Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Philippe Levillain « Les Protagonistes : de la biographie », Pour une Histoire politique, Paris, Se (...)

1Comme le rappelle Philippe Levillain dans sa contribution à l’ouvrage dirigé par René Rémond, Pour une histoire politique, la biographie historique remonte aux deux fondateurs de la discipline, à savoir Hérodote et Thucydide1, mais elle a connu une mutation profonde au cours de la seconde moitié du xxe siècle. Depuis les panégyriques de l’Antiquité, en passant par les hagiographies ou les chroniques royales du Moyen Âge jusqu’aux grandes figures du xixe siècle, la biographie est longtemps demeurée l’œuvre maîtresse des historiens. C’est le règne sans partage de l’école des Annales qui l’a plongée dans un oubli méprisant des années 1950 aux années 1980. Si elle a pu perdurer, c’est au travers d’œuvres souvent romancées, littérature historique de second ordre, pratiquée hors du monde universitaire. Sa renaissance, voici une vingtaine d’années, tient à la permanence d’une forte demande de la part d’un public sensible à cette manière relativement aisée d’entrer dans l’univers souvent complexe des temps passés et au déclin du matérialisme historique. Choisir d’illustrer une époque au travers d’une vie voulue exemplaire, voilà une méthode plus captivante que la lecture d’analyses fouillées autour de problématiques décidément trop ésotériques pour être largement diffusées. Les maisons d’édition, toujours soucieuses de répondre à une demande en croissance, ne s’y sont pas trompées. Elles ont pressé de grands noms du monde de l’université de vaincre leurs réticences envers un genre qualifié de mineur afin qu’ils se résolvent, à leur tour, à écrire des biographies. Les premiers succès aidant, la production a crû de manière vertigineuse en quelques années. Toutefois, ce revirement subit a su déjouer les pièges dans lesquels étaient tombés les biographes traditionnels. En effet, la biographie contemporaine utilise les enseignements méthodologiques de l’histoire scientifique. Elle récuse le psychologisme, le recours au merveilleux ou l’invocation de la Providence pour expliquer tel ou tel événement ou comportement d’un individu. Elle choisit résolument de synthétiser le meilleur parmi les travaux conduits dans tous les types d’histoire, aussi bien politique, sociale, économique ou culturelle, mais elle leur donne un éclairage nouveau à travers un destin individuel, exceptionnel ou non.

2En conséquence, le personnage central n’est plus choisi ou étudié pour lui-même, mais plutôt parce qu’il incarne une époque ou un événement historique majeur. La biographie permet ainsi aux historiens d’aujourd’hui de transmettre leur savoir au public de manière simplifiée par rapport à d’autres méthodes d’approche. Naturellement, les « grands hommes » demeurent les sujets privilégiés des biographes, par leurs vies ou leurs carrières hors du commun, ils laissent le plus souvent des sources abondantes. De ce fait, la biographie reste encore trop souvent l’apanage des puissants. Toutefois, cette injustice a pu être partiellement tempérée par l’apport de l’histoire orale utilisée de longue date par les sociologues. Ainsi, l’histoire sociale s’est-elle enrichie de biographies de paysans, d’ouvriers à côté de celles de grands noms de la noblesse ou de maîtres de forges. Ces ajouts successifs ont facilité l’émergence d’un style biographique contemporain qui rompt sur de nombreux points avec les pages écrites naguère. Pourtant, le respect de certaines exigences classiques s’impose au biographe.

3La première d’entre elles n’est autre que la maîtrise de la langue littéraire. Tout biographe est placé dans la position du narrateur dans un roman. C’est-à-dire que son écriture doit insuffler la vie à son personnage, le rendre sensible au lecteur, être de chair et d’os, au-delà de l’image stéréotypée de la fonction occupée ou du rang social tenu. Le caractère doit transparaître afin de faire comprendre quelles furent ses passions, ses qualités et ses défauts, ses préférences et ses répulsions. II ne faut jamais oublier qu’une biographie réussie n’est rien d’autre qu’un roman véridique. La deuxième exigence à respecter est celle de la synthèse et de l’universalité qui rend l’art de la biographie si ardu. II ne suffit pas de faire cerner la personnalité du sujet au lecteur, il convient encore de le placer en situation par rapport à une multitude de faits qui se sont déroulés autour de lui. Rendre l’atmosphère d’une époque exige un approfondissement des connaissances sous-jacentes, souvent difficiles à posséder pour une œuvre pionnière. C’est pourquoi la biographie sied souvent mieux à des historiens confirmés. Ces deux premières exigences ont souvent été respectées par les biographes des temps anciens qui alliaient une plume alerte à des connaissances minutieuses, deux qualités faisant d’eux des écrivains de talent et des savants reconnus. Ce n’est pas faire injure à l’historien d’aujourd’hui que d’admettre le caractère révolu de ces grands esprits du passé. Toute recherche sur une figure contemporaine débouche sur une grande humilité de l’historien. II se trouve vite submergé par une documentation pléthorique, par la multiplicité des faits et par leur technicité croissante. Enfin, la sensibilité de l’historien actuel pour les questions éthiques le conduit à rechercher la définition d’une conduite morale propre au biographe. Certaines biographies conservent les traces de cette vieille tendance à façonner des légendes roses ou noires. Disposant de l’autorité conférée par la plume, les biographes ont trop fréquemment fait et défait les réputations, ont cru pouvoir s’ériger en juges. Si l’image d’un personnage ayant vécu voici plusieurs siècles peut être durablement altérée, le biographe ne risque que rarement les foudres de sa descendance. Parfois, une biographie contradictoire lève le voile de l’opprobre jeté depuis des lustres sur un vieux portrait ou au contraire démasque le vice sous les traits d’un héros apparemment virginal.

4De nos jours, il est de bon ton de prétendre que l’historien tend au maximum d’objectivité même si la sensibilité profonde du rédacteur peut transparaître au détour d’une page. Après tout, l’histoire appartient aux sciences humaines qui laissent une certaine place aux sentiments. Cette obligation éthique conduit l’historien contemporain à refuser de violer les consciences, la vie privée des personnages, même disparus, quand cela n’apporte aucun éclairage inédit sur une question importante. Dans le cas de non-observance de cette règle, la famille étudiée aurait légitimement le droit de s’émouvoir. Enfin, l’éthique doit préserver le biographe de deux péchés pernicieux qui sont, d’une part, la tentation passionnelle de l’identification qui détruit toute analyse neutre en ne conservant que les aspects favorables au sujet central et, d’autre part, l’élimination trop systématique du rôle joué par les personnalités que le sujet principal a pu côtoyer.

5Sans doute n’était-il pas superflu de revenir très succinctement sur ces considérations largement débattues et bien connues des historiens pratiquant la biographie. Leur rappel permet de mieux comprendre les dispositions dans lesquelles ce travail a été mené. Comme il a été dit plus haut, le milieu universitaire ne s’est pas rallié spontanément à la biographie nouvelle manière, il lui a fallu surmonter ses réticences face aux vieilles critiques portées à l’encontre de ce type de relation historique. En histoire contemporaine, plus encore que pour les autres périodes, le retour de la biographie pouvait laisser craindre l’émergence d’un goût pour le sensationnel, les révélations volontairement « fracassantes », les manipulations idéologiques de toutes sortes. En somme, on pouvait redouter l’abandon de toute la démarche visant à faire de l’histoire une science. Devant ces pièges trop visibles, comment accepter de travailler sur une personnalité politique contemporaine vivante, dont l’œuvre semble recéler un intérêt historique incontestable ?

6On peut estimer que l’idée d’écrire une biographie du vivant de la personnalité étudiée est originale. II est évident que cette intention paraîtra hérétique aux yeux d’une majorité d’historiens qui y verront le signe d’une démarche plus journalistique que strictement historique. II est exact que ce genre de biographie inspire d’ordinaire les publicistes qui aspirent à des tirages conséquents et à la notoriété médiatique. Les portraits de la plupart des membres influents du personnel politique ou du monde des affaires sont ainsi régulièrement brossés. Loin d’être condamnables, ces initiatives seront au contraire très profitables aux historiens des prochaines générations. Elles leur donneront des points de référence écrits sur le vif et ils pourront comparer leur regard avec celui des contemporains. Le biographe appartenant à la sphère de l’histoire du temps présent ne se préoccupe pas d’écrire sous le coup d’une émotion fugace, il choisit sereinement son objet pour l’intérêt qu’il y devine en se référant aux connaissances globales qu’il possède sur la période qu’il désire étudier. II peut s’appuyer sur des archives et, grâce à l’histoire orale, recueillir les témoignages des anciens acteurs, heureux d’évoquer l’œuvre d’une vie. Son travail ne peut être assimilé à celui des journalistes qui visent à une mise en perspective plus immédiate, liée aux questions qui font l’actualité mais que l’on ne retrouve pas forcément à l’échelle du temps historique.

  • 2 Fondation Charles de Gaulle, Fondation nationale des sciences politiques, Association française de (...)
  • 3 Serge Berstein (dir.), Paul Ramadier, La République et le Socialisme, Bruxelles, Complexe, 1990, 5 (...)
  • 4 Fondation Charles de Gaulle – Université de Bordeaux III (CARHC), De Gaulle et le RPF, Paris, Arma (...)

7L’histoire politique de la France depuis la Libération demeure encore assez peu étudiée par les historiens, bien que l’on observe un certain frémissement depuis le milieu des années 1980. Souvent, le travail de défrichement est réalisé à l’occasion de colloques ou d’entreprises collectives. Cela a été le cas pour la période du rétablissement de la légalité républicaine, qui a donné lieu à un colloque à Bayeux en 19942. Cela est également vrai pour les débuts de la IVe République avec les colloques du Centre d’histoire de l’Europe du xxe siècle de la Fondation nationale des sciences politiques consacrés à Paul Ramadier (1988) et à l’année 1947 (1997)3. D’autres chantiers ont déjà permis des mises au point. C’est le cas pour le RPF grâce aux travaux de Bernard Lachaise4.

  • 5 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, PUF, 1987 et Hugues Portelli, La Politiqu (...)
  • 6 Serge Berstein, La France de l’expansion, la République gaullienne, Paris, Seuil, Nouvelle histoir (...)
  • 7 Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, 6 tomes (Dans la mémoire des hommes, La Répub (...)
  • 8 Didier Maus, Louis Favoreux, Jean-Luc Parodi (dir.), L’Écriture de la Constitution de 1958, Actes (...)
  • 9 Serge Berstein, Les Cultures politiques, Paris, Seuil, 1999. Serge Berstein, Histoire du gaullisme(...)

8S’agissant de la Ve République, le volume de la bibliographie scientifique est plus mince et a longtemps laissé la part belle aux constitutionnalistes et politologues5. Chez les historiens, c’est à Serge Berstein qu’est revenue la difficile tâche de confectionner la première synthèse sur la France gaullienne avec La France de l’expansion, la République gaullienne, parue en 1989 dans le cadre de la Nouvelle histoire de la France contemporaine6. La commémoration du centenaire de la naissance du général de Gaulle en 1990 s’est traduite par le volumineux colloque De Gaulle en son siècle, organisé par l’institut Charles de Gaulle à l’Unesco7. La naissance de la Ve République dans ses aspects constitutionnels et institutionnels a donné lieu à de nombreuses initiatives chez les juristes. Parmi celles-ci on peut, entre autres, retenir le colloque organisé à Aix-en-Provence en 1988 par l’Association française des constitutionnalistes, la journée de témoignages sur l’écriture de la Constitution de 1993 et les travaux du Comité national chargé de la publication des travaux préparatoires des institutions de la Ve République8. Récemment, Serge Berstein s’est encore intéressé à la culture politique léguée par le général de Gaulle9.

9Or, à côté de l’attention sans cesse confirmée pour la figure désormais légendaire du général de Gaulle, on constate, avec surprise et intérêt que le personnel politique et administratif de l’époque gaullienne demeure le plus souvent inconnu ou méconnu. Ainsi, peut-on déplorer que les ministres ou les hauts fonctionnaires les plus influents des différents gouvernements qui se sont succédés entre 1959 et 1969 soient restés, jusqu’à ce jour en tout cas, peu étudiés alors même qu’ils ont apporté des témoignages. II existe là « un gisement » prometteur pour des historiens désireux d’utiliser un nouveau moyen d’appréhender la réalité du gaullisme et l’histoire de la France gaullienne. Une série de monographies consacrées aux personnalités les plus marquantes des gouvernements de la présidence gaullienne apporterait sans aucun doute beaucoup à la compréhension du régime issu de la crise du 13 mai 1958, et à l’étude de la culture politique des débuts de la Ve République.

  • 10 Un témoignage récent et apportant un éclairage inédit a été donné par Roger Belin, secrétaire géné (...)

10Jusqu’à présent cette période charnière n’a été qu’effleurée par les historiens. Pourtant, le régime politique né de la volonté du général de Gaulle s’est proclamé nettement en rupture avec les pratiques politiques antérieures. Comment le changement a-t-il été vécu par les hauts fonctionnaires ?10 Comment les ministres d’un gouvernement réputé fort ont-ils agi devant le Parlement et leur administration ? Comment ont-ils usé de leur autorité nouvelle dans un régime proclamant sa volonté de restaurer l’autorité de l’État et d’entreprendre une modernisation accélérée des structures de l’économie française ? Autant d’interrogations qui demeureront en suspens tant que des études complètes n’auront pas été menées au cas par cas. Les déclarations souvent vigoureuses du chef de l’État et de ses Premiers ministres successifs reflètent-elles un contrôle politique réel sur les principaux grands corps de l’État et les acteurs du monde socio-économique ou laissent-elles transparaître les faiblesses d’un régime encore balbutiant ? Le régime gaullien, dépeint par ses adversaires sous les traits du principat augustéen assassinant la République, a-t-il été tout-puissant dès la mise en application de la nouvelle Constitution au 1er janvier 1959 ?

  • 11 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, de Fallois-Fayard, tome 1, 1994, 599 p. ; tome 2, 1997 (...)

11Ces questions touchant à une période encore proche de la vie politique française ne trouvent pas entièrement leurs réponses dans les pages souvent fascinantes des témoignages d’Alain Peyrefitte ou de Jacques Foccart11. La nécessité d’une mise en perspective, base du travail de l’historien demeure intacte. Le recours à une biographie bien choisie permet dans une large mesure de mener à bien cette tâche en opérant une « coupe géomorphologique » à la manière des géographes, le substrat étudié étant ici la République gaullienne dans sa profondeur de dix années. Le résultat espéré est d’apporter un éclairage inédit à des phénomènes ou des événements jusqu’à lors connus partiellement. C’est ce défi qui a été posé à l’auteur par Serge Berstein dans le cadre d’une recherche doctorale consacrée à la carrière politique de Jean-Marcel Jeanneney. Celui-ci, connu pour être l’un des derniers grands témoins vivants de l’époque gaullienne, a côtoyé le général de Gaulle dès la Libération et le Gouvernement provisoire, avant d’être son ministre, de 1959 à 1962 et de 1966 à 1969. Cette carrière ministérielle exceptionnelle se double de plusieurs combats politiques et de la participation à des missions et institutions prestigieuses.

12Si l’historien perçoit spontanément la richesse du sujet il lui faut expliquer comment il compte la mettre en valeur en procédant à la description des sources dont il peut disposer et en explicitant sa méthode de travail. Cette étape technique s’avère nécessaire pour souligner quels enrichissements cette biographie est susceptible d’apporter à la connaissance de la Ve République.

13On a déjà insisté sur le fait que de nombreux historiens étaient portés à croire qu’écrire la biographie d’un personnage vivant était une hérésie. Certains dénonceront le manque d’objectivité inévitable de ce genre de travail. Si le biographe entretient des relations de confiance avec celui qui se confond avec son sujet ne sera-t-il pas tenté de suivre les raisonnements de ce dernier plus qu’il ne l’aurait fait s’il ne l’avait connu qu’au travers des documents permettant de retracer son action ou ses écrits ? C’est un risque à courir. D’autres n’auront aucune peine à montrer qu’une collaboration ainsi conduite a pour ambition cachée un contrôle de l’écriture du biographe. C’est également un risque. D’autres encore craindront que le sujet ne se serve de son biographe comme d’un pion pour se venger d’anciens adversaires et justifier certains aspects contestés de son action. Tous ces arguments étant plausibles, il est indispensable d’exposer la relation que Jean-Marcel Jeanneney a tenu à instaurer entre lui-même et son biographe.

  • 12 Jules Jeanneney, Journal politique septembre 1939 - juillet 1942, (commentaires de Jean-Noël Jeann (...)

14Contrairement à ce que fit son père, l’ancien président du Sénat Jules Jeanneney pour la période 1940-1942, Jean-Marcel Jeanneney n’a pas consigné les affaires qu’il a eues à traiter dans un journal mais a conservé de nombreux documents illustrant son action publique. De ce fait, il était impossible à Jean-Noël Jeanneney de commenter le journal de son père comme il avait pu le faire pour son grand-père12.

  • 13 Jean-Marcel Jeanneney, Jean Lacouture, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, 348 p.

15Entre le lancement de la recherche doctorale en janvier 1992, sa soutenance à l’Institut d’études politiques de Paris en janvier 1997 et son édition revue, corrigée et augmentée, plus d’une décennie se sera écoulée. Entre-temps, Jean-Marcel Jeanneney a choisi de confier ses souvenirs à l’écrivain Jean Lacouture au travers d’un long entretien filmé qui a donné lieu à la rédaction d’un livre intitulé Une mémoire républicaine13. Cet ouvrage, qui n’entame en rien l’intérêt de la recherche, amène à en cerner les contours. Il convient de préciser tout d’abord que pour ses entretiens, Jean-Marcel Jeanneney n’a pas eu recours à ses archives, celles-ci ayant été déposées à la Fondation nationale des sciences politiques. Jean-Marcel Jeanneney ne désirait pas s’appuyer sur d’anciens écrits afin de réduire la portée du travail universitaire mené en parallèle. Dès l’origine, il avait été convenu que la recherche doctorale ne déboucherait ni sur la rédaction d’une biographie, le personnage central étant toujours en vie, ni sur la confection d’une saga familiale, reflet de la grande bourgeoisie de service public. Le sujet, initialement baptisé Biographie politique de Jean-Marcel Jeanneney, s’est toujours voulu plus limité. Néanmoins, il a d’abord été envisagé d’étudier la carrière politique de Jean-Marcel Jeanneney dans son intégralité et sous tous ses aspects. Cela conduisait à débuter la recherche à partir de 1944 et à la poursuivre jusqu’à la participation de Jean-Marcel Jeanneney à la conférence d’Ottawa en 1981 comme « sherpa » de François Mitterrand et à sa médiation dans les contrats gaziers entre la France et l’Algérie. Après une année de réflexion, le sujet a été volontairement restreint à une page d’histoire de la France gaullienne afin de respecter un impératif de concision et aussi parce que le véritable temps fort de l’action publique de Jean-Marcel Jeanneney se déroule durant la décennie 1959-1969. Plus court dans la durée, le sujet s’est étoffé dans la profondeur. La participation de Jean-Marcel Jeanneney à de nombreux colloques historiques, sa décision de fixer par écrit ses souvenirs ne rendent plus aussi inédite l’exploitation de la vingtaine d’heures d’entretien accordées au long des quatre années qu’aura duré la recherche. Aussi insistera-t-on davantage sur les aspects laissés de côté par les souvenirs en privilégiant l’analyse des discours et des interventions au Parlement, au Conseil économique et social ou devant toutes sortes d’auditoires, afin de dégager la « philosophie politique » profonde du personnage. D’autre part, au fil du temps, une priorité croissante a été accordée à l’étude des grands thèmes d’action rencontrés ou traités par Jean-Marcel Jeanneney au cours de ses fonctions ministérielles ou diplomatiques. C’est pourquoi, plus qu’une simple narration de la vie de Jean-Marcel Jeanneney, de son caractère, de son comportement, de ses choix, un soin particulier a été porté aux éclairages des aspects parfois encore méconnus de l’histoire de la République gaullienne. En fonction de la richesse documentaire, des développements détaillés ont été apportés à différentes questions économiques, politiques ou sociales jugées particulièrement importantes pour comprendre les articulations de la décennie du général de Gaulle. Le projet ne se réduit donc pas à la seule étude psychologique d’un « grand homme », il essaye également, en ouvrant des pistes de recherches futures, de contribuer à une meilleure connaissance des aspects politiques, économiques et sociaux de la République gaullienne.

  • 14 Les motifs de cette rupture sont expliquées par Jean-Marcel Jeanneney dans son ouvrage, À mes amis (...)

16Il ne faudrait pas conclure hâtivement d’une semblable démarche qu’elle disqualifie la biographie en la ramenant à la traditionnelle étude du « milieu » entourant le personnage. En effet, il sera fait peu de cas de l’étude du milieu social, des « réseaux », comme on a coutume de les appeler. Jean-Marcel Jeanneney n’est pas un homme qui a lié sa carrière à un groupe. Sa rupture finale avec les gaullistes en 1971 en apporte une démonstration éclatante et demeure un mystère pour bon nombre de ceux qui l’ont connu durant la « glorieuse décennie »14. L’université est plus importante à ses yeux que la poursuite d’une carrière publique dès lors que l’homme pour lequel il s’est engagé a disparu. Inventeur de la formule : « Je ne crois pas au gaullisme sans de Gaulle », il dénie tout droit à ses anciens collègues du gouvernement et aux fidèles du général de Gaulle de continuer à parler en son nom. Il appuie cette opinion sur la propre déclaration du général de Gaulle lors de leur dernière entrevue en décembre 1969, affirmant qu’avec son départ une page était tournée et qu’on ne pouvait dire que l’action entreprise par son successeur était celle qu’il aurait choisie. Quant à suivre la pensée du fondateur de la Ve République, il la juge suffisamment universelle et intemporelle pour ne pas mériter l’enfermement dans une formation partisane.

17Le gaullisme est souvent présenté comme une pratique, une action tendant à l’exaltation ou au maintien de la grandeur nationale. Chercher le lien qui pourrait exister entre les différentes fonctions attribuées par le général de Gaulle, chef de l’État, à Jean-Marcel Jeanneney amène à beaucoup de circonspection. Certains vont estimer que Jean-Marcel Jeanneney devient ministre de l’Industrie parce qu’il est un spécialiste de l’économie française ; qu’il devient le premier ambassadeur de France en Algérie parce qu’il est le premier en Conseil des ministres à s’être prononcé ouvertement en faveur de l’indépendance ; qu’il est mis « en réserve » de la République au Conseil économique et social en attendant des jours meilleurs ; qu’il devient ministre des Affaires sociales parce qu’il connaît le monde médical et qu’il soutient une approche financière des problèmes sociaux ; qu’il devient ministre d’État parce qu’il apparaît suffisamment réformateur pour bousculer les privilèges et intérêts catégoriels.

18Toutes ces raisons sont justes, mais invoquer une causalité entre elles serait faire fi du hasard et des circonstances qui semblent toujours l’emporter dans le déroulement d’une carrière politique. L’essentiel pour Jean-Marcel Jeanneney était d’être introduit parmi les hommes dignes d’assumer les responsabilités gouvernementales en 1958. Finalement pour un chef d’État, et même une figure aussi exceptionnelle que Charles de Gaulle n’échappe pas à la règle, puiser dans une ressource de collaborateurs de confiance et de qualité n’est pas chose aisée. Aussi a-ton le sentiment que les serviteurs de sa politique sont interchangeables et qu’un petit noyau survit à tous les changements de gouvernement. Jean-Marcel Jeanneney aura été ministre durant quatre-vingts mois sous la présidence du général de Gaulle, soit plus des deux tiers de la période écoulée en comptant l’ambassade en Algérie. D’autres grandes figures des gouvernements de la présidence gaullienne ont connu une longévité ministérielle identique, voire supérieure. Pour chacun d’entre eux, il serait intéressant de comprendre pourquoi ils sont demeurés attachés à un ministère particulier ou bien, au contraire, pourquoi ils n’ont cessé de changer de portefeuille tout en demeurant au gouvernement. Une réponse unique ne semble pas plausible, elle diffère pour chacun. On ne peut proposer d’explication que pour le cas particulier de Jean-Marcel Jeanneney. Au-delà de la recherche d’un lien de cause à effet entre des attributions successives, l’attention sera plutôt portée sur la manière et l’aptitude de Jean-Marcel Jeanneney à appréhender les problèmes et à les résoudre, sans vouloir porter de jugement. Répondre à la question : « Fut-il un bon ministre ? » n’a guère de sens. On cherchera à apprécier s’il se sentit à l’aise ou non pour traiter tel ou tel dossier.

  • 15 Les archives ont été rassemblées en plusieurs étapes : janvier 1992, août 1993, août 1994, novembr (...)

19L’habitude de l’exposé professoral, un sens profond du contact avec un étudiant, permettent à l’ancien ministre d’initier rapidement le néophyte aux rouages les plus complexes des affaires publiques. Doué d’une excellente mémoire, Jean-Marcel Jeanneney a accepté d’évoquer les grands chapitres de sa carrière politique sur bande magnétique au cours d’une vingtaine d’heures d’entretiens. Surtout, il a conservé plusieurs centaines de kilogrammes d’archives dans sa propriété familiale de Rioz en Haute-Saône et à son domicile parisien. Ces documents n’ont pas subi les outrages du temps mais ils sont demeurés dans l’état dans lequel ils avaient été entreposés, ce qui signifie qu’il a fallu procéder à leur inventaire complet. Cette tâche a réclamé des mois de travail étalés sur plusieurs années car le fonds complet a été ramené en plusieurs étapes.15 Quatre-vingt-sept cartons reposent désormais dans le dépôt du Centre d’archives d’histoire contemporaine de la Fondation nationale des sciences politiques (CHEVS-FNSP), fondé par le professeur Pierre Milza et actuellement dirigé par le professeur Jean-François Sirinelli.

20En outre, Jean-Marcel Jeanneney a facilité les rencontres avec la majorité de la soixantaine de grands témoins qui ont accepté d’évoquer les actions qu’ils conduisaient sous son autorité ou parallèlement. Cette coopération matérielle totale ne s’est accompagnée d’aucune sorte de pression. Certaines personnalités ont spontanément accepté d’évoquer leurs souvenirs sans la médiation de Jean-Marcel Jeanneney, seul un ancien fonctionnaire du ministère des Finances a refusé de revenir sur sa brève action au cabinet du ministère des Affaires sociales au nom du devoir de réserve des fonctionnaires.

21En dépit des efforts répétés des Archives de France, il n’a pas été possible de consulter, dans des délais impartis pour la thèse, les fonds des ministères de l’Industrie et des Affaires sociales conservés au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau. Plusieurs raisons expliquent cette déconvenue mais en limitent la portée. La principale difficulté a été de surmonter l’obstacle de la dérogation. Les ministères du Travail et de la Santé ayant changé plusieurs fois de titulaires depuis 1994, les directions et services concernés ont été temporairement désorganisés et n’ont pu accéder à la demande qu’à la fin de l’année 1995. Étant donné le caractère exclusivement administratif des documents conservés, le traitement de plusieurs centaines de cartons contribuerait davantage à l’écriture d’une histoire des ministères sociaux qu’à celle de l’action conduite par Jean-Marcel Jeanneney. Concernant le ministère de l’Industrie, le problème était différent puisque ce sont les directions et services qui ont bloqué la procédure. À leur décharge, l’inventaire réalisé par la mission des Archives nationales auprès du ministère de l’Industrie n’est pas suffisamment fin pour permettre d’isoler les années 1959-1962 et cela conduit à considérer la communication de pièces sensibles situées hors du champ étudié. De son côté, le secrétariat général du Gouvernement n’a pas autorisé la consultation des procès-verbaux des conseils restreints et comités ou conseils interministériels, s’en tenant au délai légal de communication fixé pour ces documents à soixante ans. Il faut encore ajouter que tout ce qui se rapporte aux relations franco-algériennes demeure extrêmement sensible tant pour les archives du ministère de l’Industrie que pour celles du Quai d’Orsay qui ne sont pas librement consultables pour 1962, année de l’ambassade de Jean-Marcel Jeanneney.

  • 16 C’est Jacques Chirac, Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, qui prit les dispositions pour (...)

22En vérité, les archives des ministères ne renseignent qu’indirectement sur le travail des cabinets. À leur départ, en effet, une tradition voulait, jusqu’à une période récente, que les peluriers et les dossiers personnels du ministre et de ses collaborateurs soient ou bien détruits ou bien repris par leur auteur16. C’est ainsi qu’une grande partie des archives du cabinet du ministère de l’Industrie ont été transportées à Rioz en 1962 et ont été préservées. En revanche, en 1968, Guy Fougier, chef de cabinet, a ordonné la destruction des peluriers et de certains dossiers. En 1969, Jean-Marcel Jeanneney a emporté avec lui la totalité des archives du ministère d’État chargé de la réforme des régions et du Sénat, ainsi que quelques dossiers de son intérim à la Chancellerie. Enfin, s’agissant de l’ambassade en Algérie, il a également conservé de nombreux documents, y compris une série quasiment complète des télégrammes diplomatiques échangés avec le ministère des Affaires étrangères et le ministère d’État chargé des Affaires algériennes. Cette source de première importance a été complétée par la consultation, également inédite, des registres de correspondance du commandement de la gendarmerie en Algérie.

23Comme il est facile d’en juger, le fonds d’archives constitué par le ministre suffit amplement à analyser son action. Naturellement, il serait intéressant d’étudier comment les différents rouages de l’administration ont appliqué techniquement les décisions prises par le ministre et ses collaborateurs, mais il s’agit là davantage d’un travail d’histoire administrative. Gageons que dans une écrasante majorité des cas, l’administration se plie, de bonne ou de mauvaise grâce, aux instructions qui lui sont données. Le recours à une soixantaine de témoignages oraux croisés, l’analyse des revues de presse, ont été les biais par lesquels il a été possible de le vérifier. Enfin, comment ne pas évoquer ici l’apport qualitatif fondamental des archives gouvernementales de Michel Debré, également conservées au CHEVS, et ouvertes à l’occasion de la tenue du colloque Michel Debré, chef de gouvernement au Sénat en mars 2002.

Notes

1 Philippe Levillain « Les Protagonistes : de la biographie », Pour une Histoire politique, Paris, Seuil, Point Histoire H 199, pp. 121-160.

2 Fondation Charles de Gaulle, Fondation nationale des sciences politiques, Association française des constitutionnalistes, Le Rétablissement de la légalité républicaine, Bruxelles, Complexe, 1994, 905 p.

3 Serge Berstein (dir.), Paul Ramadier, La République et le Socialisme, Bruxelles, Complexe, 1990, 521 p. Serge Berstein, Pierre Milza (dir.), L’année 1947, Paris, Presses de Sc Po, 2000, 531 p.
Pour un aperçu relativement à jour de la bibliographie sur la IVe République, voir la mise aupoint effectuée par Éric Duhamel dans Historiens et Géographes, n˚357, pp. 141-160.

4 Fondation Charles de Gaulle – Université de Bordeaux III (CARHC), De Gaulle et le RPF, Paris, Armand Colin, 1998, 864 p. Bernard Lachaise, Le Gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997, 754 p. Bernard Lachaise prépare un dictionnaire prosopographique du RPF qui paraîtra en 2004. Une journée d’étude consacrée à l’héritage de la Résistance au RPF et au sein des autres formations politiques de la IVe République s’est tenue à l’université de Bordeaux III le 31 mai 2002.

5 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, PUF, 1987 et Hugues Portelli, La Politique en France sous la Ve République, Grasset, 1987. La chronique pionnière émane du journaliste du Monde Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République gaullienne, Fayard, 1970-1971.

6 Serge Berstein, La France de l’expansion, la République gaullienne, Paris, Seuil, Nouvelle histoire de la France contemporaine, H 117, 1989, 380 p. L’auteur a apporté certaines précisions dans L’Histoire de la France au xxe siècle, Bruxelles, 1995, 1405 p.

7 Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, 6 tomes (Dans la mémoire des hommes, La République, Moderniser la France, La sécurité et l’indépendance de la France, L’Europe, Liberté et dignité des peuples), Paris, Plon-La Documentation française, 1992.

8 Didier Maus, Louis Favoreux, Jean-Luc Parodi (dir.), L’Écriture de la Constitution de 1958, Actes du colloque du 30e anniversaire de la Constitution des 8, 9, 10 septembre 1988, Aix-en-Provence, Presses de l’Université d’Aix-Marseille, Paris, Economica, 1992, 852 p.
Didier Maus, Olivier Passelecq (dir.), Témoignages sur l’écriture de la Constitution de 1958, Raymond Janot Actes de la journée du 1er octobre 1993, Cahiers constitutionnels de Paris I, Paris, Documentation française, 1997, 118 p.
Comité national chargé de la publication des travaux préparatoires des institutions de la Ve République, Documents pour servir à l’histoire de l’élaboration de la Constitution du 4 octobre 1958, tome 1, Des Origines de la loi constitutionnelle du 3 juin 1958 à l’avant-projet du 29 juillet 1958, Paris, Documentation française, 1987, 613 p. ; tome 2, Du 29 juillet au 21 août 1958, 1988,780 p. ; tome 3, Du Conseil d’État au référendum (20 août – 28 septembre 1958), 1991, 777 p. ; tome 4, Commentaires sur la Constitution de 1958-1959, 2001, 408 p.

9 Serge Berstein, Les Cultures politiques, Paris, Seuil, 1999. Serge Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001, 569 p.

10 Un témoignage récent et apportant un éclairage inédit a été donné par Roger Belin, secrétaire général du gouvernement de 1958 à 1964. Roger Belin, Lorsqu’une République chasse l’autre, Paris, Michalon, 1999, 287 p.

11 Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, de Fallois-Fayard, tome 1, 1994, 599 p. ; tome 2, 1997, 653 p. ; tome 3, 2000, 681 p.
Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, tome 1 (1965-1967), Paris, Fayard, 1997 ; tome 2 (1968-1969), 1998, 791 p.

12 Jules Jeanneney, Journal politique septembre 1939 - juillet 1942, (commentaires de Jean-Noël Jeanneney), Paris, Armand Colin, 1972, 516 p.
Les archives de Jules Jeanneney ont été détruites lors de l’incendie de la propriété du président du Sénat commis par les troupes allemandes battant en retraite en 1944.

13 Jean-Marcel Jeanneney, Jean Lacouture, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, 348 p.

14 Les motifs de cette rupture sont expliquées par Jean-Marcel Jeanneney dans son ouvrage, À mes amis gaullistes, Paris, Presses Pocket, 1973, 251 p.

15 Les archives ont été rassemblées en plusieurs étapes : janvier 1992, août 1993, août 1994, novembre 1994, avril 1995.

16 C’est Jacques Chirac, Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, qui prit les dispositions pour encourager les Archives nationales à garantir la confidentialité aux équipes sortantes pour les inciter à léguer leurs archives. De fait, pour le ministère des Affaires sociales, les archives du cabinet de Jacques Chirac, secrétaire d’État au Travail en 1967-1968, sont les premières archives d’un cabinet à avoir été conservées par les Archives nationales.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540