Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Les autres secteurs

Chapitre XIII. L’accompagnement des restructurations du secteur des industries textiles

Texte intégral

1Jean-Marcel Jeanneney n’est guère amené à se préoccuper du secteur textile avant la rentrée 1959. C’est par le problème de la crise du drap de laine cardée à Vienne, dans l’Isère, qu’il évoque pour la première fois son action dans le secteur, lors de son intervention à la chambre de commerce de Lyon, le 29 septembre 1959. Davantage que pour ses autres domaines de compétence, le ministre s’appuie sur la longue expérience de son directeur, Jean-Pierre Lévy, et semble instinctivement prêter un intérêt moindre pour des difficultés éparses et peu marquantes.

I. UN SOUTIEN INCONDITIONNEL À LA MODERNISATION D’UNE INDUSTRIE TRADITIONNELLE

A. UN DIRECTEUR HORS DU COMMUN

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Pierre Lévy du 13 mai 1993.

2C’est le passé de grand résistant de Jean-Pierre Lévy qui explique sa nomination à la tête de la direction des Industries diverses et textiles. À l’origine, en effet, rien ne le destinait à mener cette carrière administrative. Diplômé de l’institut supérieur de commerce de Strasbourg, il débute sa carrière dans une entreprise de filature-tissage de jute et de sacherie de Mulhouse dont un de ses cousins est associé. Après avoir occupé diverses fonctions, il parvient au secrétariat général de la société à Paris lors du déclenchement de la guerre. À la Libération, il n’est plus question qu’un chef de réseau ayant accompli des actes aussi audacieux face à l’occupant reprenne ses fonctions antérieures. C’est pourquoi Robert Lacoste lui demande de devenir commissaire provisoire auprès de l’office professionnel du cuir à la fin 1944 jusqu’à sa dissolution fin 1946. C’est encore Robert Lacoste, nouveau ministre de la Production industrielle, qui le nomme directeur des Industries textiles et du cuir au 1er janvier 1947. Puis, du fait de la fusion de cette direction avec la direction du Bois, papier et industries diverses en 1949, Jean-Pierre Lévy prend les rênes de la nouvelle direction des Industries diverses et textiles1. Recordman de la continuité administrative, le directeur des Industries diverses et textiles aura le privilège de connaître vingt-cinq titulaires du portefeuille de l’Industrie sous les IVe et Ve Républiques et d’assurer la pérennité d’une action qu’il désirait avant tout modernisatrice. Incontestablement, le passé de résistant de Jean-Pierre Lévy explique, en partie au moins, sa longévité à la tête de la direction car il n’était pas facile de l’éliminer sans lui trouver un point de chute au moins aussi important. Certains de ses anciens collègues s’expliquent d’ailleurs assez mal qu’un homme comme lui se soit contenté d’un poste de haut fonctionnaire et n’ait pas songé à une carrière politique qu’aucun parti n’aurait été en droit de lui refuser. Sans doute faut-il y voir une certaine modestie et le désir de reprendre sa place dans la société sans tirer parti de ses actions d’éclat.

3De tous ses directeurs, c’est à Jean-Pierre Lévy que Jean-Marcel Jeanneney accorde le témoignage public de satisfaction le plus louangeur, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des industries textiles (UIT), le 17 décembre 1959.

B. L’ÉTAT D’ESPRIT DE L’INDUSTRIE TEXTILE AU DÉBUT DE LA Ve RÉPUBLIQUE

4Le départ de Robert d’Halluin de la présidence de l’UIT en décembre est l’occasion de dresser le bilan d’une action et de faire le point sur le secteur textile un an après le début de la Ve République. Pour le ministre, c’est l’occasion de découvrir des questions qu’il n’a pas encore traitées de manière approfondie. Aux dires du président sortant, la seule véritable ombre au plein épanouissement de l’industrie textile française résulterait de la pression fiscale et de la lourdeur des droits de succession, mais cette plainte est intemporelle ! La nouvelle équipe dirigeante à laquelle le ministre aura affaire jusqu’à la fin de son ministère reposera sur le tandem Robert Trocmé-Roger Catin, respectivement président et délégué général du syndicat patronal.

  • 2 En 1958, l’indice de la production industrielle est tombé de 154 en février-mars à 145 à la fin de (...)

5La convocation de l’assemblée générale de l’UIT permet à Roger Catin de donner lecture du rapport d’activité de l’Union pour 1959. Cette communication présente un intérêt indéniable, à plusieurs titres. On y apprend que le principal défi lancé à l’industrie textile française du moment est lancé par les pays du bloc communiste qui connaissent une croissance spectaculaire et que le contrecoup du plan d’assainissement de décembre 1958 a été ressenti assez vivement puisque l’indice de l’industrie textile est retombé à 110 (100 base 1952) en janvier 1959 pour remonter à 135-140 à la fin de l’année2. 1959 aura incontestablement été l’année du redressement.

6Les exportations textiles françaises auront augmenté de 30 % en valeur par rapport à 1958, soit presque le double de la dévaluation (17,55 %), pour atteindre 200 milliards de francs. Leur progression concerne non seulement les matières semi-transformées ou les filés traditionnellement recherchés par les autres industries textiles européennes, mais aussi les tissus, les articles de bonneterie. En revanche, les exportations vers l’outre-mer ou les pays de la Communauté ont stagné, ce qui confirme toutes les études démontrant que la décolonisation s’explique en partie par le renversement des centres d’intérêt du monde industriel. Les ventes de produits textiles ont augmenté de 9 % en volume sur le marché intérieur ; une mode féminine attrayante et un été chaud auront été des éléments moteurs de la croissance du textile.

7Roger Catin se félicite que les industriels aient volontairement augmenté les salaires, sans attendre les « glissements » automatiques. L’année 1959 a également été marquée par l’adoption d’un régime de retraite pour les ouvriers du textile, système de retraite par répartition qui fait suite à celui adopté en 1958 pour les employés, techniciens et agents de maîtrise. Après la création de l’UNEDIC en 1958, 1959 aura été l’année du démarrage du régime de garantie contre le chômage total. En fait, le vrai problème du moment est le chômage partiel pour lequel aucune solution concrète n’est vraiment avancée. En dépit de la volonté du gouvernement, les formules d’intéressement ne connaissent aucun essor, tandis que la promotion des travailleurs progresse.

8Les disparités sociales entre pays membres de la CEE inquiètent l’Union des industries textiles, surtout les différences de salaires entre les hommes et les femmes et l’absence de TVA dans les autres États membres. L’instauration du Marché commun du textile rend particulièrement visible le manque de fonds propres des entreprises françaises. Si l’union patronale accepte la concurrence avec les industries textiles des pays membres de la CEE, elle s’insurge contre l’extension à des pays tiers des mesures de désarmement contingentaire et douanier prévues dans le traité pour les seuls États membres, surtout quand ils critiquent la construction communautaire. Cette accusation voilée vise naturellement l’AELE, la nouvelle zone de libre-échange imaginée par le Royaume-Uni. Pour contrer cette distorsion de concurrence, l’Union des industries textiles réclame un contingentement sur les importations de produits textiles en provenance des pays à bas salaires, à commerce d’État et à taux de change multiples. Roger Catin rappelle, à juste titre, qu’il ne faut pas confondre protectionnisme et concurrence déloyale. Il s’en prend à la possibilité offerte à un État membre ayant choisi de libéraliser ses importations de pouvoir réexporter sans entrave vers les autres États membres. Dans le secteur textile, l’Allemagne se livre à une politique de changement d’étiquette d’articles de confection japonais car, du fait de sa balance commerciale excédentaire, elle a renoncé unilatéralement à l’article 35 du GATT. Le délégué général craint que la libéralisation rapide des échanges telle qu’elle est voulue par le Fonds monétaire international et le GATT ne gêne l’établissement du Marché commun qui doit réaliser une harmonisation économique, commerciale, fiscale, sociale et législative. Le risque de dilution du Marché commun à peine sorti des limbes dans une vaste zone de libre-échange européenne et mondiale est grand.

C. UN BAGAGE INTELLECTUEL QUI FAIT OFFICE DE POLITIQUE

9L’allocution de Jean-Marcel Jeanneney à l’assemblée de l’UIT constitue un modèle de leçon d’agrégation d’économie, mais ne peut, en aucun cas, s’apparenter à un début de politique en faveur des industries textiles. Mêlant des considérations économiques d’échelle planétaire à des préoccupations nettement plus locales, Jean-Marcel Jeanneney annonce clairement les conséquences inquiétantes, mais inévitables, de la concurrence que les pays à bas salaires livreront aux nations développées. Sachant sans doute que Jean-Pierre Lévy a acquis une grande notoriété dans les milieux industriels en se faisant le champion de la modernisation, le ministre va orienter son message dans le même sens.

10S’appuyant sur les travaux statistiques de la rue Michelet, Jean-Marcel Jeanneney construit sa démonstration en partant du caractère cyclique des productions textiles. Faisant référence à ses recherches en tant que jeune thésard, il rappelle qu’avant-guerre, l’industrie textile vivait à court terme, uniquement préoccupée par les fluctuations des cours du coton ou de la laine qui déterminaient son niveau de profit. Cette époque est révolue et les industriels doivent, désormais, intégrer l’évolution technique à long terme dans leur stratégie. L’insistance du ministre n’est pas inutile car Jean-Pierre Lévy se souvient, lors d’une visite d’une usine vosgienne, avoir entendu un chef d’entreprise lui déclarer fièrement avoir dans son parc de machines des pièces remontant à la fin du xixe siècle et fonctionnant toujours très bien. Manifestement, le coefficient de vétusté de l’outil productif est encore une donnée que ne maîtrisent guère certains chefs d’entreprise au début des années 60 !

11Fondamentalement, Jean-Marcel Jeanneney ne se préoccupe pas du textile parce qu’il demeure intimement persuadé de la poursuite du développement de la consommation d’articles textiles. Son opinion s’est forgée à la lecture d’une enquête du commissariat au Plan qui sondait les intentions des Français sur les secteurs auxquels ils consacreraient davantage de moyens s’ils disposaient d’un pouvoir d’achat de 20 % supérieur. Or un grand nombre de réponses avaient cité les articles textiles en bonne place. Le ministre n’en conclut pas pour autant que l’avenir de l’industrie textile française est radieux, mais à moyen terme, il ne voit pas de raison de s’inquiéter. Encore une fois, on ne déclenche pas une conversion avant que la crise n’ait pris une certaine ampleur. Politiquement et psychologiquement, il n’est pas bon de générer des inquiétudes dans le corps social alors que le mal n’est pas encore visible et compréhensible.

12Si le ministre de l’Industrie s’attend à une croissance de la demande mondiale dans les années futures, il sait qu’elle reposera davantage sur l’accroissement démographique et sur la croissance économique des pays sous-développés que sur les pays développés. En rachetant des métiers à tisser obsolètes en Europe, ces pays peuvent se doter d’une industrie textile simple mais efficace, s’appuyant sur une main-d’œuvre nombreuse, peu qualifiée et très peu payée. De plus, les pays qui ont choisi cette voie de développement sont souvent eux-mêmes des pays producteurs de matières premières textiles, comme le Japon ou l’Inde. En dépit de la connaissance d’un phénomène qui pourrait être interprété comme une menace mortelle pour l’industrie textile européenne, Jean-Marcel Jeanneney ne fait preuve d’aucun pessimisme car les pays développés sont, à cette époque, les seuls à détenir la technologie nécessaire pour la production des textiles synthétiques en fibres artificielles ou mélangées. Or ce sont précisément les articles réalisés dans ces matières nouvelles qui ont la faveur des consommateurs occidentaux. Aussi, loin de redouter la concurrence des pays du tiers-monde, Jean-Marcel Jeanneney se hasarde à penser que, grâce aux exportations de produits textiles et de matières premières, ces pays parviendront à réunir le capital nécessaire pour acquérir des machines et des technologies leur permettant de se forger une industrie lourde. À partir du moment où les pays en voie de développement seront dotés des différentes branches d’industrie lourde, leur revenu par habitant croîtra, la société de consommation accaparera une grande partie des revenus et de la production nationale. À terme, ils se détourneront de l’effort d’exportation et les pays développés pourront même leur vendre une partie de leur production textile sophistiquée. Ce raisonnement, parfait sur le plan de la théorie économique, laisse de côté les intérêts des sociétés multinationales, qui n’ont pas avantage à augmenter les salaires, le phénomène de transfert technologique ou la question de la nature des régimes politiques qui peuvent ne pas avoir comme priorité absolue l’amélioration du sort des populations.

13L’âpreté de la concurrence économique entre les pays ne pouvant aller qu’en s’accroissant, Jean-Marcel Jeanneney plaide en faveur de l’investissement pour la recherche technique. Ce qui est très novateur dans ce discours de 1959, c’est la reconnaissance de la portée limitée des décisions de politique nationale pour un secteur très sensible à la conjoncture mondiale. C’est sans doute un des premiers aveux des limites de l’action publique dans le cadre de la nation. Si Jean-Marcel Jeanneney rejette le recours au protectionnisme, il n’accepte pas pour autant de laisser l’industrie textile soumise aux forces du marché qui « poussent à une sorte de dumping social de ces pays [les pays sous-développés] sur l’Europe ». Ces étonnants propos prémonitoires sur l’évolution de l’économie mondiale sont même complétés : « C’est là un phénomène dont on peut penser qu’il sera passager, oh ! passager à échéance de plusieurs années, peut-être de plusieurs dizaines d’années ». De même, on trouve chez lui un plaidoyer en faveur du recours aux droits de douane, qu’il n’exprimera qu’une vingtaine d’années plus tard dans son livre Pour un nouveau protectionnisme. Selon lui, la vigueur de la concurrence dans le secteur textile rend nécessaire l’adoption de limitations contingentaires pour se donner le temps d’établir un certain nombre d’étapes, d’échéances, afin de pouvoir préparer l’industrie française au choc de la concurrence. Jean-Marcel Jeanneney se défend d’ailleurs de glorifier la prospective ou les prévisions économiques en affirmant que leur intérêt réside plus dans les orientations qu’elles appellent que dans leur précision toujours démentie par les faits.

D. LE SECTEUR TEXTILE DANS LES LOIS DE FINANCES

14Au cours des examens des lois de finances 1961 et 1962, le textile ne préoccupe les parlementaires qu’au travers de l’impulsion donnée au fonds pour la recherche textile. Il est certain que l’effort de modernisation de l’industrie textile constitue l’axe majeur de la politique gouvernementale pendant la période. Jean-Marcel Jeanneney aura été favorablement marqué par l’inauguration du centre de recherche de la bonneterie à Troyes. L’instauration, dans la loi de finances 1961, du fonds pour la recherche textile en est la traduction. Cette création est d’ailleurs, un temps, menacée par le dépôt de l’amendement du sénateur Blondelle qui entend rétablir le fonds textile général dans sa forme initiale. Grâce au rapporteur Gustave Alric, l’amendement Blondelle sera finalement rejeté. Le gouvernement aura ainsi la possibilité de mieux cibler des sommes engagées jusque-là en bloc et de mieux les contrôler.

  • 3 Valéry Giscard d’Estaing, secrétaire d’État au Budget propose de ramener le taux à 0,35 %, le Sénat (...)
  • 4 Pour 1960, cette taxe avait rapporté au Trésor 80,156 millions de NF, avec la baisse de 1961, le re (...)

15Néanmoins, le soutien à la recherche textile n’entre pas dans les préoccupations de Valéry Giscard d’Estaing, qui propose au Parlement de baisser de moitié le taux de la taxe de 0,7 % sur le textile servant à alimenter le fonds. Après discussion, le Parlement choisit un taux médian entre ceux des ministères de l’Industrie et des Finances3. La question réapparaît lors de la discussion de la loi de finances 1962. André Diligent (MRP) juge, en effet, opportun de réclamer le retour à la taxe de 0,7 %, tandis qu’Henri Collette critique cette taxe qui pénalise les industries textiles alors que les besoins de capitaux pour la recherche textile se montent à 840 millions de nouveaux francs pour 19624. Les deux élus réclament donc une hausse de la dotation à la recherche textile à un moment où cette dernière cherche à s’étoffer. Lors de sa présentation de la loi de finances au Sénat, Gustave Alric se montre particulièrement disert sur les conditions de fonctionnement de la taxe servant à aider les centres de recherche textile. Étant personnellement à l’origine de la constitution des centres techniques industriels en 1948, il rappelle les conflits entre les ministères de l’Industrie et de l’Agriculture sur la répartition du produit de la taxe, la création puis la disparition des comités de répartition. Selon le sénateur, il est indispensable d’allouer un supplément d’aide d’un million de nouveaux francs aux centres de recherche textile sous peine de les voir licencier des chercheurs et diminuer fortement leurs programmes de recherche. Il rappelle à ses collègues qu’il est plus difficile de faire des progrès de productivité dans une industrie ancienne comme le textile que dans les industries nouvelles.

  • 5 Pour l’exercice 1961, 7,5 millions de NF sont allés à l’encouragement de l’industrie textile propre (...)

16Au cours du débat sénatorial, Henri Desseigne demande que le produit de la taxe soit intégralement reversé à l’industrie textile et non partiellement, de manière à ne pas la pénaliser inutilement5. Sans être hostile à l’éventuelle adhésion du Royaume-Uni à la CEE, le sénateur demande, par ailleurs, au ministre de l’Industrie de prendre toutes les précautions qui s’imposent pour éviter une mise en danger de l’industrie cotonnière française par le Royaume-Uni qui importe à bas prix des productions depuis Hong Kong, l’Inde et le Pakistan. En effet, l’industrie cotonnière britannique, très rationalisée, a bénéficié d’importantes aides gouvernementales et s’est spécialisée dans le « trafic de perfectionnement ». Elle risque d’être la plaque tournante de la redistribution de textiles asiatiques qu’elle aura perfectionnés.

  • 6 Sochaux est le siège historique de Peugeot.

17Sénateur des Vosges, Louis Courroy profite également du débat budgétaire pour attirer l’attention de Jean-Marcel Jeanneney sur la situation délicate de l’industrie textile de sa région. Après la création des zones spéciales de conversion (ZSC), quelques entreprises ont été sauvées, sans toutefois pouvoir endiguer l’émigration de la main-d’œuvre vers les bassins d’emploi de la Lorraine sidérurgique et de Sochaux6. La perte des marchés coloniaux semble être la cause majeure de la grave crise que connaît le textile vosgien. Néanmoins, même les exportations vers l’Allemagne de l’Ouest ont diminué et Louis Courroy l’explique en incriminant le poids des charges sociales pesant sur l’industrie textile française. D’après lui, le gouvernement français doit s’engager à demander l’application rigoureuse des accords textiles de Rome et de Genève, et cesser de pratiquer une politique d’aide au coup par coup pour revenir à la politique des zones spéciales de conversion. Le sénateur des Vosges s’insurge contre la lenteur des procédures administratives qui aurait conduit un chef d’entreprise, apparemment désireux de créer soixante emplois, à renoncer pour cette raison. Et Louis Courroy de conclure que rien ne sert de vouloir augmenter le fonds d’encouragement à l’industrie textile si celle-ci est moribonde.

  • 7 Au cours d’une conversation avec M. Jeanneney rapportant un voyage au Royaume-Uni, l’auteur de ces (...)

18En réponse à la légitime inquiétude de l’élu vosgien, Jean-Marcel Jeanneney prend l’engagement que le gouvernement français n’aura jamais une politique semblable à celle suivie par le gouvernement britannique. Celle-ci consiste en l’acceptation du sacrifice des industries jugées périmées en échange du maintien d’un niveau élevé d’exportations de biens de consommation dans l’ancien empire colonial. Le ministre de l’Industrie ne fait ici que réitérer son opposition profonde au libéralisme de type anglosaxon. Alors qu’il nourrit une admiration indéniable pour le modèle économique allemand depuis Bismarck, Jean-Marcel Jeanneney semble, en revanche, nettement plus réservé vis-à-vis du Royaume-Uni. À n’en pas douter, les enseignements d’André Siegfried à l’École libre des sciences politiques et l’étude de ses ouvrages sur la longue crise économique britannique ont eu sur lui une influence durable7. Jean-Marcel Jeanneney juge encore que l’extrême dureté sociale régnant depuis toujours au Royaume-Uni est inconciliable avec l’esprit égalitaire des Français, alors qu’ils seraient tout à fait à même d’adopter le « modèle rhénan », nettement plus protecteur et redistributeur des richesses.

19Cette conception permet certes au ministre de promettre l’assistance de l’État pour procéder à la modernisation des activités vieillies de l’industrie, mais à la condition impérative d’une mise en concurrence avec les pays à bas coût de main-d’œuvre. Le résultat de cette politique devrait déboucher sur l’acquisition par les usines textiles de biens d’équipement fournis par d’autres industries françaises. Il faut se souvenir qu’une des grandes préoccupations de Michel Debré et de Jean-Marcel Jeanneney, à cette date, est la faiblesse chronique de l’industrie française de machines-outils, d’où le projet, caressé un temps, de création d’une société nationale à Saint-Nazaire. De toute façon, le ministre prête un intérêt particulier à l’industrie cotonnière des vallées vosgiennes, dans la mesure où elle a des prolongements jusque dans les vallées de la Haute-Saône. Selon lui, la restructuration menée depuis une dizaine d’années a valeur de modèle. Concernant les modifications survenues en matière d’attribution de primes d’aménagement du territoire, Jean-Marcel Jeanneney défend la politique dite du « coup par coup », qui n’a pas impliqué la disparition de l’aide accordée aux aires géographiques précédemment qualifiées de zones spéciales de conversion.

II. LA CRISE DE L’INDUSTRIE DE LA LAINE CARDÉE ET SES RÉPERCUSSIONS RÉGIONALES

  • 8 Les députés sont : Longequeue pour le Limousin, Bayou et Coste-Floret pour la région de Saint-Pons (...)

20Le seul véritable problème textile récurrent auquel Jean-Marcel Jeanneney est confronté depuis son arrivée au 101, rue de Grenelle est celui de la laine cardée. Bien qu’ayant manifesté publiquement, à plusieurs reprises, son intérêt pour ce problème, le ministre de l’Industrie donne le sentiment de tarder en n’apportant pas de solution concrète aux entreprises en difficulté et à leurs salariés. C’est la raison pour laquelle, le 23 juin 1961, il est mis en demeure de s’expliquer par une question orale posée conjointement par vingt-deux députés appartenant à différents groupes de l’Assemblée et représentant toutes les régions concernées par cette crise8.

A. LES ARGUMENTS DES ÉLUS DES RÉGIONS CONCERNÉES

21Le premier député à s’exprimer est le gaulliste du Tarn André Vidal qui débute son intervention par un trait d’esprit « Ce n’est pas une question orale, Sire, c’est une interpellation ! » La question, répétée vingt-deux fois par le président de séance, n’a d’autre but que d’attirer lourdement l’attention du gouvernement sur un problème qu’il paraît avoir passé à la trappe, profitant du fait que, depuis la Constitution de 1958, le Parlement a perdu l’initiative des débats. Néanmoins, les parlementaires n’ont pas perdu tous moyens de se faire entendre et André Vidal remarque, avec une pointe d’ironie, qu’« il n’est pas nécessaire de voter pour se faire entendre », et qu’« on peut, certes, empêcher les députés de voter après un débat, mais comment les empêcher de voter avant ? » Pour André Vidal, si trois cents députés posaient conjointement la même question au Premier ministre sur sa politique générale, même en l’absence de vote, ce dernier ne pourrait pas ne pas en tirer les conséquences. Selon lui, la Constitution de 1958 est, certes, parvenue à un traitement symptomatique des maladies de la IVe République, mais elle n’est pas parvenue à enrayer la maladie. Ces propos peu amènes, surtout quand on pense qu’ils viennent des rangs du parti gaulliste peu réputé pour ses critiques envers le gouvernement, traduisent l’irritation d’une partie de la représentation nationale devant la situation économique d’un secteur laissé dans un apparent état d’abandon mais aussi le combat défensif de la vieille culture parlementaire contre les nouvelles institutions.

  • 9 Les chiffons arrivent par cargos depuis les États-Unis, les vêtements récupérables sont vendus en f (...)

22En attendant de régler le contentieux politique, André Vidal rappelle qu’en matière de laine cardée, la France aura pleinement joué les règles du Marché commun en supprimant, dès le 1er janvier 1959, les aides à l’exportation, et en abaissant, le 1er avril 1961, de 5 % à 10 % les droits de douane sur les importations de tissu de laine. Avec un tarif principal de 9,75 %, la France se trouve au second rang après la RFA pour la faiblesse des droits de douane exigibles pour les textiles de laine cardée. Cette situation soumet la France à la concurrence italienne dont les importations étaient déjà passées de 156 millions de francs à 1 350 millions de francs entre avril 1954 et juin 1957. Le danger transalpin est d’autant plus fort que les Italiens sont parvenus à battreles Britanniques et les Japonais aux États-Unis en vendant des tissus moitié moins cher que les Japonais. Le député du Tarn n’hésite pas à se lancer dans une analyse détaillée des modes de fabrication de tissus confectionnés à Prato en Italie, échantillons et analyse scientifique à l’appui dans les travées de l’hémicycle. Il explique la prépondérance italienne par sept facteurs9.

23André Vidal reconnaît que l’ingéniosité des industriels italiens en matière de fiscalité est sans pareil et qu’il est difficile de critiquer un gouvernement étranger quand ce sont ses contribuables indélicats que l’on poursuit. Toutefois, il se demande si le renoncement du gouvernement italien à faire respecter la loi ne s’apparente pas à une forme déguisée d’aide à l’exportation. C’est la somme de ces actions qui permet de parler de « miracle » italien. Le député du Tarn se montre particulièrement dur à l’égard du gouvernement Debré, demandant au ministre de l’Industrie si le gouvernement a une politique à l’égard du textile cardé, s’il souhaite sa survie ou s’il l’estime condamné. Pour lui, « ce gouvernement n’a pas de véritable politique sur ce point, pas plus qu’il n’a de politique industrielle, pas plus qu’il n’a de politique agricole, pas plus qu’il n’a de politique de la distribution, pas plus qu’il n’a de politique économique tout court ». Paul Coste-Floret lance depuis son pupitre à l’adresse des bancs des ministres : « On a le gouvernement qu’on mérite ! » Mais André Vidal n’entend pas se contenter d’attaquer les gaullistes, en expliquant que les « ouvriers ne sont pas sans reproche non plus », et que « si certains centres industriels se prêtent à un noyautage politique qui leur vaudra peut-être d’entrer dans l’Histoire quand la France sera devenue une démocratie populaire », pour l’heure cette attitude est « un pur suicide économique ». Même si André Vidal admet que certains dirigeants syndicaux partagent avec certains patrons un indéniable archaïsme qui donne à leur conflit une allure 1925, il n’en demeure pas moins que d’autres veulent que l’industrie évolue. Il s’en prend personnellement à Jean-Marcel Jeanneney auquel il lance : « Quand on est habitué aux formes abstraites de la science économique et disposé à la bienveillance, on y trouve de fortes vérités, qui n’ont que le tort d’être présentées un peu hors du temps, de l’espace et de quelques contraintes. Quand on n’a ni cette habitude, ni cette disposition, on est obligé de conclure que ce gouvernement prend un sombre plaisir à laisser ses techniciens détraquer l’ambiance psychologique du pays ». Il s’agit là de la première attaque personnelle dont Jean-Marcel Jeanneney est la cible au Parlement. Il n’est pas fortuit qu’elle porte sur cette pratique technicienne de l’art de gouverner qu’il a eu l’occasion de revendiquer en certaines occasions. André Vidal réclame simplement au ministre d’apporter une réponse précise et immédiate aux difficultés du textile cardé, soit en invoquant la clause de sauvegarde prévue par le traité de Rome, soit en exigeant des Italiens des négociations sérieuses sur l’harmonisation des conditions de production.

  • 10 Il s’agit plus particulièrement des vallées de Saint-Pons, Riols, Corniou, les Verreries-de-Moussan (...)

24Après ce discours plutôt incisif mais qui a le mérite de faire redécouvrir l’art oratoire parlementaire et le sens de l’argument, la parole revient au socialiste Raoul Bayou, député de l’Hérault, qui entend évoquer plus particulièrement la situation difficile de l’industrie du drap cardé dans son département et son voisin du Tarn10. Les petites et moyennes entreprises travaillant le drap cardé dans ces localités se trouvent concurrencées depuis la fin des années 50 par les fibres synthétiques, plus légères à porter en été, plus conformes aux goûts nouveaux des consommateurs. Deux solutions permettraient de relancer ces entreprises. La première consisterait à les autoriser à traiter autant de fibres synthétiques qu’elles le désirent sans réserver ces dernières aux grandes entreprises, la seconde serait de leur faire obtenir le droit à l’appellation « Tergal » ou « Orlon ». Les professionnels estiment indispensable la suppression des droits de douane discriminants sur les machines qui, de toute évidence, ne seront jamais fabriquées en France et la possibilité d’un super-amortissement. Le député estime aussi qu’il serait souhaitable d’intensifier la publicité pour le tissage, étant donné que pour cette activité, il existe de réelles possibilités d’exportation, y compris vers l’Allemagne, la Suisse et l’Italie. Les commandes militaires seraient également les bienvenues, mais en pratiquant des adjudications qui tiendraient compte de la qualité des produits livrés et non des plus bas prix possibles, ce qui entraîne des malfaçons. Raoul Bayou propose au ministre de l’Industrie de tenir une « table ronde » où s’assoiraient industriels, ouvriers et artisans. Le député entend faire passer un message d’espoir auprès du gouvernement, lui expliquant que des mesures simples et peu coûteuses sont susceptibles de refaire partir cette industrie.

25C’est ensuite au tour du député Radical de l’Aude François Clamens de s’exprimer. Selon lui, la mévente sans précédent de textiles bon marché vers l’Algérie et la diminution des commandes militaires sont les deux principales causes de la très sévère crise subie par les cantons ruraux de l’Aude qui pratiquent une activité textile. Par rapport à la fin 1959, la production a chuté globalement d’environ 30 %. Comme son collègue de l’Hérault, le député de l’Aude prône les vertus de la petite industrie rurale, au moment où le gouvernement décide d’accentuer sa politique en faveur de l’aménagement du territoire pour tenter de remédier aux aspects les plus criants du « désert français ». La portée de l’intervention de François Clamens dépasse de loin le cadre de l’industrie de laine cardée, il faut tout autant y voir un moyen pour attirer l’attention du gouvernement sur une région très enclavée, soumise à un fort exode rural et peu aidée par les pouvoirs publics.

26Ce n’est pas le cas du Radical Noël Chapuis, député de Vienne dans l’Isère, dont la ville peut être considérée comme la capitale de la laine cardée. Si l’importance de la crise rencontrée par ce secteur peut se mesurer quelque part, c’est bien à Vienne, où le nombre d’emplois dans le textile est passé de 7 000 à 3 000 en quelques années. Contrairement à l’idée courante qui voudrait qu’on retrouve facilement un emploi dans ces heureuses années de prospérité, cela ne semble pas être vraiment le cas à Vienne où le sous-emploi est important. Seuls les jeunes quittent massivement la ville, entraînant de ce fait un vieillissement accéléré. Le député de Vienne, en sus des explications fournies par André Vidal auxquelles il souscrit entièrement, voit dans l’extrême diversité de la production française de textile cardé la raison majeure de son manque de compétitivité avec ses concurrentes étrangères. À trop fabriquer dans les petites séries pour la confection de haut de gamme, les industriels français ont manqué le virage de la confection de grande consommation, moins prestigieuse mais nettement moins coûteuse à produire. Lui aussi déplore le remplacement du textile cardé dans les armées par le textile peigné, ce qui lui vaut d’être interrompu de manière quelque peu provocatrice par le gaulliste du Nord Eugène Van der Meersch qui lance : « On a raison ! » Noël Chapuis rappelle alors à son collègue que le ministre des Armées, qui lui avait promis un remplacement des uniformes sur une période de sept à huit ans, a finalement décidé de les renouveler en dix-huit mois. Le député s’inquiète également de l’absence de jeunes dans cette industrie, ce qui lui portera inévitablement un coup fatal à terme. Afin d’encourager certains jeunes à se spécialiser dans l’apprentissage du métier de cardeur, il faudrait trouver un meilleur moyen d’indemnisation des mois de sous-emploi, par exemple en prenant mieux en compte les heures supplémentaires réalisées en période de pointe. En conclusion, Noël Chapuis demande pour sa ville la même bienveillance de la part des services du ministère de l’Industrie pour les projets d’implantation que du temps de la défunte appellation de zone critique à laquelle Vienne avait eu droit.

27En prenant la parole, le MRP de l’Hérault Paul Coste-Floret poursuit les attaques à fleuret moucheté qu’il avait entamées au début du débat, précisant qu’il s’est déjà entretenu avec le ministre alors que ce dernier était censé écouter « un député de la Ve République exercer le droit de contrôle parlementaire en posant une question orale sans débat ». Précisant qu’il n’est pas particulièrement amoureux du textile cardé, il prévient aussi ses collègues qu’il n’est pas là pour critiquer le Marché commun ou ses répercussions sur l’ensemble du secteur textile qui ont été, à ses yeux, « très largement bénéfiques ». Le député de l’Hérault rappelle que pour ses deux premières années de fonctionnement, la valeur de la production textile nationale est passée de 10 à 13 milliards de francs, soit une augmentation supérieure à celle enregistrée au cours des dix années antérieures. Cependant, note-t-il avec une certaine dose de malice, « il est dans les familles des enfants bien peignés et des enfants mal peignés ». Tel semble être le cas du secteur du textile cardé. À Lodève, ville qu’il représente, le travail de la laine cardée pour l’équipement de l’armée remonte aux mousquetaires. Depuis longtemps, cette industrie est en crise, les fermetures d’entreprises sont anciennes. C’est parce qu’il s’avoue lassé par un certain nombre de poncifs sur la politique industrielle ou la politique d’aménagement du territoire que le député de l’Hérault a adopté ce ton faussement guilleret. Selon lui, avant de penser à « industrialiser », il faudrait penser à « éviter de désindustrialiser » ce qui existe depuis des temps reculés. Prenant l’exemple de son département, il n’a aucune peine à montrer que la création d’une zone critique à Montpellier et l’allocation d’aides à Lodève ne peuvent masquer la diminution des deux tiers de l’activité de l’usine Fouga à Béziers, la fermeture d’une usine de bonneterie au Vigan et la mauvaise santé des entreprises textiles de Lodève et de Saint-Pons, sans même parler de la fermeture de la mine de fer de Saint-Gervaissur-Mare. Afin de surmonter ces difficultés, Paul Coste-Floret en appelle à une véritable politique industrielle qui tiendrait compte du Marché commun et des formidables potentialités qu’il recèle.

28Député de la 1re circonscription du Tarn, le centriste Édouard Rieunand tient immédiatement à rappeler qu’il a attiré l’attention du gouvernement sur la situation de l’industrie du textile cardé dès novembre 1959. Se conformant à l’analyse détaillée par ses collègues, il préfère concentrer son propos sur le « tissu administratif », à savoir celui destiné à l’armée. Selon lui, les industriels français ont parfaitement su prendre le virage du peigné en inventant un mélange cardé-peigné qui ressemble comme un frère au peigné-acétate retenu par le ministère des Armées. L’enjeu est même beaucoup plus vaste, puisque, au-delà de l’armée de terre, ce sont les deux autres armées et toutes les grandes administrations utilisant des uniformes qui pourraient se détourner du textile cardé national. Pourtant des tests menés par des entreprises du Sud-Ouest ont prouvé que le mélange peigné-cardé offrait une qualité très proche de celle du mélange peigné-acétate. Si on ne peut empêcher de remplacer la traditionnelle « capote » en laine cardée de l’uniforme militaire par un imperméable synthétique, on commettrait une erreur en ne prévoyant pas une doublure à base de cardé issu de chiffon pour les rigueurs de l’hiver. Cette commande permettrait-elle réellement de sauver les 6 000 emplois auxquels Édouard Rieunand fait référence ? Toujours est-il qu’il n’hésite pas à répondre indirectement à l’interpellation du député Van der Meersch en soulignant que si l’industrie textile cardée est aujourd’hui en si mauvaise posture, c’est parce que les filatures du Nord ont obtenu le quasi-monopole de l’utilisation des fibres synthétiques par les grands groupes chimiques pour fabriquer les vêtements aux « labels » tant prisés par les consommateurs.

29Dernier des trois députés du Tarn à prendre la parole, l’Indépendant Henri Yrissou situe les difficultés rencontrées par l’industrie du textile cardé français dans une perspective macro-économique, celle de la fermeture des anciens marchés coloniaux, du changement de goût des consommateurs. Aussi ne dit-il pas que les industriels français sont les meilleurs et qu’ils n’ont pas de progrès à faire, mais il insiste sur le rôle particulier que doit jouer l’État par le biais des commandes administratives et militaires. Or l’État n’a pas respecté son rôle, a aggravé les tendances à la mode et accentué la mise en concurrence brutale par l’abaissement des droits de douane. Néanmoins, le député ne paraît pas outre mesure décidé à jouer l’avenir de sa région sur le secteur textile car il se lance dans une longue plaidoirie en faveur de l’industrialisation du Sud-Ouest, au nom de la déconcentration industrielle, réclamant l’implantation d’un complexe sidérurgique d’un million de tonnes.

30Le dernier orateur à s’exprimer est le socialiste ariégeois Jean Durroux qui se félicite de la tenue de ce débat et remercie les présidents de groupes de l’avoir autorisé. C’est la réunion, le 3 mai 1961, d’un groupe d’études comprenant des députés et des sénateurs qui a fait prendre conscience aux élus de la gravité de la situation de l’industrie du textile cardé partout en France. Le député de l’Ariège critique l’article paru dans Le Monde du 7 juin, selon lequel, dans l’avenir, les pays en voie de développement se spécialiseront dans les fibres naturelles alors que les pays développés le feront pour les fibres synthétiques et artificielles. Comme ses autres collègues du Sud-Ouest, Jean Durroux réclame avec force une aide massive de l’État pour développer sa région. Il argue pour cela du fait que 800 entreprises ont disparu dans le Sud-Ouest depuis 1955 et que la main-d’œuvre est contrainte de s’expatrier pour travailler dans d’autres régions, alors que sur place, elle est réputée « sous-qualifiée ». Le député interroge le ministre sur la signification pour Toulouse d’être la deuxième ville universitaire de France si c’est pour être la capitale d’un désert industriel. Le véritable objet de l’intervention de Jean Durroux est, une fois encore, l’industrialisation du Sud-Ouest. En effet, celui-ci, grand producteur d’électricité, semble délibérément sacrifiée sur l’autel du progrès. Les paroles de Jean Durroux, bien qu’un peu emphatiques, n’en constituent pas moins une nouvelle supplique au gouvernement et, ajoutées à celles des autres parlementaires, devraient incliner le ministre à davantage œuvrer pour donner le sentiment que le pouvoir se préoccupe bien de l’avenir de cette partie du territoire.

B. LE DUR LANGAGE DE L’ADAPTATION AUX NOUVELLES RÉALITÉS ÉCONOMIQUES

31Jean-Marcel Jeanneney place sa réponse sous le signe de la « franchise », afin d’exprimer ses remerciements aux orateurs pour la qualité de leurs interventions. Le ministre de l’Industrie admet bien volontiers qu’il existe effectivement une crise de la laine cardée, et que cette crise a de fâcheuses répercussions sur l’emploi et l’activité de régions économiquement défavorisées. Cela étant dit, Jean-Marcel Jeanneney refuse de suivre Paul Coste-Floret quand celui-ci parle de crise de l’industrie textile en général. Pour apporter des éléments à son refus, le ministre de l’Industrie cite l’industrie de la soie dont la production a crû de 15 % entre 1959 et 1960, celle du coton dont le travail de filature a augmenté de 11 % et le travail du tissage de 7 %. Quant à l’industrie de la laine peignée, elle a atteint 88 700 tonnes, soit un record absolu. Le simple énoncé de ces chiffres permet aux députés de ne pas conclure à une crise générale du secteur textile. En 1960, les importations de tissus de laine, peignés et cardés confondus, se sont élevées à 3 210 tonnes, soit 50 % de plus qu’en 1958 (2 200 tonnes), mais cela ne représentait encore que 8 % de la production lainière française. De même, Jean-Marcel Jeanneney a pris soin de demander à la direction des Industries diverses et textiles de calculer la part des importations italiennes de laine pure sur le total de la laine importée. Pour cette dernière, il s’est avéré que la part de l’Italie, qui était de 70 % en 1958, est retombée à 56 % au second semestre 1960. De même, pour les tissus de laine mélangée, les importations italiennes représentaient 72 % du total en 1958, elles sont revenues à 47 et 51 % aux premier et second semestres 1960. Après analyse de ces statistiques, le ministre de l’Industrie estime qu’on ne peut nullement prétendre que les importations italiennes présentent un danger pour l’industrie lainière française. Il s’étonne même qu’en l’état de la compétitivité des tissus italiens, ces derniers ne représentent pas une part plus importante. La raison profonde de la crise de la laine cardée réside dans l’évolution du goût des consommateurs, il faut donc adapter cette industrie au marché. D’ailleurs, comme à son habitude, Jean-Marcel Jeanneney élargit la réflexion à l’ensemble de l’industrie. Il concède à André Vidal que ce dernier l’avait averti deux ans auparavant du passage de la laine cardée à la laine peignée par l’intendance militaire, mais il avoue avoir été rassuré à cette époque par le ministre des Armées qui lui avait promis de donner quelques avantages en retour à l’industrie de la laine cardée. Après deux ans d’exercice ministériel, il ne se satisfait naturellement plus de cette seule promesse mais attend des actes.

32En réponse à la suggestion d’André Vidal qui préconise le recours aux clauses de sauvegarde prévues par l’article 226 du traité de Rome, Jean-Marcel Jeanneney précise qu’il ne s’applique qu’en cas de déficit de la balance des paiements et de difficultés graves dans un « secteur économique ». Ces deux conditions ne sont manifestement pas remplies. L’industrie lainière cardée n’est tout au plus qu’un secteur d’activité inclus dans le secteur économique textile. Si les négociateurs du traité avaient voulu que les clauses de sauvegarde puissent être utilisées à un niveau plus micro-économique, ils l’auraient explicitement mentionné. De plus, les députés ignorent sûrement qu’en cas de recours à la clause de sauvegarde, c’est à la Commission européenne de prendre toutes les mesures d’assainissement qui s’imposent et non au gouvernement français. Ce renoncement à une politique « nationale », tant une majorité de députés que le gouvernement ne sont pas résolus à l’accepter.

33Concernant le problème des taxes compensatoires sur le chiffre d’affaires qui auraient été artificiellement relevées par le gouvernement italien sur les importations, la Commission européenne a donné raison à la France. Cette décision devrait se traduire par l’instauration entre la France et l’Italie d’un système de taxes compensatoires entre les importations et les exportations. Le dernier problème réside dans la différence de salaire entre les sexes en Italie et en France. Là, le ministre de l’Industrie se montre beaucoup plus prudent, rappelant que le niveau de salaire est avant tout fixé par la différence entre l’offre et la demande, et que dans le cas italien, le sous-emploi chronique pèse plutôt en faveur d’une faiblesse des salaires.

34Évoquant ensuite les grands traits de la politique de développement industriel du gouvernement, le ministre récuse le slogan que certains parlementaires voudraient voir transformer en théorème : « D’abord maintenir ce [les entreprises] qui existe[nt] ! » Jean-Marcel Jeanneney critique une approche qui amènerait des entreprises nouvelles à occuper des installations vieillies et inadaptées, ou qui tendrait à contraindre l’État, c’està-dire les contribuables, à soutenir des entreprises surannées et peu capables de générosité sociale. Quant aux conditions d’octroi de la prime spéciale d’équipement (PSE), elle peut être attribuée aux extensions d’entreprises existantes, aux changements d’activités. La principale difficulté pour l’octroi de cette prime réside dans l’insuffisance trop fréquente de fonds propres des entreprises désireuses d’en bénéficier. Cette constatation permet à Jean-Marcel Jeanneney de défendre Jean-Pierre Lévy qui a plaidé, au cours d’une conférence de presse, pour l’ouverture des sociétés familiales à des modes de financements extérieurs. Afin de remédier à cette situation, le ministre de l’Industrie propose que les entreprises textiles familiales accèdent au marché des capitaux par le biais des emprunts groupés.

35Jean-Marcel Jeanneney concède à André Vidal que le gouvernement n’a pas de politique particulière concernant la laine cardée car il ne saurait avoir une politique de « branches », ce qui est une précision particulièrement instructive quand on se souvient que quelques années plus tard seront développées les politiques dites de « filières ». En tout cas, le ministre se montre soucieux de se démarquer de son étiquette d’interventionniste, refusant catégoriquement de faire intervenir l’administration dans le domaine de l’organisation de la production ou de la commercialisation d’un produit. Ne pas se montrer hyperinterventionniste ne signifie pas, pour autant, ne pas avoir de politique économique. Le gouvernement a deux politiques, l’une régionale, l’autre nationale. Sur le plan de la décentralisation industrielle, Jean-Marcel Jeanneney rappelle qu’il a systématisé les aides accordées aux entreprises désireuses de quitter la région parisienne. Jamais autant d’usines n’ont bénéficié des primes et quitté la région parisienne que depuis 1960. Quant aux dérogations obtenues par certaines entreprises pour s’agrandir ou s’implanter près de la capitale, elles n’ont plus été accordées après janvier 1959. La politique de « géographie volontaire » menée par le gouvernement en faveur du développement des régions attardées du Sud, du Sud-Ouest et de l’Ouest pose la difficile question de la future carte économique de l’Europe dans une génération, c’est pourquoi le gouvernement est obligé de prendre son temps.

36Sur le plan national, Jean-Marcel Jeanneney définit la politique du gouvernement auquel il appartient comme une « politique de développement et de modernisation ». Cette orientation récuse une certaine forme de conservatisme qui consisterait à maintenir tout le tissu économique existant. La première priorité du gouvernement est la mise en concurrence de l’économie française avec celles des pays développés, l’équilibre de la balance des paiements. Les premiers succès de cette politique ont été enregistrés en 1960 avec une production industrielle de 10 % supérieure à ce qu’elle était en 1959, un équilibre de la balance commerciale pour la première fois depuis 1928 et une balance des paiements excédentaire. Le plein emploi est assuré, avec une durée hebdomadaire du travail de 46 heures, et le recours obligé aux travailleurs étrangers pour faire fonctionner à plein rendement l’économie. Naturellement, le ministre ne méconnaît pas les poches de sous-emploi, les bassins économiques en difficulté, et il remercie les différents orateurs qui se sont succédé d’avoir évoqué leur réalité en termes modérés et choisis.

37Après la réponse de Jean-Marcel Jeanneney, trois députés se sont fait inscrire. Le premier d’entre eux est le député communiste de Seine-Maritime René Cancé qui se montre hostile au Marché commun car celui-ci fait disparaître les petites entreprises au profit des monopoles. Le député craint que les industriels du secteur textile ne tirent prétexte de la concurrence italienne et de ses bas salaires, en particulier féminins, pour diminuer les salaires des ouvrières du textile en France. En fait, pour lui, le véritable problème est celui de l’insuffisance du pouvoir d’achat qui contraint les familles les plus modestes à ne pas consacrer autant de dépenses à l’acquisition de vêtements qu’elles souhaiteraient le faire. La parole revient alors au gaulliste Roger Noiret qui demande à nouveau au ministre de l’Industrie, dont il souligne « les qualités de résistance », d’aider les industriels de la laine cardée à accroître leur compétitivité en diminuant les droits de douane sur les machines importées. Le dernier député inscrit au débat est Pierre Comte-Offenbach, député gaulliste de Romorantin, ville dont une partie de l’activité économique dépendait d’une usine de fourniture de drap militaire. L’élu solognot rappelle qu’il avait alerté le ministre de l’Industrie dès 1959 sur la situation du secteur cardé, lui rappelant qu’il l’avait induit en erreur en lui promettant une transition étalée sur huit ans alors que le répit n’a duré que dix-huit mois. En conclusion du débat, Jean Durroux se déclare déçu par les réponses apportées au problème par le ministre de l’Industrie.

38Jean-Marcel Jeanneney répond à Pierre Comte-Offenbach qu’en ce qui concerne l’usine destinée à l’intendance militaire de Romorantin, ce n’est pas parce qu’une usine a comme client l’État que ce dernier devrait se montrer un client moins soucieux de ses intérêts. À Jean Durroux Jean-Marcel Jeanneney fait observer que modernisation ne rime pas forcément avec désertification industrielle. Il suffit de prendre pour exemple les vallées vosgiennes dont les anciens tissages de coton ont su se moderniser ou disparaître pour donner naissance à des usines de petite mécanique, de fabrication de robinets ou de décolletage. C’est ce genre d’adaptation et de reconversion que le ministre de l’Industrie souhaiterait voir suivi en Ariège. À cette proposition, Jean Durroux réplique que les « innocents » n’ont pas à payer pour les erreurs économiques des « coupables ». Ce qui clôt le débat de manière peu engageante pour l’avenir.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Pierre Lévy du 13 mai 1993.

2 En 1958, l’indice de la production industrielle est tombé de 154 en février-mars à 145 à la fin de l’année par rapport à une base de 100 en 1952. En cette fin 1959, l’indice de la production est à 160, la hausse des prix a été contenue à 7 %, les exportations ont crû de 20 % par rapport à 1958, les encaisses en devises sont passées de 50 millions de $ à 1 793 millions de $.

3 Valéry Giscard d’Estaing, secrétaire d’État au Budget propose de ramener le taux à 0,35 %, le Sénat vote un taux de 0,4 % et l’Assemblée nationale en seconde lecture le passe à 0,45 %.

4 Pour 1960, cette taxe avait rapporté au Trésor 80,156 millions de NF, avec la baisse de 1961, le rendement était tombé à 50,2 millions de NF, mais pour 1961, le fonds d’encouragement à l’industrie textile n’a été doté que de 7,5 millions de NF, de 3 millions de NF pour l’élevage ovin et de 9 millions de NF pour le textile d’outre-mer. Il reste donc 32 millions de NF dont une partie va au FORMA (fonds d’orientation des marchés agricoles) et le reliquat se perd dans le budget commun.

5 Pour l’exercice 1961, 7,5 millions de NF sont allés à l’encouragement de l’industrie textile proprement dit, 3 millions de NF à l’élevage ovin et 9 millions de NF pour les textiles d’outremer. On peut estimer que l’exercice fiscal 1961 permettra de prélever 50 millions de NF à redistribuer en 1962. C’est cette somme qu’Henri Desseigne aimerait voir aller à la recherche textile, car seuls 7,5 millions de NF ont été inscrits à la loi de finances pour 1962.

6 Sochaux est le siège historique de Peugeot.

7 Au cours d’une conversation avec M. Jeanneney rapportant un voyage au Royaume-Uni, l’auteur de ces lignes fut renvoyé à la lecture de Siegfried et à une moue dubitative quant aux résultats de l’expérience libérale menée depuis 1979 outre-Manche par les conservateurs.

8 Les députés sont : Longequeue pour le Limousin, Bayou et Coste-Floret pour la région de Saint-Pons dans l’Hérault et Lodève, Durroux pour la région de Lavelanet dans l’Ariège, Béraudier et Collomb pour Lyon, Clamens et Raymond-Clergue pour la région de l’Aude, Chapuis et Bourne pour la région de Vienne en Isère, Radius pour les départements alsaciens, Blin et Noiret pour la région de Sedan dans les Ardennes, Yrissou, Rieunand et Vidal pour le département du Tarn, Joseph Rivière pour la région d’Amplepuis, Thizy et Cours, Cathala pour la région de Toulouse, Bégouin pour Charente-Maritime, Tony Larue, André Bettencourt et Jean Lainé pour la Seine-Maritime.

9 Les chiffons arrivent par cargos depuis les États-Unis, les vêtements récupérables sont vendus en friperie.
-L’excellente structure industrielle pour la filature, l’ourdissage, les apprêts, dans des ateliers fonctionnant jours et nuits.
-Une structure commerciale qui privilégie les grandes maisons de confection, les grossistes achetant en grande quantité. Une partie importante du chiffre d’affaires est réalisée sur des tissus unis ou de composition simple, à la différence des industriels français.
-Le recours à la main-d’œuvre sous-payée, à la limite de l’artisanat ou du travail à domicile.
-Le remboursement d’un impôt dit taxe de fabrication ou taxe générale d’entrée, soit 5 % à 6 %.
-Une convention sur les salaires en usine et sur les salaires féminins n’est pas du tout respectée, de même que la durée du travail.
-L’achat de matériel à crédit.

10 Il s’agit plus particulièrement des vallées de Saint-Pons, Riols, Corniou, les Verreries-de-Moussans et les villes de la Bastide-Rouairoux, Mazamet et Castres.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable