Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Chapitre premier. La naissance d’une dynastie républicaine

Texte intégral

1Dans la présentation qu’il donne de ses racines, Jean-Marcel Jeanneney insiste sur ses origines d’homme issu des marges septentrionales et orientales du pays comme le général de Gaulle. D’ailleurs, ajoute-t-il, on remarquerait, en dressant une carte des berceaux familiaux des ministres du fondateur de la Ve République, qu’une très nette majorité d’entre eux ont leurs racines au nord de la Loire. D’ascendance franc-comtoise et lorraine par son père, champenoise et valenciennoise par sa mère, tout ramène Jean-Marcel Jeanneney à des contrées au climat rude, aux paysages austères et aux solides traditions campagnardes. En l’absence de toute certitude concernant un éventuel déterminisme géographique influant sur le caractère, force est de constater que Jules et Jean-Marcel Jeanneney sont souvent présentés sous les traits d’hommes sévères, voire secs et glaçants. Incontestablement, Jean-Marcel Jeanneney est aux antipodes de la rondeur et de la gouaille méridionales. Plutôt que de prendre ses vacances universitaires ou ministérielles dans une station balnéaire de la côte méditerranéenne ou du littoral atlantique, il préfère depuis toujours éviter la foule et se réfugier à Rioz dans la grande villa reconstruite sur l’emplacement de la demeure paternelle incendiée lors de la retraite allemande de 1944. Là, il s’adonne à ses passe-temps favoris que sont le jardinage, les longues promenades dans les bois et chemins creux de son enfance. Cette vie saine lui a permis, sans aucun doute, de conserver une santé exceptionnelle, mais aussi de se ressourcer dans son terroir. Il en résulte un indéniable sens des réalités provinciales et une capacité à maintenir une certaine distance vis-à-vis des modes intellectuelles parisiennes et de la propension à la vanité des hommes de pouvoir.

  • 1 Voir à ce sujet Pierre-Charles Ranouil, Recherches sur le Patriciat (509-366 avant J.-C.), Paris, (...)

2À la manière des historiens de la République romaine ou de la Renaissance italienne, il est tout à fait possible d’évoquer la famille Jeanneney en la comparant à une famille patricienne1. Comment ne pas être frappé par la ressemblance avec les grandes familles de la Rome républicaine puisqu’en un siècle, les Jeanneney ont donné trois ministres et une présidence du Sénat à la France sous trois chefs d’État ou de gouvernement majeurs de l’histoire contemporaine, à savoir Georges Clemenceau, Charles de Gaulle et François Mitterrand. Au-delà du cercle gouvernemental, on retrouve la présence de membres de la famille dans la haute administration, l’université, la médecine hospitalo-universitaire, les grandes entreprises publiques ou privées… Cette reproduction sociale, loin de se transmettre par le privilège de la naissance, est refondée à chaque génération par le travail et la réussite aux prestigieux concours et titres de la « méritocratie » républicaine (ENS, ENA, Polytechnique, agrégation, internat des hôpitaux, doctorat,…). Aussi peut-on dire que l’ascension de la famille Jeanneney, aussi exceptionnelle qu’elle soit, n’en est pas moins typique de la promotion sociale qu’ont connu bien des familles françaises tout au long du dernier siècle à des degrés variables.

3En effet, Jean-Claude Jeanneney, l’arrière-grand-père paternel de Jean-Marcel Jeanneney, était encore un paysan issu de Fondremand, une commune située à une trentaine de kilomètres au nord de Besançon. Enrichi par le travail de la terre, il partit s’installer comme hôtelier à Besançon. Il eut trois enfants. Ses deux filles réussirent avec leurs maris dans la brasserie et leur fils, capacitaire en droit, acheta une charge de commissaire-priseur à Lunéville en Lorraine. Là, il se maria avec la fille d’un riche agriculteur. Après quelques années, le grand-père de Jean-Marcel Jeanneney revint en Franche-Comté en reprenant une charge à Besançon. Il eut deux fils, dont le second – prénommé Jules – naquit en 1864. Marie son épouse décédera quelques mois après cette naissance. Jean-Marcel Jeanneney estime que l’absence de sa grand-mère influera durant toute sa longue existence sur le caractère de son père et explique certainement sa volonté de préserver au maximum sa vie familiale.

4Du côté maternel, les origines de Jean-Marcel Jeanneney sont plus bourgeoises, tout en demeurant fortement empreintes des valeurs provinciales. Née Jozon, la mère de Jean-Marcel Jeanneney était la petite-fille d’un notaire de la Ferté-sous-Jouarre prénommé Dominique. Celui-ci était le père de deux fils, Paul et Marcel. Désireux, on ne sait pour quelle raison, d’avoir un fils marin, il poussa Marcel vers l’École navale dont il réussit le concours. Cependant, peu attiré par la carrière d’officier de marine, Marcel préféra repasser l’année suivante le concours de l’École polytechnique. Il le réussit et sortit de l’École de la montagne Sainte-Geneviève dans le corps des Ponts et Chaussées. Il terminera même sa carrière comme vice-président du conseil du corps, récompense suprême.

5L’excellence scolaire de son grand-père maternel a marqué l’enfance de Jean-Marcel Jeanneney en l’amenant à tenter de faire aussi bien que lui. Hélas ! c’était compter sans sa mère qui refusera qu’il envisage de préparer le concours de l’X en rappelant l’échec de son frère cadet qui avait déjà voulu emprunter la voie tracée par son père. Jean-Marcel Jeanneney conservera de ses jeux d’enfance avec son grand-père le goût pour les réalisations des architectes. Il ne fait aucun doute que le souvenir de l’ingénieur polytechnicien jouera lorsqu’il devra s’imposer au petit monde des corpsards du ministère de l’Industrie ou bien lorsqu’il étudiera avec minutie les solutions pour harmoniser les constructions hospitalières.

6Étrangement, la fibre républicaine, très forte chez Jean-Marcel Jeanneney ne provient pas de sa famille paternelle comme on aurait pu s’y attendre. En effet, comme souvent chez les paysans ou les petits notables enrichis, l’Empereur était plus populaire que les républicains encore assimilés aux « partageux ». En revanche, dès l’avènement de la République, maître Dominique Jozon fut élu président du conseil général de Seine-et-Marne. Quant à ses deux fils, leurs opinions républicaines étaient notoires. Paul connut des démêlés judiciaires sous l’Empire pour avoir participé à des réunions politiques interdites (en vertu de la loi interdisant tout rassemblement supérieur à treize personnes) et Marcel devint officier du génie dans l’armée de Bourbaki et fut un temps interné en Suisse.

7Une autre partie intéressante de l’ascendance de Jean-Marcel Jeanneney est la famille de sa grand-mère maternelle, Louise Boca, épouse de Marcel Jozon. Celle-ci descendait d’une famille d’immigrés espagnols de très bonne origine, fille d’un avocat fouriériste et administrateur d’une mine de charbon. Ce sont les grands-parents maternels de Jean-Marcel Jeanneney qui vont « inaugurer » la tradition agnostique et la légende protestante de la famille en choisissant de se marier au temple plutôt qu’à l’église. Marcel Jozon et Louise Boca décidèrent en effet de recourir à la cérémonie protestante pour ne pas nuire à la carrière du jeune ingénieur dans le Second Empire finissant. Cependant, ils rendirent au pasteur la Bible traditionnellement offerte au jeune couple. On comprend ainsi l’apport agnostique de la mère de Jean-Marcel Jeanneney, Lucie Jozon. Quant à l’agnosticisme de Jules Jeanneney, il lui vient surtout de l’enseignement de son professeur de rhétorique, Édouard Droz, un normalien auteur d’une thèse sur le scepticisme de Pascal. Toutefois, jusqu’à lui, la famille Jeanneney payait son banc dans l’église de Rioz.

8Jean-Marcel Jeanneney n’est pas le fils d’un inconnu. Son père Jules est au moins, sinon davantage, connu que lui. On ne dira jamais assez comme il est difficile d’être le fils de « quelqu’un » et combien grand est le risque d’échouer là où l’on aurait pu réussir sans l’image écrasante du père. Pourtant, il semble que Jean-Marcel Jeanneney n’ait jamais souffert de sa condition de fils d’un homme politique éminent. On peut y voir plusieurs raisons. Alors qu’il lui aurait été possible de tirer partie de la situation de son père, Jean-Marcel Jeanneney va tout faire pour que sa réussite professionnelle résulte de son seul mérite. Travailleur, il hésite après sa licence entre le doctorat de droit et celui de sciences économiques pour finalement épouser cette matière nouvelle. Ensuite, il ne faut pas oublier la différence d’âge importante, 46 ans, existant entre Jules et Jean-Marcel Jeanneney. Fils unique d’un père âgé et absorbé par ses obligations politiques, Jean-Marcel Jeanneney a davantage été élevé par sa mère et dans une sorte de piété filiale. Le professeur Bernard Guy-Grand marié à Delphine, l’aînée des enfants de Jean-Marcel Jeanneney, se rappelle que jusqu’à la disparition, à 93 ans, de l’ancien président du Sénat, son fils venait lui rendre visite chaque dimanche. Aussi ne doit-on pas prendre à la légère, et comme une sorte de signe convenu, les rappels de l’action de son père, souvent évoqués par Jean-Marcel Jeanneney. Sans doute est-on en mesure d’ajouter que le seul moment de toute sa carrière politique où Jean-Marcel Jeanneney a été sur le point de se rendre justice, c’est lorsqu’au Sénat, une nuit de décembre 1968, certains sénateurs vont l’accuser de trahir la mémoire de son père en des termes inadmissibles de la part de membres de la représentation nationale. On peut, de prime abord, s’étonner de l’absence d’engagement public chez Jean-Marcel Jeanneney depuis le départ de son père du gouvernement de Gaulle en décembre 1945 jusqu’à septembre 1958. Ce relatif repli est largement dû aux circonstances. En s’entourant pendant sa présidence du fils du dernier président du Sénat de la IIIe République, le général de Gaulle a peut-être aussi voulu prouver la persistance de la culture républicaine des origines dans la nouvelle République ?

9Jean-Marcel Jeanneney aime à se souvenir que son père évoquait à la table familiale les grandes questions politiques du moment et le comportement des hommes, ce qui est instructif dans une éducation.

  • 2 Plus récemment, la « tradition familiale » a été respectée puisque Jean-Noël Jeanneney a été élu c (...)

10On sera assez déçu si on s’attendait à trouver en Jules Jeanneney un modèle de radicalisme qui aurait pu déteindre sur son fils unique. La réalité est autre. Jean-Marcel Jeanneney se souvient d’un homme indépendant et profondément rebelle à toute logique partisane. L’influence du père sur le fils serait donc davantage à rechercher de ce côté, dans le refus de voir son intelligence, son libre arbitre, enfermés par une doctrine, obligés de jeter l’anathème sur autrui. Cela explique qu’à la différence de nombreux hommes politiques de premier plan de la IIIe République, Jules Jeanneney n’ait jamais été franc-maçon. Cela permet aussi de comprendre pourquoi Jean-Marcel Jeanneney s’est toujours refusé à adhérer et à sacrifier à l’exigeante discipline ainsi qu’aux rites du « gaullisme de parti ». Il s’inscrira toutefois au groupe gaulliste du Palais-Bourbon après son élection comme député de Grenoble, ce qui n’alla pas sans susciter un soulagement visible de la part de certains. De même, c’est en tant que membre de l’UDR qu’il présidera le conseil général de Haute-Saône entre 1968 et 19712.

11Il est également difficile de mesurer quelle trace Georges Clemenceau a laissé sur le fils de son collaborateur pendant la Grande Guerre. Sans doute peut-on souligner la dimension nationaliste et le souci de l’efficacité de l’État, mais ce sont aussi des soucis qu’on retrouvera chez de Gaulle.

12Présenter Jean-Marcel Jeanneney comme un survivant de la grande époque du radicalisme peut apparaître décalé. Pourtant cette étiquette le définit assez bien, même si les origines familiales jouent davantage, consciemment ou non, que les prises de position à tel ou tel moment de la carrière de son père. On a déjà évoqué l’agnosticisme familial dont Jean-Marcel Jeanneney hérite tant par son père que par sa mère et qu’il ne faudrait pas assimiler hâtivement à de l’anticléricalisme. On pourrait aussi citer cet attachement à la république des petits propriétaires. Il s’agit là d’un thème de campagne bien connu des radicaux mais qui ne fait que s’appuyer sur l’opinion largement répandue dans les provinces françaises du nécessaire maintien de l’exploitation agricole familiale, de la prospérité de l’artisanat et du petit commerce contre la grande industrie et les débuts de la grande distribution. À plusieurs reprises au cours de sa carrière politique, Jean-Marcel Jeanneney œuvrera en faveur des artisans et des commerçants et recueillera leur bienveillance. On peut interpréter ce souci constant comme une rémanence du radicalisme du « monde de l’échoppe et de la boutique », mais c’est finalement le souci d’un homme qui se sent proche des habitants des bourgades rurales, fiers de leur savoir-faire et désireux de conserver leur mode de vie.

13Jean-Marcel Jeanneney naît le 13 novembre 1910 à Paris. Après avoir fréquenté le jardin d’enfants situé dans l’enceinte du lycée Victor Duruy où il se lie avec Pierre Voitellier qui deviendra une quarantaine d’années plus tard son conseiller au ministère de l’Industrie, puis son chef de cabinet aux Affaires sociales. Jean-Marcel Jeanneney connaît sa première heure de « gloire » le 14 juillet 1919 en étant choisi, ainsi qu’une petite fille, par Georges Clemenceau pour symboliser la jeunesse de France rendant hommage aux soldats de la Grande Guerre sous l’Arc de triomphe.

14Puis viennent les années d’études au lycée Buffon et à la faculté de droit. Plusieurs grands maîtres de l’université vont marquer Jean-Marcel Jeanneney et certainement le convaincre d’embrasser la carrière professorale. Parmi ceux-ci, on peut citer Henri Capitant, le père de René Capitant, professeur de droit civil, Gaëtan Pirou, Charles Rist, François Simiand. Charles Rist est certainement celui qui aura le plus marqué Jean-Marcel Jeanneney. C’est lui qui a inoculé au jeune étudiant des années 1930 le virus des séries statistiques à usage économique auxquelles Jean-Marcel Jeanneney recourra abondamment dans sa thèse et durant toute sa carrière. C’est encore lui qui servira partiellement de modèle à Jean-Marcel Jeanneney quand il acceptera ces « travaux pratiques » que seront ses différents ministères et missions publiques. En effet, Charles Rist avait accepté la proposition de Joseph Caillaux de devenir sous-gouverneur de la Banque de France de 1927 à 1930 et avait indiqué à son jeune thésard que l’expérience des responsabilités permettait de mieux passer ensuite à la théorie. L’affection pour le traitement des données fut encore renforcée par l’enseignement de François Simiand que Jean-Marcel Jeanneney suivra tant à l’École pratique des hautes études qu’au Collège de France. Inscrit parallèlement à l’École libre des sciences politiques en section service public, Jean-Marcel Jeanneney fut encore influencé par André Siegfried et Élie Halévy. C’est encore aux Sciences po, comme on disait à l’époque, que Jean-Marcel Jeanneney fait connaissance de Michel Debré, frère de la meilleure amie de sa future épouse. Enfin, un autre maître de Jean-Marcel Jeanneney fut Célestin Bouglé, directeur de l’École normale supérieure et professeur de sociologie à la Sorbonne dont il suivit les cours jusqu’à la licence en compagnie de Pierre Uri.

15Sorti major de la section service public de la rue Saint-Guillaume, Jean-Marcel Jeanneney hésite quelque temps à suivre le conseil de son maître de conférences Wilfrid Baumgartner qui l’incite à rejoindre l’« écurie » préparant au concours de l’inspection générale des Finances. Il se ravise bientôt, en partie à cause du jugement négatif porté sur ce corps et sur le monde des banquiers par celle qui va bientôt devenir sa fiancée, Marie-Laure Monod. Cette jeune personne, fille d’un des médecins fondateurs de l’Institut du radium, issue de la haute société protestante mais détachée du culte, ancre un peu plus Jean-Marcel Jeanneney dans une rigueur morale stricte. Ils se marient civilement au printemps 1936 en présence d’Albert Sarraut, président du Conseil. Jean-Marcel Jeanneney rêve, semble-t-il à ce moment là, de devenir un jour gouverneur de la Banque de France. En tout cas, il ne paraît pas gagné par le virus de la politique qui aurait horrifié sa fiancée et ses futurs beaux-parents.

16Le concours de l’agrégation de sciences économiques des facultés de droit n’étant ouvert que tous les deux ans, Jean-Marcel Jeanneney se hâte de terminer sa thèse consacrée au Mouvement des prix en France depuis la stabilisation du franc (1927-1935) afin d’être en mesure de se présenter au concours se terminant en décembre 1936. Ce choix le conduit à ne pas donner suite à une proposition de Jacques Rueff, jeune inspecteur des finances dont il a fait la connaissance à l’École des sciences politiques, qui l’a invité à l’accompagner à Londres où il venait d’être envoyé comme attaché financier.

17Reçu 4e à l’agrégation, Jean-Marcel Jeanneney fait ses classes comme élève officier de réserve à l’École de Saint-Maixent dont il sort deuxième. Il rejoint alors le régiment d’infanterie de Besançon, enseigne un semestre à Dijon puis commence à occuper ses fonctions à l’université de Grenoble à la rentrée 1937. Il demeurera membre de la faculté de droit et d’économie de la ville jusqu’en 1951. Mobilisé en septembre 1939 dans son unité de réserve, la 47e demi-brigade de chasseurs-alpins, le jeune professeur devenu lieutenant se mue en officier de renseignements et commande durant la drôle de guerre et le printemps 1940 un peloton d’éclaireurs-skieurs. Il surveille d’abord les abords de Genève puis rejoint Grenoble. En effet, conformément au projet du général Weygand, la rumeur se répand que les troupes alpines seraient destinées à partir en Syrie afin d’être en mesure d’attaquer les Soviétiques dans le Caucase. Finalement, l’unité se déploie sur le saillant des Arcs, disposant des postes d’observation près de la ligne de crête délimitant la frontière franco-italienne. L’entrée en guerre de l’Italie mussolinienne contre la France se traduit par d’épisodiques tirs d’artillerie qui ne feront aucune victime parmi les hommes du lieutenant Jeanneney. Le hasard fait que le jeune lieutenant commandant le groupe d’artillerie proche s’appelle Roger Goetze, il est inspecteur des finances et Jean-Marcel Jeanneney le retrouvera en 1958 au cabinet du général de Gaulle puis comme président de la compagnie pétrolière SN REPAL. Avant la guerre, Jean-Marcel Jeanneney avait été favorablement impressionné par les jeunes officiers saint-cyriens qui accueillaient les officiers de réserve grenoblois pour leurs périodes à la 27e demi-brigade alpine de Grenoble. Durant le conflit, en revanche, il ne nourrit pas les mêmes sentiments pour les réservistes, anciens officiers d’active, appelés à encadrer la formation dérivée à laquelle il est rattaché. La 47e demi-brigade alpine étant l’une des rares unités à être demeurées intactes, elle est ramenée, au moment de l’armistice, sur les hauteurs de Saint-Étienne. Elle connaît presque un début de mutinerie lorsque commence à courir le bruit qu’elle pourrait contribuer à des missions de maintien de l’ordre au profit du gouvernement réfugié à Vichy. Finalement, Jean-Marcel Jeanneney est démobilisé durant l’été et reprend ses cours à la rentrée 1940.

18Durant la période d’occupation italienne puis d’occupation allemande, la famille Jeanneney mène l’existence difficile de millions de Français. Sans entrer en résistance active, Jean-Marcel Jeanneney s’arrange pour ne pas prêter serment de fidélité au maréchal Pétain et démarche en vain en faveur de collègues israélites. À l’approche du débarquement, il choisit d’éloigner sa famille et ses parents, venus se réfugier à Grenoble en 1942, dans un village du Vercors pour échapper à une arrestation éventuelle de la Gestapo ou de la Milice.

  • 3 Arch. CHEVS JMJ 1. Ces notes couvrent la période allant du 1er août 1944 au 1er octobre 1944 et ce (...)

19Fin août 1944, René Brouillet vient chercher en avion Jules Jeanneney pour le conduire à Paris où le général de Gaulle l’attend pour le faire entrer dans le gouvernement provisoire. Jean-Marcel Jeanneney effectue alors son baptême de l’air au cours d’un périple au-dessus de la France encore occupée pour rejoindre la capitale. Son père a, en effet, décidé de le prendre comme chef de cabinet. Ainsi, de septembre 1944 à décembre 1945, la famille grenobloise revient à Paris. Il s’agit des premiers « travaux pratiques » du jeune professeur Jeanneney. Ces quelques mois d’intense communion spirituelle entre le père et le fils constituent un apprentissage accéléré du métier de ministre et de l’art politique. Jean-Marcel Jeanneney prend le temps d’écrire une éphéméride mais non un compte rendu des affaires traitées en Conseil des ministres afin d’en respecter le secret des délibérations3. À 33 ans, il fait la connaissance du général de Gaulle installé à l’hôtel de Brienne et est donc introduit dans le monde politique de l’après guerre grâce à la caution morale et républicaine que son père apporte au Gouvernement provisoire. Il s’agit, en définitive, d’une expérience qui se révèle utile lorsque, en 1959, Jean-Marcel Jeanneney devient ministre de l’Industrie à quarante-huit ans. À son entrée en fonction, un journaliste, mal intentionné, de Juvénal écrit que le fils de l’ancien président du Sénat rongeait, en fait, son frein depuis le départ du général en 1946, estimant sa carrière publique définitivement compromise. Rien ne permet de le penser, même si certains signes montrent que Jean-Marcel Jeanneney a parfois hésité à s’engager dans l’action politique. Pour sa part, la carrière professorale de Jean-Marcel Jeanneney va connaître une ascension continue avec son élection au décanat de la faculté de Droit et de Sciences économiques de Grenoble en 1947, ce qui en fait le benjamin des doyens français, suivie de son élection à la faculté de droit et sciences économiques de Paris en 1951. Entre-temps, il aura permis la création de l’Institut juridique de la houille blanche et contribué à celle de l’Institut d’études politiques de Grenoble. Membre de la « bonne société » grenobloise, Jean-Marcel Jeanneney se lie avec Paul Merlin, fondateur de l’entreprise Merlin-Gérin, auquel il prodiguera quelques conseils non rémunérés. Il fait encore la connaissance de l’industriel Neyrpic, spécialisé dans la construction de turbines, futur inventeur des « groupes-bulbes » qui équiperont l’usine marémotrice de la Rance dont Jean-Marcel Jeanneney décidera la construction en 1961.

20En 1947, quelque temps avant la campagne des élections municipales prévues pour octobre, Jean-Marcel Jeanneney est approché par un responsable du RPF qui lui suggère de conduire la liste du nouveau parti gaulliste dans la ville. Devant un discours et des manière qui lui déplaisent fortement, le doyen Jeanneney se tient ostensiblement à l’écart de la joute électorale même s’il ne porte pas la IVe République dans son cœur et qu’il vote davantage pour le MRP par raison que par attachement. Lorsqu’en septembre 1948, le général de Gaulle vient à Grenoble, Jean-Marcel Jeanneney, comme les autres doyens de l’université, se rend à la mairie pour l’accueillir mais rentre précipitamment après le banquet, ayant eu « une mauvaise impression sociologique ». En effet, lors du discours prononcé en plein air l’après-midi par le général de Gaulle, des heurts et des coups de feu entre membres du service d’ordre du RPF et militants communistes se soldent par la mort d’un ancien FTP. En novembre 1948 puis au début 1949, Jean-Marcel Jeanneney refusera encore à deux reprises d’être candidat sous la bannière gaulliste aux élections du Conseil de la République et aux municipales partielles faisant suite à la crise politique locale née du meeting tragique. Pourtant, au début de chaque année nouvelle, lorsque le général de Gaulle vient présenter ses vœux dans sa retraite parisienne au président Jeanneney, le fils s’arrange pour être présent et échanger quelques propos avec l’ancien chef de la France libre. Le contact n’est pas rompu avec l’homme, mais il l’est avec le mouvement affirmant s’inspirer de ses idées.

  • 4 Jean-Marcel Jeanneney, Économie politique, Paris, PUF, Thémis, 1959, 304 p.
  • 5 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 10 février 1959.

21En revanche, entre son élection à la faculté de Droit de Paris en 1951 et l’automne 1958, Jean-Marcel Jeanneney n’a plus aucune activité politique. Ces années sont avant tout marquées par son enseignement universitaire et surtout par l’impulsion qu’il donne à l’Institut scientifique de recherche économique et sociale que lui a légué Charles Rist, rue Michelet. Rassemblant toujours davantage de documentation pour l’élaboration de statistiques de plus en plus fines sur les grandeurs économiques, Jean-Marcel Jeanneney en tire un ouvrage, paru en 1956, Forces et faiblesses de l’économie française qui va rapidement devenir un must des étudiants de Sciences-po ou des préparationnaires à l’École nationale d’administration. Il s’entoure également de jeunes chercheurs dont un agrégé d’économie qu’il a trouvé particulièrement brillant lors des épreuves du concours, Raymond Barre. Les thèmes de recherche creusés durant ces années de la IVe République par Jean-Marcel Jeanneney ont pour dénominateur commun la mise en perspective de l’économie française face à ses grandes concurrentes (activité économique et situation sociale depuis 1945, la conjoncture économique française depuis 1949, les transformations économiques au xxe siècle, les économies régionales, la conjoncture actuelle, le Trésor et la conjoncture). Ce sont aussi des sujets qui vont lui permettre de rencontrer les véritables détenteurs du pouvoir de la IVe République, à savoir ces grands commis de l’État qui font tourner les administrations centrales. Ils vont enfin le nourrir de réflexions qui mûriront lors de son accession aux responsabilités ministérielles. Par un hasard imputable à un retard des Presses universitaires de France, c’est précisément au moment où Jean-Marcel Jeanneney devient ministre de l’Industrie que paraît son fameux manuel Économie politique dans la collection « Thémis », appelé à être un grand classique des facultés de droit et de sciences économiques4. Jean-Marcel Jeanneney l’adresse alors à Michel Debré avec quelques lignes manuscrites qui prouvent combien ses préoccupations étaient encore éloignées de l’action politique à quelques semaines de son entrée au gouvernement : « Je t’adresse ce livre d’érudition économique, sur la confection duquel j’avais veillé de très près avant que tu fasses de moi un ministre. »5

22Le professeur d’économie porte dans la décennie 1950 un regard critique sur la politique économique pratiquée. Très tôt, il se rend compte que « l’expérience Pinay » tient davantage du mythe que de la saine gestion. Bien que partisan des réformes annoncées par Pierre Mendès France, il ne participe à aucun club mendésiste. Il rend hommage à l’action de Pierre Mendès France comme président du Conseil et à son rôle déterminant pour mettre un terme au conflit d’Indochine. Il reproche, en revanche, à cet esprit supérieur de céder, de temps à autre, à la facilité de présenter des solutions économiques intellectuellement impeccables mais impossibles à appliquer. Ainsi, Jean-Marcel Jeanneney critique-t-il la position de Mendès, ministre de l’Économie du général de Gaulle, au moment de sa querelle avec René Pléven. Selon lui, compte tenu des destructions des voies de communication dans la France de 1945 et de l’imprévision d’un échange de billets par le GPRF durant le conflit, la solution d’une refonte monétaire, préconisée par Mendès, était irréaliste pour des questions matérielles. À partir de 1955, grâce à un lien remontant à Grenoble durant la guerre, Hubert Beuve-Méry ouvre régulièrement les colonnes du Monde à Jean-Marcel Jeanneney, pour lui permettre de dénoncer les expédients budgétaires auxquels recourent Edgar Faure ou Guy Mollet.

23Au moment du 13 mai 1958, Jean-Marcel Jeanneney, qui se trouve alors en URSS dans le cadre d’une mission du ministère des Finances avec Raymond Barre, François Bloch-Lainé, Claude Gruson ou Simon Nora, apparaît donc comme un universitaire passionné de politique économique et totalement indépendant.

24Bien que demeuré en relations amicales avec Michel Debré, Jean-Marcel Jeanneney diverge profondément sur nombre d’options politiques du sénateur d’Indre-et-Loire. Néanmoins, le garde des Sceaux fait parvenir la nouvelle Constitution à son ami en avant-première et sonde ainsi ses dispositions à l’égard du nouveau gouvernement. Ce n’est pourtant pas lui, du moins dans un premier temps, qui va permettre au professeur d’emprunter ce « chemin de traverse » dont Charles Rist avait parlé. Étant un des rares économistes spécialisés dans les politiques publiques, Jean-Marcel Jeanneney est tout désigné pour figurer parmi les membres de la commission confiée à Jacques Rueff pour définir les orientations nouvelles de la politique économique et financière. Le responsable du service de la rue Michelet n’est pas un inconnu pour l’ancien directeur du mouvement général des fonds. En effet, Jacques Rueff avait déjà choisi Jean-Marcel Jeanneney pour se faire remplacer à une commission sur l’emploi aux Nations unies en 1947.

  • 6 Eric Kocher « Le rôle de la France dans les négociations des traités de Rome : un aspect de la rel (...)

25Il est dommage que Jean-Marcel Jeanneney n’ait conservé aucun compte rendu des séances du comité Rueff mais cela s’explique par le caractère confidentiel des travaux. Bien qu’ayant été reçu par Antoine Pinay en compagnie de Jacques Rueff, Jean-Marcel Jeanneney va trouver à ce point étrange de siéger à huis clos dans une salle obscure de la rue de Rivoli qu’il va juger nécessaire de s’assurer auprès de René Brouillet à Matignon que le général est bien informé de l’existence du comité. Rassuré, il oriente ses conclusions vers la nécessaire ouverture de la France vers ses partenaires du Marché commun en prônant l’abandon des clauses de sauvegarde inscrites par la France lors des négociations de Val-Duchesse ayant mené au traité créant la CEE6. Afin de réussir ce que les directeurs du ministère des Finances présentaient comme une pure folie, Jean-Marcel Jeanneney, Jean Sadrin et Jean Guyot soutiennent l’option d’un accroissement de la pression fiscale. À titre personnel, Jean-Marcel Jeanneney estime avoir contribué au maintien des avantages du quotient familial pour les familles nombreuses et du montant des allocations familiales. Selon lui en effet et cela se vérifiera encore au ministère des Affaires sociales, la seule politique nataliste qui vaille est celle qui ne conduit pas les ménages à arbitrer entre l’accueil d’un enfant et l’acquisition d’un bien de consommation. De manière plus anecdotique, mais cela met en évidence son sens pratique, il parvient à faire admettre la suppression de l’ancestrale taxe annuelle sur les bicyclettes qui ne pouvait qu’apparaître désuète avec l’adoption récente de la vignette sur les automobiles.

26Après avoir défini les principes de la nouvelle politique économique, Jean-Marcel Jeanneney peut désormais être appelé à les mettre en application. De fait, il est bientôt contacté par Michel Debré qui a été pressenti pour prendre la tête du premier gouvernement de la nouvelle république après le refus de Georges Pompidou. Sylviane Jeanneney, filleule laïque du garde des Sceaux, a, entre-temps, rassuré son parrain sur les bonnes dispositions de son père envers le nouveau régime. Jean-Marcel Jeanneney refuse de considérer les événements du 13 mai comme un coup de force, aucune disposition constitutionnelle n’empêchant le président Coty de faire appel à un membre de la « société civile » pour former le gouvernement. La seule condition qu’il impose à Michel Debré à son éventuelle participation au gouvernement est l’assurance du respect des libertés publiques. Rassuré sur ce point par le futur chef du gouvernement, il décline deux des trois portefeuilles qu’il lui offre. Il écarte, dans un premier temps, le ministère de l’Éducation nationale car il ne juge pas bon de laisser à un universitaire le soin de gérer, presque en circuit fermé, ce domaine fondamental de la vie de la nation. Jean-Marcel Jeanneney récuse également le ministère du Budget qui réclame une pratique confirmée des finances publiques qu’il ne pense pas posséder. En revanche, il est spontanément séduit par la proposition faite par Michel Debré de prendre les rênes du ministère de l’Industrie. Il y voit la possibilité d’approfondir « sur le terrain » sa connaissance de l’économie, la possibilité de concrétiser les décisions prises et ce ministère est, par excellence, celui des ingénieurs. Après quelques heures de réflexion et une conversation avec son épouse, Jean-Marcel Jeanneney confirme son accord à Michel Debré. Il ne lui reste plus qu’à se préparer à ses nouvelles responsabilités, il le fait en passant les fêtes de fin d’année à Rioz. À priori, Jean-Marcel Jeanneney a largement l’envergure intellectuelle pour devenir ministre, mais il sait aussi qu’un universitaire est loin d’avoir l’habitude d’exercer un pouvoir réel, même si son expérience de doyen lui aura été très utile. Le travail solitaire, l’absence d’enjeu financier du métier, la répugnance naturelle au commandement des hommes ne prédisposent pas à se frotter aux mondes politique et administratif réputés pour leur dureté.

Notes

1 Voir à ce sujet Pierre-Charles Ranouil, Recherches sur le Patriciat (509-366 avant J.-C.), Paris, Les Belles Lettres, 1975, 284 p. et Pierre Willems, Le Sénat de la République romaine (réédition de l’édition de Louvain 1878-1885 en 2 tomes), Darmstadt, Scientia Verlag Aalen, 1968.

2 Plus récemment, la « tradition familiale » a été respectée puisque Jean-Noël Jeanneney a été élu conseiller régional de Franche-Comté en 1992 et s’est présenté à la députation de Haute-Saône en 1993.

3 Arch. CHEVS JMJ 1. Ces notes couvrent la période allant du 1er août 1944 au 1er octobre 1944 et celle du 3 février 1945 au 6 mai 1945

4 Jean-Marcel Jeanneney, Économie politique, Paris, PUF, Thémis, 1959, 304 p.

5 Arch. CHEVS 2 DE 22. Lettre de Jean-Marcel Jeanneney du 10 février 1959.

6 Eric Kocher « Le rôle de la France dans les négociations des traités de Rome : un aspect de la relance 1955-57 », mémoire de maîtrise sous la direction de René Girault, Paris I, 1988.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540