Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Les autres secteurs énergétiques

Chapitre X. Le conflit des salaires EDF-GDF

Texte intégral

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 22 janvier 1959.

1La traditionnelle trêve sociale observée lors de toute entrée en fonctions d’une nouvelle équipe ministérielle n’a duré qu’une quinzaine de jours dans le cas du gouvernement Debré. La rapidité avec laquelle les centrales syndicales engagent la lutte contre le premier gouvernement de la Ve République s’explique par leur volonté d’éprouver l’autorité du nouveau pouvoir et de le faire céder sur les orientations salariales définies dans le plan d’assainissement de décembre 1958. Les premiers à manifester ouvertement leur mécontentement sont les gaziers et les électriciens qui envahissent dès la mi-janvier le siège de la direction de leurs deux entreprises nationales, rue Saint-Honoré. Ils ne sont pas les seuls : quelques jours plus tard, la maîtrise de la préfecture de la Seine manifeste en face du ministère des Finances, place du Palais-Royal, bientôt suivie par les agents communaux et hospitaliers et les cheminots1.

I. RESPECTER LA PAROLE DE L’ÉTAT

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 21. Chiffres donnés par Libération, 22 janvier 1959.

2Ce mécontentement s’explique par les mesures salariales préconisées par les experts du comité Rueff. En décidant de suivre les orientations du comité dans les ordonnances économiques de la fin décembre 1958, et de limiter la hausse des traitements des fonctionnaires et des personnels des entreprises publiques et nationalisées à seulement 4 % pour 1959, le général de Gaulle a transmis à son successeur l’hostilité des syndicats de la fonction publique et du secteur nationalisé. Alors que le Plan prévoit une diminution de 4 milliards de francs des impôts pesant sur les sociétés, il alourdit les impôts des personnes physiques de 44,5 milliards de francs et les impôts indirects sur la consommation de 175 milliards de francs2.

  • 3 De janvier 1959 à janvier 1960, la hausse de l'indice des prix de détail n'a été que de 3,7 %.

3Pour les fonctionnaires et les personnels des entreprises nationales, la promesse d’une hausse de 4 % équivaut à une diminution de pouvoir d’achat pour l’année en cours3. Cet objectif a été ouvertement recherché par les experts du comité de 1958, qui estiment nécessaire de « refroidir » la consommation des ménages pour restaurer la monnaie et, par une baisse des taux d’intérêt, d’alléger le poids de la dette publique. Ancien expert du comité, Jean-Marcel Jeanneney connaît l’impérieuse nécessité de maintenir une fermeté absolue en matière salariale pour réussir l’opération de redressement financier.

4Le problème se complique lorsque le nouveau ministre de l’Industrie apprend l’existence d’une promesse écrite de revalorisation des rémunérations des agents d’EDF-GDF faite par un de ses éphémères prédécesseurs de la IVe République, Paul Ribeyre, ministre de l’Industrie de Félix Gaillard, le 23 novembre 1957. Les syndicats des fédérations du gaz et de l’électricité s’appuient sur cet engagement pour réclamer immédiatement un rattrapage de 11 %, correspondant à la remise à niveau des rémunérations des agents avec le secteur privé. Jean-Marcel Jeanneney ne se sent pas lié par la lettre Ribeyre à laquelle, en son temps, s’était opposé le ministère des Finances. La promesse résultait d’une faiblesse évidente du pouvoir politique.

  • 4 Arch. CHEVS JMJ 21. AGEFI, 22 janvier 1959.

5En attendant que le ministre s’explique avec les représentants des syndicats, ces derniers décident de hausser le ton pour obtenir satisfaction et tester la fermeté gouvernementale, espérant faire d’un succès dans le cas particulier des gaziers et électriciens une règle pour les autres catégories de fonctionnaires et d’agents publics. Dès le 21 janvier, la fédération FO des ingénieurs et cadres s’adresse aux autres centrales et souhaite « examiner les possibilités, l’opportunité et les modalités du combat à mener pour déclencher dans l’opinion publique le choc psychologique nécessaire et amener le pouvoir établi à revoir l’ensemble de sa politique économique, et non seulement quelques points particuliers »4. Le ministre de l’Industrie se trouve malgré lui au centre du dispositif offensif des syndicats contre le nouveau gouvernement.

6Dès le 16 février 1959, il adresse une note détaillée à Michel Debré pour l’avertir du problème. Le ministre de l’Industrie explique que « si l’on tient compte de l’existence de la prime de productivité : la majoration des rémunérations au 1er janvier 1960 ressort à 21,75/870,13 + 102,7 = 21,75/ 972,83 = 2,24. Les majorations bimestrielles ressortent à : 8,27/972,83 = 0,85. Soit au total de l’année 2,24 + (0,85 X 5) = 6,49 % alors qu’il a été retenu jusqu’ici 7,25 %.

  • 5 Arch. CHEVS 2 DE 22.
  • 6 Arch. CHEVS 2 DE 22.

7« Ce pourcentage ci-dessus mérite d’autant plus d’être pris en considération dans des comparaisons avec d’autres secteurs que : 1˚/ La prime de productivité ne sera pas augmentée à EDF-GDF en 1960. 2˚/ Les augmentations de rémunérations dans les secteurs dont il s’agit sont le plus souvent calculées sur le total de rémunération »5. Dans un second billet Jean-Marcel Jeanneney précise encore au Premier ministre que quand on augmente les fonctionnaires de 5 %, la rémunération augmente de 5 %, pas à EDF où elle n’augmente que de 4,4 %6.

  • 7 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 26 mai 1959.
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 21. L'Humanité, 27 juin 1959.
  • 9 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 13 avril 1959.
  • 10 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, Paris-Presse, Le Monde, 29 juin 1959.

8Fin mai, Michel Debré adresse une lettre à la fédération CFTC de la Compagnie française de raffinage (CFR), dans laquelle il écrit que les salaires ne sont pas bloqués en droit mais que les accords d’entreprises ne doivent pas s’accompagner de hausse des prix7. Il n’en faut pas plus aux syndicats d’EDF-GDF pour espérer un geste de la part du gouvernement et annoncer une grève pour le jeudi 28 mai. En recevant les représentants des quatre fédérations de l’éclairage (CGT, FO, CFTC, UNCM) le 26 juin 1959, Jean-Marcel Jeanneney se montre intransigeant. Il refuse d’entamer les pourparlers salariaux avant novembre 1959 et déclare que la promesse faite par Paul Ribeyre ne peut être qu’un argument parmi d’autres. L’application de cette mesure occasionnerait une hausse des salaires de 11 %8. Marcel Paul, secrétaire général de la fédération CGT d’EDF-GDF, dans son discours d’ouverture du congrès des gaziers et électriciens CGT prétend que lors de la première audience accordée aux syndicats, Jean-Marcel Jeanneney a admis le bien-fondé de la revendication des syndicats9. En attendant l’ouverture des négociations, Jean-Marcel Jeanneney a obtenu l’aval du Premier ministre pour octroyer une petite prime de 0,85 % au titre des progrès de productivité enregistrés en 195810.

  • 11 Arch. CHEVS JMJ 22. Index quotidien de la presse française, 20 octobre 1959.

9La fermeté du ministre de l’Industrie est aussi permise par un changement de fond dans la manière d’établir le dialogue social entre le gouvernement et les syndicats. Dans ce domaine aussi, la Ve République innove. Sous la IVe République, les véritables négociateurs avec les représentants syndicaux n’étaient pas les ministres mais les hauts fonctionnaires des entreprises nationales ou des directions du ministère de l’Industrie, en liaison avec leurs homologues du ministère du Travail. Les ministres n’avaient pas une pratique suffisamment établie pour dominer les points techniques et faire passer les petites « astuces » qui permettent de trouver un arrangement à l’amiable. Les promesses trop généreuses accordées par Paul Ribeyre prouvent qu’une intervention directe du ministre pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour ses successeurs. L’avènement de la Ve République s’accompagne d’une reprise en main des questions sociales par le ministre responsable. Jean-Marcel Jeanneney et au même moment Robert Buron avec les cheminots négocient directement avec les syndicats, mettant à bas le système de cogestion instauré par la pratique de la IVe République11.

  • 12 Les représentants sont : Marcel Paul (CGT), Decaillon (CFTC), Werbrouck (FO) ; Le Nourrichel (UNCM (...)
  • 13 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Télégramme économique, 19 novembre 1959.

10Lorsque Jean-Marcel Jeanneney reçoit, le 26 octobre 1959, les représentants des fédérations syndicales du gaz et de l’électricité en présence de Roger Gaspard, le directeur général de l’EDF, c’est davantage dans l’idée d’entendre les opinions en présence que pour s’engager sur des points précis12. La rupture avec l’ancienne méthode de négociation bénéficie au gouvernement. Jean-Marcel Jeanneney montre qu’il a la maîtrise du calendrier en répétant qu’il n’ouvrira les négociations salariales qu’en novembre et que les retouches apportées au statut des agents seront débattues concurremment au problème salarial. La technique ici employée est bien connue des négociateurs en tous domaines. En adjoignant un projet de réforme du statut à la question salariale, le ministre s’octroie une marge de manœuvre plus grande pour une éventuelle contrepartie à une revalorisation salariale. N’oublions pas non plus que lors d’un changement de gouvernement, les centrales syndicales ont tendance à se neutraliser les unes les autres pour tenter de devenir l’interlocuteur privilégié du nouveau ministre. Dans le cas du gaz et de l’électricité, c’est la toute-puissante fédération CGT qui est la plus menacée, elle a tout à redouter d’un accès de favoritisme envers FO ou la CFTC. Pourtant, il semble qu’à l’automne 1959, les quatre centrales demeurent très unies, même si François Bruel croit voir dans la visite de Nikita Khrouchtchev en France une possibilité de surenchère et de lutte d’influence entre la CGT et la CGT-FO13.

  • 14 Arch. CHEVS JMJ 22. AFP du 20 novembre 1959, 15 heures. Le Premier ministre a réuni Antoine Pinay, (...)
  • 15 Arch. CHEVS JMJ 22. Combat, 27 novembre 1959.
  • 16 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Monde, 3 décembre 1959. PTT, hôpitaux, nettoiement, transports aériens, dou (...)
  • 17 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 4 décembre 1959.

11Le 20 novembre, Michel Debré réunit un Conseil restreint consacré à la définition d’une position commune des membres du gouvernement sur la question des salaires dans les entreprises nationalisées à la veille d’une réunion de la commission du statut de la SNCF14. Lors de l’audience qu’il accorde le 26 novembre suivant aux fédérations de l’éclairage, le ministre de l’Industrie peut annoncer l’ouverture des négociations sur les salaires avec les directions du Gaz et de l’Électricité de France. Alors que le Premier ministre a arrêté le principe d’une hausse de 2 % pour les fonctionnaires en 1960, Jean-Marcel Jeanneney confie que le secteur semi-public pourrait se voir accorder une augmentation de 4 %. On est encore loin des exigences syndicales à cette date15. De plus, la mobilisation des fonctionnaires porte ses fruits puisqu’elle nourrit la division au sein du gouvernement. En effet, alors que Michel Debré semble se résigner à augmenter plus fortement les fonctionnaires que les agents du secteur nationalisé pour rétablir l’égalité indiciaire entre les deux catégories – ce qui se traduirait par une hausse des dépenses de 300 à 500 millions de nouveaux francs – le ministre des Finances s’y oppose au nom de la lutte contre l’inflation16. Un compromis a été trouvé autour d’une augmentation de 3 % pour 1960, chiffre déjà accepté dans la sidérurgie et les banques par FO et la CGC. Le flottement perceptible dans le langage gouvernemental est à resituer dans le contexte de la chute à venir d’Antoine Pinay. Le ministre des Finances conserve une position extrêmement rigide, soucieux des deniers des contribuables soumis à une cure d’austérité depuis le début de l’année 1959. Il s’appuie sur la frange de l’opinion traditionnellement hostile aux fonctionnaires et agents des entreprises publiques, comme les commerçants, les cadres et industriels du secteur concurrentiel, ainsi que les agriculteurs. Le 2 décembre 1959, une grève des fonctionnaires perturbe le fonctionnement des services publics, elle accentue la pression sur le gouvernement17.

  • 18 Arch. CHEVS JMJ 21. Forces nouvelles, 16 janvier 1959.

12Au moment du vote du budget de l’Industrie pour 1960, la question salariale à EDF-GDF n’est même pas abordée par les députés le 24 novembre 1959. Elle n’est qu’effleurée au Sénat par le gaulliste Jacques Marette qui regrette que les deux sociétés nationales ne puissent plus attirer de jeunes ingénieurs issus des grandes écoles du fait des conditions de rémunération insuffisantes. Chez les communistes, seul Jean Bardol réclame l’application du protocole Ribeyre18.

II. LA SIGNATURE CONTESTÉE DE LA CONVENTION SALARIALE DE JANVIER 1960

  • 19 Arch. CHEVS JMJ 22. Les Échos, 26 novembre 1959.

13La « trêve des confiseurs », période d’ordinaire calme sur le plan politique, est marquée en 1959 par un climat difficile dû à l’imminence de la disgrâce du ministre des Finances Antoine Pinay, symbole chaque jour plus encombrant du régime des partis de la IVe République. Après avoir cédé dans le dossier du bureau de développement industriel, Jean-Marcel Jeanneney n’en défend qu’avec plus d’ardeur celui des salaires d’EDF-GDF. Fort du soutien de Michel Debré, il adresse, le 24 décembre, aux directeurs généraux d’EDF et de GDF une lettre dans laquelle il précise que les salaires seront dorénavant intégralement hiérarchisés à partir du salaire de base, à l’exclusion de toute mesure pouvant impliquer une distorsion dans le système de rémunération19. La méthode retenue par Jean-Marcel Jeanneney est simple, elle évite toute possibilité de retour à la politique des « coups de pouce » qui a eu pour effet de déséquilibrer l’échelle des salaires en pénalisant les jeunes agents. Désormais, la progression dans les échelons se fera plus rapidement jusqu’à 45 ans, de manière à aider les agents dont les enfants sont engagés dans les études. Ce schéma est immédiatement contesté par le ministère des Finances qui obtient le soutien de Matignon. Ce « lâchage » entame la confiance de Jean-Marcel Jeanneney envers Michel Debré et le contraint à recourir à la procédure peu glorieuse de la menace de démission auprès du général de Gaulle. Michel Debré se ravise, prétextant, à juste titre, son épuisement devant l’obstruction systématique menée par le cabinet du grand argentier.

14C’est le jeudi 8 janvier 1960, soit seulement six jours après l’annonce faite par Antoine Pinay de son retrait du gouvernement, que le protocole d’application de la nouvelle convention EDF-GDF est signé par les syndicats et les directions générales des deux entreprises publiques. Ce premier signe tangible d’une inflexion de la politique salariale du gouvernement est confirmé à l’issue du Conseil restreint consacré aux salaires et aux prix, qui se tient à l’hôtel Matignon le 14 janvier. La victoire remportée sur l’inflation en 1959 (elle s’établira à 5,8 % en moyenne annuelle, mais seulement à 3,7 % de janvier 1959 à janvier 1960) et les prévisions de croissance pour la nouvelle année sont autant d’éléments qui permettent d’envisager une relative détente salariale.

  • 20 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, 29 janvier 1960. Un article de Joanine Roy revient sur toute la négo (...)

15Jean-Marcel Jeanneney a pu promettre aux agents d’EDF-GDF une augmentation des salaires de 5,5 % pour 1960 et de 8,7 % pour 1961. Concrètement, les agents au bas de l’échelle connaîtront une revalorisation comprise entre 11 % et 18 % à partir de l’échelon de base fixé à 330 nouveaux francs au 1er janvier 1960. Cette augmentation s’accompagne d’un resserrement de l’éventail de l’échelle des rémunérations qui accorde une moindre importance à l’ancienneté20.

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Aurore, 15 janvier 1960 donne les hausses prévues dans d'autres activités : (...)
  • 22 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Informations industrielles et commerciales, 15 janvier 1960.
  • 23 Marcel Paul dans L'Humanité montre du doigt Les Échos dont le sous-titre pourrait être : « Les pat (...)
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 23. La Presse française, 15 janvier 1960.

16La conclusion de cet accord à EDF-GDF n’est pas un cas isolé début 1960, même si la hausse y est plus forte que dans les autres secteurs de l’économie21. D’ailleurs, pour les deux entreprises publiques, la hausse de la masse salariale n’atteindra que 3,14 % en 1960 par rapport à 1959 (49 millions de nouveaux francs) et les prix de vente de l’électricité et du gaz ne seront pas affectés par cette dépense supplémentaire. Le ministre de l’Industrie compte sur le progrès prévisible de la productivité pour absorber la différence et éviter ainsi une dérive inflationniste22. Néanmoins, le message risque d’être délicat à faire passer dans une opinion encore soumise au discours de rigueur du ministre des Finances démissionnaire. Aussi le ministère de l’Industrie juge-t-il indispensable d’établir un communiqué de presse afin d’expliquer les conséquences financières de l’accord. Certains médias profitent de l’événement pour insister sur l’injustice faite aux fonctionnaires et aux salariés du privé, en ajoutant qu’une telle entorse à l’orthodoxie financière n’aurait pas été acceptée par Antoine Pinay23. Valéry Giscard d’Estaing exprime officiellement les soucis de l’administration des Finances lors de la réunion interministérielle du 14 janvier 196024. Or une loi de 1953 rend obligatoire le seing du ministre des Finances pour toute modification des salaires dans une entreprise nationalisée. Devant la mauvaise volonté ouvertement affichée de la Rue de Rivoli, la Rue de Grenelle fait observer que dans la nouvelle convention EDF-GDF, la hausse des salaires de 5,5 % pour 1960 n’entraîne aucun dépassement des crédits alloués au ministère de l’Industrie dans le budget de 1960, et que l’échelonnement des augmentations jusqu’en 1961 demeure dans le cadre fixé par l’arbitrage Ribeyre. En conséquence, le ministère des Finances n’a pas à ratifier la nouvelle convention.

  • 25 Roger Belin, Lorsqu'une République chasse l'autre, op. cit., p. 188.

17Jean-Marcel Jeanneney conteste ici la mise sous tutelle des ministères « dépensiers » par le ministère des Finances. On mesure aussi le degré de très large autonomie du ministre de l’Industrie dans cette affaire qui n’aurait pu prendre cette voie de règlement sans la complicité discrète mais indispensable du Premier ministre Michel Debré. Après l’échec du BDI, les employés d’EDF-GDF sont les heureux bénéficiaires de la revanche de Jean-Marcel Jeanneney. Au Conseil des ministres du 20 janvier 1960, sans prendre parti sur le fond, le général de Gaulle reproche au ministre de l’Industrie d’avoir conduit la négociation sans l’évoquer lors d’un précédent Conseil. Michel Debré défend avec vigueur son ministre, confirmant qu’il a été tenu informé de bout en bout du contenu des mesures25. Jean-Marcel Jeanneney a bénéficié d’un régime de faveur et le chef de l’État entend « enfoncer le clou » afin d’éviter que d’autres ministres moins avisés se croient permis des initiatives du même ordre.

  • 26 Arch. CHEVS JMJ 23. AFP, dépêche du 15 janvier 1960, 21 h 43.
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Humanité, 18 janvier 1960.

18La fédération CGT de l’éclairage, de son côté, dans un communiqué qu’elle fait paraître le 15 janvier 1960, explique qu’en vertu de l’article IX du statut du personnel des employés du gaz et de l’électricité remontant à 1945, le ministre de l’Industrie n’intervient qu’en cas de désaccord entre syndicats et directions générales, ce qui n’a pas été le cas de la présente convention26. Bien qu’acceptant de signer la nouvelle convention, la fédération CGT pose d’ores et déjà une nouvelle revendication, celle d’un retour à l’ancienne grille qui permettrait une majoration de 45 % du salaire de début de carrière contre 30 % avec celle qui vient d’être signée ! La CGT précise aussi que les augmentations prévues ne combleront pas entièrement la hausse du coût de la vie accumulée depuis juin 1957. Marcel Paul dans L’Humanité prend soin d’affirmer au sujet de l’accord qu’« il ne s’agit en aucune façon d’un cadeau », et que « le gouvernement ne doit pas se considérer comme quitte »27.

19La querelle sur la ratification de la convention ne cesse pas, même après l’arrivée, rue de Rivoli, de Wilfrid Baumgartner. Dans sa feuille confidentielle du vendredi 5 février 1960, François Bruel revient sur le différend opposant les deux départements ministériels. Analyser ce duel comme une réédition administrative du combat entre David et Goliath serait réducteur. Le véritable enjeu est celui de la préséance dans la conduite de la politique économique, Wilfrid Baumgartner comme Antoine Pinay cherche à conserver la primauté traditionnelle du ministère des Finances sur le petit ministère de l’Industrie qui arrive bien après lui dans l’ordre protocolaire de la République. Jean-Marcel Jeanneney réclame un partage plus équitable des rôles qui lui conférerait l’initiative dans la définition des objectifs macroéconomiques, laissant la gestion financière des projets aux spécialistes de la direction du Budget.

  • 28 Arch. CHEVS JMJ 23. Paris-Presse, 10 février 1960.
  • 29 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Échos, 15 février 1960.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Humanité, 13 février 1960. Le journal communiste met en cause certains titre (...)
  • 31 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 16 février 1960.

20À nouveau réuni le mardi 9 février 1960, un nouveau Conseil interministériel ne tranche pas sur la question du réajustement des traitements dans la fonction publique et les prix. En fait, le Premier ministre semble hésiter devant une hausse possible des prix à la consommation à l’annonce des hausses de salaires. Pour s’en prémunir, le gouvernement décide de débloquer les importations de viande en provenance de l’OECE car les cours sont à ce moment tendus, et de recourir à des importations de vins de coupage depuis le Maroc28. Les Échos, journal économique qui mène une active campagne de presse contre le gouvernement depuis le départ d’Antoine Pinay, attise un sentiment d’inquiétude en citant les hausses des salaires et leurs répercussions sur les prix des biens et des tarifs des services comme une tendance lourde au retour de l’inflation. Il est vrai que l’indice des prix de détail (250 articles INSEE) a augmenté de 1,32 % en janvier tandis que celui des prix de gros (179 articles INSEE) augmentait de 0,7 %29. Ces résultats médiocres expliquent sans doute pour partie le retard dans la confirmation officielle de l’accord à EDF-GDF. Cette situation suscite de nouvelles craintes chez les agents qui envahissent, toutes tendances syndicales confondues, le bureau du directeur de l’EDF le 12 février pour exiger « le respect des décisions prises »30. Cette pression constante de la base porte peut-être ses fruits lors du Conseil restreint du 15 février qui réunit autour de Michel Debré, Wilfrid Baumgartner, Paul Bacon et Jean-Marcel Jeanneney. Le ministre des Finances ne remet pas en cause la convention passée à EDF-GDF, à condition que son entrée en vigueur soit retardée pour permettre de ne pas céder aux revendications des cheminots et des fonctionnaires31. La réconciliation entre Wilfrid Baumgartner et Jean-Marcel Jeanneney se ferait alors au détriment de Robert Buron, qui a en charge la négociation avec les cheminots et de Paul Bacon. Elle inaugurerait aussi une démarche nouvelle car depuis une loi de 1958 dite d’« harmonisation », les réaménagements entre secteur public et parapublic ne sauraient être dissociés.

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Télégramme économique, 18 février 1960.
  • 33 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 20 février 1960.

21Jean-Marcel Jeanneney peut toujours insister sur la spécificité de la situation d’EDF-GDF, le Premier ministre et le président de la République craignent d’aller vers l’explosion de mécontentement si les agents EDF-GDF sont mieux traités que les autres catégories. La difficulté de la décision à prendre explique pourquoi le chef de l’État refuse d’arbitrer au cours du Conseil des ministres du 18 février 1960 et laisse l’adoption de la convention en suspens32. En revanche, une hausse de 5 % des traitements des fonctionnaires est acceptée pour 1960. Les syndicats de fonctionnaires contestent le chiffre avancé par le gouvernement d’une rallonge budgétaire de 700 millions de nouveaux francs pour le financement de cette mesure en affirmant que seulement 560 millions de nouveaux francs serviront effectivement à payer les augmentations, le reste allant aux veuves de guerre, aux indemnités spéciales et aux primes33. L’écart estimé à 8,5 % entre les traitements des fonctionnaires et ceux des agents du secteur parapublic ne sera pas comblé.

  • 34 Arch. CHEVS JMJ 23. Informations industrielles et commerciales, 22 janvier 1960.
  • 35 Arch. CHEVS JMJ 23.

22Les représentants des fédérations de l’électricité et du gaz sont définitivement rassurés après une nouvelle rencontre avec le ministre le 19 février. Toujours est-il qu’à la suite du Conseil des ministres, une partie de la presse se déchaîne contre le ministre de l’Industrie. Le 22 février, Robert Bony dans L’Aurore parle de la « mise au point que l’on est en droit d’attendre de monsieur Jeanneney » après le « malaise chez les salariés de l’État ». Tandis que Les Informations industrielles et commerciales avaient rendu hommage au ministre de l’Industrie quelques semaines auparavant en précisant : « Apprécié dans ses modalités techniques, l’accord EDF-GDF est incontestablement une belle réussite. Pour la première fois depuis longtemps, on est parvenu à combiner une augmentation de salaires avec des réformes de structure qui en diminuent sensiblement le coût »34. Le ministre de l’Industrie reçoit même deux lettres contradictoires de la part de « Femmes de France d’un groupe HLM de Beaucaire » et d’un retraité parisien de l’EDF. La première adresse la remarque suivante au ministre : « Si vous vous rendez populaires parmi ceux de l’EDF, vous vous rendez impopulaire parmi les autres travailleurs ». La seconde met au contraire l’accent sur la faiblesse de rémunération des cadres de l’EDF pourtant très durement sélectionnés et il exhorte le ministre et le gouvernement à rétablir la vérité35.

23Le virage dans les options de politique économique mené au début de 1960 revêt une logique certaine quand on raccorde toutes les mesures prises entre elles. Pour résumer, on pourrait dire qu’avec Antoine Pinay, le gouvernement Debré avait donné la priorité à l’austérité pour l’État et pour les salariés, en suivant scrupuleusement toutes les mesures du comité des experts ; alors qu’en 1960, l’arrivée de Wilfrid Baumgartner coïncide avec l’adoption d’une politique qui favorise de nouveau la consommation des ménages. Faut-il pour autant parler de la pratique d’une politique de sortie de crise par une relance de la consommation, à la manière de la théorie keynésienne ? Pour Jean-Marcel Jeanneney, ranger son ancien maître de conférences à Sciences po dans le camp des économistes néo-keynésiens serait un contresens. De même, l’ancien ministre de l’Industrie conteste l’idée, apparemment séduisante, que dans l’épisode de la renégociation de la convention d’EDF-GDF, il ait voulu prendre une quelconque revanche sur Antoine Pinay et sur le ministère des Finances en voulant effacer l’échec du BDI. S’il est allé jusqu’à écrire au général de Gaulle pour mettre sa démission dans la balance, c’est qu’il estimait normal que la convention passée en son nom soit respectable, en tout cas conforme à son idée de la justice sociale et de la parole de l’État. Toutefois, après ce succès indéniable, il ne va pas pouvoir conserver une marge d’autonomie suffisante pour conduire la politique sociale dépendant de son ministère.

  • 36 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Échos, 1er mars 1960.
  • 37 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré (non expédiée) à Jean-Marcel Jeanneney, 3 mars 1961.

24En effet, après un échange de lettres entre Wilfrid Baumgartner et Michel Debré, dans les derniers jours de février 1960, Les Échos annoncent que le chef du gouvernement a tenu à préciser que le ministre des Finances « coordonne les activités des ministères techniques, [qu’il] a le pouvoir d’arbitrage en ce qui concerne les questions économiques et financières relevant des autres ministères »36. En outre, le Premier ministre indique qu’en son absence, la présidence du comité interministériel du mardi revient au ministre des Finances. On retrouve là une partie des pouvoirs conférés en juillet 1958 à Antoine Pinay par le général de Gaulle, pouvoirs perdus en janvier 1959 à l’avènement du gouvernement Debré. Si Michel Debré conserve la détermination et la conduite de la politique économique et financière, Wilfrid Baumgartner s’impose comme l’interlocuteur privilégié du chef du gouvernement. Cependant, Jean-Marcel Jeanneney estime que ces précisions n’ont eu aucun effet sur les dossiers aux répercussions financières qu’il a eus à traiter. Il a continué à bénéficier de la position avantageuse d’ami du Premier ministre. Pourtant, l’inclination naturelle de Michel Debré est celle de la rigueur comme en témoigne, par exemple, une lettre de mars 1961 adressée à Jean-Marcel Jeanneney et finalement non expédiée par le chef du gouvernement. Préoccupé par les conclusions d’un récent conseil interministériel, Michel Debré se montre favorable à l’augmentation des traitements des fonctionnaires mais hésite pour les agents des entreprises nationalisées en demandant à son ministre : « Est-il vraiment concevable que nous acceptions l’idée d’augmentations annuelles en quelque sorte forfaitaires ? N’y a-t-il pas contradiction entre la stabilité des prix et des finances publiques, d’une part, et l’affirmation dogmatique d’un pourcentage régulier et quasiment constant d’augmentation ? »37

  • 38 Roger Belin, Lorsqu'une République chasse l'autre, op. cit., p. 190.

25Si Jean-Marcel Jeanneney n’a pu obtenir la reconnaissance officielle d’une autonomie budgétaire pour certaines actions de sa politique industrielle, il ne se gêne pas pour émettre une opinion parfois divergente par rapport aux orientations prises par Matignon et Rivoli. C’est ainsi que lors du Conseil des ministres du 19 avril 1961, il débat avec Wilfrid Baumgartner de l’opportunité de poursuivre une politique financière qu’il estime trop rigoriste. René Belin se souvient que le ministre de l’Industrie aurait alors milité en faveur d’une certaine détente qui serait passée par un alignement progressif des salaires du secteur public sur ceux du privé, une progression des dépenses publiques supérieures au rythme de l’accroissement du revenu national et une augmentation des impôts38.

  • 39 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 13 avril 1961.
  • 40 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré, 14 avril 1961.

26Cette passe d’armes intervient dans un contexte de léger flottement dans le fonctionnement de l’équipe gouvernementale. Le samedi après-midi précédent, Michel Debré a convié Jean-Marcel Jeanneney à Matignon afin de résoudre la question de la présence des fonctionnaires dans les réunions de cabinet. Le 13 avril, Jean-Marcel Jeanneney avait en effet écrit au chef du gouvernement : « Malgré ma préoccupation de ne pas te créer des soucis supplémentaires, je n’ai pas le droit de te cacher que je suis plus que jamais insatisfait des méthodes de travail au sein du gouvernement. Cela a des causes très diverses. L’une d’elles est certainement l’absence de contacts individuels assez fréquents ou par petits groupes de deux ou trois ministres avec toi, en toute liberté d’expression, hors de la présence de fonctionnaires qui, silencieusement, nous épient. Les autres [causes] pourraient sans doute être éliminées si celle-là disparaissait »39. Michel Debré partage le point de vue de son ami et agit sans délai : « Vu de mon point de vue, mon cher Jean-Marcel, c’est surtout la difficulté qu’ont certains ministres, soit à obéir, soit à se faire obéir – les deux vont de pair – qui me donne une « insatisfaction ». En tout cas, sur le point de ta lettre, j’ai hier définitivement prohibé la présence des fonctionnaires aux Conseils du mardi, hors ceux que j’aurai personnellement invités. Cela te réjouira, mais ennuiera fort quelques autres »40.

III. UN FOYER PERMANENT DE CONTESTATION

  • 41 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance, 8 novembre 1960.

27Le règlement de la question salariale ne met pas, pour autant, fin au malaise régnant à l’intérieur des deux entreprises nationalisées. Au moment du vote de la loi de finances pour 1961, René Tomasini, député gaulliste de l’Eure, s’inscrit vigoureusement en faux contre le ton optimiste employé par le ministre de l’Industrie dans une lettre du 12 juillet 1960 dans laquelle il affirme ne pas ressentir d’« inquiétude particulier » quant au climat social à EDF-GDF41. Le député normand en veut pour preuve la séquestration durant cinq heures du directeur général de la production et des échanges de GDF le 1er juin lors de sa visite à la cokerie du Grand-Quevilly dans la banlieue rouennaise. Tant les fédérations CFTC et CGC du gaz et de l’électricité lors de leurs congrès d’avril que la fédération CGT-FO en juin 1960 ont réclamé une véritable politique sociale au sein de l’entreprise. Pour René Tomasini, « aucune politique globale n’a été définie en la matière. Seules ont été prises un certain nombre de mesures fragmentaires et techniques comme celles qui intéressent la formation et le perfectionnement professionnel du personnel ». Le conseil national de l’UNR en a pris acte lors de sa réunion les 22 et 23 octobre 1960 à Saint-Mandé en déclarant que « les espérances nées des nationalisations ne se sont pas réalisées, aussi bien sur le plan matériel que sur le plan moral et psychologique », et il a insisté sur « la nécessité comme sur l’urgence de rechercher les moyens propres à recréer un climat social qui se détériore de jour en jour ». Le député de l’Eure désire en réalité s’en prendre à la manière de diriger l’entreprise : « Si la promotion ouvrière d’Électricité et de Gaz de France permet quelque avancement justifié pour un personnel d’élite, il en va tout autrement lorsqu’on s’élève dans la hiérarchie. » Et il dénonce en ces termes la direction de l’entreprise : « Pour les fonctions importantes, on se trouve bien en présence d’une sorte de mandarinat népotique qui provoque, monsieur le ministre – vous le savez bien –, des ravages psychologiques au sein des cadres supérieurs qui n’appartiennent pas au milieu fermé de l’X, de Centrale et des autres grands corps techniques de l’État. Quelles espérances, monsieur le ministre, quelles perspectives de carrière suscitent-ils pour ceux qui, venus d’autres horizons mais présentant les qualités nécessaires à leur nomination à des postes de responsabilité, n’appartiennent pas à cette oligarchie technocratique ? » René Tomasini admet que « si pour les postes hautement techniques, il est parfaitement normal que les titulaires désignés soient des polytechniciens, bottiers ou non, bien préparés par leur formation, par contre, le fait de nommer à des fonctions administratives ou humaines des collaborateurs de cette qualification ferme toute perspective de carrière aux cadres supérieurs ayant reçu une autre formation et qui, après avoir passé de très nombreuses années dans l’établissement dont ils ont acquis une expérience approfondie, se voient préférer – permettez-moi l’expression – des parachutés qui ont l’avantage d’être des camarades de promotion de tel ou tel dirigeant, mais l’inconvénient de mal connaître l’établissement, d’être dépourvus du niveau de culture sociale nécessaire et fermés aux problèmes auxquels on les confronte ». Et il conclut qu’« il n’est donc pas étonnant (…) que ce milieu, constitué par cooptation, ait fini par engendrer autour de lui, au sommet, une atmosphère lourdement technocratique dont les responsables n’ont d’ailleurs pas conscience et qui établit entre eux et la réalité humaine de l’entreprise un véritable rideau de fer ». Cette apostrophe vigoureuse a pour but de rappeler à un ministre technicien que le gaullisme, c’est aussi une philosophie sociale et René Tomasini l’explique bien en disant à Jean-Marcel Jeanneney que « voter les crédits de [son] département ministériel ne saurait à [son] sens suffire à la mission dont le suffrage universel a investi [les gaullistes] » et il ajoute encore : « Nous [les gaullistes] nous devons de placer le problème du bon fonctionnement des établissements nationaux dont vous avez la tutelle à un plan supérieur et dans le cadre des perspectives d’avenir ouvertes par les institutions. »

  • 42 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 12 décembre 1960.

28Ces propos virulents de René Tomasini au Palais-Bourbon sont à rapprocher d’une note adressée quelques semaines plus tard par Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney. Le Premier ministre demande au ministre de l’Industrie de recevoir René Tomasini afin qu’il lui expose le cas d’un conseiller municipal UNR soi-disant brimé par la direction de GDF du fait de ses obligations d’élu. Le chef du gouvernement en paraît d’autant plus convaincu qu’il n’emploie même pas le conditionnel pour rapporter les faits quand il écrit : « cette attitude est tout à fait partiale car aucune disposition de ce genre n’a jamais été prise à l’égard d’agents ayant des activités politiques orientées dans d’autres directions »42.

  • 43 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 20 février 1961.
  • 44 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 20 février 1961.
  • 45 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre manuscrite de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney, 22 octobre 1961.

29Michel Debré semble, à ce moment, préoccupé par l’influence communiste dans les entreprises nationalisées, ainsi qu’il l’écrit à Jean-Marcel Jeanneney en février 1961 : « Il ne s’agit pas d’imaginer que l’on pourra, dans les entreprises nationalisées, ne pas faire leur place à certains courants qui ont une forte emprise sur les ouvriers. Mais il y a des limites, et ce sont ces limites qu’il faudrait préciser »43. Le chef du gouvernement cite en exemple le cas d’une déléguée du comité d’entreprise de Renault inculpée d’aide à la rébellion algérienne en faveur de laquelle le comité d’entreprise a émis un vœu de libération, qui apparaît aux yeux de Michel Debré comme un vœu de félicitations. Le Premier ministre revient une nouvelle fois sur le climat régnant à EDF-GDF en donnant le cas de l’échec d’une nomination d’un cadre à Marseille, pourtant soutenu par Roger Gaspard et un député gaulliste, débouté au profit d’un protégé de Marcel Paul, et Michel Debré de conclure : « Il ne convient pas de maintenir une telle influence communiste »44. Les critiques du chef du gouvernement à l’encontre de l’état d’esprit régnant à EDF se répètent lors de la rentrée sociale 1961. Michel Debré écrit alors à Jean-Marcel Jeanneney pour lui dire tout le mal qu’il pense des dirigeants de l’entreprise publique : « Je ne puis épouser tout à fait tes thèses et je suis persuadé que si un homme comme Verret était à la tête d’EDF à la place du titulaire actuel, pour qui tu as une indulgence qu’il ne mérite pas car il n’est ni loyal ni courageux et son action est néfaste, le climat psychologique serait différent. Qu’un réexamen [des salaires] soit à envisager avec des incidences assez tardives, je le conçois peut-être, mais il n’empêche que les cadres d’EDF ne se conduisent pas bien et, dans l’absolu, ont tort de se plaindre comme ils le font. En province, les cadres EDF sont encore des « caïds »… et j’ai récemment été stupéfait de connaître les salaires de début de certains stagiaires. On fait mieux dans l’industrie en pleine expansion, mais on fait moins bien ailleurs »45.

  • 46 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 28 octobre 1961.

30Cette acrimonie de Michel Debré à l’égard des gaziers et électriciens semble connue et diversement appréciée à l’Assemblée nationale où René Tomasini se fait le champion de la défense des intérêts catégoriels des agents d’EDF-GDF lors de la discussion du budget 196246. Le député UNR de l’Eure n’hésite pas, en tout cas, à vertement critiquer le gouvernement dans sa gestion de la politique sociale dans les deux sociétés tout en mettant Jean-Marcel Jeanneney hors de cause. Selon lui, le compromis salarial de 1960 et la mise à plat de l’échelle salariale suivent l’échéancier prévu mais sur une base de revalorisation de 2 %, inférieure de moitié à l’augmentation du coût de la vie. Sans le nommer, le député gaulliste reproche à Michel Debré d’avoir trahi l’espoir des gaziers et électriciens et d’avoir suscité le pire des sentiments : celui du mépris. La frustration qui s’en est suivie explique l’alourdissement du climat social dans les deux entreprises nationales depuis le printemps 1961 et l’âpreté des discussions entamées en octobre. René Tomasini souhaite que cette affaire serve de précédent au gouvernement afin qu’il évite de suivre les recommandations salariales trop strictes du ministère des Finances dans les secteurs public et semi-public qui ne font que déboucher sur des concessions arrachées par la force. Il va même plus loin en affirmant que les « conséquences de cette situation sont désastreuses aussi bien pour le régime que pour l’autorité de l’État », et il ajoute que « dans le contexte international et intérieur actuel, la paix sociale est un facteur fondamental et de pérennité du régime et de redressement national. Aucun sacrifice à notre avis ne sera trop important pour atteindre cet objectif ». Ces propos constituent l’esquisse d’une autre politique sociale, qui tiendrait tout à la fois compte des aspirations sociales et de l’impératif politique que constitue la survie du régime, comme si le député de Paris avait déjà compris que le gaullisme politique, en plaçant ses objectifs sur le terrain immatériel de la grandeur nationale, finirait par se heurter aux revendications sociales concrètes des Français. Certes, dans un contexte de croissance forte, tout le monde peut espérer bénéficier des fruits de l’enrichissement collectif, mais le gouvernement semble maladroit en ne profitant pas de cette situation pour octroyer des hausses de salaire dans les secteurs qui dépendent de lui. En réalité, on sait aujourd’hui qu’il a toujours existé en France un « parti de l’inflation », estimant que la solution à toutes les difficultés résidait dans l’émission monétaire. Or c’est précisément contre ce comportement récurrent que Michel Debré entend lutter. En ne voulant pas s’assurer la paix sociale à court terme sur l’inflation, il choisit au contraire d’inscrire son action dans le long terme, comprenant que toute faiblesse présente se payerait dans l’avenir.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 22 janvier 1959.

2 Arch. CHEVS JMJ 21. Chiffres donnés par Libération, 22 janvier 1959.

3 De janvier 1959 à janvier 1960, la hausse de l'indice des prix de détail n'a été que de 3,7 %.

4 Arch. CHEVS JMJ 21. AGEFI, 22 janvier 1959.

5 Arch. CHEVS 2 DE 22.

6 Arch. CHEVS 2 DE 22.

7 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 26 mai 1959.

8 Arch. CHEVS JMJ 21. L'Humanité, 27 juin 1959.

9 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, 13 avril 1959.

10 Arch. CHEVS JMJ 21. Libération, Paris-Presse, Le Monde, 29 juin 1959.

11 Arch. CHEVS JMJ 22. Index quotidien de la presse française, 20 octobre 1959.

12 Les représentants sont : Marcel Paul (CGT), Decaillon (CFTC), Werbrouck (FO) ; Le Nourrichel (UNCM-CGC).

13 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Télégramme économique, 19 novembre 1959.

14 Arch. CHEVS JMJ 22. AFP du 20 novembre 1959, 15 heures. Le Premier ministre a réuni Antoine Pinay, Valéry Giscard d'Estaing, Louis Joxe, Jean-Marcel Jeanneney.

15 Arch. CHEVS JMJ 22. Combat, 27 novembre 1959.

16 Arch. CHEVS JMJ 22. Le Monde, 3 décembre 1959. PTT, hôpitaux, nettoiement, transports aériens, douanes et ministères sont affectés.

17 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 4 décembre 1959.

18 Arch. CHEVS JMJ 21. Forces nouvelles, 16 janvier 1959.

19 Arch. CHEVS JMJ 22. Les Échos, 26 novembre 1959.

20 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Monde, 29 janvier 1960. Un article de Joanine Roy revient sur toute la négociation en expliquant que les majorations d'ancienneté sont ramenées à 30 % en 25 ans, contre 60 % en 18 ans dans le statut de 1946, déjà abaissées à 45 % en 24 ans en 1951. Les règle d'avancement au choix pourront créer jusqu'à 30 % d'écart entre les agents.
Image img01.jpg

21 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Aurore, 15 janvier 1960 donne les hausses prévues dans d'autres activités : BTP +7,3 % ; Papier-carton +5 % ; Pétrole +6 % ; Industrie chimique +4,5 % et +8 % sur minima ; droguerie +8,69 % ; Textile +5 % ; sucreries +4,99 % ; usines de pâtes alimentaires +4,52 %, banques +6 %, au total 125 accords ont été conclus dans l'industrie privée en novembre et décembre 1959 selon Paul Bacon, ministre du Travail.

22 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Informations industrielles et commerciales, 15 janvier 1960.

23 Marcel Paul dans L'Humanité montre du doigt Les Échos dont le sous-titre pourrait être : « Les patrons parlent aux patrons. »

24 Arch. CHEVS JMJ 23. La Presse française, 15 janvier 1960.

25 Roger Belin, Lorsqu'une République chasse l'autre, op. cit., p. 188.

26 Arch. CHEVS JMJ 23. AFP, dépêche du 15 janvier 1960, 21 h 43.

27 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Humanité, 18 janvier 1960.

28 Arch. CHEVS JMJ 23. Paris-Presse, 10 février 1960.

29 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Échos, 15 février 1960.

30 Arch. CHEVS JMJ 23. L'Humanité, 13 février 1960. Le journal communiste met en cause certains titres de la presse économique et politique qui s'en prennent à la validité de l'accord : Combat, France indépendante, La Vie française, Le Bulletin de Paris, etc.

31 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 16 février 1960.

32 Arch. CHEVS JMJ 23. Le Télégramme économique, 18 février 1960.

33 Arch. CHEVS JMJ 23. La Correspondance économique, 20 février 1960.

34 Arch. CHEVS JMJ 23. Informations industrielles et commerciales, 22 janvier 1960.

35 Arch. CHEVS JMJ 23.

36 Arch. CHEVS JMJ 23. Les Échos, 1er mars 1960.

37 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré (non expédiée) à Jean-Marcel Jeanneney, 3 mars 1961.

38 Roger Belin, Lorsqu'une République chasse l'autre, op. cit., p. 190.

39 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 13 avril 1961.

40 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré, 14 avril 1961.

41 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance, 8 novembre 1960.

42 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 12 décembre 1960.

43 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 20 février 1961.

44 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré du 20 février 1961.

45 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre manuscrite de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney, 22 octobre 1961.

46 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 28 octobre 1961.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable