Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Première partie. Les batailles de la modernisation industrielle

Chapitre II. La vie quotidienne d’un ministre au début de la Ve république

Texte intégral

Jean-Marcel Jeanneney accompagnant le general de Gaulle lors de son voyage officiel à Grenoble les 6 et 7 octobre 1960.

I. LES CADRES DE VIE ET DE TRAVAIL

A. LE PURGATOIRE DES « MINISTRABLES »

  • 1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Raymond Barre du 24 avril 1996.

1Lorsque le 24 décembre 1958 Jean-Marcel Jeanneney avertit Raymond Barre de sa nomination imminente au gouvernement et de son intention de le prendre comme directeur de cabinet, il ne fait qu’accentuer les liens d’amitié et de respect réciproques unissant les deux hommes depuis une décennie. Leur relation intellectuelle est née lors de l’oral de l’agrégation d’économie du jeune étudiant d’origine réunionnaise. Membre du jury de l’agrégation d’économie de 1948, Jean-Marcel Jeanneney est ébloui par l’ensemble des prestations du jeune Raymond Barre et plus particulièrement par sa leçon sur l’histoire de la pensée économique consacrée à Georges Sorel1. Quelques années plus tard, Raymond Barre participe aux travaux du service de recherches sur l’activité économique de la rue Michelet, aux côtés de Jean-Marcel Jeanneney, et en est même le directeur en 1958.

2Lorsque Jean-Marcel Jeanneney apprend à son jeune collègue qu’il souhaiterait l’avoir à ses côtés comme directeur de cabinet, ce dernier lui répond favorablement mais s’inquiète d’être un éventuel fardeau du fait de son ignorance de la pratique gouvernementale. Il se montre un peu surpris d’avoir à jeter quelques idées qui pourraient servir à l’élaboration de la déclaration ministérielle du Premier ministre.

3Laissant passer les fêtes de fin d’année, les deux hommes se retrouvent l’après-midi du 5 janvier 1959 pour prendre en commun leur décision définitive. Jean-Marcel Jeanneney persuade son cadet qu’un bon directeur de cabinet est avant tout un homme de confiance. Se laissant gagner au sentiment que « servir monsieur Jeanneney, c’est servir le général de Gaulle », Raymond Barre accepte. Il se souvient encore du soulagement visible de madame Jeanneney qui paraissait redouter l’éventuelle solitude de son époux. Toutefois, afin de se ménager une position de repli en cas d’échec au ministère, il obtient de Jean-Marcel Jeanneney le droit de pouvoir demeurer en poste à Caen et d’y poursuivre ses enseignements à raison d’une journée par semaine. C’est ainsi que durant plus de trois années, le directeur de cabinet du ministre de l’Industrie demeurera un « turbo-prof » d’un genre un peu particulier. En n’étant pas détaché ou mis à disposition, Raymond Barre peut également mieux se faire apprécier des directeurs qui n’ont pas à redouter sa concurrence sur des postes administratifs. En termes de déroulement de carrière, cette acceptation aurait pu coûter cher au brillant lauréat de l’agrégation d’économie politique car, bien qu’âgé de seulement 33 ans, il aurait été en droit de prétendre à son élection à la faculté de Paris en remplacement de Jean-Marcel Jeanneney. Cette désignation d’un pair de l’université a, tout d’abord, pu prêter à confusion et être assimilée au choix d’un professeur coupé des us et coutumes des cabinets. Cette première impression va très rapidement céder la place à l’expression d’une marque d’indépendance par rapport au milieu administratif et à la volonté hautement revendiquée de diriger le ministère en ne se reposant pas sur les avis préparés par les directions. Dès le jeudi 8 janvier 1959, jour où il prend contact avec son prédécesseur Édouard Ramonet et l’ingénieur en chef des Mines Jean-Claude Achille, son directeur de cabinet, Jean-Marcel Jeanneney écarte l’idée de s’attacher les services d’un membre du corps des Mines. Édouard Ramonet, parlementaire anonyme de la IVe République, dont Jean-Marcel Jeanneney se demande encore pourquoi le général de Gaulle l’avait choisi pour être ministre de l’Industrie, n’évoque comme problème crucial du moment que l’attribution des décorations aux organisateurs du pavillon français à l’Exposition universelle de Bruxelles. En revanche François Morin, secrétaire général adjoint du SGCI, a fait le déplacement depuis le quai Branly pour s’entretenir longuement avec le nouvel arrivé des problèmes qui seront abordés lors du Conseil de ministres des Six prévu la semaine suivante.

4Il est intéressant de relever que durant ces quelques jours particuliers précédant son entrée au ministère de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney prend des notes détaillées sur son emploi du temps. Cela permet d’apprendre que sa nomination au gouvernement ne le divertit pas de la préparation d’un manuel d’économie politique dans la collection « Thémis » pour lequel il donne le bon à tirer. Comme il est le seul des experts à entrer au gouvernement, Jacques Rueff l’appelle à plusieurs reprises pour lui faire part de ses craintes concernant l’application du plan de redressement. L’économiste paraît inquiet de la relation qui en est faite dans la presse. Lors de la dernière réunion du comité, le jeudi 8 janvier, Jacques Rueff semble « très découragé parce que l’esprit du plan lui paraît méconnu et propose une nouvelle réunion pour faire une mise au point ». Les membres du comité refusent, préférant lui conseiller d’entrer en liaison avec Antoine Pinay. Jean-Marcel Jeanneney reconnaît n’avoir jamais très bien compris pourquoi Jacques Rueff semblait vouloir reculer alors qu’il venait de remporter un grand succès. C’est devant un amphithéâtre comble et sous des applaudissements nourris que le professeur-ministre est, une dernière fois, accueilli par ses étudiants le jeudi après-midi pour un ultime cours consacré au « problème économique français tel qu’il apparaît aux experts ». Il les quitte en leur disant qu’il doit s’absenter pour « effectuer des travaux pratiques obligatoires ». Le samedi 10 janvier 1959, Jean-Marcel Jeanneney a la surprise de voir Pierre Uri, alors fonctionnaire de la CECA, attendre dans son antichambre du ministère pour l’avertir que le président de la chambre syndicale de la sidérurgie, Jacques Ferry, a l’intention de le rencontrer dès le début de la semaine suivante. Il profite surtout de l’entretien pour exposer au nouveau ministre un contre-projet personnel au plan Rueff auquel il ne manque pas une virgule. Jean-Marcel Jeanneney, qui connaît depuis sa licence de sociologie l’attitude impérieuse de ce normalien philosophe cherchant toujours à jouer les éminences grises, l’écoute poliment mais sans plus.

B. UN PALAIS DE LA RÉPUBLIQUE À L’ASPECT BIEN FAMILIAL

  • 2 Jean-Marcel Jeanneney ajoute que ce jeune homme sera poursuivi ultérieurement pour intelligence au (...)

5Afin de marquer leur présence continue dans leur ministère et dans le but symbolique de renforcer l’autorité de l’État, le général de Gaulle a souhaité des membres du gouvernement qu’ils élisent domicile dans leurs locaux. Par conséquent, Jean-Marcel Jeanneney doit faire réaménager une partie de l’hôtel de Charolais pour y loger sa grande famille. Le bâtiment se trouve alors dans un piètre état. N’ayant pas servi depuis fort longtemps à la résidence d’un ministre, car ces derniers devaient acquitter les taxes d’habitation de leur logement de fonction, toutes les pièces de ce bel édifice ont été aménagées en bureaux pour les cabinets, souvent pléthoriques, qui s’y sont succédés. Ainsi Édouard Ramonet n’avait pas moins d’une vingtaine de collaborateurs, en comptant les « officieux ». Dans le grand salon du premier étage, Jean-Marcel Jeanneney est surpris de trouver au milieu de la pièce vide un lit de camp et une armoire ayant servi à un normalien du cabinet de son prédécesseur2. Il faudra attendre mai 1959 pour que la réhabilitation des appartements personnels du ministre soit achevée et que Joseph Fontanet quitte le grand salon du premier étage pour s’installer rue du Bac. Selon Jean-Marcel Jeanneney, ce relatif délabrement est significatif de la crise du régime précédent, tout comme le mauvais état de la voiture officielle du ministre, une Citroën DS noire, qui rendra l’âme quelques semaines plus tard lors d’un déplacement en province.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 4.

6Résidant au ministère, Jean-Marcel Jeanneney parvient à concilier sa charge et son rôle de père de famille en déjeunant et dînant le plus fréquemment possible avec les siens. Il lui suffit pour cela d’emprunter un petit escalier dérobé menant directement de son bureau dans ses appartements. Naturellement, cette commodité l’amène à davantage travailler car il peut veiller aussi bon qu’il lui semble en étudiant ses dossiers. Le ministre n’appréciant guère les mondanités, on ne peut pas dire que le 101, rue de Grenelle ait été durant ces trois années une table courue de la République gaullienne. Il faut également ajouter que l’enveloppe destinée à couvrir les frais de représentation n’est guère élevée et que le ministre doit souvent payer les sommes nécessaires à la réception d’invités. D’ailleurs, le ministère de l’Industrie ne dispose pas de personnel de maison en dehors d’un maître d’hôtel-argentier. C’est donc le ministre qui rémunère une cuisinière et sa garde d’enfants. En vérité, Jean-Marcel Jeanneney n’est guère soucieux de mener un grand train de vie. Seuls Raymond Barre et Ange Carli sont régulièrement invités à la table familiale lorsqu’il a été prévu une soirée studieuse. Jean-Marcel Jeanneney se souvient de peu de dîners mémorables, tout au plus peut-on dire que madame Jeanneney et lui-même reçurent Georges Villiers, le président du CNPF, Pierre Dreyfus et Pierre Bercot, les frères ennemis de Renault et Citroën, ou encore l’industriel Panhard. Le ministre ne privilégie ni les déjeuners de travail ni les dîners pour traiter des affaires en cours. Cette attitude explique, par exemple, son refus de prendre part à un « conseil d’information » composé de trois industriels représentant la grande, la moyenne et la petite industries, proposition émanant de M. Houzel, directeur général du « Fly-tox », une connaissance du ministre. Jean-Marcel Jeanneney lui répond qu’il préfère que ses contacts avec les industriels demeurent « anarchiques ».3

7La défiance de Jean-Marcel Jeanneney pour les dîners en ville s’explique également par sa crainte de se retrouver en face d’interlocuteurs peu recommandables comme c’est parfois le cas dans le « monde des affaires ». C’est pourquoi quelques jours après son arrivée au ministère, il refuse un déjeuner prévu avec le doyen Hamel, de la faculté de droit, lorsqu’il apprend que ce dernier a invité un chef d’entreprise pour lequel il officie en tant que consultant. Pour rien au monde Jean-Marcel Jeanneney n’aurait voulu être remarqué en public par un journaliste en compagnie d’un chef d’entreprise. Aussi préfère-t-il les recevoir dans son bureau après s’être fait préciser l’objet de leur visite. Néanmoins, ces audiences ne sont pas toutes innocentes puisqu’il confie avoir appris récemment par un chef d’entreprise qui était venu le trouver en compagnie d’Edgar Faure que ce dernier avait « négocié » son poids politique pour entreprendre la démarche auprès du ministre. La requête n’ayant pas été concluante, l’ancien président du Conseil n’avait pas exigé son dû.

C. LES PLUS BEAUX ATOURS DE LA RÉPUBLIQUE GAULLIENNE

  • 4 Arch. CHEVS JMJ 4.

8Naturellement, le point d’orgue des mondanités de la République gaullienne reste le dîner au palais de l’Élysée. Jean-Marcel Jeanneney se souvient qu’il s’agissait d’une véritable corvée pour le couple présidentiel, mais que jamais il ne le laissait paraître. Le général « expédiait » le dîner rapidement et il valait mieux ne pas être placé loin de lui si l’on ne voulait pas manger trop rapidement. Ce n’est pas non plus à la table officielle que pouvaient se nouer les conversations les plus intéressantes. Jean-Marcel Jeanneney se souvient encore d’un soir où il fut placé entre les épouses des ambassadeurs d’Inde et du Pakistan qui n’ouvrirent pas la bouche du repas : ni pour échanger des propos badins ni pour déguster la haute cuisine française. Heureusement, les secondes parties de soirée, qui accueillaient des hôtes qui n’étaient pas invités au dîner, surnommés les « cure-dents », étaient souvent plus chaleureuses et propices aux conciliabules où circulent les rumeurs les plus invérifiables. Trop accaparé par les affaires intérieures, le ministre de l’Industrie n’effectuera qu’un seul déplacement officiel à l’étranger en se rendant en septembre 1960 à la foire de Salonique. Il est exact aussi que le général de Gaulle et Michel Debré exercent un contrôle strict sur les voyages à l’étranger des ministres à cause des événements d’Algérie mais aussi pour ne pas risquer que ceux-ci gênent la diplomatie française par des prises de position intempestives. En revanche, au cours de leur séjour officiel en France, Jean-Marcel Jeanneney accompagnera certains souverains lors de leur visite de sites industriels. Ce sera le cas pour Rainier de Monaco en octobre 1959 à la Régie Renault, pour le roi Baudoin de Belgique chez Simca à Poissy en mai 1961 ou bien encore pour l’impératrice d’Iran Farah Diba, toujours chez Simca en octobre 1961 où elle se verra remettre une Simca 1000 en cadeau. Mais le grand voyage de la période demeure la « course » de Nikita Khrouchtchev que Jean-Marcel Jeanneney accompagne lors de son périple dans le Nord – Pas-de-Calais jusqu’à Rouen où il passe le relais à Pierre Sudreau. Le ministre de l’Industrie, comme ses collègues chargés de guider le premier secrétaire du PCUS à travers la France, a reçu pour consigne de ne pas créer d’incident mais de ne pas laisser passer une incongruité de son hôte. En fait, c’est le maire socialiste de Lille, Augustin Laurent, qui menace de rompre la jovialité du premier Soviétique en lançant quelques piques anticommunistes lors de son discours à l’hôtel de ville de Lille. Heureusement, Khrouchtchev refuse de lui répondre, trouvant le geste déplacé. L’accomplissement du programme officiel se passe dans d’excellentes conditions. Nikita Khrouchtchev se montre fin connaisseur des socialistes utopiques français du xixe siècle et profite d’un arrêt du train officiel dans une petite gare entre Amiens et Rouen pour descendre saluer les cheminots. Quelque temps après, le 26 mai 1960, Serguei Vinogradov, ambassadeur d’URSS en France, transmet à Jean-Marcel Jeanneney l’offre de séjour officiel en URSS faite par Nikita Khrouchtchev. Maurice Couve de Murville, averti de cette invitation, mentionne que Pierre Guillaumat et Roger Frey ont eux aussi été invités mais qu’il convient de planifier les déplacements éventuels des ministres français en Union soviétique4.

  • 5 Arch. CHEVS JMJ 20. Le voyage du général de Gaulle en Isère se déroule les 6 et 7 octobre 1960.
  • 6 En 1959, le général de Gaulle avait déjà félicité son ministre de l’Industrie pour l’étendue de la (...)
  • 7 Lancement du France, 12 mai 1960, inauguration du France, 11 janvier 1962.
  • 8 Arch. CHEVS JMJ 24. Dossier de presse, 28 mai 1960.

9Jean-Marcel Jeanneney accompagnera encore le général de Gaulle dans plusieurs de ses voyages en province, dans le Nord, en Lorraine, à Grenoble et en Franche-Comté. L’ancien ministre se souvient que le chef de l’État était beaucoup plus accessible en ces occasions. C’est, par exemple, dans un autorail entre Lyon et Vizille qu’il a pu faire part au général de Gaulle de son impatience à voir promulguée l’indépendance de l’Algérie5. Le chef de l’État prendra bonne note de cette requête en marquant un infléchissement dans son discours de Grenoble et viendra ensuite dire à son ministre : « Alors, vous êtes content, Jeanneney ? » C’est encore lors du voyage lorrain, à Nancy, que le ministre apprendra la réussite de son fils au concours d’entrée de l’École normale supérieure, ce qui lui vaudra les félicitations du général de Gaulle qui ajoutera qu’il n’en avait jamais douté6. Parmi les grands moments symboliques de ces premières années de la décennie gaullienne, on peut mentionner la présence de Jean-Marcel Jeanneney à Saint-Nazaire et au Havre lors du lancement puis de l’inauguration du paquebot France7, ou bien encore sa visite de l’usine nucléaire de Marcoule en compagnie de Pierre Guillaumat et de Michel Debré8.

D. UN CABINET RÉDUIT

10Même si Michel Debré n’a édicté aucune règle contraignante, en laissant à ses ministres toute latitude pour choisir le nombre de leurs collaborateurs, il existe, dans ces débuts de la Ve République, une indéniable volonté de rupture avec les pratiques antérieures. À cette tendance générale Jean-Marcel Jeanneney ajoute un comportement issu de l’expérience familiale. En effet, entre 1917 et 1944, Jules Jeanneney n’a jamais eu plus de trois collaborateurs directs. Jean-Marcel Jeanneney a également présent à l’esprit la méthode d’administration choisie par Clemenceau en 1905, lorsqu’il était président du Conseil et ministre de l’Intérieur, que lui avait enseignée son oncle, Georges Marangé. Ce dernier, directeur des affaires communales et départementales au ministère de l’Intérieur, se souvenait de l’extrême facilité qu’il avait eue à pouvoir pénétrer dans le bureau de Clemenceau pour lui exposer les problèmes en suspens, sans être filtré par le cabinet.

11Jean-Marcel Jeanneney choisit de limiter son cabinet à un effectif minimum. Outre Raymond Barre, le ministre s’entoure de trois collaborateurs, un chef de cabinet et deux conseillers techniques. Le chef de cabinet est Bernard Guitton, un attaché d’ambassade que le ministre ne connaît pas et que lui a recommandé Michel Debré. Les deux conseillers techniques sont Pierre Voitellier et Ange Carli. Le premier, membre du corps préfectoral, est un très vieil ami du ministre puisqu’ils se connaissent depuis le jardin d’enfants du lycée Victor Duruy ; le second, administrateur civil à la direction du Budget, est déjà une ancienne connaissance de Jean-Marcel Jeanneney. Ange Carli, major de Saint-Cyr à la veille de la guerre, a vu sa carrière d’officier brisée par la tuberculose. Soigné au sanatorium de Grenoble, il suit les cours de Jean-Marcel Jeanneney qui lui conseille de passer le nouveau concours de l’École nationale d’administration, qu’il réussit. Lorsque Jean-Marcel Jeanneney est élu professeur à la faculté de droit de Paris, il recrute Ange Carli comme chargé de travaux dirigés car ce dernier hésite encore à ce moment à se présenter à l’agrégation d’économie. Seule femme du cabinet, Françoise Gambart-Délignières, attachée de préfecture amenée par Bernard Guitton, s’occupera du secrétariat particulier.

12Désireux de « gouverner » son ministère en liaison étroite avec ses directeurs et chefs de service, Jean-Marcel Jeanneney les réunit dès son entrée en fonction pour leur faire part de son intention de ne pas leur accorder de délégation de signature. Cette annonce fait l’effet d’une bombe et tous les témoins survivants s’accordent pour reconnaître que le ministre réussit à provoquer un effet certain. Déjà intrigués par ce ministre-professeur qui a choisi un de ses collègues comme directeur de cabinet, les directeurs et chefs de service, presque tous ingénieurs des grands corps techniques, se jettent des regards entendus qui paraissent signifier qu’ils sont tombés sur un original. Le seul à rompre le silence est le directeur des Mines, Pierre Alby, qui s’exclame que le ministère va être paralysé, car le cabinet va se trouver submergé par les parapheurs. Le ministre lui explique posément, ainsi qu’à ses collègues, qu’il est tout disposé à venir travailler le dimanche s’il le faut et qu’il s’engage à leur accorder un rendez-vous dans les vingt-quatre heures en cas de nécessité. Seul le directeur de l’administration générale reçoit une délégation de signature pour la marche des services et les mesures concernant le personnel. Le refus de délégation de signature ne signifie pas seulement que les circulaires, arrêtés et décrets doivent obligatoirement être contrôlés par le cabinet avant d’être signés par le ministre, il vise à responsabiliser les directeurs pour les décisions prises sous leur seing propre. Étrangement, il s’agit là d’une révolution. En effet, jusqu’à Jean-Marcel Jeanneney, les directeurs pour les principaux adjoints avaient pour habitude de travailler comme de grands féodaux, c’est-à-dire qu’ils ne rendaient compte au cabinet et au ministre que des seuls éléments qu’ils jugeaient opportuns de faire remonter. Il arrivait bien souvent que paraissent au Journal officiel des circulaires, arrêtés et décrets qui, bien que portant la signature du ministre, n’avaient pas été contrôlés, voire même lus par le cabinet. Cet exercice d’un véritable « pouvoir » administratif, sous la IVe République, était également permis par le changement fréquent de ministre et par l’absence de titulaire durant des périodes assez longues. Certains directeurs pouvaient même parier sur le départ d’un ministre pour faire paraître un texte. Dans ces conditions, on comprend que les anciens directeurs interrogés soient nostalgiques de la IVe République qui rimait pour eux avec une très grande liberté. Néanmoins, les ministres de la IVe République qui leur ont laissé le meilleur souvenir, comme Jean-Marie Louvel ou Maurice Lemaire, sont tout de même ceux qui ont exercé leurs prérogatives. En effet, même pour un excellent directeur d’administration centrale, il reste essentiel qu’un ministre définisse les grandes orientations, monte à l’arbitrage du chef du gouvernement quand les différends entre administrations sont trop insurmontables et endosse ses responsabilités lorsque le besoin s’en fait sentir.

E. UN PROGRAMME LARGEMENT INFLUENCÉ PAR LA RECHERCHE

  • 9 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 2 mars 1992.
  • 10 Jean Chardonnet, Le Charbon, Arthaud, 1949, 203 pages. L’auteur cite p. 76 différents gisements de (...)

13Au moment où il entre en fonction, Jean-Marcel Jeanneney estime être animé par deux sources d’inspiration9. Ses enseignements et son ouvrage paru en 1956 l’ont « convaincu de la nécessité d’affirmer l’autorité de l’État, surtout face aux industriels ». Avec l’expérience, Jean-Marcel Jeanneney s’apercevra que cette méfiance n’était pas superflue car « souvent ils mentaient ». Il ne conteste pas non plus être animé par « un certain nationalisme économique mais tout en étant préoccupé par la nécessité d’éviter le maintien de productions absurdes ». C’est ce sentiment qui le conduit d’emblée à réfuter les arguments du géographe Jean Chardonnet auprès de Michel Debré. En effet, sans donner aucune indication particulière au sujet de la politique industrielle qu’il entendrait voir menée, le Premier ministre suggère à son ami de lire l’ouvrage de cet éminent géographe qui évoque la possibilité d’exploiter de petits gisements de houille encore en sommeil. Immédiatement, Jean-Marcel Jeanneney réagit en lui rappelant que depuis Ricardo, les économistes savent qu’il n’est pas nécessaire d’exploiter forcément toutes les richesses, mais uniquement de se concentrer sur celles qui procurent les meilleurs avantages comparatifs10.

14Ami du Premier ministre, le ministre de l’Industrie va bénéficier d’un accès direct auprès de lui, grâce à la liaison interministérielle, sans pour autant en abuser. En vérité, ce « lien particulier » va surtout permettre au ministre de l’Industrie d’éviter les interférences avec le cabinet de Michel Debré. S’agissant de la liaison avec la présidence de la République, il convient de rappeler que l’équipe entourant le général de Gaulle est réduite. Seul un chargé de mission, jeune ingénieur en chef au corps des Mines, Jean Méo, suit les affaires industrielles. Il le fait d’ailleurs souvent d’assez loin et plutôt comme impulseur d’idées nouvelles qu’en empiétant sur les décisions. Le ministre et son directeur de cabinet entretiendront les meilleurs rapports avec lui jusqu’à son départ pour l’Union générale des pétroles en 1960. Il jouera un rôle favorable pour le ministère lors de l’affaire des salaires EDFGDF et sur les questions pétrolières. À Matignon, Michel Debré fait suivre le ministère de l’Industrie par Antoine Dupont-Fauville, inspecteur des finances et ancien collègue de Jean Méo aux Finances et à Matignon en 1958. Ce dernier sera tancé par Jean-Marcel Jeanneney lorsqu’il voudra prendre des initiatives personnelles en recevant des interlocuteurs en lieu et place du ministre de l’Industrie et en leur faisant des promesses. Le lien personnel existant entre le chef du gouvernement et son ministre de l’Industrie rendant inutile tout jeu propre à l’entourage du Premier ministre.

II. LE MINISTÈRE DE L’INDUSTRIE SOUS JEAN-MARCEL JEANNENEY

15Installé au 101 rue de Grenelle, dans l’hôtel de Charolais construit par Lassurance au début du xviiie siècle, le ministre de l’Industrie et son cabinet ne peuvent, parfois, avoir qu’une vision lointaine de la marche quotidienne de l’administration éclatée dans plus d’une dizaine de sites aux quatre coins de la capitale. En 1959, cet éloignement géographique avait permis, au fil du temps, à certaines directions de devenir de véritables baronnies.

A. LES STRUCTURES FONCTIONNELLES

16Le ministre de l’Industrie est de droit président d’un certain nombre de structures consultatives et missionnelles sur lesquelles il peut s’appuyer pour fixer ses orientations. Cependant l’usage veut qu’il ne vienne pas à leurs séances, laissant à un vice-président fonctionnaire le soin d’en diriger les débats. Il s’agit du comité consultatif de l’utilisation de l’énergie habilité « à connaître de toutes les questions techniques ou économiques relatives aux utilisations des différentes ressources d’énergie du pays ainsi que de toutes les questions concernant la coordination de ces utilisations. À cet effet, il peut être consulté sur la politique générale à suivre en matière de production et d’utilisation des différentes ressources d’énergie ainsi qu’en ce qui concerne leurs tarifications respectives ». Vice-présidé en 1959 par Henri Varlet et Jean Couture, le comité ne jouera pas complètement le rôle qu’il aurait pu avoir dans la définition de la nouvelle donne énergétique.

17Jean-Marcel Jeanneney est également président de droit du comité de coordination de la recherche industrielle, dont on ne voit aucune trace dans les activités du ministre, et du conseil général des Mines. Le ministre dispose encore des conseils et avis du conseil supérieur du pétrole, du conseil supérieur du gaz et de l’électricité, du comité technique de l’électricité, du conseil supérieur de l’artisanat.

18Jean-Marcel Jeanneney dispose d’une inspection générale à laquelle sont rattachés le service des questions financières et de l’expansion régionale dirigé par Marcel Parodi, le service des affaires extérieures dirigé par Claude Beaurepaire et le service de la recherche technique de Roger Schwob. L’autorité du ministre s’exerce aussi sur d’autres structures légères comme le commissariat général à la mobilisation industrielle destiné dès le temps de paix à préparer l’industrie à un effort de guerre, le commissariat à la normalisation, le service de la propriété industrielle, l’Institut national de la propriété industrielle ou encore le service des instruments de mesure.

19Il faut mettre à part la direction de l’administration générale (DAG), divisée en une dizaine de services et bureaux, chargée du bon fonctionnement du ministère. Ayant à sa tête Maurice Jullien à l’arrivée du ministre en 1959, elle échoit ensuite à Jacques Rosenfeld, énarque et administrateur civil du ministère des Finances, dont Jean-Marcel Jeanneney appréciera tant l’efficacité qu’il l’appellera de nouveau à une direction similaire lors de la création du ministère des Affaires sociales.

B. LES DIRECTIONS SECTORIELLES

1. La direction des Mines et le service de la sidérurgie.

  • 11 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré à Pierre Racine du 12 novembre 1959.

20De toutes les directions sectorielles, la plus imposante est la direction des Mines (DIM), ne serait-ce que par la tutelle qu’elle exerce sur les Charbonnages de France. Elle est animée par Pierre Alby, ingénieur en chef au corps des Mines. Ses services centraux se subdivisent en deux bureaux et en six services, tandis que ses services extérieurs comprennent un bureau et un service. Elle a également sous son autorité les différentes écoles des mines (Paris, Saint-Étienne, Douai, Alès). Elle supervise les treize arrondissements minéralogiques groupés en six divisions minéralogiques et d’inspection générale et elle a un droit de regard sur les activités du bureau de recherches géologiques, géophysiques et minières. Il est à noter que l’attribution de la présidence du bureau à M. Roland-Pré, fin 1959, une nomination contestée par Jean-Marcel Jeanneney, sera finalement réglée par Michel Debré qui le flanquera de M. Duhameau comme directeur général et de Pierre Laffitte comme directeur général adjoint11.

  • 12 Arch. CHEVS JMJ 88. Albert Denis peut revendiquer ces deux titres car après une année de scolarité (...)
  • 13 Arch. CHEVS JMJ 12. C’est ce que le ministre de l’Industrie explique au sénateur Gustave Alric lors (...)
  • 14 Arch. CHEVS 2 DE 22. Billet de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney, 19 septembre 1960.

21Placé sous l’autorité théorique du directeur des Mines mais indépendant dans les faits, le service de la sidérurgie, qui comprend quatre divisions, est alors dirigé par Albert Denis, ancien normalien et polytechnicien, ingénieur en chef au corps des Mines12. Jean-Marcel Jeanneney aurait désiré pouvoir transformer le service en direction à la fois pour donner davantage de poids à son responsable vis-à-vis des fonctionnaires de la CECA et aussi pour tenir compte de ses qualités personnelles. La nécessité de supprimer un poste d’ingénieur en chef pour obtenir l’aval du ministère des Finances le contraindra à ne pas franchir le pas13. Albert Denis fera part de sa déception à Michel Debré au cours d’une soirée à l’Opéra14. Véritable cœur administratif et historique et « cité-État » au sein du ministère, la direction des Mines va connaître un début de déclin sous le ministère Jeanneney au profit d’une de ses sœurs cadettes.

2. La direction des Carburants.

  • 15 Arch. CHEVS JMJ 88. Témoignages de Jean-Marcel Jeanneney et de Jean Prada.

22Née peu de temps avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la direction des Carburants (DICA) est sise depuis sa création au 85, boulevard du Montparnasse, dans un petit hôtel particulier plutôt inconfortable. Lorsque Jean-Marcel Jeanneney va imposer son transfert dans des locaux neufs et fonctionnels à proximité du ministère, l’ingénieur au corps des Mines Maurice Leblond, son directeur, freinera autant qu’il le pourra le déménagement en jouant sur la corde sentimentale, invoquant le caractère « historique » des locaux de Montparnasse. Rien n’y fera, mais en échange le directeur et ses principaux adjoints se feront aménager de somptueux bureaux financés pour partie par l’Institut français du pétrole, ce qui ne manquera pas d’irriter un gestionnaire comme Ange Carli15. Disposant de huit services spécialisés, la direction exerce en outre un droit de regard sur l’Institut français du pétrole des carburants et lubrifiants (plus connu sous le sigle IFP) et surtout sur deux établissements publics d’apparence anodine mais capitaux pour le devenir de la politique énergétique française puisqu’il s’agit du bureau de recherches de pétrole (BRP) et de la régie autonome des pétroles (RAP).

  • 16 André Nouschi, La France et le pétrole, Paris, Picard, 2001, pp. 134-138.

23Créé par une ordonnance signée par le général de Gaulle le 12 octobre 1945, le BRP « est chargé d’établir un programme national de recherches de pétrole naturel et d’en assurer la mise en œuvre dans l’intérêt exclusif de la nation ».16 Financé par des autorisations de programme votées par le Parlement et figurant dans la loi de finances, le BRP « accorde aux organismes chargés de [l’] exécution [du programme] les moyens financiers nécessaires et fixe dans chaque cas les conditions financières auxquelles l’attribution de ces moyens est subordonnée ». Présidé par le directeur des Carburants partant Jean Blancard, et dirigé effectivement par Yves Delavesne, tous deux ingénieurs au corps des Mines, le BRP est la « maison » de Pierre Guillaumat qui en fut le premier maître d’œuvre. Le BRP dispose de filiales dont la plus importante est la Société nationale des pétroles d’Aquitaine, la SNPA, qui exploite le gisement de gaz de Lacq, il a grandement contribué aux découvertes sahariennes de 1956.

24À ses côtés, mais en position rivale, la RAP, dont la création remonte à l’avant-guerre, est présidée par Paul Moch et administrée par André Martin, également ingénieurs au corps des Mines. Établissement public industriel et commercial, la RAP est « l’inventeur » du gisement de gaz de Saint-Marcet découvert à l’été 1939. Elle a pour objet « la recherche et l’exploitation des gisements d’hydrocarbures liquides ou gazeux, dans les périmètres… qui lui seront attribués ». Après s’être cantonnée au Sud-Ouest durant la période du régime de Vichy, la RAP a pris pied en Afrique du Nord et a participé aux découvertes sahariennes. En croissance exponentielle depuis une quinzaine d’années lors de l’arrivée de Jean-Marcel Jeanneney rue de Grenelle, l’influence de la DICA va être consacrée durant le ministère.

3. La direction du Gaz et de l’Électricité et le service du gaz.

25La troisième direction « énergétique », celle du gaz et de l’électricité (DGE), est également une très importante administration centrale puisqu’elle a la tutelle d’Électricité et de Gaz de France. Entre 1952 et 1964, donc durant tout le ministère de Jean-Marcel Jeanneney, elle relèvera de l’autorité de Louis Saulgeot, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées qui assurera ainsi une continuité administrative exceptionnelle. Ne comprenant que deux bureaux au sein de son administration centrale, elle dispose de ses propres inspections générales et régionales et s’appuie sur les relais constitués par ses services extérieurs, par le service technique de l’énergie électrique et des grands barrages et les six circonscriptions régionales électriques. Bien que hiérarchiquement rattaché au directeur, le service du gaz, administré par les ingénieurs des Mines Édouard Rerolle puis Bernard Rauline, est à peu près indépendant.

4. La direction des Industries chimiques.

  • 17 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney à Michel Debré du 19 février 1960.

26Première direction non énergétique de l’organigramme, la direction des Industries chimiques (DIC) ne fera pas l’objet d’un intérêt soutenu de la part de Jean-Marcel Jeanneney. Cette dernière ne comporte qu’une armature administrative assez faible avec une sous-direction administrative, sept services techniques et le laboratoire des expertises chimiques. Le premier ministre de l’Industrie de la Ve République se contentera de marquer son empreinte en acceptant d’emblée la démission de son directeur Jean Echard, ingénieur en chef du corps des Mines, qui se sentira, à tort, visé par un arrêté du ministre. Dépeint par ses anciens collègues comme un caractère un peu « soupe au lait », il semble que Jean Echard se soit emporté et ait très vite voulu revenir sur sa lettre de démission dans laquelle il exposait au ministre qu’il estimait être dépositaire d’un pouvoir et non d’une simple autorité. Cette revendication, sans doute mal formulée, et cette réaction épidermique conduisent Jean-Marcel Jeanneney à se séparer d’un collaborateur dans lequel il n’aurait plus eu confiance. En désignant Pierre Rougé, ingénieur général du corps des Poudres, pour succéder à Jean Echard, Jean-Marcel Jeanneney attise la concurrence entre grands corps, les ingénieurs du corps des Mines étant furieux de se voir ravir un bastion remporté de haute lutte. Il ne fait aucun doute qu’en prenant cette décision, le ministre a saisi l’occasion de limiter l’impérialisme du corps traditionnellement choisi parles premiers élèves de l’École polytechnique. Toutefois, Jean-Marcel Jeanneney semble avoir eu l’intention de redonner satisfaction aux « mineurs » assez rapidement car début 1960, à l’occasion d’un aparté avec Michel Debré à l’Opéra à l’occasion de la visite officielle du président péruvien, les deux hommes évoquent la désignation d’Albert Denis comme nouveau directeur des Industries chimiques. La nomination n’aura pas lieu mais dans une lettre adressée à ce sujet au Premier ministre quelque temps plus tard, Jean-Marcel Jeanneney évoque en des termes louangeurs le chef du service de la sidérurgie17.

5. La direction des Industries diverses et textiles.

27Pour sa part, la direction des Industries diverses et textiles (DIDT) ne connaîtra pas ces remous et Jean-Marcel Jeanneney s’en occupera assez peu. Depuis la Libération, son directeur n’est autre que le grand résistant Jean-Pierre Lévy, intégré dans le corps de l’inspection générale de l’industrie. Compte tenu de son passé prestigieux et de sa qualité de Compagnon de la Libération, le directeur bénéficie d’un statut hors norme qui l’a constamment mis à l’abri des vicissitudes politiques. Subdivisée en deux services des affaires générales et des affaires extérieures, la direction comprend aussi une sous-direction des textiles et cinq divisions spécialisées (industries du cuir et des pelleteries, industries alimentaires, bois, papier, industries diverses).

6. La direction des Industries mécaniques et électriques.

28La dernière direction du ministère de l’Industrie est celle des Industries mécaniques et électriques confiée à René Lescop. À côté d’une sous-direction économique, sept services (métaux non ferreux, première transformation de l’acier, grosse et moyenne mécanique, mécanique de précision, machinisme agricole, automobile-cycles-matériel ferroviaire, constructions électriques) se partagent les champs de compétence de cette administration auxquels Jean-Marcel Jeanneney touchera assez peu.

7. La direction du Commerce intérieur et le service de l’artisanat.

29Jusqu’à son rattachement au ministère des Finances, en octobre 1959, le secrétariat d’État au Commerce dépend du ministre de l’Industrie. Ce portefeuille est alors confié à Jospeh Fontanet, jeune député MRP, qui inaugure une longue carrière politique et ministérielle qui se terminera tragiquement une vingtaine d’années plus tard. Bien que n’éprouvant aucune acrimonie particulière à l’encontre de son jeune collègue, auquel il reproche toutefois un cabinet trop nombreux et des attitudes trop « politiciennes », estimant être suffisamment accaparé par les questions industrielles, Jean-Marcel Jeanneney obtient de Michel Debré qu’il le décharge du Commerce en 1960. Ce rattachement temporaire du Commerce intérieur a, au moins, permis à Jean-Marcel Jeanneney d’apprécier l’efficacité d’Émile Arrighi de Casanova, le directeur du Commerce intérieur. Celui-ci administre huit bureaux répartis dans trois sous-directions. Lors du rattachement de la direction du Commerce intérieur au ministère de l’Économie, Jean-Marcel Jeanneney décide de ne pas se séparer de ce précieux collaborateur et lui confie la nouvelle direction de l’Expansion industrielle.

  • 18 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 19 mai 1959. Billet de Miche (...)
  • 19 Ces établissements sont plus connus sous leurs sigles : HEC, CPA, ESCP, HEC JF, ESCAE.

30C’est également au titre de ministre du Commerce que Jean-Marcel Jeanneney assure la tutelle du comité français des expositions. À son arrivée, il traite la liquidation de la section française à l’Exposition universelle de Bruxelles de 1958 dont la présidence est assurée par Pierre de Gaulle jusqu’à son décès subit. À deux reprises, Michel Debré demande à son ministre d’étudier la possibilité d’organiser de nouvelles grandes manifestations internationales en France. En mai 1959, le Premier ministre réclame une note sur « la réalisation progressive d’une très grande foire industrielle à Paris » sur le modèle de la foire de Hambourg. En septembre 1959, le chef du gouvernement demande à Pierre Racine d’évoquer avec Jean-Marcel Jeanneney la date possible pour une Exposition universelle à Paris en envisageant de la déconcentrer partiellement à Orléans18. Surtout, Jean-Marcel Jeanneney exerce la tutelle sur les chambres de commerce et les écoles techniques qui en dépendent (Hautes études commerciales, Centre de perfectionnement aux affaires, École supérieure de commerce de Paris, Hautes Études commerciales pour jeunes filles, les Écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises...)19. Le ministre de l’Industrie conservera la tutelle sur ces établissements après le rattachement de Jospeh Fontanet au ministère des Finances.

31De même, Jean-Marcel Jeanneney tiendra à conserver sous son autorité le monde artisanal à travers le service de l’artisanat dirigé par l’administrateur civil Émile Cazalis, bien que ce service ait été antérieurement rattaché à la direction du Commerce intérieur.

8. La direction de l’Expansion industrielle.

  • 20 20. Arch. CHEVS JMJ 4.

32En revanche, le rattachement de la direction du Commerce intérieur à la Rue de Rivoli va permettre à Jean-Marcel Jeanneney de transformer le service des questions financières et de l’expansion régionale en une direction nouvelle, qu’il dénomme direction de l’Expansion industrielle et qu’il confie à Émile Arrighi de Casanova. Ce choix ne va pas être bien accepté au sein du ministère car le nouveau directeur n’appartient pas à un corps de la fonction publique et l’inspecteur Marcel Parodi, qui dirigeait le service depuis sa création, accepte mal de ne pas être nommé à la tête de la direction par Jean-Marcel Jeanneney. Proche parent d’Alexandre Parodi, il tente de faire fléchir le ministre par le biais d’interventions auprès du général de Gaulle et de Michel Debré mais sans résultat. Jean-Marcel Jeanneney va également refuser de le nommer inspecteur général en guise de « lot de consolation » en dépit d’une « amicale pression » du professeur Robert Debré20. Le ministre reconnaît n’avoir eu aucun grief particulier à l’encontre de ce haut fonctionnaire qui poursuivra par la suite une belle carrière au ministère de l’Industrie, mais il a fait un choix entre deux hommes. Toujours est-il que cette nouvelle direction porte l’empreinte de Jean-Marcel Jeanneney. Elle solennise sa volonté de doter l’État d’un véritable outil permettant d’insuffler une nouvelle dimension industrielle au pays. C’est d’elle que vont dépendre les chambres de commerce et d’industrie, c’est elle qui supervise les établissements classés, qui étudie les demandes d’investissements étrangers et qui supervise le Centre interministériel d’information pour les opérations d’adaptation et de décentralisation industrielle.

III. JEAN-MARCEL JEANNENEY ET LE MICROCOSME

  • 21 Arch. CHEVS JMJ 4.
  • 22 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, Paris, éd. Michalon, 1999, p. 180. C’est au Cons (...)

33Tout au long des quarante mois que durera le gouvernement Debré, le nom de Jean-Marcel Jeanneney est peu associé à l’actualité politicienne. Ses agendas prouvent qu’il ne participe qu’aux mondanités obligées et aux témoignages de ce qu’on nommerait aujourd’hui la « convivialité gouvernementale ». C’est ainsi qu’au début 1960 il participe à une collecte organisée par Robert Buron en vue de l’acquisition d’une pendule du xviiie siècle destinée à Michel Debré. À quelques jours de la fin du gouvernement, Pierre Sudreau remerciera également le ministre de l’Industrie pour sa contribution au cadeau d’adieu du Premier ministre21. N’étant pas parlementaire, ni élu local, ni membre de l’UNR, le ministre de l’Industrie ne désire pas se mêler d’autres affaires que des dossiers dont il a la charge. La seule exception notoire à cette règle de silence qu’il s’est imposée est l’affaire scolaire de décembre 1959 durant laquelle il ne cache pas son soutien à André Boulloche, du moins tant que celui-ci ne s’enferme pas dans un refus obstiné de toute révision de la loi Barangé sur l’enseignement libre22.

  • 23 Arch. CHEVS JMJ 14, Aux Écoutes de la France, 6 mai 1960.
  • 24 Arch. CHEVS JMJ 24. L’Aurore, 8 novembre 1960.
  • 25 Arch. CHEVS JMJ 24. La Quotidienne, 9 novembre 1960.
  • 26 Arch. CHEVS JMJ 25. Libération, 1er février 1961.
  • 27 Arch. CHEVS JMJ 25. L’Index de la presse française, 5 mai 1961.
  • 28 Arch. CHEVS JMJ 26. Le Télégramme économique, 2 août 1961.
  • 29 Arch. CHEVS JMJ 27. Aux Écoutes de la France, 19 janvier 1962.
  • 30 Arch. CHEVS JMJ 27. Juvénal, 6 avril 1962 et 13 avril 1962, Revue quotidienne de la presse, 5 avril (...)

34C’est parce qu’il a un peu le rôle de « premier de la classe », toujours sérieux, que certains commentateurs lui voient, à intervalle régulier, un avenir politique brillant. Alors qu’il est l’ami d’un Premier ministre qui n’est guère apprécié des publicistes, ces derniers en profitent pour tenter d’instiller le doute entre les deux hommes et dans l’opinion en affirmant que le simple ministre pourrait bien devenir le prochain chef du gouvernement. Ce genre d’allégation est d’autant moins gratuite qu’elle est répandue par des feuilles classées à droite, comme Aux Écoutes de la France23, L’Aurore24ou La Quotidienne25. Il est vrai qu’au printemps ou à l’automne 1960, aux moments où circule cette rumeur, le ministre de l’Industrie paraît le grand vainqueur de la bataille menée contre Antoine Pinay fin 1959 alors que Michel Debré apparaît déjà usé. Jean-Marcel Jeanneney prend tout de même soin d’étouffer dans l’œuf toute crainte chez le Premier ministre en lui confiant qu’il refuserait tout net une telle offre si elle lui était proposée. En revanche, il est exact que Jean-Marcel Jeanneney a refusé de devenir ministre de l’Éducation nationale comme le confie Libération en février 196126. De même, la rumeur d’un possible passage du ministre de l’Industrie à la chancellerie, véhiculée en mai 1961 par L’Index de la presse quotidienne, ne repose sur aucun fondement sérieux27 ni celle de sa nomination à la place de Wilfrid Baumgartner annoncée en août par François Bruel, d’ordinaire bien informé28. Seule la très conservatrice feuille Aux Écoutes de la France, qui n’apprécie pas l’action du ministre de l’Industrie depuis 1959, comprend que le conflit de Decazeville peut lui coûter son maintien au gouvernement29. Mais il s’agit là moins d’une rumeur que d’une analyse, somme toute fondée. À l’approche d’un changement de gouvernement que tout le monde pressent, il est de mauvais augure de se faire remarquer par une grève longue et médiatique, quelles que puissent en être les raisons. Au moment de la fin du gouvernement Debré, deux bulletins confidentiels dont Juvénal, situé à droite, prédisent à Jean-Marcel Jeanneney une adhésion au Rassemblement démocratique de Maurice Faure et une investiture en Haute-Saône contre l’indépendant Pierre Vitter30. Ce scénario démontre que Jean-Marcel Jeanneney continue à être assimilé à un homme du centre-gauche, presque en dehors de la majorité, car la formation du député de Cahors est dans l’opposition. Cette menace d’une candidature Jeanneney en Haute-Saône n’empêchera pas Pierre Vitter de voter la censure contre le gouvernement Pompidou en octobre 1962, mais l’ancien ministre devenu ambassadeur en Algérie sera dissuadé de se présenter dans l’ancien fief électoral de son père par le général de Gaulle.

IV. « MONSIEUR LE MINISTRE… »

A. « LES SOLLICITEURS D’ANTICHAMBRES MINISTÉRIELLES » (COURTELINE)

35L’étude du courrier du ministre de l’Industrie permet de mettre en lumière certains traits de son caractère et ses réactions vis-à-vis des innombrables sollicitations auxquelles ses interlocuteurs l’amènent à se prononcer.

  • 31 Arch. CHEVS JMJ 4. Carte du 17 décembre 1960.

36Le cas des interventions en faveur de l’attribution de décorations donne lieu, parfois, à des différends singuliers. Un exemple typique est celui de l’échange épistolaire entre le ministre et Jacques Raphaël-Leygues, député UDR du Lot-et-Garonne, au sujet de l’attribution d’une croix de commandeur du Mérite industriel et commercial pour un industriel de sa circonscription. Le 2 novembre 1960, Jean-Marcel Jeanneney répond au député du Sud-Ouest qui l’a sollicité. Le ministre de l’Industrie explique qu’il ne peut accéder à la requête du parlementaire car le bénéficiaire s’est déjà vu décerner le grade d’officier dans l’Ordre alors que son établissement est plus artisanal qu’industriel. L’élévation au grade de commandeur ne peut être attribuée qu’à d’anciens présidents de chambres de commerce ou à des directeurs généraux de sociétés à vocation nationale compte tenu du contingent annuel de vingt-cinq promus à ce grade. Jean-Marcel Jeanneney conclut : « Le sentiment que j’ai ainsi à l’heure actuelle que la distinction proposée serait tout à fait disproportionnée avec les mérites du candidat peut tenir à ce que je suis insuffisamment informé » et il invite le député à lui transmettre toutes informations utiles complémentaires. En dépit de la fermeté du fond de la lettre, rien de blessant ne transparaît des propos du ministre qui, en aucun cas, n’accuse pas Jacques Raphaël-Leygues d’avoir voulu lui imposer un candidat indigne. Ce n’est pas cette lecture de la lettre que fait l’intéressé. Dès le 6 novembre, il la renvoie à Jean-Marcel Jeanneney accompagnée d’un message de consternation : « Vous sentez bien qu’il serait indigne de vous comme de moi d’accepter la lettre que vous m’adressez ». Jean-Marcel Jeanneney répond dès le 7 novembre pour expliquer au député qu’il s’est « mépris sur les raisons de cette lettre », que s’il a refusé d’accéder à son désir, « il eut été facile d’user de silence ou de promesses dilatoires ». Il explique enfin qu’« il y a des disciplines que je m’impose, même pour des choses qui peuvent paraître d’importance seconde ». Jacques Raphaël-Leygues semble avoir finalement bien pris cette lettre car quelques semaines plus tard, il adresse au ministre de l’Industrie une carte postale depuis Dakar pour lui rappeler son bon souvenir31.

  • 32 Arch. CHEVS JMJ 4.

37Un second exemple laisse, également, transparaître le caractère « vital » que les décorations revêtent aux yeux de certaines notabilités. C’est ainsi que le 21 mars 1960, le ministre déboute le docteur Guy Ébrard, député des Basses-Pyrénées, pour son intervention en vue de l’attribution du grade d’officier de la Légion d’honneur à Robert Catherine qui aurait éprouvé de l’amertume à ne pas l’être. Le ton de Jean-Marcel Jeanneney est cinglant. Il remarque que l’intéressé avait déjà été fait chevalier en 1953 à titre exceptionnel et que les justifications à cette nomination « consistaient essentiellement en l’appartenance à plusieurs cabinets ministériels sans que d’ailleurs il en ait jamais été directeur ».32

38D’une façon générale, Jean-Marcel Jeanneney se montre très vigilant à ne pas se laisser piéger par des solliciteurs qu’il ne connaît pas ou dont il estime que les intérêts sont incompatibles avec le prestige qui sied à la fonction ministérielle ou encore étrangers à l’intérêt de l’État. Parmi d’innombrables cas, les archives du secrétariat du ministre apprennent qu’en mai 1959, il refuse de préfacer un ouvrage sur les Alpes destiné à la politique de communication d’une firme de la région rhodanienne. Il adopte la même attitude lorsqu’un de ses anciens camarades du lycée Buffon lui demande d’intervenir auprès de la préfecture de police de Paris afin qu’il obtienne une autorisation d’ouverture de nuit pour un établissement dansant. A priori, cette connaissance d’adolescence ne présente guère de risque puisqu’il se présente comme ancien aviateur, officier de la Légion d’honneur et croix de guerre 1939-1945, mais Jean-Marcel Jeanneney n’a aucune raison de s’immiscer dans un dossier ayant un objet aussi éloigné de sa fonction et, pourrait-on ajouter, « décalé » par rapport à sa personnalité. A contrario, Jean-Marcel Jeanneney se montre favorable à l’octroi d’un crédit revolving à une PMI dont il ne connaît pas les dirigeants mais qui travaille pour le commissariat à l’énergie atomique et le centre d’expérimentation nucléaire du Sahara à Reggane.

39Partisan de la « méritocratie » des concours et de l’élitisme républicain, Jean-Marcel Jeanneney rejette en bloc le favoritisme que lui suggèrent certains. Deux cas peuvent particulièrement être mis en exergue. Il s’agit, tout d’abord d’une démarche émanant du ministre des Anciens Combattants, Raymond Triboulet, qui, dans une lettre du 7 mai 1960, demande à son collègue de l’Industrie de le tenir au courant des résultats au concours d’HEC d’un fils d’une famille « particulièrement intéressante » qu’il connaît. Jean-Marcel Jeanneney annote en marge qu’il a personnellement indiqué au ministre qu’il était « hostile aux recommandations déguisées ». Un second exemple de refus catégorique d’intervention est fourni par une lettre du 27 février 1962 écrite par Claude Labbé, député UNR de Seine-et-Oise, qui recommande une protégée pour un concours administratif. Jean-Marcel Jeanneney mentionne en marge : « Ne pas répondre. »

40Deux lettres conservées par le ministre prouvent à quel point la presse mérite bien, parfois, son surnom de « quatrième pouvoir » et que la puissance des journalistes et des directeurs de journaux constitue une menace directe pour le pouvoir politique qui peut être tenté de céder à leurs objurgations. Le 31 mars 1960, Jean-Marcel Jeanneney prend la peine d’écrire à J. Rozner, rédacteur en chef des Échos, pour lever un malentendu qui a conduit le responsable du puissant quotidien des milieux d’affaires à estimer qu’une rencontre avec Bernard Guitton avant une audience du ministre était une sorte de filtre. Le second cas est d’une autre importance car il dévoile une tentative de chantage à l’opinion qui paraît inconcevable avec le fonctionnement sain d’une démocratie. Le 24 mai 1961, Paul Hutin-Desgrées, directeur général d’Ouest-France, écrit une véritable lettre de menace au ministre de l’Industrie. Il reproche la levée de l’immunité parlementaire votée à l’encontre du député Lauriol. Selon lui, l’impopularité croissante du gouvernement, un manque de psychologie, l’ont contraint à « modifier sensiblement la ligne de conduite d’Ouest-France ». Il n’hésiterait pas « à donner un nouveau coup de barre à droite si de pareils errements devaient se prolonger. » Et il conclut : « Vous n’ignorez pas, monsieur le ministre, la puissance politique de notre journal dans la région de l’Ouest, puissance qui peut influer d’une façon sensible sur l’orientation des voix d’un million d’électeurs environ. » Il s’agit là d’un témoignage rare de pression sur le pouvoir politique. Ce geste prouve que ce genre de pratique était monnaie courante sous la IVe République.

41Sur un registre plus anecdotique, et toujours au sujet des relations entretenues entre Jean-Marcel Jeanneney et la presse, on peut s’amuser d’un petit mot du 16 mai 1961 expliquant que « madame Jeanneney ne renouvellera pas son abonnement à L’Express ayant désapprouvé le ton odieux de l’article de M. Servan-Schreiber dans le numéro du 13 avril 1961 ». Signe prémonitoire que la capacité d’entente entre la famille Jeanneney et le futur dirigeant du mouvement des Réformateurs n’était déjà guère développée !

B. LES LETTRES ANONYMES

  • 33 Origine et date (poste) : Valence, (Drôme), 8/2/62, Paris 12e, 15/6/61, Paris 18e, 17/8/60, Paris 1(...)

42Onze lettres d’injures ou de menaces peuvent être recensées pour les quarante mois de présence au ministère de l’Industrie33. Neuf d’entre elles ont été rédigées entre février et octobre 1960, c’est-à-dire au moment où la presse se déchaîne contre le projet de création de l’UGP, dans la foulée du départ d’Antoine Pinay du ministère des Finances. Leur thématique est redondante : le ministre de l’Industrie est jugé responsable du prix de l’essence, de la spéculation sur le sucre, d’être un courtisan du général qui ne pense qu’à se faire payer des voyages, d’être responsable d’une hausse du coût de la vie de 30 % en deux ans, de la suppression de la rentrée au 15 septembre qui empêche les plus pauvres de partir en vacances ! Un illuminé signant « Tous les Dupont, Durand, Dubois de France » écrira même à deux reprises en menaçant : « Jeanneney, si tu continues dans cette folie des pétroles nous dévoilerons tout ce que tu sais ! Donc machine arrière et en vitesse ! Avertis qui tu sais à la présidence, sinon il y aura de la casse ! »

43Le problème principal qui vaut à Jean-Marcel Jeanneney d’être pris à partie est celui de la chute de la valeur des REP, émises pour une durée longue, sans la garantie de l’État et qui se retrouvent inférieures à leur valeur nominale. Un épargnant écrit : « Depuis plus de cinq mois les valeurs pétrolières françaises s’écroulent. Vous rendez-vous compte, monsieur le ministre, des pertes subies par l’épargne française, par ceux qui ont fourni les capitaux nécessaires pour le départ des pétroles du Sahara ? » Un autre épargnant grenoblois écrit : « Je tiens à vous faire savoir que c’est vous qui avez ruiné les porteurs de pétrole qui avaient les premiers aidé les sociétés à trouver ce pétrole. » Il signe « Vive Pinay ! » Un autre épargnant se plaint encore d’avoir perdu une partie de son capital en plaçant 1 000 nouveaux francs sur les pétroles d’Aquitaine. Il estime avoir été d’autant plus trompé que le courtier de la banque lui avait dit que la valeur était garantie par l’État et par le général. Un Haut-Saônois en veut au ministre pour l’augmentation du prix du fuel, le maintien de la vignette et ose signer : « Vous et les Mendès et autres S… de votre sorte, pourrez bien avoir droit au crématoire ! »

C. LE TRAITEMENT STATISTIQUE DU COURRIER

  • 34 Arch. CHEVS JMJ 4 - 10. Il s’agit exclusivement des peluriers du ministre et non de ceux de Raymond (...)

44Jamais, semble-t-il, aucune étude fouillée n’a été entreprise sur le courrier reçu par un ministre sous la Ve République. Pourtant, seul le dépouillement exhaustif des peluriers permet de vraiment comprendre le fonctionnement du cabinet et l’extrême diversité – voire l’exotisme – des thèmes rencontrés. En quarante mois de présence au ministère de l’Industrie, le secrétariat particulier de Jean-Marcel Jeanneney, dirigé par Pierre Voitellier et administré par Florence Gambard-Délignières, va traiter près de 10 000 lettres34.

  • 35 Les bases de données figurent dans les archives déposées à la FNSP.

45Les occurences entrées dans les bases de données confectionnées à partir des peluriers du ministre permettent de connaître la répartition entre le courrier parlementaire et la correspondance générale, la moyenne mensuelle de courrier reçu, les thèmes abordés, les origines des correspondants. Toutes sortes de renseignements peuvent être croisés par le recours au traitement des données35.

46Le premier enseignement concerne la répartition des types de correspondants. Pour les deux tiers des courriers, le cabinet traite avec des non-parlementaires. Son activité est ainsi nettement dominée par des lettres émanant de responsables industriels à des titres très divers ou bien à des particuliers.

Répartition des lettres par type de correspondants (1959-1962)

Répartition des lettres par type de correspondants (1959-1962)

47Le volume de travail du cabinet dépend bien évidemment de la quantité de courrier reçu. Cette quantité s’accroît de près d’un tiers entre 1959 et 1962, ce qui est loin d’être négligeable, mais elle ne semble pas avoir créé de dysfonctionnements dans le traitement et le suivi des affaires même si l’effectif en secrétaires et conseillers est demeuré stable. Cette augmentation du courrier peut s’expliquer en partie par la notoriété croissante de Jean-Marcel Jeanneney. On remarque que l’année 1961 connaît un léger répit (– 7 % par rapport à 1960) sans qu’une ou plusieurs causes facilement identifiables puissent être mises en avant.

Moyenne mensuelle de lettres parvenues au cabinet

Moyenne mensuelle de lettres parvenues au cabinet

48La typologie des motifs d’interventions présente de notables différences entre non-parlementaires et parlementaires. Ces derniers sollicitent plus particulièrement le cabinet pour les demandes de financement et les affaires dépendant des directions ou services (35,24 % des courriers des députés et 35,78 % pour les sénateurs). S’agissant des interventions en faveur de personnes, les sénateurs sont les moins bons relayeurs des intérêts particuliers avec seulement 33,77 % de leur courrier exprimant des souhaits en ce sens. La proportion demeure voisine chez les non-parlementaires avec 35,46 %, tandis que les députés, naturellement redevables à leurs électeurs, consacrent 44,43 % de leurs lettres au cabinet pour défendre les intérêts de personnes. Les types les plus courants d’interventions en faveur de personnes visent l’obtention de cartes d’artisan, de commerçant étranger et l’obtention de décorations ou de promotions dans les entreprises publiques. Il ne s’agit qu’exceptionnellement de problèmes sociaux graves.

49La carte de la répartition du courrier parlementaire par quintile est pleine d’enseignements. Il faut d’abord évoquer le cas du département de la Seine qui concentre près du tiers du courrier reçu par le cabinet. La centralisation parisienne trouve là toute sa traduction. Les sièges sociaux des entreprises, des syndicats et chambres professionnelles sont avant tout localisés dans la capitale ou sa proche couronne. Les deuxième et troisième départements s’étant adressés au ministre de l’Industrie sont la Haute-Saône et le Nord. On voit là la traduction de l’influence locale du ministre dans l’ancien fief de son père, même si Jean-Marcel Jeanneney ne donne aucun signe d’un ancrage politique dans le département durant les années 1959-1962. Le troisième rang du Nord n’est guère surprenant en cette période de conversion charbonnière et de profonde transformation du tissu industriel.

50Si on trace la traditionnelle diagonale de l’industrialisation française reliant Le Havre à Marseille et opposant une France peu industrialisée de l’Ouest à celle de la révolution industrielle de l’Est, le volume du courrier permet de dresser une cartographie épousant assez fidèlement ces contours bien connus. C’est ainsi que des départements de tradition industrielle tels la Seine-Maritime, la Seine-et-Oise, le Puy-de-Dôme, le Rhône, voire les Bouches-du-Rhône se détachent, suivis de départements picards (Somme, Aisne), lorrains, alsacien, franc-comtois. Dans cette catégorie, il faut évoquer le cas particulier de l’Isère où l’équation personnelle de Jean-Marcel Jeanneney se double du développement de l’économie alpine à laquelle le ministre s’est intéressé lorsqu’il résidait à Grenoble. Les départements comprenant un bassin houiller sont, aussi, représentés au-dessus de la moyenne (Pas-de-Calais, Loire, Moselle, Gard, Hérault, Tarn). Étrangement, le grand conflit du bassin aveyronnais ne génère pas un flux de courrier faisant ressortir particulièrement ce département. L’impulsion en matière de décentralisation industrielle se marque, quant à elle, nettement plus dans le volume du courrier traité. L’ouest de la France comprend, certes, bon nombre de départements générant très peu de courriers (Basse-Normandie, Pays-de-Loire, Centre, Poitou-Charentes, Limousin). Dans ce vaste ensemble, la politique volontariste de Michel Debré en Bretagne et en Loire-Inférieure génère un volume de sollicitations assez conséquent pour le cabinet. Même constat en Aquitaine pour la Gironde, les Landes, les Basses-Pyrénées. En Midi-Pyrénées, la Haute-Garonne s’intègre aussi dans la dynamique des recours au cabinet du ministre de l’Industrie. Il existe enfin quelques étrangetés que la cartographie permet de révéler. C’est ainsi que les parlementaires de la Corrèze, du Var ou des Alpes-Maritimes sollicitent plus fréquemment que leur poids industriel ne le laisserait paraître le cabinet du ministre de l’Industrie.

Ventilation par quintile du courrier parlementaire (députés, sénateurs) reçu par le cabinet du ministre de l’Industrie (1959-avril 1962)

Ventilation par quintile du courrier parlementaire (députés, sénateurs) reçu par le cabinet du ministre de l’Industrie (1959-avril 1962)

51Parmi les motifs fréquents d’interventions pour des personnes, l’attribution des décorations tient une place significative et symboliquement importante. L’analyse des répartitions professionnelle et géographique de l’attribution du Mérite artisanal et du Mérite commercial permet de tirer quelques remarques intéressantes sur le fonctionnement de la République gaullienne dans ses premières années. Un constat d’évidence s’impose, le nouveau régime ne pratique pas de politique clientéliste puisque aucun département proche du général de Gaulle (Nord, Haute-Marne), de Michel Debré (Indre-et-Loire) ou de Jean-Marcel Jeanneney (Haute-Saône, Isère) n’est favorisé. Pour le Mérite artisanal, Paris n’est que légèrement surreprésenté avec 10,5 % des contingents de janvier 1959 - avril 1962. En province, les départements comptant le plus grand nombre de médaillés sont surtout concentrés dans la France industrielle du Nord et de l’Est (Normandie, Picardie, Nord – Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace). Dans le Centre, le Cher se détache tout particulièrement pour des raisons difficiles à expliquer autrement que par la qualité des artisans berrichons. La cartographie révèle que les artisans distingués le sont souvent dans des départements coupés par un des grands fleuves français (Loire, Seine, Rhin, Saône, Rhône, Garonne), témoignage d’une tradition artisanale fort ancienne. Les artisanats du littoral et de montagne paraissent sous-récompensés.

52En revanche, la concentration du pouvoir économique en région parisienne se traduit pour les récipiendaires du Mérite commercial qui raflent 36,5 % des contingents pour la Seine.

53En province, la Seine-Maritime et le Rhône, tous deux puissamment industrialisés s’adjugent les plus gros contingents de médaillés et on observe qu’aucun département situé à l’ouest d’une ligne Cherbourg-Marseille ne figure parmi les plus nantis en personnalités décorées du Mérite commercial, ce qui caractérise bien la ligne de partage entre France sous-industrialisée et France industrielle. Là encore, on n’observe aucun favoritisme dans les attributions de la part de Jean-Marcel Jeanneney, aucun décoré n’étant présent dans les départements de Franche-Comté.

Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite artisanal (1959-avril 1962)

Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite artisanal (1959-avril 1962)

Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite commercial (1959-avril 1962)

Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite commercial (1959-avril 1962)

Notes

1 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Raymond Barre du 24 avril 1996.

2 Jean-Marcel Jeanneney ajoute que ce jeune homme sera poursuivi ultérieurement pour intelligence au profit d’une puissance étrangère.

3 Arch. CHEVS JMJ 4.

4 Arch. CHEVS JMJ 4.

5 Arch. CHEVS JMJ 20. Le voyage du général de Gaulle en Isère se déroule les 6 et 7 octobre 1960.

6 En 1959, le général de Gaulle avait déjà félicité son ministre de l’Industrie pour l’étendue de la culture générale de son fils Jean-Noël qui remportait toutes les épreuves d’un jeu télévisé qu’il suivait le soir avant de passer à table.

7 Lancement du France, 12 mai 1960, inauguration du France, 11 janvier 1962.

8 Arch. CHEVS JMJ 24. Dossier de presse, 28 mai 1960.

9 Arch. CHEVS JMJ 88. Entretien avec Jean-Marcel Jeanneney du 2 mars 1992.

10 Jean Chardonnet, Le Charbon, Arthaud, 1949, 203 pages. L’auteur cite p. 76 différents gisements de réserve : Littry, Laval, Chalonnes, Vouvant, Chantonnay, dans le Massif armoricovendéen, Saint-Éloi, Champagnac, Decazeville, Le Creusot, Saint-Étienne, Bességes, La Grand-Combe, Carmaux dans le Massif central, Ronchamp et Sainte-Marie-aux-Mines dans les Vosges. Il craint que l’approvisionnement national ne puisse être garanti si la France continue de se reposer sur ses importateurs traditionnels et il insiste sur la lourdeur des frais de transport.

11 Arch. CHEVS 2 DE 22. Note de Michel Debré à Pierre Racine du 12 novembre 1959.

12 Arch. CHEVS JMJ 88. Albert Denis peut revendiquer ces deux titres car après une année de scolarité rue d’Ulm, il décide de repasser le concours de l’X ayant jugé que l’ENS n’offrait pas de débouchés en rapport avec ses goûts.

13 Arch. CHEVS JMJ 12. C’est ce que le ministre de l’Industrie explique au sénateur Gustave Alric lors de son audition par la commission des finances du Sénat le 18 octobre 1961.

14 Arch. CHEVS 2 DE 22. Billet de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney, 19 septembre 1960.

15 Arch. CHEVS JMJ 88. Témoignages de Jean-Marcel Jeanneney et de Jean Prada.

16 André Nouschi, La France et le pétrole, Paris, Picard, 2001, pp. 134-138.

17 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney à Michel Debré du 19 février 1960.

18 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Michel Debré à Jean-Marcel Jeanneney du 19 mai 1959. Billet de Michel Debré à Pierre Racine du 7 septembre 1959.

19 Ces établissements sont plus connus sous leurs sigles : HEC, CPA, ESCP, HEC JF, ESCAE.

20 20. Arch. CHEVS JMJ 4.

21 Arch. CHEVS JMJ 4.

22 Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, Paris, éd. Michalon, 1999, p. 180. C’est au Conseil des ministres du 8 décembre 1959 que Jean-Marcel Jeanneney défend le plus ardemment la position des « laïcs » avec le ministre de l’Éducation nationale.

23 Arch. CHEVS JMJ 14, Aux Écoutes de la France, 6 mai 1960.

24 Arch. CHEVS JMJ 24. L’Aurore, 8 novembre 1960.

25 Arch. CHEVS JMJ 24. La Quotidienne, 9 novembre 1960.

26 Arch. CHEVS JMJ 25. Libération, 1er février 1961.

27 Arch. CHEVS JMJ 25. L’Index de la presse française, 5 mai 1961.

28 Arch. CHEVS JMJ 26. Le Télégramme économique, 2 août 1961.

29 Arch. CHEVS JMJ 27. Aux Écoutes de la France, 19 janvier 1962.

30 Arch. CHEVS JMJ 27. Juvénal, 6 avril 1962 et 13 avril 1962, Revue quotidienne de la presse, 5 avril 1962.

31 Arch. CHEVS JMJ 4. Carte du 17 décembre 1960.

32 Arch. CHEVS JMJ 4.

33 Origine et date (poste) : Valence, (Drôme), 8/2/62, Paris 12e, 15/6/61, Paris 18e, 17/8/60, Paris 1er, 18/5/60, Paris 14e, 8/6/60, Paris 7e, 15/3/60, Paris 12/3/60, Enghein (Seine et Oise) 7/10/60, Grenoble (Isére) 29/4/60, Bordeaux (Gironde) 26/2/60, X, 25/2/60

34 Arch. CHEVS JMJ 4 - 10. Il s’agit exclusivement des peluriers du ministre et non de ceux de Raymond Barre, ni de Pierre Voitelier, Bernard Guitton, Ange Carli ou Jean-Claude Casanova.

35 Les bases de données figurent dans les archives déposées à la FNSP.

Table des illustrations

Légende Jean-Marcel Jeanneney accompagnant le general de Gaulle lors de son voyage officiel à Grenoble les 6 et 7 octobre 1960.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Répartition des lettres par type de correspondants (1959-1962)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Moyenne mensuelle de lettres parvenues au cabinet
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Ventilation par quintile du courrier parlementaire (députés, sénateurs) reçu par le cabinet du ministre de l’Industrie (1959-avril 1962)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite artisanal (1959-avril 1962)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Ventilation par quintile de l’attribution du Mérite commercial (1959-avril 1962)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1114/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540