Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Les autres secteurs

Chapitre XII. Une impulsion décisive en matière de décentralisation industrielle

Texte intégral

I. LA QUESTION DE L’EXPANSION INDUSTRIELLE À TRAVERS LES DISCUSSIONS DES LOIS DE FINANCES

A. LOI DE FINANCES 1960

  • 1 Raymond Marcellin avait été sous-secrétaire d’État et secrétaire d’État à l’Industrie et au Commer (...)

1Deux préoccupations retiennent l’attention de Raymond Marcellin, rapporteur de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, lors de l’ouverture de la discussion du premier budget du ministère de l’Industrie de la Ve république, le 24 novembre 19591. En dehors de la question énergétique, le député du Morbihan désire que la question de l’expansion économique soit largement abordée lors de la discussion budgétaire. En effet, à côté des décisions assez spectaculaires de transferts d’activités industrielles de la région parisienne vers la province, la commission des Finances estime que le gouvernement ne vient pas suffisamment en aide aux petites et moyennes entreprises de province. Ces dernières ne bénéficieraient pas de prêts à long terme à des conditions avantageuses pour leur développement. C’est également le souci de procéder à une « décongestion intellectuelle » de l’hypertrophie parisienne qui pousse la commission des Finances à réclamer la décentralisation de l’École des mines de Paris. Effectivement, la situation de l’ENSM, en bordure du jardin du Luxembourg, est perçue comme un handicap à son extension et certains fonctionnaires du ministère de l’Industrie envisagent son déménagement. Son extension en province serait un signal fort de la volonté du gouvernement.

2Pour sa part, Jacques Féron, rapporteur de la commission de la Production et des Échanges de l’Assemblée, insiste sur les problèmes rencontrés par l’électrification rurale dont le développement n’aurait pas été suffisamment pris en compte dans le budget 1960. Plutôt que de faire un procès d’intention au gouvernement qu’il soutient, le rapporteur préfère rappeler à la représentation nationale que, d’après les renseignements fournis par les services du ministère de l’Industrie eux-mêmes, seules 164 entreprises ont bénéficié de primes pour un montant de 1,9 milliard d’anciens francs pour la période allant de 1956 à la fin 1958. Encore convient-il de retrancher à ce chiffre 110 entreprises ayant fait l’objet d’une extension en zone critique et ne retenir que les 54 entreprises créées ou décentralisées depuis la région parisienne. La faiblesse de ce chiffre prouve que l’effort de décentralisation industrielle est demeuré embryonnaire à la fin de la IVe République. A contrario, l’avènement de la Ve République s’est traduit par un engagement plus massif puisque 3,5 milliards d’anciens francs ont été distribués durant les dix premiers mois de 1959 et l’enveloppe devrait atteindre 6 milliards de francs en 1960. Pourtant, Jacques Féron est formel, « cette progression, [si elle] n’est évidemment pas négligeable (…), est loin de correspondre aux préoccupations que nous inspire (…) l’hypertrophie sans cesse grandissante de la région parisienne ». En vérité, même avec une augmentation substantielle de moyens, la décentralisation industrielle semble vouée à l’échec. En effet, tant que les entreprises parisiennes se verront obligées d’émigrer à plus de 500 kilomètres de la capitale, elles seront réticentes, car elles estiment nécessaire de demeurer proche des grandes administrations. Aussi est-ce dans un rayon de 80 à 100 kilomètres de Paris qu’elles sont prêtes à s’implanter, ce qui fait dire à Jacques Féron « qu’il n’y aura de véritable décentralisation industrielle que le jour où l’on opérera une véritable décentralisation administrative et financière ». Jean-Marcel Jeanneney répond que le financement des PME dépend plus du ministère des Finances que de ses propres attributions. En revanche, il admet que les mesures de décentralisation industrielle demeurent insuffisantes.

3Sur les bancs communistes, Jean Valentin critique la politique gouvernementale en matière de « réforme des circuits commerciaux » de manière extrêmement intéressante. Le député s’interroge sur les motivations du gouvernement qui tolère « en faveur de certaines expériences des milliards de publicité gratuite grâce à la complaisance de la radio, de la télévision, du cinéma. Comment est-il possible de lire [poursuit-il] qu’à la demande du gouvernement, représenté par monsieur Fontanet, secrétaire d’État, une centaine de magasins Leclerc vont s’installer à Paris et dans sa banlieue ? ». Cette attaque permet de se souvenir que la réussite de « l’épicier de Landerneau » a été en partie permise par Michel Debré qui s’est toujours montré bienveillant envers ceux qui cherchaient à tourner les intermédiaires, même si cela se traduit par une hémorragie chez les petits commerçants. Mis à part ces remarques mineures, l’adoption du budget du ministère de l’Industrie et du Commerce ne pose aucune difficulté à l’Assemblée.

4Quelques jours plus tard, au Sénat, le rapporteur du budget pour la commission des Finances, Gustave Alric, évoque également le thème « porteur » du moment : celui de la décentralisation industrielle. Le rapporteur prêche la prudence et l’humilité, rappelant que c’est bien souvent en désirant prendre des mesures anti-discriminatoires qu’on accroît les inégalités. Il conclut que « la décentralisation est une chose délicate. On s’aperçoit que ce n’est pas facile à réaliser, mais il faut la tenter. Il faut étudier de très près les réactions naturelles qui se produisent à la base, ne pas aller contre elles, si l’on ne veut pas courir à l’échec ». Les préoccupations des sénateurs sont reprises par Pierre de Villoutreys, au nom de la commission des Affaires économiques et du Plan. Celui-ci interroge le ministre sur trois points : la création de la direction de l’Expansion industrielle et le projet de bureau industriel, la Rance, et la coordination de l’énergie. Le sénateur paraît pour le moins réticent en ce qui concerne la création de la nouvelle direction et du bureau de conversion, faisant remarquer que toutes les mesures et les textes pris dans le sens de la décentralisation industrielle n’ont eu que des résultats médiocres.

5Lors du débat, Jacques Marette remarque avec perfidie que « les gouvernements qui se sont succédé jusqu’à présent ont fait des plans dans le temps et jamais dans l’espace ». Il appelle encore l’attention du ministre sur le problème des goulots d’étranglement et de la reconversion de certains secteurs comme les constructions navales, l’aéronautique et le problème spécifique de la faiblesse française dans le domaine de la machine-outil. Mais là où Jacques Marette semble se différencier de ses collègues, c’est quand il dit que le ministre « a parfaitement compris que ces problèmes de l’aménagement du territoire, du développement des secteurs sous-développés de l’industrie française et de la reconversion de certains secteurs en difficulté ne peuvent être résolus que si l’on donne au ministère de l’Industrie un levier financier sans lequel son action sera inopérante ». Jacques Marette pense que le ministère trouvera un large assentiment au sein du Sénat pour soutenir son projet de bureau de développement industriel. Il est également le seul à s’interroger sur l’avenir de la sidérurgie française, notant que les sidérurgistes français sont contraints de vendre l’acier Thomas 17 % sous les prix allemands et 24 % sous les prix belges, ce qui les empêche de procéder aux investissements nécessaires, d’où la perte du 5e rang mondial de production au profit du Japon. Cette pression de l’État ne peut se justifier par l’incidence du prix de l’acier dans l’indice des prix car il ne doit intervenir qu’à hauteur de 0,02 % de hausse des prix pour 1 % de hausse du prix de vente. Le sénateur réclame plus globalement une diminution des taux d’intérêt de 1 à 1,5 point.

6Dans sa réponse aux sénateurs, Jean-Marcel Jeanneney confie que « plus on étudie ce problème, plus on s’aperçoit que le transfert d’une industrie existante ou même d’une administration existante est extraordinairement coûteux et délicat ». Ce relatif pessimisme peut être interprété comme un argument tactique dans le débat sur le projet de Bureau de conversion et de développement industriel que caresse le ministre de l’Industrie. Le fait que Jean-Marcel Jeanneney se concentre sur l’industrie en se séparant de la branche « commerce » du ministère et qu’il joue la modestie devant la tâche à accomplir tend à prouver qu’il entend devenir le vrai responsable de la politique industrielle, sans en référer à la Rue de Rivoli et à ses antennes.

B. LOI DE FINANCES 1961

7À l’automne 1960, Raymond Marcellin constate, une fois encore, les maigres résultats de la décentralisation industrielle analysés à partir des statistiques du ministère. L’année 1960 a pourtant été marquée par l’adoption de la loi du 2 août qui accorde une prime spéciale d’équipement aux industriels de région parisienne déménageant leurs locaux en province et par le décret du 15 avril qui ne réserve plus les primes d’équipement aux seuls industriels, mais les étend aux commerçants et aux entreprises de transformation de produits agricoles ainsi qu’aux hôteliers et à toutes les entreprises prestataires de services. Par ce décret, les primes d’équipement peuvent être accordées à toutes les localités souffrant de sous-emploi et non plus seulement à celles situées en zone critique ou en zone de conversion.

8Le député du Morbihan se félicite encore de la création du centre interministériel créé auprès de la direction de l’Expansion industrielle et chargé de simplifier les démarches administratives des entreprises déposant un dossier. Comme certains de ses collègues, il réclame l’extension du bénéfice des primes aux dossiers envisageant la création de moins de 20 emplois. Comme bon nombre de parlementaires, il ne comprend pas les raisons ayant présidé à la création de la SODIC, le 15 juin 1960, à la suite de l’abandon du projet de bureau de développement industriel.

9Bertrand Denis craint, après s’être entretenu avec les fonctionnaires de la rue de Bellechasse, siège du centre d’expansion industrielle, que le ministère ne mise un peu trop sur les grands groupes, négligeant les entreprises de 20 à 100 salariés. Or, celles-ci, au nombre de 35 000 en France, emploient 1 500 000 salariés, soit 20 % des emplois industriels et représentent les deux tiers des industries. Même aux États-Unis, ce type d’entreprise industrielle emploie 12 % des effectifs industriels pour 80 % du nombre total d’entreprises industrielles. En tant que parlementaire au contact quotidien avec les élus locaux, Louis Longequeue (SFIO) ne peut que rapporter leur souci commun pour l’avenir des jeunes en scolarité, qui ne le seront plus dans quelques années. Aussi demande-t-il que les Français provinciaux, qui aiment le plus souvent vivre et bâtir dans leur pays natal, puissent continuer à le faire en travaillant dans des usines qui ne soient pas uniquement des grandes unités. Pierre Baudis, député-maire de Toulouse du groupe des Républicains populaires et du centre démocrate, dresse le bilan de la décentralisation industrielle opérée depuis 1954 en citant les chiffres de 650 usines et de 85 000 emplois créés en province. Seulement, ce succès très relatif n’a profité qu’aux départements situés jusqu’à 200 kilomètres autour de la capitale. C’est pourquoi le Sud-Ouest désirerait profiter des avantages de la découverte du gaz de Lacq comme le nord-est du pays l’a fait lors de la mise en exploitation des ressources en charbon et en fer, d’où une légitime revendication d’un rabais supérieur au symbolique « franc du Sud-Ouest ».

10Comme à son habitude, Jean-Marcel Jeanneney répond précisément aux députés et rejoint l’aspiration de Jacques Féron pour la tenue d’un grand débat sur la question à l’Assemblée. Le ministre de l’Industrie distingue « décentralisation » et « problème du développement industriel à travers l’espace français ». La question de la localisation des nouvelles implantations est très importante. La proximité de l’arrivée sur le marché du travail de nombreux jeunes, dans un certain nombre de régions, pose de manière très impérieuse la question de l’expansion industrielle dans de nouveaux bassins d’emplois. Toutefois, la diversité des questions liées à l’aménagement du territoire conduit Jean-Marcel Jeanneney à préciser qu’il n’est pas le seul ministre en charge de ce dossier et que bon nombre « touchent à l’économie générale et aux finances », et relèvent de la Rue de Rivoli. Il juge d’ailleurs utile de rappeler aux députés « que la réforme qui a été opérée n’a pas consisté (…) à placer sous l’autorité du seul ministre de l’Industrie l’ensemble des questions dont dépend la décentralisation. Elle a consisté plus modestement, et à mon sens plus efficacement, à créer un centre interministériel d’information qui est, en effet, placé sous l’autorité du ministre de l’Industrie ». Après l’abandon du BDI, Jean-Marcel Jeanneney a dû se contenter d’une structure plus informelle, sans pouvoir financier.

11La politique d’aménagement demeure avant tout liée à l’octroi de primes d’équipement, dont l’emploi fait l’objet d’approbation ou de critique suivant les parlementaires. Si Louis Longequeue, député de la Haute-Vienne, critique ces primes qui n’encourageraient, selon lui, que la petite industrie, son collègue Denis, au contraire, dénonce un système qui ne favoriserait que les grands ensembles. En fait, le gouvernement a choisi de développer plusieurs « grands pôles de croissance industrielle » provinciaux, mais sans favoriser un type particulier d’entreprise, afin de répondre avec pragmatisme aux situations locales. Bien loin de vouloir systématiquement encourager l’implantation de grandes unités, comme on a souvent eu tendance à le croire, le gouvernement entend encourager le développement d’entreprises locales, « ce qu’on peut appeler les entreprises de chefs-lieux de canton ». Cette petite phrase déclenche des applaudissements nourris sur tous les bancs de l’Assemblée. Loin de vouloir l’extension démesurée des agglomérations, Jean-Marcel Jeanneney énumère les raisons qui lui font préférer le développement des zones rurales, ce qui correspond à une vision assez « radicale » de l’industrie. Au premier rang de celles-ci, il place la question du logement qui est toujours mieux résolue en milieu rural. Jean-Marcel Jeanneney n’est incontestablement pas un partisan des tours et barres de béton des ZUP qui vont bientôt couvrir la France. Il évoque aussi le problème de la fluidité de la circulation, celui de l’amortissement des infrastructures collectives déjà existantes et le coût de la vie inférieur en milieu rural.

12Le fait que ces arguments aient pu être avancés au Parlement en ce début de décennie 1960 est très intéressant, car on a d’ordinaire tendance à penser que cette période, qui correspond au début des banlieues en habitat collectif à grande échelle, a délibérément sacrifié le développement rural au profit des grands centres urbains. Il n’en est rien, la position du ministre de l’Industrie est claire, mais il ne peut endiguer à lui tout seul le mouvement d’exode rural et d’attrait pour la ville qui saisit les jeunes générations de ruraux à cette époque. Jean-Marcel Jeanneney met en avant ses attaches de Haute-Saône où les industries rurales du tissage et du décolletage sont « la preuve d’un développement possible des industries locales ». Seulement, le ministre de l’Industrie ne cache pas non plus que la fermeture de la seule usine d’un village est nettement plus ressentie que celle d’une unité plus importante dans une grande agglomération. C’est pourquoi il n’est pas partisan d’une politique trop univoque qui ne reposerait que sur les PMI-PME ou sur les grands groupes. Cette philosophie s’est traduite dans les faits par le décret du 16 avril 1960 qui a conduit à l’abandon progressif des zones critiques et des zones spéciales de conversion au profit d’aides au « coup par coup ». Cette inflexion n’est pas sans susciter des critiques, comme celle formulée par Pierre Baudis, qui regrette que tout le Sud-Ouest ne bénéficie pas du « label » de zone critique. Jean-Marcel Jeanneney et le gouvernement ont estimé qu’il était dangereux de globaliser la situation économique à l’échelle d’une région. Ainsi, une étude demandée par le ministre de l’Industrie au préfet Laporte, de Lorraine, a révélé qu’à vingt ou trente kilomètres de distance, la surindustrialisation peut côtoyer des poches où la main-d’œuvre risque d’être sous-employée dans un proche avenir. Par conséquent, il serait injuste de refuser à la Lorraine toute aide sous prétexte que la majorité de ses bassins d’emploi ne connaissent pas de difficultés comme il serait également injuste de placer en zone critique certaines zones du Sud-Ouest qui ne connaissent pas de problèmes graves. Cette approche très spatiale de la politique industrielle conduit Jean-Marcel Jeanneney à inviter les députés à intervenir pour exposer leurs vues sur tel ou tel projet, car ils sont au moins aussi bien avertis de la situation économique de leur région que les administrations. Jean-Marcel Jeanneney cite en exemple les députés Évrard et Derancy, membres de la commission des Affaires économiques, qui ont fait remarquer au ministre que certaines implantations récentes effectuées en Lorraine avaient été mal choisies à dix ou quinze kilomètres près.

13Le dernier député à s’exprimer sur la politique industrielle au cours du débat de la loi de finances 1961 est Édouard Alliot qui demande des moyens supplémentaires pour la reconversion et l’expansion des industries moyennes comme il peut en exister dans des régions rurales en voie de dépeuplement. Cet effort de modernisation doit se traduire par une meilleure intégration des jeunes dans « la vie économique et sociale ». Édouard Alliot craint, en effet, que le gouvernement ne prenne pas suffisamment en compte l’entrée dans l’ére atomique qui conduira à ne travailler que cinq heures par jour, ce qui « posera des problèmes redoutables ».

  • 2 Les entreprises ne peuvent percevoir une prime de 20 % que dans le cas d’une création et de 15 % d (...)

14Au Sénat, les mêmes regrets se font jour. C’est par exemple le cas d’André Monteil (MRP) qui, tout en se félicitant de l’effort déployé au courant de l’année par le ministre pour favoriser l’expansion industrielle, regrette que la Bretagne ne bénéficie pas tout entière du statut de zone spéciale de conversion. En dépit de ses problèmes spécifiques, la région n’entre pas dans le cadre d’un régime dérogatoire2. Seuls les dossiers instruits dans le cadre d’une ZSC sont directement étudiés par le comité du FDES. Tous les autres, qui relèvent de la procédure du décret du 15 avril 1960, nécessitent l’avis préalable du préfet, avant d’être transmis au secrétariat du FDES, qui ne les traite pas prioritairement. L’obligation qui est faite de créer au moins 20 emplois nouveaux est de nature à freiner certaines créations dans des régions peu industrialisées.

15Jean-Marcel Jeanneney ne conteste pas qu’il existe des différences de rapidité dans le traitement des dossiers suivant qu’on retient l’une ou l’autre procédure, mais il fait remarquer à juste titre que si tout le monde était inclus dans la procédure des ZSC, il y aurait rapidement un allongement des délais. De même, il ne conteste pas que le seuil de 20 ouvriers soit déjà important dans certaines régions, mais il serait impossible que chaque projet de création d’entreprise en France donne lieu à un rapport établi par un haut fonctionnaire et soit débattu dans une commission présidée par le président de la CDC. Le ministre retient plutôt l’idée d’introduire des mesures beaucoup plus décentralisées. André Monteil réclame alors que les préfets bénéficient de fonds à consacrer à la décentralisation industrielle.

C. LOI DE FINANCES 1962

16Dans son rapport introductif, Raymond Marcellin dresse un bilan louangeur de la première année de fonctionnement du centre d’information des industriels qui améliore l’examen des dossiers de décentralisation industrielle. Le rapporteur souligne particulièrement la création de la procédure dite de « pré-examen » qui permet dans un délai d’un mois de fixer les industriels sur la recevabilité de leur demande pour une prime spéciale d’équipement (PSE) et, le cas échéant, le taux des primes sollicitées quand il ne s’agit pas de zones ou de régions bénéficiant de plein droit et forfaitairement de ces avantages. Le dossier est ensuite instruit par la DEI avant d’être soumis au comité 1ter du FDES. Pourtant, l’excellent travail des fonctionnaires de la direction de la rue de Bellechasse s’exerce dans une précarité administrative difficilement acceptable. En effet, quinze des dix-huit fonctionnaires de la direction sont en réalité détachés auprès du ministère de l’Industrie et sont à la merci d’une réintégration dans leur administration d’origine. C’est pourquoi le rapporteur demande au ministre d’agir auprès de ses collègues des Finances et de la Fonction publique pour qu’ils précèdent rapidement à l’affectation définitive de ces personnels au ministère de l’Industrie.

17Au cours de la discussion, Jean Delachenal constate qu’on peut résumer la politique gouvernementale en matière d’expansion industrielle à une décentralisation d’entreprises depuis la région parisienne vers les grandes villes de province. En laissant de côté les régions rurales, le gouvernement favorise l’exode des jeunes vers les villes et coupe ces mêmes jeunes de la possibilité de conserver une petite exploitation agricole à côté de leur emploi ouvrier pour le cas où une crise économique surviendrait. D’autre part, tout en admettant que la région de Lacq ait bénéficié d’un avantage tarifaire sur le prix du mètre cube de gaz, Jean Delachenal trouve injuste que les régions d’hydroélectricité n’aient pas bénéficié de pareil avantage, au nom du principe républicain d’égalité de traitement entre les citoyens que l’élu a naguère appris de Jean-Marcel Jeanneney à la faculté de Grenoble.

18Pour la troisième année consécutive, Jean-Marcel Jeanneney profite du débat budgétaire pour expliciter sa vision de la décentralisation industrielle. Une question de l’Indépendant Christian Bonnet relative aux implantations en zone rurale lui permet de préciser qu’il n’a jamais été question de prédisposer un secteur industriel particulier sur ce type de localisation. Après les inquiétudes manifestées par Félix Mayer, il confirme qu’il n’existe aucune objection de principe à l’attribution d’une prime d’équipement pour une entreprise désireuse de s’implanter sur le bassin minier lorrain, à condition qu’elle ait un rôle de diversification. Au sujet du « franc breton » accordé aux utilisateurs industriels d’électricité, le ministre de l’Industrie indique à René Pléven qu’il sera bien instauré en 1962 et qu’il fonctionnera de la même façon que le « franc du Sud-Ouest » pour les utilisateurs du gaz de Lacq. C’est le surcoût par rapport au « tarif vert » dans les quatre départements bretons qui justifie selon Jean-Marcel Jeanneney la mesure exceptionnelle de subvention du prix de l’électricité dans cette région, aussi n’est-il pas question d’en étendre le principe à certains départements producteurs d’hydroélectricité comme l’a réclamé le député de l’Ardèche, Albert Lioger. Plus généralement, le ministre de l’Industrie répond que le gouvernement est devant les régions comme un père de famille nombreuse, il doit montrer son attention à tous, être particulièrement tendre avec les moins doués tout en ne décourageant pas les plus doués. Cependant, Jean-Marcel Jeanneney tient à préciser que dans un monde en mouvement, les entreprises naissent et meurent et qu’il serait particulièrement injustifié de borner l’aide de l’État à celles qui sont menacées de disparition au détriment de celles qui demandent à naître. Une fois encore, Jean-Marcel Jeanneney se veut pédagogue et libéral plus qu’interventionniste. Il insiste sur le fait que l’État n’a pas à intervenir sitôt qu’une société est en déficit, que la bonne gestion passe par une adaptation constante au marché, aux nouvelles techniques même s’il faut procéder à des licenciements.

19Avant le vote des différents titres du budget 1962, Yves du Halgouët prend la parole pour évoquer les limites de la politique d’expansion industrielle et d’aménagement du territoire. Voulant faire de ses propos une réflexion plus intellectuelle que politique, il tente de mettre en perspective les actions entreprises dans ce domaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Selon lui, la première priorité de la politique d’expansion économique a été la résorption des goulots d’étranglement, le deuxième volet de cette politique a constitué en la mise sur pied d’industries de base, particulièrement dans le secteur énergétique, et la troisième phase a été marquée par le développement de l’investissement privé pour affronter le Marché commun. Seulement, cette politique a échoué dans sa volonté de renverser la tendance à l’exode rural et au développement des grandes villes. En continuant à tabler sur un rythme d’expansion de 5 % par an, il doit être possible de prévoir les besoins en emplois dans les régions et de définir en conséquence les régions les plus aptes à recevoir l’implantation de petites et moyennes entreprises. Yves du Halgouët entend un système qui prévoirait des contingents régionaux d’implantations industrielles accompagnés de primes d’équipement localisées. À côté des zones spéciales de conversion, le député breton souhaite que les ministères de l’Industrie et de l’Agriculture agissent de pair pour définir des zones d’action rurale. L’objectif de ce plan d’expansion économique étant de « donner à l’homme et à sa famille la possibilité de vivre et de s’épanouir librement, hors des conditions de vie et de logement si pénibles dans les grandes villes ».

II. UNE DÉCENTRALISATION INDUSTRIELLE SANS ÉQUIVALENT

A. LA TRANSFORMATION DU SERVICE FINANCIER ET DE L’EXPANSION RÉGIONALE EN DIRECTION DE L’EXPANSION INDUSTRIELLE

20Davantage encore que pour le secteur énergétique, Jean-Marcel Jeanneney paraît avoir eu rapidement des idées arrêtées en matière d’aménagement du territoire ou plus exactement d’« expansion industrielle ». À la différence des économistes actuels, on sent chez lui un attrait profond pour la géographie économique. Après s’être laissé le temps de la réflexion durant les trois premiers trimestres de 1959, il entend impulser un dynamisme nouveau au service des questions financières et de l’expansion régionale qu’il trouve en place à son arrivée Rue de Grenelle. La création de la direction de l’Expansion industrielle en octobre 1959 doit marquer une nouvelle étape dans la jeune histoire française de l’aménagement du territoire.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Marcel Parodi du 22 février 1994.
  • 4 Denis Coton sera le directeur de cabinet de Charles Fiterman en 1981.
  • 5 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Denis Coton du 16 mars 1994.

21Appelée à sa création en 1954 « service d’adaptation et de conversion des entreprises industrielles » (SACEI), la partie expansion régionale du service est une création originale de la IVe République. Cette structure spécialisée dans la conversion a été imaginée par Pierre Dreyfus, alors chef du corps de l’inspection générale du ministère de l’Industrie, comme une tentative de modernisation de l’action publique telle que Pierre Mendès France voulait l’impulser. C’est Pierre Dreyfus qui fait nommer Marcel Parodi à sa tête, après avoir largement écrit les textes de base à quatre mains avec cet inspecteur3. Bien avant la DATAR, le SACEI a compris que sa chance de réussite dépendait de sa légèreté. À côté du chef de service, un petit état-major est en charge des relations avec le cabinet et les autres administrations, et doit prendre les premiers contacts avec les entreprises. Le service devient bientôt un havre pour de jeunes énarques désireux d’échapper à une hiérarchie pesante et peu désireuse de laisser cette nouvelle élite administrative s’emparer des leviers de commande. Parmi ces derniers, Denis Coton présente même l’originalité d’appartenir au PCF, ce qui lui fait porter un regard différent sur le milieu4. Selon lui, l’histoire française de l’aménagement du territoire chemine depuis l’avant-guerre par le New Deal, le Front populaire, les problèmes de Crédit mutuel, la création de la Caisse des marchés de l’État en 1937, le Crédit social, mais surtout par Vichy. Il souligne que bon nombre des anciens ayant contribué à la création du FDES ont été formés à l’époque de Bichelonne. Il ajoute que la création du service de l’expansion régionale, très tourné vers les PME, était même une tentative de récupération par la gauche d’un thème droitier5.

  • 6 Marcel Parodi est l’inventeur de la prime spéciale d’équipement (PSE) représentant 20 % de l’inves (...)
  • 7 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Denis Coton du 16 mars 1994. Entretien avec Pierre Durand du 21 (...)
  • 8 Un certain nombre de personnes interrogées ont évoqué ce sujet spontanément alors qu’elles n’étaie (...)
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 88. À titre personnel, Marcel Parodi n’en a absolument pas tenu rigueur à Émile Ar (...)

22D’un autre côté, le service de l’industrie travaille en liaison étroite avec la Caisse des dépôts et consignations de François Bloch-Lainé. Dès 1955, il s’occupe de décentralisation-conversion, via le comité 1ter du FDES. Face au désir perpétuel de la Rue de Grenelle de gérer l’aspect financier des questions industrielles, le président de la Caisse des dépôts a accepté une cote mal taillée en déléguant le soin au ministère de l’Industrie d’être le rapporteur auprès du comité 1ter pour les affaires de conversion. Les premiers dossiers traités vont porter sur la conversion du textile à Béthune et Fourmies. La mission essentielle des jeunes fonctionnaires du service consiste à étudier les dossiers d’implantation des entreprises ou d’extension dans les zones critiques délimitées à partir de 19556. Après cette première étude, Michel Maison, énarque, la rapportait devant le comité 1ter du FDES, se souvient Pierre Durand, lui-même énarque détaché depuis la CDC7. Pour Denis Coton, la création de la partie expansion régionale a présenté un changement qualitatif appréciable du travail fourni. Travaillant jusque-là sous l’autorité de Jack Vattaire à l’étude des investissements étrangers, il voyait surtout défiler les chefs d’entreprise dans son petit bureau. En rejoignant l’équipe formée par Jacques Maison et Pierre Souleil pour l’expansion régionale, il est amené à se déplacer davantage pour des visites de terrain, ce qui présente un intérêt plus grand. Tous deux se félicitent du travail réalisé entre 1955 et 1959 et font état du pouvoir énorme qui leur était dévolu pour leur jeune âge. Denis Coton parle du service comme d’« une sorte de laboratoire ». En tout cas, ils regrettent, à titre personnel, le choix opéré par Jean-Marcel Jeanneney à l’automne 1959 quand il choisit de nommer Émile Arrighi de Casanova et non Marcel Parodi comme directeur de la nouvelle direction de l’Expansion industrielle. Denis Coton estime que le nouveau directeur était peut-être plus politique alors que l’ancien chef de service était davantage compétent. Quant à Pierre Durand, il est plus direct : « Si on regarde l’affaire sous l’angle intellectuel, c’était un bon choix. Arrighi de Casanova était un homme agréable, distingué, tandis que Parodi était le tâcheron, faisant tout à la bonne franquette, sans beaucoup donner d’importance aux formes, sans respecter forcément toutes les règles administratives ». Concrètement, la transformation du service en direction s’est marquée par un déménagement de tout le personnel pour la rue de Bellechasse. À partir de ce moment, Pierre Durand ne reçut plus les chefs d’entreprises dans un bureau mansardé donnant sur la cour intérieure du ministère mais dans un somptueux bureau d’angle. Ce changement de style était voulu non pour impressionner les dirigeants d’entreprises françaises mais surtout pour crédibiliser les fonctionnaires dans leurs négociations avec des interlocuteurs étrangers désireux d’implanter des usines en France et qui pouvaient légitimement être surpris de l’aspect cagibi des locaux du ministère. Pierre Durand estime que désirer faire une grande politique d’expansion industrielle était certes une intention louable, mais encore aurait-il fallu choisir pour directeur quelqu’un qui connaisse réellement ce milieu. Or ce n’était pas le cas. Émile Arrighi de Casanova n’était pas membre du sérail des corpsards de l’X, ni même fonctionnaire, et, en dépit de ses grandes qualités, cette situation était un handicap d’autant plus lourd qu’il reposait sur le non-dit. La décision de Jean-Marcel Jeanneney, prise dix mois après son entrée en fonctions, a incontestablement suscité des troubles même s’il ne l’a pas perçu8. Il est exact que, comme Pierre Durand le remarque, la nouvelle direction va presque uniquement travailler avec le cabinet alors qu’il aurait été tout à fait envisageable et même souhaitable qu’elle s’associe avec les directions sectorielles. Finalement, conclut-il, « l’équilibre a été trouvé par M. Arrighi qui savait éviter les contentieux. Tout ceci s’est fait en renonçant plus ou moins au rôle de vraie direction. Après des débuts ronflants, la direction a ronronné de la même façon que précédemment avec un directeur ayant plus de classe »9.

23L’autre difficulté rencontrée par la direction de l’Expansion industrielle pour s’affirmer provient de l’existence ancienne de la direction de l’Aménagement du territoire du ministère de l’Urbanisme. Remontant au MRU d’après-guerre, cette direction traite surtout des dossiers de décentralisation industrielle et du contrôle de la région parisienne et non plus de conversion. Normalement, il ne devait pas y avoir de conflit de compétences, l’industrie travaillant sur les dossiers de la vingtaine de zones critiques, arrêtées depuis 1955, mais le FDES faisait plus confiance à l’équipe de Michel Maison et lui demandait de reprendre l’étude de certains dossiers de l’autre direction. En tout cas, la création de la direction de l’Expansion industrielle, même si elle est contemporaine du projet du bureau de développement industriel, lui est complètement étrangère. En effet, tant Marcel Parodi que Denis Coton ou Pierre Durand attestent que le service, puis la direction, n’ont jamais eu connaissance des épures du projet dont la réflexion était exclusivement menée par le cabinet.

B. LES INFLEXIONS DE LA POLITIQUE D’AIDE À L’EXPANSION INDUSTRIELLE

24En revanche, la création de la direction de la rue de Bellechasse permet une refonte complète du système d’aides aux investissements industriels. Devant l’afflux des demandes de financement, le cabinet réagit très tôt. Dès le 27 mars 1959, un arrêté remplace les zones critiques par les zones spéciales de conversion. Désormais, les préfets sont systématiquement associés dans l’établissement des dossiers et le régime d’aide devient forfaitaire. Ce premier texte est complété par le décret du 2 avril 1959 (n˚59483) qui prévoit la possibilité d’accorder une prime spéciale d’équipement sur l’ensemble du territoire et non plus uniquement dans les anciennes zones critiques. Cette extension a suscité beaucoup d’espoir et un indéniable encombrement de l’administration qui a choisi de traiter en priorité les demandes émanant de sites ayant connu une fermeture d’entreprise pouvant avoir déstabilisé le marché local de l’emploi, ou bien d’anciennes zones critiques. Ce dispositif est complété par le très important décret du 15 avril 1960 qui élargit le champ d’application de la prime spéciale d’équipement et assouplit ses conditions d’attribution. En 1961-1962, de nouveaux assouplissements seront accordés mais aucun texte de fond ne sera pris.

  • 10 Arch. CHEVS JMJ 13. Décret du 19 novembre 1960.

25Avant de passer en revue les applications concrètes de cette politique en analysant les décisions et le comportement du ministre de l’Industrie lors de ses déplacements en province, il n’est pas inutile de tenter d’établir le bilan de l’action de l’Expansion industrielle sous le gouvernement Debré. C’est en effet à l’initiative du chef du gouvernement que le comité de décentralisation de 1955 se mue en comité interministériel permanent pour les problèmes d’action régionale et d’aménagement du territoire10. Comme en témoignent les chiffres, le ministère Jeanneney correspond à une véritable envolée de l’aide en faveur de la décentralisation industrielle tant par le nombre de primes spéciales d’équipement accordées (536 + 283 pour 1962) que par leur montant global (187,2 millions de NF + 61,5 millions de NF pour 1962). Les estimations tablent sur 44 000 créations d’emplois industriels pour la période 1959-1963.

26Les chiffres des autorisations de constructions de surfaces industrielles supérieures à 1 000 m2 en 1960 comparés à ceux de 1954 montrent des évolutions régionales significatives. Le nombre total d’autorisations est multiplié par 4,2 avec des coefficients particulièrement élevés en ce qui concerne Midi-Pyrénées (12), Poitou (10,9), Auvergne (10,6), Alsace (9,6), Lorraine (9,3), Aquitaine (7,1), Bretagne (7,1), Centre (5,7), Champagne (4,8), Limousin (4,7), Haute-Normandie (4,7). Toutes les régions voient le nombre de grandes implantations industrielles progresser, le quinté gagnant de cette compétition interrégionale étant remporté par Rhône-Alpes (13,46 % du total des implantations en 1960), le Centre (9,45 %), la Picardie (9,31 %), le Nord (7,76 %), Pays-de-Loire (6,61 %). Ce classement démontre que la carte traditionnelle de l’industrie est en train de se modifier, les industries nouvelles ne semblant plus automatiquement s’installer à proximité des grandes régions industrielles traditionnelles. À l’inverse, on retrouve dans le peloton de queue des régions traditionnellement rurales et sous-industrialisées comme le Limousin (1,14 %), le Languedoc (1,49 %), la Basse-Normandie (1,52 %), la Franche-Comté (2,21 %), la Bretagne (2,70 %).

  • 11 Arch. CHEVS. 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 14 juin 1960.

27Le nombre absolu d’opérations de décentralisation industrielle atteint un record historique absolu en 1961 avec 289. Le ministère Jeanneney est le recordman incontesté de ces opérations avec un total de 607 sur 1959-1961 et 256 pour 1962. Il s’agit là d’un pic qu’on n’avait jamais vu et qui ne sera plus jamais atteint (cf. tableau et annexes). Les très grandes opérations de décentralisation industrielles décidées sous Jean-Marcel Jeanneney sont au nombre de vingt-quatre. Leur lieu d’implantation traduit la préoccupation gouvernementale d’aide à la Bretagne et plus généralement à l’ouest de la classique diagonale Le Havre-Marseille. Les cinq implantations choisies à l’est de cette frontière imaginaire l’ont été en 1959 à partir de dossiers constitués avant l’entrée en fonctions du ministre. Incontestablement, la politique volontariste désirée par Michel Debré a été appliquée scrupuleusement par le ministre de l’Industrie. N’est-il pas allé jusqu’à faire dénoncer par GDF, avec dédit, les contrats d’approvisionnement en gaz de Lacq passés avec les industriels de la région parisienne en violation des prescriptions gouvernementales ? C’est avec ce genre d’argument frappant qu’il a été possible de mener une telle politique marquant pleinement la restauration de l’autorité de l’État. Toutefois, cette détermination donnait aussi lieu à des contestations dans les coulisses. On en trouve la trace dans la correspondance échangée entre le cabinet du Premier ministre et le ministère de l’Industrie au sujet d’une intervention de Roger Gaspard auprès de la commission de la Production et des Échanges du Sénat en 1960. Le rusé directeur général d’EDF essaye de convaincre les sénateurs afin qu’ils intercèdent en faveur des entreprises nationalisées en leur permettant de continuer à bâtir des ensembles de bureaux en région parisienne, mesure soumise à un contrôle très strict pour les sociétés privées. Michel Debré l’apprend et s’en émeut auprès de Jean-Marcel Jeanneney11.

28Le Premier ministre intervient d’ailleurs régulièrement auprès de Jean-Marcel Jeanneney afin de lui communiquer le fruit d’observations, d’impressions ou d’échanges. Ses remarques ne sont pas forcément suivies d’effet et interférent parfois avec la stratégie voulue par Jean-Marcel Jeanneney. Ainsi, à la suite de la parution du décret d’avril 1960, Michel Debré juge qu’il n’y a pas assez de « propagande » faite autour du texte et demande à Antoine Dupont-Fauville si Maurice Halff ne pourrait pas préparer un article pour Paris-Match, photos à l’appui, en liaison avec le commissaire à l’aménagement du territoire, Bosel.

III. L’ATTACHEMENT AUX PROVINCES FRANÇAISES

29Rédigeant rarement ses interventions, Jean-Marcel Jeanneney se contente le plus souvent de les improviser à partir d’un court plan écrit à l’avance voire jeté sur le verso d’un menu ! Cette grande facilité pour l’expression orale lui permet d’être particulièrement vivant, puisqu’il ne lit pas de notes, et de retenir l’attention de son public. Elle se révèle pourtant être un piège quand, emporté par le flot de la pensée, il laisse échapper quelques remarques bénignes qui sont ensuite détournées de leur sens originel par les journalistes.

30En province, le ministre se prête volontiers à des échanges directs avec les autorités politiques ou socio-économiques locales. Parfois, une décision lui permet de laisser une empreinte sur la trame industrielle d’une région. Souvent transparaît dans son comportement l’esprit curieux de l’universitaire. Et il suffit d’étudier les reportages photographiques des foires-expositions, des visites d’usines pour se convaincre que Jean-Marcel Jeanneney aime se faire expliquer de manière détaillée le fonctionnement ou l’utilité de telle machine ou de tel procédé de fabrication. Rarement un enseignant aura pu bénéficier, « sur le terrain », d’une formation accélérée aussi complète aux différents secteurs industriels.

A. LE BASSIN PARISIEN (NORMANDIE, RÉGION PARISIENNE, PICARDIE, NORD – PAS-DE-CALAIS)

31Il semble que la première décision prise par Jean-Marcel Jeanneney en matière d’aménagement ait été la mise en chantier de la centrale thermique de Champagne-sur-Oise, à proximité de l’abbaye de Royaumont. Cette affaire est exemplaire car le ministre a personnellement supervisé le dossier du fait de lettres de protestation répétées d’un collègue de la faculté de droit possédant une résidence dans les environs. Le ministre justifie cette construction dans son premier entretien à Entreprise, en février 1959, au nom de l’économie réalisée par rapport au coût de construction d’un nouveau barrage dans le Massif central.

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 25 avril 1995.

32Le premier chantier d’aménagement du territoire de dimension nationale que Jean-Marcel Jeanneney ouvre est celui du complexe industrialoportuaire de Dunkerque, le 27 juin 1959. Albert Denis, alors chef du service de la sidérurgie, se souvient avoir accompagné le ministre de l’Industrie au lancement des travaux car il avait beaucoup œuvré pour la réalisation du projet depuis 1955. Cette année-là, le chef du service de la sidérurgie est convoqué par François Mitterrand, ministre de l’Intérieur en charge de l’Algérie, pour envisager une utilisation aux gisements ferreux de Tindouf et de Fort-Gourand. Du fait de son caractère phosphoreux, le gisement de Tindouf était comparable au minerai lorrain et son exploitation, pour être rentable, aurait nécessité une production annuelle d’au moins 25 millions de tonnes, en demandant au Maroc une autorisation pour l’évacuer par son territoire. Ces contraintes étaient trop fortes, sans compter qu’elles auraient conduit à fermer 40 % des mines lorraines. En revanche, le gisement mauritanien de Fort-Gourand, avec une teneur en fer de 65 %, apparaissait nettement plus intéressant. Albert Denis dut néanmoins batailler ferme contre Louis Armand qui préférait Tindouf. Pour construire l’usine sidérurgique, il fallait un hinterland puissant et un port en eau profonde. Deux sites se dégagèrent, Le Havre et Dunkerque. Les ingénieurs des Ponts promettant la construction d’un canal à grand gabarit entre Dunkerque et Valenciennes, le site de Dunkerque allait l’emporter car on pourrait y fabriquer la fonte et les lingots d’acier et utiliser les usines de l’arrière-pays pour faire du relaminage. Guy Mollet s’enthousiasme naturellement pour l’idée et en fait l’annonce avant même de prévenir le service. Conformément à l’idée d’Albert Denis, l’usine de Dunkerque devient une coopérative entre Usinor (40 %), les Dunes (40 %), Châtillon-Commentry (16 %) et Paribas (4 %)12. D’une certaine façon, le projet de Dunkerque peut être rangé parmi les grandes idées de la IVe République mises en service par la Ve.

  • 13 Seul un empêchement de dernière minute privera Jean-Marcel Jeanneney de l’inauguration de l’usine (...)

33Face à la commune défiance vis-à-vis de l’implantation d’intérêts américains en France affichée par le général de Gaulle et par Michel Debré, Jean-Marcel Jeanneney, quant à lui, ne fait, apparemment, pas preuve de la même réticence. Certes, l’autorisation de la construction d’une importante usine, filiale d’un groupe étranger, a toujours besoin de l’approbation du chef du gouvernement voire du président, mais le ministre de l’Industrie est ensuite libre d’agir comme bon lui semble et de se montrer prévenant ou non. Aussi, lorsque Jean-Marcel Jeanneney accepte d’aller personnellement inaugurer l’usine Goodyear à Amiens, le 27 octobre 1960, faut-il y voir un témoignage de sympathie, voire un encouragement aux investissements de multinationales américaines. Lors de son allocution, le ministre rappelle que la France a constamment fait, depuis 1945, le choix de la modernisation, de l’ouverture européenne et de la compétition économique. Jean-Marcel Jeanneney remercie les industriels américains de s’intéresser à la France, « contribuant ainsi à notre développement », et attire leur attention sur les changements profonds qui interviennent dans l’espace français. Loin de tout chauvinisme, il ose même une comparaison assez surprenante en remarquant que « le passant voyant cela [les installations] se dit avec quelque fierté : « On se croirait en Amérique. » Le grand bassin parisien est la région privilégiée des implantations industrielles américaines, proche de Paris, d’Orly et des sièges sociaux des filiales des multinationales, elle présente un attrait supérieur à ces pays de « Hurons » que sont encore la Bretagne ou le Sud-Ouest à l’époque13.

  • 14 Georges Lanfry fut en 1944 le sauveur de plusieurs monuments rouennais ravagés par les flammes lor (...)

34Le 25 février 1961, le ministre de l’Industrie participe à l’inauguration de l’usine de la Compagnie des tubes de Normandie, à Déville-lès-Rouen. C’est parce que cette unité concerne les secteurs particulièrement prospères en Basse-Seine de l’industrie pétrolière, de la fabrication de chaudières et des industries mécaniques que le ministre a répondu favorablement à l’invitation lancée par l’entrepreneur de BTP Lanfry, président de la région économique14. Jean-Marcel Jeanneney entend aussi remercier une entreprise qui n’a rien « demandé à l’État, pas même des conseils », preuve d’un esprit d’initiative et d’une maturité qu’il souhaiterait plus répandus. Cette attitude est aussi le fruit de la politique de l’État car « c’est tout une partie de l’action économique du présent gouvernement depuis deux ans que d’avoir essayé de rétablir et d’asseoir des conditions de vie normales pour les entreprises ».

B. L’EST DE LA FRANCE (ALSACE, LORRAINE, FRANCHE-COMTÉ)

35Parfois, c’est l’ambiance chaleureuse d’une manifestation publique qui l’amène à faire des confidences. Il semble que cela ait été le cas lors de l’inauguration de la foire-exposition de Strasbourg en septembre 1959 au cours de laquelle Pierre Pflimlin, le maire de la ville, déploya tous ses talents d’orateur. Pour ne pas être en reste, Jean-Marcel Jeanneney révèle aux Alsaciens que leur absence de protestations lors de la négociation du dossier de la canalisation de la Moselle, alors qu’ils auraient pu avoir des craintes, leur a valu en retour la diligence du gouvernement pour l’adoption de la construction du pipe-line Lavéra-Karlsruhe. Ce dernier doit, en effet, favoriser le développement industriel régional grâce à l’implantation de deux raffineries à proximité de Strasbourg.

  • 15 Arch. CHEVS JMJ 23. Correspondance économique, 26 janvier 1960.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 11. Inauguration de l’usine Oxylor de Richemont, 2 mai 1960.

36L’allocution prononcée à l’occasion de l’inauguration de la foire-exposition de Metz, le 27 septembre 1959 lui fournit l’occasion idéale pour donner le sentiment aux Lorrains que leur région se porte très bien, en tout cas mieux que bon nombre d’autres régions visitées. Il aura encore l’occasion de le leur répéter lors de sa visite des usines Sollac15 ou lors de l’inauguration de l’usine d’acier à oxygène de Richemont en 1960 en affirmant que « la Lorraine présente à l’heure actuelle un spectacle étonnant pour la France et pour l’Europe »16. Mais Jean-Marcel Jeanneney infléchit déjà les priorités industrielles mosellanes en affirmant que plutôt que d’exporter davantage de tonnes d’acier, la région doit exporter davantage de machines-outils et favoriser l’implantation d’industries de transformation pour employer la main-d’œuvre féminine, « encore que la présence des mères au foyer soit, en fin de compte, préférable ». Même si son auditoire n’y a certainement pas pris garde sur le moment, c’est, sans doute, la première fois qu’un responsable politique national conseille aux Lorrains de penser à une reconversion ou, au moins à une diversification. L’occasion est également propice pour évoquer la crise charbonnière, la concurrence entre les diverses sources d’énergie et la vanité de réfléchir à un plan à trop long terme prenant pour échéance 1975.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 3e séance, 27 octobre 1961.

37Jean-Marcel Jeanneney ne semble pas mesurer suffisamment que la Lorraine connaît aussi des problèmes en matière de développement industriel, surtout en bordure du bassin houiller ou dans l’arrière-pays, dans les pays de Bitche, Sarrebourg ou Château-Salins. Cette réalité d’un certain sous-développement est soulignée, avec justesse, par Félix Mayer, lors du débat budgétaire de la fin 196117. En dépit des promesses tenues aux élus et de l’éligibilité de ces zones aux primes d’équipements, tous les dossiers constitués sont refusés par le comité 1ter du FDES. Ce refus entraîne aussi l’impossibilité pour les collectivités locales d’accorder une exonération totale ou partielle de la patente aux entreprises désireuses de s’implanter. En conséquence, Félix Mayer prie Jean-Marcel Jeanneney d’intervenir auprès du ministre des Finances pour faire en sorte que la Moselle soit éligible à la prime d’équipement. Dernier sujet de préoccupation de l’élu mosellan, le dumping sur les produits issus de la carbochimie auxquels se livreraient les Américains et les Britanniques. Il en veut pour preuve la très forte augmentation des importations de produits chimiques, passés en valeur de 89 millions de nouveaux francs en 1958 à 106 millions en 1959, à 144 millions en 1960 et à 166 millions pour le premier semestre 1961. Depuis le 1er juillet 1961, une société américaine a abaissé de 35 % le prix du nitrite acrylique qui entre dans la fabrication des fibres synthétiques. Une protection de la carbochimie française semble donc indispensable. Félix Mayer a, semble-t-il, réussi à jouer sur la fibre protectionniste de Jean-Marcel Jeanneney car celui-ci lui apprend que, pour la première fois depuis trente ans, un décret instituant un droit antidumping a été instauré sur le polyéthyléne.

38Depuis les années 1950, les vallées vosgiennes sont touchées par la reconversion de l’industrie cotonnière. Il faut néanmoins attendre le débat budgétaire de la fin 1961 pour que le sénateur Louis Courroy attire publiquement l’attention du ministre sur la situation délicate de l’industrie textile dans sa région. Après la création des ZSC, quelques entreprises ont pu être sauvées, sans toutefois endiguer l’émigration vers les bassins d’emploi que constituent le bassin lorrain et l’industrie automobile de Sochaux. La perte des marchés coloniaux semble être la cause majeure de la crise grave rencontrée par le textile vosgien, mais même les exportations vers l’Allemagne de l’Ouest ont diminué. À cela, une raison avant tout, le poids des charges sociales pesant sur l’industrie textile française. Si le gouvernement doit s’engager à demander l’application rigoureuse des accords textiles de Rome et de Genève, il doit aussi cesser de pratiquer une politique d’aide au coup par coup et revenir à la politique des ZSC. Le sénateur donne l’exemple d’un chef d’entreprise, apparemment désireux de créer soixante emplois mais découragé par la lenteur des procédures administratives. Pour Louis Courroy, rien ne sert de vouloir augmenter le fonds d’encouragement à l’industrie textile si celle-ci est moribonde.

39Il arrive aussi à Jean-Marcel Jeanneney de se retrouver parmi ses amis franc-comtois dont il apprécie les « vérités solides ». La première visite officielle du ministre en Haute-Saône se déroule à l’occasion de l’ouverture de la foire-exposition de Vesoul, le 16 mars 1960. Le ministre, soucieux de montrer qu’il connaît bien sa « petite patrie », retrace une sommaire division géographique de l’espace départemental pour montrer combien celui-ci est composite. Loin de toute promesse politicienne ou électoraliste, il n’envisage pas que le département puisse un jour devenir un grand centre industriel, mais il peut néanmoins tirer parti de sa position de carrefour dans l’Europe du Marché commun. Pour le ministre de l’Industrie, les profonds changements qui ont vu le jour en France touchent tous les pays développés. Loin de conduire à sacrifier l’agriculture à l’industrie ou de faire le contraire, ils doivent pousser à une modernisation conjuguée des deux activités. Cette pensée, Jean-Marcel Jeanneney précise qu’il l’a défendue et écrite « bien avant d’être ministre ». Par conséquent, il place la foire de Vesoul dans « cet esprit de renouveau, économique, agricole, industriel, [et] commercial » du département.

40La deuxième manifestation haute-saônoise d’importance à laquelle le ministre de l’Industrie participe est le 50e anniversaire de la chambre de commerce de Lure, le 30 mai 1960. Lors de la traditionnelle visite à la mairie, Jean-Marcel Jeanneney évoque le souvenir de son père en précisant qu’il « n’est pas tellement facile d’être le fils de quelqu’un ». Sans doute mis en confiance par une assemblée bienveillante, celui qui demeure le fils du président du Sénat pour les régionaux confie qu’« il [lui] avait semblé (…) que [son] destin était d’essayer de servir [son] pays, d’une autre manière, en quelque sorte indépendante de ce que lui-même [Jules Jeanneney] avait pu faire ». En guise de conclusion à cette confession, Jean-Marcel Jeanneney s’affirme comme « intransigeant sur les principes mais indifférent aux étiquettes ».

41Un peu plus tard, lors de son intervention devant les membres de la chambre de commerce, le ministre de l’Industrie entend rattacher le souvenir de son père à son engagement auprès du général de Gaulle qu’il considérait « comme le suprême recours du pays si des choses très graves risquaient de survenir, ces choses très graves étant (…) le recours à la force armée ». Puisque la question a été abordée, Jean-Marcel Jeanneney l’affirme clairement : « Ni dans mon esprit, ni dans l’esprit du gouvernement, ni dans l’esprit du général de Gaulle, il n’y a jamais eu l’intention d’accabler le régime parlementaire, mais bien au contraire de lui rendre les moyens de fonctionner convenablement. » Le ministre de l’Industrie doit revenir sur la petite phrase prononcée à la foire-exposition de Vesoul dans laquelle il disait que l’avenir de la Haute-Saône ne passait pas par une forte industrialisation. La franchise du ministre n’aura pas été bien perçue par tous et Jean-Marcel Jeanneney explique qu’en disant cela il pensait aux grands centres industriels comme la région parisienne, la Lorraine, le Nord, la vallée du Rhône ou la Basse-Seine. Pour la Haute-Saône, l’avenir passe par l’amélioration des voies de communication, Jean-Marcel Jeanneney étant persuadé qu’elle sera dans le creux de l’Y qui dessinera les deux remontées de la vallée du Rhône vers l’Alsace et vers Paris. Sur le plan fiscal, le ministre de l’Industrie ne promet aucune diminution de l’impôt en pourcentage mais il souligne la récente réforme du calcul de l’amortissement.

C. LE COULOIR SAÔNE-RHÔNE (BOURGOGNE, RHÔNE-ALPES)

42Économiste en bons termes avec l’histoire, Jean-Marcel Jeanneney aime à montrer qu’il connaît le passé de son pays et il ne manque guère une occasion pour synthétiser les faits du passé afin d’en dégager les prolongements dans son action du moment. C’est ainsi qu’à l’occasion de la journée de la machine-outil au Creusot, le 19 septembre 1959, il rappelle l’initiative étatique depuis la monarchie dans les raisons de l’installation d’une fonderie de canons et d’une cristallerie désormais disparue. Il mentionne encore le rôle joué par John Wilkinson et par la famille ardennaise Schneider dans le développement de la ville pour souligner que les rapports avec l’étranger et la mobilité régionale sont aussi importants que l’initiative publique dans la modernisation du pays. Du coup, son exaltation pour le développement de la production de biens d’équipement, son souhait d’ouverture vers l’Europe, son désir de voir relevé en permanence le défi technique, s’inscrivent dans une continuité historique susceptible d’être mieux comprise.

43Le 29 septembre 1959, deux jours après son périple lorrain, le ministre se rend à Lyon pour superviser une grand-messe sur l’économie du Sud-Est à la chambre de commerce. Après avoir écouté un bilan économique régional exhaustif dressé par plusieurs membres de la chambre consulaire, il peut constater que la reprise est au rendez-vous. Le premier semestre 1959 a été marqué par une hausse de 6,5 % du chiffre d’affaires des entreprises régionales par rapport à 1958. L’augmentation atteint même 8,5 % dans les secteurs des industries textiles et chimiques, tandis que la hausse pour les industries électriques n’est que de 5 % et de 3 % pour les industries diverses. Néanmoins, certains bassins d’emploi suscitent des inquiétudes comme Annonay et Valence pour la tannerie, Valence encore pour les fabriques de meubles, Saint-Étienne pour les cycles et les armes, Vienne pour la minoterie et la laine cardée.

44Quant à la région lyonnaise, elle réclame l’implantation de nouveaux centres de recherches, le renforcement de la position de carrefour, un juste prix de l’électricité, les mises en chantier de la centrale thermique au charbon de Givors et de la raffinerie de pétrole sur le tracé du pipe-line Lavéra-Karlsruhe.

45En réponse aux souhaits et analyses des principaux acteurs industriels de la région lyonnaise, Jean-Marcel Jeanneney reconnaît que ce type d’échange lui permet de court-circuiter ses directeurs et d’aller directement puiser son information aux sources mêmes de l’activité économique. Étrangement, le ministre de l’Industrie juge utile de prendre quelques distances avec les objectifs des plans d’équipement et modernisation et sur la validité des prévisions à long terme. Cette critique des incantations du passé a pour but de mettre en avant le caractère novateur et sérieux de la loi de programme votée à l’été 1959. Après des considérations économiques un peu trop théoriques, il regrette de s’être montré trop abstrait et conclut en s’excusant : « On ne se change pas, je suis un universitaire. » Jean-Marcel Jeanneney honorera encore l’économie rhône-alpine le 13 mars 1960, à l’occasion de l’inauguration de la foire de Lyon. Pour le ministre, l’ancienne capitale des Gaules et sa région constituent le modèle que les autres régions françaises devraient suivre car le dynamisme qui les caractérise s’appuie sur une trame industrielle locale diversifiée. Par conséquent, c’est en essaimant dans les régions voisines moins bien nanties que la région lyonnaise continuera à croître et à contribuer à la richesse nationale.

46En dehors de sa participation au voyage officiel du général de Gaulle dans le Dauphiné, Jean-Marcel Jeanneney ne reprend pas véritablement contact avec la région alpine durant son passage au ministère de l’Industrie, sauf pour inaugurer l’usine des Papeteries de France à Lancey, le 14 mai 1960. Ayant enseigné de nombreuses années aux élèves-ingénieurs de l’Institut de la houille blanche de Grenoble et étant l’auteur d’un ouvrage de référence sur le droit et l’économie de l’électricité, le ministre est particulièrement à l’aise pour évoquer l’œuvre d’Aristide Bergès, dans le lieu même où il maîtrisa la production d’électricité depuis les hautes chutes. Fort de son expérience, Jean-Marcel Jeanneney oppose l’avant-guerre, la période de la crise économique des années 1930, à la France dynamique née « aux lendemains de la Libération ». Le déplacement du ministre s’explique par sa volonté de saluer une entreprise ayant opté pour l’idée qu’il se fait de l’économie. Alors que deux chemins s’ouvraient à la France aux lendemains de la guerre, avec d’un côté « celui de la sécurité, de la facilité, de la médiocrité » il en existait un autre, celui de « l’audace, du renouvellement, celui qui consistait non point simplement à améliorer, à réparer, à perfectionner, mais celui qui consistait délibérément à changer d’échelle, à faire quelque chose d’entièrement nouveau », c’est cette voie qu’a choisie la région grenobloise.

47De même, si Jean-Marcel Jeanneney est le premier ministre de l’Industrie à effectuer une visite au Salon international des matières plastiques d’Oyonnax, le 16 juin 1960, c’est pour marquer aux industriels locaux l’intérêt que le gouvernement porte à une industrie dynamique dont le chiffre d’affaires est voisin de celui de l’industrie automobile. Alors que les puissantes PMI d’Oyonnax n’ont rien à envier à leurs concurrentes étrangères et qu’elles paraissent même disposer d’une avance technologique, elles n’en redoutent pas moins l’ouverture des frontières. En effet, les chefs d’entreprise du plastique la jugent « prématurée » du fait des droits de douane pesant sur les matières plastiques brutes importées et du niveau des salaires féminins, plus élevés en France qu’ils ne le sont à l’étranger. Cependant, contrairement à d’autres, les représentants de l’industrie des plastiques font preuve d’optimisme et entendent mettre en œuvre le précepte de Jean-Marcel Jeanneney quand il déclare que « la prospérité d’un pays a pour condition la bonne adaptation des types d’entreprises aux exigences techniques. La paix sociale dépend d’un heureux aménagement des relations entre travail et capital ».

D. LE SUD-OUEST (AQUITAINE, MIDI-PYRÉNÉES)

  • 18 Arch. CHEVS 2 DE 12. Note de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney faisant état d’une lettre de Jac (...)
  • 19 L’usine a été rasée au début des années 1990.

48Le Sud-Ouest aquitain est incontestablement une des régions françaises ayant le plus bénéficié des retombées de l’expansion et de l’innovation des années 60, en dépit de certaines conversions douloureuses comme celle des Chantiers de Gironde à Bordeaux18. Parmi les cérémonies les plus symboliques de l’expansion industrielle française du début de l’ère gaullienne auxquelles Jean-Marcel Jeanneney se soit rendu figurent les inaugurations de la centrale EDF d’Artix et de l’usine d’aluminium Pechiney de Noguères au sein du complexe de Lacq, le 4 mars 1960. Sur le livre d’or de l’usine Pechiney de Noguères, Jean-Marcel Jeanneney projette sur les dirigeants de la société d’aluminium ses propres principes d’action19. Ceux-ci, écrit-il, « établissent leurs plans d’investissement après de mûres réflexions, en se fondant sur des prévisions à longue échéance. Ils les réalisent ensuite, sans jamais se laisser détourner par les aléas provisoires de la conjoncture ». Toute la philosophie politique du ministre-économiste est ici synthétisée, elle n’est pas politique au sens commun du terme, car le temps et la réflexion sont les deux ennemis de l’homme politique qui n’a cure d’avoir raison sur le long terme étant donné qu’il vise le maintien de son pouvoir.

  • 20 Jean Coppolani, « L’Aménagement de la région de Lacq », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud (...)

49À l’occasion de cette journée, le ministre de l’Industrie prend des accents gaulliens et laisse transparaître son admiration pour les ingénieurs en exaltant la maîtrise technologique française et la beauté des formes des deux réalisations. Et Jean-Marcel Jeanneney ne peut s’empêcher de souligner que l’ensemble ainsi constitué correspond au modèle industriel qu’il aimerait voir s’épanouir en France et qui repose sur le triptyque, entreprise publique, semi-publique et privée. En effet, la centrale d’Artix et l’usine de Noguères sont le résultat de la bonne entente entre l’EDF, la SNPA et Pechiney. L’industrialisation du Béarn s’inscrit dans le cadre d’une politique plus vaste d’industrialisation de toutes les régions, fût-ce au prix du bouleversement des vieilles habitudes20. Visiblement, le ministre de l’Industrie est saisi de fascination pour le mouvement, le progrès technique, la modernisation du pays au rythme le plus soutenu qu’il ait connu dans son histoire. Devant le parterre d’élus et de notables béarnais, dont beaucoup sont d’ailleurs des opposants au régime gaulliste, il ne peut cependant pas aller jusqu’au fond de sa pensée et dire que les industries nouvelles implantées autour du gisement de Lacq ne permettront pas de créer beaucoup d’emplois directs. C’est plutôt par diffusion, par capillarité, que des emplois nouveaux prendront la relève de l’agriculture. Cette analyse de l’économie régionale, tous les dirigeants de la SNPA la faisaient. André Bouillot se souvient qu’il ne cessait de la répéter, le ministre de l’Industrie la partageait, mais la franchise a ses limites, même quand on est un ministre peu politique.

50Le souci du développement industriel s’accompagne aussi du soin mis à définir les priorités devant régir l’expansion. Une fois encore, Jean-Marcel Jeanneney fait partager à son auditoire les fruits de ses recherches en expliquant que, pour une grande société, chercher à être présent sur les marchés extérieurs, comme le fait Pechiney, ne doit pas rimer avec abandon des investissements dans son propre pays. Cette politique prestigieuse et ambitieuse, la France l’avait conduite de la fin du xixe siècle à la guerre de 1914 en investissant massivement en Russie, en Amérique du sud dans les chemins de fer ou des industries puissantes et modernes, amputant d’autant le développement industriel national. Le retour à une politique d’ouverture vers le monde depuis le début de la Ve République ne s’accompagnera pas d’un pareil choix.

  • 21 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 4 juillet 1960.

51Face à l’ampleur des difficultés soulevées par le développement industriel du grand Sud-Ouest, Jean-Marcel Jeanneney effectue plusieurs importants déplacements pour évoquer les problèmes au niveau de la région économique. C’est le cas à Toulouse, le 21 avril 1960. Répondant aux principaux acteurs socio-économiques de la IXe région économique, le ministre de l’Industrie formule avec une indéniable culture historique les causes profondes du retard industriel du grand Sud-Ouest français. C’est ainsi qu’il invoque la décadence espagnole du xviie siècle et naturellement la nature du régime de l’Espagne du moment, à savoir le franquisme. Comparé au Sud-Est, le Sud-Ouest ne peut appuyer sa croissance sur un marché extérieur dynamique. Pour autant, le ministre doit justifier l’absence du Sud-Ouest parmi les zones spéciales de conversion. Aucune ville du Sud-Ouest intérieur ne subit une crise aussi profonde que Nantes – Saint-Nazaire, Bordeaux, Limoges ou Béziers-Montpellier. De même, le Sud-Ouest n’est pas assimilable à la Bretagne qui connaît des retards multiples. Cependant, le décret du 15 avril 1960 en retenant la doctrine de l’attribution de primes d’équipement « au coup par coup » ne ferme plus aussi strictement les portes aux aides éventuelles à des entreprises toulousaines ou désireuses de s’implanter à Toulouse. À titre personnel, Jean-Marcel Jeanneney n’apprécie guère la méthode qui consiste à faire accorder des tarifs préférentiels aux entreprises par les sociétés nationales sous prétexte d’aménagement du territoire. Concernant l’octroi de la remise dite « franc du Sud-Ouest », internvenue à l’été 1960, le ministre de l’Industrie avoue qu’aucune ressource n’a été affectée à un fonds de péréquation. Il n’envisage la réduction d’un franc par mètre cube de gaz consommé qu’au-delà d’un volume déterminé et dépassé de 30 %. Ce faisant, Jean-Marcel Jeanneney semble en retrait par rapport au souhait que lui a exprimé Michel Debré en juillet. Le Premier ministre estime alors qu’« il faut aller plus loin à la manière des Italiens. Il faudrait baisser le prix du gaz dans le Sud-Ouest ». Il précise même : « Si des arguments juridiques nous sont opposés, par exemple un accord entre la SNPA et EDF, il ne faut pas nous arrêter : la Société d’Aquitaine c’est l’État et l’Électricité de France c’est encore l’État. Dès lors, c’est le seul point de vue économique et financier qui doit nous guider »21. Le ministre de l’Industrie estime tout à fait plausible l’implantation d’entreprises nouvelles liées aux secteurs chimique et aéronautique déjà existants à Toulouse. S’il n’envisage pas une défiscalisation des SDR, il pense qu’il est réaliste de desserrer la réglementation des emprunts groupés qu’elles émettent. Jean-Marcel Jeanneney a la franchise, mais est-ce toujours une qualité en politique, d’avouer que les départements bretons, le Nord et l’Est constituent des problèmes autrement plus importants pour le gouvernement. Créer massivement des emplois dans le Sud reviendrait à une véritable « déportation » de population depuis le nord du pays, or les Français sont très attachés à leur région.

  • 22 Arch. CHEVS JMJ 11. Séance de travail de la commission départementale du conseil général et du com (...)

52À la fin de 1960, Jean-Marcel Jeanneney, accompagné de ses deux experts en matière d’aménagement du territoire, Émile Arrighi de Casanova et Marcel Parodi, effectue un nouveau déplacement dans le Sud-Ouest, plus particulièrement dans l’Aveyron, au cours duquel il espère pouvoir convaincre ses interlocuteurs de la nécessité de procéder à la conversion du bassin de Decazeville22. Après avoir écouté le docteur Édouard Bonnefous, président du conseil général, M. Bastide, le rapporteur du comité d’expansion, le ministre explicite les maîtres mots devant, selon lui, présider à une politique d’action régionale. Il voit dans le « réalisme » et l’« action » les deux axes de toute réflexion. Dans le réalisme, le ministre essaye de faire taire les « espoirs vains et les réalisations impossibles », comme il les appelle. Dans l’action, le ministre veut faire passer un message fort, « ne pas se résigner », « modeler », « transformer » la réalité. Finalement, le moteur de la croissance économique du moment, Jean-Marcel Jeanneney le situe dans la « renaissance démographique » qui confère à la jeunesse une formidable force pour « s’employer ». L’augmentation du nombre d’agents économiques est bien perçue par l’ancien professeur d’économie comme le véritable moteur d’une croissance « remarquable » comme il le souligne à ses hôtes, en dépit de crises locales comme en connaît Decazeville. Il passe alors en revue les grands développements régionaux du moment : la région paloise avec Lacq, la Lorraine avec la sidérurgie modernisée, la région marseillaise et la Basse-Seine avec le raffinage et la pétrochimie, la région parisienne avec l’automobile et un certain nombre de vallées alpines avec les productions électrométallurgiques. Même s’il admet qu’il n’est pas souhaitable que le développement passe par la forte progression d’une poignée de départements et la stagnation du reste de l’espace, Jean-Marcel Jeanneney ne masque pas qu’historiquement la croissance d’un pays s’est toujours accompagnée de migrations de population, de déplacements de main-d’œuvre, c’est-à-dire en affaiblissant certains centres anciens de peuplement. Habitués à l’exode depuis des décennies, les Aveyronnais le savent, mais ils ne s’y résolvent pas pour autant et Jean-Marcel Jeanneney va mal le percevoir. Pour asseoir sa démonstration, le ministre prend des exemples aux États-Unis, en Allemagne, en Russie, ce qui le conduit à déclarer avec cette franchise un peu abrupte qui le caractérise qu’il ne croit pas « que l’on puisse fixer comme idéal ou définir comme norme d’une économie bien gérée le fait que tous les habitants travaillent et meurent là où ils sont nés ». Pour la soixantaine de départements dont l’économie n’est pas bouleversée par les profonds changements intervenus depuis 1945, il préconise un modèle d’actions « convergentes et systématiques », capables d’unir les intérêts de l’industrie et de l’agriculture, cette dernière jouant le rôle de réservoir de main-d’œuvre pour les moments de forte croissance et de refuge lors des retournements conjoncturels.

53Jean-Marcel Jeanneney prévient ses interlocuteurs qu’ils ne doivent pas tout attendre du pouvoir central et qu’une large partie des solutions à leurs problèmes réside dans les « initiatives locales ». L’État ne doit être véritablement présent que pour assurer le financement des grands projets, qu’il s’agisse des « grandes infrastructures nationales » en matière de transport mais aussi des aides à la création d’entreprises. Fort de son passé à Grenoble et de sa connaissance de l’économie alpine, Jean-Marcel Jeanneney est persuadé que le développement des économies locales est avant tout assuré par l’autofinancement des entreprises régionales et les banques régionales. Hélas ! la crise des années 30, en faisant disparaître ces banques qui investissaient dans leur région, a amené les entreprises régionales à trouver leur financement auprès des banques parisiennes qui ont avantagé leurs grands clients. Pour autant, le ministre de l’Industrie explique qu’il serait illusoire de vouloir recréer ces banques, car « elles correspondaient à un état de la bourgeoisie, à un passé qui n’existent plus ». Certes, le rôle naguère dévolu aux petites banques a pu être repris par les banques populaires, le crédit hôtelier ou les SDR, mais les résultats de ces établissements sont d’autant meilleurs que la région est prospère. Toutefois, Jean-Marcel Jeanneney se montre hostile à toute action systématique de l’État dans les régions les plus en difficulté. Celui-ci ne doit intervenir que de manière circonstanciée, par le biais de la direction de l’Expansion industrielle et du FDES ou par les primes d’équipement qui entrent dans les bénéfices et qui doivent être rétrocédées à l’État à 50 % en cas de bénéfices. Afin de limiter les candidats à la prime, seuls les projets défendant la création d’un minimum de vingt emplois sont pris en compte. En admettant que « tous les autres cas et les plus nombreux » échappent au ministre de l’Industrie qui « n’a pas la responsabilité des structures financières et bancaires », Jean-Marcel Jeanneney regrette à voix haute, et le fait accessoirement comprendre à ses hôtes, de ne pas disposer de plus de pouvoir. Cela étant, le ministre de l’Industrie explique qu’il s’efforce d’orienter dans ce sens les réflexions sur l’action régionale qui se tiennent à Paris.

  • 23 En dépit de l’intérêt qu’il nourrit pour les conserveries ou l’industrie de la transformation de l (...)

54Ces explications du ministre suscitent naturellement des questions. André Trébosc, député du département, interroge le ministre sur la possibilité qu’ont les caisses d’épargne de financer les entreprises régionales. Jean-Marcel Jeanneney lui répond qu’elles le peuvent déjà grâce à la loi dont M. Minjoz, le maire de Besançon, est le père. Les paroles du ministre en faveur du rôle dévolu à l’agriculture conduisent Marcel Bruel, président de la FDSEA, à demander au ministre son avis sur le projet visant à constituer une véritable chaîne de transformation de la viande bovine dans le département. Jean-Marcel Jeanneney l’y encourage vivement, « en tant que membre du gouvernement et plus encore en tant qu’économiste ». Cet attrait pour le monde agricole, Jean-Marcel Jeanneney en a naturellement hérité de son père qui fut à l’origine de la première laiterie coopérative de HauteSaône23.

55S’appuyant sur le double rejet par le comité 1ter du FDES d’un dossier de demande de prime pour agrandissement, déposé par une entreprise de salaisons de Saint-Affrique, le président de la chambre des métiers, M. David, montre au ministre que la pratique administrative contredit ses bonnes intentions. Il critique aussi la concurrence de producteurs du Marché commun et la politique de régression charbonnière entamée à Decazeville qui accéléreraient le déclin du département. Piqué au vif, Jean-Marcel Jeanneney se défend point par point. Il n’a pas grand mal à trouver une faille dans l’argumentation de son contradicteur en lui indiquant que les pertes de 50 milliards de francs qu’il a mentionnées au sujet des CDF sont en réalité dix fois inférieures compte tenu des amortissements. Du coup, l’importance du déficit de Decazeville dans le total des pertes augmente d’autant. Comme toujours lorsqu’un de ses interlocuteurs s’en prend à la construction européenne, le ministre prend le temps de défendre le Marché commun en indiquant que, grâce à lui, la France connaît un équilibre de sa balance commerciale, situation inédite depuis 1929. Enfin, il reproche au président de la chambre des métiers de se livrer à une déformation volontaire de ses propos pour susciter de l’hostilité. Jean-Marcel Jeanneney dément avoir affirmé que la population de Decazeville devait massivement quitter la ville comme il conteste la thèse selon laquelle la CECA serait responsable des difficultés de la ville aveyronnaise. Quant au refus d’aide publique dans le cas d’une extension d’entreprise, il est motivé par le ministre comme un souci de ne pas passer « au stade d’économie collectiviste ». Si tout cela est vrai, force est néanmoins de constater que la loi incite ladite entreprise à s’installer dans un département limitrophe bénéficiant des avantages des zones spéciales de conversion (ZSC).

56À côté du bassin de Decazeville qui périclite, l’économie du département repose sur l’industrie de la peausserie et du gant de Millau, qui emploie 10 000 personnes pour un chiffre d’affaires relativement peu élevé de 100 à 150 millions de nouveaux francs. Dans ce secteur, les industriels s’inquiètent de la possible attribution d’un tarif de droits de douane à 9 % pour les peaux en provenance du Royaume-Uni, ce qui aurait pour conséquence d’avantager une industrie non communautaire car la moyenne arithmétique des droits de douane de la Communauté est de 12 %. En dépit de la frilosité générale devant l’ouverture à la concurrence, Jean-Marcel Jeanneney fait observer au sénateur Alric qu’en ce qui concerne les matières premières, l’abandon des contingentements a permis aux entreprises françaises de peausserie de peser véritablement sur le marché international en s’approvisionnant aux meilleures sources et aux meilleurs prix. Toutefois, l’instauration du Marché commun va rendre possible l’exportation de peaux brutes d’agneau, mesure qui était interdite depuis 1936. C’est un avantage pour les Italiens qui vont pouvoir acheter des peaux en franchise de droits de douane et concurrencer la production française à un moment où l’Espagne a suspendu ses exportations de peaux pour des raisons inconnues.

57Pour l’anecdote, on peut mentionner l’intervention du représentant consulaire Arnoux qui interroge le ministre sur le possible soutien du gouvernement aux expériences du professeur Makhonine, prétendu inventeur d’un procédé d’extraction du pétrole à partir du charbon. Non sans un certain agacement, où pointe cependant une dose d’ironie, le ministre lui rétorque qu’il est « toujours prêt à accueillir avec faveur les miracles techniques, mais comme [pour] d’autres miracles, avec, au départ, une certaine dose d’incrédulité ».

58Manifestement, le discours et le style rigoureux de Jean-Marcel Jeanneney ont du mal à passer en Aquitaine et Midi-Pyrénées. Tant sur le terrain, lors des déplacements, qu’au Parlement, Jean-Marcel Jeanneney éprouve des difficultés à se faire comprendre des habitants et élus du grand Sud-Ouest. Sans doute faut-il y voir moins une question de personne – encore que les origines familiales du ministre ne le prédisposent guère à la verve méridionale – qu’une traduction du faible attachement au gaullisme à cette partie du territoire national.

  • 24 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, 1031 W 264.
  • 25 Arch. CHEVS JMJ 26.

59La plus grande mésaventure de la carrière ministérielle de Jean-Marcel Jeanneney demeure d’ailleurs l’épique journée passée à Pau le 24 juin 196124. Après l’inauguration du complexe chimique lié au gisement de Lacq, à Pardies, dans la matinée, le programme officiel prévoit ensuite un déjeuner à Pau. À sa descente du train de Paris, Jean-Marcel Jeanneney apprend du préfet Jean Wolff que les FDSEA de douze départements du grand Sud-Ouest ont appelé à manifester contre le gouvernement. Aussi le ministre est-il surpris de constater que le préfet n’a prévu aucun dispositif de gendarmerie le long de l’itinéraire emprunté par le cortège officiel jusqu’à Pardies. De plus, les véhicules officiels sont immobilisés durant de longues minutes à un passage à niveau sur une petite route de campagne. Après l’inauguration de l’usine d’Azolacq qui se passe dans un excellent climat, le ministre, les dirigeants de la SNPA et quelques hauts fonctionnaires se dirigent vers Pau. Le ministre de l’Industrie est encore plus déconcerté quand il apprend par le préfet que ce dernier a confié l’organisation de la réception de Pau à un proche de la famille Baylet de la Dépêche du Midi, journal particulièrement hostile au pouvoir gaulliste. En plein milieu du repas, alors que le ministre converse avec les notables assemblés, un bruit assourdissant de moteurs de tracteurs couvre subitement les discussions, les agriculteurs ayant encerclé la salle du banquet. Jean-Marcel Jeanneney est invité à s’éclipser par les cuisines et à s’engouffrer à l’arrière d’une voiture. Las, repéré et bientôt encerclé par une foule hostile, il est contraint d’en sortir, si d’aventure les manifestants venaient à la renverser. Protégé par Jean Saint-Geours, sous-directeur du Trésor, ancien pilier de rugby, et par Ange Carli, Jean-Marcel Jeanneney fait front à l’ire populaire, jusqu’à l’arrivée d’un leader paysan vêtu d’une chemise verte. Tout en expliquant qu’en tant que ministre de l’Industrie il ne peut prendre aucun engagement concernant les problèmes du monde agricole, il propose de transmettre les revendications des manifestants à son collègue de l’Agriculture. Cette solution agrée au responsable paysan, déjà certain de la couverture médiatique de l’événement. Finalement, Jean-Marcel Jeanneney rejoint la gare SNCF où se sont réfugiés les officiels, suivi par les manifestants, et il est accueilli par le chef de gare qui lui souhaite « la bienvenue sur le territoire de la SNCF ! » De retour à Paris, il apprend par son chauffeur qu’il est passé au journal télévisé de 20 heures. Cette aventure permet également de souligner comment la presse relate ce genre d’événement. Une analyse détaillée de la presse nationale et locale révèle que les journalistes ont parfois l’imagination débordante. Ainsi, certains écrivent que le ministre était enfermé à l’arrière d’un fourgon de la police, « un panier à salade », vivement secoué par la foule ; tandis que d’autres affirment qu’il a été giflé et qu’il aurait perdu ses lunettes25.

60Dès le lendemain, Jean-Marcel Jeanneney reçoit la visite d’un conseiller du ministre de l’Intérieur qui lui demande s’il exige que des sanctions soient prises à l’encontre du préfet des Basses-Pyrénées. Bien que très mécontent, le ministre de l’Industrie renvoie la Place Beauvau à ses responsabilités. Jean Wolff, en poste à Pau depuis le 18 mai 1960, est remplacé le 8 septembre 1961 par Maurice Causeret qui ne demeure en fonctions que jusqu’au 10 janvier 1962, date de la nomination de Marcel Diebolt qui aura une plus longue carrière dans le département. D’ailleurs, il est intéressant de noter qu’entre Jean-Marcel Jeanneney et le corps préfectoral, les relations seront loin d’être toujours idylliques. Le ministre a des idées très arrêtées sur la définition du « bon » préfet, sachant autant servir le gouvernement quel’État. Autant il se félicitera d’hommes comme les préfets Laporte en Moselle, Bonis-Charancle ou Débia en Haute-Saône, Lamorlette en Aveyron, autant il se montrera cinglant à l’encontre d’autres représentants du gouvernement. On peut citer le cas du préfet Mac-Grath des Hautes-Pyrénées, car il concerne encore le Sud-Ouest. Jean-Marcel Jeanneney écrit à ce dernier le 2 septembre 1959 pour lui expliquer qu’il ne comprend pas comment ce dernier a pu lui faire parvenir « à toutes fins utiles » une motion d’élus locaux sur la situation critique des industries du secteur bigourdan, sans lui « faire connaître [son] point de vue motivé sur la question soulevée ». Il reproche aussi au représentant local du gouvernement de paraître « admettre sans objection ni observation l’opinion exprimée dans la motion transmise et selon laquelle il incomberait au gouvernement d’assurer lui-même par des mesures énergiques la prospérité industrielle du secteur bigourdan ». Pour le ministre de l’Industrie, « le rôle du gouvernement en la matière ne peut être que de définir des mesures générales et d’encourager les initiatives qu’il appartient aux autorités locales, privées et publiques, de susciter ». Outre la leçon de fonctionnement des pouvoirs publics que Jean-Marcel Jeanneney fait au préfet, il l’invite à présenter aux autorités locales les mesures prévues par le gouvernement. Pour le ministre de l’Industrie, il est hors de question d’accepter qu’un préfet ne défende pas le gouvernement et qu’il se range du côté des élus ou que, par son attitude neutre, il se borne à jouer le rôle de boîte aux lettres. Étant donné le caractère confidentiel de cette correspondance, le ministre a demandé qu’il ne soit fait qu’une seule pelure.

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 14. Décret du 19 mai 1948.
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 14. Note de la direction des Mines du 1er juillet 1949.

61Le cabinet doit également gérer tout au long de la durée du ministère le conflit opposant EDF à la Société française des mines de Sentein. Cette affaire anecdotique mobilise à intervalles réguliers les cabinets des ministres de l’industrie depuis 1948, et c’est pourquoi elle mérite un arrêt sur image qui permettra, mieux que bien d’autres, de comprendre comment un cabinet peut être amené à travailler longuement pour des motifs assez futiles. Cette année-là, un décret a transféré à EDF « les biens, droits et obligations de la Société française des mines de Sentein (SFMS) mise en liquidation »26. La société minière s’est pourvue devant diverses juridictions, jugeant que le décret constituait une voie de fait et qu’en dépit de la fourniture de courant électrique à l’Union minière pyrénéenne, elle ne s’était pas transformée en société de distribution de courant électrique et qu’elle ne pouvait être visée par la loi de 194627.

  • 28 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 24 février 1959.
  • 29 Article 1382 et suivants du code civil.

62Quelques semaines après son entrée en fonctions, le ministre répond à René Dejean, député de l’Ariège, pour lui dire que la démarche qu’il a entreprise auprès d’Édouard Ramonet suit son cours à la direction des Mines28. Le 20 février 1959, le cas de Sentein a fait l’objet d’une note de Pierre Alby adressée à Louis Saulgeot. Le directeur des mines rappelle à son collègue que la production de zinc des mines de Sentein a été arrêtée en 1927 suite à un effondrement des cours des métaux et que l’exploitation n’était repartie qu’avec la guerre en 1940. Après guerre, la production a de nouveau quasiment cessé à partir de 1953 du fait d’un nouvel effondrement des cours. Des enquêtes géologiques menées par le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de 1955 à 1957 ont permis de déceler de nouvelles zones minéralisées, aussi le directeur des Mines estime-t-il qu’« il y aurait, malgré tout, un intérêt, si relatif soit-il, à remettre en activité la concession de Sentein ». Après la décision de mise en liquidation de l’Union minière pyrénéenne (UMP) décidée par le groupe Penarroya-Vieille montagne-Asturienne de mines, la Société française des mines de Sentein est redevenue le seul exploitant de la concession qu’elle avait amodiée à l’UMP en 1948. Pierre Alby émet des doutes sur les capacités financières et techniques de la SFMS mais note qu’elle semble procédurière car, en dehors d’EDF, elle est en procès avec l’UMP. Concernant plus particulièrement le litige avec EDF, il s’explique par le manque d’étanchéité des ouvrages d’adduction d’eau construits par la société nationale en amont de la mine, ce qui a pour conséquence de produire des voies d’eau importantes dans les travaux miniers. Pour le directeur des Mines, « il est normal qu’en vertu des principes mêmes du droit civil concernant la responsabilité du fait d’autrui, EDF soit condamnée à réparer ces dommages »29. Dans une note du 10 avril 1959 à l’ingénieur en chef de l’arrondissement minéralogique de Toulouse, Pierre Alby revient sur le fond de l’affaire en concluant qu’« il semble que la SFMS cherche à faire agir l’administration pour hâter ou infléchir la solution de divers problèmes en cours entre SFMS et EDF, d’une part, entre SFMS et UMP, d’autre part. L’administration doit au contraire conserver une position de stricte neutralité et laisser suivre son cours. Le BRGM de son côté ne pourra envisager une nouvelle intervention que sur des bases juridiques et financières entièrement nettes ».

63Une nouvelle note du 25 avril 1959, émanant de la direction des Mines et adressée à Raymond Barre, fait état d’une réunion tripartite tenue le 7 avril entre elle-même, la direction du Gaz et de l’Électricité et un représentant du BRGM. Différentes conclusions ont été tirées. Tout d’abord « il n’y a aucun inconvénient sérieux à laisser [le gisement] quelques années en sommeil ». Ensuite, l’intervention souhaitée par René Dejean « en vue de recommander un accord amiable avec la SFMS paraît inopportune : la justice est saisie du différend et il y a lieu de la laisser suivre son cours ».

  • 30 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 20 novembre 1959. Le général a sans doute voulu écrire « activité mi (...)
  • 31 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 30 novembre 1959.

64Le 15 octobre 1959, la SFMS tente de faire accroire que la direction des Mines serait favorable à une remise en exploitation et que le BRGM pourrait prendre une participation d’un tiers. Le 23 octobre 1959, le ministre répond à une démarche de Noël Lemaresquier, parent de madame Michel Debré, pour lui dire qu’il ne fait que reprendre la position de la société. Environ un mois plus tard, dans une note au cabinet de l’industrie, le général Petit, du cabinet militaire de Michel Debré, demande où en est le redémarrage de l’entreprise « qui marquerait une reprise de l’activité ministérielle (sic) dans le département de l’Ariège »30. On remarque que les tentatives d’influence passent par les cabinets, d’où un risque si le ministre contrôle mal son cabinet. Manifestement irrité par cette intervention d’un militaire sur une question ne le concernant pas, Jean-Marcel Jeanneney prend le temps d’écrire à Michel Debré pour lui dire, avec une indéniable ironie, qu’il n’a pas fait étudier le problème sous un angle militaire, donc stratégique, mais qu’il est prêt à le faire en cas de besoin31.

65Le 18 mai 1960, G. Joseph, préfet de l’Ariège, apprend à Pierre Voitellier que le président de la chambre de commerce de Foix vient d’écrire au ministre au sujet de la remise en route de Sentein sur les renseignements fournis par la direction de la mine. Le préfet s’indigne que le président de la chambre de commerce, de tendance UCDA (Poujadiste), « a cru devoir mettre en cause la « Préfecture » dans des termes absolument inadmissibles et sans aucune consultation préalable » de ses services ni de lui-même. Mécontent, le représentant du gouvernement a répondu avec fermeté au président de la chambre de commerce. Cette lettre, datée du 5 mai 1960, figure dans le dossier du cabinet. Jamais désobligeant, René Arasse, le président de la chambre de commerce de Foix, s’appuie sur une déclaration du ministre faite le 16 février 1960 à l’assemblée des présidents de chambres où il disait qu’il tenait « absolument à être informé des problèmes économiques de chaque département ». Le cabinet doit donc gérer les querelles de clochers, ce qui ne facilite pas une approche sereine des problèmes.

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 1er juillet 1960.

66Le ministre doit encore préciser au sénateur de l’Ariège Jean Nayrou, à René Arasse et à Raymond Bonnefous, respectivement président de la chambre de commerce de Foix et du comité d’expansion économique de Midi-Pyrénées, qu’il ne compte pas entraver d’une quelconque manière le déroulement de la procédure judiciaire en cours. En revanche, il appuie totalement la position du préfet de Foix dans son différend avec le président Arasse, et l’invite à exprimer ce soutien à ce dernier32.

  • 33 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre de Maurice Bye à Raymond Barre du 2 juillet 1960 ; intervention de Jacq (...)

67Jean-Marcel Jeanneney doit attendre le 23 juin 1960 pour connaître enfin la position de la SFMS. Son président, Yves Daubian-Delisle, estime que la société est victime de la toute-puissance de l’administration et plaide son innocence. Il est illogique, selon lui, de ne pas reprendre la production du gisement alors que le BRGM a investi 127 millions d’anciens francs non récupérables. La faute incomberait à EDF qui retarderait perpétuellement le jugement grâce aux déposes déclinatoires de compétence à répétition déposées par le préfet de l’Ariège depuis plusieurs années sur « ordre formel de vos services ». Le président de la SFMS s’étonne de cette obstruction systématique en faisant à juste titre remarquer que si EDF est certaine de gagner le procès, on se demande pourquoi elle refuse l’arbitrage de la justice. Quant au procès avec l’UMP, il ne peut être conclu car la direction des Mines refuse de montrer toutes les pièces de l’accord qui avait été conclu en 1944entre l’État, la SFMS et l’UMP. Yves Daubian-Delisle conclut sur le fait que l’inspecteur général de Lombarès dépêché par le ministre Robert Lacoste avait établi la pleine bonne foi des revendications de la société et obtenu sa dénationalisation en dépit du pourvoi d’EDF devant le Conseil d’État. Exacte ou pas, la version de la société retient en tout cas l’attention de différentes personnalités et parlementaires comme celles de Maurice Bye, membre du Conseil économique et social, de Jacques Chaban-Delmas ou de Guy Ébrard, député des Basses-Pyrénées. Ces derniers réclament un examen attentif de la part des directions incriminées ou une enquête de l’inspection générale de l’industrie33.

  • 34 Arch. CHEVS JMJ 14. Note du BRGM du 20 mai 1960 citée par Yves Daubian-Delisle à Bernard Guitton l (...)

68Force est de constater que, de son côté, l’Administration se défend avec acharnement. Le BRGM ne juge pas possible la reprise d’activité de la mine34. La direction du Gaz et de l’Électricité défend naturellement les intérêts d’EDF. Dans une note du 30 septembre 1960, Louis Saulgeot tente une nouvelle fois de présenter l’affaire.

69En 1957, l’UMP a été mise en liquidation judiciaire par Penarroya. La SFMS se prétend gênée par la présence des ouvrages de la chute d’Eylie concédée à EDF. Déjà en 1950, la SFMS avait assigné EDF devant le tribunal de Saint-Girons au prétexte de la violation d’une convention de 1933 intervenue entre la SFMS et l’Union pyrénéenne électrique qui s’engageait à ne pas nuire aux travaux miniers. Le tribunal civil s’était déclaré incompétent après intervention du préfet pour le compte de la DGE car il s’agissait d’un dommage causé par un ouvrage public. La SFMS a alors porté l’affaire devant la cour d’appel de Toulouse. Sur ces entrefaites, EDF a attaqué la SFMS qui prélève de l’eau pour son exploitation minière par une dérivation sur l’adduction principale. La SFMS a voulu changer de tactique et engager une procédure à l’amiable avec EDF. Le protocole d’accord remis par la SFMS prévoyait l’autorisation par EDF d’un prélèvement d’eau pour l’exploitation minière, le versement d’une forte indemnité pour les gênes provoquées par les infiltrations de la chute d’Eylie. Le directeur du Gaz et de l’Électricité, s’appuyant sur la note de la direction des Mines du 9 août 1960, pense qu’il ne faut pas donner raison à la SFMS et qu’il n’est pas question de reprendre l’activité minière pour le moment dans ce gisement.

70Visiblement désireux d’en finir, Jean-Marcel Jeanneney décide de confier à l’inspecteur général Beau, la charge d’une enquête. Ce dernier rend ses conclusions le 6 novembre 1960. Le ministre se félicite de la rédaction de la note et mentionne en marge : « Excellente note dont j’adopte toutes les conclusions. Le seul point douteux est de savoir s’il convient que la direction des Mines la communique à la SFMS ». Dans ses conclusions concernant la remise en activité de la mine dans le nouveau filon découvert par le BRGM, le contrôleur « estime que la position du BRGM et celle du directeur des Mines sont parfaitement justifiées et qu’il y a lieu de s’y tenir pour éviter le risque pour l’État de nouvelles dépenses qui pourraient bien se révéler inutiles ». Concernant le litige entre la SFMS et EDF, le contrôleur trouve que « la meilleure solution à adopter par le ministre de l’Industrie [est] de déclarer que la justice étant saisie, il préfère s’en remettre à ses décisions ».

71Le 17 février 1961, l’inspecteur général Beau écrit à Raymond Barre pour lui apprendre qu’un règlement serait sur le point d’être conclu entre la SFMS et les sociétés actionnaires de la défunte UMP (Asturienne de mines, Penarroya, Vieille Montagne) car ces dernières seraient disposées à racheter la SFMS. En effet, la justice a établi que l’UMP devait 170 000 nouveaux francs de dettes à la SFMS et 485 000 nouveaux francs au titre du contrat d’amodiation. En outre, les trois sociétés actionnaires de l’UMP qui n’auraient porté les actions UMP que pour 1 franc pièce dans leur bilan seraient assez gênées par la plainte déposée par M. Daubian-Delisle. Le jugement de la cour d’appel de Toulouse dans le litige avec EDF devrait intervenir le 23 janvier 1961. Pour le contrôleur, la direction des Mines devra se résoudre à montrer le procès-verbal du récolement établi par le service des mines en application de la convention de 1944. En outre, si M. Daubian-Delisle est autorisé à utiliser les stériles de mine pour en faire des briques et du faux marbre, il faudrait que la direction des mines et le préfet adoptent une attitude commune quant aux conditions d’utilisation des stériles. Finalement, EDF l’emporte car la cour d’appel de Toulouse ne peut rendre son jugement le 23 janvier du fait de la non-transmission des conclusions datées du 20 janvier 1960 aux avocats de la SFMS. De son côté, le tribunal administratif de Paris ne juge pas utile de transmettre le procès-verbal du récolement à la SFMS pour le moment. L’idée d’Yves Daubian-Deliesle est toujours d’obtenir une indemnité de 3 millions de nouveaux francs d’EDF et de faire repartir la mine avec l’aide technique du BRGM.

72Dans une lettre du 3 novembre 1961, Jean-Marcel Jeanneney est, enfin, en mesure de détailler à Michel Debré les modalités du règlement de dossier à rebondissements : « Le litige avec l’Union minière des Pyrénées, filiale de Penarroya, de la Vieille Montagne et de l’Asturienne des Mines, ancien amodiaire de la mine, est terminé et une transaction est intervenue le11 juillet 1961 ». À la suite de cette transaction, la laverie a été remise en route ; elle traite les stériles qui sont entassés dans la vallée du Lez et qui, pour raison de sécurité, doivent être enlevés. Elle en extrait des concentrés, ces stériles contenant encore du métal. Les dits stériles seront également utilisés pour fabriquer des matériaux de construction (marbres, briques). Dès le début de 1962, la société espère produire 30 000 briques par jour. Un premier chantier de remise en route de la mine a été ouvert et doit commencer à produire à la fin octobre 1961. En ce qui concerne le litige qui se rapporte aux infiltrations provenant d’une de ses galeries, sur le plan des principes EDF a eu satisfaction puisque la cour d’appel de Toulouse s’est déclarée incompétente, mais il n’en est pas moins vrai que les infiltrations existent.

  • 35 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 novembre 1961.

73« La SFMS serait disposée à une transaction et elle s’oriente d’ailleurs vers un accord de bon voisinage qui réglerait notamment la construction en commun d’un téléphérique et d’une galerie qui permettraient aux agents d’EDF d’accéder en sécurité aux vannes du barrage d’Araing et à la SFMS d’exploiter les filons de son gisement situés dans la partie haute de la montagne. Une réunion va sans doute avoir lieu sous la présidence de l’ingénieur en chef de la circonscription électrique de Toulouse pour discuter l’intérêt pour EDF du projet et ses modalités de réalisation. Il semble que cette réunion serait de nature à exercer une action favorable sur le règlement du litige. »35 Ainsi semble se régler, du moins pour la période du gouvernement Debré, un dossier qui aura réclamé aux cabinets ministériels une énergie hors de proportion avec l’enjeu politique ou économique en présence.

74Un autre dossier industriel difficile de la région aquitaine est abordé par le député des Basses-Pyrénées Jean Thomazo lors du débat de la loi de finances pour 1962. Il s’agit des aciéries et forges du Boucau, menacées de fermeture par le refus de la Compagnie des aciéries et forges de la Loire d’injecter les 50 millions de nouveaux francs nécessaires à leur modernisation sans une participation conséquente de l’État. Le complexe sidérurgique du Boucau, situé loin des houillères déclinantes du Centre-Midi qui lui fournissaient le charbon nécessaire à son fonctionnement, semble promis à une mort certaine. La filialisation des installations du Boucau en une société appelée à opérer la reconversion a scellé le sort d’une usine qui remontait aux années 1880. La fermeture du Boucau, outre la disparition de 1 800 emplois directement liés au site, risque de plonger tout le bas Adour dans un profond marasme car on est dans une région de mono-industrie, sans véritable activité de remplacement. Tout en rendant hommage à la qualité des techniciens de la direction de l’Expansion industrielle, Jean Thomazo demande à Jean-Marcel Jeanneney de prendre la mesure de l’importance du dossier et réclame une audience en compagnie des élus, des représentants syndicaux, des comités de défense de la région auprès du Premier ministre et des ministres des Finances et de l’Industrie. Faisant écho à l’antienne cartiériste, « la Corrèze avant le Zambèze », Jean Thomazo explique qu’il ne comprendrait pas le refus du gouvernement de sauver les forges du Boucau alors qu’il prévoit d’allouer 60 millions de nouveaux francs pour les industries malgache et africaine.

  • 36 Arch. CHEVS 2 DE 22. Notes de Michel Debré, 10 octobre et 6 novembre 1961.

75Le dernier dossier industriel intéressant le Sud-Ouest aquitain génère plusieurs échanges de notes entre le ministre de l’Industrie et Matignon, entre l’automne 1961 et le printemps 196236. L’affaire porte sur la localisation de l’implantation d’une usine d’acier inoxydable en France voulue par le groupe américain Jones et Laughlin. Jacques Chaban-Delmas se mobilise pour que Bordeaux accueille cette unité, alors que Jean-Marcel Jeanneney paraît la lui refuser. Naturellement, le président de l’Assemblée nationale en appelle à Michel Debré qui lui donne spontanément raison. Le 1er mars 1962, Jean-Marcel Jeanneney informe Michel Debré qu’il a reçu Jacques Chaban-Delmas, député-maire de Bordeaux, accompagné des représentants de la société américaine afin de débattre du dossier. Quelques jours plus tard, le ministre de l’Industrie récapitule au Premier ministre les données de l’affaire.

76Le projet initial de Jones et Laughlin était de constituer une filiale dont elle prendrait 40 % des parts, les 60 % étant répartis également entre les sociétés Mannesmann, Roeschling et les Forges de la Providence. L’unité envisagée avait une capacité mensuelle de production d’acier inoxydable de 2 000 tonnes, à partir de produits semi-finis d’origine américaine, et devait créer 300 emplois d’ouvriers. Ce projet de 19 millions de dollars devait être financé pour 10 millions de dollars par des prêts à long terme français.

77À la fin 1961, le gouvernement français a demandé qu’une ou plusieurs sociétés françaises entrent dans le capital de cette société. Schneider et les Chantiers et ateliers des forges de la Loire ont accepté de s’engager à hauteur de 20 % chacune, Roeschling a confirmé ses 20 % et Jones et Laughlin a maintenu ses 40 %. Devant le risque de surcapacité de production d’acier inoxydable que cette unité risquait de faire naître en France par rapport aux prévisions du IVe Plan et du Marché commun, Emmanuel de Mitry, Léon Bureau et Jolivet ont fait connaître les inquiétudes des sidérurgistes français. Toutefois, Schneider et les Chantiers et ateliers des forges de la Loire ont maintenu leur intention de créer une unité, même sans les Américains.

78M. Brown, représentant en France de Jones et Laughlin, était plutôt enclin à implanter l’usine à Dunkerque, Cherbourg ou Le Havre, tout en se déclarant disposé à construire à Bordeaux à condition de disposer d’un site de 50 à 70 hectares et d’un port pouvant accueillir des navires de 30 000 tonnes. De son côté, la direction de l’Expansion industrielle a envisagé une implantation à Lorient, afin de relayer les forges d’Hennebont, et au Boucau où les Chantiers et ateliers des forges de la Loire (CAFL) doivent fermer leur usine. Après étude, il s’est avéré que, faute de terrain, Lorient ne pouvait être retenu et que le port du Boucau n’avait pas un tirant d’eau suffisant, bien que les CAFL y disposent d’un terrain de 400 hectares. En revanche, aucun obstacle ne s’oppose au choix de Pauillac.

  • 37 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Jean-Marcel Jeanneney, 12 mars 1962.

79À titre personnel, Jean-Marcel Jeanneney préfère Dunkerque mais admet « que le souci de l’aménagement du territoire fasse préférer un port de l’Atlantique car la valeur spécifique élevée de l’acier inoxydable permet de ne pas être trop étroitement limité dans le choix d’un emplacement par les distances que les produits transportés devront parcourir pour atteindre leurs utilisateurs. De ce point de vue, [le ministre] considère comme également acceptable une localisation à Hennebont, Bordeaux ou Le Boucau. Le choix ne peut être fait, en définitive, que par Jones et Laughlin et associés sous leur propre responsabilité »37.

E. LA FAÇADE MÉDITERRANÉENNE

  • 38 Arch. CHEVS JMJ 14. La société Fouga s’occupe effectivement de réparation ferroviaire mais a aussi (...)

80Comme le grand Sud-Ouest, le Midi méditerranéen connaît des difficultés diffuses. En visite à Montpellier, le 22 avril 1960, Jean-Marcel Jeanneney est surtout venu pour parler des difficultés des charbonnages locaux mais d’autres problèmes lui sont soumis. Un délégué Force Ouvrière fait, par exemple, état de ses craintes devant les réticences de certains employeurs de la région face à l’implantation d’entreprises nouvelles susceptibles de faire augmenter la moyenne des rémunérations, particulièrement basse dans le Languedoc-Roussillon. Le représentant de l’union départementale CGT estime, quant à lui, qu’avant de faire venir de nouvelles entreprises, il faudrait veiller à ce que les anciennes ne disparaissent pas trop vite. Il pense au cas de Fouga, établissement chargé de la construction et de la réparation de matériel ferroviaire. Le ministre, s’il admet que certains employeurs voient parfois d’un mauvais œil l’implantation de nouvelles entreprises et leurs répercussions sur les salaires, ne pense pas que la région montpelliéraine soit concernée par ce risque. Quant à l’avis du représentant de la CGT, il le contredit en précisant que la société Fouga est avant tout victime du remplacement des wagons de marchandises en bois par des wagons en métal qu’il est plus logique de construire dans les régions métallurgiques38. Lors de la discussion budgétaire pour 1962, Raoul Bayou prend encore la parole pour évoquer la situation difficile de la société Fouga. Pour l’élu du Biterrois, cette société employant 750 salariés sur deux sites est vitale pour une ville déjà classée en zone spéciale de conversion. Son maintien constitue un test de l’engagement du gouvernement en faveur d’une véritable politique d’aménagement du territoire. Jean-Marcel Jeanneney réagit même vivement à une interjection du député languedocien qui lui reproche de sacrifier systématiquement les industries anciennes au profit des nouvelles.

  • 39 Arch. CHEVS 2 DE 22. Dans une lettre à Jean-Marcel Jeanneney du 19 novembre 1959, Michel Debré env (...)

81Venu pourtant pour évoquer les conséquences sociales de la fermeture de puits de charbon, le ministre reste évasif car son plan n’est pas encore arrêté mais il avertit ses interlocuteurs que les questions minières sont autrement plus complexes qu’elles n’y paraissent à première vue. Jean-Marcel Jeanneney explique très simplement que ce sont la faible industrialisation de la région et l’existence d’une consommation de gaz de raffinerie à Marseille qui ont motivé la décision de ne pas faire venir le gaz de Lacq dans le Languedoc. En revanche, il est tout à fait envisageable de voir le gaz d’Hassi R’Mel alimenter le Languedoc depuis un gazoduc arrivant de Carthagène en Espagne39. Une nouvelle fois, le ministre de l’Industrie peut exprimer sa profonde conviction selon laquelle le pays est à une époque charnière, qu’il doit se donner les moyens d’une nouvelle administration, plus décentralisée.

82Pour autant qu’il affectionne les prévisions, Jean-Marcel Jeanneney refuse néanmoins de céder à une manie des enquêtes préalables qui dicteraient les grands choix des entreprises privées. Il récuse l’idée d’une économie dirigée, administrée aux entreprises par le biais de conseils personnalisés alors que ce mode de gestion lui est parfois suggéré par les chefs d’entreprise eux-mêmes. En revanche, l’État peut orienter les entreprises et les grandes administrations par le biais du Plan, sans pourtant sortir du cadre indicatif. Jean-Marcel Jeanneney insiste assez lourdement auprès de ses interlocuteurs sur le fait que la région de Montpellier-Sète a conservé le titre de zone spéciale de conversion alors que les problèmes qui s’y posent ne sont pas plus graves que dans bien d’autres régions. C’est d’ailleurs dans ce bassin d’emploi qu’ont été observés les meilleurs résultats après l’attribution de primes spéciales d’équipement et le gouvernement a cru utile de maintenir tous les avantages d’un système qui avait particulièrement fait ses preuves.

  • 40 Arch. CHEVS JMJ 5. Pierre Alby se souvient, et une lettre du courrier le confirme, que le ministre (...)

83À l’invitation de Jean Médecin, député-maire de Nice, Jean-Marcel Jeanneney se rend, le 5 décembre 1960, aux cérémonies marquant le centenaire de la chambre de commerce de la grande métropole de la Côte d’Azur. Le ministre de l’Industrie voit l’avenir de la ville sous les auspices d’un centre « d’industries propres. » Il est vraisemblable que le ministre a connaissance du projet de Sophia-Antipolis développé par Pierre Laffite, alors directeur général adjoint du BRGM40. Le ministre prophétise que « l’industrie devient affaire de précision, s’accommode de la propreté et souvent même l’exige. L’industrie est faite de bureaux de recherches, de laboratoires, d’ateliers conditionnés (…). La prospérité de l’industrie dépend avant tout de la qualité des cadres, des ingénieurs et ouvriers qualifiés et donc aussi de la bonne humeur de leurs femmes. Le milieu géographique où on leur demande de venir vivre a une importance essentielle pour leur productivité. On peut se demander si, à échéance de quelques décennies, les facteurs de localisation industrielle ne sont pas prêts de se transformer (…). On peut se demander si bientôt ce ne seront pas le climat ou le soleil plutôt que le charbon qui détermineront les localisations par l’attrait légitime qu’ils exercent sur les humains ».

  • 41 Arch CHEVS 2 DE 22. Dès 1959, la CCI de Marseille a réclamé une manifestation de grande ampleur po (...)
  • 42 Ces études connues, il reste à savoir pourquoi seront quand même décidées les constructions du com (...)
  • 43 Arch. CHEVS JMJ 4.

84Jean-Marcel Jeanneney conservera un agréable souvenir de sa dernière grande visite méditerranéenne consacrée à Marseille, le 24 novembre 1961. Il y est invité par la chambre de commerce en présence du maire Gaston Defferre. Ce dernier fait preuve tout au long de la journée d’une grande amabilité envers son hôte gouvernemental et met immédiatement le ministre en confiance en prenant soin de lui dire qu’aucun guet-apens ne lui a été tendu. D’ailleurs, au moment de la nomination de Jean-Marcel Jeanneney comme ambassadeur en Algérie, Gaston Defferre sera la plus haute figure de l’opposition à lui écrire pour lui témoigner son soutien et ses remerciements pour l’action précédemment accomplie. Jean-Marcel Jeanneney, après avoir écouté l’exposé introductif du président de la CCI, comprend qu’il doit dissiper les craintes des dirigeants locaux concernant l’avenir de la région phocéenne. Aussi le ministre exprime-t-il rapidement son souhait « d’une économie volontaire » pour la ville et lui confère mission d’être un « point d’accrochage de prospérité » en position un peu excentrée par rapport au Marché commun. Pour les quinze à vingt années futures, le ministre de l’Industrie voit le développement marseillais reposer sur le complexe industrialo-portuaire de Berre avec l’essor des activités de raffinage et de pétrochimie. Jean-Marcel Jeanneney fait remarquer aux industriels marseillais que leur insistance à voir réaliser le pipe Lavéra-Karlsruhe leur a peut-être masqué le fait que son achèvement permettrait d’implanter des industries concurrentes à celles de Marseille à l’intérieur du continent, plus près des grands centres de consommation41. En tout cas, l’attente des responsables économiques et politiques marseillais aura été déçue s’ils escomptaient l’annonce du lancement d’un complexe sidérurgique semblable à celui décidé pour Dunkerque en juin 1959. Jean-Marcel Jeanneney, conseillé par le chef du service de la sidérurgie Albert Denis, prévient qu’il serait superflu, l’Europe étant même en situation de surcapacité à partir de 1964-196542. Jean-Marcel Jeanneney juge qu’il est trop tôt pour envisager une réflexion sur de nouveaux équipements industriels lourds avant le début de la période de mûrissement du Ve Plan. Le plan ne saurait consister « à tirer des traites en blanc sur l’avenir, ni à dresser une sorte de catalogue de vœux ». Il peut à bon compte faire remarquer à ceux qui seraient tentés de critiquer le présent gouvernement que dans le passé, les plans n’étaient soumis à la ratification du Parlement qu’un à deux ans après le début de leur mise en application. Aussi le choix d’un grand débat national retenu par le gouvernement de la Ve République tranche-t-il avec le comportement technocratique de la IVe République. Dès le lendemain de la venue du ministre de l’Industrie, Gaston Defferre confirme sa satisfaction du climat ayant prévalu lors de la venue de Jean-Marcel Jeanneney à Marseille en écrivant au ministre43.

85L’autre grande question intéressant au plus haut point les dirigeants marseillais réside dans la date du lancement de la liaison Rhin-Rhône. Selon le ministre, le fait qu’une commission de l’eau réunisse, pour la première fois, des experts rue de Martignac est une grande avancée car le facteur « eau » joue souvent un rôle déterminant dans les choix d’implantation industrielle. C’est aussi l’occasion de saluer l’initiative de Gaston Defferre qui a fait le pari d’alimenter une usine éloignée de Marseille avec une eau qui aurait pu être nécessaire à la ville. Jean-Marcel Jeanneney promet au maire qu’EDF réalisera de manière prioritaire tous les aménagements de la Durance susceptibles de faciliter l’alimentation de Marseille. Le ministre de l’Industrie invite même le sénateur socialiste à présenter une proposition de loi empiétant sur le droit de propriété en autorisant l’utilisation de « l’espace aérien » de terrains privés par EDF quand l’intérêt général l’exige, tout comme Napoléon Ier l’avait fait en 1810 pour le sous-sol. Si le ministre se permet cette suggestion, c’est qu’il a observé que le Sénat se montrait particulièrement réticent à tous les projets gouvernementaux restreignant les libertés individuelles depuis deux ou trois ans.

  • 44 Arch. CHEVS 2 DE 36. Documentation française, Notes et études documentaires, n˚ 2874, 2 avril 1962 (...)
  • 45 Arch. CHEVS 2 DE 36.

86S’agissant de la liaison Rhin-Rhône, le ministre de l’Industrie confesse qu’après avoir été très favorable au projet et l’avoir défendu lors des Conseils restreints, il avait été pris d’un doute après la lecture du rapport sur le projet remis par André Boulloche à Michel Debré qui lui avait confié, le 1er juin 1960, la présidence d’un groupe de travail chargé d’étudier la faisabilité de l’axe de transport par voie d’eau entre le nord-est de la France et la Méditerranée dans le cadre du IVe Plan44. Dans ses conclusions, « le groupe de travail a estimé que, dans l’état actuel des choses et compte tenu du taux d’actualisation sur lequel sont basés les travaux du Plan, ses études n’ont pas permis de dégager les éléments déterminants en faveur de la solution voie d’eau, même en limitant celle-ci à la branche alsacienne, apparemment la mieux placée, et ne permettent donc pas de proposer l’inscription de l’opération au IVe Plan »45. Jean-Marcel Jeanneney explique que le gouvernement n’a pas voulu lier les gouvernements ultérieurs par un projet d’une telle envergure. En choisissant de le reporter, il laisse aux partisans le temps d’affiner leurs arguments. Le principal problème technique est posépar le franchissement du seuil d’Épinal qui nécessiterait la construction d’un plan incliné de 150 mètres de dénivelé pour de grosses péniches. Comme pour l’usine marémotrice, la résolution de ce problème procurerait à la France un incontestable avantage technologique et cela doit être médité, mais cela grèverait le coût global du projet. Jean-Marcel Jeanneney sous-entend l’idée selon laquelle, dans une vingtaine d’années, les principales industries seront implantées dans les ports, alors que les voies de pénétration vers les hinterlands ne joueront plus qu’un rôle secondaire, ce qui peut vouloir dire que l’avenir du port de Marseille est inversement lié au développement de la liaison Rhin-Rhône.

87Jusqu’à la veille de son départ du ministère de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney veille de près aux intérêts économiques de la région marseillaise en s’impliquant dans le dossier du projet de construction d’une raffinerie d’Esso-France à Fos-sur-Mer. La demande en a été faite par le groupe américain à la direction des carburants le 23 mars 1961 et les études lui ont été adressées le 8 août. En mars 1962, le ministre de l’Industrie reçoit le président partant d’Esso-France, F.O. Canfield, accompagné de son successeur Scheer afin de faire le point sur le projet. À la suite de cette entrevue, F.O. Canfield, qui fréquente la famille Debré, écrit au Premier ministre pour lui rappeler l’importance du dossier de Fos pour sa société.

  • 46 Le déficit prévisible de capacité de raffinage d’Esso-France ainsi retenu est de :
  • 47 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de F.O. Canfield à Michel Debré, 27 mars 1962.

88Esso-France dispose en 1962 de deux raffineries en France, celle de Port-Jérôme près du Havre et celle de Bordeaux inaugurée par Jean-Marcel Jeanneney en 1959. Toutefois, l’intention de développer l’activité de raffinage du groupe dans le Sud-Est est ancienne et a été officiellement exposée à la direction des Carburants en janvier 1956 et répétée par le président d’Esso lors de l’inauguration de la raffinerie de Bordeaux. Les études à long terme montrent que la capacité de raffinage d’Esso-France sera insuffisante en 1964 et il est donc normal que la société envisage une expansion sur la côte méditerranéenne. Selon les méthodes de calcul retenues par la commission des carburants (utilisation de la raffinerie à 85 % de sa capacité), les projections du déficit de capacité de raffinage d’Esso-France sont importantes à moyen terme et affectent tout particulièrement le quart sud-est, surtout à partir de 1965, année choisie pour l’agrandissement des raffineries de Port-Jérôme et de Bordeaux46. L’implantation d’une troisième raffinerie sur la côte méditerranéenne, qui est la « porte d’entrée » en France et en Europe des pétroles bruts d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, permettrait à Esso-France de répartir ses capacités de raffinages en France, d’exporter des produits finis par voie maritime, d’exporter des produits semi-finis vers les raffineries allemandes reliées au pipe-line du Sud-Est européen. Il faut impérativement que la future raffinerie de Fos entre en service en 1965 car tout retard contraindrait Esso-France à importer des produits pétroliers depuis les autres pays du Marché commun, ce qui conduirait à augmenter les capacités de raffinage dans d’autres pays que la France. Le président d’Esso-France estime en conséquence que « la solution retenue par [sa] société a l’avantage de concilier à la fois ses intérêts et les intérêts français, dans le cadre du Marché commun »47.

F. LA FAÇADE ATLANTIQUE ET LE CENTRE-OUEST (BRETAGNE, PAYS-DE-LA-LOIRE, CENTRE, POITOU-CHARENTES, LIMOUSIN)

89Même si le Limousin n’est pas une région très favorable au gaullisme, le ministre de l’Industrie accepte de se rendre à la foire de Limoges, le 23 mai 1960, sur l’invitation du maire et des députés de la région. Tout en acceptant de défendre l’appellation d’origine contrôlée de la porcelaine, Jean-Marcel Jeanneney ne cache pas que les changements qui ne manqueront pas de se produire dans les années à venir risquent d’être mortels pour bon nombre d’industries limousines car « le courant qui entraîne l’économie française, c’est un courant d’intégration dans les échanges internationaux, plus spécialement dans l’économie européenne, mais aussi et plus largement dans l’ensemble de l’économie mondiale ». Néanmoins, en dépit de ce handicap géographique affiché avec une franchise peut-être peu diplomatique, le ministre relève que « le progrès même des exportations, au cours de l’année dernière, d’entreprises de cette ville montre que l’ouverture des frontières, si elle est réciproque, peut être favorable. Seulement, cela signifie aussi la mise en concurrence implacable des activités françaises avec les activités des pays voisins, et cela signifie qu’ou bien l’on triomphe ou bien l’on meurt ».

90L’arrivée récente du gaz de Lacq à Limoges s’est traduite par une énergie moins chère et de qualité particulièrement adaptée à l’industrie de la porcelaine. Jean-Marcel Jeanneney emploie à dessein le terme de « manufacture » pour évoquer l’industrie de la porcelaine afin de rendre compte de l’importance de « la main de l’homme, la main de l’ouvrier, la main de l’artiste ». Il se réjouit aussi de la diversification du tissu économique avec l’industrie de la chaussure et la petite mécanique et mentionne qu’il affectionne les déplacements sur le terrain pour ensuite comprendre les notes et les dossiers. Le déplacement permet d’annoncer que la ville demeurera dans les zones de développement en dépit de la faiblesse du chômage car cet indicateur n’est pas suffisant pour rendre compte de la réalité de la situation économique d’une région. Ainsi, pour Limoges, faut-il tenir compte de la surpopulation rurale. À la fin 1960, lors du débat budgétaire, Louis Longequeue, député socialiste de la Haute-Vienne, tout en mentionnant la décision de décentraliser de nouveaux services financiers des postes et télécommunications prise après la visite du ministre de l’Industrie et grâce à l’action bienveillante de Michel Maurice-Bokanowski, ministre des Postes, limite l’impact d’une telle mesure. Selon lui, elle n’est pas de nature à employer les chômeurs de la région ou à développer l’activité commerciale. Pour le département de la Haute-Vienne, dix-neuf mois après l’arrêté de mars 1959 instituant 34 zones critiques et quelques zones spéciales de conversion (relèvement des primes de 5-8 % à 15-20 %), une trentaine de dossiers de primes spéciales d’équipement ont été transmis au comité 9 du FDES et dix-huit ont bénéficié d’une réponse favorable. Au total, un millier d’emplois nouveaux ont été créés. Limoges est toutefois demeurée en zone spéciale de développement dans le décret du 15 avril 1960 et 150 emplois nouveaux ont pu être portés au crédit de la région. Seulement, les mesures ne semblent avoir d’effet que sur la petite industrie mais ne paraissent pas dégager l’implantation d’unités d’au moins 200 salariés qui seules permettraient d’apaiser les craintes. C’est pourquoi Louis Longequeue s’inquiète de la faible augmentation des crédits à l’action économique prévue dans le budget.

91Dans la perspective du déplacement du ministre de l’Industrie à Rennes, Vannes et aux forges d’Hennebont, prévu pour les 10 et 11 mars 1961, une note émanant de la direction de l’Expansion industrielle permet au ministre de cadrer les problèmes qui seront soulevés lors de la séance de travail qui se tiendra à la préfecture du Morbihan. Sur un plan global, l’industrialisation du département est jugée trop faible eu égard aux 35 % de moins de 20 ans et à la forte pression démographique qui contraint à une émigration d’environ 3 000 départs annuels. Derrière une agriculture qui emploie 25 % de la population active dans 45 000 exploitations, l’industrie concerne surtout le secteur agroalimentaire (laiteries, beurreries, conserveries de poisson et de légumes, salaisons), et les industries extractives (kaolin, uranium) ou métallurgiques comme les forges d’Hennebont (1 500 employés). L’attention du ministre sera en outre attirée sur l’insuffisance notoire de places dans les établissements d’enseignement technique. Les attentes des élus du département porteront sur les solutions que le IVe Plan compte apporter à ces handicaps.

  • 48 Arch. CHEVS JMJ 14. Note d’Albert Denis du 6 mars 1961.
  • 49 Un train Steckel sert à transformer des lingots en bandes laminées.

92Une seconde note concernant la situation des forges d’Hennebont est préparée par le chef du service de la sidérurgie, à l’attention du ministre ; elle est édifiante48. Le service rappelle que le problème de la modernisation de l’entreprise s’est posé pour la première fois en 1949, date à laquelle elle employait 1 800 personnes et en faisait vivre environ 10 000. À cette époque l’usine s’alimentait en ferrailles dans la région et recevait de la fonte depuis Caen ; sa production de fer blanc, de fer noir et de tôles galvanisées était largement vendue en Bretagne. En 1949, l’équipement de la forge est jugé obsolète par la Compagnie des cirages français, propriétaire de l’usine. Celle-ci établit un programme de modernisation comprenant l’acquisition d’un train à chaud type Steckel et un train quarto réversible de laminage à froid avec tous ses équipements annexes49. L’administration du ministère s’oppose à ces investissements lourds qui ne lui semblent pas pouvoir rivaliser avec les grands trains à bande d’Usinor et de la Sollac. De surcroît, les produits d’Hennebont, conçus à partir de métal Martin, ne sont pas concurrentiels par rapport à ceux issus des fours électriques Thomas. Enfin, pour des raisons d’économie, la société opte pour une largeur de bande laminée de 86 cm maximum, inférieure aux besoins de la demande. D’après le chef du service de la sidérurgie, le plan de modernisation est finalement avalisé pour des raisons politiques et sociales et alors que le devis initial des investissements portait sur 3 milliards de francs, sa réalisation se montera à 4,341 milliards de francs en 1957.

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Albert Denis du 25 avril 1995.

93Albert Denis estime que « l’ampleur du programme était hors de proportion avec les capacités financières du groupe ». Il en veut pour preuve le recours à des prêts-relais souscrits à des taux supérieurs à ceux accordés par le fonds de modernisation dont l’échéancier fut jugé trop court. De fait, la société a dû emprunter à un taux supérieur pour payer d’autres traites. Toujours dans un souci d’économie, le matériel a été, partiellement, acheté d’occasion et la mise au point du Steckel a allongé les délais de mise en route. Parallèlement, l’ouverture du Marché commun de l’acier en 1953 entraîne une forte hausse des prix de la ferraille dans l’Ouest et, à la fin 1957, les créanciers doivent accepter un moratoire sur les dettes, jusqu’au début 1960, pour un montant de 4,7 milliards de francs dont 3,2 milliards pour le seul Crédit national. La facilité avec laquelle l’entreprise reçoit autant d’argent public attire l’attention de la Cour des comptes. Ce qu’Albert Denis n’expose pas dans sa note mais qu’il explique aujourd’hui avec plus de quarante années de recul, c’est que le PDG des forges d’Hennebont, au moment du plan de modernisation, était le trésorier du MRP et ami de Jean-Marie Louvel, ministre de l’Industrie. Devant l’hostilité du chef du service, Jean-Marie Louvel eut un comportement rare, puisqu’il accepta de donner un ordre écrit d’approbation du plan50.

94En dépit d’une conjoncture favorable en 1956 et 1959, les résultats ne sont pas positifs et l’entreprise perd 70 millions de francs en 1958 et 34 millions en 1959 tandis que le chiffre d’affaires baisse de 5,9 milliards de francs à 5,5 milliards, et le tonnage régresse de 65 000 à 54 700 tonnes. Seule l’acquisition d’un four à recuit, pour un coût de 36 millions, permet à la société de dégager un bénéfice net de 1,345 million de nouveaux francs en 1960, mais pour une année « exceptionnellement bonne pour la sidérurgie ».

95Confronté à une situation structurellement défavorable, le service de la sidérurgie a réfléchi à différentes possibilités de conversion, sans résultat. En effet, les bâtiments des forges semblent particulièrement mal conçus pour être utilisés à des fins non sidérurgiques. Le retour des bénéfices a été mis à profit par la direction pour justifier un nouveau programme d’investissements de 9,63 millions de nouveaux francs destiné à l’équipement au fuel du deuxième four Martin et à l’extension de la fonderie. Un programme secondaire a même été envisagé pour 3,62 millions de nouveaux francs. La société a recherché l’appui de la Haute Autorité de la CECA dès octobre 1958. Entre-temps, le moratoire a été prorogé jusqu’au 30 juin 1961, ce qui explique la visite du ministre de l’Industrie à quelques semaines de son achèvement. Après l’arrêté du Conseil spécial des ministres de la CECA du 13 février 1960 donnant un avis favorable au programme de modernisation, la Haute Autorité a fait savoir qu’elle était d’accord pour en garantir 75 % du montant.

96Il n’en demeure pas moins que l’entreprise est grevée de dettes. Au 31 décembre 1959, la dette avec les intérêts portait sur 5,2 milliards d’anciens francs. Compte tenu des dépréciations à appliquer à divers postes, l’amputation à faire au bilan représente plus du double du capital et des réserves. Une telle situation financière impose l’annulation d’une partie importante de la dette. La direction du Trésor a refusé la proposition de la Haute Autorité tendant à transformer la partie de la dette non annulée en capital, afin de ne pas transformer les forges en société d’économie mixte. Autrement dit, le ministère des Finances n’entend pas réaliser une nationalisation silencieuse qui lui lierait les mains. Concernant les garanties du nouvel emprunt, les créanciers ont du mal à admettre qu’ils doivent se départir de leurs hypothèques sur les bâtiments, le fonds, le matériel. Les propos mêmes des sidérurgistes créanciers sont clairs, ils « considèrent que les avantages attendus, et d’ailleurs discutables, de la réalisation du nouveau programme d’investissements qui leur avait été communiqué ne sont de nature ni à compenser avec une certitude suffisante l’aggravation des charges financières découlant nécessairement du financement de ce programme, ni à éliminer les risques inhérents à l’orientation commerciale de l’usine, aux sujétions que comportent ses approvisionnements, et, d’une manière plus générale, aux conditions fondamentales de son implantation ». Le service de la sidérurgie ne prend pas une position aussi tranchée mais estime qu’on n’aura jamais le temps de mener sur place toutes les études nécessaires pour savoir si le projet est viable. Pour le service : « Il y a donc un risque à prendre et il n’apparaît pas que ce soit à l’État, principal créancier, d’en assurer la responsabilité ». La solution la meilleure, selon Albert Denis, serait de lier Hennebont à un groupe sidérurgique de grande taille qui mettrait son réseau commercial à la disposition de l’entreprise et qui faciliterait le placement de ses tôles de faible largeur. Malheureusement tous les groupes consultés ont décliné l’offre. Le scénario de la fermeture de l’usine est manifestement celui qui a été retenu par la profession sidérurgique. Pour le service, il n’est pas question d’aller jusque-là. La fermeture n’est pas plus plausible pour des raisons sociales en 1961 qu’elle ne l’était en 1951 même si les effectifs ont déjà baissé de 1 800 à 1 500 personnes. Les forges d’Hennebont demeurent un symbole pour le Morbihan ; si elles fermaient, la population n’aurait définitivement plus confiance dans les ressources locales pour accompagner un décollage industriel. Fort de ces éléments d’analyse, Jean-Marcel Jeanneney doit bâtir sa conviction sur l’avenir des forges.

97Dans son discours de bienvenue au ministre, M. Portal, le président de la société, loue de manière peut-être trop appuyée et maladroite Jules Jeanneney pour « son exemple de courage civique, d’abnégation personnelle et son sens de l’intérêt national ». Jean-Marcel Jeanneney n’est pas en reste puisqu’il se voit aussi qualifié d’« héritier digne et fier de ces vertus ». Le président remercie le ministre de l’Industrie « d’avoir levé l’interdit » qui frappait Hennebont « en toute liberté de conscience ». Autrement dit, le président se réjouit que le ministre n’ait pas suivi l’opinion défavorable de son administration. Il rappelle qu’en remettant des médailles du travail à des ouvriers, le 31 mai 1959, il disait de Jean-Marcel Jeanneney qu’il aimait en lui la « franchise, laquelle changeait des promesses fallacieuses ou de conseils inapplicables ». À ces qualités personnelles le président ajoute, non sans une certaine lourdeur là encore, l’« avantage de la stabilité gouvernementale » qui lui permet d’annoncer au même ministre, deux ans plus tard, le redressement de la société. Selon le président Portal, Hennebont intéresse encore des sociétés étrangères. Il fait grand cas d’une « grosse entreprise américaine » qui envisagerait éventuellement d’installer un complexe au bord de l’eau du type de ceux envisagés à Dunkerque ou en Méditerranée. Ce ne serait pas impossible étant donné les données géographiques, l’« hinterland » et la main-d’œuvre abondante, mais le ton fait davantage penser à une rodomontade qu’à une piste sérieuse.

98Débutant son intervention par la vibrante exclamation : « Que j’ai souvent entendu parler d’Hennebont ! », Jean-Marcel Jeanneney ne cache pas au président qu’à sa première audience, il s’était présenté « devant un ministre qui, ayant ouvert ces dossiers, était plein de réticence, conscient qu’il était des sommes qui avaient été dépensées ici, non pas en vain puisque le travail était maintenu, mais sans donner l’assurance d’une solution durable ». Jean-Marcel Jeanneney reconnaît que l’obstination de tous a fini par donner des résultats et que « pour la première fois depuis longtemps un exercice dégage au moins un bénéfice brut, modeste encore, mais réel. Pour la première fois on a le sentiment que l’entreprise cesse de s’enfoncer ». C’est ce résultat tangent qui explique pourquoi le ministre de l’Industrie laissera vivre Hennebont et n’entamera pas de reconversion avant son départ. Tout au plus peut-on noter qu’en mars 1962, à quelques semaines de la fin du ministère Jeanneney, les ouvriers d’Hennebont sont en grève pour faire état de leurs craintes quant à l’avenir de l’entreprise.

  • 51 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre de François Blancho du 13 mai 1959.

99Un autre dossier délicat de la région atlantique concerne la reconversion de la Société des fonderies de Saint-Nazaire et le développement industriel de la Basse-Loire. Le gouvernement a voulu anticiper la crise en érigeant le bassin d’emplois de Nantes - Saint-Nazaire en zone spéciale de conversion (ZSC) dans l’arrêté du 27 mars 1959. Les investissements industriels qui y seront réalisés recevront une prime spéciale d’équipement de 15 % et même de 20 % en cas de création d’entreprise. Quelques semaines après cette décision, François Blancho, maire de Saint-Nazaire et ancien sous-secrétaire d’État à la Marine marchande du Front populaire, écrit au ministre de l’Industrie pour lui « adresser [ses] plus vifs remerciements pour l’accueil qu’[il] a bien voulu [lui] réserver lors de [son] entrevue du 28 avril 1959 »51.

  • 52 Arch. CHEVS JMJ 14. Note de René Lescop, 15 mai 1959.
  • 53 Arch. CHEVS 2 DE 12. Lettres de Le Maresquier et François Blancho, 2 novembre 1959. Les projets re (...)

100À la suite de cet entretien, René Lescop, directeur des Industries mécaniques et électriques, rédige une note faisant le point sur les Fonderies de Saint-Nazaire. Selon lui, l’avenir de l’entreprise passe par un renforcement de la collaboration avec les Chantiers de l’Atlantique et éventuellement par la fourniture de bâtis de moteurs pour Berliet52. Les trois premières demandes d’attribution de primes spéciales de conversion pour le bassin d’emploi nazairien sont en tous les cas rejetées par le comité ad hoc du FDES, faute de garanties suffisantes, et François Blancho fait intervenir Noël Le Maresquier, architecte de la ville, auprès de son beau-frère Michel Debré53.

  • 54 Arch. JMJ 14. Lettre d’accompagnent du préfet, 14 mai 1961.

101Le dossier paraît quelque peu s’enliser jusqu’au printemps 1961, quand Pierre Voitellier reçoit du préfet de Nantes, Pierre Trouillé, une longue note du sous-préfet de Saint-Nazaire, M. de Passillé, faisant le point sur la situation économique de la ville54.

  • 55 L’heure de main-d’œuvre est à 210 anciens francs à Hennebont contre 250 anciens francs à Saint-Naz (...)

102Le sous-préfet rappelle que les difficultés de la fonderie nazairienne sont fréquentes, « pour ne pas dire continues » depuis 1953. La raison principale de la crise s’explique par la réduction des besoins en pièces fondues dans la construction navale, réduction aggravée par le contexte difficile traversé par les Chantiers de l’Atlantique. De surcroît, les Fonderies de Saint-Nazaire sont gênées par les Forges d’Hennebont au coût salarial inférieur55. Le représentant de l’État met également en cause la direction de l’entreprise qui, selon lui, exerce un chantage tant sur les salariés que sur les pouvoirs publics. La direction prendrait prétexte de la moindre difficulté pour menacer de fermer l’établissement ou bien de proposer son absorption dans les chantiers navals. Cette situation a conduit les syndicats à demander l’absorption des Fonderies par les Chantiers de l’Atlantique et le climat social aurait déjà pu dégénérer rapidement si les allocations chômage n’avaient pas tempéré « l’ardeur de certains leaders ». La note préfectorale souligne que « bien que les syndicats FO et CFTC paraissent comprendre la nécessité d’apaiser le climat social de Saint-Nazaire (…), le syndicat CGT cherche, comme à l’habitude, à politiser les problèmes découlant de la récession et exploitera jusqu’au bout toutes les difficultés qui surgiront ». Faisant une allusion à peine voilée aux violences syndicales que connaît la métallurgie nazairienne depuis 1955, le sous-préfet de Passillé prévient : « Aussi ne doit-on pas minimiser le danger qui existe devant l’actuelle situation des Fonderies. Cette situation pouvant servir de levier à la mise en marche d’un mouvement d’agitation si de nouvelles difficultés surgissaient, telles celles qu’on appréhende du côté de Sud-Aviation ». Le sous-préfet craint une occupation de l’usine par le personnel si sa situation matérielle n’est pas étudiée.

103Passant en revue les différentes hypothèses, il pense que celle de la fermeture définitive de l’usine « ne paraît pas très sincère non plus qu’entièrement motivée ». En tant qu’interlocuteur privilégié de la direction, le sous-préfet lui reproche de « se renfermer, quand tout va bien, dans une superbe silencieuse et discrète vis-à-vis des pouvoirs publics, [et avertit qu’elle] tente d’obtenir de ceux-ci des avantages assez précis dont elle réclame en haut lieu l’attribution, cependant qu’à l’échelon local se fomente la colère génératrice d’utiles pressions ». De là à suggérer que les syndicats et la direction tendent dans un commun effort, il n’y a qu’un pas.

104La possible intégration des Fonderies dans les Chantiers est une solution défendue par M. Caldaguès, directeur des Fonderies et ex-directeur des Chantiers de Penhoët, mais elle rencontre l’hostilité de Jules Pinczon, directeur général des Chantiers de l’Atlantique. Aussi le sous-préfet confie-til qu’il ne comprend pas pourquoi, le 28 avril 1961, le ministre de l’Industrie a semblé donner un avis favorable à cette éventualité lorsqu’il a reçu François Blancho, maire de Saint-Nazaire, et Nestor Rombeaut, député MRP de la circonscription, ainsi qu’une délégation de six membres du comité d’entreprise. Pour le sous-préfet, l’avenir de l’entreprise passe par une diversification.

105Avant cette audience, Jean-Marcel Jeanneney avait pu se forger une opinion grâce à une note émanant de la direction des Industries métallurgiques et électriques en date du 7 avril 1961. Cette note rappelle que la fonderie, créée en 1910 pour élaborer des pièces de fonderie destinées aux chantiers de Penhoët, vend encore 80 % de ses pièces aux Chantiers de l’Atlantique, le reste étant vendu à d’autres chantiers navals. Du coup, l’entreprise subit les fluctuations du secteur. Ses difficultés s’expliquent par « l’évolution technique de la construction navale dans laquelle on emploie de moins en moins de pièces moulées ». Les moteurs Diesel en fonte sont remplacés par des turbines légères, les constructions soudées remplacent les pièces de fonte dans les machines. Devant l’hostilité des syndicats à tout licenciement, l’entreprise n’a procédé à aucun licenciement et s’est retrouvée en situation périlleuse en 1956. Les fonderies ont beaucoup de mal à trouver d’autres débouchés que la construction navale car elles sont concurrencées par les grosses unités du Nord et de Lorraine qui ont une meilleure localisation géographique. René Lescop reprend les termes mêmes de son prédécesseur de 1953 qui affirmait qu’« il convient de laisser s’opérer une mesure d’adaptation imposée des points de vue technique et économique et qui, quelque pénible qu’elle soit pour les personnes touchées, apparaît conforme à l’intérêt général ».

106Jean-Marcel Jeanneney va suivre cet avis et ne pas tenter de perfuser la fonderie à coup d’argent public. L’entreprise fermera au printemps 1963, entraînant une nouvelle fois la population ouvrière nazairienne dans une crise sociale longue, éprouvante mais renforçant sa détermination à mener des combats syndicaux

  • 56 Arch. CHEVS 2 DE 52

107Dans la politique d’aide aux départements de l’Ouest, le cas de la Loire-Atlantique s’avère particulier dans la mesure où la Basse-Loire reçoit à elle seule, entre la fin 1959 et le printemps 1961, pour 24 millions de francs de primes spéciales d’équipement, permettant la réalisation de 150 millions de francs d’investissements et 4 000 créations d’emploi56.

  • 57 Arch. CHEVS 2 DE 52. Concernant les voies de communication, le plan breton prévoira que l’électrif (...)

108Les difficultés spécifiques du développement industriel de la Bretagne font l’objet de différentes initiatives tout au long du gouvernement de Michel Debré et du ministère de l’Industrie de Jean-Marcel Jeanneney. Sur ce dossier, la présence du Premier ministre est particulièrement visible. Le malaise de la Bretagne, latent depuis des années, éclate au grand jour à quelques jours d’un déplacement de Michel Debré, qui va devoir se résoudre à le différer. Les 7 et 8 juin 1961, des troubles éclatent dans les différents départements bretons, mais un palier est franchi à Pontivy où la violence paysanne se solde par la mort de deux agriculteurs tués par les gendarmes mobiles. À l’Assemblée nationale, le 16 juin, en réponse à une question de Gabriel de Poulpiquet, député UNR du Finistère, sur les remèdes à apporter à la crise bretonne, le Premier ministre annonce qu’il va demander au commissariat général au Plan d’étudier les possibilités d’investissements permettant de jouer un rôle d’entraînement. Outre l’amélioration des voies de communication, le gouvernement va poursuivre le pari, alors osé, de l’industrialisation57. En 1961, la direction de l’Expansion industrielle a déjà intégré les départements de l’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, du Finistère et des Côtes-du-Nord dans le dispositif des zones spéciales de conversion prévu par le décret du 15 avril 1960, puisqu’ils bénéficient de la présomption de crise sociale et de l’octroi automatique d’une prime de 10 %. Le texte de 1960 a élargi le périmètre des anciennes zones critiques, définies en 1955, qui ne concernait que les bassins d’emplois de Fougères, Rennes, Saint-Malo, Dinan, Saint-Brieuc, Brest et Lorient. Le 27 mars 1959 a été créée la zone spéciale de conversion de Nantes - Saint-Nazaire avec octroi d’une prime spéciale d’équipement de 15 % et même de 20 % en cas de création d’entreprise. La veille du débat au Palais-Bourbon, le 15 juin 1961, est créée la zone spéciale de conversion de Brest-Landernau.

  • 58 Arch. CHEVS 2 DE 52. Dossier sur les départements bretons.

109Chiffres à l’appui, Michel Debré défend l’action de son gouvernement en matière d’aide à la décentralisation industrielle en Bretagne en récapitulant les sommes engagées à cette fin par l’État depuis la création de la prime spéciale d’équipement (PSE). Entre le 1er janvier 1955 et le 15 avril 1960, l’octroi de 22,4 millions de nouveaux francs au titre de la PSE avait permis de réaliser 184 millions de nouveaux francs d’investissements et de créer 6 800 emplois. Du 15 avril 1960 au 15 mars 1961, ce sont 22,6 millions de francs de primes nouvelles qui ont été accordés, permettant l’injection de 185 millions d’investissements et la création de 4 000 emplois supplémentaires. Compte tenu de la grosse part que représentait la réalisation de la première tranche de l’usine Citroën de Rennes dans la première période, l’action du gouvernement en moins d’un an a permis d’obtenir les mêmes résultats qu’au cours des cinq années antérieures58.

  • 59 Arch. CHEVS 2 DE 36. Lettre de Michel Debré du 17 août 1961 adressée à MM. Joseph Caillies (Bull), (...)

110Dans les jours qui suivent ce débat, Michel Debré réunit une vingtaine de chefs d’entreprise à Matignon où il leur expose ses vues avec fermeté sur l’avenir économique de l’Ouest. Dès son retour de congés, le 17 août 1961, il leur adresse une lettre-circulaire qui illustre bien la relation d’autorité et « l’esprit national » que le régime gaullien entend imposer aux milieux industriels et financiers. Le Premier ministre s’adresse à la fine fleur du patronat français en des termes voisins de ceux qu’il pourrait utiliser à des grands commis de l’État : « En un régime économique où l’industrie privée occupe une place éminente, et doit la conserver, les dirigeants de cette industrie ont une responsabilité devant la nation – je l’ai dit et je le répète –.Il est donc indispensable, allant de pair avec l’effort de l’État, et profitant, le cas échéant, des avantages qu’il consent, que des dirigeants d’affaires industrielles et financières envisagent des investissements dans ces régions défavorisées. C’est pourquoi je vous écris pour vous rappeler mes propos et vous demander s’il vous a été possible de mettre à l’étude des projets correspondant à ce que je considéré comme une tâche nationale essentielle et urgente »59.

111Lors du débat sur la loi de finances 1962, Jean-Marcel Jeanneney est interpellé par l’ancien président du Conseil, René Pleven, qui s’insurge contre l’interdiction faite aux régions littorales de s’approvisionner en charbons étrangers à la CECA, même au meilleur prix, alors que c’est précisément là l’axiome premier de la politique du ministre de l’Industrie. Du coup, les régions littorales sont victimes de lourds coûts de transport par voie ferrée depuis les bassins houillers de l’Est et du Nord. Or rien ne s’oppose vraiment à des importations à bon marché de pays tiers à la CECA ; la RFA, la Hollande, l’Italie recourent à ce biais pour leurs régions littorales. Les conséquences de cet interdit se font particulièrement ressentir aux forges du Boucau, où le coke est surpayé de 30 % à 40 %, aux forges d’Hennebont et aux aciéries de Caen. René Pleven refuse que la Bretagne paye le prix de la solidarité pour les régions minières : « Il n’est pas normal que ce soient les seuls utilisateurs de certaines régions qui supportent ces charges. » Le prix de la thermie, qui est de 1 F à Lens, de 1,16 F à Paris, atteint 1,48 F à Brest alors qu’en recourant aux importations, le prix pourrait baisser à 0,8 F. René Pleven remercie Jean-Marcel Jeanneney d’avoir été réceptif à cette injustice en mettant sur pied une commission chargée de l’étude du problème du coût de l’énergie dans l’Ouest, mais il lui demande maintenant quels sont les résultats des travaux de cette commission en regrettant déjà qu’elle n’ait pas accueilli de représentant des utilisateurs littoraux d’énergie et qu’elle ne s’intéresse pas aux prix des charbons domestiques qui servent à la fabrication des boulets utilisés par les familles les plus pauvres et qui sont 25 % plus chers que dans le reste du pays.

112René Pleven en profite au passage pour égratigner le comportement de certains fonctionnaires du ministère de l’Industrie qui ont autorisé, dans un arrêté du 16 septembre 1961, une baisse de 10 % du prix des charbons importés sur des qualités dont l’importation est interdite depuis des années ! La critique d’une certaine forme d’absurdité technocratique pointe déjà dans cette pique. Surtout, René Pleven attaque directement Michel Debré en faisant état du contenu d’une lettre du Premier ministre à sa demande d’autorisation d’importation de charbon par le littoral occidental, puisque le Premier ministre la refuse sauf si cela pouvait exercer une pression à la baisse bénéfique sur le marché, c’est-à-dire en fait pour prouver aux détracteurs de la politique gouvernementale la non-rentabilité de certaines houillères. De surcroît, la position du gouvernement entraîne le gel de commandes de gros équipement par les Polonais qui mettent dans la balance la possibilité d’expédier du charbon vers le littoral français, ce qui pénalise les industries métallurgiques et mécaniques du Nord et de l’Est. En utilisant cet argument, René Pleven veut convaincre ses collègues des grandes régions industrielles qu’ils doivent, certes, tenir compte des mineurs, mais aussi des ouvriers des autres secteurs vitaux de l’industrie. À cette préoccupation Jean-Marcel Jeanneney répond que les importations de charbon de pays tiers pourront bien se faire aux prix des nouveaux barèmes et que les CDF sont libres de s’y conformer. René Pleven ne cache pas sa satisfaction devant la réponse dénuée d’ambiguïté du ministre de l’Industrie. Il en profite aussi pour demander au ministre si, en cas d’adhésion de la Grande-Bretagne au traité de la CECA, cette dernière pourra exporter librement du charbon vers le littoral français comme c’était traditionnellement le cas dans le passé. René Pleven rappelle aussi la promesse du « franc breton » accordée par le gouvernement à l’issue du comité interministériel du 14 septembre 1961, mais il attend toujours les modalités d’application de cette mesure, tout comme les entreprises qui ont fait acte de candidature à une implantation en Bretagne. Enfin, en guise de conclusion, René Pleven remercie Jean-Marcel Jeanneney d’avoir consacré une dotation importante au bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) qui mène à cette époque de grandes recherches en Bretagne, dont le sous-sol serait moins bien connu que celui du Maroc, aux dires d’un ingénieur géologue.

113Dans sa réponse au député des Côtes-du-Nord, Jean-Marcel Jeanneney doute fortement de l’existence de distorsions de prix de 30 % entre le prix des charbons des pays tiers qui pourraient être importés par les ports et celui du charbon national. Pour lui, l’avantage du prix des charbons tiers n’est pas évident, suivant les modes de calcul et les périodes de référence, et le ministre rappelle même que ces charbons faisaient quelques années plus tôt l’objet de subventions pour les mettre au prix national pour les utilisateurs littoraux. En cas d’adhésion du Royaume-Uni à la CECA, Jean-Marcel Jeanneney souligne que l’importation des charbons britanniques serait bien sûr libre mais que cela poserait de gros problèmes aux charbonnages de l’Europe occidentale car la protection sociale des mineurs britanniques est assurée par le budget et le National Coal Board bénéficie, dans les faits, d’un monopole d’importation et d’exportation des charbons britanniques.

  • 60 Arch. CHEVS JMJ 4.

114Comme signe tangible du travail effectué sous le gouvernement Debré en faveur de la décentralisation industrielle en Bretagne, on peut citer la lettre du maire de Brest, G. Lombard, du 23 décembre 1961 qui remercie le ministre de l’Industrie « pour le plus beau cadeau de Noël qui pouvait être fait à [sa] cité », à savoir l’implantation de la CSF60.

  • 61 Arch. CHEVS. 2 DE 36. Jean Botrot dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 novembre-6 décemb (...)

115À l’aube des années 1960, la vague d’industrialisation et de déconcentration de la région parisienne n’a pas encore atteint les départements des futures régions Centre et Poitou-Charentes et Jean Botrot de La Nouvelle République du Centre-Ouest développe, à juste titre, dans une série de dix-huit articles les handicaps et retards de cette partie de la France allant de l’Orléanais au Poitou en passant par la Touraine61.

G. L’ALGÉRIE

  • 62 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney de décembre 1991 et témoignages de Jean-M (...)

116L’opinion de Jean-Marcel Jeanneney sur l’avenir politique de l’Algérie est grandement influencée par sa réflexion sur la place de la France dans le peloton de tête des nations développées. Contrairement à bon nombre d’hommes politiques ou de penseurs de l’époque, il n’est absolument pas un chaud partisan des doux rêves des visionnaires d’une Communauté eurafricaine ou franco-méditerranéenne. Il est d’ailleurs frappant que dans Forces et faiblesses de l’économie française, Jean-Marcel Jeanneney n’aborde pas de façon détaillée la question de l’apport de l’économie coloniale à l’économie nationale. Déjà en 1957, il semble considérer que si la France veut compter parmi les grands pays européens, elle doit impérativement prendre comme point de repère l’Allemagne fédérale, le Royaume-Uni, voire l’Italie ou le Benelux et ne pas perdre des milliards dans une politique d’aide au développement d’un empire promis à l’indépendance à plus ou moins brève échéance. Cette vision des choses prévaut également pour les départements algériens. Elle explique que, lorsqu’en août 1959, le général de Gaulle procède en Conseil des ministres à un tour de table pour recueillir l’opinion de ses ministres sur l’avenir de l’Algérie, Jean-Marcel Jeanneney soit le seul à prendre une position nette en faveur de l’indépendance, tout en souhaitant le maintien de l’armée pour assurer la sécurité des Français62. Il ne s’agit pas pour lui de soutenir le mouvement indépendantiste pour des raisons philosophiques ou idéologiques, mais surtout de sortir la France le plus rapidement possible d’un gouffre financier. En prenant cette position tranchée, le ministre de l’Industrie craint un temps de s’être découvert trop tôt et le confie à Michel Debré lors d’une conversation dans le parc de Matignon quelques jours plus tard. Bien que ne partageant pas le même point de vue, le chef du gouvernement lui dit, tristement, que de tous les ministres, il a sans doute été celui avec lequel le général de Gaulle était le plus en accord. Incontestablement, Jean-Marcel Jeanneney n’était pas sensible au charme désuet du système colonial fonctionnant en Algérie. Aujourd’hui encore, il critique beaucoup la caste des fonctionnaires en poste en Algérie qui profitaient allègrement des avantages matériels de l’expatriation alors qu’ils auraient eu une situation nettement plus ordinaire en métropole. On sent qu’il n’appréciait guère les boutefeux des beaux quartiers d’Alger qui ne mesuraient pas sur le terrain les conséquences pratiques du maintien de leurs privilèges. Lorsque le général de Gaulle annonce le plan de Constantine, en octobre 1958, Jean-Marcel Jeanneney siège au comité des experts, mais force est de constater qu’il ne va pas déployer tous ses efforts pour accélérer l’application de la partie industrielle du plan lorsqu’il devient ministre de l’Industrie, bien que la question n’entre pas dans ses attributions.

117Durant son ministère, il effectue cinq séjours en Algérie et au Sahara. Au cours de sa première année au ministère, Jean-Marcel Jeanneney fait trois fois le déplacement outre-Méditerranée. Le premier se déroule les 9 et 10 mai 1959. C’est pour le ministre l’occasion de rallier Hassi Messaoud en Caravelle, ce qui constitue une première pour l’avion de Sud-Aviation, pour prendre contact avec les installations pétrolières de la CFPA et de la SN REPAL. Le ministre se souvient d’avoir été frappé de la différence de confort entre les bases des deux sociétés. À la CFPA, tout semblait provisoire, les baraquements étaient en préfabriqués, les commodités spartiates. En revanche, à la SN REPAL un certain luxe régnait et les bâtiments étaient en dur. A posteriori, Jean-Marcel Jeanneney se demande si les hommes de Victor de Metz, habitués aux aléas de la conjoncture politique des pays arabes, n’avaient pas déjà compris que les Français ne demeureraient pas au Sahara et qu’il valait mieux ne pas trop dépenser.

  • 63 Arch. CHEVS JMJ 21.
  • 64 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Albert Denis du 25 avril 1995.

118Le deuxième séjour algérien du ministre, les 14 et 15 juin 1959, est consacré à la visite du site de Bône choisi, dans le cadre du plan de Constantine, pour la construction d’un vaste complexe sidérurgique côtier. Jean-Marcel Jeanneney en profite pour visiter les mines de fer de l’Ouenza qui devront approvisionner les hauts-fourneaux, pour s’entretenir avec le président de Berliet qui projette de construire une usine d’assemblage de poids lourds, et avec le général Dulac, commandant militaire de la région63. Albert Denis, chef du service de la sidérurgie au ministère de l’Industrie, explique que l’idée du complexe sidérurgique de Bône était largement le fait de l’ingénieur des Mines Henri Nicolas, directeur de l’énergie et de l’industrialisation au gouvernement général de l’Algérie. Ce dernier, à force de persévérance auprès des cabinets et administrations parisiens, était arrivé à assurer ses interlocuteurs de l’intérêt qu’il y aurait à utiliser le gisement ferreux de l’Ouenza. Seulement, entre cette proposition initiale et le projet final, l’usine ne devait plus servir qu’au relaminage, ce qui en limitait l’intérêt. Alors qu’elle aurait pu se limiter à la production de ronds à béton, on a voulu y installer Berliet, parier sur un phénomène d’industrialisation, ce qui n’était pas raisonnable64.

  • 65 Arch. CHEVS JMJ 22.

119Le troisième séjour de l’année 1959 s’effectue en compagnie de Michel Debré, les 5 et 7 décembre, à l’occasion de l’inauguration de l’oléoduc Hassi Messaoud Bougie. Cette mise en service constitue une date clé dans le démarrage de la production de pétrole saharien. Jusque-là, le brut devait être acheminé jusqu’à la côte par wagons-citernes ou par le « baby-pipe » conduisant jusqu’à Orléansville. Afin de bien marquer l’importance de ce lien, le Premier ministre et le ministre de l’Industrie se rendent ensuite par avion jusqu’à Lavéra, point de départ du futur oléoduc du Sud-Est européen, où ils assistent au déchargement du premier tanker venant de Bougie, le Sammarah65.

120Il faut ensuite attendre dix mois avant que le ministre de l’Industrie n’effectue son quatrième voyage algérien à l’occasion du deuxième anniversaire de l’annonce du plan de Constantine. Les dates des 3 et 4 octobre 1960 sont symboliquement choisies pour une visite ministérielle dans la capitale de l’est algérien et pour la pose de la première pierre de l’usine de Bône. Bien que réticent au projet, tout comme son chef du service de la sidérurgie qui n’a pas fait le déplacement, le ministre se plie à cet acte politique. Jean-Marcel Jeanneney en profite pour rencontrer Paul Delouvrier.

121Le cinquième et dernier voyage du ministre de l’Industrie est, en revanche, nettement plus mouvementé. Alors qu’il a prévu de se rendre de nouveau au Sahara pour visiter les gisements pétroliers et gaziers qu’il n’avait pas eu l’occasion de voir en 1959, le ministre, accompagné de madame Jeanneney, décide de faire un crochet par Saïda pour rendre visite à sa fille aînée Delphine. Cette dernière vit à l’hôpital en compagnie de sa petite fille et de son mari aspirant-médecin effectuant son service militaire. Arrivés le 21 avril 1961 au soir, le ministre et son épouse sont hébergés par le préfet Mokdar. C’est là que dans la nuit du 22 avril, ils apprennent qu’un putsch vient d’éclater à Alger, que le gouverneur général Morin est arrêté ainsi que le général Gambiez et le ministre des Travaux publics Robert Buron, venu en déplacement officiel. Immédiatement, Jean-Marcel Jeanneney décide de s’habiller. Il apprend qu’un commando de la Légion s’est posté à l’aéroport et qu’il n’est plus question de redécoller. Au mess des officiers, le gendre du ministre, l’aspirant Bernard Guy-Grand, constate que les officiers appelés et les sous-officiers d’active, ainsi que les aviateurs, sont hostiles au putsch mais que plusieurs groupes de légionnaires patrouillent dans la ville. Après deux contacts téléphoniques avec Raymond Barre, qui tente de faire partir un avion, et avec Michel Debré qui l’invite à rentrer par tous les moyens, le ministre reçoit la visite d’un colonel désireux de se mettre sous ses ordres, ce qui lui paraît louche.

  • 66 Arch. CHEVS JMJ 4.

122Se sentant détecté, Jean-Marcel Jeanneney décide de partir pour Méchéria dans le sud où le général de Ginest et lui promet un avion d’une compagnie pétrolière. Mais à son arrivée, ce général loyaliste lui fait état de la remontée d’un régiment putschiste de la Légion. Muni d’un sauf-conduit et de quelques oranges, le ministre en fuite décide de longer le barrage électrifié séparant l’Algérie du Maroc où il ne rencontre aucune hostilité de la part des sentinelles. Parvenu à Tlemcen, le préfet propose d’avoir recours à un avion-taxi de l’aérodrome local, mais le ministre refuse quand il se fait préciser que les pilotes sont tous pieds-noirs. Finalement, Jean-Marcel Jeanneney a l’idée de rejoindre le port de Nemours, non sans s’être fait établir de vrais-faux papiers d’identité au nom de Julien. Là, il est obligé de se présenter à un officier de marine qui accepte de contacter Mers el-Kébir pour prévenir l’amirauté de la présence d’un personnage important à Nemours. Embarquant à bord d’un remorqueur de haute mer, le ministre finit par rejoindre au large l’escorteur La Bourdonnais où il peut entendre l’allocution du général de Gaulle, enregistrée par le commandant. Débarquant à Toulon au petit matin du 25 avril, il rejoint immédiatement Paris où il assiste à la séance de l’Assemblée nationale faisant état de l’entrée en vigueur de l’article 16. Cette aventure, « à la Tintin », comme la qualifie madame Jeanneney, reçoit en tout cas les félicitations du général de Gaulle qui s’étonne qu’elle ait pu être menée à son terme sans la présence d’un officier. Après ces émotions fortes, Jean-Marcel Jeanneney ne reviendra plus en Algérie avant sa prise de fonction comme haut représentant et ambassadeur en juillet 1962. Quelques jours après ces événements, Piero Malvestiti, président de la Haute Autorité de la CECA, félicite le ministre ainsi que le général de Gaulle qui a su réprimer « cette sédition où l’on a pu voir, entre autres, la marque d’une effroyable stupidité »66.

  • 67 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, Paris, Michalon, 1999, p. 124. Conseil des mini (...)
  • 68 En vérité, il s’agit du même cercle des ingénieurs polytechniciens des Mines et de l’Armement très (...)

123Durant l’été 1961, au moment où se déroulent les négociations de Lugrin entre les émissaires du gouvernement et les chefs de la rébellion FLN, les ministres sont amenés à donner leur avis sur l’opportunité de poursuivre le dialogue ou d’évoquer le sort futur du Sahara67. Jean-Marcel Jeanneney s’inscrit en faux contre la thèse d’une séparation des gisements pétroliers et gaziers de la future entité algérienne pour des raisons géographiques évidentes. Il est intéressant de constater que ses propos vont dans le sens de ceux que vient d’exprimer Pierre Guillaumat qui a rappelé l’aisance avec laquelle les Algériens pourraient trouver des spécialistes du secteur pétrolier et combien le désert saharien demeure précieux pour les expérimentations nucléaires. La concordance de vues entre les deux hommes ne fait que traduire le choix des milieux pétroliers et militaires qui pensent qu’il sera tout à fait possible de préserver les intérêts de la France avec les dirigeants du FLN au pouvoir, toutefois la route demeure encore semée d’embûches68.

124Cette prise de position en faveur de l’indépendance de l’Algérie, va conduire l’OAS à tenter d’intimider Jean-Marcel Jeanneney en plastiquant le hall d’entrée de son domicile parisien dans la nuit du 23 août 1961. La pression de l’OAS s’accentuant vers la fin de l’année 1961, Jean-Marcel Jeanneney reçoit, le 19 décembre 1961, une délégation de fonctionnaires du ministère désireux de créer un comité de liaison anti-OAS compte tenu du « danger fasciste ». Les représentants de ce comité de vigilance sont l’inspecteur général Claude Beaurepaire, Denis Coton et Jean-Pierre Lévy, qui retrouve là son âme de résistant.

  • 69 Arch. CHEVS 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance, 8 novembre 1960.

125On peut aussi trouver une marque de l’attention du ministre de l’Industrie à ne pas dilapider des fonds en pure perte en Algérie dans la bataille qu’il mène lors des deux lois de finances 1961 et 1962 pour supprimer toute aide aux houillères du Sud-Oranais. Certes, le déficit de 200 nouveaux francs à la tonne justifie en lui-même l’extinction d’un gisement, mais il y a incontestablement un aspect politique dans cette affaire. Le ministre bénéficie, en novembre 1960, du soutien du rapporteur de la commission des Finances de l’Assemblée, Jacques Féron69. En revanche, en 1961, il se heurte au député Indépendant du Tarn Henri Yrissou, ami d’Antoine Pinay et ancien président des Houillères du Sud-Oranais. Celui-ci critique la disparition de la subvention de l’État à l’établissement algérien pour 1962. Directement concurrencées par la découverte du gisement de gaz d’Hassi R’Mel, les houillères de l’Oranais semblent vouées à une disparition quasi certaine, d’autant que le projet d’implantation sidérurgique reposant sur le procédé Basset a fait l’objet d’un rapport d’étude de coût défavorable. À quelques mois de l’indépendance de l’Algérie, Henri Yrissou évoque encore avec une réelle passion la grandeur de la présence française au Sahara et somme le gouvernement de réviser ses orientations en accordant une aide substantielle au charbon algérien.

126Jean-Marcel Jeanneney n’accepte pas ce langage et prend à témoin les autres parlementaires pour leur expliquer que les subventions d’ordinaire inscrites dans le chapitre des charges communes ont été réparties entre les ministères concernés. C’est pourquoi les 150 millions de nouveaux francs de crédit attribués à la caisse de compensation des prix des combustibles minéraux solides ont été budgétisés sur le ministère de l’Industrie. Grâce à cette mesure, le gouvernement pourra se montrer plus généreux envers les bassins houillers métropolitains. Cette contre-attaque ulcère Henri Yrissou qui met le gouvernement en demeure de dégager 10 millions de nouveaux francs dans le budget de la caisse de péréquation pour les houillères oranaises. Le ministre de l’Industrie réitère son refus de voir attribuer une subvention à cette société sur son budget, alors que le prix de revient de la tonne de charbon oranais est prohibitif, de mauvaise qualité et qu’il ne sert plus à alimenter la centrale thermique d’Oran, désormais reliée au gazd’Hassi R’Mel. À quelques mois de l’indépendance de l’Algérie, le lobby algérien de l’Assemblée tente une dernière passe d’armes.

IV. UNE DATAR AVANT LA LETTRE ? LE PROJET DE BUREAU DE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL (BDI)

A. LA GENÈSE DU PROJET

127Après plus d’un semestre consacré à la prise de connaissance du dossier de l’aménagement du territoire et de visites sur le terrain, Jean-Marcel Jeanneney mûrit l’idée de la création d’un établissement public léger chargé d’accompagner la conversion des bassins houillers appelés à disparaître ou à fortement régresser. Trois raisons principales peuvent expliquer l’abandon dans sa forme initiale du projet de bureau de développement industriel (BDI). La première réside dans l’opposition doctrinale d’Antoine Pinay àtoute initiative se traduisant par un renforcement de la part de l’État dans l’économie. La deuxième s’explique par la crainte des grands établissements financiers de l’État de se voir concurrencer par un nouveau venu non implicitement lié à la Rue de Rivoli. Enfin, la troisième raison est la déviation de la finalité du projet faite par Michel Debré lorsqu’il reprend partiellement l’idée à son compte.

  • 70 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 6 avril 1992.

128Chronologiquement, l’ancien ministre rappelle que l’idée de cette affaire lui est venue dans le train en revenant de Haute-Saône en août 1959, à partir des difficultés qu’il apercevait aux Charbonnages de France70. Se rendant à Matignon quelques jours plus tard, il expose à Michel Debré la situation problématique des bassins miniers dans lesquels l’emploi sera directement menacé à partir du moment où entrera en vigueur le plan de réduction de la production charbonnière. L’idée du ministre de l’Industrie est de créer une structure légère, semblable au bureau de recherches pétrolières (BRP) ou au bureau des recherches géologiques et minières (BRGM). Il s’agirait d’un établissement public qui aurait pour mission de faciliter la création d’entreprises dans les bassins miniers ou de venir au secours d’entreprises existantes pour les développer en prenant des participations. Cela ressemblerait à ce qu’on appelle de nos jours une société de capital-risque, qui reconstituerait ses fonds en les revendant dès que possible. Mais dans l’esprit du ministre de l’Industrie, cet établissement n’interviendrait que dans le cadre géographique des bassins miniers à reconvertir.

  • 71 Arch. CHEVS 2 DE 58. Lettre de Michel Debré à Maurice Halff, 24 août 1959.
  • 72 Arch. CHEVS 2 DE 58. Lettre de Michel Debré à Maurice Pérouse, 24 août 1959.

129Michel Debré est immédiatement enthousiasmé par l’idée mais n’entend pas la limiter aux bassins charbonniers. Il est, à ce moment, confronté au problème breton et l’impératif développement économique de cette région est alors d’une tout autre ampleur que celui de la conversion des vieux centres miniers. Dès le 24 août, il contacte Maurice Halff, en charge des zones spéciales de conversion, et explique à son conseiller Maurice Pérouse qu’il a tranché entre les deux solutions exposées dans des notes sur la conversion industrielle établies par François Bloch-Lainé et Louis Closon71. Selon le chef du gouvernement : « C’est la formule de Bloch-Lainé qui me paraît, en fin de compte, la meilleure : un bureau de conversion industrielle à l’image de ce qui a été fait pour le BRP. Toutefois, je ne crois pas qu’il soit bon de considérer ce bureau comme une annexe du FDES, pas davantage comme une annexe de la Caisse des dépôts. Il faut jouer le jeu et en donner la tutelle au ministère de l’Industrie, qui a fondamentalement compétence »72. S’il entend bien confier la conduite du projet à Jean-Marcel Jeanneney, Michel Debré précise aussi à son conseiller technique qu’il faut prévoir un lieu plus apparent avec le FDES et le ministère des Finances.

  • 73 Arch. CHEVS 2 DE 58. Projet de Michel Debré du 11 septembre 1959 et fiche en retour de Jean-Marcel (...)

130Comme à son habitude, le Premier ministre traduit en termes juridiques ce qui n’était encore qu’une idée quelques jours plus tôt. Dès le 11 septembre, il a bâti un projet de loi portant création d’un « bureau de conversion industrielle » ou d’un « bureau de conversion et de développement industriel ». Jean-Marcel Jeanneney corrige cette première ébauche sur une fiche cartonnée. Le ministre de l’Industrie synthétise les deux appellations envisagées par Michel Debré en « bureau de développement industriel » et dissocie les quatre premiers articles du projet Debré, qui devraient faire l’objet d’une éventuelle loi, des articles relevant d’un décret d’application. Jean-Marcel Jeanneney ne retient pas l’idée d’un conseil consultatif comprenant une représentation syndicale, mais propose la création d’un conseil d’administration dont six membres seraient nommés par le ministre de l’Industrie. Il pourrait, alors, désigner en toute liberté des personnalités syndicales. Jean-Marcel Jeanneney prend également soin de préciser les prérogatives respectives du président du bureau, doté d’une compétence générale, et du directeur général, davantage chargé des aspects techniques. Comme le Premier ministre, le ministre de l’Industrie estime que le bureau doit être un établissement public doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière et définit ainsi sa mission : « [Le bureau] sera chargé d’étudier toutes les situations susceptibles de soulever dans certaines branches de l’industrie des problèmes de conversion, de promouvoir et orienter dans ces branches les transformations requérant ou comportant un concours financier de l’État, de créer des activités industrielles nouvelles ou de participer à leur création »73.

131Jean-Marcel Jeanneney juge aujourd’hui que l’élargissement du projet a été une erreur fatale, car il a alors été dénaturé et est apparu comme le signe avant-coureur d’une politique rampante de nationalisations, une sorte d’« hydre étatique » qui accaparerait des pans entiers de l’industrie. Sitôt connu, le projet a suscité l’hostilité du ministre des Finances, farouche opposant à tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une politique d’étatisation. En tout cas, cette idée s’inscrit parfaitement dans la fameuse politique « volontariste » en matière économique souvent prêtée au gouvernement Debré.

132L’idée précisée, Jean-Marcel Jeanneney a déjà pensé au futur directeur du bureau. Il s’agirait de l’ingénieur du corps des Mines Robin, alors en poste à EDF. Ce dernier lui a été recommandé par Pierre Massé, lui-même ancien directeur adjoint d’EDF. Le BDI, s’il avait vu le jour, aurait donc été un projet nourri par la matrice « technicienne » du ministre de l’Industrie et du commissaire au Plan et aurait renforcé le rôle de la puissance publique dans la modernisation des structures du pays. Peut-on pour autant présenter le BDI comme une ébauche de ce qui aurait pu être une « grande politique industrielle nationale », comme on évoque « la grande stratégie » ? Avec le temps, Jean-Marcel Jeanneney s’en défend et met au contraire l’accent sur le caractère ciblé de l’organisme d’intervention, tenant plus de l’administration de mission sur le modèle de la future DATAR que de l’IRI ou de la Cassa di Mezzogiorno italiens ou de l’Institut national pour l’industrialisation (INI) espagnol. Doit-on pour autant lui donner raison ? Selon Pierre Alby, l’ancien directeur des Mines, les différents ministres de l’industrie qui se sont succédé rue de Grenelle ont toujours été écartelés entre la nécessité d’agir en tant qu’administrateurs, en faisant évoluer la législation, et leur volonté d’être des acteurs à part entière du développement industriel. Il en aurait résulté une sourde volonté de s’affranchir du qualificatif de « ministère dépensier » en se dotant de structures propres à leur allouer une certaine autonomie financière par rapport aux directions du Budget et du Trésor. Jean-Marcel Jeanneney a-t-il voulu à son tour se donner les moyens financiers de conduire une politique donnant rapidement des résultats concrets ? Cela cadrerait bien avec son tempérament, mais il faut encore le vérifier avec l’analyse des faits.

133La cause profonde de l’échec du BDI serait venue de la concurrence supposée qu’il allait faire au Crédit national, à la Caisse des dépôts et à la direction du Trésor. Un des adversaires les plus déterminés du projet, confie Jean-Marcel Jeanneney, a été Maurice Pérouse, inspecteur des Finances et conseiller financier de Michel Debré, qui défendait la direction du Trésor qu’il devait d’ailleurs diriger de 1960 à 1967, avant de prendre la direction de la Caisse des dépôts. Cette direction jouait elle aussi un rôle important dans l’aide aux entreprises via le FDES et elle entendait bien conserver ce levier de commande sur le monde des affaires.

  • 74 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Télégramme économique, 28 octobre 1959.

134La création du BDI semble avoir été envisagée pour la première fois officiellement lors du Conseil des ministres du 28 novembre 1959. Comme à son habitude, le Télégramme économique de François Bruel fournit bientôt des indications assez précises sur les grandes lignes du projet en annonçant la constitution prochaine d’un établissement public chargé de prendre en main la reconversion industrielle par la création de sociétés d’économie mixte74. Auparavant, Michel Debré avait déjà laissé filtrer quelques arguments allant dans ce sens lors de sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale à la rentrée parlementaire en évoquant la prochaine création d’un établissement qui prendrait le nom de bureau par analogie avec le bureau de recherches pétrolières. Celui-ci serait doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Sa mission serait de réaliser des prises de participation pour orienter la reconversion industrielle afin de suppléer l’initiative privée défaillante ou rétive. Cette activité aurait pour but d’éviter une brusque envolée du taux de chômage dans les bassins houillers, les chantiers navals et l’industrie aéronautique touchés par la reconversion. Dès l’automne 1959, l’idée originale de Jean-Marcel Jeanneney a ainsi été prolongée et approfondie par le chef du gouvernement qui n’entend pas limiter l’action du bureau de conversion aux bassins miniers mais au contraire l’élargir aux autres secteurs présentant des difficultés structurelles. À ce moment, le Premier ministre envisage de construire une usine nationale de la machine-outil dans la région de Nantes

135Saint-Nazaire particulièrement affectée par une sensible diminution d’activité aux chantiers de l’Atlantique. C’est donc un peu contraint et forcé que le ministre de l’Industrie va étudier la possibilité de constituer un grand bureau de conversion. Les considérations financières et économiques ne sont pas négligées car les déclarations officielles stipulent que le nouvel établissement ne devrait créer ou restructurer que des entreprises potentiellement rentables et viables. Une fois l’entreprise à flot, l’État chercherait à céder ses parts pour entreprendre de nouvelles opérations du même genre. Le but de l’État n’est donc pas de pratiquer des nationalisations nouvelles ni d’étendre son emprise sur l’économie ni de se comporter comme un actionnaire désireux de rentabiliser son investissement par l’encaissement de dividendes. L’idée de base du ministre de l’Industrie serait au contraire de fortifier l’industrie française en rendant au secteur concurrentiel des entreprises compétitives qui n’auraient pas retenu, dans un premier temps, l’attention des intérêts privés. En suivant le raisonnement du ministre de l’Industrie, partagé par le Premier ministre, on ne peut s’empêcher de penser que les gouvernants considèrent le milieu industriel avec défiance, tout du moins sa capacité à prendre des risques. Ce n’est pas trahir Jean-Marcel Jeanneney que d’écrire qu’il portait un regard souvent dur sur les industriels qu’il rencontrait trop peu soucieux, à ses yeux, des enseignements de la science économique ou du progrès technique. C’est pourquoi il préférait bien souvent s’entretenir avec la nouvelle génération de dirigeants issus du CJP plutôt qu’avec les grands noms du CNPF, sauf quelques cas fameux mais isolés.

136Il ne faudrait pas non plus être induit en erreur en pensant que le ministre de l’Industrie faisait fausse route en ne faisant pas confiance au bon sens de l’entrepreneur qui n’intervient qu’à bon escient. Dans le contexte de la fin des années 50, c’est-à-dire celui de la modernisation des structures, de l’ouverture sur l’extérieur et de la concurrence européenne, il est illusoire de chercher à accompagner l’inéluctable évolution de tel ou tel secteur par un soutien passager afin d’éviter une disparition hâtive. Une des idées économiques maîtresses de Jean-Marcel Jeanneney, et qu’il n’est pas le seul à partager, est de penser que durant une phase d’adaptation, une industrie se trouve toujours fragilisée par rapport à la concurrence étrangère et qu’il faut la protéger pour qu’elle ne disparaisse pas. En choisissant de ne pas recourir aux clauses de sauvegarde qui avaient été prévues lors des négociations ayant conduit au traité de la CEE, le général de Gaulle a contraint l’industrie à mener une révolution à pas forcés sans recourir à des barrières protectionnistes. Les crises des charbonnages, celle des chantiers navals ou d’une partie des industries mécanique et textile s’expliquent, pour partie, par cette volonté d’atteindre une réelle compétitivité, comparable à celle des meilleurs nations industrialisées. Seulement, cette course au progrès s’accompagne localement d’une situation passagèrement difficile. Il faut alors assurer la transition entre les activités déclinantes, condamnées par le progrès, comme les vieux bassins houillers, et l’implantation d’industries nouvelles. Le risque principal d’un tel projet proviendrait plutôt de la nécessité de créer à tout prix de nouvelles fabrications dans certaines régions, en plaquant des activités sur une trame industrielle ou sociale préexistante, faite d’habitudes ou d’une culture différentes. En outre, le nouveau bureau remet en cause les attributions du comité spécial nº 9 du FDES, chargé de la reconversion et de la création de nouvelles usines dans les zones dites de reconversion et les zones critiques. Jusqu’à présent, les primes d’équipement attribuées aux entreprises qui investissent dans les zones critiques se font proportionnellement au capital investi et non par rapport au nombre d’emplois créés. Chercher à créer ou à sauvegarder des emplois risque de conduire à une politique nettement plus coûteuse que celle menée antérieurement, peut-être 300 millions de nouveaux francs.

  • 75 Arch. CHEVS JMJ 22. La Correspondance économique, 7 novembre 1959.

137Si la paternité de l’initiative revient conjointement à Michel Debré et à Jean-Marcel Jeanneney, ils associent très tôt Pierre Guillaumat au projet, en tant que ministre des Armées, Jean Blancard, en tant que délégué ministériel à l’Armée de l’air, et Pierre Massé, le commissaire au Plan. Le 6 novembre 1959, au cours d’une allocution radiotélévisée, le Premier ministre confirme sa volonté de créer un « bureau d’études et d’orientation pour la conversion industrielle »75. L’avancement du projet est précisé fin novembre avec l’annonce de la création de la direction de l’Expansion industrielle.

B. L’OPPOSITION DU MINISTÈRE DES FINANCES ET DES MILIEUX ÉCONOMIQUES

138Le ministre de l’Industrie précise, pour la première fois, son projet devant les journalistes économiques et financiers le 2 décembre. Paraissant encore se borner à un établissement de conversion, Jean-Marcel Jeanneney estime pouvoir implanter sans trop de difficultés de nouvelles industries à proximité des puits fermés. En effet, du fait de la modernisation des méthodes d’extraction du charbon, beaucoup de mineurs ont dû acquérir des formations de mécaniciens ou de d’électriciens, ce qui facilitera leur conversion. À un journaliste qui s’interroge sur les capacités de discernement des futurs maîtres d’œuvre du bureau, le ministre répond qu’ils disposeront d’un bureau d’études économiques chargé d’utiliser les procédés français ou étrangers non employés dans l’industrie française et présentant un réel intérêt. Ce genre de réflexion suggère que le ministre n’a qu’une confiance limitée vis-à-vis de l’esprit d’innovation des chefs d’entreprise. Jean-Marcel Jeanneney cite en exemple la construction de moteurs d’avion pour laquelle la France est absente, en dépit du grand succès de la Caravelle. Il pose la question de l’opportunité de la reconstitution d’une industrie que le pays avait connue et qui a disparu. Il entend aussi rassurer ceux qui pensent que le BDI ferait une concurrence aux SDR, donc aux banques qui participent à leur capital. Jean-Marcel Jeanneney s’en défend. Il renvoie les journalistes à sa prochaine déclaration devant l’Assemblée nationale pour les précisions sur sa politique de coordination de l’énergie.

  • 76 Arch. CHEVS JMJ 22. ARI, 24 novembre 1959 : « Tout le monde est d’accord sur la nécessité de révis (...)

139Dès cette première annonce publique, Antoine Pinay décide d’inclure le projet du bureau de conversion parmi les griefs qu’il nourrit à l’encontre des orientations de la politique gouvernementale en le qualifiant de « société des canards boiteux ». Il jette de l’huile sur le feu au moment où ses relations sont déjà tendues avec le ministre de l’Industrie du fait du projet de société nationale de raffinage-distribution. Déjà, quelques jours plus tôt, l’ARI avait souligné l’incompatibilité du projet avec les conceptions classiques du ministre des Finances76. Cependant, le bulletin confidentiel ajoutait que le ministre de l’Industrie semblait bénéficier du soutien de Jacques Rueff et de l’Élysée.

  • 77 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Populaire, 4 décembre 1959, article de Pierre Thibault.

140Les premières réactions de la presse sont pour le moins réservées. À gauche, dans Le Populaire, Pierre Thibault raille l’ambition du ministre de l’Industrie : « Après la force de frappe atomique, il est question maintenant de l’arme de frappe économique » 77. Le quotidien de la SFIO dénonce un système qui vise à faire profiter le secteur privé du financement public payé par les contribuables. Pierre Thibault conclut en ces termes : « Si des fonds sont apportés par la collectivité, et ce serait le cas, les entreprises qui pourraient être constituées et les participations prises dans les sociétés existantes devraient demeurer dans le secteur public ou nationalisé ». C’est cette idée de « bureau des nationalisations » qui va faire peur aux milieux d’affaires.

  • 78 Arch. CHEVS JMJ 22. Fortune française, 4 décembre 1959, article non signé.
  • 79 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Capital, 7 décembre 1959.
  • 80 Arch. CHEVS JMJ 22. L’usine nouvelle, 10 décembre 1959.

141Dans les journaux économiques, les réticences sont nombreuses et l’argumentation variée. Fortune française prend deux exemples contradictoires, d’une part, celui de la zone spéciale de reconversion de Calais pour laquelle l’action ponctuelle de l’État a été satisfaisante et, d’autre part, l’exemple du bassin de Saint-Nazaire pour lequel les aides publiques se sont montrées insuffisantes pour attirer les capitaux privés78. Pour Le Capital, il s’agit d’une « initiative discutable » qui aboutirait à une mainmise de l’État sur une grande partie de l’économie, à un dirigisme accru79. L’article évoque le précédent italien avec l’IRI créé en 1933 par le gouvernement fasciste, non pour polémiquer mais pour rappeler que si cet organisme a réussi, c’est en pratiquant des nationalisations de facto et non de jure. Or c’est précisément ce qu’il faut éviter en France, estime le journaliste auteur de l’article. La crainte souvent exprimée est celle d’un organisme économique bureaucratique tout-puissant. « Les ministres et les gouvernements passent, tandis que l’administration demeure et nous la savons tentaculaire », écrit le journaliste du Capital, jouant sur une vieille peur qui plonge ses racines dans la culture politique des IIIe et IVe Républiques. Nul ne s’engagerait à parier sur la solidité et la stabilité de la Ve République gaullienne en 1960. Le scepticisme est également de mise à L’usine nouvelle, qui s’interroge sur le caractère viable d’un organisme qui ne s’intéresserait « a priori qu’aux opérations médiocrement rentables »80. L’hebdomadaire du monde industriel pose cette question pertinente : « Est-ce bien le meilleur moyen d’entretenir la vitalité de l’industrie française dans une Europe plus ou moins libre-échangiste ? » Cette mise en perspective des problèmes posés par la définition d’une politique industrielle nationale est encore très avant-gardiste à l’aube des années 60.

  • 81 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français : réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon-Cie 12, (...)

142Un Conseil interministériel pour l’aménagement du territoire (CIAT) se tient le 10 décembre 1959 à Matignon pour faire le point sur le projet de BDI et la décentralisation industrielle. La détérioration du climat entre Michel Debré, Jean-Marcel Jeanneney et Antoine Pinay est palpable. Valéry Giscard d’Estaing en a conservé un souvenir précis car il s’en sert pour illustrer ce » colbertisme d’État » qui, selon lui, aurait fait tant de tort à l’économie française. Celui qui n’était encore qu’un jeune secrétaire d’État aux Finances se souvient avoir entendu le Premier ministre commenter le retard de développement du pôle de conversion nazairien en ces termes : « Les entreprises se moquent de ce que décide l’État. Ce n’est pas tolérable ! Elles passent leur temps à venir nous demander de l’aide. Il faut leur faire savoir que, si elles n’investissent pas à Saint-Nazaire, ce ne sera plus la peine de venir nous solliciter. La réponse sera non, non et non ! »81

  • 82 Arch. CHEVS JMJ 22. Les Échos, 11 décembre 1959.

143Le lendemain du Conseil, Les Échos font le point des mesures envisagées ou décidées82. Pour le secteur administratif, le comité Sudreau, chargé d’étudier la décentralisation des services de l’État, pourra prendre les mesures nécessaires au transfert hors de Paris de dépôts de matériel militaire et des manufactures de l’État ; en outre, il s’engage à ce qu’aucune nouvelle grande école ne puisse être construite dans la région parisienne. En ce qui concerne la politique régionale, on prévoit une simplification des modalités d’intervention du fonds d’aménagement du territoire pour les zones à urbaniser en priorité (ZUP). L’aide de l’État ne prendrait plus uniquement la forme d’aide aux investissements mais aussi celle d’aide à la création d’usines fort utilisatrices de main-d’œuvre dans les zones déprimées. Le gouvernement s’engage concomitamment à accélérer les procédures de reclassement de la main-d’œuvre et à favoriser l’implantation en province de certaines administrations et sociétés comme les compagnies d’assurances.

144Dans le cadre du plan d’aménagement de la région parisienne, le Comité interministériel prévoit de réserver des « zones vertes » plus étendues qu’initialement. Enfin, en matière de décentralisation industrielle, plusieurs textes sont prêts à être présentés au Parlement. Le premier prévoit que les entreprises qui construiraient des bâtiments industriels et commerciaux en région parisienne seraient passibles de sanctions pénales et de la confiscation de leurs nouveaux biens. Le deuxième texte envisagerait de créer une redevance pour chaque nouveau mètre carré construit en région parisienne. Enfin, un troisième instaurerait une prime de « neutralisation » pour tous les locaux industriels ou les bureaux commerciaux transformés en parkings, écoles ou logements.

  • 83 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, 20 janvier 1960.

145En revanche, le projet de bureau de conversion ne semble pas recevoir un mauvais accueil à la centrale syndicale chrétienne. En effet, le 18 janvier 1960, une délégation de la CFTC, conduite par Maurice Bouladoux83, a soumis à Michel Debré l’idée d’un mode de financement pour les futures sociétés d’économie mixte prévues par la création de la « banque d’affaires d’État ». La note du syndicat envisage de constituer une partie du capital des sociétés créées ou converties sur les réserves des caisses complémentaires de chômage, les ASSEDIC, créées fin 1958 par le CNPF et les centrales syndicales (à l’exception de la CGT, ralliée au système par la suite). Il s’agirait là d’un prolongement du rôle des ASSEDIC qui ont pour objet de subvenir aux besoins des chômeurs ou de faciliter la reconversion de la main-d’œuvre. La CFTC pense que l’opération devrait être menée dans un premier temps dans la région de Nantes - Saint-Nazaire afin d’aider au redéploiement des ouvriers employés par les chantiers navals où le syndicat chrétien est puissant.

C. L’ABANDON PROGRESSIF DE L’IDÉE ET SES AVATARS

  • 84 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, AGEFI, 3 mars 1960. Les zones spéciales de conversion sont : Calais, (...)
  • 85 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 24 février 1960, Alain de Lacoste-Lareymondie es (...)

146Pour autant, Jean-Marcel Jeanneney refuse de considérer le BDI comme un élément majeur de la politique d’aménagement du territoire. C’est plutôt une présentation journalistique, affirme-t-il aujourd’hui. Voici trente ans, il envisageait surtout le BDI comme un moyen d’action souple dans les zones déprimées. En arrivant au ministère de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney avait trouvé une situation complexe dans laquelle coexistaient des zones à prime et des zones sans prime. Tous les députés voulaient que leur circonscription soit incluse dans les zones à prime. C’est par un décret d’avril 1955 qu’avaient été créées des « zones critiques », déterminées en fonction des pourcentages de chômeurs urbains. Avec les problèmes d’exode rural dans le grand Ouest, il apparut bientôt nécessaire de tenir compte des régions affectées par l’insuffisance de débouchés locaux pour la main-d’œuvre, d’où la création, en 1959, de « zones spéciales de conversion »bénéficiant d’une aide renforcée de l’État84. Ce système à deux vitesses fit l’objet d’une question écrite du député Indépendant Alain de Lacoste-Lareymondie qui critiquait la préférence accordée à ces villes ou régions85. Début mars 1960, le ministère de l’Industrie s’attache à réformer le système en s’engageant à supprimer les zones de conversion situées au nord de la ligne Caen-Marseille avant la fin 1960, et les autres avant la fin 1962. Jean-Marcel Jeanneney fait l’annonce de cette réforme lors du Conseil des ministres du 2 mars 1960. Désormais, la France entière hormis la région parisienne passe au régime des zones critiques, chaque demande de prime d’équipement devant être présentée devant la direction de l’Expansion industrielle dirigée par Émile Arrighi de Casanova. Cette mesure met fin aux critiques et permet de ne plus faire de distinction entre les zones industrielles à convertir et les zones sous-industrialisées dans lesquelles le « baby-boom » allait faire sentir ses effets d’ici 1965. Cependant, les zones spéciales de conversion ne verront pas leur dossier réétudié. Autre nouveauté, les primes d’équipement, représentant 20 % des investissements nécessaires à l’implantation d’une entreprise ou à sa reconversion, ne seront plus accordées automatiquement en fonction de la situation locale, mais après l’examen de chaque dossier, en tenant compte des emplois créés, et non plus proportionnellement au capital investi. Il faudra faire une péréquation afin d’éliminer tant les entreprises privilégiant exclusivement l’emploi au détriment de l’équipement, que celles désireuses d’implanter des usines trop automatisées. Cette contradiction sera surmontée une génération plus tard par des suppressions massives d’emplois industriels. Le dispositif sera complété par la loi du 2 août 1960 qui octroiera une prime allant de 50 à 200 nouveaux francs par mètre carré industriel, supprimée en région parisienne.

D. LA CRÉATION DE LA SODIC

  • 86 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 11 mars 1960.
  • 87 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 21 mars 1960. Dans les anné (...)
  • 88 Arch. CHEVS 2 DE 12. Note de Michel Debré à Maurice Pérouse, 14 mai 1960.

147À partir du printemps 1960, le BDI est progressivement abandonné dans sa forme initiale. Sur les conseils de Maurice Pérouse, Michel Debré opte pour une voie nouvelle en se tournant vers la solution d’un accord entre le Crédit national et la Caisse des dépôts et consignations pour un établissement d’un « type très léger ». L’impatience du Premier ministre est évidente puisqu’il demande au ministre de l’Industrie de se mettre immédiatement en rapport avec le ministre des Finances pour déboucher sous quatre semaines86. Quelques jours plus tard, Michel Debré précise qu’il faut prévoir un bureau d’études dans le schéma Crédit national-Caisse des dépôts87. Le 14 mai 1960, Michel Debré confirme sa pensée en adressant une note à Maurice Pérouse : « Le principe de l’association Caisse des dépôts et Crédit national me paraît bon, et je me rallie sur ce point à ce que vous m’avez dit, mais il faut aller de l’avant et d’une manière assez audacieuse. En particulier, à la réflexion, il faut pouvoir permettre, au-delà des études, au-delà des orientations à travers les diverses aides de l’État, une possibilité de prise de participation. On peut envisager à cet égard des formules du genre de celles dont vous m’avez parlé en évoquant certains systèmes anglo-saxons (prêt-bail ?), et qui, à l’époque m’avaient séduit. On peut trouver d’autres formules, mais l’essentiel est que cette société puisse agir »88.

  • 89 Le Mouvement général des fonds est l’appellation d’avant-guerre de la direction du Trésor.
  • 90 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 4 mars 1960.
  • 91 Arch. CHEVS JMJ 24. L’Index économique, 4 mai 1960.
  • 92 Arch. CHEVS JMJ 24. Le Télégramme économique, 31 mars 1960.

148Conscient que son idée lui échappe, Jean-Marcel Jeanneney préfère réaménager la législation en vigueur. L’initiative passe alors nettement du côté du ministère des Finances où Wilfrid Baumgartner défend une position identique à celle d’Antoine Pinay. L’enjeu est trop important pour la direction du Trésor qui ne veut pas perdre le contrôle des fonds attribués à l’industrie. D’ailleurs, comment l’ancien directeur du Mouvement général des fonds qu’est Baumgartner pourrait-il accepter un affaiblissement du rôle du ministère des Finances ? 89 Aussi réfléchit-il à un nouvelle version du projet dont il pourrait être le véritable inspirateur. Le 4 mars 1960, François Bruel écrit que « pour remplacer le projet de BDI, on envisage de créer une nouvelle société, filiale à la fois du Crédit national et de la Caisse des dépôts et consignations »90. Le nouveau projet est conçu par le sous-gouverneur du Crédit National, Maurice Lauré91. À la fin mars, le même François Bruel peut préciser l’état d’avancement du projet : « Il s’agit, rappelons-le, d’une société qui serait créée notamment par le Crédit national et la Caisse des dépôts et consignations. Elle jouerait notamment le rôle de coordination entre le Crédit national et les sociétés de développement régional (SDR) pour faciliter les prêts, donner des garanties, etc. En fait, elle orienterait les entreprises intéressantes vers le Crédit national et les SDR. Mais son rôle de « conseil » pour des études techniques et financières au bénéfice d’entreprises à reconvertir, à moderniser ou à créer serait également très important. (…) Une question qui paraît encore controversée est celle de savoir si la future société pourra prendre des participations en capital dans les entreprises à créer ou à reconvertir »92.

149Le projet initial apparaît ainsi dénaturé, vidé de son caractère le plus novateur, c’est-à-dire de son autonomie financière. Si ses détracteurs qualifiaient le bureau de projet aventureux, ses partisans le destinaient à devenir l’outil privilégié des nécessaires mutations de l’espace industriel. La conception du ministère des Finances s’est toujours voulue autre. Se plaçant sur le terrain de la raison, le ministère des Finances a toujours estimé que tout octroi de prime, toute participation financière éventuelle devait s’inscrire dans une politique économique qui ne se concilierait pas forcément avec l’espace sur lequel elle agirait. Le système d’attribution des aides publiques à l’industrie restera donc étroitement contrôlé par la direction du Trésor, le Crédit national et la Caisse des dépôts dont les dirigeants appartiennent traditionnellement au corps de l’inspection des Finances.

  • 93 Arch. CHEVS JMJ 24. Le Figaro, Combat, Le Populaire, 28 avril 1960. « À la suite d’informations ré (...)
  • 94 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 30 mai 1960.

150Le 27 avril 1960, le ministère de l’Industrie publie un communiqué dans lequel il précise que le nouveau projet émanant du Crédit national et de la Caisse des dépôts « n’a fait encore l’objet d’aucun échange de vues entre les services du ministère des Finances et les services du ministère de l’Industrie »93. Ce communiqué est surtout destiné à la presse dont les articles tendent à faire accroire que le BDI est de retour et qu’il fait, cette fois, l’objet d’un assez large consensus. En vérité, Jean-Marcel Jeanneney ne s’intéresse plus, à ce moment, au sort de ce projet. Pour l’ancien ministre, la création de l’UGP en échange de l’abandon du BDI, argumentation fréquemment avancée par les commentateurs de la politique gouvernementale, relève de l’affabulation. C’est dans ce contexte tourmenté que naît officiellement la Société de développement industriel et commercial (SODIC) par un arrêté du 16 juin 1960. Jean-Marcel Jeanneney boude le Conseil interministériel du 14 juin 1960 qui consacre le projet du ministère des Finances et n’a donc pas donné suite à une demande de Michel Debré l’enjoignant de préparer les premiers dossiers confiés à la SODIC94. Comme le Premier ministre l’avait précisé à la fin mars, celle-ci n’est pas un organisme financier ou bancaire mais un simple bureau d’études chargé de renseigner les entreprises désireuses de bénéficier des avantages du FDES et de préparer leur dossier. Contrairement à ce qu’aurait été le BDI, la SODIC ne sera pas un établissement public mais une société anonyme dont le capital de 2,5 millions de nouveaux francs est détenu par le Crédit national (50 %), la Caisse des dépôts (30 %), la Caisse nationale des marchés de l’État (10 %) et le Crédit hôtelier (10 %).

  • 95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 6 avril 1992.
  • 96 Jean Échard avait en effet donné sa démission en novembre 1959, au moment où Jean-Marcel Jeanneney (...)

151Au cours d’un ultime dernier entretien portant sur ce sujet avec Michel Debré, le 16 juin 1960, Jean-Marcel Jeanneney se démarque nettement et lance à propos de la SODIC : « Ce n’est pas mon enfant. C’est un enfant bâtard, alors je ne m’en occupe pas »95. Enfin, comme pour bien montrer que la SODIC n’est décidément pas la petite sœur du BDI, son président-directeur général, Jean Saltes, président du Crédit national, et les actionnaires choisissent de placer au poste d’administrateur-directeur général l’ingénieur des Mines Jean Échard qui avait été écarté de la direction de la Chimie du ministère de l’Industrie par Jean-Marcel Jeanneney96.

  • 97 Arch. CHEVS JMJ 11. Annexe au procès-verbal de la séance du mardi 18 octobre 1960 à 10 heures, exp (...)

152À l’occasion d’un exposé devant la section des investissements et du Plan du Conseil économique et social, le 18 octobre 1960, Jean-Marcel Jeanneney apporte des précisions sur la politique menée par le gouvernement dans le domaine de la conversion97. D’entrée de jeu, il entend rompre avec l’habituelle connotation péjorative attachée au terme de conversion en expliquant qu’il ne faut pas « considérer que la nécessité de conversion traduit une sorte de maladie économique et allier systématiquement la notion de conversion à celle de crise d’une branche ». La conversion doit plutôt être regardée comme un signe de la vitalité d’un secteur qui ne se laisse pas distancer par la concurrence internationale et l’évolution des techniques. Revenant sur les conditions de création de la SODIC, il ne cache pas qu’il avait « personnellement conçu autre chose » et que les actionnaires de la nouvelle société sont, « malgré tout, assez indépendants de l’État, en tout cas du gouvernement et tout particulièrement du ministre de l’Industrie ». On jugera sur les actes, semble vouloir dire le ministre de l’Industrie. Au conseiller Vallon qui l’interroge sur le niveau de rémunération des employés de la société, il rétorque : « Je ne suis ni le père ni le tuteur de cette société ». Seul le conseiller Jacques Delors semble encore nourrir l’espoir d’une capacité d’intervention financière de la SODIC quand il exprime le souhait que le Crédit national devienne l’agent d’exécution de la société pour le relais des crédits publics et comme intermédiaire sur le marché des capitaux. À cette idée habile, Jean-Marcel Jeanneney, ironique, répond : « Je vous demanderai de la poser au ministre des Finances ».

  • 98 En 1961, elle n’a encore entamé aucune action concrète. Les régions industrielles qui ont contract (...)
  • 99 Arch. CHEVS JMJ 25. La Correspondance économique, 7 mars 1961.

153Dans l’esprit de Jean-Marcel Jeanneney, l’utilité du BDI aurait été de ne pas masquer les nécessaires décisions de fermeture des bassins houillers les moins rentables. Dans l’échange qui suit son intervention, il cite l’exemple du puits de Graissessac qui, en étant maintenu en fonctionnement contre toute logique économique, n’a pas permis l’implantation d’entreprises nouvelles. Pour lui, la SODIC n’est pas réellement armée pour régler concrètement des difficultés de ce type car elle n’a pas l’autorité qu’aurait pu avoir un organisme étatique. L’action de la SODIC jusqu’en 1962 n’est guère concluante98. À peine née, la SODIC est directement concurrencée par des banques nationales et privées dont la puissance financière n’a rien à envier aux institutionnels qui sont censés la soutenir99.

  • 100 Arch. CHEVS JMJ 27. La Cote Desfossés, 7 avril 1962, article de Robert Chenevier.
  • 101 Arch. CHEVS JMJ 27. L’Agence de presse républicaine, 27 mars 1962, article de Georges Fontagnal.

154Dans son numéro du 7 avril 1962, La Cote Desfossés revient sur une conférence de presse du 21 mars 1962, tenue par Pierre Massé, Jean Saltes et Jean Échard qui ont fait le bilan de deux années d’existence de la société. Robert Chenevier, l’auteur de l’article, ne cache pas son scepticisme vis-à-vis du bilan de la SODIC100. Elle n’a eu jusque-là qu’un rôle confidentiel, borné à l’élaboration du IVe Plan. Elle n’a même pas participé aux montages financiers des dossiers puisque ceux-ci dépendent du centre interministériel d’accueil aux industriels, créé, conjointement à la SODIC, par un arrêté du 16 juin 1960, mais rattaché à la direction de l’Expansion industrielle. Après constitution des dossiers, le centre les transmet à la direction de l’Expansion industrielle ou à l’un des comités du FDES présidés pour les plus importants par François Bloch-Lainé, Jean Saltes ou Pierre Massé. Du reste, la SODIC est aussi courtcircuitée par l’inspection générale de l’économie nationale. Les attributions très larges de ce corps d’inspection, dirigé par M. Monier, lui permettent d’intervenir tant au niveau national que régional, il peut ainsi travailler avec les comités d’expansion économique, les SDR, les sociétés d’économie mixte d’équipement. Les inspecteurs de l’économie nationale assurent le lien entre l’administration et le secteur privé. La nature des missions de ce corps lui permet d’avoir une action cohérente entre les études préliminaires, le financement et la réalisation. Il ressort que la création du centre interministériel d’accueil aux industriels et la SODIC n’a fait qu’ajouter un rouage de plus dans un circuit déjà fort complexe. N’étant dotée d’aucun pouvoir particulier, la SODIC est condamnée à l’impuissance. De fait, la SODIC devient un mythe loué par la gauche, qui veut faire d’elle l’outil d’application du Plan. Tel est le sens de l’article de Georges Fontagnal dans le bulletin de l’Agence de presse républicaine du 27 mars 1962, pour lequel « La SODIC, encore en sommeil aujourd’hui, a, on le voit, du pain sur la planche pour demain, si le Parlement adopte ce tournant de notre vie économique »101. Le tournant étant la planification impérative et non plus indicative.

E. LE BILAN DE LA DÉCENTRALISATION INDUSTRIELLE ET DE LA SODIC

  • 102 Arch. CHEVS JMJ 24. La Correspondance économique, 3 novembre 1960. Marguerite Perrot faisait parti (...)
  • 103 Arch. CHEVS JMJ 24. Les Échos, 8 novembre 1960, consacrent également un article à ce sujet. Sur la (...)

155La création de la SODIC n’arrête pas la politique d’adaptation industrielle du gouvernement. Début novembre 1960 sont communiquées à la presse les conclusions de l’étude de Marguerite Perrot, chargée de recherche au CNRS et chargée de mission au cabinet de Jean-Marcel Jeanneney102. Celle-ci a dressé une carte de France du chômage qui révèle que l’Ouest, la vallée de la Garonne, la vallée du Rhône, le Centre et le Languedoc sont depuis 1958 des zones de sous-emploi permanent, celles où le nombre de chômeurs s’explique par l’insuffisance du nombre d’emplois offerts103.

  • 104 Arch. CHEVS JMJ 25. AFP Économique, 31 janvier 1961 ; Le Monde, 1er février 1961.
  • 105 Arch. CHEVS JMJ 25. Combat, 15 février 1961.
  • 106 Arch. CHEVS JMJ 25. Le Figaro, 10 mars 1961, fournit ces chiffres dans un article de Pierre Locard (...)

156Le 31 janvier 1961 se tient un Conseil restreint à l’hôtel Matignon, destiné à faire le point sur la politique de décentralisation industrielle104. Pierre Sudreau et Jean-Marcel Jeanneney insistent tous deux particulièrement sur la situation des régions soumises à la pression démographique du « baby-boom » et de celles qui connaissent un problème de reconversion. En conséquence, le gouvernement arrête ses priorités d’action pour la Normandie, la Bretagne, le Sud-Ouest et le Languedoc qui sont les régions qui vont connaître le plus fort accroissement de main-d’œuvre d’ici 1965. De son côté, Wilfrid Baumgartner apporte des précisions sur l’action du FDES lors de l’année écoulée. L’État aura participé à 102 opérations dans les zones spéciales de reconversion pour un montant de 46 millions de nouveaux francs alloués en primes spéciales d’équipement. Ces opérations auront permis de créer 8 749 emplois. Depuis 1955, l’État a accordé 152 millions de nouveaux francs sous forme de primes pour 41 300 emplois créés. Après un nouveau conseil interministériel tenu le 14 février 1961, le gouvernement décide d’accélérer le mouvement de décentralisation105. En fait, il mesure que les décisions prises en 1960 n’ont pas été suffisantes pour tenir lieu de véritable politique d’aménagement. Au début 1961, les différentes classifications d’aides persistent entre les régions. Dans les départements bretons, la prime d’établissement ne peut être inférieure à 10 % du montant des investissements, mais elle peut monter à 15 ou 20 % dans les zones spéciales de Nantes, Limoges, Bordeaux et Montpellier qui ne seront pas démantelées avant 1962. En dépit des primes à la décentralisation, de la non-taxation des plus-values immobilières pour les entreprises vendant des terrains en région parisienne et de la prime de départ accordée par mètre carré libéré, on ne comptabilise que 184 entreprises ayant quitté la région parisienne en 1960, contre 140 en 1959. Depuis le début de cette politique de décentralisation, 33 000 emplois ont pu être transférés en province, ce qui fait 130 000 départs pour la province avec les familles. Quantitativement, on peut être impressionné par ces chiffres, mais le saupoudrage l’a emporté sur une politique réfléchie d’établissement d’entreprises et le solde migratoire reste positif pour la région parisienne106.

  • 107 Les métropoles interrégionales sont : Lille, Strasbourg, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeau (...)

157Ces résultats mitigés conduisent Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney à choisir de favoriser les régions dynamiques. Un nouveau Conseil restreint, tenu le 11 mars 1961, retient le principe de la distinction entre deux types de pôles d’expansion. La nouvelle politique s’axera autour d’un premier groupe de dix métropoles interrégionales (les futures métropoles d’équilibre de 1964) et d’un autre groupe constitué par les capitales provinciales et les villes secondaires107.

V. LA POURSUITE DE LA POLITIQUE D’EXPANSION INDUSTRIELLE

  • 108 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 15 septembre 1961.
  • 109 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 27 mai 1961.
  • 110 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 5 juin 1961.
  • 111 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 9 octobre 1961.
  • 112 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 16 octobre 1961.
  • 113 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 2 novembre 1961.
  • 114 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 1er décembre 1961.

158L’abandon du BDI ne fait pas pour autant négliger la politique de décentralisation industrielle au ministre de l’Industrie, il est d’ailleurs aiguillonné à intervalles réguliers par Michel Debré qui le « bombarde » de petites notes ou billets l’invitant à réfléchir au développement de telle ou telle activité car il estime que « le bilan de déconcentration industrielle est insuffisant »108. Pêle-mêle, le chef du gouvernement demande de se préoccuper des perspectives de l’industrie française du transistor en Afrique (on est quelques semaines après le putsch manqué d’Alger)109, d’aider Pierre Guillaumat à un effort de recherche pour la fabrication de calculateurs électroniques en aidant la société Bull110, de faire venir le gaz de Lacq à Tours et à Amboise111, de concentrer l’industrie de l’électronique112, d’aider les régions de l’Ouest113, d’aider Paul Delouvrier en région parisienne, d’accorder des primes spéciales d’équipement aux bassins d’emploi de Wissembourg et Cholet114.

159Jusqu’à la fin de son ministère, Jean-Marcel Jeanneney poursuit ses visites régionales et profite des occasions offertes pour colporter ses idées. Le réseau consulaire dont il assure la tutelle lui procure un lien précieux avec ceux que l’on prendra coutume d’appeler, quelques années plus tard, les « forces vives » des régions. Il ne fait aucun doute que c’est au ministère de l’Industrie que Jean-Marcel Jeanneney se forge la précieuse connaissance des économies régionales et de leurs sphères décisionnelles qui lui servira lors de l’élaboration de la réforme régionale et sénatoriale à la fin de la décennie.

160L’occasion d’un déplacement à la chambre de commerce d’Angers, le 20 février 1960, permet au ministre de prendre position sur la question de la simplification de la procédure d’instruction des dossiers pour obtenir un prêt au titre de la décentralisation industrielle. Jean-Marcel Jeanneney admet qu’un interlocuteur unique serait préférable mais il lui paraît irréaliste de vouloir supprimer toutes les « chicanes administratives », entre autre cellesdes organismes financiers. À cette date, le BDI est déjà mort et le ministre n’a aucune raison de faire de la publicité pour le Crédit national.

161Sur le plan de la politique d’implantation des industries décentralisées, Jean-Marcel Jeanneney refuse de jeter un interdit sur les villes de la grande couronne parisienne qu’il qualifie de « villes-dortoirs » et qu’on ne peut condamner éternellement à jouer ce rôle. Il refuse de promettre une diminution du prix de l’énergie ou des transports, indiquant que subventionner EDF ou la SNCF n’est pas une bonne politique. Il insiste sur le fait que dans le système français, qu’il qualifie de libéral tempéré par l’action de l’État, le ministre de l’Industrie ne dispose pas de grands pouvoirs pour décider des lieux de localisation des nouvelles industries. En revanche, Jean-Marcel Jeanneney se dit favorable à l’introduction d’un coefficient de « création d’emplois » dans le calcul pour l’attribution d’une prime d’équipement, même s’il serait néfaste de ne tenir compte que de cet aspect au détriment du progrès technique. La fermeté du gouvernement en faveur de la décentralisation industrielle semble ne plus pouvoir être prise en défaut depuis que certaines entreprises de la région parisienne ayant procédé à des extensions sans autorisation ont été poursuivies devant le tribunal correctionnel. Jean-Marcel Jeanneney partage l’opinion d’un membre de la chambre consulaire angevine selon laquelle l’extension des PME familiales est particulièrement difficile. Le ministre de l’Industrie regrette qu’une formule de prêt rachetable émis par les SDR n’ait pas été mise au point afin de permettre à des entreprises familiales de se développer tout en demeurant la propriété de la famille fondatrice

  • 115 Arch. CHEVS JMJ 22. Réunion de presse, 2 mars 1960.

162Trois mois après sa dernière réunion de presse, Jean-Marcel Jeanneney convie les journalistes au ministère115. Pour cette « rentrée » médiatique, le ministre a visiblement décidé de changer de style et de ne plus s’exprimer aussi librement qu’auparavant. Les commentaires acerbes sur le BDI, la campagne de presse contre la SIP-UGP sont passés par là et le charme est rompu avec les journalistes. Il avoue regretter la longue absence d’échanges « parce qu’il y avait des événements qui ne rendaient pas toujours très facile pour un ministre soucieux de la cohérence gouvernementale de s’exprimer. Les temps ont changé ». L’allusion au climat délétère ayant régné à la fin de 1959 est claire.

163Interrogé avec quelque retard sur le motif du rattachement du secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce au ministre des Affaires économiques, le ministre de l’Industrie répond qu’il était logique de placer le responsable ministériel pour les questions de commerce et de distribution sous l’autorité du ministre responsable des prix, dès lors que la maîtrise des prix était un objectif essentiel de la politique gouvernementale. Mais cette question politique permet d’engager la discussion sur le thème de la décentralisation industrielle car la création simultanée de la direction de l’Expansion industrielle et l’annonce du BDI amènent les journalistes à se demander si un véritable changement d’optique est en cours ou bien s’il s’agit seulement d’une recherche accrue d’efficacité.

164Pour le ministre, l’adoption d’une politique ambitieuse lui a été dictée par les acteurs du monde politique et économique des provinces françaises eux-mêmes. Pour la première fois dans l’histoire du pays, ils ont accepté de faire évoluer les structures économiques et sociales en profondeur même au prix d’un bouleversement des traditionnels « bastions » de la géographie électorale. Les changements profonds opérés dans l’économie française depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ne font réellement l’objet d’une demande de transformation des structures que depuis les débuts de la Ve République. Aussi bénéfique qu’ait pu être la législation sur les zones critiques instaurées en 1955, elle ne saurait suffire dès lors qu’il s’agit d’industrialiser l’ensemble du territoire et non plus d’intervenir localement sur des bassins d’emplois en crise. C’est pourquoi il est temps de passer à un montant d’aide proportionnel au nombre d’emplois créés.

165Même après le départ d’Antoine Pinay, Jean-Marcel Jeanneney ne peut s’empêcher d’évoquer des questions économiques hors de son champ de compétence. C’est ainsi qu’en réponse à un journaliste de Pétrole-information qui lui demande comment va évoluer le pourcentage d’actifs employés dans l’agriculture et dans l’industrie dans les prochaines années, il répond par un long raisonnement sur les ressources en main-d’œuvre nécessaires entre l’élevage et la culture que ne démentirait pas un ministre en charge de ce portefeuille. Pour autant qu’il visite les régions économiques, le ministre de l’Industrie n’est pas favorable à une décentralisation qui bouleverserait la carte administrative, certes imparfaite, qui est le fruit de l’histoire. D’ailleurs, il juge que ce problème ne constitue en rien un préalable à la décentralisation industrielle. Aujourd’hui, l’ancien ministre explique cette liberté de parole par la quasi-absence de communication entre les ministres et la presse à cette époque. Tous se pliaient aux consignes très strictes formulées par Michel Debré ou recevaient des rappels à l’ordre en cas d’oubli.

166Dès ce moment, Jean-Marcel Jeanneney a compris qu’il serait difficile de décentraliser en province des administrations centrales ou des établissements publics. Il cite en exemple la Caisse des dépôts (CDC), dont une partie importante du personnel a un conjoint travaillant dans une autre administration. En revanche, il estime que, pour les entreprises, la chose est plus aisée car seuls quelques contremaîtres et ingénieurs sont invités à déménager, et souvent dans des conditions matérielles avantageuses. La décentralisation industrielle dans le début des années 60 prend presque toujours la forme de l’implantation d’une nouvelle unité en province, sans véritable suppression de l’unité de région parisienne sauf pour les usines situées dans Paris intra-muros comme Citroën sur le quai de Javel ou Peugeot sur le quai Kennedy.

167Lorsqu’un journaliste de La Correspondance économique fait rebondir le débat sur le BDI, le ministre le compare à la Société financière internationale qui participe à des créations d’industries un peu partout dans le monde en émettant des obligations transformables en actions. Toutefois, il prend garde à ne pas parler de « prise de participation » pour ne pas prêter flanc aux accusations de nationalisation masquée. Le ministre essaye de tourner ce revers à son avantage en imputant à un changement d’attribution de certains hauts fonctionnaires du ministère des Finances le déblocage partiel du dossier. Par cette précision, Jean-Marcel Jeanneney sous-entend qu’Antoine Pinay n’était pas le seul à être hostile à l’idée et qu’il a voulu remercier certains grands commis qui ne lui ont pas ménagé leur aide durant le bras de fer. En tout cas, il se défend d’avoir jamais voulu fusionner toute la chaîne d’attribution des aides en un organisme unique qui aurait remplacé la Caisse des dépôts, le Crédit national ou le FDES.

168L’échec de Jean-Marcel Jeanneney en matière de financement de l’expansion régionale ne doit pas faire oublier l’essentiel. Il s’agit là d’un sujet économique qu’il maîtrise particulièrement bien et qu’il défend avec ardeur. N’a-t-il pas été l’un des premiers à s’intéresser aux économies régionales à travers l’économie alpine ? La tenue d’une journée consacrée à la région par le Centre des jeunes patrons, le 6 mai 1961, est pour lui l’occasion d’insister sur le fait que l’économie régionale n’est plus folklorique, surtout depuis les années 30 et depuis l’accroissement du rôle de l’État dans l’économie. La réflexion sur le IVe Plan permet pour la première fois d’intégrer la planification régionale au sein de la planification nationale. Le ministre de l’Industrie ne cache pas sa surprise de constater que les plans régionaux accordent une place prépondérante à des actions, comme l’électrification rurale ou la création de zones industrielles, dont le financement est avant tout national. Jean-Marcel Jeanneney rappelle à ses interlocuteurs qu’il est pourtant difficile de décentraliser les pouvoirs décisionnel et financier. Ainsi, on pourrait imaginer que les régions reçoivent des dotations globales pour leurs projets, mais le Trésor aurait besoin de procéder à une évaluation fine des projets pour ne pas accorder de crédits à l’aveuglette, ce qui aurait pour effet de centraliser la décision à l’extrême. Sur le plan financier, la centralisation de l’épargne dans des établissements parisiens, pour regrettable qu’elle soit, est ancienne. Il serait, toutefois, contre-productif d’envisager une exacte utilisation de l’épargne au prorata de sa création dans les régions. La redistribution doit se faire dans un cadre national, de même que la création d’une grande entreprise ou d’une production pour éviter les doublons. De plus, le ministre de l’Industrie craint que la passion ne l’emporte trop souvent dans les discussions régionales avec des résultats négatifs.

169Toutefois, « essayer de faire participer les régions au développement de leur économie, c’est l’aventure dans laquelle, depuis deux ans surtout, nous sommes engagés ».

170Jean-Marcel Jeanneney souhaite disposer d’un recensement exhaustif de l’appareil industriel français, le précédent remontant à 1861 sous Napoléon III. Derrière ce souhait, on ne peut que voir l’intérêt de l’économiste pour la statistique économique. Dans ce sens, le ministre salue l’action des comités d’expansion économique dont « un des principaux mérites (…) a été de susciter l’intérêt pour le renseignement économique et d’aller chercher sur place et faire connaître bien des données qui n’avaient pas encore été publiées (…). Ainsi la culture économique, qui ne s’identifie nullement avec la connaissance statistique, mais qui est l’aptitude à raisonner sur les données économiques, se développera-t-elle à l’occasion même du progrès des connaissances statistiques ». L’économiste et surtout le chercheur l’emportent toujours sur le politique, à moins que la politique prenne un autre sens ?

Notes

1 Raymond Marcellin avait été sous-secrétaire d’État et secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce en 1949-1950.

2 Les entreprises ne peuvent percevoir une prime de 20 % que dans le cas d’une création et de 15 % dans le cas d’une extension.

3 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Marcel Parodi du 22 février 1994.

4 Denis Coton sera le directeur de cabinet de Charles Fiterman en 1981.

5 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Denis Coton du 16 mars 1994.

6 Marcel Parodi est l’inventeur de la prime spéciale d’équipement (PSE) représentant 20 % de l’investissement réalisé dans une zone de conversion.

7 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Denis Coton du 16 mars 1994. Entretien avec Pierre Durand du 21 mars 1994.

8 Un certain nombre de personnes interrogées ont évoqué ce sujet spontanément alors qu’elles n’étaient pas en rapport avec la direction de l’Expansion industrielle, jugeant que le temps avait passé pour prendre position contre la décision du ministre.

9 Arch. CHEVS JMJ 88. À titre personnel, Marcel Parodi n’en a absolument pas tenu rigueur à Émile Arrighi de Casanova. Entretien avec Marcel Parodi du 22 février 1994.

10 Arch. CHEVS JMJ 13. Décret du 19 novembre 1960.

11 Arch. CHEVS. 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 14 juin 1960.

12 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 25 avril 1995.

13 Seul un empêchement de dernière minute privera Jean-Marcel Jeanneney de l’inauguration de l’usine Massey Ferguson d’Amiens en 1961, il y sera représenté par Emile Arrighi de Casanova.

14 Georges Lanfry fut en 1944 le sauveur de plusieurs monuments rouennais ravagés par les flammes lors de la « Semaine rouge » (30 mai-5 juin 1944). Guy Pessiot, Histoire de Rouen 1939-1958, Rouen, Éditions du p’tit Normand, 1986, 326 p. Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, 444 p.

15 Arch. CHEVS JMJ 23. Correspondance économique, 26 janvier 1960.

16 Arch. CHEVS JMJ 11. Inauguration de l’usine Oxylor de Richemont, 2 mai 1960.

17 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 3e séance, 27 octobre 1961.

18 Arch. CHEVS 2 DE 12. Note de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney faisant état d’une lettre de Jacques Chaban-Delmas s’émouvant de la disparition des Chantiers de Gironde, 18 janvier 1960.

19 L’usine a été rasée au début des années 1990.

20 Jean Coppolani, « L’Aménagement de la région de Lacq », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO), tome XXX, fascicule 4, décembre 1959, pp. 325-331 ; Roger Brunet, « Le Sud-Ouest et le problème pétrolier », RGPSO, 1957, pp. 35-59 ; Roger Brunet, « Lacq, le pétrole et le Sud-Ouest », RGPSO, 1957, pp. 351-374 ; Henri Enjalbert, « Parentis », RGPSO, 1957, pp. 35-59.

21 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 4 juillet 1960.

22 Arch. CHEVS JMJ 11. Séance de travail de la commission départementale du conseil général et du comité d’expansion économique à Rodez, 14 novembre 1960. Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Situation du bassin de Decazeville 1960-1962.

23 En dépit de l’intérêt qu’il nourrit pour les conserveries ou l’industrie de la transformation de la viande, Jean-Marcel Jeanneney est obligé de rappeler que ce secteur relève de la compétence de son collège de l’Agriculture. Néanmoins, c’est lui qui a fait inclure dans le décret du 15 avril 1960 réformant les conditions d’attribution des primes spéciales d’équipement pour l’hôtellerie, le commerce et les industries alimentaires.

24 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, 1031 W 264.

25 Arch. CHEVS JMJ 26.

26 Arch. CHEVS JMJ 14. Décret du 19 mai 1948.

27 Arch. CHEVS JMJ 14. Note de la direction des Mines du 1er juillet 1949.

28 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 24 février 1959.

29 Article 1382 et suivants du code civil.

30 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 20 novembre 1959. Le général a sans doute voulu écrire « activité minière ».

31 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 30 novembre 1959.

32 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre du 1er juillet 1960.

33 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre de Maurice Bye à Raymond Barre du 2 juillet 1960 ; intervention de Jacques Chaban-Delmas du 4 juillet 1960 ; intervention de Guy Ébrard du 7 juillet 1960.

34 Arch. CHEVS JMJ 14. Note du BRGM du 20 mai 1960 citée par Yves Daubian-Delisle à Bernard Guitton lors d’une audience le 27 juillet 1960.

35 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 novembre 1961.

36 Arch. CHEVS 2 DE 22. Notes de Michel Debré, 10 octobre et 6 novembre 1961.

37 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Jean-Marcel Jeanneney, 12 mars 1962.

38 Arch. CHEVS JMJ 14. La société Fouga s’occupe effectivement de réparation ferroviaire mais a aussi une activité pétrochimique.

39 Arch. CHEVS 2 DE 22. Dans une lettre à Jean-Marcel Jeanneney du 19 novembre 1959, Michel Debré envisageait que le gouvernement prenne officiellement position sur la question de l’expédition du gaz d’Algérie en Espagne et en Italie.

40 Arch. CHEVS JMJ 5. Pierre Alby se souvient, et une lettre du courrier le confirme, que le ministre convoqua Pierre Laffitte pour lui reprocher d’être allé enquêter sur la catastrophe de Malpasset au-dessus de Fréjus alors que le barrage incriminé dépendait du ministère de l’Agriculture et non de l’Industrie, ce qui pouvait créer une confusion dans les esprits.

41 Arch CHEVS 2 DE 22. Dès 1959, la CCI de Marseille a réclamé une manifestation de grande ampleur pour l’inauguration du terminal pétrolier de Lavéra. Note de Michel Debré à ce sujet du 7 septembre 1959.

42 Ces études connues, il reste à savoir pourquoi seront quand même décidées les constructions du complexe de la Solmer à Berre et du grand haut-fourneau de Thionville qui ne fonctionnera jamais.

43 Arch. CHEVS JMJ 4.

44 Arch. CHEVS 2 DE 36. Documentation française, Notes et études documentaires, n˚ 2874, 2 avril 1962. Les vices-présidents étaient Daniel Laval (directeur des ports maritimes et des voies navigables au ministère des Travaux publics et des Transports) et Abel Thomas (commissaire à l’aménagement du territoire au ministère de la Construction).

45 Arch. CHEVS 2 DE 36.

46 Le déficit prévisible de capacité de raffinage d’Esso-France ainsi retenu est de :
Image img01.jpg

47 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de F.O. Canfield à Michel Debré, 27 mars 1962.

48 Arch. CHEVS JMJ 14. Note d’Albert Denis du 6 mars 1961.

49 Un train Steckel sert à transformer des lingots en bandes laminées.

50 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Albert Denis du 25 avril 1995.

51 Arch. CHEVS JMJ 14. Lettre de François Blancho du 13 mai 1959.

52 Arch. CHEVS JMJ 14. Note de René Lescop, 15 mai 1959.

53 Arch. CHEVS 2 DE 12. Lettres de Le Maresquier et François Blancho, 2 novembre 1959. Les projets rejetés concernaient une conserverie, les Ateliers et forges de l’Ouest, le projet de société commerciale de Saint-Nazaire.

54 Arch. JMJ 14. Lettre d’accompagnent du préfet, 14 mai 1961.

55 L’heure de main-d’œuvre est à 210 anciens francs à Hennebont contre 250 anciens francs à Saint-Nazaire.

56 Arch. CHEVS 2 DE 52
Image img02.jpg

57 Arch. CHEVS 2 DE 52. Concernant les voies de communication, le plan breton prévoira que l’électrification de la ligne Le Mans-Rennes sera avancée à 1964 au lieu de 1966, ainsi qu’une desserte aérienne Strasbourg-Paris-Lorient-Brest et des aménagements routiers (déviations, élargissements).

58 Arch. CHEVS 2 DE 52. Dossier sur les départements bretons.

59 Arch. CHEVS 2 DE 36. Lettre de Michel Debré du 17 août 1961 adressée à MM. Joseph Caillies (Bull), de Boissieu (Schneider), Jean Mantelet (Moulinex), François Peugeot (Fédération des industries mécaniques), Jacques Ferry (délégué général de la chambre syndicale de la sidérurgie), Henri Davezac, Jean Delorme (Air liquide), Jacques de Fouchier (Compagnie bancaire), Robert André (Union de la chambre syndicale de l’industrie pétrolière), Jean-Jacques Delporte (Kuhlmann), Émile Marterer, Jean Reyre (Paribas), André Grandpierre (Pont-à-Mousson), Maurice Heurteux (Hispano-Suiza), Félix Clinchamps (Papeteries Navarre), Henri Lafond (Banque de l’union parisienne), Roger Boutteville (Société alsacienne de constructions mécaniques), René Mayer (Le Nickel), A. de Voguë (Saint-Gobain), Marcel Lambert (Association des maires du Morbihan), Jean Guyot (banque Lazard), Georges Hérel (Sud-Aviation), Robert Trocmé (La cotonnière de Saint-Quentin).

60 Arch. CHEVS JMJ 4.

61 Arch. CHEVS. 2 DE 36. Jean Botrot dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 novembre-6 décembre 1960.

62 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney de décembre 1991 et témoignages de Jean-Marcel Jeanneney à de nombreuses reprises.

63 Arch. CHEVS JMJ 21.

64 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Albert Denis du 25 avril 1995.

65 Arch. CHEVS JMJ 22.

66 Arch. CHEVS JMJ 4.

67 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, Paris, Michalon, 1999, p. 124. Conseil des ministres du 3 août 1961.

68 En vérité, il s’agit du même cercle des ingénieurs polytechniciens des Mines et de l’Armement très liés à Pierre Guillaumat. Pierre Desprairies précise qu’il ne faut pas oublier que, jusqu’à l’ouverture du centre d’expérimentation de Mururoa, la France poursuivra ses expérimentations nucléaires en Algérie, grâce à « la surdité de Ben Bella » dont se félicitaient les chefs militaires, Pierre Guillaumat et le général de Gaulle. Cette « surdité » toute volontaire trouvait des compensations financières incluses dans la politique de coopération.

69 Arch. CHEVS 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance, 8 novembre 1960.

70 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 6 avril 1992.

71 Arch. CHEVS 2 DE 58. Lettre de Michel Debré à Maurice Halff, 24 août 1959.

72 Arch. CHEVS 2 DE 58. Lettre de Michel Debré à Maurice Pérouse, 24 août 1959.

73 Arch. CHEVS 2 DE 58. Projet de Michel Debré du 11 septembre 1959 et fiche en retour de Jean-Marcel Jeanneney, sans date.

74 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Télégramme économique, 28 octobre 1959.

75 Arch. CHEVS JMJ 22. La Correspondance économique, 7 novembre 1959.

76 Arch. CHEVS JMJ 22. ARI, 24 novembre 1959 : « Tout le monde est d’accord sur la nécessité de réviser la politique économique, mais deux tendances s’opposent au sein du gouvernement. Celle de M. Pinay, d’un libéralisme orthodoxe (équilibre budgétaire, stabilité de la monnaie, des salaires, des prix, retour progressif à l’expansion) et celle de M. Jeanneney, davantage préoccupé de donner la primauté à l’expansion, au plein emploi, à la consommation. M. Rueff, qui, nul ne l’ignore est un « néo-libéral », se rapprocherait, dit-on, insensiblement des thèse du ministre de l’Industrie (qui seraient partagées par M. Debré, et, assure-t-on, de plus en plus appréciées à l’Élysée), et s’éloignerait de M. Pinay, « archéo-libéral ».

77 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Populaire, 4 décembre 1959, article de Pierre Thibault.

78 Arch. CHEVS JMJ 22. Fortune française, 4 décembre 1959, article non signé.

79 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Capital, 7 décembre 1959.

80 Arch. CHEVS JMJ 22. L’usine nouvelle, 10 décembre 1959.

81 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français : réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon-Cie 12, 2000, p. 129.

82 Arch. CHEVS JMJ 22. Les Échos, 11 décembre 1959.

83 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, 20 janvier 1960.

84 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, AGEFI, 3 mars 1960. Les zones spéciales de conversion sont : Calais, Béthune, les Vosges, Limoges, Nantes-Saint-Nazaire, Montpellier-Sète, et la région de Bordeaux-Ambès qui leur sera rattachée en avril 1960.

85 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 24 février 1960, Alain de Lacoste-Lareymondie est député Indépendant et paysan de Charente-Maritime.

86 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 11 mars 1960.

87 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 21 mars 1960. Dans les années 1960, les bureaux d’études des ingénieurs-conseils (souvent des polytechniciens ou centraliens passés par une université américaine) rencontrent un grand succès. Dans une lettre du 28 septembre 1959 adressée au ministre de l’Industrie, Michel Debré se montrait favorable à la promotion de ce type de structure.

88 Arch. CHEVS 2 DE 12. Note de Michel Debré à Maurice Pérouse, 14 mai 1960.

89 Le Mouvement général des fonds est l’appellation d’avant-guerre de la direction du Trésor.

90 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 4 mars 1960.

91 Arch. CHEVS JMJ 24. L’Index économique, 4 mai 1960.

92 Arch. CHEVS JMJ 24. Le Télégramme économique, 31 mars 1960.

93 Arch. CHEVS JMJ 24. Le Figaro, Combat, Le Populaire, 28 avril 1960. « À la suite d’informations récemment parues dans la presse au sujet de la création d’un bureau de développement industriel, le ministre de l’Industrie précise :
1°) Que le ministère de l’Industrie avait, à l’automne dernier, étudié, à la demande du Premier ministre, un avant-projet concernant la création d’un organisme destiné à faire face de manière rapide et efficace aux problèmes de conversion et de développement qui se posent dans certains secteurs de l’industrie française ;
2°) Au mois de mars 1960, le Crédit national et la Caisse des dépôts et consignations ont envisagé de constituer une société pour le développement industriel et commercial et soumis leur projet au ministère des Finances et au ministère de l’Industrie ;
3°) Que ce projet n’a fait encore l’objet d’aucun échange de vues entre les services du ministère des Finances et les services du ministère de l’Industrie ;
4°) Que le ministère de l’Industrie continue à souhaiter que les exigences de la reconversion puissent être satisfaits par quelque formule que ce soit, pourvu que certains impératifs qui lui paraissent fondamentaux soient respectés. »

94 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 30 mai 1960.

95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 6 avril 1992.

96 Jean Échard avait en effet donné sa démission en novembre 1959, au moment où Jean-Marcel Jeanneney confiait la direction de l’Expansion industrielle à Émile Arrighi de Casanova, car il pensait qu’il perdait certaines attributions qu’il détenait à la direction de la Chimie. Jean-Marcel Jeanneney n’avait pas cherché à le faire revenir sur sa décision et avait nommé pour le remplacer un ingénieur des Poudres, M. Rougé, faisant ainsi reperdre au corps des Mines une direction gagnée de haute lutte quelques années plus tôt.

97 Arch. CHEVS JMJ 11. Annexe au procès-verbal de la séance du mardi 18 octobre 1960 à 10 heures, exposé de monsieur Jeanneney, ministre de l’Industrie. Il est mentionné sur le document : « Ce document d’ordre intérieur ne peut être ni diffusé ni publié ».

98 En 1961, elle n’a encore entamé aucune action concrète. Les régions industrielles qui ont contracté chacune un abonnement de 50 000 nouveaux francs pour figurer sur les programmes futurs ne voient rien venir, mais la société s’octroie une rémunération sur la base de 1,25 % des sommes investies dans les projets qu’elle développerait. La SODIC rencontre même la concurrence des banques qui possèdent elles aussi des sociétés d’aide au développement régional. C’est le cas d’une filiale de Paribas, la SODIRP, de DECENTREX, créée par le Crédit Lyonnais, et de la SOFDI (Société française de décentralisation industrielle) fondée en mai 1960 par les deux inspecteurs des Finances dirigeant l’Union des Mines et André Weill, PDG de l’Immobilière Construction de Paris. Le capital de la SOFDI est d’un million de nouveaux francs, elle compte parmi ses actionnaires : le Crédit lyonnais, la Société générale, la BFCE, le Comptoir national d’escompte, la Banque de l’Indochine, le CCF.

99 Arch. CHEVS JMJ 25. La Correspondance économique, 7 mars 1961.

100 Arch. CHEVS JMJ 27. La Cote Desfossés, 7 avril 1962, article de Robert Chenevier.

101 Arch. CHEVS JMJ 27. L’Agence de presse républicaine, 27 mars 1962, article de Georges Fontagnal.

102 Arch. CHEVS JMJ 24. La Correspondance économique, 3 novembre 1960. Marguerite Perrot faisait partie de l’équipe de Jean-Marcel Jeanneney à la rue Michelet.

103 Arch. CHEVS JMJ 24. Les Échos, 8 novembre 1960, consacrent également un article à ce sujet. Sur la carte de France, l’article distingue :
« 1- Dans 21 départements du nord-ouest et de l’ouest du pays ainsi que de la basse vallée du Rhône et du Languedoc, le nombre relativement élevé des demandes d’emplois non satisfaites en 1960 risque de s’aggraver progressivement dans l’avenir du fait du grand nombre de jeunes gens qui terminent leur scolarité.
2- Dans 7 départements, le faible revenu des familles rurales, la natalité paysanne élevée et l’excédent de population susceptible de chercher un emploi dans l’industrie font craindre une recrudescence du chômage. C’est le cas du Cantal et de l’Ardèche, des Côtes-du-Nord, de la Mayenne, du Maine-et-Loire, de la Vendée et de la Vienne.
3- L’action combinée des deux facteurs ci-dessus fait apparaître particulièrement urgente la nécessité d’y créer des emplois nouveaux : Ardèche, Côtes-du-Nord, Vendée, Vienne et Maine-et-Loire. Dans ces régions, le chômage actuel ne pourra que s’aggraver d’ici 1965 si un effort spécial n’est pas fait pour offrir des débouchés nouveaux.
L’étude du ministère de l’Industrie aboutit ainsi à des résultats qui ne coïncident pas avec les idées communément admises sur les points noirs de l’expansion régionale en France.
Elle fait apparaître que dans le Massif central, le Sud-Ouest et les Alpes du Sud, en dépit du chômage qui frappe assez durement ces départements à l’heure actuelle, la situation de l’emploi s’aggravera moins qu’ailleurs du fait que la poussée démographique y a été moins forte depuis quinze ans que dans la moitié nord de la France.
En Alsace, dans la région lyonnaise et dans les Alpes du Nord, la situation de l’emploi est beaucoup moins préoccupante que dans le reste du territoire.
Ainsi lorsque les poches actuelles de chômage correspondant aux zones de conversion maintenues en 1961 seront résorbées, l’injection des primes d’équipement devra se faire en priorité vers les cinq départements exposés ».
Pour le journal, l’étude faite par Marguerite Perrot ne tient pas suffisamment compte du fait de l’allongement de la scolarité : les enfants du « baby-boom » ne feront sentir leur poids qu’à partir de 1965. D’autre part, l’analyse, en ne retenant que le cadre départemental, sous-estime des difficultés plus localisées. Enfin, la démarche prospective menée ne tient pas compte des changements d’activités pouvant intervenir d’ici 1965. Et l’article conclut sur la pertinence de la suppression des deux types de zones devant la difficulté d’établir une distinction.

104 Arch. CHEVS JMJ 25. AFP Économique, 31 janvier 1961 ; Le Monde, 1er février 1961.

105 Arch. CHEVS JMJ 25. Combat, 15 février 1961.

106 Arch. CHEVS JMJ 25. Le Figaro, 10 mars 1961, fournit ces chiffres dans un article de Pierre Locardel.

107 Les métropoles interrégionales sont : Lille, Strasbourg, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Dijon, Clermont-Ferrand. Les métropoles provinciales sont : Rouen, Caen, Amiens, Reims, Orléans, Besançon, Montpellier, Poitiers, Rennes, Pau...

108 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 15 septembre 1961.

109 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 27 mai 1961.

110 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 5 juin 1961.

111 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 9 octobre 1961.

112 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 16 octobre 1961.

113 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 2 novembre 1961.

114 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 1er décembre 1961.

115 Arch. CHEVS JMJ 22. Réunion de presse, 2 mars 1960.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable