Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle 1958-1969. Volume I

 | 
Eric Kocher-Marboeuf

Préface

Serge Berstein

Texte intégral

1C’est à une entreprise délicate, mais riche de multiples enseignements historiques qu’Eric Kocher-Marbœuf a consacré sa thèse de doctorat en décidant d’étudier l’action publique de Jean-Marcel Jeanneney durant la décennie de pouvoir du général de Gaulle. Délicate, car évoquer la carrière d’une personnalité vivante exposait au risque de lui servir d’historiographe et d’écrire sous le contrôle du principal intéressé. Disons d’emblée qu’Eric Kocher-Marbœuf a pu éviter l’écueil, tant en raison de sa propre vigilance déontologique que du libéralisme de Jean-Marcel Jeanneney qui s’est comporté en l’occurrence comme l’universitaire qu’il n’a jamais cessé d’être. Il a ouvert ses archives au jeune historien, l’a introduit auprès de ses anciens collaborateurs, a répondu à ses questions, mais n’a jamais exercé le moindre contrôle sur la rédaction de la thèse dont il n’a pris connaissance qu’après coup. Dès lors, le lecteur dispose d’un précieux ouvrage d’histoire, établi selon les méthodes critiques propres à la science historique et il pourra constater que l’auteur a su garder la distance nécessaire par rapport à son sujet, ne dissimulant ni les réserves que peuvent lui inspirer certains aspects de l’action de Jean-Marcel Jeanneney, ni les éventuels échecs de celui-ci, mais apportant toujours des explications convaincantes des choix et des décisions politiques qu’il a été conduit à prendre.

2Cette remarque faite, l’ouvrage tiré de la thèse d’Eric Kocher-Marbœuf s’avère d’une surprenante richesse pour tous ceux qu’intéresse l’histoire de la Ve République. D’abord par la personnalité même de celui qui en est le personnage central. Sans doute peut-on, à bon droit, considérer Jean-Marcel Jeanneney comme un ministre atypique. Professeur d’économie politique, il ne change pas vraiment de profession lorsque Michel Debré, en l’appelant au ministère de l’Industrie, l’invite à passer de la théorie à la pratique, transformant l’expert en homme d’action. L’universitaire se voit alors comme un ministre technicien, mettant ses compétences au service de la République et nullement comme un homme politique classique. Comme le note l’auteur, non sans malice, il continue d’ailleurs son métier d’enseignant et de pédagogue, administrant des cours d’économie à ses interlocuteurs, parlementaires, syndicalistes ou groupes socio-professionnels.

3Pour autant, les choses ne sont pas si simples. Résolu à préserver le gouvernement de l’emprise des partis, le général de Gaulle voit en Jean-Marcel Jeanneney un ministre selon son cœur, ne dépendant d’aucune formation, serviteur de l’État et de l’intérêt général. Aussi, durant la décennie gaullienne cumulera-t-il les fonctions délicates, appelé par le général de Gaulle, à l’instar de nombreux hauts-fonctionnaires, là où l’intérêt national l’exige et, parfois, à son corps défendant. Il deviendra ainsi le premier ambassadeur de France dans l’Algérie indépendante, chargé de substituer, dans un contexte de difficultés extrêmes, la coopération à la colonisation. Lorsque se pose le problème de la définition des liens de la France avec ses anciennes colonies devenues indépendantes, c’est à lui que le général demande de rédiger un rapport sur la question. Il deviendra en 1966 ministre des Affaires sociales lorsque le Président de la République jugera nécessaire de donner au gouvernement Pompidou une coloration moins droitière, après le ballottage de l’élection présidentielle de 1965.C’est encore à lui que s’adressera le Chef de l’État, après la crise de 1968,pour occuper le ministère d’État chargé des réformes et préparer sous sa direction le référendum d’avril 1969, dont l’échec mettra fin à la carrière politique du général.

4Tant de charges stratégiques et de missions de première importance pour un ministre « non politique », c’est sans doute beaucoup. De fait, Eric Kocher-Marbœuf montre que, si, entre deux fonctions nationales, Jean-Marcel Jeanneney retrouve avec une évidente satisfaction son bureau de professeur et ses étudiants, il est, à l’évidence, rattrapé par la politique. Comment faire partie d’un gouvernement en se cantonnant au seul domaine technique de son département lorsque se posent au pouvoir des problèmes aussi angoissants que l’affaire d’Algérie ? Peut-on demeurer dans sa tour d’ivoire lors de la Semaine des barricades ou du putsch des généraux ? Peut-on considérer que le choix de l’autodétermination ne concerne que le Chef de l’État, le Premier ministre ou le responsable des affaires algériennes ? Il est clair qu’en devenant ministre Jean-Marcel Jeanneney est entré en politique. Il est largement solidaire de la politique du général de Gaulle et justifie la confiance que celui-ci met en lui en défendant avec énergie la personne et l’action du fondateur de la Ve République. Il le prouvera, en prenant l’initiative, lors des élections législatives de 1968, de se présenter à Grenoble contre Pierre Mendès France, l’opposant le plus crédible et le plus respecté au régime né en 1958.

5À ce stade, on ne peut manquer de se poser la question : Jean Marcel Jeanneney est-il gaulliste ? Si on ramène le gaullisme à ses deux composantes fondamentales, la grandeur de la nation et le rôle central de l’État, la réponse est incontestablement positive. Si on étend la définition à la forme partisane et politicienne du gaullisme, en d’autres termes à l’UNR ou l’UDR auxquels le ministre n’a jamais appartenu, il faut répondre par la négative. En réalité, fils du dernier président du Sénat de la IIIe République, élevé dans le culte des valeurs républicaines et laïques, il n’appartient pas à une droite qui constitue le centre de gravité politique du gaullisme. On est typiquement face à un homme de centre gauche, pétri de culture républicaine, qui accepte de servir le général parce qu’il voit en lui un facteur de redressement d’une République débarrassée des faiblesses du régime d’Assemblée, que son père dénonçait durant la guerre dans une lettre au général, et qui a provoqué l’impuissance de la IIIe, puis de la IVe République. Pour autant, il est de ceux qui considèrent qu’il ne saurait y avoir de gaullisme sans de Gaulle et la disparition du général de la scène politique sera également le signal du repli de Jean-Marcel Jeanneney sur ses activités universitaires.

6Si l’itinéraire personnel de Jean-Marcel Jeanneney s’avère ainsi particulièrement éclairant sur les conditions de la vie politique dans la Ve République des origines, l’ouvrage d’Eric Kocher-Marbœuf ne se limite pas, tant s’en faut, à une biographie politique, aussi intéressante soit-elle. Il ne saurait être question, dans ces quelques lignes, de détailler l’étonnante richesse du propos, mais, tout au plus, d’esquisser brièvement quelques axes qui permettront d’évaluer l’apport de ce travail à la connaissance historique.

7Le spécialiste de la vie politique y trouvera une description précise de la vie quotidienne d’un ministre aux prises avec le réel et affronté aux hommes dont l’existence va être déterminée par les mesures qu’il met en œuvre. Le récit des voyages en province du ministre de l’Industrie, de ses discussions avec les syndicalistes, de son attitude durant la grève des mineurs constituent à cet égard des morceaux d’anthologie. L’un des apports fondamentaux de l’ouvrage est de mettre en évidence l’extrême complexité du processus décisionnel en raison de la multiplicité des parties prenantes. L’ouvrage comporte également une importante contribution à l’étude du fonctionnement administratif de la Ve République à travers l’étude conduite par Eric Kocher-Marbœuf de l’organisation des ministères gérés par Jean-Marcel Jeanneney, des tentatives de modification de leurs structures, de la composition des grandes directions. Sur la formation des cabinets ministériels, les rapports avec les préfets, le poids des grands corps, les oppositions entre départements ministériels et les arbitrages dont ils sont l’objet, Eric Kocher-Marbœuf apporte une moisson de précieux renseignements.

8L’historien économiste lira avec le plus grand intérêt les passages qui montrent comment la volonté de modernisation de la Ve République et la nécessité pour atteindre l’objectif de fournir à l’industrie une énergie à bon marché conduisent le ministre de l’Industrie à envisager un plan de coordination énergétique dont les axes majeurs sont la politique d’adaptation des charbonnages dans le cadre d’une politique européenne et la mise en place d’une politique pétrolière pour laquelle Jean-Marcel Jeanneney doit, non sans difficulté, convaincre les ingénieurs du corps des Mines de l’intérêt du raffinage et de la distribution. Non moins essentielle est la description faite par Eric Kocher-Marbœuf de la mise en place du Bureau du développement industriel, ancêtre de la DATAR et instrument capital de la politique d’aménagement du territoire.

9L’étude du passage de Jean-Marcel Jeanneney au ministère des Affaires sociales permet à Eric Kocher-Marbœuf de mettre en évidence la permanence de problèmes toujours actuels que le ministre doit impérativement traiter : le coût des dépenses sociales et la réforme de la Sécurité sociale. Dans le contexte de dégradation du climat social qui caractérise la seconde moitié des années soixante, de montée du chômage, de poussée migratoire en provenance d’Algérie, il faudra la pratique expéditive des ordonnances pour apporter des solutions (provisoires), particulièrement impopulaires, à des problèmes récurrents. La même observation vaut pour les questions de santé publique que le ministre prend à bras-le-corps, sans toutefois parvenir à imposer la réforme des carrières hospitalo-universitaires qu’il tente de mettre en œuvre.

10Enfin, comment ne pas accorder une attention toute spéciale aux passages qu’Eric Kocher-Marbœuf consacre à Jean-Marcel Jeanneney, ambassadeur à Alger au lendemain immédiat de l’indépendance de l’Algérie ? Ce récit saisissant révèle les affres d’un ambassadeur, certes nommé pour mettre en œuvre une politique de coopération, mais qui éprouve le sentiment tragique de son impuissance à porter remède aux exactions dont sont victimes les Français (enlèvements, spoliation de leurs biens…) face au vide politique que connaît un pays déchiré entre les factions rivales qui se disputent le pouvoir et à l’apparente indifférence de l’Elysée pour qui le seul enjeu digne d’intérêt est la présence française au Sahara, en raison de la production pétrolière et des essais nucléaires.

11Au-delà de la biographie de Jean-Marcel Jeanneney et de l’intérêt spécifique qu’elle présente, l’ouvrage d’Eric Kocher-Marbœuf permet donc d’éclairer, de préciser, de nuancer bien des aspects de l’histoire de la Ve République naissante. Il faut remercier le Comité pour l’histoire économique et financière de la France d’avoir mis à la disposition du public intéressé ce travail fondamental auquel devront désormais se référer tous ceux qui entendent approfondir la vie politique, mais aussi l’histoire économique, les problèmes sociaux, les remous de la décolonisation durant la période, capitale pour l’histoire nationale, de la décennie gaullienne.

Auteur

Professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540