultés matérielles existantes pour rouvrir les établissements scolaires. Le journal confidentiel remarque que les disparitions de matériel, l’occupation des locaux d’enseignement par les Algériens empêchent toute réouverture rapide. Mais, surtout, « le plus grave est évidemment l’absence de pouvoir algérien. Les représentants de l’exécutif provisoire font ce qu’ils peuvent mais, par la force des choses, ils se comportent plutôt comme des secrétaires généraux de ministères que comme des ministres ». Il n’empêche, en dépit de ce pouvoir ténu, l’ambassade a bien renoué les fils du dialogue et travaille ardemment à la conclusion des protocoles annexes aux accords d’Évian. Leur signature sera le premier signe tangible d’un succès de l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney qui retourne à Alger dès le 1er août.

  • 79 Arch. CHEVS JMJ 35.
  • 80 Arch. CHEVS JMJ 35.

46Dans son numéro du 9 août, L’Express fait état d’une rumeur au sujet d’un éventuel remaniement ministériel. Selon le magazine, Jean-Marcel Jeanneney aurait menacé de démissionner si Christian Fouchet était choisi par Georges Pompidou pour devenir ministre des Affaires étrangères. L’ambassadeur en Algérie reprocherait à son prédécesseur « d’avoir laissé l’administration française en Algérie aller à vau-l’eau dans les derniers jours qui ont précédé l’indépendance de l’Algérie79 ». À quarante ans d’intervalle, Jean-Marcel Jeanneney ne se souvient plus de cette anecdote mais l’estime sans fondement et injuste envers Fouchet pour lequel il a toujours eu de l’estime. Dans la même veine, il faut mentionner l’article écrit par Jean-Daniel Schnerb dans Informations France, Afrique, Méditerranée. Dès sa lecture en 1962, Jean-Marcel Jeanneney prit le soin de mentionner en marge que les allégations selon lesquelles il aurait menacé de démissionner si le gouvernement ne débloquait pas immédiatement 360 millions de nouveaux francs pour l’Algérie étaient complètement fausses80.

V. LES ESPOIRS DÉÇUS D’UNE STABILISATION

A. L’ACCORD GPRA-BUREAU POLITIQUE ET LE RENFORCEMENT DE L’EXÉCUTIF PROVISOIRE

  • 81 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 83 du 2 août 1962.
  • 82 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 96 du 4 août 1962.
  • 83 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 88 du 3 août 1962.
  • 84 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 89 du 3 août 1962.
  • 85 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 95 du 4 août 1962.

47Le 2 août, est connue la modalité principale de l’accord passé entre les groupes de Tlemcen et de Tizi-Ouzou. Mohamed Boudiaf accepte de siéger à nouveau au sein du bureau politique qui s’installe à Alger contre la promesse d’une réunion du CNRA81. L’accueil réservé par la population algéroise au bureau politique a été « chaleureux mais sans commune mesure avec la liesse du 1er juillet »82. Désireux d’en savoir un peu plus, Jean-Marcel Jeanneney rencontre une nouvelle fois Abderrhamane Farès, le 3 août. Le président de l’exécutif provisoire annonce l’arrivée pour le soir même à Alger de Mohamed Ben Bella et de son équipe. Le bureau politique aurait choisi de s’installer dans un immeuble privé afin de démontrer le caractère politique de l’organisme et les élections seraient retardées au 2 septembre. En marge de ces grandes manœuvres, le président de l’exécutif provisoire se préoccupe toujours de faire débloquer des fonds pour assurer le fonctionnement de la nouvelle administration. Il réclame toujours 410 millions de nouveaux francs supplémentaires et estime pouvoir dégager 90 millions sur le produit de nouveaux impôts83. Rencontrant ensuite un collaborateur du président Farès, qui serait chargé de venir négocier le prêt à Paris, l’ambassadeur apprend que le montant du prêt n’atteindrait « plus » que 300 millions de nouveaux francs84. Cette « légère » imprécision prouve à quel point les diplomates de l’ambassade doivent se défier des déclarations de leurs interlocuteurs. Ce qui est également frappant, c’est de voir qu’en marge d’un entretien portant sur des problèmes politiques majeurs, l’ambassadeur remet, une fois encore, une note au président Farès concernant un drame humain qui a brisé définitivement une famille. Cette fois, il s’agit de l’assassinat du maire et conseiller général de Debila et de son fils intervenu le 29 juillet85. La vie, la mort continuent de demeurer des notions aussi relatives que les chiffres dans l’été algérien de 1962.

  • 86 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 113 du 7 août 1962.
  • 87 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 107 du 6 août 1962.

48À peine arrivé à Alger, Mohamed Boudiaf s’est installé dans l’ancienne délégation générale, siège du ministère des Affaires étrangères. Tout en se déclarant partisan de l’application des accords d’Évian, il souhaite qu’un certain nombre de problèmes se règlent « en dehors d’un juridisme strict », dénonçant peut-être la méthode d’approche qui avait été celle de Bernard Tricot. Il résume ainsi les relations qu’il entend nouer avec les Français : « Pouvoir tout se dire sans vouloir se blesser, mais sans craindre de se blesser »86. Le 5 août au soir, un communiqué fixe les attributions des membres du bureau politique. Ben Bella est chargé de la gestion interne, Ben Allah prend en charge les affaires militaires, Mohamed Saïd s’occupe de l’Éducation et de la Santé publique, Khider devient secrétaire général, Bitat est promu « organisateur du parti » et Mohamed Boudiaf coiffera l’orientation politique et les relations extérieures. Pour l’ambassadeur, cette répartition suppose quelques chevauchements d’autorité. Le rôle de l’exécutif provisoire est également confirmé87.

49Résumant une semaine mouvementée, Jean-Marcel Jeanneney rapporte à Louis Joxe le 7 août que la sécurité des Européens s’est améliorée. La prise de contrôle de l’ouest de l’Algérois par la wilaya IV a largement contribué à ce changement. Sur le plan politique, « l’équipe qui entoure M. Ben Bella assure pratiquement les pouvoirs d’un gouvernement. Le GPRA, reconnu par de nombreux pays étrangers, ne subsiste qu’à l’état de symbole ». Il n’y a pas véritablement changement dans la structure du pouvoir, analyse l’ambassadeur, « le bureau politique s’est substitué au GPRA en tant qu’organisme de direction et de contrôle politique, l’exécutif provisoire continuant à assurer ses tâches de gestion et d’organisation de la future administration ». La grande inconnue à cette date demeure l’attitude de l’armée car le colonel Boumedienne, chef d’état-major de l’ALN, n’a pas rejoint Alger, semblant ainsi ne pas cautionner l’accord intervenu entre les politiques.

  • 88 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 127 du 9 août 1962.
  • 89 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 128 du 9 août 1962.

50Profitant du règlement apparent de la crise politique, le président Farès en profite, le 9 août, pour s’émouvoir auprès de l’ambassadeur des propos tenus par Alain Peyrefitte, secrétaire d’État à l’Information, au sujet de la demande de crédits formulée par M. Manoni, lors de son bref séjour dans la capitale française. Dans le communiqué remis à la presse par le secrétaire d’État, le gouvernement français donne à penser qu’il refuse d’examiner le dossier de prêt alors que cela est faux, que la France met en doute la capacité juridique de l’exécutif provisoire à s’engager au nom de l’État algérien tant qu’il n’existe pas de véritable gouvernement issu des élections. Jean-Marcel Jeanneney demande que soit apportée une réponse apaisante à la crainte de l’exécutif provisoire afin de ne pas l’affaiblir88. Ces propos désobligeants tombent d’autant plus mal que le bureau politique a rendu la veille au soir une visite à l’exécutif provisoire au Rocher Noir. Le président Farès et M. Roth, son adjoint, ont été impressionnés par la connaissance des dossiers dont a fait preuve Ben Bella. L’exécutif est persuadé que l’objectif prioritaire du président du bureau politique est « la séparation des pouvoirs civil et militaire et la reconversion de l’ALN ». Sur la foi de ces renseignements, on comprend mieux pourquoi Paris va soutenir l’équipe de Ben Bella par la suite. M. Roth se préoccupe de trouver des candidats européens de valeur pour les prochaines élections89.

  • 90 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 154 du 14 août 1962.

51La querelle des chefs s’est calmée, mais de lourdes hypothèques continuent de peser sur le devenir de la jeune nation algérienne. Mohamed Khider s’attache à expliquer, le 10 août, les objectifs du bureau politique à l’égard de l’ALN. Selon le secrétaire général, le temps est venu pour l’armée de s’occuper de sa fonction de défense, de cesser ses prélèvements et perquisitions et de se loger dans les casernements évacués par l’armée française. Pourtant, lors de la réunion entre le bureau politique et les chefs des wilayas, le 13 août, la fracture entre les politiques et les militaires n’est pas réduite. Une partie des officiers de la wilaya IV, celle de l’Algérois, n’est « pas favorable à la conception d’une armée de type classique et répugne à l’abandon de toute action politique ». Pour les anciens combattants de l’intérieur, il n’est pas question de se voir confisquer le pouvoir et les armes par les résistants de l’extérieur ni par l’armée des frontières dont les beaux treillis neufs trahissent l’absence de tout engagement militaire. En revanche, pour ces derniers, il n’est pas acceptable de voir des résistants de la dernière heure, les « marsiens », se muer en vainqueurs, ni d’accorder à la résistance intérieure une part trop importante alors qu’elle ne comporte guère de personnalités brillantes - éternelle rivalité entre les résistances de l’intérieur et de l’extérieur. Comme à son habitude, Jean-Marcel Jeanneney refuse d’être trop pessimiste et souligne qu’« il est bien évident que la reconversion de l’ALN ne saurait s’effectuer en un jour »90.

  • 91 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 176 du 17 août 1962.

52Les 14 et 15 août, Ben Bella a réuni à Alger une délégation de la confédération générale du patronat en Algérie, venue des quatre coins d’Algérie, non sans prendre des risques d’ailleurs. En dépit du désir réel de la majorité de ces « forces vives » de demeurer en Algérie, le président du bureau politique ne s’est pas montré très rassurant, ne promettant rien de précis sur le rétablissement de la sécurité ou sur l’avenir du mode de production. Bien au contraire, il a insisté sur la nécessité de mettre fin aux « privilèges hurlants »91. Lors de la visite de la délégation à Rocher Noir, certains chefs d’entreprise, réclamant une protection militaire des usines, parlent à Jean-Marcel Jeanneney sur un ton impérieux. Irrité, l’ambassadeur refuse d’être un « Jean-foutre ». Le chef de l’État a expressément refusé cette éventualité : le concours de l’armée ne peut être requis qu’en cas de départ afin d’escorter les personnes et les biens jusqu’aux ports d’embarquement.

B. LA PREMIÈRE RENCONTRE ENTRE JEAN-MARCEL JEANNENEY ET AHMED BEN BELLA

  • 92 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 219 du 23 août 1962.

53À la veille du dîner prévu chez Abderrahmane Farès le 15 août au cours duquel Jean-Marcel Jeanneney doit faire la connaissance de Ben Bella, Louis Joxe rappelle à l’ambassadeur et haut représentant les points essentiels qu’il doit développer devant son hôte. Le ministre d’État aux Affaires algériennes insiste en premier lieu sur l’importance de la signature des protocoles et surtout sur celui organisant l’enseignement car la rentrée doit impérativement avoir lieu début septembre. Le ministre d’État refuse toute idée d’avantage matériel pour les fonctionnaires français appelés à travailler en Algérie, car devant l’insécurité « aucune prime ne peut porter remède » et il est hors de question que « l’État algérien se fasse unilatéralement le champion des intérêts matériels de nos concitoyens »92. Le gouvernement français pense qu’il devrait y avoir suffisamment d’âmes généreuses pour s’expatrier au profit de l’Algérie indépendante.

54À l’issue du dîner qui lui a permis d’approcher pour la première fois Ben Bella et Mohammed Khémisti, Jean-Marcel Jeanneney synthétise ses impressions pour Paris. Ben Bella s’est manifestement montré sous un jour séduisant, évoquant à tout bout de champ la « saine coopération » devant régner entre Alger et Paris. Quand son interlocuteur lui a demandé d’expliciter sa pensée, le président du bureau politique a répondu qu’il entendait par là « faire abstraction du passé ». À titre d’exemple, il a indiqué qu’il avait fait libérer certains membres de l’OAS incarcérés à la prison d’Oran, y compris celui qui s’était rendu coupable d’un tir de mortier sur la population musulmane. Il a simplement demandé qu’en échange de sa mansuétude, la France fasse de même en libérant les membres des réseaux de soutien au FLN qu’elle détenait encore. Le second point de cette « saine coopération » serait la signature rapide du protocole sur les fonctionnaires français exerçant en Algérie, véritable clé de voûte de la politique entre les deux pays. Tant Ahmed Ben Bella que le président Farès ont abondé dans ce sens en indiquant que les derniers détails réglés, on pourrait signer les premiers protocoles vers le 21 août. Intéressé par les conceptions en matière d’organisation des pouvoirs publics du chef du bureau politique, Jean-Marcel Jeanneney s’est vu répondre que « l’Algérie, compte tenu de sa relative pauvreté, avait besoin d’un État fort, solidement charpenté. L’administration, en revanche, devait être décentralisée et des pouvoirs étendus donnés aux préfets, spécialement dans le domaine économique, afin qu’ils puissent utiliser au mieux la main-d’œuvre inemployée ». Cette volonté d’instaurer une présence forte de l’État et de l’autorité à travers le corps préfectoral suppose naturellement que l’on puisse trouver les hommes disposant des qualités requises, mais cela n’a pas l’air de préoccuper le chef du bureau politique, qui se montre plus original dans sa conception du rôle de l’armée. En effet, s’il la presse de ne pas faire de politique et de ne plus vivre sur le pays, il n’entend pas la laisser inactive, mais l’employer à des travaux d’intérêt public comme la construction de grands édifices d’équipement (routes, barrages, habitat…). En fait, Ben Bella semble avoir opté pour une position « centriste » entre la conception « wilayste » d’une armée de type révolutionnaire, servant de fer de lance à la mobilisation des masses, et une vision plus conservatrice n’attribuant à l’armée aucun rôle politique bien défini. C’est précisément cette ambiguïté qui risque d’être gênante à l’heure des grands choix, car il y a une incompatibilité à peu près totale entre un soldat du type de Cincinnatus et le garde rouge.

55De son côté, Jean-Marcel Jeanneney n’hésite pas à parler des exactions commises contre les Européens et les ex-supplétifs mais, sur ce chapitre, le président du bureau politique se montre fuyant, se bornant à les qualifier de « dépassements » et insistant au contraire sur la sagesse et la justesse du peuple algérien dans sa majorité. Revenant aussi sur l’incident de Laghouat qui a coûté la vie à quatre militaires français, l’ambassadeur a demandé une reprise en main du département des Oasis par les autorités compétentes. Sur ce point, l’attitude d’Ahmed Ben Bella a été plus tranchée car il a paru justifier le meurtre des militaires en indiquant qu’ils étaient armés et que l’ALN supportait mal la circulation de troupes françaises en armes. De là à penser que l’affaire de Laghouat a été une mise en garde, il n’y a qu’un pas.

56Ayant été intrigué par une récente déclaration de Ben Bella dans laquelle il avait évoqué un « socialisme à l’algérienne », Jean-Marcel Jeanneney tente là encore d’en savoir un peu plus. Bien que peu au fait de la philosophie politique, Ahmed Ben Bella expose, en des termes simples, sa vision de l’avenir de son pays. Même si l’Algérie bénéficie d’abondantes matières premières permettant d’envisager un développement industriel, il estime que son véritable avenir sera plutôt rural. Sa grande ambition est de réussir la réforme agraire, permettant l’exploitation en commun de la terre.

  • 93 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 162 du 16 août 1962.

57Avant de prendre congé de l’ambassadeur, Ahmed Ben Bella tient à ce qu’il transmette au général de Gaulle que « s’il n’avait pas toujours eu à se louer de l’attitude de l’administration, pendant sa captivité en France, il avait en revanche apprécié la compréhension dont le président de la République avait fait preuve à son égard ». Jean-Marcel Jeanneney brosse le portrait psychologique du personnage en ces termes : « M. Ben Bella, qui donne une impression de douceur et de fermeté à la fois, s’est exprimé avec calme, sur un ton assez uniforme, sans jamais élever la voix, précisant peu à peu ses idées avec une grande propriété de termes. Ses propos paraissent empreints de bonne volonté, de modération et de réalisme. Ils témoignent d’un incontestable amour de son peuple et d’une grande foi dans la destinée de celui-ci, paré de toutes les vertus »93.

C. LA SIGNATURE DES PROTOCOLES

  • 94 Il s’agit des textes suivants : protocole relatif à la situation des fonctionnaires français serva (...)
  • 95 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 198 et n° 203 du 21 août 1962 et n° 207 du 22 août 19 (...)
  • 96 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 219 du 23 août 1962.

58Le 21 août, Jean-Marcel Jeanneney peut annoncer à Louis Joxe qu’Abderrhamane Farès est maintenant prêt à venir à Paris signer les protocoles prévus par les accords d’Évian, à l’exception des protocoles pétroliers qui doivent encore être soumis à l’appréciation du bureau politique94. À l’annonce de cette réserve, le ministère d’État aux Affaires algériennes presse l’ambassade de tenter d’obtenir une signature sur tous les protocoles, y compris ceux touchant au secteur pétrolier. Finalement, le bureau politique autorise l’exécutif provisoire à commencer immédiatement l’étude des protocoles pétroliers, ce qui rassurera les Français. L’affaire, pourtant, n’est toujours pas réglée le 22 août, le gouvernement français refusant de voir échapper la garantie de coopération en matière pétrolière au Sahara95. Finalement, la crise se dénoue le 23 août. Le gouvernement français accepte un article additionnel prévoyant que les articles entrent en vigueur, de manière provisoire, jusqu’à l’aboutissement de la procédure de ratification mise en œuvre ultérieurement96. Les deux conditions que les Algériens mettent à cette signature sont la promesse du remboursement, même partiel, des sommes saisies sur les collecteurs de fonds du FLN et la libération anticipée des détenus emprisonnés pour complicité avec le FLN. Ce genre d’arrangement de dernière minute mêlant des problèmes de nature totalement différente n’est pas très cartésien mais s’intègre bien dans la culture arabe du marchandage.

VI. LA MENACE « WILAYSTE »

A. DES EXACTIONS SAVAMMENT ORCHESTRÉES

  • 97 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 171 du 17 août 1962.

59Le 17 août, Louis de Guiringaud demande à rencontrer Roger Roth, vice-président de l’exécutif provisoire, pour lui communiquer les statistiques inquiétantes sur les enlèvements et les assassinats d’Européens. Le représentant européen à l’exécutif provisoire profite de la conversation pour avertir le diplomate que la préparation des élections à la Constituante et la désignation des Français sur la liste officielle s’annoncent rudes. Bon nombre de personnalités représentatives de la communauté française risquent d’être écartées au dernier moment97. Un second entretien du numéro deux de l’ambassade avec Jean Herly, consul général d’Alger depuis le début d’août, confirme ces craintes. La situation ne cesse de se dégrader à Alger. Les enlèvements de huit Français, l’arrestation à leur domicile de deux journalistes, le retour de barrages routiers et l’encerclement de l’Institut Pasteur semblent être autant d’indices qui révèlent un raidissement des relations entre le bureau politique et la wilaya IV. Le préfet de police d’Alger en personne est venu expliquer au consul général qu’il était totalement étranger à ces mesures et qu’il commençait à « être excédé par les initiatives intempestives des chefs de la wilaya IV dans la capitale ».

  • 98 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 183 du 18 août et nϒ 187 du 18 août 1962.

60Les 16, 17 et 18 août se produisent de très graves événements à l’Institut Pasteur d’Alger. Le 16, deux chauffeurs du laboratoire sont enlevés, l’un d’eux est tué par des hommes de la wilaya IV, l’autre blessé. Le lendemain, un laborantin est enlevé par des hommes de la wilaya IV sous les yeux du directeur qui est mis en joue par les militaires. Dès leur départ, le personnel quitte l’établissement. Le 18 août au matin, Jean Herly trouve le bâtiment vide, les cobayes, dont certains ont la rage, dans leurs cages. Immédiatement, il prévient l’ambassade qui décide de faire occuper l’immeuble par des gendarmes, tandis que Guiringaud élève une protestation officielle auprès d’Abderrahmane Farès98. Il est assez difficile de se prononcer sur les raisons profondes de cette attaque contre un établissement scientifique uniquement voué au bien public et spécialisé dans la recherche de maladies affectant la population algérienne. Les militaires s’en étant pris au personnel technique, il se pourrait qu’ils aient recherché d’anciens membres de l’OAS qui auraient fait partie du personnel, mais il n’est pas exclu qu’ils aient délibérément choisi d’attaquer un des symboles encore rayonnants de la présence française en Algérie dans une finalité politique.

  • 99 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 186 du 18 août 1962.

61À côté de cette grave exaction, on assiste à un indéniable raidissement du pouvoir. La désignation de M. Messaoudi comme responsable du contrôle des émissions en langues arabe et kabyle diffusées par la RTF-Algérie en est un signe tangible. Sans en avertir préalablement la représentation diplomatique et alors même que celle-ci a adressé une semaine plus tôt une proposition de désignation d’un directeur adjoint algérien, le bureau politique avertit la France qu’il ne négociera pas pour prendre en main la radiodiffusion99. Hélas, cet ultime avertissement ne sera pas compris à sa juste mesure par Robert Bordaz, le directeur général de la RTF, qui va tarder à lâcher complètement la RTF-Algérie.

  • 100 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 190 du 20 août 1962.

62Les grandes manœuvres politiques dans l’optique de la préparation de la liste officielle aux élections à la Constituante laissent transparaître le poids politique pris par l’ALN. En effet, pas moins de soixante-cinq officiers dont deux chefs de wilayas figurent parmi les candidats officiels. Tous les membres du bureau politique, à l’exception de Khider et Bitat, seront candidats. Parmi les anciens ministres du GPRA, seuls Ben Tobbal, Saad Dahlab et Aït Ahmed ne seraient pas candidats. Parmi les candidats européens retenus, on note la présence obligée des trois membres de l’exécutif provisoire, Roth, Manoni et Koenig, et de quelques personnalités influentes comme le docteur Durand, médecin conseil des assurances sociales, ou M. Gaumont, de la chambre d’agriculture de Sétif. D’autres Français ont un passé nettement plus orienté vers le FLN comme l’abbé Berenguer à Tlemcen, le docteur Claudius Stéfanini à Oran, qui fut condamné à vingt ans de réclusion pour soutien à la rébellion, et mademoiselle Lavalette à Alger, membre du bureau politique100.

B. LE NOUVEAU REPORT DES ÉLECTIONS ET LE DÉPART DE BEN BELLA

  • 101 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 194 du 21 août 1962.
  • 102 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 204 du 21 août 1962.
  • 103 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 211-212 du 22 août 1962.

63Rendu inquiet par les graves incidents survenus à l’Institut Pasteur, Jean-Marcel Jeanneney demande à Abderrahmane Farès de lui donner son interprétation de l’agression. Le président de l’exécutif provisoire l’impute sans doute possible à la wilaya IV qui a voulu faire monter la pression pour obtenir davantage de poids dans la désignation des candidats aux élections101. Même si cette interprétation paraît motivée, il est aussi certain que des éléments plus ou moins incontrôlés de la wilaya IV font régner un climat de terreur sur Alger et l’Algérois selon leur bon plaisir, échappant à toute logique rationnelle et à toute sanction. En deux jours, neuf enlèvements ont encore été signalés, il est arrivé une « fâcheuse mésaventure » (déshabillage ?) au consul d’Italie et l’épouse du consul de Suède a été violentée102. Ces événements ont contribué à la nomination d’un nouveau directeur de la Sûreté nationale algérienne, M. Medjad, et à l’organisation de patrouilles mixtes de gardiens de la paix et de militaires dans Alger pour lutter contre les bandes103.

64Il devient de plus en plus évident que les exactions commises par des éléments de la wilaya IV prennent l’aspect d’une lutte sournoise et cynique pour discréditer le bureau politique aux yeux de l’opinion publique algérienne et pour l’affaiblir face aux Français. Mesurant le danger, le bureau politique décide d’organiser une manifestation « spontanée » le 22 août sur la place du Forum aux mots d’ordre de « Halte aux exactions ! Les soldats dans les casernes ! Vive le bureau politique ! » Toutefois l’échec du rassemblement est patent, la foule n’excédant pas 1 500 personnes, ce qui contraint le bureau politique à « convoquer » une autre manifestation pour le23 août à 18 heures. À partir de ce moment, on se dirige tout droit vers l’épreuve de force car c’est au tour de la wilaya IV d’appeler à manifester « contre le chômage, l’immobilisme et le pouvoir personnel », à partir de 14 heures. Un processus dangereux est en marche où l’arbitrage entre les tendances se fait par l’appel à la rue.

  • 104 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 218 du 23 août 1962.

65Dans ce climat délétère, le contrôle de la radio devient primordial. Le 22 août au soir, la wilaya IV s’empare du bâtiment. Le directeur, M. Lefèvre, est sommé de se présenter devant le lieutenant Allouach, chargé de l’information de la wilaya, qui lui reproche le contenu de ses programmes d’information. Quand le directeur français lui dit qu’il suit les instructions données par M. Messaoudi, désigné par le bureau politique, M. Allouach lui rétorque qu’il se soucie peu de celui-ci. De son côté, le bureau politique paraît marquer le pas en faisant censurer l’article de La dépêche d’Algérie qui indiquait le nombre de manifestants présents au Forum104.

  • 105 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 226 du 23 août 1962.
  • 106 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 229 du 24 août 1962.

66Les manifestations opposées organisées le 23 août dans Alger par la wilaya IV et le bureau politique finissent par se rejoindre devant l’immeuble de l’ex-délégation générale, dans un climat où règne la plus extrême confusion. Mohammed Khider, Mohamed Saïd et Rabah Bitat parviennent à maintenir la foule jusqu’à l’arrivée de manifestants acquis au bureau politique. Après un discours de Ben Bella, le rassemblement se disperse sans incident en début de soirée. Toutefois des mouvements de troupes de la wilaya IV, se déplaçant en camions, dans les quartiers est de la capitale retiennent l’attention, de même qu’une manifestation à Rocher Noir, devant l’exécutif provisoire, durant laquelle quelques centaines de jeunes scandent « Farès, Bao-Daï ! » ou « Farès, bourgeois rétrograde ! »105 En fait, en analysant le discours de Ben Bella, les observateurs ont surtout retenu que la foule était sensible aux paroles évoquant la misère et la reprise économique. Le président du bureau politique n’a pas caché que si les chefs d’entreprise français absents ne rentraient pas, « l’État exploitera lui-même leurs entreprises pour donner du travail au peuple106 ».

  • 107 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 236 du 24 août 1962.
  • 108 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 234 du 24 août 1962.

67Dans cette crise, le problème de la dévolution de la RTF-Alger se pose avec d’autant plus d’acuité. Louis de Guiringaud l’explique une nouvelle fois à Paris le 24 août car lors du discours de Mohammed Khider, la veille au soir, ce dernier a invité le peuple à venir prendre possession de sa radio107. De surcroît, dans la réponse à la lettre qu’il avait adressée à l’exécutif provisoire le 11 août au sujet du lancement des négociations en matière de radiodiffusion, les autorités algériennes demandent instamment l’instruction du dossier de transfert 108.

  • 109 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 237 du 24 août 1962.

68L’après-midi du 24 août, l’ambassadeur juge utile d’avoir un entretien avec Mohamed Khémisti sur les événements de la veille. Le directeur de cabinet d’Abderrhamane Farès pense que la journée a été un triomphe pour le bureau politique même si le président du bureau politique n’est pas au bout de ses peines. Il rejette la responsabilité de la situation sur Ben Khedda qui, en quittant la conférence de Tripoli en juin, a alimenté le courant « wilayste ». L’interdiction faite à l’ALN de l’extérieur de pénétrer sur le territoire algérien après le cessez-le-feu a conduit les wilayas, qui ne comptaient que quelques centaines de combattants chacune, à recruter massivement de pseudo-résistants, les fameux « Marsiens », qui constituent maintenant un État dans l’État. Khémisti évalue la force de la wilaya IV à 20 000 hommes, ce qui rendrait difficile sa réduction. Jean-Marcel Jeanneney glisse alors à son interlocuteur que pour les observateurs, le silence du colonel Boumedienne est interprété comme une preuve de défiance vis-à-vis du pouvoir en place. Mohamed Khémisti tient à le rassurer à ce propos. L’absence du chef de l’ALN au Forum est uniquement due à l’attitude des wilayas III et IV qui contestent son autorité et qui auraient considéré sa participation à la manifestation comme une provocation109.

  • 110 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 240 du 25 août 1962.
  • 111 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 245 du 25 août 1962.
  • 112 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 246 du 25 août 1962.

69L’aggravation de la situation explique que l’exécutif provisoire, en accord avec le bureau politique, décide de surseoir à la date des élections. L’ambassadeur en est immédiatement averti dans la matinée du 25 août. Jean-Marcel Jeanneney exprime sa déception. Il ajoute que ce nouveau retard dans le processus d’établissement d’un gouvernement légal ne pourra qu’inciter la communauté française à s’inquiéter davantage, et amplifier les troubles110. Cette décision conduit Ahmed Ben Bella à quitter Alger, où il juge désormais la situation trop incertaine, pour rassembler ses troupes à Oran. C’est à sa demande que Jean-Marcel Jeanneney met à sa disposition un hélicoptère militaire français afin qu’il puisse aller prendre l’avion à Boufarik111. Comme on peut en juger, l’ambassade de France est loin d’être neutre dans le conflit. Quelques heures plus tôt, à l’annonce du report des élections, Mohammed Boudiaf a démissionné du bureau politique112. Il reproche à ses collègues de ne pas l’avoir consulté lors de la désignation des candidats, pour les nominations et sur le report des élections. Selon lui, seul le CNRA était en droit de prendre cette décision.

  • 113 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 248 du 26 août 1962.

70En dépit de ces péripéties, l’ambassade et l’exécutif provisoire se préoccupent d’apporter la touche finale aux protocoles en prévoyant qu’ils soient définitivement entérinés par « les futures autorités algériennes issues du suffrage »113.

C. LA DISSOLUTION DES WILAYAS

  • 114 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 250 du 26 août 1962.

71Le 26 août à Alger, on note un rapprochement entre le colonel Si Hassan, chef de la wilaya IV de l’Algérois, et le colonel Mohand ou El-Hadj, chef de la wilaya III de Kabylie. Dans l’après-midi, se tient une conférence de presse au cours de laquelle les deux chefs des wilayas, assis côte à côte, réclament la convocation du CNRA. Jean-Marcel Jeanneney pense que l’alliance tactique entre les deux wilayas est un revers pour Ben Bella et qu’il va devoir sans doute revoir sa stratégie114. La menace d’un pouvoir wilayste, révolutionnaire, ne paraît plus totalement irréaliste, ce qui provoque de nouvelles inquiétudes à Rocher Noir.

  • 115 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 258 du 27 août 1962.
  • 116 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 259 du 27 août 1962.

72Une logique de confrontation s’engage le 27 août lorsqu’un communiqué conjoint est diffusé par le PC ouest de l’état-major de l’ALN. Il indique que « les membres de l’ex-wilaya V », et les représentants des fédérations du FLN des départements d’Oran, Tlemcen, Saïda, Mostaganem, Tiaret et de la Saoura apportent leur soutien sans réserve au bureau politique. La terminologie qui frappe les observateurs, c’est bien sûr celle d’« ex-wilaya V ». Elle signifie que désormais les wilayas sont dissoutes et fondues dans l’ALN. Le communiqué dénonce aussi la gravité de la situation créée « par quelques membres de l’ex-wilaya IV », désirant ainsi leur retirer toute légitimité. Le communiqué appelle la population vivant dans le ressort de l’ex-wilaya IV à s’organiser « en unités de vigilance et [à mettre] à la raison tous les éléments qui, par leurs actes inconscients, entravent la renaissance de l’État et la relance économique »115. Pendant ce temps, Ben Bella tente de convaincre les chefs des wilayas I, II et VI de proclamer leur fidélité au bureau politique116.

D. L’INCIDENT DE MARENGO

  • 117 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 265 du 28 août 1962.

73C’est dans ce contexte que se produit un grave incident entre l’armée française et l’ALN dans la région de Marengo. Quatre soldats français sont tués et quatre autres blessés avant même de pouvoir descendre de leur camion, au moment où ils arrivent devant une maison d’Européens qui les ont appelés pour les protéger lors de leur déménagement. L’unité envoyée en renfort est à son tour prise sous le feu d’un barrage de l’ALN sur la route menant de Tipaza à Marengo, un cinquième soldat français est tué ainsi qu’un homme de l’ALN117. Deux interprétations peuvent être données à ce qu’il faut bien appeler des meurtres. On peut penser que l’accrochage est une provocation de la part de la wilaya IV visant à conduire l’armée française à des représailles, ce qui permettrait d’impliquer la France dans la crise. On peut aussi estimer que cette exaction n’est que le fait d’un petit groupe isolé, désireux de tuer en toute impunité des militaires français, car il sait qu’il ne risque guère de riposte. Toujours est-il que l’incident de Marengo après celui de Laghouat, qui a déjà coûté la vie à quatre militaires français, accroît les risques d’une « riposte réflexe » d’une unité française lorsqu’elle se trouvera aux prises avec un élément de l’ALN. Après les faits, Louis de Guiringaud ne tranche pas entre les deux hypothèses. Il remarque qu’entre le 15 et le 28 août, 112 enlèvements d’Européens ont été officiellement dénombrés, dont 92 sur le territoire de la seule wilaya IV. En dépit de cette proportion élevée, il est impossible d’affirmer que les militaires ont agi sur ordre ou que ces exactions leur soient uniquement imputables. En outre, les troupes fidèles au bureau politique ne sont pas en reste. À l’est, l’ex-ALN de Tunisie multiplie les attentats contre les Français.

VII. LA LUTTE OUVERTE ENTRE LES WILAYAS III ET IV ET LE BUREAU POLITIQUE

A. UN CLIMAT DE GUERRE CIVILE

  • 118 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 281 du 30 août et n° 282 du 29 août 1962.

74À Alger, l’ambassade dénombre pas moins de onze communiqués contradictoires dans la journée du 27 août. Mohammed Khider accuse Mohammed Boudiaf de ne s’être pas démarqué de la wilaya IV. De son côté, la wilaya IV juge illégale la constitution d’un comité du FLN pour le grand Alger. Elle annonce la constitution d’« une brigade spéciale », « chargée de réprimer les actes de désordre ». Jean-Marcel Jeanneney pense, au vu d’un communiqué du Parti communiste algérien dans Alger-Républicain, que ce dernier se range du côté du FLN et il attend la conférence de presse promise par Belkacem Krim pour voir de quel côté se rangent les Kabyles. Enfin, on attend depuis Sétif la tenue d’une conférence de presse des chefs des wilayas I, II, V et VI avec la participation de Boumedienne, ce qui pourrait augurer un ralliement au bureau politique. La seule bonne nouvelle dans ce que l’ambassadeur appelle « ce fatras de déclarations et contre-déclarations » est l’annonce par la presse de la signature le jour même des protocoles franco-algériens. Néanmoins cet accord demeure diversement apprécié. Pour Alger-Républicain, proche du PCA, l’exécutif provisoire a « manifesté là une hâte de mauvais aloi ». Le quotidien reproche surtout à l’exécutif d’avoir négocié « l’exploitation de nos richesses nationales en dehors de notre peuple, sans que nous sachions à quel char on nous lie »118

  • 119 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 270 du 28 août 1962.
  • 120 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 267 du 28 août 1962.

75Lors de sa conférence de presse Belkacem Krim attaque de front le bureau politique qu’il accuse de « travail fractionnel et de recherche effrénée du pouvoir personnel ». Comme Ben Khedda ou Mohamed Boudiaf, il dénonce le nouveau report des élections, la non-convocation du CNRA et la mise en place d’organisations parallèles comme à Alger. Pour le leader kabyle, la volonté de Khider et de Ben Bella est de « détruire les wilayas après avoir détruit le GPRA, en un mot détruire toutes les structures de la révolution pour se frayer la voie vers le pouvoir personnel, vers la dictature ». Selon lui, la sauvegarde de l’unité de la nation et de la « Révolution », les réponses à apporter à la crise sociale et économique que traverse le pays ne peuvent être décidées par un clan. Mais, loin de s’engager sur la voie de la guerre ouverte, il en appelle à un retour au dialogue119. En écho à ce message dénonçant l’accaparement du pouvoir par un clan, Mohamed Khider prend officiellement en charge les Affaires extérieures en remplacement de Mohamed Boudiaf dès le 28 août120.

  • 121 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 283-290 du 29 août 1962.

76Le 28 août, le lieutenant Allouach, de la wilaya IV, convoque la presse à la caserne d’Orléans pour lui exhiber une vingtaine de jeunes gens, soi-disant partisans de Yacef Saadi, chef désigné par le bureau politique du comité du FLN pour le grand Alger. On aurait retrouvé sur eux des armes, ostensiblement exposées (bazookas, mitraillettes, grenades). L’officier chargé de la propagande de la wilaya IV peut ainsi mettre en exergue l’efficacité de la section spéciale et prouver que la wilaya est capable de rétablir l’ordre dans Alger. Faisant preuve d’une apparente mansuétude, naturellement très calculée, il annonce que les jeunes arrêtés seront bientôt relâchés. À côté de cette gesticulation sécuritaire un peu grossière, le bureau politique persévère sur la voie d’une union entre anciens des wilayas et militaires de l’ALN. Lors d’une réunion qui se tient à Bou Saada le 27 août, le colonel Boumedienne et les chefs des quatre wilayas non dissidentes déclarent solennellement se ranger au côté du bureau politique, s’appuyant sur le fait que ce dernier a bénéficié de l’accord unanime du CNRA pour l’exécution d’un programme. Les benbellistes attaquent aussi les officiers de la wilaya IV qui empêchent « la radio nationale, le port national, les instituts, les organismes publics et les entreprises économiques » d’être à la disposition du pays. Ils invitent le bureau politique « à prendre les mesures adéquates au rétablissement de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire et plus particulièrement dans la capitale » et lui réaffirment leur appui et leur soutien « sous toutes ses formes ». En répondant aux questions des journalistes, les militaires semblent toujours prendre soin de ménager la wilaya III, sachant qu’il ne sert à rien de braquer la Kabylie et qu’il sera toujours temps de trouver un accord avec elle, une fois le problème de la wilaya IV réglé121.

  • 122 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 291-294 du 29 août 1962.
  • 123 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 295-300 du 30 août 1962.
  • 124 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 310-314 du 30 août 1962.

77Dans Alger, la wilaya IV poursuit ses perquisitions au domicile des partisans de Yacef Saadi où elle continue de découvrir des armes. Le 29 août, l’épreuve de force tourne au bain de sang, près du square Bresson (ex Aristide-Briand) dans la basse Casbah. La fusillade meurtrière entre partisans du bureau politique et les militaires permet à la wilaya IV d’imposer un couvre-feu de 20 heures à 6 heures du matin. Ben Khedda, qui s’est proposé d’être médiateur entre les deux camps, avance le 9 septembre comme date pour les élections avec la tenue d’une nouvelle réunion pour déterminer la répartition des sièges122. Le lendemain, l’ambassade peut fournir un bilan de cinq morts chez les « wilaystes » pour la fusillade de la veille. Les deux parties continuent de se rejeter la responsabilité des incidents. Mohamed Khider refuse catégoriquement la médiation de Ben Khedda qu’il juge « en contradiction flagrante avec les décisions prises à l’unanimité par le CNRA dans la session de Tripoli ». L’heure n’est plus à transiger. Le colonel Boumedienne a, en effet, monté un PC opérationnel à Bou Saada, où il a regroupé deux bataillons de la wilaya VI et deux bataillons de l’ALN de Tunisie dotés d’armement lourd. À l’ouest, trois bataillons de la wilaya V se dirigent vers l’est123. Le 30 août est marqué par les préparatifs militaires dans les deux camps. La colonne partie d’Oran a atteint Inkermann où elle a pu se rendre grâce à une centaine de camions amenés sur un bateau égyptien. Si la wilaya IV se déclare prête au combat par la voix du lieutenant Allouach, elle n’« écarte pas la possibilité d’un accord, soit par la négociation sur la base des propositions récentes de Ben Khedda, soit par la convocation du conseil inter-wilaya, soit par tout autre moyen »124. En se déclarant prête au dialogue, il semble bien qu’elle cherche une échappatoire à l’étau militaire qui se resserre autour d’elle.

78Devant la gravité de la situation, Jean-Marcel Jeanneney s’envole pour Paris le 30 août. À la veille de son départ, l’ambassadeur se constitue une petite fiche sur laquelle il récapitule les points à aborder lors de son entrevue avec le général de Gaulle. S’il place en tête l’évocation de l’épreuve de force, il s’inquiète immédiatement ensuite de la dégradation de la situation économique. Cependant Jean-Marcel Jeanneney ne cède à aucun catastrophisme et s’attache plutôt à démontrer qu’en dépit des troubles, il poursuit son travail. C’est ainsi qu’il est en mesure de présenter un avant-projet d’organisation des services de l’ambassade. Enfin, il évoquera trois autres questions, celles de l’agence des biens des rapatriés et de l’office de gestion des biens vacants en Algérie, de la défense des Français et du transport de mobilier métallique. C’est donc un panel assez hétéroclite de difficultés qui seront abordées lors de ce déplacement.

  • 125 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 328 du 31 août 1962.
  • 126 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 346-352 du 31 août 1962.

79En l’absence de l’ambassadeur, Louis de Guiringaud va tenir les rênes de l’ambassade au plus fort de la crise politique. Diplomate doué d’une longue expérience, le ministre délégué comprend, le 31 août, que « les risques d’accrochages, sinon de conflit généralisé, ne peuvent plus être écartés » et que, dans ces conditions, il est à redouter que le bureau politique perde certains de ses soutiens125. Dans Alger, la journée est, une nouvelle fois, marquée par des cortèges. La foule se rassemble d’abord devant l’ancienne délégation générale où Ben Khedda donne une conférence de presse dans laquelle il renouvelle son offre de médiation. Ensuite, 15 à 20 000 personnes se retrouvent vers 18 heures au foyer civique, près du champ de manœuvres où l’UGTA invite à une démonstration de force pacifiste, ainsi que l’UGEMA, la jeunesse FLN et l’Union des femmes. Manifestement, la population est lassée par les querelles des personnels politiques, relève Louis de Guiringaud. Trop souvent, le motif de la discorde repose sur des raisons personnelles. Ainsi, le colonel Saout el-Arab, qui avait été relevé de son commandement de Constantine, et qui s’était apparemment rallié au groupe de Tlemcen, vient-il d’annoncer son ralliement aux wilayas dissidentes126.

80Louis de Guiringaud appuie plutôt la thèse d’un affaiblissement du parti benbelliste, soulignant à juste titre que « les actuels occupants d’Alger tirent un avantage psychologique du fait qu’ils peuvent rejeter sur le bureau politique la responsabilité au moins apparente de la guerre civile. Les échauffourées du 29 à Alger ont été déjà utilisées par eux dans ce sens ». Surtout, le ministre délégué tient à faire observer à ses correspondants duQuai d’Orsay et du ministère d’État aux Affaires algériennes que l’appui unilatéral à Ben Bella est peut-être imprudent car « derrière le bureau politique se profile l’ALN de Boumedienne dont on ne connaît encore ni les desseins, ni les calculs, ni, à vrai dire, les possibilités ». C’est la première fois que l’ambassade de France à Alger donne un signe d’inquiétude vis-à-vis de l’aptitude de Ben Bella à asseoir son autorité et, surtout, c’est la première fois que le nom de Houari Boumedienne est directement cité comme une carte possible dans la future donne du pouvoir.

  • 127 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 382-385 du 1er septembre 1962.
  • 128 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 386-391 du 2 septembre 1962.

81Le 1er septembre, la situation reste calme, mais pour la première fois des éléments des wilayas antagonistes se sont retrouvés face à face127. La situation va subitement se dégrader pendant la nuit. À Alger, Mohamed Khider disparaît, sans que l’on sache s’il s’est enfui ou s’il a été arrêté. À Boghari, à 140 km au sud d’Alger, un sérieux accrochage se produit entre katibas des wilayas IV et VI. La wilaya VI est également au contact de la wilaya IV à Aïn-el-Hadjel. En Oranie, les forces de la wilaya V sont parvenues sur la ligne Ténès-Orléansville et dans le sud à Bou-Caïd près de Molière. Enfin, dans le Constantinois, des troupes de la wilaya II contournent la wilaya III pour rejoindre Colbert et attaquer la wilaya IV par l’est. Le mouvement des colonnes benbellistes est cependant entravé par la foule qui, criant « barakat » (« ça suffit ! »), se couche en travers des routes pour empêcher les camions de passer128.

82Malgré la gravité de la situation, Abderrhamane Farès s’est absenté d’Algérie pour venir signer les protocoles à Paris. Rentré le 2 septembre, il se met immédiatement en contact avec ses amis qui lui confirment que le colonel Boumedienne a commandé à ses troupes de poursuivre leur mouvement vers Alger, laissant l’initiative du feu à la wilaya IV.

B. LA FUSILLADE DE LA CASBAH

  • 129 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 392-395 du 2 septembre 1962.
  • 130 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 397-399 du 3 septembre 1962.

83La nervosité dans les rangs des officiers de la wilaya IV se traduit par la diffusion d’une rumeur selon laquelle des gendarmes et des zouaves français seraient impliqués dans une nouvelle fusillade survenue à la Casbah dans la soirée du 2 septembre. En dépit du démenti formel du ministre délégué auprès des agences de presse, celles-ci ont décidé de diffuser la rumeur129. Profitant de l’occupation des locaux de la radio par ses hommes, le lieutenant Allouach a imposé au directeur de la RTF la diffusion d’un communiqué impliquant l’armée française dans la grave fusillade de la Casbah. Si le directeur français M. Drouet était obligé de rediffuser ce « tissu de mensonges aussi absurde qu’invraisemblable », Louis de Guiringaud estime que « le moment serait venu de mettre en œuvre les dispositions dont [il] s’est entretenu hier avec M. Bordaz. M. Drouet y est pleinement préparé mais il a besoin d’un délai de vingt-quatre heures ». Le ministre délégué ne divulgue pas ces dispositions mais il ajoute que « la sécurité de certaines personnes étant en cause, il serait souhaitable que la présente communication ne reçoive aucune diffusion et qu’il n’y soit pas fait allusion au téléphone sans les plus grandes précautions »130. Vu le mystère dont s’entoure volontairement Louis de Guiringaud, il y a fort à parier qu’un plan de sabotage ou de mise hors service de l’émetteur a été arrêté, même si aucun début de preuve ne peut être avancé. Toujours est-il que la radio se trouve, une fois encore, otage de la lutte politique.

  • 131 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 405-410 du 3 septembre 1962.
  • 132 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 411-413 du 3 septembre 1962.

84Quant à la fusillade de la Casbah, Louis de Guiringaud est en mesure de préciser qu’elle a débuté vers 19 heures et a duré environ trois heures. Elle a mis aux prises des « wilaystes » et des éléments inconnus, sans doute des proches de Yacef Saadi. Selon les rumeurs, elle aurait fait une centaine de victimes. Face à cette situation d’une gravité exceptionnelle, Ben Khedda juge préférable d’impliquer l’armée française, manœuvre dilatoire qui ne vise qu’à faire retomber la vindicte populaire sur un bouc émissaire. Alger-Républicain accrédite l’hypothèse en titrant : « L’armée française a-t-elle tiré à Alger ? », et en faisant aussi figurer en première page un article sur l’arrestation d’un tueur de l’OAS, suggérant par là que d’autres Européens susceptibles d’être à l’origine des troubles dans la capitale sont en liberté131. C’est en alimentant ce genre de rumeur qu’une nouvelle « Saint-Barthélemy » pourrait se produire à Alger. Néanmoins certains indices laissent penser que la wilaya IV a commencé à adopter un profil bas. C’est ainsi qu’elle a laissé à la wilaya III le soin de prendre le contrôle de plusieurs points sensibles dont la Casbah et l’immeuble de la RTF, où l’action du bureau politique a pu être présentée au journal du soir à travers les dépêches d’agence. D’autre part, Abderrhamane Farès a été approché par des émissaires de la wilaya IV en vue d’une médiation132.

  • 133 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 422-424 du 4 septembre 1962.

85Muni des résultats de l’enquête commandée par le général de Brébisson au sujet de l’attitude des troupes françaises dans la soirée du 2 septembre à Alger, Louis de Guiringaud est en mesure de communiquer aux ministères des informations précises sur la succession des événements. Il semble tout d’abord avéré que la wilaya IV a tenté de mêler l’armée française à la crise en provoquant des incidents comme à la caserne de Verdun où le poste de garde a été attaqué à l’arme automatique ou en tirant à vue sur un adjudant. Toutefois la population algéroise paraîtrait plutôt convaincue de la responsabilité de la wilaya IV dans la fusillade. Le retour au calme a été opéré grâce à la relève de la wilaya IV par les Kabyles de la wilaya III. La wilaya IV s’est très certainement transportée sur les frontières de sa zone où des combats violents seraient en cours, le 4 septembre, entre Sidi Aissa et Aumale. L’exécutif provisoire a d’ailleurs demandé l’aide de l’armée française pour rapatrier des blessés de la wilaya IV sur Médéa133.

C. LE DÉNOUEMENT DE LA CRISE ET LA VICTOIRE DÉFINITIVE DU BUREAU POLITIQUE

  • 134 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 433-434 du 4 septembre 1962.

86Le dénouement de la crise débute le 4 septembre, lorsque Ahmed Ben Bella fait une apparition à 17 heures en pleine Casbah, après être allé déjeuner chez Farès à Rocher Noir. Le président de l’exécutif provisoire est tout heureux de sous-entendre au ministre délégué que la fin de la crise passera par lui134.

  • 135 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 441-444 du 5 septembre 1962.
  • 136 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 464 du 5 septembre 1962.
  • 137 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 498-503 du 7 septembre 1962.

87Quelques heures après son retour à Alger, Jean-Marcel Jeanneney rencontre Abderrahmane Farès dans la fin de la matinée du 5 septembre. Absent au plus fort de la crise, l’ambassadeur a la confirmation qu’un accord général a été conclu durant la nuit entre le bureau politique, le colonel Mohand ou El-Hadj de la wilaya III, et le capitaine Si Sadok pour la wilaya IV. L’engagement des parties repose sur l’arrêt de toutes les opérations militaires, la démilitarisation de la capitale, qui sera gardée par des unités de toutes les wilayas jusqu’à la constitution d’une police centrale, et la tenue des élections, qui pourraient avoir lieu le 16 septembre. En fin de compte, les militaires insurgés paraissent assez bien tirer leur épingle du jeu, à la différence des « politiques » hostiles au bureau politique. En effet, l’accord paraît sceller l’élimination de la liste officielle de plusieurs grands noms comme Ben Khedda ou la relégation à un rôle mineur de Krim Belkacem, alors qu’une place de choix semble réservée au colonel Mohand ou El-Hadj, chef de la wilaya kabyle. Jean Herly peut en tout cas témoigner du retour au calme dans la capitale dès le 5 septembre135. Alors que la crise est dénouée dans Alger, les combats continuent à faire rage aux abords d’Aumale et d’Orléansville, en dépit de l’ordre de cessez-le-feu promulgué à 14 heures. C’est pourquoi Farès obtient de l’ambassadeur qu’il prête de nouveau un hélicoptère de l’armée française, cette fois, afin que Ben Bella et le colonel Si Hassan se rendent sur place136. Leur déplacement éclair calme le front dans la région de Masséna. Seuls des indicateurs de la wilaya IV sont lynchés à Boghari où a été découvert un charnier de quatre-vingts corps, vraisemblablement victimes de la wilaya137. Symétriquement au retour au calme entre Algériens, les exactions contre les Européens connaissent une recrudescence. Plusieurs d’entre eux auraient été tués en Mitidja, tandis que les pillages et les vols se multiplient à Alger.

  • 138 Armée nationale populaire, résultant de l’amalgame entre les hommes de l’ALN (armée des frontières (...)
  • 139 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 523-524 du 8 septembre 1962.

88Avec la stabilisation du conflit politique, le bureau politique va subitement réaliser sa fragilité et comprendre qu’il ne doit sa victoire qu’au soutien de l’armée. Aussi est-ce avec un embarras visible, le 8 septembre, que le colonel Boumedienne, à la tête d’une colonne de 4 000 hommes de l’ANP138, est parvenu à Blida et qu’il annonce son arrivée à Alger pour le lendemain139.

  • 140 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 528-532 du 8 septembre 1962.
  • 141 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 520 du 8 septembre 1962.

89Ahmed Ben Bella reprend très vite l’initiative, et c’est d’ailleurs une qualité à porter à son crédit, en annonçant son intention de limoger le préfet et le préfet de police d’Alger ainsi que le capitaine du port qui ont été, selon lui, faibles devant la wilaya IV. En prenant cette décision forte pour asseoir son autorité, il empêche toute velléité de l’ANP d’entrer dans Alger pour y exercer le maintien de l’ordre. Toutefois, comprenant que l’armée exige d’être remerciée pour son appui, il demande à Jean Herly de transmettre sans délai à l’ambassade une demande de 100 000 treillis et de 100 000 chemises pour équiper l’ANP, ainsi que des tentes pour les réfugiés, du matériel de travaux publics pour refaire les routes, des camions, des Jeeps, et deux hélicoptères. À Louis de Guiringaud, qui s’interroge sur le matériel qui a déjà été fourni en quantité importante, Mohamed Khémisti répond que la wilaya IV l’a largement consommé, soit en le gaspillant, soit en le cassant. Réitérant sa demande pour bénéficier de Jeeps pour assurer des patrouilles dans Alger, Mohamed Khémisti se voit proposer par le ministre délégué des patrouilles mixtes, ce à quoi il répond que c’est là « risquer l’accusation d’avoir chassé la wilaya IV pour installer les forces françaises dans Alger »140. De son côté, l’exécutif provisoire, profitant de l’accalmie, arrête définitivement la date des élections au jeudi 20 septembre141.

  • 142 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 544-545 du 9 septembre 1962.
  • 143 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 561-562 du 10 septembre 1962.

90En dépit des craintes du bureau politique, l’ANP parvient aux portes d’Alger, le 9 septembre, en établissant un cantonnement de fortune au stade de Belcour. Cette situation précaire fait redouter au bureau politique et à l’exécutif provisoire que les militaires ne prennent prétexte d’un manque de possibilité de cantonnement hors de la ville pour installer leurs troupes dans les casernes d’Orléans et de Fort-l’Empereur142. Le lendemain, les politiques sont soulagés de voir que l’ANP n’a finalement pas défilé dans Alger contrairement à ce qu’une rumeur laissait entendre. Ce profil bas s’explique sans doute par les discussions pour le remodelage de la liste officielle aux élections qui vont bon train et au sein de laquelle les militaires vont se tailler la part du lion. À l’heure de l’établissement d’un « consensus », Mohamed Khider s’envole pour Paris afin d’aplanir les difficultés avec la fédération de France du FLN qui demeure la principale force d’opposition au bureau politique143.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.

2 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, p. 155.

3 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.

4 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995. Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre…, op. cit., p. 99. Celui qui fut secrétaire général du Gouvernement de 1958 à 1964, rappelle aussi la nette prise de position de Jean-Marcel Jeanneney, au Conseil des ministres du 7 novembre 1960, en faveur de la formule « République algérienne » utilisée par le général de Gaulle lors de sa conférence de presse du 4 novembre 1960.

5 Louis de Guiringaud sera ministre des Affaires étrangères lors de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

6 Jean-Claude Paye est le fils de Lucien Paye, un temps collègue de Jean-Marcel Jeanneney comme ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Debré et promu diplomate après son passage au gouvernement. Ancien normalien et camarade de khâgne à Louis-le-Grand avec Léopold Sédar Senghor, il est alors ambassadeur à Dakar pour raffermir les liens avec l’ancienne colonie. Connaissant bien la Tunisie et le Maroc du fait des responsabilités antérieures de son père, Jean-Claude Paye a demandé en intégrant le Quai d’Orsay à être affecté à la direction des Affaires tunisiennes et marocaines dirigée par Louis de Guiringaud. Lorsque le directeur l’invite à le suivre à Alger, il ne cache pas sa déconvenue car il vient tout juste de rentrer d’Algérie où il a effectué trente mois de service militaire comme pilote dans l’armée de l’air et une année de « renfort administratif » en qualité d’élève de l’ENA. De plus, Jean-Claude Paye a entendu circuler le bruit suivant lequel ce serait son père qui pourrait devenir ambassadeur à Alger et la perspective d’avoir à travailler sous ses ordres le gêne. Aussi est-il rassuré quand celui-ci, rappelé en consultation à Paris, lui apprend qu’il n’ira pas à Alger.

7 Aucun article de presse de la période du ministère de l’Industrie ne mentionne qu’un grand quotidien étranger ait parlé de Jean-Marcel Jeanneney en tant que ministre de l’Industrie. Cela ne signifie pas, bien entendu que son nom n’ait pas été cité à l’étranger au moment de la bataille pour l’UGP. Le service de presse de cette époque n’avait pas une dimension internationale.

8 Arch. CHEVS JMJ 35. L’information-service de l’industriel, lettre n° 56, 5 juillet 1962.

9 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, op. cit., p. 128. Edgard Pisani avait pris la même position lors du même Conseil tenu le 4 octobre 1961.

10 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, Paris, de Fallois-Fayard, p. 171.

11 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit., p. 172.

12 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.,, p. 172.

13 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 173.

14 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 173.

15 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, tome 1, op. cit.., p. 174.

16 Jean Herly, « Été 1962 : l’ouverture des consulats généraux de France à Oran et à Alger », académie des sciences d’outre-mer, 4 octobre 1996.

17 Jean Herly, art. cit

18 Jean-Claude Paye arrivera à Alger le 7 juillet non sans avoir eu une grosse frayeur car la Caravelle qui l’emmène en Algérie subit une rarissime avarie de décompression en vol, qui la fait chuter de plusieurs milliers de pieds d’altitude et la contraint à une escale imprévue à Marignane. Le colonel de Réals arrivera à la mi-juillet, Philippe Richer un peu plus tard.

19 Aujourd’hui Rocher Noir a pris le nom de Boumerdès. La cité administrative existe toujours.

20 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec le général Gilbert Chavannes du 9 mai 1995.

21 Arch. CHEVS JMJ 35. Ce passage n’est repris que dans la presse algérienne d’expression française et non dans le télégramme.

22 Bernard Tricot, bras droit de Christian Fouchet, demeura à Rocher Noir la première semaine de l’ambassade Jeanneney pour assurer la passation (précision de Jean-Marcel Jeanneney).
Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2491 (numérotation du gouvernement général de l’Algérie) du 7 juillet 1962.

23 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2491 (numérotation du gouvernement général de l’Algérie) du 7 juillet 1962.

24 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2494 du 7 juillet 1962.

25 À Oran, les commandos de l’OAS s’appelaient les « collines ».

26 Service historique de la gendarmerie nationale. Registre de correspondance confidentielle et secrète, région d’Oranie 1962.

27 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2491 du 7 juillet 1962.

28 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2496 du 8 juillet 1962.

29 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2506 du 10 juillet 1962.

30 Jean Herly, art. cit.

31 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.

32 Jean Herly, art. cit.

33 Selon Jean Herly, Jean-Marcel Jeanneney aurait demandé au général Katz d’appeler Pierre Messmer afin de lui demander le concours de la Marine pour débloquer la situation des réfugiés du port mais le contact téléphonique avec la métropole ne put être établi pour des raisons non précisées.

34 Jean Herly, art. cit.

35 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 13 janvier 1995.

36 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie des 15 et 17 juillet 1962 et Écho d’Oran des 15 et 17 juillet 1962.

37 Arch. CHEVS JMJ 35. Le Monde du 17 juillet 1962.

38 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 5 du 17 juillet 1962 et n° 6 du 18 juillet 1962.

39 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 4 du 18 juillet 1962. JMJ 37. Télégramme au départ n° 11 du 19 juillet 1962.

40 Il existe un préfet de police et un préfet administratif.

41 Pour ce déplacement, Jean Herly était accompagné de Jean-Pierre Chevènement.

42 Jean Herly, art. cit.

43 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 15 juillet 1962.

44 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2505 du 10 juillet 1962.

45 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2507 du 11 juillet 1962.

46 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2512 du 11 juillet 1962. À la même date, l’ALN de Tunisie serait parvenue à 80 kilomètres au sud de Constantine.

47 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 3 du 17 juillet 1962.

48 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2507 du 11 juillet 1962.

49 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2513 du 12 juillet 1962.

50 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2524 du 13 juillet 1962.

51 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 7 du 18 juillet 1962.

52 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 31 du 24 juillet 1962.

53 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 42 du 25 juillet 1962.

54 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 44 du 26 juillet 1962.

55 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 53 du 27 juillet 1962.

56 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 60 du 29 juillet 1962.

57 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 76 du 1er août 1962.

58 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2510 du 11 juillet 1962.

59 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2508 du 11 juillet 1962.

60 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2509 du 11 juillet 1962.

61 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2518 du 12 juillet 1962.

62 Arch. CHEVS JMJ 37. Les besoins sont de 150 millions de nouveaux francs pour l’armée, 50 millions pour la constitution d’un réseau diplomatique, 20 millions pour le fonctionnement du gouvernement et de l’Assemblée.

63 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2519 du 12 juillet 1962.

64 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2519 du 12 juillet 1962.

65 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2523 du 13 juillet 1962.

66 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 32 du 24 juillet 1962.

67 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 3 du 18 juillet 1962.

68 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie, 22 juillet 1962.

69 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 25 du 21 juillet 1962.

70 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 2533 du 16 juillet 1962.

71 Arch. CHEVS JMJ 38. Télégramme à l’arrivée n° 395/Z ou n˚ 16 du 20 juillet 1962.

72 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 39 du 25 juillet 1962.

73 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 62 du 30 juillet 1962.

74 Arch. CHEVS JMJ 35. Le Monde, La Croix du 26 juillet 1962.

75 Arch. CHEVS JMJ 35. La Nation du 26 juillet 1962.

76 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 27 juillet 1962.

77 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 31 juillet 1962.

78 Arch. CHEVS JMJ 35. Dépêche d’Algérie du 2 août 1962. Jean Foyer est le garde des Sceaux, Pierre Sudreau, le ministre de l’Éducation, Raymond Marcellin, le ministre de la Santé.

79 Arch. CHEVS JMJ 35.

80 Arch. CHEVS JMJ 35.

81 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 83 du 2 août 1962.

82 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 96 du 4 août 1962.

83 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 88 du 3 août 1962.

84 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 89 du 3 août 1962.

85 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 95 du 4 août 1962.

86 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 113 du 7 août 1962.

87 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 107 du 6 août 1962.

88 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 127 du 9 août 1962.

89 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 128 du 9 août 1962.

90 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 154 du 14 août 1962.

91 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 176 du 17 août 1962.

92 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 219 du 23 août 1962.

93 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 162 du 16 août 1962.

94 Il s’agit des textes suivants : protocole relatif à la situation des fonctionnaires français servant en Algérie, protocole annexe relatif à la situation des enseignants français en Algérie, protocole judiciaire, protocole réglant les modalités d’exécution des opérations financières algériennes et françaises, protocole relatif au contrôle financier, protocole concernant l’exécution des engagements pris par l’OCRS en Algérie, convention pour l’application du paragraphe 8 du titre premier de la déclaration de principe sur la coopération pour la mise en valeur des richesses du sous-sol saharien, convention relative à l’organisation technique de la mise en valeur du sous-sol saharien, accord relatif à l’application du code pétrolier saharien et au transfert des compétences et des autorités visées par ce code.

95 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 198 et n° 203 du 21 août 1962 et n° 207 du 22 août 1962.

96 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 219 du 23 août 1962.

97 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 171 du 17 août 1962.

98 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 183 du 18 août et nϒ 187 du 18 août 1962.

99 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 186 du 18 août 1962.

100 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 190 du 20 août 1962.

101 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 194 du 21 août 1962.

102 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 204 du 21 août 1962.

103 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 211-212 du 22 août 1962.

104 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 218 du 23 août 1962.

105 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 226 du 23 août 1962.

106 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 229 du 24 août 1962.

107 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 236 du 24 août 1962.

108 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 234 du 24 août 1962.

109 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 237 du 24 août 1962.

110 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 240 du 25 août 1962.

111 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 245 du 25 août 1962.

112 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 246 du 25 août 1962.

113 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 248 du 26 août 1962.

114 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 250 du 26 août 1962.

115 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 258 du 27 août 1962.

116 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 259 du 27 août 1962.

117 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 265 du 28 août 1962.

118 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 281 du 30 août et n° 282 du 29 août 1962.

119 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 270 du 28 août 1962.

120 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 267 du 28 août 1962.

121 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 283-290 du 29 août 1962.

122 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 291-294 du 29 août 1962.

123 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 295-300 du 30 août 1962.

124 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 310-314 du 30 août 1962.

125 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 328 du 31 août 1962.

126 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 346-352 du 31 août 1962.

127 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 382-385 du 1er septembre 1962.

128 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 386-391 du 2 septembre 1962.

129 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 392-395 du 2 septembre 1962.

130 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 397-399 du 3 septembre 1962.

131 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 405-410 du 3 septembre 1962.

132 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 411-413 du 3 septembre 1962.

133 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 422-424 du 4 septembre 1962.

134 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 433-434 du 4 septembre 1962.

135 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 441-444 du 5 septembre 1962.

136 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 464 du 5 septembre 1962.

137 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 498-503 du 7 septembre 1962.

138 Armée nationale populaire, résultant de l’amalgame entre les hommes de l’ALN (armée des frontières) et des wilayas ralliées I, II, V, VI.

139 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 523-524 du 8 septembre 1962.

140 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 528-532 du 8 septembre 1962.

141 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégramme au départ n° 520 du 8 septembre 1962.

142 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 544-545 du 9 septembre 1962.

143 Arch. CHEVS JMJ 37. Télégrammes au départ n° 561-562 du 10 septembre 1962.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable