Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Deuxième partie. Les gens des finances

Chapitre IV. Le consul et boursier millavois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’institution du consul et boursier apparaît dans les sources millavoises au début du xive siècle. Les registres comptables et fiscaux font état de la fonction de trésorier depuis au moins 1313. Un des consuls est individualisé des autres par l’emploi de l’expression borsier. Il est élu consul avant d’être choisi comme receveur parmi les six nouveaux impétrants. La charge de trésorier est ainsi réservée à un groupe limité de personnes qui font partie de l’élite politique. Compagnons de nos lectures des comptes consulaires, ces hommes sont souvent mal connus. L’utilisation des termes « consul boursier » est le fait des auteurs millavois des xixe et xxe siècles. La dénomination des trésoriers varie d’une ville à l’autre, ici boursier, là miseur, clavaire ailleurs. Le Dictionnaire historique de la langue française précise que le sens de trésorier apparaît, en 1268, par réfection du mot borser, c’est-à-dire l’ouvrier fabriquant des bourses (1224)1. Une cinquantaine d’années séparerait l...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540