Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

La politique charbonnière

Chapitre VII. Jean-Marcel Jeanneney dans la tourmente de Decazeville (décembre 1961 - février 1962)

Texte intégral

I. LA GENÈSE DE LA CRISE SOUS LA IVe RÉPUBLIQUE

1À partir de 1948, le groupe Aveyron des Houillères de bassin d’Aquitaine est sur la défensive, les embauches de nouveaux mineurs étant gelées. À la suite de l’annonce, la fermeture prochaine de l’usine d’ammoniaque, l’usine Claude, à la fin 1953, Paul Ramadier, député-maire de Decazeville, avertit l’État de la nécessité de procéder à la construction de nouveaux outils industriels afin de permettre au bassin de survivre à long terme.

  • 1 L’Union chimique et minière de Decazeville (UCMD) a été fondée en 1947 à parts égales par les Houil (...)
  • 2 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Réunion à Decazeville du 9 janvier 1954.
  • 3 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Jean-Marie Louvel au préfet Maurice Bonafous du 27 janvier 1 (...)

2Le 9 janvier 1954, une réunion de travail se tient à Decazeville sous l’autorité du préfet Maurice Bonafous, en présence de Paul Ramadier, des parlementaires, de M. de Mijola (président de l’UCMD), de M. Grès (vice président de l’UCMD et président des Houillères de bassin d’Aquitaine) et de M. Dumaine (directeur de l’UCMD)1. Le président Ramadier reprend les arguments qu’il a eu l’occasion d’exprimer quelques semaines plus tôt devant le conseil général : « L’exploitation au fond de la mine est déficitaire par suite de la teneur en cendres croissante du charbon, et ne pourra vraisemblablement être continuée que dans la mesure où les pertes en seront au moins partiellement contrebalancées par l’exploitation des Découvertes. L’espoir des Charbonnages de France est de prolonger l’exploitation des Découvertes jusqu’en 1970-1972, ces dates pouvant marquer l’arrêt quasi total de l’exploitation du charbon à Decazeville. »2 Conscient du problème posé par Decazeville, Jean-Marie Louvel, ministre de l’Industrie du gouvernement Laniel, confie à l’administrateur Marcel Parodi le soin de déterminer les perspectives d’évolution du bassin3.

  • 4 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Autres participants : Maurice Bonafous (préfet de l’Aveyron), Baseilha (...)

3Deux semaines après la nomination du « Monsieur Decazeville », une réunion se tient au commissariat au Plan sous la présidence de Marcel Parodi et de M. Vergeot, commissaire-adjoint au Plan4. Le préfet Bonafous brosse un tableau concis de la situation économique du bassin, répétant que l’exploitation charbonnière ne dépassera pas un quart de siècle mais qu’elle fait vivre 40 000 personnes avec les industries connexes. Pour le représentant du gouvernement en Aveyron : « Les pouvoirs publics ont le devoir d’envisager la reconversion économique de cette population, de lui éviter un exode massif, qui entraînerait en outre des conséquences graves pour toute la région. » Le président des HBA, M. Grès, juge que la Découverte permet une exploitation équilibrée de 600 000 tonnes annuelles avec un effectif de 550 à 600 mineurs. Le déplacement des autres pose un problème d’autant plus délicat qu’il s’agit d’hommes d’origine paysanne attachés à leur région et que plusieurs vagues de licenciements sont à prévoir. Ce point est confirmé par le directeur général des Charbonnages de France qui table sur une diminution à court terme de 1 300 postes (3 800 à 2 500). Compte tenu des départs en retraite, 1 000 mineurs sont à reclasser ou à faire migrer en Lorraine. Des négociations sont en cours pour accorder des indemnités d’adaptation allant de 70 000 F pour un célibataire à 200 000 F pour une famille. Le bassin lorrain est en mesure d’offrir les emplois et les logements.

4P. Baseilhac est hostile à l’extension de la centrale de Penchot. Le préfet rappelle alors qu’une bonne partie du charbon est expédié vers les ports du Midi grâce à une tarification spéciale consentie par la SNCF. Les représentants de la SNCF, MM. Lohier et Girette, confirment ce point et ajoutent qu’ils font étudier le coût du transport pour rejoindre la côte atlantique car le charbon est moins demandé dans le Sud-Est du fait de la concurrence du fuel. Pour l’UCMD, M. de Mijola revient sur la fermeture de l’usine Claude en suggérant que le gaz de cokerie soit utilisé par Vieille Montagne. Selon lui, l’usine de Carling pourrait embaucher 50 à 60 spécialistes sur 150, ils pourraient se voir offrir une indemnité d’un mois en sus de celle promise aux mineurs. Le directeur général de Vieille Montagne confirme que son usine peut absorber cinq millions de mètres cubes annuels de gaz de houille et qu’un feeder de quatre kilomètres peut tout à fait être construit pour relier Decazeville à Viviez, siège de l’usine. Si cette solution permettrait de trouver un débouché nouveau au gaz de la cokerie, Marcel Parodi s’en inquiète car la modernisation de la cokerie fera passer la production annuelle à 18 millions de mètres cubes au lieu de 11 millions de mètres cubes en sus de la consommation urbaine et de celles de l’UCMD et de Vieille Montagne. Il faudra envisager d’étendre le feeder avec Capdenac, Figeac ou Millau.

5Mijola explique alors la raison profonde de la modernisation de la cokerie pour 275 millions de francs. L’UCMD tient à ce que Decazeville continue à produire des éponges de fer à partir d’un brevet suédois. Cette matière première de haute qualité serait très appréciée des producteurs d’acier électrique et les débouchés sont estimés à 20 000 tonnes annuelles, la majeure partie viendrait en remplacement de la fonte hématite. Cette nouvelle fabrication absorbera de grandes quantités d’énergie électrique (19 millions de kwh), ce qui pose la question du prix de l’électricité. Le programme d’investissements s’établit à 800 millions de francs dont 300 millions pour les éponges, les besoins en crédits à long terme sont évalués à 350 millions. Au nom du service de la sidérurgie, Herbin doute de la pertinence de la modernisation de la cokerie. Selon lui, les crédits publics devraient prioritairement aller aux éponges. Il va falloir se décider rapidement les sommes nécessaires devant être prises sur les crédits dévolus au fonds d’expansion économique pour 1954.

6Saint-Mieux, directeur de Saint-Gobain rappelle que sa société a fermé sa verrerie à Penchot en 1952 du fait de ses incommodités (étages, raccordement). Sur 165 ouvriers, 32 ont accepté le reclassement dans d’autres régions. Saint-Gobain n’envisage aucune reprise de l’activité sur le site qui n’a, d’ailleurs, trouvé aucun acquéreur. Même tonalité dans les propos de Lorimy, représentant du groupe Louvroil-Montbard-Aulnoye, dont l’usine de Decazeville ne travaille pas à pleine capacité faute de débouchés à l’exportation. Les prix sont grevés de frais de transport élevés, les frais de mise à bord étant de 200 F à la tonne à Dunkerque et de 2 425 F à Marseille. Cette société se trouve dans la situation paradoxale de devoir expédier ses tubes à Dunkerque et ne voit comme motif de satisfaction potentielle que le développement de l’industrie pétrolière dans le Sud-Ouest. Seul Bellier de la Vieille Montagne émet un jugement favorable sur l’activité de son usine du bassin, rappelant qu’elle emploie 1 100 personnes et qu’un récent accord avec EDF permet de lui redonner un courant à un prix compétitif.

  • 5 Le prix des engrais azotés depuis 1939 n’a été multiplié que par 15 contre 25 à 30 pour l’indice gé (...)

7La fermeture de l’usine de fabrication d’ammoniaque, l’usine Claude, implique une marche réduite de la cokerie à 6 000 tonnes/mois. Cette décision s’explique par la diminution constante des prix des engrais azotés5.

  • 6 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Midi libre du 11 janvier 1954.

8La fermeture de l’usine de Decazeville fait suite à l’ouverture d’une unité moderne à Carling en Moselle dont la capacité est de 150 tonnes/jour. Paul Ramadier a obtenu que les Aveyronnais volontaires puissent être employés en Lorraine. Cette perspective est mal ressentie par les intéressés qui la perçoivent comme un exil loin de leur cher Sud. Le communiqué publié par le syndicat CFTC de l’usine Claude dans le Midi libre traduit bien ce sentiment : « Des emplois sont offerts dans l’Est, en Lorraine, où s’opèrent d’énormes concentrations industrielles. Nous ne sommes pas loin du pays du colossal… Nous comprenons qu’une certaine évolution soit nécessaire, mais en pareille matière la prudence est de rigueur, surtout quand cette technique se développe près d’une Allemagne incomplètement réconciliée avec la France et où le bruit des bottes hitlériennes monte encore jusqu’à nous… »6

  • 7 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Paul Ramadier au préfet de Rodez, 2 février 1954.
  • 8 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du préfet de l’Aveyron du 10 février 1954 relative aux incident (...)
  • 9 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Le Midi libre, 11 janvier 1954.

9Dans une lettre au préfet de l’Aveyron en date du 2 février 1954, Paul Ramadier récapitule les problèmes touchant les industries du bassin.7 La disparition de l’usine de synthèse d’ammoniaque pose le problème de l’écoulement qui peut être assuré par la conclusion d’un contrat entre Kulhmann et la Vieille Montagne, mais pour ce faire la construction d’un feeder est indispensable. La réfection des batteries de la cokerie exigerait 275 millions de francs. Quant à la centrale électrique de Penchot, retenue dans le Plan, sa construction a été ajournée et les crédits n’ont pas été inscrits au programme d’investissements de 1954. Or, la charge d’amortissement de la centrale existante, qui supporte les deux tiers du prix de construction de la nouvelle, la rend peu compétitive. La construction de la deuxième tranche permettrait une baisse sensible des amortissements et une amélioration du prix de revient. La construction de la centrale allégerait les difficultés de personnel résultant de la fermeture de l’usine de synthèse. L’ouverture de ce nouveau chantier permettrait aux manœuvres de trouver un emploi, au moins temporaire, et la construction de la centrale donnerait du travail aux ateliers de construction de Decazeville pour une période assez longue. Seul le lancement de ce chantier permettrait d’éviter la crise sociale qui s’annonce du fait de la fermeture de l’usine d’ammoniaque, l’usine Claude. Paul Ramadier connaît bien ses administrés car une semaine après cette lettre, le 9 février, la salle du conseil municipal est envahie par une petite centaine de personnes emmenées par le maire communiste d’Aubin, Ginestet. Paul Ramadier refuse le dialogue sous la contrainte que lui proposent les manifestants et fait quérir le commissaire de police qui procède à l’évacuation de la mairie8. Cette démonstration de force des communistes est à mettre en perspective avec une passe d’armes ayant eu lieu le 11 janvier à l’Assemblée nationale entre le député indépendant de l’Aveyron Roland Boscary-Monservin et le communiste Védrine qui démontre l’enjeu stratégique que le bassin de Decazeville, fief du socialiste Ramadier, revêt aux yeux des communistes dans la perspective des élections de 1956. Se faisant l’avocat du « lobby hydraulicien », puissant au sein du corps des Ponts et des communistes d’EDF, le député communiste défend un amendement proposant que la ligne budgétaire dévolue à l’équipement hydraulique passe de 30,3 milliards à 39 milliards de francs et qu’on abaisse la ligne de l’équipement thermique de 24,5 milliards à 15,8 milliards de francs. Le député de droite de l’Aveyron émet alors une vive protestation devant ses collègues de la représentation nationale et convainc Védrine, sans doute sur conseil de ses amis, à retirer son amendement en expliquant « qu’il existe dans [son] département un bassin minier qui est en période de crise instante. Pour essayer de soulager cette crise il a été envisagé de doubler une centrale thermique en l’espèce celle de Boisse-Penchot. Il est incontestable que le doublage (sic) de cette centrale thermique atténuera dans une certaine mesure la crise que traverse [le] bassin houiller et qu’elle permettra de maintenir une population ouvrière qui mérite d’y rester »9.

  • 10 La demande est de 60 000 tonnes alors que la capacité de production française est de 70 000 tonnes.

10Dans les premiers mois de 1954, Paul Ramadier consacre une grande énergie à la défense de Decazeville. Le 19 février 1954, on l’entend au Palais Bourbon s’inquiéter de l’avenir du haut-fourneau de Decazeville, hypothéqué par la diminution des commandes de fontes hématites10. Il mène une course de vitesse pour contrer les communistes et autres qui commencent à agir au sein d’un comité de défense du bassin houiller qui se réunit le dimanche 21 février au cinéma Family en présence de 200 personnes. La présidence du comité est confiée à Lafabrie du syndicat des mineurs FO, ses assesseurs sont le conseiller municipal MRP Martinez, Fages du syndicat CGT-mines, Cayrol de l’union locale CGT, le maire communiste d’Aubin Ginestet, Clot, Marquet et Andrieu de FO, Eboment du PCF.

11La situation du bassin de Decazeville étant bien défendue à l’Assemblée nationale, une partie de la sous-commission des houillères choisit de visiter le bassin les 18 et 19 mars 1954. La délégation est composée des députés socialistes Deixonne (Tarn) et Pradeau (Dordogne), du communiste Védrine (Allier) accompagnés de Mounier (secrétaire général du ministère de l’Industrie).

12Commençant leur périple par la visite de la centrale de Penchot, MM. Deixonne et Grès font montre d’une certaine acrimonie l’un à l’égard de l’autre, le président des HBA reprochant au député de l’avoir mis en cause à l’Assemblée nationale. Selon le témoignage du commissaire de police de Decazeville chargé de faire le compte rendu du déplacement au préfet : « Le député manifesta une certaine impatience et déclara vouloir s’attacher au côté social du problème, en particulier la condition du logement ouvrier. » Cette pique à l’encontre de M. Grès s’explique par l’acquisition coûteuse d’une villa par les HBA pour servir de logement de fonction au président. En réponse, les parlementaires visitent la cité de la Réclusie à Decazeville, ensemble d’immeubles récents et les préfabriqués installés à proximité immédiate de la centrale. Dans les deux cas, les élus de gauche trouvent l’habitat ouvrier tout à fait satisfaisant. Autre signe de mécontentement de la part des houillères, elles n’ont pas mis à disposition de la délégation quelques automobiles de leur flotte. La délégation est reçue le 18 mars à 10 heures à l’hôtel de ville de Decazeville par Paul Ramadier et le comité de défense du bassin. Dans son allocution, le maire condamne « les entreprises désuètes dont la modernisation n’a pas été faite en temps utile et souligne que les efforts doivent porter sur des industries de remplacement qui assureraient la métamorphose du bassin ».

  • 11 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Rapport du commissaire de police de Decazeville à l’occasion de la vis (...)

13Dans ses conclusions, le commissaire de police, qui connaît bien l’état d’esprit de la population du bassin, pointe du doigt certaines caractéristiques que l’on retrouvera dans le conflit de 1961. Selon lui : « Il ne pouvait résulter que déception, pour les milieux ouvriers, de cette visite de la commission parlementaire. Les députés étaient venus en inquisiteurs : on voulait voir en eux des sauveurs. Tout tourna court, jusqu’aux réglements de compte, que chacun se promettait entre parties véritablement en cause. Mais si, sur le plan politique ou administratif, cette trêve est heureuse, sur le plan social, cette nouvelle phase est sans portée. La CGT est toujours à l’avant, prête à alimenter l’agitation. Mais derrière elle, les organisations syndicales FO et CFTC, la masse des ouvriers et employés sont prêtes à lui apporter un soutien indispensable, par déconvenue. Furieuses sur le problème des étrangers, hostiles aux mesures prises qu’elles jugent brimer la loyauté, elles ne réfléchiront pas qu’elles font le jeu de leur adversaire. Déjà, des algarades avec les étrangers se produisent, des menaces imprécises il est vrai, contre la direction des UCMD naissent. Il est urgent de calmer cette effervescence. »11

  • 12 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Compte rendu au préfet par l’inspecteur général Deveaud de l’audience (...)

14La visite des députés coïncide avec une rencontre très importante au ministère de l’Industrie entre MM. de Mijola et Grès du conseil d’administration de l’UCMD, l’inspecteur régional de l’Économie nationale Deveaud et Jean-Marie Louvel12. L’audience a été demandée par les industriels qui souhaitent obtenir du ministre l’extension de l’indemnité de réadaptation prévue pour les mineurs de fond au personnel de l’usine Claude qui accepterait un emploi à l’usine de Carling. En outre, les dirigeants de l’UCMD veulent expliquer au ministre les tenants et aboutissants du projet de rénovation de la cokerie et la fabrication des éponges de fer afin de bénéficier de l’appui de l’État lorsqu’ils feront une demande d’aide financière pour les investissements. Le ministre de l’Industrie accepte que les déplacés de Carling perçoivent en sus de la gratuité des frais de déménagement le pécule de 200 000 F pour le personnel marié et 75 000 F pour les célibataires, ceci s’ajoutant aux indemnités de licenciement. De même, Jean-Marie Louvel donne son accord de principe pour les travaux à entreprendre.

  • 13 Arch. dép. Aveyron, lettre du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 12 mai 1954.

15À la mi mai, le sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue dresse un tout premier état des lieux des départs, ils sont encore très faibles et intéressent majoritairement des travailleurs étrangers, peu appréciés de la population en ces temps difficiles si l’on se fie à l’opinion du commissaire de police13. Le climat social est encore un peu plus alourdi par l’agitation de l’UCDA de Pierre Poujade qui tient une réunion le 14 mai à Decazeville.

16Au début de l’été, depuis Paris, Marcel Parodi récapitule au préfet les dispositions favorisant la localisation d’industries. Il rappelle la création le 8 août 1950 du Fonds national à l’aménagement du territoire dans le cadre de la délégation à l’aménagement du territoire du ministère de la Reconstruction et du Logement. Ce dispositif « permet de participer ou de faciliter la création de zones industrielles avec la collaboration active des chambres de commerce ou des municipalités, dans des villes bien situées, ayant besoin d’activités nouvelles. Depuis 1953, l’équipement de quelques-unes de ces zones est achevé ; il est en cours pour plusieurs autres. » D’autre part, des facilités fiscales sont permises par l’article 35 L du 7 février 1953 qui autorise des allégements fiscaux aux sociétés qui procèdent à des acquisitions immobilières destinées à un regroupement d’installations existantes, à une reconversion industrielle sous réserve que l’usine achetée ne soit pas restée trop longtemps sans activité. Divers avantages sont consentis : réduction des droits de mutation de 10,8 à 3 %, report de la taxe à la première mutation sur la transmission subséquente, exonération éventuelle par les collectivités locales de la contribution des patentes à concurrence de 50 % et pour une durée allant jusqu’à cinq ans.

  • 14 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Industrie, 2 novembre 1 (...)
  • 15 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Rapport des houillères de bassin adressé au préfet, 3 novembre 1954.
  • 16 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. La Dépêche du Midi, 23 décembre 1954.
  • 17 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Paul Ramadier à André Morice, 8 mars 1955.
  • 18 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du directeur du groupe de Decazeville au préfet, 4 mars 1955.
  • 19 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Le Patriote, 1er, 2 mars et 3 octobre 1955.

17À la Toussaint 1954, dans une note, le préfet Bonafous s’inquiète de la lenteur du processus de conversion. Il regrette que 62 des 150 ouvriers licenciés de l’usine d’ammoniaque soient au chômage et n’aient pu qu’être employés sur des chantiers municipaux. Il avertit le ministère de l’Industrie qu’ « il ne faudrait pas trop tarder pour éviter un rebondissement de la question sociale dans le bassin minier, à réaliser les projets, dont le feeder, liés à la réfection de la cokerie qui a été décidée. Quant au doublement de la centrale thermique, dont l’étude est terminée, il suffirait de votre accord pour commencer les travaux. Ce serait une excellente chose, parfaitement défendable au point de vue technique et qui, du point de vue social, aurait des répercussions extrêmement favorables dans le bassin minier, ne serait-ce qu’en faisant échec à la propagande communiste »14. Le préfet a raison de mentionner l’étude que viennent de remettre les houillères de bassin d’Aquitaine au sujet de l’opportunité de construire un troisième groupe électrique à Penchot, mais les ingénieurs des houillères se montrent nettement réservés à l’idée de la construction d’un troisième groupe. Selon les termes de la conclusion de leur rapport, les deux groupes existant à Penchot suffisent pour l’écoulement du charbon des mines du Tarn et de l’Aveyron. Seule une durée de fonctionnement supérieure à 5 500 heures annuelles pourrait justifier la construction d’un troisième groupe de 25 000 KW à Penchot, même s’ils n’ignorent pas que ce groupe serait « une des solutions partielles les moins chères au problème social de l’Aveyron »15. L’intérêt politique l’emporte toutefois car à la veille de Noël 1954, le gouvernement Mendès France offre un beau cadeau aux habitants du bassin de Decazeville en acceptant d’intégrer la deuxième tranche de Penchot dans la loi de programme16. Dès la formation du gouvernement d’Edgar Faure, Paul Ramadier écrit à André Morice, nouveau ministre de l’Industrie pour lui rappeler cet engagement pris par son prédécesseur17. C’est précisément à cette époque que le directeur du groupe Aveyron s’adresse au préfet afin de lui faire part de ses difficultés18. Celles-ci sont réelles et même inquiétantes. Alors que certains marchés importants ont été satisfaits, d’autres, un moment espérés, n’ont pu être obtenus. La concurrence du gaz naturel et des produits pétroliers aggrave cette situation. La conjoncture a permis cependant de réduire le chômage à deux jours par mois depuis le début de 1955, mais le prix de revient, qui était en amélioration, a subi une hausse importante à la suite des dernières augmentations de salaire. Les prix de vente, en revanche, ont subi une nouvelle baisse au 1er février. Seuls 23 ouvriers sont partis en Lorraine en 1954 tandis que 250 postes étaient offerts. Les Charbonnages de France ont pris l’initiative de ponctionner eux-mêmes le personnel nécessaire à la Lorraine selon trois critères. Les premiers à être mutés seront les étrangers célibataires âgés de 23 à 40 ans, puis viendront les étrangers mariés jusqu’à 40 ans dont l’épouse est étrangère, enfin les étrangers mariés de 40 à 45 ans dont l’épouse est étrangère et ayant au moins un enfant susceptible d’être embauché aux Houillères de bassin de Lorraine. Ceux qui n’accepteraient pas la mutation seraient passibles de licenciement. Ces mesures radicales, qui s’apparentent presque à une réquisition, reflètent bien le contexte passionnel de ces départs pour l’Est. Le 15 mars 1955, une manifestation se déroule à la gare de Cransac contre le départ de cinq mineurs célibataires pour la Lorraine. La police et la gendarmerie doivent prendre leurs précautions. Le 1er mars, Le Patriote titre « 250 mineurs de l’Aveyron déportés en Lorraine » et récidive le lendemain « contre les transferts forcés des mineurs en Lorraine ». Cette assimilation va finir par envenimer les relations entre les deux régions, par quotidien régional interposé puisqu’en octobre 1955 Le Républicain lorrain publiera un entretien accordé au Patriote par un mineur de l’Aveyron d’origine espagnol muté en Moselle critiquant sa nouvelle province d’adoption19.

18Les hasards des combinaisons politiques de la IVe République font qu’à l’issue des élections législatives de janvier 1956, Paul Ramadier obtient le ministère de l’Économie et des Finances dans le gouvernement de Guy Mollet. Dès le 12 mars 1956, il organise une grande réunion à Decazeville au cours de laquelle est annoncée le triplement de la capacité de la centrale de Penchot.

19La présence de Paul Ramadier au ministère de l’Économie et des Finances va être mise à profit pour redonner quelques espoirs au bassin. C’est ainsi que le 12 septembre 1956, Deveaud, inspecteur régional de Toulouse, remet au ministère des Finances un rapport au sujet de la demande de financement formulée par les UCMD pour leur programme d’investissements.

  • 20 Arch. SAEF B 16135 UCMD.
    Le détail donne :
    -2 tranches de 10 fours pour 70 millions de francs
    -install (...)
  • 21 Arch. SAEF B 16135 UCMD.
    -ressources propres (appel aux associés (55 millions), warrantage du stock (...)

20Après avoir rappelé les activités de la société (production de fonte, de coke et de sous-produits, de ciment, pièces de fonderie, chaudronnerie, tôlerie, constructions métalliques et mécaniques), il dissèque le plan d’investissement proposé par la direction de la société. Les investissements s’articulent autour des changements de fours à coke, du haut-fourneau et de la reconversion ou modernisation des ateliers pour un montant global de 780 millions de francs20. L’analyse des sources de financement permet de constater que l’argent public est mis à contribution à hauteur des deux tiers21.

21Les résultats attendus de ce programme d’investissements apparaissent cohérents. S’agissant de la fonderie, la progression du chiffre d’affaires serait de 100 millions de francs (500 à 600 millions). Le développement du moulage d’acier permettrait de répondre aux besoins croissants de l’industrie automobile, la vente de 150 à 200 tonnes par mois de moulage d’acier semble assuré car la société métallurgique d’Imphy (actionnaire des UCMD) ne parvient pas à répondre à la demande (vilebrequins, arbres à cames, disques de frein…). Pour la fonte malléable à cœur blanc, 50 tonnes par mois peuvent être écoulées dans l’industrie automobile. S’agissant des poteaux et de la chaudronnerie, le chiffre d’affaires escompté est de 300 millions de francs annuels. La construction de poteaux tubulaires par tôles agrafées intéresse beaucoup EDF et les PTT car ce procédé permettra de moindres coûts de construction des lignes.

22Si la justification technique des investissements semble cohérente, l’inspecteur Deveaud met aussi l’accent sur leurs répercussions sociales en évoquant le maintien de l’emploi et l’embauche d’une cinquantaine de jeunes sur deux ans. Le problème majeur reste celui du statut d’une grande partie des ouvriers des ateliers qui bénéficient du statut du mineur.

23L’inspecteur général estime qu’en toute logique cet avantage, qui entraîne des charges lourdes, devrait disparaître quand le personnel de la fonderie ou de la chaudronnerie travaillera pour l’industrie automobile ou les poteaux, tout en prévoyant les mesures pour la retraite du personnel ayant cotisé à la caisse autonome des ouvriers mineurs.

24S’il est conscient que le programme d’investissements peut sembler lourd pour le FDES, l’inspecteur général Deveau d insiste sur le fait que les actionnaires sont incapables de faire un effort supplémentaire et il émet un avis favorable pour ce projet dont il connaît, de toute manière, la dimension politique capitale aux yeux du ministre des Finances Paul Ramadier.

  • 22 Arch. SAEF B 16135 UCMD. Note n˚ 8875 de P. Garrigue, service économique et financier, 30 octobre 1 (...)

25Suivant la procédure normale, le dossier des UCMD fait l’objet d’un échange de notes entre P. Garrigue et M. Lacarrière du FDES à la veille de la séance du comité du 31 octobre 195622. P. Garrigue synthétise les données de la situation de Decazeville en montrant bien à quel point l’administration se trouve face à un cercle vicieux : « Le drame du complexe industriel de Decazeville est bien connu : les Houillères de bassin d’Aquitaine ont besoin de placer leur charbon d’où l’intérêt qu’il y a à maintenir sur place une cokerie ; cette cokerie a besoin de placer ses cokes d’où l’intérêt qu’il y a à maintenir une certaine activité de production de fonte de moulage ; cette fonte de moulage pour se placer doit avoir des caractéristiques spéciales d’où la nécessité d’intensifier l’orientation de la production vers la fonte malléable et vers fontes soudables à basse teneur en silicium pour la construction automobile ; et comme ces activités ne suffiraient pas, il faut maintenir une certaine activité mécanique dans la société. » Le remplacement du haut-fourneau vétuste par un nouveau est uniquement dicté par la nécessité de maintenir l’activité des houillères de bassin et c’est cet impératif qui a conduit la société Commentry-Fourchambault-Decazeville devenue Société métallurgique d’Imphy à abandonner sa part dans l’augmentation de capital intervenue en 1954 au profit des Houillères de bassin d’Aquitaine. Ne se faisant, là non plus, aucune illusion sur le dossier du fait de sa dimension éminemment politique, P. Garrigue conclut que « pour des raisons d’intérêt strictement local, [il est] favorable à la prise en considération de la demande qui, sur le plan technique, [lui] paraît recevable ». Toutefois, il demande à son collègue de la commission de la productivité d’ajourner la décision jusqu’à la réponse du ministère du Travail concernant l’insuffisance du rapport chiffre d’affaires/personnel employé et les conséquences posées par le large bénéfice du statut du mineur accordé à de nombreux employés.

26Lors de sa séance du 31 octobre 1956, le comité, sur rapport du service économique et financier, accorde une prime spéciale d’équipement de 15 % pour 75 millions de francs et un prêt de 275 millions à 5,5 % d’intérêts sur douze ans avec hypothèque de 2e rang sur les immeubles de la société y compris les maisons ouvrières ainsi qu’un nantissement de 2e rang sur le fonds de commerce. La réalisation du prêt sera confiée au Crédit national.

  • 23 Arch. SAEF B 16135 UCMD. Dossier UCMD, note de la commission de la productivité du 19 février 1957, (...)

27Dans une note du 19 février 1957, M. Lacarrière de la commission de la productivité revient sur « l’intérêt social considérable » du programme arrêté. La société UCMD s’étant engagée à régler la question de l’octroi du statut du mineur « dans la mesure où le climat social le permettra », rien ne s’oppose plus au lancement de l’opération23. Grâce à la présence de Paul Ramadier Rue de Rivoli en 1956-1957, le bassin bénéficie d’une nouvelle chance de survie mais la crise charbonnière de 1958 et l’arrivée du gaz de Lacq vont ruiner définitivement ces fragiles espoirs nourris à la fin de la IVe République.

II. DEUX ANNÉES D’ANGOISSE ET DE RESSENTIMENT (1959-1961)

28Selon la chronologie progressivement établie par les préfets de l’Aveyron

  • 24 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Note du préfet sans date.

29A. Bonhomme puis Michel Lamorlette, le contentieux entre Decazeville et le gouvernement issu des élections de 1958 naît en septembre 1959 lorsque la fédération PCF de l’Aveyron s’attaque à la CECA et à la CEE. En octobre, la municipalité communiste d’Aubin vote contre le principe de l’exonération de la patente en faveur d’industriels éventuellement intéressés pour s’installer sur son territoire, démontrant ainsi son intransigeance vis-à-vis de l’idée même de la reconversion du bassin houiller. Le 17 novembre 1959, elle crée un comité communal de sauvegarde et de développement de l’économie du bassin houiller. L’année 1960 débute par un meeting intersyndical qui rassemble 1 500 personnes et associe les commerçants de Decazeville dès le 2 janvier. À la fin février, Paul Ramadier convoque une nouvelle séance d’étude regroupant les parlementaires, les élus locaux ainsi que les syndicalistes. Un cortège de 1 500 mineurs défile à Rodez le 4 avril en présence des parlementaires. Les municipalités socialistes de Cransac et de Decazeville lancent trois zones industrielles en avril et en juin. Après l’annonce du plan d’adaptation qui prévoit l’arrêt de l’exploitation au fond à Decazeville-Cransac d’ici 1960, les élus aveyronnais tiennent un conseil de guerre en pleine période estivale, le 13 août, et le surlendemain le président du conseil général Edouard Bonnefous sollicite son ami Valéry Giscard d’Estaing afin qu’il favorise l’accueil d’une délégation d’élus auprès de Jean-Marcel Jeanneney pour tenter de l’infléchir. À leur retour, les élus du département rencontrent le préfet Bonhomme qui comprend que la rencontre s’est mal passée et que les notables sont repartis sans avoir obtenu la promesse d’un nouveau délai de grâce pour le bassin. André Trébosc semble le plus mécontent de l’accueil réservé à la délégation par Jean-Marcel Jeanneney24.

30La rentrée 1960 s’annonce tendue. Elle est d’abord marquée par l’initiative burlesque et démagogique de Pierre Poujade qui fonde l’Association de défense des intérêts économiques et sociaux du peuple et qui propose la création d’une usine carbo-chimique permettant de produire industriellement le carburant Makhonine pour lequel il a déjà tenu deux réunions à Decazeville avant l’été. Plus sérieusement, les signes de dégradation du climat social s’accumulent. Le 10 septembre, un meeting auquel participe Paul Ramadier rassemble 600 personnes. Surtout, une grève de 24 heures est observée le 8 octobre avec deux meetings à Cransac et Decazeville auxquels assistent 650 personnes. Trois jours plus tard, s’opère la conjonction entre la municipalité et le comité syndical dirigé par Bruel, suivie d’une réunion le 22 à la chambre d’agriculture en présence des parlementaires, du comité intersyndical et d’un membre de l’évêché.

31Alors que la visite de Jean-Marcel Jeanneney est annoncée pour le 14 novembre, le maire de Decazeville, Rouquette, qui a succédé à Ramadier en 1959, lance un cri d’alarme le 6 novembre. De son côté, le comité intersyndical tient une conférence de presse le 8 novembre. Les Decazevillois veulent encore croire à l’avenir du bassin houiller et espèrent qu’ils connaîtront une fois encore le sursaut qui leur a permis de surmonter tant de crises antérieures. Las, Jean-Marcel Jeanneney ne revient pas sur la fermeture de l’exploitation souterraine. Ce refus provoque un électrochoc. Signe de désespoir, le 19 novembre, pas moins de 350 personnes assistent à la présentation du projet Poujade-Makhonine alors que le papetier de Saint-Céré n’avait tout d’abord réuni qu’une assistance d’une vingtaine de personnes. Surtout, le 20 novembre, 6 000 ouvriers et habitants du bassin manifestent à Rodez. Cette mobilisation commence à porter ses fruits car le 12 février 1961 Le Monde évoque le combat de « Decazeville [qui] lutte pour ne pas être emportée par la bourrasque industrielle ».

  • 25 Arch. dép. Aveyron 14 W 34. Lettre ouverte des mineurs CGT de Decazeville à Jean-Marcel Jeanneney, (...)

32Durant les neuf premiers mois de 1961, le bassin vit dans l’attente anxieuse et imprécise de l’annonce de mauvaises nouvelles. La traditionnelle « rentrée sociale » est marquée par la publication d’une lettre ouverte au ministre de l’Industrie émanant des mineurs CGT de Decazeville. Ceux-ci placent très haut la barre de leurs revendications, exigeant ni plus ni moins que l’abrogation du plan charbonnier, le maintien de la production dans le groupe Aveyron et consentent à une diminution d’effectif sur la base des départs en retraite ou du volontariat. Ces exigences, devenues irréalistes plus d’un an après la présentation du plan charbonnier, sont assorties de conditions qui laissent transparaître un certain pathétisme. Les mineurs cégétistes exigent, en effet, au mépris du droit que les emplois créés dans les sociétés nouvelles de conversion Manuval et Fama soient exclusivement réservés à des Aveyronnais, que le gaz de Lacq ne soit pas acheminé à Decazeville ou que charbon et fuel étrangers ne soient pas importés. Ce repli sur soi, cette peur de la concurrence et des contraintes de l’économie moderne reflètent bien l’état d’esprit prévalant dans le bassin à la veille de la grève et les difficultés de la main-d’œuvre aveyronnaise à relever les défis de la compétition économique européenne et mondiale que la France gaullienne choisissait quotidiennement de relever25.

  • 26 Arch. dép. Aveyron 14 W 34. Rapport du préfet Lamorlette au ministre de l’Intérieur, 17 octobre 196 (...)
  • 27 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 20 octobre 1961.

33Dans son rapport mensuel au ministre de l’Intérieur du 17 octobre 1961, le préfet Michel Lamorlette fait état du mauvais climat social régnant dans le bassin et redoute l’exploitation que pourraient en faire le PCF et la CGT26. Finalement, c’est de la cokerie et de l’UCMD que partent les étincelles qui vont mettre le bassin en émoi. Le premier à déceler la braise qui couve est le sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue qui avertit son supérieur le 20 octobre. Il estime que « les licenciements prévus à la cokerie et à la cimenterie risquent d’entraîner des mouvements soit de grèves soit de protestations (…). L’annonce des licenciements à Decazeville et le départ de certains mineurs, soit à Carmaux, soit à l’usine de Marcillac, a créé une certaine émotion chez les commerçants de tout le bassin et en particulier de Cransac. Ceux-ci craignent que les mineurs abandonnent leur domicile et s’implantent dans leur nouveau lieu de travail »27.

34Du 24 au 31 octobre, une grève perlée à la cokerie perturbe l’activité économique du bassin en réduisant la production de gaz de moitié, en contraignant une partie de l’effectif de Vieille Montagne, de l’UCMD et des autres usines, au chômage technique. Ce mouvement vise à protester contre les reclassements en cours. Ces débrayages servent aussi d’arrière-fond à l’intervention d’André Trébosc le 28 à l’Assemblée nationale qui rappelle au gouvernement la difficulté de la situation dans le bassin aveyronnais.

35Le préfet Lamorlette désire avant toute chose ne pas envenimer la situation. C’est pourquoi, il prend soin de recadrer le lieutenant Wolff, commandant de la compagnie de gendarmerie de Decazeville, en lui adressant deux reproches via le lieutenant-colonel Rampal, son commandant de groupement. Le préfet conteste les termes du rapport de l’officier rendant compte des événements survenus lors de son déplacement à Decazeville le 26 octobre, en pleine grève de l’UCMD. L’officier de gendarmerie a évoqué une manifestation de 700 personnes place de l’hôtel de ville, or le préfet conteste cette présentation. Pour lui, il n’y a pas eu de cortège ou de rassemblement au cours de la journée, tout au plus la convergence de 300 ouvriers curieux auxquels un délégué syndical a demandé de se disperser afin qu’une délégation puisse être reçue en mairie.

  • 28 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de J. Lagabrielle au préfet de l’Aveyron, 7 novembre 1961.

36Pour leur part, plusieurs directeurs d’usine font part de leur mécontentement au préfet au sujet de l’état d’esprit régnant dans le bassin, sans qu’il s’agisse d’un mouvement concerté du fait de l’éclatement des acteurs. C’est le cas le 7 novembre de J. Lagabrielle, directeur général du groupe du Tarn à Albi, qui explique sans ambages au représentant du gouvernement à Rodez : « Nous reprenons 33 ouvriers, soit le tiers de l’effectif de la cokerie ; ce personnel du fait de son âge est pratiquement non reclassable et nos exploitations n’en ont nul besoin ! »28

  • 29 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre d’H. de Coster au préfet de l’Aveyron, 7 novembre 1961.

37Le même jour, Henri de Coster, directeur de l’usine Vallourec de Decazeville, s’adresse également à Michel Lamorlette en lui adressant copie de la lettre qu’il vient d’expédier à l’inspecteur du travail. Le directeur est furieux, il explique : « Vous y verrez que nos délégués ouvriers calculent leurs efforts à la minute près et paraissent ignorer, dans une population ouvrière menacée de chômage, leur bonheur d’avoir un travail stable. Je ne vous cacherai pas que nous en tirons quelque amertume et qu’il nous paraît maintenant désirable d’abandonner tout effort bénévole favorable de maintien de notre industrie et d’appliquer purement et simplement les mesures, même pénibles, qu’imposent actuellement les circonstances défavorables du moment »29. Le directeur fait référence à une réunion des délégués ouvriers du 28 septembre 1961 qui ont demandé des éclaircissements sur les variations des heures de fin de poste en exprimant leur crainte de l’existence de dépassements non payés. Le problème posé est celui bien connu dans l’industrie du tube de l’heure précise du retrait de la dernière fournée de tubes. Un accord de 1945 prévoit une compensation et un paiement d’un quart d’heure pour les minutes effectuées en plus, même si la réalité hebdomadaire est inférieure. En 1961, ce dépassement est de 8 minutes majorées de 50 % au-delà des 48 heures par semaine. Le directeur de Vallourec est outré que les syndicats puissent émettre des doutes alors que l’entreprise fait un geste significatif en payant les arrêts avant l’heure. C’est ainsi qu’en 1958, les ouvriers ont été payés pour 3 heures 20 minutes non effectuées, en 1959 ils l’ont été pour 4 heures 10 minutes. En 1960, du fait du démarrage d’un second poste, les livres n’ont pas été tenus et pour 1961, seules 4 et 18 minutes travaillées n’ont pas été payées aux deux équipes. Pour Henri de Coster : « Ce calcul sordide de quelques minutes n’a pas autrement d’importance. Et si nous insistons, c’est pour souligner avec quels pauvres arguments on essaie de perturber le moral de notre usine, d’un personnel qui nous fait confiance et qui a eu raison de nous faire confiance. Et nous insistons d’autant plus que nous assistons au spectacle déconcertant de voir des délégués s’arrêter au décompte de quelques minutes de travail sur trois mois dans un bassin en plein chômage et rongé d’inquiétude. »

  • 30 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de P. Baseilhac au préfet de l’Aveyron, 20 novembre 1961.

38Moins ouvertement remonté contre la population ouvrière de Decazeville, le directeur général des Charbonnages de France P. Baseilhac s’adresse dans le même temps au préfet afin de l’informer des offres de reclassement proposées à la cokerie et souligner le manque de compréhension du personnel vis-à-vis de la situation économique du bassin. D’après son décompte, si l’on exclut les départs en retraite déjà effectifs, dix ouvriers ont été mutés à des postes vacants, neuf ont été mutés sur des postes dont les titulaires partiront à la retraite avant 60 ans, quatre seront retraités en 1962, trois sont en longue maladie (dont un en invalidité). Reste le cas de onze ouvriers dont deux ont accepté d’aller à Carmaux, un a désiré être licencié. Sur les huit dont le sort est en suspens, seize places leur ont été offertes réparties entre des entreprises régionales et la société Ethylène-Plastique-Normandie à Lacq (filiale des Houillères de bassin du Nord-Pas-de-Calais). Certes, le directeur général des Charbonnages de France admet que « cette dernière affaire peut évidemment apparaître quelque peu éloignée de Decazeville, mais elle est en plein développement et offre d’intéressantes possibilités d’avenir dans une région où la main-d’œuvre de l’Aveyron ne peut se trouver dépaysée. Il convient d’ajouter que tous les ouvriers ainsi reconvertis bénéficieront d’une indemnité égale à trois mois de salaire après la cessation de leur travail à l’UCMD, dépense qui sera conjointement supportée par les Houillères du bassin d’Aquitaine et par la Société métallurgique d’Imphy pour éviter une aggravation des charges propres de l’UCMD. Cet avantage est absolument indépendant de l’aide qu’ils pourront recevoir de la CECA et a été consentie de façon à traiter le personnel de l’UCMD comme celui des houillères touchées par la reconversion »30.

  • 31 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Rapport du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 25 novembre 1961.

39Nonobstant les avantages et conditions accordés aux ouvriers reclassés, la population du bassin se prépare à un bras de fer avec le gouvernement car elle refuse d’envisager le déclin de son rôle industriel après avoir été l’un des berceaux de la révolution industrielle française. Le 24 novembre, un imposant cortège de 5 000 manifestants arpente les rues de la cité minière. Cette manifestation, la plus imposante dans les rues de Decazeville depuis les grèves de 1948, est un signal fort émis aux autorités qui ne s’y trompent pas. Dès le lendemain, le sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue rédige un rapport au préfet Lamorlette dont les accents sont graves31. Le sous-préfet insiste à juste titre sur le caractère unanimiste du mouvement d’ampleur en gestation en expliquant que la manifestation « contre les licenciements envisagés par la direction des UCMD a montré combien le climat social s’était détérioré. Que ce soient les ouvriers, les mineurs ou les commerçants et les fonctionnaires, toutes les couches sociales sont atteintes par le malaise qui existe dans cette région. Ce n’est pas en utilisant les forces de l’ordre que l’on pourra régler le problème dans le bassin houiller ». À ce moment, l’hypothèse d’un recours à la force n’est pas anodine comme on va le voir. En tant que médiateur naturel de la population du bassin decazevillois, le sous-préfet regrette la manière dont l’annonce de la fermeture des puits a été faite. Tout en concentrant sa critique sur les houillères, il semble aussi regretter la façon d’agir du gouvernement. En soulignant qu’il n’est pas « question de discuter les décisions gouvernementales prévoyant la fermeture de certains sièges et le ralentissement de la production », il prend une précaution de style peu fréquente, car elle va de soi quand on appartient au corps préfectoral, qui paraît être une critique voilée. La critique devient franche quand il évoque les houillères, il trouve « regrettable que la direction générale des houillères clame urbi et orbi que la fermeture des mines est inéluctable et qu’elle doit s’opérer rapidement. En outre, le ton même employé par les dirigeants des houillères ne peut qu’entraîner des réactions des mineurs et de leurs familles ». Afin de désamorcer la crise, il propose que des aménagements soient accordés aux mineurs retraités qui désireraient continuer à verser pour compléter leur retraite ou continuer à bénéficier de la sécurité sociale minière. Certes, il n’ignore pas que ces avantages auraient un coût et qu’ils pourraient être réclamés par d’autres mineurs d’autres bassins mais il estime que « quelques millions valent bien la paix ». S’agissant de la situation aux UCMD, il prend fait et cause pour les grévistes quand ces derniers défendent leurs avantages acquis et estime qu’il faut exercer une pression sur la direction.

40Cette attitude conciliante du sous-préfet est somme toute compréhensible. Si une crise grave survenait, il sait qu’il serait exposé.

III. LA TENTATION D’UN RECOURS À LA FORCE

  • 32 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 26 novembre 1961.

41Au même moment à Rodez, le préfet cogite sur de toutes autres perspectives. Il adresse le 26 novembre un long rapport au ministre de l’Intérieur sur les conditions d’une opération de maintien de l’ordre de grande envergure à Decazeville. Son analyse de la situation est particulièrement bien venue pour mettre en place les cadres du conflit à venir. Pour le préfet Michel Lamorlette : « Le maintien de l’ordre – ou son rétablissement – soulèverait, en présence de manifestants résolus, des difficultés dont il importe d’avoir une idée claire. Il s’avère, en effet, compte tenu, d’une part, de l’implantation des diverses usines, dont les installations s’enchevêtrent et s’interpénètrent en plein centre ville, d’autre part, des difficultés de faire cantonner à proximité immédiate les forces de police dont la mise en place, dans ces conditions trop visibles, ne manquerait pas d’échauffer les esprits peu habitués jusqu’ici à des déplacements de forces, en raison, enfin, du climat psychologique existant chez les mineurs et ouvriers de la région, que l’ordre ne pourrait être rétabli que par l’entrée en scène de puissantes forces de police, vraisemblablement d’ailleurs, au prix de heurts violents. Sans doute, le prestige incontestable dont jouissait le président Ramadier avait-il pu éviter dans le passé que les manifestations ne dégénèrent en désordres, les promesses d’interventions tant auprès des dirigeants des grandes sociétés qu’auprès du gouvernement dont faisait état l’ancien président du Conseil étaient, d’autant plus efficaces, que la population était convaincue de son influence à Paris. Aujourd’hui, après sa disparition, aucun élément modérateur jouissant d’une audience incontestée auprès de la masse ne pourrait s’opposer avec succès au déchaînement de violences auxquelles pourraient être poussés des manifestants par une fraction extrémiste. »32

42L’analyse de la situation faite par le préfet s’appuie en partie sur les conclusions du rapport qu’il a commandé au commissaire Node, chef de la sécurité publique de Decazeville. Le commissaire revient sur la manifestation du 24 novembre en jugeant qu’elle « s’est déroulée dans le calme, mais [que] les esprits étaient tendus, et maint observateur pouvait noter que l’étincelle aurait suffi à provoquer le désordre et la violence. Cette étincelle aurait pu naître de la seule vue des forces d’intervention en réserve. Le calme a été observé mais les consignes données par le cartel intersyndical avaient été celles de la non-violence, étant entendu que la direction des UCMD recevrait les délégations. S’il en avait été autrement, et en tous cas, l’intervention des CRS aurait été rendue nécessaire. La voie d’approche préalable à l’action se serait réalisée par la traversée du parc à fontes, mais le dégagement des bâtiments administratifs de direction aurait été tâche malaisée, 4 000 manifestants entourant ces bâtiments sur un terre-plein en surplomb de la voie d’accès des formations du maintien de l’ordre. Les deux compagnies engagées (260 hommes) auraient eu à faire face à 4 000 manifestants particulièrement décidés (et non aux 2 600 que représenterait l’application de la règle d’action d’un pour dix) ».

  • 33 Arch. dép. Aveyron 14 W 28. Rapport du préfet André Rogues au ministère de l’Intérieur, décembre 19 (...)
  • 34 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Le dispositif de coordination des forces de l’ordre fut assuré par le c (...)
  • 35 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Il s’agit d’une démonstration de force d’anciens FTP-FFI parmi lesquels (...)
  • 36 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Sur ce total, on compte 24 Espagnols, 4 Français par naturalisation et (...)
  • 37 Arch. dép. Aveyron 14 W 28. Rapport du chef d’escadron Trocellier.

43Le commissaire est le premier à faire le parallèle avec la crise de 1948, époque troublée durant laquelle le bassin avait connu de graves troubles. Le bassin de Decazeville avait alors vibré à l’unisson des autres bassins houillers en suivant le mot d’ordre de grève totale émanant de la fédération CGT du sous-sol pour le 4 octobre. Les premiers incidents avaient éclaté le 20 octobre à l’usine Louvroil-Maubeuge-Aulnoye où 250 grévistes étaient parvenus à couper l’alimentation électrique des pompes et des ventilateurs des mines. Le caractère politique et insurrectionnel du conflit étant clair, FO et la CFTC avaient appelé à la reprise du travail pour le 2 novembre. Il s’en était suivi de multiples atteintes à l’ordre public. Dans son compte rendu, le préfet André Rogues relate ainsi le climat d’intimidation régnant dans les cités ouvrières : « Des vitres seront cassées, des femmes de mineurs giflées, des pétards exploseront sur le devant des portes ou dans les serrures ; du plastic sera déposé sur les chantiers, des herses de clous sur les chemins fréquentés par les cars d’ouvriers requis ; ceux-ci malgré les services de protection seront attaqués au moyen de bouteilles de liquides explosant, un bâtiment abritant les treuils de la Découverte sera brûlé. La crainte, la terreur vont régner jour et nuit plus particulièrement sur l’agglomération ouvrière Aubin-Le Gua-Cransac. »33 Les nombreuses forces de police, CRS et gendarmerie ne se retirèrent du bassin que dans la première semaine de décembre34. Durant la grève de l’automne 1948, pas moins de quatre-vingt quatre personnes furent déférées à la Justice pour entrave et atteinte à la liberté du travail, attroupements, menaces, refus d’obtempérer à la réquisition, outrage, distribution de tracts, participation à une manifestation interdite35 ou encore fabrication d’engins explosifs36. Durant la grève, le chef d’escadron de la garde républicaine (gendarmerie mobile) Trocellier avait consigné dans un rapport les principaux incidents de l’opération qu’il conduisait en insistant sur l’usure nerveuse des forces de l’ordre confrontées à un climat particulièrement délétère37.

  • 38 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Le recensement effectué par le commissaire Node fait état : Implantations (...)

44Ces considérations sont manifestement connues du commissaire Node qui a pu se faire narrer les « hauts faits d’armes » de 1948 par certains de ses subordonnés demeurés en fonctions à Decazeville depuis treize ans. C’est pourquoi il prend soin de mentionner au préfet que « cette récente manifestation du 24 a groupé sur la voie publique près de 5 000 personnes, ce qui ne s’était plus vu à Decazeville depuis 1948. La plus large unité d’action a donc été réalisée. La grève des commerçants dans tout le bassin, la grève administrative des mairies, la position des instituteurs ayant cessé les cours à 11 heures, le tocsin sonnant le glas, tout contribuait à donner à cette manifestation une ampleur inaccoutumée et une résonance psychologique profonde. Fort de ce succès de masse, il est à penser, sans faire de pessimisme, qu’en cas de coup dur, et dans une situation très tendue mettant aux prises forces d’intervention et manifestants, le cartel intersyndical parviendrait à rameuter 10 000 personnes sur la voie publique ». Afin de répondre au préfet qui lui a demandé de donner son avis sur le format à prévoir pour une opération de maintien de l’ordre de grande envergure, le commissaire estime qu’il faudrait au minimum six compagnies de CRS pour tenir le bassin, soit 780 hommes, chiffre inférieur au dispositif de 1948 et donc sous-dimensionné. Le commissaire recense les implantations des usines, les effectifs ouvriers, les superficies des emprises industrielles, les lieux potentiels de cantonnement des forces et les itinéraires d’accès ou de manœuvre, mais il met aussi l’accent sur la psychologie propre à Decazeville qui lui semble devoir être méditée pour éviter tout affrontement38.

45Le commissaire relativise l’image sulfureuse que les événements de 1948 ont pu conférer à la population ouvrière du bassin aveyronnais. Il rappelle au préfet que « depuis de très longues années, les manifestations d’ordres professionnels ou politiques qui se sont déroulées à Decazeville ou dans le bassin se sont déroulées dans le calme et en l’absence pratique de toute force d’intervention. Ce climat psychologique, très propre au bassin minier de Decazeville, était dû à deux facteurs :

  1. L’état d’esprit local qui veut que le mineur de Decazeville aime régler ses problèmes lui-même, surveillé certes par sa police locale ou sa gendarmerie locale, mais ne veut voir en aucun cas son action risquer d’être entravée par des forces supplétives de maintien de l’ordre venues de l’extérieur. Il y voit là une contrainte, et la violence contenue se déchaîne. Pour parler clair, l’ouvrier du bassin de Decazeville ne veut pas voir de « casques » dans l’horizon de sa ville et de ses usines.

  2. L’intervention apaisante du président Ramadier dans les manifestations antérieures. En effet, le président Ramadier tenait sa population bien en mains et savait stopper une manifestation dans les cas où elle risquait de devenir violente. Les mineurs l’écoutaient et se dispersaient sur son ordre, calmés par la promesse que le président leur faisait de prendre personnellement la question en main à Paris.

  • 39 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Étude sommaire sur un maintien de l’ordre par le commissaire Node, novemb (...)

46Aujourd’hui, la disparition du président Ramadier fait changer le problème d’aspect, en ce sens que le manifestant de Decazeville ne se sent plus « compris à Paris ». Ce seul fait peut être un facteur déterminant dans l’évolution psychologique du problème des manifestations futures du bassin »39.

IV. LA GRÈVE DU BASSIN DE L’HIVER 1961 : RÉSISTANCE À L’ESPRIT JACOBIN OU REFUS DES RÉALITÉS ÉCONOMIQUES ?

  • 40 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Industrie, 27 octobre 1961

47Jean-Marcel Jeanneney est averti par le préfet Lamorlette de la dégradation de la situation sociale dans le bassin par une longue lettre en date du 27 octobre 196140. Ce document est d’une grande précision et éclaire bien la situation à Decazeville dans les semaines précédant le déclenchement de la grève. Il est aussi le témoignage d’un préfet soucieux de son rôle de médiateur entre l’État et les protagonistes de la crise sociale. Le représentant du gouvernement expose que la crise actuelle aux UCMD est partie de la décision prise par la direction de refuser le reclassement de neuf ouvriers de la cokerie à la suite de la fermeture de l’alimentation en gaz de coke et de son remplacement par le gaz de Lacq. Le préfet mentionne son déplacement à Decazeville le 26 octobre afin de rencontrer la direction de l’UCMD et l’intersyndicale. Michel Lamorlette a « pu mesurer, d’une part, la raideur des positions patronales à l’égard d’une situation qui devait être réglée sans heurt, d’autre part, de l’émotion de la population ouvrière que la CGT s’empresse d’exploiter et d’animer d’une manière assez inquiétante ». Selon lui, tout le monde avait compris que les UCMD devaient reclasser tous leurs ouvriers en cas de fermeture de la cokerie. Aussi, le préfet n’a-t-il pas apprécié que l’ancien président de l’UCMD, de Mijola, ait regretté sa déclaration au conseil général d’Aveyron. Michel Lamorlette rappelle aussi que la société Le métal injecté, installée à Decazeville en septembre 1961 n’ait pas eu vent par le bureau de la main-d’œuvre d’ouvriers disponibles alors qu’elle offrait quinze emplois.

48L’UCMD a tiré la sonnette d’alarme à la mi-octobre en faisant état de son intention de fermer la cimenterie alimentée par le laitier des hauts-fourneaux et des risques encourus par le renforcement des effectifs de la fonderie et de la chaudronnerie car 36 ouvriers sur 67 (29 ouvriers et 7 mensuels) ne pourraient être maintenus et devraient être licenciés. La direction s’est montrée inflexible et n’a accepté que quelques menus arrangements comme l’aide intérimaire de la CECA pour les agents « retraitables » mais avec perte de la prime de logement et du charbon. La solution retenue prévoyait le licenciement préalable de 13 agents des ateliers remplissant les conditions pour une retraite proportionnelle et le licenciement de 16 contractuels employés à la cimenterie qui feraient place à des ouvriers de la cokerie.

49Selon le préfet, « la raideur patronale s’éclaire d’un jour un peu embarrassé. Si on a, par exemple, publiquement évoqué le fait que des emplois antérieurement offerts par la cokerie de Carmaux ou en Lorraine n’avaient provoqué aucune espèce de candidature, il est facile de faire observer qu’aucun projet de licenciement ne pressait alors les intéressés d’accepter. De même, lorsque j’ai évoqué l’aide de l’État accordée pour la modernisation des ateliers de chaudronnerie – fonderie sous forme de primes et de prêts et qui semblaient créer à l’UCMD certains devoirs dans une région qui avait fait l’objet d’une attention particulière du gouvernement, en partie à des fins sociales, les représentants patronaux m’ont rétorqué qu’ils s’étaient acquittés de leur obligation par l’effort d’absorption d’effectifs déjà consenti ».

50Pour Michel Lamorlette, la raison du revirement de l’entreprise est à rechercher ailleurs. Il avoue « avoir été frappé lors de sa première visite des installations du caractère de bricolage revêtu par les différentes fabrications qui n’arrivaient pas à expliquer l’importance de ces vastes et puissants hangars qui les abritaient. La direction de l’UCMD, après avoir peu à peu vidé cette entreprise de ses activités traditionnelles, les avaient remplacées par des tâches presque de fortune au point que la question se pose de savoir quel intérêt Imphy attache encore au maintien de Decazeville, et l’on peut craindre que lorsque les Houillères auront quitté le bassin, la décrépitude des anciennes et puissantes forges de Decazeville ne se précipite. » Selon ses sources, le préfet explique à Jean-Marcel Jeanneney que « l’UCMD serait sur le point de demander des facilités de trésorerie à un établissement de crédit. La perte d’un appel d’offre d’EDF expliquerait le revirement de la situation. »

51Le préfet Lamorlette évoque encore le reclassement des mineurs qui « est en effet beaucoup plus difficile que l’on ne l’imagine généralement. Tout d’abord, ce personnel est réticent à l’égard de tout déplacement et cette tendance s’explique assez aisément lorsque l’on sait, d’une part, les assurances qui lui ont été prodiguées pendant des années en ce qui concerne le maintien de l’exploitation de Decazeville et dans sa région et que l’on connaît, d’autre part, son attachement à de petits lopins de terre, insuffisants pour faire vivre une famille, mais sur lequel il vit cependant. Les mineurs et assimilés, que leur mentalité fige sur place, font, d’autre part, l’objet de réticences de la part des industriels, principalement des nouveaux installés. D’abord parce que la moyenne d’âge est élevée et que ni sur le plan de la force physique, ni sur celui de la reconversion manuelle, ils ne peuvent s’aligner avec les jeunes que l’on trouve abondamment sur le marché local. Cette situation d’ordre général s’aggrave en ce qui concerne le personnel licencié de la cokerie qui est presque en totalité trop âgé (plus de 40 ans) pour pouvoir accéder à une formation professionnelle accélérée, ce qui diminue de toute manière ses facilités de reclassement dans d’autres régions ».

52Sur le plan politique, le préfet a pu « se rendre compte de l’émotion très vive créée par cette situation et de l’exploitation que la CGT et vraisemblablement le parti communiste lui-même vont en faire ». C’est pourquoi, il est « conduit à insister très vivement pour que les marchés de fournitures soient accordés à l’UCMD, par exemple de la part d’EDF. Les mesures qui pourraient être prises à cet égard, si elles doivent sans doute entraîner un sacrifice financier, ne paraissent pas trop payer le maintien d’un climat social qui risque de se dégrader dangereusement ».

53Lors de son déplacement à Decazeville, Michel Lamorlette a trouvé que « le comité intersyndical était très soumis à l’influence de la CGT, vraisemblablement parce que les délégués sentent une telle dégradation du climat social qu’ils se jugent incapables de résister à la démagogie de la grande centrale ouvrière ».

54Le représentant de l’État informe qu’il n’est pas parvenu à régler le conflit lors de sa venue à Decazeville, tout au plus a-t-il pu régler la question pratique de l’arrêt de la fourniture du gaz de la cokerie pour certaines entreprises, mises ainsi en difficulté, et éloigner la menace d’une rupture de l’approvisionnement des populations de Decazeville et Rodez. Après « des discussions techniques et assez serrées », le comité intersyndical a consenti à remonter la production, ce qui est intervenu quelques heures plus tard.

55Selon le préfet, « les représentants ouvriers ont très bien senti, bien qu’ils déclarent pour les besoins de la cause ne pas comprendre qu’une entreprise de 900 ouvriers ne puisse en absorber 36, que la solution ne se trouvait pas à Decazeville mais à Paris ». C’est ce règlement de nature politique que le préfet appelle également de ses vœux en écrivant au ministre de l’Industrie. La conclusion de sa lettre reflète tout à la fois le sentiment de solitude qui l’habite à ce moment et sa loyauté de serviteur de l’État quand il affirme contrebattre l’accusation d’indifférence proférée à l’encontre du gouvernement.

  • 41 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Lettre du préfet de l’Aveyron à André Trébosc, 1er décembre 1961. Lettre (...)

56Dans un premier temps, la démarche du préfet auprès du ministre de l’Industrie se solde par un succès. Le 1er décembre, il est en mesure d’apprendre au député Indépendant André Trébosc qui vient de le contacter qu’EDF a choisi de réserver aux UCMD la fourniture exclusive du ciment pour la construction du barrage de Laval de Cére. Cette décision heureuse permet à l’entreprise de reclasser les neuf ouvriers de la cokerie à la cimenterie conformément à un engagement antérieur. Michel Lamorlette ne cache pas son amertume au parlementaire en lui confiant : « On aurait pu faire l’économie d’une grève qui paraît avoir dangereusement ébranlé le moral du bassin et provoqué sa dégradation durable qui offre aujourd’hui prise aux actions démagogiques. »41

57À peine cette question réglée s’en pose déjà une autre rapportée au préfet par son subordonné de Villefranche-de-Rouergue qui a eu un entretien avec

58M. Charrin, directeur des UCMD. Ce dernier lui a confirmé que le président de Mijola avait déclaré à plusieurs reprises en conseil d’entreprise que « l’incidence de la cotisation patronale [à verser] au titre de la sécurité sociale minière pesait sur les prix de revient de l’entreprise et que la direction voudrait que des mesures soient prises pour essayer de diminuer la charge de l’entreprise ». Michel Lamorlette contacte sans délai le directeur général des UCMD, M. de Mijola. Sa marge de manœuvre est étroite vis-à-vis d’un patron au tempérament peu conciliant. Le préfet lui déclare que « sans vouloir s’immiscer le moins du monde dans l’appréciation des charges des UCMD, il croit de son devoir d’appeler instamment [son] attention sur l’émotion très vive causée par [le retrait du régime de la sécurité sociale minière aux employés de la cokerie], qui constitue, certainement, l’un des facteurs les plus actifs de la détérioration du climat social dans le bassin constatée depuis l’incident de la cokerie. C’est en effet un semblable problème qui agite les mineurs en voie de conversion et qui paraît de toutes les causes d’agitation, celle dont la disparition serait susceptible d’apporter l’indispensable détente qu’appelle la situation actuelle. »

  • 42 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Selon une note des Renseignements généraux fournie au cabinet du préfet, (...)
  • 43 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.
  • 44 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.
  • 45 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.
  • 46 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.

59L’accumulation de griefs réciproques entre patronat, ouvriers, syndicats et pouvoirs publics forme, jour après jour, cette apnée qui précède les luttes sociales les plus vives. Le corps préfectoral est conscient de la dangerosité de la situation. Le 1er décembre, la brigade de gendarmerie de Decazeville appelle le cabinet du préfet pour faire état de la distribution de tracts par des militants de l’Action catholique ouvrière42. Le 12 décembre, c’est au tour des militants cégétistes de répandre un tract de la fédération nationale du sous-sol CGT daté du 8 décembre et appelant à « faire cesser le vol sur la prime de résultats »43. Le 13 décembre, le préfet enjoint son subordonné de Villefranche de sensibiliser le commissaire des Renseignements généraux à la création de « comités d’action locaux » qui lui paraissent annonciateurs de troubles44. Ces petits faits, d’apparence anodine, coïncident avec la rencontre infructueuse entre les dirigeants du syndicat des mineurs CGT de Decazeville et la direction des Charbonnages de France à Paris le 11 décembre45. Le lendemain et les jours qui suivent, le lieutenant Wolff, commandant la compagnie de gendarmerie, transmet au cabinet du préfet de nouveaux tracts de la fédération du sous-sol CGT et du comité intersyndical46.

  • 47 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 20 décembre 1961, article de Raymond Gelly.

60En fin de compte, c’est au matin du 19 décembre 1961, que s’engage le bras de fer entre les mineurs de Decazeville et le pouvoir. En réaction à l’envoi de huit lettres de licenciement à des mineurs auxquels il a été fait proposition d’un emploi dans le cadre de la reconversion, l’intersyndicale CGT, CFTC, FO, CGC décide d’entamer une grève sur le tas. Les syndicats réclament le maintien en activité du bassin houiller condamné pour 1965, le paiement immédiat de la retraite proportionnelle à tous les mineurs qui ont été licenciés pour être réembauchés dans les entreprises bénéficiant des crédits de la reconversion47. Immédiatement, la direction des Charbonnages de France publie un communiqué pour rappeler que sa position et celle des pouvoirs publics ont consisté à prévoir l’inéluctable, à savoir la fermeture du gisement de Decazeville-Cransac, et à tout mettre en œuvre pour favoriser l’implantation d’industries nouvelles dans le bassin d’emploi. Elle met au second plan les mesures pécuniaires intéressant les mineurs comme la prime de conversion équivalant à trois mois de salaire, la garantie d’un salaire équivalent à 90 % de celui de la mine sur deux ans. Elle qualifie de « sans fondement » l’exigence formulée par les syndicats de continuer à attribuer aux mineurs reconvertis le régime de la retraite et de la sécurité sociale minière.

  • 48 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du préfet Michel Lamorlette du 22 décembre 1961. Le Midi libre, 21 décem (...)

61Comme en témoigne les archives préfectorales, Jean-Marcel Jeanneney a été tenu au courant de la dégradation des relations sociales dans le bassin et a une bonne perception de l’importance du conflit. Il reçoit, à leur demande, les deux députés Indépendants de l’Aveyron, André Trébosc et Roland Boscary-Monservin, dès le lendemain. Deux jours après l’entrevue, le ministre est choqué de lire dans un article du Midi libre des détails qui sont de nature à lui faire penser qu’au moins un des deux députés a divulgué à un journaliste des propos qui n’auraient pas dû sortir de son bureau. Après avoir mené une petite enquête, Michel Lamorlette, confirme au ministre qu’André Trébosc lui aurait déclaré qu’il aurait été « surpris » de tomber sur le correspondant parisien du journal régional que son collègue avait alerté. La principale information ainsi répandue dans l’opinion réside dans le fait que le ministre de l’Industrie attende le chiffrage des mesures par le ministère des Finances et leur acceptation avant de faire de nouvelles propositions, ce qui semble signifier qu’il est entièrement sous la coupe de la Rue de Rivoli48.

62Une note du 22 décembre 1961 adressée au ministre par le syndicat des ingénieurs des Mines de l’Aveyron énonce un certain nombre de recommandations et de propositions de l’encadrement. Insistant sur le caractère apolitique du mouvement né de « l’accumulation de soucis angoissants et du sentiment d’insécurité » de la population du bassin, les ingénieurs recommandent au ministre de ne pas laisser pourrir le conflit pour que sa poursuite ne soit pas « exploitée à des fins politiques ». Tout le monde a présent à l’esprit les élections cantonales partielles rendues inévitables par le décès de Paul Ramadier en novembre. Les ingénieurs estiment que l’annonce d’une réduction progressive de la production à partir de 1965 serait de nature à apaiser le conflit car elle permettrait de continuer à employer 1 100 mineurs pour une production annuelle de 400 000 tonnes contre la moitié moins pour le plan de régression. Selon eux, la véritable solution pourrait être apportée si le gouvernement acceptait d’octroyer la pension de coordination ou la liquidation de la retraite du régime général sans abattement à partir de 60 ans, ou s’il reconduisait le décret de la mise en retraite d’office pour les mineurs de l’Aveyron – Centre-Midi, ou s’il prenait en considération deux années de garantie de salaire dans l’ancienneté minière, dans le cas où il accepterait la reconduction du décret de 1960. Étant donné la proportion importante de mineurs ne pouvant être réembauchés du fait de leur condition physique aléatoire, les ingénieurs suggèrent de leur attribuer la retraite proportionnelle dans les cas d’invalidité supérieure à 30 %. Ces mesures ne sont pas totalement acceptables par le gouvernement, mais elles contribuent à mettre néanmoins l’accent sur des problèmes tout à fait conséquents auxquels l’administration ne semble pas avoir pensé.

  • 49 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 23 décembre 1961.

63Quatre jours après le début du conflit à l’approche de Noël, les mineurs sont environ un millier à être au fond des puits de Cransac, Andin, Decazeville ou au bord de la mine à ciel ouvert de « la Découverte ». Le ministère de l’Industrie a opposé une fin de non-recevoir aux mineurs qui veulent continuer à bénéficier des avantages de leur statut même après licenciement et reconversion. Leurs revendications sont soutenues par le conseil général de l’Aveyron qui demande au gouvernement de donner une suite favorable à la requête des mineurs49. D’emblée, le rôle des communistes, à travers la CGT et L’Humanité paraît avoir été déterminant. Une vaste campagne très habilement orchestrée relaye la grève dans toutes les régions françaises. Dès le 23 décembre, le quotidien communiste titre « Rendez-nous Papa pour Noël ! » Des centaines de lettres d’enfants de mineurs sont adressées à l’épouse du chef de l’État afin qu’elle intercède en faveur des mineurs qui vont être contraints de passer le réveillon au fond d’un puits. Cette initiative a été décidée par les instituteurs des enfants de mineurs de l’Aveyron.

  • 50 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, La Croix, 23 décembre 1961.
  • 51 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 décembre 1961.
  • 52 Arch. CHEVS JMJ 30. France-Soir, 23 décembre 1961. L’Aurore, Libération, 25 décembre 1961.

64Comme cela avait déjà été le cas à Rodez à la suite de la visite de Jean-Marcel Jeanneney, une vaste chaîne de solidarité se met rapidement en place. Le 22 décembre, une manifestation rassemble plus de 12 000 personnes dans les rues de Decazeville50. L’Humanité cite le cas d’un grossiste de fruits qui offre 500 kg de bananes, rapporte les dons des instituteurs, des ingénieurs, des médecins ou des retraités aux faibles ressources, tous solidaires des mineurs51. L’objectif – inavoué – de la CGT et du PCF est de susciter un mouvement de sympathie collective qui permettra au syndicat et au parti de renforcer leur influence sur le bassin. Cette ambiance particulière permet aux correspondants des quotidiens nationaux d’écrire dans un style presque pathétique jouant sur la fibre sensible du lecteur. C’est, par exemple, le cas de Jean Kroutchein dans France-Soir dont un article sur la manifestation du 22 décembre 1961 est accompagné d’une photographie poignante d’un enfant en pleurs se jetant au cou de son père gréviste remonté à la surface pour manifester. C’est aussi le cas de L’Aurore ou de Françoise Marzellier dans Libération52.

  • 53 Arch. CHEVS JMJ 30. AFP, communiqué du ministère de l’Industrie sur la grève de Decazeville, 17 heu (...)

65Face à cette situation passionnelle qui peut faire tache d’huile, Jean-Marcel Jeanneney opte pour la fermeté. Dans un communiqué en date du 24 décembre, à quelques heures de la veillée de Noël, il explique que la politique de conversion « commence à porter ses fruits. Plusieurs entreprises viennent de s’installer dans la région et recrutent désormais de la main-d’œuvre minière »53. Le ministre fait un geste en direction des huit mineurs qui viennent d’être licenciés des Houillères pour être embauchés dans une entreprise de la ville. Il leur apporte la garantie de percevoir au moins 90 % de leur salaire de mineur pendant deux ans et non un an.

  • 54 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, 25 décembre 1961.
  • 55 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 26 décembre 1961.

66Seulement la réponse du pouvoir est trop faible au regard des forces qui se sont mobilisées. Déjà, la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA), qui est présidée par M. Bruel, décide d’apporter son soutien aux mineurs et organise des collectes de nourriture54. La nuit de Noël est l’occasion d’un ralliement d’une partie du clergé à la cause des grévistes. Trois prêtres assurent une messe de la Nativité au fond de la mine et monseigneur Ménard, évêque de Rodez, tient à venir apporter son soutien aux familles le jour de Noël55. La presse continue à s’intéresser aux mineurs entre Noël et nouvel an, une période d’ordinaire creuse pour les actions sociales.

67Le 26 décembre, une grève de vingt-quatre heures est observée par les mineurs du bassin des Cévennes (Graissessac, Bousquet-d’Orb et Camplomb). Les témoignages de solidarité continuent à se manifester. C’est par exemple le cas des médecins, pharmaciens et cadres de la société de secours minière qui abandonnent la moitié de leur traitement au profit de la caisse du comité de grève. Les autorités religieuses et monseigneur Ménard, en particulier, ont également joué un rôle de premier plan en faveur des familles de mineurs. Jean-Marcel Jeanneney se souvient d’avoir été irrité par les déclarations de l’évêque. II devra dépêcher son chef de cabinet Bernard Guitton, qui avait été élevé du prélat dans sa jeunesse, afin de le convaincre de prendre quelque distance avec le mouvement.

  • 56 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Télégramme économique, 28 décembre 1961.
  • 57 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, L’Aurore, 2 janvier 1962. Les deux journaux précisent que l’élection (...)

68Chaque jour qui passe voit le mouvement se durcir. C’est ainsi que le 27 décembre, six fils de mineurs âgés de dix-sept à vingt ans entament une grève de la faim et que les 307 maires du département annoncent leur intention de démissionner à compter du 1er janvier 1962. Devant cet engrenage qui plonge toute une région dans la révolte, quelle attitude adopter ? François Bruel dans sa feuille confidentielle s’interroge sur le conflit avec sa profondeur d’analyse habituelle56. Selon lui, la disparition de Paul Ramadier et l’élection au conseil général prévue pour le remplacer à la date du 7 janvier 1962 ont amené toutes les forces politiques et religieuses à s’engager57. Le fait que la grève coïncide avec les fêtes de fin d’année, fêtes familiales par excellence, accroît l’émotion générale. Enfin, il ne faudrait pas réduire cette grève à la seule politique, elle doit surtout s’interpréter comme l’expression de la fierté d’une région pour son passé. Pierre Alby à propos de ces événements s’est exclamé : « C’est du Decazeville ! Un phénomène intransposable ! »

  • 58 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 29 décembre 1961. Le Monde, 29 décembre 1961, article de François-He (...)

69La journée du 28 décembre est marquée par un rassemblement de 5 000 femmes et filles de mineurs à Rodez, tandis que le rôle de la CGT commence à être dénoncé à droite. Le Figaro condamne la venue à Decazeville du secrétaire général adjoint de la fédération CGT du sous-sol. Ce dernier s’est même fait remettre une statuette en bronze représentant un mineur afin de l’offrir à Fidel Castro qu’il s’apprête à rencontrer. D’ailleurs, plusieurs portraits du « Lider Maximo » ornent les parois des galeries où se sont réfugiés les mineurs et la majorité d’entre eux a décidé d’arrêter de se raser jusqu’à la fin du conflit afin de ressembler aux « barbudos » cubains !58

  • 59 Arch. CHEVS JMJ 30. Une note de la direction des Mines destinée au ministre précise que sur les hui (...)
  • 60 Arch. CHEVS JMJ 30. Paris-Presse, 29 décembre 1961.
  • 61 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 29 décembre 1961.

70Le 29 décembre 1961, à la veille de la nouvelle année, Jean-Marcel Jeanneney utilise le relais de la RTF pour s’adresser aux grévistes et aussi à l’opinion publique dont certaines franges commencent à être sensibles à la rudesse des épreuves que s’infligent les mineurs. Les questions posées au ministre par le journaliste de la télévision nationale servent en réalité l’argumentation qu’il doit développer, il ne s’agit donc pas d’un véritable entretien dans lequel le questionneur peut adopter un ton à sa convenance. Jean-Marcel Jeanneney peut librement livrer aux téléspectateurs sa version des faits, à savoir que le conflit a débuté par la réception de huit lettres de licenciement à des mineurs ayant par ailleurs reçu l’assurance d’être immédiatement réembauchés sur place dans une entreprise de Decazeville, que le déficit cumulé de la mine atteint 7 milliards d’anciens francs sur la période 1956-1960 et qu’en dépit de l’accroissement de la productivité, le déficit se creusera à 1,3 milliard d’anciens francs pour 196159. Le ministre admet toutefois que seuls 400 emplois sont programmés sur les 1 200 à créer d’ici 1965. Certaines voix commencent à trouver que cette situation a trop duré. Tel est le cas de Robert Boulay dans Paris-Presse qui écrit au sujet des mineurs : « Ouvriers dans le privé, ils perdent leurs avantages sociaux ; chômeurs, ils les gardent »60. Pour Raymond Aron, le drame de Decazeville pose le problème de l’homme face à l’évolution permanente des techniques et il compare les mineurs de Decazeville aux ouvriers qui brisaient les premières machines et s’interroge : « Comment rendre aux hommes l’enracinement qu’ils ont perdu et dont ils ne peuvent se passer ? 61 » La presse de gauche critiquera violemment Aron pour cet article.

  • 62 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, 2 janvier 1962, article de F.-H. de Virieu.

71Devant la fin de non-recevoir émise par le ministre de l’Industrie, l’intersyndicale propose d’organiser une table ronde afin de débattre des trois points essentiels aux yeux des mineurs. Les syndicats réclament le maintien à titre personnel de la sécurité sociale minière pour les convertis, la perception immédiate de la retraite proportionnelle pour les mineurs convertis sans limite d’âge et le maintien de salaires équivalant à ceux de la mine dans les industries de reconversion62.

  • 63 Arch. CHEVS JMJ 30. Tract figurant dans le carton.

72Dans les premiers jours de janvier 1962, les mineurs en grève sont sollicités par tract par des membres de la « section ouvrière de l’OAS » qui les incitent à placer leur action sous la même égide que la leur, à savoir la révolte « contre la férocité et le manque d’humanité de de Gaulle et ses valets ». Les rédacteurs du tract se font menaçants contre le ministre de l’Industrie quand ils écrivent : « Ensemble nous ferons plier lui [de Gaulle] et ses valets de Paris, le ministre Jeanneney et ses valets de Charbonnages de France dont P. Baseilhac. » Étant donné le plastiquage dont le domicile parisien du ministre a été la cible en août 1961, la menace des extrémistes de l’Algérie française peut être prise au sérieux, mais les mineurs demeurent insensibles à cette tentative de récupération63.

  • 64 Arch. CHEVS JMJ 30. Libération, 3 janvier 1962, article de Françoise Marzellier. La délégation des (...)
  • 65 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, Le Figaro, 5 janvier 1962, AFP, 5 janvier 1962.
  • 66 Arch. CHEVS JMJ 30. Télégramme à l’arrivée du ministère de l’Intérieur du 6 janvier 1962, 14 h 50.
  • 67 Arch. CHEVS JMJ 30. Les Échos, 8 janvier 1962.

73Le 2 janvier 1962, une délégation de mineurs barbus prend le rapide en 1re classe pour Paris, « au grand dam des gens de bien »64. Cette « montée » à Paris alors que la grève entame sa troisième semaine s’explique par une altération du moral des grévistes. Manifestement le gouvernement joue le pourrissement et attend que la lassitude et le manque d’argent viennent à bout des énergies les plus farouches. Le front syndical commence lui-même à se fissurer et la CFTC comme FO refusent de suivre la CGT dans son mot d’ordre de grève pour le 6 janvier dans les bassins des Cévennes et de la Loire alors que les deux syndicats se rallient au mouvement à Carmaux dans le Tarn, un département voisin de l’Aveyron65. Dans les Houillères de bassin de la Loire, le mouvement initié par la CGT est suivi à 57 % au fond mais seulement par 9 % des effectifs en surface66. Cette tentative visant à étendre le mouvement se révèle vite être un échec. Les Échos estiment que la division syndicale « reflète les hésitations sur la suite à donner au mouvement de Decazeville ». Pour le quotidien des milieux d’affaires, « l’extension du conflit à l’ensemble des houillères ou même à d’autres régions est exclue ». Cependant la grève a toutes les chances de perdurer car la population est très solidaire des mineurs auxquels elle identifie son destin ; d’autre part, les syndicats ne peuvent appeler à une reprise du travail sans quelques concessions de la part du gouvernement67.

  • 68 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 9 janvier 1962.

74Le mardi 9 janvier 1962, une grève générale est observée dans tout le département de l’Aveyron. La pression qui s’exerce sur les notables est très forte. Le conseil général décide, à l’unanimité, de mandater son président, le docteur Édouard Bonnefous, pour qu’il entame les négociations avec le gouvernement le samedi 13 janvier. En cas de refus de Paris, le conseil général menace de démissionner en bloc68. Une semaine après cette séance mémorable, Louis Delmas, conseiller général de l’Aveyron et secrétaire général de l’UNR, adresse à Ange Carli un exemplaire de l’intervention qu’il a prononcée à la réunion extraordinaire du conseil général. En s’appuyant sur les trois objectifs que le cardinal Richaud, archevêque de Bordeaux, a assignés au gouvernement, à savoir : « prévoir, informer les intéressés et compenser les dommages », le conseiller général de la majorité a eu le courage d’aller à contre-courant de ses collègues en prenant la défense de la politique conduite par l’État. En demandant à l’assemblée si elle connaissait un employeur qui aurait accepté de perdre 70 millions de nouveaux francs en cinq ans comme l’a fait l’État pour Decazeville, il pose réellement le problème de la persistance de l’exploitation. En ajoutant que le déficit d’exploitation de 30 nouveaux francs par tonne équivaut au prix auquel parvient en France le charbon polonais, il sème le doute dans les esprits, même chez les communistes qui peuvent être sensibles à la « solidarité socialiste ». Il reproche aux mineurs de Decazeville de se montrer trop exigeants sur les nouvelles localisations industrielles en faisant mine de rejeter des implantations éloignées de 20 à 50 kilomètres qui seraient situées le long d’axes de communication plus intéressants que ceux passant par Decazeville. Si on peut comprendre que des ouvriers propriétaires de leur logement soient réticents à le vendre et à déménager, il se trouve que peu de mineurs de Decazeville ont pu accéder à la propriété, donc un départ ne leur causerait pas le même trouble. Le conseiller général s’inquiète de voir les mineurs « crier avant qu’on ne les écorche » car, ajoute-t-il, « il n’y a eu à ce jour aucun mineur licencié sans qu’il ait été reclassé et sans que 90 % de son ancien salaire ne soit garanti pendant deux ans. Leur action est donc surtout due à un manque de confiance en l’avenir ».

  • 69 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 10 janvier 1962.
  • 70 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, Paris-Presse, France-Soir, 11 janvier 1962.
  • 71 Arch. CHEVS JMJ 30. Message au préfet de l’Aveyron du 9 janvier 1962.

75En mettant à part cette voix discordante, force est de reconnaître que la journée de mobilisation générale du 9 janvier est un succès. Decazeville connaît une démonstration record de 30 000 manifestants, emmenés par le maire Rouquette, tandis que des barrages bloquent la ligne de chemin de fer Paris-Toulouse durant plusieurs heures69. Comme symbole de la réussite de la journée « département mort », la presse relate que seul le fils du préfet s’est présenté devant les grilles closes du lycée Foch de Rodez70. Avant même la venue à Paris du docteur Édouard Bonnefous, Jean-Marcel Jeanneney invite le préfet de l’Aveyron à l’avertir qu’il ne lui fera aucune proposition nouvelle par rapport à celles qu’il a développées le 5 janvier devant les parlementaires du département71.

  • 72 Arch. CHEVS JMJ 30. Les Échos, 15 janvier 1962.

76Ce succès populaire n’empêche pas la rencontre le 12 janvier entre Jean-Marcel Jeanneney et Édouard Bonnefous d’être un échec. Le ministre de l’Industrie refuse de faire marche arrière et ne promet que quelques arrangements en matière de livraisons de charbon et de logements aux mineurs reconvertis. Il pose comme préalable à toute discussion l’arrêt immédiat de la grève et la reprise du travail72. Par cette attitude rigide, le ministre a peut-être voulu endosser le rôle du « méchant », et éviter un retour au pays un peu humiliant à un grand notable qui n’est pas fondamentalement hostile au gouvernement. À ce moment, le ministre, sait par le directeur des CDF, P. Baseilhac, que chaque mois de grève, loin de coûter aux Houillères, rapporte 500 000 nouveaux francs puisque le gisement est déficitaire !

  • 73 Arch. CHEVS JMJ 30. Note du 8 février 1962. Le rendement est passé de 1 450 à 2 000 kg/ h/jour.
  • 74 82 F/t prix de revient, 50 F/t de recette moyenne
  • 75 Coût de régression 72 F/t, recette 50 F/t

77L’autre partie de son information provient de la direction des Mines. Dans une note, Pierre Alby met en évidence le fait que le sensible accroissement du rendement enregistré entre 1959 et 1961 n’a pas entraîné de résorption du déficit du compte d’exploitation qui reste de l’ordre de 16 millions de nouveaux francs car la qualité du charbon extrait a diminué73. La perte d’exploitation se monte à 32 NF/t74, la perte en régression se monte à 22 F/t75. Les connaissances géologiques sur le gisement-fond de Decazeville permettent d’affirmer qu’il n’y a nul espoir d’amélioration sensible du gisement à court terme et que le coût des travaux préparatoires seraitsupérieur au coût de régression. Étudiant ensuite la possibilité de l’extension de la centrale EDF de Penchot, le directeur des Mines, Pierre Alby, parvient à déterminer un coût de 1,45 F/thermie, non compétitif par rapport aux prix lorrain (1,19 F/thermie) et du Nord (1,05 F/thermie).

  • 76 385 000 tonnes au fond et 195 000 tonnes à la Découverte

78Pour 1962, le bilan d’écoulement de la production de Decazeville est prévu pour 580 000 tonnes76, dont 335 000 tonnes de produits marchands et 245 000 tonnes de produits secondaires consommés à la centrale de Penchot. L’écoulement des produits marchands laisse apparaître d’autres fragilités. En effet, 88 000 tonnes sont promises à la SNCF dont la demande décroît fortement, 125 000 tonnes sont destinées à EDF qui serait en droit d’exiger un rabais de 4 NF/t pour ramener la thermie au prix de la Lorraine, ce qui conduirait à abaisser la recette à 46 NF/t et à aggraver d’autant le déficit.

  • 77 Les entreprises ayant réembauché des mineurs sont : FAMECA, MANUVAL, CEPRO, CEMA, Chaudronneries et (...)

79Le plan de reconversion du groupe de l’Aveyron prévoit un objectif zéro mineur au fond en 1965, 150 mineurs à la Découverte, 200 mineurs au jour en dehors de la Découverte. La reconversion portera donc sur 1 200 mineurs, pour lesquels 420 postes ont été promis par cinq sociétés et 19 anciens mineurs déjà réembauchés77. Début 1962, 222 mineurs ont bénéficié de la mise en retraite anticipée en vertu du décret du 23 juillet 1960. Decazeville est assurément le gisement le plus déficitaire de France avec ses 32 NF/t de perte contre 25 NF/t à Graissessac et 20 NF/t à Brassac qui sont les autres sites dont la fermeture est prévue à l’horizon 1965.

80Cette situation permet d’expliquer que le gouvernement a toutes les raisons de tenter le pourrissement du conflit. Il ne peut naturellement uniquement jouer sur la lassitude car la journée du 10 janvier est marquée par l’entrave de la circulation de la ligne Paris-Rodez par de jeunes grévistes et enfants de grévistes, ce qui contraint le préfet à déployer pour la première fois deux compagnies de CRS, signe tangible qu’un dérapage vers la violence est possible.

81Par le biais d’un inspecteur de l’industrie rendu sur place, le ministre dispose également de renseignements importants lui permettant de scinder le front syndical. Selon l’inspecteur de l’industrie, hormis la CGT, les syndicats seraient prêts à accepter de mettre fin au conflit en échange de quatre engagements. En premier lieu, ils veulent que tout mineur licencié bénéficie d’une offre d’emploi simultanée. Ensuite, s’il n’est pas possible d’assurer le reclassement pour une raison physique, ils désirent qu’une mesure de compensation soit prise. Si le reclassement s’avérait impossible, ils demandent que la fermeture de la mine soit repoussée de six mois. Enfin, ils désirent le maintien de leur régime de retraite et que les mineurs convertis continuent à bénéficier des avantages de la sécurité sociale manière même s’ils n’en font plus expressément partie.

  • 78 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, La Croix, France-Soir, L’Information, 18 janvier 1962.
  • 79 Arch. CHEVS JMJ 30. Libération, Combat, Les Échos, Le Parisien, 20 janvier 1962.

82De son côté, la CGT continue à faire monter la pression en organisant une grève de vingt-quatre heures dans le bassin du Nord – Pas-de-Calais pour le 17 janvier. Elle n’est pas suivie par la CFTC et FO qui refusent de s’associer à ce débrayage, démontrant au ministre la valeur de ses renseignements. De fait, la journée d’action du 17 janvier se solde par un échec, avec seulement 42 % de grévistes au fond et 0,6 % parmi les ouvriers de jour78. Le ministre de l’Industrie n’a pas à redouter l’extension du conflit, en dépit d’un nouvel appel à la grève de la CGT, en Lorraine cette fois, pour le 19 janvier. Là encore, le succès n’est pas au rendez-vous avec seulement 48 % de grévistes au fond et 15 % de grévistes au total79. Le mouvement ne semble pas vouloir s’étendre à d’autres bassins. Le 15 février, le syndicat des mineurs CFTC du bassin du Nord – Pas-de-Calais publie un communiqué exhortant le gouvernement à trouver une solution pour mettre un terme au conflit mais ne se prononce sur aucun geste concret de solidarité.

  • 80 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 25 janvier 1962 et Le Monde, 26 janvier 1962.
  • 81 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, 27 janvier 1962.
  • 82 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 30 janvier 1962. Libération, 1er février 1962.

83Après plus d’un mois de conflit, les négociations sont apparemment au point mort. Toutefois, le 23 janvier 1962, Jean-Marcel Jeanneney reçoit une délégation composée de responsables des fédérations nationales FO et CFTC au sujet de Decazeville. Aujourd’hui, quarante années s’étant écoulées, l’ancien ministre confie que les syndicalistes avaient reconnu qu’il n’y avait rien à faire pour Decazeville mais qu’ils étaient obligés de suivre leurs troupes. En tout cas, il était hors de question pour eux d’élargir le conflit à d’autres bassins. Cette preuve de confiance, le ministre n’a pas voulu la trahir à l’époque, mais à partir de cette date, il a été certain de l’échec de la grève. D’autre part, la politique de Jean-Marcel Jeanneney reçoit un soutien mitigé de Pierre Mendès France en visite à Decazeville. Au cours d’une conférence de presse, l’ancien président du Conseil pose le problème de la mine en termes de reconversion et non de maintien d’activité, ce qui irrite les communistes qui rappellent qu’il a été l’un des parlementaires ayant ratifié la CECA80. Un nouveau signe d’essoufflement est visible lors de la nouvelle journée de grève lancée dans dix-sept départements du Sud-Ouest, le 26 janvier81. Aussi n’est-il guère étonnant d’apprendre qu’afin de relancer le mouvement de sympathie en leur faveur, les grévistes ont spontanément décidé d’entamer une grève de la faim à compter du 2 février82. Jean-Marcel Jeanneney reçoit alors des appels pathétiques de filles de grévistes de Cransac lui demandant de mettre un terme au conflit. Le 26 janvier, il avait reçu ce conseil du président du conseil général du Puy-de-Dôme Chassaing.

  • 83 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, Les Echos, Le Parisien, Le Monde, L’Information des 1er et 2 février (...)

84Analysant ces gestes comme autant d’aveux de lassitude, le ministre estime que le moment est venu de tenter un déblocage des positions. Il confie la conduite des négociations à Raymond Barre qui reçoit les représentants des mineurs le 30 janvier. Le directeur de cabinet est chargé de faire quelques nouvelles concessions au nom du ministre. Raymond Barre peut ainsi promettre le reversement d’une allocation quinquennale égale à 40 % du montant de la retraite pour les mineurs reconvertis ayant dix-huit années de service au fond. D’autre part, le gouvernement s’engage à majorer la prime de reconversion d’un dixième de mois pour chaque année de service au-delà de quinze ans. Enfin, les bourses des mines seront accordées à leurs enfants et des avantages concédés aux anciens mineurs pour accéder à la propriété83.

85À l’issue de ce contact, Raymond Barre adresse une note au cabinet de Michel Debré. Le directeur de cabinet récapitule quels sont, selon lui, les motifs profonds du conflit. Il y voit avant tout un « désir d’obtenir une modification du plan d’adaptation des Charbonnages de France », le « dessein d’acquérir pour les mineurs devant être reconvertis des avantages tels que l’affiliation personnelle à la sécurité sociale minière et à la retraite proportionnelle ». Depuis l’établissement des premiers contacts, les organisations syndicales ont revendiqué le maintien aux reconvertis des avantages en nature (allocation de charbon et logement) ce qui est, d’après le directeur de cabinet, irrecevable compte tenu des charges financières que cela entraînerait pour les Charbonnages de France. Raymond Barre explique au cabinet du Premier ministre que les mesures qui seront présentées le 2 février par le préfet au comité intersyndical « constituent l’extrême limite de l’effort supplémentaire qui peut être accompli en faveur des mineurs ». Le directeur de cabinet du ministre de l’Industrie s’autorise, ce qui est inhabituel dans une note, à porter un jugement politique sur le conflit. Il estime que l’affaire de Decazeville a mis en relief deux conceptions : l’une consiste à accorder aux mineurs des avantages immédiats comme la retraite proportionnelle, ce qui aurait permis de désamorcer la crise sociale mais aurait accéléré la désertification de l’Aveyron, l’autre consiste à favoriser l’implantation d’industries nouvelles pour employer sur place les mineurs reconvertis. Raymond Barre juge « regrettable que la plupart des notabilités locales de l’Aveyron, et en particulier les parlementaires, n’aient point apporté plus vigoureusement leur concours à faire triompher la seconde conception » et il prend bien soin de couvrir son ministre en ajoutant : « En tout cas, le ministre de l’Industrie n’aura rien épargné pour mettre en œuvre tous les moyens utiles à la conversion, tout en exploitant les mesures sociales de transition et la compensation nécessaires. »

  • 84 Les syndicalistes sont MM. Labrune, Marty (CFTC), Cazedevals (FO), Fenoul (CGT)
  • 85 Arch. CHEVS JMJ 30. La Correspondance économique, 3 février 1962.
  • 86 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 5 février 1962.

86Dès le lendemain, 1er février, le préfet Lamorlette reçoit une délégation du comité intersyndical84. Le représentant du gouvernement transmet les dernières propositions qui s’articulent autour de l’allocation de raccordement liquidée et servie à l’âge de l’ouverture des droits à la retraite, l’amélioration de la prime de conversion, la garantie de salaire ; les mesures d’ordre familial qui prévoient la possibilité de poursuivre des études sous le régime des mines pour les enfants du personnel reconverti. Le préfet n’a pu préciser la date d’entrée en vigueur de ces mesures et les syndicats lui ont fait part de leur crainte des sanctions administratives voire judiciaires pouvant être intentées contre des grévistes. Si l’effet immédiat de cette reprise du dialogue a été l’ajournement de la grève de la faim, les fédérations syndicales, à l’exception de la CGT, demeurent stupéfaites devant le rejet en bloc de ces propositions par les mineurs85. Du coup, la grève de la faim est rétablie à compter du lundi 5 février. Ce contexte explosif est pris au sérieux par Michel Debré qui se rend à Toulouse le 4 février pour expliquer devant les élus locaux la politique gouvernementale en faveur de la région Midi-Pyrénées86.

  • 87 JMJ 30. Paris-Presse, 6 février 1962. Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney.
  • 88 Arch. CHEVS JMJ 30. Pétition signée Trémolet de Villers, Cathala, Baudis, Montels, Méric, Yrissou, (...)

87Au moment où les grévistes donnent le sentiment d’une fuite en avant, monseigneur Ménard, l’évêque de Rodez, donne tort au gouvernement et assure les mineurs de son soutien. Cette irruption cléricale déclenche la colère de Jean-Marcel Jeanneney. La scène politique locale est également troublée par l’attitude de certains élus locaux de la majorité qui, contraints de suivre leurs électeurs, entrent dans le jeu de l’opposition communiste ou socialiste. Cela les amène à critiquer la politique gouvernementale voire, pour certains, à chanter L’Internationale87 ! D’autres parlementaires du Sud-Ouest, y compris des membres de groupes de la majorité, font le voyage à Decazeville, abondant, là encore, dans le sens des grévistes. Ainsi, le 9 février, des députés en visite à Decazeville adressent un télégramme au ministre lui affirmant « qu’il est impératif sur le plan humain que le conflit prenne fin dans le plus bref délai et demandent instamment au gouvernement à cet effet de reprendre immédiatement les pourparlers »88.

  • 89 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 13 février 1962. L’ancien directeur des Houill (...)

88Les 12 et 13 février Jean-Marcel Jeanneney vient expliquer les raisons de la fermeture du bassin de Decazeville devant les députés et les sénateurs des commissions de la Production et des Affaires économiques de l’Assemblée nationale et du Sénat. Au palais Médicis, le ministre connaît certainement sa plus difficile audition depuis trois ans. Il est soumis à un tir croisé de sénateurs de différents groupes. Le premier à s’exprimer est Camille Vallin, du groupe communiste, qui attaque le fond même de la position gouvernementale. Selon lui lorsqu’une grève « exige tant de sacrifices de la part des mineurs, lorsqu’elle soulève un tel courant de solidarité de la part de la population d’un département, de la part de la classe ouvrière française en général, les gens qui mènent cette action sont conscients de la justesse de la cause pour laquelle ils luttent ». L’élu PCF estime que les CDF sont systématiquement en déficit pour la même raison que la SNCF, ils sont obligés de vendre à bas prix à certains groupes industriels privés89. Jean Bardol, autre sénateur communiste, surenchérit pour faire remarquer qu’en dépit d’une dizaine de questions posées à ce sujet depuis la Libération, on ne connaît toujours pas le prix auquel est vendu le charbon pour les entreprises privées.

  • 90 Celui-ci aurait déclaré : « On décriera les houillères françaises parce que, sur 525 millions de to (...)

89Camille Vallin fait aussi référence à la question posée par Maurice Thorez qui a demandé au gouvernement le montant des importations de charbon allemand en France depuis dix ans, en s’appuyant sur une déclaration de 1958 du directeur général Aurel des Houillères de bassin du Nord – Pas-deCalais90. Le sénateur communiste fait état d’une production nationale ramenée à 53,5 millions de tonnes pour 1965 et 45 millions de tonnes en 1975. Jean-Marcel Jeanneney proteste mais le sénateur ne se démonte pas et continue en assénant qu’« il ne s’agit pas d’une question de rentabilité, mais de l’orientation de la politique charbonnière du gouvernement qui liquide les mines françaises au profit des charbonnages étrangers ». Le fait que la centrale du Fesc ne tourne pas à plein et qu’elle ne peut écouler une partie de la production de Decazeville résulterait du fait que la France préfère importer de l’électricité d’origine hydraulique depuis l’Espagne. Selon lui, la conclusion est limpide : « Cette politique constitue pour nous un non-sens économique et elle est contraire à l’intérêt national. » Le sénateur reprend le contenu d’une lettre de Marcel Paul qui propose la construction d’une centrale de capacité de 400 000 tonnes.

90Léon David insiste pour sa part sur les conditions tout à fait anormales auxquelles l’électricité est cédée à Pechiney. Le sénateur fait remarquer au ministre qu’il a lui-même défendu le principe de la construction de centrales thermiques alors que les unités hydrauliques sont achevées et que le nucléaire se fait encore attendre.

91Le sénateur aveyronnais Robert Laurens, du groupe des Républicains indépendants, rappelle que le ministre s’est interdit de recevoir une délégation de mineurs tant qu’ils seraient en grève. Après 58 jours de grève, le gouvernement prévoit toujours la disparition de 1 700 emplois de mineurs à l’horizon 1965, avec le seul maintien de la mine de la Découverte. Le sénateur ne peut se désolidariser de la population de son département et refuse tout amalgame réducteur quand il précise : « Récemment des positions ont été prises, qui nous paraissent regrettables. On a dit que cette grève était politique. Je m’élève avec force contre cette interprétation en disant que ces gens défendent leur droit au travail et que nous avons le devoir de nous associer à leur action. » Pour le sénateur, « il faudrait d’abord laisser de côté cette technique financière qui nous fait malheureusement tant de mal et s’attacher davantage au plan humain ». La part de Decazeville dans la production nationale n’est que de 0,46 %. Pour rentabiliser la centrale houillère du Fesc, il faudrait 300 000 tonnes alors que seulement 200 000 tonnes ont été absorbées en 1961. Cette sous-utilisation semble s’expliquer par le fait que la centrale est possédée par les CDF et qu’EDF n’a aucune intention de l’utiliser à plein rendement ou de moderniser les lignes à haute tension nécessaires pour acheminer l’électricité.

92Jean Bardol qualifie les propos du ministre de l’Industrie de « spécieux » et soupçonne l’existence d’une clause secrète dans le traité de la CECA visant à l’extinction de l’industrie charbonnière nationale. Plus sérieusement, le sénateur se demande pourquoi avec des projections de consommation de 90 millions de tonnes pour 1975, la France devrait diminuer sa production nationale, d’autant qu’elle est la seule à s’engager sur cette voie. Même si on prend le déficit à la tonne, le bassin de Decazeville est loin d’être le plus déficitaire.

93Dans une réponse qui prend la forme d’un plaidoyer, Jean-Marcel Jeanneney fait remarquer que « la longueur de la grève et son caractère douloureux montrent à quel point ceux qui la font sont convaincus de la justesse de leur cause, mais qu’il n’y a pas là une preuve de la justesse de cette cause, car ils peuvent être abusés ». Répétant qu’une projection de retour à l’équilibre budgétaire ne peut être valable si elle élimine la variable des salaires, il éprouve des difficultés à faire comprendre qu’une simple hausse annuelle des salaires de 4 % se traduirait par une augmentation des charges salariales de 18 % en 1965. Or, compte tenu du poids de la masse salariale dans le prix de revient, le déficit doublerait.

94Particulièrement critiqué par les communistes pour le maintien des importations de charbon, le ministre prend soin d’évoquer celles en provenance des pays socialistes. Ainsi, la non-importation de charbon-vapeur du type de celui de Decazeville depuis la Pologne permettrait de continuer l’exploitation de Decazeville. Le problème, c’est que ce charbon est débarqué dans des ports, liés à des régions industrielles développées mais éloignées du Massif central. Le ministre ne conteste pas les chiffres cités par le directeur général Aurel, mais souligne qu’ils ne sont valables que pour la période antérieure à 1958. Pendant dix ans, on a choisi de subventionner les charbons importés pour ne pas faire retomber sur le consommateur les conséquences de la dévaluation monétaire. Depuis 1958, la restauration monétaire a permis de faire cesser les subventions sur les prix des charbons importés. Seuls les coûts de transport sont subventionnés de manière à privilégier l’utilisation de péniches françaises sur le Rhin ou de navires français. Jean-Marcel Jeanneney se défend d’avoir jamais prévu un chiffre pour la production charbonnière en 1975. Selon lui, les 45 millions de tonnes mentionnés par Camille Vallin correspondent à un chiffre figurant dans une étude du commissariat au Plan que le ministre de l’Industrie n’a pas voulu voir repris. Jean-Marcel Jeanneney n’admet pas « qu’on oppose l’économique et le social. Il est évident que la politique économique ne se distingue pas de la politique sociale et que l’objet de nos décisions est de s’efforcer de procurer le maximum de bien-être aux individus ».

  • 91 Accord Bouillot (SNPA) - Khun de Chizelles (EDF).

95En ce qui concerne l’utilisation du charbon par EDF, Jean-Marcel Jeanneney fait remarquer que c’est lui qui a fait casser le contrat de 1958 allouant un tiers de la production du gisement de Lacq à EDF91. De plus, EDF ne brûle pas de charbon étranger. L’augmentation de 16 % de la production hydraulique en 1961 permet à EDF de répondre à l’augmentation de la demande. Selon le ministre, un régime uniquement libéral (il n’emploie pas le terme), qui ne se préoccuperait que de la rentabilité, prendrait simplement des mesures de licenciements. L’argument selon lequel Pechiney bénéficierait d’avantages trop importants en Provence est clairement expliqué par le ministre. La vente d’électricité à bas prix à l’entreprise d’aluminium permet à cette dernière d’être compétitive sur le marché mondial qui est particulièrement concurrentiel. Pour autant, le groupe de Provence n’est pas perdant et il est assuré de fournir du travail à ses mineurs sur une période de cinq ans minimum. Le ministre de l’Industrie estime aussi qu’il est faux de dire que les mineurs risquent d’être appauvris par la fermeture d’un site. Comme les fonctionnaires, ils bénéficient de la garantie de l’emploi, mais comme eux, ils doivent accepter les mutations « dans l’utilité du service ». Le ministre de l’Industrie récuse aussi l’idée avancée de clause secrète ou implicite dans le traité de la CECA qui viserait à l’affaiblissement de l’industrie minière française. Le ministre rappelle juste que le traité interdit normalement toute forme de subvention gouvernementale et qu’il autorise les utilisateurs à choisir, sans droit de douane, à l’intérieur de la Communauté, qui va leur fournir leur charbon.

96À cette menace à peine voilée sur les perspectives des CDF Jean Bardol répond immédiatement que le gouvernement français doit s’attendre à voir les Charbonnages français disparaître du fait de la concurrence allemande. Ce à quoi le ministre répond qu’il n’en est rien car le gouvernement a décidé de procéder à un allégement des charges sociales par leur transfert au budget. Jean-Marcel Jeanneney estime avoir manoeuvré au plus juste en évitant tout stockage générateur de chômage.

97Jean Bardol veut aussi se servir de l’exemple du plan soviétique qui prévoit une énorme augmentation de la production charbonnière sur vingt ans. Ce à quoi Jean-Marcel Jeanneney répond qu’il ne croit pas que les chiffres avancés seront atteints en URSS car le charbon sera concurrencé par le gaz naturel. En France, le ministre ne voit qu’EDF comme gros utilisateur susceptible de résorber les stocks et la production de charbon courant. Encore table-t-il sur sept années pour éponger les 11 millions de tonnes de stocks et les 3 millions de tonnes issues de Sarre.

98Jean-Marcel Jeanneney admet que l’on défende le principe du droit au travail, qui avait déjà été énoncé dans la constitution de 1848, mais il refuse qu’on le transforme en droit à l’enracinement. La mobilité de la main-d’œuvre est indispensable dans une économie dynamique. Le ministre ne fait que répéter des arguments qu’il a déjà eu l’occasion de défendre. N’accepte-t-il pas de faire un « mensonge politique » quand il précise que pour lui le mouvement est apolitique ? Il admet bien volontiers que la grève a permis « la conjonction de toutes les appartenances politiques les plus opposées ». » À part le gouvernement ! » fait remarquer Jean Bardol. Mais le ministre lui répond par des propos gaulliens que « le gouvernement n’est pas un parti politique ». Le ministre de l’Industrie reproche plutôt à certains hommes politiques d’avoir fait croire aux mineurs qu’en recourant à des privations et à des souffrances, ils feraient plier le gouvernement.

99Tout en admettant qu’il existe bien quelques rivalités entre CDF et EDF pour l’utilisation des centrales, le ministre estime qu’EDF obéit à des considérations d’ordre mathématique et qu’elle utilise les capacités des centrales dans l’ordre décroissant du prix de leur électricité. Dans l’échelle de classement des centrales minières, le Centre-Midi est sensible aux aléas de l’hydraulicité et le recours à ces centrales devient de plus en plus rare au fur et à mesure que le nombre de barrages augmente. C’est pour cette raison qu’il a été jugé préférable pour les Houillères de bassin de Provence de passer un contrat stable sur cinq ans avec Pechiney. De plus, le transport d’électricité par la haute tension depuis l’Aveyron vers Paris revient plus cher que le transport de charbon par train. Ce à quoi Jean Bardol répond que les échanges par câble avec le Royaume-Uni ne sont pas avantageux. Pour le ministre, ce n’est pas vrai, les échanges avec le Royaume-Uni portent uniquement sur de l’électricité de pointe et la distance est beaucoup plus faible. Si EDF dans sa centrale de Montereau brûle du charbon de Decazeville, c’est uniquement pour satisfaire l’Aveyron car le charbon lorrain ou sarrois arrive moins cher en région parisienne par péniche ou par train.

100L’implantation d’une centrale thermique de 150 mégawatts à Decazeville nécessiterait la combustion d’un million de tonnes de charbon durant toute la durée de vie de la centrale soit vingt ans minimum. Or Decazeville ne peut absolument pas répondre à cet appel. Quant à utiliser la production des autres puits des Houillères de bassin de la Loire, cela est impossible car le ministre a opté pour la construction d’une centrale à Loire-sur-Rhône, afin de pouvoir éventuellement bénéficier d’un approvisionnement depuis le gisement de Provence ou de Lorraine une fois l’aménagement du Rhône achevé.

101Concernant Decazeville, le ministre fait remarquer que l’âge moyen des mineurs n’est que de 34 ans et que le maintien de la mine pour une dizaine d’années ne résoudrait aucunement le problème. Camille Vallin soutient qu’en 1975, la consommation de charbon sera le double de la production, mais le ministre refuse de cautionner ce chiffre et l’échange devient un véritable échange de sourds. Le véritable problème de Decazeville, c’est que le gisement est composé de charbon-vapeur alors que les besoins ne cessent de grandir pour le charbon à coke. Camille Vallin finit par lancer au ministre : « Quand vos techniciens font certaines déclarations, vous dîtes qu’ils n’ont pas tenu compte de certains éléments. C’est avoir une piètre opinion à l’égard de ces techniciens ! Mais, puisque vous contestez les déclarations de vos propres techniciens, comment voulez-vous que nous préférions les vôtres ? »

102Pendant que les parlementaires débattent avec le ministre, onze des vingt mineurs ayant entamé une grève de la faim ont été conduits à l’hôpital les 12 et 13 février. Après plus d’un mois de grève à plusieurs centaines de mètres sous terre, les hommes sont exténués et incapables de résister à la privation de nourriture. Après monseigneur Ménard, ce sont deux pasteurs aveyronnais, Dhoyer et Parmentier, qui adressent au ministre, via un cousin du ministre, Albert Dentan, une supplique demandant au gouvernement de prendre en considération les motivations profondes des mineurs en grève. Selon eux, celles-ci portent moins sur des motifs professionnels que sur la crainte de ne pas retrouver un emploi dans le cadre des implantations

103prévues pour la reconversion minière. À quelques heures de la fin du conflit, le ministre répond que c’est bien sous cet angle humain qu’il a étudié la question. Le 19 février 1962, le ministre de l’Industrie répond encore à Robert Mourer, secrétaire général des mineurs CFTC de Merlebach, pour lui dire qu’il n’a jamais « refusé le dialogue avec le comité intersyndical des mineurs de Decazeville ».

  • 92 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du 13 février 1962 de Édouard Charles-Anne habitant Migennes dans l’Yonn (...)
  • 93 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du 16 février 1962.

104Le climat passionnel que les mineurs de Decazeville ont exacerbé, malgré eux, conduit des Français anonymes à écrire au ministre de l’Industrie pour proposer « leurs plans de sauvetage ». Ainsi, le ministre répond-il à une lettre d’un habitant de l’Yonne lui ayant proposé d’abandonner le gisement de Decazeville aux mineurs. S’ils disent vrai, ils n’auront pas de peine à le démontrer, estime l’auteur de la lettre92. Le ministre lui répond qu’il ne faut pas comptabiliser dans leur rendement les cailloux extraits et que les collectivités publiques d’Aveyron n’auraient absolument pas les moyens de renflouer le bassin à concurrence de 100 millions de nouveaux francs par ancomme le fait l’État. Le ministre reçoit aussi des témoignages de sympathie comme celui d’Eugène Claudius-Petit, vice-président de l’Assemblée nationale et député-maire de Firminy93. Ce dernier a fait voter à l’unanimité par son conseil municipal une aide de 1 000 nouveaux francs aux mineurs grévistes de Decazeville en y adjoignant un texte invoquant « la solidarité qui unit traditionnellement les villes minières » mais stipulant que « la fermeture d’un puits de mine, quand elle n’est pas accompagnée de chômage, devrait être considérée comme un jour de fête par l’ensemble des travailleurs ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que la résolution ne se montre pas vraiment chaleureuse pour l’action entreprise en Aveyron. Jean-Marcel Jeanneney se montre très touché par ce geste et il répond par un compliment dont il est plutôt avare d’ordinaire : « Vous êtes de ceux –

105combien rares – qui savent que la démocratie exige, de la part des dirigeants, de la lucidité et du courage. »

  • 94 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 février 1962.
  • 95 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 février 1962.

106Devant une situation de plus en plus incontrôlable au fil des jours qui passent, Jean-Marcel Jeanneney se résout à envoyer Raymond Barre et Alexandre Verret à Rodez pour tenter de trouver une sortie honorable au conflit. Au-delà des revendications, il s’agit avant tout d’une question d’honneur pour les irréductibles que certains articles qualifient de « desperados ». En dépit de sept heures de négociations et d’une fin de rencontre à deux heures du matin, l’intersyndicale n’appelle pas à une reprise du travail mais la grève de la faim cesse dès le 16 février. Loin de revenir sur les dispositions du plan d’adaptation, Raymond Barre n’a fait qu’une petite avancée, en étendant les mesures précédemment annoncées au personnel de jour. Plusieurs journaux relatent des rumeurs suivant lesquelles la grève serait sur le point de s’arrêter. II ne fait guère de doute que ces rumeurs persistantes sont véhiculées par une partie de la population, familles de mineurs, commerçants, etc. qui estiment que cette situation ne peut plus durer car toutes les activités de la ville sont asphyxiées depuis deux mois. La situation n’est économiquement plus tenable. Finalement le conflit prend fin le 20 février 1962. Après plusieurs heures de discussions, l’intersyndicale finit par accepter le principe de la reprise du travail. Si la CGT se range aux côtés de la CFTC et de FO, elle le fait au nom du « maintien de l’union », tout en prenant soin de rejeter la responsabilité de la fin de la grève sur les deux autres centrales. Le lendemain un rassemblement de 10 000 personnes place Decazes marque l’épilogue du mouvement94. Après soixante-six jours de grève, les mineurs regagnent leurs foyers sans avoir obtenu satisfaction. En restant ferme tout au long de la négociation, Jean-Marcel Jeanneney a fait preuve d’une grande force de caractère, mais a montré qu’il n’était peut-être pas l’homme politique idoine pour rétablir un dialogue lorsque ce dernier a été rompu ; c’est d’ailleurs l’avis de plusieurs de ses proches collaborateurs et fonctionnaires. Jean-Marcel Jeanneney sait exposer pourquoi une situation va mal, trouver des solutions économiquement acceptables pour y remédier, mais il ne peut pas s’engager dans le poker menteur du dialogue avec les syndicats qui tentent surtout de se ménager des portes de sortie honorables par rapport à leurs adhérents. L’indéniable succès populaire et médiatique du conflit faisait courir un danger sérieux au ministre et au gouvernement. Choisir de résister à la pression sociale, c’était avant tout ne pas remettre en cause la politique de reconversion engagée dans les autres bassins, ne pas céder à une forme de sentimentalisme coûteux et de toute manière condamné à l’échec. Pour autant le désespoir de la petite cité aveyronnaise reste entier et, comme le souligne L’Humanité en citant les paroles d’un mineur : « Unis comme ils le sont, nos gars feront encore du chemin ! »95

  • 96 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministère de l’Industrie, 21 décembre (...)
  • 97 Achille Blondeau, 1963, Quand toute la mine se lève, Paris, Messidor, 1991, 177 pages.

107Certes, les mineurs de Decazeville ont obtenu « un pont d’or », repéré dès l’époque par certains journalistes. Ce fut le cas dans un article détaillé de Micheline Colin dans le numéro de mai 1962 d’Esprit et surtout dans un article du Monde du 20 mars 1962 qui expliquait que l’accord passé « dont les dispositions sont les plus avantageuses que les mineurs reconvertis aient obtenu jusqu’à présent en France et a fortiori en Europe s’appliquera nécessairement aux mineurs des autres bassins français ». Pourtant, il semble bien que le bassin de Decazeville soit sorti brisé de ce long conflit. Dans une lettre au cabinet de Michel Maurice-Bokanowski du 18 décembre 1962, le préfet Lamorlette explique que l’idée d’une nouvelle grève générale a fait long feu. FO et la CFTC « ne sont pas favorables au principe d’une grève illimitée qui viendrait aggraver la situation pécuniaire des travailleurs du bassin houiller encore mal remis de la grève de décembre 1961 à février 1962. » L’anniversaire du déclenchement de la grève de 1961, le 19 décembre, ne donne lieu qu’à un débrayage d’un quart d’heure, le préfet observe que « les mineurs ont suivi dans une proportion de 90 % les consignes de grève qui comportaient un arrêt de travail d’un quart d’heure. Par solidarité, tous les ouvriers de la Fameca, pour la plupart mineurs reconvertis, ont cessé le travail à 14 heures pendant cinq minutes »96. Les mineurs ont reçu un message de sympathie de Robert Fabre, élu député en 1962. En 1963, l’agitation des autres bassins est peu présente à Decazeville où le syndicat FO des ETAM est hostile au principe de la grève du rendement demandée par la fédération FO à partir du 16 janvier. De même, la grève prévue le 14 janvier a été repoussée sine die malgré la venue d’Achille Blondeau, secrétaire CGT de la fédération, qui s’est rallié aux réticences des autres syndicats97.

  • 98 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Lettre du préfet de l’Aveyron au directeur des mines, 4 février 1963.

108La nouvelle épreuve de force opposant la corporation minière au gouvernement gaulliste débute le 19 janvier 1963 à l’instigation de l’ensemble des fédérations de la mine. Elle prend la forme d’une grève du rendement. Le 4 février, dans un courrier adressé à Pierre Alby, directeur des Mines, le préfet remarque qu’elle est un quasi-échec à Decazeville ; il y voit trois raisons majeures : « Une baisse effective du rendement aurait entraîné pour les mineurs, dont on sait qu’ils sont payés à la tâche, une perte de salaire sensible ainsi qu’une diminution du taux des primes. À cette question d’ordre pécuniaire s’ajoute la crainte d’attirer fâcheusement l’attention des pouvoirs publics que l’on juge enclins à saisir l’occasion de précipiter la fermeture des puits. Enfin, on ne peut manquer de relever une certaine désaffection des mineurs de l’Aveyron vis-à-vis des fédérations nationales qui ne les avaient pas soutenus assez énergiquement à leur gré lors des grèves de décembre 1961 à février 1962. C’est ainsi que les dirigeants syndicalistes du bassin houiller ne sont aucunement disposés à suivre l’ordre de grève de 48 heures dont les trois fédérations de mineurs étudient le projet sur le plan national. La manifestation tangible du ressentiment des mineurs de Decazeville paraît constituer le fait le plus notable de la grève du rendement. »98 Dans leur compte rendu du 31 janvier, les Renseignements généraux émettent le même constat que le préfet.

  • 99 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Rapport du préfet sur la grève des houillères, 19 avril 1963. Rapports (...)

109À l’issue du conflit national, le préfet Lamorlette transmet aux ministres de l’Intérieur et de l’Industrie un long rapport de synthèse qui clôt, d’une certaine manière, le cycle conflictuel débuté en 196199. Dans ses observations sur le conflit, le représentant de l’État note que « les journées de grève se sont déroulées dans le calme. L’enthousiasme a fait constamment défaut et l’ensemble des grévistes a été sensible aux conséquences financières de la grève sur les budgets familiaux. L’unanimité n’a pas toujours été respectée puisque les employés et les cadres n’ont pas cessé le travail et que les mineurs du puits Banel ont travaillé dans des conditions presque normales. Dans l’ensemble, les mineurs ont plutôt subi une grève imposée par le comité intersyndical qui a trouvé avec le décret de réquisition un bon cheval de bataille. Mais la lassitude a été en grandissant, ce qui permet de douter de la réelle détermination des mineurs lorsqu’ils parlaient de « grève illimitée » ou d’aller « jusqu’au bout ». » L’erreur politique du général de Gaulle, relevée dès l’époque et confirmée a posteriori par les historiens et politologues, est ici une fois encore vérifiée.

  • 100 Mouvement proche du PCF.

110Établissant une judicieuse comparaison avec le mouvement de l’année précédente, le préfet insiste sur le fait que « le rôle des femmes a été pratiquement négligeable en regard de celui qui fut le leur pendant la grève antérieure spécifique au bassin de Decazeville. Leur participation aux meetings a été faible et dans l’ensemble, elles ont plutôt boudé la grève, les militantes (peu nombreuses) de l’Union des femmes françaises exceptées »100. Autre différence notable par rapport à 1961-1962, les cadres sont demeurés étrangers au conflit. Le préfet salue leur « correction loyale avec les grévistes et cela bien qu’ils aient été parfois pris violemment à partie par le comité intersyndical qui n’a pas hésité dans un communiqué à qualifier certains d’entre eux de briseurs de grève ». L’attaque est toutefois demeurée verbale et n’a pas dégénéré en violence physique comme cela a pu être parfois le cas dans ce type de conflit.

111Tout aussi précieuse est l’analyse faite par les autorités de l’état d’esprit de la population minière lors de la reprise du travail car elle traduit bien la spécificité decazevilloise du mouvement de 1961-1962 et l’incapacité d’une population ouvrière très soudée au plan local à vivre coup sur coup, avec les mêmes intensité et émotion, deux conflits majeurs, surtout quand le second est d’impulsion nationale. Le même constat pourra être fait pour les métallurgistes nazairiens entre 1967 et mai 1968. Le préfet écrit à ce propos : « Après la reprise du travail, l’ensemble des mineurs a pensé que les efforts consentis pendant ce mois de grève, et un an après la « dure épreuve » des soixante-six jours de grève, étaient sans commune mesure avec les résultats obtenus. Ils apprécient, certes, ceux-ci à leur juste valeur, mais leur satisfaction est nuancée, et ils remâchent encore l’amertume d’avoir prolongé la grève inutilement d’une semaine. Ils se sont demandé pourquoi les responsables syndicaux ont accepté ce qu’ils avaient refusé naguère. Ces sentiments ne sont pas malgré tout susceptibles de les amener à une nouvelle agitation, bien au contraire. » Les mineurs aveyronnais se félicitent, en revanche, « que le problème minier, qu’ils étaient à peu près les seuls à poser en 1962, ait pris une proportion nationale, que le principe de la coordination de l’énergie ait été évoqué, et que les incidences futures d’une discussion générale appuyée par un mouvement dur puisse leur être finalement favorables. En deux mots : favorables à la grève, tendance à souhaiter que d’autres la fissent à leur tour pour eux, espoir d’incidences heureuses sur l’avenir du bassin ».

112Sur le plan syndical, l’unité d’action a été maintenu en 1963 et le préfet la juge durable pour toutes les questions touchant la solidarité professionnelle et les éventuelles atteintes aux libertés syndicales. Après les deux conflits, l’autorité des syndicats demeure très forte et même renforcée. Le préfet Lamorlette, reprenant les comptes rendus des policiers des Renseignements généraux ayant assisté aux meetings, émet une interprétation à la fois originale et peut-être judicieuse de la portée des conflits de 1961-1962 et de 1963. L’argument des adversaires du gouvernement à la différence des partis politiques, les syndicats n’ont pu « être cassés » par le pouvoir gaulliste et « ils ont prouvé que l’on ne peut diriger un pays qu’en tenant compte des réalités sociales. » En cela, d’ailleurs, cette grève est qualifiée « d’historique » parce que le gouvernement devra désormais étudier le moyen de modifier les rapports entre les syndicats et lui. « Les syndicats représentent maintenant – les faits l’ont démontré – le seul moyen que le monde des salariés ait de se faire respecter. » Ce constat ne sera, semble-t-il, pas médité dans les sphères gouvernementales et pourtant c’est bien le même rapport de forces régime gaullien-syndicats que l’on retrouvera lors des grèves de 1967 et au printemps 1968.

  • 101 La solidarité financière a été de 120 000 francs. Quatre municipalités ont voté des subventions : A (...)

113Procédant toujours à une analyse comparative, le rapport du préfet met l’accent sur le fait que « la solidarité aveyronnaise envers les mineurs grévistes n’a en rien rappelé celle de 1962 ». Alors globale, unanime et passionnée, elle s’est, cette fois, surtout manifestée dans les milieux nettement antigouvernementaux101. C’est ainsi que les principaux soutiens des mineurs sont venus du PCF, de la SFIO, du PSU, du MRP, des Radicaux, de la JAC, de la JOC et de l’ACO. Dans le secteur public, seuls les enseignants ont marqué un arrêt de travail d’un quart d’heure le 5 mars et procédé à des collectes, débrayage imité par les agents de la SNCF et d’EDF. Dans les entreprises privées, la solidarité s’est marquée essentiellement par des collectes. Bien que tardive, la prise de position du clergé a été « violente », le chanoine Bion et l’abbé Garrigues, éditorialistes du Rouergat, organe de presse de l’évêché, ont apporté l’appui officiel du clergé aveyronnais aux thèses des grévistes.

114Autre différence essentielle avec le contexte de l’année précédente, Michel Lamorlette n’a pas eu à jouer le rôle, unanimement salué en 1962, de médiateur dans le règlement du conflit. Le préfet observe que « la population estime dans l’ensemble que le gouvernement a reculé face à l’épreuve de force. La non-observation de l’ordre de réquisition a mis en cause l’autorité du gouvernement taxé en la circonstance d’imprévoyance en matière sociale, ce qui a permis d’ailleurs au PCF de laisser libre cours à sa propagande sur la politique « antisociale du gouvernement ». Le MRP, pour sa part, a trouvé avec cette grève un cheval de bataille dans son opposition à la force de frappe. Le PSU a pensé trouver le moyen d’augmenter le nombre de ses militants en adoptant une position en flèche. Seuls les indépendants et paysans sont demeurés discrets. L’audience des Radicaux-socialistes dans l’arrondissement de Villefranche et leur chef, le député Robert Fabre, s’est certainement accrue en raison de l’activité déployée par ce parlementaire pendant la grève. Constamment présent aux côtés du comité intersyndical et à toutes les manifestations organisées, c’est à lui, d’ailleurs, qu’il appartint de clore les discours du dernier meeting qui a précédé la reprise du travail. » Manifestement, le pharmacien de Villefranche-de-Rouergue est parvenu à s’imposer en moins d’une année comme le successeur de Paul Ramadier dans le cœur des mineurs. Toutefois, sa capacité d’action à Paris est encore, à cette date, des plus limitées.

  • 102 Pierre Massé, François Bloch-Laîné, Masselin, Rapport sur la situation des salariés du secteur nati (...)

115À l’échelle du département de l’Aveyron, le préfet pense que les revendications des mineurs constituent une incitation pour d’autres secteurs comme l’agriculture et la fonction publique qui pourraient être tentés de suivre la voie revendicative pour obtenir des avantages matériels. En revanche, les ouvriers de la ganterie millavoise, menacés de chômage par l’arrêt des livraisons de charbon et de gaz, auraient plutôt porté un jugement négatif sur la grève. Le recours au « comité Massé », qui a procédé à des comparaisons entre salaires des secteur parapublic et privé, a été interprété comme une manœuvre visant à diviser le monde du travail102. Le préfet mentionne une interrogation de l’opinion qu’il paraît partager quand il s’interroge sur l’attitude du gouvernement consistant, dans un premier temps, à ne pas considérer les syndicats comme des interlocuteurs valables pour, en fin de compte, négocier avec eux.

  • 103 Roger Lajoie-Mazenc, Déracinés et proscrits, le nouveau destin des mineurs de Decazeville, Villefra (...)
  • 104 La Découverte de Carmaux a été reconvertie en parc de loisirs, « Cap découverte » à l’instigation d (...)

116L’épilogue du conflit de Decazeville se joue un an après le départ de Jean-Marcel Jeanneney du ministère de l’Industrie et prouve que le temps du mouvement social ne coïncide pas forcément avec celui du politique. On voit bien que la révolte des mineurs de Decazeville dépasse de très loin la personne de Jean-Marcel Jeanneney, même si son nom remue encore les cœurs à Decazeville comme une visite effectuée au syndicat CGT de la mine en août 1998 en a apporté la démonstration. Les mineurs de Decazeville ont été les premiers à bénéficier de l’argent du fonds social de la CECA pour les aider à se reconvertir. Le gouvernement français a également fait beaucoup pour tenter de réindustrialiser le bassin. L’échec a été patent pendant trois décennies. Les « chasseurs de primes » ont coûté fort cher au contribuable et achevé de démoraliser des hommes et leurs familles attachés à leur pays103. Quarante ans après la grande grève, la mine de la Découverte cesse de produire du charbon, la centrale de Penchot ferme. Les derniers vestiges des puits s’effacent avec les démolitions des chevalements des puits. Le bassin houiller tourne le dos au charbon et tente de s’inscrire dans une dynamique de développement des industries mécaniques, la « mecanic valley ». Les fermetures envisagées de la maternité, du commissariat de police et du Trésor public ont été annulées en 1998 par une décision gouvernementale du fait de la détermination des Decazevillois regroupés dans un collectif « Tous ensemble pour le bassin ». Fille de la première révolution industrielle, enclavée par rapport aux axes principaux de communication, Decazeville veut croire qu’elle peut échapper au destin de « cité fantôme » observé pour de nombreuses anciennes villes minières. Refusant de jouer la carte touristique comme Carmaux, elle rêve d’un nouveau destin industriel104.

Notes

1 L’Union chimique et minière de Decazeville (UCMD) a été fondée en 1947 à parts égales par les Houillères de bassin d’Aquitaine et la société Commentry-Fourchambault et Decazeville. Au printemps 1954, la société a un programme d’investissements concernant la cokerie dont 18 des 52 fours sont à reconstruire en les remplaçant par 15 cellules à chauffage « compound ». Au terme des travaux, la capacité de production devrait être abaissée à 72 000 tonnes de fonte contre 100 000 tonnes antérieurement.

2 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Réunion à Decazeville du 9 janvier 1954.

3 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Jean-Marie Louvel au préfet Maurice Bonafous du 27 janvier 1954 et remerciements de ce dernier le 30 janvier.

4 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Autres participants : Maurice Bonafous (préfet de l’Aveyron), Baseilhac (directeur général des Charbonnages de France), Bellier (directeur général de la Vieille Montagne), Champin (directeur général Louvroil-Montbard-Aulnoye), Girette (directeur Sud-Ouest de la SNCF), Grès (président des Houillères du bassin d’Aquitaine), Herpin (service de la sidérurgie), Lohier (chef de la division marchandises à la direction commerciale de la SNCF), Lorimy (directeur d’exploitation des Charbonnages de France), de Mijola (président UCMD), de Saint-Mieux (directeur des glaceries de Saint-Gobain), Muguet (UCMD), Jean-François Gravier et Ripert (chargés de mission au Plan), excusés René Beullac (chargé de mission au cabinet du ministre de l’Industrie) et Deveaud (inspecteur général de l’Économie nationale à Toulouse).

5 Le prix des engrais azotés depuis 1939 n’a été multiplié que par 15 contre 25 à 30 pour l’indice général des prix.

6 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Midi libre du 11 janvier 1954.

7 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Paul Ramadier au préfet de Rodez, 2 février 1954.

8 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du préfet de l’Aveyron du 10 février 1954 relative aux incidents du 9 février.

9 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Le Midi libre, 11 janvier 1954.

10 La demande est de 60 000 tonnes alors que la capacité de production française est de 70 000 tonnes.

11 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Rapport du commissaire de police de Decazeville à l’occasion de la visite parlementaire des 18-19 mars 1954.

12 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Compte rendu au préfet par l’inspecteur général Deveaud de l’audience du 17 mars 1954.

13 Arch. dép. Aveyron, lettre du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 12 mai 1954.

14 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Industrie, 2 novembre 1954.

15 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Rapport des houillères de bassin adressé au préfet, 3 novembre 1954.

16 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. La Dépêche du Midi, 23 décembre 1954.

17 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de Paul Ramadier à André Morice, 8 mars 1955.

18 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du directeur du groupe de Decazeville au préfet, 4 mars 1955.

19 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Le Patriote, 1er, 2 mars et 3 octobre 1955.

20 Arch. SAEF B 16135 UCMD.
Le détail donne :
-2 tranches de 10 fours pour 70 millions de francs
-installation d’une unité d’épuration de gaz suite à l’arrêt de l’usine de synthèse et livraison à l’usine Vieille Montagne de Viviez (50 millions de francs)
-remplacement du haut-fourneau (200 millions de francs)
-développement de la fonderie d’acier (107 millions de francs)
-installation d’une fonderie de fonte spéciale et malléable à cœur blanc (157 millions de francs)
-divers et imprévus (26 millions de francs)
-chaudronnerie, modernisation de l’atelier (45 millions de francs)
-création d’une usine de poteaux tubulaires agrafés (65 millions de francs)
-réorganisation et modernisation de l’usinage (60 millions de francs)

21 Arch. SAEF B 16135 UCMD.
-ressources propres (appel aux associés (55 millions), warrantage du stock de fonte (80 millions), possibilités d’autofinancement (100 millions)
-prêt à moyen terme des banques (100 millions),
-concours de l’État par les primes d’équipement (50 millions pour le gaz et 460 millions pour les ateliers financés à 20 % soit 102 millions), prêt de l’État (FDES) pour 400 millions.

22 Arch. SAEF B 16135 UCMD. Note n˚ 8875 de P. Garrigue, service économique et financier, 30 octobre 1956.

23 Arch. SAEF B 16135 UCMD. Dossier UCMD, note de la commission de la productivité du 19 février 1957, M. Lacarrière.

24 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Note du préfet sans date.

25 Arch. dép. Aveyron 14 W 34. Lettre ouverte des mineurs CGT de Decazeville à Jean-Marcel Jeanneney, 11 septembre 1961.

26 Arch. dép. Aveyron 14 W 34. Rapport du préfet Lamorlette au ministre de l’Intérieur, 17 octobre 1961.

27 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 20 octobre 1961.

28 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de J. Lagabrielle au préfet de l’Aveyron, 7 novembre 1961.

29 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre d’H. de Coster au préfet de l’Aveyron, 7 novembre 1961.

30 Arch. dép. Aveyron 14 W 123. Lettre de P. Baseilhac au préfet de l’Aveyron, 20 novembre 1961.

31 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Rapport du sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, 25 novembre 1961.

32 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 26 novembre 1961.

33 Arch. dép. Aveyron 14 W 28. Rapport du préfet André Rogues au ministère de l’Intérieur, décembre 1948.

34 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Le dispositif de coordination des forces de l’ordre fut assuré par le chef d’escadron Trocellier de gendarmerie mobile relayé par le lieutenant-colonel Baron à compter du 29 novembre. Les autres responsables furent : le sous-lieutenant de gendarmerie Fouillac de la section de Decazeville, le chef de poste de sécurité publique Enjalbert à Aubin-Cransac, le commissaire Caillou de Decazeville, l’inspecteur des Renseignements généraux Puel et l’inspecteur Richard à Aubin.
14 W 28. Le dispositif était composé de 1 100 hommes soit dix pelotons de gendarmerie de réserve ministérielle (PGRM) venus de l’Aveyron, de la Haute-Garonne, du Gers et du Lot, de trois escadrons de gendarmerie mobile (1/5 de Toulouse, 2/5 de Mirande et 3/5 de Narbonne) de la 5e légion bis de gendarmerie, de la CRS 175 de Lannemezan et de deux compagnies du 14e régiment d’infanterie.

35 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Il s’agit d’une démonstration de force d’anciens FTP-FFI parmi lesquels le député communiste Edmond Ginestet laissé en liberté du fait de son immunité parlementaire.

36 Arch. dép. Aveyron 14 W 27. Sur ce total, on compte 24 Espagnols, 4 Français par naturalisation et 2 Algériens, 1 Allemand, 2 Italiens, 1 Portugais, 2 Polonais. Des arrêtés d’expulsion ou d’assignation à résidence en Corse seront pris à l’encontre de 9 Espagnols.

37 Arch. dép. Aveyron 14 W 28. Rapport du chef d’escadron Trocellier.

38 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Le recensement effectué par le commissaire Node fait état : Implantations d’usines, effectifs, emprises
Houillères de bassin d’Aquitaine (2 000 ouvriers) : Decazeville, Cransac, Aubin, Penchot. 13 ha dans Decazeville, chantier ouvert sans clôture.
UCMD (900 ouvriers) : Decazeville. 16 ha clôturés, bâtiments de direction et bureau inclus dans l’enceinte qui comporte 3 portes.
Vallourec (tubes et tuyaux) (600 ouvriers) : Decazeville. 7,65 ha clôturés et jouxtant les UCMD et les HBA.
Penchot (centrale électrique) (150 ouvriers).
Vieille Montagne (traitement du minerai de zinc) (1 100 ouvriers) : Viviez.
Vieille Montagne-Kulhmann (100 ouvriers) : Viviez.
Station de pompage de Bouquies : eau du Lot pour Decazeville.
Poste transformateur de Godin (route de Viviez-Aubin).
Poste Gaz du sud-ouest (alimentation en gaz de Lacq entre Viviez et Aubin)
15 000 personnes vivent de l’industrie dans le bassin. Au total 37 hectares (ha) au cœur de la ville délimités par le Riou mort et plusieurs passages à niveaux. Le cantonnement des troupes pourrait se faire dans l’ancien hôpital Desseiligny, aux conditions précaires. Les bâtiments ne peuvent accueillir que 2 CRS soit 40 véhicules, l’intervention ne peut se faire qu’à pied à travers le parc à fontes des UCMD.

39 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Étude sommaire sur un maintien de l’ordre par le commissaire Node, novembre 1961.

40 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Industrie, 27 octobre 1961.

41 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Lettre du préfet de l’Aveyron à André Trébosc, 1er décembre 1961. Lettre d’André Trébosc, 29 novembre 1961.

42 Arch. dép. Aveyron 3 W 5. Selon une note des Renseignements généraux fournie au cabinet du préfet, l’Action catholique ouvrière est à la Jeunesse ouvrière chrétienne ce que le Mouvement familial rural est à la Jeunesse agricole chrétienne. Autrement dit, l’ouvrier qui a 30 ans et qui n’est plus assez jeune pour faire partie de la JOC est rattaché à l’ACO. L’ACO s’inscrit dans le cadre général de l’Action catholique, elle dépend de la direction des Œuvres diocésaines et de l’Action catholique dont le responsable est Mgr Carles à l’évêché. Tous les ouvriers de l’ACO sont membres de la CFTC. L’ACO a été créée le 15 mars 1950 elle est « un apostolat organisé du laïcat ouvrier appelé en participation de la mission apostolique de l’Église à l’évangélisation du milieu populaire ».

43 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.

44 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.

45 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.

46 Arch. dép. Aveyron 3 W 5.

47 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 20 décembre 1961, article de Raymond Gelly.

48 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du préfet Michel Lamorlette du 22 décembre 1961. Le Midi libre, 21 décembre 1961.

49 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 23 décembre 1961.

50 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, La Croix, 23 décembre 1961.

51 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 décembre 1961.

52 Arch. CHEVS JMJ 30. France-Soir, 23 décembre 1961. L’Aurore, Libération, 25 décembre 1961.

53 Arch. CHEVS JMJ 30. AFP, communiqué du ministère de l’Industrie sur la grève de Decazeville, 17 heures.

54 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, 25 décembre 1961.

55 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 26 décembre 1961.

56 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Télégramme économique, 28 décembre 1961.

57 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, L’Aurore, 2 janvier 1962. Les deux journaux précisent que l’élection cantonale partielle est différée en raison du retrait des trois candidats en lice.

58 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 29 décembre 1961. Le Monde, 29 décembre 1961, article de François-Henri de Virieu.

59 Arch. CHEVS JMJ 30. Une note de la direction des Mines destinée au ministre précise que sur les huit licenciés, 6 avaient été réembauchés à l’usine FAMECA, 2 à l’usine CEMA pour 546 NF par mois et 48 heures par semaine. Le 28 décembre, Marcel Parodi récapitule pour Raymond Barre les opérations en cours, réalisées ou en cours de réalisation, qui portent sur 16 entreprises plus 3 entreprises contactées pour 680 anciens mineurs.

60 Arch. CHEVS JMJ 30. Paris-Presse, 29 décembre 1961.

61 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 29 décembre 1961.

62 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, 2 janvier 1962, article de F.-H. de Virieu.

63 Arch. CHEVS JMJ 30. Tract figurant dans le carton.

64 Arch. CHEVS JMJ 30. Libération, 3 janvier 1962, article de Françoise Marzellier. La délégation des mineurs est composée de MM. Jouilly (CGT), Frau (CGC), Cazedewaks (FO), Cuye (CFTC) pour l’intersyndicale et quatorze mineurs.

65 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, Le Figaro, 5 janvier 1962, AFP, 5 janvier 1962.

66 Arch. CHEVS JMJ 30. Télégramme à l’arrivée du ministère de l’Intérieur du 6 janvier 1962, 14 h 50.

67 Arch. CHEVS JMJ 30. Les Échos, 8 janvier 1962.

68 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 9 janvier 1962.

69 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 10 janvier 1962.

70 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, Paris-Presse, France-Soir, 11 janvier 1962.

71 Arch. CHEVS JMJ 30. Message au préfet de l’Aveyron du 9 janvier 1962.

72 Arch. CHEVS JMJ 30. Les Échos, 15 janvier 1962.

73 Arch. CHEVS JMJ 30. Note du 8 février 1962. Le rendement est passé de 1 450 à 2 000 kg/ h/jour.

74 82 F/t prix de revient, 50 F/t de recette moyenne

75 Coût de régression 72 F/t, recette 50 F/t

76 385 000 tonnes au fond et 195 000 tonnes à la Découverte

77 Les entreprises ayant réembauché des mineurs sont : FAMECA, MANUVAL, CEPRO, CEMA, Chaudronneries et tôleries d’Aquitaine (CTA). Quatre opérations de reconversion sont conduites à Decazeville, fin 1961.

  • CEMA (comptoir électromécanique de l’Aveyron) : promesse d’emploi de 20 mineurs sur 1961-1962 contre 100 KF des CDF à 4,5 % sur 15 ans

  • FAMECA (fonderies et ateliers mécaniques d’Aquitaine) : promesse d’embauche de 100 mineurs contre 750 KF des CDF à 4,5 % sur 15 ans.

  • MANUVAL (manufacture industrielle du Vallau) : 120 mineurs, contre 600 KF CDF.

  • CEPRO (Compagnie électro plastique du Rouergue), 30 mineurs, 150 KF CDF.

L’échec de cette reconversion est déjà patent en 1965. Voir l’enquête de Roger Lajoie-Mazenc, Déracinés et proscrits, le nouveau destin des mineurs de Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Salingardes, 1966, 214 p.

78 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Monde, La Croix, France-Soir, L’Information, 18 janvier 1962.

79 Arch. CHEVS JMJ 30. Libération, Combat, Les Échos, Le Parisien, 20 janvier 1962.

80 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 25 janvier 1962 et Le Monde, 26 janvier 1962.

81 Arch. CHEVS JMJ 30. Combat, 27 janvier 1962.

82 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 30 janvier 1962. Libération, 1er février 1962.

83 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, Les Echos, Le Parisien, Le Monde, L’Information des 1er et 2 février 1962.

84 Les syndicalistes sont MM. Labrune, Marty (CFTC), Cazedevals (FO), Fenoul (CGT)

85 Arch. CHEVS JMJ 30. La Correspondance économique, 3 février 1962.

86 Arch. CHEVS JMJ 30. Le Figaro, 5 février 1962.

87 JMJ 30. Paris-Presse, 6 février 1962. Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney.

88 Arch. CHEVS JMJ 30. Pétition signée Trémolet de Villers, Cathala, Baudis, Montels, Méric, Yrissou, Verdeille, Lacaze, Sainte-Marie, Laplace, Juskiewensky, Maurice Faure, Bouyssou, Béchard, Taillade, Thivault, Chauvet, Péchaud, Piole, Trébosc, Bonnefous, Laurent, Dutheil, Boscary-Monservin.

89 Arch. CHEVS JMJ 12. Journal officiel, Sénat, débats, 13 février 1962. L’ancien directeur des Houillères de bassin d’Aquitaine aurait déclaré en 1959 qu’avec 1 590 kg/h/jour, l’exploitation était rentable, or le rendement se monte à 2 100 kg/h/jour. L’ingénieur chef du service des mines aurait soutenu la rentabilité de l’exploitation dans le bureau même du préfet. Entre 1950 et 1961, le déficit d’exploitation reste le même à 1 milliard de francs alors que le rendement a été multiplié par 4 et que le nombre de mineurs a diminué de 4 343 à 2 233. Camille Vallin cite aussi les chiffres des estimations des CDF en 1961 qui avancent pour les Houillères de bassin d’Aquitaine : 29,62 millions de nouveaux francs de déficit pour 2 millions de tonnes dont 12,92 millions de nouveaux francs et 0,985 million de tonnes pour l’Aveyron.

90 Celui-ci aurait déclaré : « On décriera les houillères françaises parce que, sur 525 millions de tonnes que les Charbonnages ont produit depuis onze ans, on nous a fait supporter 104 milliards de perte, mais on ne révèlera pas que, pour 132 millions de tonnes importées, on a fait cadeau, aux frais des contribuables, de 218 milliards aux utilisateurs de charbon importés. »

91 Accord Bouillot (SNPA) - Khun de Chizelles (EDF).

92 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du 13 février 1962 de Édouard Charles-Anne habitant Migennes dans l’Yonne, lettre du ministre du 19 février 1962.

93 Arch. CHEVS JMJ 30. Lettre du 16 février 1962.

94 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 février 1962.

95 Arch. CHEVS JMJ 30. L’Humanité, 23 février 1962.

96 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Lettre du préfet de l’Aveyron au ministère de l’Industrie, 21 décembre 1962.

97 Achille Blondeau, 1963, Quand toute la mine se lève, Paris, Messidor, 1991, 177 pages.

98 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Lettre du préfet de l’Aveyron au directeur des mines, 4 février 1963.

99 Arch. dép. Aveyron 15 W 15. Rapport du préfet sur la grève des houillères, 19 avril 1963. Rapports intermédiaires des 22-23 février 1963, 5-8-13-15-19-20-23-29 mars 1963, 6-9-10 avril 1963.

100 Mouvement proche du PCF.

101 La solidarité financière a été de 120 000 francs. Quatre municipalités ont voté des subventions : Aubin (PC), Decazeville (SFIO), Rodez (tendance modérée), Rignac (tendance modérée). Le conseil général ne s’est pas manifesté, ce qui a été souligné par La Dépêche du Midi.

102 Pierre Massé, François Bloch-Laîné, Masselin, Rapport sur la situation des salariés du secteur nationalisé, Documentation française, 1963.

103 Roger Lajoie-Mazenc, Déracinés et proscrits, le nouveau destin des mineurs de Decazeville, Villefranche-de-Rouergue, Salingardes, 1966, 214 p.

104 La Découverte de Carmaux a été reconvertie en parc de loisirs, « Cap découverte » à l’instigation du député et ancien ministre de l’Industrie Paul Quilès.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540