Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Deuxième partie. Les gens des finances

Chapitre V. Les gens des finances particuliers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’intérêt porté aux finances urbaines repose sur la conservation de ces sources exceptionnelles que sont les comptes des villes médiévales. Les registres des boursiers millavois en sont un bel exemple. D’un grand intérêt pour connaître la vie des citadins, les rapports entre magistrats et pouvoir royal, ils mettent également à jour les relations entre l’administration consulaire et des comptables particuliers1 qui interviennent dans la gestion des deniers urbains (régisseurs des travaux, fermiers de l’impôt ou encore représentants d’institutions religieuses, hospitalières2 et charitables3). La documentation qu’ils nous ont laissée est relativement limitée dans les archives municipales de Millau, en particulier pour les comptes des fermiers de l’impôt. Pour autant, les registres des bassins d’aumônes, les livres de travaux, les comptes des charités et des hôpitaux se révèlent d’un grand intérêt pour l’historien du droit et des institutions urbaines.

Les ordonnances consulaires de 1339...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540