Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Troisième partie. L'argent urbain

Chapitre VII. L’argent de la ville : les recettes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les consuls boursiers détaillent peu les recettes dans leurs comptes. Elles sont regroupées généralement sur une dizaine de folios. Leur contenu est également moins détaillé que les dépenses. Rares sont les informations à notre disposition pour connaître, par exemple, la nature des biens taxés et les taux appliqués. Un premier travail a consisté à rechercher les différents revenus à la disposition du consulat pour assurer le financement de ses dépenses. Les besoins de la communauté urbaine et les prélèvements fiscaux qui émanent de pouvoirs extérieurs à la ville ont contribué à instaurer une permanence de l’impôt. L’insuffisance des recettes ordinaires tirées du domaine, pour les villes du Midi, a requis l’instauration d’une fiscalité extraordinaire dans la première moitié du xive siècle1. Les prélèvements fiscaux réguliers et le renouvellement des octrois par la monarchie ont contribué au développement d’un système fiscal. Des règles et des pratiques fiscales et comptables se sont ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540