Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Les autres secteurs énergétiques

Chapitre IX. Promouvoir une politique pétrolière indépendante

Texte intégral

I. LES « INVENTEURS » DU PÉTROLE FRANÇAIS

  • 1 Numéro spécial des Annales des mines, septembre 1992. Actes d’un colloque tenu en 1994 sous l’égid (...)
  • 2 La direction des Carburants a été créée en mars 1939. Elle est d’abord rattachée au ministère des (...)

1En accédant aux responsabilités ministérielles, Jean-Marcel Jeanneney entre en contact avec le petit groupe des artisans du pétrole saharien. Il est impossible de comprendre son action dans ce domaine sans se référer à des hommes dont les pouvoirs ont été supérieurs à ceux de nombreux ministres de l’industrie de la IVe et de la Ve République. De la Libération aux années 1970, le destin du pétrole français s’est joué entre quelques hommes passionnés qui ont œuvré sans relâche pour faire de la France une puissance pétrolière. Pierre Guillaumat, Jean Blancard, Paul Moch, Roger Goetze et quelques autres ont été, durant les premières années de l’après-guerre, les principaux initiateurs des découvertes de pétrole et de gaz naturel de métropole, du Sahara et d’Afrique. Les liens personnels très forts qu’ils ont noués leur ont permis de surmonter toutes les difficultés qui auraient pu découler d’un régime politique faible. Parmi eux, Pierre Guillaumat fait légitimement figure de père du pétrole français1. Directeur des Carburants depuis l’automne 1944 jusqu’à sa nomination à la tête du Commissariat à l’énergie atomique en 1951, il est resté constamment président du bureau de recherches pétrolières (BRP) jusqu’à sa nomination comme ministre des Armées dans le gouvernement Debré, en janvier 19592.

2En abandonnant le BRP pour le charme classique de l’hôtel de Brienne, Pierre Guillaumat ne quitte pas vraiment le secteur pétrolier. Les enjeux stratégiques sont trop importants pour que le ministre en charge des Armées soit tenu à l’écart de tout ce qui touche au pétrole saharien. Même lorsqu’il sera ministre de la recherche, il conservera son rôle de « pape » pour les ingénieurs du corps des Mines qui peuplent la direction des Carburants, le BRP et ses filiales. C’est à lui que revient la tâche d’arbitrer les conflits d’intérêts pouvant se manifester au sein de la « chapelle des X-Mines ». Il continuera de rédiger des notes et recommandations à ses anciens subordonnés et animera plus d’une fois des réunions officieuses au moment où d’importantes décisions sont sur le point d’être prises. Son départ, s’il laisse orphelins les « corpsards mineurs » du secteur pétrolier, se traduit par une série de changements d’attributions à la direction des Carburants (la DICA) et au BRP.

  • 3 Souvenir de Jean Marcel Jeanneney. Il semble que le fonds du ministère de l’Industrie déposé au ce (...)

3C’est Jean Blancard, ami très proche de Pierre Guillaumat, qui le remplace à la présidence du bureau de recherches pétrolières. Toutefois, Jean Blancard étant simultanément nommé délégué ministériel pour l’Armée de l’air, c’est le directeur général du BRP, Yves Delavesne, qui gérera les affaires au quotidien. Ce changement à la tête du BRP implique que Jean Blancard, qui avait déjà remplacé Pierre Guillaumat comme directeur des Carburants en 1951, quitte, début 1959, cette fonction au profit de son adjoint Maurice Leblond, un jeune corpsard de trente-quatre ans. C’est également Jean Blancard qui initie Jean-Marcel Jeanneney à la connaissance des problèmes pétroliers. Dans les jours qui suivent son installation au ministère, le président partant du BRP se livre à une séance de travaux pratiques au cours de laquelle il montre au ministre, sur une grande carte du Sahara, le détail des gisements de pétrole et de gaz découverts depuis 1956 et les zones restant à explorer. Le désert saharien tout entier est quadrillé par un damier où de grands carreaux délimitent les zones de recherches octroyées aux différentes compagnies. À l’emplacement des « patates » noires représentant les gisements, de petits drapeaux indiquent les différentes sociétés exploitantes3.

  • 4 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Blancard du 22 mai 1992.

4Ce rapide apprentissage des affaires pétrolières est d’une grande utilité pour le nouveau ministre de l’Industrie. Jean Blancard est un maître averti, n’a-t-il pas participé depuis 1944 à la recherche des hydrocarbures en tant qu’adjoint de Guillaumat puis en tant que directeur des Carburants ? Il explique aujourd’hui les conditions des réussites d’alors en ces termes : « Quand Guillaumat est arrivé [en 1944], il a dit qu’il fallait entreprendre la prospection sur l’étendue de l’Union française. On a créé le BRP. C’était un exemple d’organisation. C’est moi-même qui faisais du porte-à-porte pour que le ministre de l’Industrie, le directeur des Carburants en fait, centralise l’octroi des permis. Le BRP avait la haute main sur tous les territoires. C’est moi qui ai rédigé le projet d’ordonnance et qui ai fait admettre que le directeur des Carburants serait, de fait, le président du BRP. À l’époque, le BRP ne s’occupait que des recherches, mais on l’aurait chargé de l’exploitation si on avait découvert du pétrole. On ne voulait pas mettre la charrue avant les bœufs. On n’a jamais parlé de distribution. »4

  • 5 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 7 décembre 1960.

5Ces propos conduisent à faire trois observations. Tout d’abord, on remarquera la grande liberté d’initiative laissée à des fonctionnaires qui bénéficient de la nouvelle donne politique de la Libération pour bâtir un système dans lequel ils sont les vrais responsables, puisque tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains du même homme. Jean Blancard continue aujourd’hui de regretter cette période bénie pour ceux que l’on qualifie aujourd’hui péjorativement de « technocrates ». Selon lui, les hommes clés de l’administration étaient plus choisis en fonction de critères de compétence que pour leur appartenance à une quelconque mouvance politique. Une personnalité comme Michel Debré ne peut supporter une telle indépendance de fonctionnaires par rapport au pouvoir politique. Dans une note adressée à Jean-Marcel Jeanneney de décembre 1960, le Premier ministre s’insurge au sujet d’une convention négociée par le BRP avec le Niger qui envisage une clause d’arbitrage international contraire à la règle édictée pour les pays de la Communauté. Michel Debré s’étonne auprès de son ministre de l’Industrie : « Je suis surpris de la liberté d’action du BRP. Une telle discussion devrait être soumise à l’approbation gouvernementale, c’est-à-dire non seulement au ministère de l’Industrie mais également au secrétariat d’État aux Relations avec les États de la Communauté. Les organismes publics personnalisés en prennent vraiment trop à leur aise. »5

  • 6 Le BRP est créé par une ordonnance du 12 octobre 1945.

6Ensuite, on relèvera que le BRP se cantonne à prospecter exclusivement dans les frontières de l’empire. Juridiquement, les fonds destinés à la prospection ne peuvent servir pour des recherches conduites au-delà de ces frontières. Cette limitation, très compréhensible en 1945, deviendra un carcan lorsque que le Sahara et les territoires africains auront été largement explorés. Enfin, on ne peut que constater l’extrême prudence des ambitions initiales du BRP. Celui-ci se veut exclusivement outil de recherche et non embryon d’une quelconque compagnie pétrolière nouvelle6.

  • 7 Détails fournis par M. Jean Blancard le 22 mai 1992.

7À côté du BRP doté par le fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH) qui est un compte spécial du Trésor (CST), l’État dispose d’un autre établissement public qui a, lui, les moyens de s’autofinancer car il exploite déjà des hydrocarbures. Il s’agit de la Régie autonome des pétroles (RAP) administrée par Paul Moch, ingénieur du corps des Mines placé à la tête de la RAP par Pierre Guillaumat en 1945. Cette société a succédé, en 1939, au centre de recherches pétrolières du Midi (CRPM) qui avait été créé en 1937 par Paul Ramadier lorsqu’il était ministre des Travaux publics. Cette initiative avait débouché sur la découverte d’un gisement de pétrole à Saint-Marcet en Haute-Garonne en juillet 1939. Ce gisement avait donné naissance à la Société des pétroles de Garonne en 1941. En fait, à côté du pétrole, Saint-Marcet était surtout une poche de gaz d’environ 6 milliards de mètres cubes. Un petit gazoduc a pu alimenter le Sud-Ouest et Bordeaux pendant la guerre. La production annuelle atteignait environ 200/300 millions de mètres cubes soit l’équivalent de 500 000 tonnes de charbon7.

  • 8 Arch. CHEVS JMJ 88. André Bouillot raconte que Pierre Guillaumat aurait dit exactement à Paul Moch (...)

8Cette relative indépendance financière et juridique a très tôt conduit Paul Moch à adopter une attitude de défiance à l’encontre du BRP. En revanche, en 1944, il aurait eu l’idée de nationaliser la moribonde Compagnie française des pétroles (CFP). Celle-ci, créée en 1924 à la suite du traité de San Remo pour exploiter la part allemande de l’Irak Petroleum Company (IPC) remise à la France au titre des dommages de guerre, connaissait de grandes difficultés au Moyen-Orient. Qualifiée d’« ennemi technique » par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, la CFP devait faire « dégeler » ses avoirs et souscrire aux augmentations de capital de l’IPC. Si son nouveau président, l’ingénieur des Mines Victor de Metz, avait bien des difficultés, sa puissance demeurait suffisamment grande pour contrecarrer les projets de Pierre Guillaumat. Aussi ce dernier aurait très vite convaincu Paul Moch d’abandonner son idée de nationalisation8. De plus, lorsque le communiste Marcel Paul deviendra ministre de l’Industrie en 1945, Paul Moch devra tout faire pour éviter la fusion de la RAP avec la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA) et avec la Société nationale des pétroles de Languedoc Méditerranée (SNPLM).

  • 9 Emmanuel Catta, Victor de Metz de la C.F.P. au groupe TOTAL, Paris, TOTAL édition presse, 1990, 50 (...)

9Établissement public ayant pour vocation de stimuler la recherche de pétrole partout en métropole et sur le territoire de l’Union française, le BRP se lance dans la constitution d’un réseau de filiales couvrant l’ensemble des territoires de l’Union. C’est ainsi qu’en novembre 1946 est constituée la SN REPAL ou Société nationale de recherche et d’exploitation de pétrole en Algérie, dont le capital est partagé pour moitié entre le BRP et le gouvernement général de l’Algérie. Pour la présider est choisi le troisième personnage de l’administration algérienne, le directeur des Finances d’Algérie, Roger Goetze, jeune inspecteur des Finances de trente-quatre ans. Il présidera à la destinée de cette société sans discontinuer jusqu’en 1966, date à laquelle elle passera sous le contrôle du gouvernement de l’Algérie indépendante. Roger Goetze cumulera même, entre 1949 et 1957, la présidence de la société pétrolière et la qualité de directeur du Budget au ministère des Finances à Paris. Cette double fonction lui conférera un pouvoir quasi illimité pour alimenter le fonds de soutien aux hydrocarbures qui dote le BRP durant ces années riches en prospection et en découvertes. À côté du président, la direction générale de la SN REPAL est confiée à Armand Colot, ingénieur des Mines comme il se doit. Après deux années de négociations, le 28 juin 1951, la SN REPAL s’associe pour la recherche à la CFP-A, filiale algérienne de la CFP, présidée par Jacques Bénézit, major de l’X et ingénieur au corps des Mines. Les deux présidents de la SN REPAL et de la CFP-A se connaissent depuis les bancs du lycée Carnot. Par cet accord, ils lient le sort de leurs deux compagnies pour une immense zone de recherche de 248 000 km2 dans l’Atlas. La formule d’association est un joint-venture, de grands carreaux de quarante kilomètres de côté sont tracés sur la carte du désert, dans chacun d’entre eux les partenaires sont associés alternativement à 49-51 %9.

  • 10 Le SERPT remonte à 1931, son capital était alors détenu par le protectorat, la Compagnie française (...)
  • 11 Le bureau des recherches pétrolières et minières avait été fondé en 1928 par Eirik Labonne, alors (...)
  • 12 SPAEF : Société des pétroles de l’Afrique équatoriale française, SPAFE : Société des pétroles de l (...)
  • 13 Les participations du BRP se montent respectivement à 50,35 % dans la SNPLM et à 52,8 % dans la SN (...)

10En 1949, Pierre Guillaumat décide d’étendre de manière conséquente la présence du BRP dans le secteur des recherches. Ainsi il prend 60 % du capital de la PREPA (Prospection et recherche de pétrole en Alsace), une petite compagnie de recherche opérant en Alsace. Le BRP contrôle à 51 % le Syndicat d’études et de recherches de pétrole de Tunisie (SERPT) qui se mue en Compagnie des pétroles de Tunisie (CPDT) mais cette nouvelle société est avant tout animée par la SHELL qui détient 65 % de son capital10. Toujours en 1949, il réorganise les débris du vieux BRPM en Société chérifienne des pétroles11. Par ailleurs, il fonde la SPAEF, qui deviendra SPAFE après la loi-cadre Defferre de 1956, une société dont la mission est d’étendre l’exploration à l’Afrique noire (Gabon, Cameroun), à l’océan Indien (Madagascar) et à l’océan Pacifique (Nouvelle-Calédonie)12. Enfin, le BRP prend une participation majoritaire dans la Société nationale des pétroles de Languedoc Méditerranée (SNPLM) fondée peu avant la guerre. Cette dernière change de nom et devient la Compagnie d’exploitation pétrolière (CEP). Le BRP devient aussi actionnaire majoritaire de la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA) créée en 1941 pour soustraire les éventuels gisements landais d’une mise en exploitation par les Allemands13. Cette véritable toile d’araignée de sociétés de prospection opérant en métropole et dans l’empire s’enrichit encore en 1953 de la Compagnie de recherche et d’exploitation de pétrole au Sahara (CREPS), dont 65 % du capital est détenu par la RAP et 35 % par la SHELL.

  • 14 Le gaz de Lacq contient 18 % de SH2. C’est pourquoi il a fallu mettre au point la technique de dés (...)
  • 15 À côté de Parentis, ont été trouvés : Mothes en mai 1955 ; Lugos en juillet 1956 ; Lucats en novem (...)
  • 16 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 75. D’autres gisements ont été découverts dans le (...)
  • 17 Emmanuel Catta, Victor de Metz…, op. cit., pp. 114-115.
  • 18 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 75. À proximité d’Hassi Messaoud est découvert El (...)
  • 19 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 78.

11Grâce à des efforts financiers considérables, la décennie 1946-1956 concentre la quasi-totalité des grandes découvertes de gisements. Dès la fin 1946 ou le début 1947, Pierre Guillaumat et Jean Blancard se rendent dans le désert marocain à l’oued Beth pour voir un petit gisement de pétrole qui ne donnera que 100 000 tonnes. En 1949, les géologues tombent sur le gisement de pétrole de Lacq supérieur qui fournira 300 000 tonnes. Puis les découvertes d’importance se succèdent. La SNPA découvre le gisement de Lacq inférieur en 1951. Jean Blancard se souvient particulièrement des conditions de la découverte : « On a eu un blow-out, mais heureusement le puits n’a pas pris feu, même si toutes les conditions étaient réunies pour un incendie. On s’est aperçu que c’était un gaz à forte teneur en soufre. »14 Les années suivantes, les succès se multiplient. En mars 1954, ESSO trouve le gisement de Parentis dans les Landes15. Puis ce sont les grandes découvertes des filiales du BRP. Le 23 mars 1956, les géologues de la CREPS font jaillir le gisement d’Edjeleh, dont le pétrole est à une profondeur de 420-460 mètres. Plus de 100 puits seront en activité en 1961 pour des réserves estimées à 150 millions de tonnes16. Le gisement d’Hassi Messaoud est trouvé le 14 juin 1956 sur un « carreau » de la SN REPAL mais avec 49 % pour la CFPA. Cette dernière a eu beaucoup de chance car elle a failli refuser son aide à la REPAL pour ce terrain peu favorable17. Le pétrole se situe à une profondeur de 300 mètres18. Puis ce sera Hassi R’Mel, cet énorme gisement de gaz découvert par la SN REPAL en novembre 1956. Décidément, l’année 1956 sera l’année faste pour le BRP puisque deux gisements sont découverts au Gabon. Le premier en février à Ozouri et le second en juillet à PointeClairette19. Pierre Desprairies, alors président de la SPAFE, se rappelle que ce dernier gisement fera regretter aux géologues de ne pas avoir commencé par cette zone côtière située à proximité du lieu de débarquement de leur matériel depuis une dizaine d’années !

12S’il est ainsi possible de dresser le bilan de treize années de recherches pétrolières et gazières fructueuses en métropole et dans l’empire, au moment où Jean-Marcel Jeanneney entre en fonctions il ne faudrait pas gommer les difficultés paradoxales qui résultent de ces découvertes subites et les réponses politiques qu’elles réclament.

II. LES ENJEUX DE LA POLITIQUE PÉTROLIÈRE NATIONALE

  • 20 Arch. CHEVS JMJ 28. La Quotidienne du 11 février 1959.

13Environ un mois après son arrivée rue de Grenelle, Jean-Marcel Jeanneney dévoile une partie de l’orientation à venir du gouvernement dans le domaine pétrolier. Il le fait lors de sa première rencontre avec les journalistes accrédités auprès du ministère, le mardi 10 février 1959. Si le nouveau ministre de l’Industrie reconnaît le rôle déterminant des sociétés internationales dans le fonctionnement du marché de l’or noir, il n’entend pas leur accorder un chèque en blanc pour l’exploitation des richesses sahariennes. Jean-Marcel Jeanneney précise que s’« il est bon que des sociétés étrangères soient associées à l’exploitation du pétrole saharien », cette coopération doit se faire « sous réserve que l’État reste majoritaire »20.

14Cette prise de position n’est en aucun cas une rupture avec la politique pétrolière traditionnelle de la France au Sahara. L’État a toujours désiré maintenir un contrôle étroit sur les richesses pétrolières et gazières d’Algérie. Il n’est guère étonnant que le ministre de l’Industrie d’un gouvernement se déclarant soucieux de défendre les intérêts nationaux fasse une semblable déclaration. Toutefois, Jean-Marcel Jeanneney prend un risque. Ne connaissant pas le milieu pétrolier, il lui est difficile d’apprécier exactement la nature des relations entre la direction des carburants (la DICA), les établissements publics qui en dépendent, la Compagnie française des pétroles et les filiales des sociétés internationales qui opèrent en France et au Sahara. Parmi les directions du ministère de l’Industrie, la direction des Carburants est sans doute celle dont les missions sont les plus typiques du capitalisme d’État à la française qualifié parfois de « colbertisme ».

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 18 septembre 1992.

15Selon Jacques Bonnet de la Tour, alors chef des services financiers du BRP, la DICA était la direction du ministère qui avait la plus forte « personnalité »21. Son fonctionnement illustre parfaitement cette mise à disposition de la puissance de l’État au profit du développement d’une industrie nationale pour laquelle l’initiative privée est défaillante. Si la direction des Carburants remplit le rôle normalement dévolu à toute direction sectorielle, en édictant et en veillant au respect de la réglementation sur les hydrocarbures, elle le fait en s’appuyant essentiellement sur la très dirigiste loi Poincaré de 1928 qui confère à l’État des privilèges exorbitants. À côté de ce rôle « classique » de l’administration française, elle entretient des relations privilégiées avec le bureau de recherches pétrolières, ses filiales et la Régie autonome des pétroles dont elle a coordonné les programmes de prospection pétrolière depuis 1945. Par conséquent, la direction des Carburants fait un peu figure de juge et partie dans la recherche et l’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux au Sahara.

  • 22 Emmanuel Catta, Victor de Metz…, op. cit., pp. 116 et 117, indique que le gisement d’Hassi Messaou (...)

16Certes, à la date de l’entrée en fonctions de Jean-Marcel Jeanneney, la production saharienne demeure encore symbolique. Elle atteint tout au plus quelques centaines de milliers de tonnes, mais elle promet de s’élever à 20, voire 30 millions de tonnes d’ici 1963, une fois achevés les oléoducs reliant les champs pétrolifères à la côte méditerranéenne22. Or, en cette fin des années 50, le marché pétrolier connaît une surproduction chronique qui résulte des découvertes importantes faites au Moyen-Orient et d’une relative pléthore sur le marché américain. Paradoxalement, la France pourrait bien connaître des déboires pour vendre son pétrole. Au même moment, l’Union soviétique annonce des ventes considérables de pétrole à un prix 15 % inférieur aux cours mondiaux pour le début des années 60. Enfin, la découverte de pétrole en Libye, à proximité de la côte méditerranéenne pourrait jouer contre les gisements sahariens, éloignés de 600 kilomètres des futurs terminaux portuaires. De plus, le pétrole saharien est plutôt composé de produits légers, aisément transformables en carburant pour automobile, alors que les besoins se font surtout sentir pour les produits lourds aptes à remplacer le charbon dans l’industrie. Dans ces conditions, le pétrole saharien risque de connaître de grosses difficultés de vente. Les grandes compagnies, et au premier chef, la CFP, ne sont guère intéressées par ce pétrole léger. Elles poussent les filiales du BRP à leur revendre leur huile moyennant une décote de 20 % par rapport au prix posté. Cette moins-value s’explique par le fait qu’à cette époque, le profit pétrolier est surtout généré à la production, c’est ce que les spécialistes appellent la « rente minière », et non dans les opérations de raffinage et de distribution dont le mode de fonctionnement et de gestion ne sont pas pensés en termes de constitution de bénéfice.

17Accepter du pétrole saharien payé au prix du marché reviendrait à alimenter les raffineries françaises possédées par les grandes compagnies d’un pétrole plus coûteux que celui du golfe Persique, sans possibilité d’en tirer un quelconque profit et sans qu’il réponde vraiment aux besoins du développement industriel puisqu’il s’agirait de produits légers. Pour la CFP et les filiales des compagnies internationales possédant des raffineries en France, la perspective d’une éventuelle obligation de reprise du pétrole saharien n’a donc rien de réjouissant. En effet, se voyant interdire toute possibilité de profit, ces sociétés ne manqueraient pas d’en tirer des conséquences fâcheuses pour le développement ultérieur du raffinage et de la pétrochimie en France. Économiquement et même politiquement, le risque est difficilement prenable pour le gouvernement français. Néanmoins, les pétroliers des filiales du BRP ne peuvent accepter les conditions très défavorables que leur propose la CFP, car ils ne peuvent produire du pétrole sans en tirer aussi quelque profit ! Seule note d’optimisme, les experts du secteur pétrolier estiment que le passage des économies occidentales du « tout-charbon » au « tout-pétrole » fera augmenter fortement la demande dans les prochaines années.

18Dans ce contexte de révolution énergétique, les États producteurs ne sont pas en position de force par rapport aux sept majors anglo-saxonnes qui se partagent les ressources et les profits depuis les accords d’Achnakary de 1928. Même si l’année 1960 voit la création de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et si l’Italie a développé une industrie pétrolière nationale sous la direction d’Enrico Mattei, le dernier mot revient toujours aux « sept sœurs ». Comment, dans ces conditions, définir une politique pétrolière nationale et indépendante pour la France ? L’enjeu n’est pas seulement économique, on l’aura compris. Le savoir-faire de la SHELL a été important pour la mise en exploitation des puits d’Edjeleh et ESSO exploite Parentis depuis 1954. Les compagnies pétrolières étrangères jouissent d’une bonne réputation dans la France des années 50, elles ont permis la constitution d’une industrie pétrochimique qui ira en se développant. De plus, elles ont été solidaires de la France en 1956 lors de l’affaire de Suez et jamais le pays n’a été sérieusement menacé dans ses approvisionnements. Dans ces conditions, pourquoi vouloir les contrarier en leur restreignant l’accès au pétrole saharien et le soin de sa mise en vente sur le marché international ? Cette analyse prédomine au ministère des Finances, dans l’entourage d’Antoine Pinay puis de Wilfrid Baumgartner. Elle connaît aussi un succès certain dans une large partie de la presse qui bénéficie des retombées des campagnes publicitaires des grandes compagnies.

  • 23 Le général de Gaulle s’était rendu à Hassi Messaoud dès le 17 mars 1957 pour une visite qui fut gu (...)
  • 24 Deux membres de l’Inspection des finances siègent de droit au conseil d’administration de la CFP e (...)

19Au contraire, à l’Élysée, Matignon et au ministère de l’Industrie, les avis sont différents. Pour le général de Gaulle, il ne fait aucun doute que le pétrole découvert au Sahara est une chance pour la France et que cette richesse doit demeurer, principalement mais non exclusivement, entre les mains des Français ou d’intérêts français23. L’occasion est trop belle pour ne pas s’en servir contre les intérêts anglo-saxons que l’on critique ouvertement, personne ne symbolisant peut-être plus l’impérialisme anglo-saxon que ces grandes sociétés pétrolières. Le dossier qui échoit à Jean-Marcel Jeanneney contient donc des aspects économiques mais aussi politiques dont la combinaison risque virtuellement de déboucher sur un conflit d’intérêts entre les pétroliers et le ministère des Finances. Pour la Rue de Rivoli, la stabilité doit prévaloir dans le secteur pétrolier afin de ne pas remettre en cause les effets attendus des réformes économiques engagées. De plus, les ministres des finances et leur administration ont l’habitude d’entretenir de bonnes relations avec la Compagnie française des pétroles (CFP) qui partage les intérêts du cartel24. Enfin, le rôle traditionnel de relais diplomatique informel dans les États arabes joué par les dirigeants de la CFP leur permet de jouir du soutien du Quai d’Orsay.

  • 25 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information, Le Monde du 17 avril 1959.
  • 26 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI du 1er juillet 1959. Les investissements initiaux se montent à 550-600 m (...)
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information du 17 avril 1959.
  • 28 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, La Croix du 2 juillet 1959. Ces raffineries sont celles de Reichstet (...)

20En attendant de déboucher sur une initiative précise, le gouvernement se contente de régler les multiples difficultés rencontrées sur le terrain pour amener le pétrole saharien jusqu’au continent européen. Le jeudi 16 avril 1959, un comité restreint se réunit à l’hôtel Matignon pour définir les problèmes rencontrés par la construction du pipe-line Lavéra-Karlsruhe25. On sait que la décision de la construction de cet ouvrage de 750 kilomètres de longueur a été rapidement prise, début 1959, pour contrecarrer le projet Mattei qui prévoyait un tracé depuis Gênes jusqu’au cœur de l’Allemagne en passant par la Suisse et pour éviter que l’est de la France ne soit approvisionné depuis les oléoducs partant des ports de Rotterdam en Hollande et Wilhelmshafen en RFA. La capacité de l’oléoduc atteindrait 6 millions de tonnes dès 1963 et serait portée à 20 millions de tonnes pour 1973. La demande d’autorisation de la construction de la conduite sera déposée au ministère de l’Industrie fin juin 195926. Cette décision rapide illustre la capacité de prise de décision du gouvernement qui travaille beaucoup plus vite depuis la multiplication des Conseils restreints réunis à l’initiative de Michel Debré27. La construction du pipe-line, dont l’achèvement est prévu pour la fin 1962, permettra l’installation de deux raffineries aux environs de Strasbourg28.

  • 29 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, Le Parisien, L’Information du 23 mai 1959.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP du 22 mai 1959, 15 heures.

21Une conférence interministérielle permettra à l’occasion de l’examen des relations franco-espagnoles, le 22 mai 1959, d’étudier le très ambitieux projet de feeder sous-marin entre Mostaganem et Carthagène destiné à acheminer le gaz découvert à Hassi R’Mel en Europe. La construction d’un tel ouvrage, sur une aussi longue distance et à des profondeurs aussi importantes que celles de la mer Méditerranée, n’ayant aucun précédent, il ne peut être envisagé avant plusieurs années29. L’autre objet de cette conférence vise à l’analyse des questions de sécurité en Algérie. Participeront à cette réunion, outre Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney, Jacques Soustelle, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du dossier algérien, Pierre Guillaumat, ministre des Armées mais aussi les généraux Ely et Grossin, respectivement chef d’état-major de la Défense nationale et directeur du SDECE et M. Verdier, directeur de la Sûreté nationale30.

  • 31 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Pierre Desprairies du 24 juin 1992.

22À quelques mois de l’ouverture de l’oléoduc Hassi Messaoud-Bougie, la menace terroriste préoccupe les hauts responsables de la Défense nationale. La difficulté de la surveillance d’un oléoduc sur une distance aussi longue et dans un milieu hostile rend vaine toute tentative de contrôle absolu. Pierre Desprairies, qui fut directeur de cabinet adjoint du ministre des Armées Pierre Guillaumat avant de devenir le premier directeur général de l’Union générale des pétroles (UGP), explique la philosophie pragmatique des pétroliers français : « Nous avons pris le risque que le pipe-line soit démoli par le FLN, en nous disant qu’on le reconstruirait. Le surveiller d’un bout à l’autre aurait pris deux divisions et allongé le temps de service des conscrits d’un mois et demi, cela aurait été impopulaire. Un pipe-line se répare assez vite avec de bonnes équipes. Les fellaghas ne l’ont pas fait sauter. J’en ai parlé plus tard avec des membres du FLN qui m’ont dit qu’ils ne voulaient pas le faire sauter pour ne pas nous décourager d’investir. »31 On ne peut que relever la relative ambiguïté des raisonnements tenus dans les deux camps. D’un côté, on choisit de ne pas mener une guerre à outrance contre ceux qui sont qualifiés de terroristes ; de l’autre, on ménage les intérêts de la puissance coloniale pour ne pas rompre toute coopération ultérieure.

III. ASSURER LA SUZERAINETÉ DU BUREAU DE RECHERCHES DE PÉTROLE SUR SES GRANDS FÉAUX

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 28. Note pour M. Rastoul du 23 août 1958, Jacques Bonnet de la Tour.

23Depuis la découverte des grands gisements sahariens en 1956, le BRP animé par Pierre Guillaumat se sent à l’étroit dans le statut qui lui a été conféré en 1945. Dans une note du 23 août 1958, Jacques Bonnet de la Tour, directeur financier de l’établissement public, remarque que « le rôle du BRP a évolué de celui de conseiller de la puissance publique vers celui de gestionnaire d’un groupe industriel et qu’il se désole de n’être plus aussi écouté, en tant que conseiller, sans avoir réussi, semble-t-il, à asseoir son emprise sur le groupe dont il devrait être le leader. »32 À ce moment, le BRP traverse une crise de doute à laquelle le directeur financier voit trois causes. Tout d’abord, le flottement dans la définition d’une politique générale de la DICA envers l’établissement de recherches, ensuite le problème « autonomiste » posé au BRP par la RAP, enfin le sentiment de frustration d’être impuissant face à l’attitude condescendante de la CFP et des autres compagnies.

24Jacques Bonnet de la Tour, en réponse au pessimisme sur l’avenir du BRP exprimé dans une note antérieure de M. Rastoul, résume ainsi les points forts de l’établissement : « Voilà un organisme qui dispose de la majorité du capital des principales sociétés de recherches (et de celles qui précisément ont trouvé), qui participe à la presque totalité de ces sociétés, qui a su mettre en place des cadres qui ne sont pas inféodés aux banques d’affaires, qui est représenté dans tous les conseils d’administration, qui est présent à tous les comités, commissions (…) où on discute pétrole français, à qui les pouvoirs publics sont encore prêts à remettre des subventions appréciables (…) et qui doute de son rôle et de sa vocation. » L’analyse de la situation établie par Jacques Bonnet de la Tour est exacte : faute d’être correctement soutenu au niveau ministériel, le BRP est soumis à des forces centrifuges alors qu’un retour à une certaine autorité lui permettrait de rassembler ses forces. En fait, c’est moins la DICA qui doit être mise en cause (elle est alors animée par Jean Blancard qui est tout prêt à suivre Pierre Guillaumat) que l’échelon politique. Faute d’une politique gouvernementale forte, incarnée par un ministre, les grands féodaux du pétrole national et les autres remettent en cause tout l’édifice érigé par le BRP. Les solutions existent, Jacques Bonnet de la Tour les énonce clairement. Il s’agit de rassembler des cadres sous une structure commune afin de briser les particularismes des filiales, de centraliser toutes les initiatives de développement au BRP et tout le financement en un pool commun. Mais pour que ces propositions aient un sens, il faut aussi répondre à une question essentielle, le BRP doit-il n’avoir qu’un rôle administratif ou bien doit-il devenir un groupe ? En matière commerciale, si on retient la première hypothèse, il devra constituer un « comptoir commun de ventes ». Si on choisit la seconde, « c’est à lui de créer une société, d’en détenir l’essentiel des actions quitte à faire participer pour un certain pourcentage ses diverses filiales ».

25Un an plus tard, le retournement en faveur du BRP est en train de s’opérer, assez ironiquement au moment où Pierre Guillaumat et Jean Blancard prennent apparemment du recul par rapport au domaine pétrolier. L’arrivée de Michel Debré à la tête du gouvernement, celle de Jean-Marcel Jeanneney au ministère de l’Industrie vont se traduire par la recherche d’une politique énergétique active. Le nouveau Premier ministre et le nouveau ministre de l’Industrie n’ont pas d’idées préconçues à mettre en œuvre dans le domaine pétrolier. Dans un premier temps, ils vont se contenter d’écouter les avis et propositions des dirigeants de la DICA, du BRP et de ses grandes filiales. Jean-Marcel Jeanneney va, sans doute, être naturellement séduit par l’idée de soutenir la constitution d’un groupe pétrolier intégré, du puits à la pompe. Son attrait ancien pour les questions énergétiques, la possibilité offerte de renforcer le rayonnement de la France, l’occasion de participer à une réelle aventure technologique et humaine faite par des ingénieurs, autant de causes qui vont expliquer l’engagement personnel très fort du ministre dans les mois qui vont suivre. Jean-Noël Jeanneney insiste aujourd’hui sur la grande admiration dévolue dans sa famille aux ingénieurs de l’École polytechnique, non pour leur statut social mais pour leur participation à la grandeur du pays, pour leur sens de l’intérêt national dans les domaines techniques. Il ne fait guère de doute que Jean-Marcel Jeanneney ait été séduit immédiatement par les corpsards de la DICA et du BRP. En dépit de son étiquette de professeur et d’intellectuel, Jean-Marcel Jeanneney reconnaît avoir une attirance pour le pouvoir, c’est-à-dire la possibilité d’infléchir réellement le cours des événements. À quarante-neuf ans, sa rencontre avec les hommes du pétrole va lui permettre de changer de camp, de cesser d’être l’analyste passif pour devenir le concepteur actif.

26Afin de comprendre quel a été le rôle exact de Jean-Marcel Jeanneney dans la décision de permettre au BRP de devenir l’embryon d’un groupe industriel, il convient de resituer le problème dans son contexte. Comme la brève relation des étapes de la découverte l’a montré, les sociétés filiales du BRP ou de la RAP sont des sociétés de recherche. Dès lors qu’elles ont découvert du pétrole, elles ne disposent d’aucune infrastructure pour le transporter, le raffiner et le vendre en France ou sur le marché mondial. Ce ne sont pas des compagnies « intégrées » comme le sont les majors ou la Compagnie française des pétroles qui disposent de flottes de pétroliers, de raffineries et de stations-service. Si aucune réflexion sérieuse sur l’écoulement des gisements éventuels qui pourraient être découverts dans le Sahara n’a été menée par le BRP, cela tient à trois raisons majeures.

27La première s’explique par la présence rassurante de la loi Poincaré de 1928 qui prévoit l’éventualité d’une production nationale de pétrole, en contraignant les sociétés établies en France à « reprendre » le pétrole national. Ce sont les fameux contrats dits de « reprise » que toutes les compagnies pétrolières y compris la CFP craignent à partir de 1956.

  • 33 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Blancard du 22 mai 1992.

28La deuxième raison tire sa source dans le mépris exprimé par les ingénieurs pour cette question de raffinage-distribution. Jean Blancard incarne typiquement cet état d’esprit lorsqu’il déclare : « J’ai estimé qu’une fois sorti de l’enfance de la recherche, ce n’était pas une bonne chose que le président du BRP puisse faire du commerce. »33 Pierre Desprairies ajoute que les ingénieurs des Mines « n’étaient pas intéressés par la branche raffinage-distribution », ils étaient tous atteints par la « minite », cette passion pour l’exploration, mais ils ne manifestaient que peu d’intérêt pour les questions administratives et financières. C’est sans doute cette attitude que relevait Jacques Bonnet de la Tour dans sa note de l’été 1958.

29Enfin, il faut aussi reconnaître que le BRP a perdu très tôt tout contrôle étroit sur les agissements de ses plus grosses filiales. Tel a été le cas de la SN REPAL de Roger Goetze qui a montré des velléités d’indépendance dès la découverte d’Hassi Messaoud en cherchant un accord amiable avec la CFP. Roger Goetze entre alors en négociation avec Victor de Metz afin d’obtenir une participation de 10 % pour la SN REPAL dans le capital de la Compagnie française de raffinage (CFR). Roger Goetze retire un mauvais souvenir de cette période, il s’en explique en ces termes : « Cela me paraissait naturel de passer par le canal de la CFPA pour écouler notre pétrole. C’est Victor de Metz qui m’en a dégoûté dans une histoire, non pas sordide, mais il m’a mal traité à ce moment-là. Il ne pensait pas que je continuerais à faire la carrière que j’ai faite, le général de Gaulle n’était pas revenu aux affaires à ce moment-là. En 1956, il m’a offert de vendre le pétrole d’Hassi Messaoud au prix de revient plus une commission. Je savais que cela ne représentait rien du tout et que, par conséquent, je n’avais plus aucune liberté dans la production du champ. Je perdais tout pouvoir. Il m’a raconté combien il était difficile de monter les affaires de pétrole. Une fois, au bord des larmes, j’ai dit à Jacques Bénézit : « ton président commet une faute historique car nous vendrons notre pétrole au détriment de la CFP ». » Ce témoignage permet de comprendre que cette histoire ne s’est pas faite sur un ton feutré et au nom de bons principes, même entre compagnies françaises. En attendant, cette initiative était faite sans véritable concertation avec le BRP, ce qui a fait dire à Yves Delavesne qu’en agissant ainsi, « Roger Goetze trahissait le BRP ».

  • 34 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 11 septembre 1959.

30Cependant, à côté de la mise en œuvre sur le terrain des aménagements en infrastructures nécessaires pour recevoir le pétrole algérien, la direction des Carburants et les responsables politiques élaborent dans le secret la nouvelle politique pétrolière. À la rentrée de septembre 1959 commence à courir la rumeur d’une nationalisation de la Compagnie française des pétroles. Le Télégramme économique de François Bruel fait état de cette éventualité dès le 11 septembre, mais sans trop y croire34. Pour lui, le gouvernement n’a aucun intérêt à prendre directement le contrôle d’une société qui opère au Moyen-Orient, région où l’image de la France n’est pas bonne depuis l’affaire de Suez et les événements en Algérie. La préoccupation essentielle du gouvernement résiderait plutôt dans la maîtrise de la distribution du pétrole saharien par des intérêts français. À cette fin, il pourrait décider de dédoubler le réseau TOTAL appartenant à la CFP par un autre circuit, moins dépendant des grandes compagnies. La CFP se heurte depuis le début de l’été 1959 au refus du gouvernement d’autoriser le rachat du réseau du distributeur indépendant OZO appartenant à l’Omnium français de pétrole que l’État entendrait faire revenir à ce nouveau grand réseau. La justesse de raisonnement et la qualité des informations de François Bruel surprennent aujourd’hui encore car les intentions du gouvernement et des milieux pétroliers d’État demeuraient secrètes à cette époque.

  • 35 Date mentionnée par Pierre Desprairies mais sous réserve.
  • 36 Ces noms découlent des propos de Pierre Desprairies.

31Effectivement, la trêve estivale a été mise à profit par le gouvernement et les pétroliers d’État pour arrêter une stratégie. Pierre Desprairies, directeur de cabinet adjoint de Pierre Guillaumat et président de la SPAFE, se souvient avoir été contraint d’écourter ses vacances pour assister, le 11 août 195935, à une réunion dans le bureau du directeur des Carburants, Maurice Leblond. Auront également participé à cette réunion les principaux responsables du BRP (Jean Blancard et Yves Delavesne), Roger Goetze, de la SN REPAL, Paul Moch, de la RAP, André Blanchard, de la SNPA36. Si le directeur des Carburants a pris l’initiative de convoquer les principaux responsables des sociétés intéressées par l’exploitation des richesses sahariennes, c’est que le moment est venu de décider ou non de la création d’une nouvelle société de raffinage-distribution. Bien qu’il n’existe aucun compte rendu précis de cette réunion, les témoignages des participants se recoupent sur un point essentiel, c’est bien au cours de cette réunion qu’a été lancé le projet de société de raffinage-distribution. Si Jean-Marcel Jeanneney a laissé le soin au directeur des Carburants de réunir les principaux protagonistes, c’est qu’il a compris qu’ils se mettraient mieux d’accord entre eux, hors de sa présence. En fait, le ministre de l’Industrie n’a nullement l’intention de faire pencher la balance d’un côté plutôt que d’un autre. Il laisse le choix aux responsables pétroliers de ne pas constituer une société de raffinage-distribution, mais en cas d’accord, il y met une condition, que tous y participent. Le 11 août 1959, on peut dire que les filiales du BRP et la RAP acceptent de faire allégeance au BRP, même si cela doit en coûter à Roger Goetze et à Paul Moch qui étaient pour le moins jaloux de leur indépendance depuis 1956. Pierre Desprairies raconte comment Roger Goetze a fait état, manifestement à contrecœur, de l’état d’avancement de ses négociations pour le rachat de la majorité de la filiale française de la société américaine CALTEX et comment Paul Moch a bien dû se résoudre à accepter le principe d’un rattachement de son réseau aquitain à la structure projetée. Néanmoins, tous eurent le sentiment de franchir un grand pas dans leur lutte sourde, mais jusque-là dispersée, pour exister face aux grandes compagnies et à Victor de Metz. Dans l’immédiat, le BRP et la DICA entreprennent une sorte d’étude de faisabilité, car les possibilités de montage ne sont pas simples et les adversaires ne vont pas tarder à se mobiliser.

  • 37 Lettre reproduite dans un dossier historique réalisé pour la direction d’Elf Aquitaine, consulté à (...)

32Fin septembre 1959, Jean Blancard, qui demeure le président du BRP, en dépit de sa mission de délégué général à l’Armée de l’air, prend le soin d’écrire au ministre de l’Industrie pour l’avertir officiellement de la position arrêtée par les dirigeants des filiales de l’établissement public37. Selon lui, » L’État doit adopter la solution qu’utiliserait tout grand groupe industriel, tel que les groupes pétroliers internationaux expérimentés dans cette industrie. La création d’une filiale nouvelle, directe, est la seule qui convienne correctement à ce problème et qui, au-delà des susceptibilités, de l’amour-propre, puisse connaître les larges développements escomptés ». Le président du BRP est clair, c’est bien à l’État d’adopter un comportement d’industriel en prenant une initiative forte. Alors que le BRP avait été conçu comme un outil de recherche devant permettre de suppléer aux carences de l’entreprise privée défaillante, il doit se muer en industriel opérant sur un marché concurrentiel. À vrai dire, cette évolution était prévisible. Comment, en effet, aurait-on pu remettre aux grandes compagnies les gisements découverts, alors que les coûts de recherche avaient été très élevés et que les compagnies avaient traîné les pieds pour venir au Sahara ? Seule la CFP, partiellement détenue par l’État, aurait éventuellement pu se voir remettre l’intégralité des découvertes sahariennes, mais cela ne paraissait guère envisageable. De fait, les découvreurs devaient devenir des industriels et des commerçants. Encore leur fallait-il surmonter leurs querelles de susceptibilité, et c’est ce que suggère Jean Blancard quand il évoque les questions d’amour-propre.

33Le président du BRP a déjà une idée assez précise de l’architecture de la nouvelle filiale aval du groupe pétrolier national quand il écrit qu’« une telle société pourrait être constituée par les établissements publics de l’État et par les principaux établissements financiers privés représentatifs des intérêts qui ont participé à la recherche du pétrole en zone franc. Les établissements de l’État, la RAP et le BRP, pourraient détenir les parts égales d’un total de 70 % par exemple. Ce serait l’occasion de régler la coopération de ces deux établissements pétroliers. » La rivalité entre le BRP et sa principale filiale serait ainsi réglée par une neutralisation réciproque. Quant à l’irruption de la sphère financière dans une alliance de sociétés d’État, elle s’explique non par une quelconque volonté de privatisation ou d’abandon des profits à la haute banque, mais davantage comme un moyen pour développer une alliance privilégiée avec quelques banquiers sur le modèle des relations entre la CFP et Paribas par exemple. Jean Blancard ne cache pas qu’« un tel organisme aurait, certes, un caractère public affirmé, mais celui-ci ne paraît nullement à redouter. D’une part, en effet, la vente de brut par les sociétés productrices pourra être organisée plus librement, sinon sans condition ; d’autre part, les grands groupes pétroliers ont souvent manifesté le désir de voir clarifier la structure par laquelle notre jeune industrie pétrolière avancera dans la voie de l’intégration. Ce serait à leurs yeux le gage d’une politique en ordre qui, seule, permet d’envisager une coopération efficace et manifestement d’intérêt commun. » Il faut se souvenir que l’ancien directeur des Carburants est demeuré un nostalgique de cette « république des hauts fonctionnaires » qu’était la IVe République et que l’entreprise publique n’est pas un concept vide de sens chez lui. Ce souci constant le conduit précisément à comparer le secteur public au privé, à vouloir adopter les méthodes de ce dernier lorsqu’elles sont efficaces, tout en conservant le sens de l’intérêt national. C’est justement parce que les groupes privés sont, a priori, suspects de ne pas vouloir partager les objectifs nationaux des producteurs d’État qu’on ne peut s’appuyer sur eux. À ce sujet, l’ancien directeur des Carburants est explicite : « Les producteurs n’auraient pas eu à créer une organisation nouvelle, d’aspect monolithique, si des possibilités de collaboration leur avaient été offertes. Or les groupes se sont opposés systématiquement à ce que ceux-ci prennent une participation qui eût été fatalement minoritaire dans toutes leurs entreprises nouvelles, pipe-line Marseille-Strasbourg, raffineries de Strasbourg pour ne retenir que ces deux dernières années. » C’est bien parce qu’ils ont été toisés et regardés avec condescendance que les dirigeants des sociétés sahariennes ont décidé de faire leurs preuves et de passer à la contre-offensive ; d’une certaine manière c’est une question d’honneur pour eux, même si cet enjeu est tu.

34Dans une note à Yves Delavesne, directeur général du BRP, du 30 septembre 1959, Jacques Bonnet de la Tour, le directeur financier, fait état de la première prise de position de Pierre-Paul Schweitzer, directeur du Trésor, à l’issue du dernier comité spécial consacré au BRP. Le directeur financier a déduit des propos du directeur du Trésor que la Rue de Rivoli mettrait en avant des raisons financières pour critiquer le projet. Par conséquent, il faut déjà savoir si la nouvelle société sera une « filiale des filiales » ou une « filiale commune BRP-RAP ». Comme dans toutes les opérations industrielles, la capacité de financement détermine la marge d’action. Or comment le BRP compte-t-il développer ses activités sans aide de l’État ?

  • 38 La crise financière que l’État a connue en 1957 a entraîné la création des certificats pétroliers. (...)

35Une note du directeur des Carburants en date du 3 novembre 1959 permet de comprendre la voie sur laquelle s’est engagée la DICA. Revenant sur le tarissement des dotations étatiques en 1957 et 1958, Maurice Leblond explique comment le secteur privé avait pris le relais à travers la création de deux nouvelles REP et de cinq REX. Cette immixtion de la sphère privée dans le secteur pétrolier d’État a eu pour conséquence de délester l’État d’environ 70 milliards d’anciens francs d’investissement38. Avec l’arrivée d’Antoine Pinay Rue de Rivoli, les dotations et les capacités d’emprunt sont revenues. En fait, loin de contester toute opération industrielle concernant le BRP, le ministère des Finances semble plutôt soucieux de les moraliser et « demande un visage et des méthodes plus aimables que ceux de Jersey ». Il n’est pas du tout certain que Jean-Marcel Jeanneney ait été tenu au courant de toutes ces pratiques antérieures à son arrivée. En tout cas, on commence à mieux comprendre pourquoi la Rue de Rivoli va se mêler étroitement de l’affaire pétrolière. Contrairement à ce que Jean-Marcel Jeanneney a peut-être estimé un peu vite, le directeur des Carburants souligne que « les rapports du BRP avec la Caisse des dépôts sont bons, efficaces, et la bienveillance du Trésor est acquise. » Alors que le ministre de l’Industrie a le sentiment que la Rue de Rivoli a été d’emblée hostile au projet de peur d’être mise à contribution et aussi parce qu’elle est le soutien fidèle de la CFP. En revanche, la note précise que « la situation est mauvaise avec les banquiers privés ». Maurice Leblond insiste beaucoup sur la nécessité de surmonter les réticences du BRP envers les banques d’affaires. Entre les ingénieurs et les banquiers, le courant passe mal : les premiers suspectent les seconds de vouloir les dépouiller de leurs découvertes, les seconds suspectent les premiers de jouer de leur statut de fonctionnaires pour ne pas être impartiaux dans les octrois de permis aux REP et REX dont ils sont actionnaires. Or, pour un banquier, l’idée même de pouvoir perdre sa mise est insupportable, alors que l’ingénieur sait que la recherche pétrolière est un perpétuel poker menteur avec la géologie. En 1959, la contestation entre le BRP et les banques porte sur le gisement d’El-Gassi que les intérêts privés semblent réticents à financer.

36Le handicap majeur du BRP est sa dépendance vis-à-vis du Trésor. Il émarge au budget de l’État à concurrence de 20 milliards d’anciens francs par an alors que la RAP est proche de l’équilibre et que ses deux filiales SNPA et SN REPAL dégagent des bénéfices. Au manque d’autorité que cette situation implique il faut ajouter la fâcheuse habitude prise par les dirigeants du bureau de ne pas se préoccuper de la rentabilité immédiate. Après tout, quoi de plus normal quand on a eu pour vocation de faire de la recherche pétrolière et non de reverser des dividendes à des actionnaires. Dans ces conditions, on comprend mieux les craintes du ministère des Finances face à la constitution d’une société de raffinage-distribution dont les premiers gestes seraient d’acheter des réseaux de distribution et d’ériger des raffineries. Ces raisons objectives expliquent largement pourquoi Antoine Pinay est hostile à cette initiative. Quant aux banques d’affaires, elles ne vont pas tarder à penser que l’affaire pourrait se révéler fructueuse, à condition qu’elles s’occupent de la gestion.

  • 39 Arch. CHEVS JMJ 28. Note de Jacques Bonnet de la Tour, intitulée BRP-REP et REX, 12 novembre 1959.

37Pour Maurice Leblond, l’entrée de la haute banque dans le capital de la nouvelle société est primordiale. ll s’appuie pour cela sur le lien étroit existant entre la CFP et Paribas, intérêt bien compris entre l’industriel qui rémunère son banquier via les commissions et le banquier qui est tout disposé à aider l’industriel lors d’un accès de faiblesse comme cela vient de se produire avec la baisse généralisée des valeurs pétrolières sur les places mondiales. En fait, le directeur des Carburants aimerait bien ravir Paribas à la CFP, même s’il mentionne aussi les noms des banques Worms, Lazard et Rothschild. Cependant, il n’entend pas laisser aux banques la possibilité de s’entendre avec les concurrents étrangers du futur groupe pour l’octroi des permis ou la commercialisation du pétrole. En annexe, le directeur des Carburants dresse la liste des points à aborder lors des conversations avec René Mayer et Georges Pompidou et des renseignements à demander à Pierre-Paul Schweitzer, ce qui est une indication précieuse sur la participation du futur Premier ministre aux discussions sur l’élaboration de la politique pétrolière. Aux banquiers, le directeur des Carburants veut surtout faire comprendre que leur engagement aux côté d’un « groupe BRP » doit être total et qu’il n’est pas question qu’ils puissent mener une politique autonome pour les REX. Au directeur du Trésor il souhaite voir préciser avec quelles modalités on peut envisager une alliance entre établissements publics et haute banque, et quels seraient les intérêts à les voir associés au projet. En faisant ces propositions, le directeur des Carburants marque plus qu’une inflexion par rapport à ses deux illustres prédécesseurs. En désirant faire entrer de plein droit la haute banque dans le futur groupe, non seulement il n’obéit plus à ce complexe de supériorité de l’ingénieur qui lui faisait mépriser les questions d’argent, mais il va à l’encontre de la mentalité de service public, de grands commis de l’État, que se sont forgée les hommes du pétrole national. Dans sa réponse à la note du directeur des Carburants, Jacques Bonnet de la Tour relève que « Si Leblond peut définir une politique financière précise, c’est qu’il suppose levées un certain nombre d’hypothèses quant au rôle du BRP. Il va, lui, jusqu’au bout d’une évolution qui, bien que commandée par les découvertes effectuées depuis plusieurs années, ne fait pas encore l’unanimité des esprits et qui n’entre encore que timidement dans les faits depuis juillet 1959 »39. Le jeune directeur des Carburants bouscule ce que l’on appelle de nos jours « la culture d’entreprise » du BRP. Le directeur financier du BRP remarque avec justesse que « Leblond fait fi des attributions de puissance publique que détient le BRP et de son rôle para-administratif. Il fait également fi de l’état actuel des relations du BRP et de ses filiales telles qu’elles se trouvent établies après trois ou quatre ans d’une politique inverse de celle préconisée aujourd’hui ». Si le directeur des Carburants se permet de lancer cette petite « révolution culturelle », c’est qu’il a l’accord de Jean Blancard puisque le président du BRP a déjà évoqué cette hypothèse dans sa lettre au ministre de l’Industrie de la fin septembre. On peut aussi ajouter que Maurice Leblond appartient déjà à la nouvelle génération d’ingénieurs des Mines qui nourrit un fort attrait pour le secteur privé. Au demeurant, Jacques Bonnet de la Tour reconnaît être « rallié totalement » à la nouvelle politique financière proposée, mais il est vrai qu’il est inspecteur des Finances et que son goût pour les opérations financières serait plus satisfait si le BRP adoptait une politique plus ambitieuse. Il pose néanmoins trois conditions à la mise en œuvre de la nouvelle politique. Tout d’abord, l’abandon par le BRP de ses pouvoirs et attributions d’organisme para-administratif, ce qui constitue à ses yeux « une révision déchirante » pour les dirigeants du BRP, ensuite que soient réglés les conflits de personnes entre la tête du BRP et celles de ses filiales, et enfin que soit affirmé clairement comme objectif la fusion du BRP et de la RAP à l’occasion de la création de RA-DIS (Raffinage-Distribution). Si on trouve là l’évolution ultime du processus entamé sous le ministère de Jean-Marcel Jeanneney, il faudra encore attendre quelques années pour y parvenir avec la fusion du BRP et de la RAP dans l’ERAP et la création d’ELF-ERAP, prélude à la grande fusion avec la SNPA qui ne peut même pas être rêvée en 1959. Si Jacques Bonnet de la Tour se range aux côtés du directeur des Carburants pour faire du BRP l’outil moderne d’une grande politique pétrolière nationale, il ne le suit pas sur le terrain de la coopération avec la haute banque.

38Pour le directeur financier, les relations entre l’établissement public et la banque « paraissent dominées par la méfiance et par une sorte de complexe d’infériorité ». Les relations entre ingénieurs et banquiers sont empreintes de la crainte des premiers de se faire abuser par les seconds, suspectés, à tort ou à raison, de vouloir les dépouiller par des manipulations complexes du fruit de leur patient travail de recherche pour les vendre à la concurrence internationale. Pour Jacques Bonnet de la Tour, Maurice Leblond semble bien naïf de croire que la haute banque ne s’intéresse qu’aux commissions. Il l’explique en des termes directs : « S’il en était ainsi, comment expliquerait-on que le principal souci d’un banquier lorsqu’il va réaliser une affaire, ce soit d’aller trouver ses collègues pour les faire participer au gâteau ? L’essentiel n’est pas d’encaisser le maximum de commissions, mais d’être le chef de file ». Le directeur financier cite pour conforter son opinion celle de Pierre Desprairies, forgée à l’issue d’une rencontre avec Georges Pompidou, de la banque Rothschild. Pour l’inspecteur des Finances, « la haute banque veut prendre des initiatives, animer des affaires, en créer de nouvelles, prendre des risques, participer aux décisions, placer des dirigeants qui lui seront fidèles (…). C’est l’appétit de puissance qui l’anime ». En énonçant ces vérités premières, le directeur financier veut faire part de ses craintes de voir le loup entrer dans la bergerie sans prendre la précaution de lui limer les crocs ! Dans l’immédiat, l’entrée de la haute banque n’aurait d’intérêt que pour les développements ultérieurs dans des pays où l’étiquette « État français » du groupe pétrolier risquerait de mal passer. D’autre part, il conviendrait de chercher une banque proche des allées du pouvoir, d’où le recours à Georges Pompidou dont la banque possède une partie d’ANTAR. Contrairement à Maurice Leblond qui aspirerait voir le BRP s’attacher les services de Paribas, pour Jacques Bonnet de la Tour, « le choix d’un groupe autre que celui de la Banque de Paris s’impose ». Le BRP n’a pas supporté l’attitude du représentant de cette banque, Jean Reyre, membre du conseil d’administration de la REPAL, qui n’a pas soutenu cette société dans sa lutte avec la CFP pour le rachat d’OZO. Un rachat qui n’a pu être bloqué que par l’intervention directe de Jean-Marcel Jeanneney, ce qui a ajouté un élément au contentieux existant entre les ministres de l’Industrie et des Finances.

IV. LA BATAILLE POUR UN SECOND RÉSEAU NATIONAL DE RAFFINAGE-DISTRIBUTION

A. L’OPPOSITION DU MINISTÈRE DES FINANCES

  • 40 Arch. CHEVS JMJ 4. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney au ministre des Finances du 16 décembre 1959, n (...)

39Dans une lettre adressée à Antoine Pinay et datée du 16 décembre 1959, Jean-Marcel Jeanneney demande au ministre des Finances de signer un arrêté « autorisant le bureau de recherches de pétrole et la Régie autonome des pétroles à prendre une participation dans le capital de la Société industrielle des pétroles (SIP). » L’arrêté veut autoriser les deux établissements publics à entrer jusqu’à concurrence de 6,5 milliards de francs chacun dans le capital de cette société. Naturellement le ministre de l’Industrie précise au ministre des Finances que cette création devra s’accompagner d’une refonte du statut du BRP : « La modification à envisager s’insère dans l’évolution normale du bureau qui, chargé initialement de promouvoir un plan de recherches, doit maintenant pouvoir participer à la mise en valeur des ressources découvertes… »40. Dans la formule présentée par le ministre de l’Industrie, il est précisé que « l’activité du bureau ne pourra concerner que le traitement du gaz, le raffinage de pétrole, le transport, le magasinage et la distribution des hydrocarbures à l’exclusion de toute autre forme d’activité industrielle ou commerciale ». Dans cette version officiellement transmise à Antoine Pinay, il n’est pas question de faire entrer une banque ou les REP dans le capital social de la SIP. Jean-Marcel Jeanneney se montre surtout soucieux de centrer la constitution de la nouvelle société sur le BRP, même si à côté de la RAP, la SN REPAL obtient 20 % du capital. Le ministre de l’Industrie a compris qu’il était indispensable de donner une place de choix aux deux puissantes vassales du BRP, tant pour satisfaire leurs présidents que pour rassurer le ministère des Finances sur les capacités d’autofinancement de la nouvelle structure. Jean-Marcel Jeanneney conclut sa lettre en espérant avoir donné « tous les apaisements sur les motifs et les buts des réformes envisagées », et met l’accent sur « l’urgence de la publication de l’arrêté ». Outre le fait que le ministre des Finances n’est sans doute pas rassuré par la proposition de son collègue de l’Industrie, il n’apprécie certainement pas non plus son insistance et le caractère « urgent » de son paraphe obligatoire au bas de l’arrêté. En ce mois de décembre 1959, la tension entre Antoine Pinay, Michel Debré et Jean-Marcel Jeanneney tourne à la guerre d’usure. De plus, il ne faut pas oublier non plus que le ministre de l’Industrie vient d’inviter les filiales des groupes internationaux établis en France à reprendre une partie du pétrole « franc » au prix dit du « devoir national » qui n’est autre qu’une version négociée de la procédure dite des « contrats d’intérêt national » prévue à l’article 3 de la loi de 1928. Or Antoine Pinay se montre particulièrement hostile à cette mesure car il redoute que cette marque d’interventionnisme étatique n’ait des répercussions sur les investissements futurs des grandes sociétés pétrolières en France.

  • 41 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information du 19 décembre 1959.
  • 42 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde du 22 décembre 1959. Article d’A. Murcier.

40La presse semble très tôt bénéficier de fuites. Dès le 19 décembre, L’Information apprend à ses lecteurs qu’un arrêté autorisant deux organismes d’État à participer à la création d’une société anonyme serait sur le bureau du ministre de l’Industrie. Le journal donne même le nom de cette société qui s’intitulerait Société industrielle des pétroles (SIP) et précise qu’elle serait dotée d’un capital initial de 100 millions de nouveaux francs. Elle résulterait de l’agrégation de la SN REPAL et des sociétés de financement FINAREP, COFIREP, REPFRANCE et GENAREP. Son capital se répartirait à raison de 33,5 % pour le BRP, 33,5 % à la Régie autonome des pétroles (RAP) qui détient le quart de la CREPS productrice à Edjeleh, 20 % à la SN REPAL et 13 % aux quatre sociétés privées REP41. Ce montage financier est exactement celui qui était préconisé par Maurice Leblond pour associer le secteur bancaire privé. Le ministre semble donc avoir suivi son directeur, même si cette répartition ne figure pas précisément dans le projet d’arrêté. Si la presse ne connaît quand même pas le détail des négociations internes à la DICA, au BRP et à ses filiales, elle sait qu’une telle création nécessiterait le recours à une loi, pour étendre les attributions du bureau de recherches pétrolières. Selon Alain Murcier dans un article du Monde, la formule rappelle l’ENI d’Enrico Mattei42. Le journaliste du grand quotidien du soir va même plus loin que les notes de dirigeants de la DICA et du BRP car il prédit le rattachement au nouvel ensemble de la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA), à la source des découvertes de Lacq et d’El-Gassi. Devant un tel scénario, on comprend que Victor de Metz ait choisi de faire jouer ses soutiens auprès du ministre des Finances. Ceci sans compter la mauvaise humeur du sous-secrétaire d’État américain Dillon qui, en visite à Paris, n’a pas caché son hostilité au projet et a fait craindre la conclusion de contrats à long terme entre les producteurs et raffineurs internationaux.

41Devant la précision de ces informations, on ne peut que conclure à l’existence de fuites à un haut niveau. Celles-ci sont-elles imputables au ministère de l’Industrie ? Ce n’est guère probable car ni la DICA, ni le BRP, n’ont intérêt à ébruiter l’affaire avant qu’Antoine Pinay ait signé. Il faut donc en conclure que c’est depuis la Rue de Rivoli que ces informations ont été transmises à la presse, dans le but évident de déclencher une campagne de presse. Il est en effet rarissime qu’un acte réglementaire comme un arrêté soit dévoilé à l’opinion avant sa promulgation. De plus, ce qui va devenir « l’affaire de la SIP » est contemporain de l’engagement de Jean-Marcel Jeanneney aux côtés des laïques dans la querelle scolaire, des revendications montantes des salariés d’EDF-GDF et du projet de BDI qui a déjà été violemment critiqué dans la presse. Autant de thèmes qui sont utilisés par le ministre des Finances pour tenter de déstabiliser son collègue de la Rue de Grenelle. D’ailleurs, en cette fin d’année 1959, Jean-Marcel Jeanneney pense un moment à démissionner. Il met en avant l’affaire scolaire, mais n’est-il pas aussi un peu las des attaques qui commencent à se multiplier ?

  • 43 Arch. CHEVS JMJ 28. Voir les quotidiens datés du 7 décembre 1959.

42Commence-t-il peut-être à comprendre que sa volonté de modernisation et de changement dans la conduite des affaires se heurte décidément trop aux avantages acquis et à toutes les formes de pouvoirs constitués et de conservatisme. Pour se maintenir, il lui faut le soutien sans faille de Michel Debré. Il l’a sans aucun doute obtenu car le Premier ministre se rend avec le ministre de l’Industrie à Bougie pour la mise en service du pipe-line en provenance d’Hassi Messaoud43. En désirant marquer de sa présence cette cérémonie, le chef du gouvernement entend sans doute montrer la volonté de la France d’exploiter les richesses sahariennes dans l’avenir, mais il apporte aussi un soutien à son ami Jean-Marcel Jeanneney dans ses initiatives pour faire du pays une grande nation pétrolière. En tout cas, Maurice Leblond avait eu raison de dire à Jean-Marcel Jeanneney, lorsque la décision de création d’une société de raffinage-distribution avait été prise : « Cela va saigner, monsieur le Ministre ! »

B. LA STRATÉGIE DU MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE

  • 44 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’Intransigeant, 7 janvier 1960. Article de François Donati. Les (...)
  • 45 Raffinage : CFR 26,8 %, Antar-Pechelbronn 7,2 % soit 34 %, Shell 23,3 %, Esso standard 16,6 %, BP (...)
  • 46 Distribution : Desmarais-Azur 10,5 %, Total (CFP)9,9 %, Antar 7,8 %, Ozo 5,15 %, Avia 4,75 %, Shel (...)
  • 47 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’Intransigeant, 8 janvier 1960.

43La position du ministre de l’Industrie et du Premier ministre sera aussi en partie guidée par les chiffres du marché pétrolier français. En 1959, 31 millions de tonnes de pétrole sont raffinées en France. Sur cette quantité, 3,6 millions de tonnes proviennent de la zone franc (dont 1,6 million du Sahara) mais il faut y rattacher les 12 millions de tonnes représentant la part de la CFP au Moyen-Orient, ce qui permet à Paris-Presse-l’Intransigeant de titrer en janvier 1960 que « la moitié du pétrole est d’origine nationale »44. Cette quantité de brut n’a été raffinée qu’à hauteur de 34 % par les sociétés françaises, les compagnies anglo-saxonnes raffinant les 66 % restant45. Même inégalité dans la distribution : en dépit de quelques points occupés par de petits indépendants, les Français n’assurent que 40 % de la distribution contre 60 % aux étrangers46. C’est contre ce partage inégal que Jean-Marcel Jeanneney et ceux qu’il soutient entendent lutter. Il faut relever la coïncidence entre l’arrivée au gouvernement de Michel Debré et de son équipe et le fait que le pétrole saharien devient une réalité économique. Pour la première fois en 1959, sa production a dépassé un million de tonnes, il a été acheminé en majeure partie par le « baby-pipe » de Philippeville, puis par le train jusqu’à la côte. Les prévisions pour 1960 se montent à 7 millions de tonnes puis 22 à 24 millions de tonnes en 1961 ou 1962. Ces chiffres, figurant dans Paris-Presse-l’Intransigeant47 et repris dans d’autres organes de presse, grossissent considérablement les chiffres réels obtenus ces années-là : 2 millions de tonnes en 1960 ; 2,2 millions en 1961 et 2,4 millions en 1962. Pour quelles raisons ces prévisions surestiment-elles autant la réalité ? Les raisons techniques mises en avant ne peuvent sans doute pas rendre compte d’un tel écart, mais il est vrai que la mise en service du pipeline entre Hassi Messaoud et Bougie ne suffira pas pour régler le problème de l’évacuation du brut, il faudra attendre la conduite Edjelé-La Skirrha en Tunisie pour parvenir à un bon rythme d’écoulement. Des facteurs politiques ont sans doute joué tout au long de la lente solution du problème algérien.

  • 48 E.N.I. Ente Nazionale Idrocarburi : Office national des hydrocarbures.
  • 49 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’intransigeant, 5 décembre 1959.

44Conscient de la difficulté de se passer des services des grandes compagnies, Jean-Marcel Jeanneney tente de trouver un moyen sûr d’assurer les débouchés du pétrole saharien par le biais de la Communauté européenne. Pour cela, il veut rallier les partenaires de la CECA à une politique pétrolière européenne. La garantie d’écoulement du pétrole saharien dans les pays du Marché commun prendrait la forme d’un droit douanier supplémentaire sur les produits raffinés extra-européens. Malheureusement pour la France, le pétrole fait partie de la fameuse « liste G », regroupant les produits pour lesquels il n’est pas prévu de tarif extérieur commun dans le traité CEE. Afin de ne pas renchérir le coût du pétrole en Europe, la France proposerait, en outre, qu’un contingent de pétrole extra-européen entre dans le Marché commun sans taxe supplémentaire, obligeant les « Sahariens » à vendre une partie de la production sur le marché mondial en respectant les cours. Cette idée de décembre 1959 peut sembler bien irréaliste avec le recul. Comment imaginer que les Pays-Bas qui abritent le siège de la Royal Dutch Shell, ou les Italiens qui mènent une politique d’achats tous azimuts avec l’ENI d’Enrico Mattei, puissent accepter pareil projet ? 48 De plus, il ne faut jamais oublier que pour tous les partenaires européens de la France, le pétrole saharien n’est pas en France mais en Algérie et que la situation ne permet pas de dire si la France maintiendra sa souveraineté sur ses territoires d’outre-Méditerranée49.

C. UNE CAMPAGNE DE PRESSE PEU COMMUNE

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 28. Énergies, 8 janvier 1960. Article de M. Herblay.

45L’année 1960 débute par une violente campagne de presse déclenchée contre la SIP alors même que celle-ci n’est pas encore née. Dans la revue Énergies50 du 8 janvier 1960, le journaliste Michel Herblay intitule son article « Pétrole national ou national-pétrolisme ? » On aura compris l’allusion. Le ton du débat est donné, les intérêts pétroliers vont se déchaîner, au moment où le départ d’Antoine Pinay se précise, ce qui leur fait encore plus craindre l’avenir. Michel Herblay écrit : « L’éventuelle SIP n’a rien à voir avec l’ENI italienne. On peut accentuer leur contraste en assimilant la première aux trusts d’État fondés par le pouvoir hitlérien et la seconde aux nationalisations du type Front populaire. » La remise en cause de la loi des quotas de 1928 ne serait qu’un prétexte : ce que viserait la SIP, c’est le maintien de la France au Sahara alors que la situation y est très incertaine. Ce projet n’est qu’une nouvelle preuve de la militarisation d’un régime aux abois, prêt à assurer, fût-ce par la force, sa sécurité énergétique. Le journaliste reproche aux compagnies de n’avoir pas su ou voulu prévoir un réaménagement du Code pétrolier de l’OCRS, avant que le système n’explose.

  • 51 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 17 mars 1960. Article de Christian Hébert : « Que veulent (...)

46Le qualificatif de « nationaux-pétroliers » est repris par Christian Hébert dans un article de France-Observateur en mars avec une photographie représentant un militaire montant la garde devant les installations d’Hassi Messaoud et en sous-titre « Derrière le pétrole, l’Algérie française »51. Dans l’article, le journaliste insiste sur la petitesse de la CFP (34 milliards de francs) par rapport à ses concurrentes anglo-saxonnes qui pèsent toutes entre 11 et 27 fois son capital. Dans ces conditions, comment peut-on prétendre que la CFP est trop puissante ? Si l’on veut créer une autre compagnie, c’est plutôt pour permettre aux partisans de l’Algérie française de trouver un biais pour pérenniser la présence française en Algérie à travers une société pétrolière qui exercerait un chantage sur les approvisionnements de la métropole. Comme on peut en juger, Christian Hébert, pourtant adversaire de la guerre d’Algérie, se retrouve du côté de la CFP, car sa faculté d’analyse est obscurcie par son souci de dénoncer tous ceux qui pourraient trouver de bonnes raisons à un maintien de la présence française en Algérie. On ne peut certainement pas le ranger parmi les folliculaires stipendiés par les groupes pétroliers qu’évoque encore aujourd’hui Jean-Marcel Jeanneney. Néanmoins, s’il est faux de prétendre que la création d’une nouvelle société de raffinage-distribution entrait dans un plan délibéré de maintien en Algérie, il n’en demeure pas moins que certains membres de la SN REPAL ont pu nourrir cet espoir. Pierre Desprairies n’a pas caché qu’il avait fallu se séparer d’un certain nombre de cadres de la SN REPAL quand ils adhérèrent à l’OAS et que, pour Roger Goetze, la perte de l’Algérie avait constitué un deuil. Au début 1960, tous les espoirs peuvent encore être nourris sur le maintien de la France en Algérie.

  • 52 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 8 janvier 1960, chronique de Raymond Aron.
  • 53 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 12 janvier 1960, chronique de Raymond Aron.

47Dans sa chronique du Figaro, intitulée « D’Hassi Messaoud à la rue de Rivoli », Raymond Aron replace la querelle du pétrole dans le cadre plus large de l’opposition entre Antoine Pinay et le tandem Debré-Jeanneney52. Donnant raison au ministre de l’Industrie dans son refus d’une baisse des tarifs du gaz et de l’électricité, il se montre beaucoup plus réservé sur le projet de banque de reconversion industrielle et renvoie les protagonistes dos à dos sur la question pétrolière. Pour le grand témoin que se veut Raymond Aron, Antoine Pinay demeure « la » référence, un symbole : « Il faut souhaiter que l’homme dont le nom symbolise une politique reste à la barre dans une période troublée. » Il réitère, quelques jours plus tard, cette volonté d’apaiser les esprits sur la question pétrolière dans une autre chronique, intitulée « L’imbroglio pétrolier »53. L’article débute par une formule choc : « Il semble que le pétrole exerce les mêmes effets maléfiques que l’opium : il fait rêver les peuples et délirer les commentateurs. » On ne peut pas dire que Raymond Aron cherche à tout prix à défendre les positions du ministère de l’Industrie, mais il montre que la querelle tient pour une large part à des motifs de rivalité de personnes et de points techniques. À quelques heures du départ d’Antoine Pinay du gouvernement, l’éditorialiste du Figaro se livre à une belle démonstration rhétorique. Exercice littéraire qui cherche à extraire cette affaire du champ politique pour justifier l’idée que le ministre des Finances ne peut décidément pas abandonner ses fonctions pour une banale rivalité entre le BRP et la CFP.

48À la même période, dans Industrie pétrolière, Henri Sacquet lance un « cri d’alarme » contre le projet étatique visant le secteur pétrolier. Les origines du projet sont rapidement présentées : « Un ministre de tendance encore plus autoritaire que dirigiste », « certaines ambitions qui, pour s’épanouir, ont apporté au ministre intéressé un plan séduisant, dont ils espèrent bien être les bénéficiaires ». Soif d’autorité de la part de Jean-Marcel Jeanneney, de la direction des Carburants et soif de pouvoir de la part de Goetze et de quelques autres. La présentation est quelque peu caricaturale mais peut-être pas tout à fait inexacte si l’on considère la toute-puissance de la CFP qui déborde largement les pouvoirs normaux d’une société nationale. En vérité, l’article ne fait que défendre les positions de cette dernière et met à la première place des inconvénients du projet le risque de troubler la CFR et la CFP et au deuxième rang le préjudice des actionnaires des sociétés privées engagées dans la recherche et l’exploitation du pétrole saharien. Le nœud du conflit se trouve ainsi naïvement formulé. D’un côté, l’État qui cherche à retirer une part des bénéfices sahariens par la constitution d’un groupe national dirigé par des technocrates désireux de promouvoir une grande politique pétrolière aux implications mondiales ; de l’autre, le pré carré des actionnaires des sociétés privées nationales (les REP ou la CFP) ou internationales qui veulent être les seuls à retirer les profits de la mise en exploitation des richesses sahariennes. Les articles alarmistes sur la situation pétrolière de la France se multiplient dans les jours qui suivent la retraite d’Antoine Pinay. Ils reprennent tous la même thématique : comment la France va-t-elle pouvoir faire face aux surplus de pétrole saharien si elle refuse de passer par le cartel pour l’écouler ? Pour Jean-Marcel Jeanneney, cette campagne de presse était payée par les compagnies pétrolières qui multipliaient leurs encarts publicitaires dans les journaux et les magazines.

  • 54 Arch. CHEVS JMJ 28. La Nation française, 13 janvier 1960, article de Jean Gérold.
  • 55 Arch. CHEVS JMJ 28. Énergies, 15 janvier 1960.
  • 56 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Capital, 15 janvier 1960, article de Charles-Louis d’Argental.

49Profitant du désarroi causé par le départ du ministre des Finances chez les classes moyennes, Jean Gérold, dans La Nation française, associe son retrait à son opposition au projet de la SIP pour la discréditer dans l’esprit de ses lecteurs54. Mi-janvier, Énergies réitère son attaque contre la SIP, en faisant appel à une « personnalité compétente » du monde pétrolier qui préfère conserver l’anonymat pour critiquer un projet qui se préoccupe trop peu des répercussions diplomatiques désastreuses dans le monde arabe quatre ans après Suez et qui refuse de s’appuyer sur l’expérience des sociétés internationales pour la commercialisation d’un pétrole menacé par les gisements qu’elles pourraient lui opposer dans un proche avenir55. Même ton dramatique dans Le Capital où Charles-Louis d’Argental parle de politique autarcique56. Pêle-mêle, le projet serait également contraire à l’esprit du traité de Rome, au climat de dégel, à la possibilité de la France d’être admise dans le club des grands du pétrole. Là encore, les grandes compagnies et la loi de 1928 sont défendues.

D. LE RÔLE MODÉRATEUR DE WILFRID BAUMGARTNER

  • 57 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 27 janvier 1960.
  • 58 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 28 janvier 1960.
  • 59 Arch. CHEVS JMJ 28. Combat, 5 février 1960.

50Fin janvier 1960, une certaine détente semble se produire sur le front pétrolier. François Bruel annonce que des négociations sur l’écoulement des pétroles sahariens sont sur le point de s’ouvrir, reste à trouver le moment opportun57. L’arrivée de Wilfrid Baumgartner aux Finances a sans doute permis un changement dans l’approche du problème. À l’écoute des milieux d’affaires, il a également intégré la dimension politique du projet de création d’une seconde société pétrolière. À partir de cette analyse, il a infléchi la position d’Antoine Pinay qui se déterminait en fonction des enjeux politiques qu’il incarnait au gouvernement. Baumgartner, lui, n’est pas un politique, chef d’un parti membre de la coalition gouvernementale ; comme Jean-Marcel Jeanneney, il est un ministre technicien. Bien sûr, il refuse de laisser transparaître ce changement lorsqu’il reçoit les journalistes accrédités à la fin janvier, mais le fait qu’il laisse filtrer que la SIP serait moins révolutionnaire que prévu est un geste significatif à l’égard des grandes compagnies58. Pour le ministère de l’Industrie comme pour les futurs membres de la SIP, le moment n’est pas venu de déléguer un négociateur pour discuter avec le cartel, il faut d’abord attendre que les partisans de la SIP et la direction de la CFP renouent le dialogue pour que la France parle d’une seule voix. Quelques jours plus tard, Combat, sous la plume de Jean Picard-Brunswick, renforce cette impression de détente, perceptible dans la presse dès la fin janvier59. « Il apparaît maintenant que les divergences de vues entre M. Jeanneney et M. Pinay sur la SIP ont été démesurément grossies et que, dans des circonstances redevenues normales, l’accord se serait réalisé sur le plan technique ; on le verra dans quelques jours avec

51M. Baumgartner ». On ne peut aussi s’empêcher de penser qu’entre les dures heures de décembre 1959 et la fin janvier, il s’est produit à Alger la tragique « semaine des barricades ». Dans quelle mesure, les graves événements d’Algérie n’ont-ils pas permis de dépassionner le débat en hypothéquant un peu plus les espoirs des pétroliers sahariens ?

  • 60 Arch. CHEVS JMJ 28. L’OFED, 11 février 1960.
  • 61 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI, 15 février 1960.

52Sur le plan européen, on se souvient que Jean-Marcel Jeanneney voulait faire sortir le pétrole de la « liste G », ce qui aurait conféré au pétrole saharien une situation privilégiée dans l’Europe communautaire. Le 11 février 1960, L’Ofed mentionne que la question de l’écoulement du pétrole saharien passe sous l’égide du groupe « interexécutifs sur la coordination des politiques énergétiques », dirigé par Pierre-Olivier Lapie60. Pour le ministre de l’Industrie, c’est un habile changement de tactique car ce groupe, présidé par un Français, opère dans le cadre des trois exécutifs, ceux du Marché commun, d’Euratom et de la CECA. Ce changement a été dicté par l’attitude hostile des Pays-Bas et de l’Italie qui ont récusé toute idée d’accorder une place particulière au pétrole français dans la CECA. Ces manœuvres françaises sont suivies avec le plus grand intérêt à Washington où Douglas Dillon, sous-secrétaire d’État, a déjà fait savoir qu’il s’opposait à tout traitement de faveur pour le pétrole saharien dans le cadre du Marché commun61. Naturellement, les pressions américaines sur leurs alliés européens, membres de la Communauté, jouent à plein contre la France. Comment imaginer un instant que les partenaires de Paris puissent accepter de voir les conditions de l’approvisionnement pétrolier européen remises en cause par un pétrole encore hypothétique, extrait d’une colonie entrée en rébellion, et qui, de toutes les façons, demeurerait en quantité insuffisante pour alimenter le marché des Six ? La position française paraît donc singulièrement irréaliste au regard des faits.

  • 62 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information, Le Monde, 2 mars 1960.
  • 63 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde du 7 mars 1960, Le Monde, France-Soir, 3 - 4 mars 1960.

53Début mars 1960, plusieurs éléments peuvent faire croire en apparence à un dessaisissement de Jean-Marcel Jeanneney dans le dossier pétrolier. Tout d’abord, Pascal Arrighi, député corse membre du groupe du Regroupement national pour l’unité de la république, dépose sur le bureau du ministre de l’Industrie une question au sujet de la création éventuelle d’une « Société nationale de distribution de pétrole ». Cette question a pour objet d’obtenir une réponse sur le coût de l’opération de rachat de diverses sociétés indépendantes pour les finances publiques. Il réclame un débat d’orientation au Parlement, afin que le gouvernement tienne la représentation nationale informée de ses intentions en matière de politique pétrolière62. Ensuite, la presse fait état du renforcement des positions du ministre des Finances qui aurait obtenu du Premier ministre une extension de son pouvoir dans le secteur pétrolier. De son côté, Jean-Marcel Jeanneney se veut rassurant, en précisant que la nouvelle société ne jouerait qu’un rôle « additionnel » à côté des compagnies du cartel. D’ailleurs, la bourse interprète ces propos comme un aveu de faiblesse. La première semaine de mars 1960 est marquée par une sévère baisse des valeurs pétrolières sahariennes. Ainsi, COFIREP a chuté de 11,50 % ; FINAREP B de 13 % ; la GENAREP de 6,30 % et la SOGERAP de 22 % entre le 29 février et le 4 mars63. Cependant, cette baisse des sociétés associées au développement de la SIP ne s’accompagne pas d’une remontée des titres de leurs rivales, Esso standard baisse de 14 % et la CFP de 4,90 %. Ceci s’explique par le marasme pétrolier du moment, pléthore de production et menace de dumping par l’Union soviétique, et le retard pris dans la production du pétrole saharien.

V. LA VICTOIRE DES PÉTROLIERS NATIONAUX

A. LES TRACTATIONS DU PRINTEMPS 1960

54C’est pourtant dans ce contexte apparemment défavorable que le ministre de l’Industrie annonce, le 3 mars 1960, la création avant la mi-avril de la nouvelle société pétrolière d’État. Profitant du parterre de journalistes réunis pour son annonce, Jean-Marcel Jeanneney ajoute que les discussions en cours sur le plan européen ne sont engagées que dans un but conservatoire, pour préparer les partenaires européens à l’éventualité de l’entrée du « brut » produit par la Communauté française en Europe. Cette mise au point permet de rassurer à peu de frais les pays qui craignaient un conflit sur le pétrole ; l’argument européen n’aura donc servi qu’à des fins intérieures pour répondre aux détracteurs de la SIP tant que celle-ci n’était pas certaine de venir au monde. Au cours de sa conférence de presse, le ministre de l’Industrie revient sur les raisons qui l’ont amené à choisir l’option de la création d’une seconde société pétrolière française.

55Tout d’abord, un impératif économique et technique, le fait que tous les producteurs importants soient aussi des raffineurs et des distributeurs. Il était donc normal que les sociétés qui opèrent au Sahara contrôlent toutes les étapes du circuit pétrolier depuis le puits jusqu’à la pompe. Ensuite, vient un argument politique. Même si l’État détient 35 % du capital de la CFP, cette compagnie aurait eu trop de pouvoirs en contrôlant l’ensemble de la distribution du pétrole saharien. Enfin, Jean-Marcel Jeanneney répète qu’il n’a pas voulu remettre en cause la présence des sociétés étrangères qui opèrent en France pour 58,5 % de la distribution. Les modalités de la création du nouveau réseau de distribution ne ressortent pas encore clairement.

  • 64 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 4 mars 1960.

56François Bruel, dans le Télégramme économique, estime que la SIP ne disposerait pas d’un réseau exclusif mais qu’elle développerait avec d’autres compagnies une chaîne de distribution nouvelle64. Cette solution permettrait à la CFP de conserver le réseau TOTAL mais aussi de participer au nouveau réseau. Après avoir envisagé un partage du capital de ce nouveau réseau à parts égales de 40 % chacune entre la SIP et la CFP, les 20 % restants allant à Desmarais (Azur), groupe indépendant, les futurs membres de la SIP ont finalement refusé tout montage dans lequel ils ne seraient pas majoritaires. Les points de désaccord sont loin d’être surmontés, en dépit de l’annonce faite par le ministre de l’Industrie. La Vie française du 11 mars 1960 consacre un article à la question qui revient sur les profondes divergences entre les différents protagonistes. Le journal économique s’inquiète des empiétements réalisés aux dépens de la CFR et reprend le schéma énoncé par François Bruel quelques jours plus tôt. Il semble qu’à ce moment la CFPCFR ait changé de tactique et que, ne pouvant plus empêcher la constitution de la SIP, elle ait cherché à lui retirer le peu de pouvoir qu’elle allait réussir à arracher.

  • 65 Arch. CHEVS JMJ 28. La Vie française, 25 mars 1960, article de Jean Choffel.
  • 66 Cette anecdote a été remémorée à Jean-Marcel Jeanneney par Raymond Barre lors de la journée consac (...)

57Jean Choffel, dans le numéro de fin mars 1960 du même journal, présente pour la première fois clairement ce qui constitue à ses yeux « le dessous des cartes » de l’affaire de la SIP65. Selon lui, le ministre de l’Industrie et la DICA, « qui n’a qu’une autorité de façade et [dont] les véritables patrons se situent à un niveau plus élevé », désirent limiter le pouvoir de la CFP qu’ils apparentent à un véritable État dans l’État. Mais, ne pouvant prendre le risque de formuler clairement cette position, ils « donnent une coloration passionnée à des débats qui sont présentés à l’opinion comme purement techniques ». Le journaliste n’a pas tort d’affirmer que pour Jean-Marcel Jeanneney, Victor de Metz est un homme qui détient trop de pouvoir par rapport à un ministre de la République. Cette opinion du ministre de l’Industrie au sujet du président de la grande société pétrolière nationale a indéniablement constitué un facteur de poids dans le soutien qu’il a apporté aux animateurs du BRP et de ses filiales. Quant à ces derniers, ils désiraient prouver à Victor de Metz qu’ils pouvaient relever le défi qu’il leur avait lancé lorsqu’il leur avait fait comprendre qu’ils finiraient bien par passer sous ses fourches caudines. Jean-Marcel Jeanneney aura, en fin de compte, accéléré le passage de relais entre la génération montante des ingénieurs des Mines opérant dans le pétrole et ceux de la génération déclinante ayant participé à l’aventure charbonnière. Sur un plan plus personnel, il aura participé à l’« élection » de Pierre Guillaumat comme nouveau « pape » du corps des Mines au détriment de Lambert Blum-Picard, le président du conseil supérieur des Mines, qui deviendra rapidement « l’antipape »66.

  • 67 L’ordonnance n˚ 45-2324 du 12 octobre 1945 portant création d’un bureau de recherches pétrolières (...)
  • 68 Arch. CHEVS JMJ 28. Aux Écoutes, 25 mars 1960.
  • 69 Arch. CHEVS JMJ 28. Agence quotidienne, 29 mars 1960.

58La société de raffinage-distribution prend donc définitivement forme courant mars 1960. Le Télégramme économique de François Bruel est encore une fois le mieux informé. Dans sa livraison du 29 mars, il annonce au conditionnel le nouveau nom de la future société, l’Union générale des pétroles, en précisant que le BRP ne figurerait plus directement parmi les actionnaires. La nouvelle structure s’apparenterait plutôt à un syndicat des filiales de l’établissement public. Ce nouveau montage permettrait de faire taire, à droite, les critiques dénonçant une nationalisation du secteur pétrolier en s’appuyant sur une violation de l’ordonnance de création du BRP67. Dans l’esprit de Jean-Marcel Jeanneney et de Michel Debré, il faut aussi impérativement se défaire des accusations de court-circuitage du Parlement. En effet, une partie de la presse comme l’hebdomadaire Aux Écoutes de la France68 répand dans l’opinion l’idée suivant laquelle le gouvernement ne respecte pas le canal démocratique de prise de décision qui consisterait à saisir le Conseil économique et social pour avis avant d’entamer une discussion en bonne et due forme au Parlement. Cette vision est, semble-t-il, partagée par le député de la Manche Pierre Hénault. Ce dernier, dans une longue question écrite au ministre de l’Industrie, demande, entre autres, pourquoi le gouvernement a refusé les offres de reprise à long terme des grands groupes intégrés concernant le pétrole saharien, et comment le gouvernement compte associer le BRP à la création d’une société de raffinage-distribution alors que c’est en opposition complète avec l’ordonnance de 194569.

B. L’ULTIME ARBITRAGE DE MICHEL DEBRÉ

  • 70 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP, dépêche du 19 avril 1960, 19h54.
  • 71 Le budget du BRP est en effet alimenté par un compte spécial du Trésor. Or, depuis sa création, to (...)
  • 72 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 20 avril 1960.
  • 73 Arch. CHEVS JMJ 28. La quotidienne, Le Figaro, Les Échos, Combat, 29 avril 1960.
  • 74 Arch. CHEVS JMJ 28. Texte du communiqué dans divers organes de presse dont ARI, La Presse français (...)
  • 75 Le contrat de reprise est passé pour une période triennal avec BP, Esso et Shell sur la base de 2, (...)
  • 76 Cette mesure autoritaire ne sera pas suivie d’effet car la production de pétrole saharien n’attein (...)

59Le 19 avril, Michel Debré réunit conjointement Wilfrid Baumgartner et Jean-Marcel Jeanneney pour aplanir les divergences des deux ministères au sujet de la future société pétrolière70. Il semble que cette entrevue ait été décisive. À son issue, le ministre des Finances se dit rassuré par le nouveau montage. En réussissant à ne pas faire apparaître le BRP parmi les actionnaires de la nouvelle société, la Rue de Rivoli estime avoir écarté le risque de voir le budget de l’État mis à contribution pour le développement de la nouvelle structure71. L’accusation de nationalisation déguisée du marché pétrolier tombe également d’elle-même72. De plus, le nouveau montage évite au gouvernement un débat au Parlement sur une éventuelle refonte du statut du BRP. Néanmoins, Jean-Marcel Jeanneney se rendra le 28 avril devant la section de l’énergie du Conseil économique et social pour expliquer les raisons de la constitution de l’UGP. Mais, contrairement à ce qui était son habitude dans le secteur charbonnier, le ministre de l’Industrie ne sera guère loquace sur cette question. Les affaires pétrolières demeurent décidément bien secrètes73. Le communiqué de l’hôtel Matignon à l’issue de la rencontre annonce formellement la constitution de l’UGP, mais il invite aussi les différents groupes pétroliers disposant d’un ensemble de raffinage-distribution sur le sol français à conclure le plus rapidement possible des contrats de reprise pour la part de brut saharien orphelin, tout comme le ministre de l’Industrie avait été amené à le faire en décembre 195974. Effectivement, cette « invitation » de la DICA lancée le 13 décembre 1959 aux groupes anglo-saxons et à la CFP est restée sans effet à la mi-avril 1960 à l’exception du groupe BP75. Le Premier ministre n’entend donc pas voir les grandes sociétés échapper aux obligations découlant de la loi Poincaré, tant que l’UGP ne sera pas en mesure de raffiner la totalité du brut saharien, c’est-à-dire pas avant 196276.

  • 77 La Société des pétroles d’Afrique équatoriale (SPAE), également filiale du BRP, opère au Gabon et (...)
  • 78 Arch. CHEVS JMJ 28. Correspondance économique, 20 avril 1960.

60La modification du statut juridique de la nouvelle société constitue l’autre changement par rapport au projet originel. Celle-ci prendrait non plus la forme d’une société financière, mais celle d’une société coopérative. Le Premier ministre a choisi d’écarter la haute banque des développements du pétrole saharien, ce qui est révélateur de ses réticences à confondre capitalisme d’État avec intérêts privés. En attendant, on ne sait pas ce qu’a pu en penser Georges Pompidou. Enfin, la SPAFE, dirigée par Pierre Desprairies, a aussi été associée à l’UGP, alors que cette société ne figurait pas parmi les actionnaires de la SIP qui étaient tous sahariens77. C’est ce qui peut laisser penser que son président, Pierre Desprairies, pourrait prendre la tête de la nouvelle UGP, bien que le grand favori soit Paul Moch, le président de la RAP78. Celui-ci a, en effet, toutes les raisons d’espérer prendre la direction de l’UGP car sa société est assurément celle qui bénéficie de l’expérience de la distribution d’hydrocarbures dans le Sud-Ouest et aussi celle qui a la plus forte assise financière à ce moment.

C. L’OMBRE DE PIERRE GUILLAUMAT

  • 79 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 24 juin 1992.

61La constitution de l’UGP a aussi été permise par l’autorité réelle, bien qu’occulte, de Pierre Guillaumat. Jean-Marcel Jeanneney reconnaît qu’il lui fallait compter au moins sur la neutralité bienveillante de son collègue des Armées. Jamais Pierre Guillaumat n’évoqua le sujet ouvertement avec le ministre de l’Industrie, mais certains regards en Conseil des ministres prouvèrent à Jean-Marcel Jeanneney que Pierre Guillaumat était dans la confidence et qu’il approuvait la démarche politique risquée de son collègue de la rue de Grenelle. Tant Maurice Leblond qu’Yves Delavesne ou que Pierre Desprairies se souviennent de certaines rencontres informelles dans le bureau de Pierre Guillaumat à l’hôtel de Brienne. Seul le ministre des armées a pu faire surmonter les frictions entre la SN REPAL et la RAP pour le futur leadership sur la nouvelle société. De plus, la présence de la SPAFE et de son président Pierre Desprairies dans l’UGP peut aussi s’expliquer par l’intervention discrète de Pierre Guillaumat. En effet, Pierre Desprairies a cumulé la présidence de la SPAFE avec la fonction de directeur adjoint de cabinet de Pierre Guillaumat quand il était rue Saint-Dominique. Il fait partie du « réseau Guillaumat », même s’il est énarque et membre de la Cour des comptes. C’est donc Pierre Guillaumat qui a poussé Jean Blancard à ne pas engager directement le BRP en première ligne dans l’UGP tout en se réservant une surveillance étroite de la nouvelle société par Pierre Desprairies interposé. En effet, si Paul Moch obtient la présidence de l’UGP, c’est Pierre Desprairies qui détient le pouvoir exécutif en en devenant le directeur général. Malheureusement pour le président de la RAP, il devra céder sa place à Pierre Guillaumat à l’automne 1962, lorsque ce dernier désirera un point de chute dans le secteur pétrolier après son retrait des affaires gouvernementales. Pierre Desprairies aura d’ailleurs la délicate mission d’aller négocier le retrait du président de la RAP contre une croix de la Légion d’honneur79.

VI. LA CRÉATION DE L’UNION GÉNÉRALE DES PÉTROLES

A. UNE MODESTIE DE BON ALOI

  • 80 Le GEP est constitué à 40 % de la SPAFE, 40 % de la SNPA, 15 % de la CEP, 5 % de la PREPA.
    André No (...)
  • 81 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, 22 avril 1960.

62Le capital social de l’UGP est réparti en trois tiers égaux entre la RAP, la SN REPAL et le GEP (groupement d’exploitants pétroliers)80. On remarque tout de suite que, contrairement au projet de SIP, les quatre REP cotées en Bourse ont été écartées. L’UGP aura donc une véritable vocation industrielle plus que financière. Sans prise directe avec la Bourse, elle ne pourra pas faire l’objet de spéculation. Pour Alain Murcier du Monde, « le nouveau réseau pétrolier français débutera modestement. »81

  • 82 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 5 mai 1960.
  • 83 En ce qui concerne Antar, Jean-Marcel Jeanneney s’est opposé à son éventuel rachat par la CFP. Tou (...)

63Cette stratégie de la démultiplication dans l’espace et dans le temps n’est pas comprise par la presse du printemps 1960. Ainsi, France-Observateur annonce début mai que Jean-Marcel Jeanneney et les « nationaux-pétroliers » n’ont pas renoncé à constituer un groupe au capital de 50 milliards d’anciens francs (contre 34 milliards à la CFP), ce qui en ferait le premier groupe pétrolier installé en France82. Pour le magazine, Wilfrid Baumgartner est incapable de trouver les 30 milliards nécessaires dans le budget de l’État étant donné que Caltex est évaluée à 20 milliards de francs. Naturellement, cette présentation des faits est au minimum fantaisiste et sans doute malveillante envers le ministre de l’Industrie. Le capital social de l’UGP de 30 milliards d’anciens francs n’aura aucun mal à être rassemblé. La RAP et la SN REPAL, qui détiendront chacune un tiers du capital de l’UGP, peuvent disposer de 10 milliards de francs chacune : ce sont des sociétés riches ; quant aux derniers 10 milliards rassemblés par le GEP, ils seront aussi trouvés sans recours à l’État. L’article mentionne également les « pressions » dont ferait l’objet la société Desmarais qui possède les réseaux Ozo et Azur, et le groupe Antar, les pouvoirs publics les invitant à se faire racheter par la nouvelle société83. France-Observateur estime qu’il est pour le moins paradoxal pour le ministère de l’Industrie d’avoir tant insisté sur la nécessité de se doter d’un second groupe national si cela consiste à faire passer les derniers indépendants dans une société à forte minorité américaine. La presse dans son ensemble continue à être très hostile à la création de cette société de raffinage-distribution.

  • 84 Arch. CHEVS JMJ 28. La Correspondance économique, 19 mai 1960.
    Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Miche (...)
  • 85 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, La croix, Aux Écoutes, Agence quotidienne, 20 mai 1960.

64Le 19 mai 1960, Jean-Marcel Jeanneney et Wilfrid Baumgartner exposent les conditions de financement de l’UGP devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Le ministre des Finances tient à expliquer qu’en ce qui le concerne, les fondements de la politique pétrolière française ne sont pas remis en question par la décision de création de l’UGP. Le texte de base demeurera celui de la loi de 1928, il continuera d’être appliqué dans un esprit libéral. La Rue de Rivoli se veut rassurante pour les grands noms du secteur pétrolier. Jean-Marcel Jeanneney s’attache plutôt à calmer les éventuelles appréhensions des parlementaires. Il explique que le rachat de 60 % de Caltex coûtera 120 millions de nouveaux francs, dont la moitié payable au comptant. Pour autant, le budget de l’État ne sera pas mis à contribution. Tout au plus le BRP consentira-t-il des avances à ses filiales, compte tenu de la difficulté à distinguer activités de recherche et activités d’exploitation dans leurs actifs. Toutefois, la Standard Oil of California et la Texaco sont vivement pressées par le ministre de l’Industrie de réinvestir leurs 120 millions de nouveaux francs dans la Caltex, tandis que les participants à l’UGP réinjecteraient 180 millions, ce qui porterait rapidement le capital social de la société commune à 480 millions de nouveaux francs. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministre de l’Industrie est ambitieux pour la nouvelle société et qu’il reste assez obscur sur les réelles capacités de financement des filiales du BRP sans recourir à une augmentation de la dotation au compte spécial du Trésor alimentant le BRP. Il se montre aussi particulièrement interventionniste vis-à-vis des intérêts américains qui n’ont peut-être pas du tout envie de se maintenir à un tel niveau dans la nouvelle société, surtout pour y demeurer minoritaires ! Enfin, une des conséquences de l’accord passé entre la Rue de Rivoli et la Rue de Grenelle est l’autorisation d’acquisition du réseau Ozo par la CFP (5,13 % de part de marché), une cession à laquelle Jean-Marcel Jeanneney s’est opposé depuis l’été 1959. En fait, l’interdit lancé à l’encontre de Total a été levé par Michel Debré qui a pris soin d’écrire au ministre de l’Industrie, le 2 mai, pour lui dire que son conseiller Maurice Pérouse avait l’assurance que la CFP était prête à faire un effort pour la reprise du pétrole saharien. Loin de n’être qu’un lot de consolation, l’adjonction d’Ozo à Total permet à la CFP de conforter sa place dans la distribution par des points de vente de qualité. L’UGP est donc contrainte d’abandonner un réseau qui lui aurait permis de faire mieux que doubler celui de Caltex84. Toutes ces informations livrées aux parlementaires de la commission des Finances de l’Assemblée n’ont, semble-t-il, pas eu l’effet escompté par le gouvernement car les députés jugent indispensables de charger Raymond Marcellin, député du groupe Indépendant paysan du Morbihan, d’une étude approfondie sur l’opportunité de la création de l’UGP et son coût réel. Les parlementaires se sentent privés d’un grand débat sur la politique pétrolière et estiment que le gouvernement a voulu s’éviter certaines explications embarrassantes qui n’auraient pas manqué de surgir s’il avait dû recourir à la loi pour créer l’UGP85.

  • 86 Arch. CHEVS JMJ 28. Toute l’alimentation, 20 mai 1960, « La distribution du pétrole », article de (...)
  • 87 Arch. CHEVS JMJ 28. Fortune française, 17 juin 1960.

65Les commentaires acerbes d’une partie de la presse à l’encontre de Jean-Marcel Jeanneney prouvent que ce dernier est considéré comme celui qui a fait pencher la balance du côté de la création de l’UGP. Dans Toute l’alimentation, Gérard Gauvain écrit, reprenant des propos de fonctionnaires de la Rue de Grenelle : « Jeanneney est un malin, il ne veut pas les effrayer. »86 Fortune française, affirmant citer un membre du gouvernement, écrit : « M. Jeanneney perd les batailles, mais progresse sur le terrain. »87

  • 88 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP, dépêche 10 juin 1960, 11 h 30.
  • 89 Dans ce type de contrat, l’État peut obliger les raffineurs et les distributeurs à traiter et comm (...)

66Le 9 juin, le ministre de l’Industrie se rend devant la commission de la Production et des Échanges de l’Assemblée afin d’expliquer à nouveau les raisons de la création de l’UGP. La relation de la communication ministérielle dans la presse du soir s’accompagne d’une mise au point de Jean-Marcel Jeanneney le lendemain matin88. Le quotidien L’information du 10 juin 1960 avait en effet prétendu citer les propos exacts du ministre de l’Industrie devant les députés de la commission de la Production et des Échanges, à l’exemple de cette phrase : « la CFP ne doit pas devenir une sorte de monstre. » Dans son édition du 11 juin 1960, L’information retranscrit intégralement le communiqué officiel du secrétariat de la commission de la Production et des Échanges qui ne mentionne aucune allusion du ministre à une quelconque puissance de la CFP. Si le communiqué officiel, reprenant les propos de Jean-Marcel Jeanneney, fait état « des discussions au cours desquelles le gouvernement fut guidé par le souci d’éviter la constitution d’une puissance disproportionnée au marché financier français », en aucun endroit, le nom de la CFP n’est mentionné, si ce n’est au sujet de l’acquisition du réseau Ozo, permis par la constitution de l’UGP. Dans l’esprit des propos du ministre, on relève plutôt une volonté de pondération entre la puissance des deux groupes. En somme, d’accord pour la constitution de l’UGP afin d’éviter une trop grande puissance de la CFP, mais attention de ne pas lui permettre d’être trop puissante à son tour. En fait, l’autorisation de rachat du panonceau Ozo par la CFP s’accompagne d’un engagement de la société de Victor de Metz à écouler sur le marché national la moitié de ses capacités en pétrole saharien. Devant la commission, le ministre de l’Industrie a aussi tenu à ajouter que le gouvernement, dans un souci de maintien de bonnes relations avec les groupes étrangers installés en France, n’avait pas tenu à recourir aux « contrats d’intérêt national » figurant dans la loi de 192889 mais à des contrats de reprise moins coercitifs. Jean-Marcel Jeanneney s’attache aussi à justifier devant les députés le bien-fondé de la création de l’UGP en expliquant que, compte tenu de la surproduction mondiale de pétrole, les rabais occultes de 5 % qui sont consentis auraient constitué une différence de recettes pour les compagnies sahariennes chiffrable à 130 millions de nouveaux francs, soit exactement le montant de leur investissement dans le rachat de 60 % de Caltex. De plus, le ministre de l’Industrie évoque « la fenêtre ouverte » sur le raffinage-distribution accordée aux compagnies nationales opérant au Sahara, qui pourront ainsi se retrouver dans la même situation que leurs grandes homologues anglo-saxonnes ou que la CFP qui sont toutes des compagnies intégrées. En réponse à une question des députés Indépendants Lalle et Jacques Féron, Jean-Marcel Jeanneney insiste sur les capacités d’autofinancement des sociétés sahariennes pour le paiement de Caltex, mais on ne sait pas s’il parvient à convaincre les parlementaires. Enfin, en réponse à une question du député aveyronnais Albert Trébosc, également du groupe des Indépendants et paysans, le ministre de l’Industrie annonce un assouplissement du décret du 8 janvier 1959 en ce qui concerne l’aménagement des pompes mal situées. Cette mesure a un double enjeu : d’une part rallier les parlementaires à la politique pétrolière du gouvernement car l’obtention d’une autorisation de création de station-service n’est pas négligeable sur le plan électoral, d’autre part faciliter l’implantation du réseau de l’UGP lorsque celle-ci aura racheté quelques indépendants.

  • 90 Arch. CHEVS JMJ 28. Les Échos, 15 juin 1960.
  • 91 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI, 24 juin 1960.
  • 92 Arch. CHEVS JMJ 28. Aux Écoutes, 15 juillet 1960.
  • 93 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 4 juillet 1960.
  • 94 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 6 septembre 1960.

67Une semaine après cette audition, la presse et les parlementaires peuvent constater que le ministère de l’Industrie tient sa parole, car à l’occasion de l’annonce des grandes lignes du projet de budget pour 1961, le secrétaire d’État au budget, Valéry Giscard d’Estaing, ne mentionne aucune ligne de crédit en faveur de l’UGP. Les Échos, qui n’avaient cessé de ferrailler contre le projet de Jean-Marcel Jeanneney, se contentent de reprendre la nouvelle, sans la commenter90. La polémique paraît définitivement s’éteindre après la déclaration de Victor de Metz devant l’assemblée des actionnaires de la CFP où il affirme : « Je ne voudrais pas que les actionnaires présents dans cette assemblée croient que l’État, en créant l’UGP, ait voulu nuire à la Compagnie française des pétroles »91. Ce langage d’apaisement n’est pas partagé par le président de la Shell française, André Charon, qui, le jour de son départ en retraite, critique vivement l’engagement de l’État dans la création d’une nouvelle compagnie pétrolière92. Le mauvais climat régnant chez les pétroliers français fait maugréer Michel Debré qui, début juillet, écrit à Jean-Marcel Jeanneney : « Les pétroliers français ont perdu les marchés marocain et tunisien du pétrole. Quand je pense à toute l’agitation des pétroliers entre eux sur le marché français, j’en viens à me demander si toute cette agitation n’aurait pas pu être utilement reportée à Rabat et Tunis pour se défendre contre une concurrence étrangère et à certains égards contre une concurrence politiquement très dangereuse. Si telle est votre impression, peut-être serait-il bon de leur indiquer le mécontentement du gouvernement en souhaitant qu’ils sachent mieux se tenir à l’avenir »93. Si Jean-Marcel Jeanneney n’a plus à se plaindre des pétroliers à partir de l’été 1960, il doit encore affronter Valéry Giscard d’Estaing à la rentrée qui profite de l’argument de l’équilibre budgétaire pour amputer de 150 millions de nouveaux francs les crédits dévolus au fonds de soutien aux hydrocarbures (100 millions de francs directement et 50 millions par non-amortissement de la caisse du Cap). Le ministre de l’Industrie ne décolère pas et met en garde le chef du gouvernement : « Cela me donne à penser que les arrière-pensées politiques ne sont pas absentes : il s’agit pour certains milieux pétroliers privés de prendre leur revanche de l’UGP en “étranglant” le BRP et la RAP. De tout cela, je ne tire pas de conclusion quant à l’arbitrage que tu dois rendre. Je voulais simplement placer l’affaire dans son éclairage exact »94.

B. DES DÉBUTS MODESTES MAIS PROMETTEURS

  • 95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 29 mars 1996.
  • 96 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 24 juin 1992.

68L’UGP mène une existence virtuelle jusqu’à sa création officielle le 14 novembre 1960. Quand on pense à ce qu’est devenue la branche raffinage-distribution du groupe Elf Aquitaine, on ne peut qu’être stupéfait de voir qu’à ses débuts elle ne comptait dans ses rangs qu’une secrétaire, un comptable à côté de son directeur général et de son adjoint ! Pierre Desprairies commence à animer l’UGP depuis ses propres bureaux de la SPAFE, au 12, de la rue Jean-Nicot dans le VIe arrondissement avant que le comptable, M. Fontaine, ne déniche un petit hôtel particulier au 25, rue Jasmin dans le XVIe arrondissement. À partir du 1erjuillet 1960, il est rejoint par Jean Méo qui quitte le cabinet du général de Gaulle, avec l’assentiment de ce dernier, pour rejoindre la nouvelle structure. Jean Méo se souvient encore de sa première déconvenue. Alors que Jean Blancard et Roger Goetze lui avaient promis en 1959 qu’il deviendrait le directeur général de la branche raffinage-distribution, le jeune ingénieur du corps des Mines doit se contenter de la fonction d’adjoint au directeur général à cause de Paul Moch qui refuse de promouvoir quelqu’un qu’il ne connaît pas. Pourtant, en quittant l’Elysée il a accepté de prendre des risques. En effet, peu de temps avant son départ, l’un des présidents les plus puissants d’une des filiales françaises des multinationales pétrolières viendra le trouver deux fois à la présidence pour le dissuader d’accepter ce poste, tentant de l’intimider en lui précisant que sa carrière serait définitivement brisée après l’échec inévitable de l’UGP95. Pourtant, par la suite, le tandem Desprairies-Méo ne sera victime d’aucun croc-en-jambe de la part des majors et n’aura aucune difficulté pour étoffer l’état-major de la nouvelle société, les candidatures spontanées afflueront. Ce succès s’explique certainement du fait des caractères affables des deux dirigeants. Même non officiellement créée, l’UGP débauchera certains collaborateurs de ses concurrentes, entre autres des ingénieurs de Mobil et de la CFR. Certains, désireux de quitter la Shell française, en seront néanmoins dissuadés par Pierre Desprairies qui leur conseillera de ne pas faire un tel saut dans l’aventure alors qu’un avenir tout tracé les attend dans la multinationale.96 Pierre Desprairies confie que les débuts furent, pour lui, exténuants. Il lui fallait sans cesse se battre pour répondre aux attaques de la presse, subir le climat fielleux des réunions à la chambre syndicale.

69Jean-Marcel Jeanneney a donc fait confiance à des hommes qui étaient à leurs débuts de véritables amateurs sur le marché pétrolier, ce dont les intéressés conviennent avec d’autant plus de facilité qu’ils ont appris très vite. Au regard des sommes et enjeux colossaux qui seront rapidement en cause, on ne peut s’empêcher de penser qu’il a, au moins, fait preuve d’un optimisme sans limites, à moins qu’il n’ait été gagné par la passion qui animait les pétroliers nationaux.

  • 97 Caltex est une filiale commune de la Standard Oil of California (60 %) et de TEXACO (40 %).
  • 98 Le 1er octobre 1959. Le discours du ministre a disparu, il reste la presse du 4e trimestre 1959.
  • 99 Ce n’est qu’ultérieurement que la Seine-et-Marne s’est révélée être le « Texas français ».

70Une semaine après le communiqué de Matignon, la SN REPAL et la filiale française de Caltex (SAF) annoncent la conclusion de leurs négociations. Elles vont constituer l’Union industrielle des pétroles, possédée à 60 % par la future UGP et à 40 % par les deux sociétés américaines formant Caltex97. C’est par l’intermédiaire de l’UIP que l’UGP va se retrouver dotée d’une participation majoritaire dans la raffinerie du Bec-d’Ambès et dans le réseau de distribution de Caltex. À première vue, l’acquisition n’est pas l’affaire du siècle. En empruntant le langage des ingénieurs, la raffinerie d’Ambès peut objectivement être qualifiée de « casserole ». De faible capacité (1,3 million de tonnes par an), elle est d’une technologie obsolète et son point de déchargement seulement accessible à de petits tankers de type « Liberty ship » de quelques milliers de tonnes. Elle n’a assurément rien à voir avec sa voisine flambante neuve du groupe Esso que Jean-Marcel Jeanneney est allé inaugurer en grande pompe en compagnie de Pierre Guillaumat en octobre 195998. Ce n’est assurément pas sur Ambès que le groupe fondera son avenir, la raffinerie Caltex servira tout au plus à la formation des nouvelles recrues, grâce au savoir-faire des Américains. Concernant le raffinage, il est donc indispensable de prévoir de construire du neuf. Le choix d’une stratégie de raffineries dites d’« hinterland », construites à l’intérieur des terres (Feyzin, Grandpuits, Gargenville) et non en bordure des littoraux (sauf à Donges), est présenté, à l’époque, comme un phénomène révolutionnaire voire génial. Jean Méo, qui en est le théoricien, l’explique plus prosaïquement. Le choix des sites des nouvelles raffineries a largement été arrêté avant le départ de Jean-Marcel Jeanneney. Sachant que la direction des Carburants ne pourrait autoriser la construction de nouvelles raffineries à proximité de celles des autres compagnies qu’au risque d’un nouveau déchaînement des majors, l’UGP a d’elle-même choisi une autre solution. En fait, les majors désiraient ardemment que l’UGP passe des contrats de « processing » pour l’utilisation de tel ou tel cracker catalytique existant, elle se serait ainsi liée elle-même les mains et aurait forcément été la dernière roue du carrosse si elle s’était groupée avec les autres sociétés en pool. Cela, les dirigeants de l’UGP ne le voulaient à aucun prix. Aussi Jean Méo s’est-il fait fort de trouver des sites proches des grandes agglomérations, sur le tracé d’un oléoduc ou sur une voie fluviale. C’est ainsi que le choix de Gargenville situé sur la Seine, à proximité de l’agglomération parisienne, de la centrale thermique EDF de Porcheville et de l’oléoduc de la TRAPIL courant depuis Le Havre a été arrêté. Le même raisonnement a prévalu pour Nangis-Grandpuits en Seine-et-Marne, situé sur le tracé d’un oléoduc et proche de Paris99. Dans le couloir rhodanien, le choix de Feyzin découle directement d’un conseil du directeur général de La Mure, le polytechnicien Gonon, qui indiqua en personne un terrain de 170 hectares à Jean Méo, à proximité de l’agglomération lyonnaise et du tracé d’oléoduc Lavéra-Karlsruhe. Cette trouvaille ulcérera les compagnies pétrolières qui ne pouvaient pénétrer le marché rhône-alpin que depuis Berre. Aussi mirent-elles tout en œuvre pour obtenir rapidement de la DICA l’autorisation d’enterrer un pipe de produits raffinés depuis les raffineries méditerranéennes jusqu’à Lyon.

  • 100 Arch. CHEVS JMJ 28. Les Échos, 3 mars 1962, mentionne l’hostilité du ministre.
  • 101 Grâce à des transporteurs possédant des camions-citernes anonymes, les « mercenaires », une compag (...)
  • 102 Feyzin permettra ainsi d’alimenter Ugine, Progil, Solvay et de dynamiser toute l’agglomération lyo (...)

71Jusqu’à son départ, Jean-Marcel Jeanneney s’opposera à cet octroi, sachant que les raffineries de la côte étant amorties, les majors pourraient concurrencer gravement la future raffinerie de Feyzin100. En vérité, sous peine de se voir accusée d’un favoritisme outrancier, la DICA sera bien obligée d’accepter la construction de ce pipe de produits raffinés. Quant au choix de Donges, à proximité de Saint-Nazaire, il s’explique par le fait que l’estuaire de la Loire était le seul à ne pas être équipé de raffinerie, compte tenu de la faiblesse industrielle de son arrière-pays. En pratiquant cette politique, Jean Méo se mettait aussi à l’abri d’un autre risque grave pour la survie de la société. En effet, alors que toutes les compagnies acceptaient de partager les frais de stockage en finançant la construction de réservoirs communs ou bien encore de faire baisser le coût de la distribution dans les stations-service en la remettant aux camions anonymes des transporteurs « mercenaires », elles déniaient ces pratiques à l’UGP101. Du coup, la dernière venue doit impérativement ravitailler le maximum de ses stations dans un rayon le plus proche possible des grands centres de consommation. C’est finalement bien malgré lui que Jean Méo a favorisé la politique d’aménagement du territoire poursuivie par le gouvernement, même si cet aspect n’était jamais absent de l’esprit des administrateurs102.

  • 103 Renseignements tirés d’une chronologie interne du service de communication du groupe Elf Aquitaine
  • 104 La plupart de ces projets sont en gestation entre 1961 et 1962 et réalisés ultérieurement. Ils son (...)

72Parallèlement à cette stratégie nationale, Jean Méo pense déjà à l’avenir et à un réseau international. C’est ainsi que deux implantations à l’étranger sont décidées pour faciliter la distribution au Benelux et en Allemagne. Ce sera la raffinerie Albatros d’Anvers, construite dans le cadre d’un accord de « processing », et du projet de Spire qui est également une raffinerie d’hinterland103. En outre, l’UGP est présente, via Caltex, dans la future raffinerie de Reichstett à hauteur de 10 %, au débouché du pipe-line du Sud-Est européen et profite encore des participations de Caltex dans le transport maritime. Du moins au début de l’aventure, quand l’UGP pense au marché mondial, elle vise surtout l’ancien empire français, sachant qu’elle sera évincée par les majors si elle se risque à chasser sur leurs terres. C’est pourquoi Jean Méo développera des projets francophones à Dakar, au Gabon, à Madagascar, à Sianoukville (avec Total), au Cameroun et aux Antilles françaises104.

  • 105 La fusion de l’ensemble des panonceaux du groupe en une marque unique, ELF, sera réalisée par Jean (...)

73En ce qui concerne la distribution, l’apport de Caltex est plus consistant avec 1 385 points de vente et 183 stations-service, soit 3,25 % du marché français. Ce réseau constituera l’ossature de la future marque du groupe dont la mise à l’étude débutera en 1961105. Mais, là encore, la situation est difficile. L’antériorité des grandes marques et de la nouvelle marque Total créée par la CFP leur a permis de bénéficier chacune d’un imposant réseau de distribution sur l’ensemble du territoire national et de s’implanter dans les meilleurs sites. Or, en ce début des années 60, on assiste à une révolution dans la distribution de pétrole. Petit à petit, les points de vente sont supplantés par les stations-service modernes. Cette mutation s’accompagne d’un resserrement des réseaux, les petits points de vente ruraux disparaissant au profit de stations construites le long des routes les plus fréquentées. Or, pour construire une station ou transformer un point de vente en station, il faut une autorisation de la DICA. D’ailleurs, le courrier ministériel abonde en demandes de créations de stations formulées via les élus. Dernière arrivée, l’UGP va être la dernière servie, elle ne peut en effet obtenir de passe-droit de la part de la DICA pour construire des stations. Il lui faut d’abord acquérir de petits réseaux indépendants pour ensuite transformer leurs meilleurs points de vente en stations. Les derniers réseaux indépendants vont donc faire l’objet d’une course au rachat entre l’UIP/UGP et la CFP, les groupes internationaux étant satisfaits de leur couverture.

  • 106 La SNPA possède son propre réseau dans le Sud-Ouest car dans un gisement gazier se trouve de l’ess (...)
  • 107 El-Gassi n’est pas entré en exploitation à cette date.
  • 108 Arch. CHEVS JMJ 28. La Croix du 15 décembre 1959.

74Dans le paysage en pleine mutation de la distribution, le ministère de l’Industrie tente d’influer sur les rapprochements et rachats projetés. C’est, par exemple, le cas pour le rachat par la SNPA106 de la Compagnie française des produits pétroliers (CFPP) implantée autour de Châteauroux107. En revanche, il se garde d’intervenir trop directement dans le conflit couvant entre la CFPP et la CFP au sujet de l’Omnium français des pétroles (Ozo) et de la Société Desmarais (réseau Azur). Victor de Metz souhaite racheter ces deux derniers grands réseaux indépendants et bénéficie pour cela de l’appui du ministère des Finances. De son côté, la SN REPAL mène aussi des négociations avec Antar et Avia108.

75La priorité de l’UGP n’est pas différente de celle de la CFP, sauf que pour elle, le rachat rapide et au meilleur prix d’un maximum de réseaux indépendants est une condition impérative à sa survie. Très vite, le directeur général du BRP, Yves Delavesne, met Pierre Desprairies et Jean Méo en rapport avec son camarade de promotion de l’X Gonon, directeur général de La Mure-Union. Ce dernier, dauphinois dans l’âme et nationaliste, ne désire pas que la société qu’il gère soit revendue à des intérêts étrangers au moment où son propriétaire, M. de Marliave, souhaite trouver un acquéreur. Comme bon nombre de sociétés charbonnières, La Mure-Union est passée à la distribution de fiouls et de carburants, au point de détenir 1 % du marché. Après avoir pris le contrôle de 50 % de la société, l’UGP soldera la totalité au bout de deux ou trois ans. Ensuite, l’équipe de l’UGP rachète Solydit-Union dans la région lyonnaise à

  • 109 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretiens avec Pierre Desprairies du 24 juin 1992, avec Jean Prada du 23 févr (...)
  • 110 En 1970, au moment du rachat d’Antar par Elf, Total pesait 25 % du marché, Elf 11 % et Antar 12 %. (...)

76M. Modiano, puis le réseau Gazoline (0,5 % du marché) à M. Wexler. Ces quelques acquisitions, auxquelles on pourrait ajouter des rachats de stations indépendantes, ne représentent qu’une addition de miettes et de confettis au regard des « victoires » remportées par Total. Victor de Metz peut, en effet, sourire de voir la part du marché national tombant dans l’escarcelle de l’UGP au moment où il rachète Ozo et Desmarais. Pierre Desprairies ne cache pas qu’il fut ulcéré par le comportement du banquier Jean Reyre de Paribas lorsque ce dernier céda finalement Desmarais à Total qui surenchérit à la dernière minute de 30 % par rapport à l’offre de Paul Moch. Sans la générosité de Maurice Leblond envers le nouveau groupe en 1964, lors du renouvellement des autorisations de raffinage à 13 ans et l’octroi d’un large contingent de stations nouvelles créées à l’occasion de la construction du réseau autoroutier, ELF aurait eu d’énormes difficultés à percer109. En tout cas, jusqu’en 1962, l’UGP n’a pas acquis un poids suffisant pour tenter un rapprochement avec le dernier très grand distributeur indépendant, Antar. Toutefois, l’absence de contact direct ne signifie pas que Paul Moch ou Roger Goetze n’aient pas commencé à discuter de cette éventualité avec Georges Pompidou alors retourné à la banque Rothschild. En effet, Jean Méo rappelle que la banque Rothschild était l’actionnaire de référence d’Antar et que, tant qu’il demeura à l’Élysée, il rendait une visite hebdomadaire à l’ancien directeur de cabinet du général pour évoquer à bâtons rompus les questions politiques du moment. Or Georges Pompidou se montrait toujours très attentif aux questions pétrolières et au projet de création de l’UGP qu’il approuvait. Mais les affaires ne connaissent pas les bons sentiments et la banque n’avait, encore, aucun intérêt à se séparer d’Antar que l’UGP ne pouvait d’ailleurs pas s’offrir. La banque n’avait, non plus, aucun intérêt à s’associer avec l’UGP. Elle aurait été obligée de continuer à financer un projet industriel hasardeux ; or, en dehors du cas allemand, un banquier a horreur de supporter des risques sans engranger rapidement une plus-value. En conservant Antar, la banque Rothschild faisait monter les enchères entre la CFP et l’UGP et pourrait ainsi revendre plus tard avec un profit maximum110.

77Même après la création de l’UGP, les frictions entre le ministère de l’Industrie et celui des Finances en matière pétrolière perdurent. Début mai 1961, soit plus de quatre mois après son expédition, Jean-Marcel Jeanneney n’a toujours pas obtenu la signature de Wilfrid Baumgartner au bas de la lettre de saisine du Conseil d’État pour l’examen de deux projets de décrets en matière de réglementation pétrolière. Excédé, Jean-Marcel Jeanneney demande à Michel Debré d’intervenir dans une lettre officielle et non une simple note informelle.

  • 111 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

78Les deux textes, qui ont obtenu l’avis favorable de la commission d’examen prévue par la loi du 30 mars 1928, concernent les livraisons sur le marché intérieur des produits pétroliers et les obligations auxquelles sont soumises les personnes ou sociétés traitant ou livrant sur le marché intérieur des produits pétroliers d’origine nationale ou assimilée. Jean-Marcel Jeanneney s’inquiète des conséquences de ce retard car « ces textes sont, en effet, indispensables pour que le gouvernement reste en mesure d’exercer sur le marché intérieur de la métropole les pouvoirs que la loi de 1928 lui a conférés et qui garantissent une commercialisation correcte du pétrole saharien »111. En l’absence des nouveaux décrets, le brut national peut être traité et vendu sans limite contingentaire, la loi de 1928 n’ayant prévu que des contingents à l’importation.

79Cette situation risque de compromettre la politique pétrolière menée depuis 1959. En effet, Jean-Marcel Jeanneney précise à Michel Debré que « dans l’état actuel des textes, toute entreprise désirant traiter et vendre des produits nationaux, si elle ne fait pas concurremment appel à l’importation, peut constituer des raffineries, édifier des réseaux de distribution, prendre le contrôle de chaînes de distribution, sans être assujettie à l’octroi d’une autorisation par la puissance publique. La situation s’aggraverait encore si un jour la CEE était amenée à accepter l’insertion de la Libye parmi les associés ou les membres de la Communauté. La puissance publique se trouvera totalement désarmée devant la conquête du marché français par les sociétés telles la Panam, Sinclair, Philips, Cities service, qui détiennent ou détiendront des productions de brut au Sahara, ou le cas échéant en Libye ; cette éventualité n’est nullement théorique si l’on rappelle les prises de contrôle de réseaux importants par ces sociétés en Italie, Autriche, Suisse et Allemagne. La puissance publique sera dans la même situation à l’égard des entreprises déjà installées en France, telles que Shell, BP, Esso et Mobil ».

  • 112 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.
  • 113 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.
  • 114 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

80Empêcher une telle dérive libérale est une priorité absolue pour Jean-Marcel Jeanneney qui sait qu’il trouvera une oreille attentive chez Michel Debré. C’est pourquoi, il n’hésite pas à entrer dans des considérations plus techniques afin de montrer tout le danger d’un maintien du statu quo réglementaire auquel semble s’être rallié Wilfrid Baumgartner. Pour Jean-Marcel Jeanneney : « La logique impose évidemment que pour conserver des moyens d’action sur le marché national, et pour éviter des différences de traitement entre bruts d’origines différentes, qui rendent très critiquable et fragile notre régime pétrolier au regard du Marché commun et des initiatives des sociétés pétrolières internationales, la France institue sur les produits pétroliers nationaux un contrôle analogue à celui des produits importés »112. Le temps presse et en s’abstenant de signer la lettre de saisine du Conseil d’État, le ministre des Finances paraît désirer laisser passer une date fatidique. En effet : « les licences d’importation de produits finis et de pétrole brut accordées en 1950 et 1953 arrivent normalement à expiration le 31 décembre 1964 pour les A 13 [autorisations à 13 ans], le 31 août 1961 pour les A 9, ceci à moins d’une décision à intervenir par décret sur une prorogation des autorisations en cours. Il est évidemment indispensable qu’avant que les demandes soient déposées, le régime retenu pour le pétrole brut et les produits finis d’origine nationale soit fixé. Pour qu’il en soit ainsi avant juillet 1961, il faut que le Conseil d’État se soit prononcé et que le gouvernement ait, en Conseil des ministres, arrêté sa position après la haute Assemblée ; ceci nécessite en conséquence que l’affaire soit réglée d’extrême urgence. Il conviendrait que ces décrets soient publiés au Journal officiel pour le 15 juin 1961 »113. Jean-Marcel Jeanneney obtient immédiatement gain de cause auprès de Michel Debré qui lui fait passer une note lui donnant rendez-vous le samedi suivant pour régler le problème et l’informant qu’il vient « de signaler à Baumgartner la position fortement critiquable de son administration, si ce n’est de la sienne, en ce qui concerne les deux projets de décrets relatifs au marché pétrolier ». Michel Debré a bien compris l’urgence de la situation, il conclut : « Si tu n’as pas de réponse dans les huit jours, préviens-moi à nouveau »114.

C. LA MISE À L’ÉCART DU PARLEMENT

  • 115 Arch. CHEVS JMJ 28. La Croix, 28 octobre 1960. La production automobile pour 1960 a été de 1 040 5 (...)

81Devant la commission des Affaires économiques du Sénat, Jean-Marcel Jeanneney, le 26 octobre 1960, dispose de deux nouveaux arguments pour justifier la création d’une société de raffinage-distribution. Il s’agit de la découverte du gisement d’Ohanet, près d’Edjelé, et de vastes champs pétroliers au Moyen-Orient, deux événements qui vont encore abaisser les prix à la production, et rendre plus difficile la reprise du brut saharien. Dans ce contexte, le ministre de l’Industrie justifie la validité du choix qui a été fait au printemps car, sans un réseau de raffinage et de distribution propre, les compagnies sahariennes se seraient trouvées contraintes de vendre leur brut à des prix trop écrasés aux grandes compagnies. En attendant, elles se trouvent prémunies de tout risque de vente au rabais par la conclusion des fameux contrats de reprise avec les grandes compagnies durant une période transitoire. La tendance baissière sur le marché pétrolier international devrait s’accompagner d’une diminution du prix de l’essence pour les automobilistes. Du moins est-ce le souhait du ministre de l’Industrie, soucieux de doper la construction automobile nationale qui a augmenté de 13 % en 1960 par rapport à 1959115. Sur ce point, il relance la polémique qui l’oppose au ministère des Finances depuis 1959.

  • 116 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, L’Information, 15 novembre 1960.

82Quelques jours plus tard, le 3 novembre, Jean-Marcel Jeanneney se rend de nouveau devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale pour écouter les conclusions du rapport demandé en juin au député Républicain indépendant du Morbihan Raymond Marcellin. Le rapporteur spécial ne se résout pas à voir l’UGP devenir une grande société sur le marché national. Pour lui, son réseau doit continuer à être un « réseau témoin » et il est hors de question d’accepter toute augmentation ultérieure de capital qui lui ferait perdre cette caractéristique. Désireux de temporiser, Jean-Marcel Jeanneney a accepté cette façon de considérer la situation. En fait, Raymond Marcellin et ses collègues ne se résolvent pas à ce que le Parlement ait été mis devant le fait accompli et il annonce au ministre de l’Industrie qu’il compte déposer une proposition de loi demandant que la création de tout organisme public exerçant des activités commerciales ou industrielles soit soumise à une autorisation parlementaire116. En attendant, pour l’UGP, c’est trop tard puisque la société est officiellement créée le 14 novembre. Une fois de plus le secteur pétrolier aura échappé au contrôle des élus du peuple.

  • 117 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance du 8 novembre 1960.

83Lors de l’exposé de son rapport sur le budget du ministère de l’Industrie devant l’Assemblée nationale, Raymond Marcellin se contente de répéter les propos du ministre devant la commission des Finances, à savoir que « le but de cette opération (…) est de créer un simple réseau témoin qui doit servir de moyen de pression. Si un jour des conditions léonines étaient imposées parles sociétés privées intégrées aux producteurs d’État pour la reprise du brut saharien, alors l’Union générale des pétroles, avec l’appui du gouvernement, développerait ses moyens de raffinage et de distribution »117. Toujours aussi mécontent que la création d’une entreprise publique de 15 milliards d’anciens francs puisse se décider sans l’autorisation préalable du Parlement, le député du Morbihan estime que l’UGP « soulève un problème plus général de droit public ». En effet, le capital social de l’UGP provient du fonds de soutien aux hydrocarbures, d’avances du Trésor et seulement d’une très petite part des ressources propres des sociétés d’État. Ces ressources propres devraient d’ailleurs, avant tout, financer la recherche pétrolière et non servir à la création de nouvelles entreprises publiques. Cette particularité le conduit à déclarer qu’un jour, peut-être, des dividendes devront être versés au budget général de la nation « car ce sont les contribuables qui, avec les épargnants, ont permis les grands succès de la politique pétrolière au Sahara ».

84L’exemple de l’UGP n’est qu’un cas parmi d’autres de la création de filiales d’entreprises publiques dans tous les secteurs d’activité. Cette pratique est contraire au droit public qui stipule que de telles entités juridiques ne peuvent être créées que par la loi. Citant un article du conseiller à la Cour des comptes André Delion, Raymond Marcellin indique que trois cent six sociétés de ce type existent, pesant environ 10 milliards de nouveaux francs. C’est ce constat qui a conduit la commission des Finances à déposer une proposition de loi visant à faire respecter l’article 34 de la Constitution et à permettre au ministère des Finances d’exercer un contrôle absolu sur toutes les filiales. Pour Raymond Marcellin, « le gouvernement n’a que peu d’autorité réelle sur les entreprises publiques qui ont réussi peu à peu à échapper à la fois au contrôle du Parlement et à la tutelle du gouvernement ».Et il ajoute : « À la vérité, depuis quinze ans, nous assistons à un véritable morcellement de la puissance publique ». Cet emportement subit d’un membre du groupe des Républicains indépendants, très lié au secrétaire d’État au Budget, Valéry Giscard d’Estaing, peut également être interprété comme une ultime manœuvre de la droite de la majorité contre un projet qu’elle n’affectionne guère. Jean Méo ne cache d’ailleurs pas qu’il savait en venant à l’UGP qu’il serait en butte à l’hostilité de la fraction droitière du Parlement et de l’Administration très favorables à la CFP.

  • 118 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 24 novembre 1959.

85Pour le compte de la commission de la Production et des Échanges, Jacques Féron, également membre du groupe des Républicains indépendants, critique la ventilation des crédits afférents à l’industrie dans différents fascicules budgétaires, ce qui n’en facilite pas la lecture. Le député de Paris passe, pour la première fois, semble-t-il, au crible la dotation au compte spécial du Trésor qu’est le fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH). C’est ce dernier qui a été, entre autres, à l’origine du montage financier permettant la constitution de l’UGP. Le FSH a deux objets d’affectation. La première est destinée au soutien de la production nationale d’hydrocarbures en fonction du volume prévisible de la production métropolitaine et de la qualité des hydrocarbures de chaque gisement. La seconde est destinée à l’intensification de la recherche en zone franc. Jacques Féron regrette de ne pas connaître grand-chose de la répartition des crédits. Le député n’hésite pas à aborder à mots couverts le problème de la poursuite de l’exploitation et de la prospection pétrolière au cas où « des bouleversements » se produiraient « dans les rapports existant entre certains […] territoires d’Afrique du Nord et la métropole ». En fait, la création de l’UGP a permis au Parlement de réaliser, a posteriori, que toute la prospection pétrolière menée depuis la Libération avait été financée à son insu et qu’il lui était bien difficile d’être impliqué dans ses prolongements. Tout au plus Jean-Marcel Jeanneney se contente-t-il d’inviter les parlementaires à participer davantage aux travaux du conseil de contrôle parlementaire du fonds, ce qui n’a, manifestement, pas été suffisant jusque-là pour comprendre l’utilisation véritable des fonds publics versés au FSH. En dépit de ces critiques, les députés ne remettent pas en cause la nécessité de développer l’industrie du raffinage en France. Lors de l’étude du budget pour1960, la commission de la Production et des Échanges avait admis qu’en 1963, les raffineries françaises devraient être capables de traiter 48 millions de tonnes de brut118.

  • 119 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 18 novembre 1960.

86Lors de l’examen du budget au palais du Luxembourg, l’attitude de Pierre de Villoutreys, rapporteur de la commission économique et du Plan, au sujet de l’UGP, est loin d’être aussi hostile que celle de son collègue Républicain indépendant du Palais-Bourbon119. Le sénateur Républicain indépendant du Maine-et-Loire justifie la création de la société en insistant sur le fait que l’écoulement du pétrole saharien et gabonais pose problème. En effet, 55 % du tonnage sont extraits par des sociétés ne possédant pas de branche raffinage-distribution et les contrats de reprise signés portent sur des tonnages insuffisants. Certes, la loi de 1928 autorise bien le gouvernement à imposer aux compagnies ayant des raffineries en France à accepter des contrats dits d’intérêt national, mais le sénateur rappelle que « sur le plan psychologique, il était inopportun de faire jouer des textes dans toute leur brutalité à l’égard de sociétés qui avaient fait preuve de leur fair play à notre endroit lors de la crise de Suez et aux bons offices desquelles nous aurions peut-être à recourir dans d’autres circonstances difficiles ». De surcroît, la France aura besoin de continuer à importer des produits lourds, le pétrole saharien étant essentiellement léger. Pierre de Villoutreys remarque encore que dans un contexte international de surproduction, les prix au puits ont eu tendance à baisser, ce qui devrait se traduire pour les sociétés sahariennes par des pertes d’environ 40 à 50 millions de nouveaux francs. Elles ne seraient pas victimes de cette situation si elles étaient intégrées car elles ne répercuteraient pas obligatoirement cette baisse à la pompe et verraient les redevances diminuer, ce qui augmenterait leur profit. C’est cette situation qui a justifié la constitution de l’Union générale des pétroles.

  • 120 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Henry Ingrand du 26 juin 1959.
  • 121 Au printemps 1961, Michel Debré signalait à Jean-Marcel Jeanneney quelques difficultés pour le tra (...)

87Lors de l’examen du budget de 1962, le rapporteur Pierre de Villoutreys, qui est également le représentant du Sénat au conseil du fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH), attire l’attention de ses collègues sur l’augmentation des crédits de recherche alloués au BRP qui passeront de 150 à 223 millions de nouveaux francs en 1962. Parmi les nouvelles priorités du fonds, il mentionne la subvention à la société SEGANS qui a pour objet d’étudier les modalités de transport du gaz algérien à partir de l’usine de liquéfaction du méthane d’Arzew. Cette solution semble faire suite à un premier projet de la délégation générale d’Algérie de 1959 qui prévoyait d’accorder le monopole de fabrication et de transport du gaz à une société américaine, la compagnie Constock. Jean-Marcel Jeanneney s’en était ému auprès de Michel Debré qui avait écrit à ce sujet à Henry Ingrand, secrétaire général aux Affaires algériennes120. Une autre subvention concerne les études sur les trois tracés possibles pour le gazoduc sous-marin reliant l’Algérie à l’Europe. D’autres subventions sont encore accordées à des entreprises industrielles, comme à la société SOCABU du Havre fabriquant du caoutchouc butyle, à divers laboratoires travaillant sur le caoutchouc synthétique et à des laboratoires de recherche universitaires. Le fonds de soutien aux hydrocarbures est également ponctionné au profit du budget général : cela a été le cas pour 50 millions de nouveaux francs en 1961, ce sera le cas pour 80 millions de nouveaux francs en 1962. Pierre de Villoutreys s’est aussi intéressé aux activités de l’UGP, notant avec satisfaction que pour sa deuxième année d’existence, la société est passée de 4,7 % du marché à 7 %, mais il lui faudrait rapidement parvenir à 10 % du marché pour être viable. Quant à l’oléoduc Lavéra-Karlsruhe, sa mise en chantier a été extrêmement rapide et il est très vraisemblable qu’il puisse fonctionner pour le 1er janvier 1963 comme cela avait été initialement prévu121.

Notes

1 Numéro spécial des Annales des mines, septembre 1992. Actes d’un colloque tenu en 1994 sous l’égide de l’Institut d’histoire de l’industrie : Alain Beltran, Georges-Henri Soutou (dir.), Pierre Guillaumat : la passion des grands projets industriels, Paris, Editions rive droite, 1995, 230 p.

2 La direction des Carburants a été créée en mars 1939. Elle est d’abord rattachée au ministère des Travaux publics. C’est le ministre de l’État français Jean Bichelonne qui la fait entrer dans le giron du ministère de la Production industrielle.

3 Souvenir de Jean Marcel Jeanneney. Il semble que le fonds du ministère de l’Industrie déposé au centre des archives contemporaines des Archives de France à Fontainebleau contienne ces cartes.

4 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Blancard du 22 mai 1992.

5 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 7 décembre 1960.

6 Le BRP est créé par une ordonnance du 12 octobre 1945.

7 Détails fournis par M. Jean Blancard le 22 mai 1992.

8 Arch. CHEVS JMJ 88. André Bouillot raconte que Pierre Guillaumat aurait dit exactement à Paul Moch : « Ne répète jamais cela ouvertement ou nous sommes morts ! »

9 Emmanuel Catta, Victor de Metz de la C.F.P. au groupe TOTAL, Paris, TOTAL édition presse, 1990, 506 pages.

10 Le SERPT remonte à 1931, son capital était alors détenu par le protectorat, la Compagnie française des pétroles et l’Office national des carburants. Cet engagement de la SHELL en Tunisie s’explique certainement par la personnalité de Benjamin Kaplan, président de SHELL FRANCE, qui avait fait du renseignement en Tunisie pendant la guerre.

11 Le bureau des recherches pétrolières et minières avait été fondé en 1928 par Eirik Labonne, alors secrétaire général de la Résidence générale au Maroc. Pierre Pean et Jean-Pierre Serini, Les Émirs de la République. L’aventure du pétrole tricolore, Paris, Seuil, 1982, p 26-29.

12 SPAEF : Société des pétroles de l’Afrique équatoriale française, SPAFE : Société des pétroles de l’Afrique équatoriale.

13 Les participations du BRP se montent respectivement à 50,35 % dans la SNPLM et à 52,8 % dans la SNPA. Une loi du 18 juin 1941 réserve à l’État français 2,8 millions d’hectares en Aquitaine, dorénavant cette zone passe sous le code minier français, elle échappe à un éventuel contrôle allemand. La SNPA est créée peu de temps après.

14 Le gaz de Lacq contient 18 % de SH2. C’est pourquoi il a fallu mettre au point la technique de désulfuration, de dégazolinage. Cela a permis d’avoir un gaz sec, une production annuelle de plus de 1 million de tonnes de soufre et de la gazoline.

15 À côté de Parentis, ont été trouvés : Mothes en mai 1955 ; Lugos en juillet 1956 ; Lucats en novembre 1956 ; Parentis profond en mars 1957 ; Cazaux et Mimizan en 1959.

16 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 75. D’autres gisements ont été découverts dans le voisinage d’Edjeleh : Zarzaïtine à 1 200 mètres pour 70 puits et 85 millions de tonnes ; Tirguentourine et El-Adeb Larache.

17 Emmanuel Catta, Victor de Metz…, op. cit., pp. 114-115.

18 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 75. À proximité d’Hassi Messaoud est découvert El-Gassi en janvier 1959 puis ce sera El-Agreb quelques mois plus tard.

19 André Gamblin, L’Énergie en France, op. cit., p. 78.

20 Arch. CHEVS JMJ 28. La Quotidienne du 11 février 1959.

21 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 18 septembre 1992.

22 Emmanuel Catta, Victor de Metz…, op. cit., pp. 116 et 117, indique que le gisement d’Hassi Messaoud donna 378 000 tonnes en 1958 ; 426 000 tonnes en 1959 ; 6 651 000 tonnes en 1960.

23 Le général de Gaulle s’était rendu à Hassi Messaoud dès le 17 mars 1957 pour une visite qui fut guidée par Jacques Bénézit, de la CFPA.

24 Deux membres de l’Inspection des finances siègent de droit au conseil d’administration de la CFP en tant que commissaires du gouvernement.

25 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information, Le Monde du 17 avril 1959.

26 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI du 1er juillet 1959. Les investissements initiaux se montent à 550-600 millions de nouveaux francs, réunis par Antar, CFP/CFR, Shell, Mobil, Esso, BP, Petrofina, Deutsche Erdoel, Gelsenberg, Scholven-Chemie, Wintershall, Union industrielle des pétroles (Rap, SN Repal). Le président du conseil de gérance de la Société du pipe-line sud-européen est Charles-Albert Lambert, le président d’Antar.

27 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information du 17 avril 1959.

28 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, La Croix du 2 juillet 1959. Ces raffineries sont celles de Reichstett (Shell) et de Herrlisheim (Antar, CFP/CFR, BP).

29 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, Le Parisien, L’Information du 23 mai 1959.

30 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP du 22 mai 1959, 15 heures.

31 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Pierre Desprairies du 24 juin 1992.

32 Arch. CHEVS JMJ 28. Note pour M. Rastoul du 23 août 1958, Jacques Bonnet de la Tour.

33 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Blancard du 22 mai 1992.

34 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 11 septembre 1959.

35 Date mentionnée par Pierre Desprairies mais sous réserve.

36 Ces noms découlent des propos de Pierre Desprairies.

37 Lettre reproduite dans un dossier historique réalisé pour la direction d’Elf Aquitaine, consulté à la présidence du groupe avec l’autorisation de Raphaël Hadas-Lebel, secrétaire général (automne 1992).

38 La crise financière que l’État a connue en 1957 a entraîné la création des certificats pétroliers. Ces derniers confèrent à leur détenteur tous les droits pécuniaires de l’action à l’exclusion du droit de vote. Sur le plan juridique, le détenteur d’un certificat pétrolier était à mi-chemin entre l’actionnaire et le possesseur d’obligations. Au début de 1959, la vente de certificats pétroliers avait rapporté 20 milliards de francs affectés à un compte spécial du Trésor puis répartis sous forme de prêts et de subventions au BRP, à la RAP, à la SNPA, à la SPAFE. En 1958, la RAP créa sa propre société d’investissement, la SOGERAP (Société de gestion des participations de la RAP), imitée par le BRP en 1959 avec la SNIP (Société nationale de financement de recherche de pétrole).

39 Arch. CHEVS JMJ 28. Note de Jacques Bonnet de la Tour, intitulée BRP-REP et REX, 12 novembre 1959.

40 Arch. CHEVS JMJ 4. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney au ministre des Finances du 16 décembre 1959, n˚4798 MZ.

41 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information du 19 décembre 1959.

42 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde du 22 décembre 1959. Article d’A. Murcier.

43 Arch. CHEVS JMJ 28. Voir les quotidiens datés du 7 décembre 1959.

44 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’Intransigeant, 7 janvier 1960. Article de François Donati. Les chiffres cités sont repris de l’article.

45 Raffinage : CFR 26,8 %, Antar-Pechelbronn 7,2 % soit 34 %, Shell 23,3 %, Esso standard 16,6 %, BP 14,4 %, Mobil oil 8 %, Caltex 3,7 %.

46 Distribution : Desmarais-Azur 10,5 %, Total (CFP)9,9 %, Antar 7,8 %, Ozo 5,15 %, Avia 4,75 %, Shell-Berre 19 %, B.P. 9,3 %, Purfina 3,7 % (belge), Caltex 3,25 %.

47 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’Intransigeant, 8 janvier 1960.

48 E.N.I. Ente Nazionale Idrocarburi : Office national des hydrocarbures.

49 Arch. CHEVS JMJ 28. Paris-Presse-l’intransigeant, 5 décembre 1959.

50 Arch. CHEVS JMJ 28. Énergies, 8 janvier 1960. Article de M. Herblay.

51 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 17 mars 1960. Article de Christian Hébert : « Que veulent les nationaux-pétroliers ? »

52 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 8 janvier 1960, chronique de Raymond Aron.

53 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 12 janvier 1960, chronique de Raymond Aron.

54 Arch. CHEVS JMJ 28. La Nation française, 13 janvier 1960, article de Jean Gérold.

55 Arch. CHEVS JMJ 28. Énergies, 15 janvier 1960.

56 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Capital, 15 janvier 1960, article de Charles-Louis d’Argental.

57 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 27 janvier 1960.

58 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 28 janvier 1960.

59 Arch. CHEVS JMJ 28. Combat, 5 février 1960.

60 Arch. CHEVS JMJ 28. L’OFED, 11 février 1960.

61 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI, 15 février 1960.

62 Arch. CHEVS JMJ 28. L’Information, Le Monde, 2 mars 1960.

63 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde du 7 mars 1960, Le Monde, France-Soir, 3 - 4 mars 1960.

64 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Télégramme économique, 4 mars 1960.

65 Arch. CHEVS JMJ 28. La Vie française, 25 mars 1960, article de Jean Choffel.

66 Cette anecdote a été remémorée à Jean-Marcel Jeanneney par Raymond Barre lors de la journée consacrée à Pierre Guillaumat par l’Institut d’histoire de l’industrie, le 18 janvier 1994.

67 L’ordonnance n˚ 45-2324 du 12 octobre 1945 portant création d’un bureau de recherches pétrolières en faisait « un établissement chargé d’établir un programme national de recherches du pétrole naturel et d’assurer la mise en œuvre de ce programme dans l’intérêt exclusif de la nation. »

68 Arch. CHEVS JMJ 28. Aux Écoutes, 25 mars 1960.

69 Arch. CHEVS JMJ 28. Agence quotidienne, 29 mars 1960.

70 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP, dépêche du 19 avril 1960, 19h54.

71 Le budget du BRP est en effet alimenté par un compte spécial du Trésor. Or, depuis sa création, tous les directeurs du Budget ont facilité l’alimentation du compte, en dehors de tout contrôle parlementaire.

72 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, 20 avril 1960.

73 Arch. CHEVS JMJ 28. La quotidienne, Le Figaro, Les Échos, Combat, 29 avril 1960.

74 Arch. CHEVS JMJ 28. Texte du communiqué dans divers organes de presse dont ARI, La Presse française, Le Capital, 21 avril 1960.

75 Le contrat de reprise est passé pour une période triennal avec BP, Esso et Shell sur la base de 2,08 $ le baril. André Nouschi, La France et le pétrole, op. cit., p.177. Cela équivaut à une ristourne de 500 F/t soit 85,895 F/t.

76 Cette mesure autoritaire ne sera pas suivie d’effet car la production de pétrole saharien n’atteindra jamais avant 1962 les quantités initialement prévues. Les grandes compagnies internationales disposant de raffineries en France passeront donc à travers l’obligation de reprise.

77 La Société des pétroles d’Afrique équatoriale (SPAE), également filiale du BRP, opère au Gabon et dans quelques autres colonies de l’Union française.

78 Arch. CHEVS JMJ 28. Correspondance économique, 20 avril 1960.

79 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 24 juin 1992.

80 Le GEP est constitué à 40 % de la SPAFE, 40 % de la SNPA, 15 % de la CEP, 5 % de la PREPA.
André Nouschi, La France et le pétrole, op. cit., p. 159-162.

81 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, 22 avril 1960.

82 Arch. CHEVS JMJ 28. France-Observateur, 5 mai 1960.

83 En ce qui concerne Antar, Jean-Marcel Jeanneney s’est opposé à son éventuel rachat par la CFP. Toutefois, le rachat par l’UGP de cette société liée à la banque Rothschild au sein de laquelle officie Georges Pompidou est encore financièrement impossible. Jean-Marcel Jeanneney, en mettant son veto à toute reprise par la CFP, aura finalement permis une cristallisation de la situation jusqu’en 1970, date à laquelle Elf rachètera bien le réseau Antar. Arch. CHEVS JMJ 88. Jean Méo, dans son entretien du 29 mars 1996, insiste sur le fait qu’Antar ne possédait pas de raffinerie en main propre et qu’une banque d’affaires comme Rothschild, bien qu’actionnaire de référence, n’aime pas réinjecter régulièrement des capitaux dans une affaire industrielle. Il se souvient aussi que Pierre Guillaumat, déjà président de l’ERAP et de la SNPA, ne croyait plus que l’État laisserait Elf racheter Antar en 1970. Avec 12 % du marché, Antar était en 1970 en position d’arbitre entre Elf qui occupait 11 % du marché et Total qui était en tête avec 25 %. C’est la menace de la création d’un « monstre » à presque 40 % et la bienveillance de Georges Pompidou, devenu président de la République, qui expliqueraient l’autorisation du rachat d’Antar par Elf. Dès 1964, l’UGP et Antar avaient établi des liens sur le plan technique en matière de distribution.

84 Arch. CHEVS JMJ 28. La Correspondance économique, 19 mai 1960.
Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 2 mai 1960.

85 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Monde, La croix, Aux Écoutes, Agence quotidienne, 20 mai 1960.

86 Arch. CHEVS JMJ 28. Toute l’alimentation, 20 mai 1960, « La distribution du pétrole », article de Gérard Gauvain.

87 Arch. CHEVS JMJ 28. Fortune française, 17 juin 1960.

88 Arch. CHEVS JMJ 28. AFP, dépêche 10 juin 1960, 11 h 30.

89 Dans ce type de contrat, l’État peut obliger les raffineurs et les distributeurs à traiter et commercialiser des tonnages de brut dont l’origine et la quantité sont fixées par l’État.

90 Arch. CHEVS JMJ 28. Les Échos, 15 juin 1960.

91 Arch. CHEVS JMJ 28. AGEFI, 24 juin 1960.

92 Arch. CHEVS JMJ 28. Aux Écoutes, 15 juillet 1960.

93 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré du 4 juillet 1960.

94 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 6 septembre 1960.

95 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 29 mars 1996.

96 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien du 24 juin 1992.

97 Caltex est une filiale commune de la Standard Oil of California (60 %) et de TEXACO (40 %).

98 Le 1er octobre 1959. Le discours du ministre a disparu, il reste la presse du 4e trimestre 1959.

99 Ce n’est qu’ultérieurement que la Seine-et-Marne s’est révélée être le « Texas français ».

100 Arch. CHEVS JMJ 28. Les Échos, 3 mars 1962, mentionne l’hostilité du ministre.

101 Grâce à des transporteurs possédant des camions-citernes anonymes, les « mercenaires », une compagnie X peut ravitailler une station d’une compagnie Y. Normalement, seuls les camions de la marque peuvent ravitailler une station de la même marque pour des raisons évidentes de marketing. De même, dans les ports, les grands réservoirs peuvent être anonymes, s’ils sont partagés par plusieurs compagnies ou frappés d’un embléme.

102 Feyzin permettra ainsi d’alimenter Ugine, Progil, Solvay et de dynamiser toute l’agglomération lyonnaise.

103 Renseignements tirés d’une chronologie interne du service de communication du groupe Elf Aquitaine.

104 La plupart de ces projets sont en gestation entre 1961 et 1962 et réalisés ultérieurement. Ils sont mentionnés en l’absence de toute chronologie officielle. Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Méo du 29 mars 1996.

105 La fusion de l’ensemble des panonceaux du groupe en une marque unique, ELF, sera réalisée par Jean Prada entre le début 1966 et le printemps 1967. Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean Prada du 23 février 1996.

106 La SNPA possède son propre réseau dans le Sud-Ouest car dans un gisement gazier se trouve de l’essence presque pure à laquelle il suffit d’ajouter des additifs pour en faire un carburant.

107 El-Gassi n’est pas entré en exploitation à cette date.

108 Arch. CHEVS JMJ 28. La Croix du 15 décembre 1959.

109 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretiens avec Pierre Desprairies du 24 juin 1992, avec Jean Prada du 23 février 1996, avec Jean Méo du 29 mars 1996.

110 En 1970, au moment du rachat d’Antar par Elf, Total pesait 25 % du marché, Elf 11 % et Antar 12 %. Antar était donc plus complémentaire d’Elf que de Total qui aurait eu une position trop hégémonique, y compris vis-à-vis des pouvoirs publics. C’est sans doute cette logique et la bienveillance de Georges Pompidou, devenu président de la République, envers l’œuvre entreprise par Pierre Guillaumat qui explique qu’il donna son accord pour une fusion avec Elf. Finalement, le projet de 1960-1962 se réalisera au moment où le second réseau aura acquis les moyens de payer Antar. Il faut encore préciser qu’une coopération technique entre Antar et l’UGP-UGP avait débuté en 1964 et que Pierre Guillaumat restait toujours évasif devant Jean Méo concernant l’historique des conversations avec Antar.

111 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

112 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

113 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

114 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney, 8 mai 1961.

115 Arch. CHEVS JMJ 28. La Croix, 28 octobre 1960. La production automobile pour 1960 a été de 1 040 586 véhicules contre 921 941 en 1959.

116 Arch. CHEVS JMJ 28. Le Figaro, L’Information, 15 novembre 1960.

117 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 2e séance du 8 novembre 1960.

118 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Assemblée nationale, débats, 24 novembre 1959.

119 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 18 novembre 1960.

120 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Henry Ingrand du 26 juin 1959.

121 Au printemps 1961, Michel Debré signalait à Jean-Marcel Jeanneney quelques difficultés pour le tracé du pipe dans le Haut-Rhin, le Premier ministre concluait à une « petite agitation politique ». Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré, 24 mars 1961.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540