Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Les batailles de la modernisation industrielle

Épilogue. Une dernière audience avec le général de Gaulle avant de quitter l’industrie

Texte intégral

  • 1 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney à Michel Debré, 31 janvier 1962.
  • 2 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 2 mars 1962.

1Même si Michel Debré lui avait fait la confidence de la fin probable de son gouvernement au printemps 1962 lors de leur première entrevue de l’année, Jean-Marcel Jeanneney vit assez mal ses derniers mois au ministère de l’Industrie. Son attachement pour les questions industrielles est réel. Pourtant, il lui faut déjà préparer cette échéance, en trouvant des points de chute pour les membres de son cabinet par exemple. C’est ainsi que devant le goulet d’étranglement formé par les membres des cabinets désireux de retourner dans leur corps d’origine, il doit monter au créneau pour faire nommer Pierre Voitellier dans une préfecture1. Les inévitables rumeurs et bruits de couloirs perturbent les dernières semaines d’existence du gouvernement, Jean-Marcel Jeanneney s’en fait l’écho dans un petit mot adressé à Michel Debré où transparaît un certain agacement du ministre de l’Industrie : « Tu m’écris que nous sommes à la veille de consultations, je m’en doute, mais je trouve un peu surprenant que les ministres n’aient encore reçu aucune indication à ce sujet alors que des décisions paraissent prises et que députés et journalistes disent avoir reçu des confidences très précises à ce sujet »2.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 4. Compte rendu de l'entrevue du 17 avril 1962 avec le général de Gaulle.

2Le 17 avril 1962, Jean-Marcel Jeanneney est reçu en audience par le général de Gaulle avant de quitter le gouvernement. Dans le verbatim rédigé après l’entrevue, le ministre de l’Industrie note en préalable que le président de la République s’est montré « souriant, gentil, presque confus »3.

3Les premières paroles de Jean-Marcel Jeanneney sont pour confier son « émotion » à l’heure où il « prend congé ». Le général de Gaulle lui rétorque immédiatement qu’« il ne s’agit pas de prendre congé » et que, personnellement, il aurait désiré son maintien au gouvernement pour impulser une véritable politique européenne de l’énergie qu’il craint ne plus voir aboutir. Jean-Marcel Jeanneney ne parvient, toutefois, pas à lui faire admettre que son départ est uniquement imputable à Georges Pompidou. Le chef de l’État s’empresse de faire diversion en lui expliquant que le portefeuille de la Fonction publique, qui lui a été proposé, correspondait tout autant à ses qualités d’administrateur. Rappelant le règlement de la question des salaires d’EDF-GDF, le général de Gaulle persiste à penser que Jean-Marcel Jeanneney fait un excellent défenseur « des pauvres fonctionnaires ».

  • 4 Précision apportée par Jean-Marcel Jeanneney en 1997.

4Se réfugiant dans une attitude boudeuse qui masque une grande déception, Jean-Marcel Jeanneney se contente de répéter que son seul désir aurait été de demeurer à l’Industrie. Il motive son refus de s’occuper de la fonction publique en arguant de la difficulté d’une tâche pour laquelle il faudrait à la fois réunir l’autorité du Premier ministre, le poids du ministre des Finances et l’assurance de demeurer six ans en place. Jean-Marcel Jeanneney semble avoir été renforcé dans son refus par la proposition de Georges Pompidou de promouvoir le ministère de la Fonction publique dans l’ordre protocolaire. Le nouveau chef du gouvernement savait que ce n’était pas là un argument de nature à le faire changer d’opinion car il avait immédiatement ajouté : « Mais je sais que cela ne vous influerait guère ! »4 C’était là ne pas méconnaître le relatif détachement de Jean-Marcel Jeanneney pour les « hochets de la République » et le peu d’emprise que ce genre de proposition pouvait avoir sur lui.

5Le ministre démissionnaire veut aussi profiter de ce dernier entretien pour adresser une mise en garde au chef de l’État. Selon lui, depuis trois ans, dans les circonstances graves, le président a toujours été mieux soutenu par le peuple que par « une certaine bourgeoisie capitaliste » qui n’a été qu’un soutien « précaire », « toujours prête à se retourner ». Jean-Marcel Jeanneney en veut pour preuve « le résultat du dernier référendum dans le XVIe arrondissement ». Cette observation provoque une moue amusée chez le général de Gaulle qui ajoute aussitôt qu’il n’y a pas plus, selon lui, de bourgeois dans le nouveau gouvernement que dans le précédent. Jean-Marcel Jeanneney qui avait espéré que le nouveau gouvernement serait sociologiquement un peu plus à gauche que le précédent, estime au contraire que la promotion de Valéry Giscard d’Estaing, qui « incarne une certaine bourgeoisie », en est la traduction la plus marquante.

6Tout en se défendant d’effectuer un glissement à droite, le chef de l’État reconnaît qu’après le refus d’Edgar Faure d’entrer dans le gouvernement, le départ du ministre de l’Industrie est un second coup dur. Jean-Marcel Jeanneney estime que la raison profonde de son éviction de la rue de Grenelle est « politique ». Elle est sans doute le résultat de sa dureté « depuis trois ans, avec certains grands intérêts, notamment pétroliers », et il se peut que le Premier ministre ait recherché un ministre de l’Industrie « plus accommodant ».

7Tout en demandant à Jean-Marcel Jeanneney ce qu’il compte faire dans un proche avenir, le général de Gaulle l’incorpore immédiatement dans son « cadre de réserve » en lui disant : « Vous acceptez de rester à ma disposition. C’est cela qui est important ». Jean-Marcel Jeanneney envisage avec une certaine répulsion l’hypothèse de sa candidature aux élections législatives prévues pour 1963. Il se montre hésitant sur l’étiquette à prendre, récusant celles d’Indépendant, de MRP et même celles d’UNR et de Radical. Le général de Gaulle l’interrompt pour trancher : « Choisissez Divers gauche ! » En fait, le général de Gaulle a l’idée de nommer l’ancien ministre de l’Industrie à la tête de la prestigieuse École nationale d’administration, mais Jean-Marcel Jeanneney refuse tout net, donnant sa préférence à l’étude des problèmes économiques.

Notes

1 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney à Michel Debré, 31 janvier 1962.

2 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 2 mars 1962.

3 Arch. CHEVS JMJ 4. Compte rendu de l'entrevue du 17 avril 1962 avec le général de Gaulle.

4 Précision apportée par Jean-Marcel Jeanneney en 1997.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540