Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Les batailles de la modernisation industrielle

Chapitre III. Les fondements économiques de la politique industrielle de Jean-Marcel Jeanneney

Texte intégral

I. LA TOGE D’ÉCONOMISTE, UNE « SECONDE NATURE »

1Tout au long de sa carrière ministérielle, Jean-Marcel Jeanneney ne se départira jamais totalement de sa toge d’universitaire. Sa formation le porte instinctivement à analyser les affaires publiques à travers le prisme des lois économiques ou plus exactement des faits tels qu’il a pu les analyser, les ordonner à l’issue de méticuleuses études statistiques. Jean-Marcel Jeanneney n’appartient pas à cette génération d’économistes rompus aux abstractions et aux modèles mathématiques. Il conserve un goût certain pour l’étude des faits économiques en liaison avec leur contexte historique au sens large. Sa thèse de 1936 fut l’une des premières à accorder une large place aux planches statistiques et aux graphiques, ce qui était déjà une première avancée de l’économie vers les sciences « exactes », mais il n’ira jamais au-delà d’une bonne maîtrise des outils statistiques, des probabilités et des calculs inventés par l’école marginaliste. Universitaire par passion de la recherche et par goût de la pédagogie, il ne peut s’empêcher de commenter et de resituer son action et ses décisions dans un contexte économique plus large. Ce langage va tout d’abord surprendre la plupart de ses interlocuteurs mais en même temps les ravir. Enseignant du supérieur, Jean-Marcel Jeanneney sait éviter d’apparaître sous les traits d’un maître. À son arrivée au ministère de l’Industrie, en 1959, les journalistes mais aussi les chefs d’entreprise ou les ingénieurs du ministère sont loin d’être rompus au langage de l’économie moderne, seuls les rares administrateurs issus de l’ENA échappent à l’ignorance ambiante. Aussi est-ce avec une réelle bonne volonté que ces différents auditoires vont se prêter au message délivré par le ministre et s’initier à certains raisonnements aujourd’hui largement diffusés en dehors des sphères économiques puisque enseignés dès le secondaire.

2Dès sa première rencontre avec les journalistes accrédités auprès du ministère de l’Industrie, le 10 février 1959, le nouveau ministre ne se contente pas de commenter les mesures dépendant de son secteur de compétence. Jugeant qu’Antoine Pinay ne sait pas ou ne veut pas répondre aux journalistes spécialisés dans le suivi de l’actualité économique en des termes susceptibles de leur permettre d’écrire des articles réellement intéressants pour leurs lecteurs, il leur fournit une analyse détaillée de la situation économique. C’est ainsi qu’il leur explique que le déficit de la balance des comptes enregistré en janvier 1959 est tout à fait normal et qu’il faudra attendre le second semestre de l’année pour voir les résultats tangibles des mesures arrêtées par le comité des experts. Jean-Marcel Jeanneney se montre également soucieux de recourir à l’exégèse économique pour faire comprendre la politique économique du gouvernement, en révélant sur quels présupposés elle repose. Selon lui, la méthode de communication d’Antoine Pinay est totalement dépassée. En effet, jouant et même abusant de sa popularité, le ministre des Finances se flatte de demander son avis à sa concierge pour connaître le sentiment de l’opinion sur la hausse des prix et se targue d’employer le même langage que le « Français moyen » pour se faire comprendre. Cette attitude ne paraît plus tenable au ministre de l’Industrie au moment où la France s’engage sur la voie difficile de la concurrence internationale. La politique économique ne peut plus demeurer exclusivement liée à l’image « rassurante » du grand argentier de la République dans les classes populaires et moyennes de la population. Il faut adopter un style nouveau. Pierre Mendès France ou Félix Gaillard avaient déjà emprunté cette voie sous la IVe République, mais Jean-Marcel Jeanneney pourra assurer la permanence de ce style durant plus de trois années face à des publics ciblés pour lesquels il est devenu indispensable de se pénétrer des lois économiques.

II. RÉUSSIR LE PLAN D’ASSAINISSEMENT DES EXPERTS

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 11. Exposé devant le « cercle Horizon », 18 février 1959.

3Profitant de sa qualité d’ancien membre du comité des experts, le ministre de l’Industrie va surtout consacrer ses interventions économiques de l’année 1959 aux traductions dans les faits des décisions prises à la fin 1958. S’exprimant devant le « cercle Horizon » du Centre des jeunes patrons (CJP), le ministre de l’Industrie insiste sur l’originalité de la récession que traverse la France depuis avril 19581. Selon lui, en dépit de la conjoncture, les industriels continuent d’investir alors que ce n’était pas le cas précédemment. Il s’agit là d’un phénomène qui avait déjà été observé aux États-Unis lors de la récession de 1953. Cette simple observation lui permet d’espérer qu’au cours du premier semestre 1959, les entreprises françaises mettront à profit le ralentissement pour réviser leurs techniques de production, se spécialiser, mettre en place un réseau à l’exportation et abaisser leurs coûts de revient. Ce langage moderne est doublé par l’accent gaullien de sa conclusion qui stipule qu’« Il n’y a pas d’institutions, fussent-elles supranationales, qui puissent dispenser les peuples de forger eux-mêmes leur destin ».

  • 2 Arch. CHEVS JMJ 11. Entretien à Entreprise, 21 février 1959.

4Dans son premier grand entretien avec la presse économique, Jean-Marcel Jeanneney revient, à la fin février 1959, sur les attendus retenus par le comité2. Selon lui, il était alors impossible de soutenir l’activité par une relance publique des investissements ou par un desserrement du crédit à la consommation en raison de la gravité du déficit de la balance des paiements et du manque de devises. Pourtant, même avec une bonne situation financière, Jean-Marcel Jeanneney aurait vu d’un œil défavorable le gouvernement recourir au déficit budgétaire. Par cette précision, il se montre assez éloigné des keynésiens orthodoxes. Il affirme au contraire sa préférence pour le desserrement du taux de crédit à la consommation et pour l’incitation aux investissements dès que les conditions seront réunies. Il rappelle que les mesures retenues par le comité avaient pour véritable objectif d’éviter de financer les importations par des prêts demandés à des États étrangers.

5L’ancien expert récuse aussi l’idée selon laquelle on aurait pu favoriser des investissements massifs sur certains secteurs clés d’exportation. En effet, ce genre de mesure n’a de répercussions favorables qu’au bout de deux ans et provoque inévitablement une croissance des salaires, donc de la demande, alors que la situation exige d’agir à très court terme en ponctionnant la demande excédentaire par rapport à l’offre. Cette explication permet alors de résumer la politique économique du gouvernement en trois idées maîtresses. La première est l’ajustement de la demande à l’offre, la deuxième est le maintien des investissements pour les infrastructures de manière à ne pas sacrifier le long terme au court terme, la troisième est d’assurer l’équilibre de la balance des paiements sur le long terme, en s’assurant que la dévaluation réussisse, c’est-à-dire que les prix n’augmentent que lentement.

6Jean-Marcel Jeanneney confie néanmoins que cette orientation n’a pas été définie sans une discussion animée au sein du comité des experts. Certains économistes prédisaient que la suppression des subventions se traduirait par une hausse en cascade des prix par effet mécanique. Pour d’autres, au contraire, et Jean-Marcel Jeanneney se range parmi ceux-là, la hausse modérée des revenus, c’est-à-dire des salaires et des profits, ajoutée à la mise en concurrence devait faire baisser un certain nombre de prix par un effet de substitution de dépenses. C’est cette politique d’effet de revenus qui a finalement été retenue. Jean-Marcel Jeanneney estime aussi que la légère contraction du pouvoir d’achat, résultant de l’application des mesures prises fin décembre 1958, sera effacée et même largement compensée sitôt que les exportations se seront développées. Les experts et le gouvernement n’ont peut-être pas suffisamment expliqué aux Français combien la situation financière était à ce point grave que le pays a failli ne plus pouvoir importer des biens vitaux. Les mesures proposées par le comité des experts résultent aussi de la situation des autres pays européens, qui ont aussi connu une récession en 1958. La reprise de leurs marchés intérieurs, prévue pour 1959, est une bonne chose pour les exportations françaises, l’effet de la dévaluation du franc français devant alors jouer à plein.

  • 3 En URSS, depuis le premier plan quinquennal, les biens d’équipement, le secteur A, ont constamment (...)

7À une question du journaliste qui l’interroge sur la compétition économique avec l’Union soviétique, Jean-Marcel Jeanneney répond que la France, elle aussi, pourrait connaître un taux de croissance de 7 % l’an, mais à condition de diminuer les salaires de 20 %, en retranchant cette partie de la richesse nationale consacrée aux biens de consommation et en l’affectant aux investissements en biens d’équipement3. De même, le ministre de l’Industrie n’aime pas le terme de « politique sélective » en matière d’exportation. Il rejette l’idée selon laquelle il serait bénéfique à terme pour la balance commerciale de subventionner certains secteurs plutôt que d’autres.

8Revenant sur la conjoncture du moment, le ministre de l’Industrie juge que la crise est loin d’affecter tous les secteurs de l’économie ; il prend en exemples l’industrie du chaudronnage réalisant les tubes des pipe-lines, la chimie, l’aluminium qui connaissent une croissance importante. En revanche, d’autres industries sont en difficulté : le textile, l’électroménager à cause d’un effet de saturation et l’industrie automobile parce que le parc français est un des plus jeunes du monde. Jean-Marcel Jeanneney se hasarde à pronostiquer une reprise à compter du second semestre pour terminer l’année 1959 au niveau de 1958. Cet objectif raisonnable sera d’autant plus facilement atteint que la récolte agricole sera bonne. S’il devait donner une définition des conditions à remplir pour la croissance, ce serait certainement « consommer moins et travailler plus ».

9L’analyse de la conjoncture économique en ces débuts de la Ve République ne peut se résumer aux conséquences des ordonnances de la fin décembre 1958. C’est pourquoi le ministre de l’Industrie égratigne également le régime précédent en se demandant si les investissements réalisés dans le passé l’ont toujours été à bon escient et s’ils tenaient toujours compte de la balance des paiements. Selon lui, le soutien qu’il faut prodiguer aux petites et moyennes entreprises (PME) doit être protéiforme : le gouvernement leur a déjà permis de se regrouper pour exporter, il envisage la création de sociétés de caution mutuelle, de crédits avantageux, de centres d’information technique. Les PME ont à jouer un rôle social et économique propre. Jean-Marcel Jeanneney refuse d’employer le terme de « récession » pour caractériser la conjoncture du début 1959, rappelant que la production du moment est encore largement supérieure à celle d’avant-guerre.

10Son opinion relative à certaines idées ou à certains dossiers légués par le régime précédent indique un changement d’orientation assez net. En refusant le principe d’une baisse du prix du charbon, le nouveau locataire de l’hôtel de Charolais prévient la Rue de Rivoli qu’elle ne pourra plus pénaliser la trésorerie des entreprises publiques pour juguler l’inflation. En annonçant au sujet du dossier des forges d’Hennebont que la réorganisation d’entreprises en position défavorable sur le marché est souvent « douloureuse » et qu’on ne peut éternellement les soutenir par des subventions, il semble souhaiter une adaptation rapide de l’industrie. Il observe que certaines des mesures arrêtées par le comité des experts ont immédiatement des répercussions favorables. Ainsi le rétablissement de la convertibilité du franc permet aux professionnels du textile d’acheter la laine et le coton quand ils le souhaitent, donc aux prix les plus bas, alors que le secteur traverse une crise structurelle d’adaptation nécessaire face à la concurrence des pays à bas salaires du tiers-monde.

11Jean-Marcel Jeanneney rejette toute idée de relance par la consommation et de soutien au marché intérieur. La meilleure solution pour un secteur industriel est d’être dans l’obligation d’exporter en sus de l’approvisionnement du marché intérieur, de manière à demeurer compétitif. D’ailleurs, la balance commerciale, qui était encore très déficitaire en janvier 1959, est déjà presque équilibrée en février. La concurrence du Marché commun et de la CECA est non seulement acceptée mais recherchée car c’est au prix d’un effort de compétitivité vis-à-vis de marchés voisins que le maximum de branches industrielles pourra être compétitif. En dépit de la dureté de cet électrochoc, le ministre de l’Industrie pronostique la reprise à l’horizon de l’automne 1959.

12Après six mois de cure d’austérité, Jean-Marcel Jeanneney choisit le banquet du comité républicain du commerce, de l’industrie et de l’agriculture pour analyser les premiers résultats de la politique de stabilisation conduite par le gouvernement. En un trimestre, les réserves en devises sont remontées à plus d’un milliard de dollars alors qu’elles étaient presque nulles, mais elles ne représentent encore que trois mois d’importations. L’indice de la production industrielle qui diminuait depuis avril 1958 est revenu au niveau du début de la crise ; l’inflation qui atteignait 15 % en rythme annuel est contenue, alors que cela n’avait plus été le cas depuis les années 1952-1955. Entre janvier et juin 1959, les prix ont crû de 4 % alors que toutes les prévisions, et le ministre de l’Industrie lui-même, estimaient qu’ils augmenteraient de 7 %. Pour la première fois depuis trente ans, la balance commerciale a été excédentaire de 9 % en avril. Jean-Marcel Jeanneney conteste l’idée qui a été avancée par le président du comité selon laquelle la France aurait une forte propension marginale à importer ; il n’hésite pas à se lancer dans une explication économique assez ardue pour expliquer que le déficit commercial enregistré à la fin de la IVe République était dû au climat inflationniste et à de mauvaises récoltes. En outre, le contrôle des changes qui était précédemment en vigueur incitait les industriels réalisant des profits sur les marchés extérieurs à ne pas tous les faire rentrer en France, alors que parallèlement toutes les importations étaient comptabilisées. L’amnistie fiscale décidée par le gouvernement et l’ajustement du cours parallèle du franc sur le cours officiel ont contribué à rééquilibrer la balance des paiements. Jean-Marcel Jeanneney a conscience qu’il est en train de professer et s’en excuse en indiquant qu’Antoine Pinay a lui-même utilisé le terme de « demande globale » à la « Chambre ». Il rappelle aussi que l’ajustement de la demande globale à l’offre globale peut se traduire en équation compréhensible à tous et non uniquement aux Polytechniciens.

  • 4 Le terme « agro-alimentaire » n’est pas encore en usage à cette époque.

13Constatant les inquiétudes du moment, le ministre de l’Industrie regrette l’insuffisance des investissements privés et la tension existant entre les salaires et les prix. À plus long terme, il déplore que la structure des exportations françaises fasse encore trop peu de place aux biens manufacturés comme les machines-outils ou aux produits alimentaires améliorés4. L’autre grand défi lancé à l’économie française est celui de l’élasticité. Derrière ce terme vieilli, il faut comprendre la mobilité géographique des hommes et leur mobilité professionnelle, leur capacité à changer de profession, à se modeler sur le progrès technique. La conclusion de Jean-Marcel Jeanneney prophétise un avenir dans lequel « nous considérerons le changement comme une chose nécessaire et normale. Rappelons-nous que seule la mort s’accommode de l’immobilité et que la vie est faite de perpétuelles modifications ».

  • 5 Arch. CHEVS JMJ 11. Foire de Strasbourg, 5 septembre 1959.
  • 6 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner des experts-comptables, 22 octobre 1960.

14Devant un auditoire populaire, Jean-Marcel Jeanneney attribue la réussite de la dévaluation de décembre 1958 au « prestige et à l’autorité du président Charles de Gaulle »5. Mais face à un public sélectionné comme celui de l’ordre des experts-comptables, il n’hésite pas à lever le voile sur l’état d’esprit ou sur certaines informations confidentielles dont avaient eu connaissance les experts6. C’est ainsi qu’est révélé le climat de suspicion qui a suivi l’annonce du plan de redressement ou la crainte de Wilfrid Baumgartner venu confier au comité que la Banque de France perdait alors quotidiennement 50 millions de dollars. Rétrospectivement certains convives ont pu avoir des sueurs froides, mais ils peuvent se rassurer car le constat s’impose de lui-même deux ans plus tard, l’activité industrielle est plus élevée que jamais, la balance commerciale est équilibrée voire excédentaire et la Banque de France détient plus de 2 milliards de dollars en réserve.

  • 7 Arch. CHEVS JMJ 11. La Vie française, 6 janvier 1961.
  • 8 Seuls les salaires féminins seraient légèrement trop élevés par rapport aux pays concurrents.
  • 9 Il s’agit de la réforme sur les amortissements dégressifs du 28 décembre 1959.
  • 10 Toutes les restrictions quantitatives freinant l’importation de matière premières et limitant les (...)
  • 11 Le loyer de l’argent n’est pas plus élevé en France qu’ailleurs. Le taux d’intérêt du Crédit natio (...)

15Deux ans après son arrivée au ministère, il dresse dans un entretien à La Vie française un panorama de l’économie française telle qu’il la perçoit à travers son action quotidienne7. Par rapport au début 1959, l’impression de frilosité du monde industriel a cédé la place à « l’idée de liberté des échanges (…) c’est-à-dire la disparition du protectionnisme et des privilèges ». C’est un changement de mentalité profond, au moins aussi important que celui intervenu à la Libération quand il a fallu passer à « l’expansion, l’accroissement de la productivité, la modernisation, [et à] une politique sociale hardie ». Toutes les conditions sont réunies pour le maintien de la croissance en ce qui concerne les politiques salariale8, fiscale9, commerciale10, monétaire11. La situation concurrentielle est certes bien meilleure qu’en décembre 1958, mais « un grand effort reste à consentir en ce qui concerne la main-d’œuvre qualifiée, les cadres et la recherche. Une collaboration plus active entre l’industrie et l’université, des investissements supérieurs en matière de recherche pure et appliquée, une intégration des efforts plus grande par groupe d’industries ou par région, une certaine immigration peut-être, me paraissent être les moyens du progrès dans la formation des techniciens et l’amélioration des techniques ».

III. UN MINISTRE TECHNOCRATE ?

16En public, c’est à l’occasion de l’ouverture de la foire-exposition de Strasbourg que le ministre précise son interprétation du rôle du commissariat au Plan. Selon lui, la rue de Martignac doit davantage impulser les grands axes de la modernisation économique que les conduire. La réalisation des objectifs du Plan est davantage du ressort des chefs d’entreprises de toutes catégories et des artisans que de celui de l’État. Avec le recul, Jean-Marcel Jeanneney relativise beaucoup le rôle du commissariat au Plan dans l’expansion des « Trente glorieuses », en dépit du rôle éminent de Pierre Massé avec lequel il entretenait d’excellentes relations.

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 11. Allocution à l’occasion du 50e anniversaire de la chambre de commerce de Lure, (...)

17À force d’être présenté sous les traits d’« un planiste-dirigiste et technocrate » par une « certaine presse », c’est-à-dire par la presse de droite, Jean-Marcel Jeanneney juge utile de faire une mise au point. Il profite de sa présence sur les terres haute-saônoises12 pour récuser cette présentation, qui montre seulement combien la critique est vive lorsque, sur certains problèmes, on n’est pas attaché au passé ou qu’on essaye de chercher la solution la plus adaptée sans être arrêté par des tabous. Il résume son action en un court leitmotiv : « L’investissement, le développement économique, le progrès social, la hausse du niveau de vie sont notre objectif, finalement. »

18Jean-Marcel Jeanneney prend également soin de ne pas apparaître comme un partisan dogmatique de l’effort. La rigueur ne se justifie que par l’ambition nationale. Son message ne laisse pas planer de doute à ce sujet : « L’austérité, l’honnêteté économique, consistent à ne pas vivre avec des primes de l’étranger ; et une certaine rigueur n’a pas été inutile et a replacé notre pays dans l’état à la fois de progresser et de faire progresser l’emploi et le niveau de vie, insuffisamment vite car il y avait beaucoup de choses à remettre en ordre (…), mais l’important c’est de commencer à remonter la pente. » Il ajoute encore : « Il a fallu un an à peu près – cela n’est pas très long, un an dans l’Histoire –, il a fallu un an pour reconstituer les bases économiques, les bases monétaires de la prospérité, pour faire que notre pays puisse, la tête haute, entrer dans le Marché commun qui nous pose des problèmes (…) mais qui est malgré tout un facteur de prospérité… »

  • 13 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner de clôture de l’assemblée annuelle de l’ANRT, 20 janvier 1960. L’ANRT a (...)

19Si Jean-Marcel Jeanneney se façonne une image de technocrate au début de son ministère, c’est d’abord parce qu’il montre qu’il affectionne l’aridité des problèmes techniques. Son côté ingénieur transparaît à intervalle régulier devant des auditoires attentifs et acquis d’avance à son engouement pour le progrès de la société technicienne. Tout au long de son ministère, Jean-Marcel Jeanneney honorera de sa présence les réunions annuelles de l’Association nationale pour la recherche technologique (ANRT) et le président Chéradame se montrera particulièrement élogieux à l’égard d’un ministre aussi bien disposé13. Le ministre souscrit à l’idée d’une recherche technique puissante à côté de la recherche pure traditionnellement favorisée en France et considère que la croissance de la recherche appliquée est nécessaire à la balance des comptes. Se plaçant résolument dans le registre gaullien, il assimile toute stagnation en ce domaine à un risque de dépendance vis-à-vis de l’étranger. Néanmoins, l’encouragement ne signifie pas la dispersion des efforts et il faut garder présent à l’esprit l’idée de rentabilité économique.

  • 14 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français : réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon-Cie 12, (...)

20Néanmoins, cette image de technocrate va demeurer collée à Jean-Marcel Jeanneney jusqu’à nos jours et pas toujours de manière louangeuse. Dans ses Réflexions sur le destin d’un peuple, Valéry Giscard d’Estaing, brosse un portrait peu amène de l’ancien ministre de l’Industrie à quarante années de distance en le réduisant presque à la caricature d’un fonctionnaire du Gosplan ! L’ancien secrétaire d’État aux Finances puis ministre des Finances de Michel Debré évoque en ces termes Jean-Marcel Jeanneney : « Le ministre de l’Industrie administrait son secteur comme une bureaucratie, dont les directions assignaient aux entreprises nationales leurs objectifs de production et de rémunération, souvent en contradiction avec les nécessités évidentes de la macroéconomie. Il était en conflit permanent avec Antoine Pinay, sans d’ailleurs que les deux hommes qui s’exaspéraient ne puissent supporter une conversation mutuelle. »14

  • 15 Arch. CHEVS 2 DE 22. Notes de Michel Debré du 5 septembre 1960 et de Jean-Marcel Jeanneney du 7 se (...)

21Certaines des notes échangées entre le ministre de l’Industrie et le chef du gouvernement contredisent cette présentation de l’ancien secrétaire d’État aux Finances et prouve au contraire la conscience éclairée de Jean-Marcel Jeanneney face à ce que l’époque actuelle appelle communément « la mondialisation ». Le 5 septembre 1960, Michel Debré interroge Jean-Marcel Jeanneney au sujet de la rumeur de rachat de la papeterie de La Chapelle par des Britanniques et de celle de la Seine par des Américains. « Y a-t-il quelque chose normal là ? Les papeteries françaises sont-elles en difficulté pour des raisons particulières ? Y a-t-il quelque chose à faire ? » demande le Premier ministre. Michel Debré évoque également la récente fermeture du département « frigidaire » d’Electrolux et son transfert en Allemagne, ce qui a entraîné le licenciement d’environ 300 salariés, ce qui lui fait demander à son ministre s’« il y a là une politique continue ? Ne peut-on intervenir ? Ne faut-il pas faire revenir Electrolux sur une décision qui nous est si défavorable ? » Dès le surlendemain, Jean-Marcel Jeanneney répond qu’il fait suivre ces dossiers par Jean-Pierre Lévy et précise : « Tout cela me paraît être la conséquence inéluctable du libéralisme international que nous pratiquons. »15

IV. LE CHOIX DE L’« ÉCONOMIE CONCERTÉE »

  • 16 Arch. CHEVS JMJ 11. Déjeuner du Cercle républicain, 7 juillet 1960.

22En insistant souvent sur l’indispensable effort de production, de conquête de marchés nouveaux, Jean-Marcel Jeanneney pourrait, à première vue, être assimilé à un esprit quantitativiste. Pourtant, ces exhortations répétées en faveur de l’accroissement de la richesse nationale ne lui font pas oublier que l’industrie n’est pas une fin en elle-même mais un moyen « qui ne peut être pleinement utile que si son emploi s’inscrit dans une politique économique et sociale valable »16. Cette précision réintroduit une dimension morale dans une action qui peut sembler uniquement technicienne à première vue. C’est cette préoccupation sociale au sens large qui lui fait écarter deux politiques économiques : celle de l’expansion et celle de l’équilibre à tout prix. Jean-Marcel Jeanneney plaide en faveur de la notion très moderne de « culture générale de la spécialité technique » dans laquelle le contenu même des connaissances cède le pas sur la capacité d’en intégrer de nouvelles le jour venu. Le discours évoque aussi la « géographie volontaire de l’industrie », rappelant combien la politique d’aménagement du territoire s’est d’abord confondue avec la décentralisation industrielle avant d’intégrer le secteur des services.

  • 17 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner du centre des jeunes patrons, 19 octobre 1960.

23Mais c’est finalement la notion d’« économie concertée », inventée par François Bloch-Lainé en 1956, qui a la préférence de l’ancien professeur d’économie17. Le passage à la postérité de cette expression s’explique, selon lui, par le caractère désuet de l’« économie dirigée », par le manque de vigueur de l’« économie orientée » et par la défiance envers l’« économie planifiée ». Par économie concertée, il faut comprendre une économie « où les divers personnages qui jouent chacun leur partition de l’orchestre acceptent d’annoncer quelle est la mélodie qu’ils vont jouer pour que ce ne soit pas trop cacophonique ».

24Comme dans un cours, le ministre de l’Industrie imagine quelles pourraient être les formes de l’économie concertée. La première forme pourrait être celle d’une économie concertée libérale dans laquelle les chefs d’entreprise, les salariés et les consommateurs se mettraient d’accord en l’absence de l’État. Ce schéma ne tient pas car « le chef d’orchestre ne peut être aucun des instrumentistes, il doit être quelqu’un qui n’ait rien d’autre à faire : le chef d’orchestre, c’est l’État ». Toutefois, Jean-Marcel Jeanneney ne partage pas la pensée de François Bloch-Lainé qui confie « ce rôle d’arbitrage (…) [à] une espèce d’état-major supérieur d’économistes, de techniciens, chargés de penser les grands problèmes ». Le ministre est hostile à « une conception de l’État où les responsabilités essentielles sont entre les mains d’experts, c’est-à-dire de très hauts fonctionnaires ». Entre la technostructure et le pouvoir politique, le ministre défend naturellement l’autorité du politique, même s’il pense qu’un bon ministre peut ne pas être un « homme politique » ayant des mandats mais un technicien comme lui. Finalement, la vraie différence entre les deux conceptions porte sur la place et le rôle de l’administration dans le système décisionnel. Pour Jean-Marcel Jeanneney, « il est indispensable que le ministre dispose d’une administration impartiale qui lui propose des solutions, il est non moins indispensable (…) que ce soit le ministre qui prenne les décisions, parce que seul il en porte la responsabilité entière ». On pourrait presque déduire de cette affirmation que la principale différence entre la IVe et la Ve République se résume à la place des hauts fonctionnaires dans le processus décisionnel. La fonctionnarisation et l’omniprésence des énarques dans le personnel politique contemporain tirent leurs origines de cette période. Jean-Marcel Jeanneney pense aussi que « l’économie concertée [en tant que] dialogue est un dialogue perpétuel entre les membres du gouvernement, les acteurs de la vie économique, les chefs d’entreprise, les ouvriers [et] les représentants syndicaux ».

25L’économie concertée n’a d’autre finalité que la course à la croissance. Mais en ce domaine, le ministre sait que les comparaisons avec les taux prodigieux de l’Union soviétique sont hasardeuses et l’ancien professeur d’économie regrette l’absence de critères suffisamment modernes et fiables pour mesurer réellement la progression de l’indice de la production nationale. L’expansion française, il voudrait la voir se réaliser sans gâchis, sans dépense somptuaire car « l’idée que le luxe, même indécent, a le mérite de faire marcher les affaires n’est moralement, socialement et, en fin de compte, économiquement pas très valable ». Si on voulait éviter les changements techniques, il faudrait sacrifier la croissance forte permise par les découvertes techniques et étaler les évolutions sur une génération, mais au prix d’une très faible croissance. Une nouvelle fois, le ministre en appelle à la mobilité des hommes, tant sur le plan intellectuel, par la formation, que sur le plan spatial avec une véritable politique du logement.

V. UN DIALOGUE « MUSCLÉ » AVEC LA CGPME

26Les relations entre le ministre de l’Industrie et Léon Gingembre, le président de la puissante CGPME, vont être rapidement tumultueuses, ce qui n’est guère étonnant quand deux fortes personnalités se trouvent en présence. Les conceptions dirigistes du ministre de l’Industrie sont aux antipodes de l’idéologie en vogue chez les petits patrons. On trouve dans la correspondance ministérielle les traces de ce dialogue souvent tendu. Dès le 7 janvier 1960, Léon Gingembre s’alarme d’un projet du ministère de la Justice visant à introduire des conseils d’administration dans les entreprises de moins de cinquante salariés dont un quart des membres seraient des représentants du personnel. Le président de la confédération des PME rappelle que son organisation est « par doctrine opposée à toutes les formules de cogestion dont l’aboutissement logique et obligatoire ne peut être que la disparition de l’entreprise privée et de l’économie libre ». Il évoque aussi la peur qu’une semblable mesure engendrerait chez les investisseurs étrangers et le droit de regard que cette mesure conférerait aux salariés sur le patrimoine des entrepreneurs, les entreprises ayant souvent conservé un caractère familial.

  • 18 Arch. CHEVS JMJ 11. Les Échos du 4 mars 1960.

27À la suite de la publication dans les Échos d’une analyse de Forces et faiblesses de l’économie française, qui fait figure de tables de la loi pour l’action du ministre de l’Industrie, Léon Gingembre écrit parallèlement au rédacteur en chef du quotidien et au ministre pour leur faire part des réactions provoquées par cet article dans le milieu de la confédération18. Selon Léon Gingembre, les conceptions économiques développées par le professeur Jeanneney « ont eu quelques résonances dans les années 1944-1948 mais (…) les faits [les] ont contredit[es] au fur et à mesure que se développaient, dans les pays étrangers de haute potentialité comme l’Amérique, des expériences très différentes ». L’allusion est claire, le fondateur de la confédération accuse le ministre d’être un planificateur adversaire des idées libérales qui placent les petites structures entrepreneuriales au cœur du développement économique. Là où Léon Gingembre exagère, c’est qu’il présente Jean-Marcel Jeanneney comme l’apôtre du « grand capitalisme », le défenseur des « féodalités financières ». Bien au contraire, le professeur d’économie politique n’entretient aucun rapport avec le monde de la haute banque et des grandes sociétés. On retrouve chez celui qui deviendra, au fil du temps, la figure « emblématique » des petits entrepreneurs une obsession antiétatiste qui le conduit à des dérapages verbaux. Ainsi, il assimile la tendance, exacte, du ministre à s’appuyer sur une réglementation pour organiser la vie économique à une pratique liberticide conduisant « à des régimes autocratiques, tels que fascisme ou collectivisme », ce qui naturellement ruine le sérieux de son argumentation. Néanmoins, il lui arrive aussi de démontrer que le professeur Jeanneney, à force de favoriser la fiscalité des grosses entreprises, commet parfois des erreurs. Ainsi, Jean-Marcel Jeanneney minorerait les avantages fiscaux spécifiques aux grandes sociétés anonymes, oublierait que les PME sont, elles aussi, soumises au poids du double impôt sur les bénéfices et sur les dividendes, négligerait les possibilités accrues de financement des grandes sociétés. Et Léon Gingembre n’a guère de difficulté à reprocher au professeur devenu ministre qu’il « ne s’est jamais probablement occupé de trouver un ouvrier spécialisé », qu’« il n’a jamais découvert la puissance de pénétration et de protection du syndicalisme ouvrier, qui sait défendre les siens », en somme qu’il ne s’est pas frotté aux réalités !

  • 19 « L’exemple des États-Unis montre que les entreprises moyennes, par la souplesse des adaptations d (...)

28Cette grille de lecture de l’ouvrage de Jean-Marcel Jeanneney n’est en réalité pas pertinente car l’auteur a surtout voulu critiquer la faiblesse de coordination et de volonté politique du régime de la IVe République. Tout en admettant que depuis la fin de la guerre, l’économie française a beaucoup progressé, Jean-Marcel Jeanneney reproche au pouvoir politique d’avoir laissé les experts seuls décider et de n’avoir pas orienté, canalisé, les axes de développement. Dans sa réponse à Léon Gingembre, à laquelle il préfère ne pas donner de publicité, le ministre répond à l’accusation suivant laquelle il n’aurait pas senti le rôle joué par les entreprises moyennes dans la croissance américaine par une citation extraite de l’ouvrage19.

29Les relations entre les deux hommes ne s’amélioreront pas franchement par la suite. Le 20 juillet 1960, le délégué général de la CGPME fait part de l’émotion soulevée dans le milieu patronal par un projet de réforme de l’artisanat alors que les services du ministère n’ont pas averti la confédération et que le Conseil économique et social (CES) européen étudie précisément le problème à Bruxelles. Une fois encore, on sent dans la réponse de Jean-Marcel Jeanneney une pointe d’agacement exprimée avec une claire franchise. Le ministre demande franchement à la CGPME si « [ses] services n’ont le droit de procéder à aucune « étude » sans avoir préalablement consulté [la] confédération sur l’opportunité d’étudier les questions qui sont organiquement de leur compétence ». Quant aux travaux du CES de Bruxelles, très confidentiels à cette époque, ils provoquent cet étonnement de la part du ministre : « Si à chaque fois qu’une instance européenne se saisit d’un problème, les gouvernements nationaux devaient de ce fait s’interdire d’étudier aucune réforme, où irions-nous ? » Derrière ces remarques qui conduisent Léon Gingembre à devenir beaucoup plus humble dans une lettre du 5 août, c’est toute la pratique administrative de la IVe République, très liée aux intérêts catégoriels, qui est en train de s’effondrer devant la restauration de l’autorité politique gouvernementale.

30Avec le temps, les relations vont finir par se détendre pour céder la place à un dialogue digne d’adversaires qui se respectent. Le 3 octobre 1961, le ministre de l’Industrie est invité à venir s’exprimer devant les délégués de la confédération. Pour Jean-Marcel Jeanneney, c’est l’occasion ou jamais de se réconcilier avec les petits patrons tout en les plaçant devant leurs responsabilités. Connaissant le thème récurrent des entraves à la liberté d’entreprendre et le culte de la responsabilité du patron martelés par les dirigeants de la CGPME, le ministre prend les délégués au mot en leur affirmant qu’« il est certain que [de] la façon dont les entreprises moyennes et petites sauront, dans les dix ans qui viennent, varier leur production, passer d’une production à une autre, d’un service à un autre, selon l’évolution singulièrement rapide aujourd’hui de la demande et des techniques (…), dépendent dans une large mesure le rythme de croissance de notre économie et le maintien dans notre Occident d’une civilisation de liberté ». Le message est clair et même abrupt : soit les patrons de PME joignent les actes au discours, soit ils sont condamnés. Le ministre précise sa pensée pour ceux qui n’auraient pas compris : « Tout doit être fait pour rendre ces conversions rapides, nombreuses, faciles. L’important est de savoir ce qui peut être le plus efficace, passer d’une production à une autre, d’un service à un autre, selon l’évolution singulièrement rapide aujourd’hui de la demande et des techniques. » Jean-Marcel Jeanneney entend mettre un terme à la contradiction permanente de la confédération qui ne cesse, officiellement, de pourfendre l’administration et réclamer davantage de libéralisme, mais qui vient trop souvent, officieusement, quémander dans les couloirs du ministère des subventions, interventions ou protections. Jean-Marcel Jeanneney peut ainsi refuser tout net la promotion d’une politique de « conversion des petites et moyennes entreprises », antienne couramment reprise dans les cercles de la confédération. Ce langage déroute certains délégués qui, à l’image d’un certain Bodin, pensaient qu’une des caractéristiques de la société moderne, c’est la « clientèle », et qui estimaient que chaque ministère, chaque direction centrale, chaque bureau devrait avoir ses affiliés. Le ministre de l’Industrie redoute plus que tout cette dérive qu’il espère avoir brisée en la condamnant à haute voix.

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 11. Exposé devant le « cercle Horizon », 18 février 1959.

2 Arch. CHEVS JMJ 11. Entretien à Entreprise, 21 février 1959.

3 En URSS, depuis le premier plan quinquennal, les biens d’équipement, le secteur A, ont constamment reçu la majorité des investissements, jusqu’à 80 %, alors que les biens de consommation, le secteur B, étaient défavorisés.

4 Le terme « agro-alimentaire » n’est pas encore en usage à cette époque.

5 Arch. CHEVS JMJ 11. Foire de Strasbourg, 5 septembre 1959.

6 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner des experts-comptables, 22 octobre 1960.

7 Arch. CHEVS JMJ 11. La Vie française, 6 janvier 1961.

8 Seuls les salaires féminins seraient légèrement trop élevés par rapport aux pays concurrents.

9 Il s’agit de la réforme sur les amortissements dégressifs du 28 décembre 1959.

10 Toutes les restrictions quantitatives freinant l’importation de matière premières et limitant les industriels pour le choix d’équipements d’origine étrangère ont été supprimées.

11 Le loyer de l’argent n’est pas plus élevé en France qu’ailleurs. Le taux d’intérêt du Crédit national a été abaissé à 6,75 % et les prêts du FDES sont consentis à 6 % pour certaines opérations.

12 Arch. CHEVS JMJ 11. Allocution à l’occasion du 50e anniversaire de la chambre de commerce de Lure, 30 mai 1960

13 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner de clôture de l’assemblée annuelle de l’ANRT, 20 janvier 1960. L’ANRT a pour vocation de grouper tous ceux qui font de la recherche au profit d’un établissement industriel privé, semi-public ou public. Elle est le successeur du comité de liaison des centres de recherches professionnels créé par Le Thomas en 1951. Elle est née en 1953. En 1960, elle comprend 159 membres groupant au sein de leurs centres de recherches 19 000 personnes dont 6 000 chercheurs. Chaque année, le nombre de chercheurs groupés au sein de l’association croît de 20 à 30 %.

14 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français : réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon-Cie 12, 2000, p. 129.

15 Arch. CHEVS 2 DE 22. Notes de Michel Debré du 5 septembre 1960 et de Jean-Marcel Jeanneney du 7 septembre 1960.

16 Arch. CHEVS JMJ 11. Déjeuner du Cercle républicain, 7 juillet 1960.

17 Arch. CHEVS JMJ 11. Dîner du centre des jeunes patrons, 19 octobre 1960.

18 Arch. CHEVS JMJ 11. Les Échos du 4 mars 1960.

19 « L’exemple des États-Unis montre que les entreprises moyennes, par la souplesse des adaptations dont elles sont capables, auront un grand rôle à jouer, non seulement dans le commerce, mais aussi dans l’industrie, si l’élimination des inaptes s’opère assez vite grâce à une concurrence effective. »

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable